« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)


Partagez
 

 I don't wanna miss a thing ♥ LILY JOLIE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
4 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage


Elliot Sandman
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Elliot Sandman

| Avatar : Pierre Niney *o*

I don't wanna miss a thing ♥ LILY JOLIE - Page 2 Try5

Tous les mots sont fins
quand la moustache est fine...


I don't wanna miss a thing ♥ LILY JOLIE - Page 2 Eu7xoqr

| Conte : Intrigue Divine
| Dans le monde des contes, je suis : : Le fils de Hadès et Aphrodite

Meilleur duo Awards

| Cadavres : 1568



I don't wanna miss a thing ♥ LILY JOLIE - Page 2 _



________________________________________ 2016-04-04, 18:46


« You say you want it, but
You can't get it in
You got yourself a bad habit for it »

Bad Habit

J'avais trouvé un stylo dans la poche de mon pantalon et j'avais occupé mon temps à écrire ce qui me venait en tête concernant mon futur cinéma. Sauf que comme je n'avais pas de papier sur moi, j'avais été contraint de tout noter sur ma main gauche, puis sur mon avant-bras. J'observai ces drôles de tatouages. Mon écriture bancale allait dans tous les sens.

Subitement, je me souvins que j'aurais pu tout écrire sur mon téléphone. Ca aurait été nettement plus simple que de crayonner sur ma peau.

Avant de m'apercevoir que j'aurais pu faire apparaître un carnet. Un cahier. N'importe quoi. Tout bêtement. Juste en y pensant.

A cet instant, je lâchai le stylo bille et plaquai mes mains contre mon visage, exaspéré par mon propre cerveau. J'étais tellement à fond dans mes idées que j'en avais oublié l'essentiel.

J'enlevai mes mains très vite en sentant une violente douleur traverser mon nez cassé. Ca ne pouvait plus durer. Il fallait que je me régénère. Je ramassai le stylo bille et le fixai d'un oeil sceptique, avant de me l'enfoncer dans la gorge.

Purée mais ça fait mal !!!! fut ma seule pensée.

Le pire, c'est que maintenant qu'il était dans ma chair, il fallait que je l'enlève, sinon ça allait mettre encore plus de temps. Me mordant les lèvres pour m'empêcher de crier, j'extirpai le stylo qui émit un gargouillis inepte.

En plus c'est malin, je pissais le sang par le cou. J'étais en train d'en mettre partout. Barnabé n'allait pas être content. La mort venait sacrément lentement, en plus... J'aurais dû me tuer plus proprement. J'y penserai la prochaine fois. Il faudrait que je fasse une liste des morts les plus classes et les plus rapides. Un genre de mémo. Je n'aimais pas spécialement me régénérer -surtout que de temps en temps ça se passait mal, comme quand j'étais devenu une fille ou que mon double était apparu. Qu'allait-il se passer cette fois ? Est-ce que j'avais encore fait une bêtise ? Trop tard pour les remords.

Je fus terrassé en quelques minutes et en revenant à la vie, je constatai que j'étais toujours seul dans le hall. Personne n'était venu. Ca montrait la fiabilité de la sécurité dans ce cinéma... Et me confirma qu'il était temps que j'ouvre mon propre établissement.

J'étais allongé de côté, la joue collée contre le sol glacé. Je me redressai et remuai le nez : aucune douleur. Il était réparé. Un peux anxieux, je jetai des coups d'oeil de tous côtés, histoire de vérifier que nul double n'avait surgi. Je passai une main dans mes cheveux et tapotai mon torse. J'étais soulagé d'être toujours un mec. Il en faut peu pour être heureux...

Bon, une flaque de sang assez conséquente maculait toujours le sol mais je fis une moue sans me donner la peine de nettoyer. Je me levai d'un bond en voyant des gens arriver vers moi et se diriger vers la sortie, discutant entre eux sans m'adresser un regard. La séance venait de s'achever. Cependant, Lily et Apple tardèrent à venir. Les dernières personnes quittèrent le cinéma. Je fronçai les sourcils. Brusquement, un terrible pressentiment me saisit : et s'il leur était arrivé quelque chose ? Après tout, nous étions à Storybrooke, la ville de tous les dangers.

Je m'élançai vers la salle et poussai la porte. Le générique défilait tranquillement sur fond de musique épique. Personne sur les sièges. Je fis pourtant le tour de la salle, complètement paniqué, cherchant le moindre indice. Peut-être que l'une des filles avait laissé un téléphone, un morceau de pop corn, une ultime trace qui me permettrait de les retrouver ? En réalité, ce genre d'objet ne servirait en rien à me mettre sur une piste, mais j'étais tellement angoissé que j'étais prêt à me raccrocher à n'importe quoi. C'était vraiment trop con de revenir de Méter pour perdre Lily et ma petite soeur... Je ne pouvais croire que le destin soit si railleur. Etait-ce une punition pour mon écart de conduite avec Nora ?

Je me stoppai brusquement et me mordis le poing, tétanisé. Rien. Il n'y avait rien pour m'aider. Elles s'étaient juste volatilisées.

Je déglutis avec peine et traînai des pieds en sortant de la salle obscure. Je jetai un coup d'oeil à mon bras couvert d'écritures au stylo. Je développais un style bien particulier entre cet étrange tatouage et ma chemise déchirée, brûlée jusqu'à l'épaule, le sang sur mes vêtements et la poussière sur mes chaussures. Ca faisait très "zombie intello".

J'en étais là de mes pensées quand je levai la tête et croisai le regard de mon beau-père, planté devant moi comme un médecin de campagne. Il avait toujours eu un look de grand-père. Je le dévisageai quelques secondes, me demandant si c'était vraiment lui. Comment le confondre avec un autre ? Hormis le fait qu'aucune effluve de vin n'embaumait l'air, il s'agissait bel et bien de François Sandman. En plus, il n'arborait plus le physique du bellâtre accro aux crèmes glacées. Franchement, dès que je voyais cette pub, je zappais. Il faisait honte à la famille. Il était juste une coquille vide. Juste bon à s'enivrer et à faire des sourires.

Je lui jetai un regard renfrogné et méfiant. Que faisait-il ici ? Pour quelle raison avait-il fait cet effort ? Ca n'annonçait rien de bon... Je ne l'avais plus revu depuis mon mariage, pendant lequel il avait fait une très brève apparition dans sa peau de Bradley Cooper au rabais.

« Ca fait un bail, mon grand. »

"T'as sorti la même réplique à ton vrai fils, ou y a que moi qui ai droit à un traitement de faveur ?"
fis-je du tac au tac.

