Gravity
FALLS !

de Dyson

Miroir
Magique
de Anastasia

L'Héritage
Perdu !
de seb


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ L'Héritage Perdu ! ☆ Evénement #97
Une mission de Lily Olyphant - Ouverture : 4 juillet 2018
« La Vérité sans Compromis ! »

Partagez | .
 

 [Fe] Les Chevaliers de l'Ordre - Evénement #51

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage

Kai Gon Jinn


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Freddie Highmore

Ѽ Conte(s) : Star Wars : Knight of the old republic
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : un padawan Révanite

☞ Surnom : Machin
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 19
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Ven 4 Déc 2015 - 7:35

On dépose le corps de Mlle Swann sur le sol pour qu'elle puisse se reposer et les derniers instants tournent dans ma tête. Par des flashs, comme un résumé.

Tout d'abord la cellule, on en sort par un piège ingénieux de l'homme qui est agenouillé auprès de l'ancienne shérif. Joli coup je dois l'avouer, et puis une course dans les ventilations, après avoir récupéré mon sac à dos posé dans une étagère prés de la bouche d'aération. La force était avec moi sur ce coup, pas de doute.

"Jeune homme, il est temps de prouver que vous savez vous battre."

Battre, l'attaque. Je pose ma main sur mon sabre, ressentant ses vibrations récentes. Les balles ne sont pas déviées comme les lasers, mais elles fondent c'est déjà ça. Je m'en suis sorti indemne. J'ai bien fait de m'entrainer tout seul dans mon jardin avec un bout de bois et j'avoue que je ne pensais pas que Mlle Swann et l'autre jeune fille auraient une telle puissance. Et la liberté ressentit lorsqu'elles ont défait nos bracelets a totalement fluidifié la manière dont j'ai pu utilisé mon arme. J'étais de nouveau connecté à la force, sans effort, sans interférence.

Et ses corps, je ne pensais pas voir cela un jour. Ôter la bouche pour empêcher de hurler. Le seul exutoire avant la folie, quelle torture atroce. J'ai, pendant ma formation, déjà rencontré des formes de torture, y ai été préparé dans un certaine mesure, mais jamais je n'en ai vu de pire. Ni même d'aussi tordue.

Et puis tout s'est enchainé encore plus vite. La jeune fille qui part avec quelqu'un que je ne connais pas, nous qui rejoignons la sortie le plus rapidement possible. Tout ça m'a changé, mon passé s'impose à moi. Je sais ca fait pseudo philosophie à deux balles. Mais je le ressens comme ça. Je ne peux plus agir en adolescent lambda maintenant. Un fois de retour, je devrais trouver une utilité pour protéger ce qui doit l'être.

"Kai, vos pouvoirs incluent-ils la guérison ? Ou au moins l'extraction de balle ?"

Si je veux pouvoir faire ça, il faut déjà que l'on rentre tous en vie.

"Je pense pouvoir la ..."

Ce regard de Madame Regina, je le connais. Je l'ai déjà croisé. Chez des animaux la plupart du temps. Mais aussi chez des humanoïdes. Cette intensité, il n'y a pas de doute. C'est le regard d'une louve. La mère protectrice. Je ne sais pas si elle est sa mère ou se considère comme telle. Mais je peux ressentir la puissance de ses sentiments.

Désolé Madame Swann, vous allez devoir tenir un moment encore.

Je m'approche de Mme Regina, prends ses mains entre les miennes. Il faut que je me concentre.

Une aura argentée entoura le jeune homme puis s'étendit peu à peu à la Reine. Regina ressentit une enveloppante chaleur se propager depuis ses mains pour finalement couvrir tout son corps.

"Maintenant Madame Regina, sauvez votre fille. Vous devriez pouvoir le faire. Je retiendrais les gardes et permettrait à ce petit groupe de sortir en vie. Nous ne sommes pas loin. Mais vous, faîtes ce que votre instinct vous dicte."

Ma main pris le sabre laser à ma ceinture et l'alluma. Sa lumière était bleu glace, teintée d'une légère couleur rouge. Je suis moins calme que je ne le pensais.

"Allez, Angus, il me semble. Il faut qu'on sorte Madame Swann d'ici. Si vous pouvez la supporter tout seul, continuer d'avancer pendant que je me battrais. Et je vous aiderais le reste du temps."

Je n'ai que rarement été aussi sur de moi. Le naturel revient il faut croire. Je ne suis pas juste un adolescent qui s'est découvert une autre vie de Jedi. Je suis simplement un Jedi.

Regina Mills-Locksley


« I'm not the Queen anymore »


avatar


╰☆╮ Avatar : Lana Parrilla / Malina Wessman

Ѽ Conte(s) : Blanche Neige et les Sept Nains ✦ Rumplestiltskin
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La Méchante Reine ✵ La petite fille du Meunier

✓ Métier : Propriétaire et barmaid du "Roni's bar" & Mairesse Adjointe d'un dieu complètement taré.


☞ Surnom : Smarties
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 7599
✯ Les étoiles : 19083




Actuellement dans : « I'm not the Queen anymore »


________________________________________ Ven 4 Déc 2015 - 19:00



Les Chevaliers de l'Ordre


Tout me paraissait déjà être écrit, j’avais comme l’impression que ce que nous étions en train de vivre avait été préparé il y a longtemps, sans doute ai-je cette impression dû au fait que je suis un personnage de contes de fée, je ne sais pas mais j’ai comme l’impression que je n’ai aucunement de mains sur tout ce qui se passe. Des coups de feu, moi qui tente de me cacher du mieux que je peux et espérant que tout le monde aille bien.

Ces gens…Ces gens qui souffrent sont des habitants de Storybrooke….Au fond de moi, je me sens coupable, ces personnes n’aurait jamais croisé le chemin de ce tyran si je n’avais pas envoyé tout mon royaume dans ce foutu monde et pourtant je n’avais pas pu prévoir tout ce qui se passerais n’est-ce-pas ? Un nouveau coup de feu, je relève les yeux et vois Emma en sang, et j’ouvre de grand yeux, oh non…

Ces personnes…Ces personnes nous avaient prévenues, nous ne devions pas rester ici, nous devions partir au plus vite… Nos bracelets étaient tombés lorsqu’Emma et Alexis avaient travaillés ensembles et je dois dire que sentir à nouveau la magie au creux de mes mains me faisait le plus grand bien, désormais, j’avais un moyen de me défendre mais je n’avais pas été assez réactive vu qu’Emma avait pris une balle, Sophia elle, était adossée contre le mur, bien en vie, pour elle aucun soucis, ils ne lui ferait pas de mal vu qu’elle est la Première Dame.

Je m’étais relevée et avait regardé Alexis courir vers Emma pour l’aider du mieux qu’elle pouvait, je serrait les poings, je commençais à en avoir ras le bol de ce président de mes deux, d’après ce que m’avais dit Alexis, c’est à lui qu’on devait tout ça et on ne touche pas à la Méchante Reine ou ceux qu’elle aime –oui oui, j’aime des gens - sans en payer le prix et père biologique d’Alexis ou pas, il allé mordre la poussière, ça je vous le promets.

Finalement, on sortit de la cellule et on couru vers la sortie la plus proche, avant qu’Alexis ne cris presque qu’elle devait retrouvé Eavan. C’est vrai qu’il était dans le coma la dernière fois que je l’avais vu et apparemment elle tenait à lui. Je voulais aller l’aider mais Sophia proposa son aide avant qu’Alexis ne me fasse comprendre qu’elle allait y arriver. Je la regardais dans les yeux tandis qu’elle nous disait de partir devant et qu’elle nous rejoindrait, elle m’avait presque crier dessus en me demandant de lui promettre de tous nous téléporter si je ne la voyais pas revenir. Je lui promis mais je ne pouvais me résoudre à la laisser, j’avais déjà cru l’avoir perdue une fois, je ne voulais pas recommencer.

