Aventures
en cours :

Magic League
Août 2017


Zootopie 2
Juillet 2017

Age de Glace
- bientôt -
Septembre 2017



Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


Magic League - le 82ème événement de Disney Rpg ! ╰
➹ Création graphique : Wonder Bekah ♥ - Maître du jeu : Spider Dyson ♥
Tu ne peux pas sauver le monde seul... Mais avec eux, tu peux !

Partagez | .
 

 Les rencontres : tout un art { Tara & Jack }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Jack Overland


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


avatar




╰☆╮ Avatar : Lucas Till

Ѽ Conte(s) : Les 5 légendes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Jack Frost

☞ Surnom : Lou, Loulou, P'tit Lu, Pollen

Pourquoi c est Pétunia la ???

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1052
✯ Les étoiles : 20




Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Mer 29 Juil 2015 - 16:56




Les rencontres : tout un art


Jack avait passé toute la nuit a patrouiller dans les rues de Storybrook, a guetter le moindre cauchemar de Pitch, le moindre petit grain de sable noir. Mais il n'y avait rien eut, tant et si bien que le gardien commençait a se demander si ses patrouilles étaient vraiment nécessaires. C'en était presque déprimant.

Le jeune homme rentra chez lui, dans le petit appartement qu'il occupait au dessus de la Glacerie. Jetant pêle mêle ses affaires sur le sol, il passa sous la douche et laissa l'eau emporter toutes ses pensées. Rapidement, les petites gouttelettes qui parsemaient son corps se changèrent en minuscules glaçons, et tombèrent a ses pieds. Sortant de la douche, il passa une main dans ses cheveux pour déloger la petite couche de gelé qui c'était formée dessus et s'habilla rapidement. Une tenue normale pour lui : Jean, t-shirt et sweat. Il ne mettait jamais de chaussures et ne sentait pas réellement la chaleur de l'été, a cause de son état. Jack attrapa une balle de tennis et se laissa tomber dans son canapé avant de la lancer en l'air pour la rattraper, perdu dans ses pensées. Qu'allait il faire aujourd'hui ? Voir Aster ? Non, le lapin lui en voudrai certainement toujours de sa dernière blague et il n'avait pas envie de se disputer avec lui. Tooth ou Alaka ? Il les avait vue peu de temps avant et elles avaient certainement d'autres projets. Louise travaillerait, Max devait dormir.... Bah inutile de faire des plan, il finirait bien par trouver quoi faire.

Une petite ballade s'imposait donc. Et il avait faim. Pourquoi ne pas aller acheter quelques croissants au passage ? Depuis qu'il avait découvert les viennoiseries, Jack en était légèrement accros. Alors autant en profiter, surtout que patrouiller, ca creusait ! Il se leva et tira dans un petit panier de basket accroché a l'autre bout de la pièce. Ca pour savoir viser, il savait viser. D'un bond il se percha sur le rebord de s fenêtre et inspira un grand coup. C'était une nouvelle journée qui commençait !

"Et c'est parti !"


Jack se laissa tomber dans le vide et atérit en douceur sur le sol avant de tranquillement s'éloigner en sifflotant. Arrivé a la boulangerie, il commença un grand assortiment de chocolatines et croissants pour en ressortir avec un dans la bouche et le sac en carton sous le bras. Ca c'était le pieds. Et être visible aussi, il ne s'en lassait pas. Alors qu'il venait de tranquillement s'installer en haut d'une fontaine - eh oui, voler a tout va ca avait ses avantages - il aperçut soudain un camion qu'il connaissait bien. La surprise fut telle qu'il manqua te faire tomber son sac et le rattrapa in extremis du bout de doigts. Poussant un soupire de soulagement intense, le jeune homme se redressa et fixa la camionnette qui s'éloignait. Bon bah on dirait que j'ai mon programme de la journée moi ! Se dit il en enfournant une chocolatine avant de se lancer a la poursuite du véhicule.

Slalomant entre les gens a une vites ahurissante, il du rapidement ralentir -a son plus grand désespoir - pour ne pas la dépasser. Horace et Jasper. Deux hommes au service de Cruella, une psychopathe avide de fourrures qui avait la salle habitude de créer des chenils clandestin pour avoir de la matière première. Évidemment, elle ne pouvait pas avoir d'autres lubies bizarres comme ne jamais mettre de chaussures ? Pourquoi les méchants devaient ils toujours êtres ... méchants ? Jack eut un sourire amusé. Il allait suivre les deux lascars - qui soit dit en passant n'étaient pas réellement un modèle d'intelligence - pour mettre le plan de Miss Fourrure a l'eau.

Que ne ferait on pas pour des amies ? Il le savait, au fond Cruella devait bien l'aimer, il mettait un peu de piment dans sa vie et avait la sale habitude de mettre ses plans a l'eau. Bon ok peut être qu'elle le détestait un peu et le trouvait insupportable. Mais c'était sans importance.

La population se faisait plus dense, les gens commençaient a sortir et Jack devait doublement faire attention pour ne pas rentrer dans quelqu'un. Le gardien jeta un coup d’œil sur le coté pour ne pas perdre le camion de vue, avant de regarder face a lui, et de soudainement se trouver face a une fille qui tournait au coin de la rue. Trop tard pour qu'il tourne, Jack lui rentra dedans de plain fouet la faisant voltiger dans un grand bruit.

"Waahhrgl !" Fit il en se cognant, avant de voir qu'elle allait tombée. Rapide comme l'éclaire, il lui attrapa le poignet et la tira vers lui, la faisant tournée avant qu'elle ne tombe a la renverse dans ses bras. Levant une main au ciel, il attrapa alors le paquet de viennoiseries qui tomba dedans. Les cours de danse, ca servait n’empêche.

"Pfiou, on l'a échappée belle .."
lâcha il soulagé alors qu'il la tenait par la taille penchée vers le sol, ses yeux plongés dans les siens. "Ca va rien de cassé mademoiselle ?" Sourire charmeur, visage proche, et manières de gentleman, que demanderai une fille de plus ? Peut être que son corps ne soit pas aussi froid que de la neige, mais ca il n'y pouvait rien. Et puis tout le monde avait ses défauts non ? L'aidant a se remettre sur ses jambes, il lui attrapa la main et posa dessus un léger baiser.

"Jack Frost, esprit de l'hiver et gardien de la joie et de l'amusement pour vous servir."
fit il en faisant une courbette avant de détailler son visage. Tout a coup, il fit apparaitre une rose de glace et la tendit a la jeune femme. "Puis je connaitre le nom de la ravissante créature que j'ai devant moi ?"

Bah oui il lui était rentré dedans et poursuivait des malfaiteurs, mais ce n'était pas une raison pour ne pas faire la conversation a la charmante blondinette. Tout a coup, il se redressa et se frappa le front d'une main.

"Oh je suis désolé, faut que j'y aille, j'ai des chiots a sauver."


Il allait partir quand il s’arrêta. "Dites moi ... ca vous tente de sauver des bébés chiens d'un horrible destin a savoir : finir en manteau de fourrure ? Oui ? Parfais, je savais que tu avais l’âme d'une héroïne."

D'un geste il prit la jeune femme dans ses bras sans lui demander son avis - qui aurai pu refuser de toute façon ? - et bondit vers le ciel a une vitesse folle pour atterrir en haut d'un immeuble. La il la reposa et chercha le camion. Bon, ou était il ?




♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

I promess to watch over your child.
Guide him safely from the ways of harm.
Keep happy his heart, brave his soul, and rosy his cheeks.
Guard with your life his hopes and dreams,
for he is all that we have, all that we are,
and all that we will ever be.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28430-jack-overland-termine http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28508-jack-overlan-guardien-a-votre-service#245450 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28509-chrono-jack-overland#245451

Tara Duncan


« Et une bouteille de
Shampooing ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Emilia Clarke

Ѽ Conte(s) : Tara Duncan
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Tara, la blonde à la mèche blanche qui fait tout exploser à son passage !

☞ Surnom : Tara, tout simplement !

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 7193
✯ Les étoiles : 10




Actuellement dans : « Et une bouteille de Shampooing ! »


________________________________________ Lun 10 Aoû 2015 - 19:05



Les rencontres : Tout un art
On va sauver les toutous


J’avais passé une journée plus que mouvementée. Après avoir raté un jour de boulot à cause d’une mésaventure moyennement marrante, mon patron avait décidé de ne pas me faire oublier ma nouvelle promesse sous peine de perdre mon job. Compréhensif malgré tout, il m’avait laissé repartir avec seulement un avertissement. Etonnée, je m’étais dirigé vers le tableau pour savoir ce qu’il m’avait réservé pour la journée. Suivant les grilles, je m’étais aperçu que chaque patient qu’il m’avait confié était inconnu au bataillon. Des nouveaux ? J’étais partie une journée et la plupart de mes patients habituels avaient disparu ? Probablement pas. Je le compris rapidement entrant dans la première chambre. Pensant en avoir seulement pour quelques minutes, le temps d’un changement de pansement, j’avais passé beaucoup plus de temps à batailler. L’homme avait commencé par refuser, puis hurler au viol… Oui, une blonde d’un mètre 50 qui viole un homme d’un mètre 90, il devait avoir ingéré une sacré dose d’anesthésiant pour ne pas trouver ça ridicule. Et avait tenté de me taper. Chose qui m’avait fortement déplu. Ne trouvant plus d’autre moyen, j’ai finis par l’immobiliser grâce à ma magie, lui clouant le bec par la même occasion. En sueur et essoufflé, je m’étais dépêché de sortir ce dont j’avais besoin pour commencer mes soins. Pouvoir instable, il y avait de forte chance que le sort lâche à tout moment. J’attrapais son bras, déroulant la bande pour ensuite enlever le pansement. Un haut le cœur me gagna tandis que je regardais la plaie en mauvais état et infecté. Génial. Respire, respire. Je mouillais une compresse de désinfectant pour nettoyer le sang qui avait dû couler pendant la nuit.

Le reste du soin fut plutôt calme, la paralysie lâcha une bonne dizaine de minute après la fin du soin, me mettant plus qu’en retard pour le reste de mes patients. Au moins, le sort n’avait pas été définitif. Même si je prônais le contraire, j’avais tout de même eu chaud. Passant devant la chambre d’un de mes patients préférés, j’avais promis d’apporter une petite sucrerie au petit garçon qui séjournait depuis un bon moment à l’hôpital à cause de sa greffe de rein défectueuse. J’étais ensuite partie pour une tournée de piqure générale dans le département des enfants. Il n’y a rien de mieux pour se sentir aussi repoussante qu’un monstre. A chaque fois que j’entrais dans une chambre, soit pour injecter un produit, soit placé une intraveineuse, je me faisais accueillir par des cris et des pleurs. Bonjour, je suis la mère fouettarde, souriez je vais vous traumatiser. Sortie de la dernière chambre, j’avais enfin soufflé. Mais, aussitôt repartie, j’avais continué avec d’autres patients problématiques. Dans le lot, les pestes qui ne supporte rien ou les grand mères acariâtre. Un vrai calvaire. Quand j’en eu enfin finis avec mon dernier patient… Il ne me restait plus énormément de temps pour manger à cause de mon retard. J’avais donc attrapé un sandwich à la cafeteria avant de m’assoir cinq petites minutes. La matinée de l’enfer s’était enfin terminée. J’étais affecté en pédiatrie l’après-midi, mais cette fois, pour être réellement utile et non pas faire seulement le sale boulot.

