Halloween Party
de Sasha Hale

Le Péché Divin
de Hadès

Merry Christmas
- bientôt -


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Le Péché Divin ☆ Evénement Divin #29
Une mission de Neil Sandman - Ouverture : 18 octobre 2017
« Après avoir péché, il faut expier... quel que soit le prix à payer ! »

Partagez | .
 

 [Terminée] Une maison sans chat, c'est comme un aquarium sans poisson, ça n'a aucune raison d'être

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Figue A. Row


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


avatar


╰☆╮ Avatar : Crystal Reed :love:

Ѽ Conte(s) : Le descendant de Cyrano de Bergerac, vous savez, celui qui a le nez qui pousse dès qu'il dit un mesonge. :uh:
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le plus beau, l'unique, le meilleur... Figaro, bien sur. :uh:

☞ Surnom : Fifi (brin d'acier :boulet:)

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1081
✯ Les étoiles : 949




Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Dim 24 Jan 2016 - 20:07


    Figue A. Row
« Un chien qui monte dans votre lit signifie qu'il aime votre compagnie. Un chat qui monte dans votre lit signifie qu'il aime votre lit, c'est tout. »

Fiche Technique.


    ♠️ Surnom(s) → Reine, majesté, souveraine, comme vous préférez, je vous laisse choisir. Le premier qui m'appelle Fifi, je lui dégomme la tronche.
    ♠️ Age → 21 ans... Majeur et vaccinée

    ♠️ Occupation / Emploi → Chieuse professionnelle. C'est de longues études, je vous assure.

    ♠️ Votre personnage est-il tiré d'un conte ? : Oui, Figaro. Mais ils l'ont renommé Pinnochio, ils ont raté la star du film.
    ♠️ Si oui, lequel et qui est-il dedans ? : El patron, el magnifico... Figarooooo

Vous.


    Caractère → Je suis parfaite, ça suffit ?
    Au delà de son caractère parfait, la jeune femme démontre quelques qualités… Et quelques défauts. Oui, oui, je suis aussi étonnée que vous, Figaro, des défauts ? Pas possible. Tout d’abord, audacieuse, la jeune brunette aime tester ses limites et surtout réfuter l’impossible. Pour elle, l’impossible n’existe pas et elle peut passer des heures à tenter de vous le prouver. Essayer le plus dur, le plus original pour parvenir à ses fins. Elle aimé défier les lois et surtout les transgresser. Directe, loyale et protectrice, lorsqu’elle a confiance en quelqu’un, elle ne risque pas de le laisser tomber. Cela ne veut pas dire pour autant qu’elle n’hésitera pas à lui dire ses quatre vérités. Pour elle, le mensonge est une des choses les plus destructrices dans tout types de relation. Mieux vaut être franc, ça évite les reproches. Bon, parfois, toutes vérités n’est pas bonne à dire… Mais Figue n’en a pas encore trouvé la limite. Attention aux susceptibilités de certain(e)s.

    Extravertie, sportive, intrépide et rebelle, elle aime les frissons et les nouvelles sensations. Très ouvertes et très sociales, elle arrive souvent à se trouver une place parmi les gens qu’elle côtoie. De toute manière, ils n’ont pas le choix, quand elle arrive, elle s’installe. *Vise l’appartement au dessus de l’armurerie avec son baluchon *

    Capricieuse (QUOI ? Qui a dit que j’étais capricieuse que je lui refasse la façade ? *Range Fifi dans le placard *), la brune a du mal à gérer ses émotions lorsqu’elle se retrouve face à un refus. La négation, tout ça, c’est pas son truc… Sauf quand ça vient d’elle. Mais sinon, elle peut se montrer bourrue, agressive et susceptible quand elle n’arrive pas à obtenir ce qu’elle veut. *Patpat Fifi qui bouillone et s’en sert de chauffage * Confiance, elle croit en ce qu’elle fait et n’hésite pas à se démarquer. Cela ne veut pas dire qu’elle se moque du regard des autres puisqu’elle peut être très susceptible (OUI. Vraiment… BEAUCOUP. Surtout sur son poids, compris Emily ? ) voir même parfois timide. Si si, j’vous jure. Bon… Sur de rare point, mais sur certains, elle peut se dégonfler très rapidement et se terrer dans un coin par timidité (Cléo pourra en témoigner ). Et… Dans ses jours de romantismes ou moroses, il lui arrive d’être émotive et de pleu… //SBAFF// Ooook d’accord j’en parle pas t’énerve pas.

    Fière, impulsive et puérile, voilà ce qui fait l’essentiel de son mauvais caractère. Ne cherchez pas, elle a trouvé une règle d’or depuis sa plus tendre enfance qu’elle ne risque pas de changer. Règle 1 : Figue a toujours raison. Règle 2 : Si vous pensez le contraire, référez vous à la règle un. Peu réfléchit, elle agit sur l’action, ne pensant absolument pas aux retombées qui pourrait en découler. Eeeeet… Lorsque les retombées arrivent elle joue les enfants et s’amuse avec sa bouille d’ange pour tenter de passer à côté de la dispute. Pour clôturer le tout, l’un des traits de caractères les plus prononcé de la jeune femme est surement sa possessivité. C’est SON bout de viande, pas toucher les vautours autour, sinon, elle se fâche. Et Fifi en colère, c’est pire qu’une plaie.

