Halloween Party
de Sasha Hale

Le Péché Divin
de Hadès

Merry Christmas
- bientôt -


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Le Péché Divin ☆ Evénement Divin #29
Une mission de Neil Sandman - Ouverture : 18 octobre 2017
« Après avoir péché, il faut expier... quel que soit le prix à payer ! »

Partagez | .
 

 [Fe] Les Trésors de Neverland - Evènement #46

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage

Davy Jones


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Andrew Lincoln // Dan Stevens (Le temps d'un RP, ou deux)

Ѽ Conte(s) : Neverland.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le Capitaine du Hollandais Volant.



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 139
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Sam 26 Sep 2015 - 11:45




Seul le roi décide du jugement dernier



Elle avait crié. Forcément, personne n’avait jamais rien à redire mais elle si. Que c’était d’un désagréable à l’oreille, très sincèrement. Jones fronça les sourcils en voyant Wendy Darling s’avancer, comme s’il n’avait que ça à faire de l’écouter. Décidément, depuis qu’elle était devenue reine des pirates elle avait gagnée en éloquence ; mais alors, son niveau en capacité de survie avait dû plonger dans les abîmes profonds de la fosse des Mariannes… Le capitaine poussa un lourd soupir, faisant mine d’être surpris ou même impressionné par son discours : il faut dire qu’il en avait vu, en près de quatre cent ans de piraterie, des hommes et des femmes défendre leurs vies comme leur vertu. Si ça pouvait se montrer drôle au départ, ça en devenait vite ennuyeux. Et le Hollandais Volant n’était absolument pas connu pour sa miséricorde.

« Alors laissez-les, ils sont sous ma protection. » Venait-elle de parler de… Il se retourna sur lui-même pour observer de qui Wendy Darling pouvait bien parler en désignant son équipage. Ses yeux explorèrent le pont. Il n’y avait personne. Juste cette putréfaction ambulante qu’était Skunk et… Skunk. Ce putois. Cet immondice de Neverlandien. Sous sa protection ?!

« Voilà qui est intéressant… »

Murmura-t-il alors que son sourire s’écartait dans quelque chose de profondément satisfait. Elle venait de lui fournier deux indices en un, si ce n’était pas un coup de maître ça ! Il leva la main pour chasser la supplication de Wendy, comme si c’était une chose sans importance et qu’il avait bien d’autres chats à fouetter. Ou plutôt, des chiens. Quand le bonhomme lui sauta à la gorge il fut nettement surpris par la force avec laquelle il tentait de le tuer ; ce n’était pas tous les jours qu’on rencontrait quelqu’un avec un tel… savoir vivre. Quelque chose d’étrange émanait de lui, il en aurait mis sa main à couper – et ne l’aurait pas perdu, pas comme Killian ! – mais il ne se laissa pas d’avantage le temps de la réflexion.

D’un geste vif, Jones planta un poignard dans la carotide du malotru, et trancha dans le vif pour faire jaillir une gerbe de sang rouge aux yeux de tous. Il détourna un peu la tête mais sa barbe et une partie de ses vêtements se colorèrent d’une teinte carmin caractéristique. Il écarta ses bottes sous la chute du personnage, peu envieux de devoir à nouveau les nettoyer du liquide putride venu d’un étrange ; avant de simplement repousser le corps de Terrence.

« Ces pieds-tendres sont d’une impolitesse… »

Il essuya une partie de son visage et de sa barbe, haussant un sourcil puis les épaules en voyant qu’il y en avait sans doute plus que ce qu’il pensait… Les choses auraient pu s’arrêter là, mais quelqu’un en décida autrement. Décidément, on ne pouvait pas faire tranquillement son travail sur ce bâtiment sans être interrompus à tout bout de champ !

Le capitaine aurait pu ne pas prêter attention aux paroles des âmes nébuleuses. Elles étaient toujours en train de chouiner ou de baragouiner des choses incompréhensibles… Et cette fois-ci ne faisait visiblement pas exception. Même si à l’énonciation du mot trésor, un éclat sombre passa dans son regard gris. Allons bon, qu’est-ce que c’était que ça ? Décidément, si même des pirates de bas étages étaient au courant, c’est que quelqu’un avait parlé. Trop parlé. Ne pouvait-on plus faire confiance à personne dans ce bas-monde ? Un brin d’honnête piraterie ne faisait jamais de mal à personne, mais si pour cela il fallait que les secrets soient dévoilés trop vite…

Jones se tourna vers Bill le Bottier pour lui faire une remontrance à ce sujet, lorsqu’il le découvrit sous la prise du jeune homme à la pièce de huit ! Il ne perdit pas son sourire sous l’audace, les observant sans bouger d’où il était. « Nous sommes les seuls à savoir où est ce maudit singe et votre carte. Nous et cet abruti ! » Oh, l’agréable quolibet que voilà ! Cela allait tellement bien à son contremaître. Par contre, il avait commis deux erreurs. La première, de croire que le capitaine ne savait pas où était sa carte. La seconde… « Obéissez à votre Reine. » Il était fier, le petit animal, à tenir aussi fermement un être déjà mort. S’il n’avait pas eu de pièce, sans doute que Jones la lui aurait donné pour son audace. Ou presque, il ne fallait pas exagérer. Il ne voulait la place de roi, il n’allait pas en plus s’embêter à devoir trouver des sujets « loyaux ».

Il poussa un léger ricanement à l’idée.

« Je n’ai de souveraine que ma propre conscience… Et n’allez pas croire que je ne sais pas où se trouve Jack. »

C’était une perte de temps évidente que de leur répondre, mais Jones avait le défaut de toujours apprécier les négociations.

« Malheureusement pour vous, vous n’avez rien d’intéressant à m’offrir contre vos vies. »

Et ce n’était pas peu dire ! Bill le Bottier n’avait même pas sourcillé à l’idée de pouvoir mourir réellement sous les actions du brun, mais il semblait clairement dérangé par autre chose… « Capitaine ! La carte ! Jack a la carte... à Neverland... la carte ! Le trésor est... Les pirates, ils vont vouloir la carte...! Le trésor est là-bas, vous en avez besoin ! Nous... Vous... Jack a volé la carte de Billy Bones. Le trésor est à votre portée ! » Non mais, il allait se taire le cornichon ou bien est-ce qu’il allait avoir besoin d’aide pour cela ?

« Vous devriez serrer un peu plus fort. »

Le capitaine pointa son index sur la gorge du Bottier, l'air entendu. Quand on pratique la torture par strangulation, autant le faire correctement. Il n’était qu’un débutant visiblement, mais avec les bons moyens et une méthode plus primaire, nul doute qu’il arriverait à tuer un adversaire de cette manière…

« Vous considérez donc la découverte du trésor au-dessus de leurs vies ? Ne soyez pas ridicule, monsieur Turner... Ce n'est qu'une bagatelle. Que sont 5 vies face à toutes celles qui viennent de périr ? »

Il commençait à l’agacer. Il allait probablement devoir encore lui apprendre la politesse ou simplement le concept de mutinerie... La créature sculpturale s’avança pour prendre la parole. Bon, le poignard en travers de la gorge n’avait rien de très saillant – quoiqu’original – mais elle n’en restait pas moins une femme aux formes agréables. Si le capitaine ne dut retenir qu’une chose de son discours, ce fut la dernière phrase : « Ah au fait, si vous avez des renseignements au sujet du Léviathan, se s'rait sympa d'partager. C'est pour mon arbre généalogique. »

Le Léviathan. Voilà bien longtemps que personne n’avait parlé de ce monstre sous-marin… Son air se fit intéressé et brillant, comme si une étincelle malicieuse venait de s’y loger pour faire germer des idées sordides. Il resta un instant silencieux, avant de finalement secouer la tête de droite à gauche dans un soupir évocateur.

« Je vais peut-être regretter cette sculpturale demoiselle.... » Et pas qu’un peu ! « N'y voyez rien de personnel, ma chère. »

Il avait dirigé sa main en avant comme pour appuyer sincèrement ses propos d’excuses. Jones aimait courtiser les femmes. Mais il appréciait sans doute encore plus de les tuer pour le plaisir. A moins que son fils, le sang de son sang et la chair de sa chair, n’ai une brillante idée à proposer, pour une fois ? Il se tourna vers lui. Non. Non il n’aurait pas d’idées lumineuses, sûrement pas. Ca ne lui allait pas au teint.

Et puis il sortit le compas.

Là, il revenait dans la course. Si ce n’était pas beau ça ? C’était son fils. Son fils ! Un bien digne pirate à ses heures… Voleur. Mesquin. Menteur et manipulateur. S’il avait pu, Jones en aurait versé une larme de fierté. Mais il avait d’autres chats à fouetter et des hommes à exécuter. Rien de très folichon, mais ça vous occupe un navire pendant plusieurs minutes tout de même.

« Je n’ai pas l’éternité je me mari dans deux mois et je n’aimerai pas attirer la fureur de ma fiancée en arrivant en retard… » Oh. Alors là… Là, ça changeait tout. Non en fait ça ne changeait rien, mais l’information valait son pesant d’or. Mariage. Fiancée. Voyez-vous ça… Et il n’avait même pas été mis au courant ? Le courrier avec le faire-part n’avait jamais du correctement arriver, Jones était un pirate occupé. En tout cas, cette donnée se mêla insidieusement à des équations bien plus poussées et élaborées au fond de son esprit. Le genre d’éléments que vous planquez soigneusement pour les ressortir au moment opportun.

Au pire des moments.

« Très bien. J'accepte ton aide en échange de votre... survie. »

S’il pouvait le garder sous son contrôle, il n’y voyait que des bénéfices. Chercher la carte semblait terriblement secondaire alors que Killian serrait sa main… Il venait d’accepter de rester à bord. Pire, de lui servir. Et sans même avoir à sacrifier sa dette, si ce n’était pas d’une stupidité débordante, ça ! Et si pour cela il n’avait qu’à fournir la certitude qu’ils resteraient en vie, lui et la rousse, l’échange était plus qu’équitable pour le capitaine. Son fils devrait le remercier de ne pas lui avoir fait remarquer l’absurdité de ses propos.

Une fiancée. Et bien, cette chère fiancée n’était pas prête de revoir le pirate de sitôt…

« Mettez-les aux fers. »

Il n’escomptait pas pouvoir se promener librement sur le Hollandais ? Une fois les hommes en mouvement, il poussa un soupir en avisant que la situation de la reine n’avait pas bougée d’un pouce. Ils attendaient encore une réponse ? Sérieusement ? Le capitaine en rit clairement. Encore plus lorsqu’il vit le jeune homme précédemment tué… Revenir d’on ne savait où. Voilà bien une agréable surprise, un être immortel ! Si ce n’était pas de la chance, ça ? Restait à voir s’il survivrait au reste de son traitement.

« Et bien... Apportez-leur votre protection dans la mort. Puisque telle est votre décision. » S’adressant à la reine, Jones leva la main. Un grondement sourd résonna tout autour d’eux. « Puisqu'il faut tout faire soi-même... Le Kraken va vous expédier immédiatement par le fond. »

Il leur tourna le dos en voyant que les tentacules s’emparaient de chacun des individus présents. Il lui sembla bien entendre un cri désagréable et nasillard au milieu, aussi se frotta-t-il l’oreille comme pour en chasser le cafard qui venait l’y titiller. Non. Rien. Personne. Un haussement d’épaules plus tard et il s’éloignait en donnant les ordres à ses hommes.

« Lâchez le genmacker, rentrez les voiles secondaires et armez le canon de tête. Nous allons à Neverland, mes amis ! »

Bill ne tarda pas à le rejoindre, enfin défait de ses liens lorsque le garnement s’était envolé avec le reste des occupants. Il se massait la gorge en tremblant, ne rechignant pas lorsque son capitaine lui aplati la tête contre la rambarde pour lui faire payer son insolence. On ne reprend pas les ordres, encore moins lorsqu’on est quartier-maître !

« … Capitaine, le kraken, il… » Fit remarquer le bottier en se redressant, tentant d’arrêter le flux de sang verdâtre qui s’échappait de son nez. La bestiole s’agitait dangereusement, sans doute avide de son dernier repas. « Il… Votre fils, il est… Capitaine ! » Mais Jones n’en avait rien à faire et lui lança un regard assassin. S’il n’avait pas été assez futé pour éviter les tentacules avant de descendre dans les geôles, alors c’est qu’il ne méritait pas l’intérêt qu’on lui portait. De toute façon, son esprit semblait désormais orienté vers un nouvel objectif alléchant : le trésor. Après tout, ils étaient ici pour cela, non ?

« Cessez de vous faire du mouron pour n’importe qui, monsieur Turner ! » Lança-t-il alors qu’il prenait possession du gouvernail. « La vie est cruelle… Pourquoi est-ce que la mort serait plus douce ? »

Le Hollandais Volant tremblait dans son entièreté, balayé par les mouvements du monstre marin et par la mise en marche de son mécanisme interne. Il sembla prendre de l’allure, alors que les canons retentissaient dans leur lugubre action, et s’engouffra dans un bruit effroyable à travers les flots. Les bras du kraken le suivirent à toute allure, passant à côté du navire sans jamais le toucher. Par le fond. Par le fond.

Pendant qu’il retrouvait les tentacules de son visage et que son équipage révélait sa véritable apparence, Jones vit le portail s’ouvrir au milieu des flots. Aveuglant. Une invitation directe pour Neverland et ses terribles secrets. Une occasion en or. Clinquante. Ruisselante.

