Aventures
en cours :

Age de Glace
Septembre 2017


Sing On
Septembre 2017

- Bientôt -
8 octobre 2017


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


Sing On the Musical - le 85ème événement de Disney Rpg ! ╰
➹ Création graphique : Jezabel Chapman ♥ - Maître du jeu : Anastasia Romanov ♥
Prêt à pousser la chansonnette ?

Partagez | .
 

 [Fe] Les Profondeurs de l'Océan - Evénement #54

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage

Jezabel Chapman


« You Are Not Alone »


avatar


╰☆╮ Avatar : Marie Avgeropoulos.

Ѽ Conte(s) : La Légende de Manolo.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Celle qui est faite de délicieuses sucreries, qui veille sur le royaume des Âmes Chéries. J'ai nommée La Muerte.

☞ Surnom : June.



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3743
✯ Les étoiles : 666




Actuellement dans : « You Are Not Alone »


________________________________________ Dim 20 Déc 2015 - 17:39


Les profondeurs de l'Ocean
Seconde étoile à droite, dans les profondeurs de l'ocean.
.



▬ « Non c'est bon j'ai besoin de personne ! » Je venais de crier brutalement, ma voix c'était faite forte en s'elevant la pièce comme un écroulement. Je fixais Melody, qui venait de ce mettre devant moi avec son fleuret. Je sentais clairement mon esprit prendre légérement feu, alors que je tentais de calmer l'humeur qui s'insinuais ce qui me restais encore comme bonne volonté. Ce prendre un mur qui vous arrache la rate dans un cris de douleur était suffisant pour attiser la foudre qui crépitait dans votre esprit. J'avalais difficilement, alors que je fixais la forme de la sirène venir et onduler encore vers nous. Je jetais un rapide coup d'oeil à Louise qui était en train de reprendre sa respiration. Un soulagement m'envahis, repensant au manque d'air qu'elle avait subit parce cette immonde créature alors que je tentais de me relever temps bien que mal pour l'aider. Jusqu'a ce que j'entende la voix de Melody qui m'avait fait sourire de bonheur.

J'avais jamais été aussi heureuse de la voir à ce moment là. Je ne m'étais jamais sentis aussi faible physiquement. Même pas comme quand la médaille bloquais mes pouvoirs. Ca me donnait le sentiments étrange d'être que je n'avais jamais pensée à être : Une personne qu'on pouvait affaiblir aussi facilement qu'une poupée de chiffon. Mais pourquoi me plaignait-je ? Louise n'avait pas de pouvoir et elle devait ressentir ce sentiment constamment. Si déjà moi je ne le supportais pas, alors je n'osais pas imaginer elle. Je voulu me placer devant en protestant, mais quelqu'un me tira vers l'arrière en m'arrachant un cris de frustration. Oui bon c'est bon j'ai compris. Je devais pas bouger, pigé.

▬ « Je déteste les sirènes. » Maugréais-je, ne faisant plus attention à mes paroles tellement l'indignation et la colère prenait le pas sur mes capacités à mesurée mes paroles. L'eau ce mit soudainement à monté, alors que je voyais la salle ce remplir de sirène et de crocodile. Attendez, quoi des crocodiles ? Je sentais mon esprit s'agiter alors que mon cœur ce brusquais contre ma poitrine cognant de toute ces forces. Je voyais les salles poissons sauter sur tout le monde. Je reculais, avant de voir un crocodile ce diriger vers moi. Je sentais la panique m'envahir alors que je tentais de faire un mouvement de la mains pour faire apparaître une boule de feu. Une petite flammèche brilla faiblement au creux de ma paume avant de s'éteindre. Je sentais clairement mes doigts trembler sous l'effort, alors que je me concentrais de nouveau. Mais impossible. L'air était trop humide, l'eau gagnait toujours sur le feu. Ce fut avec une pointe de chagrin que j'entendais la voix de Skunk ordonner à Melody de m'attraper. Quoi ? Mais d'habitude c'est moi qui attrapait les gens !

Pourquoi es ce qu'il agissait tous comme ci j'étais un enfant à protéger ? Je ne dis rien, mes yeux parlaient assez comme ca pour savoir que j'étais pas très satisfaite. En même temps, mes jambes était molle et par moment je sentais une fatigue s'emparer de moi en m'interdisant de rester réveillée. Mais je luttais. Je luttais pour pas m'effondrer comme une poupée. Mes muscles brûlait et je parlais même pas de mon dos qui me faisait souffrir atrocement. C'était pire qu'un labago. J'avais l'impression que chaque instant un mur s'ecrasait de nouveau contre moi. Chaque minute, chaque seconde, chaque spasme qui vrillait ma colonne vertébrale. C’est toi qui voulais savoir comment on respire sous l’eau, non ? Ben frappe des mains et sois contente, c’est le moment d’apprendre ta leçon !

▬ « Chouette. » Non j'étais pas contente et au ton de ma voix ca s'entendais purement. Moi ce que je voyais, c'était nos testament face à tout ses produits de la mer. Et puis l'eau commençait à monter. Heureusement que je ne craignais pas l'eau. Même si la dernière fois j'avais faillis me noyer. Mes pieds finirent pas ne plus toucher le sol, alors que je nageais autant que je pouvais tout en observant le plafond ce rapprocher. Mais bien sur. Un crocodile ce dirigea vers mon bras, je battais des pieds pour lui échapper, mais Jamie réagit avant que ses immenses crocs ne ce referme sur mon avant bras. J'étais déjà fatiguée. Trop fatiguée, alors me débattre dans l'eau était un vrai champs de bataille.

Je sentais ma respiration devenir rauque alors que mes poumons me brûlait et que l'eau venait par moment s'y infiltrer. J'aperçus une sirène nager à toute vitesse vers moi. Je fermais les yeux en plaquant mes bras face à mon visage, prête à recevoir quelque chose, mais je ne sentais rien du tout. A la place, elle passa à travers moi. Je fus la première surprise, en me retournant pour la fixer. Ses yeux s’écarquillèrent de frustration, alors qu'elle ce retourna vivement en me lançant un regard des plus noirs. Bien entendu. Comme ma super vitesse était de retour, je pouvais passer de nouveau à travers les choses. Je fixais la sirène qui semblait vouloir m’égorger vivante, avant qu'un cris ne retient mon attention. Jez!

▬ « Jamie ? » Max voix s'engloutit sous l'eau qui ce ramena dans ma bouge, alors que je crachais brutalement pour evacuer la prise de toux qui venait de me secouer. A cause de l'eau qui montait, des cris des autres, des vagues je n'arrivais pas trop bien à percevoir Jamie. Mets-toi là!  Je le regardais un moment, avant d'essayer de venir jusqu'à lui, nageant la brasse alors que je sentais la fatigue engourdir mes muscles, et que chaque mouvement me faisait perdre ma respiration. J'arrivais jusqu'à lui, ne pouvant plus dire quoi que se soit, seule ma respiration saccader parlait pour moi. Sors les de là! Fis t-il en me regardant. Je plongeais mes yeux dans les siens, avant qu'il ne disparaisse sous l'eau. Je ne voyais pas ce qui ce passait, mais il me semblait qu'il était vraiment en train de mettre des sirènes hors d'etat de nuir. « Mais Jamie ! Je suis trop faible ... »

Bien sur ma protestation ce noyais dans l'eau. Qui m'ecouterais ? Tout le monde était occupé à survivre. Je levais la tête vers le trou. Il fallait que j'arrive à sortir de là. Je pris un moment à réfléchir, avant que je trouve quelque chose. C'était nul. Mais je devais essayer. Je battis des jambes le plus vite possible. Je n'avais encore jamais utiliser ma super vitesse dans l'eau. Je pouvais courir dessus. Mais dedans ? C'était plus dur, parce que c'était comme de l'apesanteur. Les mouvements étaient largement plus lent. Il fallait que je prenne appuie sur quelque chose … Mes yeux scrutèrent les environs, avant de voir un crocodile juste en dessous de moi en train de ce faire frapper par Jamie.

▬ « Ne bouge pas, amène le un peu plus vers moi ... » Oui bon, je savais pas si il m'avait entendu mais il fallait tenter le tout pour le tout non ? Alors que je voyais la masse de muscles ce rapprocher de mes pieds, je me laissais plonger dans l'eau, avant de toucher des pieds le dos de l'animal, et de me projeter vers l'avant à toute vitesse. Je voyais la surface ce rapprocher d'un coup, avant que la lumière m'eblouie et que mon corps tombe sur quelque chose de dur. J'ouvrais grand la bouche pour avaler de l'air frais, mes doigts ce crispant sur le sable, toussant en recrachant toute cette eau qui remontait dans ma gorge, me broyant les poumons un peu plus. Respirer. Comme ca faisait du bien, de respirer. Je restais un moment allonger sur le sol, me rendant compte que j'étais encore vivante.

Puis je me retournais sur le dos, avant de me redresser et de chanceler, me penchais vers le trou, mais Melody n'eu pas vraiment besoin d'aide. Je me reculais pour la laisser passer, avant de saisir les poignets de Skunk et de la tirer de toute mes forces vers moi. Mes pieds glissait sur le sable fin, laissant des traces de mes chaussures. Une fois Skunk à mes cotés, je saisie les poignets de Louise. Le poid d'une adulte était plus dur que le poid d'un enfant, et je me sentis basculer de nouveau dans l'eau avant que Melody ne m'aide de justesse à la remonter. Puis j'attrapais aussi Robyn, cherchant des yeux Jamie avec beaucoup d'inquiétude. Ca tête finit par remonter et je me reculais pour le laisser passer, un sourire au lèvre.

▬ « Captain America serait jaloux ! » Commentais-je avec une pointe d'humour. On regardait presque tout le temps des films ensemble, notamment Captain America. Je me laissais tomber lourdement sur le sable, avant d’écraser une plainte dans ma bouche qui resta pendu à mes lèvres en repensant à mon dos à qui je venais de donner une seconde dose de douleur. Je grimaçais, la tête dans le sable, me laissant quelque seconde de répit pour respirer convenablement. Même si ca n'effacera pas la douleur qui fourmillais dans mon corps et au voile noir qui voulait éteindre ma vue. "Quelque chose ne va pas." 

Un ricanement s'échappa de ma gorge, ca n'allait pas depuis qu'on avait grimper sur ce bateau ! Je m’abstins de tout commentaire, parce que c'était Jamie et qu'il avait suffisamment de problème comme ca en plus de mon arrogance. Cependant, la femme qui ce trouvais sur la plage je ne la vis pas arriver, et je me redressais pour reculer vers les autres. C'était qui encore ca ? Les tentacules venaient de s'échapper de sa grande robe, pour venir choper Jamie par la gorge. « Je commence en à avoir marre des fruits de mer. » Le cynisme perçait dans ma voix alors que je posais un regard railleur sur la femme à tentacule. Et en plus, c'était une pieuvre. C'était quoi déjà le truc ? Ah oui. Coupé la tentacule du milieu elle repoussera pas.

Une voix tinta dans l'air, alors que je sentais les gouttes vibrer sur ma peau. Je connaissais cette voix ...Je me retournais. Bien. Le dieu thon en personne. Désolée de ses pensés un peu trop abjecte, c'est pas comme ci il causait du mal au autres. Et en plus il prenait Jamie pour son fils. Je tournais un regard eloquer vers celui ci qui retomba sur le sol après que l'espèce de folle dingue à tentacule l'ai lachée. Je me dirigeais vers lui, peu importe si ils étaient tous dans une conversation importante. Je portais mes mains à ses poignets pour l'aider à ce relever. « Jamie, pour Noël je veux pas de crevette, ni d'huitre, ni de moules. En fait je veux plus rien qui vienne de ca ! » Fis-je en pointant la mer du doigts. Un sourire semblait étirer ses traits, alors que je fis de même avec malices.

