« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

Le deal à ne pas rater :
ETB Pokémon Fable Nébuleuse : où acheter le coffret dresseur ...
Voir le deal

Partagez
 

 L'Amour est de partout - Love Actually [Fe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
3 participants
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


Lily Olyphant
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Lily Olyphant

| Avatar : Lucy Hale ♥

L'Amour est de partout - Love Actually [Fe] 153973lucy

« Copain Grand Sourire ! »

L'Amour est de partout - Love Actually [Fe] 601838liliotdead

« T'inquiètes Elliot, c'est
pour Halloween... un déguisement...
mais ça fait mal... »


| Conte : Dumbo ϟ
| Dans le monde des contes, je suis : : ☣ Dumbo ☣ l'éléphant qui sait voler. ϟ

| Cadavres : 2594



L'Amour est de partout - Love Actually [Fe] _



________________________________________ 2015-09-01, 19:06




৩ Je comprends pas tout ce qui se passe, y a pleins de trucs incohérents
Depuis qu'elle est là rien n'a changé, mais tout est différent


    "Tu te rends compte qu'en moyenne 650 parisiens par an sont hospitalisés car ils ont glissés sur une crotte de chien ? Quand je te dis que Paris est une ville dangereuse et même toute la France."

    Je tenais le petit cahier où j'avais pris les notes de sur monsieur internet en direction de Neil. Elle pouvait voir tout comme moi ce que j'avais découvert et qu'il était véritablement dangereux de circuler à Paris ou d'imaginer y organiser n'importe quel voyage. Mieux valait visiter une autre région du monde, tel que l'Italie. Il n'y avait rien de mieux que Rome !

    "Tu préfères Rome ?"

    "Non, pas spécialement, mais c'est juste que quitte à voyager dans le but de prendre des vacances et se changer les idées, autant le faire avec un voyage sans risques dans un endroit où on pourra passer un très bon moment. Qui plus est, Ellie va nous accompagner. Ca signifie qu'on pourra d'autant plus se détendre."

    Je sentais au regard de Neil qu'elle trouvait bizarre que j'évoquais le fait que si Ellie était avec, on allait pouvoir se détendre d'avantage. Pourtant il n'y avait rien de bizarre. La seule chose que je voulais dire par là, c'était qu'avec Ellie à nos côtés, en cas d'attaque ou psychopathe ou de n'importe quel autre divin, elle pourrait nous protéger.

    "Tu sais que tu es déjà en sécurité quand je suis avec toi ?"

    "C'est bien ce que je disais. Avec vous deux, ça sera de véritables vacances ! Tiens, d'ailleurs tu viens avec ou pas ?" avais-je demandée en me tournant vers Astrid qui mangeait tranquillement sa deuxième feuille de salade. Elle avait un appétit d'ogre ce matin. Je me demandais bien ce qui la mettait dans un état pareil.

    "Tu as revu ce type ? Tu sais ce que j'en pense, n'est ce pas ? Il faut que tu te changes les idées et que tu te trouves un garçon formidable pour toi. Même si Jeremiel n'est vraiment pas mal du tout. Un peu coincé sur les bords, mais pas si mal !" avais-je dit en jetant un regard intéressé en direction du bel étalon appuyé tout contre le lavabo. Il m'avait regardé quelques instants dans les yeux avant de quitter sa place et de quitter par la même occasion la cuisine.

    "Quoi ? Je disais que du bien de lui. Ah mais en parlant de bien, ça me fait penser que j'ai découpé ça dans le journal ce matin."

    Je m'étais dirigé vers le tiroir des couverts et j'en avais sortit un petit morceau de feuille. Après avoir refermé le tiroir, je m'étais dirigé vers Neil pour lui donner le bout de papier.

    "C'est un bon pour un massage bien être dans la nouvelle clinique du bonheur qui a ouvert. Ils font des massages de tout genre et y'en a même fait par des hommes. Tu devrais y aller."

    J'avais un grand sourire aux coins de mes lèvres, tout en hochant la tête plusieurs fois à l'intention de Neil, pour lui faire comprendre qu'elle pourrait envisager de se trouver quelqu'un. C'était pas les beaux garçons qui manquaient ici. En plus elle me parlait souvent de Wilson ou du beau Jamie. Elle pourrait tenter quelque chose avec eux. Bon d'accord, ils avaient tous les deux une copine et Robyn était même ma meilleure amie, mais si elle tentait juste de les draguer, ça pourrait l'inciter à le faire avec d'autres garçons. Je suis sûre que Robyn n'aurait rien contre qu'elle s’exerce sur Jamie. Enfin juste pour la drague, pas le reste. Elle était bien trop jeune pour ça. Même si physiquement elle était plus âgée que moi. C'était triste de ne pas l'avoir vue grandir, mais on était encore plus unis. Un peu comme des soeurs, en plus d'être mère et fille.

    "Tu crois que Jeremiel va revenir ou il est partit bouder dans son coin ? Il a dit quelque chose du fait que tu dragues un autre garçon ? Parce que si ça ne marche pas, il reste les vêtements sexy ! Ca marche à tous les coups. La dernière fois qu'on s'est disputé avec Elliot, j'ai... enfin... l'avant dernière fois."
    avais-je achevée en soupirant, avant de me tourner pour faire la vaisselle. Ca allait me détendre. Le seul hic c'est qu'il n'y avait pas de vaisselle à faire. Ce qui ne m'avait pas empêchée de faire couler de l'eau et de prendre une éponge, attendant qu'elle apparaisse comme par magie.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80956-indumbowetrust#1022120


Ellie Sandman
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Ellie Sandman

| Avatar : Felicity Jones & Raffey Cassidy

L'Amour est de partout - Love Actually [Fe] 8JXwW

« La seule amitié qui vaille
est celle qui naît sans raison. »


| Conte : Intrigue Divine
L'Amour est de partout - Love Actually [Fe] 346425benreveuse

| Cadavres : 664



L'Amour est de partout - Love Actually [Fe] _



________________________________________ 2015-09-11, 22:48

Love is all around us

Interstellar - Endurance Suite
C'est amusant d'être au coeur des discussions sans être sollicitée.
J'étais plongée dans Autant en emporte le Vent, les genoux repliés contre moi, assise sur l'appui de fenêtre. Je me tenais volontairement à l'écart tandis que Lily, Neil et Astrid discutaient. J'aimais entendre leurs voix s'entremêler. Elles agissaient comme une mélodie de fond et s'accordaient au rythme de ma lecture.

Je regrette énormément la beauté enfuie de cette vie d’autrefois que j’aimais. Scarlett, avant la guerre, la vie était magnifique. Elle avait un charme, une perfection, une plénitude et une symétrie qui l’apparentaient à l’art grec. Peut-être tout le monde ne pensait-il pas comme moi, je m’en rends compte maintenant, mais, pour moi qui vivais aux Douze Chênes, la vie était douée d’une véritable beauté. J’étais fait pour cette vie, j’y étais intégré. Et maintenant que cette vie n’est plus, je ne suis plus à ma place dans celle que nous menons aujourd’hui et j’ai peur. Je sais qu’autrefois j’assistais à une représentation d’ombres chinoises, j’évitais tout ce qui n’était pas jeu d’ombres, je m’écartais des gens et des situations trop réels, trop près de la vie. Je n’aimais pas que l’on s’introduisit dans mon domaine. J’ai essayé également de m’écarter de vous, Scarlett. Il y avait trop de vitalité, trop de réalité en vous et je me suis montré assez lâche pour préférer les ombres et mes rêves.

Ce passage venait de retenir mon attention en particulier. J'aurais voulu dire tout ceci à Lily, mais à quoi bon tenter de m'expliquer sur ma fuite de l'époque ? En Grèce, je l'avais abandonnée, par peur de ce que j'aurais pu faire ou ne pas faire. Je m'étais éclipsée en croyant être une gêne entre elle et Elliot, mais je n'avais pas compris que mon absence l'avait davantage blessée.

Aujourd'hui, je voulais lui dire. Je désirais le lui faire comprendre. Mais comme bien souvent lorsque je me sentais emplie de trop d'audace, la retenue me corrigeait à temps et m'enjoignait à étouffer mes émotions. De toutes façons, c'était fini, oublié. Lily ne m'en voulait plus. Je craignais qu'elle fasse semblant. J'avais peur qu'elle me mente pour ne pas me faire souffrir. J'espérais suffisamment bien la connaître pour être persuadée que ça ne soit pas le cas.

D'après les bribes que je percevais de la conversation, entre deux pages, il était question de voyage. Un sourire passa sur mon visage même si je gardais les yeux rivés sur mon roman. J'entendis Astrid répondre, la bouche pleine de salade :

"Le... le monsieur du flirt ? Oui, je l'ai revu, mais... je ne sais pas trop quoi en penser. On est allé au cinéma et comme il faisait tout noir, je ne peux pas dire que je l'ai vraiment 'revu'."