Je n'avais jamais vraiment croisé Aaron McAdams, mais ce pauvre gars me faisait beaucoup de peine. A ce que j'avais appris, mon beau-père n'avait pas su qu'il avait engendré un fils. Fallait s'appeler Dionysos pour être aussi débile. Normalement, tous les dieux savent lorsqu'ils se "reproduisent". C'était chelou, mais bon, qu'est-ce qui ne l'était pas dans cette famille ? Il n'empêche que de savoir que j'avais un cousin doublé d'un demi-frère, ça me faisait un choc. Je n'avais pas spécialement envie de le connaître car je me sentais trop mal vis-à-vis de lui : pendant que François s'était occupé de moi, Aaron avait grandi sans lui à ses côtés. Même si je n'y pouvais rien, ça me rendait dingue que François m'ait transformé en espèce de "voleur de père". Surtout qu'il avait été tellement présent pour moi... Hormis la visite mensuelle dans son cabinet dentaire, il avait été vraiment cool. C'était atroce de s'apercevoir qu'il... était comme tous les autres dieux, en fin de compte. Il ne pensait qu'à lui.

Mon regard changea légèrement, brillant d'un éclat plein d'amertume. J'esquissai une moue agacée. J'avais juste envie de lui cracher au visage : "Qu'est-ce que tu fous là ? Subitement tu t'es souvenu que j'existais ?"

"Qu'est-ce que tu fous là ? Subitement tu t'es souvenu que j'existais ?"
poursuivis-je d'un ton acide.

Ah... ben finalement j'avais trouvé la force de prononcer les mots qui blessent. Je cherchais à lui faire du mal, à être le plus agressif possible, car ses paroles résonnaient encore dans ma tête. "Mon grand"... Il m'avait toujours appelé comme ça. Ces deux mots avaient éveillé tout un flot de souvenirs, toute mon enfance venait de me revenir en pleine face. Tous nos éclats de rire, tous ces moments où on était complices.

La fois où on avait voulu préparer un dîner à Maman et où on avait fini par appeler un traiteur en quatrième vitesse car on avait tout fait cramer. Elle ne s'était aperçue de rien -ou avait été trop gentille pour le faire remarquer- et on avait passé la soirée à faire des jeux. A jouer au Twister en particulier.

Quand j'avais dix ans, on avait été au festival des Pinces à Linge, rien que tous les deux. C'était un groupe folk super space mais quand j'étais petit, j'avais les mêmes goûts musicaux que "papa". Ca avait été tellement cool... On avait dormi dans une tente minuscule qui tenait à moitié debout, on s'était gavé de marshmallows et il m'avait fait goûté mon premier verre de vin. J'avais trop bien dormi cette nuit-là.

L'année de mes deux ans, il paraît que j'ai saccagé son cabinet dentaire en jouant avec la fraise et que j'ai fait des trous dans le siège du patient. Je m'étais aussi appliqué à renverser et casser tous les liquides et anesthésiants. Il ne fallait pas me laisser sans surveillance, à cette époque-là (en réfléchissant, maintenant non plus). En voyant le désastre, Français n'a pas élevé la voix. Il a juste lâché un "Bordel" d'un ton estomaqué. Je ne me souviens pas de tout ça, j'étais bien trop petit. En revanche, Maman avait été furieuse contre lui car le premier mot que j'ai prononcé... c'était "bordel".

Bref, je lui devais beaucoup. Mais à présent que j'étais un homme et qu'il m'avait déçu, je ne lui devais plus rien.

"Est-ce que tu as vu passer une brune super sexy et une petite blonde, par hasard ?"
demandai-je sans trop y croire.

S'il voulait rattraper le temps perdu, il pouvait commencer par m'aider à les retrouver. Ca serait déjà un bon début.

Sans le lâcher de mon regard oblique, j'enfouis les mains dans les poches de mon pantalon.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t974-call-me-god-elli http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t11851-elliot-this-is-my-kingdom-come http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t1908-la-vie-trepidante-d-un-demi-dieu


François Sandman
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

François Sandman

| Avatar : ➹ Bradley Cooper

I don't wanna miss a thing ♥ LILY JOLIE - Page 2 Fvro

"Alors Annachou, et les amours ? Ca fait un moment que tu ne me racontes plus rien sur ta vie sentimentale. Quoi ? Comment ça tu m'as jamais rien raconté ? Mais si je me souviens... Ah non, c'était pas toi."

I don't wanna miss a thing ♥ LILY JOLIE - Page 2 PPwcr4a

"Je te jure Héra, j'ai pas touché à ta cave à vin personnelle. Tu me prends pour qui, sérieusement ?"
I don't wanna miss a thing ♥ LILY JOLIE - Page 2 2852471132


| Conte : ➹ Hercule
| Dans le monde des contes, je suis : : ✲ Dyonisos, dieu de la vigne, du vin et de ses excès, de la folie et de la démesure. Rien que ça ! ^.^

I don't wanna miss a thing ♥ LILY JOLIE - Page 2 Mp52

| Cadavres : 109



I don't wanna miss a thing ♥ LILY JOLIE - Page 2 _



________________________________________ 2016-04-07, 14:05



Il y a un temps pour chaque chose...
Un temps pour s'aimer... un temps pour pardonner...



    Il y a très longtemps, dans la même galaxie...

    « Allez mon grand, on essaye une nouvelle fois. Dit Beau-jo-lais Nou-veau. »

    Je sentais dans les yeux d'Elliot qu'il était enfin prêt à prononcer ses premiers mots. Il y avait une grande lumière qui brillait dans son esprit. C'était un petit mec dégourdis, plein de ressources et du haut de ses deux ans, il était tout a fait capable de surpasser les autres. Une seule chose bloquait son évolution ! Elle était blonde, tenait un gant de cuisine en main et elle pouvait faire se damner n'importe lequel des dieux qu'elle croisait.

    « Tu ne vas pas lui apprendre ça François ! Je suis sérieuse. »

    J'adorais la voir en colère. Elle avait posée son gant de cuisine sur le haut du canapé et elle avait croisée les bras en me menaçant de toute sa hauteur, même si en réalité elle était plus petite que moi. J'adorai toutes ces années qu'on passait ensemble, le fait d'élever mon petit gars et de vivre à la normale, entouré des gens que j'aimais.

    « Tu sais que c'est pour son bien. Faut bien qu'il débute par quelque chose ! »

    « Ce que tu veux mais pas ça ! »

    « Oh bordel, t'es toujours en train de me faire la leçon sur mes méthodes d'éducation. Regarde le ! Il est tout mignon, tout adorable, il ne peut y avoir que de beaux mots qui sortent de sa bouche. N'est ce pas mon petit gars ? »

    Cette fois ci le moment était venu. On avait retenu notre respiration, Aphrodite et moi, car Elliot qui tentait tant bien que mal de rester debout, venait d'ouvrir la bouche. Il allait le faire, il allait parler. Mon coeur battait la chamade. J'espérais juste une chose : me souvenir jusqu'à la fin des temps de ce petit mot qui allait sortir de sa toute petite bouche.

