« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)



Partagez
 

 Les Choses Sérieuses Commencent ➸ APOPO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Diane Moon



« Le plus beau
c'est GASTON ! »


Diane Moon


Les Choses Sérieuses Commencent ➸ APOPO 378254admin

╰☆╮ Avatar : Claire Holt + Mia Talerico pour Le Berceau de la vie

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Artémis la déesse de la chasse et de la lune herself (même si je viens du monde réel)

Les Choses Sérieuses Commencent ➸ APOPO Diplo10

☞ Surnom : Didi ça ira plus vite :uh:
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 9634
✓ Disponibilité : Présente mais blindée de rps

Les Choses Sérieuses Commencent ➸ APOPO _


Actuellement dans : « Le plus beauc'est GASTON ! »


________________________________________ Dim 27 Sep 2015 - 18:24

Les Choses sérieuses Commencent
It's Maybe Our Only Chance


On avait tous une manière différente, de faire son deuil. Certains, cherchaient la vengeance, d'autres se laissaient ronger par le chagrins, et parfois, certaines personnes se plongeaient corps et âmes dans le travail pour tenter de faire disparaître la douleur. Pour moi, c'était le troisième cas. J'avais été, c'est vrai, tentée de me laisser emporter par les deux autres. Mais, je ne pouvais pas. Pas maintenant, en tout cas. Notre petit quotidien, avait été largement, bouleversé par les récents événements. Poséidon, tentant de tuer les déesses magiques, la capitulation d'Arès, qui avait entraîné la régence d'Apollon, la libération de Chronos et...La mort d'Hippolyte. Cette dernière information, m'avait laissé un goût des plus amers, dans la bouche. Parce qu'il m'avait par la même occasion, fait renoncé, à une chose, que j'avais mit cinq millions d'années à découvrir : l'amour. Être amoureuse d'un homme. Ce que j'avais l'intention, d'entreprendre, était dangereux, et je refusais, d'y mêler Pitch. Aussi, avais-je plus ou moins « coupé » les ponts. Ça faisait moins d'une semaine, et déjà je me sentais mal. Mais pas pour moi. Pour lui. Quelque part, j'avais l'impression de le trahir, de lui avoir mentis. Que tout ce que je lui avais dit, étaient des paroles en l'air. Alors, je me sentais mal pour lui, mais au fond, si il pensait cela de moi, c'était peut-être une bonne chose, et cela lui permettrait de définitivement, tourner la page.

J'avais su, qu'il me serait impossible, de m'éloigner, de Peggy, Alexis et Louise. D'abord, parce que nous vivions, sous le même toit, et que je n'allais pas les chasser. Même si le prétexte, n'était pas mauvais : la dangerosité que je représentais. Pas en tant que personne, mais en tant que ce que je représentais : une déesse. A force, de nous fréquenter, voilà ce qui arrivait, l'on finissait tué. J'ignorais, comment Le Dragon, avait su qu'Hippolyte, serait sans protection à ce moment là, mais quelque chose me disait, qu'il n'était pas tout seule sur ce coup là. Alors, peu importe, la personne derrière tout ça : simple mortel ou divin, quand le moment serait venu, je me mettrais en chasse, et je retrouverais Arès. Parce qu'il avait beau se cacher, quand je le décidais, rien ni personne, ne pouvait m'échapper indéfiniment. Mais à l'heure actuelle, j'avais d'autres préoccupation. Ou plutôt, une autre préoccupation : Chronos.

Louise avait eu peur, que je ne me renferme sur moi même, après la disparition, de ma nièce. J'aurais pu c'est vrai, mais je savais que je ne pouvais pas le faire, aussi tentante qu'était cette idée. J'avais même songé à la régénération, au tout début. Afin de faire mon deuil. C'était ainsi, que j'avais tenté de faire mon deuil pour mes chasseresses. Mais, l'idée avait été rejeté bien loin. A quoi bon, réveillé une morte ? Cette partie de moi, était détruite. Il, n'y avait plus rien, pour la faire revenir. Je devais tenir bon. P arce que j'étais quasiment, toute seule à veiller sur notre famille avec Apollon. On, n'était peut-être pas lié par le sang, mais ça n'empêchait, que tous les cinq ou six, en comptant la chienne, nous en étions une.

Mon frère, était très occupé en ce moment, et n'était que rarement à la maison. Je, ne lui en voulais, pas au contraire, et tentait moi aussi, du mieux que je pouvais de rattraper mes erreurs passés. Alors, nous avions, conclu un marché tous les deux : rien ne doit changer entre nous. Notre relation, restait la même. Quand, je le voyais, ce n'était pas le maître de la cité que je voyais. C'était Apollon, mon frère jumeau. Et mieux valait, que cela reste ainsi. Car ainsi nous pouvons continuer à tout nous dire. Pas besoin de parler, il suffisait que l'un se concentre, sur notre lien, et il pouvait simplement, montrer des images à l'autre. Ou bien communiquer par télépathie. Plus, que jamais, notre lien psychique, prenait une part importante dans notre relation.

Pour en revenir à Louise, notre relation aussi avait prit un nouveau tournant. A force de vouloir nous protéger mutuellement, nous avions fait plus de mal que de bien toutes les deux. Alors, nous avions, finit par nous ouvrir réellement l'une à l'autre. Elle m'avait tout raconté, dans les moindres détails. Notamment, ce que lui avait fait subir Dolos. Je me souviens, avoir fortement, serrer mon poing, pour m'empêcher de passer ma colère, sur un objet de la pièce. Je préférais, casser des vases et autres choses, remplaçable, quand personne n'était là. Mais, j'avais avoué, qu'en sachant cela en plus, je regrettais encore moins sa mort.

Poséidon, aussi avait encore plus baissé dans mon estime, déjà qu'il n'y était plus très haut, depuis notre « aventure » en Atlantide, je pouvais dire, qu'il avait carrément, prit la place d'Athéna. Celui, pour qui j'en avais le plus, restait encore Hadès dans tout ce jolie petit lot. Il, était amusant, de voir, que les personnes pour qui je n'avais que peu d'estime, étaient majoritairement, composé de mes frères. Zeus, Poséidon, Dolos et Hadès. Seule Athéna, tranchait avec le reste. Je, n'avais jamais, réellement, éprouvé de « haine » à son égare. Nous, nous entendions pas, nous jouions, à celle des deux, qui ferait le plus de mal à l'autre avec ses paroles. Mais, aussi tordu que pouvait être cette relation, je ne la détestais pas. Du moins, jusqu'à ce qu'elle ne tue, Eris et Hermès. Certaine choses sont impardonnables. Hermès et Eris, n'avaient rien fait, qui méritent, qu'elle leur fasse arracher le cœur, par un magicien. Aussi, plus loin, je restais de ceux que je n'aimais pas, qui étaient encore en vie, et mieux je me portais.

Mais, notre longue discussion, m'avait également, permis, de voir que Louise, avait changée, et elle était déterminé à nous aider. J'avais voulut lui dire non, mais j'avais réfléchit. Si, je lui interdisais de nous aider, pour la protéger, elle tenterait quelque chose, d'autres, de beaucoup plus dangereux. Si, elle nous aidait, Apo' et moi, alors tous les deux, nous pourrions la protéger.

Je savais, qu'elle avait commencé des cours d'auto défense avec lui. Il, était venu m'en parler, pour que je ne me sente pas mise de côté, parce que ce n'était pas à moi, qu'elle avait demandé. Mais, je l'avais rassuré. Je connaissais, suffisamment, Louise, pour savoir pourquoi elle avait fait ça. Apollon, tout comme moi, se servait d'un arc. Mais, je m'en servais bien plus souvent que lui. Privilégiant l'attaque à distance, pendant que lui, s'occupait du corps à corps. Quand, nous, nous battions, encore une fois, nous le faisions en duo. Lui protégeait mes avant, et moi, j'assurais ses arrières. On, se protégeait, mutuellement, comme nous l'avions toujours fait.

