Aventures
en cours :

Magic League
Août 2017


Zootopie 2
Juillet 2017

Age de Glace
- bientôt -
Septembre 2017



Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


Magic League - le 82ème événement de Disney Rpg ! ╰
➹ Création graphique : Wonder Bekah ♥ - Maître du jeu : Spider Dyson ♥
Tu ne peux pas sauver le monde seul... Mais avec eux, tu peux !

Partagez | .
 

 Neige, Sable et ... Papillons ? {Sebastian & Jack & Maxine}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Jack Overland


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


avatar




╰☆╮ Avatar : Lucas Till

Ѽ Conte(s) : Les 5 légendes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Jack Frost

☞ Surnom : Lou, Loulou, P'tit Lu, Pollen

Pourquoi c est Pétunia la ???

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1052
✯ Les étoiles : 20




Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Mar 15 Sep 2015 - 3:51

Jack & Sebastian & Maxine


Bon, ce n'était pas la peine de stresser, si ? Jack faisait les cent pas, a tourner sur lui même dans son appartement, entouré d'objets gelés. Cela faisait plusieurs jours qu'il avait prévu la rencontre, il n'aurait pas du être aussi nerveux, ça ne lui ressemblait vraiment pas. Mais il ne cessait de revoir le moment ou il était rentré voir les autres après que les œufs de pâques aient été détruits ... Leurs visages marqué par la déception ne cessait de lui revenir en tête a tout bout de champ. Après tout c'était sa faute si Sable était "mort". Il ne cessait de s'imaginer ce qui avait pu lui arriver pendant ce moment ou il avait été avalé par le sable noir.

Le jeune homme déglutit difficilement et jeta un coup d’œil autour de lui avant d'attraper son bâton et se s'envoler par la fenêtre pour s’installer sur le toi. Les yeux levés vers le ciel, il laissa son regard dérivé vers les nuages sombres qui approchaient en ce début d’après midi. Il ne pourrait pas confier ses doutes a la lune. La rentrée avait eu lieu depuis quelques jours et les clients se faisaient plus rares a la glacerie, ce qui lui faisait passer plus de temps a la patinoire ou a l'extérieur. L'été était fini et bientôt l’hiver reprendrait ses droits sur la ville, la recouvrant d'un manteau blanc scintillant. Quand a lui, ce serait a nouveau "son" moment.

Jack se passa une main dans les cheveux et se laissa tomber sur le bord du toit, les jambes pendant dans le vide, se laissant apaiser par la vision d'une ville calme. La rentrée avait eut lieu, les enfants étaient en cours, penchés sur des cahiers neufs qui sentaient la colle, a chuchoter entre eux pour se raconter leurs exploits de vacances, a se rencontrer, lier connaissance, se faire des amis. Jouer, rire, partager. Un petit soupire de résignation lui échappa. Qu'aurait il donner pour se trouver la parmi eux ? Beaucoup certainement, surtout depuis qu'il était devenu visible. Ses années de solitude l'avaient marqués bien plus durement qu'il voulait bien l’admettre et une certaine mélancolie s'emparait de lui alors qu'il pensait a la joie que ca pouvait être de se faire des amis. Il n'avait jamais réellement connu l'école, en dehors des récréation et des quelques fois ou il intégrait une classe pour chercher désespérément un enfant qui pourrait le voir ... Le jeune homme passa une main sur son cou, éffleurant du bout des doigts le tatouage qui ornait sa peau. Il était un gardien désormais. Il avait trouvé sa place.

Jack se releva d'un bond souple et grimpa rapidement sur les fils électriques pour se balader pendant quelques minutes a travers les toits. Le vent jouait avec ses cheveux, charriant vers la ville ces nuages lourds d'une pluie qui risquait de tomber a chaque instant. Le jeune homme les observa a nouveau, se retenant de sauter pour aller jouer dedans et changer cela en une lourde neige blanche. Ce n'était pas encore le moment, la neige devait se faire attendre, désirée, et plus elle serait longue a venir, plus elle serait appréciée. Cette année il ferait en sorte de faire de la ville un immense terrain de jeux. Les routes seraient certainement bloquées pour empêcher les enfants d'aller en cours. Les batailles de boule de Neige éclateraient a tous les coins de rue, de joyeux bonhommes de neige orneraient les trottoirs .. oui ce serait certainement le plus bel hivers qu'aurait connu Storybrook.

Il descendit de son perchoir et se dirigea vers l’extérieur de la ville. Il avait besoin de se défouler un peu. Alors, prenant de la vitesse, il se retrouva bientôt a voler a pleine puissance, invoquant les vents d'hivers pour le porter. Plus vite, toujours plus vite. Plus haut, plus fort. Il émit un rire cristallin alors qu'arrivé au point culminant de sa montée, il se laissa soudain tomber, sans rien pour ralentir sa chute, avant se se re propulser au moment ou il allait percuter le sol. Ce petit manège dura encore un long moment avant qu'il ne se décide a revenir vers la petite ville a l'instant ou les cloches sonnaient la fin des cours de la matinée. Les enfants envahirent les rues pour rentrer chez eux, raconter a leurs parents ce qu'ils avaient faits, criant, riant. Peut être Alaka était elle au milieu d'eux...

Jack se posa au milieu d'eux avec un grand sourire, rasséréné. Au milieu d'eux, rien ne pouvait l'atteindre. Du coin de l’œil, il aperçut un petit gars qui avait l'air triste et sans attendre, discrètement, il lui envoya un flocon du bonheur comme les appelaient certains, illuminant soudain son visage avant qu'il ne se mette a courir vers sa maison, sous le regard doux de Jack. De rien.

Il erra un moment dans la ville, attendant son heure. Il se sentait presqu'idiot de lui avoir demandé de venir alors qu'elle aurait certainement des choses plus intéressantes a faire. Mais sur le moment ... sur le moment ca avait sonner comme une évidence. Il avait paniqué simplement. Le jeune homme attrapa son téléphone et tapa rapidement un message avant de le fixer, hésitant a l'envoyer. Il le rangea en soupirant. C'était peut être idiot mais il savait qu'il se sentirait mieux si il n'était pas seul. Sable comptait beaucoup pour lui. Voir son sable tous les soir descendre vers les enfants pour leur apporter des rêves lui avait toujours mis du baume au cœur. Et il l'avait décider, il irai s'excuser. Tooth lui avait dit ou il se trouvait et il avait toujours repousser cette confrontation. Il ne voulait pas voir ce reproche qui transparaîtrait dans les yeux dorés de son ami. Mais sa rencontre avec Pitch lui avait fait revoir ses priorités. Il avait besoin de conseils. Mais surtout, il avait besoin d'être en paix avec lui même.

Après tout il avait bien reproché a Pitch de ne pas s'être excusé auprès des gens qu'il avait blessé, mais avait il le droit de faire cela alors que lui même ne voulait pas affronter ses propres erreurs ? Non, sûrement pas. Alors il avait hésité, fixé une date et n'y était finalement pas allé. Trop occupé c'était il dit le soir avant de voir une traînée or passer non loin de lui pour aller dans la chambre d'un enfant. Trop lâche sûrement Ça avait duré deux, trois jours. Puis il avait appelé Maxine. La jeune femme avait choisit une date au hasard dans le calendrier et avait promis de l'accompagner. Date qui tombait aujourd’hui. Et maintenant, il était la, a l'attendre au lieu de rendez vous d’où il pouvait voir la battisse servant de boutique au Marchand de Sable.

Il se mit a pleuvoir. et plus par ennuie que par réel besoin, Jack se créa un abris sommaire. Évidemment Sable n'habitait pas au cœur de la ville. Son entreprise, Sandman's Roc, était un peu a l'écart, entouré de terrains vagues et parsemé de carrières de pierres et de sable. Aucun abris pour les touristes donc.

Des pas se firent entendre et le Gardien tourna les yeux, apercevant une petite tête blonde qui avançait vers lui en souriant. Trempée de la tête aux pieds.

"Max ! Bon sang viens la vite !"
fit il en retirant rapidement l'éternel sweat qu'il portait. "Allez met ca ! ce sera un peu froid mais ce sera toujours mieux que de rester trempée. Bon sang qu'est ce qu'il t'as pris de sortir sans manteau par un temps pareille ?"

Il passa de force le pull par dessus la tête de adolescente en écoutant sa voix étouffée avant de pousser un soupire.

"La météo n'a pas toujours raison tu sais ? Tu ferai mieux de te fier a ce que tu vois. Allez viens, on ne dois pas traîner, je ne veux pas que tu attrape la mort."


Jack observa pendant quelques instant la bâtisse, sa main serrée contre son bâton, avant de se mettre a rire et ébouriffer gentiment les cheveux de la blonde.

"Mais non, pas dans ce sens la ! C'est une expression. Tu ne peux pas attraper la mort, ca veux juste dire que tu risques d'être malade !"


Il s’élança sous la pluie, suivit de son amie et ils atteignirent rapidement la porte d'entrée. Jack était trempé mais ca ne le gênait pas plus que ca. Après tout il ne ressentait pas le froid, et son corps, qui dégageait une température bien plus basse que celle de la normale, faisait geler quelques gouttes d'eau sur son cou. Il fixa la porte un moment, un long moment sans oser frapper .... jusqu’à ce que la voix de son amie ne le tire de sa rêverie. Maudissant son inaction, il finit par appuyer sur la sonnette en déglutissant.

Un homme vint leur ouvrir et Jack planta ses yeux dans les siens, galvanisé par la présence de la jeune femme a ses cotés.

"Sable ? "
fit il d'une voix enrouée. "Je ... on peut entrer s'il te plais ? Je sais que tu n'a probablement pas envie de me voir mais ... Ce ne sera pas long..."

Il ne devait pas avoir envie de le revoir et la mine grave du gardien de l’Hiver devait certainement le mettre mal a l'aise ... Pourtant, Jack ne pouvait avoir avec lui la même attitude qu'auparavant. Pas tant que le gardien des rêves lui en voudrait. Il devait s'excuser. L'homme les laissa passer, et ils pénétrèrent dans l'habitacle. Jack se tourna rapidement en entendant Maxine se présenter, et un sourire se dessina sur ses lèvres. Toujours un peu décalée...

"C'est ... Joli ici." lâcha il finalement. "C'est cool le sable et les pierres. Tu t'en sort bien avec ? "


Si il avait pu il se serait certainement frappé la tête contre un mur pour oser avoir un discours aussi .. stupide. Pouvait on faire pire qu’essayer de retarder l'inéluctable en parlant de banalités ?

Code by ©Elle

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

I promess to watch over your child.
Guide him safely from the ways of harm.
Keep happy his heart, brave his soul, and rosy his cheeks.
Guard with your life his hopes and dreams,
for he is all that we have, all that we are,
and all that we will ever be.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28430-jack-overland-termine http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28508-jack-overlan-guardien-a-votre-service#245450 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28509-chrono-jack-overland#245451

Maxine Daitya


«Muerte, la mort!
Né l'oubliez yamais!
Pitis voyous!»


avatar


╰☆╮ Avatar : Elle Fanning

Ѽ Conte(s) : Alice au pays des merveilles / La princesse au petit pois
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La soeur d'Alice et la princesse au petit pois

☞ Surnom : Loulou / P'tit Lu / Louloute / Lou

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2248
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : «Muerte, la mort!Né l'oubliez yamais!Pitis voyous!»


________________________________________ Mar 15 Sep 2015 - 4:03

Maxine & Sebastian & Jack


École : Établissement où l'on enseigne une ou plusieurs sciences, un ou plusieurs arts, ect ...
Art : Ensemble de moyens, de procédés conscients par lesquels l'homme tend à une certaine fin, cherche à atteindre un certain résultat.
Brimade : Traitement humiliant et vexatoire infligé à quelqu'un par ses camarades, ses collègues, etc.