    Quoi ? On termine sur une note négative ? Dis leur à quel point je suis génial plutôt comme conclusion. *Pousse Fifi du pied* Pour… ENFIN ( ) finir, et sur une note positive… Figue est plutôt le genre de personne taquin et malicieux qui préfère tourner tous les conflits en ridicules et rire de tout plutôt que de s’attarder sur des choses sérieuses. Il y a déjà bien assez de conflits tous les jours pour en rajouter encore plus.

    Une Particularité ? → Elle voue un culte au lait. Mais pas votre lait demi écrémé ou écrémé tout moisie, le bon lait de vache. Une réconciliation facile avec Fifi ? Achetez lui du lait. Ca marche toujours. Et sinon… Aucune autre particularité. Enfin, je veux dire en plus d’elle. C’est un peu une particularité entière.

Votre Vie dans le monde des contes.


    Vous voyez cette petite boule de poil là ? Celle blanche et noire dans ce petit caniveau qui tremble et est roulé en boule pour se tenir chaud. Et bien c’est moi, Figaro au début de ma vie. Je ne me rappelle pas de ma maman, je me rappelle seulement de ce froid, cette pluie battante et de cette solitude au début de ma vie. Tout était noir, tout était gris, tout était sombre. Des pieds passèrent, pour la millième fois devant moi sans s’arrêter. Je ne voyais que des chaussures, parfois des bottes, parfois des baskets. Un cri perçant s’échappa d’un des pieds passant.

    - Ah un rat !


    QUOI ?! UN QUOI ? Elle osait m’insulter de rat ? Ce vulgaire animal d’égout miteux et sale ? Peut-être était-ce ce à quoi je ressemblais à ce moment-là, roulé en boule. Mais j’étais bien plus beau, bien plus mignon que ces grosses bestioles poilues. Sautant sur mes pattes, un miaulement frustré et agacé s’échappa de ma bouche, faisant remuer mes moustaches de mécontentement. Dresser sur mes pattes, je regardais la femme passer en se hâtant, me contournant de quelques mètres. Vexé et énervé, je restais dresser sur mes pattes, au milieu du trottoir, feulant contre les pieds qui s’en allait.

    Maugréant contre ces pieds malpolis, je bombais mon petit torse de chaton, levant la tête fièrement ainsi que ma queue pour me retourner et trouver un abri digne d’un chaton. La tête un peu trop relevé, je buttais contre quelque chose derrière moi. Encore des pieds ! Des pieds, des pieds partout ! Ce pied était encore plus malpoli que l’autre puisqu’il m’écrasa la queue, me faisant feuler de plus belle alors que je me hâtais de reculer.

    Pour la première fois de ma vie, après un clignement d’œil, ces pieds disparurent, laissant place à un visage. Un visage de vieux monsieur, avec un grand sourire rassurant. Son visage était remplis de poil, ou plutôt surtout sur son crâne mais aussi sous son nez. Plissant les yeux, je me demandais s’ils sortaient de son nez ou s’ils étaient simplement collé sur sa peau. En tout cas, c’était une première pour moi. Et je trouvais ça très… Très… Amusant ! Envoyant un coup de patte timide, j’essayais de voir si ses poils bougeaient pour me permettre de jouer un peu. L’homme s’éloigna brusquement avec un sourire bienveillant sur le visage.

    - Ooh.. Tout doux.


    Me réservant, je fis quelques pas en arrière, enfonçant ma tête dans mes épaules tout en rabattant mes oreilles, peureux. Il rapprocha sa tête, laissant sa main glisser sur ma fourrure mouillée. Collant ma tête contre sa main ainsi que le reste de mon corps, je finis par remonter les fesses en dressant la queue de contentement. En le regardant de plus près, il avait deux grosses loupes en face de ses yeux très amusantes. Fixant ces dernières, je m’amusais à me regarder dedans. Avais-je réellement une tête aussi grosse ? Qu’elle horreur, mon capital mignonité en prenait un sacré coup.


    Cela faisait maintenant un long moment que Gepetto m’a recueilli. Après notre première rencontre, il m’a ramené dans son atelier remplis d’outils. C’était plutôt chouette là-bas, il y avait toujours des outils éparpiller un peu partout pour me permettre de jouer. Et surtout, chaque matin et chaque soir m’attendait une gamelle remplis de bonnes choses. Et puis Gepetto est plutôt affectueux, il me donne plein de caresses, plein de câlin sans trop me gronder. Je lève les yeux de mon panier pour le regarder assis à son atelier, toujours en train de travailler sur un même bout de bois. Je ne comprends pas pourquoi il passe son temps dessus. Ce n’est pas doux et puis ce n’est même pas bon. J’ai déjà essayé de le gouter, et je vous assure que le goût est absolument immonde. Si, quelque chose que je ne peux pas lui retirer… C’est très agréable pour faire ses griffes. Mais je n’ai pas le droit. Gepetto m’a déjà grondé plusieurs fois après ça, ce qui m’a fâché aussi. Pourquoi accordait-il de plus en plus de temps à ce bout de bois et moins à moi.