Alors le Hollandais Volant s’y engouffra.
Laissant derrière lui les débris néfastes de son œuvre mortelle.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

♦️ I HAVE FULFILLED MY DESTINY ♦️
you know me… never complain, never explain.


Anna D'Arendelle


« Mangez 5 fruits
et légumes par jour ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Soso Turner :love:

Ѽ Conte(s) : La Reine des Neiges
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Anna

☞ Surnom : Didi ou Marine



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 916
✯ Les étoiles : 689




Actuellement dans : « Mangez 5 fruits et légumes par jour ! »


________________________________________ Sam 26 Sep 2015 - 19:25

Anna ∞ So Many People
Je la sens bien moi c'taventure...
Faisons un bref, récapitulatif, de la liste des choses à faire et à ne pas faire :

Attaquer un Kraken : A ne pas faire

Et pourtant ben je l'avais fait. Oui, c'était une idée totalement, débile -et encore le mot était faible-, mais il y avait pas vraiment eu le choix. Alors, j'avais ramassé, une épée parterre, et je la lui avait bien planté dans la tentacule. Sauf qu'évidemment, ces bêtes là, c'était coriace -un peu trop même d'ailleurs-, et j'avais finit expédié à la flotte. Et une rouquine à la mer une. Je ne savais pas pourquoi, mais je la sentais déjà très, très mal cette aventure...

Attraper un cordage qu'on vous tant : A ne pas faire, si le navire a l'air de sortir tout droit d'un séjour d'un bon siècle au fin fond de l'océan, et que son équipage a l'air composé de fruits de mer avarié -sans rancune pour le type à l'étoile de mère hein quoi que... c'était quand même sa faute à lui si on en était là-

Et pourtant encore une fois, je l'avais fait. Bravo Anna, je te donne dix sur dix pour ton absence de bon sens. Alors, on n'en était là, tous retenu par une bande de pirate, et en train de taper la causette avec Davy Jones, pour tenter de sauver nos vies. Quand je disais que les « méchants » c'était plus ce que c'était. Non mais, c'est vrai, de nos jours tout est cliché. Vas-y que je te prend en otage, et que je décide que tu vas mourir dans la seconde qui suit. Soyons réaliste. Ce type, n'avait pas l'intention, de nous laisser gentiment, partir, et on aurait beau tenter de marchander autant qu'on le voulait, on était juste un divertissement, pour lui -n'empêche, je voulais pas dire mais si c'était ça son divertissement, c'est qu'il devait s'enquiquiner royalement-

J'essayais de garder mon calme, tandis qu'il s'adressait à Rebekah et moi, pas d'impulsivité Anna, tente de rester aussi calme qu'Elsa -ouais ça c'était franchement pas gagné-, tout en me contentant, de simplement lever les yeux au ciel quand il décida de reluquer cette dernière, et particulièrement, son décolleté si vous voyez ce que je veux dire. Elle disait quoi déjà la chanson ? Ah ouais « all men are pigs ». C'est vrai que j'avais l'air franchement blasé, mais honnêtement : faites vous enfermer dans des cages par le dieu de la guerre himself, hurlez sur le même dieu de la guerre, parce qu'il a traité votre sœur aînée de menteuse, soyez sous l'influence d'une ceinture divine, affrontez deux cinglés rousses -dont l'une en voyant sa sœur prendre une blonde en otage, décide par déduction que c'est la dite frangine qu'a des ennuies, ben voyons, les cerveaux sont en solde apparemment, en ce moment, faudrait songer à s'en acheter un nouveau- bref, vivez une journée type à Storybrooke, et croyez moi, vous finissez vite blasé. Ah ouais et passez deux fois à deux doigts de mourir aussi. Après, ça autant vous dire, que ça ne vous fait plus ni chaud ni froid.

D'accord, je le reconnaît, c'était un peu égoïste comme manière de penser, surtout, quand on pensait à tout ce qu'Elsa, avait tenté de faire pour me protéger. Le problème, c'était que je ne demandais, pas à être protégé, j'avais juste besoin de ma grande sœur.

Je me mordis, la langue, pour éviter d'avoir à nouveau ce pincement, au cœur, à chaque fois que j'y pensais, ce n'était pas le moment, de se laisser allé au sentimentalisme Anna. Et en effet, le retour sur terre fut brutal, une bonne baffe ne m'aurait pas fait meilleur effet :

« Tuez-les. Tous à l’exception de sa majesté. »


Ne pas avoir peur de mourir, ne voulait pas forcément dire qu'on n'en avait envie, il y avait une petite nuance subtile entre les deux. Hors, j'avais pas spécialement, envie de le faire. Bah ouais, j'avais encore, d'autres trucs à faire à Storybrooke -genre demander des explications en bonne et dût forme à Elsa, sur cet « Horace », empêcher Aster de tuer Jack, explorer les vieilles bâtisses de la ville, en compagnie de Jack, ou bien d'Alice et un tas d'autres trucs- Donc non, j'avais pas spécialement envie d'y passer. Sauf que la reine des Pirates -Wendy Darling si j'avais bien entendu- décida d'ajouter son grain de sel :

"Vous n'avez pas le droit"
"Lui, lui et lui sont avec moi, ils font parti de MON équipage et il est hors de question que je vous laisse leur faire quoi que ce soit."

Elle venait de désigner le type barbu, celui qu'avait l'air mal en point -d'ailleurs si j'avais pu ne serait-ce qu'esquisser le moindre mouvement, je serais bien allé l'aider, j'avais des bandages dans mon sac- et le...putois. Le putois ? Décidément, je crois que j'avais tiré le gros lot : Hook, Davy Jones, Wendy Darling et un garçon perdu dans la même journée. Nul doute, que si je n'étais pas à deux doigts de mourir, j'aurais été méga contente. D'ailleurs, Wendy se tourna vers moi, l'air de me demander dans quel camp j'étais.

Comment dire ? Moi, leurs gueguerre entre eux, ça me passait large au dessus de la tête, je savais pas quels grief, Rebekah, Hook et elle avaient les uns contre les autres, mais j'en avais un peu rien à faire. On était tous plus ou moins dans la même galère, niveau Storybrookien, on avait rien demandé à personne, et dans l'idéal, ben oui j'aimerais que tout le monde s'en sorte en un seule morceau si possible. J'essayais donc, de lui faire comprendre tout ça d'un signe de tête...Sauf qu'apparemment, le message avait dût passer de la même manière des deux côtés, puisqu'elle décida, également, de m'inclure dans le lot, de ceux qu'elle souhaitait sauver...Mais sans les deux autres.

Je veux dire, c'était gentil de sa part, de vouloir me sauver la vie, j'allais pas cracher sur son offre, on se connaissait pas, elle aurait tout aussi bien pu, décider, que ben non, je pouvais crever, et que ça lui posait pas de problème...Sauf qu'elle l'avait pas fait, donc quelque part, j'étais quand même contente. Mais, j'aurais aimé, que ça s'applique à tout le monde. Sauf que ça, c'était dans le monde des Bisounours, et on était pas dans le monde des Bisounours, clairement pas.

J'étais resté relativement, en retrait, durant la suite des négoces. Je voyais pas trop, ce que je pouvais tenter de marchander -sauf si Jones aimait le chocolat, mais vu sa tronche, ça m'étonnerait, devrait manger plus de carotte tiens, paraît que ça rend aimable ces trucs là- mais on pouvait dire que chacun avait sa propre manière de faire :

Le type mal en point, avait tenté de menacer le type à l'étoile de mer -alias Turner, j'avais suffisamment, vu Pirates des Caraïbes, pour que la petite ampoule de mon esprit, ne s'allume enfin, et ne m'informe que c'était là où je l'avais vu, voilà pourquoi il me disait quelque chose- Rebekah, avait tout simplement, refusé de négocier, Jones junior jouait les sales gosses, et le type à la barbe, avait voulut jouer au héros, et venait de clamser. Bon bah...RIP ? Il avait l'air sympa, dommage.

Évidemment, comme je m'en doutais, Jones senior, n'avait pas du tout l'intention, de nous laisser la vie sauve, apparemment, il avait eu ce qu'il voulait on s'était tous donné en spectacle comme il le souhaitait et donc pour nous tous eh bah il avait tout simplement décidé de nous livrer en pâture à son animal de compagnie : le Kraken C'était la grande mode en ce moment d'avoir un Kraken comme animal domestique ? J'en toucherais sûrement, deux mots à Melody, enfin...Si je me décidais à l’appeler. Quoi que...Fallait qu'Aaron ai toujours le même numéro de téléphone, après l'épisode ceinture, tous nos smartphone respectif, s'étaient retrouvé en bouillit, merci Aphrodite. Sauf qu'encore pas le temps de réagir, je me retrouvais, entre les tentacules, de l'animal, qui allait très certainement, nous balancer à la flotte, du coup, ni une ni deux, je me mit déjà à retenir, ma respiration.

Que les choses soient clairs, je n'étais absolument, pas championne d’apnée, bien au contraire. J'avais la capacité, d'un humain normal, aussi commençais-je à me dire, que l'idée n'était pas aussi bonne que ça, en voyant que je commençais à manquer d'air, alors, qu'on n'avait même pas plongé :

- Fais pas ça ! Calme-toi ! Inspire et expire. TOUT DE SUITE !


Ok, ok zen il y a pas le feu ! Pas la peine de hurler, ça prend du temps, ce genre de truc, sans compter qu'il faut voir, si l'autre bestiole, avait pas subitement décidé, de nous larguer à la flotte. J'étais pas une pro du comportement, des Kraken domestique moi, ni même des animaux marins en générale, je m’appelais pas Ariel aux dernières nouvelles, mon conte à moi, c'était la reine des neiges, PAS la petite sirène.

Je finit finalement, par faire ce que le gamin, me disait -fallait que je pense à le remercier plus tard si je m'en sortais- inspirant, et expirant au même rythme que lui, jusqu'à ce qu'il ne me hurle de retenir ma respiration. Encore une fois, j'étais pas championne d'apnée, et je ne savais, pas comment, réussir à me dégager, du kraken. Je n'aurais jamais le temps, d’attraper, mon sac dans mon dos, d'en sortir Gram, et de lui donner un bon coup d'épée dans la tentacule -aux dernières nouvelles je m’appelais pas James Bond- je serais sans doute morte bien avant.

Je commençais à sérieusement, manquer d'air, quand tout à coup, la surface Je savais, pas ce qu'avais foutu le Kraken, à mon avis, c'était pas tout à fait ce qui était prévus. J'inspirais à choper un point de côté, laissant, progressivement, l'air emplir mes poumons. On, n'était à proximité d'une plage, la bestiole nous avait manifestement, pas lâché là où il fallait. Mais, franchement, j'allais pas m'en plaindre.

Passé les premiers instants, je pu largement, distingué, des bruits, de batailles, relevant, ma tête, mon regard tomba sur des pirates en train de se battre, il se passait quoi là exactement ? Non, parce que cette aventure, je la sentais juste pas...

code by Silver Lungs


Anna: 85%

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Still Falling For You
And just like that : All I breathe, All I feel, You are all for me. I'm in. And just like that : All I breathe, All I feel, You are all for me. No one can lift me, catch me the way that you do I'm still falling for you


Rebekah Stormborn


« Vous auriez pas
une dinde au four ? »


avatar


╰☆╮ Avatar : Cintia Dicker.

Ѽ Conte(s) : folklore germanique & légendes phéniciennes.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : une nixe, la fille du Léviathan.

☞ Surnom : Bekah.