Maxine était plantée devant son caser. La tête penchée sur le coté, elle fixait sans les comprendre les mors inscrits au feutre rouge dessus. Des mots moches. Méchants. Serré contre elle, son petit livre a la couverture jaune criarde. A son coté, son sac en bandoulière alourdit par les livres de cours, son ordinateur. Dans son dos, un groupe de fille qui s’esclaffaient bruyamment devant son incompréhension. Elle resta quelques secondes planté la avant d'avancer et de faire le code de son cadenas. Personne ici ne pourrait le trouver ou le crocheter. C'était bien trop complexe pour eux.

La jeune fille posa les livres dont elle n'avait plus besoin et attrapa ceux de son cours suivant quand tout a coup, elle sentit une présence a ses cotés. Tournant le visage, elle reconnut soudain Mélissandre Hooper. Présidente du club de bonne entente et de bienséance du lycée. Notes excellentes, obtenues plus ou moins légalement. Populaire. Déléguée de classe.

"Maxiiiime !"
fit elle d'une vois faussement amicale ou perçait une pointe de moquerie. " Écoute j'aurai besoin de toi tout a l'heure. Le club organise une activité ou nous devons laisser exprimer notre art intérieur et je te trouve très inspirante ! Alors est ce que tu voudrai bien me servir de cobaye ? Ce serait un honneur pour toi tu sais ?"

Sa camarade ne comprenait pas réellement en quoi ce serait réellement un honneur mais se contenta de hocher silencieusement la tête en la fixant de ses grands yeux bleus. En plus elle c'était trompée sur son nom...

"Parfais, on se retrouve tout a l'heure devant la cantine ! A treize heure précise n'oublie pas !"


Maxine hocha a nouveau la tête et l'autre fila sans pouvoir retenir un petit rire moqueur. La petite blonde referma son casier et se dirigea tranquillement vers son cours suivant. Le temps, comme toujours, lui parut long. Ce n'était pas intéressant, tous ces élèves allaient bien trop lentement. Le menton délicatement posé sur sa main, elle tourna les yeux vers le ciel et contempla les nuages pendant les longues minutes qui composaient son cours, écoutant d'une oreille distraite les informations dictées par le professeur, tendis que sur son cahier, son stylo ne cessait de courir, repoussant bien plus loin les limites de ces réflexions. Le premier jours, elle avait tenté de leur expliquer, de leur faire voir combien leurs esprits étaient limités et devaient voir plus loin. Mais rapidement elle c'était rendu compte qu'ils n'y parvenaient pas. Alors elle le faisait sur ses notes, qu'elle ne lisait jamais.

La sonnerie retentir et alors qu'elle allait quitter la salle, un pied lui barra soudain le chemin, la faisant trébucher. Livres et cahiers s'étalèrent rapidement sur le sol marbré, certains piétinés par la masse d'élèves qui changeaient de classes.

"Ce n'est pas grave, tu n'as pas fait exprès"
assura elle avec un sourire au jeune homme qui la fixait avec un sourire moqueur.

L’adolescente retourna a son casier et y rangea ses affaires avant de s'installer dans une salle vide ou elle se mit a dessiner sur le tableau avec une craie en attendant de pouvoir aller a son rendez vous. Enfin, une heure plus tard, elle se dirigea vers le réfectoire. Maxine n'avait pas prévu d'y manger ce midi la, préférant déjeuner chez elle pour plus facilement aller retrouver Jack puisque ses cours de l’après midi avaient été annulés suite a un problème d'organisation de l'emploi du temps. Mais on lui avait demander de venir, elle mangerait plus tard. Elle se posta a l'entrée du réfectoire et attendit. Et attendit. Et attendit. Elle entendit son ventre se mettre a gronder mais ne bougea pas tendis que ses camarades se bousculaient pour aller manger. Alors que la file s'amenuisait pour ne laisser passer que les retardataires, pour finalement que les cuisiniers ne ferment définitivement le passage en lui jetant des regards curieux. Enfin, elle aperçut Mélissandre et son groupe qui avançaient vers elle, plateaux en mains. Elles avaient décidé de lui apporter a manger ? C'était gentil.

La déléguée lui ordonna de ne pas bouger et .... Lui renversa une pleine assiette de purée sur les cheveux. Avec une discretion infinie, Maxine fit passer son livre qu'elle tenait sur son ventre, sous son pull afin de le protéger. Puis vint la compote qu'on lui étala consciencieusement sur le visage. Puis la sauce tomate dont on aspergea ses vêtements. De la ratatouille vint s'ajouter au reste suivit d'autres aliments. Au bout de quelques minutes ils n'eurent plus rien a portée de main et la laissèrent la, immobile, ruisselante de nourriture après avoir pris quelques clichés souvenirs.

Maxine attendit quelques instants puis se mit en mouvement. Mélissandre avait dit que ca avait été de l'art. Donc c'était normal qu'elle n'ai pas compris puisque l'art était extrêmement subjectif. La petite blonde quitta discrètement l'établissement et rentra chez elle ou elle passa un long moment sous la douche avant de passer dans sa chambre ou elle passa des vêtements propres. Elle descendit les sales a la machine et nettoya les traces qu'elle avait laissée sur le sol en entrant. Puis, apercevant l'heure, elle se leva d'un bond et passa dans l'entrée. Qu'avaient ils dit a la météo la semaine dernière déjà ? Du soleil normalement... Mais elle avait vue des traces de pluie en arrivant. La princesse mit alors une paire de bottes en caoutchouc rouge, et sortit de chez elle en attrapant son sac au passage, avant de se diriger les le terrain vague. Sautant de flaque en flaque a pieds joints alors qu'il se mettait a pleuvoir, elle finit par apercevoir Jack au loin et se dirigea vers lui.

"Coucou Jack"
!! fit elle en agitant la main.

Le jeune homme l’entraîna rapidement et retira son pull pour le lui passer de force. Le sweat, bien trop grand pour elle, lui arrivait a mi- cuisses et les manches recouvraient largement ses mains. elle avait l'impression de nager dedans.

"Bah a la météo la semaine dernière ils disaient qu'il ferait soleil ..."


Il soupira. Pourquoi donc ? elle avait fait quelque chose de mal ? Pourtant c'était ce que la météo avait dit ... Elle n'avait pas eut le temps de regarder les prévisions depuis, alors elle c'était basée sur son plus récent souvenir.

"Attraper la mort ?"
demanda elle, curieuse. "Comment on peut faire ca ? Elle est palpable ? est ce que tu pense que si on arrivait a l'attraper les gens arrenteraient de mourir ? Mais dans ce cas la on seraient rapidement en surpopulation non ? Et est ce que ca arrêterait la mort partout dans l'univers ou juste ici ? Est ce que ..."

Apparemment il ne voulait pas dire ca. Maxine garda ses réflexions pour elle et courut a sa suite, soufflant sur ses doigts pour les réchauffer. Jack était gentil mais en temps qu'esprit de l’hiver, il était froid et son pull était glacial - quoi que sec -. Ils restèrent planté devant la porte si longtemps que Maxine se demanda si son ami n'avait pas été pétrifié.

"Jack, tu ne sais plus sonner ? Tu veux que je te montre ? "
fit elle juste avant de lâcher un petit éternuement.

Le gardien ne répondit pas et sonna a la porte. Au bout de quelques instants, in vint leur ouvrir et dans le dos de Jack, Maxine fit un petit signe de la main avec un sourire, laissant le jeune homme parler, avant de la rapprocher de son autre main pour souffler doucement dessus. Ils entrèrent dans la maison et la jeune fille détacha a nouveau ses doigts pour tendre la main vers l'homme face a elle.

"Je m'appelle Maxine Littlepeas".
Fit elle avec un grand sourire. "Tu veux être mon ami ?"

Au bout de quelques instants, elle fronça les sourcils sans comprendre.

"Pourquoi tu ne parles pas ? Tu ne sais pas parler ? Tu veux que je t'apprenne ? Ou alors tu ne peux pas ? Tu sais, je n'ai jamais rencontré de muets avant alors je ne connais pas le langage des signes, c'est dommages ... Mais la prochaine fois je le connaîtrais, promis ! Comme ca on pourra parler. Mais en attendant tu veux un crayon peut être ? Je ne sais pas si je l'ai je crois que je l'ai laissé a la maison ..."


Elle se mit a fouiller dans son sac, poussant un cailloux brillant, une jolie feuille, un bracelet de ficelle a moitié fait.... avant d'en sortir un jolie stylo a tête de hiboux et de le tendre a l'homme avec de grands yeux.

"C'est mon préféré, il fait de la lumière quand tu appuie dessus. La chouette je l'ai appelée Edwige, comme dans Harry Potter. C'est mon stylo préféré mais je te le donne si tu veux comme ca tu aura toujours de quoi écrire."
ajouta elle avec une sincérité désarmante.


Code by ©Elle
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t40866-maxine-littlepeas-la- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t41162-liens-de-maxine http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t42163-rps-de-la-princesse-au-petit-pois-maxine-littlepeas#391395

Sebastian Dust


« Pas de main,
pas d'arlequin ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Eddie Redmayne.

Ѽ Conte(s) : Les Cinq Légendes.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le Marchand de Sable.



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2435
✯ Les étoiles : 48




Actuellement dans : « Pas de main,pas d'arlequin ! »


________________________________________ Ven 18 Sep 2015 - 22:16





Il n'y a pas d'âge pour s'amuser




Les nuages. Sebastian les observait maintenant depuis de longues, très longues minutes. Debout face à la grande baie vitrée de son bureau, les mains dans les poches et l’air rêveur, son attitude pouvait prêter à la confusion lorsqu’on l’observait sans même le connaître. Habillé d’un pantalon gris, d’une chemise claire et d’un veston anthracite, ses cheveux coiffés un peu en arrière, il pouvait paraître terriblement sérieux à côté de son bureau ; quoiqu’un peu décalé à cause de la chaine dorée qui reliait sa tenue à une très jolie montre à goussets cachée dans l’une de ses poches. Il entendait d’ici le doux cliquetis des secondes, du mécanisme en marche, des secondes qui défilaient et s’étiraient à mesure que son esprit partait vagabonder dans des contrées inexplorées. C’était ce petit clapotait, accompagné de celui de la pluie sur le carreau, qui avait rendu ses yeux doux rêveurs et ses tâches de rousseurs mutines. L’homme sérieux avait laissé place à quelqu’un de bien plus naturel et de plus agréable. De toute manière, il était royalement incapable d’être sérieux trop longtemps… Il y avait tellement de choses à voir, de mystères à explorer, d’étendues de ciel à explorer pour se permettre de rester cloîtré entre quatre murs pour le reste de son existence.