A la suite de ses paroles, Jeremiel quitta la cuisine sans un mot. Je me rendis compte de sa présence uniquement lorsqu'il fut parti. Cet homme était un peu trop calme, même si j'appréciais les gens comme lui. Du coin de l'oeil, je vis Astrid piquer du nez sur sa salade, les joues toutes rouges.

Je secouai lentement la tête, amusée par leurs jeux insouciants et me replongeai dans ma lecture. Cependant, l'histoire de "massages en tous genres et fait même par des hommes" me coupa brusquement dans ma lancée. Pour la première fois depuis près de deux heures, je calai le marque-page représentant une hermine blanche dans mon livre, le refermai et tournai la tête vers les jeunes femmes. Lily pensait sérieusement que Neil avait besoin de la compagnie des hommes ? J'ignorais si j'avais mon mot à dire à ce sujet. Elliot aurait été mieux indiqué. Je ne savais toujours pas où me placer au niveau de leur fille. Ma... fille ? En tous les cas, Neil resterait toujours une grande amie, une petite soeur. Etait-ce vraiment important de coller une étiquette pour le lien qui nous unissait ?

Tandis que je m'interrogeais là-dessus, Lily changea de sujet. Je la sentis se crisper. Elle se leva subitement et se dirigea vers l'évier vide, les bras ballants. Elle voulait de quoi s'occuper. Comme la fenêtre se trouvait juste à côté, je n'eus qu'à lui tendre le lourd roman et à l'agiter sous son nez d'un air tentant.

"Il fait trois mille pages. Ca pourrait te changer les idées." lui proposai-je avec un sourire encourageant.

Ou pas. Il s'agissait tout de même d'une histoire d'amour tragique. Ce n'était pas le mieux pour elle en ce moment. Je préférai éloigner le livre quand elle attrapa une éponge et qu'elle fit couler de l'eau dans l'évier. Elle n'avait pas l'air intéressé.

"Bon."

Je posai le livre sur l'appui de fenêtre et me levai d'un bond. Je la saisis par le poignet et nous fis disparaître avant même qu'elle ne puisse réagir.

Nous nous trouvions devant la fontaine de Trevi, de nuit. Les lumières éclairaient l'eau et les statues blanches, tandis que le Palais Poli se découpait contre la voûte étoilée. C'était aussi beau qu'une carte postale.

Doucement, je fis glisser ma main du poignet de Lily jusqu'à sa propre main. Je souris au milieu de la place presque déserte en raison de l'heure tardive, et déclarai :

"Tu voulais voyager. On n'est pas obligé de tout planifier. Je peux t'emmener où tu veux. On peut aussi retourner chercher Neil et Astrid."

Je me tournai vers elle et plongeai mon regard dans le sien. De ma main libre, je remis une mèche de cheveux derrière son oreille. J'inspirai à fond et murmurai, certaine que le clapotis des fontaines rendrait ma voix inaudible :

"Je t'aime Lily. En dépit de toi, de moi et de ce stupide monde qui s’écroule, je t'aime."

Il fallait que je lui dise au moins une fois, même si j'attendais exprès le moment où elle ne pourrait m'entendre, car je n'avais pas le droit. Je ne pouvais pas me montrer égoïste. Elliot m'avait demandée de la protéger. Je devais m'en tenir là. Elle ne saurait jamais à quel point je brûlais d'amour pour elle, car j'étais née pour l'adorer. Pour m'abreuver de ses sourires, de ses joies et de ses peines. Lors de mon exil, je l'avais pleinement compris : mon existence n'avait d'autre sens que celui de la rendre heureuse. Si pour cela je devais taire ce que j'éprouvais, je le ferai.

J'étais capable de m'effacer. Après tout, je venais du néant.



crackle bones
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t48211-the-impossible-girl-e http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t43841-journal-d-une-fille-impossible-ellie


Lily Olyphant
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Lily Olyphant

| Avatar : Lucy Hale ♥

L'Amour est de partout - Love Actually [Fe] 153973lucy

« Copain Grand Sourire ! »

L'Amour est de partout - Love Actually [Fe] 601838liliotdead

« T'inquiètes Elliot, c'est
pour Halloween... un déguisement...
mais ça fait mal... »


| Conte : Dumbo ϟ
| Dans le monde des contes, je suis : : ☣ Dumbo ☣ l'éléphant qui sait voler. ϟ

| Cadavres : 2594



L'Amour est de partout - Love Actually [Fe] _



________________________________________ 2015-09-11, 23:33




৩ Je comprends pas tout ce qui se passe, y a pleins de trucs incohérents
Depuis qu'elle est là rien n'a changé, mais tout est différent


    Le décors avait changé et on s'était retrouvé dans la ville la plus romantique au monde, devant la plus magnifique de toutes les fontaines. Avec mes amours c'était toujours ainsi, je pouvais me réveiller à Storybrooke le matin et m'endormir à l'autre bout du monde. Ils me faisaient voyager, rêver, vivre. Sans eux je ne serai plus rien du tout. Sans elle je n'existerait plus. Je lui avais souris, oubliant totalement ce qui m'avait rendu triste quelques minutes auparavant.

    Elle avait raison ! Si on voulait voyager, il n'y avait pas besoin de tout planifier, il suffisait simplement de lui prendre la main et de la laisser me guider. Est ce que je voulais qu'on aille chercher Astrid et Neil ? Oui, c'était une bonne idée et elle m'avait traversée l'esprit, mais les filles trouveraient sans doute le moyen de s'occuper. Après tout elles étaient toutes les deux bien assez grandes et Neil pouvait très bien nous rejoindre d'elle même par la suite. Pourquoi elle n'avait pas évoquée Jeremiel ? Je sentais qu'elle n'était pas très fan de lui, pourtant c'était un gentil garçon et un très bon partit pour Astrid s'il se bougeait un peu.

    J'avais regardée Ellie avec une mine réjouie. Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes, même si tout autour de nous, tout s'écroulait petit à petit. Ce n'était pas une phrase à laquelle j'avais pensé, c'était celle qu'elle venait de prononcer. Elle avait murmurer cette chose comme si c'était un secret qui ne devait jamais être dévoilé. Je n'étais pas uniquement la femme de sa vie, j'étais aussi sa meilleure amie, peut être même sa seule amie. Elle ne l'avait pas dit à Lily, la femme qu'elle aimait, mais à Lily, son âme soeur. Je n'avais pas pu m'empêcher de sourire à ce qu'elle venait de dire. J'étais heureuse, véritablement heureuse.

    Je lui avais pris les mains et je l'avais amenée dans la fontaine. Oui, on avait passé le petit muret et on s'était retrouvé les pieds dans l'eau, juste devant les statues. Je n'avais jamais enfrin le moindre réglement et je me doutais qu'on ne pouvait pas se trouver ici, au dessus de toutes ces pièces que les gens jetaient, mais j'en avais envie. C'était plus fort qu moi, je voulais moi aussi l'amener quelque part où jamais personne irait avec elle. Là, au milieu de cette eau, dans ce lieu interdit, ça serait un moment unique pour toutes les deux. Quelle que soit les époques, ça sera notre moment à nous. Celui où je la laisserai m'embrasser, car je mourrais d'envie de sentir le contact de ses lèvres contre les miennes.

    "Vous êtes deux imbéciles. Mais vous êtes mes imbéciles." lui dis-je en m'approchant d'elle pour l'embrasser. J'avais posé mes deux mains sur ses joues et mes lèvres étaient entrées en contact avec les siennes. C'était tendre, doux, somptueux. Je ne voulais pas choisir entre elle et Elliot, je les aimais tous les deux et même l'autre grand dadet je l'aimais. C'était qu'une rupture, ça arrivait à tous les couples. Il allait me falloir un peu de temps pour oublier, mais je savais très bien que je finirai par le retrouver. C'était écrit dans les livres, on était fait pour vivre ensemble. Toutes les plus belles histoires d'amour commençaient par des problèmes et là on en avait plusieurs assez conséquents, ce qui montrait bien qu'on allait vivre la plus belle et la plus grande de toutes les histoires d'amours.

    Je m'étais reculée de Ellie et j'avais retirée mes mains de sur ses joues, tout en faisant glisser ma main gauche dans sa main droite, pour maintenir le contact entre nous deux. Je ne voulais pas la lâcher, ni prendre le risque de la perdre. Je ne savais pas si elle avait aimée, je ne pouvais pas anticiper sa réaction, mais quoi qu'il en soit, pour moi ça sonnait comme une évidence. Elle faisait partie de ma vie. C'était ancré en moi, elle avait la moitié de mon être, Elliot en possédait l'autre. Sans eux je n'existais pas, c'était avec leurs sourires qu'ils me faisaient vivre. J'étais rien qu'à eux.