En plus, de ça, j'avais découvert, qu'elle savait pas mal de choses, et que nos connaissances, communes à tous les trois, pourraient largement, faire avancer les choses. C'était maintenant, qu'il fallait commencer à faire quelque chose. Après il serait trop tard. Alors, toutes les deux, nous avions, commencer à établir, les fondations d'un plan, mais il serait réellement, mit en œuvre, dès qu'Apollon serait au courant, et lorsque Louise, serait partis, puis rentré de sa visite à Aaron. Je savais, ce qu'elle avait l'intention, de faire pour m'en avoir parlé avant. Et, j'avais donné mon accord.

Bientôt, il serait temps, de mettre notre première pierre à notre édifice à tous les trois. Mais, avant, je voulais en avertir Apollon.

Je l'admettais, aussi, cela me servait, d'excuse, pour passer du temps, avec mon frère. Lui demander, des nouvelles. Pas, seulement, m'assurer, qu'il allait bien, parce que je sentais, toujours sa présence.

Il, était sur Olympe actuellement, je pouvais le sentir. Aussi, décidais-je de me téléporter directement là-bas, bien que la citée, ne me plaisent toujours pas. Je, ne m'y sentais pas à l'aise, ce n'avait jamais été « chez moi » de toute façon. Et, je savais que pour Apo', c'était pareille. A la différence, de Zeus, à la différence d'Arès. Il, avait déjà une maison. Notre maison, nous l'avions retapé à deux, oscillant entre notre pouvoir divin la majeure partie du temps, et la manière « mortelle » de temps en temps.

Généralement, je me téléportais juste devant les portes de la citée. Je pouvais ainsi, prendre quelques minutes, pour regarder l'endroit où j'avais perdu mes filles. Mais, depuis le retour de Poséidon, ou tout du moins, notre retour de l'Atlantide, j'avais arrêté de le faire. J'ignorais, si lui était constamment, dans son océan, mais peu m'importait, je ne voulais, pas ne serait-ce que croiser accidentellement, sa route. Je, n'avais aucune envie de le voir. Alors, si j'avais besoin, de transmettre des informations, importante à Apollon, et qu'il était sur Olympe, je faisais en sorte d'être directement dans la citée.

Il, ne me fallut pas longtemps, pour localiser, mon frère jumeau. Il, se trouvait dans la bibliothèque, très certainement, en train de chercher le plus d'informations possible qui pourraient nous être utile contre Chronos. Et, c'était justement, de ça dont j'étais venu lui parler :

- Tu sais à force de rester là, tu vas t’abîmer les yeux, et tu vas devoir porter des lunettes, tu vas perdre énormément, en charisme. Et surtout tu ne seras plus aussi beau qu'avant.

Je plaisantais, en surface, pour tenter de détendre l'atmosphère, et surtout me détendre moi. J'ignorais, s'il accepterait notre idée, aussi préparais-je mentalement, tous les arguments possible, pour le faire aller dans notre sens. Des fois, ça servait, de connaître l'autre sur le bout des doigts. Je pouvais, facilement, jouer sur la corde sensible, s'il le fallait.

Inspirant un bon coup, je pris la chaise en face de lui et m'y installais. Je, n'étais pas vraiment, doué pour désamorcer les atmosphères pesantes, ça avait toujours été son truc à lui :

- Apo...Il faut qu'on parle sérieusement. J'ai...Discuté avec Louise, de nombreuses fois, et au termes de toutes ces discussion, il en est ressortie, qu'elle souhaitait nous aider.

D'accord, pour la subtilité, nous repasserons. J'avais tendance, à lâcher les informations, comme une bombe, quand j'étais nerveuse, c'était tout moi ça

- Écoute, je sais, que quoi qu'on entreprenne pour tenter de stopper Chronos, ça risque d'être dangereux. Mais crois moi, elle a de bonnes idées, et, puis si on s'y met à trois, on aura peut-être plus de chances. Rien ne dit que nous y arriverons, mais nous aurons au moins tenté quelque chose. Et puis...J'ai peur, que si on lui dit non, elle ne le tente quand même, toute seule, et qu'elle s'oriente vers quelque chose de plus dangereux.

Nerveusement, je remis, une mèche de cheveux derrière mon oreille. Il, y avait tellement, de choses, que j'aurais aimé lui dire. A quel point, il me manquait, même si je comprenais, parfaitement, ce qu'impliquaient ses fonctions actuels. Que j'aurais aimé, l'aider encore plus, que ce que je fais déjà, et tout un tas d'autres choses encore. Mais, je ne pouvais pas me le permettre. Pas maintenant, alors que la situation, n'avait jamais été aussi catastrophique.



made by pandora.



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
She was like the moon
☾ ☾ ☾ She liked the moon because, like herself i shined it's brightest when no one was around to see.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74833-artemis-can-t-fight-the-moonlight http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80967-moon_light En ligne

Phoebus Light



« Tic tac,
sonne le glas. »


Phoebus Light


Les Choses Sérieuses Commencent ➸ APOPO 378254admin

╰☆╮ Avatar : Alexander Skarsgård

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Apollon, dieu de la divination, des arts, de la lumière.

Les Choses Sérieuses Commencent ➸ APOPO Vox4

☞ Surnom : Nanis
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2759
✓ Disponibilité : Je suis très demandé. :uh:

Les Choses Sérieuses Commencent ➸ APOPO _


Actuellement dans : « Tic tac,sonne le glas. »


________________________________________ Sam 17 Oct 2015 - 23:21


serious business

Il avait voulu se rendre seul à la cité à leur retour, alors que la libération de Chronos datait de quelques heures seulement. Apollon était resté face au trône pendant de longues minutes, le fixant, sortant le sceptre qu'il fit apparaître dans sa main. Ce n'était pas définitif, il le savait, juste le temps que tout se tasse. Mine rien, il s'agissait d'un gros changement pour lui. D'une responsabilité qu'il ne calculait qu'à peine. Il avait prit le temps de respirer et alors il s'était avancé, s'asseyant sur ce siège imposant qu'il avait vu tant de fois – d'abord pris par Zeus, puis par Arès.

Il se savait différent de ses deux frères à bien des égards. Il n'était pas un guerrier, pas comme eux, il n'était pas non plus paranoïaque comme le premier des Seigneurs. Il n'avait pas la quête de pouvoir, non, il avait celle des connaissances. Il était un dieu curieux, plus curieux que quiconque certainement, cherchant toujours à en savoir plus. Son don de divination ne devait pas y être pour rien, il aimait en connaître à l'avance... Et il avait déjà toute une liste en tête, n'attendant plus qu'à être organisée.

Un sourire s'était formée sur ses lèvres alors qu'il se détendait sur le trône, profitant du silence.

« Je suis le Maître d'Olympe. »

Il s'était mit à rire, se disant que si on lui avait fait cette annonce un an plus tôt, il se serait sans doute écroulé au sol en finissant par mourir d'hilarité. Pourtant, c'était le cas à présent. Et c'était classe.
~ ~ ~

Apollon avait prit le temps d'y réfléchir avant de décider que Kida devrait rester à Storybrooke, le temps qu'ils en apprennent plus sur elle et l'étendu de ce qu'elle était capable de faire. Il avait tenté de se montrer rassurant, ne voulant pas l'effrayer de ce monde qu'elle ne connaissait pas. Il l'avait invité sur Olympe pour prendre le temps de lui expliquer la situation, avant de poser cette question qui le perturbait depuis un moment.