    Je me lève, m’étirant d’en avant en arrière ainsi que chaque articulation. Une foi paré, je m’élance vers Gepetto, quittant mon petit nid douillet et chaud. Je m’approche de ses jambes pour m’y frotter légèrement. Je ronronne à ce toucher en inclinant ma tête pour frotter mes joues. Je miaule, levant la tête ver le menuisier. Il a encore la tête plongé dans son bout de bois, ce qui me fait ronchonner. Je pose mes deux pattes avant sur ses jambes, ce qui ne lui procure toujours aucune réaction. Commençant a être légèrement agacé, je me recule pour sauter sur son bureau. Cette fois, le bout de bois est posé à côté de lui et il griffonne avec un papier sur une feuille blanche. Trouvant ce jeu plutôt amusant, je me met en position de chasse, la tête proche du sol et les fesses levé pour bondir sur le bout du crayon.

    - Figaro ! Je travaille, va t’amuser plus loin.


    Je me recule, la tête rentrée dans les épaules en miaulant tristement. Faisant marche arrière, je saute du bureau pour retourner dans ma corbeille en soupirant tristement. Une nouvelle fois, je me roule en boule en posant ma tête sur les coussins moelleux. S’il n’était pas aussi occupé avec cet atelier, on pourrait surement passer des journées à jouer.


    Remuant les fesses, je vise d’un air déterminé les pelotes de laines présentes sur la chaise. Depuis quelques jours, j’ai enfin trouvé mon nouveau jeu préféré. Je vous assure, cette activité est juste géniale. En plus, il y a cette petite adrénaline de l’interdit. A chaque fois que je trouve un jeu amusant, Gepetto n’y prend pas goût et me gronde. Mais pourtant… C’est tellement divertissant. Aujourd’hui, il est partit tôt et n’est toujours pas revenu, alors, je m’occupe comme je peux. Après avoir bien visé, je saute sur la chaise, percutant une boule de laine qui tombe de la chaise et roule jusqu’au canapé. Sautant dans tous les sens, je la suis tout en m’amusant avec le fil qu’elle laisse derrière elle. La porte claque, me faisant sursauter. Je fonce me coucher dans ma corbeille, un regard angélique sur mon petit minois.

    - Figaro, regarde ce que j’ai apporté, une compagne de jeu.


    Les oreilles dressé sur la tête, je sors de ma corbeille, soudain curieux. Un cadeau ? Un compagnon ? Pour jouer ? Gepetto ente dans la pièce, un gros bocal dans les mains. Quoi ? C’est ça mon compagnon de jeu, un bocal remplis d’eau. Un feulement m’échappe, j’ai toujours eu horreur de l’eau. Brrrr… C’est froid, c’est mouillant et c’est très désagréable sur mon joli pelage bicolore. Non vraiment, c’est pire qu’un instrument de torture. Gepetto a une drôle d’idée de compagnon de jeu.

    Il pose le bocal sur la table, m’invitant d’un geste à le rejoindre. Je saute sur cette dernière, m’approchant d’un air méfiant. Plissant les yeux, je vois quelque chose de coloré se mouver à l’intérieur. Ma curiosité plus forte que mon courage naturel, je continue tout de même à m’avancer sur mes gardes. En m’approchant, je découvre un poisson… Ou plutôt une poissone aux jolies couleurs. Tout excité, je m’approche du bocal, posant mes deux pattes avant sur le rebord pour regarder au-dessus. Une langue gourmande passe sur mes babines. Chouette, un goûter !

    Gepetto me met en garde plusieurs fois. Je n’ai pas le droit de le manger. Vraiment ? On te met un joli poisson surement goûtu sous les yeux et tu n’as même pas le droit d’y goûter ? Juste une petite écaille, ou une nageoire, juste pour le goût. Mais non, Gepetto est catégorique, il ne veut psa que je la mange. Nombreuses ont été les fois où j’ai essayé. Mais à chaque fois, tout poche du but, je me faisais gronder. Toutes les manières étaient autorisées, ainsi que les techniques, pourvus que je puisse y arriver. Enfin… Tout, ou presque. Le jour où je me suis retrouvé plongé dans l’eau du bocal et coincé, j’ai sérieusement réétudié mes stratégies. Plus jamais je ne rentrerais dedans.

    Puis finalement, de jours en jours, plus le temps passait, plus ce jeu occupait mes journées et plus je m’attachais à la petite poissonne. Attention, hors de question de perdre de vu mon objectif premier, mais je m’amusais avec elle. Ou grâce à elle. Je n’arrivais pas réellement à saisir la nuance. Mais elle m’amusait, je l’appréciais. Peut-être que finalement, je n’avais plus envie de la manger ? Parce que si elle n’était plus là, qui allait m’accompagner dans ces longues journées ? Qu’allais-je faire de nouveau tout seul ? Non, définitivement, peut être que je m’étais très légèrement attaché à elle.

Votre Vie à Storybrooke.


