MAGRATHEA :
28.10.18
de Natoune


LA MAISON :
14.11.18
de River


CHATPERLI :
02.12.18
de Tigrou


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ ChAtPeRlIpOpEtTe ☆ Evénement #102
Une mission de Saoirse A. Bennet - Depuis le 3 décembre 2018
« La mission qui a du chat... ! »

Partagez | .
 

 Le monde merveilleux de deux âmes unies par un lien invisible

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Charlie Buckett


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


avatar


╰☆╮ Avatar : Colin Ford

Ѽ Conte(s) : Charlie et la chocolaterie
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Charlie

☞ Surnom : Charlie
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1034
✯ Les étoiles : 3001




Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Sam 27 Déc 2014 - 0:53


Notre bulle.
Seulement nous.

Nous étions le soir de noël, le 25 Décembre, Charlie venait de sortir de table, enfin si on pouvait dire ceci, cela faisait si faux semblant quand on savait ce qu'il s'était vraiment passé depuis le diner finit, 10 à 15 minutes plus tôt. A son grand désarroi, il a eut l'interdiction de sortir de toute la journée, jusqu'au lendemain midi. Charlie soupira, il venait de remonter dans sa chambre, après encore et toujours le repas du soir en « famille ». Bien entendu, le repas avait été servi par ses soins, c'était tellement jouissif pour eux surtout pour cet homme. Le dessert, n'en parlons pas, ça n'avait pas été une partie de plaisir pour lui, il en avait fait un sous l'ordre de sa « mère » et son défaut, eut été qu'il était trop parfait, alors le jeune homme n'avait pu s'empêcher de dire quelque chose, parfois de se retenir était une tâche difficile. Cependant, cette réflexion ne passa pas et se termina en une punition tout autre, entre les mains de son « père ». Et, dix à quinze minutes plus tard, l'adolescent entra dans sa chambre et se laissa tomber sur le lit, soufflant, s'allongeant mais se relevant bien vite, une grimace s'était dessinée sur ses lèvres. Il resta assis sur son matelas, ne bougeant plus, restant telle une statue, attendant que la douleur s'atténue. Il regarda autour de lui, des paquets déballés traînaient sur le sol ou sur les meubles. Bien sur, les cadeaux, il en avait, il était « pourrie gâté » comme diraient les personnes autour d'eux. C'était le cas, alors à l'école, soit il en donnait, sans demander son reste et parfois, il les revendait discrètement sur internet, pour se faire de l'argent de poche, en plus de ses boulots. Il en gardait pour lui tout de même, surtout si c'était un casque ou tout ce qui pouvait se rapporter à ses passions. Il n'avait pas offert de cadeaux à sa famille, pourquoi il le ferait ? D'ailleurs, ses parents n'en étaient pas ravis mais il s'en fichait, quitte à qu'ils le punissent encore. Les seuls personnes à qui il offrait des cadeaux, c'était ses amis, pour lui, c'était sa vrai famille.

En parlant de cadeaux, il en avait un pour Louise, sa meilleure amie, avec qui, toute la journée, il avait échangé des messages et donné rendez-vous ce soir là, pour qu'ils puissent faire leur noël à tout les deux. Elle était un peu plus âgée que Charlie, mais ça n'avait pas d'importance car, ils s'étaient bien trouvés. Il avait tout préparé depuis cette après-midi. Il avait dans son sac de la nourriture, de la boisson et le plus important son cadeau ainsi que de la musique, toujours. Il espérait que son présent lui plairait.

Il sortie de sa torpeur et secoua la tête pour penser à autres choses. Ce soir, était un soir important et rien ne le gâchera, pas même sa famille. Il se releva et inspecta son sac, pour tout récapituler, voir si il n'avait rien oublié. Il avait bien tout ce qu'il fallait, même son cahier, où trônait à l'intérieur, dessins, écrits ou toutes sortes de choses, qu'il partageait parfois avec Lou'. Il ferma son sac à dos et s'assit devant son ordinateur pour finir de mettre de nouvelles musiques sur son Ipod, pour les faire écouter à la jeune femme. Il boucla les dernières petites affaires et regarda l'heure sur son radio réveil. Il indiquait Vingt-deux heures et quart et leur rencontre était prévue pour Vingt-trois heures. Plus que quinze minutes à attendre et il pourrait y aller. Il savait qu'il courait le risque d'être choppé, mais il s'en moquait, alors il fera le mur pour la voir. Il alla se changer tout de même, il mit une chemise noir, le blanc aurait viré un peu trop rouge, un jean bleu et ses chaussures de skate. Il prépara une veste assez chaude et son casque vint se mettre autour de son cou, à la place qu'il lui ait attribué depuis longtemps. L'heure approcha, alors il boucla tout et ouvrit la fenêtre, son sac sur son dos, son skate à la main, il grimpa prudemment sur la rambarde et descendit par les branches accrochées au mur de la maison, en diagonale de sa fenêtre. Puis, il atterrit sur ses pieds, essayant de ne pas penser à l'autre douleur.