« Ton tatouage signifie vraiment « Chronos » ? »
« En réalité, ce n’est pas ce nom-là qui est inscrit… Mais c’est bien de lui dont il s’agit. Le Titan Roi a fait beaucoup de mal à ma Cité… Si bien que son nom a été banni de l’Atlantide… Aucun Atlante n’avait le doit de le prononcer, et moi, fille de Roi qui a décrété ce bannissement… je le porte en tatouage à la vue de tous… En réalité, il est écrit... »

Il l'avait arrêté. En plein milieu de sa sentence, il avait été posé son doigt sur ses lèvres, lui imposant le silence. Tout d'abord parce qu'il y avait une raison pour que cette révélation n'est pas encore été faite, il le sentait au plus profond de son être. Il ne fallait pas la prononcer. Une fois qu'une telle chose est dite... aucun retour en arrière n'est possible. Et, une sorte d'intuition étrange qui lui était propre était en train de se répandre dans tout son être. Comme si au fond, il n'avait pas besoin qu'elle le prononce.
~ ~ ~

Ses journées ne ressemblaient plus en rien à celles qu'il vivait précédemment. Passant habituellement son temps à flâner dans Storybrooke, à réfléchir sans cesse à la colocation à ce qui pourrait se passer et ce qui pouvait être changé, à jouer à Mario Kart, à s'amuser sur Zelda... Il était maintenant quasiment cloîtré à Olympe, profitant de cet accès illimité dont il jouissait, se plongeant dans les lectures diverses pouvant potentiellement lui en apprendre plus sur ce qu'ils pourraient affronter. Depuis plus de deux semaines maintenant, Chronos n'avait toujours pas donné un seul signe de sa présence. Pourquoi, personne ne le savait, il était impossible de le deviner. Mais autant profiter de ce répit pour se préparer.

Connor avait disparu, ne laissant aucune trace derrière lui, tandis que l'annonce du décès d'Hippolyte était remontée jusqu'à lui par le biais d'Artémis. Il avait baissé les yeux, avait ressenti de la tristesse, mais était presque préparé à de telles éventualités. Il pouvait deviner dans quelle détresse et surtout quelle colère se trouvait leur frère, n'ayant donc pour l'instant pas tenter de le trouver. C'était un être têtu, il ne l'écouterait même pas. Il fallait lui laisser le temps de faire son deuil... qui passerait sans doute par la revanche. Tout ce qu'Apollon espérait, c'était qu'il ne se mette inutilement en danger, qu'il ne tente rien d'irréfléchi.

Malheureusement, s'il avait tenté de consoler Diane, il l'avait surtout laisser penser seule comme il savait qu'elle utilisait à bon escient ces moments de solitude. Et lui s'était concentré sur sa mission. Se préparer à la guerre. Contre le titan ou contre Poséidon, telle était la grande question. Ce dernier avait des ressources, des alliés à n'en pas douter. Chez les dieux, séparés en tout sens et loin d'être liés, ce n'était pas le cas. Lui ne désirait pas former une armée de machines à tuer, c'était même tout l'opposé. Ce qu'il voulait, c'était une équipe. Son idée sur sa composition prenant déjà une belle forme dans ses pensées.

Ses moments de « détente », bien qu'il appréciait aussi la lecture, il les passait en compagnie de Louise, à la maison. Elle avait été déterminée dans sa demande et, étant donné son implication dans les événements récents, il n'avait pu refuser. Il ne voulait pas qu'elle soit blessée mais il était conscient de ne pas pouvoir toujours être présent pour la protéger. Alors oui, tant qu'à faire, autant lui apprendre les bases pour se défendre d'elle-même et lui permettre de survivre. Il préférait ça plutôt que de la laisser se débrouiller toute seule. Il était plutôt doué au corps à corps, bon professeur de surcroît et il comprenait qu'elle n'ose pas demander à Artémis. Ils étaient différents, lui et sa jumelle, si complémentaires. Mais on ne pouvait de ce fait pas leur demander les mêmes services.

En parlant de cette dernière, il avait immédiatement senti sa présence alors qu'elle s'était téléportée sur Olympe. Il avait souri en la sentant se rapprocher, heureux de la savoir ici. Ils ne se voyaient que trop peu, tous les deux occupés ces derniers temps. Ils s'étaient fait la promesse que rien ne changerait entre eux malgré son « titre » provisoire. Il n'en avait pas envie, de toute façon. Même pour les autres... Il ne supportait pas d'être vu comme supérieur alors qu'il n'était qu'un dieu, après tout. Il restait Apopo, inadapté à la technologie, racontant pas mal de conneries et aimant lancer des défis. Il n'était ni plus ni moins, si ce n'est qu'à présent il contrôlait plus de choses que jamais auparavant... Il était peut-être un peu plus alors. Heureusement qu'il ne se mettait pas la pression. Il prenait son temps, réfléchissait avant d'agir pour une fois.

« Tu sais à force de rester là, tu vas t’abîmer les yeux, et tu vas devoir porter des lunettes, tu vas perdre énormément, en charisme. Et surtout tu ne seras plus aussi beau qu'avant. »

Relevant la tête dans la direction de sa sœur, il lui lança un regard réprobateur. D'où elle osait insinuer qu'un jour il perdrait en beauté ? Jamais ! Il était Apollon ! Même avec des lunettes il restait incroyablement irrésistible.

« Détrompe-toi sœurette, le look intello fait des ravages ! »

Il le sentait, elle n'était pas venue sans raison. Il la connaissait mieux que personne et quand elle arborait cette expression, c'est qu'elle s'apprêtait à lui dire quelque chose. De plus ou moins important, certes, mais quelque chose qu'il ne savait pas encore. Et cela piquait sa curiosité.

Fermant le bouquin face à lui sans ménagement, il se redressa sur sa chaise alors qu'elle s'installait face à lui, semblant réfléchir à la bonne manière d'aborder le sujet.

« Apo...Il faut qu'on parle sérieusement. J'ai...Discuté avec Louise, de nombreuses fois, et au termes de toutes ces discussion, il en est ressortie, qu'elle souhaitait nous aider. »

Bizarrement, il n'était pas surprit. Il s'y attendait presque. Un mimique amusée se dessina sur son visage, elle n'était pas dupe cette petite humaine. Et au final... Ce n'était pas une mauvaise chose. Après tout, il avait déjà accepté de la former au combat. Il serait idiot de la laisser en dehors de tout cela alors qu'elle était plongée dans les mystères divins depuis longtemps et en connaissait plus que tous les autres habitants de la ville – cavaliers et déesses exceptés, mais eux encore, c'était différent, ils avaient un lien divin à proprement parlé maintenant, qu'ils le veuillent ou non.

« Écoute, je sais que quoi qu'on entreprenne pour tenter de stopper Chronos, ça risque d'être dangereux. Mais crois moi, elle a de bonnes idées, et, puis si on s'y met à trois, on aura peut-être plus de chances. Rien ne dit que nous y arriverons, mais nous aurons au moins tenté quelque chose. Et puis...J'ai peur, que si on lui dit non, elle ne le tente quand même, toute seule, et qu'elle s'oriente vers quelque chose de plus dangereux. »

Apollon avait croisé les bras sur sa poitrine, pesant le pour et le contre. Autant être franc, le contre comptait bon nombre d'arguments. Depuis Atlantide, de forts doutes étaient revenus le hanter. Des peurs qu'il avait oublié, ne se mêlant plus aux humains pour les éviter. En arrivant ici, à Storybrooke, il ne s'était pas imaginé s'attacher à ces êtres individuellement. Vouloir les aider, tous, oui, c'était son but. Les épargner dans ce qui se profilait prochainement, leur permettre de garder la vie sauve. Mais se lier à certains d'entre eux en particulier... Il aurait dû l'éviter. Il n'en avait pas été capable, ne le réalisant même pas à vrai dire, si peu habitué à avoir des « amis ».

Sa plus grande crainte était de les voir périr pour les aider. Ils étaient des dieux, il lui semblait idiot qu'une vie humaine doive être arrachée pour qu'ils s'en sortent ou durent quelques minutes de plus. Ou pour les atteindre. Il ne fallait pas oublier cette option, celle qu'un de leurs ennemis, quel qu'il soit, pouvait les faire souffrir par ce biais. Chacun de ses scénarios défilait dans sa tête, alors qu'il se mit à se masser la tempe. Diane n'avait pas tord. Qu'ils acceptent ou refusent son implication, elle n'hésiterait pas à foncer, comme toujours. Elle était aussi tenace qu'Arès.