J’avais finalement suivie les autres en la laissant partir de son côté, ne voulant qu’une seule chose, la rejoindre pour l’aider, je savais qu’elle avait besoin de moi, je le sentais, elle était ma fille après tout, j’avais ce cruel besoin de la protéger, de lui prouver que j’étais toujours là, que je serais toujours là pour elle. Finalement, on descendis des marches et on arriva en bas où les garçons posèrent Emma sur le sol, je ne pouvais m’empêcher de regarder en arrière, je voulais allée l’aider, je ne pouvais pas rester là sans rien faire. Je n’avais pas récupéré l’entièreté de mes pouvoirs, je le sentais mais je m’en moquais, elle était avec eux, elle était avec ceux qui avait choisis de l’abandonner quand elle était encore enfant, elle était ma fille, je ne voulais pas la laisser seule, je ne voulais pas l’abandonner…

Kai avait apparemment compris, ou tout du moins avait vu que j’avais besoin d’y aller. Je pris ses mains dans les miennes et sentis une chaude et douce énergie magique entourée mes mains puis tout mon corps avant de sentir mes pouvoirs brulait en moi, j’en avais récupéré l’entièreté. Je posa mon regard sur Kai et lui souris :

« Merci Kai. Prenez soin d’Emma, surtout dépêcher vous de sortir, allez le plus loin de la montagne, cachez vous. Une fois que j’aurais retrouvé Alexis et Eavan, on vous rejoindra mais surtout restez le plus éloignés de la montagne… »

Je posa mon regard sur Emma puis sur Tara et les autres :

« Bonne chance. »

Ni une, ni deux, je disparaissais dans un nuage violet avant de réapparaître dans la même salle qu’Alexis, j’étais en compagnie de Sophia, Eavan et ce cher Monsieur le Président à qui j’avais envie de faire comprendre à quel point j’étais furieuse mais je ne fis rien, bien au contraire, je posa mon regard sur Alexis :

« Je sais que tu m’avais dit de partir mais je ne pouvais pas te laisser, j’en suis incapable. »

J’entendais le compte à rebours de l’auto-destruction, il allait tout faire sauter et vu le regard que m’avait lancé ma fille, elle voulait qu’ils sautent avec la montagne. Il allait arriver bientôt à sa fin, je posa mon regard sur la Première Dame sans porter la moindre attention au Président :

« Merci de nous avoir aider, je vous promets que je veillerais sur Alexis, comme je l’ai toujours fait et comme je le ferais toujours. » avais-je dit en posant mon regard sur ma fille.

4-3-2

J’avais posé un regard sans aucune empathie sur le Président et je nous avait téléporté Alexis, Eavan et moi en dehors de la structure au moment même où le BOOM retentit et que la montagne s’était écroulée, créant un nuage de poussière immense et une explosion comme jamais vu auparavant. On réapparu juste devant le groupe et je posa une dernière fois mon regard sur le tas de ruines qui remplaçait désormais l’infrastructure, le Président était mort, la Première Dame également et le passé d’Alexis aussi… Je posa mon regard sur le groupe et serra ma fille dans mes bras avant de tous les regarder :

« Maintenant si on rentrait à la maison ? »
© TITANIA

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

I am Good and Evil, both equally.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t51403-regina-on-ne-nait-pas-mauvais-on-le-deviens#487677

Tara Duncan


« Le Brocoli
c'est exquis ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Emilia Clarke

Ѽ Conte(s) : Tara Duncan
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Tara, la blonde à la mèche blanche qui fait tout exploser à son passage !

☞ Surnom : Tara, tout simplement !
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 6473
✯ Les étoiles : 15305




Actuellement dans : « Le Brocolic'est exquis ! »


________________________________________ Sam 5 Déc 2015 - 19:06


In God, we Trust



- Tara ? Vous êtes tous là ?

Ma tête pivota vers Regina qui venait d nous rejoindre. J’hochais la tête en regardant le reste du groupe. Eh bien pour le coup, nous venions d’avoir de la chance. Premier essais pour de salle pour trouver le reste du groupe, et à peine arrivé, Regina nous rejoignait en compagnie d’Alexis. Mon regard se déporta sur elle, on n’avait pas vraiment le temps pour des retrouvailles à ce moment-là. Je souris distraitement à la jeune femme qui avait surement l’esprit occupé elle aussi. Qui sait ce qu’elle avait bien pu faire dans ce bureau. Les deux femmes avaient l’air tout de même d’aller bien, aucune séquelle visible en tout cas. Mon bras était toujours insensible et pendant le long de mon corps. Pratique lors que fuite. Mon regard s’attarda sur les lits et les couvertures aux formes plutôt étranges. On aurait dit que quelque chose se trouvait dessous. Regina avait l’air d’avoir remarqué ce détail puisqu’elle s’approcha à son tour, levant la couverture. L’image de l’homme complètement me frappa, me faisant reculé de quelques pas.

- C’est quoi ce bordel…

Je détournais rapidement les yeux, incapable de regarder plus longuement les choses… Ou plutôt les anciens hommes allongés sur le lit. Leurs murmures s’élevaient dans la salle dans une ambiance pesante. Il allait vraiment falloir qu’on déguerpisse rapidement. C’était glauque et, en plus de cela, on allait se faire repérer. Les paroles d’Emma déportèrent mon attention de Regina. La jeune femme venait de se faire agripper par l’un des hommes difformes alors qu’elle lui demandait une sortie possible. Des bruits de pas résonnèrent non loin de nous. Ils étaient en train d’arriver, et avec nos bracelets, nous n’avions aucune défense. Je reculais de quelques pas, levant les yeux vers les hauteurs de la salle pour essayer de trouver une nouvelle issus de secours. Malheureusement pour nous, cette fois ci, aucune échappatoire. On était coincé pour de bon, l’affrontement serait inévitable. Concentrée sur les parois du mur, un clic résonna et les bracelets présents à mes poignets tombèrent d’eux même. Déconcerté, je levais la tête vers Emma et Alexis, un petit sourire victorieux sur le visage. Il ne m’en fallu pas plus pour comprendre.

- Merci les filles !

Soufflais-je avant de me tourner vers la porte. L’alarme venait de s’allumait et résonnait dans tout le bâtiment. Niveau discrétion, on était surement au maximum. Le bruit était si fort que j’entendais difficilement hurler Alexis qui n’était pourtant pas si loin de moi. Chacun se positionna de manière à ne pas être visible d’un point de vue de l’entrée de la salle. Je fis de même, avec tous ces lits, il n’était pas difficile de se dissimuler. Et puis, ce n’était que pour un meilleur effet de surprise. Les cachettes n’avaient pas besoin d’être durable. Accroupis derrière un lit, je discernais tout juste la porte. Au signal d’Alexis, je ne me fis pas prier pour sortir et attaquer de ma seule main libre. Une première explosion s’échappait de ma paume alors qu’un cri attira mon attention. Emma venait de s’effondrer alors qu’une grosse tâche de sang se formait sur son épaule. Trop loin et les évènements trop rapide, je n’eus pas le temps d’intervenir. Les pouvoirs d’Alexis suffirent à mettre hors d’état de nuire les gardes et à nous laisser le champ libre pour fuir. Kai et Angus se précipitèrent vers Emma pour la porter et nous permettre de sortir de cette salle maudite. Je lançais un dernier regard aux hommes que nous laissions derrière nous. Le cœur serrer, je croisais une dernière fois le regard d’un d’entre eux. Je ne saurai pas dire pourquoi, mais ces yeux me rappelaient quelque chose. Cette sensation me fit froid dans le dos. Non.. Non clairement, je ne pouvais pas laisser ces gens-là sans… Rien faire. Les emportés tous étaient impossible. Je n’avais pas le temps de réfléchir.

- Avancez sans moi ! Je vous rejoins !

Je me stoppais dans ma course, juste avant de perdre l’homme de vu. Faisant volte-face, je laissais ma magie bleutée se dégagé de mes mains. Je soufflais un bon coup, concentrée, avant de l’envoyé vers l’homme et de l’englober avec. Il se souleva, de quelques centimètres, puis de plus en plus haut.

- Ok, collé au plafond, ça devrait être le plus discret.

Si transporter un homme était discret. Déconcentré par un appel, l’homme fusa vers le plafond. Je ralentis la course au dernier moment, mais son corps heurta tout de même légèrement le haut de la salle. Une fois bien stabilisé, je pris mes jambes à mon coup pour foncer rejoindre les autres, jetant des coups d’œil derrière moi pour vérifier que l’homme suivait toujours. Comment vous dire que les tournants n’étaient pas vraiment maîtriser et que le pauvre homme… Rencontrait pas mal de mur. Heureusement que je n’avais pas proposé mon aide pour Emma, j’aurai surement aggravé son état plus qu’autre chose.

La voix d’Alexis me tira de ma rêverie, je tournais la tête vers elle. Elle était… Surement étonné. Je lui fis un petit sourire, incapable d’expliquer le pourquoi du comment de mon geste. C’était… Simplement instinctif.

- Ça va, et toi ?

Décidément, on devait se porter la poisse à chaque rencontre. Quoi que, je pourrais penser la même chose avec Glène. C’était peut-être moi, qui portais la poisse après tout. Arrivés dans les escaliers, chacun montait les marches deux à deux alors que Kai et Angus commençait à sérieusement fatigué. Malheureusement, vu mon gabarit et celui d’Alexis, nous n’allions pas pouvoir prendre le relais longtemps sans nous ralentir. Alexis se stoppa brusquement avant de prendre la parole.