Il s'élança sur son skate et partie vers son lieu de rendez-vous qui n'était autre que l'observatoire, un endroit où ils aiment aller. Vingts minutes plus tard, il était à l'endroit où ils devaient se voir, il était le premier arrivée, il était un peu en avance mais il savait qu'elle serait bientôt là. Il s'installa, s'asseyant, la vue était magnifique et prit la nourriture, les liquides et le cadeau emballé, de son sac, qu'il mit à côté d'une sculpture qui représentait un petit sapin, décoré, pour rendre les choses encore plus fantasque. Il alluma également quelques bougies, qu'il installa un peu partout, leur laissant juste l'espace qu'il leur fallait pour réveillonner.

© one more time.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
*_*_*_*_*_*_*_*_*_*_*_*_*
*_*_*_*_*_*_*_*_*_*_*_*_*
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t15038-termine-ou-est-charli http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t38429-un-adolescent-tout-en-chocolat-en-recherche-de-liens

Louise Hollen


« Faisons comme si j'étais Merida.
Parlez-moi, je suis tout ouïe »


avatar


╰☆╮ Avatar : Rachel Mcadams

Ѽ Conte(s) : Les douze fréres / Les cygnes sauvages
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Elisa : la soeur



☞ Surnom : Lou, Loulou, P'tit Lu, Pollen
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 5909
✯ Les étoiles : 2402




Actuellement dans : « Faisons comme si j'étais Merida.Parlez-moi, je suis tout ouïe »


________________________________________ Sam 27 Déc 2014 - 14:19

Confiance, vérité ...
Charlie Bucket & Louise Hollen




Reposant le rouleau de scotch sur le sol, Louise contempla un instant le paquet qu'elle venait de finir d'emballer. Un sourire satisfait s'installa sur ses lèvres. Elle était certaine que le cadeau lui plairait. Elle avait soigneusement choisit un kit de sculpture sur bois pour son meilleur ami, écumant les magasins de Storybrook. Elle avait passé de longues heures à comparer les instruments et avait finalement choisit le kit le plus complet qu'elle avait pu trouvé. Elle avait longuement hésité entre prendre un coffret en bois, et un support plus souple. Mais son choix c'était finalement arrêté sur l'objet de ses rêves. Une sorte de coffret de collection, ou les outils, d’excellente qualité, étaient proprement rangé. Il était fournit avec, un support plus souple, une pochette pour transporter les outils ors de déplacements, plus pratique et plus discrète que le coffret vernis.

Bien sur, cela lui avait coûté les yeux de la tête, il s'agissait tout de même de matériel de professionnel. Mais elle se disait que Charlie méritait bien cela. Ils n'avaient depuis le matin, pas cessé de s'envoyer des SMS, puisqu'il était privé de sortie. La jeune femme attrapa le paquet et le posa sur son lit, avant de se laisser tomber a ses cotés, le regard rivé au plafond ou était accroché de nombreuses étoiles phosphorescentes. Elle les haïssait : elle haïssait la famille de son ami de toute ses forces. Charlie lui avait tout raconté et elle regrettait tous les jours de ne pas être assez … mature, vielle, de ne pas avoir une situation plus stable. Si elle avait pu, elle aurait depuis bien longtemps demandé la garde de Charlie et l'aurait fait vivre avec elle ; mais elle même avait déjà du mal a s'en sortir, et avait du entrer dans une collocation pour ne pas avoir a trouvé un autre petit boulot pour payer son loyer.