« C'est d'accord. »

Il avait lâché ses mots dans un soupir. C'était mieux ainsi. Elle serait plus en sécurité avec eux qu'en prenant des chemins plus obscurs pour atteindre ses fins. Il avait conscience que c'était plus réfléchi bien que cela signifie qu'à présent, elle ne pourrait plus échapper à ce dans quoi elle se lançait. Il faisait confiance en Artémis. Si elle trouvait que ce choix était bon... Alors il l'était.

Se redressant, il alla tirer sa chaise pour la poser juste à côté de sa sœur avant de s'affaler dessus.

« Et tu me manques aussi Artété. »

Il lui ébouriffa les cheveux, retrouvant cette aura de bonne humeur qui permettait à ceux l'entourant de retrouver le sourire bien vite en sa compagnie. Il avait conscience de ses doutes et de ce qu'elle pouvait ressentir, tout comme il n'était pas ignorant quant à sa relation avec Pitch. Il le devinait. Il ne disait rien cependant, ils avaient tous besoin de se faire à cette... situation.

« J'ai déjà pensé à pas mal de choses qu'on pourrait faire. Je pensais déjà me charger d'aller à la rencontre des déesses magiques, chacune leur tour, voir de quoi elles sont réellement capables et pourquoi pas les intégrer à notre... hum, il nous faut un nom d'équipe comme les super-héros. » Il y penserait plus tard. « Quant au cavalier, je connais déjà Jamie et... je crois qu'il ne m'aime pas. » Il pencha la tête sur le côté, mine boudeuse sur le visage, avant de secouer la tête pour se reprendre. « Pour le second, Wilson, je ne l'ai croisé qu'une fois et il me semble assez... fragile ? Il était avec toi quand il y a eu le problème au laser game non ? Je sais que Cassandre et Lily le connaissent bien, j'essaierai d'en apprendre plus avant d'aller le voir. Oh et il ne faut pas oublier Elliot. Il doit se sentir bien perdu, ce serait l'occasion de lui offrir un cadeau pour tous ses anniversaires que j'ai raté. »

Il déblatérait ses paroles en passant sa main dans ses cheveux, puis en allant ouvrir quelques bouquins éparpillés sur la table à des pages précises, lançant parfois quelques regards vers Diane pour savoir ce qu'elle en pensait. Il se sentait étrangement... bien. Apaisé, heureux et motivé comme jamais. Savoir qu'ils allaient faire ça ensemble, tous les deux, alors que même depuis son retour ils s'étaient cachés tant de choses... Il n'aurait pas pu se sentir mieux.

« Je pense retourner voir l'Oracle également. Même si je ne peux rien en tirer, c'est à cet endroit que les prophétesses se sont adressées à moi. Je les ai laissé bien trop longtemps et je pense qu'elles peuvent nous apporter quelque chose. »

Surtout savoir ce qui leur était arrivé aussi, à celles-là. Il en avait parlé à Diane, brièvement, ne sachant pas trop non plus lui-même où cela le mènerait et pourquoi elles l'appelaient à l'aide. En tout cas, le moment était venu de le découvrir.

« Je parle, je parle, mais vous avez peut-être déjà réfléchi toutes les deux ? Te connaissant tu dois déjà avoir tout un plan super détaillé. »

Lui était incapable de prendre la moindre note, enchaînant bien trop vite les informations pour pouvoir les poser sur papier. Il gardait tout dans sa tête, sa mémoire impressionnante le lui permettant sans gêne.

« Par quoi vous voulez commencer ? »

Il s’affaissa sur sa chaise, bras derrière la nuque, impatient de connaître les si bonnes idées que Louise et Diane avaient pu partager.[/color]
[color=#99ccff]

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

DO YOU WANNA DIE ALONE
OR WATCH IT ALL BURN DOWN TOGETHER ?
This was the place I grew up now it's ashes to ashes. Memories fillin' my cup, it comes in flashes, but when it passes and I see your eyes I know there's nothin' I'll ever find better. I think I'd rather die alone, together.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t14039-apollon-c-est-pas-une http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t14980-avez-vous-deja-vu-un-mec-grand http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80967-moon_light En ligne

Diane Moon



« Le plus beau
c'est GASTON ! »


Diane Moon


Les Choses Sérieuses Commencent ➸ APOPO 378254admin

╰☆╮ Avatar : Claire Holt + Mia Talerico pour Le Berceau de la vie

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Artémis la déesse de la chasse et de la lune herself (même si je viens du monde réel)

Les Choses Sérieuses Commencent ➸ APOPO Diplo10

☞ Surnom : Didi ça ira plus vite :uh:
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 9634
✓ Disponibilité : Présente mais blindée de rps

Les Choses Sérieuses Commencent ➸ APOPO _


Actuellement dans : « Le plus beauc'est GASTON ! »


________________________________________ Jeu 22 Oct 2015 - 15:30

Les Choses sérieuses Commencent
It's Maybe Our Only Chance


Je sentais, mon cœur battre à la chamade, tandis-que je voyais mon frère entrer en pleine phase de réflexion. Dans, une autre situation, je l'aurais très certainement, taquiné. Mettant, en lumière, le fait, que tiens finalement, il avait peut-être effectivement un cerveau. Mais pas là, j'étais bien trop nerveuse, pour ça. S'il s'agissait, d'un autre membre, de la fratrie, divine, j'aurais sans doute été également nerveuse, mais à un bien moindre niveau. Parce que, je savais exactement, comment était le fil des pensées d'Apollon. Ses réflexions, se répercutaient dans mon esprit. La faute, au lien psychique. C'était sans doute, pour cela, que je me sentais, aussi angoissée. Et puis finalement, il accepta, et le nœud qui s'était contracté dans mon ventre s'envola, en même temps, que le soulagement, s'insinua dans chaque partie de mon être :

- T'es génial,
dis-je en lui plaquant un baiser sonore sur la joue, après qu'il ai déplacé sa chaise juste à côté de la mienne.

Il, était rare, de me voir aussi expansive. Mais, Apollon, était certainement, la seule personne, pour qui, montrer de l'affection, en publique, ne me dérangeait pas. Il, était mon frère jumeau. Les, gens, se doutaient, plus ou moins, du degrés de proximité qu'il y avait entre lui, et moi, nous étions liés. Tout simplement :

- M'appelle pas Artété, Apopo grommelais-je lorsqu'il m'ébouriffa les cheveux. Honnêtement, je n'avais pas le cœur, ni même l'envie de m'énerver, contre lui aujourd'hui. Sa bonne humeur, avait de toute façon, tendance, à se répercuter sur moi. Et puis bon, si en cinq millions, d'années, il ne s'était toujours, pas décidé à arrêter de m’appeler comme ça. Ce n'est hélas pas maintenant que ça commencerait :

« J'ai déjà pensé à pas mal de choses qu'on pourrait faire. Je pensais déjà me charger d'aller à la rencontre des déesses magiques, chacune leur tour, voir de quoi elles sont réellement capables et pourquoi pas les intégrer à notre... hum, il nous faut un nom d'équipe comme les super-héros. »


Et le revoilà, qui commençait à s'agiter dans tous les sens, et à parler, parler, parler. Mon frère, était un véritable, moulin à parole. Ça, ce n'était pas un scoop. Mais, bon. Pour une fois, qu'il décidait, de le faire pour la bonne cause. Je, n'allais certainement pas, m'en plaindre. D'autant que ses idées étaient bonnes. Maintenant, qu'on en savait, un peu plus sur les déesses magiques. Allé, à leur rencontre, ne pouvaient être que bénéfique. Surtout, que nous ignorions, tout de leurs réelles capacités. D'accord, je connaissais, Alexis, et Neil dans une moindre mesure. Mais, c'était, beaucoup plus, sur le plan affectif, que stratégique on va dire. Quant, aux deux autres : Emma, et Elsa. Je, n'avais que très peu d'informations à leur sujet :

- Eh bien, j'aurais très certainement, proposé « Avengers » comme nom d'équipe, mais je crois malheureusement, que c'est déjà prit. C'est pas grave, on trouvera un truc, plus original, qu'eux
rétorquais-je amusée.