- Qui ?

Inconnu au bataillon. Instinctivement, c’était la seule chose que j’avais réussir à sortir. Vraiment ? C’était obligé ? Elle risquait d’y laisser sa peau, surtout que l’ensemble du bâtiment était maintenant en alerte. Bon, je n’aurai jamais pu concevoir de laisser quelqu’un dans un endroit pareil… Mais le problème était qu’on ne pouvait pas sauver tout le monde. Cette pensée me torturait définitivement l’esprit. J’arrêtais le mouvement, omettant quelques secondes qu’un corps me suivait. Celui-ci continua sa route jusqu’à le voir passer au-dessus de nos têtes.

- Wow ! Stop ! Stop ! Stop !

Le corps s’immobilisa, toujours collé au plafond. Je soufflais, rassurée de n’avoir encore pas fait de catastrophes… Ou de n’en avoir fait que de légères. Le temps d’y réfléchir, la brune avait déjà fait demi-tour et s’était élancé à la recherche du dénommé Eavan. Le regard affolé de Regina me serra le cœur. Je ne pouvais pas vraiment imaginer à quel point elle devait être mal, mais le peu que je ressentais me suffisait déjà amplement. Kai s’approcha d’elle… Et fit.. Une sorte de transvasement de pouvoirs ? Non pas exactement, mais il lui donna le flux nécessaire à se téléporter.

- Bonne chance de ton côté aussi..

A peine eu-je le temps de prononcer ces mots que la femme était déjà partis dans un nuage violet. Ni une ni deux, je lançais un regard aux trois autres compatriotes qui étaient toujours en ma compagnie. Pas besoin de mot pour savoir ce qui nous restait à faire. Ni une, ni deux, notre petit groupe se rua dehors, où… Absolument personne ne nous attendait. Le désert, rien ni personne. Plus de voiture, plus de gardes, plus d’armes. Simplement des traces de pneus sur le sol témoignant d’un départ précipité.

- Je m’attendais à mieux comme comité d’accueil…

Sans ralentir le mouvement, nous continuions de courir le plus loin possible du bâtiment. Suivant Kai et Angus qui transportait toujours Emma, mes yeux étaient rivés vers le ciel où se déplaçait maladroitement le corps de l’homme. Forcément beaucoup moins cadré qu’à l’intérieur, son trajet anciennement rectiligne se déroulait plus… Sous forme de vague et de looping maintenant. J’espérais qu’il est le corps bien accroché. Sans oublié qu’il ne pouvait pas vomir… Je ne préférais pas imaginer ce qu’il adviendrait si jamais il le faisait.

Lorsque mon regard s’abaissa, il rencontra plusieurs voitures noires, encore assez loin qui arrivait à toutes vitesses vers nous. La police, non, mais des gens travaillant pour le président et ne nous voulant pas que du bien, surement.

- Tous à terre derrière les rochers ! Y’a les renforts qui arrive !

Je plongeais à la suite des trois autres derrière plusieurs rochers, laissant tomber le corps lourdement sur Angus qui amortit sa chute. L’homme n’avait pas la meilleure mine du monde, mais il n’avait pas l’air d’être encore mourant, un bon point, je m’améliorais. Mon regard se posa sur Angus qui ronchonnait dans son coin. Je lui fis un sourire gênée en murmurant.

- Désolé, mauvaise manip…

Regina et l’autre petit groupe réapparurent devant nous, juste avant que le bâtiment n’explose. Sursautant, je regardais le groupe d’un air surpris. Mais qu’est-ce qu’ils avaient bien pu faire pour que la situation tourne aussi mal ? Heureusement que nous étions rapidement sortis, quoi que ce soit d’autre qui se trouvait dans ce bâtiment, c’était de l’histoire ancienne. Le président et sa femme ne me faisait pas plus de peine que ça, les autres hommes déformés, bien plus. Je fis signe aux autres de se baisser.

- Baissez-vous ! Des renforts arrivent, il vaudrait mieux qu’on ne se fasse pas repérer… Regina, tu peux nous téléporter à Storybrook ? Sinon, Kai, tu as toujours de la réserve ?

Mes paroles étaient presque inaudibles, la voiture se rapprochait et je n’avais aucune envie de me retrouver une nouvelle fois confronté à des hommes armés. Je voulais juste… Rentrer chez moi, bien tranquillement.



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Techniquement, on est des princesses ?
Bah oui, t'es la princesse d'Arendelle, et on est dans un pays qui y ressemble, donc...


http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t34564-tara-duncan-un-monde- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t34884-tara-duncan-mes-amis-mes-amours-et-surtout-mes-emmerdes http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t35902-ne-reve-pas-ta-vie-vie-tes-reves-tara

Alexis E. Child


« Admirateur de la Serviette
Sacrée ! ٩(͡๏̯͡๏)۶ ٩(●̮̮̃•̃)۶ »


avatar


╰☆╮ Avatar : Kaya Scodelario

Ѽ Conte(s) : Aucun
☞ Surnom : Fanny
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 5020
✯ Les étoiles : 5266




Actuellement dans : « Admirateur de la Serviette Sacrée ! ٩(͡๏̯͡๏)۶ ٩(●̮̮̃•̃)۶ »


________________________________________ Dim 6 Déc 2015 - 22:24




J'ai la tête qui éclate, je voudrais seulement dormir...




- Je comprend que tu ais tentée de la protéger. La seule chose que je n'arrive pas à saisir c'est pourquoi tu l'as fait sans m'en parler ?


J’avais tourné la tête vers Sophia, les sourcils froncés d’incompréhension. Elle avait tenté de me protéger ? De quoi parlait-il ? De maintenant ? De la libération ? Ca semblait aller bien plus loin que cela venant de sa bouche mais je n’arrivais pas à en saisir le sens, comme s’il me manquait certaines pièces d’un puzzle bien trop grand pour moi. Mais il y avait plus important que de se soucier de ça à présent, il y avait… Eavan. Mon cœur s’était serré dans ma poitrine en le voyant si mal en point, je m’étais approchée vivement de lui et j’avais posé ma main sur la sienne, au même moment où Fitzgerald faisait la même chose de l’autre côté. J’aurais eu envie de toucher son visage, de voir ses yeux s’ouvrir, de lui sourire, de lui parler, mais inexplicablement, je ne m’en sentais pas a force. Je n’avais la force que de faire une seule chose : fondre en larme Pitoyable.

- Storybrooke est une ville dangereuse. On aurait pu la rayer de la carte il y a des années de cela, mais on a voulu étudier ses habitants. Tenter de comprendre, de leur laisser une chance. Mais à chaque essai, ils se sont toujours montrés plus agressifs, plus dangereux... Ils n'ont aucune pitié. Tu n'en as aucune.

Un ricanement froid, féroce et dénué d’humour était sorti du fond de ma gorge. J’étais folle de rage, pleine de rancœur, si bien que lorsque j’avais entendu ce rire, je m’étais même surprise moi-même, ne réagissant pas tout de suite que c’était moi qui avait produit un tel son. J’avais levé des yeux glacial vers mon géniteur, tout en levant la tête doucement.

- Moi ? Aucune pitié ? C’est l’hôpital qui se fout de la charité ? J’ai bien plus de pitié que tu n’en n’auras jamais !

Mais toute cette joute verbale ne servait plus à rien à présent. Non. Plus à rien. Sophia venait de rejoindre son mari et le président… avait appuyé sur le bouton d’autodestruction. Moins de 30 secondes pour sortir. C’était impossible… Impossible pour les soldats, pour le président, la première dame, Eavan, moi et tous ces cobayes difformes qui avaient croisés notre retour. C’était ici que tout s’arrêtait… Je tenais toujours la main de mon compagnon de route. Lui allait s’en sortir, il était résistant… il serait vivant, le reste du groupe serait vivant, tout irait bien pour eux. Tant pis si je mourrais, c’était écris ainsi et honnêtement, je le méritais. Mais il arrivait que le monde n’ai aucune justice… Et je le découvrais une fois de plus en voyant Regina apparaître. Je n’avais pas la force de poser des questions, de répliquer, je m’étais juste laisser faire. Regina venait de nous téléporter. La dernière image que j’eus de mes parents fut celle-ci : mon père le regard tourné vers ma mère, leurs mains entremêlant, le regard perçant de ma mère me fixant jusque la toute fin et…

BOOOOOOOOOOOM !