    "Je t'aime. Je t'aime ! Mais à un point dont tu n'as même pas idée ! Si tu m'aurais vue à l'époque de quand j'étais encore un éléphant, je pourrais te montrer avec mes oreilles jusqu'à quelle taille je t'aime !"

    Ok, c'était mal tourné, mais je lui avais tout de même mimé la taille de mes oreilles avec ma main libre. Puis, je l'avais posée sur sa joue et en m'approchant une nouvelle fois d'elle, je l'avais embrassé à nouveau. Mais cette fois ci le baiser avait été différent. Je ne savais pas trop ce qui venait de se produire, mais... AH !

    Non - !


Qu'est ce qu'il se passe ? !

    Je n'arrivais pas à contrôler ce baiser. Il m'apparaissait comme des flash tout autour de moi. Je ne voyais plus Ellie, puis je la voyais mais à différentes époques. Je la voyais jeune, je la voyais comme aujourd'hui mais avec d'autres habits. Je la voyais devant une maison. Je la voyais me sourire, rire, pleurer. Je la voyais trembler. Je la voyais tomber, chuter, se relever. Je la voyais guerrière, combattante. Je la voyais différente. Je la voyais même comme je ne l'avais jamais vue.

    Puis tout s'était arrêté et je la voyais, mais plus de la même manière. Je ne la regardais plus de face, mais de dos. Elle était debout, vêtue de noir. Elle attendait, elle regardait autour d'elle, nerveuse et il était arrivé. Grand, beau, majestueux et mon coeur s'était emballé une nouvelle fois. Il était toujours le même et pourtant il me semblait tellement différent. Peut-être qu'il avait vieillis ou c'était autre chose. Ca se situait plus dans son regard, il semblait avoir pleuré, avoir combattu, avoir souffert, avoir perdu. J'aurai voulu me précipiter vers lui pour le prendre dans mes bras, lui faire oublier ce qu'il avait pu endurer, mais j'avais vue Ellie se précipiter vers lui et le frapper. Mes yeux s'étaient ouverts en grand et je pouvais voir Ellie face à moi, tout autant perturbée que moi. Je m'étais reculée et j'avais passée une main dans mes cheveux pour les ramener en arrière.

    "C'était quoi ? Qu'est ce qu'il s'est passé ?"

    Je sentais mes mains trembler et tout mon coeur était totalement gelé. Il faisait froid, très froid, trop froid. C'était comme si j'étais un cadavre ambulant, même si petit à petit je sentais la chaleur reconquérir mon corps. Mais il était trop tard, je l'avais sentis, je m'étais sentis. Je savais ce que faisais Ellie là ce jour là. Je savais pourquoi Elliot était là lui aussi. Je savais... J'avais serré les poings sur mes cheveux en les redescendant sur mes joues, mes paumes ouvertes et je m'étais laissée tomber tout doucement sur l'eau. Si j'aurai pu me noyer, je l'aurai fait. Je ne voulais plus ouvrir les yeux, je ne voulais plus voir Ellie, je ne voulais plus voir Elliot, je ne voulais plus voir leur mine triste par ma faute. Où étaient passés leurs si beaux sourires ? Qu'est ce que je leur avais fait ?

    Qu'est ce que je leur ai fait ?

    ...
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80956-indumbowetrust#1022120


Ellie Sandman
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Ellie Sandman

| Avatar : Felicity Jones & Raffey Cassidy

L'Amour est de partout - Love Actually [Fe] 8JXwW

« La seule amitié qui vaille
est celle qui naît sans raison. »


| Conte : Intrigue Divine
L'Amour est de partout - Love Actually [Fe] 346425benreveuse

| Cadavres : 664



L'Amour est de partout - Love Actually [Fe] _



________________________________________ 2015-09-12, 22:40

Love is all around us

Interstellar - Endurance Suite
Elle m'avait entraînée dans la fontaine et je l'avais suivie. Elle avait toujours des idées un peu fantasques mais c'est ce que j'aimais chez elle, en plus du reste. Je frissonnai lorsque mes pieds entrèrent en contact avec l'eau. Mes chaussures allaient être fichues mais tant pis, cela n'avait aucune importance.

Je fermai les yeux lorsqu'elle m'embrassa. Alors je sus qu'elle avait entendu mes paroles murmurées. Elle me semblait trop heureuse, trop épanouie. Les ombres avaient quitté ses yeux. Ils avaient retrouvé leur éclat. Je m'en voulais tellement et en même temps, je savourai cet instant volé, ce privilège qu'elle m'offrait. Ses mains posées sur mes joues, sa bouche contre la mienne, son souffle se mêlant au mien...

Puis elle se recula doucement et me pris la main, avant de me montrer à grand renfort de gestes à quel point elle m'aimait. J'éclatai de rire tout en secouant la tête. Même si c'était mal, je ne pouvais résister. Rien qu'une minute d'insouciance, rien qu'une minute pendant laquelle je pouvais rêver à nous deux. Je me mordis les lèvres, amusée de voir Lily imiter ses grands oreilles d'éléphant.

"Tu m'aimes autant qu'une paire d'oreilles. Et bien, j'en ai de la chance !"
fis-je entre deux rires.

Elle me coupa de nouveau le souffle en m'embrassant de plus belle. Je me laissai envahir par cette plénitude unique. Puis, quelque chose intervint. Des bribes, des images parasites. Tout d'abord à travers mes paupières closes. J'ouvris les yeux, croyant les chasser en replongeant dans la réalité, mais elles apparurent alors en trois dimensions tout autour de nous, images flottantes et transparentes.

Il s'agissait de moi à différents moments de ma vie. Cela semblait faire partie de mon avenir car je ne me souvenais pas d'avoir porté ces vêtements, ni même cette armure étrange. Une image en particulier s'attarda. Je portai une robe noire, mes cheveux étaient noués en chignon. Dans mon regard se noyait l'équivalent d'un océan. Que m'était-il arrivé ? Ou plutôt, que m'arriverait-il prochainement ?

Puis, Elliot apparut. Les traits tirés, perdu, chaviré. Le regard dur et glaçant. Mon moi futur se dirigea vers lui pour lui donner un coup de poing incroyablement violent. Il chuta au sol et tout se désagrégea comme de la vapeur. Les bribes avaient toutes disparu. Impossible de connaître la suite.

Lily s'était reculée et m'avait posée une question à laquelle je n'étais pas en mesure de répondre. J'ignorais ce qui venait de se produire. Etait-ce une sorte de voyage dans le temps ? Jusqu'à maintenant, je me confortais dans l'idée que seul Elliot en était capable. Cela me rassurait de ne pas être investie d'autant de pouvoirs que lui... mais était-ce vraiment le cas ?

Je déglutis avec peine, fixant le vide là où se trouvait mon moi futur quelques secondes plus tôt. La perte... Dans le futur, une chose terrible allait se produire. La perte... J'avais très bien compris même si je ne souhaitais surtout pas y penser. Je le savais pourtant que ce jour viendrait tôt ou tard. C'était inévitable. Nul ne pouvait se battre contre la mort.

J'entendis un léger clapotis et baissai les yeux sur Lily. Elle s'était accroupie dans l'eau, les mains serrées autour de la tête, en proie à une peur panique silencieuse. Je m'agenouillai aussitôt devant elle et posai mes mains sur ses épaules.

"Lily, on le sait. Ca arrivera un jour. Mais ce n'est pas grave. Ce n'est pas de ta faute."
déclarai-je avec douceur. "Ce que tu as vu ne se produira pas comme ça. Le futur peut être réécrit et j'y veillerai. Tu sais très bien que je ne fais jamais la même erreur deux fois, non ?"

Elle semblait toujours tétanisée. J'enlevai une main de son épaule pour poser deux doigts sur son menton et lui faire relever la tête. Son regard perdu croisa le mien et je lui souris.

"Tu sais très bien que je m'occuperai d'Elliot. Ca ne sera pas comme ce que tu as vu. Je protège toujours ceux qui souffrent. Il ne faut pas penser à ça maintenant. Ca arrivera dans longtemps !"

Je tentai de m'en persuader, car malgré tout, je n'avais pas l'air tellement plus vieille, et Elliot non plus. Mais nous étions immortels, par conséquent nos apparences changeaient plus lentement. N'est-ce pas ?

Je me mordis fugacement les lèvres avant de me forcer de sourire à nouveau.

"En tous cas, mieux vaut ne plus s'embrasser. Ce n'était pas bien, de toutes façons."

Je m'aperçus de ma maladresse et corrigeai aussitôt, les yeux écarquillés :

"Oh, non non c'était très bien ! Très réussi, mais... c'était mal vis-à-vis d'Elliot. Je n'aurais pas dû te laisser faire. J'ai l'impression d'agir dans son dos. De profiter de la situation, tu vois ?"