Louise se tourna sur le ventre et attrapa son téléphone. 22H15. Il lui restait juste assez de temps pour se préparer. En soupirant, elle se leva et se dirigea vers son armoire pour se changer et mette des vêtements plus chauds. Elle se fixa un instant dans la glace, essayant de se calmer ; elle allait passer une bonne soirée avec Charlie, Hors de question de la gâcher a cause de ces crétins. Elle se fit un sourire d'encouragement et prépara son sac.
Nourriture, thermos de chocolat chaud, couvertures …. Et le cadeau ! Il ne manquait rien en théorie. Par habitude, elle ajouta une petite trousse de secours qu'elle avait prenait toujours lorsqu'elle allait voir Charlie.

La jeune femme sortit de la maison qu'elle habitait désormais et ferma doucement la porte derrière elle, puis attrapa son vélo et partit vers le lieu de rendez vous : l'observatoire. C'était elle qui avait proposé l'idée, puisqu'elle avait trouvé un moyen d'entrer. Les leçons de la rue que lui avait appris Trojan avaient porté leurs fruits et la jeune femme avait un moyen de pénétrer dans le bâtiment. Elle voulait absolument observer les étoiles, elle adorait ça. Et puis personne ne penserait a chercher Charlie a l'observatoire si on se rendait compte de sa disparation. Pédalant rapidement dans le silence, elle sentait le vent se glisser sous son manteau, la faisant frissonner. Elle passa et s’arrêta devant la maison de Charlie, regardant la fenêtre de sa chambre, plongée dans l’obscurité. Si il avait eut un empêchement, ce qui pouvait toujours arriver, il ne se serait certainement pas couché.
Et même si ça avait été le cas, il lui aurait laissé un signal.

Soulagée, elle partit donc a travers les rues et rejoignit rapidement le lieu de rendez vous. En arrivant, elle vit que Charlie avait déjà tout installé. Des bougies éclairaient la scène, et elle vit même un petit sapin de bois taillé dans le bois. Un sourire illumina son visage et, aprés avoir adossé son vélo a un arbre, elle s'approcha de son ami et le pris dans ses bras. « salut » lui dit elle. Elle remarqua une rapide grimace qui passait sur le visage de Charlie. Non pas encore ! Se dit elle, horrifiée . Elle n'eut pas besoin de mots, son ami comprit immédiatement la question qu'elle lui posait muettement. Il marmonna une explication assez vague, que Louise se promit de lui faire préciser un peu plus tard.

Elle lui fit un sourire et se dirigea vers l'entrée de l’observatoire. «  Viens, on sera mieux a l’intérieur … "elle était désolée de devoir déplacer tout le « coin » qu'il leur avait préparer, mais savait que cette petite réunion serait lus agréable si le vent ne leur gelait pas constamment les os. De plus, si elle voulait soigner Charlie, elle devrait lui faire retirer son manteau.
Rapidement, elle fit jouer la clef qu'elle avait « empruntée » a l'un des nettoyeurs, et poussa le battant, cédant le passage a son ami qui entrait, les bras chargés.
Ils réinstallèrent leur petit coins, entourés de bougies, et lorsque ce fut fait, Louise attrapa la trousse de secours et lui dit simplement avec un sourire ironique : « Allez, c'est l'heure du strip-tease... ». Cette petite touche d'humour suffit à les faire rires, et Charlie lui montra ses blessures. Masquant la peine que cela lui faisait de le voir dans cet état, elle étala généreusement la crème qu'elle avait emporter sur son dos en parlant de tout et de rien.

A cet instant, elle se décida. Elle détestait se sentir impuissante comme maintenant. Alors pour éviter une chose pareille a l'avenir, elle allait demander a la Dame du lac de lui apprendre a maîtriser ses pouvoirs.

« Comment ça va toi ? »
fit elle finalement. « Je veux dire, a part … ça ». Elle parlait des blessures.
Contrairement a de nombreuses personnes, Louise n'avait pas besoin d'insister pour que Charlie lui parle vraiment de ses états d’âmes. « Tu sais tu devrais peut être aller voir la police... » A chaque fois qu'elle le voyait dans cet état, elle ne pouvait s’empêcher de lui proposer. Bien entendu il refusait, mais la jeune femme ne pouvait se résoudre a l'abandonner.
Comme d'habitude il refusa et un silence s'installa, tendit qu'ils étaient tous deux perdu dans leurs pensées.