Il fixait le ciel, d’ailleurs, les nuages sombres se reflétant dans ses pupilles alors qu’il les suivait patiemment du regard. Déjà il n’était plus là. Il ne se trouvait plus dans son bureau mais au milieu des cumulus ou d’autres nimbus du genre, à chatouiller les uns pour les faire pleuvoir ou se pelotonner contre les autres pour les aider à calmer leurs éclairs orageux. Il connaissait bien les nuages, c’étaient des créatures aériennes susceptibles et volages, mais au fond on pouvait toujours parvenir à les amadouer d’une façon ou d’une autre. Il suffisait de savoir par quel bout les prendre… Et de ne pas trop les perturber dans leur éternelle course autour de cette jolie planète qu’était la Terre. Que n’avait-il parcouru des milliers de kilomètres en leur compagnie, écoutant le murmure du vent conter leurs aventures ou autres anecdotes de leur longue et interminable existence. Il riait beaucoup, amusé, et se laissait même surprendre par les magnifiques sillons au-dessus de l’Australie, ou encore par la colère brutale de certains mastodontes envahissant la Storm Valley du Colorado. Ceux-là n’étaient vraiment pas très commodes, pourtant Sab n’avait pu s’empêcher de les apprécier lorsqu’ils avaient acceptés de le laisser se mêler aux sublimes tempêtes de sable qui les accompagnaient généralement. La condition avait été de ne pas s’approcher des habitations et, après des négociations difficiles, c’était le marchand de sable qui l’avait emporté ! Comme quoi, tout était possible dans ce monde.

Il montait de plus en plus rarement désormais, non pas par désintérêt mais bien parce qu’il avait beaucoup de choses à faire près du sol. Alors il laissait les nuages à un autre de leurs gardiens : Jack Frost. Les tempêtes enneigées ou même simplement les flocons d’hiver étaient son domaine, il ne se serait pas permis d’en influencer le moindre élément. Sebastian était un invité parmi le ciel, son élément restait la Terre et la roche. Le cœur même de toute vie sur Terre. Et cela lui convenait bien assez. Il déglutit en pensant à son ancien ami, disparu depuis que le sort noir s’était emparé de chacun des siens pour les éparpiller dans un nouveau monde : Storybrooke. Une Terre, différente et si semblable à la fois. Un monde parallèle à celui qu’il avait toujours connu. Et s’il s’y était relativement bien habitué – sauf le monde, les gens, l’idée d’apparaître en être humain au milieu de cette foule le rendait malade de frayeur – il ne parvenait pas à digérer la disparition de ses proches. Pitch avait été le premier à se manifester, une étrange coïncidence quand on savait à quel point les deux hommes étaient opposés… et complémentaires. Une très vieille histoire qui ne passait pas, encore moins avec la dernière tentative de Pitch pour l’assassiner définitivement ; il fallait reconnaître qu’il avait presque réussi.

Puis Tooth lui était apparue par le plus grand des hasards grâce à l’orphelinat de la ville. Elle lui avait révélée la présence d’Easter et de Jack, sans pour autant que Sebastian ne cherche à les contacter. Si auparavant il était l’élément apaisant entre les gardiens, il gardait en lui ce tempérament calme et ne souhaitait pas les brusquer. Chacun pouvait décider de mener la vie qu’il voulait à Storybrooke… Alors s’ils avaient pris cette chance, il ne pouvait la leur refuser. C’était en quelque sorte le prix à payer pour exister au milieu des humains. Un lourd tribut, qui ne lui avait fort heureusement pas arraché l’essence même de son âme : le sable doré. Sans lui, le gardien se serait senti des plus démuni. Seul. Sans rien ni personne de familier. Sans l’étrange pouvoir que pouvait avoir ces grains sur son esprit et celui des autres. Retrouver les rêves et les espoirs des enfants n’avait pas de prix, et il n’échangerait sa place pour rien au monde. Toute sa vie avait été guidée par ceux-ci, depuis les Capitaines Etoile jusqu’à l’Homme de la Lune, et il s’en montrait infiniment fier. Si seulement les autres pouvaient comprendre le plaisir ressenti lorsqu’un enfant se mettait à sourire quand le cauchemar disparaissait, ou l’amusement à observer les petites matérialisations dorées se poursuivre à travers une chambre entière pour savoir qui serait la première arrivée.

Rien que d’y penser, un soupir amusé s’échappa de ses lèvres et il porta sa main sur sa bouche. Caressant sa mâchoire d’un geste songeur. Il repensait aux rêves de Lily – Ellie avait fini par accepter de lui dire son nom – aux petits éléphants turbulents et à l’immense tristesse qu’il pouvait percevoir lorsqu’il lui rendait visite. Cette jeune femme était extrêmement heureuse dans sa vie, mais aussi profondément blessée, au point où même le cœur du marchand de sable se serrait en se rendant compte qu’il ne pouvait rien faire. Comme il n’avait pas pu retenir Sewen avant qu’il ne fuit la ville. Comme il n’avait jamais pu regarder Jack en face et lui avouer qu’il avait préféré mourir que de le voir prisonnier de Pitch… Mais qu’il était tellement fier de ce qu’il avait accompli par la suite. L’affronter. Vaincre ses peurs. Devenir gardien. Renverser les ténèbres et même parvenir à le libérer. Ce petit garnement, qui disait ne rien avoir d’exceptionnel, avait donné un grand coup de pied dans leurs habitudes et révélé à quel point la vie pouvait être encore pleines de surprises. Il l’avait adoré dès les premiers instants, mais n’avait eu que trop peu de temps pour lui dire. Il soupira. Peut-être qu’un jour, il aurait l’occasion de mettre les cartes sur la table…

Des coups se firent entendre derrière lui. Atterrissant brutalement dans la réalité, il détourna son regard de la petite représentation de Jack qui s’amusait à surfer sur des vagues de sable dans la pièce pour observer un instant l’entrée du bâtiment. La porte de son bureau était ouverte, lui offrant une vue sur le hall. Ses employés n’étaient pas là, vu l’heure, sa secrétaire avait dû filer récupérer ses enfants à l’école, et son directeur commercial était en weekend prolongé. Vu le travail qu’il leur avait fait subir durant son absence, il pouvait bien leur accorder ce genre de choses de temps en temps. Ils étaient compréhensifs, lui aussi. Les rares adultes à qui il voulait bien accorder un peu de sa confiance, leur préférant largement l’honnêteté innocente des enfants. Il hésita un instant. Avant de finalement se décider à contourner le meuble pour se rendre vers la porte d’entrée, suivi par des filaments curieux en sable doré. Sab tourna la poignée et ouvrit, découvrant un jeune homme au visage sérieux et une demoiselle détrempée.

Se connaissaient-ils ? « Sable ? » Oh oui, ils se connaissaient. Il avait suffi d’une seconde, d’un seul mot, et il l’avait reconnu. Ce gamin ne changeait décidément jamais, même d’un monde à l’autre il pouvait reconnaître ces pupilles grises aux éclats glacés. Jack. Jack Frost. Le seul qu’il ne s’attendait pas à voir ici… « Je ... on peut entrer s'il te plais ? Je sais que tu n'as probablement pas envie de me voir mais ... Ce ne sera pas long... » S’il laissa quelques instants, ce fut plus par surprise que par réelle envie de refuser. Son cœur reprit doucement sa course, sa respiration souleva sa cage thoracique, et ce fut seulement à ce moment-là qu’il se rendit compte qu’il avait arrêté de respirer. Ils avaient l’air trempés et frigorifiés. Hors de question qu’il les laisse dehors.

Sab hocha la tête et s’écarta du passage pour les laisser entrer. Il attendit un peu avant de refermer soigneusement la porte, s’écartant de quelques pas pour les observer l’un et l’autre. L’air dégingandé du garçon ne le surpris pas vraiment, habitué à le voir en pullover et pieds-nus, même si ici c’était à Sebastian d’être plus grand que lui en taille. La jeune fille était bien plus mouillée que lui, ses cheveux d’un blond clair dégoulinant d’eau et quelques gouttes glissant de son petit nez en trompette. Il l’avait déjà vu, sans doute au détour d’une nuit, mais il n’osa pas énoncer une telle hypothèse. Les gens étaient bien souvent mal à l’aise quand ils se rendaient compte que le marchand de sable connaissait leur prénom… voire plus que cela. Mais elle était avec Jack. Savait-elle ? Il interrogea son « ami » du regard, penchant la tête sur le côté quand il lui posa une bien étrange question.

« ... ? »

Un haussement de sourcils curieux et une bouche entrouverte, sans comprendre. Heureusement que la demoiselle tendit une main dans sa direction. « Je m'appelle Maxine Littlepeas. » Il observa ses doigts fins et délicats, avant d’esquisser un sourire et de serrer sa paume contre la sienne. Froide. Mais enchanté. « Tu veux être mon ami ? » La question le fit rire, sincèrement. Voilà qu’elle n’y allait pas par quatre chemins ! En soit, c’était adorable. Presque enfantin. Sebastian prit le temps de plonger son regard dans le sien, d’étudier un peu l’étrange personnage qui se trouvait devant lui, avant de hausser les épaules dans un « pourquoi pas » muet. « Pourquoi tu ne parles pas ? Tu ne sais pas parler ? Tu veux que je t'apprenne ? Ou alors tu ne peux pas ? » Il leva le doigt entre eux, comme pour essayer de parler au milieu de ses questions, mais elle ne le laissa pas faire. « Tu sais, je n'ai jamais rencontré de muets avant alors je ne connais pas le langage des signes, c'est dommages ... Mais la prochaine fois je le connaîtrais, promis ! Comme ca on pourra parler. » C’était gentil de sa part, ça plut à Sab même s’il lança un regard curieux à Jack. Comment est-ce qu’on arrêtait cette jeune femme au milieu de toutes ses questions ?

« Mais en attendant tu veux un crayon peut être ? Je ne sais pas si je l'ai je crois que je l'ai laissé à la maison ... » Il voulut refuser mais comme ce n’était pas poli, il fit juste un signe négatif en ouvrant ses deux mains, comme pour lui faire comprendre. Il avait l’habitude ici, de communiquer autrement que par la parole… Non pas qu’il ne puisse pas parler, il avait tout ce qu’il fallait pour cela, mais le marchand de sable n’en voyait pas de réelle utilité. A quoi bon parler lorsqu’il n’y avait rien à dire ? Une image valait plus que mille mots réunis. L’observation primait sur tout le reste. Comme le fait de voir cet étrange stylo brillant sortir de ce sac et se tendre dans sa direction. Il sourit, guilleret, en prenant délicatement le stylo entre ses doigts. Appuyant sur la chouette pour la faire s’allumer ! Ce petit instant d’enfantillage provoqua des remous amusés dans les douces spirales de sable qui vaquaient çà et là autour d’eux.

« Moi aussi, j’aime beaucoup Edwige. »

Il n’avait pas parlé. En revanche, du sable doré venait d’apparaître entre eux pour lentement dessiner les mots auxquels il avait pensé. Des lettres grandes, rondes et glissantes, mouvantes, capable d’exprimer le fond de sa pensée comme s’il s’adressait directement à la personne. Depuis la levée du sort noir, il avait tendance à laisser libre court à son tempérament et à l’essence même de son âme : le sable. Même s’il ne le faisait pas avec tout le monde, son carnet bien planqué dans sa poche, il arrivait bien souvent que son premier réflexe soit de retrouver ce genre de communication. Avec les gardiens il créait des images, ici il faisait un effort supplémentaire ; lui qui détestait les mots, les trouvant abrupts, violents et bien souvent inadaptés, vecteurs de mensonges ou d’autres méchancetés… Avait vite compris que les adultes ne comprenaient plus le langage soigneux des images. Rien de plus honnête. Et pourtant cela leur paraissait d’une obscurité totale. Fort dommage.

« Je m’appelle Sebastian. »

Il garda son sourire en observant Maxine.