Je passai une main sur mon visage, soupirai légèrement et lui pris la main pour l'aider à se relever. Je me redressai en même temps et demandai, histoire de changer de sujet :

"Tu veux rentrer ? Aller ailleurs ?"

J'aurais fait n'importe quoi pour la voir sourire de nouveau.



crackle bones
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t48211-the-impossible-girl-e http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t43841-journal-d-une-fille-impossible-ellie


Lily Olyphant
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Lily Olyphant

| Avatar : Lucy Hale ♥

L'Amour est de partout - Love Actually [Fe] 153973lucy

« Copain Grand Sourire ! »

L'Amour est de partout - Love Actually [Fe] 601838liliotdead

« T'inquiètes Elliot, c'est
pour Halloween... un déguisement...
mais ça fait mal... »


| Conte : Dumbo ϟ
| Dans le monde des contes, je suis : : ☣ Dumbo ☣ l'éléphant qui sait voler. ϟ

| Cadavres : 2594



L'Amour est de partout - Love Actually [Fe] _



________________________________________ 2015-09-12, 23:45




৩ Je comprends pas tout ce qui se passe, y a pleins de trucs incohérents
Depuis qu'elle est là rien n'a changé, mais tout est différent


    "Aller ailleurs..." avais-je murmurée peu sûre de moi.

    J'allais mieux, je me sentais mieux, mais je ne voulais pas en rester là. C'était trop dur d'imaginer ce futur sans savoir exactement de quoi il était question. Je ne pouvais pas demander à Ellie de m'y amener et je ne savais même pas si elle en était capable. Elliot pouvait voyager dans le temps et il m'y avait déjà conduit à de nombreuses reprises, mais Ellie n'avait jamais parlé du moindre don qu'elle possédait par rapport à cela. Quoi qu'il en soit, je ne pouvais pas en rester là.

    "...ailleurs..." avais-je dit une nouvelle fois tout en gardant sa main dans la mienne et en l'embrassant tendrement. Je ne voulais pas utiliser ces baisers pour voyager, mais je ne pouvais pas m'empêcher de savoir. Ce n'était pas une question de curiosité. C'était plus pour être rassurée. Je ne savais pas ce qui m'attendait et je ne voulais pas découvrir comment tout allait terminer, mais il y a certaines choses que je voulais voir pour être sûr qu'elles se passeraient bien. Ma fille...

    On avait eu un nouveau flash. C'était surement à quelques années de maintenant, Neil était là, appuyée contre le mur avec un petit haut Dumbo, ce qui avait eu pour effet de me faire sourire. Qu'est ce qu'elle était magnifique et elle portait très bien mes couleurs. J'avais ris tout en la regardant dans les yeux. Elle semblait heureuse. Je l'avais vue se redresser, s'éloignant du mur pour enlacer quelqu'un par la taille et j'avais ouvert de grands yeux. Qu'est ce qu'elle faisait ? C'était... Oh mon dieu ! Puis, plus le baiser entre Ellie et moi s'intensifiait, plus le souvenir changeait.

    Un morceau de salade me cachait la vue, car il était sur le visage de la jeune femme allongée. Je ne voulais même pas savoir pourquoi elle avait cette feuille sur elle. Quoi qu'il en soit, quelqu'un était venu la lui prendre et elle m'avait souris. Ou plutôt elle avait souris à la personne qui se trouvait juste au dessus d'elle. J'avais eu un regard attendrissant en voyant Jeremiel s'asseoir à ses côtés et déposer un bisou dans son cou. Ils étaient ensemble ! Il s'était enfin lancé ! J'espérais que ça n'était pas une vision trop loin dans le futur, car je voulais absolument vivre ce moment avec elle. Une nouvelle fois j'avais intensifié le baiser avec Ellie et le décors avait changé.

    On était dans une immense clairière, ou plutôt une forêt... Je n'arrivais pas bien à faire la différence. Quoi qu'il en soit, il y avait de la verdure de partout. J'avais cherchée du regard la jeune femme que je voulais voir et quand je l'avais enfin aperçue, elle était face à face avec une autre jeune femme que je connaissais bien. Je l'avais vue mettre ses mains autour de sa tête et appuyée cette dernière contre la sienne. Ellie se tenait là et murmurait quelque chose. Je m'étais approchée pour mieux entendre.

    - Rappeles toi ça. Tu t'appelles Astrid Littlefoot. Tu seras l'amie de Lily. Tu la protégeras. Tu seras là pour elle. Tu...

    Wouah, non ! Je m'étais reculée d'un bond, stoppant le baiser entre Ellie et moi. Là on allait peut être un peu trop loin. Je me sentais totalement chargée en batterie avec ce que je venais de voir, comme quoi ma fille allait trouver l'âme soeur et passer une vie merveilleuse et Jeremiel qui s'était enfin déclaré, mais j'avais peut-être vue quelque chose qui aurait dû rester secret. La connexion avec Ellie s'était rompue et j'avais passée une main dans mes cheveux.

    "Ok ok, on en reste là. C'est pas bien, tu as raison."

    Je ne voulais pas tenter de comprendre ce qu'on venait d'entendre. Je voulais juste faire comme si de rien était et penser uniquement au fait que ma fille était heureuse. Mes deux filles l'étaient. Je savais que Astrid n'était pas réellement ma fille, mais je l'avais toujours considérée comme tel. Elle était toute petite, toute mignonne, toute adorable. Elle avait besoin qu'on la protège et je savais que Jeremiel en serait capable. Mais en attendant que cet imbécile se déclare, il fallait bien que quelqu'un prenne soin d'elle et j'étais là pour ça. C'était ma fille adoptive. Je l'aimais autant que Neil, même si Neil était ma fille à mouuuuah.

    "Aller ailleurs, t'as raison. Mais vraiment ailleurs, quelque part ici dans le présent. Peut être manger un morceau ou rejoindre Neil. Enfin un truc ordinaire. Tu veux faire un truc ordinaire avec moi ?"

    J'avais tentée de faire naître le plus beau des sourires sur mon visage. Mon dieu qu'elle était belle. Je rêvais de l'embrasser à nouveau et je m'étais trouvée à faire la moue tellement que j'étais déçue de ne plus pouvoir gouter à ses lèvres. En dehors d'Elliot je n'avais jamais aimé une personne aussi fortement. Elle était tout pour moi. Je m'étais approchée d'elle pour lui prendre à nouveau la main. L'espace d'un instant j'étais simplement restée à l'observer. Je ne savais pas trop comment lui faire comprendre ce que je ressentais sans pour autant la mettre mal à l'aise.

    "J'ai totalement confiance en toi, Ellie."

    Je voulais qu'elle le sache. Qu'elle soit consciente que je serai prête à mettre ma vie entre ses mains. Elle était partie par le passé dans le but de me permettre de vivre plus heureuse que je l'étais, mais maintenant qu'elle avait compris que c'était quand elle était là que je rayonnais, je savais qu'elle ne me quitterait plus jamais. Il restait juste un problème. Je ne pouvais pas être avec elle sans avoir ces flash. Ou alors c'était à cause de cette fontaine. On pourrait tenter de s'embrasser avec les pieds au sec. C'était une idée à creuser et à tester, mais pas pour le moment, car on était surement allé trop loin. Il fallait trouver le moyen de cibler les événements qu'on voulait voir. Peut être que le beau Apollon pourrait nous aider, il était très doué pour tout ce qui était cibler le bon moment. Du moins c'était l'impression qu'il m'avait donné.

    "Mettons nous au sec !" dis-je à Ellie en gardant sa main dans la mienne et en nous faisant quitter l'eau. On avait toujours les pieds mouillés, mais ils allaient vite séchés. Après tout c'était juste la nuit et il n'y avait pas de... soleil. Ok, ça n'allait pas sécher du tout et on allait juste attraper froid.

    "Tu sais où j'aimerai être ?"

    Je m'étais penché vers elle pour lui murmurer notre destination à son oreille. J'en avais profité pour lui faire une bise sur la joue avant de me reculer, tout en serrant davantage sa main.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80956-indumbowetrust#1022120


Ellie Sandman
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Ellie Sandman

| Avatar : Felicity Jones & Raffey Cassidy

L'Amour est de partout - Love Actually [Fe] 8JXwW

« La seule amitié qui vaille
est celle qui naît sans raison. »


| Conte : Intrigue Divine
L'Amour est de partout - Love Actually [Fe] 346425benreveuse

| Cadavres : 664



L'Amour est de partout - Love Actually [Fe] _



________________________________________ 2015-09-14, 23:58

Love is all around us

Interstellar - Endurance Suite
Le lait dans ma tasse formait un tourbillon sans fin. Il se mélangeait avec une lenteur infinie au thé cerise griotte. Je fixais le fond de ma tasse que je tenais entre mes mains. La chaleur ne me brûlait pas. J'étais happée par le tourbillon de lait, happée par le chaos de mes pensées. J'ignorais depuis combien de temps j'étais pétrifiée ainsi, à simplement réfléchir.

