Magic
League 3

de Dyson

MAGRATHEA :
28.10.18
de Natoune


14.11.18
Disney Rpg


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Magic League, chapitre III ☆ Evénement #98
Une mission de Dyson Walters - Ouverture : septembre 2018
« La Chute des Héros ! »

Partagez | .
 

 It's time to change our roles... } Wall-E ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Evelyn Nichols


« If we can't protect the Earth, be sure we'll avenge it »


avatar


╰☆╮ Avatar : Scarlett Johansson

Ѽ Conte(s) : Wall-E
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : EVEEEEE



☞ Surnom : Fanny
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 507
✯ Les étoiles : 2188




Actuellement dans : « If we can't protect the Earth, be sure we'll avenge it »


________________________________________ Jeu 23 Juil 2015 - 16:10


« It's time to change our roles... »



    Précédemment



Ils arrivaient à Storybrooke, ENFIN ! Evelyn n’en pouvait plus de ce voyage atroce qu’elle avait vécu. Elle était parvenue à reprendre ses affaires avec, Vassili avait tenté de la soigner avec les moyens du bord mais on ne pouvait pas vraiment dire qu’elle était au mieux de sa forme. Ils venaient d’arriver devant la grande horloge en centre-ville et la jolie blonde ne put s’empêcher d’afficher un sourire de soulagement tout en regardant ses coéquipiers à ses côtés. Il y en avait eu du tumulte et plusieurs d’entre eux étaient également blessés. Il était 21h, Wall-E devait rentrer de son voyage en France le lendemain… Il fallait encore supporter d’être seule une nuit… Elle ne voulait pas être seule… et si la peur refaisait son apparition ? Rien que cette idée la fit frissonner. Elle pouvait peut-être demander à Pitch s’il voulait dormir avec chez elle ?

Au moment où elle se retournait pour lui demander, un violent coup se réveilla dans ses côtes. Grimaçant, elle porta instinctivement sa main sur la blessure et lorsqu’elle ouvrit la paume, elle la constata en sang… La plaie s’était rouverte et déjà elle se sentait fléchir sur ses jambes. Elle avait très chaud tout à coup et elle pouvait aisément s’imaginer blêmir. Sa vue se brouilla tandis qu’une autre douleur se réveilla. Elle se sentit partir, elle allait tomber à la renverse. Des bras la retinrent cependant… ceux de Pitch, assurément, tandis qu’elle entendait au loin la voix de Jamie qui hurlait son nom et parlait d’hôpital. Elle se sentit quitter le sol, Pitch la portant dans ses bras. Ils se téléportèrent, et la dernière chose qu’elle vit fut l’enseigne lumineuse de l’hôpital avant de s’évanouir…

    2 jours plus tard, aujourd'hui...


Bip Bip Bip Bip… Le bruit de machine cardiaque sonnait régulièrement, de son son aigu et fluet, elle l’entendait de plus en plus distinctement tandis que ses yeux s’ouvraient lentement. D’abord la lumière crue du soleil passant sur les fenêtres l’aveugla, puis lentement, elle commença à voir des formes, floues, puis de plus en plus précises. Quelque chose lui emprisonnait la main droite. Si fortement qu’elle ne sentait plus le sang affluer… une forme, une petite était à sa droite et une autre, beaucoup plus grande, à a gauche. Elle se concentra sur cette dernière et fini par distinguer un infirmier qui la regardait avec un sourire amical :

- Alors mademoiselle Nichols… On a bien dormi ? Petite feignante va ! ça fait deux jours que vous dormez sans interruption. Comment vous vous sentez ?
- J’ai… j’ai soif ?
- On va vous apporter de l’eau… Vous avez mal quelque part ?
- N…Non… Enfin… Si… A la main droite… le sang ne circule plus.

Il éclata de rire.

- Bon tant que vous n’avez pas mal à vos blessures, c’est que les antidouleurs font effets, c’est bien. Pour votre main, il faut voir ça avec votre ami, il refuse de vous lâcher depuis hier soir…

Il éclata une nouvelle fois de rire avant de sortir tandis que la blondinette tournait lentement la tête en plissant les yeux. La petite forme c’était…

- Wall-E ?

Il était assis dans un fauteuil, prêt de son lit, tenant sa main droite à deux mains. Elle pouvait voir qu’il était mort d’inquiétude, il ne devait pas avoir beaucoup dormi à la vie des valises qu’ils avaient sous ses yeux injectés de sang, il avait les joues rosies comme s’il avait pleuré ou… quelque chose comme ça… Elle se souvint rapidement de ce qu’elle avait fait avant de s’endormir puis se remémora les paroles de l’infirmier. Elle avait dut arriver avant-hier soir… Wall-E était rentré de France hier soir et il devait être…

- Il est quelle heure ?

Il lui confirma qu’ils étaient en fin d’après-midi. Effectivement, elle avait bien dormi. Elle dégagea avec douceur sa main de la sienne pour la secouer et se ramener du sang dans la sienne. Elle dégagea un peu sa couverture pour voir qu’elle était en robe d’hôpital… oui… comme la toute première fois où elle s’était réveillée dans ce monde. Elle avait d’ailleurs les mêmes appareils, sauf le masque respiratoire. Elle toucha l’espèce de tissu papier pour sentir qu’en dessous, on avait dut lui mettre de la gaz sur ses blessures. Elle déglutit, récupéra le petit verre qu’on venait de lui ramener, but longuement avant de remettre sa couverture et de poser le regard sur son amoureux, pour lui demander d’une voix encore un peu faible.