    « Bor-del. »

    Pendant l'espace d'un instant, il y eu un grand blanc, puis Elliot avait une nouvelle fois prononcée son premier mot.

    « Bor-del. »

    Je n'avais pas pu m'empêche de sourire en même temps qu'une petite larme coulait le long de ma joue. Il venait de dire "bordel". Il pensait à son papa. Son premier mot était pour son papa ! Je m'étais précipité vers lui pour le prendre dans mes bras.

    « C'est super mon petit gars ! Tu as dit bordel ! Il a dit bordel ! Il pense à son papa ! »

    « MAIS TU TE FOU DE MOI ? » avait hurlée Aphrodite tandis que j'avais passée une main sur les oreilles du petit bonhomme que je portais.

    « Quoi ? Il a dit son premier mot, tu devrais être contente ! »

    « Je t'avais demandée de ne plus dire de grossièreté à côté de lui. Il ne peut pas dire cela. Attends... donne moi le ! »

    Je lui avais passé le petit gars, tandis que Aphrodite lui répétait plusieurs fois le même mot : "maman". Mais Elliot ne parlait plus, s'en était fini, il avait dit son mot et il l'avait répété, c'était bien suffisant pour aujourd'hui.

    « Allez, Elliot. Dit maman. Ma-man. Allez, tu peux le faire. Ma-man. »

    « Oh putain, tu peux pas le laisser souffler deux minutes ? Il a déjà dû faire pas mal d'efforts pour dire son premier mot, on ne peut pas lui en demander trop. »

    C'était à ce moment là que la chose s'était produite. Tandis qu'Aphrodite était persuadée qu'il allait prononcer le mot ma-man, sa bouche en forme de "O" avait dit tout autre chose.

    « Pu-tain. »

    C'était son second mot.

    « Pu-tain. »

    Et comme pour le premier, il l'avait répété une seconde fois. Je sentais qu'Aphrodite bouillonnait, tandis que je souriais à pleine dent.

    « Ca c'est un bon petit gars ! »

    « Pa-pa. »

    Cette fois ci c'était la goutte d'eau qui avait fait déborder le vase. J'avais passé une main sur mes joues avant de m'approcher d'Elliot et de le serrer lui et Aphrodite dans mes bras. Ils étaient ma famille et mon petit gars venait de m'appeler papa. Je m'étais reculé vue que j'étais à deux doigts de l'écraser, puis je l'avais pris dans mes bras sans laisser à Aphrodite le soin de me le tendre correctement.

    « Non, non et non. C'est impossible... »

    « Dit pa-pa. »

    « Pa-pa. »

    « Ah c'est magique ! Pa-pa. »

    « Pa-pa. »

    « Il est doué ! »

    Aphrodite ne semblait pas contente du tout. Elle me l'avait repris des bras et elle l'avait regardée bien droit dans les yeux avec un magnifique sourire qui me faisait toujours craquer.

    « Dit ma-man. »

    Elliot avait hésité et aucun son était sortit de sa bouche.

    « Ma-man. Dit ma-man »

    « Pu-tain. »

    « Non, maman ! Ma-man ! »

    « Pu-tain. »

    « Tu n'arriveras pas à lui faire dire maman. »

    « Pa-pa. »

    « Ok, dit pa-pa. »

    « Pa-pa. »

    « Et maintenant dit ma-man. »

    « Pu-tain. »

    « Oh bordel que c'est trop bon ! »

    « Bor-del. »

    « Viens mon grand, toi t'es un champion ! »

    C'était la première fois que je l'avais appelé mon grand, car aujourd'hui il avait fait un grand pas en avant et je savais que désormais, Aphrodite aurait affaire à deux petits gars et grands garçons au lieu d'un seul !


    Aujourd'hui...

    « Tu te souviens de ton premier mot ? »

    J'avais glissé les mains dans les poches de mon pantalon, observant Elliot comme il m'observait lui même et avec exactement la même posture. Un petit sourire était venu se dessiner aux coins de mes lèvres en songeant au fait que même si on n'était pas réellement du même sang, il me ressemblait tellement.

    « J'ai toujours eu très peur de ce que tu pourrais devenir. » avais-je avoué en ne détournant pas mon regard du beau jeune homme qu'était devenu mon petit gars.

    « Il se disait beaucoup de choses sur toi. Il s'en dit encore autant. Mais j'ai toujours eu une certitude. Depuis le premier jour où je t'ai vue, j'ai su que je serai ton père jusqu'à la toute fin. »

    J'avais fait un pas vers lui avant de sortir les mains de mes poches.

    « Je ne t'oublie jamais mon grand. Même si je ne peux pas être toujours là, je pense à toi en continue. Alors... putain, arrête de te comporter comme un con ! C'est vrai quoi, regarde toi ! T'es là les mains dans les poches à discuter avec ton vieux père alors que la brune super sexy et la petite blonde sont à des milliers de kilomètres de là ! Ta place est auprès d'eux et pas auprès de moi ou encore moins auprès d'autres brunes moins sexy et avec des lèvres peut-être attirantes, mais pas autant que celles de ma belle fille ! »

    J'étais entré dans le vif du sujet, puis j'avais remis mes mains dans les poches, en reprenant une attitude normale.

    « Ben oui quoi... Tu crois que ça lui a fait plaisir à Lily que tes lèvres croisent le chemin d'autres lèvres ? Tu sais que ta mère a réussie à conserver les miennes pendant toute ton enfance ? Et tu sais à quel point c'est difficile pour quelqu'un comme elle ! Elle a dû faire de grands efforts et tu devrais faire de même. Lily n'est pas éternelle, si tu peux la rendre heureuse le temps qu'elle est là, ça sera déjà ça de gagné. »

    Je ne voulais pas lui dire que Lily finirait bien par le quitter un jour ou l'autre et ce sans le vouloir réellement. Mais peut-être que lui montrer les choses de cette manière là lui permettrait de se raisonner et de prendre désormais les bonnes décisions.

    « Elle est chouette putain ! Un peu timbré, mais qui ne l'est pas ? T'as qu'à me regarder, je suis encore marié avec ta mère, je suis mort, je viens d'épousé la reine des glaces et je fais des pubs alors que je suis un dieu. »

    Je m'étais pris tout ça en pleine figure tout en l'extériorisant.

    « Bordel... Ca c'est de l'existence... »

    J'en avais vécu des choses. Lui aussi allait en vivre des tonnes et on ne pouvait pas dire qu'il débutait vraiment bien.

    « J'ai toujours eu très peur de ce que tu pourrais devenir... » avais-je répété une nouvelle fois.

    « Parce que t'avait pas le meilleur des exemples auprès de toi. Mais regarde toi, mon grand. T'as une petite amie merveilleuse, une femme même. Une fille que je n'ai pas encore vraiment croisé, mais dont je suis sûr qu'elle doit en savoir des choses sur moi et sans doute pas très flatteuses. Et puis... t'as hérité de la beauté de ta mère. T'es un grand, mon grand ! Tu peux être fier de toi, alors ne vient pas tout gâcher pour une histoire de salive. »

    J'allais le prendre dans mes bras, mais quelque chose m'avait stoppé. Une pensée... Ou plutôt une interogation...