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1275
✯ Les étoiles : 591




Actuellement dans : « Vous auriez pas une dinde au four ? »


________________________________________ Dim 27 Sep 2015 - 14:42

Les Trésors de Neverland
Neverland IV

Mais il faisait une fixette sur moi, le Davy ! Je n'étais pas une experte en drague et autres niaiseries dans le genre, cependant j'étais presque sûre qu'il flirtait. Bon, comme il avait l'air de le faire avec toutes les autres donzelles, je me sentais un peu moins mal à l'aise. Je ne savais jamais comment réagir face à ce genre de situations. Ça ne me flattait pas, ça me gênait. Et quand je suis gênée, je deviens agressive. C'est mon système d'autodéfense.
Heureusement, Killian vint à ma rescousse en prenant la parole. A son regard, je devinai qu'il avait une idée derrière la tête. J'espérais simplement que Captain Plans Foireux n'allait pas nous enfoncer encore plus... Tu es donc à la recherche de ce fabuleux trésor. Mais sans la carte de ce regretté Billy Bones ça sera difficile tu penses pas ? Et comme l'a dit Chovka, sans nous tu ne retrouveras jamais Jack et la carte. Cependant, il se trouve que j'ai un petit avantage contrairement à eux. Il exhiba alors un compas. Ou plutôt, le compas. Vous savez, celui qui indique la direction de ce que l'on désire le plus au monde ? Oui, celui de Jack Sparrow, himself. (Bien sûr que Sparrow existe, quelle question ! Mais c'est pas le sujet.) La classe. Mes yeux s'écarquillèrent. Où est-ce qu'il avait bien pu le dégotter ? Tu as besoin de véritables pirates pour cette chasse au trésor, père, continua mon acolyte. Je t'accorde mon aide et donc l'aide de ce précieux compas en échange de ma vie et de celle de ma belle-sœur ici présente. Il en profita pour me présenter, comme si j'étais l'affaire du siècle. Elle a la piraterie dans le sang tu peux me croire elle te sera très utile. Je hochai la tête en fermant les paupières pour appuyer ses propos. De plus, j'avais bien noté la lueur d'intérêt qui avait illuminé le regard de Jones Senior à la mention du Léviathan. Avoir un papa célèbre, ça peut aider. Ou pas, hein Kiki ? En tout cas, mon futur beau-frère venait de jouer un coup de maître. Qu'est-ce que je pouvais l'aimer, des fois ! Je l'aurais volontiers pris dans mes bras si les circonstances s'y étaient prêtées.
Quant aux membres de l'équipage de fortune de Wendy, Killian précisa qu'ils ne pourraient compter que sur le précieuse reine. Et toc, dans les dents.
Davy Jones finit par accepter le marché de son fils. Néanmoins, la poignée de mains qu'ils s'échangèrent puait le sale coup. Et ça ne manqua pas : le capitaine de Hollandais Volant nous jeta aux fers. Je levai les yeux au ciel, dans une moue exaspérée : J'le savais ! Voilà pourquoi je marchande jamais. Ils finissent toujours par te la faire à l'envers. Deux pirates me saisirent de nouveau les bras, les coinçant dans mon dos. J'allais continuer de rouspéter quand j'entendis que le groupe de Miss Darling allait être envoyé par le fond par le Kraken (d'ailleurs, le type qui était sensé être mort venait de revenir parmi nous, l'air de rien. A sa place, je serais restée morte un peu plus longtemps). Hey ! Pourquoi ils ont l'droit d'aller jouer avec Kraky et pas moi ? C'est trop injuste. Je tapai du pied pour mieux marquer mon agacement. Bekah pas contente. Voilà comment notre aventure allait se terminer : Davy allait récupérer de force le compas, et nous laisser croupir dans ses geôles pour le restant de nos jours... J'aurais alors à me coltiner ses remarques douteuses pendant des lustres. Et Killian allait rater le mariage, donc Diana allait être dans une rage folle. Brrr... Non. Non non non et non. Alors que les tentacules de mon giga-pote des abysses attrapaient les pauvres condamnés, je passai à l'action. En deux temps trois mouvements, je me dégageai de mes gardes, et récupérai Kiki. Pas question de moisir dans cette épave ! Viens Killian, on s'casse ! Profitant de l'agitation qui régnait sur le pont, ainsi que de l'inattention de Davy Jones, j'entraînai Kiki à la suite du Kraken. Vous êtes certainement en train de vous dire que ça y est, elle avait complètement pété les plombs, la pauvre nixe. Eh bien vous vous trompez : mon mate ne risquait rien, dans l'eau je pouvais mieux le protéger que sur la terre ferme (ou sur le pont du Hollandais). Par ailleurs, Davy ne soupçonnera jamais notre petite escapade, et pensera que nous avions été chopés par son Kraky. L'échappée du siècle. Sur le rebord du pont, je sifflai. Une tentacule apparut à ma hauteur. Je m'en saisis et indiquai à mon futur beau-frère de faire de même. La descente sera plus agréable, fis-je dans un clin d’œil. Jetant un regard derrière moi, j'envoyai un baiser de la main à un Bill le Bottier ahuri. J'aimais bien mettre en scène mes départs. J'avais le goût du spectacle, que voulez-vous.
Kraky Ferries nous déposa dans l'eau. Je tapotai la tentacule en guise de remerciement. J'te revaudrai ça, poto.
Tout à coup, La mer se mit à bouillonner et à tourbillonner. L'écume moussait d'une étrange manière. J'agrippai le bras de Killian. Je n'allais quand même pas le paumer maintenant !
Une énorme vague nous submergea.

Comme par miracle, lorsque nous sortîmes la tête de l'eau, le décor avait totalement changé. Nous étions près d'une île, dont la plage n'était plus très loin. Je sentis mon cœur redoubler de vigueur. Neverland. J'en étais persuadée. Je le sentais. Enfin. Depuis le temps que je voulais découvrir ce Pays Imaginaire... J'y étais enfin. Un immense sourire illumina mon visage.
Plus de Kraken. Plus de houle. Et visiblement, Anna, Chovka, Wendy , le gosse et l'autre type ressuscité s'en étaient également sortis. Tournant la tête, je discernai les voiles noires du Hollandais à l'horizon. Du regard, Killian et moi nous mîmes d'accord : il fallait nager jusqu'à cette île. Un groupe d'individus s'y battait, mais ce serait toujours moins problématique que d'être repêchés par un Davy de mauvais poil.
Arrivée sur le sable, j'essayai de comprendre l'origine de la bataille. Et je ne mis pas longtemps à voir voler de main en main une fameuse carte en bois... De ce que je compris, elle indiquait deux itinéraires : la plage ou la jungle, qui s'étendait en face de nous. Personne ne semblait d'accord. Sauf sur une chose : des indices étaient éparpillés sur l'île. Bon. Nous étions là pour ce foutu trésor, alors autant se mettre au boulot !
Les pirates se tournèrent vers nous, l'air belliqueux. Ça sentait la castagne. Ils se ruèrent sur nous. Au milieu des coups de feu et d'épées, je tentai de rester près de Killian. Un flibustier richement vêtu (certainement un officier, un quartier-maître voire un capitaine) m'attaqua avec son sabre. Bien évidemment, la lame traversa mon corps comme dans du beurre (ils n'apprendront donc jamais ?) et je profitai de l'effet de surprise pour administrer une droite magistrale à mon adversaire, l'envoyant valser un peu plus loin. Seulement, je n'avais pas mesuré ma force, et son pied vint cogner contre mon nez. Intentionnel ou non, il avait réussi son coup, le bougre ! Aïe, bordel le c*n ! Il m'a pété le pif ! Prenant mon nez entre mes mains, je le replaçai correctement, dans un craquement sinistre. Reniflant un bon coup, je vérifiai que tout était en place. Mon organisme aqueux fit le reste du travail. Et hop, un nez tout neuf ! C'est Pinocchio qui va être jaloux.
Autour de moi, la bataille faisait toujours rage. Je rejoignis mon ennemi, complètement assommé, pour le fouiller. Ah les vieux réflexes... Et bien m'en prit, car en vidant ses bottes (tout le monde sait que la meilleure cachette, c'est les chaussures !), je découvris une trousseau de lourdes clefs. Ces dernières avaient une tête de mort caractéristique sculptée dessus. C'est donc ça qui m'a cassé la truffe ! Heu... minute papillon : qui dit clefs dit coffre, et qui dit coffre dit trésor. Bingo. Ça, c'est pour bibi. Sifflotant, je cachai le trousseau dans mon décolleté (ça, c'est la deuxième meilleure cachette). Avoir une poitrine volumineuse, ça peut s'avérer utile. Ah mais attendez, c'était ça que Davy comparait tout à l'heure ? Quel goujat.
Je fis signe à Killian de se tailler la route vers la plage. Je préférais rester près de la mer, et cette jungle ne me disait rien qui vaille... Faisant confiance à mon acolyte pour réussir à me rejoindre, je déguerpis en quatrième vitesse. A nous deux, nous avions toutes les cartes en mains pour trouver ce trésor. Un petit rictus cupide illumina mes prunelles d'océan.

Emi Burton


Rebekah : 90%

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t33258-rebekah-lachowski-ou- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t47291-rebekah-lachowski-daughter-of-the-sea http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t33455-les-rps-de-bekah

Wendy Darling


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Shailene Woodley

Ѽ Conte(s) : Peter Pan
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Wendy

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 688
✯ Les étoiles : 220




Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Lun 28 Sep 2015 - 0:08




Les Trésors de Neverland



Il avait tuer Terence. Un haut la cœur la prit, si violemment qu'elle du plaquer une main sur sa bouche pour ne pas vomir. Les morts violentes, elle commençait a s'y habituer. Après tout, elle ne pouvait pas laisser filer les hommes qui tentaient de la tuer. Alors forcément, au bout d'un moment, ca insensibilisait. Mais la, il ne s'agissait pas d'un parfait inconnu qui avait tenter de la tuer, non, il s'agissait d'un homme qu'elle avait appris a connaître et apprécié malgré son caractère et sa manie de jouer les séducteurs.

Sans s'en rendre compte, elle avait reculé pour s’appuyer au bastingage, pale comme un cadavre, l'estomac a l'envers. Si Jones avait voulu impressionner la galerie, il avait réussit. Tout a coup Chovka se plaça devant elle, pour la protéger. Situation totalement inédite pour Wendy, qui non seulement était heureuse de voir son ami a ses cotés, mais aussi de se dire qu'au delà de ca, il l'appréciait. Mais Le seigneur pirate ignorait un détail. De un Davy Jones pouvait télépather avec ses hommes, elle l'avait compris alors qu'elle menaçait d'attaquer le Hollandais avec l'Aube Rouge, lors de leur dernière entrevue.

Billy Bones ?
Le Billy Bones ? Celui de l’île au trésor ? Alors c'était pour ca que Jones voulait sa carte ? Il voulait la partie du trésor que Jim Hawkins avait laissé la bas ... Qu'est ce que ca pouvait être ? Elle n'imaginait pas le capitaine du Hollandais se démener pour avoir un simple trésor d'or. Non, il devait y avoir autre chose. Surtout quand on prenait en compte les paroles des méduses. Neverland .. Alors c'était elle l’île au trésor ? Intéressant. Inquiétant. Quand a la discipline, elle laissait franchement a désirer sur ce navire, vue a quel point le Bottier semblait vouloir les garder en vie contre l'avis de son capitaine.

Et Killian qui faisait son petit numéro. Elle avait raison, comme prévu il s'en sortait bien. De toute façon ce n'était pas ce genre de choses qui allaient venir a bout du terrible capitaine crochet si ? Et d’où il avait une dette envers Davy Jones ? Les choses devenaient intéressants. Et ... Le mariage. Ah oui, avec cette sorcière qui a essayer de le tuer. Ce serait terrible si effectivement il arrivait en retard ... Raison de plus pour faire en sorte que ce soit le cas ! D'une claque mentale, Wendy remit de l'ordre dans ses idées. Ce n'était pas le moment de jouer a la gamine, elle avait besoin de toute sa concentration et si Killian avait décidé de se marier avec elle, ca ne lui faisais rien. Il était libre non ? Et puis il l'avait abandonner alors ce n'était pas le moment de faire dans le sentimentalisme.

Terrence était en vie. Les yeux ronds, Wendy le vit se redresser comme si il ne venait pas de repeindre le pont du Hollandais.

«Et bien... Apportez-leur votre protection dans la mort. Puisque telle est votre décision.»


Elle eut juste le temps de croiser le regard de Jones avant de se faire attraper par le Kraken qui en un éclaire l’entraîna sous les flots. Immédiatement, Wendy chercha des yeux Chovka et Nana, puis Terrence qui avait une sainte horreur de l'eau. Et tout a coup, alors qu'elle commençait a manquer d'air, Elle sentit la pression autour de sa taille se faire moins forte et pu se dégager des tentacules.

En trois battements de jambes, elle fut a la surface et inspira une grande goulée d'air avant de regarder autour d'elle. Au loin : Neverland, elle aurai reconnue l’île entre toutes. Elle chercha Chovka des yeux, et Terrence et ... Et merde ! La jeune reine prit une grande inspiration et replongea aussitôt. Elle vit tout a coup son "garde du corps" qui bougeait dans tous les sens, alors qu'il s’enfonçait de plus en plus. Sans hésiter, la jeune femme se dirigea vers lui a grand renfort de battements de jambes et l'attrapa par le bras, avant de le tirer pour remonter a la surface. Il pesait lourd le bougre. Elle accéléra, battant plus fort, se refusant a l'abandonner a son triste sort. OK il avait ressusciter mais ce n'était pas exactement ce a quoi elle pensait pour l'instant. La surface.

Wendy inspira de grandes goulées d'air, manquant de s'étouffer, avant de regarder a nouveau autour d'elle. Un aboiement : Nana.

"CHOVKA !"


Une voix un peu inquiète ? Non. Un cri totalement paniqué en réalité. Elle ne voulait pas le perdre alors qu'elle venait de le retrouver. Elle l’aperçut soudain non loin, qui se maintenait a flot et sentit une vague de soulagement s'abattre sur elle. Avant de se faire entraîner sous l'eau par l'autre abruti qui gigotait toujours. Wendy raffermit sa prise sur lui et remonta a la surface, sifflant sa chienne, avant de faire face a Terrence.

"CALME TOI ! Je te tiens OK ?"
lui cria elle en attrapant le col de sa veste pour le maintenir la tête hors de l'eau. "J'ai pas envie de me noyer donc par Saint George : Arrête de bouger !!!"

D'un geste brusque elle passa dans son dos et mit un bras sous son menton, le faisant faire la planche alors qu'elle soutenait sa tête hors de l'eau. Elle nagea jusqu’à Chovka et se stabilisa a ses cotés.

"Tu vas tenir jusqu’à la plage ?"
demanda elle, réellement inquiète.

Il avait l'air exténué. et ses bras ... Non, ce n'était pas le moment d'y penser. Ils se mirent en route, et Wendy ordonna rapidement a sa chienne de remorquer Chovka.

"Ce n'est pas la peine de te fatiguer plus que tu ne l'es déjà."
fit elle d'une voix sans appel alors qu'ils approchaient de la plage.