    Malédiction, je te maudis. Enfin non, je ne sais pas si je peux maudire une malédiction, mais une chose est sûre, je te hais. Pourquoi m’as-tu collé la pire famille du monde ? Enfin la plus bizarre dans tous les cas ? Pourquoi ? Je ne comprends pas. Après une vie de paix et de bonheur auprès d’un menuisier, voilà que je me retrouve dans une maison de fou furieux. Pas un seul pour rattraper l’autre. Enfin, si, heureusement que je suis là, sinon, ils auraient pu se jeter d’un pont. Faut dire que je relève le niveau. Pourtant, on aime ses parents non ? C’est compliqué… Trop compliqué.

    Les opposés s’attirent ? C’est surement vrai, du moins dans ce cas-là. Ma mère était religieuse… Non, je reformule, ma mère était complètement folle de jésus et de tous ces trucs-là. Elle vivait pour ça, elle respirait pour ça et elle nous élevait comme ça. Pure et chaste, tout ce que je n’étais pas, mais heureusement, j’avais un frère qui me couvrait. Bah voyons, comme si j’avais pu avoir autant de chance. Mais nous nous attarderons sur ce cas plus tard. Trop de choses à dire. Revenons à ma mère. Elle m’a élevé comme la petite fille qu’elle aurait aimé me voir devenir. Une petite fille croyante, toujours habillé dans le respect de son corps et tout le blabla. Manque de chance, enfant rebelle j’étais contre toutes ses lois et barrières qu’elle me mettait. Prières à tout bout de champ, jupe longue, cours de catéchisme, et lecture de la bible chaque soir avant le coucher. Et j’en passe. J’en passe beaucoup.

    Mon père de son côté, était surement tout l’opposé de ma mère. Alcoolique et fan de football, il passait son temps avachis comme un sac dans son canapé devant la télé avec le même maillot de foot plusieurs jours. L’odeur qui régnait dans le salon était pire que tout. Je vous passe les comparaisons peu ragoutantes. Il passait son temps à boire des litres de bières et à manger sachet de chips et de gâteaux apéros entiers. Je n’ai pas grand-chose à vous communiquer d’autre sur lui… A vrai dire, ses journées étaient plutôt calmes. Macho et peu éduqué, il considérait la femme comme inférieur et soumise. Ce qui m’a toujours fait hurler. Ma mère l’était peut-être, mais je refusais de le servir comme un pacha pendant qu’il passait son temps à roter et à hurler contre le poste de télévision dans le salon.

    Venons-en à l’espèce… Heureusement en voie de disparition aujourd’hui… Insolite et étrange… Ce que j’appelais, jusqu’à avoir un minimum de neurone actif, mon frère. Cette chose inédite et peu connue de la race humaine. Si vous me payez cinq euros, je vous laisse le toucher. C’est le double pour qu’il fasse vos devoirs. Voir le triple… Il est vraiment doué pour ça. Souvent renfermé dans sa chambre à étudier, il était le bon petit élève premier de la classe. Mon contraire par excellence. En même temps, avec cette famille de barge, je peux le comprendre. Il parait que petite, j’étais fan de lui… Mais je suis sûre qu’il me ment. Je n’ai pas pu être aussi naïve. Ou du moins je l’espère fortement. Je ne me rappelle pas de grand-chose d’autre. Il refuse de m’expliquer en détail comment c’est passé mon enfance. Mais constatant les gribouillages colorés présent sur ses murs, je peux aisément deviné que j’ai surement passé une bonne partie de ma vie d’enfant/bébé dans sa chambre. J’avais déjà du goût et du style. De chambre morne et fade, j’avais coloré l’endroit, lui donnant plus de vie et de pep’s.

    Passons au plus intéressant, moi. Bah oui, c’est bien beau de parler de ma famille, mais on est quand même dans MON histoire, pas la leur. Donc, passons au cœur du sujet ma vie. Vous allez voir, c’est bien plus intéressant que ces étranges créatures citées précédemment. Contrairement à mon frère, je n’ai jamais aimé l’école. Je ne comprendrais jamais pourquoi on nous oblige à y aller. Surtout si c’est pour dormir toute la journée. Voilà l’essentiel de mes souvenirs en cours : le sommeil. Bon, j’étais plutôt forte en primaire, je connaissais mes cours : je, tu, il, nous, vous, ils… 2x2=4, 3x3=9 et 4x4=8. J’étais même plutôt doué, mais quand il a été question de commencer à travailler chez soi, tout s’est écroulé. Travailler chez moi ? En plus de ma journée passée en cours ? Sérieusement, je suis la seule que ça révolte ? Vous pensez vraiment qu’on doit travailler toute la journée et aussi toute la soirée ? Même pas en rêve. Je gâche déjà ma journée, il ne faut pas pousser mémé dans les orties piquantes.