    « Putain. Ca veut dire que de lui elle n'aurait pas dit non pour avoir une fille ? Ah oué ? Bordel ! »



Elliot Sandman
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Elliot Sandman

| Avatar : Pierre Niney *o*

I don't wanna miss a thing ♥ LILY JOLIE - Page 2 Try5

Tous les mots sont fins
quand la moustache est fine...


I don't wanna miss a thing ♥ LILY JOLIE - Page 2 Eu7xoqr

| Conte : Intrigue Divine
| Dans le monde des contes, je suis : : Le fils de Hadès et Aphrodite

Meilleur duo Awards

| Cadavres : 1568



I don't wanna miss a thing ♥ LILY JOLIE - Page 2 _



________________________________________ 2016-04-10, 16:11


« You say you want it, but
You can't get it in
You got yourself a bad habit for it »

Bad Habit

Je plissai des yeux alors qu'il imitait ma posture. Il était obligé de me singer comme ça ? Tout ce qu'il faisait m'énervait... Ce jeu de miroirs m'agaçait. Même si je savais qu'il n'était pas mon père, nous avions beaucoup de similitudes. Je me mordis les lèvres tandis qu'il enlevait les mains de ses poches pour s'approcher de moi. J'eus un mouvement de recul. Il allait faire une attaque de câlin ou quoi ? Heureusement, il se contenta de passer à l'offensive par des mots. Je déglutis avec peine et évitai son regard ému.

"J'ai su que je serai ton père jusqu'à la toute fin."

Il allait me faire pleurer avec ses conneries. D'ailleurs, mes yeux devinrent un peu humides. Sans doute une poussière qui venait d'entrer dans les deux en même temps. Je les essuyai rapidement comme si de rien n'était et reniflai un peu. C'était le genre de phrase issue d'un soap au rabais, mais ça faisait son petit effet. Malgré tout, je lui en voulais toujours autant.

Si tu veux tellement être mon père, pourquoi tu t'es défilé ? Pourquoi tu as fait croire à ta mort ? Pourquoi tu m'as fait tant de mal ?

Les pensées s'entrechoquaient dans ma tête. J'aurais voulu tout lui cracher en vrac, sans réfléchir, mais il me connaissait trop bien, aussi avait-il enchaîné sur le fait que j'agissais comme un débile à rester planté là alors que ma brune super sexy étaient à des milliers de kilomètres. Attendez une seconde... comment pouvait-il le savoir ? Mes yeux se plissèrent davantage alors qu'il insistait sur Nora, à présent. Okay, il avait parlé avec Lily, c'était évident. Il avait kidnappé ma femme et ma soeur pour le fun ! L'espèce de... de psy du dimanche ! Il n'allait rien arranger, au contraire, il allait faire empirer les choses !

"Je rêve ou t'es en train de me faire la morale ?" fis-je, incrédule. "Toi, le dieu des excès qui te la joue super mature et responsable ? Laisse-moi rire."

L'ironie dans tout ça, c'est que justement, de tous les dieux que j'avais côtoyés ou rencontrés, il était le plus "adulte" du lot. En tous les cas, il avait toujours été une image forte et rassurante durant mon enfance. Contrairement à ma mère qui avait semblé souvent dépassé -même si je ne la jugeais pas, elle avait été une maman d'exception- François avait toujours été là pour la soutenir, pour nous épauler.

Devant le flot d'informations qu'il me donnait, je levai les mains devant moi comme pour le faire arrêter, mais il continua de parler. Je fronçai les sourcils et grimaçai.

"Attends... comment ça la reine des glaces ? Tu parles de tes crèmes glacées ou d'Elsa ? Parce que Elsa est à moi, c'est ma reine ! C'est écrit dans ton temple en Grèce ! Elle a même son siège réservé avec son nom dessus !"
dis-je d'un ton irrité.

Non mais sans blague... Il n'allait pas me piquer mes reines, tout de même ? Ca voulait dire qu'il s'était marié avec Elsa ? Mais alors... il était devenu polygame puisqu'il n'avait pas divorcé avec Maman ? Je fis les yeux ronds, complètement perdu.

Sa dernière réflexion me revint en tête et je lui lançai un drôle de regard.

"Une fille de qui ? Tu parles d'Apple ? Mais attends... ça veut dire que... que tu voulais des enfants avec Maman ? D'autres... enfin..."


Je réalisai que j'aurais pu ne pas rester enfant unique. Après tout, François était mortel à cette époque-là. Cela voulait-il dire qu'il aurait pu avoir un bébé avec Maman ? Ca me perturbait bien trop cette histoire. J'aurais tellement aimé avoir une petite soeur... Je n'avais pas créé Apple uniquement pour faire une sorte de "cadeau" à ma mère. De base, je l'avais faite grandir à l'intérieur d'un ordinateur et configurée selon mes fantaisies, uniquement pour combler le vide que j'avais ressenti durant mon enfance. Qui n'aurait pas voulu avoir la soeur ou le frère de ses rêves ? J'en avais eu la possibilité et j'avais agi égoïstement, comme à mon habitude. A présent, Apple était là, et je n'avais que de la tendresse pour elle. Tant pis si on me prenait pour un dingue. Ca valait la peine d'être considéré comme un fou.

"Dis-moi où elles sont."
soupirai-je, à la fois implorant et exaspéré. "Je m'inquiète. Lily n'est pas au top de sa forme... par ma faute. Quant à Apple, elle vient de débarquer dans ce monde. Faut pas trop la brusquer."

François sembla compatir à mes tourments car il posa une main sur mon épaule. Je croisai aussitôt son regard et l'instant d'après, nous nous étions téléportés ailleurs.

Je me détachai de lui pour observer les lieux. Ca sentait le gâteau qui cuit dans le four. Au bout de deux secondes à peine, je reconnus la pâtisserie de Robyn.

"Tu m'as emmené en territoire ennemi, espèce de traître !"
chuchotai-je d'un ton furieux à mon beau-père.

L'esprit en alerte, je me plaquai contre le mur -côté vitrine- prêt à esquiver un coup de batte ou pire encore. Si je ne faisais pas de bruit, je pouvais marcher en crabe jusqu'à la porte de sortie... A moins de me téléporter de suite. Mais oui, pourquoi n'y avais-je pas pensé plus tôt ? C'était dingue qu'au bout de deux ans, je n'avais toujours pas ce réflexe !

Je me raidis en apercevant Nora assise sur un tabouret devant le comptoir et face à moi. Elle était occupée à boire un milk shake d'un air méfiant. En me voyant, elle s'éloigna de sa paille pour me fixer d'un oeil perçant. Je déglutis et tournai la tête vers François.

