Aventures
en cours :

Age de Glace
Septembre 2017


Sing On
Septembre 2017

- Bientôt -
8 octobre 2017


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


Sing On the Musical - le 85ème événement de Disney Rpg ! ╰
➹ Création graphique : Jezabel Chapman ♥ - Maître du jeu : Anastasia Romanov ♥
Prêt à pousser la chansonnette ?

Partagez | .
 

 [Fe] Les Profondeurs de l'Océan - Evénement #54

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage

Aaron McAdams


« Vous auriez pas
une dinde au four ? »


avatar




╰☆╮ Avatar : Jesse Eisenberg ♥

Ѽ Conte(s) : Hercule ϟ
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ☣ Aaron ☣ un demi dieu. ϟ

☞ Surnom : seb ☮



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1357
✯ Les étoiles : 19




Actuellement dans : « Vous auriez pas une dinde au four ? »


________________________________________ Lun 30 Nov - 11:46





    J'avais fait les pas qui me séparaient de Melody après avoir aidé la jeune fée à se relever. Elle était heureuse d'avoir eu un coup de main et même si elle hésitait à donner ma sirène en pâté aux créatures, je l'aimais bien. J'adorais le mouvement que produisaient ses ailes quand elles battaient ensemble. C'était magnifique et si tout Neverland ressemblait à autant de beauté, j'avais très hâte de l'explorer. Bon d'accord, on avait peut-être aussi été attaqué par des ombres ou quelque chose de ce genre, mais il y avait des dangers n'importe où on allait. C'était pas très surprenant. Ce qui importait, c'était que même si Jezabel et Louise avaient failli passer par dessus bord et que Melody s'était coincée le pied avec son boulet, au moins les Enfants Perdus qui se trouvaient avec nous savaient gérer.

    "Arrête de gigoter et laisse moi faire."

    Je m'étais accroupis devant Melody dans le but de la détacher et l'un des Enfants Perdus était arrivé derrière moi, jetant un peu de poussière de fées sur la chaîne qui avait été dissoute, libérant ainsi le pied de la sirène. Je m'étais redressé afin de lui tendre la main pour l'aider à se relever. A peine debout, j'avais dû la retenir par la taille pour l'empêcher de se jeter sur la fée, qui du coup avait pris de l’altitude.

    "Attends ! Ils nous ont aidés et ils nous ont conduis à Neverland. C'était ce que tu voulais, alors laisse les tranquille."

    Je sentais que ça n'allait pas la retenir très longtemps. Quand j'avais tourné la tête, pour voir si quelqu'un serait prêt à m'apporter de l'aide au cas où la sirène voulait tout de même sauter à la gorge de la fée, j'avais vue Robyn et Jamie être très proche l'un de l'autre. Un léger sourire s'était échappé du coin de mes lèvres. Ils étaient ensemble ? Non, je n'étais pas heureux que Jamie soit pris, mais ça arrangeait pas mal mes affaires.

    "On va vous conduire jusqu'à notre village. Faites ce que Clochette a dit et restez le long du sentier. C'est imprudent de se perdre à Neverland."

    Les Enfants Perdus nous avaient escortés jusqu'à un carré de forêt où il y avait des cabanes un peu partout. Ils étaient fondus dans le décors, pour donner l'impression qu'on était entouré uniquement d'arbres. Mais en regardant attentivement, on distinguait bien les cabanes des arbres. C'était ingénieux pour passer inaperçu. Quand à la fée, je l'avais vue voler jusqu'à une toute petite maisonnette dans un arbre. Elle vivait là ? C'était amusant de penser que pour elle tout était plus petit et que dans un sens, ça lui permettait de vivre au dessus de tout le monde. Elle devait voler vite en plus. Je me demandais si elle allait plus vite que Jezabel ou pas.

    "Salut !" avais-je dit à Anna en m'approchant d'elle.

    "C'est rassurant d'avoir quelqu'un comme toi ici. Enfin dans le sens où tu es déjà venue. Tu sais ce qui nous attend et tu connais plein de monde. Je t'ai entendu en parler quand on s'est tous retrouvé à Storybrooke, puis au Manoir. Tu connais ces Enfants Perdus ?"

    Je me demandais qui elle avait bien pu rencontrer et ce qu'on allait découvrir dans ce nouveau monde. Je sais qu'on était venu dans le but de trouver la mère de Melody, mais quelque chose me disait qu'on allait sans doute y découvrir bien plus de choses. En même temps, je n'étais pas pressé de la trouver. Parce que je ne comprenais toujours pas ce qu'avait voulu dire mon sois disant père. Melody était la fille de Poséidon et d'une sirène. J'étais le fils d'un dieu qui m'avait abandonné. Je n'avais rien à voir avec Mel d'un point de vue liens du sang. A moins qu'il ne parlait pas d'elle. Mais de qui d'autre ? Et pourquoi était il venu me dire ça à ce moment là ? J'avais soupiré, avant de sourire faiblement à Anna et de me diriger vers Louise.

    "Le médaillon." lui avais-je murmuré en indiquant discrètement Melody.

    "Sa mère a déjà communiquée avec elle de cette façon. Si tu la vois toucher à son médaillon, préviens moi. Faut qu'on reste vigilent."

    "On va devoir chercher du bois pour faire du feu. Toi, toi et toi vous allez avec le premier groupe. Quand à vous autres, vous savez chasser ?"

    Le garçon perdu aux cheveux blonds nous avait à tous adressés la parole et je me demandais justement si j'étais capable de chasser ou pas. Pourquoi il ne m'avait pas proposé d'être dans l'autre groupe ?


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

9 mois, 272 jours, 6530 heures...
lui, toi, moi ?!

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t71587-chronologie-li http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t71587-chronologie-liens-de-aaron-mcadams#708012 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t71587-chronologie-liens-de-aaron-mcadams#708012

Anna D'Arendelle


« Mangez 5 fruits
et légumes par jour ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Soso Turner :love:

Ѽ Conte(s) : La Reine des Neiges
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Anna

☞ Surnom : Didi ou Marine



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 925
✯ Les étoiles : 62




Actuellement dans : « Mangez 5 fruits et légumes par jour ! »


________________________________________ Lun 30 Nov - 17:25





Les Profondeurs de L'Océan

Atterrissage douloureux

J'avais préféré rester, prêt de Melody, durant le voyage. Je, n'avais rien dit, je m'étais juste contenté, d'être à côté d'elle. Je, ne sais pas pourquoi, mais j'avais l'impression, que si je me mettais, à lui faire, la conversation, on allait entrer, en conflit, et c'était pas ce que je voulais. La seule fois, où j'avais prit la parole, c'était pour dire à la brune qui connaissait Elsa, que c'était pas drôle pour Mel, d'être attaché à un boulet, en train de flotter dans les airs.

Ce à quoi, je ne m'étais pas attendu en revanche, c'était les secousses du bateau, et l'attaque des « ombres ». Clochette, nous ayant ordonné, de rester à l'intérieur du pont, je m'exécutais. De toute façon, c'était pas comme si, j'avais l'intention, de faire autre chose. Première, secousse, je m’agrippais, de toute mes forces à ce que je pouvais. Deuxième secousse, je me rétamais, littéralement, parterre, en grimaçant. La situation, ne me plaisait pas, mais alors pas du tout. Je, crois, que je ne remonterais pas sur un bateau de si tôt. Peu importe, qu'il soit, en mousse, ou en bois. La dernière fois on avait eu droit au Kraken, et maintenant, on se faisait attaquer par des ombres. Ils devraient, songer à sérieusement, revoir l’accueil à Neverland.

Priant, tous les dieux d'Arendelle et Freya plus particulièrement, je tentais, tant bien que mal, de me relever, mais j'abandonnais très vite, la partie, après m'être rendu compte, que de toute façon, avec ce qui ce passait, mon équilibre était très précaire. Et puis d'un coup, le navire disparu, laissant, place au sol. Autant dire que mon cocyx prit très cher. Je me mordit, les lèvres, jusqu'au sang, pour ne pas clairement, exprimer ma douleur à voix haute. Reste calme, Anna, c'est juste un mauvais moment à passer. J'inspirais l'air par petite gorgée, le temps que la douleur ne cesse. Avisant, la main de la brune numéro 2, je l'attrapais, et en profitait pour me stabiliser sur mes jambes :

- Merci, et toi rien de cassé ?

Je modérais mon tôt de paroles. C'était un truc, que j'avais apprit la dernière fois que j'étais venu ici. Ça servait, toujours, pour éviter, qu'il ne m'arrive des bricoles. Parlant, de ça, je choisit de rester très loin de la gueguerre de Melody et Clochette. Elle avait pas vraiment, eu l'air d'apprécié, qu'Aaron, aide cette dernière. Je, savais pas du tout, ce qui ce passait entre eux, mais je me promit intérieurement, de tenter de les « réconcilier ». Je disais bien tenter. J'allais pas risquer, de me faire envoyer sur les roses, en voulant être trop gentille.

En revanche, j'enregistrais bien les paroles de Thomas. Là, je pouvais que lui donner raison. Rien, qu'à la pensée de mon expérience avec les serpents, je frémis d'horreur. J'avais une trouille bleu de ces bestioles. J'espérais, ne jamais en recroiser.

Et puisqu'on parlait d'Aaron, le voilà qui arrivait à ma hauteur, pour discuter. Je lui offrit un sourire amusé, dès qu'il eu finit de me parler de mon premier voyage ici, avant de lui répondre :

- Tu sais, l’île est très grande d'après ce que j'ai compris. On, ne l'explore pas entièrement, en une fois. J'ai rencontré des gens, c'est vrai, mais pas eux. En revanche, il y avait bien un garçon perdu dans le lot. Il s’appelait Skunk. Mais, j'ai surtout rencontré des pirates à vrai dire, il y avait Jack Sparrow, Hook aussi et Davy Jones tu sais... Je laissais ma phrase en suspens pour mimer des tentacules, en plaçant mes mains au niveau du visage. Oh et il y avait Wendy et Lily la Tigresse aussi ! Bon, je t'avoue que cette dernière, c'est surtout de loin, que je l'ai vu. Elle, était pas mal intimidante, et vu ce qu'il c'est passé...Disons, que j'ai préféré resté en retrait.

Je, n'allais pas évoquer la main de Chovka, c'était suffisamment traumatisant comme ça, à voir arriver en vrai, pas la peine de le raconter à la terre entière. Les gens, en avaient suffisamment, voulut à l'indienne, alors que c'était la faute à pas de chance -enfin de mon point de vu-, je m'étais pas melé, de ce qui me regardait pas.

"On va devoir chercher du bois pour faire du feu. Toi, toi et toi vous allez avec le premier groupe. Quand à vous autres, vous savez chasser ?"


- Heu juste comme ça dis-je, on a des noms, je pense que ça serait plus sympa, de s’appeler chacun par nos noms respectifs que « toi là la bas » ou « Hey machin ». Personnellement, c'est Anna, et ça c'est...Heu désolée c'est quoi ton nom déjà ? Demandais-je à la brune aux Sims

Quoi qu'il en soit, chercher du bois, ça me convenait. La chasse, c'était pas franchement mon truc. Je savais, me battre à l'épée, je savais même très bien me battre à l'épée. Mais tuer, des animaux...Même si c'était par nécessité, voilà quoi. C'était pas trop mon truc. Pour ne pas dire pas du tout même.

Les, gens, pouvaient bien me trouver trop candide, trop gentille, tout ce qu'il voulait. Dans ma tête, il était hors de question de tuer. Même des animaux. Je me servais, de Gram, avant tout pour me défendre. Je savais, comment me battre, sans avoir à donner la mort. Mon maître d'arme, à Arendelle, avait été un excellent professeur à ce niveau là.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Still Falling For You
And just like that : All I breathe, All I feel, You are all for me. I'm in. And just like that : All I breathe, All I feel, You are all for me. No one can lift me, catch me the way that you do I'm still falling for you


Arya Pan


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Maisie Williams

Ѽ Conte(s) : Peter Pan
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Skunk & dorénavant... Peter Pan !