Louise était réellement heureuse d'avoir trouvé Charlie. Certes ils avaient six ans d'écart, mais ils étaient si proches que cela n'avait pas d'importance.

Soudain, Louise attrapa son paquet et le tendit son amis. « On ne va pas déprimer le soir de Noël quand même ! ». Les yeux brillant, elle attendit qu'il ouvre le paquet, guettant sa réaction. « Alors, ça te plais ? ».

FICHE PAR STILLNOTGINGER.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
I don't think inside the box...
... I don't think outside the box either. I don't even know where the box is.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t13704-louise-hollen-en-cour http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t13932-amis-et-enemis-de-lou http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t16326-la-vie-trepidante-ou-pas-de-louise-hollen#159259

Charlie Buckett


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


avatar


╰☆╮ Avatar : Colin Ford

Ѽ Conte(s) : Charlie et la chocolaterie
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Charlie

☞ Surnom : Charlie
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1034
✯ Les étoiles : 3001




Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Lun 23 Mar 2015 - 14:35


Notre bulle.
Seulement nous.

Charlie attendait patiemment, regardant le ciel et écoutant un peu de musique à cet instant. Cela lui permettait de se laisser porter dans d'autres cieux. Il pensait autre chose à ce moment là, imaginant pleins de petites histoires fictives ou ce qui pourrait dessiner pour garder un bon souvenir de cette soirée avec Louise. Il savait que ça allait être une belle nuit et la passer avec elle ne pouvait que l'être.

Il soupira légèrement, il savait aussi ce qu'elle allait dire quand elle saura pour son dos...mais il fut interrompu dans ses pensées par la présence de la jeune femme toute sourire. Il se releva, la saluant, se laissant aller dans ses bras, sans une petite grimace quand elle posa ses mains sur son dos. Il se doutait qu'elle s'en était aperçu. Elle lui fit comprendre qu'il serait mieux à l'intérieur, il fronça des sourcils, alors comme ça elle avait trouvé un moyen d'y accéder, elle se faisait délinquante, il ria intérieurement, c'était bien sa meilleure amie.

Ils entrèrent, le jeune homme ayant les bras chargés et ils mirent de nouveau tout en place. Il espérait que son cadeau lui plairait, il avait pris tout son temps pour le faire, pour le rendre parfait, pour qu'il résiste à tout et contre tout. Il s'installa confortablement, on pouvait voir les étoiles dans le ciel, il avait hâte de pouvoir les observer de plus près. Il sortie quelques gâteaux et boissons, quand sa meilleure amie lui déclara "Allez, c'est l'heure du strip-tease... ", il ne put s'empêcher de rire, il n'allait pas se renfrogner, elle savait comment s'y prendre avec lui et était difficilement boudeur. Et puis, il savait qu'elle le savait. Il se résigna à le faire et la laissa faire, comme souvent malheureusement et Charlie en était triste qu'elle se sente obligé de le faire et surtout de voir son expression sur son visage. Il souffla et serra son poing pour ne pas montrer plus de mal être en sentant les mains de Lou' dans son dos, passant la crème sur les blessures.

Ce qui en suivit fut difficile pour le jeune homme, il ne voulait pas qu'elle s'inquiète autant..., il sourit vaguement à sa question, ils se comprenaient bien et ce malgré leur différence d'âge. "Comment ça va toi ? Je veux dire, a part … ça". Il ne pouvait pas nier qu'avec qu'elle s'était si différent, il lui parlait facilement même parfois, il n'avait même pas besoin de le faire, pour qu'ils aient compris les choses. C'était la seule à tout savoir. Même à Willy il ne préférait pas tout lui dire, valait mieux pas, il ne voulait pas l'inquiéter, il avait déjà d'autres choses en tête, pour en plus lui en rajouter à cause de lui. Il se décida à répondre et ne plus pensé à cela.

"Je vais bien Lou', a part aujourd'hui, tout se passe bien, je suis heureux de travailler avec Willy...il me manquait quelque chose avant que la malédiction ne soit plus..et je sais que maintenant s'était en lien avec Willy et le chocolat..." dit-il sincèrement, souriant grandement comme un bien heureux. Avec Louise, il disait les choses sans détour. "Et toi..comment tu vas ? la collocation ça se passe bien ?"..il la regarda un instant, ayant tourné la tête, lui souriant.