- Tu vas bien ? Ça s’est bien passé la France, j’espère ? Tu n’as pas eu d’ennuis ?


A croire qu’elle ne réagissais pas qu’ELLE était dans un lit d’hôpital…

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

- Even if I die, let it all burn -
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19782-in-a-sky-full-of-stars-eve

Wilson Wallander


« Boom Baby
T'as le Groove ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : George Blagden

Ѽ Conte(s) : Wall-E
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Wall-E



☞ Surnom : Nanis
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3117
✯ Les étoiles : 3337




Actuellement dans : « Boom BabyT'as le Groove ! »


________________________________________ Dim 30 Aoû 2015 - 18:51


i'ts time to change our roles

Wilson n'avait pas tout compris.

Il se remettait encore de son retour de Paris, se reposant dans son canapé en ayant souri aux quelques photos envoyées par Evelyn. Il avait été rassuré de voir que son ancien colocataire y était en sa compagnie, sentant qu'elle serait protégée comme il se doit, bien qu'elle se débrouillait parfaitement toute seule. Il ne s'était pas inquiété, après tout son voyage à lui s'était plutôt bien passé dans la globalité. Il avait même été témoin à un mariage improvisé ! Belle avait retrouvé sa Bête. Il n'avait pas vu l'Arc de Triomphe mais un joli château et rencontré de drôles de personnes... Leur mission pour le gong s'était terminée dans les règles ceci dit, Mushu lui ayant mit la main dessus. Il ne s'était pas inquiété. Pas une seule seconde.

Qu'est-ce qu'il pouvait s'en vouloir... Il avait haussé un sourcil en voyant que Jay l'appelait, alors qu'ils n'étaient pas supposés rentrés si tôt. Elle avait déjà terminé le travail sur les plantes ? Très vite, il avait déchanté, lâchant presque le téléphone alors que la voix du jeune homme résonnait de l'autre côté. Ses doigts tremblaient, ayant du mal à tenir leur prise et il ne comprenait que la moitié des mots qui lui parvenaient. A l'hôpital. EVE était à l'hôpital. Pourquoi ?
Ce n'était pas le plus important à cet instant, il avait juste envie de la voir, de s'assurer de son état, de voir comment elle allait réellement. Si ça se trouve, tout allait bien, elle avait juste besoin de se poser quelque part, de récupérer... Non. Non ça ne va pas ! Elle avait des capacités extraordinaires, pouvait tenir au combat bien longtemps en ne ressentant qu'une simple fatigue, elle ne serait pas brancher à des machines et clouée au lit pour une simple broutille.

Il n'attendit pas bien longtemps avant d'aller la rejoindre, lançant un regard noir à l'infirmier qui lui dit qu'il ne pouvait pas entrer tout de suite, qu'il n'était pas de la famille. Wilson avait les idées embuées, le cœur emballé et une patience à un niveau zéro. Il l'empoigna par le col, les dents serrées, prétextant qu'il était le seul qu'elle avait et qu'il en était de même pour lui. L'homme n'insista pas plus et le laissa pénétrer dans la chambre, alors qu'il resta prostré à l'entrée de longues secondes avant d'oser s'avancer dans sa direction. Elle avait été amené la veille, à ce qu'on lui avait dit... Il s'en voulait tellement de ne pas être arrivé plus tôt.

Les bruits de la machine à ses côtés le rendait fébrile. Il se concentrait dessus, s'assurant qu'ils étaient réguliers, près à appeler le premier médecin qui passait au moindre signe d'anormalité. Ayant prit la main de la jeune femme dans la sienne, il la serrait peut-être plus qu'il n'aurait dû. Il se retrouvait seul dans cette pièce, avec elle comme endormie, allongée sur ce lit, dans cette blouse blanche. Il ne l'avait jamais vu ainsi. Semblant si... faible. Fragile. Se penchant, les lèvres tremblantes, il déposa un baiser sur son front qui lui semblait si froid.

Puis il avança la chaise qui se trouvait près de lui, finissant par s'asseoir en sentant ses jambes se mettre à vibrer jusqu'à ne plus être capable de le tenir. Sa gorge était sèche, sa poitrine serrée et ses yeux... ses yeux commençaient lentement à le piquer. Il tira son siège au plus près, jusqu'à pouvoir poser sa tête sur le lit d'Evelyn, là, tout près d'elle. Il ferma ses paupières tandis qu'il sentait les larmes monter, coulant sur ses joues sans qu'il ne puisse s'en empêcher. Il l'avait toujours vu – et c'était encore le cas – comme un être exceptionnel. Qu'on ne pouvait pas blesser. Elle était plus développée que n'importe qui qu'il ait pu rencontrer. Plus réfléchi, plus intelligente, plus prudente. Il ne s'était jamais dit que quoi que ce soit pourrait l'atteindre. Si ce n'était le cavalier, c'était la raison pour laquelle il avait été si effrayé de sa condition, de peur de lui faire du mal. Mais... Lorsqu'elle était partie, pas une seconde il ne s'était dit qu'elle mettait sa vie en danger. Il s'était trompé... Elle n'était plus un robot, elle était humaine, même si elle ne semblait pas faire partie de cette race à certains moments. Son corps pouvait être abîmé, son esprit également. Il avait compté sur elle, à de nombreuses reprises, s'appuyant sur sa présence pour l'aider à tenir et à ne pas perdre pied. Il ne s'était pas dit que du haut de sa petite carrure, de ses capacités si limitées, elle aurait besoin d'être protégé.
Il avait été égoïste de penser qu'elle n'avait pas besoin de ça.