On avait tout les deux en tête la même choses : les produits de la mer, c'était finit. Et si Calliope se ramenait avec du poisson, je me ferais un plaisir je le jeter par la fenêtre. Disons que j'ai légèrement vengé ton frère je tournais la tête vers le dieu, une lueur estomaquer sur le visage. Il avait rien fait hein ? Il avait pas fait de mal à quelqu'un ? Encore moins à Kida ? J'aimais bien Kida ...Mais bien sur ce serait trop difficile pour cette tête de plancton de réfléchir et de mettre sa vengeance de coté. Dans son trident, une lueur bleutée scintillait. Avant que je comprenne de quoi il s'agissait. « Jamie...C'est le cristal ! Cette couleur c'est la même que j'ai quand je cours, puisque que le dome m'a traversée le corps ! Si il a le cristal ... » Ca voulait dire que quelque chose était arrivée à Kida ? Je sentais un goût amère dans ma bouche, alors qu'elle semblait pendre dans le vide. Je n'avais pas bien connu Kida, mais assez pour l'apprécier. En une seconde j'arrivais vers Louise, qui semblait comprendre aussi.

▬ « Tu crois que cette tête de plancton a fait du mal à Kida ? » Ma voix était basse, de sorte que personne n'entendent. Et pis même si il avait entendu, je serais ravie de lui redire en fasse. Je lançais un regard grave vers celle ci, qui semblait chercher aussi une réponse. Mais bon, soyons réaliste. Neverland n'allait pas nous laisser du répit. Des ombres commençaient à venir vers nous, alors que Poseidon créa un mur d'eau qui n'arrêta pas toute les créatures. Je sentais l'angoisse monter. C'était quoi déjà le mot ? Ah oui, si on les touches on explose ! Comment combattre une choses qu'on ne peu toucher ? Je les voyais arriver vers nous, avant que mon regard ne ce plaque sur deux ombres qui ce dirigea vers moi.

Je me fis pas prier, utilisant ma super vitesse pour courir. Je m'engageais sur l'eau, des gouttelettes volaient derrière mes pieds. Mais j'étais encore trop faible. Je n'arrivais pas à atteindre la vitesse de d'habitude, elle était plus lente et chaque pas me faisait mal, bloquant une plainte dans ma gorge. Je revenais sur le sol de sable, sentant ma respiration ce couper. Je me retournais pour voir les ombres qui étaient deux, en manquant de m’étrangler face à cette injustice total. Mais la seconde disparu et quand je tournais la tête pour regarder devant moi, elle ce trouvait là. Je ralentissais l'allure, me stoppant dans un dérapage, mon corps manquant de la toucher de quelque millimètre. Mes yeux s’écarquillèrent de surprise, mais quelque chose me brûla le bras, alors qu'un cris s'échappa de ma gorge pour venir percer l'air. Je perdais l’équilibre sur le sol et roulait dans le sable qui vint fouetter mon visage.

Je restais un moment allonger, avant de me redresser difficilement. Je me tournais pour étudier d'un trait prudent la marque qui venait de ce former, les larmes emplirent mes yeux sous la douleur alors que je me mordais la lèvre pour ne pas craquer. J'avalais la boule dans ma gorge difficilement. Et puis je les sentais. Je ne les avais pas sentit depuis Atlantide. Les pupilles de flammes qui venait de remplacer la couleurs bleus de mes yeux naturel. J'étais énervée. Hors de moi malgrès les étoiles qui dansaient devant ma vue pour venir brouiller ma vision. Le souffle couper, je tournais la tête vers les autres. J'arrivais plus à contenir les flammes qui crépitait au fond de mes pupilles, ni même la colère qui m'animait.

▬ « Lézard, sirène, ombre ! Et la prochaine fois ce sera quoi hein ? Hein Melody, se sera quoi ? Tu sais quoi ? J'en ai marre de te suivre, je passe ma vie à me prendre des coups ou à me les prendre à ta place ! » Je venais de me rendre compte que ma voix était mauvaise et sonnait fatiguée. Faisant référence au dôme. « De toute façon c'est pas comme ci j'avais l'habitude. » En fait je me rendais compte que ce qui m'énervait vraiment ce n'était pas Melody. Non, c'était toujours les phrases de mon inssaissable mari qui me revenait en tête. Et c'est parce que je me rendais compte qu'il avait raison. Qu'en fait, mise à part me prendre des coups j'arrivais pas à me défendre convenablement. Et c'était horrible à supporter comme sentiments. Ca me rongeait, je revoyais toujours le même mot en tête, qui revenait comme une affiche qu'on plaquait contre un mur.

▬ « Désolé. » Oui désolé, j'étais désolé et je m'en rendais compte à présent. Je voulais même plus regarder qui que se soit, je me sentais honteuse et coupable. « C'est pas de ta faute, c'est de la mienne. » Je m’écroulais sur les fesses en prenant ma tête dans mes mains, luttant contre cette grande fatigue qui me voilait les yeux, contre toute cette douleur qui prenait peu à peu une grande place dans mes muscles. Et contre toute ses émotions qui m'asseyais. Une ribambelle d'émotion. J'étais perdu entre les brides de mon passée que je ne ramenais sans cesse dans le présent. En fait j'avais beau trouver Maria sombre et irritante, mais je venais de m’apercevoir que moi je gérais ca pas mieux qu'elle. En vérité, c'était presque qu'elle qui s'en servait comme il fallait.

Elle s'en servait comme arme, alors que moi je m’apitoyais sur mon sort. Je lui avais dis à Jamie, que cette ordure de Xibalba s'en était pris à Calliope devant moi ? Je lui avais dit que je m'étais sacrifier pour le faire sortir ? Non personne ne savait rien, mise à part ceux qui était présent. J'avais seulement dit à Jamie qu'avec Callio on a été morte pendant un temps. Mais je lui avais jamais vraiment spécifier la vrai vérité. Je sentais encore le couteau dans mon ventre venir me frapper l'abdomen. Et maintenant que des ombres nous attaquait, voilà que j'arrivais plus à rien contrôler. Je savais que c'était pas le moment. Mais non. J'arrivais même plus à bouger mes membres convenablement. Ayant envie de hurler entre la brûlure qui me démangeais, alors que je suis même pas censée ressentir une quelconque douleur venant du feu. Et ma colonne vertébrale qui vibrait aussi de souffrance.

▬ « C'est moi qui te suit, toi tu m'oblige à rien. » Murmurais-je. Et si on ce relevais plutot ? Au lieu de donner raison à une personne qui me voulait du mal. Ce serait peu être mieux et au moins je prouverais pas au autres que je suis faible ? Mais comment ce relever, quand un lourd fardeau et un chagrin vous ravageais la poitrine ? La fatigue, la douleur, tout ca n'était pas bon pour réfléchir normalement. Ca ce mélangeais dans une texture pas bonne, qui vous faisait dire des choses monstrueuses. Heureusement je n'en étais pas encore là. Je sentais encore le feu me brûler les pupilles, les flammes dansantes dans une lueur flamboyante. J'avais tout contenu. Absolument tout, pour essayer de tout oublier. Mais au bout d'un moment, contenir ses émotions dans une boite la faisait exploser et chavirer. La boite venait d'exploser avec les émotions qui c'était propager partout dans mon esprit avec ravage. Finalement, ca n'avait servis à rien de tout contenir. Il n'avait suffit que d'une simple goute pour faire déborder le vase.

Jez : 30% à cran

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Run boy run, running is a victory
This is how you bring me back to life ▬ I'm broken and I'm barely breathing I'm falling 'cause my heart stopped beating If this is how it all goes down tonight, If this is how you bring me back to life


http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t45540-bring-me-back-to-life-jezabel#429596

Ariel Lancaster


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Rachelle Lefevre

Ѽ Conte(s) : La petite sirène
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Ariel

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 22
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Lun 21 Déc 2015 - 11:34



Les profondeurs de l'océan



    Thomas s’était tourné vers mois quelques instants lorsqu’il a entendu le son de ma voix. Physiquement, il n’avait aucunement changé, pourtant, son regard n’était pas le même. Je ne retrouvais plus cette lueur chaleureuse d’autre fois. Avais-je l’air si différente ? Je ne pouvais pas le nier. Pourtant, son visage me rappelait les moments passés autrefois avec lui. Si aucune expression ne transperçait le visage de mon ancien ami, Aaron lui, restait toujours aussi incrédule. La voix de Thomas brisa enfin le silence, répondant d’une voix calme et détachée. Les battements de mon cœur s’accéléraient lorsqu’il évoqua Melody. Elle était en sécurité, ce qui était déjà une bonne chose. Mais la savoir sur Neverland ne me rassurait pas tant que ça. Une autre question me brûlait les lèvres. Ni lui, ni Sebastien n’avait mentionné mon fils. L’inquiétude commençait à me ronger.

    - Et Egeon… Lui aussi ?


    Oui, il est avec sa sœur, en sécurité. Voilà la réponse que j’aurai aimé entendre. Malheureusement, si le garçon ne l’avait pas spécifié tout de suite, c’est qu’il y avait une raison. Me remémorant la discussion que j’avais eu la veille, d’autres questions me virent en tête. Ce mystérieux ami dont m’avait parlé Sebastien… Etait-ce Thomas ? Non, cette possibilité ne me paraissait pas possible. La porte de la maison, plus haut, claqua, laissant apparaître un jeune garçon qui devait avoir à peu près le même âge physiquement que Thomas. D'une traite, il passa devant le groupe pour s’arrêter à ma hauteur. Entreprenant, il prit la parole, aucunement étonné de me voir ici. J’aurai mis ma main à couper qu’il était ce mystérieux ami.

    - Mon don ? Repris-je étonnée.

    Je ne le connaissais pas, il me connaissait, certes, mais j’étais curieuse de savoir ce qu’il voulait dire par là. Mais surtout jusqu’à quel point me connaissait-il. Ses yeux dérivant sur mes jambes ne firent que me questionner encore plus. Il se présenta ensuite, ce qui éclaira la situation. Pan. C’était donc lui. Je ne l’avais jamais rencontré, mais j’avais longuement entendu parler de lui lorsque j’étais sorti de mon royaume sous-marin. Il dirigeait Neverland. Je ne connaissais pas beaucoup de chose à son sujet, mais la situation prenait du sens petit à petit. Thomas avait donc trouvé Pan et était resté avec lui ces vingt dernières années. Mes yeux dérivèrent sur Thomas quelques instants. Je me doutais que les connaissances de Pan sur moi venaient de lui. Pour le moment, il restait en retrait, observant simplement la scène.

    - Ariel, même si je suppose que je n’ai pas besoin de me présenter. J’ai entendu parler de vous aussi, mais surement bien moins en détail.

    Mes yeux se fixèrent de nouveau sur Pan, chassant le flot de pensées et d’interrogations. La voix d’Aaron s’éleva derrière Pan. Il devait être le seul qui ignorait ma véritable identité. Le garçon semblait dérouté, un seul nom venait de chambouler tout ce qu’il pensait savoir sur moi. La mâchoire contracté, je m’apprêtais à fausser compagnie à Pan pour aller le voir et lui expliquer ce qui arrivait et le rassurer. Je devinais aisément qu’il devait se sentir trahis. Pendant quelques instants, je m’en étais voulu de lui avoir mentis. Mais je n’avais pas d’autres choix. C’était ce que j’aurai du lui dire. Mais Pan continuait ses plans qui m’incluaient. Il fabulait, il ne se rendait pas compte de l’amertume que me portait mes sœurs. Je me tournais vers lui et ses promesses pour le moins surprenante.

    - Elles ne me laisseront pas revenir. Quel que soit l’accord que vous avez passé avec elles, elles n’iront pas jusque-là. La seule raison qui fait que je sois devant vous aujourd’hui, c’est que je sois leurs sœurs. Elles m’auraient tué sans cela. Quoi que je puisse faire, j’ai du mal à croire qu’elles m’acceptent à nouveau parmi elles et encore plus qu’elles me nomment à la tête du Lagon.


    Aaron continuait, derrière Pan, à réfléchir à haute voix. Un souffle exaspéré s’échappa rapidement des lèvres de Pan qui n’appréciait guère être coupé. Le mot abandonné ne fit qu’accentuer ce sentiment de malaise et de douleur. Ils avaient donc tous cela en tête, l’abandon. Je me mordis l’intérieur de la joue, essayant de prendre patience et d’attendre que Pan finisse de m’exposer ses plans. Je n’étais malheureusement pas complètement concentrée, trop de chose détournait mon attention. Je ne désirais qu’une chose, retrouver mes enfants. A ce moment précis, l’ombre, Neverland ne m’importait que très peu.

    - Barbe Noire ? Les ombres ? La situation s’est donc autant dégradée à Neverland ces dernières années ?