Il la laissa achever sa tâche et se crispa à l'entente de cette fameuse phrase. « Tu sais tu devrais peut être aller voir la police... », ce n'était pas la première fois, qu'elle lui disait cela, mais il ne pouvait pas, il ne voulait pas, il savait que si les gens le savaient, ils ne comprendraient pas pourquoi, il ne voulait rien dire, mais pour lui ce n'était pas important, il ne râlait pas..certes ça l'agaçait, l'énervait et ça le rendait triste de voir Lou' ainsi mais il ne voulait pas. "Lou'...tu sais très bien que je ne veux pas..." , répondit-il comme à chaque fois. Elle finit sa tâche, ils se perdirent dans leurs pensées respectives.

Il s'était rhabillé. Et Louise déclara que la soirée n'allait pas être signification de déprime, il sourit, il était entièrement d'accord. Elle lui donna un beau paquet bien emballé qu'il entreprit de défaire. Il la faisait languir en regardant d'un air neutre le cadeau, un kit de sculpture, qui avait du lui compter un bras. Il aimait bien l'embêter, il savait que cela marchait, puisqu'elle avait toujours peur de pas avoir fait le bon choix, surtout quand elle offrait quelque chose. Il la regarda, alternant entre le cadeau et elle, sans sourire ni sans expression particulière.

Elle lui râla dessus et il rigola un peu. "Louise, tu es folle!" déclara t-il posant le kit et lui sautant dessus, l'entourant de ses bras pour la remercier. Il n'était pas habitué à ce genre de geste...mais avec Lou' s'était aussi différent à ce sujet, il n'y avait aucun malaise même par rapport à leur âge. "il est super ton cadeau, merci infiniment", lui faisant une bise sur la joue. Il se remit en place et lui tendit le sien. Il espérait que sa sculpture d'eux deux lui plaira. Il attendit en mangeant un petit gâteau et leur servant à chacun un verre de chocolat chaud.



© one more time.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
*_*_*_*_*_*_*_*_*_*_*_*_*
*_*_*_*_*_*_*_*_*_*_*_*_*
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t15038-termine-ou-est-charli http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t38429-un-adolescent-tout-en-chocolat-en-recherche-de-liens

Louise Hollen


« Faisons comme si j'étais Merida.
Parlez-moi, je suis tout ouïe »


avatar


╰☆╮ Avatar : Rachel Mcadams

Ѽ Conte(s) : Les douze fréres / Les cygnes sauvages
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Elisa : la soeur



☞ Surnom : Lou, Loulou, P'tit Lu, Pollen
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 5909
✯ Les étoiles : 2402




Actuellement dans : « Faisons comme si j'étais Merida.Parlez-moi, je suis tout ouïe »


________________________________________ Mar 14 Avr 2015 - 17:30

Confiance, vérité ...
Charlie Bucket & Louise Hollen




Il lui avait déjà dit qu'il avait retrouvé Willy Wonka, et Louise avait été on ne peut plus heureuse de l'apprendre. Depuis qu'il l'avait retrouvé, le jeune garçon était beaucoup plus heureux et épanouie. Il avait retrouvé sa vraie passion, ce qui le rendait heureux dans le monde des contes. "Je sais que le chocolat et toi c'est une grande histoire d'amour", déclara elle en le soignant comme elle pouvait. "Oui, la collocation se passe bien. Peggy et Agnès nous font voir des dessins animés à longueur de temps. Je commence a bien m’entendre avec Diane, même si je reste toujours distante avec son frère. Ce sont des dieux, mais personnellement je les vois surtout comme des gens normaux avec leurs propres problèmes. Mais au final, c'est sympa. Les autres je ne les connais pas très bien..."

Elle lui proposa alors d'aller voir la police mais comme d'habitude, il refusa. Dieu ce qu'elle se sentait inutile. Ils se perdirent dans leurs pensés et Louise décida de faire bouger les choses. La princesse lui tendit son paquet retint sa respiration en le voyant l'ouvrir. Bon sang vu la tête qu'il faisait ça ne lui plaisait pas ... Il n'avait absolument aucune réaction, rien, nada, niet. "Bon, alors ça te plais ou pas ? c'est pas sympa de me faire ça !" fit elle mi amusée mi stressée. Il se jeta dans ses bras. Au moins ça lui plaisait, c'était déjà ça. "De rien petite teigne" Fit elle en lui ébouriffant les cheveux. Un jour il arrêterai peut être de la faire tourner en bourrique ...