"Allez les jeunes ! Parlez-vous ! Il faut régler cette histoire. Tu ne partiras pas d'ici avant que tout soit rentré dans l'ordre." déclara ce dernier d'un ton sévère.

Je lui lançai un regard noir, car je savais qu'il était capable de me forcer à rester ici. Quand j'étais plus jeune et que je refusais de faire mes devoirs, il pouvait se révéler incroyablement persuasif. Il m'avait privé de jeux vidéo pendant UN MOIS entier une fois ! Qui sait ce qu'il serait capable de faire, cette fois ?

I don't wanna miss a thing ♥ LILY JOLIE - Page 2 Tumblr_nmwzkrRCIL1qiaxzfo2_500

Complètement perdu, je me décollai du mur à contrecoeur et m'avançai vers Nora, alors que tout ce que je souhaitais, c'est m'enfuir à toutes jambes. A mesure que je m'approchais, je revoyais par flashs les moments que nous avions passés ensemble. Et tout se terminait toujours par un baiser. Ce baiser... nos lèvres l'une contre l'autre...

François alla s'asseoir tranquillement à une table et prit le menu. En plus, il comptait nous surveiller ! Je sentis mes poings se crisper et me fis violence pour me hisser sur un tabouret, face à Nora. Heureusement que le comptoir nous séparait.

"Euh... Robyn n'est pas là ?" demandai-je d'un ton faussement désinvolte.

Dis "non" par pitié, dis "non", la suppliai-je mentalement.

Maintenant que je m'étais régénéré, je n'avais pas envie de me prendre une autre raclée. Je baissai les yeux sur son énorme verre et fis une moue. Autant se focaliser sur un sujet qui ne fâche pas.

"C'est nul que le premier truc que tu goûtes une fois chez nous, ce soit un milk shake. Il y a des choses tellement meilleures."

Tes lèvres contre les miennes...

Je clignai des yeux et tirai sur le col de ma chemise, car il faisait drôlement chaud d'un seul coup. Un coup de jus me réveilla totalement. Des filaments électriques partaient de mes doigts tant j'étais nerveux. Je pris une grande inspiration et tentai d'esquisser un sourire, mais à cet instant, les paroles d'une chanson caressèrent mes oreilles :

I will not ask you where you came from
I will not ask and neither should you
Honey just put your sweet lips on my lips
We should just kiss like real people do


Choqué, offusqué, indigné, je pivotai sur mon tabouret pour dévisager François qui venait de faire apparaître une radio et qui était tombé sur cette musique. Evidemment. Il me lança un regard interrogateur et je plaquai une main contre mon visage avant de me tourner de nouveau vers Nora.

"Alors, comment se passe ton intégration ?"

Elle est là depuis seulement quelques heures, crétin.

Et la chanson romantico-tragique continuait de tourner sur fond de guitare sèche. Merci papa.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t974-call-me-god-elli http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t11851-elliot-this-is-my-kingdom-come http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t1908-la-vie-trepidante-d-un-demi-dieu


François Sandman
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

François Sandman

| Avatar : ➹ Bradley Cooper

I don't wanna miss a thing ♥ LILY JOLIE - Page 2 Fvro

"Alors Annachou, et les amours ? Ca fait un moment que tu ne me racontes plus rien sur ta vie sentimentale. Quoi ? Comment ça tu m'as jamais rien raconté ? Mais si je me souviens... Ah non, c'était pas toi."

I don't wanna miss a thing ♥ LILY JOLIE - Page 2 PPwcr4a

"Je te jure Héra, j'ai pas touché à ta cave à vin personnelle. Tu me prends pour qui, sérieusement ?"
I don't wanna miss a thing ♥ LILY JOLIE - Page 2 2852471132


| Conte : ➹ Hercule
| Dans le monde des contes, je suis : : ✲ Dyonisos, dieu de la vigne, du vin et de ses excès, de la folie et de la démesure. Rien que ça ! ^.^

I don't wanna miss a thing ♥ LILY JOLIE - Page 2 Mp52

| Cadavres : 109



I don't wanna miss a thing ♥ LILY JOLIE - Page 2 _



________________________________________ 2016-04-11, 13:50



Il y a un temps pour chaque chose...
Un temps pour s'aimer... un temps pour pardonner...



    « Oh putain, Elliot ! Non mais c'est toi qui me fait la morale là ! J'ai beau être le dieu des excès, je ne suis pas excessivement moralisateur non plus ! Je fais les moyens que j'ai et avec la modération qui m'est nécessaire ! »

    C'était la charue qui se faisait charier. Si il croyait pouvoir retourner ma morale contre moi même, il se foudroyait totalement. D'ailleurs j'avais entendu dire qu'il pouvait produire la foudre. C'était un don piqué à Zeus ? Comment qu'il pouvait avoir autant de pouvoirs ? Je comprenais que le dieu de la renaissance, comme on l'appelait, était quelqu'un de fort puissant, mais là c'était limite si il ne possédait pas un peu de chaque dieu en lui. Ce qui rendait la chose encore plus effrayante. Mais ça restait fiston et je ne devais pas avoir peur de lui. Après tout à part une attaque de câlins, on n'avait été plus loin. Et bon dieu que ça faisait du bien ce genre d'attaques ! J'avais hésité à le prendre dans mes bras, mais comme il le moralisait, j'avais laissé tomber l'idée.

    « Ta reine ? Non mais tu me fais quoi là mon grand ? »

    Il parlait d'Elsa comme si elle était à lui. Je n'avais rien contre, car de toute façon ce n'était pas un objet que j'avais acheté. Mais sa reine, ça signifiait sa femme ? Sa copine ? Sa maîtresse ? Il comptait vraiment en avoir cinq qui se jetteraient à ses pieds ? Alors c'était ça Nora ? Il voulait en faire une reine ? Parce que sa reine, sa Lily, ne lui suffisait pas ? Il allait falloir lui faire bien comprendre qu'il n'avait qu'une reine et que si il se comportait mal avec elle, le bouffon lui donnerait un coup de poing dans la gueule. Bien que j'aurai préféré jouer un autre rôle que le bouffon. Mais je ne me souvenais plus trop du moyen âge et des rôles qu'on distribuait.

    « Quand à ta mère, ce n'est pas de ma faute si on est encore marié. A dire vrai ce n'est pas de ma faute non plus si on n'est plus ensemble. Si elle n'était pas allée voir la grande langue pendant que j'étais dans le coma, ça ne serait pas arrivé et on serait encore à Las Vegas ! Bien que je t'accorde, avec Elsa aussi on y était. D'où les souvenirs que j'y ai ramené. Je t'ai pas montré le tshirt et le mug à notre effigie à tous les deux ? Ils offrent ça pour les mariages. Enfin c'est nouveau, parce qu'avec ta mère, on avait juste eu des préservatifs parfumés. Ce que je n'ai jamais compris, car d'un je n'ai jamais su où ils avaient finis et de deux, pourquoi inciter les gens à ne pas avoir d'enfants ? Surtout que là on t'avait dans les bras ce jour là. Ou alors c'était la nourrice. Mais on n'avait pas de nourrice. Où on t'avait mis ? » avais-je dit d'un ton songeur.