J’étais tombée à genoux instantanément sous le choc. Tout s’effondrait, la montagne s’effondrait, je m’effondrais, ma vie s’effondrait. Je voyais tout cela disparaître dans ma position de supplication misérable, les yeux embués de larme, la bouche entrouverte, les lèvres frémissantes. C’était fini, tout se terminait là. Je n’avais même pas le quart des réponses que j’étais venue chercher, j’avais encore plus de questions et j’avais cette désagréable sensation d’être terriblement sale et bafouée… J’étais trahie. J’entendais au loin Tara qui hurlait qu’il fallait partir, je sentais que Regina cherchait à me relever tout en soulevant le corps d’Eavan du sol mais non, moi je ne bougeais pas, je ne voulais plus bouger, je voulais juste m’allonger là et mourir…

- ON NE BOUGE PLUS !!

J’avais entendu le déclic de plusieurs armes, signe que nous étions en joue par plusieurs soldats d’une sordide unité d’élite. On ne pouvait plus rien faire. On était fini. Et je n’avais plus rien envie de faire. Toujours à terre, je mes regardais d’un œil vitreux tandis que mes compagnons de route lever les bras sur les ordres des soldats. L’un d’eux sembla recevoir une information dans son oreillette avant de confirmer aux autres :

- L’aigle était dans le nid. Je répète, l’aigle était dans le nid. Il est probable que ce soit les terroristes ! Embarquez-moi tout ça !
- Non.

Le mot n’avait pas été hurlé, il avait juste été dit très fermement. Tout comme la suite :

- Contrordre.

La ligne des soldats se fendit alors pour laisser apparaître un homme en costume qui s’avança calmement vers le groupe en reboutonnant sa chemise. Avec douceur, il s’approcha de moi en s’accroupissant pour être à ma hauteur, le sourire doux et encourageant. Il sorti de sa poche un mouchoir avant de me dire d’une voix douce :

- Séchez vos larmes, Enora.
- Je m’appelle Alexis.

C’était la seule réponse pertinente qui avait bien osé sortir de ma bouche. Il eut un moment d’arrêt avant d’avoir un petit rire, très léger et d’incliner légèrement la tête pour en convenir.

- Bien sûr, Alexis. Venez, relevez-vous.

Il avait tendu sa main et après un moment d’hésitation, j’avais finalement accepté de me relever avec son aide. Il s’était tourné vers toute notre assemblée.

- Je m’appelle Elias Grant. Je suis le vice-président des Etats-Unis d’Amérique.

Oui… enfin… autrement dit, il était le président des Etats-Unis d’Amérique quoi, vu que mon « père » venait de mourir… Je comprenais mieux pourquoi ses paroles étaient écoutées avant tant d’attention par les militaires. Jusqu’aux nouvelles élections, le pays était sien… Ce que je comprenais moins en revanche, c’était l’égard avec lequel il me traitait, les regards qu’il me lançait, comme s’il me devait un certain respect… Un respect… A moi ? Mais quoi comme respect ? C’était LUI le président, pas moi ! Je n’eus pourtant pas le temps de dire quoi que ce soit qui finit par ajouter :

- Code Pie-Vert. Charlie Tango 316820.
- Mais monsieur…

Le regard que lui lança le président Grant eu le don de lui couper la chique. Je ne avais absolument pas ce qu’était ce code mais l’homme, nous invita à faire un cercle à l’aide de ses bras avant de regarder Regina droit dans les yeux :

- Il est temps de partir pour vous. Faîtes-vous discret dans les semaines à venir. Vous ne serez pas incriminer pour tout cela, j’y veille personnellement.

Il eut un petit regard soutenu pour elle avant de me prendre le bras et de me chuchoter rapidement :

- Alexis… L’enterrement de vos parents aura lieu le 17 Novembre prochain à Washington. Je vous ferais apprêter un transport. Il faut que vous y participiez…

- Je ne crois pas que… Je veux dire… l’Amérique ne me connait pas, ça ne sert à rien de tenter de médiatiser ma présence là-bas… je ne suis pas censée exister.
- Non mademoiselle Child… Vous ne comprenez pas. Il FAUT que vous y participiez.

Son regard était plus qu’insistant. Je fronçais les sourcils, prête à poser une question mais il s’était déjà détournée de moi pour repartir vers ses militaires. Il fallait partir maintenant, avant qu’il ne change d’avis. Tout le monde se pris la main, je veillais à ce que le corps d’Eavan soit bien avec nous et enfin… nous atterrîmes à Storybrooke, devant l’hôpital, afin d’aider Emma et Eavan.




♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


if you can dream it you can do it


(c)Miss Pie

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19802-n-oublie-pas-qui-tu-e http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t20958-once-upon-a-time-alexis-stories

Emma Swan


« Boom Baby
T'as le Groove ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Jennifer Morrison

Ѽ Conte(s) : Once upon a time
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : la fille de Blanche et Charmant

☞ Surnom : Marjo
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3119
✯ Les étoiles : 2180




Actuellement dans : « Boom BabyT'as le Groove ! »


________________________________________ Lun 7 Déc 2015 - 22:26


Les chevaliers de l'ordre

Feat Alexis,Eavan,Tara,Regina,Kai & Angus
C'est fou se que parfois les moments heureux pouvait être court,il suffisait d'un renversement de situation pour que tout parte de travers.Tout avait pourtant bien commencer,Alexis avait finit par me faire confiance et nous avions pu combiner nos pouvoirs sans problèmes pour enfin nous débarrasser de nos maudit bracelet,je m'étais frotter les poignets avant de sourire a Alexis avant d'aller me mettre derrière un des lits,la porte s'ouvrit a la voler,un des gardes demandant a se qu'on mette les mains en l'air et que nous sortions de nos cachette ,si il croyait que nous allions obéir il pouvait se mettre le doigt dans l’œil.

"Maintenant !"Ni une ni deux je me levais ,levais les mains pour lancer une vague d'énergie.

PAN!

Et c'est la que le retournement de situation intervient pour vous mettre une grande claque au visage,il m'avait fallu quelque secondes pour comprendre se qu'il c'était passer,quelques seconde avant que je ne regarde en bas pour voir le sang couler le long de mon bras,je grimaçais avant de vaciller sur le côté ,tout en tentant de me retenir contre le mur,de toute les choses qu'Emeric m'avais infliger en Suisse ,sa n'étais rien comparer a la douleur d'une balle dans le corps,je clignais des yeux,le souffle court,regardant Alexis se débarrasser des gardes d'un geste de la main.Je tentais tant bien que mal de rester éveiller,poussant un grognement de douleur avant de voir celle qui était ma tante se diriger vers moi rapidement.

Je comprenais un mot sur deux mais je savais se qu'elle me demandais de faire,il fallait que je reste éveiller,il ne fallait en aucun cas que je sombre dans l'inconscience ,en plus ce n'étais vraiment pas le moment pour cela,alors je secouais la tête positivement en direction d'Alexis pour bien lui faire comprendre que je l'avais entendue et que je ferais de mon mieux pour rester éveiller.Elle aida Angus et Kai quand les deux l'aidèrent a se redresser,tentant de rester en équilibre et a marcher assez rapidement car il était temps que nous quittions cette endroit avant que d'autre personne ne se fasse tirer dessus.

"Bonne chance."M'avais dit Regina,j'avais hocher légèrement la tête.

"A toi aussi."

Apparemment ma relation avec l'ex maire de Storybrooke semblais peut a peut se fixer,se qui m’étonnais légèrement,mais sa ferait surement plaisir a Henry.Quelques instant plus tard alors que nous étions dehors et assez éloigner de l'infrastructure,celle-ci explosa,par chance Regina,Alexis et un homme que je connaissait pas s'en était sortie ,même si l'homme avait l'air aussi mal en point que moi,je tournais la tête pour observer le reste du petit groupe et remarquais que Tara aussi avait ramener un inviter surprise,surement l'un des anciens habitant de Storybrooke.

"Qui...est ...ce ?."Demandais-je ,essouffler,j'avais la tête qui tournais et j'avais envie de dormir mais je voulais savoir qui était l'inviter de Tara,et savoir aussi qui avait envoyer les roses soit dit en passant,alors il fallait que je reste éveiller,je clignais des yeux et quand je détournais la tête nous étions enfin de retour a Storybrooke.



Code by Fremione.


Regina Mills-Locksley


« I'm not the Queen anymore »


avatar


╰☆╮ Avatar : Lana Parrilla / Malina Wessman

Ѽ Conte(s) : Blanche Neige et les Sept Nains ✦ Rumplestiltskin
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La Méchante Reine ✵ La petite fille du Meunier

✓ Métier : Propriétaire et barmaid du "Roni's bar" & Mairesse Adjointe d'un dieu complètement taré.