Leurs épreuves n'étaient pas finit et si elle pouvait éviter a son ami de de vider de son sang au milieu de l’océan, elle le ferait. Lorsqu’en fin ils atteignirent le sable, la jeune femme se laissa tomber au sol pour reprendre son souffle, et jeta un œil rapide sur Terrence.

« T'es drôlement vivant pour un mort tu sais ? »


Il avait l'air en bonne santé, quoi que n'avait pas du tout apprécié la baignade. Wendy se tourna vers Chovka, sa main sur la sienne, et lui jeta un regard ... au bord des larmes a vrai dire. Il lui avait manqué. Ils ne se connaissaient pas réellement, mais au fond, c'était l'une des rares personnes qu'elle considérait comme son ami. Et le voir la prés d'elle alors que d'habitude elle ne se sentait entourée que d'ennemies... c'était un soulagement terriblement intense. C'est a cette seconde qu'elle prit conscience d’à quel point la solitude avait été difficile a supporter. D'un geste, elle passa la main sur ses yeux. Une reine pirate ne pleurait pas. Certainement pas. C'était un signe de faiblesse et elle avait chèrement appris a les bannir.

"J'ai juste un grain de sable dans l’œil"
lâcha elle d'une voix difficilement maîtrisée.

Peut être qu'elle était reine aux yeux des autres mais en elle, elle se sentait toujours comme une petite fille perdue au milieu de monstres terrifiants. Elle expira, repris le contrôle, et s'approcha de lui.

"Qu'est ce qu'il c'est passé ? Ca va ? Et Zachaël ? Il va bien ? Pourquoi tu ..."


Un coup de feu, et elle s'interrompit, se tournant brusquement vers l'origine du bruit. Des pirates se battaient non loin, et elle n'avait même pas fais attention. D'un bond elle fut sur ses jambes et tira son sabre, avant de le tendre a son ami.

"Fais y gaffe, j'y tiens. On discutera quand ce sera un peu plus calme."
lâcha elle.

C'était le sabre qu'elle avait toujours avec elle, celui qu'elle avait eut au couronnement. En plus d'avoir une valeur sentimentale - et de très bien couper - il avait été créé pour blesser plus efficacement toutes les créatures marines semblait il. Elle en avait vue les effets sur la "fille-eau" et sur d'autres créatures qu'elle avait croisée lors de ses voyages. Elle attrapa son pistolet et le teint fermement sans sa paume, avant d'attraper un couteau dans sa botte. Celui la venait du monde réel et n'était donc pas soumis aux joies de la poudre mouillée, petit gadget qu'elle avait récupéré lors de son excursion avec Judah. Quand a Terrence, contrairement a eux pauvres mortels, il pouvait se passer d'armes. Il y avait trop d'hommes. Beaucoup trop d'hommes. Clairement, ils n'auraient pas le dessus, surtout quand ils les prirent a parti.

"Vous venez la pour la carte hein ! Le trésor ! V'nez vous battre si vous l'osez bandes de moules pas fraîches !"

"On passe par la plage ! C'est le meilleur chemin ! Moins dangereux !"

"Non ! La bonne route c'est la jungle !"
s'exclama un autre en l'attaquant de plus belle.
"Les indices sont partout sur l’île ! Donnez moi la carte !"
"Les indices sont sur la plage !"
"Non ! Dans la jungle espèce de marin d'eau douce!"

"Ils veulent nous concurrencer ! Ils veulent le trésor !"


Le fracas des sabres était partout et la jeune femme en avait largement assez entendu. Trésor. Indices. Carte. Elle voyait le petit singe qui tentait tant bien que mal de récupérer son bien. Si Jones voulait se trésor c'est qu'il en valait le coup. Et si elle pouvait l'avoir avant lui, elle le ferait. D'un mouvement, Wendy se glissa dans la bataille, s'attaquant a l'homme qui avait la carte. Elle attaquait, frappait de tous cotés, lui tournait autour comme exécutrice d'une danse mortelle. Et tout a coup, une brèche dans sa garde. Elle y plongea et d'un coup de pied fit tomber l'homme a terre tendis que la carte s'échappait de ses mains pour atérire dans celle de la jeune femme qui afficha un air victorieux.

Tout a coup, l'homme lui envoya une poignet de sable en plein visage et la fit chuter, avant de se jeter sur elle et de la frapper avec le pommeau de son épée. Totalement déboussolée, elle sentit soudain que le poids lui était retiré du ventre et se redressa sur les coudes pour voir Nana, totalement folle de rage qui attaquait l'homme avec une bestialité sans nom. La jeune femme se redressa difficilement en titubant et passa une main sur son front pour sentir quelques gouttes de sang qui perlaient. Aie. Elle recula, profitant de la diversion que lui procurait sa chienne pour s'éloigner vers la foret, se baissant pour éviter les coups de feu. A couvert, elle devait se planquer derrière les arbres, la vers ou elle avait vue ce fichu macaque se diriger avec la carte. Elle avança un moment avant de s’arrêter pour s'adosser a un arbre, exténuée. Rapidement, Nana la rejoignit. Elle devait retrouver Chovka et Terrence. Secouant brusquement la tête, elle lança a sa chienne

"Cherche Nana. Trouve les ."
avant de la suivre. Doucement, elle revint vers la bordure de la foret et tomba sur le groupe restant.

"Salut tout le monde "
fit elle. "Elle leur jeta un regard. "Bon, écoutez, je ne sais pas ce que Jones senior veut mais ... il faut qu'on l'ait avant lui. Je ne sais pas ce que vous voulez faire, si tenter de choper ce truc est une bonne idée ou pas. Mais clairement si je peux faire regretter a ce poulpe d'avoir voulu nous noyer, je le fais ! Est ce que vous êtes avec moi ?"

Elle les laissa réfléchir et s'éloigna de quelques pas, entrainant Chovka avec elle. La, elle le regarda une seconde avant de le serrer contre elle. Ca ne dura pas longtemps, mais assez pour qu'elle sente ses yeux la piquer a nouveau. Elle le lacha, inspira longuement et se mit en devoir de déchire une bas de sa chemise a l'aide de son couteau, pour en faire des bandes qu'elle essora du mieux qu'elle pu.

Elle attrapa son poignet et, les yeux résolument baissés pour ne pas croiser son regard, se mit en devoir de les bander. Elle ne voulait pas qu'il voit a quel point elle était touchée de le voir.

"Des qu'on met la main sur une plante qui peut aider a guérir, je m'occuperai de te faire un pansement digne de ce nom."


En général, elles étaient plus éloignées de la cote, près des points d'eau douce.

"Tu m'as manqué. Je suis contente de te voir. Vraiment. Tu ... Zachaël vas bien ?"

Elle termina les bandages, espérant que ca les maintiendraient au propre au moins jusqu'a ce qu'elle trouve de quoi le soigner pour de bon.

"Comment vous avez finis ici ?"


Une fois qu'il lui eut expliqué, elle revint vers les autres.

"Alors, vous avez choisi ? Parce que si on veut arriver avant eux, on a pas de temps a perdre ! "


Elle connaissait l'Ile comme sa poche, un sacré avantage que n'avaient pas les autres.. Mais ca ne changeait rien. Ils ne devaient pas perdre de temps.

Wendy 75%

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
L'Aventure nous tends les bras

Vivre ce n'est pas sérieux, ce n'est pas grave. C'est une aventure, c'est presqu'un jeu. Il faut fuir la gravité des imbéciles et voir toujours plus loin.
   
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t29803-une-seule-fill http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t41789-rps-de-la-reine-des-pirates-wendy-darling

Anna D'Arendelle


« Mangez 5 fruits
et légumes par jour ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Soso Turner :love:

Ѽ Conte(s) : La Reine des Neiges
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Anna

☞ Surnom : Didi ou Marine



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 916
✯ Les étoiles : 689




Actuellement dans : « Mangez 5 fruits et légumes par jour ! »


________________________________________ Lun 28 Sep 2015 - 18:41

Anna ∞ So Many People
Je la sens bien moi c'taventure...
Mes esprits totalement, recouvré, je pu remercié, le gamin pour m'avoir aidé. Même, si je commençais un peu à me sentir, comme une cruche voir une jouvencelle, en détresse, et ça avait tendance à m'agacer. Rejetant, mes cheveux, mouillé en arrière, et en profitait, pour enlever, mon sac de mes épaules. Non, parce que je voulais pas dire, mais les pirates étaient juste un peu en train de se chamailler pour une foutue carte au trésor, personne ne semblait d'accord, les uns affirmaient qu'il fallait à tout prix allé du côté de la plage, les autres qu'au contraire la jungle, était le meilleur endroit. Quoi qu'il en soit, ils semblaient au moins d'accord, sur un truc : il y avait des indices, un peu partout, et fallait les trouver.

Et pourquoi, est-ce que moi, j'en profitais, tranquillement, pour ouvrir mon sac à dos. Parce que pirates en train de se chamailler + inconnus arrivés on sait pas trop comment sur une plage = forcément baston. Fallait, pas être naïf, et penser qu'ils allaient gentiment, nous ignorer, pendant que nous on s'amuserait à les regard en comptant les points. Nope, au contraire, du coup, j'en avais largement, profité, pour sortir mon épée. Croyez moi, j'étais une vrai pro, du dézipage, et rezipage, de sac à dos.

A la base, fallait quand même savoir, que Gram -mon épée donc- était dans un fourreau, avec mes initiales gravé dessus -pour ça d'ailleurs que j'avais su que c'était bien elle, et pas une autre cette fois là au musé-, et donc elle était initialement, prévu pour être attaché à la taille. Tout ça, c'était juste méga génial, sauf que je me voyais mal, me trimbaler, avec un fourreau et une épée attachée à la taille dans Storybrooke. Je voulais, bien admettre que la ville était loin d'être tranquille, m'enfin il y avait des limites. Du coup, je passais mon temps à la trimballer dans mon sac à dos. Et c'est comme ça, qu'à force, j'avais appris à l'ouvrir et le fermer en moins de trente secondes top chrono.

Pour en revenir à la situation actuelle, les pirates, nous avaient finalement -ben dit donc il était temps- et vu leur tête, oui on allait tous se maraver la tronche. Et d'ailleurs, ça ne tarda pas, ils commencèrent, par s'en prendre à Rebekah et Hook, avant de décider de s'avancer vers notre joyeux petit groupe. J'esquivais, de justesse un coup de sabre, et en parait habilement un autre, mais le troisième m'atteint directement, dans le tibia :

- Hey ! T'as une idée du prix de ces bottines ? M'exclamais-je l'argent ça pousse pas, m'a fallut une augmentation de salaire pour me les payer, alors j'aimerais si possible qu'elles me tiennent encore un ou deux ans !

Je ponctuais ma phrase en lui balançant le pommeau de mon épée dans la figure. Le contact des deux, émit d'ailleurs un très jolie « shbong » et le type sembla un peu dans les vapes, pendant une trentaine de seconde. Oui bah j'allais pas m'excuser hein, il l'avait bien cherché.

Profitant, d'une ouverture, j'en profitais, pour m’éclipser, marre de tout ça. Qu'ils se battent entre eux, s'ils le voulaient, moi leur trésor, ça me passait pour le moment, large au dessus de la tête. J'étais pas intéressé, par les richesses, probablement, parce que ça me rappelait, de mauvais souvenirs. J'étais une princesse, j'avais vécu toute ma vie, dans un grand palais, avec domestiques, et compagnie. Oh oui, dit comme ça, ça a l'air top comme vie sauf que, non ça ne l'est pas, lorsque tu y es enfermée, toute ta vie, parce que tes parents, considèrent ta sœur comme un monstre, et préfèrent la cloîtrer, à l'intérieur, plutôt que de tenter de chercher à la comprendre. Honnêtement, c'est génial la vie de princesse. On t'apprends la politique, les bonnes manières, comment te comporter en société, le tout entre deux cours, sur l'art et la manière de tenir un royaume, parce qu'on se dit que ta sœur, ne pourra jamais être reine, et que donc comme toi t'es normal, tu pourras largement, prendre sa place.

Joyeuse hein l'enfance ? Ben voilà, ça c'était ma véritable enfance. Donc non, être princesse, c'est pas cool du tout.

J'inspirais, doucement, pour me calmer. C'était pas le moment, de s'énerver pour des broutilles, Wendy, nous proposa, de nous y mettre tous ensemble, pour chercher le trésor, vu que le poulpe avait l'air de le convoité. C'était pas une mauvaise idée. Et puis une chasse au trésor, avec des indices, c'était un peu comme un jeu de piste. Le trésor, en lui même, je m'en fichais. Mais, l'idée de chercher en revanche, ça, ça m'intéressait. Mon côté, aventureux, se réveillait, et l'excitation, ainsi que l’adrénaline semblaient remonter en flèche.

Et tandis qu'elle s'éloignait, en compagnie du type mal en point, le temps de nous laisser réfléchir, je jetais un bref coup d'oeil au reste du groupe. Personnellement, ma décision était prise, à eux de voir, ce qu'ils souhaitaient faire.