☞ Surnom : Fanny

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 159
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Lun 30 Nov - 23:08





Une fille vaut bien mieux que vingt garçons...


Sur Neverland, les jours passaient et commençaient à se ressembler malheureusement. Fini les jeux, finis les rires, place à une île bien plus sombre, bien plus noire. On ne savait pas très bien ce qui se passait, mais moi, ça commençait sérieusement à me courir sur le haricot toute cette histoire. Peter ne donnait plus de signe de vie depuis bien trop longtemps, c’est que le Vieux avait fait fait, lui aussi, avant que le Jeune n’apparaisse en nous demandant de lui prêter allégeance. J’avais déjà eu du mal à m’habituer au changement, il fallait en plus en prévoir de nouveau un autre ?! L’Ombre non plus n’était plus là d’ailleurs et ce n’était pas tout… Il y avait… eux… L’Elite… c’est comme ça que Pan les appelaient, ils partaient en mission pour lui sur l’île, ils étaient bien plus grands que nous autres et on ne les voyait quasiment jamais… Sauf qu’à présent, ils étaient tout le temps là… Tout le temps avec nous et je n’appréciais pas trop leur compagnie. Pourquoi ? Thomas. Voilà pourquoi. Thomas était un enfant perdu depuis bien longtemps, j’avais déjà dû le croiser une fois. Généralement, j’entendais plus parler de lui… Il était celui que Peter appréciait… le Vieux je veux dire… Et le Jeune semblait l’apprécier aussi. Mais pas moi, parce qu’il prenait un pouvoir sur nous autres qui me plaisait pas. C’était MOI. Moi que Peter avait choisi, c’était MOI son bras droit, MOI pas LUI ! Et pourtant tout s’était mis en place autour de l’Elite et puis les choses étranges avaient commencées… L’explosion de l’île n’avait été qu’un début, je m’étais promis de me venger de ce poulpe la prochaine fois que je le pouvais. On n’abîmait pas ma maison sans craindre mes remontrances, foi de Skunk ! Neverland, c’était chez moi, ma maison, mon territoire, mon air de jeu, mon âme. J’avais cette vague impression de ne faire qu’une avec l’île et cette sensation grandissait chaque jour en plus que je passais. Vivre sans Neverland me semblait impossible. Je ne savais pas qui j’étais, je ne savais pas d’où je venais je m’en foutais. Ici, j’étais quelqu’un, ici, j’étais Skunk, enfant perdu, garçon effronté, éclaireur et bras droit de Peter Pan. Et le fait que je sois une fille n’était qu’un minuscule détail que personne ne connaissait de toute façon !

Mais l’île semblait prise d’un mal étrange. Je ne savais pas vraiment si c’était elle qui créait cela ou si elle pourrissait d’une gangrène surprenante, mais une chose était certaine, c’est que de nouvelles ombres étaient apparues… Elles n’étaient pas l’Ombre, elles nous étaient… inconnues… Et la seule fois où un de nous avait eu le malheur d’en toucher une, il avait fini par exploser. Oui, les heures étaient sombres et déprimantes, l’île était devenue dangereuse mais je refusais de perdre espoir car l’espoir, c’était la vie, l’espoir c’était l’essence-même de cet endroit fabuleux. Appelez cela comme vous voulez, de l’inconscience sans aucun doute, mais je n’avais peur de rien. De presque rien. La seule chose qui me terrifiait, c’était qu’on puisse un jour découvrir que je sois une fille. Le reste, c’était du pipi de chat. Tout n’était qu’un jeu : la vie était un jeu, la mort aussi et le goût du risque était la meilleure chose à mes lèvres. C’était sans doute comme ça que je survivais : je n’hésitais pas à continuer mes balades malgré le danger, à sauter dans les arbres, à rire et à chercher les ennuis. L’espoir me faisait avancer. Je croyais en notre île, je croyais en notre monde et j’y croyais vraiment : si les ombres étaient son œuvre, alors elles ne me feraient pas de mal. Si elles ne l’étaient pas, alors nous allions trouver la solution. Si les enfants perdus ne vieillissaient pas, c’est parce que Neverland était immortelle, j’en étais convaincue.

- J’vais chercher du bois pour notre feu de ce soir. Je compte sur vous pour préparer le reste.

En deux trois sauts agiles, je m’étais hissée hors de l’arbre creux. Je me secouais les mains, pleines de terre et vérifiait que ma chère Aiguille était toujours là. J’avais repris mon rôle de bras droit à la minute même où Thomas avait déserté l’arbre du pendu, entraînant dans son sillage cette maudite Clochette. On était sans doute partie du mauvais pied l’une et l’autre, peut-être parce que j’avais eu l’audace de dire que je ne croyais pas en elle, parce que je croyais trop en Peter, mais j’étais bien trop fière pour lui avouer et nos querelles quotidiennes faisaient désormais partie du décor… même si elle ne me manquait pas depuis qu’elle n’était plus là, bien au contraire ! J’avais tenté de lui décrocher son espèce de ruche de l’arbre creux pour qu’elle aille dormir à la belle étoile, mais cette garce avait réussi à maintenir sa place ! Une chose était sûre, c’était que j’étais largement plus heureuse et moins bougonne quand ils n’étaient pas là.

Je m’étais alors aventurée sur les sentiers, dans les arbres à la bordure du sentir, à la recherche de bois pour notre petite soirée au coin du feu. C’était une tradition. On chantait et on dansait au coin du feu. Ombres ou pas ombres, il était hors de question que ça change ! Mais il y avait pourtant une chose qui avait changé, voire deux et cela relevaient de mon comportement. Je ne m’éloignais pas du sentier. Ce n’était pas que j’avais peur, oulà non ! Vous avez pas suivi ou quoi ?! J’ai dis que j’avais pas peur ! On s’endors pas quand on lit, on garde les yeux bien ouverts et on laisse fonctionner la noisette qui vous sert de cerveau ! C’est juste que j’avais acquis un truc étrange que Peter avant tenté de m’inculquer : le sens des responsabilités. J’étais son bras droit et jusqu’à son retour, c’était à moi de m’occuper des enfants perdus. Il était hors de question que je me fasse exploser la tronche en sortant du sentier pendant qu’ils étaient sous MA responsabilité. L’Elite nous avait dit de pas sortir du sentier, on sortait pas du sentier, point ! J’étais d’ailleurs assez fière de mon petit tas de bois lorsque j’entendis au loin des bruits de paroles. Y’en avait qui se baladaient… Mais c’était des voix de… filles… DONC c’était pas normal ! Y’en avait que 3 des filles sur cette île : Lily, Clochette et moi. 4 si on comptait Wendy qui venait nous faire coucou de temps à autres… Sautant de branches en branches, je m’approchais du groupe pour voir Clochette avec… des inconnus…

- NON MAIS JE RÊVE !

J’avais lâché mon bois délibérément sur la tête de la fée (rien que des petites branches, pas de quoi la blesser fortement, les fées étaient sacrées depuis qu’elles avaient le droit de revenir sur l’île… Enfin, celle-ci avait le droit ! Fallait que ce soit elle ! Non mais je vous jure ! Enfin bref…). Puis, j’avais sauté hors de ma branche pour atterrir habillement quelques mètres plus bas pour les fusiller du regard, les bras croisés.

- AH OUAIS ?! Alors comme ça on invite des gens sur l’île et on me prévient pas ?!

Je portais mes mains sur mes hanches d’un air offusqué. Je reconnaissais la rouquine qui savait pas respirer sous l’eau dans le tas. Mais il était hors de question de se réjouir de nos invités. J’en avais ma claque.

- Thomas est avec toi dans le coup c’est ça ?! Vous êtes au courant que Neverland n’est pas un hall de gare ?! Je suis le bras droit de Peter ok ? En d’autres termes c’est MOI qui décide si on accepte ou non des inconnus ici quand il est pas là, elle comprends quelque chose la luciole quand je parle ?! On avait déjà pas assez de soucis comme ça, il fallait que tu nous ramènes des adultes en plus ? Et il est où le blondinet que je lui fasse la fête ?! Je vais lui dire ma façon de penser à celui-là !

Je regardais autour de moi mais je ne le voyais pas. Ben non… Bien évidemment. Il devait être encore je sais pas trop où sans doute avec un véritable bus de touriste. S’en était trop, je lâchais tout ce que j’avais sur le cœur depuis bien trop longtemps. Je pointais un doigt accusateur sur Clochette :

- Oooooh jevois très bien ce que tu veux faire toi et ton petit chéri Thomas, ma vieille ! Vous essayez de prendre le contrôle de l’île, vous essayez de devenir les chefs mais ça ne fonctionnera pas, COMPRIS ?! Il est hors de question de vous suivre aveuglément, moi j’obéis qu’à PETER et j’en ai plus rien à fiche que PETER dis qu’il faut vous suivre, moi tant qu’il viendra pas me le dire en face je suis plus personne CAPICHE ?!

Ma voix devenait de plus en plus stridente à mesure que je m’énervais. Mon ton était monté dans les tours, je devais ressemblais à une hystérique à gesticuler en menaçant la fée à l’aide de mes gestes mais je m’en contre-fichais. J’avais trop mal. Beaucoup trop mal. Peter m’avait fait croire que j’étais spéciale, il m’avait dit qu’il me faisait confiance et il avait disparu. Il ne donnait ses ordres qu’à travers de Thomas il semblait à présent et j’avais la vague impression que le blondinet devenait le tendre ami de ce nouveau Pan aussi… On me laissait sur le banc de touche, j’avais l’impression de ne plus compter et je ne le supportais pas. Qu’est-ce que j’avais pu faire de mal ?! HEIN ?! J’avais tout fait EXACTEMENT comme il me l’avait appris, alors pourquoi il ne me faisait plus confiance ?! Toutes ces pensées m’avaient rongées pendant des nuits durant mais j’avais désormais l’impression qu’elles s’effaçaient petit à petit face à un autre sentiment : la résignation. Et c’était sans doute de cette résignation qu’avait apparu mon second changement. J’étais seule. Je me sentais seule… Et si avant cela m’étais insupportable, je l’appréciais chaque jour un peu plus. Cela ne me dérangeait absolument plus d’être là, face à moi-même. Je connaissais cette île comme ma poche, j’en avais fouillé de nombreux recoins, même plus que certains autres comme monsieur Thomas : j’avais trouvé le trésor de Neverland, un lieu mystique et bien enfoui… Combien d’enfants perdus pouvaient en dire autant ? Alors si Peter ne me faisait plus confiance, si Peter me préférait Thomas, alors que je n’avais plus besoin de Peter… Je pouvais faire ma route seule, j’en étais certaine. Rien ne m’empêchait de vivre ici : je savais comment chasser, comment me battre comment survivre, je savais comment voler, je savais comment croire et espérer… Pourquoi aurais-je eu donc besoin de quelqu’un d’autre ?

Je détournais mon regard dégoûté de la fée, toujours aussi bouillonnante, pour poser mon regard sur les autres. A part la rouquine, je ne connaissais personne.

- M’en veut pas surtout, je suis content de te revoir mais j’aime pas quand on arrive à l’improviste sur mon île. Je vois que t’es en vie… t’as appris à respirer sous l’eau ?! Je suis pas si mauvais prof.

J’avais eu un sourire goguenard, le premier depuis que je les avais vu.

- Salut aux autres. Moi c'est Skunk

Je regardais leurs bras.

- Vous cherchez du bois pour faire un feu ?! Et vous pensez que vous allez vous en sortir avec ça ?

Je pointais du doigt le tout petit tas qu’il avait amassé avec une grimace de dégoût avant de lever les yeux au ciel et de pousser un soupir.

- Faut pas lui faire confiance à elle.