☞ Surnom : Smarties
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 7599
✯ Les étoiles : 19083




Actuellement dans : « I'm not the Queen anymore »


________________________________________ Mar 8 Déc 2015 - 1:50



Les Chevaliers de l'Ordre


Je n’avais pas attendue, une fois que j’étais dans la pièce, j’avais remercié Sophia et je nous avait téléporté Alexis, Eavan et moi peu de temps avant que la montagne n’explose. On réapparu non loin du groupe et je pu voir les éboulements se produire. Il n’y avait plus rien, tout était terminé. Je ne savais pas quoi faire pour rassurer ma fille, lui dire que son ami allait se réveiller ? Elle le savait. Lui dire que tout était terminé ? Elle le savait aussi. Alors quoi ? Je n’eu pas le temps de faire quoi que ce soit que des voitures noires arrivèrent vers nous.

Encore des emmerdes ? Mais alors que des soldats s’apprétaient à nous arrêter, le nouveau Président des Etats Unis les stoppa et parla à Alexis avant de tous nous faire signe de nous mettre en cercle. Une fois fait, il me regarda droit dans les yeux et je le fis également avant de nous prévenir de nous faire discret et surtout qu’il veillerait personnellement à ce que l’on ai aucun problème pour tout ça. Je le remercia d’un signe de tête et attendis qu’on soit tous bien là avant de nous téléporter.

On réapparus tous en plein Storybrooke, juste devant l’hôpital, Emma et Eavan allait pouvoir être soigner. Nous étions enfin rentrer à la maison, j’avais ramené Alexis en vie et c’était ce qui importait le plus, enfin je veut dire que je veux aussi qu’Emma s’en sorte parce que généalogiquement parlant, elle est ma petite fille (ouai je suis mémé à trente sept ans ) et puis bah…Enfin vous avez compris quoi.

« On est rentrés à la maison… »

Je tourna mon regard vers les autres avant de le poser sur Emma et Eavan :

« Ils doivent être soignés le plus vite possible. »

Rapidement des infirmières vinrent s’occuper d’eux et je resta là, devant l’hôpital avant de passer ma main dans ma poche et de me piquer à la tige de la rose que j’avais reçu de la silhouette encapuchonnée avant tout cette Imberglio. Je porta mon doigt à ma bouche pour stopper le sang qui coulait avant de regarder la rose en la prenant précautionnement, finalement, on avait finalement pas eu de réponses, d’où nous venait ces roses ? La grande question était celle-ci… Je me contenta donc de la regarder, de multiples théories se baladant dans ma tête, une chose me revenait…Eleanor…Elle avait appelée Alexis, Rose et si tout cela était liée et si… Et si tout cela était l’œuvre du Dragon…Ce n’est qu’une supposition.
© TITANIA

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

I am Good and Evil, both equally.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t51403-regina-on-ne-nait-pas-mauvais-on-le-deviens#487677

Tara Duncan


« Le Brocoli
c'est exquis ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Emilia Clarke

Ѽ Conte(s) : Tara Duncan
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Tara, la blonde à la mèche blanche qui fait tout exploser à son passage !

☞ Surnom : Tara, tout simplement !
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 6473
✯ Les étoiles : 15305




Actuellement dans : « Le Brocolic'est exquis ! »


________________________________________ Jeu 10 Déc 2015 - 19:49


In God, we Trust


Trop tard. J’étais pourtant persuadée de m’être couché aux sols avec les autres assez tôt pour ne pas être repéré par les renforts. Même si certains était déjà en route avant les catastrophes, l’explosion allait rameuter bien plus de monde. Alexis apparu, mais, trop peu réactive, surement par le choc qu’elle avait dû avoir dans ce bureau, elle mit quelques précises secondes avant de nous rejoindre. Ces secondes suffirent à la faire repérer. Regina et Eavan à côté d’elle, tous les trois étaient maintenant en danger et nous n’allions certainement pas les laisser. Angus, Kai, Emma, toujours mal en point, et moi sortîmes de notre cachette, sur nos gardes.

- On ne bouge plus !

Bah voyons, c’était reparti de nouveau. Un soufflement agacé m’échappa alors que les cliquetis des armes retentissaient. Génial, encore des armes, encore des tirs, et encore en danger. Cette fois, nous avions nos pouvoirs sans compter que Regina allait surement bientôt pouvoir nous téléporter. Il suffisait de les faire attendre un peu, et nous nous volatiliserons. Mon regard se baissa sur Alexis, toujours à terre. Je jetais un œil curieux et septique à Regina. Quoi qu’il s’était passé dans ce bureau, ça avait dû sacrément les remuer. Un homme scinda la foule en deux pour s’approcher de nous, et plus particulièrement d’Alexis. Une fois à sa hauteur, il lui tendit un mouchoir, murmurant des paroles rassurantes. D’accord, on était passé dans la quatrième dimension ? Après avoir eu un psychopathe, nous avons un homme d’affaire souriant et mielleux. Sur mes gardes, je fronçais les sourcils en regardant son petit manège.

La suite ne fut pas plus rassurante. Le dénommé Elias était le vice-président des Etats Unis… Autant donc dire le nouveau président des Etats-Unis. Et vu le dernier énergumène au pouvoir, vous m’excuserez d’avoir certains doutes sur ses bonnes intentions. Continuant de proclamer des phrases vide de sens pour nous mais compréhensible par son équipe, il restait bien trop proche d’Alexis. Après quelques mises en garde, il se tourna, prêt à partir. Son regard se posa rapidement sur l’homme que j’avais sortis de la maison blanche. Il se tourna ensuite vers moi pour prendre la parole.

- Nous allons prendre en charge cet homme.

D’un air étonné, je jaugeais l’homme en face de moi. Pardon ? Vous ne voulez pas aussi prendre le reste de l’équipe et les examiner comme des bêtes de foires aussi ? Il en était hors de question, je ne le laisserai pas reprendre le contrôle sur ces hommes. Qui sait quel a été son rôle dans ce manège.

- Non, il repart avec nous.

Je n’avais pas pour habitude d’être sèche ou insistante. Storybrook m’avait fait changé, mais les longues années que j’avais passé sur Autremonde m’avait forgé un côté diplomatique qui, même très loin, ne partirait surement jamais. Du moins je l’espérais. Impératrice par intérim, c’est plutôt une bonne formation dans ce genre de débat.

- Vous n’avez pas le choix de le garder ou non. Je vous interdis de repartir avec lui.

La suite de sa phrase avait été prononcée rapidement suite à mon coup d’œil suppliant vers Regina. J’aurai préféré qu’elle nous téléporte une bonne fois pour toute pour Storybrook pour stopper le débat. Têtue comme une mule et figée sur mes positions, je me remis face à l’homme.

- Cet homme est des nôtres, il n’a pas à repartir avec vous. Il vient de notre ville et a tous les droits d’y retourner, malgré son état. Il sera pris en charge par des médecins et très bien traité.

Vu ce que vous et votre équipe lui avez fait, il sera difficile de faire pire. Je gardais cette phrase en tête, tout de même mal à l’aise et intimidé par la discussion. Contre toute attente, l’homme se retourna, lâchant ses derniers mots.

- Très bien. Si nous trouvons des informations sur de possibles guérisons, nous vous les ferons parvenir le plus rapidement possible.

Sans voix, je regardais l’homme se diriger de nouveau vers ses équipes. Je m’attendais à de violentes confrontations, à une prise de force, à… A tout sauf à cela. A l’acceptation et à l’aide. Avant de repartir, je glissais à mi mot.

- Merci à vous.

Juste avant la téléportation, je rapprochais le corps de l’homme, toujours immobile, de notre groupe. Ses yeux me disaient toujours quelque chose, mais j’étais incapable de mettre un prénom dessus. Ni même resituer où est-ce que j’avais bien pu croiser cet homme. Une chose est sûre, je le saurai tôt ou tard. Une main sur lui et le temps d’un claquement de doigt suffirent à tous nous téléporter à Storybrook. Mes épaules se relâchèrent enfin, laissant redescendre la pression constante qui avait pris place ces dernières heures. Mes yeux se déposèrent sur Emma, toujours aussi mal en point.