Wilson n'avait pas dormi l'espace d'une seule seconde. Il était resté éveillé, aux aguets, attendant son réveil. Il avait attendu une longue journée, ignorant les passages des personnes qui passaient. Il refusa les repas qu'on lui proposa, demandant juste de temps en temps qu'on lui amène à boire. Mais il ne bougea pas.

Il ne releva la tête qu'au moment où EVE finit par ouvrir les yeux. Son corps se tendit presque immédiatement, sa main serrant alors davantage la sienne. Son souffle se fit court tandis qu'elle parcourait la pièce du regard, cherchant certainement à retrouver ses repères. Il ne prit pas garde aux paroles de l'infirmer qui se trouvait là, juste venu pour vérifier son état. Son attention toute entière était fixée sur la jeune femme semblant encore sonnée, une vague de soulagement le parcourant alors qu'elle semblait se remettre peu à peu.

Il baissa la tête lorsqu'elle s'adressa à lui, sans doute gêné par ce que venait d'avouer l'infirmer, lâchant alors la main qu'il tenait pour lui laisser un peu d'air. Peut-être qu'il avait trop forcé oui, il ne s'en était pas rendu compte.

« Il est quelle heure ? »

Même lui l'ignorait, mais un coup d'oeil à son téléphone laissé posé sur la petite table lui indiqua que l'après-midi touchait à sa fin, il était déjà dix huit heures. Sa voix était rauque lorsqu'il partagea cette information et il se racla discrètement la gorge pour faire disparaître cette trace de fatigue. Il se sentait lourd, d'un coup.

Il ouvrit la bouche lorsqu'elle lui posa alors ses questions, ne sachant que répondre. Comme toujours, elle s'inquiétait pour lui en premier lui. C'était pourtant elle, qui était blessée, qui avait dû être amené à l'hôpital, qui avait dormi pendant deux jours consécutifs et qui... Il ignorait encore ce qui c'était passé et, s'il mourrait d'envie de connaître le moindre détail pour aller voir lui-même ceux qui lui avait fait subir ce sort, il se retenait pour ne pas la brusquer. L'important, pour l'instant, c'était qu'elle aille bien. Qu'elle guérisse, qu'elle sorte d'ici et que plus personne ne lui fasse jamais de mal.

« Tout s'est très bien déroulé. On a retrouvé le gong de Mure. C'est très beau Paris, on devrait y aller ensemble un jour. »

Le robot lâcha un soupir, relevant la tête vers EVE, un léger sourire s'affichant sur ses lèvres bien que son regard se faisait plus triste. Elle avait l'air d'avoir encore besoin de tant de repos.

« Ce n'est pas important pour l'instant... Jay m'a dit que... que tu avais fait un malaise en rentrant mais... » Il se pinça les lèvres. Il n'allait pas se remettre à craquer, bon sang, c'était pas le moment ! « Je... J'ai eu très peur. » Il se tortilla sur sa chaise pour se donner contenance, passant l'une de ses mains dans sa nuque. « Ça n'aurait jamais dû arriver, tu... C'était juste pour des plantes, non ? Enfin je pensais... J'aurai dû venir aussi... »

Il s'en voulait. C'était ça, qu'il essayait de faire comprendre. Il s'en voulait de ne pas avoir été là pour l'aider, pour la soutenir, comme elle le faisait avec lui. Elle était toujours là quand il en avait besoin alors pourquoi n'était-il pas capable d'en faire de même ? Peut-être n'était-il pas à la hauteur ? Peut-être ne méritait-il pas de l'avoir ?

« Je suis désolé, Eve. »

Ses yeux se posèrent sur son visage, semblant plus pâle qu'à l'habitude et dont les traits étaient tirés.

« J'aurai dû être avec toi. Je serai là, la prochaine fois. Enfin non, j'espère qu'il n'y aura pas de prochaine fois comme ça en fait... Je veux dire que... » On ne perdait pas ses mauvaises habitudes, malgré tout, puisqu'il s'embrouillait comme toujours dans ses propos. Il n'était pas doué pour ce genre de choses, il n'était pas à l'aise. Il baissa la tête, se sentant rougir sous le stress et l'anxiété. « Je devrai être là pour te protéger. »

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

what haunts us is not the silly ghosts or the spirits or the demons that we have been told of when we were younger. what haunts us, what truly haunts us, to the point of trembling hands, quivering feet, and frightened lungs : is the heart wrenching fear of never making sense to another humain being.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t8971-wilson-wall-e-termine http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t9124-wilson-allons-rallumer-les-etoiles#77617