    « Évidemment que je voulais d'autres enfants. T'aurais pas voulu une petite soeur ? »

    Je l'avais regardé avec un air interrogateur, car j'avais toujours eu envie d'une fille. A comprendre par là que Elliot me satisfaisait amplement, mais une petite fille en plus, ça aurait été pas mal. D'accord le petit gars compensait quand il portait des robes et qu'il jouait à la princesse, mais ça ne me suffisait pas. C'était le garçon parfait, il fallait la petite fille parfaite. Je devrais passer voir Ellie, après tout c'était ma fille aussi. Qu'est ce qu'elle aimerait ? Plutôt une poupée ou une dinette ? J'allais y réfléchir avant d'aller la voir.

    « Lily va très bien quand on s'y prend bien avec elle. Et puis là elle s'amuse avec Apple. On va pas aller les déranger tant qu'on a pas fini cette conversation et que tu ne t'es pas calmé, Elliot. »

    Oui, quand je m'énervais, je l'appelais pas son prénom. Bien que je n'étais pas vraiment énervé. Je me souvenais même plus de quand c'était la dernière fois. Peut-être en avril, mais de quelle année, pensais-je. Quoi qu'il en soit, je nous avais téléporté dans l'endroit le plus logique pour régler nos soucis. Un endroit où je pourrai déguster des pâtisseries de l'autre folle, tandis qu'Elliot pourrait parler avec la jeune femme.

    « Allez les jeunes ! Parlez-vous ! Il faut régler cette histoire. Tu ne partiras pas d'ici avant que tout soit rentré dans l'ordre. »




Sinmora
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Sinmora

| Avatar : ➹ Daisy Ridley

I don't wanna miss a thing ♥ LILY JOLIE - Page 2 P3t4

« Tu es incorrigible ! »

I don't wanna miss a thing ♥ LILY JOLIE - Page 2 8y3q

| Conte : Hercule ϟ
| Dans le monde des contes, je suis : : ☣ Intrigue divine ☣ Originaire de Vigrid. ϟ

I don't wanna miss a thing ♥ LILY JOLIE - Page 2 Rey200

| Cadavres : 5988



I don't wanna miss a thing ♥ LILY JOLIE - Page 2 _



________________________________________ 2016-04-11, 14:11



L'imbécile est de retour !



    Meter... C'était mon monde que j'avais quitté pour me retrouver ici, dans un nouveau monde, une nouvelle ville, une nouvelle façon de vivre. Ce n'était pas facile de s'acclimater, surtout quand vous ameniez avec vous dans vos bagages, tant de souvenirs. Je n'aurai peut-être pas dû venir, car ma place n'était pas ici, mais sur mon monde je serai morte. Il est parfois difficile d'imaginer ce qui aurait pu arriver si tout s'était passé autrement, si vous n'aviez pas fait les même rencontres. Le nom d'un garçon me revenait en tête, celui d'Elliot. Je pensais à lui à chaque instant, me demandant pourquoi je l'avais embrassé, pourquoi il s'était laissé faire et pourquoi cette fille avait réagis de manière aussi violente avec lui. Il n'était pas seul, lui. Il n'aurait pas dû, lui. Il était toujours question de lui.

    Robyn avait eu la gentillesse de m'amener chez elle, de m'offrir un logis et de me proposer de me sustenter. Elle m'avait conduite un peu plus tard dans la journée, dans sa pâtisserie, me faisant un milk shake et me laissant seule le temps de le siroter. Elle devait faire une course et elle m'avait indiquée dans quel tiroir se trouvait une armée à feu que je ne savais pas utiliser, ainsi que l'emplacement exact de sa batte de base ball trafiquée. Je n'avais aucune idée de ce qu'était une batte de base ball, mais ça pouvait faire très mal. On se faisait si fréquemment attaquer ici pour qu'elle doive prendre tellement de précautions à chaque fois qu'elle venait à quitter sa boutique ? Quoi qu'il en soit, je lui avais promis de veiller à ses pâtisseries et c'était ce que je faisais jusqu'au moment où deux hommes étaient apparues. Heureusement pour moi, j'avais mon bâton et je m'étais levée d'un bond, faisant face aux deux nouveaux venus. Le premier était plutôt vieux et s'était assis à une table, tandis qu'en voyant le second, mon coeur avait fait un bond.

    « J'ai mon bâton. » avais-je dit catégoriquement quand Elliot m'avait demandé si Robyn était là. Je n'avais pas besoin de ses armes, la mienne me suffisait amplement et à dire vrai j'avais grandement envie de l'utiliser face à lui. Il méritait une bonne leçon, même si la jeune femme du nom de Robyn s'était déjà occupée de son cas, cela dit ses blessures avaient toutes disparues. Il était réellement un dieu, comme on me les avais décrit.

    Elliot avait parlé du milk shake que je dégustais et j'avais regardé le verre avant de l'observer lui. Pourquoi il disait que ce n'était pas bon ? J'avais rarement goûté à quelque chose d'aussi délicieux. Il n'avait pas de goût. Pourtant ses lèvres, elles, en avaient. J'avais tentée d'oublier cela, mais c'était difficile d'y arriver. J'avais sursauté en voyant des filaments bleutés sortir de ses doigts et venir se frotter contre son cou. Pourquoi il se faisait mal volontairement ? Il contrôlait aussi mal ses pouvoirs que ses gestes ?

    Une musique avait retentis dans la pièce et le vieil homme avait fait apparaître un appareil diffusant cette musique. C'était donc lui le responsable ? Qu'est ce que ça voulait dire ? J'avais tentée de comprendre les paroles qui parlaient de quelqu'un qui ne comptait pas demander à une autre personne d'où elle venait, ni où elle allait, mais simplement qu'elle voulait coller ses lèvres tout contre les siennes. L'espace d'un instant je me revoyais dans la grotte et je ressentais exactement la même chose. Mes yeux croisèrent ceux du jeune homme et je sentis ma poitrine se relever à chacun des battements de mon coeur.

    « J'ai un bâton. » avais-je répondu d'une voix tremblante à la question qu'il m'avait posé.

    « Un très jolie bâton si je puis me permettre. »

    J'avais tournée la tête vers le vieil homme qui m'avait fait un sourire se voulant rassurant. Ca avait eu uniquement pour effet de me faire remuer la tête de gauche à droite. Puis, j'avais posée mon bâton contre le rebords du comptoir avant de m'avancer vers Elliot, de plaquer mes mains sur son col, avant d'en tirer les bords et de le forcer à se reculer contre une vitrine. Son dos s'était claqué dessus et d'un geste rapide de la tête, j'avais regardée si le vieil homme comptait bouger pour l'aider ou non. Il était resté à sa place.