« Je suis enchanté... Que tu sois venue avec Jack. »

Il l’était réellement. Voir le jeune homme laissait une étrange sensation dans son thorax, comme un manque qui se comblait peu à peu à mesure qu’il se trouvait à côté de lui. Garnement. Enfant. Adolescent. La glace. Le froid. L’hiver. Les jeux et les rires. Jack était bien plus qu’un simple enfant avec des pouvoirs à ses yeux, c’était un gardien. C’était son ami. Et il s’était sacrifié pour lui sans hésiter une seule seconde. Le revoir aujourd’hui et constater qu’il allait bien était une récompense bien plus grande que ce qu’il avait pu espérer. Il croisa son regard et prit le temps de s’y plonger à son tour. Les souvenirs. La vie passée. La vie présente. Tout se mélangeait et finissait par se recouper. Restait à savoir quelle direction leurs chemins allaient prendre…

« Tu as l’air d’aller bien... »

Même si la pluie s’était occupée de leur arrivée avant lui. Avisant cela, il tendit les mains et direction des deux jeunes gens, paume vers le ciel.

« Permettez… ? »

L’idée même qu’ils puissent se méfier ne lui traversa pas l’esprit. Sable avait un fonctionnement simple : il était honnête. Terriblement et fatalement. Et il considérait que tout un chacun l’était, ce qui l’avait amené à rencontrer des personnages étranges, voire… A apprendre à fuir comme la peste une grande partie des habitants de Storybrooke. Ce n’était pas pour rien qu’il préférait passer de longues heures à rêvasser ou s’amuser chez lui qu’au milieu de la foule en boîte de nuit, tout cet univers lui renvoyait une telle violence qu’il en devenait invivable. Il aimait les choses simples, cela le contentait suffisamment. Du moins le pensait-il… Il n’est pas évident de voir le bon côté des choses quand on a le cœur brisé pour la seconde fois de son existence. Emily-Jane devait bien se moquer de lui, misérable, à repenser à une idylle avec un humain comme d’une belle chose…. En soit, non, elle ne se moquerait pas. Elle ne se moquait jamais du malheur des autres. Et elle lui manquait terriblement pour cela.

Il attendit que Jack et Maxine se décident à poser leurs mains sur les siennes. Ses doigts se refermèrent sur leurs poignets, et il laissa alors une douce chaleur s’emparer d’eux. D’abord timide. Puis de plus en plus présente. Il sentit leur chair se raffermir à mesure des secondes, voir frissonner lorsque des spirales dorées commencèrent à se former autour d’eux. Lentes. Puis plus rapides. Elles se mirent à tourner sur elles-mêmes, avant de s’approcher des deux jeunes gens pour doucement les frôler. Le sable doré était chaud, rassurant. Ses propriétés allaient bien au-delà de l’illustration des rêves ou des pensées… Rien qu’à ces contacts, il renvoyait à Sebastian tout un tas de petites informations qui prenaient doucement place dans son esprit. Des images de vie. Des moments de survie. Des joies comme des peines. Des incompréhensions. Des satisfactions. Sab maintint son sourire, voir laissa échapper un léger rire alors qu’il les vit sursauter quand les grains s’insinuèrent dans leurs vêtements. Et en moins de temps qu’il n’en fallut pour le dire, ceux-ci séchèrent et réchauffèrent littéralement les deux invités qui lui faisaient l’honneur de leur compagnie.

Il ne fallut pas plus de deux minutes. Le sable doré s’extirpa finalement en lentes colonnes vers le plafond, puis s’éparpilla dans l’air sous forme de petits ballons qui explosèrent en rencontrant les murs. Le silence. Il y était habitué. Il lâcha leurs doigts et les laissa reprendre contenance, ne pensant même pas à s’excuser pour ce geste. Ce qui était naturel pour lui était difficilement objectable, non ? Mais ceci n’était vrai que lorsqu’on s’adressait à des jeunes enfants qui n’avaient pas encore appris la différence entre le bien et le mal… Peut-être que Jack avait beaucoup changé dans ce monde et qu’il lui ferait une réflexion ? Peut-être que Maxine n’allait pas apprécier cette soudaine liberté ? Mais de ce qu’il avait vu à travers le sable… Aucun des deux n’aurait cette réflexion. Ni même l’idée d’y penser.

« Que puis-je faire pour vous ? »

Demanda-t-il finalement, avec un regard rieur, joignant ses mains devant lui dans une réaction amusée par le petit tour qu’il venait de leur faire. Joueur. Jouer. Un rien pouvait laisser place à l’imagination, quand on savait où chercher pour la trouver. Et il était un maître en la matière.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

you're the fire and the flood
you were not born of stardust, darling, stardust was born from you. it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid darling, maybe life has broken you... ▬ but it can never destroy you.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t27074-tant-qu-il-y-a En ligne

Maxine Daitya


«Muerte, la mort!
Né l'oubliez yamais!
Pitis voyous!»


avatar


╰☆╮ Avatar : Elle Fanning

Ѽ Conte(s) : Alice au pays des merveilles / La princesse au petit pois
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La soeur d'Alice et la princesse au petit pois

☞ Surnom : Loulou / P'tit Lu / Louloute / Lou

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2248
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : «Muerte, la mort!Né l'oubliez yamais!Pitis voyous!»


________________________________________ Jeu 24 Sep 2015 - 0:43

Maxine & Sebastian & Jack



« Moi aussi, j’aime beaucoup Edwige. »

Elle avait ouvert la bouche, comme un "o" un peu ovale, les yeux ronds, surprise mais surtout émerveillée. Maxine sautilla un instant sur place, en montrant du doigt les lettres qui s’effaçaient doucement, se tournant vers son ami. Elle inspira, se rendant compte qu'elle avait cessé de respiré a l'instant ou le sable doré était apparu.

"T'as vue ? T'as vue ? "
demanda elle a Jack, toute excitée par cet étrange pouvoir qu'elle découvrait."Il fais des mots avec du sable ! Et en plus il connait Edwige !"

"Oui j'ai vue..."


Adolescente se retourna vers l'homme face a elle, subjuguée par ce qu'il savait faire. C'était totalement magique. Elle avait plaqué ses mains l'une contre l'autre, et les avais mises juste devant sa bouche en se mordillant les lèvres. Comment faisait il ? Est ce qu'il était lui même en sable ? Est ce qu'il manipulait seulement le sable ? Est ce que il le faisait apparaître ? Est ce qu'il le faisait seulement flotter ? Elle se sentait soudain pleine d'énergie face a cette découverte, si elle avait pu, elle se serait mise a courir partout.

« Je m’appelle Sebastian. »


"C'est jolie comme nom"
fit elle d'une petite voix.

Elle n'était pas réellement habituée aux contacts avec les adultes, était un peu intimidée a vrai dire. D'habitude, au lycée on lui criait dessus parce qu'elle obéissait a ses camarades, ou alors on la grondait parce qu'elle reprenait le professeur devant les autres. Alors ce simple type d'échange lui était tout a fait étrange. Autant elle communiquait plus tôt bien avec les enfants, autant avec les adultes ou les gens de son age, cela devenait bien plus ardu. Mais Sebastian ne pouvait pas lui crier dessus, et quand bien même, il n'avait pas cet air colérique ou moqueur qu'avaient les autres quand ils lui adressaient la parole.

« Je suis enchanté... Que tu sois venue avec Jack. »


"Oui ! Il avait peur de venir tu sais ! Il m'a dit qu'il avait quelque chose te dire mais il voulait que je sais la. Mais je ne sais pas ce que c'est mais je suis quand même venue parce qu'il me l'avait demandé."


Il était content qu'elle lui ai amené Jack, c'était sûrement pour ca qu'il n'était pas en colère ... Elle lui fit un sourire. Elle lui amènerai encore si il voulait, comme ca il serait content. Innocemment, elle se disait que sa présence ne le gênait pas tant qu'elle était avec le gardien de l’hiver. Alors si elle souhaitait le revoir, elle devrai venir avec Jack ...

"Tu es magicien ?"
demanda elle finalement en le regardant s'adresser a Jack. " Comment tu fais ca ? Tu peux m'apprendre ? Est ce que tu peux faire autre chose que des lettres ? Est ce que tu peux faire des dessins aussi ? Est ce que tu peux faire d'autres choses ? Comment ca fonctionne ? "

Sa voix devenait plus pressante au fur et a mesure, plus curieuse, plus vive. Elle parlait de plus en plus vite au fur et a mesure que les questions franchissaient ses lèvres, ne laissait pas le temps a quiconque de placer un mot. Ses yeux brillaient de curiosité, de questions, si pressant qu'elles obstruaient le reste de ses pensées. Elle voulait savoir, elle devait savoir. Il y avait tant de choses a comprendre ! Son cœur se mit a battre un peu plus vite, sa respiration se fit un peu saccadée, un peu irrégulière, difficile.

Et tout a coup, elle sentit des mains froides se poser sur ses hanches et la faire se tourner d'un coup, pour se retrouver face au menton de Jack qui l'arracha a la contemplation du sable, avant de lui poser un doigt sur les lèvres. Les quelques mots qu'il lui dit la calmèrent instantanément et adolescente lui fit un grand sourire. Il avait raison, elle n'en avait pas besoin. Elle se retourna vers Sable au moment ou il leur tendait la main. Sans hésité elle posa sa petite mains dans celle de l'homme et ne pu retenir un rire ravi en sentant les grains de sable se glisser sous ses vêtements. C'était chaud, doux, agréable et follement amusant. Elle ferma les yeux par réflexe, un immense sourire enfantin sur les lèvres.

Lorsque le sable se retira, Maxine le suivit des yeux jusqu'au plafond, écartant avec ses doigts les mèches de cheveux, en bataille a présent, qui lui obstruaient la vue. Elle inspira profondément et sauta vers le ciel en essayant d’attraper un peu de sable ans y parvenir. Alors, les yeux remplis d'émerveillement, elle se tourna, contourna Sebastian et s'approcha de ... d'une sorte de brouillard de sable qui restait la, suspendu calmement.

"Coucou ... je peux jouer avec toi ?"


Maxine s'approcha et de la main, essaya de le rassembler. L'adolescente fit de grand gestes pour ramener a elle tous le sable qui se trouvait autour, laissant Jack et le marchand de sable discuter entre eux, avant de s’accroupir dans un coin de la pièce. Ses petits genoux serrés contre elle, elle utilisa le sable magique pour confectionner une petite tour de sable, rapidement suivit par un château. Elle se concentra particulièrement sur les créneaux, les escaliers, les tours, les façonnant avec le plus grand sérieux. Puis elle jeta un regard vers les deux hommes. Jack avait l'air bizarre... Maxine tendit une main vers le bureau a coté d'elle, utilisant son autre main pour s'appuyer sur le sol et ne pas perdre l'équilibre. Elle attrapa un stylo et quelques objets du bout des doigts en manquant de se retrouver a terre mais parvint a récupérer son équilibre au dernier moment.

La jeune fille plaça le dit stylo pour tracer les marches des tours, et utilisa le reste de son matériel pour embellir l'endroit. Puis elle entreprit de façonner les personnages. Une princesse, un prince, et un dragon qui crachait des flammes et retenait sous sa patte ... elle hésita, fixant le cadavre qu'elle avait fait, avant de délicatement le serrer dans sa main pour réutiliser le sable afin de faire un petit mouton bien vivant.

Lorsqu'elle leva les yeux, elle aperçut Jack qui l'observait, un drôle d'air sur le visage.

"J'ai fais une bêtise ?"
demanda elle en penchant la tête sur le coté, prête a se faire grondée. "Si tu veux, il y a encore du sable a coté...C'est pas bien ce que j'ai fais ?"

Chateau de sable:
 


Code by ©Elle

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Wake up in the morning, stumble on my life
This is not about emotion, I don't need a reason not to care what you say, Or what happened in the end. This is my interpretation, And it don't, don't make sense.