Je levai timidement les yeux vers Lily qui était occupée à boire un chocolat chaud coiffé d'un nuage de chantilly. Elle croisa mon regard et éloigna la tasse de ses lèvres. Un sourire passa sur les miennes en remarquant qu'elle avait une moustache blanche.

"Attends."

Machinalement, j'avais attrapé une serviette pour essuyer sa bouche, mais m'apercevant de cette trop grande familiarité, je laissai tomber le carré de papier avant de joindre les mains de nouveau autour de ma tasse. Mieux valait éviter une trop grande proximité. Je ne voulais plus de flash intempestif. D'aucune sorte.

J'observai un moment le plafond agrémenté de dorures élégantes avant de tourner la tête pour regarder à travers la vitre. Nous nous trouvions dans un salon de thé à Paris, dans le quartier de Montmartre. J'aimais l'élégance et le raffinement qui caractérisaient cet endroit. Lors de mon "exil", j'y avais passé quelques semaines. Lorsque Lily m'avait dit que tout ce qu'elle voulait, c'était un chocolat chaud, je l'avais conduite dans le lieu où il était le meilleur.

Depuis que le serveur avait amené nos commandes, j'étais tombée dans un silence presque méditatif que je venais seulement de briser. Je ne parvenais pas à oublier ce que j'avais vu. Que faisais-je, ou plutôt, que ferai-je dans une forêt aux côtés d'Astrid ?

- Rappelle toi ça. Tu t'appelles Astrid Littlefoot. Tu seras l'amie de Lily. Tu la protégeras. Tu seras là pour elle. Tu...

Il était évident qu'il s'agissait d'un flash du futur, car je n'avais aucun souvenir de ce moment. A moins que ma mémoire n'ait été modifié ? Celle d'Astrid avait dû l'être aussi pour qu'elle ne nous ait jamais parlé de cette histoire. Bavarde comme elle l'était, elle l'aurait forcément dit !

Je me tournai vers elle -je l'avais prise au passage avant de nous emmener à Paris. J'avais songé à la convaincre de nous en apprendre davantage sur ce qui arriverait dans l'avenir -et dans le passé pour elle, mais je ne voyais pas comment lancer la conversation. Elle était occupée à aplatir consciencieusement un fondant au chocolat avec sa cuillère, les sourcils froncés dans une expression concentrée.

"Astrid..."
fis-je, déconcertée. "Pourquoi tu infliges ça à ce pauvre gâteau ? Il ne t'a rien fait !"

Trop heureuse de nous accompagner, elle avait insisté pour commander aussi quelque chose dans le salon de thé, mais au lieu de manger le fondant au chocolat, elle le réduisait en miette. Le chocolat fondu dégoulinait sur le dos de sa cuillère de façon écoeurante. Elle abattait le couvert sur le gâteau avec une violence et une méthode que je ne lui connaissais pas.

"Astrid ?"
insistai-je en lui attrapant le poignet.

Elle battit des cils et me regarda comme si elle venait seulement de remarquer ma présence.

"Hum ? Oh pardon, Ellie, tu disais quelque chose ? Eleanor me parlait, du coup j'ai peur d'avoir été un peu distraite..."

Je clignai des yeux sur le carnage dans son assiette et secouai légèrement la tête en lui assurant que ce n'était pas grave. Parfois, il lui arrivait de discuter avec les "esprits" qu'elle avait dans la tête, ou juste de les écouter lui parler. D'après Lily, c'était normal. Après ce que j'avais vu dans le flash, je me demandais si ça l'était vraiment. Tout était-il lié ? J'avais l'impression d'avoir la tête dans un engrenage impossible à arrêter.

"On ne doit plus se toucher."
dis-je brusquement à Lily en plaquant mes paumes contre la table. "Je ne veux plus rien voir. Il n'est jamais bon d'en connaître trop sur son avenir. Ou sur... celui des autres." ajoutai-je en jetant un coup d'oeil à Astrid.

Devais-je en parler à la jeune fille ? Non, elle ne comprendrait pas. Elle penserait que je lui fais une farce. Le mieux était de garder le futur secret. Lily ne raconterait rien et moi non plus. C'était plus prudent ainsi.

Nerveuse, je pris ma tasse et en bus une gorgée. La saveur de la cerise griotte fondit dans ma gorge et apaisa mes craintes pendant quelques secondes. Le thé était le meilleur remède en cas de trouble ou d'incertitude.

"Eleanor n'aime pas le gâteau."
dit subitement Astrid en repoussant son assiette avec une moue.

Je regardai brièvement la bouillie chocolatée avant de lever les yeux vers Astrid. Ce n'était pas plutôt elle qui n'appréciait pas la teneur en lait contenue dans le fondant ?

"Promis, je te ferai un gâteau à la courgette très bientôt."
dis-je avec un sourire amusé. "Tu vas adorer. C'est un légume vert !"

Astrid m'observa d'un air étonné.

"Tu pourras mettre de la laitue dedans aussi ?" s'enquit-elle avec de grands yeux exaltés.

"Je ne promets rien." fis-je avant de rire légèrement.



crackle bones
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t48211-the-impossible-girl-e http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t43841-journal-d-une-fille-impossible-ellie


Anatole Cassini
« Maîïîtreuuuh !!! »

Anatole Cassini

| Avatar : ➹ Bill Nighy & John Krasinski

L'Amour est de partout - Love Actually [Fe] Jvi6

« Il existe 175.000
espèces de papillons... »


L'Amour est de partout - Love Actually [Fe] Hi6b

« Le papillon ne compte pas
les mois, mais les moments.
Ce qui lui confère suffisamment
de Temps pour vivre, ressentir, aimer. »



| Conte : ➹ Intrigue Divine
| Dans le monde des contes, je suis : : ✲ Le Titan Hyperion, un papillon étoilé.

L'Amour est de partout - Love Actually [Fe] Nono12

| Cadavres : 2617



L'Amour est de partout - Love Actually [Fe] _



________________________________________ 2015-09-17, 16:45 « Maîïîtreuuuh !!! »




৩ Si vous voulez votre place au soleil,
il faut vous attendre à endurer quelques brûlures. ৩


    "Ca vous arrive souvent d'espionner les gens dans les toilettes ?"

    Ravissante. Oui, elle était véritablement ravissante, même si elle avait les yeux remplis de tristesse et qu'elle venait de pleurer. Peut-être qu'elle ne se rendait pas compte à quel point elle avait de la chance d'être en vie, d'être ici à Paris, dans une ville aussi merveilleuse et d'avoir la possibilité de pleurer ? Car si elle pleurait c'était qu'elle avait une vie bien remplie, des ennuis, mais aussi des amis, des gens qui comptaient pour elle, des personnes qu'elle pouvait perdre, de la famille. On n'avait pas tous cette chance.

    "Prenez le, ça ne vous engage en rien. Qui plus est, c'est de la bonne qualité. Je l'ai déjà testé, faites moi confiance."

    Elle m'avait observée en plissant les yeux. Ca ne lui avait pas fait retrouver le sourire, mais elle avait tout de même pris le papier de toilette que je lui tendais. La jeune femme se l'était passée sur le visage, pour sécher ses larmes et j'avais eu un haut le coeur en sentant à quel point elle devait souffrir. Pourquoi je la trouvais chanceuse ? Je m'étais reculé pour m'appuyer contre le lavabo. Une personne était entrée dans les toilettes du salon de thé.

    "Noon !! Désolé, on est fermé. Service sanitaire. Vous n'avez pas vue un rat passer ? Mieux vaut vous éloigner et attendre qu'on ait tout fini avant de venir vous soulager. Je vous souhaite une bonne journée madame."

    J'avais raccompagné la vieille dame jusqu'à la porte que j'avais fermée avec le verrou, puis j'étais revenu près de la cabine où se trouvait la ravissante jeune femme. J'avais passé la tête par la porte, regardant si elle allait bien.

    "Vous êtes qui au juste ? J'ai pas besoin d'une épaule sur laquelle pleurer, ni qu'on m'observe ou qu'on m'interroge sur les raisons qui me poussent à rester ici. En plus vous faites quoi dans les toilettes des filles ?"

    Je lui avais indiqué une bouche d'aération juste au dessus de sa tête. Quelques minutes auparavant, j'étais dans la salle jouxtons celle ci, dans les toilettes pour hommes. J'avais entendu des pleurs à travers l'aération et je m'étais rendu jusqu'ici pour voir de qui il s'agissait. J'étais entré en faisant bien attention de déranger personne - à part elle, puis je lui avais apportée du papier toilette et la suite c'était ce qui était arrivé juste avant.

    "Je sais écouter."