Evelyn Nichols


« If we can't protect the Earth, be sure we'll avenge it »


avatar


╰☆╮ Avatar : Scarlett Johansson

Ѽ Conte(s) : Wall-E
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : EVEEEEE



☞ Surnom : Fanny
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 507
✯ Les étoiles : 2188




Actuellement dans : « If we can't protect the Earth, be sure we'll avenge it »


________________________________________ Mar 10 Nov 2015 - 8:14


« It's time to change our roles... »



Wilson était pâle, très pâle, extrêmement pâle… le voir comme ça lui donnait mal au cœur. Elle n’aimait pas le voir si triste, surtout quand il s’agissait d’un réveil aussi douloureux… Elle avait l’impression d’avoir perdu deux jours de sa vie, deux jours où elle n’était pas là pour lui, deux jours qui le rendaient triste. Elle ne parvenait pas à comprendre, elle ne parvenait pas à voir qu’à présent les rôles étaient inversés qu’il était temps qu’elle pense à elle car il était là pour elle, il était le plus stoïque des deux. Elle évitait de bouger pour ne pas réveiller ses douleurs et prenait généreusement de l’eau à travers la paille que lui avait donné le docteur. Ce qu’elle avait soif ! Elle l’écouta avec passion lui parler de Paris et ses yeux s’illuminèrent lorsqu’il lui proposa de voir cela avec elle. Oh oui… Elle aimerait tellement ! Mais même s’il souriait face à cette idée, il avait les yeux les plus tristes du monde :

- Ne fais pas cette tête. On ira, je te le promets.

Mais visiblement, il y avait autre chose que cette histoire de voyage à paris qui le chamboulait et Evelyn fronçait les sourcils d’incompréhension face à sa lèvre tremblante. Il était sur le point de pleurer… et il avait eu… peur. Ooooh oui, elle connaissait ce que c’était à présent la peur, elle aussi l’avait ressenti. Elle savait comme on se sentait tout petit face à ce sentiment, qu’il était difficilement surmontable. Mais pourquoi avait-il eu peur, lui aussi s’était retrouvés aux prises avec un méchant monsieur qui voulait faire de lui son ange ? Dans quelle situation s’était encore mis ?! Il… Mais EVE laissa son flux de penser s’interrompre en entendant le reste de son discours. Il s’excusait, il aurait voulu être là… Il ne lui était rien arrivé, il avait simplement eu… peur pour… elle… C’est alors qu’elle comprit, qu’elle comprit tout. Elle s’observa elle, dans son lit d’hôpital, puis lui sur sa chaise… Ils venaient d’échanger les rôles… pour la première fois, c’était ELLE qui avait eu des ennuis et qui avait fini toute cassée. Et c’était lui qui s’inquiétait et s’en voulait de ne pas avoir été présent… ils comprenaient à présent ce que l’un et l’autre ressentaient et ce n’était pas spécialement reluisant bien que cela risquait de les aider à avancer.

Elle comprenait à présent ce qu’elle n’avait jamais compris jusqu’à présent : la honte qu’il ressentait. L’impression d’avoir tout fait de travers malgré le fait qu’on soit la victime, le remords oppressant d’avoir l’impression de faire souffrir la personne qu’on aime parce qu’on avait décidé d’être trop aventureux. Une chose était certaine à présent : EVE était peut-être là pour protéger Wall-E mais elle avait aussi besoin que son robot la protège : l’un sans l’autre, ils finissaient toujours en pièce détaché mais l’un avec l’autre, ils restaient entier, vivants, heureux et en bonne santé. Lentement, la jolie blonde posa sa main sur celle de son amoureux et lui dit d’un ton sans appel :

- Ne t’excuse pas. Tu n’y es pour rien du tout. Tu ne pouvais pas venir, tu te souviens ? Et moi je ne pouvais pas me douter que ce serait un piège…

Elle s’interrompit quelques secondes pour déglutir. Wall-E avait le droit de savoir toute l’histoire, mais la douleur commençait à se réveiller et elle avait le bouche de plus en plus sèche. Visiblement, elle n’avait pas encore repris toutes ses capacités, il lui faudrait donc appeler l’infirmière, comme tout le monde, ce qu’elle fit. On lui installa une belle pompe à morphine et on lui plaça une petite télécommande dans les mains pour qu’elle puisse contrôler sa dose selon son besoin. Puis elle se retrouva de nouveau seule avec son petit robot et lui désigna sa mallette d’un doigt faible.

- Tu peux regarder si la fleur y est toujours ?

Elle observa Wall-E ouvrit sa mallette de travail et en sortir une sublime fleur bleue, extrêmement rare, pour ne pas dire, inconnue au bataillon à l’heure actuelle dans le monde pointu de la biologie. Malgré son état, le regard d’Evelyn s’illumina instantanément en la voyant :

- Elle est belle, hein ? C’est moi qui l’ai trouvé ! C’est moi qui vais lui donner un nom. Je pensais à AF6752DB12.

Elle ne le savait pas encore, mes ses collègues ne tarderait pas à lui demander de changer ce petit nom barbare et typiquement robotique pour un nom bien plus poétique. Mais elle trouverait en temps voulu, pas de doute là-dessus.

