« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)


Partagez
 

 Je n'ai pas besoin d'un psy mais d'un avis - Pv Aloy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Amelia Peters



« Parfois au réveil,
j'ai les oreilles dures. »


Amelia Peters


╰☆╮ Avatar : Alyssa Milano

Ѽ Conte(s) : Le Roi Lion
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Diku

✓ Métier : Propriétaire de La Pelle à tarte - Secrétaire de Hadès
☞ Surnom : Amy / Cam
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2666

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Je n'ai pas besoin d'un psy mais d'un avis - Pv Aloy _


Actuellement dans : « Parfois au réveil,j'ai les oreilles dures. »


________________________________________ Dim 15 Fév 2015 - 22:13

April avait beaucoup parlé de son ami le psychiatre raffiné, Aloysius Black. D'après ce qu'en savait sa soeur, ils étaient même devenus amis, ce qui avait très certainement aidé sa soeur ainée à remonter la pente. Et en plus de ses compétences maintes fois vantées par ci par là, Amelia n'avait jamais entendu que du positif à son sujet, ce qui l'avait décidée à aller le voir, des fois que.
Non pas qu'elle ait besoin d'un psy. Elle n'était ni déprimée, ni suicidaire, ni rien. Amy allait bien. Elle était juste un peu chamboulée depuis qu'elle avait brièvement revu son mari et ne savait pas quoi faire. Il s'était excusé, après tout, et tout ce qu'il lui avait fait était du à la malédiction, ce dont elle avait bien conscience. C'était d'ailleurs ce qui la perturbait, à vrai dire. La jeune femme se sentait comme tiraillée entre les souvenirs douloureux, le sort noir et son amour viscéral pour Wimbo.
Ils se connaissaient depuis toujours et elle l'avait aimé depuis presque aussi longtemps. Même du temps de la malédiction, elle avait continué de l'aimer. Ce qui en avait surpris plus d'un, à vrai dire. Mais Amy voulait croire qu'ils étaient des âmes soeurs et qu'elle le retrouverait toujours. Ce qui semblait assez délicat cette fois là, au point qu'elle se demandait si elle n'était pas un peu timbrée de croire en des convictions qui marchaient rarement dans ce monde. Ou trop optimiste, peut être.
L'un dans l'autre, elle était assise dans la salle d'attente du médecin et.. attendait son tour en feuilletant une revue peu intéressante. Soudain, la porte s'ouvrit et son nom fut appelé. Aussitôt, Amelia bondit de son siège, gratifiant le praticien d'un large sourire avant de lui serrer la main.
Pénétrant dans son bureau, elle dit alors, sans préambule:
- Avant que ça n'aille plus loin je vous préviens d'une chose: je ne suis pas là pour qu'on trifouille dans mon cerveau pour en extirper traumatismes d'enfance et autres machins refoulés depuis 20 ans. Je suis là parce que j'ai besoin d'un avis extérieur sur une de mes préoccupations et qu'il parait que vous êtes doué. Cher mais doué. On fait comme ça? demanda t-elle en regardant le psy droit dans les yeux.

Aloysius Black



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Aloysius Black


╰☆╮ Avatar : Mads Mikkelsen

Ѽ Conte(s) : Le roi Lion
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Scar

☞ Surnom : Fanny
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 328

✓ Disponibilité : Veuillez voir ça avec mon assistante...

Je n'ai pas besoin d'un psy mais d'un avis - Pv Aloy _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Lun 16 Fév 2015 - 19:11


Amelia & Aloysius

« Je n'ai pas besoin d'un psy mais d'un avis »


Voilà maintenant pratiquement une heure que Madame Scofield pleurait sans interruption. Aloysius était accoudé à son fauteuil de cuir de psychiatre et remerciait le ciel qu’il soit assez confortable pour apaiser son fessier lors d’un de ses moments de souffrance intense. Tout en se massant le haut de l’arrête du net ainsi que les sourcils, il écoutait ces jérémiades incessantes tout en lui tendant de temps à autre sa boîte de mouchoir. Lorsqu’il fut enfin 15h, le psychiatre leva les yeux au ciel comme pour remercier un quelconque être divin qui aurait pu être là et se releva, tout en reboutonnant la veste de son costume. Béni soi l’humain qui avait inventé cette règle de psychiatrie selon laquelle il fallait qu’une séance soit strictement délimitée dans le temps pour être efficace. Une heure était déjà bien assez long comme ça, autant ne pas faire durer le… « plaisir ». Il était parvenu à la tuer de 20 manières différentes dans sa tête avant d’être las et de simplement se laisser aller à l’écoute de cette personne si peu intéressante. Si encore elle était bien sculptée, il aurait pu envisager de passer à l’acte, ne serait-ce que pour abrégée sa misérable vie de larmes et pour interrompre ces séances de thérapies qui ne menaient vraisemblablement à rien. Mais la femme avait un tel embonpoint qu’il ne fallait pas espérer trouver sur elle autre chose que de la graisse et les fast-foods étaient loin d’être la tasse de thé du cannibale.