    "Mais je m'en fou ! J'ai juste besoin d'être seule !"

    J'avais fait la moue avant de retourner m'adosser contre le lavabo et de croiser les bras. Puis, j'avais penché la tête pour l'observer de côté. Elle allait déjà mieux, ça se voyait, mais si elle était encore ici, c'était surement que la personne qu'elle tentait de fuir était toujours dans le salon de thé.

    "Vous voulez que j'aille le voir ? Je pourrai lui dire que vous êtes partie par la fenêtre et vous pourrez tranquillement sortir par le porte ?"

    "Voir qui ?"

    "La personne qui vous a mise dans cet état pardi !"

    Elle avait une nouvelle fois plissée les yeux. Ca mettait en valeur ses joues. Car quand elle fronçait les sourcils, ses joues gonflaient légèrement et comme elle avait le visage arrondis, ça lui donnait un petit côté enfantin. J'étais revenu vers elle, les mains dans les poches.

    "Bon écoutez, on va y aller ensemble. Vous irez beaucoup mieux ensuite, vous verrez. S'il n'est plus là, je vous offre un chocolat chaud et s'il est encore là, je vous fait sortir en douce sans qu'il vous voit. Marché conclu ?"

    J'avais sortit ma main droite de ma poche pour la lui tendre. Elle avait hésité, puis elle l'avait prise et on s'était dirigé vers la porte. Une fois le verrou ouvert, je m'étais tourné vers elle.

    "C'est un crime de faire pleurer une aussi jolie jeune femme que vous. On devrait l'enfermer. Si vous voulez, je connais des mecs qui connaissent des mecs et entre mecs, on pourrait agir comme des mecs."

    Au moins cette fois ci ça l'avait fait sourire !

    "Ca ira, et puis ce n'est pas il, mais elle. Donc mieux vaut que je me débrouille toute seule."

    Autant pour moi. Il ou elle c'était du pareil au même. Tout ce qui comptait, c'était qu'elle avait sourie. On était sortit des toilettes pour dames et on avait longé le café. Elle s'était arrêtée devant une personne qui se trouvait de dos et une autre qui nous regardait avec un morceau de salade dans la bouche qu'elle semblait avoir du mal à mâcher. En bon gentleman, je m'étais avancé vers la table, j'avais pris une serviette posée là et je l'avais tendu à la jeune femme blonde, lui faisant un magnifique sourire.

    "J'ai parfois du mal aussi. C'est un légume bien trop sec. Faudrait un chouilla de vinaigrette ou l'asperger d'un tout petit peu d'eau. Ca passe beaucoup plus facilement."

    J'avais tourné la tête vers la jeune femme que j'accompagnais, lui faisant un petit signe avec les yeux pour lui demander si tout allait bien se passer ou si elle avait encore besoin de moi. Je ne voulais pas m'imposer. Mais au moment où j'avais posé mon regard sur la personne qui devait être responsable de sa tristesse, mon coeur avait fait un bond.

    "Ellie ?"

    Mon dieu... mon dieu... mon dieu... Je ne savais pas comment réagir. Je sentais mes orteils gigoter dans tous les sens. Mes mains qui étaient toujours chaudes, étaient passées d'une température ambiante, à un degré qui ferait frissonner n'importe quel esquimaux tellement qu'ils étaient gelés. Je n'arrivais plus à détacher mes yeux d'elle. Après tout ce temps, plus de trois mois à tenter de la retrouver, elle était enfin là devant moi. Je n'avais pas pu hésiter et je m'étais assis sur la chaise qui se trouvait devant moi, prenant la main de la jeune femme.

    "Oh mon dieu, Ellie... je... je suis désolé, vraiment. J'ai mis un temps fou à te retrouver, mais... Oh mon dieu... J'arrive à peine à respirer. C'est pas croyable ! Pourquoi ? Enfin... Je sais, tu devais avoir tes raisons d'être partie, mais... Oh mon dieu... J'en reviens pas que tu sois là."

    "C'est qui ?"

    J'avais entendu la ravissante jeune femme demander qui était la brune en face de moi à qui je tenais la main. Elle ne la connaissait pas ? On s'était trompé de table ? J'aimerai bien l'aider à régler son problème, mais là un de taille se présentait à moi. Je venais de retrouver l'amour de ma vie.

    "Je t'aime tellement ! Je ne sais pas ce qui t'as poussée à partir, à m'abandonner, à quitter Sacramento, mais on s'est retrouvé. Le destin fait vraiment bien les choses !"

    "Le quoi ? Qui ? Sacra quoi ? Hein ? Je croyais que tu n'avais rencontrée personne à part Neil ?"

    "Neil ? Elle est là aussi ? Ca fait tellement longtemps ! Elle s'est fait couper les cheveux ou pas finalement ?"

    Je sentais que la ravissante jeune femme ne comprenait rien à ce qui se passait et il fallait dire que moi aussi j'étais un peu paumé dans tout ça. Mais Ellie allait tout lui expliquer, c'était évident. La seule chose qui me faisait peut-être un tout petit douter de tout ça, c'était qu'elle m'observait comme si elle n'avait aucune idée de qui j'étais.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t91406-anatole-cassini-titan http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90859-anatole-cassini-le-papillon-des-etoiles#1308775 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t91406-anatole-cassini-titan-papy-jeunot-chevrier#1316872 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t89338-le-cottage-boreal-ou-il-fait-bon-vivre-description#1281919 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85310-gotmstr#1198951


Ellie Sandman
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Ellie Sandman

| Avatar : Felicity Jones & Raffey Cassidy

L'Amour est de partout - Love Actually [Fe] 8JXwW

« La seule amitié qui vaille
est celle qui naît sans raison. »


| Conte : Intrigue Divine
L'Amour est de partout - Love Actually [Fe] 346425benreveuse

| Cadavres : 664



L'Amour est de partout - Love Actually [Fe] _



________________________________________ 2015-09-17, 22:31

Life is a joke. It's definitely true.

Interstellar - Endurance Suite
Comment rendre Astrid heureuse ? Il suffit de faire apparaître de la laitue devant elle. Elle me faisait tellement de peine avec son gâteau en bouillie que je lui avais donnée de la salade. Elle commença à la manger goulûment après m'avoir remerciée.

Un sourire se dessina sur mes lèvres mais il s'effaça bien vite tandis que je remarquai Lily se lever. Elle ramena une mèche derrière son oreille et prétexta qu'elle avait besoin d'aller aux toilettes. J'eus un mouvement pour l'accompagner mais je vis à son regard qu'elle souhaitait être seule. Je repris ma place à table, l'observant s'éloigner, soucieuse.

Je tapotai des doigts contre ma tasse. Pourquoi tout était-il toujours si compliqué ? Cela avait été une erreur de s'embrasser, bien plus qu'une erreur. Nous avions vu des choses qui auraient dû rester dans le brouillard de l'avenir. Je me mordis les lèvres et bus une nouvelle gorgée de mon thé. Le goût de la cerise emplit ma bouche. Je fermai les yeux, posai ma main contre mon front et soulevant les paupières, je décidai de passer à l'attaque. Je lançai un regard perçant à la petite blonde qui me renvoya une expression interloquée.

"Astrid. Il faut que je te parle de quelque chose de très important. J'ai besoin que tu te concentres. Hum... est-ce que tu te souviens de m'avoir déjà rencontrée auparavant ?"

La jeune fille cligna des yeux, déchira un bout de salade entre ses dents et mâchonna pensivement. Enfin, elle répondit :

"Oui... on s'est vues."

Je me cramponnai à ma tasse, la dévorant presque du regard. Avide, j'attendis. Elle fronça les sourcils et ajouta :

"Mais... tu ne te rappelles pas qu'on a passé beaucoup de temps ensemble ? Avec Lily aussi, et Elliot. J'apprécie qu'on se voit beaucoup plus depuis que tu es revenue de là où tu es partie. J'aime quand tu me lis des histoires."

Je plaquai une main contre mon visage et malmenai ma frange. Elle n'avait absolument rien compris.

"Tu n'as aucun souvenir qu'on se soient vues dans une forêt, et que je t'ai disons... imposée certaines idées ?"
fis-je, en désespoir de cause.

Astrid secoua la tête sans cesser de mâcher sa salade, ses grands yeux interrogateurs me fixant.

"Non. On ne s'est jamais croisées dans les bois. Je vois surtout Jeremiel, là-bas. Parce qu'il habite dans la cabane."

Elle avait parlé d'un air très important, comme si c'était une information très précieuse. Je fis un geste désinvolte du revers de la main afin de ne pas la blesser. C'était une autre sorte d'information que je convoitais. Comme je m'y attendais, Astrid ne m'était d'aucune aide. Peut-être valait-il mieux ne pas trop en savoir sur son avenir. Cependant, je ne parvenais pas à ralentir mes pensées. Et si c'était à cause de moi qu'Astrid était là aujourd'hui ? Et si c'était moi qui l'avait arrachée à son époque ? A ses amis ? Sa famille ? Pourquoi aurais-je fait une telle chose ? Dans quel but ?