« Quant au cavalier, je connais déjà Jamie et... je crois qu'il ne m'aime pas. »

- Ça alors, ça existe ? Demandais-je un brin moqueuse

Oh, il pouvait, très bien, se reprendre. Je l'avais très bien vu, sa mine boudeuse. Apollon, était un gamin. Un grand gamin, de quasiment deux mètres, et de cinq millions d'années. Mais, un gamin quand même. Et...Il, avait une petite tendance, à bouder, comme un môme de cinq ans, lorsqu'il se rendait compte, que non, tout le monde n'appréciait pas son auguste personne.

Je poussais, néanmoins, un léger soupire. Si même Apollon, n'arrivait, pas à se faire apprécier, c'était que vraiment, nous n'y arriverions pas :

- Il, n'aime personne dis-je. Et, je ne peux pas l'en blâmer. Néanmoins, j'ai peur, que cette « haine » à notre égard, ne l'emmène sur une mauvaise pente.

Je restais, pensive, ma joue, contre mon poing. Je savais qu'on allait faire, tout notre possible, tous les deux, pour tenter, de redresser un peu le monde divin. Parce qu'il le savait, Apollon, avait très bien comprit, que je ne le laisserais pas tout seule dans cette tâche. J'avais moi aussi, des erreurs, à réparer. Alors, travailler, en duo, avec mon frère jumeau, me permettrait, également, de les réparer. Pour être honnête, j'écoutais, à moitié, la suite de ce qu'il disait, n'en comprenant, que des bribes. Mais, c'était bien suffisant :

- Tu es un véritable moulin à parole soupirais-je, l'air faussement épuisée. Pour en revenir, à certains points : Oui, j'étais effectivement, avec le second cavalier, lors de l'incident du laser game. Mais, pour être honnête, on ne peu pas dire, que l'on soit réellement entré en contacte. Tu me connais. Déjà, qu'il m'a fallut, pratiquement, un an, pour enfin me bouger, et montrer aux autres que je tenais à eux. Alors, avec un parfait inconnu, un cavalier de surcroît, qui en plus de ça, paraissait, suffisamment, bien entouré. Je, n'ai pas tenté d'approche.

En réalité, j'étais un peu trop chamboulée, par cette histoire avec Arès, et à tenter, de rassurer Elliot. De lui dire, que c'est bon, ce n'est pas sa faute :

- Si tu me permet, j'ai d'autres nom à ajouter, à la liste, pour notre équipe de super héros : Kida, Aphrodite, Ellie, Jermiel et Alexis. Devant son air perplexe je repris : Kida a l'air d'avoir certaines informations, sur Chronos et les Titan. On, ne va pas la harceler, pour qu'elle nous dise, tout ce qu'elle sait. La pauvre, doit être, suffisamment, chamboulée, comme ça. Mais, si lorsqu'elle se sentira prête, elle peu nous donner, ne serait-ce que le minimum d'informations, ce sera déjà une grande avancée. Aphrodite, possède une arme divine. De plus, c'est Hephaïstos lui même, qui la lui a donné, à Téménos. Pas, Gaïa comme pour moi. Et puis, il y a cette période, quand nous avons affronté famine, et son retour. Elle a disparu, et personne, ne lui a jamais demandé, où elle était allé. Je pense, que ce serait le bon moment pour ça. Ellie, là c'est un peu plus compliqué. C'est le « double féminin d'Elliot », mais personnellement, je la considère, comme sa sœur. Elle, est toute, seule, dans son coin, et personne ne semble s'occuper d'elle. J'aimerais, le faire. J'aimerais, apprendre, à la connaître un peu plus. C'est ma nièce, et je la connais à peine. C'est une situation inacceptable. J'étais soudainement, animé, d'une toute nouvelle détermination. En plus, de celle, de tenter de stoper Chronos. Celle de vraiment, apprendre à connaître, chaque membre, de ma famille. Et de leur, montrer que peu importe ce qui se préparait, j'étais et restais, là pour eux. Jeremiel et Alexis, maintenant repris-je. Jeremiel...Eh bien quelque part, c'est notre frère également. Il, est le fils d'Hypérion, qui se trouve être notre père...Créateur ? Je sais pas comment, l’appeler, tu te rends, compte qu'il m'a fallut cinq millions, d'années pour appeler Gaïa « mère » ? Moi aussi, tiens je me transformais en moulin à parole. Il a l'air de savoir, des choses, en tout cas plus que nous. Et, je pense, que ce qu'il peu se permettre de partager avec nous, nous serait vraiment utile.

Je m'interrompis, pour croiser, le regard d'Apollon. Il, semblait à nouveau plongé en pleine réflexion, aussi le laissais-je à ses pensées. On avait beaucoup de choses à mettre en place, définitivement, et encore, ce n’était qu'un tout petit pourcentage de ce qui nous attendait :

- Pour Alexis, à l'heure actuelle, elle est la déesse magique la plus puissante. Emma contrôle le feu, qui est l’élément d'Hadès. Elsa, la glace et donc l'eau qui est celui de Poséidon. Neil, je ne sais pas très bien. A première vu, on dirait le temps, mais je suppose, qu'il faut en apprendre plus de ce côté là. Mais Alexis, c'est l'air, la foudre. Hors, de qui était-ce l’élément ? De notre « charmant » frère Zeus, qui se trouve actuellement décédé et ce je l'espère, pour de bon.

Je, ne l'avais jamais, réellement, porté dans mon cœur. Il, était tyrannique, assoiffé, de pouvoir, et par dessous tout, despotique. Je me souviens encore, de moi tremblante comme une feuille, en attendant, qu'Apollon, ne revienne d'un entretien avec lui. A chaque fois, j'avais peur pour mon jumeau. Je, n'étais apaisée, que lorsque, je sentais, que l'entretient, était finit :

- On a plusieurs pistes, effectivement, et l'une d'elle tu viens d'y faire référence : Les temples. Entre, le tiens et celui d'Aphrodite, nous avons vu que dans chaque temple, se trouve quelque chose. Alors, on s'est dit qu'il était temps, d'aller en explorer d'autres, et de commencer par un en particulier : le mien. J'ai été crée à l'image de Gaïa, qui sait ce que mon temple, pourrait renfermer. Ça pourrait, peut-être nous être très utile !

Voilà, que c'était moi, qui commençait à m'agiter dans tous les sens, et à ne plus tenir en place. A nouveau, mon cœur, tambourinait, dans ma poitrine, mais ça c'était dût à l'excitation. L'idée, de peut-être partir prochainement, à l'aventure, sans aucune personne, que nous n'apprécions pas, ni même de passager clandestin dans le lot, me faisait me sentir, comme une enfant, le jour de Noël



made by pandora.



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
She was like the moon
☾ ☾ ☾ She liked the moon because, like herself i shined it's brightest when no one was around to see.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74833-artemis-can-t-fight-the-moonlight http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80967-moon_light En ligne

Phoebus Light



« Tic tac,
sonne le glas. »


Phoebus Light


Les Choses Sérieuses Commencent ➸ APOPO 378254admin

╰☆╮ Avatar : Alexander Skarsgård

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Apollon, dieu de la divination, des arts, de la lumière.

Les Choses Sérieuses Commencent ➸ APOPO Vox4

☞ Surnom : Nanis
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2759
✓ Disponibilité : Je suis très demandé. :uh:

Les Choses Sérieuses Commencent ➸ APOPO _


Actuellement dans : « Tic tac,sonne le glas. »


________________________________________ Sam 28 Nov 2015 - 20:29


serious business

Apollon n'oubliait pas la proposition du nom d'équipe de sa jumelle, bien que ce dernier soit déjà adopté, parce qu'il comptait bien s'en servir comme inspiration. Après tout, les succès hollywoodiens plaisaient généralement à une grande majorité de personnes, il lui fallait donc une équipe digne de faire partie de ces productions avec un insigne qui claquait, pour mettre toutes les chances de leur côté. Oui, parce que son objectif n'était pas de faire flipper tous les habitants de Storybrooke mais qu'ils se sentent un peu plus en sécurité, alors être appréciés c'était déjà un bon début. Oh, il leur faudrait des surnoms ! Même si en usant de leurs patronymes divins, ils avaient carrément la classe, quand même. Ce serait bête de changer ça.