Elle revint finalement, pour nous demander ce qu'il en était, aussi m'avançais-je dans sa direction :

- Je sais pas ce qu'il en est des autres, mais moi, je suis pour. Ah au fait, je pense que ça sera utile dis-je en lançant un rouleau de bandage dans sa direction. Et au passage, histoire quand même d'avoir un nom à donner si on doit se parler : je m'appelle Anna

code by Silver Lungs


Anna: 75%

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Still Falling For You
And just like that : All I breathe, All I feel, You are all for me. I'm in. And just like that : All I breathe, All I feel, You are all for me. No one can lift me, catch me the way that you do I'm still falling for you


Chovka Zaïtsev


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Jack Falahee

Ѽ Conte(s) : Bambi
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Ronno

☞ Surnom : Gabriel / Ronnie

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 648
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Mar 29 Sep 2015 - 18:40




Pirates des Caraibes 3 - Calypso
Across the Universe.

Non, en effet, je ne savais rien de la télépathie de ce très cher capitaine. Mais pour être honnête, j’aurais fais n’importe quoi pour ne pas rester les bras croisés pendant que tout le monde se faisait jeter à l’eau. Car ce n’est pas en réfléchissant qu’on sort d’une mauvaise passe. Je n’étais pas connu pour réfléchir avant d’agir, et jusque là, la seule chose que j’avais réfléchis des jours durant m’avais mené aux portes de la mort, je pense ne pas m’en sortir trop mal au final. Et plus je serais la corde, plus mes mains tremblaient, bien malgré moi. Pourtant je gardais le regard sur le capitaine sans ciller, mais il y a des limites à notre propre corps parfois. « Vous devriez serrer un peu plus fort. » Instinctivement, ma prise se desserra légèrement, rendant son air au pirate. Et secrètement je me promettais de passer cette corde autour du cou de notre geôlier dès que je le pourrais. Oh je vous entends déjà chanter qu’on ne menace pas Davy Jones, qu’il faut du respect pour les vrais pirates… Mais comme son fils le dit si bien, je ne suis pas un ’Vrai’ pirate. Alors je peux bien me permettre de vouloir mettre en pièce n’importe qui. Il avait menacé une demoiselle qui était chère à mon coeur, Il ne fallait pas plus que ça pour que je sois braqué, et à dos. Pire qu’un chien, diraient certains.

« La vie est cruelle… Pourquoi est-ce que la mort serait plus douce ? »

Il gagnait un point. Quoique j’avais à y redire, la mort est quelque fois une douceur que l’on veut s’offrir, et si je me souviens de m’être laissé porté dans ce grand lit de glace, je me dis qu’avoir attendu le Kraken aurait été bien plus rapide et efficace. Manque de chance, je n’étais pas prêt à redonner mon âme à qui que ce soit. Et la sensation d’être renvoyer par le fond avait quelque chose de terrible, je n’avais pour ainsi dire pas l’endurance nécessaire pour fuir le kraken, ni pour me battre contre tout ça. Me maintenir à la surface fut la seule chose possible à faire, quoique je ne tiendrais sans doute pas des années comme ça. Je ne remarquai pas les autres immédiatement, un coup sur l’eau un coup sous l’eau… « CHOVKA ! » C’est cette voix qui m’attira, ou plutôt ce cri, forçant pour me retourner, reconnaître la tête blonde un peu plus loin sans réussir à perdre mon sourire, elle tenait avec elle ce drôle d’homme revenu d’entre les morts… Si on m’avais dit miraculé, je dois bien admettre qu’il venait de battre le record du meurtre le moins convaincant de l’année! Je tentai de doucement me rapprocher d’eux, avisant la plage un peu plus loin… « Tu vas tenir jusqu’à la plage ? » « C’est pas dit… »
Soyons honnête. « Ce n'est pas la peine de te fatiguer plus que tu ne l'es déjà » Je lui lançai un regard doux, m’accrochant à la chienne sans en l’aidant à avancer comme je pouvais, voilà un moyen de se détendre plus efficace qu’un autre, même si la haute mer sans navire n’était pas mon point fort. J’étais bien plus à l’aise dans les bois, là où je pouvais être discret, où mes pas étaient plus silencieux que ceux de n’importe qui… Je crois qu’il n’y avait que Lounis qui pouvait m’égaler à ce niveau, si ce grand benêt n’était pas si maladroit.

L’arrivée sur la plage fut un soulagement considérable, je lâchai la chienne dès que nous eûmes pied et m’écroulai dans le sable comme une masse, assis pour essorer mes pans de chemise. Il valait mieux que je ne mette pas de sable là dessus, à y regarder les points extérieurs avaient craqués, et mon médecin allait salement m’amocher quand j’allais arriver pour les faire recoudre, ‘Pas de folies!’ avait-il dit. Mon oeil.
«  T'es drôlement vivant pour un mort tu sais ?  » « Ouais. Pas mal le coup de la tête qui repousse. T’es une hydre ou quelque chose comme ça? Quoique, tu en aurais deux… »
Mon ton était moqueur, mais qu’il ne s’y trompe pas, je ne le perdrait pas des yeux tant que je n’en savais pas plus sur lui. Tels sont les souverains des bois, un autre mâle dans le périmètre et je pouvais me montrer fort consternant. D’autant quand ils apparaissaient de nulle part et que je ne connaissait ni leur nom, ni leur visage. Je ne put décoller mon regard de Wendy… Du sable unh… C’est ce qu’avaient dit certaines personne à l’hôpital aussi. Le sable est toujours un sacré fauteur de trouble. Lorsqu’elle m’adressa la parole, j’étais sur le point de lui répondre avant d’être coupé… Rentrant la tête dans les épaules au coup de feu je ne pus retenir cette vieille peur des coups de canons. Me relevant aussi sec à sa suite, prêt à fuir ou à me défendre.
« Fais y gaffe, j'y tiens. On discutera quand ce sera un peu plus calme. » « Wow… Ok. Compte sur moi, Majesté. »
Et malgré tout je ne pouvais retenir ce sourire sur mon visage, attrapant le sabre de ma main encore mobile, quoique je sois bien plus maladroit avec cette dernière. Une arme comme ci valait mille autres. Il faudrait que je lui demande d’où elle venait, la lame était lisse, parfaite… Je lui emboitais déjà le pas avant que nous ne tombions sur les pirates et que ceux ci ne veuillent en découdre.

C’était une sale idée, nous étions en sous-nombre, et il fallait évacuer au plus vite, pourtant je me retrouvai face à l’un d’eux sans avoir pu demander mon reste, épée à la main. Battons nous d’hommes à hommes puisque c’est ainsi… Sauf qu’il devait être un couard, de ceux qui vous plante une dague dans le dos puisque l’échange avait à peine commencé avant qu’il n’attrape une poignée de sable conséquente et ne l’envoie en ma direction, me tirant un juron terrible alors que je repoussais les grains… Suivit d’un autre beaucoup plus fort en sentant la lame toucher à ma cuisse. La sienne était émoussée, et elle coupait comme un mauvais couteau de cuisine, je la bloquai grâce au cadeau de Wendy, sans pouvoir riposter. Aveuglé, je frappais dans le vide, le but était d’éloigner ceux qui me tournaient autour avant de pour rouvrir des yeux rougis par le sable qu’ils avaient repoussé. J’entraperçus une chemin pour fuir vers la forêt et je ne me fis pas prier pour le suivre; Je n’étais pas à mon avantage au combat, n’utilisant jamais cette main habituellement, mais à la fuite, je restais dans mon élément. Je retrouverais la Reine après, lorsque je pourrais me battre sans blesser l’un de mes coéquipiers et je voyais le mort-vivant à mes cotés… Visiblement la fuite était une option valable pour tout le monde! Même si la plaie sur ma cuisse était de trop, mon corps finirait par faire grève.
Une fois derrière les branches, je m’asseyais une seconde, lançant un regard au pirate aux cheveux longs. « Je ne sais pas qui tu es, mais si tu lève ton épée vers moi, ta tête ne repoussera pas, entendu? » Peur? Oh oui j’avais peur. J’en avais assez de me demander si telle ou telle personne était de notre coté. « Salut tout le monde » Ah! Je vous avais dit qu’elle nous retrouverait! Me relevant pour venir à sa hauteur. « Plutôt deux fois qu’une. Par le fond, le maître du Kraken.» Ok, dit ainsi, nous avions des inquiétudes à avoir quant à nos chances de survie…

Je me laissai emmener un peu plus loin, surprit de la réaction qu’elle put avoir, quoiqu’instinctivement mon bras se referma sur son dos. Lui laissant mes bras sans broncher, pire qu’une petit faon dans la forêt. Il faut dire que je préférais ne pas en mener trop large dans ce genre de cas. « Des qu'on met la main sur une plante qui peut aider a guérir, je m'occuperai de te faire un pansement digne de ce nom. » Je secouai la tête « Ne t’en fais pas pour moi… Ça va aller. » Mis à part le teint d’aspirine, je n’étais pas au bord du gouffre. « Tu m'as manqué. Je suis contente de te voir. Vraiment. Tu ... Zachaël vas bien ? 
- Zachaël va bien. Il ne cesse de me vanter les mérites de sa pièce, je crois qu’elle terrifie les gens qui l’embête. Je suis content de te voir aussi. »
S’il n’y avait pas eut les autres, elle aurait eut droit à l’habituel baiser sur le front que ceux auxquels je tient reçoivent quand on se revoit… Et dire que je l’avais détestée au premier regard… En revenant vers les autres je réceptionnai les bandes lancées par la dénommée Anna avec un sourire. « Merci mademoiselle. Je pense que vous êtes tombé sur la pire bandes de fou de Neverland. Chovka, pour vous servir… Au possible. » Il faudrait que j’arrête ce genre de sourire enjôleur. Mais j’avais besoin de détente. Je les suivrait en forêt s’il fallait. Promis.
« Nous sommes là à cause d’un singe. Jack. Je pense qu’il a la carte… Sauf qu’il doit être… loin? Super épée, au fait... »
Sage idée. Loin. Ce satané macaque aurait droit à une sacrée branlée si on le voyait. Profitant de ce temps de pause pour enrouler les bandes autour de mes poignets et du bandage de Wendy. Ça éviterait les mauvais coups au moins. Et c’était agréable de ne plus avoir la chair à vif, quoiqu’il restait difficile de faire ça correctement, il fallait faire bonne figure, au moins maintenant.





Chovka: 65%

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

De ses pions je suis le fou.
⊹Prends mon cœur entre tes mains, serre le. Serre le jusqu'à ce qu'il n'explose.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t27430-chovka-zaitsev http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t27567-chovka-zaitsev-liens-et-problemes http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t27615-chovka-zaitsev-liste-de-rps

Terrence Daitya


« Hadès c'est le plus beau »


avatar


╰☆╮ Avatar : Jared Leto

Ѽ Conte(s) : Intrigue Divine
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Cerbère

☞ Surnom : Oph



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 393
✯ Les étoiles : 1




Actuellement dans : « Hadès c'est le plus beau »


________________________________________ Mer 30 Sep 2015 - 0:05

Un tiraillement dans la gorge relativement désagréable lui fit ouvrir les yeux. Il se souvenait d'avoir attaqué le capitaine du navire, du poignard s'enfonçant dans sa gorge pour la lui trancher et puis... plus rien. Un profond soupir lui échappa. Et encore une fois... il était mort. Il allait falloir qu'il trouve un moyen de rester en vie lorsqu'il faisait une mission. Ça devenait presque une habitude à force de mourir à un moment donné. Heureusement, il avait l'avantage d'être immortel. Contrairement à ces faibles créatures qu'étaient les humains. Il n'y avait pas plus faibles petites choses sur Terre. Et ils avaient la prétention de croire qu'ils occupaient une place très importante dans l'univers. Simple prétention d'êtres inférieurs.

Mais ce n'était peut-être pas le moment de débattre sur leur utilité. Même si selon lui, ils n'en avaient aucune. Il n'était pas là pour prouver leur incompétence. Mais là pour protéger Wendy et, accessoirement, rendre un compte rendu détaillé de Neverland à Judah. Et ce n'était pas en restant allongé dans son propre sang sur le pont d'un navire, comportant un capitaine visiblement aussi immortel que lui, qu'il allait pouvoir mener à bien sa mission. Il se redressa donc légèrement. Peut-être un peu trop rapidement car il dut porter sa main à sa gorge pour vérifier que cette dernière était parfaitement bien refermée. Une fine cicatrice comme unique vestige de sa mésaventure et la tête lui tournant légèrement. Il ressortait toujours un peu vaseux de ses "renaissances". Et ce n'était pas très agréables comme sensation. Presque pire que le fait de se retrouver un mois entier sur un bateau entouré d'eau et susceptible de couler à tout moment.

D'ailleurs le dit-bateau avait fini par sombrer au fond de l'océan en fin de compte. Ce qu'il avait prévu depuis le début, c'était finalement réalisé. Il savait qu'il avait souvent raison pour ne pas dire toujours. Ce qui pour une fois, ne lui faisait pas plaisir. Mais il pourrait toujours dire qu'il avait eu raison à Wendy. Lorsque toute cette histoire serait finie. Loin... Très loin derrière eux. Parce que pour l'instant, il était à peine revenu d'entre les morts que déjà il entendait la voix du petit putois lui vriller les tympans et faire remarquer à tout le monde que non, il n'était pas mort. Il ne pouvait pas lui laisser le temps de reprendre ses esprits tranquillement non ? Et bien non. Il allait falloir repasser pour le retour complètement badass et surprise. Pas de TADAM c'est moi. Non pas d'entrée fracassante pour profiter de l'effet de surprise. Ah cause de ce sale gosse. Et vu l'odeur qu'il dégageait même les puces ne devait pas vouloir de lui. Même si vu la dégaine qu'il avait, il n'aurait pas été étonnant qu'il en soit couvert.