- Un nouvel habitant de Storybrook… Ou plutôt un retour, si j’ai bien compris…

Nous partîmes appeler des renforts à l’hôpital pour que des infirmières viennent nous aider à transporter tous les blesser. Une fois tout le monde pris en charge, l’attente se fut bien plus longue. Pas de réponse et un silence pesant, voilà l’attente de résultat de santé. Je vis Regina sortir sa rose de sa poche et l’examiner attentivement. Fronçant les sourcils, je pris la mienne, bien abimé à cause de nos péripéties. Je n’avais pas eu le temps de réfléchir à cette énigme, mais je me demandais bien qui pouvait nous avoir envoyé là-bas. Surement pas Alexis, ni l’homme qui l’accompagnait… Et encore moins le président. Quoi que. Je fis rouler la rose entre mes doigts. Cette théorie me paraissait complètement insensé, mais nous nous devions de prendre en compte les dernières paroles du nouveau président ainsi que son aide. Peut-être était-ce lui, l’auteur de cette mascarade.



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Techniquement, on est des princesses ?
Bah oui, t'es la princesse d'Arendelle, et on est dans un pays qui y ressemble, donc...


http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t34564-tara-duncan-un-monde- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t34884-tara-duncan-mes-amis-mes-amours-et-surtout-mes-emmerdes http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t35902-ne-reve-pas-ta-vie-vie-tes-reves-tara

Angus Clydesdale


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Benedict Cumberbatch

Ѽ Conte(s) : Rebelle
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Angus

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 124
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Ven 11 Déc 2015 - 21:19

Une sale journée. Voilà comment Angus pourrait résumer ce jour où le président des Etats-Unis lui-même et ses forces armées ont tentées de mettre Storybrooke. Mais est-ce que la ville était seulement en sécurité ? L’ancien cheval n’osait y penser pour l’instant. En réalité, il ne pouvait que réaliser son impuissance face à autant de force contre lui. Aussi, il se contenta d’aider au maximum Emma à s’enfuir avec Kai, et les autres membres du groupe. Juste à temps avant que la base n’explose. Angus fut projeté en avant à cause de la force de l’explosion. Puis il reçut le corps d’un des mutants sur lui. Il fut tétanisé devant son physique difforme et étouffa une plainte. La jeune Tara se contenta de s’excuser et de reprendre son “souvenir”. L’ancien cheval observa les alentours. Plus rien. Le néant. Ils devaient maintenant absoluement trouver un endroit pour soigner Emma. Et pour cela, il fallait se téléporter. Alors que l’ancien cheval allait demander de l’aide à Régina, des bruits de voitures attirèrent son attention. Soulevant des nuages de poussière, les véhicules noirs firent une apparition du tonnerre, anihilant tout espoir pour que le groupe puisse s’enfuir.

Oh bien sûr, utiliser ses pouvoirs pour contrer autant d’homme n’était nullement compliqué. Mais ceci impliquait sacrifier quelqu’un. Voire même plusieurs personnes. Angus fut las de ne plus pouvoir avoir la paix. Ce qu’il souhaitait, c’était des explications. Il voulait savoir à tout prix pourquoi le gouvernement avait fait des pieds et des mains pour les trouver. Et surtout, qui avait envoyé ces roses ? Ces roses qui les avaient menées jusqu’ici. Il se sentait en droit de savoir. Il attendit patiemment que quelque chose se passe et après quelques minutes intenses, ce fut le vice-président qui arrêta cete farce. Au grand étonnement du cheval d’ailleurs. Il ne comprit pas grand chose à ses dires, mais il sut toutefois que tout était désormais terminé. Il pourrait rentrer chez lui et “oublier” les visions monstrueuses des mutants. Il ne se rendit d’ailleurs aucunement compte que ceux restés à l’intérieur ont périt d’une manière atroce. Certains étant sans doute en train d’agoniser lentement.

Comme à son habitude, Angus se tint muet. Il intériorisait sa peur et sa colère envers l’Amérique et le gouvernement. Sa peur envers les mutants. Il était presque sur le point d’exploser. Mais ce n’était pas encore le moment. Téléporté devant l’hôpital, Angus se contenta de regarder Emma et l’homme difforme pénétrer dans le bâtiment. Il lui parlera plus tard. Il fit volte-face puis prit la direction de son domicile. Son rendez-vous à l’agence matrimoniale attendra. Pour l’heure, il voulait être seul. Sa boutique fut en vue. Il poussa le pas de la porte. Il se souvint alors du début de cette foutue journée. De comment elle avait commencé. Saisissant un de ses vases d’un revers de la main, il le projeta au mur avec une rare violence. La colère le consumait en repensant à toutes les personnes que le président aurait pu blesser si jamais il était parvenu à ses fins. Il continua cette phase de destruction pendant encore une dizaine de minutes, jusqu’à ce qu’il s’aperçoive que ses mains saignaient, recouvertes d’entailles. Angus se coucha dès lors telle une masse sur son lit. Personne, il ne voulait voir personne. Et trouver une solution à cette énigme. La rose en était le centre.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
*
JUST A SMILE... A STRANGE SMILE
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t12277-fer-a-cheval-f

Eavan Lochlainn


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Cillian Murphy

Ѽ Conte(s) : Folklore (Dullahan)
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le Cavalier sans Tête



☞ Surnom : Mumu / Sophie
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 89
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Jeu 17 Déc 2015 - 6:59

Chevaliers de l’Ordre
Tara, Regina, Emma, Angus, Kai, Alexis & Eavan

Who trust in God anyway…

Il ne sent pas le temps qui passe. Quand il meurt (c’est de ça qu’il parle). Il sait juste que du temps à passé comme il sait que la terre est ronde, mais sans plus. Il ne s’en préoccupe pas tant que ça à vrai dire. Il n’est pas franchement pressé d’être conscient… Son corps lui ne semblait pas avoir reçu le mémo parce que s’il y a bien une chose qu’il savait faire c’était faire mumuse avec sa perception. Et donc le réveiller avant de faire quoi que se soit, comme… je sais pas, au hasard : se soigner. Juste histoire de rentre ça plus attrayant ! Quand il s’était pris une balle dans la tête dans cette réalité montée de toute pièce, avec Regina en train de pisser le sang à côté, ça ne l’avait pas vraiment perturbé. Entre sa capacité de régénération et le fait que, non, c’est pas la réalité de toute façon, qu’est ce qu’il pouvait risquer à part de l’agacement profond au réveil.

C’était sans compter sur les menottes.

Ces saloperies avaient un effet particulièrement emmerdant, et l’empêchaient de faire ce qu’il voulait (cf : vivre). Peut-être qu’il les avaient trop portées un peu plus tôt, peut-être qu’ils avaient fait des trucs tordus pendant qu’il était dans les vapes, toujours est-il qu’en se réveillant… il lui fallut un moment pour réaliser qu’il était réveillé. La douleur le faisait surement délirer et au final il n’était pas sûr d’être vraiment revenu à lui pendant ces quelques secondes où il avait aperçu les couple présidentiel, un grondement et la sensation du métal entre ses doigts. Autant qu’il puisse en juger il avait sûrement perdu connaissance à ce moment là et n’avait de nouveau repris ses esprits que dans un endroit beaucoup plus calme avec une odeur d’antiseptique. Il poussa un léger grognement avant même d’ouvrir les yeux. Un hôpital. Génial. Pas qu’il en ai vraiment besoin, toutes les blessures superficielles avait déjà disparues et les plus graves se ressoudaient. Lentement. Très lentement.

Il ouvrit les yeux, et se releva avec autant de précaution dont il était capable (il ne voulait franchement pas avoir à se régénérer, encore), à moitié assis sur un lit d’hôpital à scruter autour de lui. S’il se souvenait bien de son dernier passage dans les lieux, ils étaient de retour à Storybrooke. Bordel il en avait manqué la moitié encore ! Et personne autour pour lui dire où se trouvait son rouge-gorge. Il ne prit pas la peine d’attendre que ses jambes soient pleinement opérationnelles avant de se positionner au bord du lit prêt à se lever. Il avait une de ses migraines comme il en avait pas eues depuis longtemps, quelques côtes pas encore complètement ressoudées, et une humeur des plus discutables : s’il ne la trouvait pas vite il allait rapidement se mettre à frapper quelqu’un. Le brun ne tenait pas à penser à une autre possibilité que celle qu’elle soit revenue avec tout le monde mais juste occupée ailleurs pour l’instant. Un objet dur s’enfonçant dans sa paume le fit sortir de ses projets de meurtre. Elle avait du tomber d’entre ses doigts quand il était inconscient, le hasard avait voulu qu’il pose la main dessus juste en voulant se lever.

Une clé.