©BESIDETHECROCODILE
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t40866-maxine-littlepeas-la- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t41162-liens-de-maxine http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t42163-rps-de-la-princesse-au-petit-pois-maxine-littlepeas#391395

Jack Overland


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


avatar




╰☆╮ Avatar : Lucas Till

Ѽ Conte(s) : Les 5 légendes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Jack Frost

☞ Surnom : Lou, Loulou, P'tit Lu, Pollen

Pourquoi c est Pétunia la ???

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1052
✯ Les étoiles : 20




Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Jeu 24 Sep 2015 - 2:06

Jack & Sebastian & Maxine


Il avait déglutit. C'était bien aussi difficile pour lui de faire face a Sable que ce qu'il avait imaginé. Certes il était différent sous cette forme humaine, mais le jeune homme le savait, au fond de lui il restait la même personne. Heureusement pour lui, l'intervention de Maxine lui permit de reprendre contenance. Cette fille avait la capacité d'occuper les gens, c'était incroyable. Elle était la seule personne que Jack connaisse qui avait une âme d'enfant aussi forte a un age aussi avancé. Et elle avait été la seule a le "voir" sous la malédiction. Alors que tous les autres l'oubliaient ou n'avaient même pas conscience de sa simple présence, cette petite blonde, a l'instar de Caleb, avait su se souvenir de lui.

Il eut un sourire amusé en la voyant aussi curieuse, et haussa les épaule en réponses a Sable. Quand elle partait, il n'y avait qu'une seule façon d’arrêter la jeune femme. Il n'avait pas pu s’empêcher d'être surpris devant la manière de communiquer du marchand de sable. Ou étaient passées ses images ? Ces symboles qui devenaient incompréhensibles quand il allait trop vite ? Il avait certainement du s'adapter a ce monde lui aussi.

"Oui j'ai vue..."

Il c'était appuyé sur son bâton, plus par habitude qu'autre chose, et les regardait l'un face a l'autre. C'était étrangement rassurant d'avoir la petite blonde avec lui. Il se sentait heureux, du plus profond de son être, il était heureux de revoir Sable. Mais en même temps, un certain malaise ne le quittait pas, le rongeait de l'intérieur, l’empêchait de profiter pleinement de ces retrouvailles qu'il avait tant espéré. Il avait l'impression d'avoir un virus, quelque chose qui lui compressait le cœur alors qu'il était sur le point d'éclater de bonheur. Quelque chose qui le faisait regarder par la fenêtre pour pouvoir s’échapper. Jack n'était pas un lâche, loin de la. Lorsque, dans le monde des contes, il avait compris son erreur dans le repère de Pitch, il était immédiatement retourné auprès des autres pour essayer de réparer. Et ce n'était pas de revenir qui avait été difficile. Mais c'était d'avoir a faire face a leurs regard déçus. Ceux la c'étaient imprimés dans sa mémoire a jamais. Et c'était de cela qu’il avait peur a présent. Il avait déçu ses amis, les seuls avec qui il avait réussi a nouer des liens en temps que Jack Frost. Même Bunny, avec qui il ne cessait de se chamailler. Le voir ainsi, aussi misérable lui avait mis un sacré coup.

« Je suis enchanté... Que tu sois venue avec Jack. »


"Oui ! Il avait peur de venir tu sais ! Il m'a dit qu'il avait quelque chose te dire mais il voulait que je sais la. Mais je ne sais pas ce que c'est mais je suis quand même venue parce qu'il me l'avait demandé."

Il la fixa, l'air choqué. Mais POURQUOI lui avait elle dit comme ca ? Non d'un flocon chaud, Maxine ne savait réellement jamais tenir sa langue ? Il détourna le regard, faisant mine de ne pas être concerné par ce qu'elle venait de dire, échappant au regard interrogateur de l'autre gardien. Merci blondie pour la situation pas du tout gênante ... grogna il en pensées. Il mit quelques secondes avant de remarquer qu'elle ne cessait d'interroger son ami, sans lui laisser le temps de rien faire. Il eut un petit sourire devant l'air désorienté de Sable et s'envola pour se placer juste derrière Maxine, avant de la tourner vers lui et de la faire taire d'un doigt.

"Tu n'as pas besoin de savoir".
Lui dit il d'une voix calme.

Et voila qu'il était a coté de Sebastian, bien plus proche que ce qu'il avait prévu a cet instant. Cependant, il lui tendit la main et se mit a sourire en sentant son sable le secher. Jack ne sentait pas le froid, son corps naturellement a une température bien plus basse que la moyenne. pourtant il appréciait l'expérience, n’ayant jamais vue le sable d'or entré en action de cette façon. Il observa les petits ballons s'envoler, les mains dans les poches, s’imaginant voler au milieu d'une tempête de sable. Que n'aurait il donner pour se laisser porter par le vent a cet instant ? Que n'aurait il fait pour se retrouver au milieux des nuages, a voler avec les vents du Nord, a jouer avec les flocons, a rependre de la neige sous les yeux ébahis des enfants. Mais ce n'était pas le moment. Il revint a la réalité, apercevant Maxine qui c'était éloignée, le laissant seul avec ses responsabilités.

Il hésita, et leva finalement un regard décidé vers Sebastian. Non, il ne fuirai pas. Il affronterai tout ca courageusement, ne laisserai pas la peur avoir le dessus. Jamais. Plus jamais. Il inspira profondément et se lança, ignorant les battements frénétiques de son cœur. Il ne pouvait plus reculer.

"Tu as juste a m'écouter si ca ne te dérange pas."
lâcha il pour répondre a l'interrogation du marchand de sable. "Je suis ...désolé. Pour ce qui es arrivé dans notre monde. J'aurai du ... je ne sais pas, ne pas t’entraîner avec moi, ne pas foncer tête baisser, attendre les autres ... A cause de moi, Pitch t'as eut, il t'as ... Sable il t'a tiré dessus ! Je suis tellement tellement désolé !"

Et il l'était. Il sentait son cœur palpiter dans sa poitrine comme un oiseau en cage, ressentait a nouveau la panique qui l'avait saisis a ce moment la, ce désespoirs de voir que par sa faute son ami avait été blessé par l'ennemie. Sa voix avait grimpé dans les aiguës sous l'effet du stress.

"J'ai vraiment essayer de te sauver .. je te le jure ! Mais je suis arrivé trop tard, je n'ai rien plu faire ... Tu avais déjà ... sombré..."

Il se souvenait de cette rage, de cette impuissance qui avait été sienne. De cette puissance qu'il avait brusquement libéré et dont il ignorait si un jour il pourrait a nouveau l'utiliser. Mais Sable ne l'avait pas vu. il avait simplement sombré dans les ténèbres par sa faute.

"Je m'en veux terriblement. Parce que tu es mon ami et que je t'ai entraîné dedans. Je sais que c'est pour ca que tu ne voulais pas me voir ici, mais je ne pouvais pas ne pas venir m'excuser. "

Oui, dans son esprit, c'était pour cette raison qu'il n'avait pas repris contact. Au début il c'était dit que ca ne collais pas avec sa réaction du monde des contes mais peu a peu, le doute c'était installé en lui et il avait finit par se demander si le marchand de sable n'avait pas changé d'avis a son sujet. Si après réflexion, il n'avait pas décidé de lui rejeter la faute dessus. Décidé que sa compagnie n'était pas bonne.
"Je voulais juste te dire ca mais ... Je te laisserai tranquille après, ne t'en fais pas. Je sais que c'est terriblement égoïste de ma part de te forcer a me voir comme ca, de m'inviter, mais ... je ne pouvais plus. Je devais faire face a mes erreurs. Alors ... voila. "

Il posa son bâton sur le bureau, juste a coté de lui, et leva des yeux gris-bleus vers le marchand de sable - beaucoup plus grand a présent - avant de se redresser pour garder les mains le long du corps. Il jeta un rapide coup d’œil a Maxine, subjugué par son château, avant de la rassurer rapidement.

"Non, c'est très bien, bravo. Mais on va bientôt partir."
lui dit il avant de se retourner vers Sebastian après avoir vérifier qu'elle était retournée a son château. "Si tu veux me frapper c'est le moment, vas y, je suis prêt."

Qu’espérait il par la ? Peut être se racheter. Se dire qu'il ne valait pas mieux que Pitch avait été particulièrement difficile pour lui, alors il estimait que Sable avait bien le droit de lui en mettre une. Bon, pas au point de le tabasser a mort, il ne fallait pas exagérer, mais ... d’après lui, ca leur ferait du bien a tous les deux. Un coup pour un coup.

« Allez, vas y ! »


Avec un peu de chance, il se sentirai mieux après.

Code by ©Elle

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

I promess to watch over your child.
Guide him safely from the ways of harm.
Keep happy his heart, brave his soul, and rosy his cheeks.
Guard with your life his hopes and dreams,
for he is all that we have, all that we are,
and all that we will ever be.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28430-jack-overland-termine http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28508-jack-overlan-guardien-a-votre-service#245450 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28509-chrono-jack-overland#245451

Sebastian Dust


« Pas de main,
pas d'arlequin ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Eddie Redmayne.

Ѽ Conte(s) : Les Cinq Légendes.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le Marchand de Sable.



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2435
✯ Les étoiles : 48




Actuellement dans : « Pas de main,pas d'arlequin ! »


________________________________________ Sam 3 Oct 2015 - 2:02





Il n'y a pas d'âge pour s'amuser





Sebastian couvait littéralement des yeux les deux personnes présentes devant lui. L’une parce qu’elle était adorable, avec un sourire à faire jalouser d’envie les plus dépressifs de ces humaines, et l’autre parce qu’il était un ami depuis fort longtemps… Avant que la malédiction ne les frappe et ne décide de tous les séparer. Avant que Pitch ne décide aussi de mettre un terme à l’existence de Sab et manque de l’assassiner sous les yeux de Jack. Un souvenir sans doute terriblement douloureux pour le jeune homme, mais il n’avait jamais eu l’occasion de lui poser la question. Le marchand de sable se contentait bien souvent de ce qu’il avait d’un point de vue humain, privilégiant bien souvent son travail et sa passion pour les rêves des enfants.

« C'est joli comme nom. » Adorable. Tout simplement… Adorable. Il la trouvait rayonnante dans sa simplicité et complexe dans ses découvertes. Elle semblait garder un regard immature sur le monde, notamment envers lui vu les réactions qu’elle se permettait. Jack avait vraiment eu une bonne idée de l’amener, c’était une gentille personne. Du moins, c’est ce que Sebastian pouvait déduire de ces premiers moments en leur compagnie…

Et suffisamment honnête pour lui révéler d’où venait le malaise qu’il percevait chez Jack depuis leur entrée dans le bâtiment. Un éclair peiné passa dans son regard quand il releva les yeux vers lui. Peur ? Peur de… Lui ? Comment est-ce que quelqu’un pouvait craindre Sab ? Un poids sembla s’affaisser sur ses épaules alors que son cœur s’alourdissait on ne peut plus au fil des secondes : il n’avait jamais effrayé personne, ou alors brièvement. Passé les premières présentations, la plupart des gens chassaient leurs craintes pour se laisser aller avec lui. Alors, pourquoi est-ce que Jack… ? Pourquoi son ami était-il… ? Peur. Ce mot terrible résonnait dans ses oreilles malgré le ton badin qu’avait employé Maxine. Peur. Non. Pitch faisait peur. Pitch provoquait les cauchemars. Lui il faisait peur, terrorisait les enfants et effrayait les adultes. Mais pas le sable doré. Jamais. Jamais…

… Ou bien, peut-être une fois ? Une seule ? Celle qui avait suffi à faire basculer Jack dans la crainte ? Sebastian ne parvenait pas vraiment à faire le distinguo entre les sentiments humains et les sensations généralisées liées à son pouvoir sur les songes. Les synonymes effrayants de la peur le hantaient sans doute plus que les autres, voilà pourquoi il s’évertuait à les chasser en redoublant d’efforts. Il n’avait pas toujours vécu sur Terre, chargé dans l’univers d’écouter les histoires innombrables des étoiles, vivant une existence paisible et tranquille, pleine d’aventures et de découvertes. Il n’avait jamais failli à sa tâche. Jamais manqué de faire rire qui que ce soit ou quoi que ce soit… Sauf lorsque Pitch y était lié. L’homme de la Lune. Emily-Jane. Puis Jack. Tout cela n’était lié qu’à un seul être dans les galaxies et il devait faire avec ; encore d’avantage depuis qu’il lui avait involontairement donné les clefs du sable doré. Cette erreur avait été la pire de sa vie, sans aucun doute. La seule qu’il regrettait amèrement depuis toujours et l’une des raisons qui le poussait à protéger les gardiens au péril de sa vie. Mais comment leur expliquer tout ça ? Cela ne les intéressait ni ne les regardait pas. Ils avaient tous leur histoire et leurs souvenirs, pas la peine de les embarrasser de tels ressentis.