Il ne tint pas rigueur de la remarque de sa sœur concernant l'animosité de 'Famine'. Il pouvait le comprendre, le pauvre, il avait vécu tellement de choses en si peu de temps, pas forcément dans le sens prévu... Se retrouvé embarqué dans le cercle divin et ses problèmes, ça avait de quoi vous emmerder et surtout ça justifiait cette antipathie et cette distance que le jeune homme avait mise en place. Il ne lui en voulait pas, il attendait juste le bon moment. En espérant que d'ici-là, le cavalier ne s'enfoncerait pas encore davantage dans les ennuis. Diane marquait un point, ce ressenti envers les dieux qu'il cultivait pouvait l'amener dans bien des directions, pas forcément les meilleures. Il avait envie de lui faire confiance, tout comme il faisait confiance en chaque individu touché par cette « crise » qui n'avait rien demandé. Il ne le mettrait en aucun cas, ni lui ni 'Peste', ni les déesses, ni la moindre créature... Et si jamais cela menait à une rébellion quelconque, il en assumerait les conséquences et ferait face. Mais d'ici-là, il n'avait pas envie qu'ils se sentent comme des lions en cage, des expériences diverses et dangereuses prêtes à être éradiquées... Ils ne sauraient sans doute jamais que Poséidon avait eu envie de se débarrasser d'eux et, qu'ensemble, les jumeaux avaient tout fait pour les protéger. Chaque vie a une importance. En voulant apprendre à les connaître, ce n'était pas uniquement pour ce qu'ils étaient capables de faire ou de devenir, mais principalement pour en savoir plus sur eux, sur les personnes qu'elles étaient.

Si elle se moqua gentiment de son débit de paroles impressionnant pendant ces quelques minutes, Artémis enchaîna pourtant très vite sur la suite, continuant la conversation à elle seule. Un sourire se dessina sur les lèvres du dieu qui l'observait du coin de l'oeil. Il aimait la voir ainsi. Si les événements récents avaient été difficiles à traverser pour elle, elle restait là, fière et droite, plus forte que jamais et... Bon sang qu'il serait perdu sans elle à ses côtés.

Il hocha la tête lorsqu'elle lui avoua n'avoir aucune ombre de lien avec le second cavalier, ce qui ne le surprenait pas à dire vrai, il avait simplement préféré s'en assurer. Il l'écouta attentivement, les prénoms qu'elle proposait ainsi que ses arguments, ses méninges fonctionnant à toute allure pour en faire les déductions qui lui semblaient les plus justes. Lorsque celui d'Aphrodite fut prononcé, il n'eut pas besoin qu'elle en rajoute d'avantage. Et ce n'était pas pour le Marteau, arme divine qui lui avait été donné par le possesseur originel, c'était simplement parce qu'il savait qu'il pouvait compter sur elle, comme elle le pouvait avec eux. Peu importait les histoires qui avaient pu se produire entre elle, Arès, Hadès et qui d'autre encore. Il avait regretté ne pas s'être rapproché d'elle plus tôt et il lui semblait évident qu'elle faisait partie de leur équipe.

Quant à la jeune atlante, Kida, il savait déjà qu'elle pourrait leur en apprendre beaucoup... Il ne comptait pas aller la voir immédiatement, même si selon ce qu'ils pensaient tous, le cristal en elle serait une arme contre Chronos... Il ne restait plus qu'à voir où ce pouvoir la mènerait également. Il approuvait Artémis et son intention d'attendre avant d'aller lui en demander plus, se disant même au fond qu'elle viendrait peut-être même de son propre chef lorsqu'elle en aurait l'envie. Il ne pouvait le définir, le mettre en mot, ni en pensées, mais la simple entrevue qu'il avait eu avec elle avant qu'elle ne s'installe en ville lui avait laissé le vague souvenir de confidences silencieuses. Elle n'avait rien dit, pourtant, ne leur avait rien apprit. Il avait cette intuition sourde que ce n'était juste pas encore le moment.

Apollon ne pouvait plus l'arrêter alors qu'elle enchaînait sur Ellie – le double d'Elliot, c'est ça ? Il ne l'avait que croisé, il n'en était même pas sûr, en réalité. Il se sentit un peu honteux, lorsque Diane avoua qu'elle était leur nièce et qu'elle la connaissait à peine puisque... lui non plus, en fait. Il avait souvent considéré Artémis comme étant la seule de la famille qui importait à ses yeux. Oh, certes, même avant de revenir, il avait déjà de l'admiration à l'égard d'Arès, une amitié assez spéciale avec Judah et une entente parfaite avec Hestia. Sauf qu'il n'aurait jamais tout donner pour eux – si ce n'est, peut-être, pour l'ancien Seigneur d'Olympe, par loyauté mais pas... pas par simple 'amour'. C'était certainement en train d'évoluer à son rythme, maintenant que Louise était rentrée dans son cercle fermé d'être chers pour qui il aurait fait n'importe qui à n'importe qui... Aphrodite aussi ? Ils y arrivaient lentement. Elle était sa sœur, après tout. Bien que les liens de famille restaient assez flous à ses yeux, les actes comptant d'avantage que le sang d'après lui, il commençait peu à peu à se faire son idée.

Le dieu se relâcha un peu sur son siège, passant ses bras qu'il croisa derrière sa nuque, se mordant la lèvre tout en réfléchissant au sujet de ce fameux Jeremiel. Il eut un sourire amusé alors que Diane ne savait comment nommer Hypérion. C'était compliqué, il est vrai, de considérer ce titan comme un parent alors qu'ils ne savaient rien de lui... Puis, avaient-ils jamais eu besoin de leurs parents pour grandir ? Non, ils étaient arrivés là, grands et beaux, prêts à marcher tout seuls sans l'aide de personnes et capables de se débrouiller. Certes, les interventions rares de Gaïa avaient semblé être bénéfiques à Artémis, mais ce n'était pas grand chose sur cinq millions d'années, non ? … Oh, ils méritaient quand même d'être appelés « Père » et « Mère ». Rien que pour avoir créer une merveille telle que lui... Il pouvait bien leur offrir ça. Les Choses Sérieuses Commencent ➸ APOPO 2852471132

Il ne pouvait qu'approuver concernant Alexis, contrôlant le seul élément qui leur avait échappé avec la disparition de leur aîné – un mal pour un bien, dirons-nous. Elle semblait devenir plus puissante à mesure que les semaines passaient mais... C'était étrange. Cette 'magie' venue de nulle part... Elles avaient été choisies par Chronos, c'était presque évident maintenant qu'ils avaient vu que c'était grâce au cristal d'Atlantis que leurs pouvoirs avaient été 'mis en place. Il ne restait plus qu'à trouver 'Pourquoi?', 'Comment ?'... Et à quels moments leurs capacités s'étaient-elles éveillées ? Pour quelle étrange raison ? Quelque chose avait dû les déclencher. Quelque chose devait également les lier, ce n'était pas un hasard, ça ne pouvait pas l'être.

Une main passant dans ses cheveux, il se redressa sur sa chaise, lèvres pincées, notant les dernières paroles de sa jumelle avant de reprendre les informations précédentes pour tout remettre en place dans son esprit.

« J'avais raison, tu as déjà beaucoup réfléchi à tout ça. » Il ne se trompait pas généralement quand il s'agissait d'Artémis et à vrai dire, il trouvait ça tellement grisant de se lancer là-dedans avec elle ! Il avait l'impression de perdre 3 millions d'années et de retrouver une énergie toute nouvelle. « Je pense en effet que tu es la mieux placée pour te rapprocher d'Ellie. Tu l'as dis, elle est seule et... tu dois comprendre mieux que personne ce qu'elle ressent. »

Même pour lui, c'était dur à avouer. Son cœur se serra à cette simple phrase murmurée. Il se demandait si Elliot et Ellie possédaient le même type de lien qu'eux et il ne pouvait que se dire qu'elle avait dû souffrir à plusieurs moments si tel était le cas, étant donné les chamboulements qu'avaient traversé le jeune homme... Bien qu'il ignorait si sa vie à elle aussi était tout autant désastreuse.