- Il y en avait tout un champ dans le grand jardin du manoir… Mais elles ne poussent que là-bas… elles ont une espèce de lumière bleuâtre la nuit, comme si elle rejetait toute la lumière qu’elle avait absorbé pendant la journée… Tu pourrais l’amener au laboratoire ? Je ne pourrais pas sortir tout de suite et elle risque de mourir…

Et ça, il n’en était pas question ! Du moins, pas tant qu’elle n’aurait pas ramassés tous les pistils nécessaires à sa reproduction. Mais c’était pas sans compter sur son petit robot qui lui confirma d’un signe de tête qu’il irait bien déposer ses recherches au laboratoire. OUF, voilà le plus important de résolu… elle pouvait maintenant passer à son récit.

- C’était pour elle que je croyais être-là… Tu te rappelles, on m’avait envoyé une lettre pour me préciser que j’étais conviée au manoir, afin de faire l’étude d’une plante rare qui poussait dans leur jardin. Sauf qu’une fois là-bas, tout s’est accéléré… On a vu des fantômes, des choses effrayantes et crois-moi, ça existe…

Elle hocha la tête vigoureusement, du moins, autant que le lui permettait son corps endolori. Elle avait mis du temps à l’accepter, sa rationalité ne se mariant pas avec le paranormal, mais il avait bien fallu qu’elle finisse par se rendre à l’évidence…

- Et puis… Il y avait Jack… C’est lui qui m’a fait ça… Enfin pas lui tout seul… Mais le soir, il venait dans notre chambre avec Kiana et me dessinait en train de dormir… et puis… et puis il a commencé à me dessiner égorgée… Et un soir, le soir du bal il… il m’a enlevé.

Elle se sentait presque trembler de nouveau, l’émotion était forte.

- Il m’a expliqué qu’il éventrait les catins pour leurs meures légères, il m’a dit que moi je n’étais pas pareil, il m’a dit que j’étais un ange… Son ange… et il a voulu nous marier pour consommer le mariage… mais moi je voulais pas de reproduction animale ! Et il m’a dit qu’après ça il me tuerait. Alors je me suis débattue, je l’ai assommée et je me suis enfuie ! Mais une grosse bête m’a sauté dessus et à commencer à me manger… Et Vassili est arrivé mais il n’était pas normal… il voulait me dissoudre dans de l’acide et puis il y a eu cet autre être étrange… sans compter le propriétaire qui voulait aussi une relation coïtale avec Jamie et moi…

Elle en était à nouveau toute retournée, son récit n’avait pratiquement aucun sens, ses mains s’étaient remises à tremblées et ses yeux étaient grands ouverts. Elle finit par lui dire piteusement :

- Je veux un chocolat chaud…

Oh que oui ! Elle en avait bien besoin !

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

- Even if I die, let it all burn -
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19782-in-a-sky-full-of-stars-eve

Wilson Wallander


« Boom Baby
T'as le Groove ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : George Blagden

Ѽ Conte(s) : Wall-E
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Wall-E



☞ Surnom : Nanis
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3117
✯ Les étoiles : 3337




Actuellement dans : « Boom BabyT'as le Groove ! »


________________________________________ Sam 30 Jan 2016 - 1:30


If you'll be my star, I'll be your sky.
I live to let you shine.


« Ne t’excuse pas. Tu n’y es pour rien du tout. Tu ne pouvais pas venir, tu te souviens ? Et moi je ne pouvais pas me douter que ce serait un piège… »

Le robot secoua la tête, refusant les excuses qu'elle lui donnait, la manière dont elle tentait de le justifier... ou même le fait qu'elle se dise aussi responsable. Non, non ce n'était pas sa faute. C'était ironique qu'il pense de cette façon. Alors que oui, il le réalisait bien, habituellement les rôles étaient échangées... La dernière fois, c'était lui qui était revenu d'un voyage dans un sale état, se sentant si coupable à son égard. Ressentait-elle la même chose ? Wilson leva les yeux vers elle. Oui, il pouvait le sentir, tandis qu'il tenait sa main doucement dans la sienne, en caressant la paume. Pas seulement grâce à ce qu'il pouvait faire... simplement parce qu'il la connaissait mieux que personne.

Il ne dit pas un mot de plus tandis que l'infirmière arrivait pour atténuer la douleur de sa belle, sans que cette dernière ne sache qu'il en avait fait de même. Il n'avait pas pu s'en empêcher. N'était-ce pas pour des situations pareilles qu'il avait le droit à ce don ? Il ne pouvait pas lui retirer la peine physique, bien qu'il l'aurait souhaité plus que n'importe quoi d'autre à cet instant, mais il pouvait au moins l'apaiser. Et il ferait toujours tout ce qui était en son pouvoir pour l'aider à se sentir mieux. Quitte à en souffrir un peu.

Wilson avait tourné la tête vers la mallette qu'elle avait désigné, se résignant à quitter son chevet d'à peine un mètre pour faire ce qu'elle lui avait demandé. Il resta bouche bée devant ce qu'il découvrit alors à l'intérieur de cette toute petite valise. Un pâle sourire se dessina même sur ses lèvres. Malgré tout ce qu'elle semblait avoir vécu, elle avait prit soin de cette petite chose pour la ramener ici, pour s'en occuper, l'éclat dans son regard alors qu'elle l'observait lui réchauffant le cœur. Il ne put retenir un petit rire tandis qu'elle partageait son idée de nom, décidant de ne pas faire la moindre remarque à ce sujet.