    Mes connaissances commençaient à me faire défaut. Il s’était écoulé vingt longues années depuis mon dernier moment à Neverland. Et déjà à ce moment-là, je vivais autour du Lagon, ignorant les problèmes qui devait grandir au sein des enfants perdus. Je n’avais aucune idée de comment « l’ombre » s’était multipliée et qui était ce Barbe Noire. Un pirate, ce n’était pas dur à deviner. Mais j’ignorais son rôle et son statut à Neverland… Si tenté qu’il en ait un. Ce fut Thomas, cette fois, qui le coupa. Pan, exaspéré, s’éloigna légèrement de nous pour rejoindre une rousse sur le côté, me laissant le temps de mettre certaines choses au clair.

    - Aaron ? Demandais-je d'une voix hésitante.

    Il était toujours au même endroit, les yeux rivés sur moi. Il réfléchissait, il essayait surement de trouver une solution logique à ce que venait de dire Pan et à ce qu’il venait d’apprendre. A sa hauteur, je m’arrêtais pour prendre une légère inspiration.

    - Oui, le « A » signifiait Ariel. Et non, je ne l’ai pas abandonné. J’ai veillé sur elle, de loin, par sécurité, je ne pouvais pas la rejoindre.


    Reprenant une inspiration, je regardais le jeune homme en essayant de décontracter mes épaules. Je ne savais pas ce que je pouvais lui dire. Je doutais de la limite entre les éléments nécessaires à sa compréhension de la situation et ceux qui le ferait plus douter et le blesserait. De toute façon, je n’avais pas le temps de réfléchir.

    - Tu te souviens du jour où je t’ai donné l’enveloppe pour le plus grand Cirque de Londres ? C’est la personne qui m’a demandé de te la donner qui m’a permis de revoir mes enfants, ou plutôt Egeon, à ce moment-là. De loin, certes, mais c’est aussi grâce à toi que j’ai pu les retrouver. Cette personne voulait quelque chose de mieux, de plus stable pour toi. Il savait que tu rencontrerais Egeon là-bas. Il savait que tu serais en sécurité.

    J’essayais de capter son regard, de comprendre ce qu’il pensait sur le moment. Je ne voulais pas le perdre à cause de maladresse de ma part. Le passé était quelque chose de douloureux, je ne le savais que trop bien. L’abordé était risqué. Je ferais peut être plus de mal que de bien. Je ne m’attendais pas à cette discussion, et non préparé, mes propos étaient maladroits. Pourtant, j’espérais qu’il comprenne. Même si cela allait lui demander du temps, j’espérais qu’il le comprenne et qu’il ne s’éloigne pas de moi.

    - Tu comprends Aaron ? Je ne pouvais pas te dire qui j’étais. Melody et Egeon t’ont parlés de moi, tu n’aurais pas pu leur cacher ce que tu savais. Tu aurais finis par les emmener vers moi parce que c’est ce que j’aurai fait à ta place aussi. Mais ce n’était pas le moment. Je ne pouvais pas les revoir à ce moment-là. C’était trop tôt, les choses se seraient retournées contre nous. J’avais bien plus à perdre qu’à gagner. Je suis désolé que tu ais été embarqué là-dedans. Mais tu n’es pas qu’un pont entre mes enfants et moi. Tu as eu ton rôle à part entière, ne doute jamais de ça. Tu n’as jamais été un pion.

    De loin, je lançais un regard à Pan qui commençait à s’impatienter. Je fis quelques pas en arrière, regardant Aaron. Je devais le laisser réfléchir un peu. Le noyer dans un flot d’informations ne ferait rien de bon. Il devait se raccrocher aux éléments de son passé tout en les regardant d’un autre point de vu avec de nouvelles connaissances. Nous aurions largement le temps de discuter plus tard, du moins, c’est ce que j’aimerais croire. Je lançais un regard à Thomas, toujours en retrait. Ce n’était peut-être pas le meilleur moment pour discuter. Pourtant, nous avions tant de choses à nous dire. Seul à seul, nous serions surement plus tranquilles. Je ne savais pas ce qu’il était devenu, je ne savais pas s’il me faisait toujours confiance, mais une chose était sûre pour le moment, il n’avait pas envie d’en parler. Me tournant vers Pan, je fis un léger signe de tête.

    - On peut y aller



Poséïdon


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Ryan Gosling ♥

Ѽ Conte(s) : Hercule ϟ
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ☣ Intrigue divine ☣ Je suis le dieu des Océans ! ϟ

☞ Surnom : seb

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 32
✯ Les étoiles : 2002




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Lun 21 Déc 2015 - 12:39





    Il était grand temps qu'un dieu règne sur Neverland ! Les explosions, les murmures, ces ombres ou sirènes... rien pourra empêcher mon règne sur cette île. Qu'importe s'il débutait dans le sang, je ne laisserai pas passer cette chance d'offrir un nouveau Royaume à ma progéniture.

    D'un geste de mon Trident, un mur d'eau s'était formé entre nous et ces ombres. Une partie d'entre elles étaient venues s'échouer dessus, tandis que d'autres essayaient de le contourner. C'était futé de leur part, mais j'étais encore bien loin d'avoir fini ma démonstration de force.

    Le combat s'était poursuit du côté de la jeune femme que j'avais déjà vue auparavant et qui avait eu la délicatesse de me traiter de tête de plancton. Elle voulait se montrer discrète, mais les dieux ont l'ouie fine. Je l'aurai tué, même à distance si j'avais pu, mais je me doutais que ça ne ferait pas plaisir à ma fille qui l'avait choisie dans son armée. Autant la laisser mourir face à ces ombres. Je n'en serai pas responsable.

    "C'est tout ce que cette île peut faire pour se protéger ?"

    J'avais déjà mis pied ici par le passé et j'y avais perdu mes pouvoirs. Mais cette fois ci, grâce au cristal des atlantes, je comptais bien garder cette puissance en moi et rester ici à jamais. Du moins le temps qu'il faudrait pour monter ma nouvelle armée et la lancée sur Olympe.

    "Jamie. Occupe toi de Melody. Conduit là en dehors du front. Je peux m'occuper seul de ces choses."

    Etais-je un dieu trop sûr de moi ? Quand une d'entre elle m'avait foncée dessus, de l'eau s'était élevée pour l'englober totalement et la faire chuter avec elle dans les profondeurs de l'océan. Mon regard s'était posé sur Jezabel qui devait souffrir pas mal après l'attaque qu'elle venait de subir face à ces ombres. Elle était à deux doigts d'y passer et ça me satisfaisait grandement.

    "Mais que vois-je. Exactement ce qu'il me manquait."

    J'avais entendu au loin des détonations. Il y avait des coups de canons tirés. Mais ils ne venaient pas des bateaux qui avaient explosés. Ils venaient d'ailleurs, de plus loin. Et quelque chose était en train de voler vers nous. C'était exactement ce qu'il me manquait. Le pouvoir du cristal ne suffisait pas pour accomplir ma tâche. Il me fallait celui de la fée en complément.

    "Tout compte fait Jamie... Laisse cette chose qui court vite amener Melody à l'écart. Et ramène moi cette fée qui vole dans notre direction ou plutôt qui..."

    Qu'est ce qu'elle faisait ? Elle avait déviée sa trajectoire et elle ne venait plus du tout vers nous. Autre chose avait attiré mon attention. Un nouveau bateau. Mais celui ci ne voguait pas. Non. Il volait. Et quelque chose me disait qu'à bord de cette chose, se trouvait une personne qui allait nous être d'une très grande aide.

    "Je pense que le moment est venu de choisir votre destinée." avais-je dit avec un petit sourire tout en regardant le bateau continuer à flotter dans notre direction. Il n'était plus temps d'amener ma Melody à l'abri, ni même de se lancer dans la quête de la fée. J'aurai tout le temps une fois ces ennemis à terre pour achever ce que j'étais venu faire ici. Mon regard s'était porté sur Louise, Jezabel, puis Robyn. J'espérais qu'elles combattraient de mon côté. Surtout Robyn. J'avais fait une promesse à Jamie et je ne voulais pas lui faire endurer la perte d'un être chers. Puis, mon regard s'était posé sur mon cavalier.

    "J'ai toute confiance en toi, Jamie. Ne me déçois pas."

    Cela signifiait en gros que oui, j'attendais de lui qu'il ne se détourne pas de sa tâche et qu'il accomplisse notre destinée. On allait mettre un terme au règne des habitants de cette île et notre armée se tenait prête à accueillir les nouveaux venus.

    "Ta mère est à bord de ce bateau, Melody. Son sort est entre tes mains. Il l'a toujours été... Comme entre celles de ton frère, même si aujourd'hui il ne peut plus avoir la chance de se venger d'elle. Mais toi tu l'as. Il est temps de t'en servir."

    L'heure du jugement dernier...


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


« Papa est de retour...

...ma Melody ! »



Wendy Darling


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Shailene Woodley

Ѽ Conte(s) : Peter Pan
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Wendy

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 714
✯ Les étoiles : 220




Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Lun 21 Déc 2015 - 14:31


Les Profondeurs de l'Océan
«Aux filles de l’eau, que gagnent leurs bateaux. Le jour elles bravent les vagues qui les assaillent, la nuit elles mènent leur barque : Sans peur, sans faille, ployant mais ne défaillent, fortes et vulnérables. A vous, pècheresses, où trouvez-vous donc la sagesse quand ils vous blessent, de dissimuler vos tristesses. Aux filles de l’eau ... Que brillent leurs bateaux »
Elle avait du mal a se concentrer. Trop d'émotions, trop de questionnements, de doutes. Elle n'arrivait même pas a savoir si elle était réellement heureuse de revoir Peter ou non. Oui certainement mais .. une partie d'elle qu'elle muselait ne pouvait s’empêcher de douter.

Pensée heureuse, pensée heureuse, pensée heureuse ...


Rapidement elle fit remonter des souvenirs de ses frères, de Michael, de John, et rapidement ses pieds quittèrent le sol. Ses frères avaient toujours été e rocher auquel elle se cramponnait quand tout fichait de camp dans sa vie. Ses souvenirs l’apaisaient

"Prends soin de toi."


"Toi aussi Peter".

Elle avait tenue sa promesse, elle revenait a Neverland, pour lui. Rapidement elle s'envola en suivant Clochette, fonçant vers la deuxième étoile. Ça faisait des années qu'elle n'avait pas fait ce voyage et tout lui paraissait toujours plus beau. Elle n'avait même plus besoin de réfléchir, maintenant, ses pensées heureuses venaient du simple fait de voler. Sentir le vent dans ses cheveux, voir la terre qui défilait sous ses pieds... enfin les étoiles a présent. Wendy et Clochette n'échangèrent pas un mot jusqu’à ce qu'elles pénètrent a nouveau dans l'air de Neverland. Rapidement, elles s'éloignèrent de l’île pour se diriger vers l’île du Roi.

"Tu es déjà venue ?"
demanda elle a Clochette quand l’île fut enfin en vue.

Non pas qu'elle veuille lui faire la conversation, mais le silence pesant qui c'était installé entre elle la gênait Et il était intéressant de savoir jusqu’où la petite fée était allée dans le monde des contes. Intéressant de savoir ce qu'elle pouvait connaître de la piraterie. Tout a coup, elle appela Clochette et dévia, s’éloignant de l’île pour faire un détour et finit par s’arrêter devant la fenêtre de son bureau. Évidemment, depuis qu'elle avait cru a la mort de Peter, elle avait gardé celle ci solidement verrouiller La jeune femme pesta avant d'attraper son couteau et de le glisser sous le verrou pour le faire sauter, avant de pénétrer dans le bureau. Elle n'avait pas voulu attérir au milieu de la foule pour deux raisons Premièrement, elle avait besoin de se changer, une reine se devait d'être impeccable quelque soit les circonstances, surtout quand elle savait que son pouvoir tenait en grande partie grâce a l'image qu'elle c'était construite.

De plus elle ne savait pas l'accueil que réserveraient les pirates a Clochette et préférait éviter une émeute avant de la "montrer". Certains voudraient certainement la capturer pour la revendre un bon prix, tendis que d'autres essaieraient simplement de la tuer. Neverland n'était aimé que pour Tortuga. Les pirates ne s’aventuraient que rarement au cœur de cette île mystérieuse et de ses dangers.

Elle attendit que la fée daigne passer a son tour pour refermer la fenêtre et observer la vue un instant.