Et comme tout bon chien qui se respect. Même divin, il avait horreur des puces. Mais une fois encore, il s'éloignait du sujet. Il jeta un regard noir au gamin alors qu'il se faisait remettre sur ses jambes de force. Il grogna légèrement alors que des hommes d'équipage le forçait à se relever et le maintenait à nouveau immobile. Il aurait presque eu le temps de se dégager s'ils n'avaient pas eu une force quasi équivalente à la sienne et si il ne l'avait pas jeté droit dans les tentacules du Kraken. Encore lui ? Et bien décidément, c'était sa journée de sortie ou quoi ? Il grimaça légèrement en sentant le tentacule visqueux se resserrer une fois encore autour de sa taille. Lui couplant légèrement le souffle au passage.

"Krakyyy comm.... blllblllblll !"

Il n'eut même pas le temps de terminer de saluer son ami céphalopode qu'il se retrouva tête la première dans l'eau glacée. Pas le temps non plus de retenir son souffle, avalant une quantité impressionnante d'eau salée au passage. La panique s'insinuant insidieusement en lui à mesure qu'il prenait conscience de son incapacité à pouvoir ensuite remonter seul à la surface. Profitant du fait que le Kraken remonte son tentacule pour cracher toute l'eau qu'il n'avait pas encore avalé. Crachotant et essayant de prendre le maximum d'air possible avant que la créature marine ne... le lâche. Le laissant seul à un dizaine de mètre de la plage. Mètres qui lui semblaient beaucoup beaucoup trop loin. Inaccessible plage. Se débattant comme il pouvait pour conserver un minimum de stabilité. Garder la tête hors de l'eau. Ne pas se noyer. Comment faisait les autres déjà pour nager ? Il fallait faire quoi ? Ah oui ! Bouger les bras et les jambes. Mouvements désordonnés pour essayer de faire en sorte qu'il ne se noie pas.

Imaginez, une noyade et une renaissance perpétuelle. L'enfer. Pire que l'Enfer. Il aimait l'enfer. Tout lui semblait meilleur que l'endroit où il se trouvait à cet instant de toute manière. Il crut qu'il allait embrasser Wendy de gratitude lorsque cette dernière vint à son secours. S'accrochant à elle comme un désespéré. Il était un naufragé. Et il tenta d'aider la jeune femme en battant des jambes, gigotant dans tous les sens pour espérer les faire avancer plus vite. Mais visiblement tout ce qu'il arrivait à faire était de les enfoncer encore plus profondément dans les profondeurs des océans. Il laissa donc la reine des pirates gérer leur rapatriement sur la terre ferme. Prenant un air faussement nonchalant alors qu'elle le manipulait pour le mettre sur le dos. Cachant toute la panique intérieure que le fait de se retrouver sur le dos lui procurait. Il inspira profondément, ferma les paupières et décida de remettre son sort entre les mains de Wendy. Une fois n'était pas coutume, il faisait confiance à l'humaine. Et il finit par arriver sain et sauf sur la plage.

Il en aurait presque embrassé le sable sous ses pieds s'il n'avait pas eu une fierté à préserver. Il mit un certain temps à reprendre son souffle. Son souffle savourant le fait d'avoir un sol dur sous son dos. Profitant de se moment d'accalmie. Qui ne dura pas malheureusement. Pays de fous. Ils ne pouvaient donc pas tenir en place au moins cinq minutes. Cinq petites minutes ? C'était donc trop demandé ? Il fallait croire. Puisque déjà des voix lui parvenaient. Parlant d'indices, de jungle et de plage et surtout de trésor. Un Trésor ? Où ça ? Il avait dû louper un épisode lui. Il n'était totalement pas au courant de ça. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres alors que Wendy lui faisait remarquer qu'il était drôlement vivant.

"Et oui, je suis difficilement tuable. Et je ne suis pas une hydre, je suis..."

Il n'eut pas le temps de terminer que Wendy et le type aux poignets coupés - un certain Chovka d'après ce qu'il avait compris - continuait des retrouvailles tout à fait touchantes limite écœurantes. Il se désintéressa rapidement de la conversation pour porter son attention sur ce qu'il se passait sur la plage. Il avisa les pirates se disputant plus loin se rapprochant de plus en plus de leur petit groupe improvisé. Et visiblement, leur comportement n'était pas des plus engageants. Il ne se posa pas plus de question en les voyants commencer à s'attaquer à Wendy et Chovka. Il attaqua le premier pirate qui lui passa sous la main, les assommants les uns après les autres. Captant quelques mots avant qu'un des pirates ne hurle au milieu de la masse.

"Le macaque ! Il a la carte ! Chopez le !"

Il vit un singe, une carte entre les pattes s'éloigner à vive allure. Il assomma encore quelques pirates qui lui barraient le chemin et se dirigea à la poursuite du macaque en question. La carte. Tout le monde semblait s'y intéresser ce qui ne voulait dire qu'une chose. Elle semblait donc importante et Wendy apprécierait sans doute de l'avoir en sa possession. Il suivit donc le singe des yeux, essayant de le rattraper. Il le vit se faufiler entre les jambes d'une jeune fille rousse. Plutôt mignonne d'ailleurs. Mais il n'avait pas le temps de s'attarder, peut-être plus tard. Lorsqu'il aurait récupéré la carte. Il contourna la rousse et se dirigea vers l'homme-singe qui en le voyant prit un air effrayé. Poussant un cri muet d'effroi, lâchant la carte au passage avant de ramener ses bras vers lui, couvrant sa bouche ouverte de sa main avant de reprendre un air sérieux.

Toutefois, Terrence ne s'attarda pas plus que cela sur le devenir de l'homme. S'emparant de la carte avant de retourner sur ses pas pour rejoindre Wendy et Chovka. Lorsqu'il les rejoignit une autre rousse les avait rejoints. Décidément, cette île était peuplée de rousse. Il releva à peine la pique de Chovka, se contentant d'un léger sourire condescendant à son égard.

"Je doute que ton épée me fasse quoique ce soit. Mais ne t'inquiète pas, je ne te toucherais pas. Du moins, tant que tu seras de son côté à elle..., il désigna Wendy du menton avant de reporter son attention sur le pirate mal en point. Et du mien, accessoirement."

Il esquissa un semblant de sourire amusé avant de se caler contre le tronc d'un arbre. Laissant Wendy et Chovka discuter entre eux. La blonde le soignant avant de reporter son attention sur la rousse qui se présentait à son tour. Anna donc. Il poussa un léger soupir, jouant distraitement avec la carte qu'il tenait dans les mains. Il laissa son esprit vagabonder un instant avant de revenir sur la conversation à l'entente du mot carte. Ses yeux se posèrent sur celle en bois qu'il tenait pliée entre ses doigts. Relevant les yeux et croisant le regard de Wendy en haussant les épaules.

"Ben quoi ?! Y avait ce singe qui l'avait entre les pattes. Et tous ces pirates qui hurlaient qu'il fallait l'attraper. Et puis, ils ont commencé à se taper dessus. Moi, j'ai suivi le singe et la carte. Elle semblait importante alors..."

Il haussa à nouveau les épaules pour montrer que tout cela n'avait aucune sorte d'importance à ses yeux. Il se décolla de son arbre avant de se tourner vers les autres.

"Bon, on avance un peu ? Histoire de pouvoir ouvrir cette carte loin des yeux indiscrets ?"

Il commença à s'enfoncer légèrement dans la jungle. Attendant que les autres le rejoignent. Il était curieux de découvrir ce que cette carte avait de si exceptionnel pour que tout le monde la convoite à ce point.


Terrence : 80%

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Like a family
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t43458-au-plus-noir-de-la-nu

Invité


Invité


avatar





Actuellement dans :

________________________________________ Mer 30 Sep 2015 - 10:19

Tous les trésors ne sont pas d'argent et d'or...
Les trésors de Neverland

ARRRRGG !! J'en peux plus ! C'est bon, je craque … Voilà des jours, des semaines, des mois, des années que nous sommes ici. Sur cette foutu île à la noix ! Combien de temps exactement ? Franchement ? Et bien franchement je n'en ai pas la moindre idée … J'ai arrête de compter depuis longtemps. Je sais juste que sa fait longtemps que nous sommes sur cette île. Neverland, nous avais dit les indiens. J'en avais entendue parler parfois. On me disait toujours que c'était une île où on pouvait avoir tous ce qu'on voulait. Un île tranquille, sans aucun soucis particulier. Et bah, je vais vous dire un truc. Tout ça c'est faux. FAUX, je vous dis. Les indiens qui sont ici, sont fous de vivre là, complètement fous. Non, mais moi quand on me parlais de cette endroit, je m'imaginais les belles plages, les jolies océans bien bleu, les belles forêts avec de jolies animaux, etc. J'étais jeune d'accord ? Et quand on est jeune, on a tendance à idéaliser les choses ! Ce n'est pas de ma faute. Enfin bon, ce n'étais pas du tout ce que j'avais pu penser étant plus jeune. Non l'île était entièrement couvert d'une épaisse forêt, ou tu n'y voyais absolument rien ! Il y faisait chaud, je trouvais l'aire irrespirable. La seul chose que je voulais c'était de rentrer chez moi. Pouvoir me poser dans mon lit tranquillement et : dormir ! Ma maison me manque, le confort me manque ! Heureusement que je suis une personne assez débrouillard quand même. Mais qui dirait non à un bon canapé bien moelleux ? Je voudrais au moins retrouver le bateau. Parce que la j'étouffais complètement. Je allais vraiment devenir folle si je restais encore sur cette île …

Qu'est-ce qu'il s'est passé dans la tête de mon père ? Pourquoi avait-il voulu que l'on quitte tous ce que nous avons pour partir ? Même si personnellement, j'aimais bien l'idée de partir à « l'aventure » mas je savais qu'il allait ce passer quelque chose. Et c'est qui qui avait raison ? C'est bibi ! De pur boulet ma famille ! Personne de pourra me battre sur ce coups ! Aucune personne n'as de famille aussi nul que la mienne. Le pire dans cette aventure – parce que au final, on peut dire que on la eu notre aventure ? - c'est le petit frère qui s'en va comme ça avec son crocodile. D'ailleurs, heureusement que le crocodile est avec lui. Non parce que, niveau « savoir se déffendre » Bigorneau n'est pas très doué. C'est plutôt le sage de la famille qui, plus tard, ne veux pas s’engager dans la piraterie. Pourtant, il y baignait dedans depuis petit. Depuis que nous sommes nés, notre père nous apprend à devenir de grand pirate. Et moi j'ai toujours adorer ça ! Plus tard, j'aurais mon propre bateau avec mon propre équipage.

Pour l'instant, nous étions entrain de marcher. Encore dans cette forêt. Il fallait retrouver se stupide petit frère qui avait décidé de partir sans prévenir ! Et puis nous trouverons un moyen de quitter cette île. Oui, oui ! Les indiens nous avez dit que nous étions sur l'île pour toujours. Sauf qu'il en était hors de question. Je quitterais cette île, c'est tout ! Après avoir quitter les indiens – en les remerciant bien évidemment de leur hospitalité – nous avons repris nos armes pour repartir. Me voilà depuis sans doute plusieurs jours, donc avec mon sabre en main entrain de couper des buissons pour pouvoir avancer. Mes parents étaient derrière moi. Nos regards allaient dans chaque recoins de cette forêt. Au cas ou il y aurait un indice pour retrouver le croco et son maître. Je ne sais pas, encore une fois, combien de temps nous étions entrain de marcher. Mais j'en pouvais plus. J'avais chaud, j'avais soif, et j'avais faim ! Mais nous devions continuer. Moins on fera de pause et plus vite nous retrouverons Bigorneau et plus vite nous partirons delà. Si on arrive à retrouver le bateau d'ailleurs ! Parce que pour tout vous dire nous marchions un peu n'importe où. Au bout d’un moment nous arriverons bien a bout de la forêt et donc sur une plage. On aura juste affaire le tour de l'île dans ce cas.

J'étais perdu dans mes pensées. Je sais pas si mes parents, le font mais moi, oui moi, j'essayais de trouver un moyen de quitter cette île pour toujours ! Parce que si on arrive à s'en sortir, je ne reviendrais jamais ici ! Cette île ne me retiendra pas prisonnière d'elle. Désolé, mais je n'aime pas que l'on me dise quoi faire ! J'aime ma liberté et j'espère la conserver la plus longtemps possible. Donc, j'étais entrain de réfléchir quand j'entendis des bruits aiguës et des cris. Je suis sur que c'était des épées qui s'entrechoquaient ! Je pouvais reconnaître ses bruits à des milliers de kilomètres. Je regardais derrière moi pour pouvoir mes parents mais … rien. Nada. Personne n'était là. Ne me dite pas qu'il se sont perdu quand même ? Comment ils ont fait pour ne pas réussir à me suivre ? Quand je vous disais que j'avais une famille de boulet. Vous me croyais maintenant ?