Je pointais du pouce Clochette.

- Elle passe tellement sa vie sous forme réduite que son cerveau ne s’agrandit plus quand elle passe sous cette taille… Du coup, elle a déjà l’impression que vous avez une montagne de bois à l’heure actuelle mais là, vous en avez pour 2 minutes de chaleur à tout casser… Alalalala… Suivez-moi, je vais vous aider !


Autant être hospitalière maintenant non ? Je secouais la tête tout en me penchant pour ramasser ce que j’avais fait tomber. J’avais bien sûr une idée derrière la tête. Tout ce bois, ils devraient bientôt le ramener à leur campement. Et dans le campement y’avait qui les têtes de thon ? Touuut juste, le blondinet ! J’allais l’écrabouiller ! Cette pensée me décocha un sourire qui mourut instantanément lorsque j’entendis quelque chose craquer dans mon dos. Il y avait quelqu’un… ou quelque chose… Je m’étais relevée à la vitesse de la lumière et j’avais plissée les yeux en direction du bruit, en avançant de quelques pas, souplement pour faire le moins de bruit possible. J’étais passé devant le petti groupe pour le protéger (oui oui, même Clochette…), et j’avais sortie Aiguille avec lenteur avant de la mettre en joue :

- Qui est là ? Si tu n’es pas un ennemi, sors maintenant !

Après tout, ça aurait pu être un enfant perdu… Il valait mieux parer à toute éventualité.



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

         
Circule avant qu'j'te bouscule !
Prepare to join the adventure... ⊹ I'm worse at what I do best, and for this gift I feel blessed ! Our little group has always been and always will until the end !

Louise Hollen


« Dit-moi oui Malory,
dit moi oui oui ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Rachel Mcadams

Ѽ Conte(s) : Les douze fréres / Les cygnes sauvages
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Elisa : la soeur

☞ Surnom : Lou, Loulou, P'tit Lu, Pollen



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 6521
✯ Les étoiles : 3140197




Actuellement dans : « Dit-moi oui Malory, dit moi oui oui ! »


________________________________________ Mar 1 Déc - 16:42



Le bateau avait pris de la vitesse et manqué de la faire tomber. Sauf que les ombres avaient décidé de ne pas les laisser tranquille. L'une d’elle avait foncé vers le bateau, droit vers l'endroit ou s'accrochait Louise et par réflexe, elle avait reculé. Donc lorsque la chose avait frappé la coque avec violence, elle avait perdu l'équilibre et avait volée, littéralement. Un choc dans on do lui indiqua qu'elle avait percuté quelqu'un, avant que les deux corps ne se mettent a rouler pour finalement passer par dessus bord. Elle eut une sensation d'apesanteur, et puis tout a coup, l'impression qu'on avait essayé de déboîter son bras. Enfin elle se décida a ouvrir les yeux pour voir ... Du vide, encore et toujours. Paniquée, elle leva la tête pour voir que Jezabel l’empêchait de faire un plongeon mortel.

Elle déglutit incapable de parler, alors qu'elle sentait ses doigts glisser dans ceux de Jezabel. Chercher un moyen de renter Vite. Maintenant. Sauf qu'une nouvelle ombre semblait vouloir leur mort et fonça vers elles. Tout a coup, elle fut aspergée de poudre dorée et se mit a tomber rapidement. Quelques instants plus tard, elle se faisait porter par la fée et déposée sur le pont. Encore tremblante, elle leva les yeux vers elle et lâcha un simple "Merci" emplis de gratitude, le cœur encore battant frénétiquement. Lentement, elle tourna les yeux vers Jezabel. "Merci aussi. T'aurai pu y passer."

Bon sang elle avait faillit y passer a cause d'elle ! Ce n'était pas réellement sa faute mais tout de même ! Et puis ... De son point de vue, on aurait dit la fin du monde. Réelement. Le bateau explosait de toutes part, et en moins de temps qu'il ne fallut pour le dire, ils se trouvèrent sur le sol, les fesses douloureuses.

"Aie ..." difficilement, Louise se redressa en se massant les fesses, avant de chercher les autres du regard. Par réflexe, elle avait agrippé son sac avec force pour éviter que les fioles ne s’exposent au contact du sol, et avait absorbé la majeur partie du choc. Elle regarda autour d'elle pour constater que tout le monde semblait aller bien, heureusement. Frénétiquement, Louise fouilla tout a coup dans la sacoche et en tira son paquet de arlequins en soupirant de soulagement. Il était intact, heureusement.

"Bienvenue à Neverland !"


Elle leva les yeux. Il y étaient arrivés ? Comme ça ? Sans qu'une catastrophe réellement dangereuse ne leur tombe dessus ? Aussi facilement ? Oh. Eh bien. La jungle autour d'eux était luxuriante, pleine de vie. Les arbres, les fleures multicolores, les oiseaux qui chantaient ..et l'air lourd. Rapidement, Louise laissa sa sacoche tomber au sol et retira son pull a col roulé et le collant qu'elle portait sous sa robe, avant de remettre ses chaussures. Ah, c'était fou ce qu'on se sentait mieux comme ça Autant a Londres il faisait froid, autant la, elle avait l'impression d'être sous les tropics. Ce qui était peut être le cas. Heureusement qu'elle avait prévu le coup. Elle fourra ses vêtements au fond de son sac et se redressa pour finalement s'approcher des autres. Tout le monde tenait sur ses jambes, heureusement.

"Dites, personne n'a vu Muerté ?"


Devant l'incompréhanssion générale, elle expliqua rapidement comment l'homme c'était retrouvé embarqué dans l'expédition. Mais il ne semblait pas être dans leurs parages immédiats. Peut être était il coincé dans un arbre ou alors il avait certainement pris la tengeante quand tout le monde c'était relevé. Bon, au moins maintenant ils étaient tous au courant qu'un .. type louche - il n'était pas assez bizarre pour mériter le titre de psychopathe - se baladait sur leur île.

"On va vous conduire jusqu'à notre village. Faites ce que Clochette a dit et restez le long du sentier. C'est imprudent de se perdre à Neverland."


Hochement de tête Louisien avant qu'ils ne se mettent en marche. Avançant a travers les arbres, elle jeta un coup d’œil a Jamie et Robyn. Ils avaient l'air proches, mais en même temps ... c'était bizarre entre eux. Bah ce n'était pas ses affaires. Ils arrivèrent au centre d'une sorte de clairière, entourée de cabanes de bois judicieusement dissimulées. Elle grava l'endroit dans sa mémoire. Les enfants perdu avaient l'air bien sympa, mais ... les méchants avaient souvent l'air "bien sympa". Donc elle préférait .. rester sur ses gardes. Surtout qu'ici, elle n'était pas seule. Elle devait veiller sur lui, protéger ses arrières Aaron s'approcha et lui murmura quelques mots, avant qu'elle acquiesce Ok, information retenue. Est ce que le médaillon pouvait servir a communiquer dans les deux sens ? Ça semblait logique, un instrument de communication c'était fait pour se répondre mutuellement non ? Est ce que Melody avait au moins essayé de l'utiliser ?

"On va devoir chercher du bois pour faire du feu. Toi, toi et toi vous allez avec le premier groupe. Quand à vous autres, vous savez chasser ?"


"Pardon ?"

Et comment elle faisait pour surveiller Mel maintenant ? Hein ? Elle se retourna Jamie, ouvrit la bouche pour dire quelque chose et ... La referma aussi subitement. Bon, ok il était hyper intimidant. Ça faisait longtemps qu'elle n'avait pas su comment aborder un inconnu. Mais dans le genre inconnu totale. Évidemment, il avait quelques caractéristiques qui n'aidaient pas. C'était un homme, premier point. Un adulte plus grand qu'elle, deuxième point. Et qui avait l'air ... Juste intimidant, troisième point. Ça n'aidait pas, il fallait le dire. Elle déglutit difficilement, et inspira a fond avant de se décider a suivre Thomas et Aaron, en enfonçant ses mains dans ses poches. C'était stupide, elle le savait et avait envie de se mettre une baffe pour sa propre bêtise.

Ils s'éloignèrent du camp et s'enfoncèrent dans la jungle en suivant un petit sentier Rapidement, Louise accéléra et se mit au niveau de Thomas après avoir éffleuré la main d'Aaron au passage.

"Dites ... pourquoi vous avez besoin de Melody ?"


"Tu ne lâches jamais l'affaire, n'est ce pas ?"
répliqua il en souriant.

La jeune femme lui fit un grand sourire.

"Non, jamais."


Évidemment il n'avait pas répondu, ça aurait été trop beau. Ils continuèrent a cheminer en silence, alors que les pensées de Louise ne cessaient de tourner en tous sens. Elle fixa le dos du garçon, avant de jeter un coup d’œil a ceux qui l'avaient accompagnés.

"Vous êtes tous des enfants perdu ? C'est comment la vie ici ?"


Elle se posait réellement la question, après tout Anna avait dit que Neverland avait des monstres non ? Donc ça devait être dangereux. Alors comment ces garçons se débrouillaient ils ? Thomas ne répondit pas, se contentant de se mordiller la lèvre. Bon sang elle n'avait pas posé de questions sur un secret d’état pour une fois il pouvait au moins lui dire comment c'était a Neverland non ? Et si elle voulait s'y installer hein ? Mais non, après tout elle était la pour aider Melody a retrouver sa mère. Elle ralentie l'allure, attendant d'Avoir Aaron a ses cotés pour lui prendre la main. Il avait beau sourire, elle n'avait pas oublié la lueur dans ses yeux, l’inquiétude qui avait transparu dans son attitude quand il était venu la chercher. Et puis pour le moment, Melody n'était pas la, c'était idéal. Certes il y avait Jamie mais ... Bah au pire il verrait qu'elle essayait d'aider, sans grands résultats de toute façon.

"On pourra aller a la lagune aux sirènes ? "


Ça lui avait paru être la meilleure question a poser maintenant. Puisqu'il ne voulait pas lui répondre sur la vie ici ou sur autre chose, autant demander ou ils pourraient aller sur l’île et faire un peu de tourisme. Et puis pour chercher une maman sirène, quel meilleur endroit que la lagune aux sirènes ? Celles du dessin animé n'avaient pas eut l'air sympathiques, mais avec Melody de toute façon, elle avait l'habitude maintenant. Sauf qu'étrangement, ses mots semblèrent avoir fait mouche. Thomas c'était arrêté et l'avait observé quelques secondes avant de secouer la tête pour continuer a marcher.

"Melody est là pour une promesse, faites à une amie il y a longtemps. Et aussi pour..."
Il désigna le ciel du doigt, faisant sans doute allusions aux ombres.

"Ces choses ? Qu'est ce qu'elle peut faire contre ça ?"


Melody nageait, elle ne volait pas aux dernières nouvelles. A moins que si elle se mette a chanter elle ne les fasses fuirs. C’était une possibilité non ? Peu plausible mais on ne savais jamais.

"Qu'est ce que tu sais sur le lagon des sirènes ? Et sur Ariel ?"


"Mh ... Seulement ce que j'en ai vu dans mon monde pour le lagon... "
Elle laissa passé quelques secondes, réfléchissant, jusqu’à ce que sa réponse ne daigne faire son chemin jusqu’à son cerveau. " Ariel .. Oh ! Mais ... c'est sa mère alors ?" Elle est ici ? Tu la connais ? "

Ariel. ARIEL ? LA Ariel ? La petite sirène ? Donc la mère de Melody, comme dans le Disney ! Non mais .. c'était Noël avant l'heure en fait. On venait de répondre clairement a une question qu'elle avait posé. Neverland était il le paradis de l'investigation ? Si c'était le cas, elle état prête a poser ses valises. Thomas continuait a avancer, et jeta a Louise un coup d’œil discret.

"Oui, c'est sa mère. Et je la connais. Mais elle n'est pas ici."