« Elle est magnifique. »

Il décida de la ranger, reposant la mallette près du lit d'Evelyn. Si cela ne tenait qu'à lui, il l'aurait sans douté posé sur la petite table de chevet pour égayer la pièce. Les chambres d'hôpital manquait de décoration. Tout était fade. Tout était triste. L'atmosphère était pesante et angoissante. On était bien loin des bibelots inutiles traînant dans son appartement à lui... Mais il ne voulait pas que la fleur bleue ne meurt. EVE ne se le pardonnerait jamais et lui non plus ! Elle aurait certainement besoin de retourner en chercher une et... quoi qu'il se soit exactement passé, là-bas, il n'avait étrangement pas envie qu'elle s'y rende une seconde fois. Il hocha simplement la tête, promesse silencieuse qu'il irait sans faute la déposer au laboratoire pour qu'elle ne risque rien. Une fois qu'il se serait assurée qu'elle allait bien et qu'il pouvait s'éclipser l'espace d'une heure.

Le jeune homme ne tarda pas à récupérer sa place, pendant qu'Evelyn continuait son histoire. Il n'oserait jamais nier l'existence des fantômes ou de quoi que ce soit de supernaturel. Déjà, parce qu'elle ne lui mentirait jamais. Puis, il avait été habité par un cavalier de l'Apocalypse, avait rencontré des dieux, discuté avec un Titan... Pourquoi le reste n'existerait donc pas ? Sa gorge se serra néanmoins lorsqu'elle commença à lui parler de ce Jack. Au moment même où ce prénom sortit de sa bouche, il se doutait qu'il était responsable de l'état de sa belle. Il se mordit la lèvre, ses yeux tristes commençant à briller à nouveau.

Il alla tout de suite poser sa main dans la sienne tandis que son corps commençait de nouveau à trembler. Il savait ce que ça faisait. Un traumatisme. Il avait mit du temps, avant de pouvoir parler de la Presque-Apocalypse sans être pris de crises de panique. Il le voyait chez Jay, aussi. On ne pouvait jamais vraiment s'en débarrasser. Juste devenir plus fort pour l'affronter.
Tandis qu'elle continuait son récit, de nouveaux sentiments se mélangeaient en lui. De la colère, de la haine, un désir de vengeance. Cet homme, quel qu'il soit, l'avait épié. Avait eu envie de la toucher. De la tuer. Et après y avoir échappé, elle avait encore été prise pour cible ? Il mettrait sûrement un long moment avant de la laisser où que ce soit sur invitation... Qui l'avait accompagné ? Personne n'avait surveillé les tarés qui s'en étaient pris à elle ? Personne n'avait réagit ?

Wilson dû contrôler sa respiration, pour ne pas se mettre à serrer trop fort la main de ce qu'il aimait. Il savait que ce n'était pas à cause d'eux, qu'elle était là. Que peut-être, s'il avait été présent, tout se serait déroulé de la même façon... Il ne pouvait qu'imaginer, étant donné son absence. Jay aussi devait avoir eu des soucis à régler. Et il ne pouvait blâmer personne d'autre que lui pour ne pas avoir été présent afin de la protéger.

Il voyait dans son regard qu'en parler ainsi lui faisait certainement ressentir les mêmes émotions. Il ne pouvait rien faire pour effacer ce qui s'était produit. Tout était à présent ancré dans son esprit. Le robot devait se contenter de l'écouter, d'être à ses côtés, de la soutenir et de la rassurer. Il devait se montrer moins accablé afin qu'elle ne soit pas triste de le voir ainsi.

« Tout de suite, mademoiselle ! »

Si elle souhaitait la moindre petite chose, il ne se ferait pas prier pour lui amener ! Il déposa un léger baiser sur le haut de son front, prenant garde de ne pas heurter le reste de son corps pour ne pas lui faire mal, avant de sortir de la chambre un peu trop rapidement, manquant de glisser sur le sol.

L'espace d'une seconde, il faillit s'arrêter pour ne pas quitter son chevet et demander à une personne qui passait par là de se charger de sa demande. Il sentait l'inquiétude monter alors qu'il l'avait encore en vue. Mais... Mais il ne pouvait pas se permettre d'en arriver à ce point-là non plus. Se mettre à la couver à outrance, à ne plus la lâcher, cela lui ferait certainement plus de mal que de bien. Ce n'était que l'histoire de quelques minutes, rien de plus. Quelques minutes seulement.

Il se jeta sur la première machine à boissons chaudes qu'il trouva, sortant précipitamment des pièces de ses poches, sélectionnant le chocolat chaud et cherchant à trouver un petit bâton pour mélanger le tout dans tous les recoins. Ses gestes n'étaient pas sûrs, ses mouvements brusques et, à un moment, un infirmier vint même lui demander si tout allait bien. Il l'ignora royalement, gobelet en main, pour rejoindre la chambre d'EVE aussi rapidement qu'il en était capable.

C'est essoufflé qu'il se posa de nouveau sur sa chaise – sur laquelle il faudrait certainement graver son nom vu le temps qu'il y avait passé en si peu de jours. Il avait une respiration saccadé, la bouche ouverte pour reprendre son souffle, le visage rougi.