L’après-midi avait été plutôt reposante, du moins par rapport à la matinée. J’avais retrouvé les têtes habituelles ce qui me permettait de mieux faire mon travail. Lorsque vous connaissez un patient, il est quand même beaucoup plus simple de l’aider et de lui apporter ses soins de la manière la plus agréable. Crevée de la matinée, la sortie de travaille fut une libération. N’ayant pas le courage de cuisiner, je suis passé chez un traiteur acheter un plat pour trois pour ce soir. Retrouvé l’appartement dans un bordel monstre ne m’a pas aidé à retrouver le moral. Sans parler de Jar qui continuait à faire n’importe quoi. Epaulé de Mara, nous l’avions calmé pour la soirée. Sortant le drapeau blanc, j’avais laissé la jeune femme s’occuper de son frère jumeau pour passer sous la douche. Demain sera une meilleure journée, on y croit. Je ne travaillais pas, c’était dimanche, quoi de mieux ? J’irai même acheter des croissants. Oui, c’est cool les croissants. Je sortis enfin de la douche en sentant l’eau froide arrivée. Les deux monstres avaient du passer à la douche avant moi… Ce qui ne me laissait que peu d’eau chaude. Grommelant, je m’étais mis en pyjama avant de foncer dans mon lit, m’enfermant à clé. Il pouvait bien mourir de l’autre côté que je ne bougerai certainement pas.

Une sonnerie. Deux sonneries. Trois sonn… Bon, il va l’arrêter son portable ?! « JAR ETEINS CE FOUTU TELEPHONE OU JE LE CRAME ! » Dès 8 heures du matin, il fallait qu’il fasse du bruit. Un dimanche en plus. Non.. Rester calme. Ne pas l’étriper. Sur un malentendu, je pourrais peut être faire peu de prison. Non. Aller, on souffle. « JAR ! » Je m’étais levée de mon lit, en furie. « Ça va, ça va, je l’éteins ! » Sortant de ma chambre pour rejoindre la cuisine, je le fusillais du regard. « T’as plutôt intérêt, la prochaine fois que tu me réveille tôt un dimanche matin, je te mets à la porte, compris ? » Il avait soufflé avant de sortir de la pièce en boudant. Ce qu’il pouvait m’énerver parfois ! Fixant le bol de céréale sale sur la table, je soupirais. Bon… Le meurtre, c’est maintenant ou tout de suite ? Non parce que je ne vais certainement pas tenir longtemps. Retournant dans la salle de bain, j’enfilais une tenue légère pour sortir. Je pris mon sac en passant tout en claquant la porte. Ce matin, c’était croissant, mais certainement pas pour eux. J’irai prendre un petit déjeuner dehors, ça me ferait le plus grand bien.

Plongée dans mes pensées, je marchais d’un pas rapide et énervé. Parfois, l’idée de les mettre dehors me tentait bien trop. Comme celle de commettre un meurtre. Si je partais, je suis sûre que Moineau et Fabrice m’accueillerait chez eux. Cal et Robin aussi… Mais l’idée de vivre avec les deux ne me réjouissaient pas vraiment. Non, c’est décidé, je vais déménager chez Moineau et Fabrice. Ils me doivent bien ça après tout… Ou peut-être que c’est moi qui leur doit quelque chose… Tant pis. Je poserai ma tente devant chez eux jusqu’à ce qu’il m’ouvre. Et je… « Outch ! » Au détour de la rue, je m’étais pris un homme de plein fouet, me cognant violemment contre son torse. Pas vraiment concentré sur ce que je faisais, j’ai rapidement basculé en arrière. Je voyais déjà le gros hématome qui allait orner mes fesses pendant les deux prochaines semaines lorsque la main de l’étranger s’enroula autour de mon poignet, me retenant de justesse. La tête fixée vers le ciel, je regardais quelques viennoiseries retomber dans le paquet. D’accord… Je suis en train de rêver c’est ça ? La voix de l’homme me sortit de mes pensées. « Oui oui ça va, et vous ? » Je m’aperçus un peu trop tard que son visage était bien trop proche à mon goût. Mes joues virèrent au rouge pivoine tandis que je me redressais rapidement pour m’éloigner de lui. « Hum merci.. » Ne considérant surement pas que les salutations étaient suffisantes, il prit ma main pour… L’embrasser. Une expression perplexe sur le visage, je levais les sourcils, surprise. D’accord… C’était qui ce fou ?

Il se présenta… Exactement comme Pitch. Avec l’intégralité de ces attributs du monde des comptes. Je trouvais cela légèrement ridicule puisque nous n’y étions plus. « C’est quoi cette manie de toujours se présenter avec des informations pour se mettre en avant.. ? » Marmonnais-je pour moi-même. A quoi pouvait bien me servir le fait de savoir qu’il était l’esprit de l’hiver ? En oubliant le fait que c’était plutôt classe. « Je suis Tara. » C’est surement tout ce qui l’intéressait. Le reste, on s’en fichait pas mal. Et puis, de toute manière, personne ne connaissais mon histoire, alors je ne trouvais pas l’intérêt de me présenter intégralement. Réalisant ses propos, je relevais les yeux vers lui. « Ravissante créature ? Hein ? » Ah non… Je peux pas encore être tombé sur le gros lourd qui passe son temps à draguer toutes les filles. Ma journée n’était pas déjà assez mal commencée comme ça ? La suite resta plutôt floue. Je n’eus pas le temps de répondre quoi que ce soit qu’il m’emportait avec lui sauver des… Chiots ? Alors que je tentais de me défaire de son étreinte mal à l’aise, mes pieds quittèrent le sol. Paniquée, je me débattais, ne comprenant pas vraiment ce qui m’arrivait. « Lâche-moi ! Lâche-moi ! T’es un malade ! Lâche-moi ! » Je tambourinais sur son torse jusqu’à ce que mes pieds retrouvent le sol et que son étreinte cesse. N’ayant pas encore récupéré de la frayeur qu’il m’avait faite, je basculais pour tomber à la renverse. Génial, finalement, je n’aurai pas pu éviter cette chute. Mais le sol… Il a une texture bizarre non ? Mes yeux se déportèrent sur du vide. Du très grand vide. Je penchais légèrement la tête pour regarder où ce dernier s’arrêtait avant de me ruer en arrière en tremblant. « Ramène-moi par terre ! Ramène-moi par terre ! » J’avais toujours eu horreur du vide. Encore plus depuis que mes pouvoirs étaient devenu instable. Faire une chute de plusieurs centaines de mètre pour finalement réussir à se rattraper quelques minuscule mètre avant de s’aplatir, ça marque.

(c) B-NET




♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Here come the sun...
Friendship isn't about who you've known the longuest. It's about who walked into your life.


http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t34564-tara-duncan-un-monde- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t34884-tara-duncan-mes-amis-mes-amours-et-surtout-mes-emmerdes http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t35902-ne-reve-pas-ta-vie-vie-tes-reves-tara

Jack Overland


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


avatar




╰☆╮ Avatar : Lucas Till

Ѽ Conte(s) : Les 5 légendes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Jack Frost

☞ Surnom : Lou, Loulou, P'tit Lu, Pollen

Pourquoi c est Pétunia la ???

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1052
✯ Les étoiles : 20




Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Ven 14 Aoû 2015 - 0:14




Les rencontres : tout un art


« C’est quoi cette manie de toujours se présenter avec des informations pour se mettre en avant.. ? »

Il était indigné. Comment pouvait elle croire une telle chose ? Il était la modestie faite homme ( ou esprit de l’hiver en l’occurrence ). Jack eut un petit sourire énigmatique.

"Je ne veut pas qu'on m'oublie c'est tout."


Avoir vécu 300 ans sans que personne ne puisse le voir oou l'entendre avait laissé des marques. Maintenant qu'il avait la chance de pouvoir se faire remarquer des autres humains, il ne voulait pas rater une seule occasion de faire en sorte que les gens croient en lui. Apres tout, ils étaient si étroits d'esprit, pas comme les enfants, qui eux avaient le pouvoir de croire. Tout était beaucoup plus simple avec eux de toute façon.

"Tara ? Quel charmant prénom. Je suis sur de l'avoir entendu quelque part ..."
Jack passa une main dans ses cheveux en réfléchissant avant de se souvenir que le camion prenait de l'avance. Zut. D'un geste il embarqua la demoiselle et s'envola, avant de sauter légèrement pour atteindre le bord de l’immeuble

Une main en visière sur ses yeux, il parcouru rapidement les rues du regard avant de se tournée vers son compagnon d'aventure qui paniquait légèrement. Il s'approcha dans son dos jusqu’à ce qu'elle bute contre son torse. Autant profiter un peu de la situation non ?

"Vos désirs sont des ordres. "
fit il avec un sourire malicieux qui n'augurait rien de bon. Il fit une courbette et tendit la main vers elle. "Si vous voulez bien vous donner la peine ..." De toute façon, elle n'avait pas réellement le choix non ? C'était lui ou un saut dans le vide, et l'arrivée serait certainement ... Peu agréable. . Elle finit par glisser sa main dans la sienne et Jack referma ses doigts glacés sur ceux de la jeune femme. Il senti un léger frisson courir le long de son bras mais l'ignora. Que pouvait il faire d'autre de toute façon ?

Délibérément il s'approcha d'elle au point de refermer l'espace qui les séparait et la fixa avec un petit sourire victorieux. Il adorait faire ca. Voir les filles devenir rouges comme des tomates c'était vraiment tordant. D'un geste il placa une main dans son dos et passa l'autre sous ses jambes avant de s'envoler a nouveau.

Malgré les cris et protestations qui lui striaient les oreilles il ne pouvait s’empêcher de sourire. Surtout quand il fit mine de tomber et qu'elle s'accrocha a son cou, manquant de l'étouffer. Elle était belle la jeunesse tien. Ou était passé le courage et l'insouciance des ados ?

"Rhaaa mais calme toi ! On va jamais y arriver sinon ! Et laisse moi respirer nom d'un bonhomme de neige ! Tu veux m'étouffer avec tes seins ou quoi ?"

Bon, ce n'était peut etre pas tres correcte comme attitude, mais au moins elle avait cessée d'essayer de l'étouffer et de gigoter. Franchement les femmes ... Elles ne savaient jamais ce qu'elles voulaient. Un coup Tara se jetait sur lui, puis elle le frappait en lui demandant de le lâcher pour finalement lui mettre sa poitrine sous le nez. Franchement, elle devrait un peu mieux se contrôler Entre ses bras, il la sentait trembler..... De colère, de gène, ou de peur il n'aurait su le dire et savait que dés qu'ils poseraient pieds a terre, il allait en prendre pour sa pomme. Pourtant il se montrait serviable ! Le gardien avait repéré Jasper et Horace et lui suivait en hauteur, sa captive dans les bras. Lorsqu’en fin les deux compères s’arrêtèrent, il fit un immense sourire a Tara et descendit en piquet vers le sol pour s’arrêter derrière une grange avoisinante. Il ne faudrait pas que les deux débiles le remarquent ...

Il déposa Tara sur une souche d'arbre et se posa devant elle, tout fière de lui.

"Alors, comment as tu trouvé cette petite leçon de vole ? Aie !! Aiiieuh ! "


Elle ne lui avait apparemment pas plu. Comme une furie, elle se jeta sur lui et se mit a lui marteler l'épaule avec ses poings en l’engueulant. Courbé sur lui même, essayant d'échapper cette pluie qui lui tombait dessus, Jack finit par faire un grand bon sur le coté et mit la souche d'arbre entre eux comme protection.
Mettant ses mains devant lui en signe de paix, il tournait autour du bois en même temps que la jeune femme pour rester hors d'atteinte.

"Ok, ok ! Je m'excuse désolé ! C'est bon ?"


Pas suffisant au vue de la lueur meurtrière qui dansait dans ses yeux. Rha les femmes !

"Écoute Blondie, on peut rester la a tourner autour de ce jolie bout de bois, ce qui ma foi ne me dérange pas plus que ca comme idée, ou alors, on va sauver les chiots. T'as envie de laisser une vielle folle prendre des bébés chiens, de leur ouvrir le ventre pour récupérer les peaux pour se faire des manteaux de fourrure ? Allez, je suis sur que tu n'es pas si ... euuuh ... farouche que tu en a l'air."
ajouta il avec un sourire amusé. "C'était juste une blague après tout ..."