La main de la princesse c'était resserrée avec force autour de celle d'Aaron. Et comment ça pas ici ? Mais alors pourquoi étaient ils la ? Et puis .. Elle avait ouvert la bouche pour parler mais tout a coup, Thomas lui fit signe de se taire, avant d'appuyer sur son épaule pour la faire s’accroupir avec lui, faisant signe aux autres de faire de même. D'une main il sortit un petit sabre de bois.

"Faut rester silencieux et surtout ne pas quitter le sentier."

Louise hocha la tête, avant de repeter l'information a Aaron pour qu'il la fasse passer. Bon, il avait répondu a ses questions, elle ne voulait surtout pas se le mettre a dos, et puis il avait l'air d'être un "gentil", et il connaissait l'île, alors qu'Anna avait dit qu'elle était plus dangereuse que ce qu'elle croyait. Donc autant obéir. Lentement, elle plongea sa main libre dans son sac et en tira une fiole qu'elle observa un instant avant de la serrer dans son poing. Et tout a coup, un cri se fit entendre a l’arrière et elle vit Jamie se faire traîner sur le sol. D'un bond, Louise se leva pour constater qu'une sorte de liane lui avait attrapé le pieds qui dépassait légèrement du sentier. Les garçons perdu avait attrapé ses poignets pour le tirer vers eux alors qu'une fleure carnivore géante essayait de l'attirer a elle.

"Sérieusement ? Vous avez ça sur votre île ?"


Elle posa son sac devant elle et attrapa plusieurs fioles, avant de les observer un instant et d'en mélanger deux. Elle bouchonna, secoua, se leva et couru vers Jamie. Malgré lui et malgré les efforts de tous, il se faisait entraîné Louise s’arrêta juste devant lui, attendit une demis seconde et jeta sa fiole dans la gueule de la fleure qui venait d'ouvrir un orifice pleins de dents - certainement sa bouche - avant d'avaler l'objet. La fleure cessa soudain de tirer vers elle et eut comme un hoquet, avant une explosion de ne fasse en elle et ne fasse sortir autour d'elle un filet de fumée grise. Louise shoota dans la racine qui lâcha Jamie, et la fleure se referma sur elle même et rabattit ses pétales sur elle en grognant, malade et mécontente.

"Waouh ... C'était ... gros."


Elle se pencha en avant et tendit la main au jeune homme pour l'aider a se relever, avant de jeter un regard derrière lui. Elle n'allait pas la faire réellement exploser cette fleure, en soit ce n'était pas réellement sa faute ...

"Ça va tu es pas blessé ?" Silence. "Euuuuh ... voila."


Non, elle avait été assez rapide. Mais si il avait besoin elle pouvait toujours le soigner. Elle avait remis une mèche de cheveux en place et avait reculé pour récupérer son sac et revenir prés d'Aaron et Thomas. C'était dingue de ne pas savoir quoi dire a ce point non ? Bon, au moins tout le monde allait bien.

"Y a d'autres bestioles dans e genre dans le coin ? "

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Le Club des Racines !
 
Non, j'avoue ca fais moche... vous avez des idées ?
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t13704-louise-hollen-en-cour http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t13932-amis-et-enemis-de-lou http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t16326-la-vie-trepidante-ou-pas-de-louise-hollen#159259

Jezabel Chapman


« You Are Not Alone »


avatar


╰☆╮ Avatar : Marie Avgeropoulos.

Ѽ Conte(s) : La Légende de Manolo.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Celle qui est faite de délicieuses sucreries, qui veille sur le royaume des Âmes Chéries. J'ai nommée La Muerte.

☞ Surnom : June.



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3743
✯ Les étoiles : 666




Actuellement dans : « You Are Not Alone »


________________________________________ Mer 2 Déc - 14:41


Les profondeurs de l'Ocean
Seconde étoile à droite, dans les profondeurs de l'ocean.
.



Et c'est avec effroid que mes doigts glissèrent pour de bon, fatiguée de supporter autant de poid. Heureusement, une prise s'accrocha à mon poignet pile au moment je me sentais tomber. Je relevais la tête, alors qu'un grand soupire de soulagemment m'envahis. La fée essayait de nous remonter moi et Louise, alors que je priais mentalement que celle ci ne soit pas emporter avec nous. Au moi elle avait sa taille normal, mais ca aurait été quand même marrant que ce soit un minimoys qui nous remonte ! Ou bien honteux, non en fait je sais pas. "Te... tiens...!"  Je sentais mon autre mains glisser également du poignet de Louise, bien que cela m'encourageais à refermer ma prise. Pourquoi c'était toujours quand j'avais besoin de mes pouvoirs que je ne les avais pas ? Je sentis la fée soulever Louise que je lachais pour m'accrocher à la rembarde, avant de basculer de l'autre coté et de me laisser tomber en respirant bruyamment, à bout de souffle. C'est moi ou j'avais faillis tomber d'un bateau super méga cool ? Ce serait bête de mourir tout de suite alors que j'avais encore des choses supers géniale à voir ! Pis même quoi, avouez que faire partit de ceux qui meurt les premiers, c'est super honteux. Voyez le film de zombie ? Voyez le zombie ? Voilà, ca c'est pas moi. Moi je suis celle qui survie et qui eclate leur tête avec une batte de base ball ! Je vis Louise tomber pas loin de moi également, alors que je me tournais sur le ventre avec un sourire fatiguée. En vie mais fatiguée ! C'était plus la même energie quand on avait pas sa super vitesse. J'avais l'impression d'être aussi lente qu'un escargot. Merci aussi. T'aurai pu y passer." 

▬ « Bah une de plus ou de moins, je suis plus à sa prêt ! Merci de nous avoir rattraper à temps ! » Fis-je à la fée, avant de me relever mais de retomber sur les fesses à cause d'une nouvelle secousse. Aie ! Mais qui c'est qui boit au volant ? Faut lui retirer le permis à celui là ! Ohhh je vois. J'ecarquillais les yeux devant le nombres d'ombres qui attaquait le bâteau. Je peu conduire en attendant que les petits bonhomme balance de la poussièren d'or ? Ah mais nan, le gouvernail voulait pas de moi parce que j'étais pas perdu. Mais attendez...Ils avaient faillit me perdre y'a quelque seconde. Donc j'étais perdu ! Ouai non. En fait j'ai rien dit laisser tomber. Je finis par m'accrocher à l'un des minies poteau, alors que je nous voyait dangereusement chutée vers une île. Oh il est trop cool ce manège à sensation ! Je sentais clairement mon cœur remonter dans ma gorge et changer sa place avec mon cerveau. Ca allait hyper vite, mais je ne pouvais même plus voir au ralentis les choses. Ahhh mais comme c'était handicapant de ne plus avoir ses sens développée ! Je voyais les rebord du bâteau disparaître, s'en aller alors que le sol ce rapprochait, encore, encore et toujours. Puis boum ! Je volais à perpette parce que forcément, ils devaient pas avoir d'assurance en cas de casse ! Je roulais par terre dans un gémissement totale, avant de m'arrêter brusquement sur le ventre et de relever la tête pleine de poussière avec de l'herbe dans la bouche. Je crachais les brindilles qui donnait un goût amère, touchant mon front en sentant une douleur me claquer la tête. Oh, encore une bosse ! J'allais pouvoir en faire une collection ! Puis comme je guérissais plus super vite, j'allais devoir vivre avec aussi... rah.

▬ «  Oh la vache, vous êtes pire qu'Air France ! » Commentais-je en me relevant difficilement, la cheville en compote. M'en fiche, je pouvais plus courir de toute manière. Ca me laissait beaucoup d'acidité en tête, de plus être rapide. J'aurais pu sauter du bâteau à la dernière minute et m'éviter une tel cascade. Oh je deviendrais cascadeuse plus tard. C'est super mega cool et on fait des tas de choses supers géniale ! Ou bien je pouvais rester Medecin légiste avec mes morts et mes connaissances pour soigner les gens. Ouai bon. C'est pas comme ci je m'amusais bien avec Alexis et Judah. En plus imaginez, je suis la patronne de Judah qui est le patron de Calliope ! Ah si je voulais je pouvais lui causer d'une prime pour ma meilleure amie … Ouai bon, on pensera à ca plus tard ! "Bienvenue à Neverland !" Je levais les yeux droit devant moi, une forêt des plus denses avec des couleurs de toutes parts nous dominait sous toute sa grandeur. Ah ouai bon, elle m'avait peu être privé de mes pouvoirs, mais bordel comment cette île était trop canon ! Un sourire illumina mes lèvres, alors que le dénommé Thomas commençait à organiser le camps. "On va devoir chercher du bois pour faire du feu. Toi, toi et toi vous allez avec le premier groupe. Quand à vous autres, vous savez chasser ?" Ehhh mais je voulais chasser moi ! D'une mine bougon, je tournais la tête vers Anna qui me demandait mon prénom. Ah mais oui, j'avais pas eu le souvenir de m'être présentée ! Maria m'aurait déjà engueuler en disant que c'était pas très polie.

▬ « Jezabel ! Et je suis d'accord, un prénom c'est fait pour ca ! » Répondit-je à l'intention de Thomas. Ouuuh je commençais à devenir pire que Maria. Elle déteignait sur moi. Je sortis le fleuret de Melody entre mes mains, le fixant avec angoisse. « Je vais faire comment pour me battre sans mes pouvoirs moi ? » Murmurais-je d'un air triste. J'étais pas encore assez douée à l'épée. Jamie m'avait mit la patée totale plus d'une fois ! Oh d'ailleurs, je cherchais celui ci du regard, avant de voir Robyn s'en aller. Je le rejoignit en quelque enjambée, me redressant sur la pointe des pieds pour me faufiler vers son oreille. « Jamie, j'ai perdu mes pouvoirs ! » Je le fixais avec une moue, avant de lui montrer l'épée que la sirène m'avait donnée. « C'est le moment de réviser les leçons ! » Dis-je d'un ton amusée bien qu'au fond j'étais plus terrifier qu'autre chose me rappelant la mésaventure avec Xibalba. Je revint vers Anna, fixant son arme qui était quand même super mega cool. J'aurais du emporter la machette à Maria, si j'aurais pu la toucher. « Eh dit, je sais pas très bien me servir de ça, tu me montrerais quelque technique ? » Fis-je en désignant le fleuret. Beh quoi ? Si elle avait une épée super cool, ca voulait dire qu'elle était douée ! Quoi que j'avais un fleuret et j'étais nul...Oui bon ca va ! Un garçon sortit de nul part et ce mit à hurler sur Thomas. Oh, je sais pas quelle bétise il avait fait, mais fallait pas l'énerver en tout cas celui là ! Il semblait même avoir un grain contre clochette. M’en veut pas surtout, je suis content de te revoir mais j’aime pas quand on arrive à l’improviste sur mon île. Je vois que t’es en vie… t’as appris à respirer sous l’eau ?! Je suis pas si mauvais prof.