J'avais beau les appeler, crier leur nom personne dans les environs ne me répondait. Au loin j'entendais toujours les cries et les bruits des épées. Je devais aller voir. Ce n'est peut-être pas se que je devrais faire mais ma curiosité était plus forte. Je savais que cela n'inaugurer rien de bon. Mais c'était vraiment plus fort que moi. J'avançais alors doucement vers les lieux. Les bruits se faisaient de plus en plus fort. Je commençais à voir de la lumière. Mes pas étaient s’accéléraient au fur et mesure que je m'approchais de l'endroit. D'un coup, la lumière m’éblouis et il me fallait un peu de temps avant de m'y habituer. Faut dire aussi que la forêt était plutôt sombre quand même ! Quand j'ai pu voir correctement, je me trouvais sur une plage. Devant moi, plusieurs pirates étaient entrain de se battre. Les coups d'épées partaient dans tout les sens. Dans leurs cris on pouvait distinguer que quelques paroles : «  Passe moi la carte, il faut y aller par la plage, non par la forêt » Non mais c'était quoi ça ? J'avais les yeux complètement écarquiller. Je ne comprenais absolument rien. En tout cas je n'allais pas rentrer dans leur bataille, il en était hors de question.

Je te jure Bigorneau que ... Stop attend ! Est-ce qu'il avait bien dit le mots trésor par hasard ? Non parce que là ils avaient toute mon attention ! Mon père avait raison alors ! Pour une fois … C'est étonnant ! Mon père va être comprend d'apprendre la nouvelle ! Je me retourne pour … A non c'est vraie ils se sont perdu ! Où je me suis perdu d'ailleurs ! Je regardais toujours les pirates se battre tout en écoutant attentivement ce qu'il était entrain de dire. Pardon, mais maintenant que je savais qu'il y avait un trésor ici, je devais au moins essayer de le trouver ! J’étais une pirate oui ou non ? Tout un coups je vis un macaque courir vers moi à tout allure. Même pas le temps de bouger qu'il passa sous mes jambes. J'avais bien vu ou … Il avait quelque chose dans les mains ? J'étais pas folle ? C'était une carte ! Je me retournais pour regarder le singe mais une toute autre personne de se trouvait devant moi. Attend, il faut m'expliquer là ! C'est quoi ce bordel ? Il y a deux secondes même il y avait un singe et maintenant c'est un pirate avec un chapeau sur la tête ?

Puis tout s'enchaîna rapidement par la suite. Un autre homme apparut devant nous rapidement. Le singe ou l'homme, comme vous voulez, poussa un crie muet tout en lâchant la carte. L'autre en profita pour la récupérer pour repartir comme il était venue. Mon cerveau fusait, je ne comprenait rien à ce qui venait de sa passer.

« C'est pas tout mais je vais peut-être y aller ! » Je ne voulais pas rester une seconde de plus sur cette plage. Je préfère encore de loin aller dans la forêt ! Je commençait alors à me retourner pour partir. Mais même pas le temps de faire un pas que quelques chose vient brusquement me prendre le poignet. On me tira d'un seul coup en arrière. Pendant deux secondes, j'avais faillit tomber à la renverse. Je regardais la personne qui me tenait un peu trop fort mon bras. Bien sur, je devais m'en douter ! Ce n'était autre que cet homme-singe ! Il me tira en direction de la plage. J'avais beau me débattre, je n'arrivais pas à me défaire de l'emprise de cette chose. C'était un homme tout de même. Même si je suis quand même forte pour une femme, les hommes avaient plus de force que moi. Il fallait seulement que j'ai l'avantage au début et puis je leur réglais leur compte !

« Vous pouvez me lâchait ! Vous me faites mal ! Non ? Bon au moins vous pouvais un peu desserrer votre emprise ? Ce serait trop demander ? » Je fus étonné quand justement l'homme desserra un peu sa main de mon poignet. Bon pas assez pour que je puisse me défaire de lui. Je pense qu'il n'est pas stupide à ce point quand même. Si ? Nous courions toujours sur le sable avant qu'il ne ralentisse le pas quand nous étions assez éloigner de la bataille. J'essayais tant bien que mal de reprendre mon souffle dans la marche rapide que l'homme entama. Je me laissais faire. Moi stressée ? Oh non, je n'avais absolument pas peur de cet homme-singe qui se trouvait devant moi à me tirer par le bras !

Au loin je pouvais apercevoir un groupe de personne. Sans doute des pirates eux aussi. Mais non ! En tout cas ils portaient des tenues adapter. D'ailleurs je ne savais absolument pas ce qu'était ces jolies vêtements. Arrivé à peut près à leur auteur, le singe s’arrêtait mais refusait de me lâcher le bras. Non mais je veux pas continuer à me peindre hein ! C'est juste que je ne sens même plus ma main. De l'autre, je serre un peu plus mon sabre que j'avais gardé dans la main. Si on m'attaquait, j'étais prête à répliquer. Ceux sont des inconnues, je ne sais pas si ils sont gentil ou non. Il fallait prévoir le pire des scénarios possible. Puis mon regard se porta sur l'homme. A la place de la main, il avait un crochet. Mon cerveau fit tilte tous de suite. J'avais attendue parler de lui et pas qu'un peu. Je pointe mon sabre vers lui en disant :

« Vous ne seriez pas Killian Jones par hasard ? » dis-je en pointant mon sabre en sa direction. Si je suis sur c'est lui ! Enfin je vais pouvoir le connaître, depuis le temps que je le voulais. J'imagine trop la tête de mon père quand il apprendra que j'ai peu enfin connaître ce fameux pirate. Il faut le dire, papa n'aime pas trop le capitaine crochet ! Non, ce qu'il aime pas c'est que « à cause de lui » je vais le quitter pour aller avec l'autre pirate. Il me fera encore un de ses discours sur le marin d'eau douce ! Les deux autres personnes me regardaient avec des gros yeux. Qu'est-ce que j'avais fait encore ? Toute cette histoire était de plus en plus louche, je vous jure !

«  Oh, je m'appelle Scampi. Scampi MacBernik ! »

Le singe me tenait toujours le bras. Je ne sais pas quand est-ce qu'il va me lâchait lui ! Mais enfin bon, il fallait que quelqu'un se présente donc j'avais commencé.


Arya Pan


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Maisie Williams

Ѽ Conte(s) : Peter Pan
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Skunk & dorénavant... Peter Pan !

☞ Surnom : Fanny

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 182
✯ Les étoiles : 474




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Jeu 1 Oct 2015 - 0:16



Les trésors de Neverland
“On a mieux qu’un trésor quand on sait s’en passer.”


Cette fois j’allais mourir… C’était fini… Et j’étais même pas riche… Pas riche, et toujours ignorante… Youpi ? Une chose était sûre, je n’arrivais plus à retenir ma respiration, et pourtant j’en avais de l’apnée alors j’imaginais même pas les autres… Et la rouquine qui savait pas respirer ? Etait-elle vivante ou morte ? Je n’eus pas vraiment le temps de réfléchir à cette question que je me faisais sortir de l’eau. Déjà ? C’était déjà fini ? Prenant une bolée d’air, je nageais jusqu’au rivage pas très loin et m’effondrait sur le sable pour reprendre ma respiration. Des « chting », « chting » mettaliques et significatifs raisonnaient tout autour de moi : un combat à l’épée… pas de toute on était bien sur Neverland, on était bien à…

- La Maison…

Avec un sourire plus que ravi, je récupérais Aiguille dans mon ceinturon (elle était si fidèle qu’elle tenait bon même dans les situations les plus impossibles) et me relevait avec hâte pour me joindre à la fiesta. Ricanant comme une demeurait, je m’élançais au cœur des combats mais personne ne semblait vraiment s’intéresser à moi, ce qui me renfrogna grandement :

- Héééé je suis là moi aussi !

Moi aussi je voulais jou… aÏeuuuuh ! Un violent coup me lacina subitement les tibias et je tombais à la renverse, roulant sur le sol pour éviter d’être une proie facile. Je l’avais pas venu venir le coup et si je l’avais pas vu venir c’est qu’on m’avais prise en…

- TRAITRE !!

Folle de rage, je me relevais pour voir qui avait osé me faire l’affront de m’attaquer dans le dos. J’avais horreur de ça, c’était lâche, dégueulasse et ça me faisait perdre de la manière la plus stupide qu’il soit. Je vis alors le pirate s’avancer avec un sourire triomphant l’épée toujours à la main. Désolée Aiguille mais il était hors de question que je te sorte pour un cornichon pareil. Il ne te méritait décidément pas… Comme une furie, je me jettais sur lui et me plaçais dans son dos avec habileté, tandis que le pirate tentait de me décrocher en vain. Je tenais bon, et avec mon poing droit, je lui martelais le crâne sans m’arrêter.

- Ta… maman… t’as… jamais dit… de ne… PAS… attaquer…. De… dos ?

Ma phrase était saccadée à cause des coups répétés que je lui lançais. J’allais l’achever, rien n’allait m’en empêcher. J’avais déjà empoigné sur cheveux poisseux à pleines mains pour les lui arracher quand soudain j’entendis le mot magique qui me fit perdre prise dans ses cheveux instantanément. Une Carte ? Il avait bien dit une carte ? Comme dans « une carte aux trésors » ?! Je touchais au but !! Je suivais des yeux le « copain » aux cheveux longs courir après un espèce de truc entre l’homme et le singe et récupérer la carte. Bon j’avais plus qu’à le suivre lui… Il serait mon meilleur ami jusqu’à ce qu’on trouve le trésor. Je sautais hors de mon perchoir, en l’occurrence le pirate à moitié assommé, pour rejoindre le chevelu quand soudain l’espèce d’homme singe se plaça devant moi, me jaugeant de la tête aux pieds.

- Kesta ? Tu veux ma photo ?

Je plissais les yeux, menaçante, avant de m’apercevoir qu’il tenait une fille rousse par le bras. Pas celle qui savait pas respirer, pas celle que j’avais vu à l’élection du roi des pirates mais une autre… Que j’avais déjà vu sur l’île… Même si je ne les avais jamais vraiment approchés… Les enfants perdus aimaient pas les pirates, surtout ceux qui s’installaient sur LEUR île. J’ouvris la bouche pour lui dire qu’elle était pas de la bande mais je n’eus pas le temps de faire grand-chose que déjà l’homme singe m’attrapait par la taille :

- Hé !!!!

Me hissant sur son dos comme un sac à patate, il se mit à courir de plus belle, ses pas étant ponctués de « aïe aïe aïe » à chaque fois que mon corps tapait son dos. Soudain, on s’arrêta brusquement et je pris le temps de me masser le torse, toujours perchée sur l’épaule du King Kong. Puis la rouquine parla d’un fameux pirate…

- Jones ? Killian ?

J’avais relevé la tête, prenant appui avec mes mains sur le dos de la Bête. J’étais presque aussi heureuse que lorsque j’avais entendu le mot « carte ». Maintenant que j’y pensais… je l’avais plus !!! Le copain était trop loin, je le voyais même plus… Il allait me le payer ce truc à poil ! Je perdais le trésor là ! Et même la torture du poisson pourri ne valait pas ça ! J’avais entendu un bruit d’épée venant de la rouquine et j’avais jugé utile de préciser :

- Hé ! Attends-moi pour lui botter les fesses hein !

Puis lorsqu’elle s’était présenté :

- Pouic Pouic pouic Hourra !

J’en avais profité pour balancer mon pied dans le ventre de King Kong qui me balança par-dessus son épaule avec un gémissement de douleur. Je tombais alors la tête la première dans le sable et je failli me mettreà râler lorsque soudain, je la vis, là, droit devant moi… et ça me coupa la chique. Une pièce ! Une pièce dans le sable ! Qu’elle était belle ! En or et toute gravée ! Vérifiant que personne ne faisait attention à moi, je la rengeais dans ma poche aussi vite que l’éclair. J’avais peut-être pas la carte mais j’avais une pièce… et c’était MON trésor à MOI ! Me relevant, je constatais en m’époussetant que la rouquine me regardait d’un air interrogateur, je jugeais donc bon de préciser :

- Vous le hurlez tellement fort qu’on vous entend à l’autre bout de l’île ! Le tapage nocturne, vous connaissez ? On vous acceuille sur l’île, vous pourriez faire un peu plus attention ! Et d’ailleurs, pourquoi tes parents t’ont donné un nom de crevette ?

Mes yeux étaient ronds, interrogateurs, mais la commissure de mes lèvres trahissaient une moquerie. L’autre à côté d’elle continuaiat à gémir :

- Oh ça va pleure pas non plus ! Je t’ai à peine tapoté !!! OUAH…

J’avais sursauté tout en disant le dernier mot. Le type était en train de se transforrmer… en humain…En humain étrange mais humain quand même. Il avait plus d’eye-line que les Jones père et fils, une barbe noire avec des perles dedans, des longs cheveux noirs… C’était un pirate, j’en était sûre… J’étais cernée par les pirates… Après l’étonnement, j’haussais les épaules d’un air blasé :

- T’étais plus joli avant.


Skunk : 90%

codage de coula.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Pixie dust
Regarde bien cette étoile
Dans l’océan du ciel
Quand tes beaux rêves y font escale
Ils sont éternels


Jack Sparrow*


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Johnny Depp

Ѽ Conte(s) : Pirate des Caraïbes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le CAPITAINE Jack Sparrow !

