Gravity
FALLS !

de Dyson

Minionement
Vôtre
de Adam & Pitch

L'Héritage
Perdu !
de seb


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ L'Héritage Perdu ! ☆ Evénement #97
Une mission de Lily Olyphant - Ouverture : 4 juillet 2018
« La Vérité sans Compromis ! »

Partagez | .
 

 Un apprentissage bien particulier [Fe Jézabel Chapman]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Faust Z. Null


« Hadès c'est le plus beau »


avatar


╰☆╮ Avatar : Adam Anderson

Ѽ Conte(s) : L'étrange Noël de Mister Jack
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Zero

✓ Métier : Médecin légiste
☞ Surnom : Charlie
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 331
✯ Les étoiles : 2804




Actuellement dans : « Hadès c'est le plus beau »


________________________________________ Mar 16 Juin 2015 - 15:39


Faust se demandait où il avait mis les pieds, il était bien tranquille et pourtant, le directeur semblait plus sérieux que jamais. Depuis leur entretien, il avait accepté, ça semblait si fou, mais pas plus que lui et sa condition d'avant. Il avait été un chien fantôme, alors rien ne le surprenait. Il en avait rencontré des personnes qui venaient de différents contes ou horizon, alors ce n'était pas ce qu'était le chef qui allait lui faire peur. Mais pourquoi était-ce tombé sur lui. Il ne demandait qu'à vivre sereinement. Il soupira.

Il était en route pour descendre à la morgue retrouver son médecin légiste, il était devenu son apprenti bien vite, grimpant petit à petit les échelons pour son âge, ce qui parfois pouvait faire des jaloux, venant de certains de ces collègues. Mais il s'en fichait, il faisait son boulot, point à la ligne.

il travaillait avec plusieurs médecin légistes, dont une certaine femme, assez imprévisible. Elle était assez peu professionnel, enfin plutôt disons, qu'elle avait sa manière de travailler et par moment, Faust se demandait si ce n'était pas plutôt lui l'instructeur. Au fond, du moment que le travail était fait, même si parfois il pouvait être exaspéré, même si il ne le montrait guère, s'était le principal. Il n'était pas coincé mais il était pro, c'est tout.

Il passa dans la salle de repos avant, qui leur servait de vestiaire aussi quand il n'était pas dans le bureau. Il se prit un café. Il s'adossa contre l'un des meubles et se laissa porté dans un autre monde. Mais très vite l'image du directeur vint brouiller ce doux rêve. Il ferma les yeux un instant. Il apprenait à le connaître et de ce qu'il apprenait, il ne pouvait pas nier qu'il appréciait de plus en plus l'homme. Enfin, ils étaient deux et cela...il voyait clairement la différence. Comment sortir avec quelqu'un qui avait deux personnes en elle et dont une faisait ressentir, qu'il l'appréciait plus si affinité et l'autre qui gardait ses distances. Déjà qu'en règle générale, une relation n'était pas facile alors avec deux en un...ça donnait mal à la tête. Il soupira de nouveau. Aujourd'hui, il ne se sentait pas d'attaque, mais il se connaissait assez pour savoir qu'il ferait ce qu'il avait à faire.

Il finit son café et jeta le gobelet dans la poubelle. Il s'étira un peu. Il fallait qu'il reste zen, sinon il allait encore traverser quelque chose . C'était devenu trop habituel c'est temps-ci et ça commençait à le peser. Il n'arrivait toujours pas à le maîtriser et ça le fatiguait encore plus. Il ne comprenait pas pourquoi, depuis tout ce temps, il n'y arrivait pas. Pourtant, il n'était pas du genre à être ou montrer ses émotions, il était patient et calme de nature. La seule explication qu'il pouvait avoir, c'est que cette non maîtrise de son aptitude -apparaissant quand bon lui semble- était le signe qu'il éprouvait un sentiment plus fort -peur, gêne...- s'était ainsi qu'on pouvait le comprendre. Alors il espérait ne pas le faire devant le médecin légiste sur elle...pour le moment il ne l'avait pas encore fait et cela le soulageait. Espérons que ça continue ainsi.

Il souffla encore, pour cette fois-ci se donner du courage. Aujourd'hui, il n'était pas motivé, s'était rare. Il tourna sur lui même et se concentra sur un point fixe. Une table trônait au milieu de la pièce et il essaya de se concentrer pour passer sa main à travers. C'était un petit rituel, qu'il faisait à chaque fois avec n'importe quel objet, pour voir si chaque jour il arrivait à le maîtriser un peu mieux. Il prit une grand inspiration et au moment d'expirer, il vit sa main devenir transparente et traverser la table. Il sourit et fit de même pour le retour.