« C'est... C'est certainement pas... pas aussi bon qu'à la maison... mais... c'est tout ce qu'il y avait. »

En un rien de temps, il installa le plateau supposé servir pour le repas face à elle, posant le gobelet dessus avant de frotter sa main contre son jean. Il ne s'en était pas rendu compte sur le coup, mais le récipient était très chaud et ses doigts avaient dû tenir le coup. Wilson soupira un bon coup alors qu'il offrait un grand sourire à la jeune blessée, heureux d'avoir réussi sa mission.

« Je t'en ferai tout un thermos moi-même et je l'apporterai demain ! Si tu veux autre chose, je suis là. Quoi que ce soit. »

Il lui devait bien ça. Au moins. Si ce n'était plus ! Il avait envie de se racheter, d'avoir ce sentiment de l'aider. Il avait l'impression d'être... d'être si inutile face à sa souffrance. Même l'infirmière lui avait donné de la morphine qui faisait sans doute plus d'effet que le chocolat qu'il venait d'amener.
Wilson observait délicatement le visage de celle qu'il aimait. Elle avait beau être fatiguée, chamboulée, avoir un teint moins radieux qu'à son habitude, il la trouvait toujours aussi belle.

« Je ne dirai pas que tu es un ange. Je trouve... Je trouve que tu es plus comme une étoile. »

Il avait seulement murmuré, son regard était plongé dans le sien. Peu importe le moment, la situation, les difficultés traversées... Elle brillait toujours de milles feux à ses yeux. Et... Elle était toujours présente à ses côtés, même si ce n'était pas physiquement, elle était toujours là. Il l'avait retrouvé dans un des moments les plus durs de sa vie et elle l'avait aidé à le traverser. Peut-être... Peut-être était-ce pour cette raison, qu'il avait mit tant de temps avant de la recroiser. Il était le ciel obscur et elle, la seule étoile à présent capable de l'éclairer.
Il secoua la tête avec un sourire gêné, passant une main dans ses cheveux pour oublier ses pensées déviantes.

« Tu m'as manqué. » Si son expression ne laissait rien paraître, le ton de sa voix était teinté de nervosité, alors que sa main était de nouveau partie tenir celle d'Evelyn, comme pour se rassurer de sa présence. « Je sais... Je sais qu'il y aura forcément des moments, comme celui-là où... où je ne serai pas avec toi... mais... Mais aussi mal que ça puisse me faire sentir, je n'ai jamais été plus heureux de te retrouver. »

En vie. Saine et sauve. En sécurité. Où l'on prenait soin d'elle, la remettant sur pieds. De sa main libre, il alla fouiller dans l'une de ses poches pour en sortir le porte-clef Tour Eiffel qu'il lui avait ramené de Grèce. Ils s'étaient fait une promesse, alors qu'il le lui avait offert : qu'à chaque départ, elle le lui rendrait, pour qu'il le lui remette de nouveau à son retour. Il l'avait tenu. C'était bien plus facile que de ne jamais se quitter... car, autant qu'il le souhaite, il paraissait impossible pour eux d'être toujours ensemble.

« Je crois que c'est à toi. » Il posa le petit objet sur la table à côté du chocolat chaud en l'observant du coin de l’œil. « J'en ai pris soin ! J'avais envie de la prendre en photo avec la vraie mais on n'a pas eu le temps d'y aller. »

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

what haunts us is not the silly ghosts or the spirits or the demons that we have been told of when we were younger. what haunts us, what truly haunts us, to the point of trembling hands, quivering feet, and frightened lungs : is the heart wrenching fear of never making sense to another humain being.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t8971-wilson-wall-e-termine http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t9124-wilson-allons-rallumer-les-etoiles#77617

Evelyn Nichols


« If we can't protect the Earth, be sure we'll avenge it »


avatar


╰☆╮ Avatar : Scarlett Johansson

Ѽ Conte(s) : Wall-E
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : EVEEEEE



☞ Surnom : Fanny
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 507
✯ Les étoiles : 2188




Actuellement dans : « If we can't protect the Earth, be sure we'll avenge it »


________________________________________ Mar 1 Mar 2016 - 23:24


« It's time to change our roles... »



Elle avait le meilleur petit ami du monde. Si si. Et elle en avait conscience. Wall-E était la personne la plus gentille et la plus attentionnée qu’elle connaissait. Il avait toujours été comme ça, c’est pour ça d’ailleurs qu’elle l’avait trouvé si étrange dès le début, si particulier, si atypique. Il n’était pas comme les autres robots, il lui avait montré ce qu’était l’amour, la force d’un regard, d’une chanson, d’un baiser, d’une danse, tout cela avec Hello Dolly. Il était devenu son ami puis il était devenu son amoureux. Et elle ne cessait de s’en rendre compte, chaque jour qui apparaissait et celui-ci particulièrement, lorsqu’il revint avec un verre de chocolat, rouge comme une pivoine, le souffle cours et au bord de l’évanouissement. Elle récupéra le petit gobelet et observa avec attention le liquide. Oui, de toute évidence ça allait être moins bon mais ce n’était pas grave. Elle but une gorgée et s’empressa de lui dire :

- Oh non non non ne t’embête pas pour moi, je ne vais pas rester ici très longtemps et tu dois te reposer, tu commences très tôt ton travail !