Je secouai la tête. Je commençais à avoir mal au crâne.

Je levai les yeux sur Lily qui venait de revenir, accompagnée d'un homme qui tendit une serviette à Astrid. Lily avait les yeux rouges et l'air bouleversé. Une boule se forma dans ma gorge. Je détestais la voir ainsi. Elliot m'avait fait jurer de la rendre heureuse. J'étais en train d'échouer, mais je ne pouvais lui donner ce qu'elle réclamait. Davantage de baisers, ça serait le condamner lui. Et tirer à bout portant sur mon avenir.

"Ellie ?"

Je sursautai en entendant le jeune homme mentionner mon prénom. Je levai la tête vers lui et fronçai les sourcils. Il m'observait avec une expression proche de celle d'un poisson rouge qui convoîte une paillette de nourriture énergétique. Méfiante, je me reculai légèrement sur ma chaise tandis qu'il prenait place sur un siège. Je restai pétrifiée de stupeur lorsqu'il me saisit la main.

Il me parlait comme s'il me connaissait. Je le considérai d'un air à la fois anxieux et embarrassé. Il allait me lâcher la main, oui ? Ca me mettait incroyablement mal à l'aise...

Lily demanda qui il était, ce qui était une excellente question à laquelle je n'avais aucune réponse. Subitement, il m'avoua qu'il m'aimait. Là, comme ça. Au beau milieu du salon de thé.

Je clignai des yeux et jetai des regards de tous côtés : vers le plafond, les murs, le sol, à la recherche d'une caméra. On me faisait une blague. Ce n'était pas possible autrement. Etait-ce une plaisanterie d'Elliot ? M'avait-il créé un petit ami sur mesure ? Si c'était ça, il ne perdait rien pour recevoir mon poing dans la figure...

Pour commencer, je secouai la main afin qu'il la lâche.

Ensuite, je plongeai sous la table pour vérifier qu'il n'y avait aucune caméra, avant de me redresser sur ma chaise. Là, je plissai les yeux dans la direction de l'homme.

"Qui êtes-vous ?" articulai-je. "Vous êtes un plaisantin ? Vous répétez pour une pièce de théâtre ?"

J'eus un tressaillement qui ressembla à un sourire crispé, puis je me tournai vers Lily pour dire d'un ton assuré :

"Je ne connais pas cet homme."

Pourtant, il avait parlé de Neil, et de Sacramento.

"Vous nous avez espionnées ?"
fis-je en pivotant brusquement vers lui, rapprochant mon visage du sien pour mieux l'observer. "Comment pouvez-vous savoir autant de choses sur moi ?"

Il n'avait pas l'air de comprendre. Je ne discernais absolument rien dans son aura. Qui était-il, bon sang ? Je le fixai d'un air fulminant et intense. Mes yeux s'écarquillèrent subitement tandis qu'une idée m'effleurait l'esprit.

Je pris Lily en aparté, un bras autour de ses épaules, attrapai la carte des thés et l'ouvris pour nous cacher derrière.

"Serait-il possible qu'il vienne du futur ?"
murmurai-je, l'esprit en ébullition. "Serait-il possible qu'en s'embrassant, on ait créé une brèche vers l'avenir et qu'il soit passé ?"

Cela voulait dire que j'allais le rencontrer dans un futur proche ou lointain, et vu la scène pleine d'effusion qu'il venait de me faire, cela voulait dire que... Mes joues se teintèrent légèrement de rose, mais je me ressaisis très vite. Non, ça n'était pas cohérent. J'aimais Lily. Cet amour était si fort qu'il ne pourrait jamais s'éteindre. Ce n'était pas une fatalité, c'était ce qui me permettait de vivre chaque jour. J'étais venue au monde en m'abreuvant de son âme, et je le quitterai de la même façon.

Dans ce cas, qui était-il ?

Je croisai le regard de Lily et constatait qu'elle avait l'air troublé, presque furieux.

"Je ne le connais PAS !"
insistai-je, angoissée de constater qu'elle ne me croyait pas.

Elle pensait que je mentais, que j'avais inventé toute l'histoire de la brèche temporelle pour me blanchir. Avec un pincement au coeur, je réalisai qu'elle me connaissait très mal.

Je refermai la carte des thés et pivotai de nouveau vers l'homme qui m'observait toujours avec une expression de poisson-lune énamouré.

"Ca suffit !" fis-je en claquant des doigts. "Vous avez une minute pour nous donner votre identité et l'explication de comment vous connaissez autant de choses sur moi. Soyez clair et concis ou je risque fort de me montrer désobligeante."

Je plongeai un regard acéré dans le sien et croisai les bras sur la table, montrant par ce biais que je ne partirai pas avant d'avoir eu une explication.



crackle bones
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t48211-the-impossible-girl-e http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t43841-journal-d-une-fille-impossible-ellie


Lily Olyphant
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Lily Olyphant

| Avatar : Lucy Hale ♥

L'Amour est de partout - Love Actually [Fe] 153973lucy

« Copain Grand Sourire ! »

L'Amour est de partout - Love Actually [Fe] 601838liliotdead

« T'inquiètes Elliot, c'est
pour Halloween... un déguisement...
mais ça fait mal... »


| Conte : Dumbo ϟ
| Dans le monde des contes, je suis : : ☣ Dumbo ☣ l'éléphant qui sait voler. ϟ

| Cadavres : 2594



L'Amour est de partout - Love Actually [Fe] _



________________________________________ 2015-09-18, 19:15




৩ Si vous voulez votre place au soleil,
il faut vous attendre à endurer quelques brûlures. ৩


    Ellie avait son regard plongée dans celui du jeune homme. J'étais septique au début sur le fait qu'elle ne le connaissait pas, mais elle n'avait aucune raison de me mentir. Cependant, il avait évoqué Neil, ainsi que Sacramento, la ville où ils avaient vécus quelques temps. Peut-être qu'Ellie disait la vérité, mais ce garçon avait très bien préparé son coup. Je m'étais préparée à toute éventualité. Il pouvait être une nouvelle copie de Elliot, ou une copie de Neil. Après tout c'était peut-être héréditaire de pouvoir changer de sexe et de se multiplier. Mais Neil ne m'aurait jamais fait un coup pareil. Qui plus est, il ne semblait pas m'avoir reconnue dans les toilettes. Donc ce n'était pas quelqu'un que je connaissais.

    "Elle travaillait où ?"

    "Au Roi de la Friture."

    Il marquait un point, mais il en fallait bien plus pour réussir l'interrogatoire que je lui avais préparé. De plus, s'il comptait vraiment nous faire gober son truc, il avait intérêt à faire un sans faute !

    "Qu'est ce que Ellie aime faire plus que tout ?"

    "Lire."

    "Ah ah !" m'exclamais-je en le pointant de l'index, m'étant préparée à l'avance à son erreur. Mais étrangement, il avait répondu correctement. J'avais plissée les yeux et il avait fait de même, ce qui m'avais grandement perturbée. Pourquoi il jouait à ce jeu là ? J'avais secouée la tête avant de lui poser la question suivante. Cette fois ci j'étais sûre de mon coup. J'avais posée mes coudes sur la table, reposé ma tête sur mes mains croisées et je l'avais observé bien droit dans les yeux avec un léger sourire. Puis j'avais prononcée ma question juste avant de jeter un petit coup d'oeil à Ellie pour lui faire comprendre que ça y est, on allait l'avoir !

    "Quel est le goût des lèvres d'Ellie ?"

    Il était resté les yeux grands ouverts sans prononcer la moindre phrase. Il prétendait être son grand amour ? Alors comment cela se faisait il qu'il n'avait aucune idée du goût qu'avaient ses lèvres ? Moi je le savais et je ne me promenais pas dans la rue en arrêtant toutes les personnes pour leur dire que j'étais son grand amour. Alors qu'est ce qui le poussait à faire ça ?

    "Vue que vous ne connaissez pas la réponse, ça signifie qu..."

    "...ses lèvres ont le goût du soleil."

    Kesako ? Il me faisait quoi là ? C'était quoi cette réponse ? En plus il avait observée Ellie en disant cela. Eh oh, c'est moi qui te parle ! J'aurai bien claquée des doigts devant son visage pour le ramener à la raison, mais il était totalement obnubilé par Ellie. Comme si sa bête réponse allait éveiller quoi que ce soit en elle.

    "Elles ont le goût du soleil, des senteurs des fleurs au réveil. Quand je t'embrasse je sens la mer, les vacances, un éternel été. J'ai la sensation d'être hors du temps, de vivre constamment un renouveau et de ne former qu'un avec l'univers tout entier. Il n'y a pas de mots assez fort pour décrire ce que je ressent quand je t'embrasse. C'est une explosion de sensations dans mon esprit. Tes lèvres ont un goût..."