« Quant à Jeremiel, j'ignore même où il est... Oh. Lily m'a parlé d'Astrid et je crois qu'elle le connaît... » Il fronça les sourcils, tentant de se remémorer ses conversations multiples avec l'éléphante. « Je tenterai d'en apprendre un peu plus. Quant à Alexis, étant donné qu'elle passe plus ou moins de temps à la maison et qu'elle nous connaît déjà... Je ne pense pas qu'on aura le moindre problème pour la convaincre. »

Il ne prononça rien de plus concernant les autres, elle savait déjà ce qu'il en pensait étant donné qu'il laissait son esprit ouvert à tout passage afin de ne pas avoir besoin de prononcer chacune de ses pensées à haute voix. Ce lien était des plus pratiques en de tels moments.

« Ton temple ? Je viens y'a pas moyen ! » Son visage s'illumina et son regard se mit à briller avec cette petite étincelle d'excitation. Sa voix était bien plus enjouée que de raison et en réalité, l'idée lui plaisait démesurément. « Il va falloir trouver son emplacement... » Et non, tous n'étaient pas répertoriés pour son plus grand malheur, autrement il n'aurait pas hésité à faire une petite visite express. Sa bouche se mit alors à former un grand « O » lorsqu'une illumination passa son esprit... Il s'empêcha de pouffer alors que, malicieux, il se retournait vers Artémis. « Mais ce sera moi l'hologramme à l'entrée ! » Certes, aucun intérêt étant donné que Diane pouvait rentrer dans son temple comme bon lui semblait, mais ça avait une certaine classe. Il allait pouvoir se faire la discussion peut-être ? Il se demandait à quel point ça devait être extraordinaire de se parler à lui-même. Secouant la tête, il se sortit très vite de sa rêverie avant d'en perdre le fil. « Je suis curieux de voir ce qu'on pourrait y trouver. »

Il offrit un sourire à sa jumelle avant de s'affaler de nouveau sur sa chaise, soupirant en observant la quantité monumentale de bouquins qui s'étalaient sur la table.

« On devrait aussi réfléchir à trouver un moyen de retrouver la Fourche dans son état initiale mais... ça m'a l'air bien trop compliqué sans Héphaïstos pour nous aider. » Le grand blond passa une main dans ses cheveux, alors que cette quête de la reconstruction de la dernière arme divine lui semblait impossible à réaliser. Il avait vu leur frère, sous la forme de spectre, il y a plusieurs mois déjà maintenant. Il ignorait ce qu'il était advenu de lui, le pensant mort comme les autres mais... Tout cela semblait bien plus complexe qu'il n'y paraissait. Ils avaient bien cru que Poséidon n'était plus, non ? Qui leur disait que d'autres n'attendaient pas non plus le bon moment pour faire leur réapparition ? « En tout les cas, je pense me concentrer sur les déesses magiques et les cavaliers, de mon côté. Ce n'est pas par hasard qu'ils ont été choisis. Il doit y avoir une raison et, quelle qu'elle soit, elle pourrait nous aider à en apprendre plus sur Chronos. Il suffit juste de trouver ce qui les lient entre eux... » Plus facile à dire qu'à faire ![/color]
[color=#99ccff]

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

DO YOU WANNA DIE ALONE
OR WATCH IT ALL BURN DOWN TOGETHER ?
This was the place I grew up now it's ashes to ashes. Memories fillin' my cup, it comes in flashes, but when it passes and I see your eyes I know there's nothin' I'll ever find better. I think I'd rather die alone, together.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t14039-apollon-c-est-pas-une http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t14980-avez-vous-deja-vu-un-mec-grand http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80967-moon_light En ligne

Diane Moon



« Le plus beau
c'est GASTON ! »


Diane Moon


Les Choses Sérieuses Commencent ➸ APOPO 378254admin

╰☆╮ Avatar : Claire Holt + Mia Talerico pour Le Berceau de la vie

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Artémis la déesse de la chasse et de la lune herself (même si je viens du monde réel)

Les Choses Sérieuses Commencent ➸ APOPO Diplo10

☞ Surnom : Didi ça ira plus vite :uh:
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 9634
✓ Disponibilité : Présente mais blindée de rps

Les Choses Sérieuses Commencent ➸ APOPO _


Actuellement dans : « Le plus beauc'est GASTON ! »


________________________________________ Jeu 10 Déc 2015 - 17:57

Les Choses sérieuses Commencent
It's Maybe Our Only Chance


Il n'avait rien dit, mais je l'avais sentit. Lorsqu'il avait parlé d'Ellie, cela n'avait duré, qu'une fraction de secondes, mais c'était bien assez pour moi. Il, s'en voulait, il tentait de le dissimuler, mais je pouvais aisément le sentir. Il, était tellement dure, de lui faire comprendre, avec des mots, que je ne ne lui en voulait pas. Que, jamais, je ne pourrais lui en vouloir, pour ces vingt et une années, de séparation. Oui, j'en avait énormément, souffert, mais sans elles, jamais, je n'aurais pu, devenir, celles que j'étais aujourd'hui. Et, quelque part, c'était également, grâce à lui. Si, je ne m'étais pas accroché à cette idée de le retrouver, je ne serais jamais venu ici, et peut-être que lui serait toujours, coincé dans sa boucle temporelle, voir pire. A cette pensée, mon cœur se serra, et une boule se forma, dans ma gorge, je ne voulais, pas l'envisager. Etre séparé, pour toujours, de celui qui partageait la moitié de mon âme, était une chose, que je ne voulais pas imaginer. Jamais, me répetais-je inlassablement. Jamais, plus nous ne serons séparé. C'était une promesse, entre nous deux, un accord silencieux :

- Nous sommes tous les deux, des imbéciles soupirais-je oui tous les deux repris-je devant son air curieux. Toi, tu t'en veux, pour m'avoir laissé toute seule, et moi, je m'en veux, pour toutes ces fois, où je t'ai taquiné, tu sais...Au sujet de la belle sœur. Et, pourtant, aucun n'en veut à l'autre, pour ces...Maladresse diront nous.

Sans, un mot, je m'approchais de lui, afin de lui prendre la main, s'il savait ce que je ressentais, il n'avait pas tout vu, au sujet de ces années de séparation, et il était temps, de lui montrer, autrement, qu'avec des mots. Nos, mains jointes, je fermais doucement les yeux, afin de mieux me concentrer, de ranimer les souvenirs, et de les lui montrer. Il, avait vu la perte des chasseresses, mais il n'avait pas vu le reste. Cette douleur, teintée de résolution, cette quête, inlassable, pour le retrouver. C'était, à lui, que je m'étais accroché, pour ne pas sombrer, à cette idée, que bientôt, nous serons à nouveau réunit. Je lui montrait, la Louisianne. Ce Club, où nous étions venu dansé autre fois, qui n'avait pas changé. La maison, où nous avions habité, les fois où, nous, nous installions, dans cet état. Et, mes recherches. Toute ma vie, durant ces années, y passa, avant que je ne me retire de son esprit :

- Tu comprends maintenant ? Lui demandais-je, ça ne sert à rien, de ressasser, le passé indéfiniment, oui j'ai été toute seule, oui, tu n'as pas été, mais ce n'est pas ta faute, et je ne t'en voudrais jamais. Je, me suis accroché à ton souvenir, parce que je t'aime, tu es mon frère. Peu importe, ce qui arrivera, tu passeras toujours en premier.