Ce fut a son tour d'ouvrir le paquet. Précautionneusement, la princesse le déballa, et le sortit du paquet avec douceur. Lorsqu'elle aperçut la sculpture, elle n'eut pas le cœur de lui faire la même blague que celle qu'il lui avait fait. Elle la contempla quelques instants avant de lever les yeux ers son ami. "Charlie elle est magnifique ! Tu es terriblement doué, tu t'es encore amélioré. Franchement c'est superbe !"

Ce fut a son tour de le serrer dans ses bras pour le remercier. Ils grignotèrent quelques gâteaux, discutant de tout et de rien, jusqu'a ce que le sujet de leur première rencontre ne vienne sur le tapis. Ça n'avait pas été très gai comme première rencontre mais elle s'en souvenait comme si c'était hier...

O-o-O-o-O
Louise était sortie, un soir, fatiguée de cette indifférence qui régnait chez elle. Elle était invisible, une enfant non désirée qui ne pouvait quitter sa maison, retenue par la culpabilité qu'ils auraient fait tomber sur ses épaules si elle avait eut le malheur de s'éloigner. Elle avait attrapé deux barres de céréales pour tout repas ce soir. C'était ça ou la maison. Et les voir faire comme si elle n’existait pas, les voir rire, ne jamais lui adresser la parole ou même un regard ... non, elle ne voulait pas subir ça ce soir. Cette impression que si elle disparaissait, elle ne manquerai a personne. La fac ne l'aidait pas, elle ne se démarquait pas et restait seule, a fixer cette peste de Lena qui avait tout ce qu'elle voulait.

Stop, tu ne dois pas penser comme ça. Se gronda elle en avançant dans la nuit. Ses pas la portèrent a un petit parc qu'elle aimait bien et ou elle avait l'habitude de se réfugier quand ça n'allait pas. La princesse se laissa tomber sur une balançoire et se mit a doucement se balancer, le regard dans le vide. Un long soupir lui échappa. Dieu qu'elle détestait cette vie. Elle savait qu'il y avait toujours des gens plus malheureux qu'elle, mais ses nerfs étaient a vifs.

Une boule se forma dans sa gorge. Pourquoi était elle née ? Qu'est ce que la vie avait a lui offrir ? Pas grand chose. Et puis c'était une soirée a déprime.

Tout a coup, un bruit se fit entendre a sa droite. Levant les yeux, elle aperçut une ombre qui s'approchait du parc. Un jeune homme d'environ quinze ans. Que venait il faire par ici ? La jeune femme l'observa longuement.

FICHE PAR STILLNOTGINGER.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t13704-louise-hollen-en-cour http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t13932-amis-et-enemis-de-lou http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t16326-la-vie-trepidante-ou-pas-de-louise-hollen#159259

Charlie Buckett


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


avatar


╰☆╮ Avatar : Colin Ford

Ѽ Conte(s) : Charlie et la chocolaterie
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Charlie

☞ Surnom : Charlie
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1034
✯ Les étoiles : 3001




Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Mer 3 Juin 2015 - 11:03


Notre bulle.
Seulement nous.

Charlie écoutait soigneusement ce que Louise lui racontait, sur sa vie, ce qu'elle ressentait. Il aimait l'écouter, il aimait écouter juste, préférant cela à parler, même si avec qu'elle, tout filait simplement. Il était heureux que ça aille déjà un peu mieux, il lui souriait. Il espérait qu'elle lui raconterait toutes ces choses qu'il lui tienne à cœur, même si il la connaissait assez pour savoir, qu'elle voulait aussi le préserver. Il sentait qu'elle se disait, se sentir inutile pour sa situation, mais pour lui ce n'était pas la mer à boire, il y avait plus grave et c'était juste une question de temps, même si il avait songer à aller voir quelqu'un.

"Ah oui les dieux...cela me semble un peu étrange mais très peu surprenant pour moi, je ne les ai vu que très peu, juste ta colocataire, elle semble tellement normal, comme tu dis. Tu verras avec le temps", il prit une petite pause avant de reprendre. "Je suis content que ça se passe dans l'ensemble bien et ton boulot j'espère que ça va aussi". lui demanda t-il lui souriant.