Et pas une de siennes avec ça. Elle ne correspondait à rien qui lui vienne à l’esprit sur le moment. Certainement pas celle de sa voiture, ni celle de son hangar, encore moins celles du pub. C’était trop petit de toute façon, comme une clé de consigne ou de cadenas. Il la tourna dans tous les sens entre ses doigts, cherchant à se rappeler d’où est-ce qu’elle pouvait bien sortir, sans résultats. Des bruits de pas venant dans sa direction lui firent automatiquement mettre la clé dans sa poche pour y penser plus tard. D’où qu’elle vienne, il avait plus urgent à penser. Il se mit debout d’un même mouvement, assuré cette fois, il fallait croire que ses capacités revenaient lentement mais sûrement. Comme s’il faisait ça tous les jours (techniquement c’était le cas d’ailleurs), il s’éloigna de là où il avait reposé depuis… peu importe quand, en quête de quelqu’un à interroger. Ou du rouge-gorge. De préférence le rouge-gorge. Il devait probablement avoir les cheveux en pétard, pas que ça change de d’habitude. Et ses fringues avaient vues des jours meilleurs. Mais l’un dans l’autre tout ce qui l’interessait c’était la petite brunette avec qui il avait fait le trajet. Les autres ne le concernait pas vraiment, mais elle… Quand il disait qu’il commençait à faire une fixation.

C’est au détour d’un couloir qu’il l’aperçut au loin.

Entière et en assez bon état vu les circonstances. Appelez ça le hasard, mais c’est exactement à ce moment qu’une de ses côtes choisit pour se ressouder, lui provoquant une pression non négligeable dans la poitrine. Il poussa un imperceptible souffle de soulagement. Ouais, c’était la côte…
Code by AMIANTE


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
knock knock
who is there ?
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t15594-eavan-don-t-lo http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t18544-eavan-waiting-in-the-car#174005

Alexis E. Child


« Admirateur de la Serviette
Sacrée ! ٩(͡๏̯͡๏)۶ ٩(●̮̮̃•̃)۶ »


avatar


╰☆╮ Avatar : Kaya Scodelario

Ѽ Conte(s) : Aucun
☞ Surnom : Fanny
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 5020
✯ Les étoiles : 5266




Actuellement dans : « Admirateur de la Serviette Sacrée ! ٩(͡๏̯͡๏)۶ ٩(●̮̮̃•̃)۶ »


________________________________________ Dim 20 Déc 2015 - 11:16




We are who we protect - what we stand up for...



    Quelque part, dans un endroit inconnu, au fond d’une crypte…


L’humidité et la fraîcheur régnait en maître de ce lieux. Elles permettaient aux membres présents de garder leur sang-froid, l’œil alerte, la réflexion grande ouverte. Le lieu était plongé dans une semi-clarté, une semi-obscurité, entre création et néant, harmonie et chaos. Seules de nombreux bougies, longues comme des cierges, permettait d’illuminer cette endroit. Chacune d’entre elle avait une cire blanche et était, en leur milieu, gravée d’une croix aussi rouge que le sang, synonyme de l’organisation dont ils faisaient tous partie. Ils étaient des Chevaliers de l’Odre, ils étaient des Templiers, armée du Prieuré de Sion, tous unis pour une cause commune, agissant dans l’Ombre, loin, bien loin de tout ce que le commun des mortels (et des moins mortels d’ailleurs), ne pouvaient soupçonner.

Ils étaient là, tous réunis, sous leurs tuniques longues, brunes ou blanches selon le rang, encapuchonnées. Tous portaient en leur dos l’énorme croix templières, mais pas rouge cette fois-ci, argent, signe du deuil et de la renaissance. Ils entouraient un grand tombeau au visage de Marie-Madeleine, ce tombeau qu’ils utilisaient généralement en symbole lorsqu’ils assistaient à une cérémonie de deuil. Une rose rouge était posée au centre de ses seins, posées sur ses mains de pierres et d’autres étaient posées dans des vases de marbres autour de la pierre. L’un d’eux s’avança alors dans le silence pour monter les quelques marches devant le tombeau qui lui servait désormais d’estrade.

- Mes frères… Vous aurez sans aucun doute entendu que nous avons perdu, il y a peu, l’un de nos frères les plus anciens, l’un de nos frères les plus hauts placés dans notre hiérarchie. Suite à l’explosion de la base dans le Vermont, notre frère est parvenu à ses fins. Il sera parvenu à faire ce qui était juste pour ce monde, juste pour notre peuple terrien, juste pour ces gens venus d’ailleurs. Une fois de plus, l’Ordre du Temple a triomphé, nous sommes tous saufs et ils le sont aussi. La paix demeure et ce, grâce à notre frère. L’un des nôtres s’est occupé de faire oublier la présence de ces gens de Storybrooke et ils ont pu repartir en sécurité d’où ils venaient. Il s’est également occupé de la fille… Nous avons perdu un frère, mais nous en gagnons un autre… Le sang des Templiers ne saurait mourir, c’est à présent à elle de prendre le flambeau, elle nous rejoindra bientôt… Mais pour l’instant, rendons un dernier hommage à cet être que nous estimions tous.

L’homme tira alors de sa poche une photo du frère en question. Il la montra à l’assemblé et après un silence commémoratif, son nom fut appelé, d’une seule voix, par tous les templiers, à l’unisson. Puis la photographie fut posée dans un écrin, avant de rejoindre les autres boîtes dans le tombeau, là où de nombreux autres templiers reposaient déjà. Chacun avait son écrin de chêne, avec son nom gravé en lettre d’or et à l’intérieur de la boîte, une illustration, ou une photographie selon les époques. Une mine d’or qui ne devait jamais être découverte, jamais. Pour la survie des humains, celles des divins et celles des gens venant de ces mondes des « contes ».


    Le 17 Novembre 2015



Quelques mèches de cheveux au vent, je regardais la cérémonie de loin. J’avais promis au nouveau président que je serais là et je l’étais, même si je ne savais pas vraiment pourquoi… Le vent et le froid étaient mordants, me faisant monter les larmes aux yeux… Enfin, c’est ce que je tentais de me dire, j’ignorais si c’était vraiment le froid ou si c’était ma tristesse et ma solitude, tout simplement. Regina m’avait aidé à trouver les habits appropriés, mais j’avais fait le voyage jusque Washington seule. J’avais besoin d’être seule, d’être face à moi-même et à mon passé. Je ne comprenais rien et je ne comprendrais sans aucun doute jamais. Mon père était un monstre… mais j’avais eu la désagréable impression que c’était ma mère qui tirait les ficelles derrière tout cela… Elle avait du pouvoir sur lui, c’était certain… J’ignorais si elle avait cherché à m’aider ou à m’enfoncer…
Qui est-ce que j’étais ? J’avais, d’une certaine manière, l’impression d’être la fille d’un dictateur responsable d’un génocide… On avait pu l’empêcher à temps… mais qui sait, on en aurait peut-être parlé dans quelques années comme de la Shoah ou des goulags… C’est ce que j’étais… La fille de monstres… J’étais peut-être un monstre… Mais d’une autre manière… Après tout, ce monde auquel j’appartenais à présent m’avait « contaminé » aux yeux de Fitzgerald….

Les canons avaient tonnés, la musique aussi et les cercueils recouvert du drapeau américain avaient finis par descendre en terre. Le cimetière s’était vidé et j’avais fini par m’avancer. Voilà. C’était à CA que je voulais assister… je voulais pas me mêler à tous ces gens, j’étais pas de leur monde. Je m’étais assise avec lenteur devant les deux tombes pas encore recouvertes. Il y avait une poignée de terre sur chacun des cercueils, comme le voulait la cérémonie et des roses… Blanches pour Fitzgerald, rouge et blanches pour Sophia. Allez savoir pourquoi… Peut-être parce qu’elle était une femme… Ces roses commençaient à me rendre tarer… Sans compter que ce surnom que m’avait donné Eleanor me trottait toujours dans la tête. La coïncidence était des plus étranges…

- Alexis…

J’avais sursauté et m’étais retournée avec difficulté, toujours assise. Mes yeux s’étaient grands ouvert de surprise en voyant… Elliot. Il était là, bien réel, devant moi. Il était en costume noir, plutôt chic d’ailleurs, les mains dans les poches, le regard gêné de celui qui ne sait pas comment se comporter dans une situation pareille. Mon meilleur ami… Il était mon meilleur ami… Et j’en prenais pleinement conscience à présent. Parce qu’il était là. Là dans une des situations sans doute la plus difficile que j’avais eu à gérer jusqu’alors. S’était sans doute plus simple pour lui que n’importe qui d’autre vu qu’il pouvait se téléporter mais je m’en foutais, il était là, c’était tout ce qui comptait. Mes lèvres s’étaient mises à trembler quand il s’était penché pour s’asseoir à mes côtés et j’avais posé ma tête contre son torse, le serrant comme si je m’accrochais à une bouée en pleine mer, pleurant tout ce que je n’avais pas réussi à extériorisé jusque-là. J’aurais voulu lui dire tant de choses… j’aurais voulu tout lui raconter, lui dire aussi que je ne comprenais rien et surtout que j’avais peur mais je n’avais rien eu besoin de dire, il avait tout compris :

- On est qui on est… On est pas nos parents.