Il nota sur son carnet de note le prochain rendez-vous avec un certain dégoût qu’il ne laissa pas paraître et raccompagna poliment la dame jusqu’à la sortie. Son bureau comportait deux portes : l’une était l’entrée, l’autre la sortie. De cette manière il conservait pleinement l’anonymat de ses patients : personne ne se croisait dans la salle d’attente. Il s’arrangeait pour donner des rendez-vous de manière suffisamment espacée pour qu’il n’y a jamais deux personnes à attendre dans le corridor et quand bien même l’une de ces personnes serait extrêmement en avance, il ne lui permettrait jamais de rentrer. Storybrooke était une petite ville, les choses se savaient vite par ici et Aloysius était payé suffisamment cher et avait une clientèle suffisamment aisée de par sa notoriété pour leur offrir un tel confort, ne serait-ce que par politesse et par respect, deux valeurs auxquelles il attachait beaucoup d’importance.

Il récupéra son carnet en cuir, retourna s’assoir à son bureau pour y poser quelques notes sur Scofield puis récupéra son agenda dans sur un bord du meuble et consulta le patient suivant : Amelia Peters. Le lion caressa le nom du doigt avec un sourire en coin. Diku. En voilà une bonne surprise. Il écrivit sur son carnet le nom de la jeune femme de son écriture, fine, nette et propre – presque chirurgicale – et reposa son agenda dans un coin. Il amena son carnet de note jusqu’à la petite table basse à côté de son fauteuil et se dirigea d’un pas souple vers la porte d’entrée.

- Amelia Peters ?

Comme montée sur ressort, la jeune femme se leva et trottina vers lui. Il la reconnaissait bien là, elle était en tout point similaire à son apparence de féline. Elle lui sourit, il lui rendit la politesse et lui serra la main, avant de se déplacer de côté afin de lui permettre d’entrer. Une fois ceci fait, il referma la porte derrière lui et se tourna vers la jeune femme qui s’était mise d’emblée à parler. Il haussa les sourcils, un petit sourire amusé sur les lèvres, en l’entendant commencer sa petite mise au point tel un bélier viking qu’on enfonce dans une porte de 20 tonnes 5. Elle était direct, elle était franche et si Scar la détestait pour être la sœur de Sarabi, Aloysius commençait à l’appréciait. Il aimait cette vivacité, cela lui changeait un peu de Scofield et c’était tant mieux. Il hocha la tête avec le même sourire amusé avant de lui répondre :

- On fait comme ça !

Il tendit la main pour désigner un fauteuil en cuir confortable en face du sien.

- Mais je vous en prie, asseyez-vous. Voyez-vous, je ne suis pas du genre à apprécier le divan qui est plus là à titre décoratif (il lui désigna l’objet) ou à prendre de la distance en m’asseyant derrière un bureau (il lui présenta le meuble). Je préfère encore que nous asseyions l’un en face de l’autre, comme des adultes civilisés et sur le même pied d’égalité. C’est mieux pour discuter, non ? Je vous assurez que vous aurez déjà bien plus l’impression que nous tentons de régler votre problème plutôt que de trifouiller votre cerveau.

Même si ceci viendrait sûrement, mais chaque chose en son temps… Il se dirigea vers son fauteuil, reboutonna sa veste et s’assit en croisant les jambes.

- Je vous écoute, en quoi puis-je vous aider Amelia ?

Il n’avait pas tendance à appeler les gens par leur prénom d’emblée, et surtout pas les femmes ou pas en publique du moins. Lorsqu’il était en thérapie, c’était radicalement différent, il appelait toujours les gens par leur prénom, détruisant ainsi les barrières sociales, la gêne et la honte, permettant à la confidence de s’installer en douceur.


Code by Fremione.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
(c) MΛ☾ΛЯON





http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t8516-soyez-pretes-pour-le-c http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t8684-je-patauge-dans-limbecillite

Amelia Peters



« Parfois au réveil,
j'ai les oreilles dures. »


Amelia Peters


╰☆╮ Avatar : Alyssa Milano

Ѽ Conte(s) : Le Roi Lion
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Diku

✓ Métier : Propriétaire de La Pelle à tarte - Secrétaire de Hadès
☞ Surnom : Amy / Cam
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2666

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Je n'ai pas besoin d'un psy mais d'un avis - Pv Aloy _


Actuellement dans : « Parfois au réveil,j'ai les oreilles dures. »