    C’est donc en passant au collège que mon âme de rebelle est ressortie. C’est presque poétique. Je m’émeus moi-même. Enfin passons. Cancre de la classe, j’ai vite aussi occupé le poste de clown. Dissipée, bavarde, peu sérieuse et parfois irrespectueuse, je n’étais pas l’élève chouchoute et mes notes ont rapidement dégringolé au grand malheur de ma mère. Elle s’entêtait chaque soir à me faire travailler mes leçons pour que je puisse avoir de bonnes notes. Pendant ces cours appliquaient je rêvais aux futurs bêtises que je pourrais faire le lendemain. J’essayais aussi de fausser compagnie à ma mère le week end pour pouvoir assister aux séances de sport que mon père tentait de faire à mon frère. Ce sont surement les plus gros fous rires de ma vie. Imaginez le, Franck.. Ou Kyky pour les intimes () courir après un ballon sur de l’herbe glissante à cause de la pluie battante de la veille. Un régal, un pur régal pour mes petites mirettes. Portable en mains ou appareil photo, j’immortalisais ces moments qui lui coûteraient surement cher dans les mois, années à venir.

    - Regarde cette robe ma chérie, elle t’irais à merveille pour le bal de fin d’année !


    Déjà ? Déjà la fin du lycée ? Je n’avais même pas vu passer ces trois ans. J’avais vécu à trois cent à l’heure. Quand on n’a aucun cours à réviser et qu’on passe ses soirées à faire la fête, c’est sûr que les journées sont courtes. Surtout lorsqu’elles vous servent à rattraper vos nuits. J’aurai pu publier mes appréciations dans des livres tellement elles étaient originales. Tout comme celle dans mon carnet. « Mange une pomme et crache les pépins sur ses camarades. » Bah quoi ? C’est dôle, en plus de se nourrir sainement avec les pommes volées à Francky, je pouvais m’amuser à m’entrainer à viser et tirer. Si jamais un jour on a besoin d’une tireuse de pépin, vous savez à qui vous référer.

    Je regarde la robe que ma mère me temps. Une sorte de grosses et longues robes miroitant entre le rose et le blanc, pleine de froufrou. J’hausse un sourcil, prête à détaler comme un lapin. Prévoyante, ma mère ferme la porte d’entrée à clé et les récupère dans sa poche. Elle tourne la robe avec un grand sourire. Apparait un gros nœud en bas du dos et toujours plus de froufrou et de dentelles. J’écarquille les yeux, cherchant à fuir ce cauchemar. Les robes, les jupes, quelle horreur. J’avais horreur tous ces trucs de filles mignon et adorable. Je détestais ça. Je piquais les chemises.. Bien que très moche, de Francky pour l’enfiler avec un jean ou autre. Oui, bon, avec son corps d’avorton, elles étaient presque à ma taille. Si je m’étais vu un an après, je me serai surement mis une grande claque dans la figure. Très certainement.

    Assise sur le banc devant un bureau de police familier, je croisais mes jambes pour ne pas que les policiers est une vue trop prononcer sur mes sous-vêtements. L’inconvénient des jupes courtes et des décolletés plongeants. La tête dans les nuages, j’étais avachi sur la chaise, un air renfrogné sur le visage. La pote s’ouvrit, laissant apparaître l’auteur de ce carnage. La chose qui me servait de frère. Il avait encore appelé la police pour me ramener à la maison. Pourtant, j’étais doué, mes parents ne se doutaient jamais de mes sorties nocturnes. Mais lui, lui s’amusait à me pourrir la vie. Et je comptais bien lui faire payer. Comme à mon habitude, je me levais, hurlant à en réveiller tout le quartier. Chancelante, j’évitais les mouvements trop brusques à cause de l’alcool mêlé à de magnifiques bottines à talon aiguille. Lui, comme à son habitude, me répondait en m’exposant ses théories sur le sommeil, l’alcool et la drogue, sur leurs effets néfastes et tout ce blabla. Je ne sais même pas si sobre, j’aurais compris ce qu’il disait, en tout cas j’avais appris à faire abstraction de ses théories incompréhensible et à hurler plus fort que lui.

    Tout se finissait de la même manière, chaque soir ou du moins, tous les soirs où Franck venait me chercher au poste de police. Il faisait marche arrière pour sortir avec moi, je ne bougeais pas d’un pouce, chancelant de nouveau de manière exagéré. Il connaissait mon numéro surement par cœur. Je sortais, lentement en me tenant aux murs pour avancer. Arriver dehors, je me stoppais, faisant mine d’être incapable de marcher plus longtemps. Après des négociations, il finissait par se tourner et je sautais sur son dos, passant mes bras autour de son coup et mes jambes autour de son torse en pause koala. De là, il me raccompagnerait surement jusqu’à mon lit, veillant à ce que je boive bien pour ma santé et tout le tralala. Ma soirée était fichu, mais ces situations m’amusaient quelque peu, je devais l’avouer. Et je me sentais assez importante et réellement à ma place et considérée pour ce que j’étais.

Votre vie après la malédiction.