"Bon, c'est parti ... "
murmura elle après avoir pris une grande inspiration et déverrouillé la porte de son bureau avec la grosse clef en fer qui se trouvait dans sa poche.

Son regard devint soudain plus autoritaire, ses traits plus tendus, son dos plus droit. Elle s'approcha de son bureau pour tirer une petite sonnette qu'elle avait fait installer, avant de se planter dos a la porte, le regard rivé sur l’horizon Tout était question de mise en scène, de théâtre Au bout de quelques instants, des pas lourds se firent entendre et un homme ouvrit la porte avec brutalité, sabre tiré prêt a égorger le moindre intrus ... avant de se stopper

"Capitaine ? Mais qu'est ce que ..."


"Monsieur Crawford."
le coupa elle. Le ton était froid, impersonnel, informant le matelot que la jeune femme n’était pas disposée a répondre a ses questions. "Veuillez rassembler faire préparer les vaissaux de guerre. Maintenant."

L'homme eut comme une hésitation avant de hocher la tête et de repartir, fermant la porte derrière lui. Wendy se tourna vers Clochette et la fixa un instant d'un air peu amicale avant de hausser les épaules.

"Fais comme chez toi"
murmura elle en regardant la petite fée se balader sur son bureau ou étaient entreposés pelle mêle des comptes, des dessins de Neverland et de ses habitants, de l’île, des listes de noms dont la moitié était barrées et quelques cartes...

Wendy se détourna pour s'approcher de son armoire et prendre des vêtements secs. Rapidement, elle fit passer sa chemise mouillée par dessus son dos pour rapidement passer la sèche Elle dut se retenir de toute ses forces pour ne pas jeter un coup d’œil a Clochette, voir si elle avait vue les cicatrices qui barraient son dos, ses hanches ... Fais mine de rien se dit elle en retirant son pantalon pour en passer un autre avant de prendre de nouvelles bottes. Un bruit de gong retenti dans l'espace, faisant presque trembler les murs.

Elle passa a nouveau sa ceinture d'armes autour de son cou et tira rapidement sa carte sans la déplier. Bon, elle était en parfait état. Super. La jeune femme se tourna en suite vers Clochette, l'évaluant du regard.

"Bon, on va faire simple pur que toutes les informations puissent rentrer dans cette petite tête. Ici, tu risque juste de te faire choper par des hommes qui n'auront aucun scrupules a te tuer, te vendre, ou te piquer sur un tableau de chasse entre deux papillons exotiques. Alors ... soit tu reste a proximité de moi, soit ... je ne pourrai pas assurer ta sécurité."

Et bla bla bla... Et vas y qu'elle pouvais se protéger toute seule et patati et patata ... Wendy leva les yeux au ciel. Au moins elle l'avait prévenue, qu'elle ne vienne pas se plaindre si des pirates essayaient de l'attraper. Ou de la tuer.

"Aller on y vas. "

La jeune femme ouvrit la porte du bureau, laissa sortir Clochette qui pris tout son temps, et referma a clef derrière elle. Puis elle descendit rapidement les marches de l'escalier et passa a coté de la table des Seigneurs des pirates pour se rendre dehors. Puis elle se dirigea vers le port intérieur a l'ile ou étaient la plus part dde ses navires. Face a elles, une foule de pirates s'activait avec frénésie, chargeant les batiments d'armes et de vivre, le tout accompagné de cris de tous cotés.

Tout a coup il y eut comme un mouvement derrière et rapidement une bagarre s'engagea. D'un geste brusque Wendy dégaina son arme et la pointa sur un pirate qui s'immobilisa instantanément la fixant avec de grands yeux bêtes tendis que dans sa main son bonnet remuait tout seul.

"Je ne le dirai qu'une fois l'ami, lâche la."


L'homme se redressa, hésitant, avant d'attraper son arme. Au moment ou il la pointait sur Wendy, elle tira, le touchant en plein cœur L'appas du gain l'avait poussé trop loin, encore. Son corps s’effondra mollement alors qu'elle se pensait vers lui et récupérait le bonnet écrasé sous son ventre d'un geste sec avant de promener ses yeux sur la foule qui les observait. Personne n'avait remarqué l'éclat de douleur qui avait traversé ses yeux lorsqu'elle l'avait vu tomber, ni la crispation qui avait pris possession de son être, ni cette nausée insuportable. Mais ici .. c'était l’île du Roi, le centre de son pouvoir. Elle devait le maintenir fort. Implacable.

"Qu'est ce que vous faites encore la ? Allez vous préparer !"

Elle se détourna brusquement pour reprendre sa route avant d'ouvrir le bonnet et de regarder dedans.

"Toujours en vie ?"


Sans douceur elle fit sortir la fée avant de grimper sur l'Aube Rouge. Elle l'avait fait sortire de la uniquement parce qu'elle avait besoin d'elle c'était tout.

"Tu penses que c'est vraiment Peter ? Le vrai ?"


Malgré elle, Wendy ne pouvait s'epecher d'être rongée par le doute. Ca semblait trop beau pour être vrai. C'était trop soudain, trop .. blessant de se dire qu'il avait réélement fait ce choix. De les sacrifier tous. L'équipage s'agutina rapidement devant le pont supérieur, attendant ses explications.Pourquoi partaient ils aussi nombreux ? Habituellement elle ne prenait avec elle que trois batiments pas tous ! Elle déglutit difficilement, essayant de calmer les battements frénétiques de son cœur Comment allait elle leur annoncer la nouvelle ? Leur faire un grand discourt ? Ils ne comprendraient pas ou si ils le faisaient pinailleraient, et au final elle perdrait du temps. Il fallait donc présenter les choses sous un autre angle .

"Messieurs ... Nous partons pour Neverland. La fée Clochette ici présente nous aidera a atteindre l’île Elle est sous ma protection. LOmbre va enfin payer tous ceux qu'elle a envoyé dans les ténèbres ... Que le chant résonne."

Elle se tourna vers l'un de ses hommes et déclara

"Hissez nos couleurs..."

Rapidement le murmure parcourut la foule avant de devenir plus fort, une clameur qui s'élevait au milieu des arbres brandies vers le ciel. Rapidement cependant, ils se dispersèrent pour finir les préparatifs et entamer le voyages. Ils n'avaient besoin que de charger des armes aussi les bateaux furent ils rapidement prêts Installée a la barre, Clochette non loin, Wendy manœuvra le navire pour le faire sortir par le canal, avant de rejoindre la mer.

"A toi de jouer."


La petite fée se redressa et épousseta un instant sa jupe avant de se s'envoler pour passer au dessus de la dizaine de bateaux de combats qui se trouvaient la. La poussière d'or se déversa rapidement sur le bois des bâtiments et les couvrit, les faisant briller comme si ils étaient recouverts de paillettes. Lorsqu'elle revint près de Wendy, elle était épuisée et volait en zigzag avant de se laisser tomber juste devant la reine. Celle ci l'observa un instant en se mordillant la lèvre avant de lui proposer un peu de rhum pour se requinquer.

Les bateaux prenaient lentement de la vitesse, avant de se mettre a fendre les flots avec une rapidité qu'elle n'avait jamais vu. L'Aube Rouge prit la tête de l'expédition pour les mener vers Neverland.

* * *

C'était ... une hécatombe. La fin vraisemblablement de la flotte de Barbe Noir qui explosaient en mille éclats non loin de l’île Mais c'était tôt, beaucoup trop tôt ! Les ombres volaient par dizaine et détruisaient tout sur leurs passage. Elle ne comprenait pas mais ce n'était pas le temps de réfléchir.

"A VOS ARMES ! CHARGEZ LES CANONS !"


D'un geste, elle se tourna vers Clochette ... qui n'était plus la. Au loin, elle voyait le lutin qui volait a toute vitesse vers l’île, en la laissant seule. La jeune reine pesta mais se détourna rapidement. Ce n'était pas comme si elle n'en avait pas l'habitude, on ne pouvait compter sur personne dans ce bas monde. Rapidement, les hommes s'agitérent comme des fourmis sur le pont, prenant leurs positions alors qu'un autre a l'aide de drapeaux faisait passer les messages. Le martellement des pas sur le pont, les ordres beuglés a tout vas, le bruit des armes qu'on armaient ... Wendy observait tout cela avec une certaine fierté alors que les battements de son cœur s'accéléraient peu a peu. Elle attrapa ses cheveux et les tressa grossièrement pour ne pas qu'ils lui tombent dans les yeux avant de rajuster son tricorne. De la ou elle était elle pouvait voir un immense mur d'eau que les ombres tentaient d'éviter.

Quand a l’île du crane ... Elle produisait une fumée noirâtre et grasse et semblait produire des dizaines d'ombres a chaque minute qui s’échappaient de sa bouche pour rejoindre la bataille. Ou foncer vers ses bateaux en l’occurrence En moins de temps qu'il ne fallut pour le dire, les cannons se mirent a tirer alors que les choses s'attaquaient a ses navires. Rapidement leurs contactes fut fatale et elle vit deux bâtiments - l'Albatros et le Windows - sombrer rapidement. Les marins sautèrent a la mer en essayant d’échapper a la mort pour se diriger vers l’île ou vers le navires voisins. Sauf que quelque chose semblait ... Elles ne pouvaient pas toucher l'eau. C'était pour cette raison que les marins s'en sortaient et qu'elles semblaient se dissoudre a son contact ?

Tout a coup une ombre couvrit les navires, lui faisant lever les yeux pour a^ppercevoir ... un bateau en nuages ???


©️ one more time.


Wendy 100%

8 bateaux / 10

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
L'Aventure nous tends les bras

Vivre ce n'est pas sérieux, ce n'est pas grave. C'est une aventure, c'est presqu'un jeu. Il faut fuir la gravité des imbéciles et voir toujours plus loin.
   
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t29803-une-seule-fill http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t41789-rps-de-la-reine-des-pirates-wendy-darling

Robyn W. Candy


« Pas de main,
pas d'arlequin ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Jennifer Lawrence

Ѽ Conte(s) : Les mondes de Ralph
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Vanellope Von Schweetz, ou la princesse d'un royaume de sucreries qui préfère conduire des voitures en gâteaux

☞ Surnom : Even

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2339
✯ Les étoiles : 388




Actuellement dans : « Pas de main,pas d'arlequin ! »


________________________________________ Mar 22 Déc 2015 - 0:35





Poséidon ou pas Poséidon, telle est la question!


Choisir sa destinée. C'était quoi ? « Rejoignez le côté obscur de la force, on a des cookies » ? Poséidon se ramenait, et il prenait le contrôle des opérations. Le message était clair en tout cas. On est avec lui, ou on s'en prend plein la gueule. Le choix était vite fait pour moi, je n'avais pas eu besoin de grand chose pour savoir ce que je voulais.

Je profitais de l'arrivée du bateau volant pour me rapprocher de Jamie. Aussitôt, je sentie un malaise m'envahir, et je posais une main sur ma gorge encore endolorie. Arrête tes conneries, Robyn. C'était pas un putain de jeu. On venait encore de tous risquer nos vies, on aurait pu tous y passer. Cette sirène aurait pu me briser la nuque, un crocodile aurait pu dévorer quelqu'un... C'était pas le moment de faire la conne.

- Fais pas ça.

Je m'étais mise juste face à lui, en essayant d'être le plus proche de lui sans pour autant le coller. Il fallait qu'il entende, malgré mes murmures. Je le regardais droit dans les yeux, et j'essayais de lui faire comprendre, sans avoir à tout dire à voix haute. Bordel Skyrunner, ne suis pas ce dieu. Fais pas de conneries. Sois de mon côté, pour une fois.

- S'il te plaît, fais pas ça. D'accord ?

J'avais légèrement levé la main pour frôler du bout des doigts la sienne. C'était sûrement totalement con, de faire ça. À quoi ça servait ? Mais je détestais voir ça. L'autre dieu qui disait qu'il était son « fils ». Qui lui parlait comme si il était un putain de soldat. Je trouvais ça pire que le voir câliner une sirène. Parce que là, je savais qu'il avait le choix. Et qu'il choisissait le mauvais.

Je lui tournais le dos et fixais à mon tour le bateau qui volait vers nous. Je sentais mon cœur qui battait toujours trop vite. Ça devenait taré. Totalement taré. Le dieu voulait que Melody butte sa mère. Mais pourquoi faire ça putain ! Sa mère était en vie, c'était pas censée la mettre de bonne humeur ? Moi on m'aurait dit que j'avais une mère, j'aurai gueulé mais j'aurai pas essayé de la tuer ! Je l'aurais bien dis à la sirène, mais on m'aurait sûrement fait regretter.