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

I promess to watch over your child.
Guide him safely from the ways of harm.
Keep happy his heart, brave his soul, and rosy his cheeks.
Guard with your life his hopes and dreams,
for he is all that we have, all that we are,
and all that we will ever be.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28430-jack-overland-termine http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28508-jack-overlan-guardien-a-votre-service#245450 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28509-chrono-jack-overland#245451

Tara Duncan


« Et une bouteille de
Shampooing ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Emilia Clarke

Ѽ Conte(s) : Tara Duncan
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Tara, la blonde à la mèche blanche qui fait tout exploser à son passage !

☞ Surnom : Tara, tout simplement !

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 7193
✯ Les étoiles : 10




Actuellement dans : « Et une bouteille de Shampooing ! »


________________________________________ Lun 17 Aoû 2015 - 23:05

Je n’en revenais pas. Je n’en revenais toujours pas. Je devais rêver, personne n’avait autant de culot. Après avoir tenter une ébauche de drague qui m’avait particulièrement mise mal à l’aise, l’homme, dénommé Jack, m’avait attrapé pour… S’envoler. J’avais de très mauvais souvenirs des vols. Autant par magie que par avion. Depuis, j’évitais. Rien ne me disait qu’il n’était pas un aussi gros psychopathe que l’homme que j’avais croiser dans l’avion lors de mon périple à Las Vegas. Paniquée, je gesticulais dans tous les sens pour pouvoir me défaire de son emprise et retrouver ma liberté. Malheureusement, son étreinte était trop forte pour que je puisse m’échapper. Une fois sur la terre ferme, je soufflais légèrement. Avant de m’apercevoir que cet ab… qu’il m’avait amené sur un toit d’immeuble. Mes mains crépitèrent de magies bleues alors que je bouillais de l’intérieur. Un escalier, il devait bien y avoir un escalier ? Alors que je faisais les cent pas pour trouver une échelle ou quoi que ce soit, je marmonnais pour moi même. « Mais c’est pas possible de toujours tomber sur des tordus. C’est pas mon jour. Mais il doit bien y avoir un escalier quelque part sur ce toit ! » Sérieusement, pas d’escalier ? Je me stoppais, le temps de laisser mes idées se remettre en place. Je fulminais en reprenant mon souffle et en laissant mon cœur se calmé après toutes ces émotions… Qui n’allaient surement pas être les dernière, j’en étais presque sûre.

Furieuse, je me retournais pour engueuler de nouveau mon kidnappeur. Alors que je le croyais toujours au même endroit, je buttais contre son torse en ronchonnant. « Arrête de me coller ! Et fais moi descendre de là ! » Non mais quel toupet cet homme, avec son sourire en coin, il ne cessait de m’énerver. Il me tendit la main, faisant signe d’approcher. Retourner dans ses bras, c’était une blague ? « Ah non. Hors de question ! Tu trouves un autre moyen, mais je ne te touche pas. » Je profitais de mon air énervé pour masquer ma gêne en croisant les bras. Hors de question que je touche une nouvel fois ce rustre. Plutôt mourir. Enfin… Après quelques secondes de silence pesant, je finis par me rendre à l’évidence et à mordre l’intérieur de ma joue en ronchonnant. Ma peau rencontra une nouvelle fois la sienne, glacée. Heureusement qu’on était en été, ça ne devait pas être particulièrement agréable en hivers. Et puis, je devinais facilement son rôle dans les contes. Les méchants sont toujours froids, il ne faisait surement pas exception.

Il s’approcha de moi jusqu’à être presque collé. Mes yeux dérivèrent une nouvelle fois alors que son expression satisfaite reprenait place sur son visage. Les joues légèrement rouges, je fixais un point dans l’horizon pour tenter d’oublier la situation dans laquelle je m’étais encore fourrée. Ce qui fut une grosse erreur. Avant d’avoir le temps de protester, il me souleva en position allongée, ce qui me fit hurler de nouveau. « Non ! Non ! Non ! Non ! Pas comme ça ! Lâche moi ! Repose moi ! Pas comme ça ! » De nouveau paniquée, je me débattais du mieux que je pouvais pour qu’il fasse marche arrière. Sérieusement, je voulais simplement monter sur son dos ! Au moins, j’aurais pu m’accrocher, mais pas comme ça. Mais le pire fut à venir… Il s’amusa à me faire glisser de quelques centimètres, comme si je lui échappais. Un cris encore plus strident que les autres m’échappa alors que je m’accrochais à son tee shirt de toute mes forces pour passer mes mains sur mes épaules et y planter mes ongles. « Abrutis ! Abrutis ! Si tu me fais tomber, je te jure que je te fais la peau ! » Il finit par ouvrir la bouche. Mes yeux se plantèrent dans les siens, assassin. Il n’avait pas osé ? Il n’avait pas dit ça. Geste reflexe. Ma main se leva pour lui assener une gifle. Entre la panique et l’énervement, une jolie marque rouge se dessina sur la joue du blond alors que je croisais mes bras sur ma poitrine pour la masquer. « Pervers ! »

Recroqueviller sur moi même, je tentais de me calmer légèrement en vain. Mes bras tremblotaient et ma respiration était saccadée. Les dents serrés, j’avais la légère envie de faire un meurtre et mes mains dégageant une lueur bleutée en témoignait plutôt bien. Vint enfin le moment où mes pieds touchèrent le sol. Les divers nœuds dans mon ventre se dénouèrent tandis que je prenais une grande inspiration pour me calmer. D’accord. C’est bon, j’étais à terre. Tout allait bien, j’étais encore en vie. Par contre… Je relevais des yeux emplis de rage vers le garçon tout en fonçant vers lui, le rouant de coup. Je n’avais certes, pas beaucoup de muscle, mais je savais où taper pour lui faire mal. « Tu ne refais plus jamais ça ! Jamais ! Jamais ! Jamais ! C’est compris ?! » Chacun de mes mots se soldaient par un coup, tantôt sur le torse, tantôt sur la tête. Il finit par m’échapper, plaçant la souche de laquelle j’étais descendu entre nous. S’il n’y avait que ça, je pouvais toujours l’enjamber. Il s’excusa, ce qui était déjà un bon début, mais qui n’était surement pas assez après ce qu’il s’était amusé à faire. « Tu crois que ça va tout faire passer ? » Une mine fermée et des yeux volcaniques, je le toisais, l’écoutant faire son beau discours. « Mais bien sur, des chiots, t’as pas trouvé plus mignon comme mensonge ? Abrutis ! Amusant ? Amusant ?! » Je m’apprêtais à lui foncer dessus une nouvelle fois quand mon regard se posa sur la grange derrière lui.

Il voulait s’amuser hein ? J’allais me venger, mais j’avais quelques idées plus amusantes que le taper une nouvelle fois. Je bloquais mon regard sur la grange en prenant un air ébahis. « Mais… C’est vrai ! Il y a des gens qui viennent d’entrer par la grange avec des boules de poils ! » Sans prendre la peine de le regarder, je fonçais vers l’arrière de la petite bâtisse pour espionner les personnes imaginaires. Comme je m’y attendais, Jack me suivit, l’air tout de suite plus intéressé. Levant les yeux vers une petite ouverture que l’on pouvait atteindre par une échelle, je le laissais monter en premier. Juste derrière lui, je priais intérieurement pour qu’il ne tombe pas ou ne trébuche pas. Je n’avais pas envie de finir écrasé par terre. J’attendis qu’il se penche assez par l’ouverture pour examiner l’intérieur pour le pousser d’un coup sec. L’homme, déséquilibré, fut entrainé par son poids et dégringola dans la grange, poussant un cri plutôt viril. Il chuta de quelques mètres pour atterrir sur une réserve de foin qui rendit sa retombée bien plus agréable que prévu. La seule chose que je n’avais pas prévu était son mouvement de surprise qui avait déséquilibré l’échelle. Celle ci vacilla quelques secondes tandis que je priais en essayant de la stabiliser de nouveau. Prise de cours, je du sauter à mon tours dans la grange pour éviter une lourde chute sur le sol, beaucoup plus bas que les ballots de foins.

Lâchant un cri de surprise, ma collision avec le foin fut plus dure que je ne l’imaginais. Je mis quelques secondes à me rendre compte que j’avais atterris sur Jack et non sur l’amas de brindille souple. Surprise par la proximité, je me mis à battre des mains et à taper des pieds contre lui pour l’éjecter de mon nouveau perchoir. Le bruit de la chute fut cette fois plus sourd. Hésitante, je laissais ma tête dépasser pour le regarder quelques mètres plus bas. « Rien de cassé ? » Un sourire amusé ornait toujours mon visage alors qu’il se redressait péniblement. Mon plan n’avait pas marché comme je le souhaitais, mais c’était déjà pas mal. Ayant repris mes esprits, je me relevais vivement pour trouver un endroit où descendre tranquillement. Malheureusement, ma tête heurta une des étagères accrochées au mur, faisant tomber un pot de peinture rouge qui se déversa entièrement sur Jack. Je regardais le spectacle avec des grands yeux pétillants. Me retenant de rire, je le regardais, un air angélique sur le visage. « Oups. » Le regard de se dernier finit par me faire éclater en fou rire, me faisant oublier que l’on était coincé dans une grange sans de réelle porte de sortie à par la fenêtre par laquelle nous étions rentré et qui était hors de ma portée.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Here come the sun...
Friendship isn't about who you've known the longuest. It's about who walked into your life.


http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t34564-tara-duncan-un-monde- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t34884-tara-duncan-mes-amis-mes-amours-et-surtout-mes-emmerdes http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t35902-ne-reve-pas-ta-vie-vie-tes-reves-tara

Jack Overland


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


avatar




╰☆╮ Avatar : Lucas Till

Ѽ Conte(s) : Les 5 légendes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Jack Frost

☞ Surnom : Lou, Loulou, P'tit Lu, Pollen

Pourquoi c est Pétunia la ???

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1052
✯ Les étoiles : 20




Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Ven 21 Aoû 2015 - 0:52




Les rencontres : tout un art


Elle ne le croyait pas ! Comment cela était il possible ? Après tout il avait été gentil avec elle, l'avait aidé a descendre de son perchoir et elle tout ce qu'elle trouvait a faire c'était le frapper et ne pas le croire. Si encore il avait eut droit a un bisou .... mais non, c'en était presque déprimant. Heureusement qu'il se remettait vite. Sa joue cessait de lui piquait et rapidement elle reprit sa couleur pale habituelle. Cette fille était une cible parfaite. Et en plus elle savait se défendre il sentait que ça allait être amusant.

"Mais oui c'était marrant ! Et il y a vraiment des chiots !"


Ah, elle les avait vue ! Mi sautant, mi volant, il vint se placer près d'elle pour observer les sbires de Cruella.

"Enfin tu me crois ! C'est pas trop tôt ! Alors, ou ils sont allés ?"


Elle lui indiqua une ouverture et prestement, le jeune homme monta. Bon, il allait falloir être prudent parce que Jasper et Horace étaient peut être deux abrutis, mais deux abrutis armés et dangereux. Il ne faudrait pas que quoi que ce soit arrive a Miss Vertige .. Attendez .. Tara ... Mais oui ! Bien sure ! Qui d'autre pouvait avoir un nom comme ça ? Bon, il penserai a CA tout a l'heure, ce n'était pas le moment. Discrètement, silencieux comme un chat, Jack se pencha en avant pour chercher les deux compères du regard. Il avait bien fait de passer en avant, comme CA si ils tiraient, elle pourrait toujours s'enfuir ... Il c'était promis d'être plus prudent avec les autres depuis "l'épisode Quenotte".

"Mais ou ils soAAAAAh !!!"