▬ « Respirez sous l'eau ? Comment c'est trop mega coo... » Je me tue quand je voyais les regards ce tourner vers moi. Beh quoi ? « Ah c'est trop géniale ! Je savais pas qu'on pouvait respirer sous l'eau ! Dis tu m'apprendrais ? Je veux me transformer en super dauphin trop classe ! Ah mais attend, un dauphin ca respire pas sous l'eau ...Un poisson alors ! » Je veux respirer sous l'eau aussi ! Comme ca je pourrais visiter les océans et tout ce sera trop bien ! Et je montrerais à Callio comment ont fait comme ca on partira toute les deux sillonner les mers ! Vous cherchez du bois pour faire un feu ?! Et vous pensez que vous allez vous en sortir avec ça ? Je baissais les yeux sur le piteux petit tas. Ouai bon, j'avoue ca craignait. On finit par suivre le garçon, alors que je me dévissais la tête pour regarder l'ile avec beaucoup de fascination. Je penserais à cette ile pour mes vacances ! Loin des gens qui vous embête tout les jours ! « Oh punaise elle est chouette ton île ! » Commentais-je en sautilliant sur mes pieds. Oui bon, ca n'avait pas le même effet sans mes pouvoirs et j'avais plus l'air d'un lapin qui boitait, mais je m'en fiche. Un bruit retient mon attention droit devant nous, alors que Skunk ce plaça devant en pointant son épée. Ohhh on dirait les mailles quand tu tricote ! Je savais pas qu'on pouvait ce battre avec un truc hyper fin comme ca ! Du buisson ou venait le bruit, un caillou arriva dans notre direction, tombant derrière nous en quelque rebond. J'haussais un sourcil en me tournant vers la pierre que je ramassais. Il essayait de faire quoi là ? Je suis sur que c'était encore Muerte ! Il avait tendance à fourrer ses sales pattes dans nos affaires celui là ! Le caillou dans les mains, je le lançais en retour à son lanceur, avant qu'un nouveau bruit retentisse.

''Aie, mi ci quoi ca ?'' Ce plaignit l'homme. Un soupire s'échappa de mes lèvres.

▬ «  J'en étais sur ! C'est bon Skunk tu peu baisser ton arme, c'est juste un boulet qu'on ce traine ! T'aura même pas le temps de l'assomer qui le fera tout seul ! » Dis-je d'un ton moqueur. Bien entendu il était toujours dans nos pattes ! Plus aucun son ne sortit dans les buissons. C'était bizarre ca. « Eh Morty, sort de là ! » Lui fis-je, d'un ton irriter.

'' Fuyez !!!'' Il bondit de son buisson avec un air apeurée et je fis un bon sur le coté pour le voir passer à toute vitesse, haussant un sourcil à son passage.

▬ « Fuir ? Fuir quoi ? » Demandais-je en me retournant vers le buisson. Et c'est alors qu'un énorme lézard sortit. J'evaluais sa taille qui faisais au moins deux mètres de hauts et sa longueur qui devait être 5 mètres de long. Bon d'accord. Ils avaient des animaux qui faisait la taille d'une baleine sur cette ile. Pourquoi pas ? Il avait des petits yeux qui voulait absolument tout dire ! L'animal déballa sa grosse langue qui me frappa de plein fouet. Mes yeux s'ecarquillèrent devant la substance gluante qui me remplissait de la tête au pied.

▬ « AHHHHHHHHN mais t'es dégueulasse ! » De la baveee ! J'avais de la bave ! Ah non c'était trop dégoutant j'allais recracher mon déjeuner de ce matin moi ! J'agitais les mains pour dégager cette odeur et cette foutu bave qui me collait de la tête au pied, songeant qu'il était pas bien elever ici leur animaux ! Ah mais non mais je vais mourir. De la bave. Bordel comme c'est degoutant ! L'animal me lança soudainement sa langue qui s'enroula autour de ma taille, alors que je baissais un regars surpris. « Oh oh... » Et biiiim la sale bête me ramena d'un coup vers elle ! Je voyais son immense bouche arriver à toute vitesse vers mon visage. Oh et puis l'haleine, on en parle de l'haleine ? Je me retrouvais face à elle, lui lançant un regard amusée. « Ehhhh tu voudrais pas prendre un mentos ? Non mais tu sais c'est pas pour te vexer, mais je crois que tu dois avoir de sérieux problème dentaire ! Ou alors un freedan, tu connais la pub de freedan ? » Fis-je. L'animal me fixa sans comprendre, clignant des yeux à la recherche de la compréhension. Il avait pas la télé ici ? Ah mais je vais faire une overdose sous temps de puanteur, pitié faite que je sente pas comme ca pendant des jours ou je finis le voyage dans l'eau ! « L'ami des dents, c'est triiiiiiiiple deeeeeents ! L'ami des dents, c'est importannnnt ! Un repas un café, un freedan ! » Fis-je en chantonnant, bougeant le corps, la tête et les bras d'un air entrainant. Alors qu'il semblait captivé par ma chanson, je chopais le fleuret que je plantais d'un coup dans sa langue. Je sentis l'etrainte ce lacher alors que je tombais par terre, le fleuret s'enfonçant pas loin de moi dans l'herbe. Je reculais en me relevant pour revenir vers les autres. Le lézard s'avança d'un air menaçant vers nous. Il était pas contente du tout.

▬ « Je crois qu'on a enerver Sparky ! » Fis-je en voyant l'animal s'approcher dangereusement. « Rassure moi ta déjà combattu ce truc là ? » Demandais-je à Skunk en quittant pas l'animal des yeux.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Run boy run, running is a victory
This is how you bring me back to life ▬ I'm broken and I'm barely breathing I'm falling 'cause my heart stopped beating If this is how it all goes down tonight, If this is how you bring me back to life


http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t45540-bring-me-back-to-life-jezabel#429596

Milo J. Thatch


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : ➹ Adam Brody

Ѽ Conte(s) : ➹ Atlantide, l'Empire Perdu
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ✲ Intrigue divine

☞ Surnom : ❥ seb

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 55
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mer 2 Déc - 17:00





    Actuellement, dans le monde réel...
    Storybrooke, Maine...


    Remettons tout dans son contexte. J'élaborai des théories. J'ai passé toute ma jeunesse à étudier des cartes, de vieux documents, à poursuivre l'oeuvre de mon père. Je pensais qu'Atlantis était une cité enfouie dans les océans, aspirée par le Triangle des Bermudes et qui devait aujourd'hui se trouver dans une autre dimension, un autre univers, parallèle au nôtre. D'après certains clichés ramenés lors d'expéditions de ce coin perdu du monde, des pyramides de cristal pourraient se trouver sous la surface de l'eau. Seul petit hic : il n'y avait que moi pour croire à ces choses.

    Du moins c'était ce que je pensais. Car un jour, une vieille dame s'était présentée à moi (Voir : "Le Testament de Poséidon") et elle m'avait offert un aller simple pour une ville : Storybrooke, dans le Maine. Le Maine vous imaginez ? Un endroit où il fait pratiquement toujours froid. Fort heureusement pour moi vue que j'étais quelqu'un d'assez frileux, je quittais très rarement ma chambre d'hôtel chez une dame très sympathique du nom de Granny.

    Puis un jour, alors que j'avais étendu mes recherches sur les murs du couloir de l'hôtel, une jeune femme était apparue au pas de sa porte, très peu vêtue et prétextant que Poséidon était bel et bien un dieu et vivant qui plus est ! Atlantis devait sans doute exister quelque part. Pour une fois qu'il y avait quelqu'un pour me croire, il fallait que ce soit l'une de plus belles jeunes femmes que j'avais croisé et qui en plus devait avoir un aussi grand grain que le miens. Car oui, il fallait être fou pour entrer dans ma tête et dans mon délire.

    Mais de jours en jours, je commençais à me demander si elle n'était pas simplement seine d'esprit et intéressée par ce à quoi je pouvais penser, et si ce n'était pas moi qui était dingue au point d'imaginer qu'une aussi charmante jeune demoiselle qu'elle, faisait fausse route en croyant à mes histoires.

    Ce matin là, comme beaucoup d'autres, on marchait en direction du centre commercial où j'étais bien décidé à lui faire écouter un groupe de musique que j’idolâtrai. C'était de la musique soft, tout ce qu'il y avait de plus agréable pour les oreilles. Mais au moment où on allait entrer dans le magasin, une personne était apparue devant nous. Vous n'allez sans doute pas me croire, mais elle était véritablement apparue là, face à nous, comme par magie. Grand, blond, musclé... Il ne souriait pas, il ne faisait que fixer Kida et en plus il avait une tête qui ne me revenait pas.

    "Euh... ben... Euh..."

    J'étais d'accord sur beaucoup de théories plus loufoques les unes que les autres, mais là j'en avais une en tête qui semblait parfaitement censée : oui, je réagissais comme un imbécile face à quelque chose que je ne comprenais pas !

    "Kida. Quelle joie de te revoir. Il y a quelque chose que tu as qui m'intéresse. Pardonne moi de ne pas m'attarder mais je suis un tout petit peu pressé. Du coup je vais te le demander qu'une seule et unique fois. A toi de faire ton choix. Je peux le prendre par la force ou tu peux me le donner de manière douce."

    Il nous faisait quoi ce type ? Je n'avais pas détaché mon regard de lui, c'était bien plus prudent, même si j'aurai bien aimé zieuter autour de moi pour voir un officier de police ou quelque chose de ce genre là qui pourrait nous venir en aide.

    "Je veux le cristal."

    Sa main s'était tendue devant lui. Son regard avait quelque chose de menaçant. Je ne savais pas trop ce que je pouvais faire face à ça, mais je n’eus pas le temps de réagir...

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Cette première diapo représente une créature.

« Une créature si terrifiante qu'on disait jadis
que les marins perdaient la raison rien qu'en la regardant. »


http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t44683-chronologie-de-milo-j http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t44682-chronologie-de-milo-j-thatch-atlantide#421827

Melody Blackstorm


« Dit-moi oui Malory,
dit moi oui oui ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Kristen Stewart

Ѽ Conte(s) : La Petite Sirène 2
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Melody, the only one

☞ Surnom : Natoune



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 6509
✯ Les étoiles : 130




Actuellement dans : « Dit-moi oui Malory, dit moi oui oui ! »


________________________________________ Mer 2 Déc - 18:35


Maybe we're victimes of fate?

...
Chercher du bois pour faire du feu ? Il était sérieux le blondinet ? Je me serais sentie beaucoup plus à ma place à la chasse. Cela m'aurait permis de libérer toute la colère que j'emmagasinais depuis des mois. Un rictus railleur déforma mes traits en voyant Thomas choisir Aaron et Louise pour l'épauler, entre autre. Ils savaient aussi bien chasser que des huîtres, ces deux là.

En tous les cas, j'avais Anna dans mon groupe. C'était plutôt pas mal d'avoir quelqu'un qui était déjà allé à Neverland. Elle était une source d'informations non négligeable, car je ne m'abaisserais pas à demander des renseignements à la sale petite fée aux formes trop généreuses. Elle ne perdait rien pour attendre, celle-là. Elle s'occupait déjà à ramasser des brindilles en chantonnant un air particulièrement agaçant.

J'avais décidé de ne rien faire, me contentant d'observer les environs d'un oeil circonspect et analytique. Nous étions entourés par des cabanes en bois grossièrement construites. Ca faisait très cours de récréation.

Brusquement, un gamin tomba d'un arbre et commença à s'énerver sur la fée. Je croisai les bras et savourai cet échange avec un petit air supérieur. Alors comme ça, Clochette n'agaçait pas que moi. Quelque part, ça faisait du bien.

- Oooooh jevois très bien ce que tu veux faire toi et ton petit chéri Thomas, ma vieille ! Vous essayez de prendre le contrôle de l’île, vous essayez de devenir les chefs mais ça ne fonctionnera pas, COMPRIS ?! Il est hors de question de vous suivre aveuglément, moi j’obéis qu’à PETER et j’en ai plus rien à fiche que PETER dis qu’il faut vous suivre, moi tant qu’il viendra pas me le dire en face je suis plus personne CAPICHE ?!

"Alors déjà, Thomas n'est pas mon chéri ! Tu n'as pas remarqué à quel point il est moche ?" répliqua la fée d'un ton méprisant. "Je ne fais pas de faute de goût, moi ! Et en plus, je ne perds plus mon temps à batifoler ! Je suis au-dessus de tout ça !"

Pour illustrer ses propos, elle s'éleva de quelques mètres dans les airs avant de tapoter sur le crâne du gamin.

"Vas-y, continue d'obéir à Peter ! Cet assassin qui a tué toutes les fées ! Super idée !"