    « Quelle idée t'es passée par la tête quand t'as décidée de venir ici me narguer le jour même ? Tu crois quoi ? Que c'est facile pour moi ? Que mon intégration se passe bien ? J'ai tout perdu pauvre idiot ! Et tu m'as pris ce qui me restait. »

    J'hésitais entre l'embrasser ou le frapper, mais au lieu de cela, je m'étais détachée de lui, et j'avais reniflée, retenant mes larmes. Je ne pleurais pas, jamais. Et surtout pas pour quelqu'un comme lui qui ne le méritait pas. On ne pleurait que les gens qu'on perdait et pas les choses insignifiantes.

    « Je ne veux plus jamais te revoir. Va t'en ! » avais-je dit avant de reprendre mon bâton et d'aller dans la pièce du fond qui était cachée comparée à celle ci qui était exposée. Le vieil homme s'était levé à mon passage et je l'avais entendu se diriger vers Elliot.

    « Wouah. Elle en a gros sur le coeur. T'aurais pas dû revenir de suite. Mais bon, maintenant que tu es là, va falloir faire quelque chose pour elle. Parce que ça ne va pas ça ! On ne fait pas souffrir une jeune femme, quelle soit belle ou non. Et elle est magnifique, donc on ne fait doublement pas souffrir une jeune femme comme elle. Je vais aller voir Lily et lui demander si elle veut revenir de suite, sinon t'attendras. En attendant tu bouges tes fesses, tu vas la voir et tu répares ! Parce que sinon je te met une fessée même devant toutes ces pâtisseries ! Allez mon grand, on y met du siens ! » avait-il dit avant de le prendre dans ses bras. « Ca va aller, tu vas voir, il en faut peu pour être heureux et tu peux la rendre heureuse. En ami évidemment. Parce que si je vous surprend lèvres contre lèvres, je te prive de toutes tes reines. Et ce n'est pas des paroles en l'air ! Allez ! »

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t86362-chronologie-de-sinmor http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90857-sinmora-l-enfant-des-etoiles#1308759 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90628-bible-de-rp-s-sinmora#1304498 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85306-btonsuprme#1198939


Elliot Sandman
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Elliot Sandman

| Avatar : Pierre Niney *o*

I don't wanna miss a thing ♥ LILY JOLIE - Page 2 Try5

Tous les mots sont fins
quand la moustache est fine...


I don't wanna miss a thing ♥ LILY JOLIE - Page 2 Eu7xoqr

| Conte : Intrigue Divine
| Dans le monde des contes, je suis : : Le fils de Hadès et Aphrodite

Meilleur duo Awards

| Cadavres : 1568



I don't wanna miss a thing ♥ LILY JOLIE - Page 2 _



________________________________________ 2016-04-17, 12:43


« You say you want it, but
You can't get it in
You got yourself a bad habit for it »

Bad Habit

Je pouvais le faire. Je pouvais y arriver. Je ne devais pas oublier l'objectif ultime : si j'arrivais à arranger les choses avec Nora, mon père me conduirait jusqu'à Lily et Apple. Je n'en revenais pas qu'il ose me faire du chantage. C'était révoltant !

ET IL POUVAIT ETEINDRE CETTE MUSIQUE OU IL ETAIT TROP ATROPHIE DU CERVEAU POUR APPUYER SUR OFF ?!

En tous cas, je devais me montrer fort et courageux. Vider mon esprit. Ne pas tressaillir quand Nora se leva et contourna le comptoir pour se diriger droit sur moi. Je me levai d'un bond et retins mon souffle alors qu'elle m'attrapait par le col de ma chemise pour me faire reculer. Je sentis mon dos heurter brutalement la vitrine. Son regard d'acier se planter dans le mien. Je déglutis avec peine en me mordant la lèvre. Elle pouvait me frapper si ça lui faisait du bien. J'étais résigné à devenir le punching ball de ces dames.

J'écoutais patiemment ses lamentations. Je ne portai aucun jugement, la pauvre avait sacrément morflé et ce qui s'était passé entre nous n'avait rien arrangé. Pourtant, elle y allait un peu fort en m'accusant de tout.

"Je ne t'ai rien pris du tout !" fis-je, indigné. "C'est toi qui m'as embrassé ! Tu m'as sauté dessus sans prévenir !"

Pourquoi son visage était-il si près du mien ? Je sentais nos souffles s'entremêler. Mon esprit partait de nouveau en vrille. Il aurait fallu attendre quelques jours avant de se revoir. Si vite c'était une très mauvaise idée. Nora me fixait d'un air à la fois incendiaire et perdu. Je ne savais que faire. Désarmé, je me contentai de la regarder, espérant que mes yeux remplis de déroute suffiraient à la réconforter. C'était comme donner une cacahuète à Apple : c'était nocif, ça tuait.

Des larmes naquirent au coin de ses yeux et elle se recula brusquement pour se réfugier dans l'arrière-boutique, récupérant son bâton au passage. Je me décollai de la vitrine et passai une main dans mes cheveux ébouriffés, le souffle court.

François se planta devant moi quelques secondes plus tard. Je lui décochai un regard furibond. Voilà, t'es content ? C'est encore pire qu'avant !

"Tes conseils, tu peux te les garder."
grommelai-je. "Franchement, en dentiste t'étais franchement pas doué, mais en psy, t'es carrément nul."

Il m'étreignit comme si de rien n'était et je me laissai faire, réchauffé par ce câlin inattendu. Je lui en voulais toujours pour pleins de choses -notamment ce traquenard- mais il restait mon père. Mon vrai père, celui que j'avais choisi.

"T'as intérêt à faire venir Lily." dis-je d'un ton bougon. "Enfin, pas ici ! Surtout pas ici !"

Il disparut avant la fin de ma phrase. J'espérais qu'il m'avait entendu sinon je cassais toutes ses bouteilles de vins. Hors de question qu'il amène Lily dans la pâtisserie de sa meilleure amie avec laquelle elle était brouillée, et dans le périmètre de Nora. Lui planter un couteau en plein coeur aurait été moins cruel.

Je fis une moue et tournai la tête vers l'arrière-boutique dont la porte était entrouverte. A contrecoeur, je traînai des pieds et rejoignis Nora qui était occupée à enlever quelques imperfections de son bâton à l'aide d'un petit couteau très aiguisé.

J'eus un mouvement de recul car je craignais qu'elle ne me l'envoie en pleine tête et je n'avais pas spécialement envie de me régénérer une seconde fois aujourd'hui. Ca faisait mal quand même, de mourir.