Il se rappelait d'un jour, où il était resté coincé. Jack était venu l'aider, heureusement d'ailleurs que s'était lui et chez eux. Il avait un peu rit mais avait très vite déchanté, en sachant que ça n'a faisait guère du bien. Faust s'en souvint très bien. Ces choses là, ne s'oublient pas. A cause de cette aptitude, il s'était déjà blessé et pas qu'une fois, il essayait de la justifier devant les autres, comme une maladroitesse, ce qui fonctionnait. Pour beaucoup, il était maladroit. ça lui convenait bien, même si parfois ça le pesait un peu. Mais il n'était pas du genre à parler de ce qui le dérangeait. Pourquoi le faire ? il préférait se préoccuper des autres et des personnes décédées qui venaient sur la table d'autopsie, c'était nettement plus intéressant. Il donnait une image professionnelle et amusante aussi, tout en était posé et raisonné.

Il chassa toutes ses pensées, ce n'était pas le moment. Il regarda sa montre et vit qu'il était l'heure d'y aller. Il tapa sur la table comme si s'était des percutions, petit tocs de batteur. Il reprit le chemin vers la morgue tranquillement, saluant les différents collègues sur son passage. L'un d'eux l'arrêta, ravi de le voir, le regardant bien gourmand. Faust n'en fit pas plus attention, son objectif bien en tête.

"Ah Fausty !" commença t-il, faisant grimacer Faust à ce surnom. Ils n'étaient pas intimement liés, alors de l'entendre ainsi parler, ne lui plaisait guère. Mais il en dit rien. Il n'allait pas commencer juste avant sa garde. Il avait du répondant mais préférait ce taire pour cette fois-ci. "Tu tombes à pique, tu vas voir, on revient de la morgue, nous avons apporter un corps et la doctoresse avait l'air assez ravi" annonça t-il, tout sourire, un peu trop tactile avec lui.

Faust recula d'un pas, pour éviter plus de contact, il hocha juste de la tête et les salua d'un signe de main. Il n'avait pas envie de plus de conversation, surtout avec lui. Il réfléchit tout de même à sa phrase. Qu'avait-elle encore trouvé ou manigancé. Il soupira, une nouvelle fois. Cependant, un faible sourire vint se dessiner sur ses lèvres.

Il arriva enfin à la morgue et entra dans le bureau, déposant ses affaires. Il vint ensuite vers la morgue et aperçut le médecin légiste, plongé au dessus d'une personne décédée. Il fronça des sourcils, elle avait l'air captivé par quelque chose. Il s'approcha, mettant une blouse blanche au passage et des gants.

"Bonjour Docteur Chapman!" s'exclama t-il, tout de même poli. "Je vois que vous vous êtes décidé à enfin vous mettre au boulot !" lança t-il, il n'avait pu s'en empêcher, s'était plus fort que lui. A chaque fois s'était la même chose, ils n'arrêtaient pas de faire ainsi, alors s'était devenu habituels et son répondant à ce moment là, était mis en marche. "Qu'a t-on aujourd'hui ?"demanda t-il s'approchant un peu plus, pour voir ce qu'elle regardait.

Faust se stoppa, il comprit, l'homme avait une règle coincé dans sa gorge et il en regardant les radio, il put voir différents objets dans son estomac. Elle ne l'avait pas encore ouvert. Il leva les yeux au ciel.

"Bon allez et si on s'y mettait" disait-il prenant un scalpel.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19593-faust-null-le- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t58249-un-ancien-chien-fantome-au-doux-nom-de-zero-etrange-noel-de-mister-jack#552849

Jezabel Chapman


« You Are Not Alone »


avatar


╰☆╮ Avatar : Marie Avgeropoulos.

Ѽ Conte(s) : La Légende de Manolo.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Celle qui est faite de délicieuses sucreries, qui veille sur le royaume des Âmes Chéries. J'ai nommée La Muerte.