Jack tomba en avant et attéri dans un gigantesque tas de paille juste dessous, en lavant un petit "Outch". A peine sortit il la tête de sous la paille qu'il aperçu Tara qui perdait l'équilibre et lui tombait dessus. Par réflexe, il essaya de la réceptionner et se fit soudain écrabouiller. Ses poumons si vidèrent soudainement et il se trouva a la tenir contre lui, leurs visages séparés par quelques centimètres. Rapidement il reprit contenance et lâcha un :

"Eh bien, je savais que je te plaisais mais ce n'est pas la peine de te jeter sur moi ma belle ..."


Elle se mit a se débattre. Le gardien - qui il faut le dire ne s'attendait pas vraiment a une réaction aussi violente - se fit a nouveau éjecter. A croire que ca allait devenir une habitude. Il attérit lourdement sur le sol, en étoile de mer, la tête dans la poussière. Aie. Sans bouger, il agita vaguement la main vers le haut pour rassurer Tata qu'il était toujours en vie, marmonnant des mots incompréhensibles. Enfin il se redressa, époussetant ses vêtements tout e essayant de faire partir la terre de son visage.

"Eh bah c'est ma journée ... "
Un sourire joueur vint s'installer sur son visage .Il prit tout a coup une mine de chien battue et regarda Tara comme si toute la misère du monde lui était tombé dessus. "J'ai mal... je veux un bisou magique" fit il d'une voix étudiée.

Sauf que Miss Duncan préféra mettre un coup de boule au mur, lui faisant tomber un pot de peinture dessus. Les yeux grands ouverts, la bouche formant un "o" parfait, il sentit le liquide lui dégouliner dessus et pénétrer se vêtement, et se faire un chemin le long de son dos. Un frisson désagréable le secoua des pieds a la tête avant .. qu'il ne fasse un petit sourire lorsqu'il entendit la jeune femme se mettre a rire. Pour le gardien de la joie, c'était la meilleur des récompenses possibles. Rapidement, il se permit un petit rire a son tour qui se transforma rapidement en fou rire.

"Dommage que le rouge soit la couleur de Santa"
fit il en s'appuyant sur le mur.

En retirant sa main, il aperçut une magnifique trace rouge qui le laissa songeur un instant. Ses yeux se mirent a briller d'une lueur malicieuse et son sourire s'accentua, promesse de plaisanterie proche... Il se tourna vers tara qui l'avait rejoint et en deux temps trois mouvements, la serra contre lui, la recouvrant a son tour de peinture. Jack la tenait d'une main ferme, l’empêchant de s’échapper. Il prit soin de passer une main dans ses cheveux pour récupéré un maximum de peinture pour l'appliquer consciencieusement sur le haut du crane de la petite blonde.

"La on est quitte"
fit il finalement en la relâchant avec un rire.

Ce n'était pa méchant mais elle avait l'air tellement ... Choquée ! C'était trop, il ne pouvait pas se retenir de rire. Se passant une main sur le visage pour retirer le maximum de peinture, il fixa Tara.

"Tara .. Tara Duncan hein ? L’héritière du machin avec un paon non ? Celle qui sort avec un demis elfe ?"


Oui bon, on avait fait mieux comme descriptif de personnages mais lorsque vous parliez roman avec des petits, ce n'était pas toujours les informations les plus importantes - comme par exemple : magie sur puissante, héritière d'empire, sauveuse du monde - qui vous parvenaient.

"Je connais des enfant qui arrête pas de parler de toi ! T'es bien celle qui a un pégase comme animal de compagnie non ? Fringant ? Parlant ? "


Il hésita une seconde avant de ravaler sa dernière phrase. Il lui proposerai plus tard.

"Dis moi miss .."
Fit il en s'approchant pour se percher vers elle, mettant leurs deux visages au même niveau. "Tu voudrai pas nous retirer cette fichue peinture qu'on aille sauver les chiots ? "

Non parce que quoi qu'elle en dise, c'était vraiment important ! Elle semblait hésiter. Pourquoi donc ?

"Allez, je suis sure que tu vas y arriver, c'est pas difficile non ? Tu fais un nétoyus ou un lavus ou un jesaispasquoius et on en parle plus !"


Voyant que ces paroles n'avaient pas réellement d'impact, il s'approcha encore et pencha la tête sur le coté, le poing fermé sous le menton, l'air de réfléchir.

"Tu vas y arriver, c'est pas bien compliqué. Calme toi et ca ira"
fit il finalement d'une voix calme et posé en lui attrapant le poignet. La magie de la jeune femme avait commencé a se manifestée sous l'effet du stress et Jack l'observa quelques secondes, la main de Tara posée dans la sienne, paume vers le ciel. Il leva les yeux et les planta dans ceux de Tara, avant de lui faire un sourire bienveillant. "Respire et ca passera nickel !"

Il lâcha la jeune femme et recula de quelques pas pour se mettre en position. La Magie de Tara l'enveloppa et il sentit des sortes de bulles se poser sur lui. Des bulles ? Les yeux ronds de stupéfaction, il les vit peu a peu absorber la peinture.

"Eh bah tu vois beauté ? Tu te débrouille comme un chef !"


Mauvaise idée apparemment de dire ca car tout a coup, son Sweat se fit manger par une bulle. Et son pentalon. Et .. "Heyyyy !!! Mais arrête ca qu'est ce que tu fais ?!! Stop ! Stop ! " Trop tard, les bulles menaçaient de s'attaquer a son calçon. Sans hésiter une seconde, Jack bondit sur le coté et plongea dans un grand tas de paille, disparaissant totalement a la vue de Tara. Deux seconds plus tard, on entendait un "plop" proclamant la mort du calçon. La tête et le torse du jeune homme émergèrent rapidement et il fixa la sortcelière, l'air blasé.

"Si tu voulais me voir nue, fallait demander ... ¨Pas la peine de passer par la ."
fit il au bout de quelques secondes avec un sourire espiègle, avant de reprendre en voyant la teinte rosée de la jeune femme. "Bah quoi, t'as jamais vue de mec nue ?"

Il observa les alentours une seconde.

« y a pas des vêtements j'imagine .. »


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

I promess to watch over your child.
Guide him safely from the ways of harm.
Keep happy his heart, brave his soul, and rosy his cheeks.
Guard with your life his hopes and dreams,
for he is all that we have, all that we are,
and all that we will ever be.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28430-jack-overland-termine http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28508-jack-overlan-guardien-a-votre-service#245450 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28509-chrono-jack-overland#245451

Tara Duncan


« Et une bouteille de
Shampooing ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Emilia Clarke

Ѽ Conte(s) : Tara Duncan
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Tara, la blonde à la mèche blanche qui fait tout exploser à son passage !

☞ Surnom : Tara, tout simplement !

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 7193
✯ Les étoiles : 10




Actuellement dans : « Et une bouteille de Shampooing ! »


________________________________________ Lun 19 Oct 2015 - 22:43

Ah le rêve du prince charmant. Beau, galant, doux… Que de rêves que j’aurai aimé voir se réaliser. Au lieu de ça, je me retrouve avec un psychopathe qui me kidnappe pour aller sauver des bébés chiots… Sérieusement, pourquoi ça m’arrive à moi ? Et en plus, un psychopathe complètement allumé. C’était son truc de terroriser les gens pour ensuite s’amuser avec eux. Rien que d’y penser, mes mains grésillaient de magie bleue. Mais à part me laisser emporter par ma colère et lui cramer les cheveux, voir le cramer tout court, je n’allais pas vraiment faire avancer les choses. Je n’allais pas non plus laisser passer ce qu’il avait fait. Une vengeance pouvait être une bonne idée. Surtout si j’arrivais à l’enfermer dans cette grange, au moins, il cogiterait un peu. Malheureusement, douée comme j’étais, j’ai réussis à m’enfermer moi aussi dans la grange. Si j’avais été seule, je n’aurai pas dit, mais avec lui à mes côtés, l’envie de faire brûler la grange pour m’enfuir devenait diablement tentante. Alors que je l’envoyais valser hors de mon tas de foin, j’en profitais pour lui répondre. « Rêve toujours, les psychopathes, c’est pas mon rêve ! » Mon énervement passa plutôt rapidement lorsque je le vis allongé en étoile de mer, à moitié sonné sur le sol. Nerveuse, ou réellement amusée, je me mis à rire tout en faisant attention à ne pas basculer non plus à mon tours. Quoi que, l’écraser de nouveau ne m’aurait pas gêné, mais le toucher une nouvelle fois était hors de question.

Je le regardais d’en haut, contente d’avoir mis de la distance et en plus, de l’avoir sonné. Même sans mes pouvoirs, je me défendais. On me rajoute une poêle à frire, et je suis la nouvelle Raiponce en moins chevelus. Son regard me fit sourire et sa phrase m’en arracha un autre amusé. « Si tu continues, tout ce que tu vas gagner, c’est ma baffe magique… » Sans faire attention sur ce qu’il pouvait y avoir au-dessus de ma tête, je me relevais brusquement. Cette dernière heurta une étagère qui fit valser un pot de peinture, envoyant son contenu sur Jack. Un nouvel éclat de rire ne se fit pas prier lorsque je vis le résultat. Je contournais le tas de foin pour me laisser glisser de ballots en ballots et me réceptionner sans encombre sur le sol dur de la grange. Bon, au moins, je ne m’étais rien cassé comme ça, moi. Hésitante, mais n’ayant pas vraiment le choix, je rejoins le jeune homme, tout en faisant bien attention de garder mes distances, on ne sait jamais. Malheureusement, les distances ne semblaient pas être la tasse de thé du garçon puisqu’il fonça vers moi, les bras grand ouvert. Mes yeux s’arrondirent, j’amorçais un mouvement de fuite, accompagné d’un cri très féminin. Après trois foulés, j’étais de nouveau coincé et son étreinte gluante ne me permettait pas de m’en sortir. « Lâche-moi ! Mais lâche moi ou je te tape ! C’est dégoutant lâche moi t’es sale ! » Je tambourinais contre ses bras, ses jambes, son torse, sans réussir à m’en dégager jusqu’à ce qu’il ne l’est décidé.

Couverte de peinture de la tête au pied, je le regardais d’un regard qui oscillait entre mon envie de meurtre, et mon envie de vengeance, encore une fois. « Ah non, on est pas quitte, mon coco, ça tu vas me le payer. » J’analysais la pièce pour trouver de quoi me venger, quelque chose attira mon regard, je n’eus pas le temps d’y réfléchir plus que le blond ouvrit de nouveau la bouche. « Qui SORTAIT avec un demi elfe. » Rectifiais-je rapidement. « Et qui ne sors plus. » Au cas où il est perdu encore quelques neurones, déjà qu’il ne lui en restait plus beaucoup, je préférais préciser deux fois. J’aurai bien passé la conversation, mais le jeune homme avait l’air lancé. Ses propos sur les enfants attirèrent mon attention. Vraiment ? Des enfants suivaient mon histoire ? C’était à mi-chemin entre la fierté et… Le voyeurisme. Et je dois avouer que ce sentiment est plutôt spécial. « Ah oui ? Et il s’appelle Galant. Fringuant, c’est moche comme nom. Ce n’est pas un animal de compagnie, c’est bien plus. » Soufflais-je. Il avait l’air un peu trop au courant de ce qu’il s’était passé de ma vie. Un peu voir beaucoup trop et je n’appréciais pas tant que ça. Les psychopathes se renseignent sur leurs victimes avant de les attaquer non ? Bon.. Il n’a pas vraiment la dégaine d’un psychopathe, mais sait-on jamais, c’est peut être une couverture.