    Lors de la levée de la malédiction, beaucoup de personnes se sont sentis perdues et tiraillé entre leur vie d’avant, dans les contes et leur vie inventée par la malédiction. Je n’ai absolument pas vécu cette situation, bien au contraire, je me suis fait rapidement à ce changement d’apparence et de sexe. Chaton, je n’avais pas réellement vécu le différenciation des sexes. Et puis, j’étais fichtrement mignonne en jeune femme, vous ne trouvez pas ? En tout cas, le succès était au rendez-vous. Et puis, être un homme, c’est pas si mal. On a beaucoup d’autres choses à faire que de courir après une pelote de laine toute la journée. Ooooh et la nourriture humaine est absolument divine. Non, définitivement, je me sentais épanouis dans le corps que m’avait choisis la malédiction. Ma fourrure, mes moustaches et mon agilité féline me manquait parfois, mais ma nouvelle taille me permet de voir le monde d’un autre angle. Et de parler à ces pieds qui sont maintenant devenu des têtes.

    Mes souvenirs enfin revenu, j’ai tout de suite cherché à retrouver Cléo, ma petite poissonne, me demandant si elle était toujours aussi appétissante qu’auparavant, Gepetto et Pinocchio. C’est Cléo, que j’ai retrouvé assez rapidement et en première. La petite poissonne avait hérité de poil de tête blond et de magnifiques yeux bleus océan. Elle n’était pas aussi craquante que moi (quoi que…), mais elle avait gardé son caractère appétissant, même si je n’avais plus envie de la manger. Enfin, pas dans ce sens-là tout du moins. Un sens tout nouveau pour moi qui me faisait de drôle de chose dans le ventre. C’était peut-être qu’elle me donnait faim après tout.

    Toute excitée de la retrouvé, j’ai sauté sur l’occasion pour lui raconter toute les choses qui m’était arrivé depuis notre dernière rencontre. Elle devait avoir envie de tout savoir non ? Emportée dans l’euphorie, je n’ai compris que plus tard, par son regard et ses questions qu’elle ne me reconnaissait pas. Tout d’abord vexé, je l’avais regardé d’un mauvais œil. Ne pas se souvenir de moi ? Ne pas se souvenir de Figaro, LE chat le plus mignon et le plus génial de l’univers ? Vraiment ? Mais comment pouvait-elle ne pas se souvenir de moi ? Alors que moi je me souvenais d’elle. Je m’en souvenais même très bien. Elle était toujours là, avec moi, elle avait passé sa vie dans le monde des contes avec moi, elle n’avait pas le droit de ne plus se souvenir. On ne m’oubliait pas comme ça… Surtout pas elle.

    Ce n’est que plus tard que j’ai compris que la petite poissonne avait passé accidentellement la limite de Storybrook, lui enlevant tout souvenir. Les choses me parurent plus légères et beaucoup moins pesante et triste. C’était juste à cause de cette foutue magie qu’elle ne se souvenait plus de moi. Mais ça allait changer ! Très bientôt j’allais tout lui dire, tout lui raconter… En amplifiant peut être certains de mes actes héroïque, mais seulement pour que le récit soit plus fluide. Détaillant tout ce que je me souvenais, détaillant chaque journée, chaque évènement qui m’avait marqué. Cela me fit replonger dans ma vie passé avec un soupçon de nostalgie.

    Légèrement naïve sur ce point, je pensais que lui remémorer nos aventures suffirait à lui faire retrouver la mémoire et à reconstruire notre relation comme nous l’avions laissé. Mais non, elle ne se souvenait toujours pas. Elle entendait ce que je disais. Elle comprenait, mais il ne se passait pas cette petite chose dans sa poitrine et dans son ventre comme cela me le faisait. Elle savait qui j’étais, elle le comprenait surement, mais elle ne ressentait pas cette relation et cette complicité que nous avions. Déterminée et têtue, je m’entente à lui souvenir, je m’entête à revivre des moments pour que l’on puisse retrouver notre complicité. Chaque jour, j’essaye un peu plus de retrouver notre complicité, je passe mes journées à élaborer des journées voir des soirées pouvant lui faire revivre ce que nous avions vécu dans le monde des contes. Acharnée, j’essaye, mais nous sommes toutes les deux maintenant différentes aujourd’hui, de par nos corps et notre caractère.

    Une idée. Une simple idée complètement folle m’est venue en tête lors d’une nuit d’insomnie. Une potion… Une potion magique, même si je déteste la magie, pouvant lui faire retrouver ses souvenirs. Si je n’y arrivais pas avec la méthode rustique, peut-être qu’avec la méthode magique, cela fonctionnerait. Interrogeant mes proches… Et toutes sortes de personnes pour trouver quelqu’un capable de faire ce genre de potion, j’ai finis pas retomber plusieurs fois sur un même nom. Yzma. Elle serait apparemment douée dans le domaine des potions et pourraient peut-être étudier ma requête.

    A force de chercher, j’ai finis par la trouver pour lui exposer ma requête. Etonnement, elle a accepté de me fournir cette fameuse potion sans rien en échange. Ou tout du moins, sans rien d’immédiat. Elle m’a fait expliquer clairement que je lui étais redevable et que si dans le futur, elle avait besoin d’aide dans quoi que ce soit, elle viendrait me voir. Vivant dans le présent, seulement, je n’ai absolument pas pensé aux conséquences et je me suis focalisé sur ce qui était important à ce moment même, la potion.