☞ Surnom : June.
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3530
✯ Les étoiles : 14166




Actuellement dans : « You Are Not Alone »


________________________________________ Jeu 18 Juin 2015 - 18:32


Un apprentissage bien particulier

Je n'avais rien à faire. On ne m'avait pas encore amené de cadavre et mon jeu de sims venait de buguer devant moi. J'ai cru que j'allais exploser l'écran à coup de boule de feu, mais j'ai préféré me calmer en prenant un bon livre que je me mis à lire à pleine dent. Mes pieds étaient en éventail sur mon bureau, tandis que d'une main, j'amenais une réglisse à la fraise vers ma bouche. C'était pas mal comme livre. Ça parlait de jeunes gens qui allaient dans un manoir et qui tombaient sur des fantômes. Moi, j'aurais bien aimé faire ça. Entrer dans un manoir et tomber sur le plein de fantômes ! D'ailleurs, ma meilleure amie Calliope était en ce moment même en Écosse, dans un manoir aussi. Je pensais fort à elle et à sa chance d'avoir eu des billets gratuits pour y aller. J'espère d'ailleurs qu'elle s'amuse comme une folle, là-bas ! Faudra qu'elle me raconte tout, parce qu'en plus, elle est partie avec Vassili et Jamie. Je n'ai jamais trop compris leur délire à ces trois-là, mais bon. Je jetais un coup d'œil à ma montre. Je venais d'effectuer toute la nuit de garde. Si jamais à 8h30, je n'ai pas de cadavre, je pourrais rentrer chez moi dormir comme une grosse larve dans mon lit. Je sentais le sommeil qui se creusait un chemin dans mon esprit, alourdissant mes paupières. Mais je tenais, je relevais la tête dès que je me sentais piquer du nez et je dois dire que cette aventure m'était plutôt sympathique. Mais ma vue louchait sur les mots et mes yeux butèrent monstrueusement sur les phrases. Il faut avouer que, lire une histoire ça endort facilement aussi.

Je secouais la tête, je devais rester éveiller, au moins le temps que l'heure passe. Il fallait qu'elle passe. Il fallait qu'il n'y est pas de cadavre. S'il vous plaît pas de cadavre, je veux dormir ! Et profiter de ce que la maison est presque vide pour moi toute seule pour me faire une grâce mate. Je posais le livre du bureau, parce que mes paupières allaient finir par craquer. Je me dirigeais vers le miroir pour étudier ma mine. J'avais une tête de zombie. Au moins, la bonne nouvelle, c'est qu'il n'y avait pas eu de visite cette nuit ! Mais je vous jure ce n'est pas ma faute, entre la poupée démembrée là qui me demande une main, le dieu des enfers qui me fout en sous-vêtement, une blondinette qui s'ouvre le ventre pour s'étudier de prêt… Ah, j'en pouvais put, que des dingues à Storybrooke ! Et pour finir mon acolyte apprentie était un fantôme. Alors bon, voilà hein, ils n'ont peu pas tous les jours faire dans le normal. J'ai l'impression qu'ici, ça n'existe pas le normal d'ailleurs. J'étudiais mon visage, examinant les poches qui pesaient sous mes yeux. Dodo, s'il vous plaît dodo ! Tiens, pour faire passer le temps, je vais m'amuser un peu. Je comptais jusqu'à trois dans ma tête, et je pris l'apparence d'une petite fille. Une petite blondinette de dix ans aux yeux fort bleus. Je souris de toutes mes dents en posant des mains sur mes fossettes rouges et en caressant ma longue chevelure de paille.

Je recomptais mentalement dans ma tête, et pris cette fois-ci la forme d'une vieille femme très âgée. J'avais les cheveux gris, et des rides partout mon visage. Heureusement que je ne pouvais plus vieillir moi. J'entendis soudainement du bruit dans le couloir. Je tournais ma tête dans sa direction en reprenant ma forme initiale. Si c'était ce que je pensais, je crois que j'allais m'évanouir. Un bruit de brancard, plusieurs talonnements sur le carrelage. Je soupirais en murmurant des morts intelligibles. Je voulais juste dormir, s'il vous plaît ! Mais impossible à ce que je vois… C'était trop dur pour vous les storybrookien de rester vivante juste une matinée ? Non faut que vous vos faites assassiner directe pour me casser la journée, la morale, est me tuer de fatigue. Des hommes surgirent des portes battantes avec un adolescent allongé, une règle plantée dans la gorge. Mes yeux s’écarquillèrent de choc et je me dirigeais avec ma super vitesse devant le brancard. Un des hommes me fit un récapitulatif de la situation et me donna le dossier. Je le saisis et l'ouvris pour découvrir l'identité du jeune homme. Je dois dire qu'une règle plantée comme ça dans le cou ... On ne voyait pas ça tous les jours et mon côté curieux prit le dessus malgré la fatigue qui persistait dans mon esprit. Mes yeux balayèrent les lignes du dossier, il s'appelait Martin Sprint. Il faisait partie du lycée et il a été retrouvé comme ça derrière l'un des bâtiments.