    "...éternel." avais-je ajoutée en coupant le jeune homme. J'étais totalement subjuguée par ce qu'il disait. Il avait dit à voix haute exactement tout ce que je ressentais quand je l'embrassais. J'avais pris la serviette qu'il avait tendue un peu plus tôt à Astrid pour me la passer sur les yeux, avant d'observer le garçon et de secouer la tête comme si je vivais un rêve impossible. Je savais qui il était. J'en étais persuadée, mais je ne comprenais pas comment cela avait pu arriver.

    "Tu es moi ?"

    C'était évident, ça ne pouvait être que ça. D'accord, il ne me ressemblait pas beaucoup et je ne le trouvais pas spécialement séduisant. Notre relation débutait mal vue qu'il draguait mon Ellie, mais ça ne pouvait être que ça. Si il ressentait la même chose que moi, c'était qu'il était moi.

    "Euh... J'ai loupé un épisode ?"

    "Non non, c'est juste merveilleux ! Tu es moi ! Je suis toi et maintenant tu peux t'en aller vue que j'ai compris le message !"

    Je m'étais tournée vers Ellie et je lui avais pris les mains en lui faisant mon plus beau des sourires humides.

    "Je t'aime. Je veux être avec toi et ne plus te quitter. Tu te rends compte que j'ai dû me dédoubler pour comprendre cela ? C'est dingue ! Mais j'en suis sûr, c'est ça. Notre baiser a créer une version alternative de moi et maintenant que je sais ce qu'il en est, il va disparaître."

    Je tenais toujours ses mains tout en secouant la tête. J'étais sûre de moi. Seul petit hic, il ne disparaissait pas. Il semblait même ne pas comprendre ce que je lui disais, mais c'était pas un soucis, car j'avais saisi le message et désormais j'étais à fond avec Ellie.

    "Je suis ravie de la proposition, mais..."

    "...quelle proposition ? C'est bon, j'ai tout, tu peux y aller."

    "C'est que... Enfin je... ça va être dur, je le sens, mais je ne suis pas toi. J'ai toujours été que moi. Je n'ai pas de soeur, pas de frère, pas de jumelle, même si je serai vraiment très ravis d'être ton frère ou ton double ou je ne sais quoi d'autre. Si y'a un moyen un jour de l'être, je te promet que je ferai tout pour, mais là dans l'immédiat, je préfèrerai juste être moi."

    Il me provoquait ou quoi ? Ce mec c'était moi, un point c'est tout. Car si c'était pas ça, je ne voyais pas ce qu'il pouvait être et à dire vrai j'en avais rien à faire de ce qu'il pourrait être d'autre, vue que c'était ça !

    "Ok... Hum... On pourrait sortir Ellie et aller parler dehors en tête à tête ?"

    "Non. Elle ne veut pas, elle préfère rester là."
    avais-je dit en gardant sa main dans la mienne. Elle était très bien là avec moi et pas mon autre moi qui n'était pas moi et qui ne se rendait même pas compte dans quelle galère il allait se mettre s'il continuait à se la jouer voleur de copine... L'Amour est de partout - Love Actually [Fe] 2724229657

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80956-indumbowetrust#1022120


Ellie Sandman
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Ellie Sandman

| Avatar : Felicity Jones & Raffey Cassidy

L'Amour est de partout - Love Actually [Fe] 8JXwW

« La seule amitié qui vaille
est celle qui naît sans raison. »


| Conte : Intrigue Divine
L'Amour est de partout - Love Actually [Fe] 346425benreveuse

| Cadavres : 664



L'Amour est de partout - Love Actually [Fe] _



________________________________________ 2015-09-19, 22:22

Life is a joke. It's definitely true.

Interstellar - Endurance Suite
Il n'avait répondu à aucune de mes revendications. En revanche, il se pliait à l'interrogatoire de Lily. C'était plus qu'étrange... Avait-elle une autorité insoupçonnée sur les inconnus dérangés ? Déconcertée, je l'écoutais répondre à chaque question. Il ne se trompait pas. Il me connaissait par coeur. Visiblement, cela dérangeait Lily car son agacement était presque palpable. Elle posa une question qui me fit lever les yeux au ciel et fit rosir légèrement mes joues.

"Lily..." marmonnai-je, gênée.

Je n'avais pas envie qu'elle étale notre intimité devant tout le monde de cette façon. Astrid nous observait avec de grands yeux attentifs. Elle avait fini toute sa salade et avait pris la paille de son verre entre ses lèvres, sans s'apercevoir qu'elle avait déjà bu toute l'eau.

Le goût du soleil ? Je fronçai les sourcils et m'intéressai de nouveau au jeune homme à qui il manquait effectivement plus d'une branche à son arbre. Il se lança ensuite dans une envolée lyrique qui, bien qu'elle fut élégamment prononcée, n'avait aucunement sa place dans une conversation. Je n'aimais pas ses manières, encore moins sa façon de m'adresser la parole comme si nous nous connaissions par coeur.

Je me reculai, le visage fermé. Je serrai mes bras contre mon ventre, les yeux rivés sur mon pull. Cependant, la théorie de Lily me les fit relever très vite. Un sourire amusé décrispa mes traits. Elle pensait qu'elle s'était dédoublée comme Elliot et moi à l'époque ? C'était... mignon. Bien entendu, c'était également impossible. Elle n'était pas divine, encore moins magique. Elle était extraordinairement normale. Comme je l'enviais...

Elle me prit les mains et plongea son regard ému dans le mien, me révélant qu'elle m'aimait et qu'elle m'avait choisie. Je la fixai, le souffle court. Elle me prenait au dépourvu, même si j'avais l'impression que cette discussion ne se clôturerait jamais...

Heureusement, l'inconnu précisa qu'il n'était pas elle. De ce fait, le moment magique fut interrompu, ce qui me permettait de m'abstenir de répondre à la déclaration enflammée de la jeune femme. J'inspirai profondément pour tenter de calmer mes palpitations cardiaques, posant brièvement une main contre ma poitrine.

Si j'avais su où ce voyage me conduirait, j'aurais continué de lire tranquillement sur le rebord de la fenêtre.

A présent, impossible de revenir en arrière. Il fallait aller de l'avant, toujours.

L'inconnu me proposa d'aller dehors pour s'entretenir en privé. La présence de Lily et le regard scrutateur d'Astrid avaient l'air de l'importuner. Je fus d'abord tentée de rester sur mes positions, mais je décidai d’acquiescer. Je sentis la main de Lily se crisper dans la mienne mais je me penchai alors vers elle pour lui chuchoter à l'oreille :

"Je suis contente que tu ne te sois pas dédoublée, car je ne le supporte vraiment pas. Ca me prouve qu'il n'est pas toi, et c'est tant mieux."

J'hésitai un instant avant d'ajouter, dans un murmure à son oreille :

"Tu es unique à mes yeux et tu le resteras toujours."

Je déposai un baiser furtif au coin de sa joue et me redressant, je regardai l'inconnu qui nous observait d'une étrange façon. Je lâchai la main de Lily et le suivis jusqu'au dehors. La porte claqua sur nous et le vent parisien me happa. Je frissonnai dans mon pull et enfonçai aussitôt ma tête dans le col roulé.

"Qui êtes-vous ? Ca fait déjà deux fois que je vous le demande. A la troisième, vous perdez l'usage d'un de vos membres."

Je n'étais pas crédible lorsque je menaçais quelqu'un. Peut-être aurait-il fallu que je m'entraine devant un miroir ? Je le fixai de mon air le plus mauvais possible, même si je devais avoir l'air ridicule. Puis j'étendis les bras brièvement pour lui montrer que nous étions seuls comme il l'avait demandé.

"Il n'y a personne pour nous importuner, alors je vous écoute. Qu'avez-vous de si important à me dire ? Et je vous préviens : si vous mentionnez encore une fois ma bouche, le soleil, la mer, les vacances ou l'été, je vous assomme."

J'avais levé l'index en signe de menace. Je ne voulais plus entendre de propos digne d'un poète romantique du XIX ème siècle. Ce que je réclamais, c'était un nom, un prénom, une définition précise de l'homme que j'avais devant moi. Je cherchais toujours son visage dans les méandres de ma mémoire, en vain. On me jouait une farce de très mauvais goût, c'était mon unique certitude.



crackle bones
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t48211-the-impossible-girl-e http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t43841-journal-d-une-fille-impossible-ellie


Contenu sponsorisé




L'Amour est de partout - Love Actually [Fe] _



________________________________________

 Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant

L'Amour est de partout - Love Actually [Fe]





Disney Asylum Rpg :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations



Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser