MAGRATHEA :
28.10.18
de Natoune


LA MAISON :
14.11.18
de River


CHATPERLI :
02.12.18
de Tigrou


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ ChAtPeRlIpOpEtTe ☆ Evénement #102
Une mission de Saoirse A. Bennet - Depuis le 3 décembre 2018
« La mission qui a du chat... ! »

Partagez | .
 

 Opération récupération [Melody]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Anna D'Arendelle


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


avatar




╰☆╮ Avatar : Soso Turner :love:

Ѽ Conte(s) : La Reine des Neiges
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Anna



☞ Surnom : Didi ou Marine
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1028
✯ Les étoiles : 2786




Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Ven 8 Mai 2015 - 22:30

Anna ∞ Melody
Why Am I Always The Plan B
Ce, n'était pas un rat, non en fait, c'était pire qu'un rat. Je déglutis, en voyant, le chien. Même si, on , pouvait me répéter, que ce n'était pas la race du chien, qui faisait s'il était ou non, agressif, mais, la manière dont on le dressait, les doberman, me fichaient, toujours la trouille, celui là en particulier. Un, chien, dans un musée, ça ne voulait qu'une seule chose : il était dressé, pour attaquer, les intrus. Et Melody, et moi, étions justement, ces intrus.

Je crois, que le pire, fut quand, il y eu le gardien, j'avais vraiment, voulu, l'éviter, vraiment, sauf, qu'encore une fois, la faute à pas de chance, ou à la poisse qui semblait, me poursuivre, il était devant nous. En revanche, je ne compris, pas très bien, du « grabuge » dont il parlait. Si, c'était pour la vitre cassée, je pense, que c'était dans mes moyens de la repayer, enfin, je crois. J'allais, bredouiller, que je pouvais, payer pour les réparations, mais, je n'en eus pas le temps, Melody, jeta son tesson de bouteille, sur le gardien, qui tomba subitement, en arrière. Je voulais, crier, mais, j'étais beaucoup trop tétanisée pour le faire, et je voulais, surtout, voir, si le gardien allait bien. Mais, ma nouvelle connaissance, en avait décidée, autrement, puisqu'elle m’attrapa, la main, pour courir. Je, ne voulais, pas la suivre, je voulais, rester, et voir s'il allait bien, mais, je finit finalement, par me laisser entrainer.

Le reste était flou, je me voyais, courir, à perdre haleine, à travers de nombreuses pièces, poursuivit, par le doberman, je me voyais accélérer, le pas, comme me l'avait dit Melody, pour éviter qu'il ne nous rattrape, je me voyais, monter les escaliers quatre à quatre, mais c'était comme si j'étais dans un état second, comme si plus rien n'avait d'importance. Le visage, du gardien, avant de s'affaisser, tournait, en boucle, dans mon esprit. Finalement, je fus à moitié jetée dans une pièce, pendant, que Melody, refermait, la porte.

Honnêtement, dire que j'allais bien serait mentir, je me retenais, de toutes mes forces de trembler. Le gardien, n'allait pas bien, non. Comment, est-ce qu'une simple expédition, pour récuperer, mon bien, avait pu tourné autant à la catastrophe ? Et le fait, que nous soyons, dans ce qui semblait, manifestement, être le labo d'Yzma, n'était pas là pour me rassurer. Ni même le fait, que Melody, chantait d'ailleurs. Sérieusement ? Elle chantait, dans un moment pareil ?

Je, ne sais pas ce qui était pire, le fait que dans, un moment, pareil elle chante, ou bien, qu'elle veuille, que nous continuions, à trinquer. Je, n'avais pas envie, de boire, je voulais, sortir, d'ici, le plus vite possible, je voulais, aller m'occuper du gardien, ou appeler la police. Si, je racontais, tout à Emma, peut-être réussirais-je à m'en sortir ? Les remords ne seraient-ils pas un poids suffisant ?

Elle m'ordonna, de boire, sauf que je n'en avais aucune envie, à nouveau je ne tressaillis, même pas, lorsqu'elle jeta la bouteille parterre, avec fracas. En, revanche, je n'appréciais, pas spécialement, ce qui suivit. Quand les choses devenaient sérieuse ? Pleurnicher ? Il, n'avait jamais, été question, que les choses deviennent « sérieuse » comme elle le disait, si bien, je devais juste récupérer, mon épée, et partir, j'avais pas prévus de la rencontrer elle, ni même, que le gardien soit mort.

Je retenais, mes larmes à grand peine, pourquoi, mais pourquoi, n'avais-je pas réfléchit, avant, de m'adresser à elle. Je, ne la connaissais, pas, elle, n'était pas originaire de la ville, et vu ce qu'il venait, de ce passer, je pense, que j'aurais mieux fait, de tout simplement, passer mon chemin, et de ne pas lui proposer une visite de la ville, ni même, lui adresser la parole d'ailleurs.

"On partage un autre secret, maintenant." "Ça commence à faire beaucoup. Tu crois que tu pourrais en garder encore un autre ?"

« Non »

C'était ce que je voulais, répondre, je voulais dire que non, je ne voulais, plus garder ses secrets, qu'elle se les garde, ça irait certainement, beaucoup mieux pour moi ainsi. Mais, à quoi bon ? De toute façon, même si je lui disais, j'étais persuadée, qu'elle n'en ferait qu'à sa tête. A nouveau, je ne dis rien, pourquoi parler de toute façon ? Et puis, en plus, je n'en avais, pas envie, mes pensées étaient, beaucoup trop agitées, pour articuler ne serait-ce qu'une phrase cohérente.

Melody, s'approcha encore de moi, « quoi j'ai quelque chose sur la figure ? » voulus-je demander de manière agressive, sauf que je n'en eus pas le temps, puisque l'espace d'un instant, qui ne sembla durer qu'une seconde, elle posa ses lèvres sur les miennes. Pour la suite, j'entendis, à peine, ce qu'elle me disait, bien trop choquée par ce qui venait, de se passer.

Dans, un premier temps, je fus totalement, incapable de penser à quelque chose, et juste après, ce fut ce qu'on appelle la mémoire associative. Je, n'avais pas vraiment, eu d'expérience dans ce domaine là. Toutes les demandes, venant des princes, des royaumes, voisins, avaient été toutes rejetées, et de toute façon, elles étaient toute pour Elsa. Alors, quand enfin, elle avait été couronnée, j'avais cru rencontrer un prince, qui m'aimait vraiment. Sauf que je m'étais fourvoyée. Mon, unique expérience, dans ce domaine là, ça avait été Hans.

« Oh Anna, si seulement, quelqu'un pouvait vous aimez »

Cette phrase tournait en boucle, dans mon esprit, se répétant, à l’infini, tel un écho. Alors, soudainement, je fus emplie, d'une émotion, qui n'avait, jamais, réellement, été dans ma nature : la rage, la rage, contre le fait, que je sois, toujours, le plan de secours, le plan « B ». On, ne m'aimait, pas vraiment, on voulait, juste « tester » avec moi, pour aller voir, ailleurs quelque chose de mieux.

Prise, d'une soudaine, impulsion, je me relevais violemment :

- Ça suffit ! M'écriais-je

Ce, n'était pas dirigé, contre Melody personnellement, c'était je suppose, juste le déclencheur, de ce que j'avais retenu en moi depuis si longtemps :

- J'en ai assez, que l'on m'utilise, j'en ai assez, d'être le plan B, le plan de secours. Oh oui, pauvre petite Anna, tellement, gentille, tellement naïve, on peu tout faire avec elle, on peu lui faire croire, qu'on tiens à elle, on peu abuser de sa gentillesse de sa naïveté, après tout, elle n'y verra pas d'inconvénient


Le ton était amère, parce que c'était ce que je ressentais, de l'amertume, j'étais toujours passé en second. J'étais la roue de secours de mes parents, pour le trône du royaume, si Elsa, n'arrivait, pas à maitriser ses pouvoirs, j'étais le plan de secours d'Hans, pour ce même trône, car ma sœur, était beaucoup trop inaccessible :

- Je, ne suis pas un jouet, que l'on prend et que l'on jette quand il est trop usagée ou qu'il est cassé !

De rage, j’attrapais, la première chose, qui me tombait, sous la main, manque de chance, ce fut, l'un des instruments, du parfait petit chimiste d'Yzma, et le lançait violemment, contre le mur, qu'il percuta avant de se briser. Quant à moi, je me laissais, glisser le long du mur, à l'opposé, de ma compagne de galère, et enfouit, ma tête dans mes bras, pour pleurer, j'en avais assez de tout ça. Je, voulais, sortir, d'ici, rentrer chez moi, et ne plus jamais, recroiser le chemin de Melody.

code by Silver Lungs

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Still Falling For You
And just like that : All I breathe, All I feel, You are all for me. I'm in. And just like that : All I breathe, All I feel, You are all for me. No one can lift me, catch me the way that you do I'm still falling for you


Melody Blackstorm


« Le plus beau
c'est GASTON ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Kristen Stewart

Ѽ Conte(s) : La Petite Sirène 2
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Melody, the only one



☞ Surnom : Natoune
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 9665
✯ Les étoiles : 29341




Actuellement dans : « Le plus beauc'est GASTON ! »


________________________________________ Jeu 14 Mai 2015 - 12:07


Can you keep a secret again?

Night at the Museum !
Je sursautai légèrement en l'entendait crier. Je la fixai, les yeux ronds, comme une gamine prise en faute. Elle n'avait pas l'air d'avoir apprécié mon baiser. Ca m'apprendrait à embrasser n'importe qui n'importe quand. Il ne fallait pas croire que c'était une habitude. Je me laissais rarement aller à de telles libertés avec les autres. Habituellement, je restais dans mon coin, et mes contacts se révélaient être plutôt agressifs qu'autre chose. Il suffisait de voir ce que j'avais fait à Louise lorsque je l'avais rencontrée. Elle m'avait tellement agacée rien qu'à sa façon de respirer que je l'avais marquée. Désormais, elle était un aimant à Kraken sans le savoir. Il me suffisait de l'activer pour qu'il vienne la prendre. Je n'avais pas encore décidé de le faire. Cet attachement qu'Aaron avait pour elle remettait tout en cause. Je n'avais pas envie de lui briser le coeur. Je m'en prendrai à elle quand il l'aurait oubliée. Ca allait bien finir par arriver étant donné qu'elle se moquait de lui.

Je replongeai dans la réalité en entendant les paroles d'Anna. Elle avait l'air bien secoué. Je clignai des yeux, indécise. Je ne savais pas trop quoi faire pour la réconforter. Avais-je envie de le faire ? Je ne m'occupais jamais des autres puisqu'ils ne s'occupaient jamais de moi. Je les comptais sur les doigts d'une seule main, ceux qui me chérissaient. Après tout, je ne connaissais pas Anna. J'ignorais ce qui me poussait à aller vers elle. Pourquoi me sentais-je triste en la voyant pleurer ? D'habitude, les larmes des autres ne m'atteignaient pas.

Elle était là, recroquevillée contre le mur, la tête dans les mains, des sanglots secouant ses frêles épaules. Tout ça, à cause de moi. Une boule se forma dans ma gorge. Alors c'était ça, se sentir coupable ?

Je m'approchai d'elle à petits pas et m'accroupis juste à côté.

"Hey..."
fis-je d'un ton doux qui me surprit.

Je me mordis les lèvres et levai la main pour la poser sur son épaule tremblante.

"Qu'est-ce qui te fait croire que tu es un plan B ?"

Je ne lui avais rien dit, je l'avais juste pensé. Bien sûr, je lui avais avoué l'amour sans borne que je vouais à mon frère, elle avait dû donc en déduire qu'elle n'était qu'une issue de secours. Elle sanglotait toujours, j'espérais qu'elle m'écoutait quand même.

"C'est avec ce genre de comportement que tu passes pour une poire."
dis-je d'un ton cassant. "Si tu veux que les gens te respectent, il faut que tu sois forte. Arrête de pleurnicher. Redresse la tête. Essuie ton nez. Tiens."

Je venais de lui prendre le menton dans ma main tandis que de l'autre, j'avais sorti un mouchoir en papier que j'agitais sous son nez. Une fois qu'elle l'eut pris, je poursuivis tout en lui lançant un regard à la fois exaspéré et encourageant (oui, on peut faire les deux en même temps) :

"Tu crois que je t'ai embrassée parce que je veux qu'on courent toutes les deux l'une vers l'autre dans un champ de pâquerettes ? Tu te trompes totalement. Faut arrêter de croire aux jolies histoires. La vie est dure, brutale. Tu l'as bien vue avec le prince qui s'est fichu de toi. Si je t'embrasse, c'est parce que dans l'instant, dans la seconde où je l'ai décidé, je t'ai trouvée magnifique, rayonnante. J'avais envie de te le faire ressentir. Bon, apparemment, j'ai foiré. Je n'essayerai plus."

Encore un exemple qui démontre que la vie craint. A aucun moment je n'avais voulu la blesser, et pourtant j'avais sûrement brisé bien plus que je ne le croyais. Je soupirai et me relevai d'un bond. Les mains sur les hanches, j'observai le flacon qu'elle avait jeté contre un mur et dont les éclats miroitaient dans la lumière de la lune.

Puis je tendis l'oreille. Le chien n'avait plus l'air d'être derrière la porte mais rien n'était moins sûr.

Je m'approchai des vitres, en ouvris une, et me penchai par-dessus la fenêtre pour regarder en contrebas. Après quoi je revins vers Anna, tout en restant à une distance raisonnable.

"On est à cinq ou six mètres du sol. Il y a une gouttière accessible. On peut tenter de partir par là ou on essaie par la porte, mais si jamais le chien nous tombe dessus... Tu préfères quoi ?"

Je la laissai décider. Dans tous les cas, je savais que je pouvais m'échapper. J'avais déjà réussi à m'extirper de situations bien plus désespérées. C'était facile pour quelqu'un comme moi qui avais toujours fui.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

★ You get ready you get all dressed up ★
To go nowhere in particular. The world is yours and you can't refuse it. Seen so much, you could get the blues but that don't mean that you should abuse it.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28746-en-eaux-troubles-melody-s-adventures

Anna D'Arendelle


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


avatar




╰☆╮ Avatar : Soso Turner :love:

Ѽ Conte(s) : La Reine des Neiges
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Anna



☞ Surnom : Didi ou Marine
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1028
✯ Les étoiles : 2786




Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Jeu 21 Mai 2015 - 19:03

Anna ∞ Melody
Why Am I Always The Plan B
Je ne sais pas très bien, combien de temps exactement, j'étais restée, là, accroupie, contre, le mur, la tête dans mes bras, à pleurer. Je suppose, que j'avais ce qu'on appelle un trop plein d'émotions. Je, n'avais, jamais réellement, dit ce que je pensais, aux autres, je me contentais, de mon apparence, joyeuse, je me contentais, d'être la fille, accessible, ultra sociable, mais, parce que je ne voulais, pas être malheureuse, c'était très certainement, stupide, mais, si j'étais malheureuse, je voyais, ça comme une trahison envers Elsa, envers la promesse, que je m'étais faite, d'être heureuse pour nous deux. Alors, aujourd'hui, le poids de toutes ces années, finissait, par retomber, et j'ouvrais littéralement, les vannes. Ce, n'était pas dirigé, contre Melody, personnellement, ça, n'avait été que le déclencheur de tout ça. C'était bête, en y repensant, qu'un simple petit baiser de rien du tout, soit, le bouton on, pour vider, une bonne fois pour toute tout ce que j'avais sur le cœur. Et, les pleures, aussi, c'était ça, ça me permettait, d'évacuer.

J'irais, très certainement, mal, pendant un certain temps, après cette nuit, après, que j'ai laissé ressortir la pression. Mais, est-ce que je changerais pour autant ? Indéniablement, la réponse était « non », je ne changerais pas. Je me connaissais, suffisamment, pour ça. Parce qu'il y avait, certains aspects de ma personnalité, je pourrais tout aussi bien, faire de gros efforts, pour les changer, que je n'y arriverais pas. Je supposais, que tout au fond, une part de moi, s'y refusait. Celle, qui me disait, de ne pas changer, pour les gens. Que, je pouvais, faire des efforts, pour m'adapter, à eux, mais que non, je ne changerais, pas, entièrement, celle que j'étais, pour leurs beaux yeux.