Le bateau se rapprocha encore, et je fronçais les sourcils, alors que quelque chose fut lancée par dessus bord, vers nous. Il eu comme un arrêt sur image. Avant que quelqu'un pousse un cri et que le truc explosa dans un jet de couleur. Il y eu des exclamations enfantines, et en relevant la tête, je vis que le navire était remplis... d'enfants perdus. Ok.

- Putain mais ils nous attaquent !

Je me jetai au sol pour éviter une bille de peinture qui éclata à quelques mètres de moi. Bon, fallait avouer quand même que leurs projectiles étaient super cool. C'est plus drôle de voir quelqu'un plein de peinture plutôt que de sang. C'est plus... joyeux, d'une certaine manière. On peut mourir ou pas en se prenant de la peinture en pleine tête ?

J'entendis tout à coup un grand derrière moi et j'eus juste le temps de me relever pour courir alors qu'une oie se mette à courir derrière moi en arrêtant pas de gigoter ses ailes, le bec grand ouvert. Je poussais un cri quand elle essaya de me mordre les fesses, et j’accélérais la cadence, en évitant des projectiles qui arrivaient de partout. Oui, en gros, c'était ridicule.

Mais les enfants perdus arrivaient de partout, en poussant de grands cris de sales gosses sur-excités. Nous étions tous encerclés, tandis qu'ils sortaient de la forêt. Je tournais la tête pour les regarder débarquer, quand je sentie quelque chose me pincer méchamment la cuisse. Je poussais un cri, en manquant de tomber. Bordel de merde, cette oie était sauvageonne ! On a le droit de traiter une oie de connasse ou c'est de la maltraitance animale ?

Je sautais par dessus une bille lancée vers moi et la volaille en profita pour me choper cette fois la cheville avec son horrible bec. Putain, ça faisait super mal ! Je plissais le visage de douleur, en serrant les mâchoires pour pas brailler. Franchement gonflée par ses attaques de vicieuse, je m'arrêtais d'un coup, me retournais, le poing levé... et lui mis un énorme coup en plein dans sa tête de poulet. Elle poussa un « gloups ? » étonné, ses yeux sadiques écarquillés de surprise, et elle s'écroula au sol vers l'arrière, le cou tendu sur le sol. Je venais de donner un coup de poing à une oie. Tout va bien. Mais tout le monde est témoin qu'elle l'avait cherché la première, hein ?

J'entendis tout à coup quelqu'un m’appeler doucement. Je tournais la tête vers la forêt, et vis Aaron derrière un gros buisson, qui me faisait signe de venir. Je fronçais les sourcils, en le regardant. Il se cachait des autres. Ça voulait dire qu'il n'était pas avec Poséidon. C'était ça, non ? Je jetai un coup d'oeil à Jamie, qui était plus loin, occupé. Je sentie mon cœur se tordre. Je ne pouvais pas faire ça. Bordel.

Je pris une grande inspiration, les yeux fermés, avant de me rapprocher de Jezabel, qui venait d'éviter une bille, pour lui attraper l'épaule et murmurer à son oreille. C'était la plus proche de moi. Et c'était aussi celle qui pourrait comprendre.

- Reste pas là. T'es qu'un pion pour eux. Ne te fais pas avoir.

Je la relâchais et profitais de la cohue et de la peinture qui éclatait partout en un brouillard épais pour rejoindre en courant Aaron. Je me glissais juste à côté de lui, le cœur battant tellement fort que j'avais l'impression qu'il se trouvait dans ma gorge.

- Rassure moi, nous on est les gentils hein ?

En gros, qu'on était ceux contre ce dieu louche. Parce que je venais juste de claquer la porte au nez du côté obscur. J'avais appris qu'ils avaient pas de cookies.


Robyn: 80% et mutilée par une oie



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Pour some sugar on me
Can't explain all the feelings that you're making me feel, my heart's in overdrive and you're behind the steering wheel. Just listen to the rhythm of my heart, there's chance we could make it now.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t10164-jump-into-your-racing-car-and-say-sugar-rush#87059

Louise Hollen


« Dit-moi oui Malory,
dit moi oui oui ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Rachel Mcadams

Ѽ Conte(s) : Les douze fréres / Les cygnes sauvages
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Elisa : la soeur

☞ Surnom : Lou, Loulou, P'tit Lu, Pollen



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 6521
✯ Les étoiles : 3140197




Actuellement dans : « Dit-moi oui Malory, dit moi oui oui ! »


________________________________________ Mar 22 Déc 2015 - 20:33


Les profondeurs de l'Océan

ou commment dégonfler l'égo surdimentionné d'un dieu
"Ne bouge pas"

Elle c'était pétrifié quand il avait mis la main sur ses épaules avant de sentir l'habituel chaleur bienfaisante qui se répandait dans son corps. Elle l'observa les yeux ronds, la bouche légèrement entre ouverte. C'était la première fois qu'on la soignait de la sorte, c'était la première fois qu'on faisait ça et elle cru décelé un éclair dans les yeux du jeune homme qui lui indiqua qu'il ressentait ce qu'elle absorbait a chaque fois.

"Toi aussi tu ..."
Elle s’arrêta, ce n'était pas le moment. "Merci Jamie. Vraiment." Repris elle en mettant le plus de gratitude possible dans ses paroles avec un sourire doux. Il avait pris sa douleur, elle savait ce que ça faisait, alors plus que le fait de la soigner c'était le geste qui l'avait touchée.

Mais les sirènes avaient décidés de revenir a la charge, et Jamie leur expliqua ce qu'elle avait compris : ils étaient dans les ennuis jusqu'aux cou. Ou aux genoux pour le moment. Elle avait hoché a tête a ses paroles en se disant qu'il faisait tout de même un bon chef de groupe. Ce qui se passa par la suite, elle aurait été bien en peine de le décrire. Elle savait qu'il y avait eut de l'eau, des éclaboussures et Jamie qui menait un combat impitoyable contre la sirène blonde. De toute façon, même si elle voulait l'aider, elle savait que si elle intervenait, elle le gênerai plus qu'autre chose. Alors elle avait obéis, tenté de remonté malgré le fait que les sirènes essayaient de les noyer pour finalement se hisser a l'extérieur. Avec Melody, elle était penchée vers l'ouverture pour aider les autres a remonter avant qu'ils soient enfin tous a l’abri, ce qui évidemment ne dura pas.

Une femme se joignit a leur petit groupe, et rapidement tout le monde compris qu'elle avait un accord avec Melody. Lequel ? Un assez important pour qu'elle menace Jamie ... et face intervenir Poséidon.Elle vit sa main se refermer sur quelque chose qui ressemblait beaucoup au cristal et hocha la tête aux paroles de Jezabel en serrant les poings, furieuse. Il avait fait du mal a Kida, il n'y avait pas a en douter. Le dieu ce mit en tête de diriger Neverland, estomaquant la jeune femme. Il se décidait a conquérir l’île comme ça ? Sans ... Non mais pour qui se prenait il ? Mais elle n'eut pas le temps d'intervenir que les ombres attaquaient de toutes part alors qu'il créait un mur d'eau. Si Poséidon avait le cristal ...

"Ta mère est à bord de ce bateau, Melody. Son sort est entre tes mains. Il l'a toujours été... Comme entre celles de ton frère, même si aujourd'hui il ne peut plus avoir la chance de se venger d'elle. Mais toi tu l'as. Il est temps de t'en servir."


Ce fut ce qui la fit craquer. Faisant fi de toute prudence, la princesse s’avança vers le dieu pour se planter devant lui. Il était hors de question qu'elle le laisse faire. Ça non. Elle n'avait personne pour la protéger et savait qu'il n'accepterai certainement pas qu'on lui tienne tête de la sorte, pourtant elle ne se démonta pas. Après tout elle avait réussi a s=prendre soin d'elle pendant des années non ? Ce n'était pas un dieu mégalo qui allait lui faire peur.

"D'abord Atlantide et en suite Neverland ? Non mais faut vous calmer ! Vous vous prenez pour qui a vouloir devenir le maître de l’île comme ça ? Aux dernières nouvelles le fait que vous ne soyez QUE une créature des titans ne vous donne en aucuns cas le droit de décider si oui ou non un endroit doit être dirigé par un dieu ! Vous ne nous êtes PAS supérieur ! Vous êtes peut être plus fort mais ça ne vous donne pas le droit d'imposer vos choix comme ça !"

Vraiment c'était quoi cette manie de se pensé au dessus de tout ? Elle abborhait ça, et avait juste envie de lui mettre une baffe pour lui remettre les idées en places. Ce n'était pas parce qu'il avait son nom dans quelques livre de mythologie qu'il avait le droit de se penser tout puissant. L’univers ne tournait pas autour de sa petite personne.

"En suite cette fille s'appelle JEZABEL, c'est l'AMIE de votre fille pas un de vos soldats et ce n'est pas un objet alors vous serez gentil de bien vouloir faire preuve d'un minimum de respect et la traiter comme un être HUMAIN ! Et pour finir : je pense avoir saisi que vous avez des problèmes avec votre ex, mais de la a proposer a Melody de la tuer ... Vous connaissez pas les thérapies de couple ? Qu'est ce qu'il y a vous êtes trop lâche pour un face a face et vous préférez l'envoyer faire la sale besogne au risque de détruire l'équilibre émotionnel fragile de votre enfant ? "


Et ça ... Elle connaissait Melody depuis assez longtemps pour pouvoir dire qu'elle était totalement instable émotionnellement parlant. Elle était bien plus fragile que ce qu'elle voulait bien faire croire et avait un besoin d'attention et de reconnaissance presque effrayant. Tuer sa propre mère la bousillerai définitivement

"Et après vous voulez nous faire croire que vous êtes un bon père ?"


Elle le fusillait du regard, les poing sérrés, prête a lui sauter a la gorge. Elle n'aimait pas Melody, elle le savait. Mais ça ne l’empêchait pas de vouloir la préserver un minimum, cette gamine était bien trop abîmée pour pouvoir encore supporter les épreuves que lui infligeait son père. Quand a lui, il la fixait avec un regard de glace, les trais tendus, la mâchoire serrée. Non seulement elle avait remis en cause ses qualités discutables de chef de famille, mais en plus son courage, son honneur et avait essayé de dégonflé son ego. Il n'avait pas le choix, face a un tel manque de respect, il se devait de réagir. Montrer aux autres que personne ne lui parlait sur ce ton. Très lentement son regard dévia vers Melody et il lâcha, articulant chaque syllabe avec soin alors que sa voix laissait transparaître sa colère :

"Est ce qu'elle a la moindre importance pour toi ?"


Louise ne bougea pas, les yeux brillants de rage, continuant a le fixer alors que Melody, après un court temps de reflection, hochait négativement la tête. Elle n'avait pas besoin de traduction, non seulement Poséidon était en train de planifier sa mise a mort, mais en plus la sirène confirmait que non, Louise n'avait aucune importance pour elle. Et ça n'étonna même pas cette dernière, malgré tout ce qu'elles avaient vécu ensemble. Malgré le fait qu'elle l'ai protégée, soignée et empêcher de se vider de son sang alors qu'elle même était au plus mal. Et pourtant elle l'avait toujours détesté. Au final on s'y faisait, après tout on ne pouvait pas s'entendre avec tout le monde et la seule raison pour laquelle elle se sentait malgré elle liée a Melody et voulait continuer de la protéger était Aaron. C'était lui, et seulement lui qui permettait qu'elles se fréquentent et que Louise la supporte.

Poséidon ne se le fit pas dire deux fois et en une seconde il se trouva devant la princesse a la tenir par la gorge, la soulevant en serrant les doigts. Son regard était glaciale, froid, et pas une ombre de sourire ne venait planer sur son visage habituellement avenant. Pour un peu elle se dit qu'il la haïssait vue la manière dont il la fusillait du regard.

"Lâche la tout de suite."