Peur.

La jeune fille le tira de ses sombres pensées en enchaînant toute une série de question qui laissa un sourire – un peu triste – ressurgir sur le visage de Sab. Il la suivait des yeux, tournant la tête dans un petit cercle au rythme de ses syllabes comme envoûté. A chacune de ses questions, une petite image apparaissait au-dessus d’eux. Remplacée immédiatement par une autre. Puis une autre. Une nouvelle. A nouveau. Elles défilaient à toute allure, comme un film passé en accéléré, de plus en plus rapidement à mesure que la voix de Maxine augmentait dans les aigus. Est-ce qu’elle était capable de parler autant sans respirer ? De poser un nombre incalculable de questions sans s’en rendre compte ? Il s’y perdait presque lui-même, et pourtant il savait être très attentif.

Jack mit fin à leur échange et, heureusement, cela sembla leur suffire à l’un comme à l’autre. Ils laissèrent la jeune femme s’éloigner d’eux, à une distance raisonnable ; alors que Sebastian classait soigneusement les morceaux de mémoire que le sable avait capté au contact de sa peau. Intéressante. Triste. Joyeuse. Intrigante. Il frotta un peu son oreille, comme pour en chasser quelques sons parasites, avant de remarquer que Jack le fixait. Hmm ? Avait-il quelque chose sur le visage ? Il porta sa main par réflexe pour se toucher la joue distraitement. Il ne sentait rien pourtant… « Tu as juste à m'écouter si ça ne te dérange pas. » Oh, et bien… Non, ça ne le dérangeait jamais d’écouter. Surtout pas quand le jeune homme avait l’air d’avoir quelque chose d’extrêmement important à dire. « Je suis ...désolé. »

Il mit un instant à comprendre de quoi il retournait. Le gardien de l’hiver lui apporta la réponse : « Pour ce qui est arrivé dans notre monde. J'aurai du ... je ne sais pas, ne pas t’entraîner avec moi, ne pas foncer tête baisser, attendre les autres ... A cause de moi, Pitch t'a eu, il t'a ... Sable il t'a tiré dessus ! Je suis tellement tellement désolé ! » Sebastian sentait son cœur se serrer à nouveau. La culpabilité. L’affliction. La tristesse. Son visage ne souriait plus vraiment à mesure qu’il sentait le timbre de voix de Jack vibrer différemment. Plus grave. Plus rauque. Plus brisé. Etait-ce à cause de lui qu’il était dans un tel état de doute ? Pire qu’un galet lancé dans un étang, même une roche dans la mare aux grenouilles n’aurait pas fait autant de bruit. Ni déclenché autant de sentiments contraires dans l’esprit du marchand de sable qui ne savait plus quoi penser. Si son apparence restait outrageusement calme, ses yeux devaient trahir l’étonnement, la surprise, le remord… La crainte aussi. Le souvenir d’avoir été enfermé dans le noir complet par Pitch. De ne pas savoir si le gamin était vivant ou mort. D’ignorer la propre conscience de son existence…

« J'ai vraiment essayé de te sauver... Je te le jure ! Mais je suis arrivé trop tard, je n'ai rien plu faire ... Tu avais déjà ... sombré... » Rien n’apparaissait. Aucun mot. Aucune image. Aucune sensation traduisible et qualifiable, de suffisamment importante pour qu’il brise la parole de son ami. Sab se contentait de le regarder en étant parfaitement incapable de réagir à la sortie maladroite – et purement sincère – de Jack. Il avait essayé de le sauver ? Il avait essayé de le sortir de là ? Mais… Mais il ne lui avait pas demandé de faire quoi que ce soit ! Sebastian avait agi pour le sauver, lui. Pour protéger Jack de la noirceur de Pitch, quel qu’en était le prix. Il n’avait pas eu à réfléchir, ça lui était apparu comme une évidence. La meilleure chose à faire : défendre ses amis. Défendre ses proches. Défendre les gardiens. Quitte à affronter sa propre disparition ou sa propre mort… Il n’était pas passé de l’autre côté du Tybre cette fois, mais il se rappelait des ténèbres et de la terreur silencieuse de se retrouver seul. Infiniment et délibérément seul. Sans rien ni personne, même pas les sens pour pleurer ou se rassurer. « Je m'en veux terriblement. » Il avait envie de lever la main pour lui dire de se taire. Que ces excuses étaient inutiles. Intangibles. « Parce que tu es mon ami et que je t'ai entraîné dedans. » L’erreur avait été de le laisser s’élancer sans l’avoir prévenu de ce qu’il risquait.

« Je sais que c'est pour ça que tu ne voulais pas me voir ici, mais je ne pouvais pas ne pas venir m'excuser. » Sab papillonna du regard. Ne pas… le voir… ici ? Ah bon ? Quand est-ce qu’il avait refusé une invitation à le faire venir ? Alors certes, il n’était pas allé le chercher. A vrai dire, il se pensait seul ici avant de rencontrer Pitch. Puis Thiana… Et encore, c’était bien après la malédiction et il avait encore du mal à réaliser que les autres étaient là. Il n’avait pas encore croisé North. Il ne les cherchait pas. Il n’allait pas de l’avant. Occupé par ses craintes du monde extérieurs et son « travail », il avait laissé son esprit de gardien des songes prendre le pas sur celui de l’ami… Il se mordit l’intérieur de la joue à cette idée. Jack était dur. Dur envers lui-même. Et dur envers Sebastian.

Il ne répondit pas à Maxine, pas cette fois. Pas avant d’avoir retrouvé le regard clair de son ami. Même si des petits soldats de sable se mirent en mouvement pour prendre possession du château de sable, réalisant un défilé digne des dessins-animés pour occuper les enfants. Il n’était plus question d’enfants. Plus question de quelqu’un d’autre. Mais d’eux. De son jeune ami et de lui. Des gardiens… « Si tu veux me frapper c'est le moment, vas-y, je suis prêt. » Qui étaient-ils pour devoir s’affronter, alors que leur rôle était de se serrer les coudes ? De se supporter et d’aller de l’avant malgré l’adversité ? « Allez, vas-y ! » L’ordre était douloureux tellement il était impérieux. Tellement il était ridicule et déplacé. Tellement toute cette histoire n’avait plus de sens. C’était allé trop loin, beaucoup trop. Comment est-ce que ça avait pu dégénérer de cette manière ?

Il leva le bras pour repousser quelques mèches de ses cheveux en arrière. Les bruits de Maxine jouant avec son château lui parvenaient de très loin, rassurants dans leur innocence et leur candeur. Elle les laissait entre eux. Elle respectait cette sphère privée qui avait repris sa place dès l’instant où les deux gardiens avaient été l’un en face de l’autre… Il la remercierait après pour ça. Mais avant, il avait quelque chose à faire. Quelque chose d’important : répondre à la demande de Jack.

Sebastian n’avait jamais frappé quelqu’un de sa vie. Sauf Pitch, mais c’était avec le sable donc il avait une excuse.

Et il n’allait pas commencer aujourd’hui.

A la place, il leva ses deux mains pour les approcher de la tête de Jack. Doucement glisser ses doigts dans les cheveux blonds. Sentir leur texture fraiche et presque cristalline. Il le fit relever un peu la tête pour le regarder. Sonder ces grands yeux tristes remplis d’hivers interminables. Et lui adresser alors un léger sourire encourageant alors qu’il appuyait simplement son front contre le sien. Juste ça. Ce qui, pour Sab, représentait énormément : la sincérité d’un ami. L’aveu d’un cœur en peine. La culpabilité d’un acte héroïque. L’acceptation des évidences sans avoir besoin de rajouter quelque chose. Il ne parlait pas, il ne parlait jamais. Pourtant, il aurait voulu lui dire tellement de choses cette fois-ci… Détromper ses affirmations. Econduire ses doutes. Rassurer ses craintes. Tout un tas de petits trucs indescriptibles qui prenaient toute leur importance pour cette fois.

Ses lèvres bougèrent. Aucun son n’en sortit, mais les lettres se chargèrent de traduire les paroles muettes de leur auteur :

« Ne. T’en. Fais. Pas. »

Pas pour tout ça. Pas pour tout ce qui c’était passé. Pas pour les gestes qu’ils avaient eu. Pas pour ce sacrifice qui ne s’était pas révélé aussi vain qu’il ne s’était imaginé. Finalement, toutes les causes n’étaient peut-être pas perdues, tant qu’il restait quelqu’un pour les croire. Son sourire s’étira quand il bougea de nouveau, redressant ce dos qu’il avait fléchit pour être à sa hauteur. Il s’autorisa un baiser sur le front du garçon, avant de lâcher sa tête pour préférer un bras autour de son cou. Amical. Le serrer encore un instant. Agitant ses doigts, il laissa apparaître deux silhouettes en sable qui se livrèrent à un high-five digne des films à l’américaine. Riant, il dessina de son index un cœur sur son propre torse. Puis désigna Jack et serra le point sur son dessin.

« Tu es mon ami. Et un ami mérite qu’on se sacrifie pour lui. »

Il ne voulait plus l’entendre s’excuser pour ça. C’était leur rôle de gardien. D’êtres vivants.

« Je suis vraiment content que tu sois venu aujourd’hui. Tu m’as manqué. »

Pas de mots ni de lettres. Juste les images, comme auparavant. Comprendra ce qu’il pourra, mais Sebastian n’avait pas l’intention de lui faire la traduction. Car il venait enfin de le lâcher, reniflant un instant alors qu’il va s’accroupir à côté de Maxine. Il l’écoute lui expliquer le fonctionnement de son château de sable, impressionné par l’imagination et la dextérité dans la création qu’elle a mit pour réaliser son œuvre. Elle parle vite, mais c’est agréable. Attendrissant. L’allure d’une adulte pour l’esprit d’une enfant. Parfois Sab hoche la tête, ou la secoue, en fonction de ce qu’elle lui dit ou lui demande. Il fait apparaître entre ses doigts plusieurs papillons de sable, les soufflant en direction de la jeune fille pour qu’il se mette à voleter autour d’elle. Souriant devant ses réactions…

Il se tourne vers Jack. Voilà pourquoi ils se battent, n’est-ce pas ? Voilà pourquoi ils sont gardiens. Pour voir ce genre de réactions et se permettre d’en sourire voir d’en rire. Le gardien de l’hiver a été leur petit dernier, il en faut toujours. Le petit bébé amené sur le devant de la scène et qui leur a fait réaliser bien des choses nouvelles… Comme l’actualité des enfants ou leur énorme pouvoir pour contrer le mal provoqué par Pitch. Pourquoi est-ce que ce n’était pas la même chose pour tout le reste ? Pourquoi est-ce que des attitudes comme celles de Maxine ne permettaient pas de se satisfaire de tout ça ? Sebastian vivait sa vie de cette manière depuis qu’il avait retrouvé la mémoire, et ça semblait lui convenir mieux que tout le reste.