    Gambadant dans la rue, je marchais d’un pas rapide vers l’endroit où Cléo vivait, la potion bien en sécurité dans mon sac. Elle allait retrouver la mémoire ! Elle allait enfin se souvenir de moi et ressentir aussi ce que je ressentais. Ce serait surement le plus beau jour de ma vie ! Enfin… Non, peut-être le deuxième après ma naissance, parce que sans ma naissance, je n’aurais pas vécu ça ? Le cerveau embrouillé par mon excitation et ma joie, mes pieds me conduire bien rapidement jusqu’à Cléo. Je voulais lui faire la surprise, si elle savait déjà que cela allait lui redonner la mémoire, ce n’était pas drôle, je voulais voir sa réaction lorsqu’elle poserait les yeux sur moi. Lorsqu’elle se souviendrait de moi, de Figaro.

    Lui racontant deux trois mensonges sur le contenu de la fiole, la petite poissonne l’ingère naïvement et docilement, mon grand sourire s’efface peu à peu alors qu’elle boit l’intégralité d la fiole. Mais attendez… Et si elle ne voulait pas se souvenir ? Si en fait, elle ne m’aimait pas ? On ne pouvait pas parler dans le monde des contes, j’avais supposé ce qu’elle pouvait penser de moi… Mais si elle me détestait ? Et si elle m’en voulait pour lui avoir fait retrouver une mémoire qui ne lui convenait pas ? Si elle était moins heureuse maintenant ? Je venais peut être de tout bousculer. De tout envoyer en l’air. Tout ce travail que j’avais fait pour regagner sa confiance et sa complicité allait peut être être réduit à néant. Secouant la tête en la regardant boire la fiole, je fis volte-face pour détaler aussi vite qu’un chaton ayant mis une patte dans l’eau.

    Depuis ce jour-là, je ne l’ai pas revu. Ou du moins, j’ai pu l’apercevoir de loin, mais j’ai fait demi-tour tellement rapidement que je n’ai pas eu le temps de bien la regarder. Je l’évite, comme la peste, j’ai peur qu’elle me reconnaisse. J’ai peur d’être confronté à elle, et à ses souvenirs. Pourtant, je pense à elle souvent. Très souvent. Je me demande ce que je rate ? Ce que j’évite. Mais je n’arrive pas à me décider. La vérité me fait terriblement peur.

    En attendant, je vogue entre l’habitation de mes anciens parents, l’appartement de Franck et Emily et… Et chez les personnes que je rencontre. J’évite au maximum la maison de mes anciens parents. Elle reste la pire des solutions, juste avant dormir sous un pont. Je cherche… du moins je fais semblant de chercher un petit boulot puisque j’ai refusé de me remettre dans les études. Ce n’est pas fait pour moi, j’ai simplement envie de bouger, de travailler et de gagner plein d’argent. Ou du moins, même un peu d’argent m’arrangerais.


©️ CREDIT



Administration


Célébrité de votre Avatar : Crystal Reed *s'accorche à elle et grogne* Pas toucheeer...
Est-ce un poste vacant ? : Oui Mumuuuu

Multicompte ? : Je plaide coupable votre honneur.

Entre nous


Pseudo / Prénom :
Votre avis sur le forum : Quel forum ?
Comment l’avez vous découvert : C'est un secret... C'est mon petit doigt qui me l'a dit... Mais chuuut !

Le mot de la fin : Vive les chats !

Leigh Fraser


« Mangez 5 fruits
et légumes par jour ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Tyler Hoelchin

Ѽ Conte(s) : Alice au pays des merveilles
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : bandersnatch

☞ Surnom : Peg, Dudu

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 802
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Mangez 5 fruits et légumes par jour ! »


________________________________________ Dim 24 Jan 2016 - 20:09

rewww Tachou

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

easy as a kiss we'll find an answer


Put all your fears back in the shade
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t40461-leigh-fraser-t http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t40569-leigh-fraser-ces-blondes-la-t-y-touche-pas-vu#368113

Figue A. Row


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


avatar


╰☆╮ Avatar : Crystal Reed :love:

Ѽ Conte(s) : Le descendant de Cyrano de Bergerac, vous savez, celui qui a le nez qui pousse dès qu'il dit un mesonge. :uh:
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le plus beau, l'unique, le meilleur... Figaro, bien sur. :uh:

☞ Surnom : Fifi (brin d'acier :boulet:)

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1081
✯ Les étoiles : 949




Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Dim 24 Jan 2016 - 20:10

MAIS NOOON CHUUUTEEEUUUH !

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

This is like family... But it's better. The Fimily !
Même si le monde nous sépare un jour, me promets-tu d'essayer de le défier pour me retrouver ? Parce que si le monde me défie un jour de te retrouver, je le ferai quoi qu'il en coûte × by lizzou.

Eileen Dawson


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 29
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Dim 24 Jan 2016 - 20:12

Recoucou ma belle excellent choix d'avatar !