Même, si je devais apprendre à un peu moins compter sur lui. Je, m'en rendait, un peu plus compte, chaque jour, d'à quel point, je comptais peut-être trop, sur Apollon, parce qu'il était mon frère jumeau justement. Je m'étais fait crier dessus, la dernière fois, que j'avais dit à voix haute, que j'avais l'impression, que je l'utilisais, et qu'il n'était là que pour me ramasser à la petite cuillère, alors, que ce n'était pas son rôle premier. Il, se mettait rarement, en colère, mais ce jour là, il m'avait plus ou moins dit, mes quatre vérité à ce sujet. Je, n'avais plus jamais, osé émettre cette pensée, après qu'il m’aie plus ou moins dit, que j'étais stupide de l'imaginer ne serait-ce qu'un instant. Et, d'une manière générale, il détestait, quand je me mettais, à penser, qu'il en faisait beaucoup, pour moi et moi pas beaucoup pour lui. Là, dessus aussi, il allait falloir que je travaille.

Il y eu un moment, de flottement, avant qu'il ne reprenne, parlant de Jeremiel. Apparemment, Lily avait une connaissance, qui savait où il était. Je fronçais légèrement les sourcils à l'évocation, du nom. Astrid, ça me disait quelque chose. Tapotant, doucement, mon indexe, contre mon menton, laissant les rouages de ma mémoire faire leur effet :

- Une petite blonde ?
Demandais-je, elle était là, elle aussi pendant « l'expérience » Marchand de Sable.

Je lui avait récemment, expliqué plus en détail, de quoi il s'agissait, après lui avoir arraché la promesse, d'arrêter de se moquer, quand je mentionnais Arès et moi. Ce qu'il adorait par dessus tout, c'était réussir à me faire sortir de mes gongs à force de répéter que ça ne comptait pas le moins du monde pour moi, c'était une autre réalité, et il ne s'était rien passé. Je détestait, me répéter, et il le savait, il adorait me forcer à le faire, jusqu'à ce que je ne finisse par littéralement crier que ce n'était qu'un crétin, avant de me draper dans mes restants de dignité et de quitter la pièce, me dirigeant vers l'étage où se trouvait ma chambre, sous les rires d'Apollon.

Ce fut à mon tour de rire franchement, lorsqu'il mentionna le fait, que l'hologramme à l'entrée du temple, ce serait lui. On aurait dit un enfant de quatre ans. C'était une capacité, que j'avais toujours, admiré chez lui. Il, avait le dont, de faire de la chose la plus insignifiante quelque chose de merveilleux. J'avais toujours adoré, le voir faire ça, il ne s'en rendait peut-être pas compte, mais sa bonne humeur, se répercutait directement, sur moi, et me faisait immédiatement, oublier mes soucis :

- Evidemment, que tu viens avec, j'ai eu droit de visiter ton temple, je serais une très mauvaise jumelle, si je ne t'autorisais pas à voir le mien en retour
répondis-je avec un large sourire amusée. Bien que je me demande si c'est une bonne chose au final que tu vois ton hologramme, tu as les chevilles suffisamment, enflé comme ça, pas besoin d'en rajouter

Je m'esclaffais, en le voyant arborer son air si caractéristique, entre la menace et le « gnagnagna » d'un enfant en bas âge. Encore, plus, lorsqu'il me tira la langue pour avoir osé me moquer de lui. Évidemment, je lui répondit de la même manière. Ces moments là, étaient tellement rare, que j'en profitais au maximum dès que je le pouvais. Mais, j'approuvais, lui rendant son sourire, une fois calmée, j'étais curieuse, de savoir ce qu'on pouvait y trouver également. Même, si en ce qui concernait, les recherches, je craignais à un moment, que nous ne devions demander de l'aide à Socrate. Et vu la tête que tirait Apollon, ça ne l'enchantait pas vraiment :

- Ne t'en fais pas, c'est moi qui me chargerait de cette partie là lui assurais-je

Il aborda le sujet de la fourche d'Hadès. C'est vrai qu'elle était brisée, notre unique moyen de réellement stoper Chronos, était hors de porté, pour autant, plus j'y réfléchissais, plus je me disais, que la réparer, n'était rien de plus qu'un rêve, voir un fantasme. Même, si Hephaïstos, avait été là. Certes, tout ceci, c'était son rayon, les armes, le travail de forgeron... Je lui devait tout de même, mon carquois et mes flèches, et elles n'avaient jamais faillit en cinq millions, d'années. Mais, nous parlions, d'une arme crée par un Titan, par notre mère :

- A vrai dire, plus j'y songe, plus je me dit que même lui, ne pourrait pas le réussir. La fourche a été fabriqué par un titan, non par un dieu, et l'on sait que si notre pouvoir surpasse de loin celui de la magie, celui des titans, surpasse le notre. Tu vois où je veux en venir ?


Un simple hochement de tête de sa part, m'affirma que oui. Avant qu'il ne reprenne. Il, souhaitait, s'occuper des cavaliers et des déesses magiques de son côté, je me tendit un peu à cette idée. Elle était bonne, excellente, même, mais...Quelque chose me travaillait, et je ne tardais pas à en faire part à mon frère :

- Je, ne veux pas qu'ils sachent dis-je peut-être un peu trop brusquement. Je veux dire, ce qu'il c'est passé avec Poséidon. Je, ne veux pas qu'ils le sachent. Que l'on ai tout tenté pour les sauver, toi et moi. Je, ne cherche pas les honneurs, je ne veux même pas que l'on ai une dette envers moi, ni même que l'on change, la manière de me voir. Je, ne veux pas être une héroïne. J'ai, juste fait, ce qui moi, me semblait juste. Ils, n'ont rien demandé à personne, et c'était totalement, exclu, que l'un des notres s'en prennent à eux, juste sous prétexte qu'ils sont...Ce qu'ils sont.

J'avais l'impression, de m'embrouiller, et de l'embrouiller, par la même occasion. Poussant, un soupire, avant de triturer, nerveusement, une mèche de cheveux, je me tournais à nouveaux vers lui :

- J'ignore, si Mort et Guerre, ont de nouveaux hôtes de prévus, par Chronos, mais quoi qu'il en soit, si c'est le cas, il faudra y aller, plus en douceur avec eux. La méthode d'Arès, n'était pas la bonne. J'en ai eu des échos, à droite à gauche.


Je me laissais, tomber dans ma chaise, croisant les bras sur ma poitrine, laissant mon pied droit, s'appuyer nerveusement, sur le sol. Un silence, s'installa à nouveau entre nous. Chacun, perdu, dans ses pensées. Je me décidais finalement à me relever m'asseyant, franchement sur le rebord, de la table, histoire d'être à peu prêt à la même hauteur que mon frère, pour le regarder bien droit, dans les yeux, c'était important ce que j'avais à lui dire :

- Si on agit, on agit en duo. Je veux bien, t'aider le temps de ton « manda » de chef d'Olympe. Mais, je veux encore moins de secret qu'à l'habituel. Les chasseresses, Néphélée, et tout ça. Je, n'en veux plus entre nous. Parce qu'au final, c'est nous qu'on blesse. Alors, on se dit tout, vraiment tout. Et surtout, surtout : ne me met jamais sur le banc de touche est-ce que c'est clair Phoebus Light ?

Je tapotais mon indexe contre son torse, tout en lui jetant un regard sévère. Je, ne l'appellais que rarement, comme ça, ou même Phoebus tout court. C'était toujours Apo', Apollon parfois. Mais, 99% du temps, c'était Apo'. Aussi, lorsque j'utilisais son nom d'emprunt, savait-il, que j'étais sérieuse, et que c'était quelque chose, qui me tenait réellement à cœur.

J'attendis, quelque seconde, qu'il me le promette avant de me détendre :

- Bon, et si on allait explorer la cité, maintenant qu'on la pour quasiment, juste tous les deux. On pourra continuer à discuter, pendant qu'on fait le tour, t'en dit quoi ?


made by pandora.



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
She was like the moon
☾ ☾ ☾ She liked the moon because, like herself i shined it's brightest when no one was around to see.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74833-artemis-can-t-fight-the-moonlight http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80967-moon_light En ligne

Contenu sponsorisé








Les Choses Sérieuses Commencent ➸ APOPO _


Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

Les Choses Sérieuses Commencent ➸ APOPO





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Les mondes spéciaux :: ➹ Olympe d'Amour