Elle avait alors repris une gorgée de son chocolat la sirotant plus qu’autre chose, lorsque soudain, sa bouche s’immobilisa dans le liquide et elle releva les yeux vers lui. Il lui précisé qu’elle n’était pas un ange. Bien sûr qu’elle n’était pas un ange, c’était ce Jack qui n’avait rien compris ! Elle était un robot, il l’avait bien vu, non ? Pourtant il poursuivit sa pensée et le petit « comme » lui fit comprendre qu’il ne faisait que la comparer, l’imaginer comme… une étoile. C’était si beau. Elle releva la tête de son chocolat, les yeux brillant, le sourire ému. Une étoile. Elle était une étoile à ses yeux. Pouvait-il exister de comparaison plus jolie ? Elle ferma alors les yeux et, un court instant, il lui semblait qu’elle changeait de monde, de période, d’époque. Qu’elle redevenait un robot, qu’elle volait à travers les étoiles, au côté de son petit robot, solidement accroché à son extincteur. Elle avait l’impression que la vie redevenait simple, là, sous les étoiles, ou tout autour des étoiles plutôt car il y en avait de partout… Ma sa déglutition difficile et douloureuse la ramena à la dure réalité : tout cela fait partie du passé.

- Moi aussi je n’ai jamais été aussi heureuse de te revoir tu sais… j’ai appris que tous les garçons ne sont pas aussi gentils que toi, loin de là… j’ai rencontré un gentil garçon qui est devenu un ami. Il s’appelle Pitch. Je suis allée au bal avec lui. Lui aussi a une copine et elle aussi n’avait pas pu venir… Il m’a aidé. Tu sais… j’ai compris quelque chose…

Elle se redressa dans son lit d’hôpital, tant bien que mal, en se tortillant et posa son verre de chocolat presque vide sur sa petite tablette. Elle inspira et expira profondément en prenant ses mains dans les siennes. Elle embrassa l’une de ses paumes d’un geste vif et lui sourit avant de se lancer :

- J’ai compris que j’avais tort… J’avais tort de penser qu’on pouvait rester toujours ensemble, tort de penser qu’il ne m’arriverait jamais rien et que je devais te protéger… J’ai… Je me suis rendue compte que… quoi qu’on fasse on ne peut pas tout prévoir, c’est sans doute la beauté de l’être humain, mais quoi qu’il arrive ça veut dire que toi comme moi, on peut être en danger n’importe où… C’est bien ce qui nous arrive tu sais ? Je sais pas si la « Peur » est une chose que je vais aimer un jour, je n’aime pas beaucoup ça, mais elle nous aura permis de mieux comprendre le rôle de l’autre. Je suis vraiment désolée tu sais…

Elle baissa la tête tout en caressant du pouce les paumes de son chéri.

- Je suis désolée de m’être mise en colère contre toi quand tu es revenu de Grèce… Je suis désolée aussi de t’avoir fait aussi peur… Je comprends que tu n’y étais pour rien en Grèce, que ça t’ai tombé dessus comme ça… Et je comprends ce que tu as ressenti, c’était pas gentil de te crier dessus, je m’en rends compte… je m’en veux déjà de t’avoir fait peur comme ça, tu es tout tremblant et je suis sûre que tu as couru pour aller me chercher un chocolat… si tu avais crier je me serais sentie encore plus mal… je suis désolée…

Wilson sortit alors la petite Tour Eiffel, symbole et promesse de retrouvailles prochaine. Il n’oubliait pas. Et cette vision la ravit de bonheur. Il précisa qu’il n’avait pas pu la prendre à côté de la vraie, mais Evelyn s’en fichait. Il lui ramenait l’objet le plus insolite et le plus précieux qu’ils n’avaient jamais eux (à part la plante en pot bien sûr) et c’est tout ce qui comptait. La vraie, il la verrait plus tard, et ensemble, ça ne faisait rien. Elle récupéra alors le petit porte-clé et le serra dans sa main avec un sourire. Puis, sans crier gare, elle se pencha et emprisonna le visage de Wilson dans ses mains avant de lui claquer un baiser sur la bouche plein de passion mais très peu en douceur, comme tout ce que faisait Evelyn :

- Je t'aime, tu le sais ? Cette petite Tour Eiffel, c'est tout ce qui compte. Quand je suis loin de toi, je ne vis que pour la retrouver parce que je sais que je te retrouverais. C'est notre porte-bonheur à nous. Tant qu'elle nous reviendra, on se soignera toujours. Maintenant que tu es là, je n'ai plus peur et... je commence à aller mieux.

C'était vrai. Allez savoir comment, si c'était l'adrénaline ou l'amour qu'elle lui portait mais cette conversation avec lui l'avait aidé à retrouver petit à petit ses facultés. Elle était toujours très fatiguée mais elle commençait à se régénérer, petit à petit. Elle pourrait bientôt sortir d'ici, rejoindre Wilson au dehors et ils continueraient leurs aventures, aussi périlleuses se promettaient-elles d'être...

FIN



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

- Even if I die, let it all burn -
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19782-in-a-sky-full-of-stars-eve

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

It's time to change our roles... } Wall-E ♥





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les alentours :: ➹ L'hôpital