J'entendis, du bruit, à côté, de moi, je supposais, que Melody, était en train de chercher un moyen de partir d'ici. Mais étrangement, ce ne fut, pas le cas, puisque, je la sentis, se mettre à côté de moi, et mettre sa main, sur mon épaule. Il y eu un moment de battement, avant qu'elle ne se décide, à redevenir elle même, et à me parler, sur un ton cassant. Très honnêtement, là tout de suite, j'en avais, un peu marre. Qu'on me parle comme à une gamine ignorante. Alors, je m'apprêtais, à me redresser, pour lui faire clairement, comprendre que j'en avais marre, quand elle m’attrapa le menton, pour me relever, le visage, en agitant un mouchoir, devant moi. Je la regardais, quelques instants, me demandant intérieurement, pourquoi elle faisait ça, avant, de finalement, me décidé, à attraper, le mouchoir, et à essuyer mes yeux. Mais, j'étais clairement, exaspéré. Alors, lorsqu'elle continua sur sa lancée, avec son histoire de champ de pâquerettes, et du fait qu'elle m'avait embrassé sur l'instant, parce qu'elle me trouvait « magnifique » et « rayonnante » -d'ailleurs, je devais prendre ça pou un compliment ou autre chose ? J'eus beaucoup de mal à me retenir, en fait, je crois que les mots, ont finit par sortir tout seule :

- Oh mais c'était pas contre toi personnellement
répliquais-je agacée mémoire associative tu connais ? Je n'ai été embrassé qu'une fois dans ma vie, et encore c'est même pas réellement, embrassé, et juste après, j'ai faillit mourir, alors excuse moi d'avoir mal réagit vraiment.

En plus, ce n'était pas juste à cause de ça. C'était simplement, que j'en avais eu marre sur l'instant, c'était tout, mais, elle n'était pas la cause de cet emportement, ça aurait tout aussi bien pu être le voisin d'en face, dans ma mini résidence, que ça aurait pu être la même chose. J'avais toujours, été le plan B, de quelqu'un, ça avait été ainsi, toute ma vie, en fait, la seule et unique personne, qui ne m'avait, jamais considéré comme tel, c'était Elsa.

Je levais, légèrement, les yeux au ciel, avant de me remettre, totalement debout, la brune était déjà, partis, probablement, cette fois pour vérifier, si l'on pouvait, vraiment, partir, de ce qu'elle me disait, le chien semblait partis, mais rien n'était moins sur, il y avait la seconde option, qu'elle m'avait proposé : la gouttière sinon. Prenant, quelques instants, pour réfléchir, à quelle option, serait la plus avantageuse, et finit finalement, par me décider :

- On passe par la gouttière c'est le mieux, j'ai pas spécialement, envie de me retrouver à nouveau face au doberman,

Sans attendre, une quelconque réponse, de sa part, je m'approchais, de la fenêtre, pour calculer, la distance. Je, n'avais, jamais, vraiment eu le vertige, contrairement, à ce qu'on pourrait penser. J'avais, un sens de l'orientation, quelque peu défaillant, ça je le reconnaissais, volontiers. Mais, le vertige, je ne l'avais jamais eu. Alors, c'est décidé, que j'enjambais, le rebord de la fenêtre, pour agripper l'espèce de gros tuyaux, qui nous mènerait en bas. Ce n’était pas très compliqué, il suffisait, de faire, comme dans les bars, que l'on trouvait, sur les jeux d'enfants. Bien agrippé, avec ses mains et ses jambes, et se laisser glisser, le long, rien d'insurmontable en somme.