« Je crois que Jack a perdu sa langue… Il faudrait qu’on la retrouve avant qu’il ne devienne muet. »

Ecrivirent les lettres dansantes autour de la demoiselle alors que le marchand de sable se relevait, époussetant son pantalon. Il laissa le château derrière lui pour observer les deux jeunes gens, visiblement rassuré de la tournure des choses. Mais pourvu que Jack soit du même avis… Lui était incapable de rester sur des rancœurs qui n’avaient pas lieu d’être. C’était son ami, rien n’avait vraiment changé. Rien ne devait changer. N’est-ce pas ?


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

you're the fire and the flood
you were not born of stardust, darling, stardust was born from you. it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid darling, maybe life has broken you... ▬ but it can never destroy you.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t27074-tant-qu-il-y-a En ligne

Jack Overland


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


avatar




╰☆╮ Avatar : Lucas Till

Ѽ Conte(s) : Les 5 légendes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Jack Frost

☞ Surnom : Lou, Loulou, P'tit Lu, Pollen

Pourquoi c est Pétunia la ???

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1052
✯ Les étoiles : 20




Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Dim 11 Oct 2015 - 14:36

Jack & Sebastian & Maxine


Il parlait parlait parlait. Parce qu'il en avait besoin. Jack n'était pas du genre a passer l'éponge facilement. Lorsqu'on blessait un ami, quelqu'un qui lui était cher, il avait le plus grand mal a pardonner. Ce caractère, un peu enfantin, pouvait être dangereux, poussé a l’extrême. Mais jamais il n'avait été jusque la. Mais cette facette de lui même ... Il se l'appliquait, encore plus durement qu’aux autres. Comment reprocher a quelqu'un quelque chose que vous avez faits ou n'avez pas faits vous même ? Remords, regrets et culpabilité. Une blessure, une plaie ouverte sur laquelle il ajoutait inconsciemment du sel, se torturant lui même.

Les mots tombaient, et plus il avançait dans ses excuses, plus Jack se sentait devenir triste, honteux. Comment avait il pu être bête a ce point ? Les responsabilité qui étaient siennes a présent n'avaient aucun sens pour lui a l'époque. Il n'avait vue que le jeu, l'opportunité, un moyen de s’amuser. De mettre rapidement fin a cette histoire. Il n'avait pas compris la véritable valeur d'une amitié, sûrement parce qu'il n'en avait connue aucune. Les gardiens lui avaient apporté quelque chose de nouveau, de neuf, de beau. Ils avaient mis fin a la solitude avec qui il partageait sa vie depuis longtemps. Et lui avait entraîné l'un de leurs dans les ténèbres. North l'avait aidé a surmonté ca sur le moment, mais les graines de la culpabilité n'avaient jamais été réellement été arrachées.

Alors il parlait, fixait Sebastian, essayait de voir la moindre réaction, le moindre signe qui lui indiquerai quoi faire ! En lui il hurlait presque, le suppliait de réagir, de ne pas le repousser. Mais son extérieur était tout autre, plus calme malgré les évidents signes de stress qu'il avait, plus maîtrisé, bien que sa voix ne cessa de trembler. Et Sable qui ne réagissait pas. Jack avait de plus en plus l'impresssion de s'embourber dans des sables mouvant dont il ne parvenait pas a se dégager. Plus il parlait plus ses excuses lui semblait inutile, comme si il avait a faire a un mur. Alors il lui demanda de le frapper. Oeil pour œil avec un peu de chance, il se sentirait mieux.

Il avait posé son bâton, pour ne pas l'utilisé par reflexe. Peut être que c'était ce qu'il attendait depuis le début non ? Qu'un bon coup de poing le ferait réagir et que ca calmerai le gardien de la joie, et avec un peu de chance, le libérerai de ce cercle sans fin ou il était bloqué.

Pourtant... Sable ne fit rien. Ou plus tôt, rien de ce a quoi s'attendait Jack. Il vit deux mains se tendre vers son visage et les doigts de son ami glisser dans ses cheveux fins. Bien plus que tout le reste, sentir un tel geste envers lui, une telle proximité, le calma immédiatement. Il se laissa faire, surpris quand le gardien fit doucement mais fermement pencher sa tête vers lui. Il expira, comme si il retenait sa respiration depuis bien trop longtemps, comme si son thorax se libérait d'un blocage invisible, un mur qui l’empêchait d'inspirer librement.

Il se sentait bien, rasséréné par les mots, les symboles qui apparaissaient sous ses yeux. Des lèvres fraîches et douces sur son front, et un bras autour de son cou. Rapidement, la main du jeune homme se posa sur le dos de son ami, lui rendant son étreinte. Il lâcha un petit rire en voyant les deux créations de sable se frapper dans les mains. Puis il vit le gardien s'éloigner et sans un mot, se laissa tomber sur son fauteuil, avec l'impression d'avoir couru des kilomètres. Il les regarda jouer tranquillement quelques instants, perdu quelque part entre la stupéfaction et le soulagement, enfoncé dans ses pensées.

Tout a coup, il sentit une présence et aperçut Maxine juste devant lui. Son regard curieux, interrogateur, innocent. Intrigué, il l'interrogea silencieusement du regard, haussant un sourcil alors que son menton était toujours appuyé sur la paume de sa main. Tout a coup, adolescente s'approcha de lui et grimpa sur ses genoux tout en restant face a lui, le faisant se redresser subitement.

D'un geste, elle se pencha lui en se redressant, lui mettant sa poitrine juste sous son nez, avant d'attraper sa bouche et de relever son visage, l’empêchant de dire quoi que ce soit et la lui ouvrit en écartant les joues d'un doigts, avant de se retourner vers Sebastian.

"Non, c'est bon il a toujours sa langue" fit elle alors que Jack lui attrapait les poignets pour les éloigner.

"Mais qu'est ce qu'elles ont toutes avec ma bouche ?"
demanda il au gardien du sommeil en rangeant les mains de Maxine dans les poches de son sweat. "Et puis c'est quoi cette façon de s'asseoir sur les gens ? "

Il tentait de reculer mais la situation ne semblait pas gêner outre mesure la jeune fille. Il jeta un regard désespéré a son ami.

"Sab ... Help !"


Code by ©Elle

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

I promess to watch over your child.
Guide him safely from the ways of harm.
Keep happy his heart, brave his soul, and rosy his cheeks.
Guard with your life his hopes and dreams,
for he is all that we have, all that we are,
and all that we will ever be.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28430-jack-overland-termine http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28508-jack-overlan-guardien-a-votre-service#245450 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28509-chrono-jack-overland#245451

Maxine Daitya


«Muerte, la mort!
Né l'oubliez yamais!
Pitis voyous!»


avatar


╰☆╮ Avatar : Elle Fanning

Ѽ Conte(s) : Alice au pays des merveilles / La princesse au petit pois
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La soeur d'Alice et la princesse au petit pois

☞ Surnom : Loulou / P'tit Lu / Louloute / Lou

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2248
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : «Muerte, la mort!Né l'oubliez yamais!Pitis voyous!»


________________________________________ Ven 16 Oct 2015 - 16:39

Maxine & Sebastian & Jack


Elle jouait, les laissait entre eux. C'était bien ce qu'il avait voulu non ? Lui parler en tête a tête, qu'ils s'expliquent. Et puis quand on jouait, tout était plus simple. Alors elle avait bâtit un château, mettant en pratique ce qu'elle avait lu sur le web. Les fondation, l'équilibre, les rapports de forces. Chaque détails comptait quand il s'agissait de construire quelque chose. Elle avait commencé a faire bouger es bonhommes de sable pour les faire vivre quand elle réalisa qu'elle se sentait observée. D'un geste elle se tourna vers Jack qui la regardait de loin. Avait elle fait une bêtise ? Elle ne devait pas y toucher ? Mais non, le jeune homme la rassura en quelques mots et lui demanda de continuer. Un instant elle se demanda si cette tristesse qu'elle sentait dans sa voix n'allait pas le rendre malheureux. Mais Sebastian n'avait pas l'air vraiment méchant, et puis il était son ami avant elle non ? Alors il devait bien savoir quoi faire non ? Elle s’aperçut soudain que ses petits personnages avaient pris vit et retint un cris de joie, les mains plaquées l'une contre l'autre en éventail devant sa bouche, avant de se mettre a rire comme une enfant. Un rire cristallin, incontrôlable, enfantin, qui exprimait une simple joie de vivre, l'habitude de croquer dans le bonheur a pleine dents.

Elle s’allongea sur le ventre, le menton posé sur ses mains mises a plat devant elle, les jambes battant l'air, ses grands yeux bleus scrutant les personnages devant elle. Une petite troupe se détacha soudain des autres pour s'approcher d'elle et, après l'avoir observer quelques instants, les soldats se mirent en devoir de l'escalader. Totalement immobile, elle les regarde se faire la courte échelle, et grimper le long de son bras pour finir par s'accrocher a ses cheveux et grimper sur le sommet de son crane. Le contact avec le sable est doux, tiède, agréable. Elle sentit que les soldats étaient arrivé en haut de leur ascension et c'étaient installés tranquillement pour admirer la vue du haut de son front. L'adolescente observa la foule qui c'était formée, les servantes qui allaient et venaient dans son palais utopique. Du bout du doigt elle aida un enfant a grimper sur un cheval, ou rattrapa une laitière qui avait faillit tomber et renverser le contenue de de sable de ses sceaux.

Une présence a ses cotés lui fait lever les yeux. Sebastian. Elle jette un regard vers Jack, puis se tourne vers le gardien.

"Tu veux que je t'explique ? Alors en fait, tout le monde vit dans le château tu vois ? Comme ca ils sont tous ensemble et ils ont jamais froids. Chaque lieu est réservé a une tache. La tour nord, elle est pour l'étude des astres, et juste a l'étage au dessous il y a les salles de classes. Les enfants sont classés par niveaux, mais pas par age tu vois ? Donc par exemple Eric", fait elle en désignant un enfant de sable, "ile est dans la classe la plus avancée parce qu'il comprends tout. Mais Monsieur Steven"
, reprends elle en désignant un adulte qui crie sur un champ de carottes, "il est dans la classe la moins avancée, et la il crie sur des carottes parce qu'elles ne pussent pas assez vite. Mais ca ne va pas les faire pousser plus vite en fait ... Et puis la c'est la salle des vêtements, tout le monde peut mettre ce qu'il veut, et j'ai mis du maquillage aussi, pour Zach même si il n'est pas la. Parce que tu vois ca pourrai lui faire plaisir si un jour il est changé en bonhomme de sable ! Et puis peut être que d'autres gens voudront se maquiller ... Oh et puis la, c'est la salle de jeux, tout le monde peut s'amuser, il n'y a personne tout seul tu vois ? Et la c'est la bibliothèque, elle est loin des cuisines au cas ou il y a le feu, mais près des cuisines il y a une pompe a eau au cas ou. Et près des écuries aussi parce que ca brule facilement tu sais ? Et puis li il y a ..."