________________________________________ Lun 16 Fév 2015 - 20:16

Le psy accepta le deal, probablement surpris par la franchise d'Amelia, qui avait toutefois eu la décence de ne faire aucun commentaire sur sa profession. Ce qui ne l'avait pas empêché d'être un peu plus directe que ce qu'elle avait prévu, ce qui en fait lui arrivait souvent et ce, depuis toujours. Au moins restait-elle fidèle à elle-même, ce qui n'était pas le cas de toutes les personnes qu'elle avait rencontré.
Cependant, cet Aloysius Black, qui lui proposait de s'assoir l'un en face de l'autre comme deux adultes sur un pied d'égalité lui plaisait bien. Elle apprécia même ce qu'elle prit pour un trait d'humour, quand il reprit sa formulation. Mais elle se garda bien de le dire, préféra ne hocher que la tête d'un air entendu, jetant un regard sans équivoque au divan. Jamais, de toute façon, elle ne se serait couchée là dessus.
- J'aime votre état d'esprit, commenta t-elle en prenant place sur le fauteuil qu'il avait indiqué quelques instants plus tôt tandis qu'Aloysius prenait place en face d'elle, comme promis.
Fauteuil qui était plutôt confortable, d'ailleurs. Il ne manquait presque que la tasse de thé ou le café noir et Amy aurait pu se croire chez un ami. Un ami d'April, en fait. Peu importe, c'était toujours ça de gagner pour qu'elle accepte de lui faire confiance et de livrer ses ennuis à un parfait inconnu. Ce qui n'allait pas tarder à arriver, puisqu'il venait - déjà - de l'y inviter.
Mais son ton était suffisamment aimable et il semblait suffisamment intéressé pour que la jeune femme daigne répondre ou plutôt se mettre à nu. Mais elle préférait ne pas envisager les choses de la sorte, déjà bien trop perturbée à l'idée de tout lui raconter.
- Je viens parce que j'ai revu mon mari, il y a quelques temps. Il s'est comporté comme un connard pendant le sort noir, mais il était influencé, il n'avait plus ses vrais souvenirs. Maintenant, je ne sais pas. Il s'est excusé mais il a pris la fuite juste après. Du coup je ne sais pas quoi faire et je n'ai pas spécialement envie de souler mes soeurs avec tout ça. Vous croyez que c'est mauvais signe, de s'excuser et de se barrer en courant après? Parce que moi je ne sais pas. Je sais juste que je l'aime encore et que beaucoup me prennent pour une folle à cause de ça. Mais je ne suis pas folle, reprécisa la jeune femme.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Sisters in trouble

Aloysius Black



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Aloysius Black


╰☆╮ Avatar : Mads Mikkelsen

Ѽ Conte(s) : Le roi Lion
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Scar

☞ Surnom : Fanny
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 328

✓ Disponibilité : Veuillez voir ça avec mon assistante...

Je n'ai pas besoin d'un psy mais d'un avis - Pv Aloy _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mer 18 Fév 2015 - 19:09


Amelia & Aloysius

« Je n'ai pas besoin d'un psy mais d'un avis »


Il avait hoché la tête lentement avec un sourire, signe respectueux qui voulait dire « merci » pour le compliment qu’elle avait fait sur son état d’esprit. Ils finirent ensuite par s’assoir et Diku commença sa petite histoire. Alors comme ça Wimbo ne semblait pas tout à fait décidé à rentrer dans les rangs ? Voilà qui était fort intéressant, d’autant plus qu’elle était toujours amoureuse… Scar avait toujours trouvé ce lion complétement stupide et inintéressant… Un vrai coq qui méritait bien plus d’être cet animal qu’un lion… Mais s’il faisait le bonheur de la jeune Amélia ou plutôt son malheur à l’heure actuelle, pourquoi ne pas tenter un rapprochement avec ce jeune homme ? S’il l’avait, il avait la sœur et s’il avait la sœur… Et bien il avait Sarabi… Tout était question de levier et de point de pression, dans ce monde comme dans l’autre.

Il l’écouta attentivement, même s’il eut un léger sourire en entendant le mot « connard »… Il en était déjà un sur la terre des lions pour Scar mais jamais il n’aurait utilisé ce mot… Enfin bref passons. Son sourire n’avait rien d’explicatif, tout homme de sa classe aurait pu sourire en l’entendant parler ainsi, Scar ou pas Scar et il était légèrement dissimulé par son index posé sur ses lèvres, tandis que sa main soutenait son menton. Elle était toujours amoureuse, bon point pour lui. Il n’était pas décidé, autre bon point. Il eut un petit rire quand elle reprécisa qu’elle n’était pas folle. Pourquoi avait-elle donc aussi peur des psychiatres ? C’était une idée qu’il creuserait sans doute plus tard…

- La folie se cache bien dans des endroits mais pas dans le cœur d’une femme encore amoureuse qui ne sait plus sur quel pied danser. Ou très rarement. Et je vous rassure, vous ne me semblez pas folle au sens médical du terme.


Il lui fit un petit sourire complice et rassurant avant de poursuivre.

- Il est vrai que le sort noir a fait de nombreux ravages dans l’esprit de plusieurs personnes. Tous les jours des patients viennent me voir car ils ne savent plus vraiment où ils en sont et cela est peut-être en train d’arriver à votre mari… Même si la malédiction a dû être douloureuse pur vous, je suis ravi de voir que vous avez le recul et l’intelligence nécessaire pour adopter l’attitude adéquate. Effectivement, vous ne pouvez lui en vouloir de ce qui s’est passé durant ce sort noir, il n’avait plus aucun souvenir et ce n’était tout simplement pas la même personne. Et revanche, on peut tout de même saluer l’effort de vouloir s’excuser, n’est-ce pas ? Après tout, il n’était pas obligé… Puisque ce n’était pas lui…

Il s’arrêta quelques secondes pour terminer sa réflexion et surtout pour lui laisser le temps de digérer la réflexion et lui permettre de le suivre. Sans quoi, elle serait sans aucun doute noyer dans des flots de paroles et la «thérapie » ou la manipulation n’aurait aucune prise sur elle. Il prenait bien garde à ne pas utiliser de mot qui pourrait le mettre en sale posture : à l’heure actuelle il n’était pas censé savoir qu’elle était lionne, sœur de Sarabi, Diku et que son mari était Wimbo. Elle lui avait juste dit par téléphone qu’elle venait de la part de Sarabi…

- S’excuser puis s’enfuir n’est pas spécialement mauvais signe. Peut-être a-t-il besoin d’aide ? de recul pour réfléchir ? Les hommes ont souvent tendance à se replier sur eux-mêmes et à ne plus donner signe de vie quand ils ont besoin de réfléchir… peut-être que cette… « mésaventure » l’a touché plus qu’il n’y paraît ? Peut-être a-t-il honte aussi de vous avoir fait souffrir comme cela… Ce ne sont bien sûr que des pistes, pour vous donner une réponse plus claire et plus précise, je me dois d’en savoir un peu plus… Vous m’avez dit être présente de la part d’April… Etait-elle l’une des sœurs dont vous me parliez tout à l’heure ? Êtes-vous une ancienne lionne vous aussi ?