L'ordre avait claqué dans l'air, impérieux, qui ne laissait aucune place a la discussion Le dieu des océans ne tourna même pas la tête alors que de la ou elle était, Louise pouvait voir Aaron qui se tenait la, un bâton a la main a les regarder l'air en furieux. La joie qu'elle ressentie a la vue du jeune homme en bonne santé fut rapidement étouffée au sens propre du terme au moment ou sa gorge se faisait serrer. Le regard toujours rivé sur celui de Louise, sa main resserrant sa prise pour l’étouffée, il lâcha simplement un :"Il est temps que tu règles le problème." a sa fille. Celle ci se tourna vers Aaron.

"Aaron, ne te mêle pas de ça."


"Il la lâche et tout de suite."


Sa main était serrée sur le manche de son bâton, et son regard ne laissait aucune place a la discussion Il était prêt a attaquer, prêt a le frapper, son bras tremblant légèrement sous l'effort qu'il faisait pour ne pas agir sur l'instant.

"Règle ça une bonne fois pour toute."


QUOI ? Non ! Louise suffoquait, ne parvenait pas a respirer et ses mains agrippaient celle du dieu depuis le début en espérant lui faire lâcher prise. Non, pas Aaron. Il ne pouvait pas ordonner a Melody de le tuer pas LUI ! Personne ne touchait a Aaron, personne ! Elle se débâtit aussi fort que possible mais en vain. Non seulement la poigne du dieu était surpuissante, mais sa force a elle était diminuée par le manque d’oxygène Mais tout a coup il la lâcha, la laissant s'écraser sur le sable en portant la main a sa gorge brûlante Elle toussa, pliée en deux pour espérer calmer les battements frénétiques de son cœur Le dieu venait de tourner son trident vers une ombre qui venait de lui foncer dessus. D'un geste brusque, il lui planta dans la tête, la rendant matérielle pour qu'elle s'écrase au sol. Une fois cela fait, il écrasa sa tête d'un coup de pieds puissant, avant de se retourner vers sa victime précédente .. pour se rendre compte qu'elle avait disparue.

Il fit un signe de tête au cavalier.

"Tu la trouves et tu la tues."


Puis il s’avança vers le bateau volant. Quand a la princesse, lorsqu'elle avait repris assez d'air, elle n'avait pas perdu une seconde pour s'éloigner du dieu. Son geste avait été stupide mais pour le coup, elle ne regrettait rien. Jamais elle n'aurait pu ignorer les agissements du dieu, jamais elle n'aurait pu faire comme si de rien n'était. Jamais elle n'aurai pu le laisser agir sans rien faire, jamais elle n'aurait pu le suivre. L'ordre donné a Jamie lui parvint aux oreilles alors qu'elle était adossée au tronc d'un arbre. Sans hésiter, elle s’enfonça de quelques mètres dans la jungles pour se re mettre derrière un arbre et s'y adosser en soupirant. La tête lui tournait et elle avait envie de vomir. Louise ferma les yeux en essayant de calmer les battements désordonnés de son cœur Inspirer, expirer. Se concentrer sur l'air qui gonflait ses poumons, pas sur sa gorge qui la brûlait Lentement, les yeux toujours clos elle joignit les mains a plat devant elle et se concentra, faisant apparaître une lumière sur son front, son étoile d'or. Elle puisait dans sa magie pour se soigner avant de retourner au combat. Jamais elle ne laisserait qui que ce soit, ni Melody, ni Poséidon ni personne faire du mal a ceux qu'elle aimait. Et pour ça ... elle ne devait pas être un poids, elle devait être prête

Elle sentit la magie se déverser dans son corps, lui faire un bien fou. Les douleurs a son dos et a sa tête disparurent instantanément en même temps que celles de ses cotes alors que les traces de la main de Poséidon sur son cou disparaissaient a leur tour. Ses muscles endoloris se détendirent un peu lui permettant de les bouger sans avoir trop mal. Enfin, elle s’arrêta, déconcentrée par un bruit. Elle se plaqua a son tronc avant de lentement se détacher en sentant son regard se teinter d'un masque de tristesse résolue. Elle avait un cavalier après elle non ? Elle n'avait aucune chance de s'en sortir, aucune.

Une boule se forma dans sa gorge alors qu'elle reculait lentement. Elle aurait aimé revoir Diane et Apollon, Alexis et Peggy, revoir Sebastian pour lui expliquer la suite de ses découvertes, passer du temps avec Trojan et faire tant d'autres choses ... Ses mains se mirent a trembler et elle serra les poings en essayant de repousser la panique qui commençait a l'envahir. Non, elle ne se laisserait pas faire. Jamais plus.



Louise : 30% + 40 % = 70%

Je t'attends Jamie !



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Le Club des Racines !
 
Non, j'avoue ca fais moche... vous avez des idées ?
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t13704-louise-hollen-en-cour http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t13932-amis-et-enemis-de-lou http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t16326-la-vie-trepidante-ou-pas-de-louise-hollen#159259

Arya Pan


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Maisie Williams

Ѽ Conte(s) : Peter Pan
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Skunk & dorénavant... Peter Pan !

☞ Surnom : Fanny

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 159
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mar 22 Déc 2015 - 23:23





Une fille vaut bien mieux que vingt garçons...


Il avait dit QUOI le blondinet ? Lui ? Devenir maître de Neverland ?! Il n’avait rien compris, strictement rien compris… On ne prenait pas l’île de force, on ne faisait qu’un avec elle, c’était comme ça que ça marchait et pas autrement. J’avais eu raison de ne pas leur faire confiance à toutes ces adultes et tout en les regardant les uns après les autres, je sentais une rage folle monter en moi. J’avais la gorge nouée, la bouche amère, les yeux en feu. Je les avais accueillis, tant bien que mal, on leur avait montré quelques secrets, on les avait fait manger à NOTRE table, j’en avais sauvé quelques-uns et maintenant ils voulait nous prendre NOTRE terre ? Nous écraser comme de misérables insectes ? Oh que non môsieur, c’était pas comme ça que ça marchait ! Skunk était peut-être un enfant perdu, mais Skunk était avant tout une battante, une guerrière et Skunk ne se laisserait pas faire, même si Skunk parle d’elle à la troisième personne du singulier parfois…

Mais je m’étais vite aperçue que même sans rien dire et sans rien faire, ils avaient l’air de très bien se débrouiller pour s’auto-détruire. Le blondinet au Trident avait un air plus que suffisant, pire que le poulpe, j’avais envie de lui écraser sa tronche gominée. Mais j’avais la désagréable impression que cet adulte-ci était plus dangereux que les autres, peut-être sans doute à cause de son Trident et à cette impression qu’il dégageait que rien ne pourrait l’atteindre. Si j’avais tout compris, c’était un dieu et même si j’adorais dire ce que je pensais tout le temps, sans me soucier de faire du mal, Peter m’avait appris à devenir plus sage et réfléchir, à connaître son ennemi avant d’attaquer et celui-là, j’avais la vague impression que je ne devais pas l’attaquer de front, que je n’étais qu’une mouche face à lui. Mais s’il voulait Clochette, ça allait mal se passer ! J’avais fini par comprendre à quel point les fées étaient importantes et même si je détestais Khloé, c’était quand même MA luciole, y’avait que moi qui avait le droit de me prendre la tête avec elle ! Moi et Wendy, ok ? On semblait avoir des alliés parmi les adultes : Robyn et Louise notamment, même si cette dernière semblait plutôt mal en point à cause de monsieur Trident.

Les enfants perdus avaient débarqués pour certains et nous étions à présent un petit nombre aurpès des adultes. Il y a avait clairement plusieurs camps de tout partout et tout le monde était plus ou moins occupé à se taper sur la tronche mais nous ils fallait que nous concentrions nos force sur une seule chose : ces fichus ombres ! Et je m’occupais aussi de garder un œil sur ce dieu que je n’aimais pas… J’espérais que Pan reviendrait bientôt pour lui botter le train hors de notre île et s’il ne revenait pas… je m’en chargerais pour lui, peu importe le prix qu’il faudrait payer. Ce type avait un point faible, comme tout le monde après tout, il fallait juste que je le trouve.

- Enfants perdus, préparez-vous à l’attaque !

Ils s’étaient tous mis en position derrière moi, sortant leur arme favorite, allant du lance-pierre au gourdin, sans oublier nos fameux pistolets à peinture et notre oie mordeuse de fesses.

- Si elles veulent nous attaquer, elles auront la guerre, pas vrai ?

J’avais levé le point en l’air et les troupes avaient hurler d’une même voix pour faire entendre le entendement. J’avais récupérer Jezabel et Robyn :

- Restez avec nous, ok ? L’une d’entre vous aurait du feu ?!

Jezabel se manifesta et je lui montrais le gros bout de bois que j’avais dans la main. En quelques secondes, la chose se transforma en torche. C’était des ombres, ça craignait forcément la lumière, non ? Je jetais un dernier mot d’encouragement à mes troupes :

- Soyez fier de vous battre et n’oubliez pas ! Ne vous faîtes pas toucher, sinon, BOOM ! Vous êtes prêts ? AAAAAAA l’AAAAATTAAAAAAAAAAAQUE !!!

Tous ensemble, les enfants perdus s’étaient mis à fendre l’air de leurs armes pour tenter de toucher les ombres. Jezabel et Robyn nous venaient en aide mais, il fallait tout de même l’avouer, nous étions moins efficace que l’autre brushingé que je continuais toujours à regarder du coin de l’œil. Tout en balançant ma torche droit sur les ombres, je virevoltait, comme si mes attaques n’étaient qu’une danse, une danse de l’eau, habile et agile. Mais, tandis que je tournais, une ombre fonça droit sur moi et me frôla, me brûlant superficiellement au bras.

- Mais ça pique !!!

J’avais porté ma main à mon bras avant de voir une autre ombre fondre droit sur Robyn.

- ROBYN ATTENTION !

Elle était parvenue à reculer, mais trop tard, l’ombre l’avait frôlée, elle aussi. Tout en continuant de combattre avec ma torche, je m’approchais de la jeune femme pour regarder son épaule. C’était l’une des rares qui nous soutenait, j’aurais largement préférée que ce ne soit pas elle…

- Ça va ? ça pique un peu hein ? Mais ça va aller ! On va y arriver !

Jezabel s’était alors approchée et je m’étais rendue compte qu’elle, elle n’avait pas dit grand-chose quand monsieur Brushing avait proposé de devenir le maître de l’Univers :

- Tu te rends compte que tu combats à nos côtés-là ? Ne crois pas une seule seconde que je prêterais allégeance à ce dieu. Il n’a rien à faire ici et si tu ne le vois pas, c’est que tu n’as rien compris. Moi je ne crois pas aux belles histoires avant de s’endormir… Ne fais pas l’erreur d’y croire Jezabel.

Une ombre était arrivée derrière elle et j’avais donné un nouveau coup dans les airs en sa direction pour la faire reculer. Puis je l’avais regardé droit dans les yeux :

- Demande-toi si lui l’aurait pour toi. Pas elle (je montrais Melody d’un signe de tête) mais LUI. Parce qu’en définitive… si tu nous choisis pas nous, c’est lui que tu choisis, pas ELLE.

Puis j’avais détourné les yeux pour retrouver mes troupes. C’étaient eux les plus loyaux dans cette histoire après tout.

- C’est ça, continuez ! On va les avoir !

Et je ne parlais pas seulement des ombres… S’il monsieur Trident décidait de nous faire plier le genoux, on allait tous devoir choisir un camp. Et j’avais déjà choisi le mien. Comme je l’avais dit, je ne croyais pas aux belles histoires que l’on raconte avant de s’endormir.


Skunk : 80%
Robyn : 70%

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

         
Circule avant qu'j'te bouscule !
Prepare to join the adventure... ⊹ I'm worse at what I do best, and for this gift I feel blessed ! Our little group has always been and always will until the end !

Aaron McAdams


« Vous auriez pas
une dinde au four ? »


avatar




╰☆╮ Avatar : Jesse Eisenberg ♥

Ѽ Conte(s) : Hercule ϟ
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ☣ Aaron ☣ un demi dieu. ϟ

☞ Surnom : seb ☮



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1357
✯ Les étoiles : 19




Actuellement dans : « Vous auriez pas une dinde au four ? »


________________________________________ Mer 23 Déc 2015 - 13:33






    Ariel n'était pas ma mère. Mon père m'avait mentis ou alors je n'avais pas compris ce qu'il voulait me dire par "elle est ta soeur". Est ce qu'il parlait de quelqu'un d'autre que Melody ? Est ce qu'il tentait de me faire comprendre quelque chose que je n'avais pas réussi à saisir ? Si il était comme moi, chose qui devait être le cas, il ne devait pas toujours arriver à se faire comprendre. Une chose était sûre, quand je rentrerai d'ici, j'irai le voir. Je le forcerai à me dire ce qu'il voulait me dire. Je le pousserait à me dévoiler tout ce qu'il sait sur mon passé et la raison de ma présence ici. J'aurai dû le faire depuis longtemps.