Je hochais la tête en échangeant quelque mot bref avec les hommes, qui me mit le cadavre sur l'une de mes tables en fer. Puis, ils reprirent le brancard avec eux et quittèrent la pièce en me laissant seul, avec Martin. Je jetais un coup d'oeil vers le cadavre, l'étudiant de prêt. La règle avait été parfaitement plantée, ne causant aucun dégât autour d'elle. C'était du travail de pro, fallait l'avouer. Celui qui l'avait tué l'avait parfaitement bien tué… Je reculais du cadavre pour enfiler mon tablier, mes Gants et mes lunettes. Les portes battantes retentirent de nouveau, me dévissant la tête pour regarder qui ça pouvait bien être. Ah, bien sûr, Faust. "Bonjour Docteur Chapman!" Formule de politesse mon petit père ? Je me tournais vers lui et lui affichais un sourire malicieux. C'était toujours marrant de le voir à mes côtés. Était donnée qu'il était vieux que moi question de corps. Enfin, il avait l'air plus vieux que moi, alors qu'en réalité, c'était moi la plus vieille. J'étais âgé de plusieurs siècles et je possédais le corps d'une fille de dix-neuf ans, je dirais. Du coup, les gens avaient souvent l'impression que c'était la plus jeune qui donnait des ordres au plus vieux, alors qu'en réalité, j'étais vieille comme les dieux de cette ville. Un dinosaure, je dirais même.

"Je vois que vous vous êtes décidé à enfin vous mettre au boulot !" Ah, le voilà mon petit Faust ! Piquant, mordant et complètement abrutis. Oui mon tit père, pendant que tu ronfles la nuit moi, je travaille. Je secouais négativement la tête, un éclat malicieux dans les prunelles.

▬ « Et oui, faut bien, quand certains paresse la nuit ! » Lui adressais-je droit au but. Un sourire cynique s'échappa de mes lèvres tandis que je haussais les sourcils. Il fut alors surpris de découvrir un jeune homme mort avec une règle dans la gorge. Il faut avouer qu'on ne voyait pas ça tous les jours. C'était plutôt surprenant. Mais moi, j'avais déjà tué quelqu'un avec une carte de crédit. Mais si, je vous jure ! Je pourrais vous montrer sur Fausty si vous voulez… Je suis sûr qu'il ne dira rien ! Pwauh, vous n'êtes pas amusant. "Bon allez et si on s'y mettait" Me dit-t-il en prenant un scalpel. Je positionnais mes mains sur mes hanches tout en le regardant.

▬ « Bonne idée Fausty, du travail ne te ferait pas de mal ! » Dis-je, joueuse et amusée. J'aimais bien l'appeler Fausty. Lui en revanche, il n'aimait pas. Mes yeux se posèrent sur le scalpel. Oh là ! Attend, tu comptes toucher mon cadavre sans t'être préparé ? Ça ne va pas du tout mon chéri-là !

▬ « Eh Pep Pep ! Va te préparer, tu ne touches pas mon cadavre dans cette tenue ! » M'exclamais-je en le désignant. Je levais les yeux au ciel avant d'appuyer mon regard dans le sien. Je positionnais ma main sur la gorge de Martin, tandis que mon doigt traçait une trajectoire imaginaire entre la règle et son sternum.

crackle bones

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥



LES LAMENTATIONS DES VIVANTS SONT UN CHANT POUR LES MORTSAnd breaking down I feel my time is running out The fire in my heart will burn me to the ground I did my part, I tried my best, the things I'm fighting to protect always shatter into pieces in the end i'm broken and i'm barely breathing i'm falling 'cause my heart stopped beating if this is how it all goes down tonight, if this is how you bring me back to life(c) crackle bones


http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t45540-bring-me-back-to-life-jezabel#429596

Faust Z. Null


« Hadès c'est le plus beau »


avatar


╰☆╮ Avatar : Adam Anderson

Ѽ Conte(s) : L'étrange Noël de Mister Jack
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Zero

✓ Métier : Médecin légiste
☞ Surnom : Charlie
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 331
✯ Les étoiles : 2804




Actuellement dans : « Hadès c'est le plus beau »


________________________________________ Ven 31 Juil 2015 - 0:53


A peine eut franchit la port et saluer sa doctoresse, qu'elle lui répondit, avec une phrase bien à elle. Il la reconnaissait bien là. « Et oui, faut bien, quand certains paresse la nuit ! ». Surtout que quand s'était lui qui enchaînait les nuits, il avait tendance à lui lancer un genre de phrase, décidément, ils n'arrêteraient jamais. Mais s'était spontané d'être ainsi. Et puis Faust devait bien le reconnaître, qu'il n'arrivait pas à se retenir, avec elle son répondant était de mise.