Elle tapa dans ses mains sans paraître le moins du monde impressionné et ajouta simplement d'un air hautain, en croisant les bras :

"Moi, je ne suis personne ! Tu devrais être content que je vous apporte de la poussière ! Je pourrais tout garder et vous laisser dans la panade !"

Le gamin n'avait pas l'air si redevable que ça car elle continua avec ses piques. Je levai les yeux au ciel devant ces gamineries. J'aurais déjà tranché l'affaire tout net mais visiblement, on n'appréciait pas mon savoir-faire dans cet endroit. Je devais demeurer une spectatrice muette et docile, du moins afin d'en apprendre le plus possible sur Neverland. En plus, je n'avais pas envie de me retrouver avec un autre boulet autour de la cheville, ou flotter la tête en bas. Je devais préparer ma vengeance avec doigté et sournoiserie. Mon tempérament impulsif allait avoir besoin d'être sérieusement bridé, mais il suffisait que je me demande : "que ferait Egéon ?". Lui savait s'armer de patience. Il me fallait marcher dans ses pas pour parvenir à mes fins, cette fois.

Je suivis donc tranquillement le dénommé Skunk -quel prénom charmant, vraiment- à travers le sentier quand subitement, il se stoppa. Un bruit s'était fait entendre dans les fourrés. Rapidement, le gamin dégaina son épée et la brandit en direction du buisson. Un caillou s'en échappa, vola au-dessus de nos têtes avant de tomber au sol. Je fronçai les sourcils alors que Jezabel le ramassait. Une voix s'échappa du buisson, vite suivi par son propriétaire : Muerte qui filait comme une flèche. Apparemment, il avait vu quelque chose qui lui avait fait très peur.

Je me tournai brièvement vers le buisson et ne mis qu'une seconde à me décider : je voulais savoir qui était réellement Muerte. J'en avais assez qu'il se retrouve à chaque fois au même endroit que nous. Il existait forcément une raison ! Je me mis à lui courir après sans me retourner, même si j'entendis Jezabel pousser un hurlement dans mon dos. Je rentrai la tête dans les épaules et accélérai l'allure, mon coeur s'affolant dans ma poitrine.

Elle est bien entourée. Elle a une fée et un gamin armé avec elle. Elle va s'en sortir...

Je tentai de m'en persuader. Je ne pouvais pas laisser passer la chance de choper Muerte. Il n'était qu'à quelques mètres devant moi, haletant comme un chien asthmatique.

"Fuyez ! Fuyez !" criait-il de temps à autre.

S'apercevant que je lui courais après, il ajouta subitement :

"Fuyez pas ! Fuyez pas !"

Croyant me semer, il quitta brusquement le sentier pour s'enfoncer dans la jungle. Les paroles de Thomas me revinrent en mémoire : "Restez le long du sentier. C'est imprudent de se perdre à Neverland." Je secouai la tête rageusement et continuai de poursuivre Muerte. J'évitai plusieurs arbres, les frôlant presque alors que l'homme perdait en vitesse, ralenti par les obstacles et les racines.

J'attendis de saisir le bon moment pour lui sauter dessus. Il poussa un piaillement alors que je tombais sur lui. Je grimaçai sous la violence de la chute mais le plaquai au sol, restant à califourchon sur lui afin de bloquer ses jambes. Rapidement, je lui attrapai les poignets et les ramenai dans son dos pour le bloquer. Il secoua la tête dans les feuilles mortes et l'humus. Une odeur de cuir, d'alcool et de vieux tabac emplit mes narines. Je fronçai le nez de dégoût.

"Parle !" ordonnai-je.

"Mmhuuh ?"

Je me rendis compte qu'il avait le visage dans la boue, ce qui ne facilitait pas la compréhension. Je soupirai et me redressai légèrement afin qu'il fasse de même. Il tenta de se dégager mais je plaquai un pied contre son épaule tout en tenant toujours ses bras. Comme ça, si jamais il essayait de bouger... crac crac les os.

"Maintenant, parle !"
répétai-je.

"Qu'est-ce que ti veux qui ji ti dise ?"
fit-il, totalement perdu.

Je tirai un peu plus sur ses bras et lançai, agressive :

"Qu'est-ce que tu foutais chez moi ?"

"Chi toi ?"

"A Londres, abruti !"

"Londres est à toi ?"

"Non mais t'es con ou tu le fais exprès ?"

Sa répartie m'avait tellement estomaquée que j'avais un peu relâchée ma vigilance. Il tenta de se libérer.

"Ji suis la mort, lâche-moi !"

Pour toute réponse, j'appuyai davantage mon pied contre son épaule qui émit un léger craquement. Il poussa un couinement avant de tout déballer, affolé :

"Oki... oki ji vais parler ! Ji cherchais di la monnaie pour li casino. Ji tout perdu à Vegas j'issayais di chercher bonheur en Angleterre. Et ji suis tombé sur toi."

Brusquement, il se dévissa la tête pour me regarder. Mon regard hargneux et fermé plongea dans le sien. Il hésita un peu avant de battre des cils.

"C'est li destin."

Evidemment. Mon poing dans sa tronche, ça aussi c'était le destin. Mais avant, j'allais lui casser le bras. Cela me démangeait depuis quelques minutes. A moins que je commence par lui arracher quelques dents ? J'avais beaucoup de tension à évacuer.

Tout à coup, pour une raison qui me dépassait, il sembla plus enclin à discuter.

"Attends ji ti montre un truc ! Promis ji fais rien !"

J'hésitai à le relâcher. Il pouvait très bien en profiter pour m'attaquer. Quoique... j'avais des heures d'entraînement derrière moi. Je n'étais plus une jeune fille effarouchée. S'il tentait quoi que ce soit, j'étais tout à fait capable de l'éplucher comme une endive.

Après lui avoir confisqué son canif dans la poche de son pantalon, je le libérai donc et me reculai de plusieurs pas. Je dégainai le poignard de mon frère et le levai dans sa direction, le défiant de s'approcher. Muerte se releva, essuya sommairement la boue sur son visage avant de chercher quelque chose dans sa veste en cuir.

"Ji suis sour dé l'avoir pris avec moi..."
fit-il sans cesser de chercher.

Brusquement, il sortit un téléphone sur lequel il appuya plusieurs fois. Je haussai un sourcil incrédule. Il essayait d'appeler ses potes à la rescousse ? Il n'avait pas compris où nous nous trouvions ? Puis, je réalisai qu'il enclenchait peut-être une bombe... comment savoir, après tout ? J'étais prête à lui sauter à la gorge quand il brandit son téléphone vers moi. Il y eut quelques secondes de battement avant qu'une musique n'envahisse la jungle. Des oiseaux s'envolèrent non loin, apeurés sans doute par le contenu des paroles.

Destinée,
On était tous les deux destinés
À voir nos chemins se rencontrer
À s'aimer sans demander pourquoi
Toi et moi


Je fixai Muerte d'un air médusé. Il me faisait quoi, là ? Il bougeait le téléphone en rythme avec la chanson, un air rêveur peint sur son visage couvert de boue. Je n'y comprenais rien.

Destinée,
Inutile de fuir ou de lutter
C'est écrit dans notre destinée
Tu ne pourras pas y échapper
C'est gravé

L'avenir,
Malgré nous doit toujours devenir
Tous nos désirs d'amour inespérés, imaginés, inavoués
Dans la vie,
Aucun jour n'est pareil tu t'ennuies
Tu attends le soleil impatiemment, éperdument,
passionnément.


Ses yeux rencontrèrent les miens et je vis clairement le film qui se jouait dans sa tête. Il s'imaginait courir dans une clairière vers moi avec des papillons autour de nous, lui chemise ouverte sur son torse débordant de poils noirs et drus, et moi dans une robe blanche qui flottait dans le vent... Mon poing se serra autour de mon athamé.

"Je vais te tuer Gringo."
lui assurai-je, implacable.

"Ti m'excites."

Ce genre de commentaire me donnait encore plus envie de le réduire en charpie. Il avait jeté son dévolu sur moi. Pourquoi ? Ô pourquoi ? Il n'était pas sur ma liste noire, mais cette fois, j'allais vraiment mettre fin à ses jours. Je m'avançai vers lui d'un pas décidé mais me stoppai brusquement en réalisant que je ne pouvais pas souiller le poignard de mon frère avec son sang pourri. Il devait servir uniquement pour égorger ma mère, car avec ses facultés magiques, rien ne devait être fait au hasard. Je le rangeai donc à ma taille et sortis mon nouveau fleuret à la place.

"Plou c'est long plou c'est bon !" dit Muerte en haussant les sourcils d'un air aguicheur.

Cette fois, c'en était trop. Enervée jusqu'à la moelle, je me précipitai sur lui pour lui enfoncer mon arme dans la poitrine, remarquant qu'il m'observait toujours d'un air passionné, les mains levées dans un geste de dévotion totale. Je crispai ma seconde main autour du manche de mon fleuret, m'arrêtant en plein élan. Je tiquai, hésitai, et c'est alors qu'une idée me traversa l'esprit. Je baissai légèrement mon arme, la pointant vers son pantalon histoire qu'il ne se relâche pas trop -et qu'il ne me colle pas trop, surtout. Je l'évaluai du regard avant de déclarer, catégorique :

"Tu vas bosser pour moi. Tu seras mes yeux et mes oreilles sur l'île. Pars en exploration et ne reviens que quand tu auras trouvé quelque chose d'important concernant les sirènes et ma mère. Et attention, si tu me trahis, je le saurai. Et je te le ferai payer."

En signe de menace, je lui dessinai une entaille sur la joue avec la pointe de ma lame. Muerte grimaça et jubila en même temps, laissant échapper un gémissement qui me fit frémir de dégoût. Un filet de sang se mélangea à la boue sur sa peau. Il hocha la tête et détala à travers la jungle, tout content.

Voilà, j'avais officiellement un espion. De piètre qualité, mais cela valait mieux que rien du tout. Je pourrais toujours le tuer demain. Je rangeai mon fleuret à ma taille, juste à côté de l'athamé quand j'entendis un craquement derrière moi. Je fis volte-face mais il n'y avait rien à part les arbres.

"Reste cool."
me dis-je en déglutissant avec peine.

Je voulus me remettre en marche mais je m'aperçus que le sentier avait disparu. C'est imprudent de se perdre à Neverland... Aha, merci pour le conseil, sale blondinet ! Et maintenant, je faisais quoi ?

Les bruits étranges étaient de plus en plus nombreux autour de moi, amplifiés par la peur qui montait crescendo. Je dégainai de nouveau mon fleuret au cas où. J'enveloppai la jungle d'un oeil incertain et farouche. Autant aller quelque part plutôt que de rester plantée au milieu de nulle part. Je pris donc une direction au hasard, marquant les arbres d'un trait tous les cinq mètres à peu près, histoire de m'assurer que je ne tournais pas en rond.

Je marchais depuis dix bonnes minutes lorsque je vis une silhouette encapuchonnée au loin. Impossible de discerner son visage sous la capuche. Je m'en approchai quand un craquement me fit tourner la tête. Reposant les yeux sur l'endroit, il n'y avait plus personne. Je frémis, angoissée au possible. Malgré tout, la main qui tenait mon fleuret ne tremblait pas. J'étais ici pour une bonne raison et je ne partirai pas sans ma mission achevée. Je me remis en route, la tête haute.

Une autre silhouette passa sur le côté. Je voulus la suivre du regard mais elle avait disparu à son tour. Le sang battant à mes tempes, je décidai de me diriger vers là où se tenait la première silhouette encapuchonnée. Ami ou ennemi ? Peu importe. Je ne pouvais rester indéfiniment dans la jungle. J'accélérai l'allure jusqu'à me retrouver à la lisière d'une clairière.

En bas de celle-ci se trouvait une espèce de caverne sombre. Je descendis le talus, traversai l'étendue couverte d'herbe, observant les alentours d'un air anxieux, car j'étais bien trop à découvert. Pourtant, je parvins jusque devant la caverne sans encombre. Je me stoppai et plissai des yeux, mais il faisait bien trop noir à l'intérieur pour que je discerne quoi que ce soit.