    La sirène était prêtre à partir. Je ne lui avais pas répondu à ce qu'elle m'avait dit. C'était encore un peu trop dur de formuler clairement ce que je ressentais. Je m'étais contenté de hocher la tête, mettant toutes ces informations de côté pour tout à l'heure. Il restait beaucoup à faire. Peter était revenu de sa discussion avec Anna et on avait pu s'en aller, emportant Thomas avec nous. On avait pris la voie des airs grâce à de la poussière de fées que Pan nous avait donné. Une petite pensée agréable et direction la seconde étoile à droite, jusqu'au matin.

    J'avais hésité pour la pensée agréable, car c'était chaud d'en trouver une dans un moment pareil. Mais à dire vrai la seule qui m'était venue à l'esprit, c'était eux. Egéon et Melody, ma famille. J'avais grandis à leurs côtés, ou plutôt à celui d'Egéon. Je lui en voulais, je le détestais pour ce qu'il avait fait. Mais ma vie avait pris un tout autre sens en sa compagnie et en celle de Melody. Ils étaient ma pensée agréable, même en ces temps sombres.

    On était arrivé sur l'île par un autre côté. D'après Pan chacun avait un rôle important à jouer. Une fois pied à terre il avait été informé par un enfant perdu du groupe qui nous avait rejoint, qu'un nouveau venu était sur l'île. Poséidon... J'avais sentis mon coeur manquer un battement. Si lui était là, il n'y avait plus beaucoup d'espoirs d'amener Melody vers nous.

    "Ariel, il faut que tu viennes avec moi jusqu'au lagon. On aura besoin des sirènes. Thomas et Anna, vous allez vous rendre jusqu'au village. Je pense que c'est là bas qu'elle ira. Ramenez la, on aura besoin d'elle. Quand à toi Aaron..."

    "Je vais sur la plage les retrouver."

    J'étais catégorique et il n'avait pas pris le temps de peser le pour et le contre, hochant simplement la tête. On était tous partit dans notre coin, réaliser notre oeuvre. Ce que je souhaitais plus que tout c'était de me retrouver sur le front, non pas pour combattre, mais pour être proche des personnes à qui je tenais.

    En arrivant aux abords, je m'étais d'abord caché dans les broussailles. Le soleil était levé, on devait être le matin, mais ici le temps était différent de chez nous. Quoi qu'il en soit, quand j'avais quitté Londres pour la seconde fois, on allait être le matin. Une journée s'était déjà écoulée et le pire était en train de se produire. J'avais vue Louise tenir tête au dieu des océans. Elle était toujours la première à se mettre à danger, à dire aux gens ce qu'elle pensait d'eux, mais parfois mieux valait se taire. Elle se mettait en danger inutilement. On ne pouvait pas luter contre lui.

    Fort heureusement, il ne lui avait rien fait, demandant à Melody si elle comptait pour elle. Louise allait s'en tirer c'était évident. La chose qui l'était moins à mes yeux, c'était de voir la jeune femme faire un non de la tête.

    "Non..."

    J'étais en train de perdre mon amie avec ces paroles. Pourquoi elle avait fait ça ? Elle savait à quel point Louise comptait pour moi. De là où j'étais je ne pouvais pas faire grand chose et à dire vrai même sur place j'aurai pu encore moins faire. Il était bien trop fort, bien trop grand, bien trop imposant. Mais quand il avait agrippé Louise au cou, je n'avais pas hésité une seule seconde à prendre un bâton qui se trouvait là et à sortir des buissons pour m'approcher de lui.

    "Lâche la tout de suite !" ordonnais-je. Oh punaise... Voilà que je me comportais comme Louise à dire ce qu'il ne fallait pas dire, dans le pire des moments. J'aurai tellement voulu me trouver ailleurs qu'ici.

    Les paroles de Poséidon, qui n'avait pas tourné la tête pour me regarder, sonnèrent mon glas. Mais ça ne changeait rien. J'étais décidé, déterminé.

    "Aaron, ne te mêle pas de ça."

    "C'est mon amie, ma famille. Il la lâche et tout de suite."

    Des ombres avaient attaqués, tandis que Louise avait été relâchée. Il avait détruit une ombre avec tellement de facilité qu'une fois encore ça prouvait qu'on était bien inférieur à lui. Durant tout son combat et même après quand Louise avait réussi à s'enfuir et que le dieu des océans et peut être de Neverland si on n'y changeait rien, avait demandé à Jamie de s'occuper d'elle, je n'avais pas détaché mon regard de Melody. Je savais qu'on était arrivé à un point de non retour. On devait chacun faire un choix et j'avais déjà fait le miens. Restait à savoir qui elle allait choisir.

    "On devrait arrêter de se mentir..."

    Je connaissais déjà son choix. Elle passait son temps à le dire. Elle était du côté de Poséidon. J'étais son ami, mais rien de plus. Il y avait une trop grande frontière entre elle et moi. J'avais détourné mon regard quelques secondes pour voir ce qui nous entourait. Comment qu'on en était arrivé là. C'était un véritable champs de guerre. Je pensais pas un jour me retrouver au coeur de l'action, à deux doigts de combattre ma meilleure amie.

    "Je ne peux pas. Tu comprends ? J'ai accepté beaucoup de choses, mais là c'est un peu trop."

    Beaucoup trop. Je ne pouvais pas me battre contre elle. Mais je ne pouvais pas non plus me battre avec elle. Le choix lui revenait de droit. Elle pouvait se résonner et ne pas choisir son père, qui se comportait mal avec toutes les personnes qu'il approchait. Elle pouvait décider d'une vie meilleure pour elle et pour toutes les personnes qu'elle aimait. Mais au fond de moi, je savais que ce choix elle l'avait déjà fait et qu'on n'était pas du tout du même côté de la ligne.

    "J'ai adoré les moments qu'on a passé ensemble... D'avoir pu faire partit de ta famille, de ta vie..."

    Je m'étais rendu compte que j'avais toujours le bâton dans ma main, ce qui aurait pu me donner un petit avantage. Mais je l'avais lâché, le laissant tomber contre le sol. Puis, j'avais regardé Melody, avant de serrer les poings.

    "Va pas croire que je vais faire qu'encaisser."

    C'était la toute première fois que j'allais cogner sur quelqu'un et il avait fallu que ce soit elle... Si seulement elle se détournait de lui, si elle prenait la bonne décision... En plus j'avais la peau qui marquait facilement...

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

9 mois, 272 jours, 6530 heures...
lui, toi, moi ?!

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t71587-chronologie-li http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t71587-chronologie-liens-de-aaron-mcadams#708012 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t71587-chronologie-liens-de-aaron-mcadams#708012

Melody Blackstorm


« Dit-moi oui Malory,
dit moi oui oui ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Kristen Stewart

Ѽ Conte(s) : La Petite Sirène 2
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Melody, the only one

☞ Surnom : Natoune



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 6509
✯ Les étoiles : 130




Actuellement dans : « Dit-moi oui Malory, dit moi oui oui ! »


________________________________________ Mer 23 Déc 2015 - 20:39


A long time ago, we used to be friends.
...
Alors que les ombres menaçaient de nous attaquer, Jezabel perdit subitement son calme. Elle prétendait en avoir assez de me suivre. Je haussai les sourcils, perplexe quant à cette accusation. Certes, je lui avais demandée de m'accompagner, comme beaucoup d'autres, mais elle avait fait son choix. Je n'avais forcé personne. Elle sembla se ressaisir et s'excusa d'elle-même, ce à quoi je me contentais de soupirer très légèrement.

Père voulut m'éloigner du combat par le biais de Jamie. J'entrouvris la bouche, estomaquée par cette décision. Non, je refusais d'être mise en sécurité ! J'étais capable de me battre, je voulais les aider ! Père changea vite d'avis, mais pas suffisamment à mon goût : il voulait que Jezabel m'emmène loin d'ici. Je n'aimais pas trop la façon dont il parlait d'elle. Je sentais qu'il ne l'appréciait pas. Devrais-je donc me passer de ses services à l'avenir ? Je préférais ne pas y penser pour l'instant.

Puis, un navire apparut, fendant les nuages, et descendit dans notre direction. Je levai la tête afin de mieux l'observer.

"Ta mère est à bord de ce bateau, Melody. Son sort est entre tes mains. Il l'a toujours été... Comme entre celles de ton frère, même si aujourd'hui il ne peut plus avoir la chance de se venger d'elle. Mais toi tu l'as. Il est temps de t'en servir."

La voix de Père me fit frissonner. Depuis tout ce temps... Voilà que j'étais arrivée aux abords de ma destinée. Le point culminant de mon existence. Grâce au sang de ma mère, Egéon allait revivre. Je pourrai me débrouiller sans la Sorcière.

Subitement, des billes de peinture se mirent à pleuvoir, alors que des cris enfantins résonnaient autour de nous. Les enfants perdus passaient à l'attaque, menés par Skunk. Sérieusement ?

Quant à Louise, elle avait des idées de grandeur car elle répliqua des choses tellement offensantes à Père que je lui lançai un regard médusé. J'aurais pu répliquer qu'il était primordial que j'achève ma mère avec l'athamé de mon frère, mais je n'allais pas m'abaisser à me justifier. Hors de question. Elle ne m'évoquait que du dégoût mêlé à un profond agacement, même si, dans les profondeurs de mon âme, quelque chose tressautait, tel un animal agonisant. Qu'est-ce que cela pouvait bien être ? Une vieille émotion stagnante, sans doute. Trop ancienne pour qu'elle ait encore un nom.

Brusquement, la rage m'enflamma. "L'équilibre émotionnel fragile de votre enfant..." Elle voulait mon poing dans la figure ?

Elle serrait les siens et j'en faisais autant. Le fleuret tremblait de colère dans ma main. Mon regard incendiaire ne la lâchait pas. Tu te sens forte, petite princesse, n'est-ce pas ? Tu comptes tuer un dieu à coups d'Arlequin, peut-être ?

Père et elle se fixaient mutuellement, une tension palpable entre eux. Puis, je sentis son regard se poser sur moi. Sa question me troubla, car je savais exactement ce qui allait suivre. Je réfléchis quelques secondes avant de secouer la tête très lentement, sans cesser de fixer Louise d'un oeil incendiaire. Non, tu n'as aucune importance pour moi. Et ton impertinence va te coûter la vie.

En moins d'une seconde, la main de Père s'était refermée sur la gorge de Mademoiselle Parfaite. Je détournai les yeux, car même si elle ne m'était rien, cela me faisait... tout drôle que quelqu'un meurt de cette façon.

"Lâche la tout de suite."

Aaron, un bâton à la main. Qui menaçait Père. Je clignai des yeux, croyant rêver. J'étais partie à sa recherche et voilà qu'il réapparaissait de lui-même. Il avait choisi son camp. Je sentis mon coeur se serrer en le voyant tellement déterminé à secourir Louise. Encore et toujours cette fille... Il l'avait choisie.

Père m'indiqua de régler le problème, mais j'étais incapable d'esquisser le moindre geste. Etait-ce une preuve de lâcheté ? Ressaisis-toi, Melody. Ne le déçois pas. Pas si près du but...

"Aaron, ne te mêle pas de ça."

Ma voix me sembla hésitante, fluette. Ridicule. Celle d'Aaron ne trembla pas lorsqu'il insista pour que Père lâche sa bien aimée.

Il y eut une seconde de tension extrême avant qu'une ombre n'attaque. Père laissa tomber Louise pour enfoncer son trident dans la tête de la créature filandreuse. Je sursautai lorsqu'il l'acheva. Puis, il ordonna à Jamie de retrouver Louise et de la tuer. Je me rendis compte qu'effectivement, elle en avait profité pour s'enfuir.

Un fourmillement désagréable m'envahit, engourdissant mes mains et mes pieds. Je remuai légèrement les doigts autour du pommeau de mon fleuret.