Il s’approcha de nouveau, me faisant reculer de quelques pas prudent. Pas trop proche, garde tes distances, ce sera bien mieux comme ça. Le rouge me monta légèrement aux joues alors que je reculais encore un peu plus mon visage. « T’es marrant, tu crois que je sais comment on fait ? J’en ai aucune idée moi, t’as qu’à te laver, ça marche bien tu verras. »Je laissais quelques secondes passer avant de reprendre. « Tes chiots imaginaires ? Bah voyons, j’y crois… » Mais après tout, il n’avait pas totalement tort, nous n’allions pas rester dans cet état. Il y avait bien de l’eau par ici ? Utiliser mes pouvoirs ne me tentait guère. Malheureusement, mon kidnappeur n’avait pas l’air de vouloir me laisser filer pour trouver quelque chose pour nous laver. De plus en plus mal à l’aise à cause de la proximité malgré mes pas en arrière et de plus en plus rouge… J’ai finis par céder. Au pire, il change de couleur, le temps qu’il réalise et qu’il pleure, je pourrais m’enfuir. Mais… Non, je craignais tout de même de lui faire du mal. Lorsqu’il attrapa mon poignet, je sursautais en dégageant brusquement ma main. Déconcentré et entrainé par mon instinct, ma magie s’échappa pour s’écraser contre lui. Pendant quelques secondes, il ne se passa rien, puis des bulles l’enveloppèrent. Ahurie, je le regardais comme s’il venait de lui pousser un deuxième nez sur le visage. Depuis quand ma magie marche alors que je ne l’ai même pas volontairement demander ? Quelque chose clochait.

Plop, plop, plop. Mon visage entier devint cramoisi alors que je ramenais rapidement mes mains sur mes yeux. « Ah non qu’elle horreur ! Rhabille-toi ! » Les doigts collés contre mes paupières, je n’osais plus bouger et encore moins ouvrir les yeux, de peur qu’il soit toujours nu devant moi. Le bruit de la paille me fit décaler deux doigts de ma paupière gauche pour ouvrir un œil. Un soupir de soulagement m’échappa en le voyant caché. Toujours aussi choquée par ce que j’aurais pu voir, je ne répondis pas à sa première pique, me contentant de le dévisagé plusieurs minutes mon visage toujours cramoisie. « Je… Je.. » Aller Tara, reprend toi ! Respire, inspire, expire. Doucement. Les idées de nouveau en place, je jetais un coup d’œil à la salopette sur le côté. Avec un peu de chance, il ne l’avait pas vu et j’aurai le temps de filer. Ni une ni deux, je me retournais pour foncer vers la grande porte de la grange. N’ayant pas vraiment le choix, la porte explosa, laissant un trou béant à sa place. Sortant précipitamment, je priais pour que quelqu’un passe par là et m’entende hurler. « AU SECOURS ! JE ME FAIS POURSUIVRE PAR UN PSYCHOPATHE NU ! » Comment ça s’est ridicule ? C’est la vérité pourtant ! Et j’ai bien envie de me sauver à toute jambe, c’est bien pour ça que je le fais. Si tout avait pu s’arrêter là, ma vie serait surement redevenue normale. Sous la précipitation, je ne vis pas la corde par terre relié à l’arbre dans un but bien précis, attraper du gibier. Le mécanisme déclenché par mon pied je fus emporté la tête à l’envers quelques mètres au-dessus du sol. « Noooon.. Non ! Merde, merde ! » Absolument pas musclé, je parvenais difficilement à toucher mes pieds pour essayer de me détacher. Encore une fois, j’avais bien choisis mon jour pour me mettre en robe. Cette dernière, évasé à partir de la taille me remontait presque jusqu’à la tête. « Sérieusement, il est où mon chevalier servant ! » Bougonnais-je dans mon coin. Des bruits de pas me firent lever… Ou plutôt baisser la tête vers Jack. Aussitôt mes mains firent remonter ma robe jusqu’à mes cuisses, la faisant tenir tant bien que mal. De nouveau rouge, je commençais d’ailleurs à croire que cela allait devenir ma nouvelle couleur de peau, je lui lançais un regard défaitiste. « Bon, tu m’aides ? »

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Here come the sun...
Friendship isn't about who you've known the longuest. It's about who walked into your life.


http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t34564-tara-duncan-un-monde- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t34884-tara-duncan-mes-amis-mes-amours-et-surtout-mes-emmerdes http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t35902-ne-reve-pas-ta-vie-vie-tes-reves-tara

Jack Overland


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


avatar




╰☆╮ Avatar : Lucas Till

Ѽ Conte(s) : Les 5 légendes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Jack Frost

☞ Surnom : Lou, Loulou, P'tit Lu, Pollen

Pourquoi c est Pétunia la ???

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1052
✯ Les étoiles : 20




Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Mar 20 Oct 2015 - 17:50




Les rencontres : tout un art


Il resta quelques instants interloqué. Bon, il savait que certaines filles avaient plus de mal avec la gente masculines que d'autres, mais a ce point la ... non. Le jeune homme jeta un regard ver la porte de la grange qui avait volé en éclats, et suivit des yeux la jeune femme qui s'en allait en courant. Elle prenait réellement la fuite ? Et puis franchement, bravo pour la discrétion, que n'avait elle pas compris dans les mots "opération de sauvetage" ? Avec ca; même Jasper et Horace allaient rappliquer a vitesse grand V, et il préférait ne pas être dans les parage a ce moment la. Le travail incognito, tout ca … Ah les femmes .. incapables d'êtres discrètes, toujours a brailler. Enfin .. pas toutes, heureusement.

Le jeune homme soupira et s'extirpa du tas de paille, avant de regarder autour de lui. Il y avait toujours des fringues dans le vielles granges, il trouverai bien quelque chose non ? Ah voila. Il s'approcha de la salopette posée sur une barrière et la passa a sa taille. Tssss elle était beaucoup trop grande pour lui. Le jeune homme se débattit quelques instants avec le vêtement, avant de finir par l'accrocher a sa taille, les bretelles lui servant de ceinture. Tant pis, il se trouverai un haut plus tard. Attrapant son bâton, il sortit de la grange et se dirigea rapidement vers la jeune femme, pendue par les pieds.

« Sérieusement, il est où mon chevalier servant ? »


"Il a du trouver de quoi s'habiller pour ne pas traumatiser sa DED : Demoiselle En Détresse"
lâcha il avec un micro sourire.

Nonchalamment appuyé sur son bâton, il fixait la jeune blonde d'un air un peu moqueur, amusé par la situation. Bon, il n'avait pas prévu ce qui allait suivre mais tant pis. De toute façon, elle ne l'avait pas crue et il en avait marre de lui répéter qu'il était la pour une raison.

"Non, désolé. "
Annonça il en se redressant avec un soupire presque triste. "Je vais t'abandonner a ton triste sort. T'es trop bruyante, avec un peu de chance tu pourra me servir de diversion. Et puis je ne suis pas un psychopathe. Mais t'en fais pas, je reste a proximité, j'ai un job a faire, et la au moins je serai sur que tu fais pas de bêtises. Et puis la prochaine fois tu y réfléchira a deux fois avant de ..."

Il s’arrêta tout a coup, l'oreille tendue, avant de poser un doigt sur ses lèvres. Des bruits de pas, des voix se rapprochaient. Horace et Jasper, qui venaient sûrement relever le piège que la jeune blonde avait déclenché.

"Chut..."

Et il s'envola pour disparaître dans les branches, alors que les deux hommes s’avançaient.

"Ah tu vois que je t'avais dit qu'il y avait quelque chose de louche !"

"La ferme ! Eh bien mademoiselle, qu'est ce que vous faites ici ?"
demanda l'asperge a Tara avec un air faussement compatissant.
"Euuuh .. euh Jasper .. dis ... tu penses qu'elle le sais pour les chiens ?"
demanda Horace d'une voix inquiette.

L'autre lui mit un coup sur la tête, la colère déformant ses trais.

"Tais toi bougre d'idiot ! Écoutez mademoiselle, que diriez vous de venir avec nous pour boire un thé et vous remettre de vos émotions ?"

D'une taloche derrière la tête, il envoya Horace détacher la corde et la jeune femme s'écrasa sur le sol sans douceur. Gentleman, Jasper aida la blonde a se lever, sous le regard amusé de Jack, avant d'entrainer la jeune fille vers leur planque. Hum, ce n'était pas prévu au programme ca ... La lourde porte de fer se referma derrière eux et Jack se laissa flotter jusqu'au sol, le regard soucieux. Il s’avançait discrètement quand tout a coup, un petit chiot s'approcha a toute allure et se mit a lui mordre le bas du pantalon. Attrapant l'animal, Jack le leva a sa hauteur avec un rire.

"Ah la la ... aussi aimable qu'elle tu sais ? Vous vous entendrez bien je suis sur."


Il attrapa l'animal et le serra contre lui avant de s'envoler pour pénétrer dans la battisse par l'une des fenêtres. Silencieux comme une ombre, il avança. A droite, une grande salle dont provenaient des jappements. A gauche ... autre chose.

Il faisait froid ici, les murs de béton, gris, nus, donnaient a l'endroit une apparence lugubre, inamicale. Jack soupira. Une ancienne usine que Cruella et ses sbires utilisaient pour planquer leur marchandises. Jusqu'a quand les animaux pourraient ils survivre ? Et puis qu'allait il en faire de ces chiens ? Clairement il n'allait pas les laisser la mais ...Il soupira. De toute façon la priorité était de retrouver Tara. Ou était donc passée sa DED ?

Des bruits de voix lui indiquèrent le chemin, et, plaqué sur le plafond au dessus des gros conduits de fer, il aperçut Jasper et Horace qui sortaient d'une pièce avant de fermer une porte a clef derrière eux. Bon bah trouvée. Une main sur le museau du chiot pour le faire rester silencieux, il attendit que les deux compères passent leur chemin pour descendre et frapper doucement a la porte.

"Toujours en vie princesse ?"

Ah oui elle était la.

"Bon, évite de faire exploser la porte, ca m'arrangerai pas, moi et mon pote qu'on se fasse repérer. Et éloigne toi de la porte s'il te plais."


Il posa la paume sur le bord de la porte et commença a la refroidir, encore et encore. Toujours plus. Concentré sur sa tache, il pensa tout de même a lâcher le chiot - qui se remit a lui mordre le pantalon -. Nul doute que de l'autre coté, la jeune femme devait sentir la température de la pièce chuté radicalement. Il devait se dépêcher. Enfin, il parvint au niveau qu'il voulait. Le fer était si froid que si un humain normal le touchait, il se brulerait et ne pourrait certainement pas décoller son membre. Jack recula, invoqua les vents du nord et envoya un pic de glace percuter la porte. Celle ci vola en éclats et d'un bond, le jeune homme pénétra dans la pièce, attrapa Tara et le chiot et s'envola pour aller se cacher.

Au loin les pas d'Horace et Jasper résonnaient.

Jack déposa Tara sur un escalier en fer, dans une partie de l'usine que les deux compères n'utilisaient pas, et recula de quelques pas. Il était le froid, il ne pouvait pas la réchauffer. Et pour la discrétion, il repasserait. Devant lui, le chiot - il allait devoir lui trouver un nom - s'approcha de la jeune femme et se mit a frotter sa tête contre elle, quémandant des caresses.

"Eh bah merci ! Moi tu m'attaque et elle non ? C'est quoi ce favoritisme ?" s'indigna il. Il se tourna vers la jeune femme, un peu inquet malgré son air amusé. "ca va? Rien de casser ?"



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

I promess to watch over your child.
Guide him safely from the ways of harm.
Keep happy his heart, brave his soul, and rosy his cheeks.
Guard with your life his hopes and dreams,
for he is all that we have, all that we are,
and all that we will ever be.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28430-jack-overland-termine http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28508-jack-overlan-guardien-a-votre-service#245450 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28509-chrono-jack-overland#245451

Tara Duncan


« Et une bouteille de
Shampooing ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Emilia Clarke

Ѽ Conte(s) : Tara Duncan
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Tara, la blonde à la mèche blanche qui fait tout exploser à son passage !