Il avait raison… On était qui on était… je ne devais pas avoir peur de devenir ce que je n’étais pas… j’étais…

- Enora ?

J’avais levé la tête vivement pour voir, un peu estomaquée, le vice-président, tout de noir vêtu, qui se tenait devant moi, un sourire tendre et bienveillant. Son regard vrilla quelques secondes sur Elliot et son sourire se figea, s’obscurcit alors une fraction de seconde, avant de reposer son attention sur moi.

- Je m’appelle Alexis, je vous l’ai déjà dis…
- Non. Tu t’appelles Enora. Enora Alexis Child, c’est le prénom que ta mère t’a donné. C’est le prénom que Sophia Rose Child Taylor t’as donné.
- … Rose… ?

Ça me poursuivait ma parole… Eleanor faisait alors allusion à ma mère ?

- Puis-je te parler un instant s’il te plaît ?

Je m’étais levée et je l’avais rejoint. Elliot était resté en retrait, il avait compris…

- Tu dois te poser beaucoup de questions, n’est-ce pas Enora ?
- Pas mal oui… Mais je n’aurais jamais les réponses alors…
- En es-tu si sûre ? Ce n’est pas l’habitude de ta mère de laisser les choses au hasard…
- Vous la connaissez sans aucun doute mieux que moi… Je ne peux pas la connaître c’est MOI qu’elle a laissé au hasard.

J’avais dit cela d’une voix sombre et il avait eu un petit rire amusé qui m’avait outré :

- Et ça vous fait rire ?!
- Non. Ce qui me fait rire, c’est de savoir que tu vis tes derniers moments d’innocence et que tu l’ignores entièrement… N’en soit pas triste… Profites-en encore quelque secondes…
- Qu’est-ce que vous voulez dire ?!
- Ta mère t’aimait… profondément… Elle ne t’aurait jamais abandonnée si elle en avait eu le choix… mais c’était sa destinée… et c’était la tienne… Je suis heureux que tu sois venue aujourd’hui… Elle voulait que je te donne cela aujourd’hui… Car c’est ainsi que nous fonctionnons… C’est aujourd’hui que tu deviens une femme Enora, ton sang ne saurait mourir…
- HEIN ?!
- Je ne pense pas que je sois le mieux placé pour te l’expliquer… je ne suis que ton Messager, ton Initiateur. Je suis là pour t’aider et te servir.
- Me quoi ?
- Lis… Tu comprendras mieux…

Je m’étais alors éloignée, non sans un regard suspicieux, avec la grosse enveloppe blanche qu’il m’avait tendue. Elle était épaisse… Je jetais un rapide regard à Elliot pour lui faire comprendre qu’il me fallait du temps. J’étais partie m’installer sur un banc, et je n’avais pas vu ni entendu que le Président des Etats-Unis s’était approché d’Elliot, les mains dans les poches. Il m’avait regardé au loin, de dos, avant de baisser les yeux vers ses chaussures et de lui dire sans détour :

- Je sais que vous tenez à elle. Et je sais qu’elle tient à vous. Mais si elle compte vraiment pour vous, retenez ce que je vais vous dire. Laissez-la tranquille. Maintenant. Tout de suite. Sortez de sa vie. Cela vaut mieux, pour tout le monde.

Et il était parti, plantant Elliot seul. Quant à moi, j’avais enfin trouvé le courage d’ouvrir la lettre… et de commencer un nouveau pan de ma vie…

Ma très chère Enora,

A l’heure où tu lis cette lettre, je ne fais plus partie de ce monde. J’aurais tant aimé pour tout te raconter de vive-voix, mais malheureusement, ce n’est pas comme cela que les choses fonctionnent, et j’ai déjà eu l’immense honneur de connaître la date de ma mort, afin de te préparer cette lettre du mieux que je le peux.

Tu as grandi Enora, tu es devenue une belle jeune fille et je vois déjà en toi les prémisses d’une femme forte et courageuse lorsque je te regarde. Je suis si fière de ce que tu es devenue, mais je ne peux te le montrer et cela me brise le cœur. Je n’aurais certes pas été la meilleure des mères, mais c’était là ma destinée… Je sais que Regina Mills s’est très bien occupée de toi, et cela me console plus que de raison. Tu dois sans doute t’énerver en me voyant t’appeler par ton véritable prénom, mais c’est malheureusement le seul que tu auras toujours à mes yeux, pardonne ce petit côté sentimental…

Il va falloir être forte et je sais que tu en es capable. Tu vas entrer dans un nouveau monde, TON monde, NOTRE monde, à toi et à moi. Il n’est pas des plus faciles mais nous défendons la plus belle des causes, celle de la liberté et de la paix. C’est désormais ton fardeau, je te donne mon flambeau, sois-en fière, l’aventure est belle ! Tu avais raison de venir nous chercher, même si j’ai tenté de t’en empêcher par tous les moyens que j’avais en mon pouvoir. Je savais que si tu venais, tu courais un grave danger mais il semble que tu sois aussi têtue que puisse l’être ton père… Tu voulais tenter de comprendre ce don que tu as mais tu n’as pas cherché au bon endroit. Oui Enora, tu as un don… mais pas celui d’utiliser la foudre, je n’y suis pour rien. Ce que tu possèdes te vient droit de notre fondateur et il est héréditaire. Ce sera, en quelques sortes, le seul héritage que je puisse te donner. Ce don… C’est celui de voir la magie. Où qu’elle soit, où qu’elle se trouve et où qu’elle tente de se cacher, la magie te restera visible. C’est un don que nous possédons tous, nous, Templiers. C’est ce qui explique que tu ai pu voir Storybrooke lorsque tu avais 4 ans, c’est ce qui explique que nous t’ayons abandonné à cet endroit. Je ne voulais pas t’abandonner, malheureusement, je n’en ai pas eu le choix… Alors j’ai fais en sorte de te laisser à la bordure d’une ville que seule toi et moi pouvions voir, une ville que nous connaissons depuis des années au sein de l’Ordre et que nous tentons de protéger. Tu devais vivre avec eux, tu devais apprendre à les connaître, à les comprendre, c’est ta mission la plus importante… Mais c’est une chose que tu apprendras de ton Messager, que tu apprendras avec le temps et l’apprentissage. Je t’ai donné des bases, Elias saura te guider, il a toute ma confiance.

Il doit te rester encore tant de questions auxquels je ne suis malheureusement pas autorisée à répondre dans cette lettre d’adieu. Mais c’est ce qui rends l’aventure si belle : les mystères. Nous sommes un Ordre qui les affectionne tout particulièrement. On s’éveille sous les mystères, on grandit avec eux. Et tu ne seras pas seule… Je suis certaine que tes amis de Storybrooke seront là pour t’aider et tes amis divins également… Sache qu’il faudra avancer avec eux, ce n’est que dans la cohésion, dans l’acceptation de la différence que nous ferons un monde meilleur, un monde qui ne sombrera pas dans le Chaos, nous en sommes convaincus. En envoyant ces roses à tes amis, en envoyant ces roses à Regina, Angus, Tara, Emma et Kai, j’espère t’avoir donné des premiers compagnons de route. Chacun d’entre eux à une force qui te sera utile dans ton chemin.

N’oublie pas Enora… Ne t’éloigne jamais du sentier de lumière, c’est au détour d’une Ombre que t’attends le Mal. Je compte sur toi, nous comptons tous sur toi, sur vous tous, habitants de Storybrooke. Je suis extrêmement fière de qui tu es devenue, j’aurais tant aimé te retrouver dans d’autres circonstances…

Je t’aime de tout mon cœur, maintenant et à jamais.

Maman.


Les yeux embués, les mains tremblantes, je retournais l'enveloppe pour y découvrir une dernière chose, une sorte de clé en métal, surmontée d'une fleur de lys... Nous n'étions vraiment au bout de ces mystères.




♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


if you can dream it you can do it


(c)Miss Pie

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19802-n-oublie-pas-qui-tu-e http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t20958-once-upon-a-time-alexis-stories

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 5 sur 5
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

[Fe] Les Chevaliers de l'Ordre - Evénement #51





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Le monde réel :: ➹ Les Etats Unis