Prêtant l'oreille, je perçus plusieurs murmures. Je déglutis difficilement. Mon fleuret tremblait un peu dans ma main, désormais, je devais bien l'avouer. Malgré tout, je gardai la tête haute et laissai échapper d'un ton incertain :

"Eh oh...?"

Je n'avais pas parlé trop fort, par peur que l'on m'entende -ce qui était stupide quand on y réfléchissait. Cependant, j'étais seule contre des menaces inconnues, je voulais m'assurer que l'on me réponde avant de pousser plus avant.

"Entre..."

Un chuchotement derrière moi, très distinct, tout contre mon oreille. Je sursautai et pivotai aussitôt sur moi-même.

Personne. Me sentant ridicule, j'observai le ciel. Les gamins pouvaient voler ici, après tout... mais les nuages étaient solitaires. Aucune trace d'un garçon planant dans l'air.

Alors, baissant de nouveau la tête d'un air résolu, je m'avançai vers la caverne, mon fleuret légèrement levé en avant. Qu'importe ce que j'allais trouver là-dedans, j'étais à l'épreuve de tout. Plus rien ne pouvait me briser, j'étais déjà détruite.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28746-en-eaux-troubles-melody-s-adventures

Robyn W. Candy


« Pas de main,
pas d'arlequin ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Jennifer Lawrence

Ѽ Conte(s) : Les mondes de Ralph
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Vanellope Von Schweetz, ou la princesse d'un royaume de sucreries qui préfère conduire des voitures en gâteaux

☞ Surnom : Even

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2339
✯ Les étoiles : 388




Actuellement dans : « Pas de main,pas d'arlequin ! »


________________________________________ Mer 2 Déc - 22:41





Prépare toi à passer au four


Être arrivée à destination me donnait encore plus envie de repartir. Certains avaient un peu trop l'air de se croire en club de vacances aux Maldives. Ça se voit qu'ils n'avaient pas été pris en otage par des indiens fumeurs de moquette. Putain, que ce que j'aurai aimé que Bébé Dumbo soit encore là ! C'était qu'une peluche volée à Disney, mais quand même. Elle était super sympa, elle parlait pas trop et en plus, elle était super résistante. Vous en connaissez beaucoup des peluches envoyées sur une île à la con comme celle là et qui se plaignent jamais ? Bébé Dumbo faisait parti de ses exceptions. Maintenant elle vivait bien tranquillement sur une étagère, chez Lily. J'aurai dû passer chez elle avant de partir et lui demander si je pouvais récupérer sa peluche, pour qu'elle m'accompagne. Je me serais sentie vachement moins seule pour le coup.

- Chasser ? Genre on va devoir tuer notre nourriture ?

Je regardais avec une grîmace choquée le garçon perdu, qui voulait que je vienne chasser. Non mais moi ? J'avais l'air de quelqu'un qui part attaquer les petits animaux ? Je suis pas une crevure, j'ai rien à voir avec le connard qui bute la mère de Bambi. J'avais ma réserve de gâteaux dans mon sac à dos. Pas besoin de bouffer de la viande de bêbête. Ça me gêne pas de me faire un steak ou de passer au macdo m'enfourner une boîte de nuggets par six. Mais au moins, j'ai pas besoin de zigouiller moi-même mon poulet et de le faire frire.

Quoi que en même temps... Si j'allais pas chasser, je devais me coltiner le ramassage de petit bois avec les gonzesses. Si on m'avait demandé de venir, c'était peut être parce que j'avais l'air moins niaise et plus apte à faire un vrai boulot. Et puis en plus, si on chassait pas, ils allaient sûrement tous vouloir me bouffer mes oréos. Personne ne touche mes oréos. Ceux sont mes oréos. Je partage pas mes oréos. Je suis prête à mordre pour les défendre. C'est plus précieux qu'un trésor pour moi, ok ?

Je failli lever les yeux au ciel en voyant que Jamie était aussi de la partie chasse. C'était quoi ce foutu karma ? On aurait pas pu le laisser ramasser du bois ? Que je souffle un peu quoi ! J'allais devoir encore l'ignorer, et ça allait me demander un effort considérable. C'était comme si il était un aimant, et que je devais me battre contre lui pour ne pas m'y retrouver collée. Non, il ne se passe absolument rien entre nous. C'est juste un exemple comme ça. Je n'ai absolument aucune envie de le toucher. Nop. Nada.

Mon regard fut attiré par quelque chose posé à côté d'une des maisons en bois. C'était posé là, juste comme ça... Un arc en bois, avec un carquois décoré remplis de flèches. C'est pas du tout mon genre d'arme. J'ai Lucille dans mon sac. Mais cet arc me faisait de l’œil. Non mais si il avait été vivant et humain, il aurait été incroyablement attirant. Non mais vraiment. Il devait appartenir à un enfant perdu, mais c'était trop tentant, mes doigts me démangeaient. Je lançais un coup d'oeil à gauche, puis à droite, mais personne ne faisait attention à moi. Alors j'enfilais la lanière du carquois sur mon épaule et pris l'arc en main. Ce qui me procura un frisson pas possible. C'était... électrisant. Aussitôt, je me sentie beaucoup mieux. J'avais l'impression que cet arc me faisait un truc. Il me rappelait la vraie Robyn, celle qui se lançait dans l'aventure certes en faisant la gueule, mais qui ratait jamais une occasion pour péter un câble et tout défoncer. J'étais devenue une pâle copie de moi-même. Fallait pas que je me laisse abattre. Surtout pas à cause de... lui. D'ailleurs, tandis qu'on s'enfonçait dans la jungle, je m'approchais de Jamie, qui évitait mon regard. Je me mis à sa hauteur, sans pour autant le regarder. Ma main se resserra autour du bois de l'arc, alors que mon cœur battait tout de suite plus fort. Euh... Vanellope, elle est où la fille forte ?

- Dit donc Skyrunner, t'es sûr que tu as le droit de venir avec nous ? Je t'ai pas vu demander la permission à ta maîtresse. N'empêche maintenant je comprends mieux pleins de choses, et surtout pourquoi tu m'as laissé l'autre jour.

Cette fois, je tournais la tête vers lui, le visage fermé. J'avais mal, alors j'avais envie de le faire encore plus souffrir. À moins que ça ne lui fasse rien du tout. On sait jamais hein, peut être que j'étais rien du tout. Maintenant il avait sa jolie sirène à qui il obéissait bien gentiment.

Le laissant seul, je me mis cette fois à côté d'Aaron. Apparemment, lui aussi était proche de la Cheftaine. Enfaîte tout le monde la connaissait, était là pour elle. Que ce que je foutais ici ?

- Aaron. Comment tu vas ? Ça boum, tu t'éclates ? C'est chouette Neverland, hein ? Tu verras, les cannibales sont trop cools ! Et les pirates alalala, des amours !

Étais-je ironique à ce point là ? Non, pas du tout. J'avais plutôt l'impression que ma salive était devenue de l'acide. En même temps, vous voulez que je fasse quoi ? Que je lui demande si il va pleuvoir dans la matinée ?

- Dis moi, tu sais pas ce qui a par hasard entre Jamie et... Melody ? Non parce qu'ils ont l'air d'avoir un truc louche entre eux, tu trouves pas ?

C'était demandé avec la plus grande innocence, bien entendu. Juste pour... en savoir un peu plus. Pile à ce moment là, Jamie faillit se faire dévorer par une plante carnivore. Géante. Louise s'en était occupée toute seule, comme une grande. Elle avait bien fait, parce que j'étais tellement sous le choc que je n'avais pas pensé à attraper une de mes armes. Ma bouche était ouverte en un « o », choquée. Je me rendis compte que mes ongles s'étaient plantés dans la paume de ma main presque au sang, et que j'avais oublié comment on respirait. Je battis des paupières, alors que j'entendais quelqu'un me parlait.

- Hein ?

Je tournais la tête vers Aaron, qui me regardait bizarrement. Je me raclais la gorge, en jetant quelques coups d’œils inquiets vers Jamie qui était de nouveau sur pieds. Bordel. Je venais juste de le rembarrer et voilà que j'avais failli faire une crise cardiaque. En même temps pourquoi il avait fallu que cette saloperie s'attaque à lui ? La seule personne qui arrivait à emballer mon cœur en trente secondes top chrono alors que je suis censée m'en foutre.

Le danger éloigné, je pris une grande inspiration par le nez, attrapais une flèche et me mit devant tout le monde, en tête de file. Peut être que ce n'était pas une bonne idée. C'était sûrement une idée terriblement conne. Mais j'avais besoin de faire quelque chose, de m'occuper. Sinon j'allais aller vérifier si lui allait bien. Je ne pouvais pas faire ça.

Je marchais doucement, en essayant de ne pas faire trop de bruit et en évitant les branches qui cassent et les lianes tueuses. Ça murmurait d'ailleurs, mais apparemment, ils étaient tous sur leurs gardes. J'avais pris un peu d'avance sur eux, et j'essayais de vraiment chasser. Ce qui était carrément plus difficile que dans les films. Dans « Hunger Games », l'héroïne elle est super douée pour chasser, c'est de l'arnaque !

- Oh putain.

Je venais de lever les yeux en l'air.... et j'avais vu un énorme machin sur une branche d'arbre. Ça ressemblait à une poule avec un coup d'autruche et un plumage multicolore. Comme l'oiseau dans « Là Haut ». Sauf que la poule, elle faisait la taille d'un pingouin. Si elle me tombait dessus, elle me tuerait. Génial. C'était quoi la prochaine étape, une araignée de la taille d'une voiture ? Non je déconne, pitié pas ça !

Je levais mon poing fermé pour faire signe au reste du groupe et montrer que j'étais sur l'affaire. Lentement, pendant que l'oiseau picorait quelque chose dans l'écorce fissurée de l'arbre, je plaçais la flèche sur l'arc, la corde dans l'encoche faîte au couteau. Je tendis cette dernière, qui grinça légèrement, pendant que je levais l'arc pour viser l'oiseau, un œil fermé. Mon bras tremblait, et je serrais les dents, en espérant ne pas me louper. Lâchant la corde, la flèche fut projeté vers la volaille monstrueuse, qui poussa un coassement suraigu quand son... épaule ? Fut transpercée. Il tomba comme au ralentit au sol, dans un buisson. Je m'approchais, et avec horreur je me rendis compte qu'il n'était pas mort. Non mais je pensais qu'il crèverait dès qu'il se prendrait une flèche ! Là il continuait à pousser des hurlements terribles qui donnaient envie de se boucher les oreilles. Je grimaçais, en jetant l'arc au sol. Fallait que j'abrège ses souffrances. Et surtout que je le tue pour de bon. J'avais besoin de le tuer. Sinon... c'était naze.

- Mais tu vas crever putain !

J'avais attrapé la batte de Base-ball dans mon sac à dos et je l'avais fracassée sur son crâne. Il stoppa tout de suite ses cris. Le coup avait été tellement violent qu'il était mort sur le coup. Un autre pour être sûre et son crâne m'éclata au visage, m'aspergeant de sang. Je passais le dos de ma main sur mes yeux,la batte traînant au sol et je me tournais vers les autres, qui me regardaient comme je m'y étais attendue. En même temps, on avait un poulet dégénéré à la tête en bouillie dans un coin et moi recouverte de sang.

- Aucun commentaire.