☞ Surnom : Tara, tout simplement !

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 7193
✯ Les étoiles : 10




Actuellement dans : « Et une bouteille de Shampooing ! »


________________________________________ Mer 28 Oct 2015 - 18:00

Pendue par les pieds, je gesticulais dans tous les sens pour réussir à me détacher seule. J’avais beau essayer de remonter jusqu’à mes pieds, la tâche n’était pas si facile que ça. Lorsque j’y arrivais, je ne restais pas assez longtemps pour avoir le temps d’analyser et de défaire le nœud. Plus le temps passait, plus j’étais essoufflé et plus je voyais mes chances de m’en sortir s’amoindrir. Pas très à l’aise, je restais la tête en bas en soufflant. Jack arrive quelques minutes après, de nouveau habillé. Enfin, presque. Ne pouvant surement pas être plus rouge qu’à ce moment-là, je me contentais de lui demander son aide, piteusement. A ma plus grande surprise, il répondit négativement. Ma bouche forma un « o » pendant quelques secondes, n’arrivant pas à croire ce qu’il venait de dire. Il n’est pas un psychopathe, certes, mais il est bien plus que ça. Reprenant peu à peu mes esprits, mon visage se ferma définitivement alors que je le toisais, la tête à l’envers.

- Tu rigoles là j’espère ? Tu vas me laisser là, mais t’es vraiment un…

Il commença sa tirade pour m’expliquer les raisons pour lesquels il me laissait ici, et blablabla. Aucune ne paraissait ne serait-ce qu’intéressante à mes yeux. Hors de moi, je sentais mon flux magique se répandre dans mes veines pour gagner doucement mais surement le bout de mes doigts qui commençait déjà à produire quelques étincelles bleutées. Des bruits de pas l’interrompirent alors qu’il posait son doigt sur ma bouche. Ni une, ni deux, j’avais bien l’intention de lui faire payer cet abandon. J’ouvris brusquement la bouche pour planter mes dents sur son doigt qui s’échappa bien trop rapidement au vu de ce que j’avais prévu de lui faire subir.

- Au secours ! Sortez-moi de là !


Qui que ce pourrait être, ce serait toujours mieux que ce rustre. Très vaillamment et courageusement, il partit se planquer dans un arbre, me laissant seule avec les deux énergumènes qui arrivaient.

- Attend un peu que je te retrouve toi et ça ne va pas être seulement au doigt que tu auras mal.

Glissais-je entre mes dents alors que je baissais de nouveau la tête vers les deux hommes. Ils avaient l’air… Etrange. Si au début, ils me paraissaient plutôt avenants, la question de l’un sur les chiots m’interpella. C’est pas possible, l’autre cervelle de moule avait donc raison ? Donc, il m’avait abandonné perché à un arbre, pour me laisser en pâture à deux vrais psychopathes ? D’accord, la prochaine fois que je le croise, je le brule et j’en fais un feu de joie. Si je le recroise un jour.

- Un thé ? Non sans façon, merc... Aïe ! Mais vous êtes malades ?!

Le premier homme venait de détacher le piège, me faisant lourdement retombé sur la tête. A moitié sonnée, je me relevais difficilement, le temps de reprendre mes esprits. Un peu plus fort et je leur aurais vomis dessus, dommage. Entrainée par les deux grosses paires de mains qui me trainaient vers leur planque, je regardais le monde tourné un peu trop vite autour de moi.

- Doucement ! Et puis lâchez-moi ! Lâchez-moi bon sang !

J’ai bien eu l’idée de me servir de ma magie, mais à moitié sonnée comme j’étais et tout autant énervée, j’aurai surement une chance sur deux pour que mon pouvoir prenne le pas sur ce que je souhaite vraiment. Deux cadavres, non merci. Néanmoins, les petits jets sortant de mes mains avaient l’air de les passionner grandement. Au début, amusés, ils se vantaient d’avoir trouvé un feu d’artifice ambulant. Mais cet amusement ne dura pas très longtemps. Surtout lorsqu’ils sentirent leurs chaleurs et laissèrent des trous brûlé dans leurs chemises, dévoilant leur peau rougie par les petites brulures. Soudain beaucoup moins courtois, je me pris quelques coups derrière la tête pour me signifier leur mécontentement ainsi qu’une ribambelle d’insulte encore inconnue au bataillon. De toute manière, au point où j’en étais… Quelques minutes plus tard, ils ouvrirent une porte et me jetèrent dans la salle froide et vide. J’entendis quelques râlements comme quoi je moisirais surement ici quelques jours pour me calmer.

- Merde…

Je me relevais, enfin libre de mes mouvements avec un sérieux mal de crâne. Je m’approchais de la porte en titubant légèrement, prête à la faire exploser. Reprenant une bonne inspiration, je réunissais le plus de force de concentration possible pour viser la lourde porte devant moi. Alors que l’énergie commençait à se charger dans mes mains, un toc-toc me fit rapidement ravaler ce flux. La voix qui suivit me redonna immédiatement envie de faire exploser la porte, et tout ce qui se trouvait derrière.

- D’accord, râlais-je légèrement en m’écartant de la porte.

Bon, certes, j’avais toujours envie de le faire cramer, mais il était tout de même venu pour m’aider. Je fixais la porte, attendant une explosion, une ouverture, quelque chose quoi… Mais rien ne se passa. Absolument rien du tout. Tout d’un coup, la température chuta, me faisant grelotter. Si, au départ, c’était largement supportable, c’était maintenant bien plus compliqué. Repliée sur moi-même pour tenter de garder le maximum de chaleur corporel, je levais les yeux vers la porte qui restait désespérément fermé.

- Bon, si ton but était de me gelé sur place, t’aurais pu le faire directement, ou carrément d’abstenir…

Mes phrases étaient ponctuées de claquement de dents et de frissons, ce qui devait être plutôt drôle à entendre. Incapable de bougée et frigorifié, je vis enfin la porte éclater et une ombre m’attrapé pour m’extirper de la salle. Les bras de mon sauv… de l’homme ( ) était désespérément froid ce qui ne m’aidait absolument pas à faire remonter ma chaleur corporel. Néanmoins, une petite boule chaude gesticulait sur mon ventre. Le temps que ces informations montent au cerveau, oui, le froid ralentis les neurones, je vous assure, j’étais déjà posé sur un escalier, dans un couloir bien plus chaud. Mes mains entourant une partie de mon corps je soufflais dans l’espoir de me réchauffer rapidement. La petite boule auparavant posé sur mon ventre venait de me foncer une nouvelle fois dessus tout en se frottant contre moi. La main encore légèrement tremblante, je la descendis jusqu’à lui pour lui faire quelques caresses affectueuses. J’entendis Jack rouspété ce qui me fit rire légèrement.

- C’est bien mon petit, t’as bon goût..

Plaisantais-je doucement. Je relevais les yeux vers le jeune homme qui venait de me sortir d’un sacré pétrin. J’acquiesçais légèrement en souriant pour lui témoigner que tout allait bien. A ce moment précis, mon cerveau commençait tout juste à se reconnecter. Une envie de lui hurler dessus me gagnait peu à peu, aussi vite que celle de le remercier d’être venu me chercher aussi vite. Je me serai surement fait beaucoup plus d’ennuis si j’avais fait exploser la moitié de leur usine. Sans parler des chiens. Je finis par me relever, le visage impassible en m’approchant de lui. L’envie trop forte, je me mis à tambouriner contre son torse en chuchotant vivement. Je ne pouvais pas crier, mais l’intention y était.

- On n’abandonne pas les gens comme ça ! Et on les laisse encore moins se faire enlever espèce de goujat ! Je repris calmement ma respiration avant de me radoucir légèrement et de sourire. Mais merci d’être venu me chercher… Et désolé pour ton doigt. Et pour tes affaires… Et.. bon bref, désolé.

Je n’avais pas le temps de me lancer dans une grande tirade de gratitude puisque les bruits de pas se rapprochaient dangereusement. En entrant par la porte principale, j’avais entendu des aboiements. Même sonnée, je m’étais forcé à me concentrer pour me rappeler de l’endroit exact d’où ils venaient. Le problème était que l’on ne pouvait pas redescendre maintenant qu’ils étaient sur nos traces. Malgré tout, j’avais ma petite idée en tête. Je tendis les bras vers lui, empoignant au passage le chiot qui commençait à couiner sous le manque d’attention.

- Emmène-moi sur le toit !

Si la situation n’était pas aussi urgente, je me serai surement moquer de lui à ce moment-là. La tête qu’il me faisait était tout simplement mémorable. Je remuais les bras pour le presser un peu en reprenant :

- Allez vas-y, je te le demande ! Promis, cette fois, je ne te tape pas… Enfin j’essaye.

Malgré une certaines réticences dans son regard, il finit par me prendre et passer par la fenêtre. Histoire d’éviter de lui planter mes ongles une nouvelle fois dans la peau, je me contentais de fermer les yeux en serrant fort la boule de poil. Lorsque les mouvements et les secousses s’arrêtèrent, j’ouvris un œil, pour m’assurer d’être toujours entière, puis l’autre. Rapidement, je descendis de ses bras pour me ruer vers la porte qui permettait de redescendre d’un étage.

- Dépêche-toi, suis-moi ! On n’a pas beaucoup de temps !

Si je n’avais pas réussi à lui faire confiance au départ, à voir si lui me ferait confiance maintenant. C’est facile à dire, mais beaucoup plus difficile à réaliser. Je descendis les quelques marches pour rejoindre le dernier étage de l’immeuble. J’ouvris la première salle qui se présentait à moi pour vérifier que rien de vivant n’était présent. Une fois sûre, je me reculais de quelques pas en regardant Jack.

- Ok. Je vais faire exploser une partie de la salle pour faire diversion, juste après ça, il faut qu’on se dépêche de redescendre, par dehors, sinon on va forcément tomber sur eux. On rerentre dans le bâtiment et on fonce jusqu’à la deuxième porte à droite, normalement, c’est là qu’ils planquent leur… « Marchandise »…

On n’avait pas vraiment le temps de débattre sur ça, mais je me doutais bien qu’une fois au calme, j’allais en prendre pour mon grade… Mais bon, je le méritais un petit peu. Enfin un touuuuuut petit peu seulement, il m’avait prise par surprise tout de même. Je me retournais face à la salle en me concentrant. Vu les derniers évènements, je n’eus pas de mal à faire redescendre le flux magique dans mes mains, le tout, c’était de viser et de doser… Juste ça. Juste une petite explo… Un « boum » tonitruant nous projeta en arrière tandis que de la poussière se mis à polluer notre air. Enfin, de la poussière, des débris et toutes sortes de choses aussi cool. Sans attendre plus, je sautais sur Jack pour sortir au plus vite d’ici et descendre.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Here come the sun...
Friendship isn't about who you've known the longuest. It's about who walked into your life.


http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t34564-tara-duncan-un-monde- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t34884-tara-duncan-mes-amis-mes-amours-et-surtout-mes-emmerdes http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t35902-ne-reve-pas-ta-vie-vie-tes-reves-tara

Jack Overland


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


avatar




╰☆╮ Avatar : Lucas Till

Ѽ Conte(s) : Les 5 légendes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Jack Frost

☞ Surnom : Lou, Loulou, P'tit Lu, Pollen

Pourquoi c est Pétunia la ???

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1052
✯ Les étoiles : 20




Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Ven 6 Nov 2015 - 23:51




Les rencontres : tout un art

Et voila, encore une fois c'était sa faute. Bon. Un sourire amusé naquit sur ses lèvres en entendant la jeune femme. Elle avait beau le trouver insupportable, infernal et carrément invivable, elle c'était excusée quand même. C'était chou. Bon, il avait faillit perdre son doigt dans l'histoire mais il y avait pire non ?