Elle continue sur sa lancée, lui expliquant quelques détails, le système politique, la mise en place qui sera bientôt faite pour irriguer les champs... Puis apparaissent les papillons. La bouche de Maxine forme un "o" parfait, des yeux s'agrandissent et elle se redresse d'un coup, faisant tomber les soldats de sa tête avant de les rattraper de justesse. Un sourire d'excuse et elle les remonte vers sa chevelure, avant de tendre un doigt. L'un des papillons se pose dessus et elle peut admirer les détails de la création, plus vraies que nature, magnifique. Tout a coup, l'un des soldats glisse le long de ses cheveux et cours le long de son bras pour arriver a son doigts. Avançant lentement pour ne pas effrayer l'animale, il finit par grimper sur son dos et s'envola pour se placer a coté d'elle. La jeune fille se leva et lui fit une révérence profonde qu'il lui rendit.

« Je crois que Jack a perdu sa langue… Il faudrait qu’on la retrouve avant qu’il ne devienne muet. »


"Il a perdu sa langue ? Comment il a fait ? "
demanda elle d'un air interrogateur avant de se tourner vers Jack.

Elle s'approcha, pour finalement lui grimper dessus, avant de se redresser pour atteindre sa bouche. Pas sa faute si il était plus grand qu'elle non ? Mettant ses doigts directement dedans elle parvint enfin a apercevoir la langue "perdue".

"Non, c'est bon il a toujours sa langue"
lui dit elle pour rassurer le gardien alors que Jack lui attrapait les poignets.

Elle frissonna a son contact, c'était froid, et elle sentait la peau glacée du jeune homme a travers le tissus de son pull. Elle observa son ami quelques instants. Pourquoi appelait il a l'aide ? Elle n'avait rien fait pourtant ! Et puis c'était normal de s'asseoir sur les gens non ? Enfin sinon elle ne pouvait pas voir si il avait toujours sa langue dans sa bouche. Maxine fixa Jack, la tête penchée sur le coté. Elle ne comprenait pas et se tourna vers Sebastian pour voir si il y avait un problème. Apparemment non, mais Jack semblait tout faire pour reculer le plus possible.

"Tu es malade ? Il y a un truc dans ton T shirt ?"
demanda elle soudain avant d'attraper le bas du dit T-shirt et de le soulever.

Non, il n'y avait rien, juste Jack, qui, horrifié rabaissa son vêtement d'un geste avant de prendre Maxine par les épaules et de la pousser sans douceur, pour brusquement s'envoler a l'autre bout de la piece.

"Mais Jack reviens !"
dit elle en se relevant.

Elle s'approcha de Sébastian.

"Pourquoi il est parti ? "
demanda elle, perdue, avant de s'approcher tout pres de lui, sans pour autant le toucher.

Elle fixa le gardien de longues secondes, immobile, et finit par hausser les épaules. Il ne reculait pas lui, alors pourquoi Jack était il parti ? Ou alors il y avait une punaise sous son siège. Oui, ce devait être ca ! Sinon, c'était illogique.

"Tu penses qu'il veut jouer a chat ?"
demanda elle soudain les yeux brillants. "Oui surement parce que il m' poussé donc il doit vouloir dire que c'est moi le chat non ? Et puis ca explique pourquoi il c'est éloigné alors ! Mais oui ! "

Elle regarda sa main un instant, puis pointa son doigt et toucha l'épaule de Sable avant de le ramener vers elle. Elle le fixa et lâcha "Chat". Elle n'avait jamais réellement compris ce jeux. Les chats ne faisaient pas ca et puis jamais elle n'avait vue qui que ce soit se changer en chat quand ils y jouaient alors elle ne comprenait pas. Ses sourcils se froncèrent alors qu'elle attendait que Sebastian se change en chat.

"Pourquoi ca ne marche pas ? "

Elle attrapa le col de sa chemise et se mit sur la pointe des pieds pour regarder dans ses cheveux. Non, toujours rien, même si, alors qu'elle les ébouriffait pour être sure que de mini oreilles ne se cachent pas dedans, elle se dit qu'ils étaient tous doux. Mais ce n'était pas la question. Elle soupira, se mit la tête entre les mains et lacha, perdue

"Je ne comprends pas ...J'y arrive pas"


Trop de choses qu'elle ne comprenait pas dans ce monde ou décidément, elle n'avait pas sa place.


Code by ©Elle

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Wake up in the morning, stumble on my life
This is not about emotion, I don't need a reason not to care what you say, Or what happened in the end. This is my interpretation, And it don't, don't make sense.


©BESIDETHECROCODILE
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t40866-maxine-littlepeas-la- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t41162-liens-de-maxine http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t42163-rps-de-la-princesse-au-petit-pois-maxine-littlepeas#391395

Sebastian Dust


« Pas de main,
pas d'arlequin ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Eddie Redmayne.

Ѽ Conte(s) : Les Cinq Légendes.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le Marchand de Sable.



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2435
✯ Les étoiles : 48




Actuellement dans : « Pas de main,pas d'arlequin ! »


________________________________________ Ven 6 Nov 2015 - 2:47





Il n'y a pas d'âge pour s'amuser


« Non, c'est bon il a toujours sa langue ! » S’exclama Maxine à l’attention de Sable, ce qui eut le don de le faire sincèrement rire. Il dissimula ce dernier derrière sa main mais ne pouvait retenir le grand sourire sur son visage, ni les étincelles moqueuses qui traversèrent son regard quand Jack l’interpella d’un ton suppliant. Les voir interagir l’un et l’autres était un régal pour les yeux comme les oreilles, Sebastian avait l’impression de retrouver des souvenirs des gardiens. De l’heure où Jack les avait rejoint et se chamaillait joyeusement avec Bunny… Il entendait encore les rires et les grognements, les grands éclats de North et le scintillement de Tooth, ainsi que les grelots des petits lutins qu’il s’amusait à secouer pour attirer l’attention. Il les malmenait parfois mais ils ne lui en tenaient jamais vraiment rigueur. Sab savait se faire pardonner quand il s’agissait d’amusement.

Quand la jeune blonde manqua de déshabiller Jack, Sebastian ne tint plus : il se plia en deux pour frapper sa cuisse du plat de la main, ne parvenant plus à dissimuler quoi que ce soit de ce grand éclat de rire muet qui le traversait. Elle était tellement candide dans sa sincérité qu’elle arrivait à choquer son ami, comme s’il était normal de défaire les vêtements de quelqu’un pour vérifier qu’il allait bien. La tête du gardien de l’hiver valait bien des tours et des détours, son grognement mécontent et sa fuite encore plus. Le marchand de sable dû s’appuyer contre l’un des sièges pour ne pas perdre l’équilibre, des larmes apparaissant aux coins de ses yeux sous les tremblements amusés qui le prenaient. C’était tellement risible. D’une honnêteté tranchée. D’une franchise incroyable. D’une inquiétude sincère. Maxine avait-elle seulement conscience de l’audace qu’elle prenait à agir de la sorte ?

Plus les secondes défilaient et plus il appréciait la demoiselle. Elle était un peu comme lui, décalée mais avide et curieuse ; un peu trop rêveuse pour les gens de ce monde et pourtant si terre-à-terre dans ses réflexions. « Pourquoi il est parti ? » Sebastian se calma doucement, essuyant ses joues pour paraître un peu plus présentable, avant de hausser les épaules pour lui répondre. Il ne savait pas vraiment pourquoi il avait fui, il s’en doutait seulement, mais la scène avait été des plus drôles à observer. Et puis, il ne pouvait pas lui dire que Jack avait déguerpi pour ne plus se faire dévêtir… si ? En soit, ça ne dérangeait pas Sab puisque lui avait compris que Maxine n’avait aucune arrière pensée possible ou capable ; elle était comme ces gamins des rues qui, bien souvent, ne cherchaient pas plus loin que leur nez.

Il eut un sourire tendre envers elle, empli de douceur et de compassion, avant d’observer son ami qui stagnait à l’autre bout de la pièce. Jack était un éternel joueur, un petit malin qui s’amusait toujours avec les autres même s’ils ne le voyaient pas toujours. Et c’était comme si ce côté transparent lui manquait parfois, alors qu’il tentait visiblement de se faire oublier de leur jeune amie. En soit, le marchand de sable préférait – et de loin – le savoir à la merci des premiers humains venus que prostré dans une bulle à part. Lui n’avait jamais connu ça, ce rejet de la part de tous et l’inexistence même au sein de leurs cœurs ou de leurs esprits. Personne n’oubliait le gardien des songes. Personne n’omettait de rêver la nuit et surtout pas les enfants. Personne ne fermait son imaginaire au point de le réfuter et de l’en rejeter… Alors, il était profondément rassuré de voir Jack Frost agir de la sorte.

Presque aurait-il remercié Maxine… Avant de voir qu’elle venait de dire quelque chose qu’il n’avait pas entendu. Tournant la tête sur elle, il la vit approcher son index de lui et, dans un sourire, glousser : « Chat ! » Un haussement de sourcil curieux plus tard, il continua de la regarder s’interroger sur le pourquoi du comment d’un tel jeu. « Pourquoi ça ne marche pas ? » De quoi est-ce qu’elle parlait ? Il ouvrit la bouche comme pour lui conseiller de courir, c’était comme cela que fonctionnait les règles, non ? – mais à la place elle s’accrocha à son col et se leva sur la pointe des pieds ! Sebastian eut un léger mouvement de recul surpris, la sentant caresser (ou ébouriffer) ses cheveux à la recherche de quelque chose. Par instinct, il ne bougea pas, retenant le léger rire qui voulait percer son calme. L’humeur était à l’amusement aujourd’hui.

« Je ne comprends pas ...J'y arrive pas… » Le couinement était aussi évocateur que la détresse qui commençait à se lire sur son visage. Sab compris qu’il était temps d’intervenir avant de la voir plonger dans une névrose interrogative où elle ne trouverait absolument aucune réponse… Aussi se pencha-t-il vers elle pour lui pincer gentiment le nez entre deux de ses doigts, attirant son visage face au sien. Une fois qu’il eut toute son attention, il tourna la paume et révéla un petit chat doré en train de s’étirer à l’intérieur. Ce dernier bailla longuement, avant de s’asseoir et de se lécher une des pattes nonchalamment. Sebastian retira sa main, le laissant flotter dans les airs avant de fouiller dans ses propres cheveux. Il attrapa un second chat en sable par le col avec un air de surprise sur le visage ! Le montrant à Maxine, il pointa son index en direction de sa longue chevelure blonde.

Au fil des secondes, six chats d’une dizaine de centimètres apparurent autour d’eux, voletant ou se roulant sur eux-mêmes dans l’air ambiant. Ils ne faisaient pas de bruit, mais chacun de leurs mouvements laissait derrière lui une traînée de poussière dorée singulière se reflétant dans le regard pâle de la jeune femme. Sab les laissèrent prendre possession de l’espace, caressant un peu les joues de Maxine de ses mains avant de se diriger doucement en direction de Jack. Patiemment, il tendit une main vers lui pour l’inviter à les rejoindre. Ne pas rester seul était une de leurs règles d’or, toujours se retrouver et ne jamais s’oublier.

Alors, ce n’était pas cette fois qu’il parviendrait à s’échapper ; pas alors qu’ils venaient enfin de se retrouver. ebastian y veillerait personnellement.

Il avait déjà donné sa vie pour lui, il était prêt à recommencer.


- FIN -


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

you're the fire and the flood
you were not born of stardust, darling, stardust was born from you. it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid darling, maybe life has broken you... ▬ but it can never destroy you.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t27074-tant-qu-il-y-a En ligne

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

Neige, Sable et ... Papillons ? {Sebastian & Jack & Maxine}





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Un petit verre chez Gaston? :: ⚔ Cadeaux, annifs et absences :: ➹ Archives