Elle lui donnait le sourire. Il grignota encore un peu pendant l'ouverture de leurs présents, ils étaient tout deux ravis. Charlie était très content que cela lui plaise, il n'avais pas dépenser grand chose, cela était vrai, mais ça avait été du travail et quelque chose qui lui tenait à cœur. Comme travailler aussi pour Willy, être son associé, ça s'était une autre chose à quoi il tenait.


Il avait rigolé quand il avait fait marcher sa meilleure amie, c'est vrai qu'il aimait aussi beaucoup l'embêter. Il la remercia encore pur son cadeau magnifique, elle avait du y mettre le prix, alors qu'elle n'était pas riche.

Ils discutèrent au fil du temps, consommant l'un après l'autre leurs aliments et boissons, savourant avec délices cet instant. Charlie voulut parler de quelque chose à sa meilleure amie. Il avait bientôt 15 ans de plus et il y pensait depuis un petit moment. Il s'était tut pendant un instant, croquant dans une viénoiserie, se lançant.

"Au fait, je me suis dit, peut-être qu'un jour, je pourrais exposer mes œuvres....même si tu es une des rares à les avoir vu pour la plupart, pour le moment...ou alors monter un petit marché, les clients commanderaient quelque chose et je leur ferais. Je m'étais dit que ça pourrait être sympa et tu pourrais m'aider, travailler un peu ensemble...enfin c'est qu'un projet, qui ne verra peut-être jamais le jour." disait-il finalement.


Leur conversation déviait peu à peu, ils se rappelèrent certains souvenirs, rigolant à des petites anecdotes qu'ils racontèrent l'un après l'autre. Ils avaient eu de bons et de mauvais souvenirs. Charlie savait que trop bien qu'elle n'avait pas eut une vie facile, maintenant encore aujourd'hui s'était le cas. Il se disait qu'il n'avait aucun le droit de se plaindre. Ils enchaînèrent sur leur rencontre, où leurs amitiés avaient commencé, une rencontre peu ordinaire et assez difficile, mais petit à petit quelque chose naissait.

Ils le racontèrent comme si cela se passait sous leurs yeux, les souvenirs n'étaient pas flou, loin de là, ils étaient bien présents et surtout pour ce jour là. Même les détails ils s'en souvinrent. Alors ils se laissaient porter par ceux-ci, comptant leur rencontre.


**__**

Charlie souffla fortement, il avait les nerfs à vif. C'est temps-ci ça avait été plus régulier et il avait été "puni" pour rien comme d'habitude, mais cette fois-ci à cause des ses saletés et soit disant frangin et frangine. Ils étaient un petit peu plus âgés que lui. Mais ils ne ratèrent pas une occasion de l'emmerder. Il savait très bien jouer l'indifférent mais là, il ne put le faire, par moment, il réagissait et ce soir même sans réagir, il avait été puni. Il se demandait même si ces frères et soeurs, ne se délectèrent pas de ce spectacle. ça ne l'étonnerait pas de toute manière. Il voulait vivre comme tous les autres. Il ne se plaignait pas et de toutes manières si il le faisait, il était traité de menteur....bien sur les apparences...toujours celles-ci qui le contredisaient avec ces témoins...Il avait juste une hâte, c'est d'atteindre l'âge légal pour partir...en espérant qu'ils puissent signer ce papier d'émancipation, il pensait qu'ils le feraient, vu qu'ils ne le désiraient pas. A ce demander pourquoi, il avait été adopté...pour faire bonne figure, bien entendu.

Charlie recevait les coups l'un après l'autre, avec une extrême lenteur et force. Son bourreau voulait entendre ce son, ce cri de douleur qu'une personne en générale ferait, en recevant chaque coups...mais lui, Charlie, se retint de le faire, se mordillant fortement la lèvre. Il avait les poings, ses jointures tellement serrés. Il voulait bien sur que ça s'arrête, mais ne donnerait pas le plaisir à cet homme qui lui servait de père.


Charlie se retint jusqu'au bout, retenant même sa respiration. L'homme partie de la pièce, de ce bureau. Charlie se laissait glisser sur le sol, genou à terre, relâchant enfin sa respiration, expirant et inspirant fortement. Il avait mal, même sans bouger. Alors il resta là un temps, pour revenir à la réalité. Il sentit du sang sur sa lèvre, il l'aspira, il n'en avait que faire. ça guérira tout seul, comme d'habitude. Comme pour son dos.