"Règle ça une bonne fois pour toutes."

Cette phrase résonnait dans ma tête à l'infini, me rendant presque folle. Je tentais d'en extraire chaque substance, afin de nier l'évidence. Peut-être que Père ne voulait pas dire ce que j'avais cru comprendre, ce que j'avais lu dans les yeux de Louise ? La peur... On devait également la lire dans les miens.

Je ne devais pas faiblir, pas maintenant. Je relevai la tête et plongeai mon regard implacable dans celui d'Aaron. Pourquoi se dressait-il contre moi ? Pourquoi rendait-il les choses si difficiles ? Cela n'aurait pas dû se passer ainsi, et pourtant... Nous le savions tous les deux que tôt ou tard, cette frontière se creuserait. Nous étions trop différents. Il était la dernière source de lumière dans mon monde de ténèbres, et elle allait bientôt s'éteindre.

Je n'y pouvais rien. C'était ainsi. Notre destinée était d'être ennemis. J'avais lutté déjà trop longtemps contre cette évidence.

"J'ai adoré les moments qu'on a passé ensemble... D'avoir pu faire partie de ta famille, de ta vie..."

Je déglutis avec peine, songeant avec nostalgie et chagrin à tout ce que nous avions vécu, ces deux années absolument merveilleuses, les meilleures de ma vie. Pourquoi tout devait-il s'achever dans le sang et la violence ?

Mon regard s'adoucit brièvement, comme pour l'inciter à changer d'avis, à me rejoindre...

Il lâcha son bâton et j'eus l'impression que mon coeur tombait au sol en même temps que lui. J'eus besoin de quelques secondes pour retrouver mon souffle alors que j'espérais naïvement...

... mais il m'observa d'un air déterminé tout en serrant des poings.

"Va pas croire que je vais faire qu'encaisser."

Ma bouche se tordit en une grimace dévastée. Je me mordis les lèvres pour n'en laisser rien paraître et rejetai mes cheveux mouillés en arrière. Il avait fait son choix.

"Je t'ai toujours dit la vérité."
déclarai-je d'un ton étranglé, en réponse tardive à ses paroles. "Tu t'es menti à toi-même en croyant que j'étais quelqu'un d'autre."

Je me composai une expression froide tandis que je rangeai mon fleuret. Il voulait un combat à mains nues ? Très bien. J'allais lui offrir cette faveur. Nous allions voir qui était le plus fort. Je me félicitai mentalement d'avoir suivi un entraînement intensif, pendant que lui se goinfrait de sushis et de hamburgers. Malgré tout, je ne savais pas si j'aurais un avantage. Je n'étais pas certaine d'être très endurante... Même si je savais très bien encaisser les coups -merci les foyers d'accueil.

"Tu n'es qu'un idiot."
dis-je d'une voix sourde en m'approchant d'un pas, les poings serrés. "J'en ai marre que tu choisisses les faibles. Ils t'enfoncent et tu ne vois rien..."

Je savais que si je ne faisais rien, il allait continuer à défendre les mauvaises personnes. Il devait comprendre, et s'il n'y avait aucun moyen de le faire revenir de mon côté, alors...

Un frisson parcourut mon échine alors que je me stoppai net, sans cesser de le fixer.

"Passe ton chemin." ordonnai-je.

Je lui laissai une dernière chance. Il resta de marbre, bien droit. Je me mordis les lèvres jusqu'au sang. Je détestais ce qu'il me forçait à faire, et je n'éprouvais que plus de colère à son égard.

Je serrai le poing et l'enfonçai dans son ventre. Il se courba en deux sous l'effet de la douleur, mais se redressa quelques instants plus tard, légèrement titubant. Son regard fermé posé sur moi. Il ne s'écartait pas. Je laissai échapper un grognement agacé et envoyai mon poing contre son visage. La douleur explosa dans mes articulations. Cette fois, je n'avais pas retenu mon coup. Il fallait qu'il comprenne, qu'il capitule...

Je secouai ma main dans le vide alors qu'il avait plaqué les siennes contre son nez. Le sang serpentait entre ses doigts. Je ne desserrai pas les dents afin qu'il ne voit pas mes lèvres trembler. Et je contractai de nouveau les poings.

"Arrête. Tu n'es pas de taille. Tu sais bien que je ne me stopperai pas."

Pour illustrer ma détermination, je voulus lui assener un second coup dans le ventre mais sa main rencontra la mienne. Il la serra et me retourna le bras brusquement, si fort que j'entendis un craquement. Je laissai échapper un cri de surprise mêlé de douleur. Le souffle coupé, je me retrouvai penchée, entravée par cette simple clé de bras.

"Ils m'enfoncent... mais c'est toi qui me tues, petit à petit."

Sa voix restait douce, presque tragique, malgré la force dont il faisait preuve pour m'empêcher de bouger. Je tentai de me débattre, en vain. Il tenait bon. Il n'en avait pas fini.

"Ce que tu ne vois pas, c'est qu'il est en train de détruire tout ce que tu as réussi à construire."

"LA FERME !"

La fureur montait crescendo en moi et je m'en servis pour lui envoyer un violent coup de pied dans le genou. Surpris, il me lâcha. J'en profitai pour pivoter sur mes talons et me jeter sur lui, le privant d'équilibre. Son dos heurta le sol et je ne lui laissais le temps de rien que je le rouais de coups.

"Tu es mort ok ? Tu es MORT !"
hurlai-je alors que je sentais mes poings devenir poisseux de sang.

Son visage était rouge, presque méconnaissable dans le brouillard de mes larmes enragées. C'était très bien ainsi. Je ne voulais pas le voir. Je ne voulais pas... croiser son regard lorsque la vie le quitterait.

Aaron : 60%
Melody : 100%


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

★ It seems like there's oceans between you and me  ★
We hide our emotions under the surface and tryin' to pretend.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28746-en-eaux-troubles-melody-s-adventures

Anna D'Arendelle


« Mangez 5 fruits
et légumes par jour ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Soso Turner :love:

Ѽ Conte(s) : La Reine des Neiges
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Anna

☞ Surnom : Didi ou Marine



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 925
✯ Les étoiles : 62




Actuellement dans : « Mangez 5 fruits et légumes par jour ! »


________________________________________ Mer 23 Déc 2015 - 23:06





Les Profondeurs de L'Océan

We are at war

Un champ de bataille, Neverland, l’île entière était devenu un champ de bataille, et cela par la faute du père de Melody, pas besoin de le voir pour le deviner. Ça se sentait de partout, et d'ailleurs, j'avais pas spécialement, envie de rencontrer ce dieu. J'en avais vu avant lui. Arès, à qui j'avais tenue tête alors qu'il nous avait enfermé dans des cages. Aphrodite, qui avait tenté de me tuer à cause de sa ceinture. Et deux autres, brièvement, des jumeaux. Je supposais qu'il s'agissait d'Apollon et Artémis. Je les avaient tous, considéré, comme des gens plus ou moins « normaux » à qui il arrivait aussi comme nous de faire des erreurs. Mais là, lui le père de Melody, ça avait juste l'air d'être un gros con. Je tentais une dernière fois, de me calmer, avant que Pan ne nous donne un ordre à Thomas et moi même. D'ordinaire, j'aurais clairement dit à Pan, que flûte, j'étais pas sous ses ordres, et que je faisais encore ce que je voulais. Mais, là j'étais tellement remonté contre le père de Melody, que je me contenais de contracter la mâchoire, et d'acquiescer. Parce que je voulais, les aider. Parce qu'il fallait, tous être unis, si l'on voulait, avoir ne serait-ce que la moindre petite chance, de renvoyer l'autre fruit de mer, à grand coup de latte dans le derrière, là d'où il venait.

Le trajet, se fit en silence et tandis-que nous courrions, j'avais l'impression que mon cœur, allait s'échapper de ma poitrine tellement il battait fort. Pour la première fois, depuis très longtemps, j'avais peur, j'étais morte de trouille. Mais, pas pour moi. Non, moi je m'en fichais royal, de ce qui pouvait m'arriver. J'avais peur pour Neverland, pour tout, ce qui risquait d'être détruit, si l'on empêchait, pas l'autre abruti de dieu à l'ego surdimensionné, de se la jouer Atilla le Hun. Alors, j'ignorais le point de côté, que je commençais à avoir, pas habitué à courir aussi vite, et aussi longtemps, et je forçais sur mes jambes. J'avais pas le droit, de les laisser tomber, c'était mes amis, et Neverland était leur maison. Si l'on avait attaqué ma maison, mon pays natal, j'aurais fait la même chose. Parce que personne, ne devrait se retrouver loin de chez lui. Jamais.

Essoufflés, nous arrivâmes finalement au village des Enfants perdus, On, devait chercher Clochette, d'après ce que j'avais compris, jetant un regard aux alentours, je me dirigeais, suivit de Thomas vers sa cabane miniature, dans laquelle elle rassemblait ses affaires. Est-ce qu'elle comptait réellement, partir ? Pour aller où ? Le monde des contes ? Le monde réel ? Je tablais plutôt sur le second. Mais peu importe, il fallait qu'elle reste.

- Où est-ce que tu compte aller ? Demandais-je Tu ne peux pas partir ! Poséidon, a l'intention de s'emparer de l’île et d'y régner et ça, ça sera la fin de Neverland tel que tu l'as connu ! Tu souhaite aller dans le monde réel, d'accord. Mais est-ce que tu y seras vraiment heureuse ? Ce n'est pas chez toi là-bas, c'est ici chez toi ! Tu es la dernière des fée non ? Alors prouve leur à tous, ce que tu vaux !

"Neverland n'est plus le même depuis longtemps déjà. Pan ou Poséidon, c'est du pareil au même. Le noyau de l'île est tout pourri ! J'ai fait mon boulot : j'ai amené la flotte de Wendy jusqu'ici. Maintenant, je suis crevée, donc quand j'aurai repris des forces, je retournerai dans le monde réel. J'avais un travail là-bas, et au moins, on ne m'a jamais considérée comme une marchandise ou un objet utile qui clignote !"

Elle jeta un regard furibond à Thomas. C'était bien le moment de régler ses comptes tiens, c'est clair qu'on avait que ça à faire. C'est pas DU TOUT, comme si les autres n'étaient pas en train de se battre

"J'ai déjà montré plus de fois qu'il n'en faut de quoi je suis capable ! Maintenant, je prends ma retraite ! Bonne nuit !"


Et sur ses paroles, elle enfonça un bonnet vert avec un pompon blanc sur sa tête, avant de se mettre dans son petit lit, et de me tourner le dos. Ma mâchoire, se crispa à nouveau, je commençais à en avoir, vraiment, marre là, je saturais au max. Thomas, me regarda avec un sourire, entendu, que je lui rendit. On, avait eu la même idée, secouer sa cabane, qu'elle en sorte une bonne fois pour toute. On, s'y mit donc à deux, pour la décrocher et la secouer. Mais voilà, évidemment, madame la fée, n'était pas contente, la voilà qui se mit à s'énerver et nous crier dessus. Ok, tu voulais jouer à celle qui hurle le plus fort, on va être deux à ce petit jeux là ma cocotte :

- Oh alors c'est « ça » la dernière fée de Neverland, rétorquais-je une personne, qui préfère se préoccuper de ses petits problèmes d’ego, plutôt que d'aller aider tous les autres qui sont en train de se battre et de risqué leur vie pour sauver l'ile ! Je comprends mieux pourquoi les autres ont du mal à te supporter, c'est toujours, toi, toi, et toi. Il n'y a que ta petite personne qui t'intéresse ! Je crispais mes poings cette fois-ci avant d'adresser un regard vraiment désolée à Thomas : Je suis désolée, mais là moi j'en peux plus, si je continue je vais vraiment être mauvaise, et j'en ai pas envie. Je te laisse tenter de t'en charger, même si je pense que c'est une cause perdu d'avance, terminais-je en jetant un regard amer à la fée, et de tourner les talons, afin de m'éloigner pour me calmer.



Anna : 100%

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Still Falling For You
And just like that : All I breathe, All I feel, You are all for me. I'm in. And just like that : All I breathe, All I feel, You are all for me. No one can lift me, catch me the way that you do I'm still falling for you


Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 9 sur 11
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11  Suivant

[Fe] Les Profondeurs de l'Océan - Evénement #54





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Le monde enchanté :: ➹ Neverland