Faust posa son regard sur la personne qui avait été apporté un peu plus tôt. Il avait croiser les brancardiers. Il fut légèrement surprit, il n'avait pas peur ou n'était pas dégoutté de ce qu'il voyait, mais ça surprenait tout de même. On ne voyait pas ça tous les jours, surtout une règle, pauvre gosse. Il espère qu'il n'avait rien sentie lors de sa mort.

« Bonne idée Fausty, du travail ne te ferait pas de mal ! », lança t-elle. Il leva les yeux au ciel intérieurement. ça le faisait sourire, mais intérieurement toujours. Il prit le scalpel mais avant qu'il ne fasse quelque chose, elle le stoppa. « Eh Pep Pep ! Va te préparer, tu ne touches pas mon cadavre dans cette tenue ! », il baissa le regard. Mais où avait-il la tête, s'était rare qu'il oublie de s'habiller complètement, enfin de se préparer, ce matin n'était pas son jour, il le sentait. Il rêvait ou quoi. Il était dans la lune. S'était la faute de l'autre. Il partie se changer, du moins mettre ce qu'il faut pour pouvoir participer à l'autopsie. Son tablier en place, lavage de mains effectués, il était paré à se mettre au boulot, comme elle disait si bien.

Elle était fatigué, elle semblait si jeune et pourtant elle était plus vieille que lui, les gens pensaient que s'était lui qui était le patron, mais non, ça semblait fou qu'une jeunette, enfin qui ressemblait à une jeunette était la chef. Lui, il s'en fichait, il devait bien reconnaître, qu'il aimait bien travailler avec elle, même si parfois il avait l'impression que les rôles étaient inversés. Il la charriait sur cela, l'ambiance était électrique mais de bonne humeur malgré leur vacherie. Enfin ça s'était comme ça qu'il le disait. A les voir, s'était plutôt amusant, comme disait certains et ils ne comprenaient pas pourquoi ils s'envoyaient autant de choses, pour eux s'étaient parce qu'au fond il y avait de l'amour, pas l'amour avec un grand A, impossible pour moi, vu mon orientation. Un certains respect était présent.

Faust revint, la trouvant dans une position assez bizarre -oubliez le discours sur le respect- ça promettait vraiment cette journée, du moins la matinée. Surtout si on leur apportait d'autres corps, elle n'était pas prête de rentrer. Il devait déjà lui enfiler plusieurs gardes d'affiler, son collègue étant absent, partie en vacance pendant un mois, la belle vie. Enfin il voulait absolue éviter le boulot, leur mettant tout sur les bras. Bref, trêve de bavardages, il était temps de bosser. il reprit tout son sérieux s'approchant du docteur.

"Je suis fin prêt pour travailler" disait-il d'un air si sérieux. Il prit le scalpel. "Vous voulez peut-être m'inspecter pour voir si je suis en condition" sourit-il un peu moqueur. Se renvoyer la balle, un match de tennis, de ping pong, voilà ce que s'était. Il s'approcha du corps et commença à l'ouvrir. Voyons ce qu'il avait dans le ventre. Ils échangèrent quelques pensées et remarques à voix haute. Ils enregistraient leur remarque, ce qu'ils voyaient. Pour toute affaire, pour toutes personnes c'était ainsi fait. "Le repas a été bien digérer, donc il a du que manger le repas du soir..." observa t-il en sortant l'estomac. Et une phrase arriva...non mais elle pouvait pas rester sérieuse...surtout qu'elle était curieuse, alors s'était un mélange assez comique mais parfois très bizarre. Elle lui laissa tout inspecter sauf là où l'arme était. Elle s'en occupait.

"Oh j'ai trouvé quelque chose...venez voir..." appela t-il sa chef. Il sourit malicieusement se décalant sur le côté. Et hop un petit coup de sang un peu trop giclé. Mais avant qu'il n'est pu dire quelque chose, qu'n autre corps vint à eux. S'était vraiment la journée. De plus, ils avaient bientôt fini avec le jeune lycéen. Tellement triste de mourir à cet âge. Mais là, s'était une femme assez....en surpoids. Ils la posèrent sur une autre table. Et bien entendu, bizarrement, elle déclara qu'il fallait qu'il s'en occupe, le temps qu'elle finisse avec l'adolescent.

Une bonne vingtaines de minutes passèrent et Faust lui lança "Hey Jezy", insistant bien sur le surnom, "tu as élucidé ton affaire, toi qui aimes tant ça" sourit-il sans arrière pensée.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19593-faust-null-le- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t58249-un-ancien-chien-fantome-au-doux-nom-de-zero-etrange-noel-de-mister-jack#552849

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

Un apprentissage bien particulier [Fe Jézabel Chapman]





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les alentours :: ➹ L'hôpital