Code by Fremione.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
(c) MΛ☾ΛЯON





http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t8516-soyez-pretes-pour-le-c http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t8684-je-patauge-dans-limbecillite

Amelia Peters



« Parfois au réveil,
j'ai les oreilles dures. »


Amelia Peters


╰☆╮ Avatar : Alyssa Milano

Ѽ Conte(s) : Le Roi Lion
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Diku

✓ Métier : Propriétaire de La Pelle à tarte - Secrétaire de Hadès
☞ Surnom : Amy / Cam
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2666

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Je n'ai pas besoin d'un psy mais d'un avis - Pv Aloy _


Actuellement dans : « Parfois au réveil,j'ai les oreilles dures. »


________________________________________ Mer 18 Fév 2015 - 22:36

Amelia, à sa grande surprise, se sentait plutôt à l'aise - autant qu'on puisse l'être chez le psy, du moins - et se livra sans trop de difficultés, évitant toutefois de croiser le regard du médecin. Néanmoins, à en juger par son attitude, il avait l'air de réellement l'écouter, ce qui constituait un autre bon point pour lui. Après tout, Amy s'était pas là pour parler dans le vide! Si elle payait aussi cher, c'était pas pour nourrir les merles! Elle était aussi heureuse de voir que l'adage qui voulait que les psys fassent des mots croisés pendant leur consultation ne se vérifiait pas avec Aloysius Black, se disant qu'avec tout ça, elle pouvait presque lui faire confiance. Presque. Amy n'allait surement pas mettre la charrue avant les boeufs et n'arrêterait son jugement qu'à la fin de l'heure, et ce, même s'il avait dit qu'elle n'était pas folle.
Amelia sourit, confortée dans son idée qu'elle allait bien et avait simplement besoin de conseils. Puis elle tiquait. Comment ça "pas folle au sens médical du terme?", s'indigna t-elle mentalement. La jeune femme ne savait pas trop comment prendre cette curieuse précision, qu'elle décida donc d'ignorer. Venant de sa famille, elle ne l'aurait pas surprise. On disait en effet souvent d'elle qu'elle était la fofolle de service, sans cette enjouée et pleine d'entrain.
Mais ce qu'ils savaient moins, c'est que derrière cette facette, se cachait une femme qui trimait pour subvenir seule aux besoins de sa famille - et parfois sans beaucoup de reconnaissance. Outre la fofolle du coin, Amelia était la mère célibataire désespérément à la recherche de sa moitié. Et à côté de ça, elle devait tenir une boutique, faire les comptes, payer les factures et s'occuper d'elle, quand elle trouvait le temps. Amy était donc bien contente, au fond d'elle - vraiment très au fond - de payer cet homme pour qu'il s'intéresse à ses problèmes, puisqu'elle avait choisi de ne pas les étaler ailleurs.
- Vous me rassurez, commenta t-elle en rendant son sourire à Aloysius.
Puis il poursuivit, la complimentant au passage. Du moins, Amelia choisit d'interpréter son commentaire comme tel, parce que ça faisait du bien, mine de rien. Et qu'en plus, la suite du commentaire n'était pas non plus dénué de sens. Amy saluait effectivement l'effort de son mari, même si au final il avait pris la fuite sans demander son reste.
- Wyatt est une bonne personne, approuva t-elle. Le sort noir a simplement fait ressurgir ce qu'il avait de pire en lui, ajouta t-elle, plus bas. Et elle ne va pas effacer cette part de lui d'un coup de baguette.
Elle avait à peine abondé dans son sens que le docteur Black reprenait sa réflexion, lançant une dizaine de questions au visage de la jeune femme. Il les présenta comme des pistes à suivre ou non.
- Il a honte, coupa t-elle presque, quand il en vint à cette possibilité.
Le fait est que Wyatt le lui avait dit, lors de leur brève entrevue. Et que la jeune femme le comprenait. Ce qu'elle ne comprenait pas, en revanche, c'est qu'il ne lui ait pas laissé le temps de le pardonner.
Amelia y songeait lorsque le psychologue demanda à s'aventurer plus loin, ce à quoi elle était prête, contre toute attente. Il était son psy, après tout. Il était tenu au secret professionnel, ce qui était plus qu'une bonne chose et en plus sa question ne paraissait pas trop déplacée.
- C'est l'une de mes grandes soeurs, approuva t-elle. Je suis la troisième, l'avant dernière. Ancienne lionne, donc, même si à me voir comme ça on ne s'en douterait pas, plaisanta t-elle à moitié. Naturellement, Wyatt... ou Wimbo pour utiliser son nom d'avant, est aussi un lion. Pourquoi vous voulez savoir ça? ne put-elle s'empêcher de demander, curieuse qu'elle était.
De toute façon, elle ne voyait pas pourquoi le psy serait le seul à poser des questions.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Sisters in trouble

Aloysius Black



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Aloysius Black


╰☆╮ Avatar : Mads Mikkelsen

Ѽ Conte(s) : Le roi Lion
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Scar

☞ Surnom : Fanny
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 328

✓ Disponibilité : Veuillez voir ça avec mon assistante...

Je n'ai pas besoin d'un psy mais d'un avis - Pv Aloy _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Sam 21 Fév 2015 - 0:35


Amelia & Aloysius

« Je n'ai pas besoin d'un psy mais d'un avis »


Amelia se détendait, c’était plus que perceptible. Elle qui était venue sur la défensive, préférant mettre les choses au point tout de suite et répétant qu’elle n’était pas folle était désormais en train de se livrer assez facilement, comme s’il gagnait sa confiance. En voilà une bonne surprise… Enfin… « Surprise » pas pour lui. Aloysius en avait vu passé des patients en 28 ans de carrière et combien d’entre eux étaient venus un peu perdus ou par obligations ? Et combien avaient été bien décidé à ne pas parler sous prétexte qu’ils n’étaient pas là de leur propre gré et que tous les psychiatres étaient des « charlatans » ? En pourtant, on en arrivait toujours au même but. Un ou deux sourires complices, une entrée en matière habile et le patient oubliait presque qu’il était en thérapie. Cela était sans doute aussi dû au manque de divan… Et au fait que l’ancien lion ne prenait pas de note ou ne faisait rien d’autre que d’écouter son patient pendant ses séances, ce qui permettait de briser bien des barrières et des « on-dit ». Pourtant, grâce à la malédiction, le docteur Black était un grand spécialiste de la psychiatrie et il savait exactement la raison qui poussait ses confrères à faire des mots croisés ou des jeux sur leur ordinateur durant les séances. Ce n’était pas un manque de respect ou un manque de professionnalisme, bien au contraire ! C’était tout simplement une bonne technique pour le médecin d’éviter de révéler des informations psychiatriques d’emblées ou trop tôt à son patient. L’être humain avait ce réflexe bien banal de toujours vouloir agir quand il le pouvait, or ce n’était pas le rôle de ce type de médecin d’apporter la réponse toute cuite dans le gosier de son patient : cela risquerait de le perturber plus qu’autre chose et d’aggraver ses symptômes. Un psychiatre ouvre la voie, éclaire les parts d’ombres mais c’est au patient de tracer le chemin.

N’allait donc pas croire que, de ce fait, le docteur Black était un mauvais psychiatre car il ne cherchait pas à se vider l’esprit. En fait, il faisait comme ses confrères mais son intelligence supérieure lui permettait l’invention d’un palais mental où il partait parfois se réfugier, tout en suivant le cours de la conversation. Avec Amelia, inutile de l’utiliser, la conversation et le problème était bien trop basique, mais cela ne l’empêchait pas de divaguer sur d’autres idées, sans doutes plus dues à Scar qu’à Aloysius lui-même. Elle avait approuvé ses dires, parfois peut-être même un peu subitement, en le coupant dans son élan, ce qui eut le don de lui crisper la mâchoire durant un centième de seconde. Cela n’était pas perceptible, on aurait pu croire qu’il avalait, il avait pris cette habitude au fil des années. La vérité, c’est que le docteur Black ne supportait pas toute forme d’impolitesse et couper la parole en faisait bien évidemment partie. Mais Diku devait être utile à Scar, il n’était donc pas question de l’assassiner… Il poursuivit donc comme si de rien était et ils entrèrent dans le vif du sujet… Pour le lion tout du moins.

Elle qui avait tenté de lui dire d’emblée ne pas vouloir retourner son passé le faisait pourtant avec une simplicité déconcertante, preuve qu’elle était vraiment en confiance. Elle lui assura donc qu’elle était sœur de Sarabi et qu’elle était lionne également. Pourtant, même si elle se livrait facilement, elle n’en perdait pas moins son esprit critique. Rapidement, elle lui demanda la raison de ce questionnement et Aloysius eu un petit pouffement, accompagné d’un sourire. Il appréciait les gens qui lui posaient également des questions, cela prouvaient qu’ils n’étaient pas mort cérébralement et c’était malheureusement bien trop rare… Mais c’est ce qui plaisait le plus au psychopathe : cela créait du débat, du défi. Ce n’était pas aussi facile de prendre l’ascendant, le jeu n’en était que plus beau, d’autant que sa question n’était pas bien méchante.

- J’apprécie votre curiosité. Beaucoup croient à tort qu’un psychiatre s’écoute comme un professeur. C’est faux. Voir un psychiatre c’est d’abord accepter un dialogue avec une personne qui vous verra objectivement. Les questions ne doivent pas aller que dans un sens, il est aussi bon que vous puissiez poser des questions, notamment pour comprendre la démarche de ce que nous faisons. Ne rougissez donc jamais à l’idée de me poser une question, Amélia, posez toutes les questions qui vous semblent bonnes.

Il hocha la tête lentement avec un sourire avant de répondre :

- C’est peut-être parfois difficile à comprendre, mais certaines situations de notre vie puisent leur source un peu plus tôt dans notre vécu. C’est la raison pour laquelle certains psychiatres donnent l’impression de « trifouiller le cerveau de leurs patients pour en extirper des traumatismes d’enfances et d’autres machins refoulés depuis 20 ans » pour reprendre vos mots, si ma mémoire est bonne ?

Petit sourire complice en attendant qu’elle approuve.

- Même dans une situation comme la vôtre, je pense qu’il ne faut pas sous-estimer l’importance d’où l’on vient. Cela s’avère on ne peut plus vraie dans notre situation puisque nous avons l’étrange expérience d’avoir vécu la vie de quelqu’un d’autre pendant 28 ans, une vie parfois radicalement différente. J’ose à peine imaginer le choc que des gens comme vous on du ressentir à la levé de ce sort noir : la vie d’un lion dans la savane est bien différente que celle d’un humain habitant le Maine… Si je vous pose cette question, c’est pour savoir s’il peut y avoir d’autres explications dans votre ancienne vie de sa réaction. Peut-être que l’honneur chez les lions est perçu différemment que chez les humains ? J’ai vu de nombreux documentaires où l’on peut voir des lions bannis de leur tribu ou partant délibérément après une trahison ou une tentative d’insurrection… Malheureusement, n’ayant pas été lion moi-même dans une autre vie, je ne peux vous être d’un grand secours pour toutes ces réponses. Je ne peux que vous posez des questions auxquelles vous devez répondre ou tenter d’apporter des réponses avec mes maigres connaissances de documentaires animaliers…

Il préférait prévoir… Maintenant qu’il lui avait dit qu’elle était libre de poser des questions, il ne se douterait pas qu’elle en poserait pleins si elle était la même petite idiote curieuse que sur la terre des lions et notamment sur son origine… Autant prévoir le coup et lui dire d’emblée qu’il n’était pas un lion…



Code by Fremione.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
(c) MΛ☾ΛЯON





http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t8516-soyez-pretes-pour-le-c http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t8684-je-patauge-dans-limbecillite

Amelia Peters



« Parfois au réveil,
j'ai les oreilles dures. »


Amelia Peters


╰☆╮ Avatar : Alyssa Milano

Ѽ Conte(s) : Le Roi Lion
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Diku

✓ Métier : Propriétaire de La Pelle à tarte - Secrétaire de Hadès
☞ Surnom : Amy / Cam
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2666

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Je n'ai pas besoin d'un psy mais d'un avis - Pv Aloy _


Actuellement dans : « Parfois au réveil,j'ai les oreilles dures. »


________________________________________ Sam 21 Fév 2015 - 21:49

Le praticien pouffa au son de la question d'Amelia, ce qui la surprit. Pendant un cours instant, elle se demanda si elle avait mal fait. Mais elle partait du principe qu'elle avait le droit de poser des questions, puisque le docteur lui-même avait assuré qu'il s'agissait d'une conversation entre deux adultes - d'où l'absence de divan. Elle chassa donc rapidement cette idée de son esprit. Et elle entendit dès les premiers mots de sa réponse qu'elle avait raison de ne pas s'en faire. Il faisait bien que la rassurer définitivement, il la confortait dans sa démarche interactive! Et l'invitait à continuer! Amelia avait l'impression d'être la bonne élève qui a tout compris au but du cours, ce qui lui mit du baume au coeur - et pas d'un peu. Elle était trop rarement félicitée ou encouragée pour ne pas savourer comme il se doit ce petit plaisir de la vie.
Pour toute réponse, elle le gratifia alors d'un sourire avant de le laisser poursuivre. Elle ne s'était cependant pas attendu à ce qu'il cite l'une de ses premières répliques. Belle mémoire! songea t-elle en retenant un rire. Car pour le coup, une telle expression dans la bouche d'un homme qui semblait si raffiné, c'était surprenant. Presque drôle.
- Votre mémoire est bonne, approuva t-elle un peu plus sérieusement, lui rendant cependant son sourire.
Le docteur Black continua alors son explication, justifiant d'une main de maître sa question. Amy n'avait bien sur jamais fait de psychologie, alors elle n'y connaissait rien. A part la cuisine, elle n'avait pas réellement de spécialités dans ce monde.
Comme la fois d'avant, le docteur lança toute une flopée de questions à la jeune femme, ainsi que des réflexions, qui expliquaient encore un peu sa question indiscrète d'avant. A laquelle elle n'avait pourtant pas hésité à répondre, sans soute parce qu'elle savait qu'il connaissait April...
- Vous avez peut être raison avec vos histoires d'honneur, commenta Amelia. Il ne se sent peut être pas à la hauteur, même si le passé c'est le passé et qu'il faut avancer. Je ne sais pas, je ne suis malheureusement pas dans sa tête. Vous, en tout cas, vous avez l'air de vous y connaitre en animaux sauvages. Passionné de documentaires? demanda t-elle dans une tentative d'humour.

Aloysius Black



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Aloysius Black


╰☆╮ Avatar : Mads Mikkelsen

Ѽ Conte(s) : Le roi Lion
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Scar

☞ Surnom : Fanny
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 328

✓ Disponibilité : Veuillez voir ça avec mon assistante...

Je n'ai pas besoin d'un psy mais d'un avis - Pv Aloy _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mar 3 Mar 2015 - 22:09


Amelia & Aloysius

« Je n'ai pas besoin d'un psy mais d'un avis »


Diku ne semblait pas convaincue par la proposition d’Aloysius, expliquant qu’elle n’était pas dans la tête de son mari. Ce n’était pas faux, il n’y était pas non plus d’ailleurs… Pour le moment. Elle concéda tout de même à l’idée que ce puisse être une possibilité, tenant à étailler son propos. Le psychiatre l’écouta donc avec la même attention, un coude en appui sur l’accoudoir, sa main entourant son menton, l’index posé entre le nez et la bouche. Lorsqu’elle lui demanda s’il était passionné par les documentaires, Aloysius eu un petit rire, tandis que ses yeux ne lâchait pas les siens. Si tu savais ma pauvre… Absolument passionné…

- On peut dire ça comme ça oui. Disons que je m’intéresse à toute la culture que peut nous offrir ce monde. La curiosité et l’ouverture d’esprit sont, selon moi, les deux premiers signes de l’intelligence… Je me tâche donc de développer mon intelligence et lorsque je vois qu’il m’arrive d’avoir des personnes comme vous ou votre sœur dans mon cabinet, je me dis que je fais bien… Je vous serais terriblement inutile sinon et je ne doute pas que vous me demanderiez remboursement.

Sourire un peu plus grand qui laissait découvrir ses dents. Elle voulait faire de l’humour, lui aussi. Après tout, cette séance n’avait absolument rien de conventionnel : il avait tant capté sa confiance qu’il avait presque l’impression de parler avec April et cette dernière n’était pas sa patiente. C’est sans doute ce qui le motiva à prendre le tournant suivant. Il constata d’un rapide coup d’œil à sa montre qu’il ne restait plus que 20 minutes de séance. Il se leva donc et se dirigea lentement vers une de ses armoires en bois.

- Vous voudriez boire quelque chose Amelia ? Après tout, vous l’avez dit vous-même, vous ne recherchez pas une psychanalyse conventionnelle. En revanche, je me dois tout de même de vous décliner toute sorte d’alcool, ne serait-ce que pour l’éthique, vous comprendrez, j’en suis sûre. De ce fait, nous avons…

Il ouvrit en grand l’armoire d’un geste majestueux pour contempler ses bouteilles, celles qu’ils se réservait pour des amis, pour ses séances plutôt étranges avec Dimitri ou tout simplement pour ses moments de solitude et de bonheur, après ses consultation, lorsqu’il restait pour croquer un peu, avant de partir à la chasse…

- De l’eau plate, pétillante, quelques jus de fruit et quelques sodas… Qu’est-ce qui vous ferez plaisir ?

Il ne fallait surtout pas la lâcher. Bientôt, il le savait, elle reviendrait. Encore et encore. Pour lui parler de ses petits problèmes de couples sans intérêt. Pourquoi ? Parce que Diku se sent seule, ça se voit comme le nez au milieu de la figure… Elle se sent seule, elle n’a personne à qui se confier. Et cela aussi se voit. Car si elle avait la famille si aimante que les lions tentent de dépeindre, pourquoi viendrait-elle ici ? Se ruiner auprès d’un psychiatre alors qu’il est clair qu’elle a une certaine aversion pour cette profession… Non Diku est seule et tout comme Krystal, elle ne rejoindra bientôt… Surtout s’il retrouve Wimbo et le ramène dans le « droit chemin » avant ses sœurs…

Code by Fremione.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
(c) MΛ☾ΛЯON





http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t8516-soyez-pretes-pour-le-c http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t8684-je-patauge-dans-limbecillite

Amelia Peters



« Parfois au réveil,
j'ai les oreilles dures. »


Amelia Peters


╰☆╮ Avatar : Alyssa Milano

Ѽ Conte(s) : Le Roi Lion
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Diku

✓ Métier : Propriétaire de La Pelle à tarte - Secrétaire de Hadès
☞ Surnom : Amy / Cam
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2666

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

Je n'ai pas besoin d'un psy mais d'un avis - Pv Aloy _


Actuellement dans : « Parfois au réveil,j'ai les oreilles dures. »


________________________________________ Mar 3 Mar 2015 - 22:58

La remarque d'Amelia fit rire le docteur Blakc, ce à quoi elle ne s'était bizarrement pas attendue. Pourtant, il s'agissait là d'un trait d'humour voulu. Mais voir un homme de son envergure rire de ses blagues bon enfant... c'était surprenant, presque dérangeant. A moins qu'elle ait mal jugé ce personnage si raffiné? Mais après tout, elle ne pouvait pas savoir et c'était lui le psy...
Qui répondit d'une façon plus sérieuse et en cela moins surprenante à la plaisanterie stupide de la jeune femme. En fait, il était presque spirituel et Amy se surprit à boire ses paroles. Puis elle se dit qu'il avait raison - et qu'il devait être très intelligent par la même occasion.
- Vous avez bien raison, approuva Amelia. J'essaye de faire comme vous parce que je suis d'un naturel curieux mais parfois je manque cruellement de temps. L'un dans l'autre, je vous suis à cent pour cent là dessus. Et j'imagine en effet que vous saurez m'aider car ma soeur m'a dit beaucoup de bien de vous.
Sinon je ne serais jamais venue, songea t-elle, presque amusée. Le fait est que même avec ça, elle avait eu de sacrées réticences à venir se confier. Mais à présent, le docteur semblait gagner sa confiance, ce dont elle ne se méfiait absolument pas. Car après tout, si April ne se méfiait pas, pourquoi le ferait-elle?
Soudain, le docteur Black se leva, sans crier gare. Amelia le suivit machinalement des yeux. Cette gestuelle oculaire la conduisit jusqu'à une armoire qu'il ouvrit bientôt pour lui proposer une collation. Ca, à tous les coups, il ne le faisait pas à chaque séance, pensa la jeune femme. A raison, comme le lui confirma son invitation.
Décidément, Aloysius Black avait bien compris ce dont Amelia avait besoin. "Une thérapie non conventionnelle", c'était exactement ça. Se sentir comme avec un ami, oublier le psy, juste pouvoir parler de ses soucis sans avoir l'impression de déranger. Puisqu'elle le payait, il n'avait pas de raisons pour ne pas écouter, après tout.
- Si vous avez du thé glacé se serait parfait, répondit Amelia, ravie à l'idée d'humecter un peu son palais.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Sisters in trouble

Aloysius Black



« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Aloysius Black


╰☆╮ Avatar : Mads Mikkelsen

Ѽ Conte(s) : Le roi Lion
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Scar

☞ Surnom : Fanny
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 328

✓ Disponibilité : Veuillez voir ça avec mon assistante...

Je n'ai pas besoin d'un psy mais d'un avis - Pv Aloy _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Lun 9 Mar 2015 - 12:33


Amelia & Aloysius

« Je n'ai pas besoin d'un psy mais d'un avis »


Sa sœur lui avait le plus grand bien de lui ? A la bonne heure ! C’était sans aucun doute Sarabi… Naanda se contentait de le juger froidement du regard lorsqu’elle le croisait et Dwala tournait complétement la tête… La plus âgée et la plus jeune ne lui faisait nullement confiance, mais il s’en fichait. Il avait Sarabi, la reine, pour un cours instant et Diku… Celle du milieu pour un temps… un peu moins court s’il jouait bien son rôle… Il se contenta de baisser la tête, humble, avec un petit sourire devant un tel compliment, même s’il jubilait intérieurement.

Il s’était ensuite levé et avait proposé une boisson à la jeune femme. Elle semblait quelque peu surprise de son comportement mais aussi visiblement satisfaite, ce qui était loin, très loin de lui déplaire. Elle lui répondit qu’elle aurait bien aimé un thé glacé et Aloysius referma l’armoire. Il leva un index en signe de patience et disparu par la porte de sortie. Il y a avait dans ce couloir une petite salle qui faisait le lien entre le cabinet du Docteur Black et le cabinet du Docteur Clarke. Il y avait un frigo, un évier, de quoi déjeuner sur place en quelque sorte et les deux cabinets se partageait cette salle. Il sorti une bouteille en crystal de son réfrigérateur et revint vers dans la pièce avec un sourire malicieux.

- J’ai effectivement du thé glacé. Il est fait maison, j’espère qu’il vous plaira.


Il sorti deux verres en crystal de son armoire, versa le liquide dans chacun des récipients et en tandis un à Amelia avec un sourire. Puis il retourna s’assoir et pris une gorgée de son thé. Son petit manège avait permis d’écouler plusieurs minutes, ce qui était précisément son but. Juste avant qu’elle parte, il voulait lui enfoncer dans le crane des mots forts, des mots qu’elle attendait depuis bien longtemps et qu’elle n’avait plus assez entendu. Des mots qui l’empêcheraient de dormir ce soir, la faisant se tourner et se retourner dans son lit avant de finir par conclure, épuisée, qu’il avait raison. Des mots qui feraient qu’il la tiendrait. Scar était doué en manipulation mais Aloysius était psychiatre, il savait beaucoup de l’esprit humain, de la torture mentale et pire que tout, il savait comment l’infliger. Il avait su voir en Amelia une arme extrêmement puissante : la solitude.

- On dirait que notre séance touche à sa fin… J’espère très sincèrement qu’elle a pu vous aider, autant à en comprendre un peu plus sur vous que sur votre mari. Vous êtes venue ici pour un conseil, je suppose que nous ne sommes pas destinés à nous revoir… Mais sachez Amelia que si jamais vous sentez encore le besoin de venir me parler, ma porte sera toujours ouverte et je serais prêt à vous accueillir avec du thé glacé. Vous savez, je ne pense qu’il n’y a rien de pire que l’indifférence, ou l’impression de ne pas être écouté à sa juste valeur. Tout le monde a un jour besoin d‘une oreille attentive, c’est pour ça que nous existons, nous les psychiatres, pas uniquement pour vous assommer de cachets… Alors si vous vous sentez seule, que vous avez besoin de parler… Je veux que vous me promettiez que vous n’hésiterez pas à venir me voir, d’accord ?

Il lui lança un sourire amical et attendit une réponse affirmative de la part de la jeune femme. Puis il se leva, la débarrassa de son verre vide et l’accompagna vers la sortie.

- Au revoir Amelia, passez une bonne journée.

Il referma ensuite la porte et un sourire carnassier apparu sur son visage. Il n’y avait plus qu’à la faire miroiter… Et le piège se refermerait.


Code by Fremione.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
(c) MΛ☾ΛЯON





http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t8516-soyez-pretes-pour-le-c http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t8684-je-patauge-dans-limbecillite

Contenu sponsorisé








Je n'ai pas besoin d'un psy mais d'un avis - Pv Aloy _


Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Je n'ai pas besoin d'un psy mais d'un avis - Pv Aloy





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Centre ville