Je leur tournais le dos, et me penchais pour attraper le poulet par les pattes et le tirer en grognant sous son poids. Je savais que je m'étais emportée. J'aurai très bien pu lui coller une flèche en pleine tête, pour que ça soit plus propre. Mais j'étais énervée. Et il n'y avait pas de zombies à éclater dans le coin. Je m'énervais beaucoup trop moi-même, ça me rendait violente. C'était ça ou je pleurais. Je préférais encore éclater un poulet géant.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Pour some sugar on me
Can't explain all the feelings that you're making me feel, my heart's in overdrive and you're behind the steering wheel. Just listen to the rhythm of my heart, there's chance we could make it now.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t10164-jump-into-your-racing-car-and-say-sugar-rush#87059

Aaron McAdams


« Vous auriez pas
une dinde au four ? »


avatar




╰☆╮ Avatar : Jesse Eisenberg ♥

Ѽ Conte(s) : Hercule ϟ
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ☣ Aaron ☣ un demi dieu. ϟ

☞ Surnom : seb ☮



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1357
✯ Les étoiles : 19




Actuellement dans : « Vous auriez pas une dinde au four ? »


________________________________________ Jeu 3 Déc - 7:37






    Je n'étais pas dans le groupe de Melody, mais ça ne me dérangeait pas. J'avais besoin de prendre un peu de recul, car la voir constamment avec Jamie, ça avait tendance à m'énerver. L'espace d'un instant j'avais cru qu'il était en couple avec Robyn et qu'il était fidèle, mais je me posais de plus en plus la question vue la façon d'agir de la sirène. Quoi qu'il en était, j'étais content d'être dans un groupe séparé. La seule chose qui m'inquiétait, c'était l'idée qu'à tout moment elle pouvait se retrouver nez à nez avec sa mère. J'aurai préféré être là pour pouvoir l'empêcher de commettre une erreur.

    On s'était mis en marche et je pouvais entendre la discussion entre Thomas, l'Enfant Perdu qui nous avait conduit jusqu'ici et Louise. Selon ses dires, Melody était une promesse faites à une amie il y avait longtemps de cela. Je me demandais bien qui pouvait être son ami, mais quand il avait évoqué le fait qu'il connaissait Ariel, que c'était une sirène et la mère de Melody, je m'étais demandé si ce n'était pas l'ami en question. Ca signifiait qu'ils étaient venu nous chercher dans le simple but de ramener Melody à sa mère ? Si seulement ça pouvait être ça et qu'elle comprenait enfin que sa vie pouvait se dérouler différemment.

    J'aurai bien voulu écouter la suite de la conversation pour en apprendre le plus possible, mais Robyn s'était mise à me parler. Du coup, j'avais tourné la tête dans sa direction, me concentrant sur elle. Elle était très familière pour une fois et j'avais la sensation qu'elle me parlait comme si on était pote depuis de nombreuses années. Ca me plaisait bien.

    "Cannibales ? Il y a des cannibales à Neverland ?"

    Peut-être que ce voyage allait être plus mouvementé que prévu. Qu'est ce que la petite fée avait dit ? De ne pas s'éloigner du sentier ? J'avais baissé la tête pour m'assurer que mes pieds touchaient toujours le sol. Apparemment il n'y avait pas grand chose à craindre si on ne quittait pas la route. Quand à Robyn, elle était venue me parler pour en savoir plus par rapport à ce qui se passait entre Jamie et Melody. J'avais soupiré. Comme si je connaissais les réponses...

    "Je ne sais pas. J'aimerai te dire qu'il n'y a rien, mais elle passe beaucoup de temps avec lui et très franchement, si elle s'en éloignait, ça ne serait pas plus mal. Ce n'est pas le genre de garçon très..."

    Je m'étais stoppé et mordu les lèvres en me rappelant que si elle était réellement avec lui, il ne fallait mieux pas donner mon avis sur Jamie. Ca pourrait changer la vision qu'elle avait de lui. Et j'étais qui pour juger une personne qui sortait avec un bad boys alors que je rêvais de sortir avec ma sirène qui était exactement comme lui ? Ce qu'il fallait, c'était qu'avec Robyn, on mettrait tout en oeuvre pour les ramener tous les deux vers le droit chemin.

    "Je pense qu'il a besoin de quelqu'un pour lui montrer la route à suivre."

    Et cette chose n'était pas une plante carnivore qui venait de capturer son pied pour l'amener vers lui. J'étais resté scotché au sol. Je m'attendais à voir débarquer des cannibales, mangeurs de chair humaine, mais pas des plantes cannibales. Enfin carnivores, car elles n'avaient rien d'humain. On était cote à cote avec Robyn, admirant Louise à l'oeuvre qui s'en sortait comme toujours à merveille. On pouvait dire ce qu'on voulait, mais aussi dangereux qu'était l'île, avec les Enfants Perdus et Louise, on ne craignait rien du tout. Je lui avais fait un petit sourire, même si j'étais encore un peu sous le choc. Elle était superbe !

    "Il va bien, ne t'inquiète pas." avais-je murmuré à Robyn tandis qu'elle m'avait observée, avant de passer devant nous pour continuer à avancer. Elle devait surement avoir besoin de décompresser. Puis, on avait repris la route, la suivant de loin, car elle tentait tant bien que mal de prendre de l'avance sur nous. Il avait quoi dans la tête ce Jamie de la laisser faire au lieu de se précipiter vers elle pour lui dire que tout allait bien, qu'il n'avait rien et qu'il l'aimait ? Ca se voyait ! Tout aurait pu s'arranger s'il s'était un peu bougé ! J'avais soupiré une nouvelle fois avant de me rendre compte que Thomas marchait juste à côté de moi. Quand j'avais tourné la tête vers lui, il m'avait adressé un petit sourire.

    "Aaron."

    Bon sang, il savait qui j'étais ! L'espace d'un instant, je m'étais demandé si la mère de Melody était réellement ma mère, car ça me travaillait toujours et si elle lui avait parlée de moi. Mais avant d'ouvrir la bouche pour lui poser la question, je m'étais rendu compte qu'en réalité, il connaissait mon nom vue qu'on venait de passer une demi journée ensemble. C'était absurde de croire qu'il y avait quelque chose d'autre derrière tout ça.

    "Thomas." lui avais-je répondu en hochant la tête, à la manière des vrais hommes. Juste avant de poursuivre mon chemin et de me positionner un peu plus près de Louise.

    "Tu as assurée grave avec la bête. C'était... wouah !"

    Je ne savais pas comment mieux lui dire qu'elle avait été à la hauteur une fois encore et que j'étais vraiment très heureux de la voir ici. Puis, profitant du fait que Jamie était à côté, j'avais discrètement poursuivi mon plan de mettre Robyn et Jamie ensemble pour être débarrassé d'un rival. Qu'est ce qui me prenait ?

    "Tu sais que c'est bien les personnes comme toi, Louise ? Les gens qui savent ce qu'ils veulent ? Qui sont capables de dire aux autres ce qu'ils ressentent ? Et de le dire au bon moment, comme juste après qu'ils ont eu l'impression que leur... âme soeur allait se faire manger par une plante carnivore ou tout autre chose ? Je cite cet exemple, mais j'aurai pu en citer plein. En tout cas c'est chouette d'avoir le courage de dire à une personne quand on tient à elle. De lui prendre la main, de la complimenter, d'ouvrir son coeur. C'est comme ça que devraient faire tous les vrais hommes."

    Mon plan était prêt, tout allait se mettre en place petit à petit et je venais même de dire à Louise qu'elle avait agis comme un véritable homme... J'aurai tellement voulu me baffer. Je lui avais fait un petit sourire avant de pencher la tête et de continuer de marcher. C'était là que je m'étais rendu compte que tout le monde s'était stoppé et qu'ils observaient - tout comme moi maintenant - le spectacle horrible qui s'offrait à nous. Robyn était... comment dire ? Déchaînée ? Mais au moins on aurait de quoi manger !

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

9 mois, 272 jours, 6530 heures...
lui, toi, moi ?!

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t71587-chronologie-li http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t71587-chronologie-liens-de-aaron-mcadams#708012 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t71587-chronologie-liens-de-aaron-mcadams#708012

Thomas


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : ➹ Thomas Sangster

Ѽ Conte(s) : ➹ Peter Pan
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ✲ Un Enfant Perdu

☞ Surnom : ➹ seb

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 12
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Jeu 3 Déc - 7:50





    Je m'étais approché de Robyn pour lui prendre l'animal et l'attacher avec ce qu'on avait sous la main. Les Enfants Perdus m'avaient rejoint et je leur avais tendu la corde qui maintenait l'animal en place, même s'il ne risquait plus de bouger, mais ça rendait le transport plus facile. Ils avaient chacun pris un bout de la corde et je leur avais demandé de rejoindre le campement. Si on gardait un animal mort avec nous, sans le faire cuire, ça pourrait attirer d'autres prédateurs. Mieux valait le ramener de suite à la maison.

    "Merci Robyn. Grâce à toi, on pourra manger ce soir. Tu es une championne !"
    lui avais-je dit en lui tapotant l'épaule d'une manière encourageante. C'était une grande guerrière. Elle aurait pû être un Enfant Perdu parfait dans d'autres circonstances.

    "Maintenant qu'on a de quoi manger, on va pouvoir rentrer au campement. Demain une longue journée nous attend."

    Je leur avais adressé un petit sourire encourageant, avant d'entendre des bruits de pas précipités derrière moi. Un Enfant Perdu accourait dans notre direction. Une fois à notre hauteur, il s'était penché pour reprendre son souffle.

    "Ours ? Tu vas bien ?"

    "Il y a des ours ici aussi ?"

    J'avais tourné la tête vers Aaron, puis j'avais reporté mon attention sur l'Enfant Perdu qui venait d'arriver et qui tentait encore de reprendre une respiration correct.

    "Ours c'est le nom qu'on lui a donné. Chaque Enfant Perdu en a un qui lui correspond. Il représente ce que nous sommes. Ours, car il est robuste et fort."

    J'avais posé ma main sur l'épaule d'Ours, en lui demandant si ça allait, s'il voulait un peu d'eau. D'ailleurs sans attendre, j'avais pris la gourde qui pendait à sa taille et je l'avais ouverte pour le faire boire.

    "Elle... est... allée... dans... la... caverne... des... secrets..."

    Je n'avais pas besoin de lui demander de qui il s'agissait, car la seule personne de leur groupe qui aurait été capable de se la jouer rebelle pour tenter de tout trouver par elle même, c'était évidemment la sirène. Je lui avais tapoté l'épaule pour lui dire que tout était ok et je l'avais laissé finir de boire. Puis je m'étais tourné vers le groupe.

    "Pourquoi tu t'appelles Thomas ?"

    La question de Aaron m'avait empêché de leur dire ce que je voulais leur dire.

    "Comment ça ?"

    "Tu as dit que tous les Enfants Perdus ont un nom qui leur est donné et qui les qualifie. Toi c'est Thomas. Thomas c'est un prénom, ça ne peut pas te qualifier. Enfin, en dehors de ce qu'est censé qualifier un prénom."

    J'avais eu un petit rictus aux coins des lèvres avant de m'adresser au restant du groupe.

    "On va devoir faire un petit détour avant de rentrer."

    "Tu n'es pas un Enfant Perdu ?"

    Mais qu'est ce qui lui prenait ? C'était celui que je trouvais le plus agréable du groupe et voilà qu'il me coupait pour me poser des questions autour de mon nom. Il avait dû remarquer que j'étais embarrassé, car il s'était excusé, avant de pencher la tête comme si de rien était.

    "On doit faire un détour par la Caverne des Secrets." avais-je annoncé clairement avant de me tourner et de faire un signe de la tête à Ours. Il allait nous montrer le chemin, ou plutôt leur montrer le chemin.

    "Votre amie s'y est rendue et ça peut être dangereux pour elle."

    J'avais ajouté cela pour être sûr qu'ils nous suivraient.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥



∴ « Vivre ça doit être une sacrément belle aventure ! » ∵


Actuellement dans : Les Profondeurs de l'Océan - Neverland


Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 3 sur 11
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9, 10, 11  Suivant

[Fe] Les Profondeurs de l'Océan - Evénement #54





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Le monde enchanté :: ➹ Neverland