Il se décida à se relever, s'aidant du bureau pour se mettre debout. Il mit un temps avant d'avoir un bon équilibre. Il souffla un instant et monta dans sa chambre. Les membres de cette maison, étaient partie comme si de rien n'était dans leur différente occupation, peu intéressantes, au goùut de Charlie. Il ne se sentait pas bien, mais il devait prendre sur lui. Il avait besoin de se défouler. En tout cas pour ce soir, sa colère était bien présente.

Il était dans sa chambre. Il était au centre de celle-ci, son regard vide. Quelques secondes passèrent. D'un coup, il envoya tout valdinguer dans la pièce, les cours, les livres, tout objet que soit disant ils avaient offert pour faire plaisir. Il prit son coussin, tapant dessus, étouffant son cri avec celui-ci. Il respira vite, il ferma fortement les yeux, essayant de se calmer. Une seule chose pouvait le calmer à cette heure-ci. Il se releva difficilement, la douleur bien présente. Il faisait comme si de rien n'était, chose habituelle. Mit un sweet, un peu avec difficulté, prit une sacoche, son skate à la main, son casque sur ses oreilles. Il fit le mur et partit dans la nuit, utilisant son skate pour se diriger vers le petit parc, non loin de chez lui.

Il le prit finalement à la main, s'approchant et finissant son chemin à pied, musique en marche. Une petite balade dans la nuit, lui faisait grand bien. Il était perdue dans ses pensées, se sentait vraiment mal même si le reconnaître était encore autre chose.

Il se rapprochait du parc, il n'avait pas remarqué, une autre présence, même si il avait les yeux grands ouverts, il avait légèrement les yeux baissés, regardant juste un peu là, où il mettait les pieds. Il connaissait bien le parc. Il voulait juste s'assoir sur la balançoire. Il aimait bien la nuit le faire par moment. Il s'avança vers celle-ci et aperçut des pieds. Il releva le regard doucement et tombe dans les yeux d'une jeune femme. Elle était assise sur l'une des balançoires.
Charlie ne laissait rien paraître. Il hésitait fortement à s'installer sur l'autre à côté de la jeune femme. Sa timidité, plus sa réserve étaient ressorties d'un seul coup et il ne savait pas trop quoi faire. Cependant, un autre de ses traits de caractère avait été mis à l'épreuve : sa curiosité. Pourquoi était-elle ici, seule. Pourtant Charlie, se frappa mentalement, il était pareil. Il n'était en plus de bonne compagnie, si il disait quelque chose, pour le peu qu'il en disait, il risquait d'être assez cru et il ne cherchait pas à se battre avec une autre personne. Surtout lui expliquer son manque de tact.

Il alla faire demi tour ou du moins se mettre ailleurs dans le parc, tournant le dos à la jeune femme, un peu gêné tout de même, mais ce ravisa, arrêtant son geste. Il la regarda du coin de l'œil. Pourquoi s'enlever le plaisir de faire de la balançoire, il y en avait tout de même deux et puis ils n'étaient pas obligé de parler.

Il prit place ainsi sur son objet de convoitise, restant ainsi, casque sur les oreilles, sa musique moins forte mais toujours en marche. Il voulait tout de même entendre les choses. Il avait les mains sur les cordes. Il n'avait pas fait attention qu'il avait trop serré ses poings, jusqu'à sang et encore maintenant il n'y faisait pas attention. Il se tenait droit, pour ne pas trop ressentir son mal être. Il prit un petit cahier de son sac et se mit à dessiner, se perdant dans ses pensées, se détendant. Il dessinait, dessinait, créant ce qui lui servait de modèle. Il avait remarqué sa tristesse, ou une sorte de colère aussi, ça se reflétait sur son graphisme. Quand il dessinait les choses, il remarquait un peu mieux les choses, surtout quand il s'agissait de personnes.

Il se perdit dans ses méandres, évitant toutes grimaces, ne se préoccupant que de son dessin.

© one more time.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
*_*_*_*_*_*_*_*_*_*_*_*_*
*_*_*_*_*_*_*_*_*_*_*_*_*
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t15038-termine-ou-est-charli http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t38429-un-adolescent-tout-en-chocolat-en-recherche-de-liens

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

Le monde merveilleux de deux âmes unies par un lien invisible





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➹ Archives