"T'en fais pas Blondie, je surveillais. J'allais pas t'abandonner aux mains de ces brutes va. Même si j'avoue que l'idée m'a traversé l'esprit ... Et puis tu le méritais"
, repris il avec un air moqueur.

Une plaisanterie mais il aimait bien la taquiner. Elle tombait trop facilement dans le panneau pour qu'il puisse ne serais ce que penser a arrêter. Et puis sa tête choquée valait tout l'or du monde. Mais profiter de la situation serait si ... mesquin de sa part, n'est ce pas ? Jack observa la jeune femme, surpris. Elle voulait qu'il la porte jusqu'au toi ? Alors qu'elle n'avait pas cessé de lui planter ses ongles dans son cou la dernière fois ? Tara était elle devenue masochiste ? Est ce que le fait de refroidir la porte lui avait gelé des neurones en même temps ?

"T'es sure que tu as toutes tes capacités mentales la ?"


Non parce qu'il craignait un peu pour lui même a vrai dire.

" Allez vas-y, je te le demande ! Promis, cette fois, je ne te tape pas… Enfin j’essaye."


"C'est trop généreux ... "


Lui jetant un regard méfiant, Jack finit par la prendre dans ses bras. Comme prévu, elle avait peur. Il la sentit se raidir, se crisper et serrer contre elle le petit chiot qui semblait lui apporter un semblant de réconfort. Il leva les yeux au ciel, se demandant si elle n'était pas un peu masochiste sur les bords avant de s'élever dans les aires. Le vent le porta en douceur jusqu'au toit ou il s’arrêta et patienta, le temps que madame daigne ouvrir les yeux. Combien de temps pouvait elle rester comme ça ?
Elle finit par ouvrir les yeux et sauter au sol, avant de lui intimer de la suivre. Mh bon, ok, si elle insistait pour qu'il la suive ... Et qu'elle regarde dans une pièce vide. Cette file avait vraiment de drôles de hobbies ... Il bugga une seconde et fixa Tara comme si une seconde tête lui avait poussé

"Je crois que mes oreilles m'ont trompées .. Tu as bien dit exploser ? Genre une petite ou une grosse explosion ? Non parce que personnellement ..."


BOUM !

Le gardien fut projeté en arriéré avec violence et fut plaqué contre le mur sous le souffle de l'explosion, avant de recevoir des débris de toutes parts sur lui. Plâtre, poussière, ferraille ... Lentement, il décroisa les bras et se déroula en jetant un regard au chiot qu'il avait pris contre lui pour le protéger de l'explosion.

"Bon, la prochaine fois, je me fais un bouclier ok ?"
Fit il en s’étonnant d'être entier avant que Tara ne lui saute dessus.

Légèrement déboussolé, il mit quelques instants a comprendre pourquoi elle s’accrochait ainsi a lui. Un sifflement aigu emplissait ses tympans et il avait l'impression que tout autour d'eux, le monde était agité par les vagues comme la marée montante. Prenant sur lui, il posa le chien dans les bras de la jeune femme et passa une main sous ses jambes avant de s'envoler. Rapidement, l'équilibre lui revint et il pu passer la fenêtre avec son chargement sans crainte de se manger un mur. Il descendit au sol et posa Tara avant de s'appuyer sur l'un des murs extérieurs du bâtiments.

"Non mais t'es une grande malade ! T'aurai pu prévenir nom d'un flocon chaud ! Junior a faillit y passer."


Oh ce n'était pas tant l'explosion qui l'avait gêné mais le fait qu'elle ne lui ai laissé que le temps de bondir sur le petit chien pour l’empêcher de se faire blesser. A vrai dire l'explosion en elle même avait été plus tôt cool. Mais même si elle avait l'habitude de tout faire péter autour d'elle, elle devait réfléchir un peu plus avant d'agir ... Ah les femmes !

"Oui, il s'appelle Junior. Jack Junior. "
Il ouvrit la lourde porte et jeta un regard vers elle. " Bon, tu viens ? Je vais pas les sauver tout seul non plus. Et non, je n'ai pas peur de toi, juste ... laisse moi le temps de me mettre a l’abri la prochaine fois que tu fais péter un truc."

D'un geste il désigna l’intérieur de la battisse et tous deux s'y engouffrèrent, suivit de Junior qui leur montra le chemin. Rapidement, le chiot se mit a courir devant eux et s’arrêta devant une grande porte de métal. d'un geste, Jack ouvrit le battant et dévoila a Tara une pièce immense, un hangars remplis de cages ou étaient entreposés des chiots. A leur arrivée, ils se mirent a aboyer avec force, jappant comme de beaux diables dans un concert presque insupportable. Rapidement, Jack s'approcha de l'une d'elle et pesta en voyant qu'elles étaient verrouillées. Brusquement, il gela l'un des cadenas avant de se stopper en se rendant compte que le froid se rependait dans la cage et faisait frissonner les pauvres animaux. Il se détourna, avant d'attraper une pince et de forcer le vérou. Celui ci finit par cendrer et les animaux sautèrent a terre dans de petits bonds joyeux.

"Je n'y arriverai jamais a temps ! "
lâcha le gardien en balançant la pince par terre avec colère.

D'un geste brusque, il se plaqua contre le mur et se laissa glisser au sol. Que faire ? Si il gelait les cages, les chiots risquaient de mourir de froid. Mais si il ne faisait rien, ils étaient condamnés a finir en manteaux de fourrures. Le gardien observa sa main un instant, avant de voir Tara, au milieux des animaux qui demandaient des caresses. Une lueur passa dans ses yeux et il se leva d'un bond.

"Toi ! C'est toi la solution ! "

Il s'approcha rapidement et lui pris la main avant de l’entraîner vers le centre de la salle.

"Tu dois ouvrir toutes ces cages Tara. Tu es puissante, tu peux le faire ! Ils comptent tous sur toi ! Tu dois les sauver avant que Jasper et Horace ne reviennent. "


Elle avait reculée, comme si l'idée l'effrayait. Bon, lui dire que la vie de tous ces chiots dépendait uniquement d'elle c'était lui mettre un peu la pression. Il connaissait ça, cette lueur de peur dans les yeux. La peur, ce qu'il combattait depuis qu'il avait rencontré les gardiens. Depuis qu'il en était un. Il fit un pas en avant et avisa la lueur bleu qui émanait de ses mains et haussa un sourcil. Lentement, il leva une main et se baissa en posant son bâton sur le sol. Il l'utilisait pour canaliser la magie, c'était un peu son "arme". Sans la quitter des yeux, il se redressa et s'approcha lentement d'elle, avant de lui attraper les poignets en posant délicatement des doigts la ou il pouvait discrètement sentir son pou.

"Calme toi."
ordonna il d'une voix douce mais ferme.

Il ne ressemblait plus au gamin joueur qui était la peu avant, mais a un homme réfléchit, qui savait ce qu'il faisait.

"Tara, calme toi. Respire, concentre toi. Aller, ça va aller."
ajouta il d'une voix rassurante.

Du coin de l’œil, il aperçut le flux de magie qui refluait dans les mains de la jeune femme et plongea ses yeux dans les siens. Il y eut un long silence, ou on entendit les pas d’Horace et Jasper qui arrivaient au loin.

"Tu peux le faire, il faut juste que tu te calme d'accord ? Ferme les yeux, concentre toi, ne penses qu'a ces serrures."


Lentement, il lâcha ses mains et recula pour attraper son bâton. Le pointant vers la porte principale, il envoya un rayon de gèle la bloquer pour empêcher les malfaiteurs d'entrer. Ce n'était pas le moment de la déconcentrer. Il fit le tour et passa ans son dos en continuant a la guider, comme si il savait vraiment ce qu'il faisait, un peu hypnotisant. Il n'était pas difficile de comprendre que Tara avait juste besoin d’avoir un peu plus confiance en elle pour arriver a maîtriser ses pouvoirs.

"Tu la vois ? Bien, maintenant ouvre la. Et reste calme."


Un déclic se fit entendre au loin et un sourire naquit sur les lèvres du jeune homme. Mais sa voix ne laissa rien transparaître.

"Parfais."
Il entendit les deux hommes tambouriner a la porte. "Bon, maintenant, imagine beaucoup de serrures. Les même s que celles de tout a l'heure. Inspire. Et ouvre les."

Il y eut quelques secondes de flottement, et tout a coup, des centaines de cliquetis se firent entendre.

"Eh bah voila !!! Tu vois quand tu veux !"


"Les mains en l'air !"


Jack se tourna, surpris, et leva les mains au plafond. Comment Jasper et Horace étaient ils ... Noooon !

"Tara ! J'avais dis les serrures ! Pourquoi tu as aussi explosé mon mur de glace ? Ca les empêchait d'entrer ! "


Ah franchement les filles .... Malgré tout, il ne resta pas inactif. D'un geste brusque il leur envoya une gerbe de glace dans le visage et plongea pour esquiver les balles. Il attrapa Tara et l’entraîna dans le dédale des cages en retenant un rire, avant de s’arrêter.

"Bon, faut qu'on fasse sortir tout ce beau monde... Est ce que Ta majesté aurai l'obligeance de bien vouloir exploser ce mur ?"



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

I promess to watch over your child.
Guide him safely from the ways of harm.
Keep happy his heart, brave his soul, and rosy his cheeks.
Guard with your life his hopes and dreams,
for he is all that we have, all that we are,
and all that we will ever be.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28430-jack-overland-termine http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28508-jack-overlan-guardien-a-votre-service#245450 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28509-chrono-jack-overland#245451

Tara Duncan


« Et une bouteille de
Shampooing ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Emilia Clarke

Ѽ Conte(s) : Tara Duncan
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Tara, la blonde à la mèche blanche qui fait tout exploser à son passage !

☞ Surnom : Tara, tout simplement !

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 7193
✯ Les étoiles : 10




Actuellement dans : « Et une bouteille de Shampooing ! »


________________________________________ Dim 15 Nov 2015 - 11:26

Je venais de faire exploser la plus part des objets présents dans la salle à l’opposé de celle des chiots avec ma finesse naturelle. Jack devait bien s’y habitué de toute manière, ça ne m’étonnait même plus, et pourtant, j’étais surement la plus proche des explosions à chaque fois. Et ce n’est pas parce que je les crée que je les contrôle… Mais ça, je vais éviter de lui dire, sinon, on risque de perdre du temps et il risque de paniquer encore plus.

Jack avait l’air légèrement sonné mais je l’obligeais difficilement à se mettre debout. Nous n’avions pas forcément le temps de nous attarder ici, les pas des hommes avaient accélérés et se rapprochaient dangereusement de nous. Je tirais sur son bras avec les forces qu’il me restait pour l’emmener dehors. Rapidement, il reprit ses esprits et m’emmena avec lui en bas du bâtiment, en sureté… Pour le moment. Nous n’avions pas vraiment le temps de discuter, mais je souris tout de même à ses paroles.

- Je maîtrise t’inquiète, et il n’y serait pas passé. T’es un peu papa poule toi dans le genre ?

Je descendis de ses bras en me hâtant vers l’entrée du bâtiment. On y était presque, il fallait juste que je me souvienne de l’endroit où j’avais entendue des aboiements. Absorbé par le sauvetage, je me stoppais en me remémorant les paroles du garçon quelques secondes plus tôt.

- Attend, comment ça Junior ? Ah non ! J’suis pas d’accord, Junior, c’est moche, moi aussi j’ai le droit de choisir !

Décidé par son prénom, il aquiesca en m’affirmant qu’il s’agissait de Jack Junior. Le petit chien continuait de lui mordre le bas de son pantalon, faisant quelques petits trous dans ce dernier. Je me baissais vers lui pour lui faire quelques caresses rapides avant de me relever vers Jack qui commençait déjà à ouvrir la porte.

- Tu vois qu’il aime pas ton nom, il continue à grogner et à te mordre.