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 10
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Jeu 1 Oct 2015 - 10:23



D'où t'as vu un macaque, toi ? O_o


*Quelque part, auprès d’un esprit dérangé*

« La carte. La carte ! La carte, c’est le plus important, la carte.
Non. Non, Bill.
La carte ! Ne pas perdre la carte !
Mais Bill a dit…
Qui es-tu, forbant, pour oser contrer ton capitaine ?!
Je suis Jack ! Jack Sparrow !
Ah ! Et moi le CAPITAINE Jack Sparrow. Subtile nuance, n’est-ce pas ?
»

Le macaque en face de moi se mit à pousser un lourd soupir insolent mêlé de petits grognements réprobateurs. Je levais les yeux au ciel dans un sourire mesquin et tirai de ma ceinture une arme. Tirai, de ma ceinture, une arme… Pourquoi elle reste coincée celle-là ? Bon, deuxième essai… Ah, voilà ! Fièrement décidé à réprimer l’impudent, je lui tirai une balle entre les deux yeux sous le regard choqué des autres membres de l’équipage. Le singe bondit en avant pour s’enfuir vers les haubans dans des couinements répétitifs, ce qui eut le don de prodigieusement m’agacer. J’entendais d’ici Gibbs me dire que c’était parfaitement inutile d’essayer de l’abattre – une histoire de double de moi-même ou ce genre de petites choses – mais ça me faisait un bien fou. Après tout, il était immortel, où était le problème ? On ne peut jamais s’amuser correctement et…

« Plaît-il ? Qu’est-ce que vous dites ? Tas de ruffians dégénérés, marins d’eau douce indignes de fouler le même sol que moi, dépêchez-vous de m’astiquer tout ça ! Et que ça saute ! » Je passai entre mes hommes en train de se plier à la tâche, leur adressant un regard des plus condescendant alors que mes bottes foulaient le sol en bois. « Je n’ai de sympathie pour aucun d’vous… » Ils ne valaient rien. Rien du tout. Rien que l’ombre d’un équipage idéal et, encore, j’étais franchement sympathique pour parler d’eux comme ça. Coulés par le fond, voilà tout ce qu’ils méritaient ! « Monsieur Sparrow, laissez cette chèvre tranquille et allez traire d’autres mamelles ! » Ordonnai-je en passant à portée d’un pirate qui se dépêcha de retirer ses mains du pauvre animal. Pas sa faute, elle était un peu siphonnée pour s’attacher à n’importe qui comme ça, mais il fallait respecter l’ordre. L’ordre et la discipline. Discipline. Discipline…

« Que fait ce crabe sur mon bâtiment ?! Attrapez-le ! Attrapez !! » Hurlai-je soudainement en avisant la petite créature en train de courir sur la rambarde extérieure. Les voyant hésiter – entre lâcher leur tâche ou perpétuer leur inutilité, le choix était rude avouons-le – je me mis moi-même à courir pour espérer choper entre mes mains l’importun qui était en train de s’enfuir. Ah non, on n’espérait quand même pas échapper au capitaine aussi facilement ?! Je me ruai en avant, grimpant quatre à quatre les marches en le voyant filer vers le balcon. Encore quelques pas et le voilà à portée de main… Presque… Mes doigts le frolèrent…

Il sauta par-dessus bord. Je le suivis.

Non je n’ai pas inutilement bondit dans le vide, je ne suis pas fou – pas assez et pas sans plan de secours – la corde pour me laisser glisser jusqu’au sol blanc se révéla d’une très grande utilité ! Tombant lourdement sur le sable clair, je me précipitai pour attraper le crabe gris qui m’attendait bien sagement là. « Aha ! Enfin j’te tiens… » Victorieux, j’exposai mon trophée aux yeux de tous ! En soit, de personne par définition, mais c’était l’intention qui comptait. Je lui retirai d’ailleurs des pinces une cacahuète. « MA cacahuète ! » et l’enfournait dans ma bouche avec avidité.

C’était sans compter sur la présence mesquine d’un autre crabe ressemblant comme deux gouttes d’eau à un galet juste à côté. Etait-ce une pierre métamorphosée ou bien un insecte caméléonisé ? Le débat était lancé, ainsi que mon pied pour aller tâter du bestiau. Savait-on jamais, qu’il soit vraiment vivant. « Yaark !! » Apparemment, il l’était. Les petites pinces qu’il agita voulaient tout dire en fait. Qu’est-ce que c’était que ce bazar encore ? Pourquoi est-ce que les pierres se mettaient à s’agiter ?

J’entendis un grondement sourd. Le sol se mit à trembler autour de moi… Passé le premier instant d’hésitation paniquée, je me mis à courir en direction de mon navire en essayant d’éviter les centaines de crabes qui apparaissaient sous mes pieds. J’attrapai l’un des filets pour me hisser, échappant de peu à leurs petits doigts coupants et leur lançant un regard courroucé. Ils ne s’agitaient jamais pour rien. Sûrement pas. « Monsieur Sparrow, sortez ma longue-vue ! » Ordonnai-je en me hissant à bord. On m’en tendit une immédiatement. « Je crois que Neverland est en vue, mes amis… »

Et qui disait Neverland, disait…


*Sur la plage, actuellement*

« C'est pas tout mais je vais peut-être y aller ! » Ah non, non non non, non on ne pouvait pas aller par la forêt ! Sûrement pas dans la forêt, je préférais de loin passer par la plage ! La jungle, c’est pour le chiens galleux et les voleurs de carte, le passage le plus évident était de l’autre côté voyons, tout le monde savait qu’il fallait longer les flots pour ne jamais perdre le nord ! Ou bien était-ce l’est… Et qu’en était-il d’une île sans compas ni espace ? Bref, on se questionnera plus tard. Avisant que l’un de mes bras commençait à ressembler à quelque chose, je la saisis par le poignet et l’entraînait avec moi dans la bonne direction. On n’abandonne pas une demoiselle en détresse, c’est le code ! Ni les enfants. Sûrement pas les enfants. Ou si… Si on les abandonne ! Ou pas. « Hé !!!! » Dans le doute, je soulevai le gamin et le basculai sur mon épaule avant de poursuivre notre route. On discuterait plus tard des modalités, mais il me fallait un équipage et ces deux-là semblaient clairement moins dangereux que les autres.

Je m’arrêtai après plusieurs mètres, lâchant le mouflet dans le sable finalement. Il était un peu trop lourd pour un gosse, je le soupçonnais d’être un nain dissimulé… Gibbs n’était pas là pour me l’assurer, mais je savais les reconnaître : petits. Ils étaient petits ! Evidemment ! Et en plus ce traître m’avait frappé en plein ventre, leur hauteur de prédilection… J’eu envie de me tourner vers Killian pour lui traduire le fond de ma méfiance, mais je me rappelai que je ne pouvais pas encore parler. Pas tout à fait. Par les culottes de la mer, que ces transformations étaient longues… Oh, un poux ! Je m’en emparai dans les cheveux de la rousse à ma droite et portait le délicieux insecte à ma bouche. Hmmm, croquant sous la dent, mes préférés !

Puis je le recrachai à grands bruits en me rappelant que je n’avais plus le palais aussi délicat pour ça. Fieffé singe qui commençait à me courir sur le ciboulot pour me rendre plus chèvre que je ne l’étais déjà ! « Oh ça va pleure pas non plus ! Je t’ai à peine tapoté !!! OUAH… » Mais il allait se taire le nain de jardin, ou j’allais m’occuper de lui. Sentant comme une petite différence, je pus enfin étendre les bras dans le long manteau de cuir noir qui venait d’apparaître sur mes épaules. ENFIN ! Soulevant le tricorne de mon crâne, je l’observai d’un œil circonspect avant de finalement décider qu’il était très bien comme ça. Juste ce grain de sable, là… Voilà ! Je le vissai solidement sur ma tête et secouai mon corps pour reprendre pleine possession de la forme humaine.

« La question n’est pas de savoir si elle a un nom de crevette, mais pourquoi est-ce qu’une crevette porterait un nom aussi ridicule ? » Fis-je remarquer, posant mon pouce dans ma bouche pour remettre en place l’une de mes dents en or. Jack avait tendance à les mâchouiller un peu trop et à chaque fois c’était la même histoire : dès qu’on mettait les pieds à Neverland, il fallait s’occuper des dégâts ! Être un macaque pendant trop longtemps vous faisait perdre quelques bonnes habitudes… Comme se présenter décemment. Mais après avoir répondu au nain tracassin qui se croyait malin.

« Venant d’un nabot en culotte courte, je vais prendre ça pour un compliment… KILLIAN ! » Je m’exclamai en m’approchant du concerné, un large sourire aux lèvres, pour lui tapoter les joues amicalement. « T’as pas vraiment changé, gamin… Enfin, si, un peu mais je t’assure, ta crème anti-rides est rudement efficace. Tortuga ? Non, plutôt les îles caïman. Ils font un thé au gingembre, une pure merveille. Demande Stella, la prochaine fois que tu y vas. T’inquiète, je ne dirais rien à ton père, vieux pacte entre nous, toussa toussa… » Je pris un air conspirateur à son attention pour appuyer ma promesse, survolté d’avoir en face de moi le sale gosse des Jones. « J’vois que t’as pas perdu ton crochet… C’est bien de prendre soin de ses affaires. Où est ton navire ? »

Je portai mes poings sur mes hanches pour regarder autour de nous. Mais rien. Pas de voiles ni quoi que ce soit à l’horizon qui puisse trahir la présence du Jolly Rogers. Grimaçant, je mis ma main en visière au-dessus de mes yeux au cas où ça pouvait d’avantage nous aider, mais… « … Embêtant, ça. Tu n’as pas vu mon Pearl non plus, je suppose ? Le Capitaine Jack Sparrow ne va nulle part sans son Black Pearl ! » Où est-ce qu’il était amarré celui-là déjà. J’avais un vague souvenir mais ça restait particulièrement flou sur certains détails. Il faudrait que je songe à remédier à ces petites incohérences rapidement, mais on ne venait pas suffisamment à Neverland pour que j’y parvienne décemment. Comment est-ce que vous voulez que je travaille dans ces conditions ?!

« Pas de Jolly Rogers. Pas de Pearl. Pas de carte. » Constatai-je, d’un air songeur en commençant à faire les cent pas à côté du petit attroupement. « Des rousses, ça on a, on en a plein ! » Je désignai la crevette puis… Bonjour madame ? Très intéressant ce décolleté mouillé. Une mode des maisons des louves, peut-être ? Où est-ce qu’il l’avait dégotté, cette cornichonne là ? « Et on a un nain. Puis un crochet… Fameux. Fameux. Très fameux. Bon. » Je claquai mes mains l’une contre l’autre et les frottai énergiquement. « Quand est-ce qu’on se lance ? Non parce qu’on n’a pas toute la soirée, j’ai des obligations à tenir et j’aimerais faire ça rapidement… » Devant leurs airs interrogateurs, je levai les yeux au ciel. Mettez vos cerveaux en marche, moussaillons !

D’un roulement d’œil et de tête, je désignai les pirates un peu plus loin en train de cesser de se battre pour… Pour commencer à s’intéresser à nous. Certains échangeaient des paroles et de grands gestes quand d’autres les rejoignaient. Oui, eux. Là. Eux. Eux, c’était un problème. Très gros problème ! « … Mais vous le faites exprès ou quoi ?! » Ils voulaient qu’on se fasse rattraper ou bien ? Je m’élançai en avant, tapant du pied en avisant qu’ils n’avaient pas bougés de leur place. « Le trésor. Allo, le trésor ! On n’est pas là pour cueillir des marguerites. » Je n’avais peut-être plus la carte mais je me rappelai au moins de l’objectif principal. « Je vous la fait, mais en accéléré : trésor. Montagnes d’or. Enterrées à Neverland. Accès sécurisé. Et pour y accéder, qu’est-ce qu’il nous faut ? » Je l’assommais tout de suite ou pas l’abruti qui venait de répondre « la carte » ?

« Une clef. Pas n’importe quelle clef, LA clef ! Et où est généralement planquée une clef ? » Toujours pas de réponses ? Non mais c’était quoi cette troupe de cochons de Bayonne pas foutu de différencier des vessies de lanternes ?! Le fixant tour à tour, je pris mon mal en patience pour parvenir à me faire comprendre. « Quel est l’endroit le plus sécurisé de cette île ? Où pourrait se cacher l’accès au plus fabuleux des trésors ?… » Je posai mon regard sur Killian. « … Peut-être dans un coffre, non ? » Ca paraissait pourtant évident ! « Mais pas n’importe quel coffre. Il n’y en a qu’un seul que personne n’a jamais approché, de près ou de loin… » Il allait finir par comprendre où je voulais en venir où j’allais devoir lui faire un parchemin ? « La clef est à l’intérieur d’un coffre verrouillé. Et nous sommes JUSTEMENT sur la route pour le retrouver… Tout comme Davy Jones. » C’est bon, ça se mettait en place ? Voilà, maintenant, on pouvait y aller ?

« … Enfin, si nous y parvenons avant eux ! » Je désignai les pirates en train de courir vers nous au bout de la plage, reculant de plusieurs pas pour espérer garder un peu d’avance. « Killian, j’espère que tu as gardé le compas que tu m’as volé il y a des siècles, car on va en avoir besoin ! » Lançai-je à son attention en me mettant à courir, mes bras tendus devant moi. La course poursuite commençait, et j’avais bien l’intention de coiffer mon patron au poteau sur quelque chose d’aussi important qu’un trésor ! Même si pour cela je devais me coltiner un pirate, deux rouquines débrayées et un nain pour équipage.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Ca va (encore) mal finir cette histoire...

The code is more what you'd call guidelines than actual rules.

 Page 3 sur 10
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

[Fe] Les Trésors de Neverland - Evènement #46





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Le monde enchanté :: ➹ Neverland