Je me laissais, légèrement, glissé, pour laisser, à Melody, l'espace, suffisant, pour faire de même, et quant, je la vis, agrippée, je continuais, ma descente, prudemment. Je, ne devais, pas être, trop impatiente, sinon, je pouvais, me retrouver, avec au mieux une jambe cassée, au pire...Pour être, honnête, je ne préférais même pas l'imaginé

code by Silver Lungs

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Still Falling For You
And just like that : All I breathe, All I feel, You are all for me. I'm in. And just like that : All I breathe, All I feel, You are all for me. No one can lift me, catch me the way that you do I'm still falling for you


Melody Blackstorm


« Le plus beau
c'est GASTON ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Kristen Stewart

Ѽ Conte(s) : La Petite Sirène 2
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Melody, the only one



☞ Surnom : Natoune
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 9665
✯ Les étoiles : 29341




Actuellement dans : « Le plus beauc'est GASTON ! »


________________________________________ Dim 31 Mai 2015 - 11:30


Can you keep a secret again?

Night at the Museum !
Descendre la gouttière fut très facile. J'avais toujours eu une aisance naturelle pour grimper n'importe où. Cela m'était utile pour échapper aux gamins qui me cherchaient des noises dans les foyers. J'avais appris à me cacher. Lorsque je trouvais des points d'eau, c'était encore plus facile. Je pouvais rester des heures dans les profondeurs, à attendre qu'ils se lassent, qu'ils retournent dans le dortoir. Parfois, je m'endormais dans les bras de l'onde. De toutes façons, les responsables du foyer ne faisaient pas attention à nous. Il m'arrivait de disparaître plusieurs jours et ils ne se rendaient compte de rien. Cette vie m'avait appris que nous n'étions guère plus que des sacs de viande, des numéros. Nous n'avions aucune importance pour personne. Puis, Egéon était arrivé. Il m'avait retrouvée. Il m'avait rappelée que j'avais une famille, des gens qui m'aimaient. Tous ces rêves qui me hantaient avaient été réels un jour. Il m'avait insufflée l'espoir suffisant pour me battre. Pour ne plus être un numéro.

Je sautai sur le dernier mètre et atteris souplement sur la terre détrempée. Je lançai un coup d'oeil au bâtiment que nous venions d'escalader, avant d'émettre un léger sifflement. Puis je me tournai vers Anna.

"Bon, c'est ici que nos chemins se séparent."

Quelle était cette chose qui me poussait à vouloir la garder avec moi ? J'avais envie de l'adopter. J'étais sûre qu'avec un peu d'entraînement, elle pourrait devenir une alliée. Hélas, je ne pouvais pas lui donner mon adresse à Portland. Elle risquait de signaler notre position sans le vouloir. Si elle en parlait à Elsa, cette déesse magique pouvait faire circuler l'information et alors... tout tomberait à l'eau. Peut-être étais-je un peu trop parano ? Egéon me transmettait son anxiété. Pourtant, j'avais envie de garder le contact avec elle. C'était la première personne, en dehors de ma famille, qui m'avait inspirée autre chose que du dédain.

Sans plus réfléchir, j'attrapai son poignet gauche, dégainai un stylo bille de ma poche et griffonnai un numéro sur son avant-bras. Il s'agissait du portable d'Aaron. Je ne possédais pas de téléphone, car mes trop nombreuses escapades aquatiques avaient eu raison de tous mes cellulaires (à chaque fois, j'oubliais de vider mes poches avant de faire un plongeon) et Aaron était bien le seul qui ne trouverait pas étrange qu'une fille l'appelle pour me parler à moi. Si tant est qu'elle appelle.

Je terminai d'inscrire le numéro et levai les yeux vers elle, un peu embarrassée.

"Tu peux appeler quand tu veux. Enfin, si tu en as envie. On pourrait essayer de voler autre chose la prochaine fois !"

Je tentai un sourire et passai une main dans mes cheveux, coinçant le stylo par-dessus mon oreille. Puis je levai les yeux au ciel et me détournai d'elle, sans même un au revoir.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

★ You get ready you get all dressed up ★
To go nowhere in particular. The world is yours and you can't refuse it. Seen so much, you could get the blues but that don't mean that you should abuse it.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28746-en-eaux-troubles-melody-s-adventures

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2

Opération récupération [Melody]





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les loisirs