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Pédiatre
mais mère avant tout

Rosalie Dowleller


« Vous auriez pas
une dinde au four ? »


avatar


╰☆╮ Avatar : Danielle Campbell

Ѽ Conte(s) : Les Indestructibles
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Violette Parr

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1422
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Vous auriez pas une dinde au four ? »


________________________________________ Dim 24 Jan 2016 - 20:13

HAHA Le mystère est de courte durée
Enfin je savais déjà moi

RE BIENVENUE TOIIIII
CRYSTAL REED QUOI Puis Figaroooooo

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Believe in you
« You have more power than you realize. Don’t think. And don’t worry! If the time comes, you’ll know what to do. It’s in your blood... » Mother said to me. ⊹ lumos maxima
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t48026-je-me-sens-differente http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t48234-tu-veux-dire-papa-est-dans-un-probleme-ou-papa-est-le-probleme-rosalie

Aryana Cloud-Sandman


« Laisse moi toucher
tes pokéballs »


avatar




╰☆╮ Avatar : Dianna Agron & Charlize Theron

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Aphrodite

☞ Surnom : Natoune



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 5330
✯ Les étoiles : 458




Actuellement dans : « Laisse moi toucher tes pokéballs »


________________________________________ Dim 24 Jan 2016 - 20:40

Oh ce jeu de mots ! Personne n'a tilté ou quoi ?? J'adore le jeu de mots du pseudo !!

Re-bienvenuuuue !

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Je m'exile, trop fragile...
On m'envisage, on m'dévisage comme une fille que je ne suis pas. Mille et une nuits m'éloignent de moi. Dans amour toujours c'est le pour ou le contre, c'est souvent la haine.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t7310-i-am-the-origin http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t8991-l-eternite-est-ephemere

Park Hyo-Jin


« Mangez 5 fruits
et légumes par jour ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Arden Cho

Ѽ Conte(s) : Folklore Coréen
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Gumiho

☞ Surnom : Maëlle/Hyo/Park

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 832
✯ Les étoiles : 332




Actuellement dans : « Mangez 5 fruits et légumes par jour ! »


________________________________________ Dim 24 Jan 2016 - 20:45

Re-bienvenu !!
Du coup je comprend mieux pour l'avatar Crytal Reed fini quand même en chat !

Bonne chance pour ta fiche

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
mirror world
it's okay to be scared. Being scared means you're about to do something really, really brave. ~Astra

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t42652-le-ruse-petit-renard- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t53820-park-un-renard-pas-comme-les-autres http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t65620-ce-n-est-pas-du-futur-que-tu-as-peur-ce-qui-te-rend-anxieux-c-est-de-repeter-le-passe#634240

Franck P. Row


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Jim Parsons.

Ѽ Conte(s) : Bernard & Bianca.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Frank.

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 8
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Dim 24 Jan 2016 - 20:54

Bienvenue infâme adorable petite soeur
Te voilà enfin Pas trop tôt
Toujours les mêmes qu'on attend

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Space, the final frontier between stars

T'avais dit « convention Star Wars » pas un truc perdu au fond colorado ! Et pourquoi est-ce que je dois me déguiser en storm-machin ? Attend... C'est ça que je dois enfiler ? Tu t'fous d'moi ? File moi un truc plus classe !
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t50547-live-long-and-

Emily Lame-Duck


« Pas de main,
pas d'arlequin ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Britt Robertson

Ѽ Conte(s) : Le vilain petit canard
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le vilain petit canard

☞ Surnom : Lou / Loulou / Pollen / Coin-coin

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2438
✯ Les étoiles : 1752




Actuellement dans : « Pas de main,pas d'arlequin ! »


________________________________________ Dim 24 Jan 2016 - 22:04

Le CHAT !!!



Trop bien, contente de voir enfin cette fiche, depuis le temps qu'on l'attendais

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
On the Road

Elle n'avait nulle part où aller. Alors elle est allée partout, et ainsi elle a continuer à rouler sa bosse sans trève sous les étoiles
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t50590-coin-coin-pres http://imghttp://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t52209-rps-du-vilain-petit-canard-emily-lame-duckahttp://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t52209-rps-du-vilain-petit-canard-emily-lame-duck15.hostingpics.net/pics/951307Emily.png En ligne

Elsa White


« Hadès c'est le plus beau »


avatar


╰☆╮ Avatar : Georgina Haig

Ѽ Conte(s) : La Reine des Neiges
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le glaçon ambulant

☞ Surnom : Even

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 498
✯ Les étoiles : 320




Actuellement dans : « Hadès c'est le plus beau »


________________________________________ Dim 24 Jan 2016 - 22:06

Fifiiiiii *Evite la chaussure *

Non mais le pseudo, c'est juste excellent Et puis Crystal elle a une bouille trop adorable

Re-bienvenue Taraaaaa

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
I'm headed straight for the castle
They wanna make me their queen ⊹ Sick of all these people talking, sick of all this noise. Tired of all these cameras flashing, sick of being poised. Already choking on my pride, so there's no use crying about it.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t8708-sortez-les-manteaux-les-echarpes-les-gants-frozen-is-coming
 Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant

[Terminée] Une maison sans chat, c'est comme un aquarium sans poisson, ça n'a aucune raison d'être





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Bienvenue à Storybrooke :: ♥ Présentation :: ➹ Persos validés