Je soupirais, laissant ce débat à un moment plus calme et posé… Si ça pouvait de temps en temps arriver un peu dans ma vie. J’acquiesçais à sa phrase puis murmurais amusée « Oui, oui, c’est ça, t’as pas peur de moi, t’inquiète pas, je ne le dirais à personne… » Ce fut surement la dernière phrase non sérieuse que je prononçais dans cette salle. La porte passée, des dizaines d’aboiements retentirent. Mes yeux passaient de cage en cage sans s’arrêter. Je devais halluciner. Je ne pensais pas qu’il y aurait autant de chiot dans une même salle. C’était.. Consternant. Comment pouvait-on faire ça ? Jack junior.. Enfin le chiot que nous avions retrouvé plus tôt fonça vers les cages, jappant, aboyant de toutes ses forces devant chacune d’entre elle. C’était sûre que, lui aussi, avait été enfermé quelques minutes, heures, plus tôt.

Jack commença à jouer de sa magie, mais geler les cadenas un par un risquait d’être long, très long. Pour ma part, mes pouvoirs n’étaient certainement pas assez maîtriser pour que je fasse quoi que ce soit. Je cherchais donc, sur un bureau à l’entrée, un trousseau de clés permettant d’ouvrir les cages. Je débarrassais le bureau, cherchais dans les tiroirs pour finir par trouver un petit trousseau réunissant quatre clés, dont une petite, surement la bonne pour ouvrir toutes les cages. Je m’afférais à une première en priant pour que cela marche. La serrure, rouillée, avait besoin de temps pour s’ouvrir, après avoir tourné la clé dans tous les sens, un « click » retentit, laissant la cage s’ouvrir et un chiot en sortir rapidement. C’était clairement trop long. Je jetais un regard angoissé à Jack, lui aussi semblait avoir eu autant de mal que moi. Il y avait beaucoup trop de cage pour qu’on sauve tous les chiots. Mais il était quand même hors de question de faire un choix et d’en laisser certains là. Mon cerveau carburait alors que Jack prononçait une phrase… Absolument improbable.

- Moi ? Ta magie t’a gelé le ciboulot ou.. ?

Il voulait que je fasse… Exploser les cages ? Non parce que dans ces cas-là, il avait totalement perdu l’esprit. Je provoquais l’explosion, je ne jugeais que très peu sa taille et sa puissance. Surtout quand il est question de la maîtriser. Mes yeux s’écarquillèrent encore plus lorsqu’il me parla d’ouvrir les serrures. Ca faisait tellement longtemps que je n’avais pas utilisé mes pouvoirs pour une chose aussi précise que je refusais catégoriquement de le faire maintenant. J’avais tellement peur de rater que depuis mon arrivée sur Storybrook, je n’avais fait que de rare fois quelque chose d’aussi centré. Il allait clairement falloir que je reprenne des cours avec Pitch ou Regina.

- Non.. Non ! Hors de question ! J’y arriverai jamais ! Je préfère encore partir avec toutes les cages sur le dos que risquer une catastrophe !

Non mais sérieusement, il se rappelait d’il y a cinq minutes lorsqu’il avait flippé comme une fillette devant mon explosion ? Il pensait vraiment que de ça, je pouvais passer maître en crochetage. Eh bien même s’il le pensait, c’était hors de question. La peur faisait briller la magie au bout de mes doigts. Je les resserrais contre mes paumes en relevant les yeux vers lui.

- Tu vois bien que je ne contrôle rien !

C’était clairement ce qu’il se passait à chaque fois que mes émotions étaient trop fortes. Et ce qu’il se passerait aujourd’hui si je décidais de libérer de la magie serait encore pire. Ses mains s’enroulèrent autour de mes poignets alors que mon cœur tambourinait jusque dans mes oreilles. Il allait falloir qu’il trouve une autre solution, et vite avant que je me mette à paniquer. Une solution où je n’aurais besoin de rien faire. Je levais des yeux étonnés vers sa voix ferme. Il n’avait pas abandonné l’idée ? J’essayais de défaire mes poignets de son emprise pour lui signifier mon avis, mais il ne me laissa pas faire. Il ne comprenait pas…

Je soufflais un bon coup, essayant de reprendre le pas sur ma panique, ce qui était clairement un calvaire pour moi. Mes mains tremblaient sans que je puisse les arrêter, mais mon souffle se calmait légèrement. Mon cœur, lui battait à la chamade et tambourinais dans ma poitrine. Je tentais d’arrêter de penser que j’en étais incapable, juste essayer de me concentrer uniquement sur la voix de Jack et sur les serrures autour de nous. Ok, je vais essayer, au pire, ça ne fait rien, et puis… Tant pis, je n’aurai pas tué des centaines de chiots. Cette idée me fit de nouveau paniquée quelques secondes avant que je reprenne rapidement mes esprits. Ok, je vais y arriver.

Je ferme les yeux, suivant les conseils de Jack. Je visualise la serrure que j’ai ouverte quelques secondes auparavant avec la clé. Elle est présente dans mon esprit, mais je n’ai aucune clé pour l’ouvrir correctement. Son fonctionnement, je ne le connais pas, je n’ai jamais su comment marchais une serrure, parce que je m’en fichais jusqu’à aujourd’hui. Mais je savais comment l’ouvrir. Je n’avais pas besoin de clé, juste d’une force mentale pour faire bouger les petits cliquetis présent dans le cadenas. Je me concentrais d’abord sur un, essayant l’expérience en priant de toute mes forces pour ne rien faire exploser. Un cliquetis lointain retentis et j’entendis les griffes d’un nouveau chiot claqué par terre et se rapprocher de nous. D’accord, j’avais capté le processus, maintenant, je devais généraliser ça à la salle entière. Ce n’était pas la quantité de magie qui me manquait, c’était au contraire le peu que je devais laisser filtrer pour ne pas que la chose devienne incontrôlable. Tentant le tout pour le tout, je laissais une dernière fois mes pouvoirs agir, priant pour qu’ils se répartissent dans toute la salle et ne se condense pas sur un seul cadenas.

Des centaines de cliquetis retentirent lorsque je rouvris les yeux. La totalité de mes muscles tendus, je relâchais légèrement la pression en soufflant. Je n’aurai pas pensé y arriver i « facilement ». Finalement, malgré le temps passé à Storybrook, mes pouvoirs étaient toujours présent, peut être que si je passais plus de temps à les entrainer, je pourrais bien mieux les maîtriser. Deux voix retentirent derrière nous, celle des hommes qui m’avaient emmené de force quelques minutes auparavant. Ah oui, forcément, il y avait eu un petit dérapage.

- Te plains pas ! J’aurais aussi peu faire exploser les chiots alors on s’en sort plutôt bien !

Les chiots s’attroupaient loin des deux hommes alors que Jack utilisait sa magie pour stopper les balles qui auraient dû nous amocher sérieusement. Il avait l’air de se débrouiller plutôt bien avec sa magie et de les ralentir sans pour autant les blesser. Je pris quelques secondes pour réfléchir avant de me tourner vers le mur en lançant au garçon.

- Tu te débrouilles bien avec eux.. Tu les ralentis jusqu’à ce que je te dise de venir ok ? Ou le plus possible, il va me falloir un peu de temps !

Je me concentre sur le mur en éloignant tous les chiots pour ne pas en blesser l’un d’entre eux, chose faite, je crée une petite bulle autour de moi et du mur pour les empêcher de revenir vers moi. Chose simple ensuite, je fais exploser le mur comme à mon habitude. La bulle résorbée, je siffle en courant dehors vers la camionnette. Je prie pour que le maximum de chiots me suivent ce qui n’est absolument pas évident lorsqu’il y en a autant. Je ressors le trousseau de clé volé auparavant en priant pour que l’une des clés soit celle du camion. J’enfonce la première, puis la deuxième dans la serrure avant de sourire.

- Bingo !

Maintenant, la partie la plus dur, faire rentrer les chiots dans le camion… Endroit où ils n’ont pas forcément envie d’aller. Mais en les laissant partir en pleine nature, les deux hommes les retrouveront. Je fais rentrer une grosse partie dans le camion, surement un peu plus de la moitié, ce qui n’est pas un gros boulot puisque la plupart, docile ou par le mouvement de groupe, on suivit. Il reste les autres et je préfère m’abstenir d’utiliser la magie une nouvelle fois, mine de rien, la concentration et la contenance des dernières minutes m’ont épuisé.

- Jack ! Ramène les derniers chiots dans le camion, je m’occupe des deux.

Contrairement aux chiots, je n’ai absolument pas peur de brusquer un peu ces deux psychopathes. Et s’ils s’en sortent avec quelques égratignures, ce sera surement le cadet de mes soucis. Nous échangeons donc de place. Heureusement, le temps qu’à passer Jack avec eux a permis de vider leur stock de balles. Lorsqu’ils me voient arriver, je vois un rictus amusé et mauvais se former sur leur lèvres.

- On va en faire des manteaux de chien de la gamine.

Bah voyons, approcher, on verra qui finit en pâté. Ils sont eux aussi en dehors de la salle où étaient enfermés les chiots, j’aurai juste besoin de les faire reculer à l’intérieur pour les bloquer. Après ça, j’irai rapidement bloquer la porte d’entrée. Même si cela ne les fera que ralentir, avec ce temps-là, nous aurons surement eu le temps de fuir. Première explosion devant leur nez. Deuxième, troisième… Elles ne sont pas forte, mais suffisamment pour faire tourner leur visage au noir et lever leur cheveux en l’air, leur donnant un air de savant fou. Ils reculent, pas à pas. C’est certes, plutôt long, mais je n’ose pas me risqué à faire une explosion un peu plus grosse pour les faire voltiger quelques mètres en arrière. Une fois à l’intérieur, je me concentre une dernière fois pour visualiser le mur anciennement présent avant mon passage. Je reproduis le même processus qu’avec Jack, prenant quelques secondes pour me concentrer. Je sens une gerbe de glace passer à côté de moi et stopper les hommes surement dangereusement près. Lentement, le mur se reforme de lui-même, les enfermant de l’autre côté.

Je m’élance ensuite vers la porte d’entrée pendant que Jack voltige en récupérant les derniers chiots. Pas de magie pour cette fois ci, je crois avoir épuisé le stock de concentration pour la journée, voir la semaine. Je ressors mon trousseau de clé, prenant la plus grosse pour la glisser dans la serrure et refermer à clé. Je détache la clé de la voiture du trousseau en laissant la clé dans la serrure pour être sûre qu’ils ne pourront pas ouvrir la porte sans galérer un minimum. La clé du camion dans les mains, je fais volteface en courant vers le camion. Je ramasse Jack Jun… Noter chiot au passage qui court après Jack, en train de ramener les derniers chiots, pour continuer à le mordiller et l’emmène avec nous dans la voiture.

Une fois dans le camion, je démarre, enfonçant la pédale de l’accélérateur au maximum avant même que Jack n’est eu le temps de fermer la portière. Je lance un regard dans le rétro en soufflant.

- Merde… T’as pensé à crever les pneus de l’autre voiture ?

C’est malin de n’y penser que maintenant Tara… Tant pis, le temps qu’ils montent, on aura peut-être déjà fait un petit bout de chemin. Une fois moins dans la précipitation, je tourne ma tête vers Jack en haussant les sourcils.

- C’est bien beau d’avoir tous ces chiots avec nous, mais on en fait quoi maintenant… ? Le refuge animalier ne pourra jamais avoir la place de tous les accueillir. Une bonne partie, peut-être, mais surement pas la totalité…


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Here come the sun...
Friendship isn't about who you've known the longuest. It's about who walked into your life.


http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t34564-tara-duncan-un-monde- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t34884-tara-duncan-mes-amis-mes-amours-et-surtout-mes-emmerdes http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t35902-ne-reve-pas-ta-vie-vie-tes-reves-tara

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Les rencontres : tout un art { Tara & Jack }





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les alentours