Les bras ballants, je restai dans l'encadrement de la porte, jetant des coups d'oeil faussement intéressés aux étagères remplies de sachets de sucre et de farine. C'était vraiment mal rangé.

Après une longue minute de silence, j'estimai qu'il fallait que je trouve un truc à dire. Quelque chose de profond qui lui ferait du bien.

"Juste un mot et ensuite je m'en vais." déclarai-je en tortillant le bout de ma chaussure sur le sol d'un air emprunté.

Le silence, de nouveau. Vite Elliot, trouve un truc, viiiiite !

"On aurait pas dû faire ce qu'on a fait. J'aurais pas dû ne pas te repousser. Et toi tu n'aurais pas dû m'embrasser. Mais si on continue de s'en vouloir pour nos erreurs passées, on n'avancera pas et... ça craint ! Tu peux pas commencer une nouvelle vie sur des fondations pourries !"

En plus, si tu ne me fais pas un sourire, mon père ne me rendra pas ma femme et ma nouvelle petite soeur !

Heureusement, j'avais eu la présence d'esprit de ne pas prononcer ces paroles à haute voix. Pour une fois que j'avais su tenir ma langue... A ce stade, ce genre de phrase aurait jeté de l'huile sur le feu. Pas de boum supplémentaire, merci.

J'enfouis les mains dans mes poches et m'avançai d'un pas vers elle. Sa main était toujours crispée sur le petit couteau, ce qui m'incitait à ne pas trop m'approcher.

"Tu as besoin de quelqu'un. Ok, tu as Robyn, mais elle n'est pas stable mentalement, cette fille. Je suis pas plus qualifié pour aider une nouvelle venue à se débrouiller dans ce monde, mais... je veux bien être ton ami. Tu ne pourras pas t'en sortir seule. Mais... je peux comprendre que c'est dur de supporter ma tronche, surtout vu les circonstances, alors... je pourrais te présenter des gens qui deviendraient tes amis. Comme ça, tu ne serais pas obligée de me voir. Tu les verrais eux. Je pense que tu t'entendrais bien avec Ellie, parce que c'est moi mais avec un côté constipé. Elle dévore les livres aussi et des fois elle oublie que tu existes, mais en dehors de ça, elle est vraiment sympa."

J'oscillai d'avant en arrière sur mes pieds fixés au sol, peu convaincu par mon idée. En réalité, je ne voyais pas comment résoudre le problème, mais je ne souhaitais pas la laisser démunie non plus.

N'en pouvant plus, je fis le dernier mètre qui me séparait d'elle et me penchai pour lui prendre le couteau de la main. Elle me décocha un regard à la fois surpris et furieux, mais je ne lui laissai pas le temps de réagir et la pris dans mes bras. Cette étreinte était étrange, à la fois douce et distante. Je ne voulais pas la brusquer, ni la braquer. Au contraire, je souhaitais l'apaiser. J'avais posé mes mains dans son dos et la serrait à peine.

"Un point partout : moi aussi je t'ai prise par surprise."
fis-je en m'écartant d'elle avec un début de sourire. "Alors, tu vas m'en vouloir pour ça aussi ou tu acceptes mon aide ?"

J'étais agenouillé juste devant elle, mais m'étais reculé afin que ça ne soit pas trop tendancieux. Je m'aperçus que la voir de si près ne me perturbait plus autant que ça. A croire que c'était vrai, le temps venait à bout de tout, même si en l'occurrence, il faudrait encore un petit moment pour que tout soit oublié.

"Tu es quelqu'un de bien qui est tombé sur un idiot. Les filles comme toi s'en remettent vite."
lui promis-je avec l'ombre d'un sourire encourageant.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t974-call-me-god-elli http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t11851-elliot-this-is-my-kingdom-come http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t1908-la-vie-trepidante-d-un-demi-dieu


Sinmora
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Sinmora

| Avatar : ➹ Daisy Ridley

I don't wanna miss a thing ♥ LILY JOLIE - Page 2 P3t4

« Tu es incorrigible ! »

I don't wanna miss a thing ♥ LILY JOLIE - Page 2 8y3q

| Conte : Hercule ϟ
| Dans le monde des contes, je suis : : ☣ Intrigue divine ☣ Originaire de Vigrid. ϟ

I don't wanna miss a thing ♥ LILY JOLIE - Page 2 Rey200

| Cadavres : 5988



I don't wanna miss a thing ♥ LILY JOLIE - Page 2 _



________________________________________ 2016-04-26, 12:31



L'imbécile est de retour !



    Il ne me restait pas grand chose du monde d'où je venais. La majeur partie de ma vie, je l'avais passée sur Meter. J'attendais la venue d'une personne pour me dire où était ma place, ce que je devais accomplir, mais en dehors d'Aeon, personne n'était jamais venu pour moi. Puis un jour, lui aussi était partit. Il devait faire son devoir et la dernière fois que je lui avais parlé, c'était par une pensée, juste avant qu'il ferme les yeux pour la toute dernière fois. J'avais tentée de retenir mes larmes, me concentrant sur mon bâton et sur les imperfections que j'étais en train de retirer avec un petit couteau très aiguisé que j'avais trouvé là. Robyn s'en servait sans doute pour ses pâtisseries.

    Je n'avais pas envie de revoir Elliot, pas aussi tôt. Il m'avait pour quelques secondes seulement, redonné le sourire. Grâce à lui mon coeur s'était remis à battre, mais dans le seul but de s'arrêter une nouvelle fois. Pour lui tout était simple, il venait d'un monde qui existait encore, où il était entouré par sa famille, ses amis, sa... sa femme. Je ne savais pas si je lui en voulais réellement pour ce qu'il m'avait fait, car en réalité il n'était pas le seul responsable. Je m'étais un peu trop précipitée, pensant qu'il était seul, mais ça n'était pas le cas. A dire vrai je ne lui en voulais pas du tout, au contraire, grâce à lui j'avais une dernière fois sentie mon coeur battre et ça m'avait rappellée tant de souvenirs de l'époque où tout allait encore bien.

    Quelque chose avait attirée mon attention vers l'entrée de la pièce. Elliot était à nouveau là et j'avais tournée la tête pour ne pas le voir, me concentrant d'avantage sur mon baton. Il était resté là, dans l'encadrement de la porte, sans prononcer la moindre parole. Puis, il avait ouvert la bouche et il s'était mis une nouvelle fois à parler. Je savais que je ne pourrai pas l'arrêter tant qu'il n'aurait pas fini de dire ce qu'il avait à dire. Pendant qu'il parlait, il s'était approché un peu et j'avais serrée d'avantage le petit couteau que je tenais toujours, même si je m'étais arrêtée de tailler mon baton. Et contre toute attente, il me l'avait pris des mains, ce qui lui avait valu un regard de braise. On ne volait pas le couteau à quelqu'un qui en avait grandement besoin pour calmer ses nerfs.

    J'étais à deux doigts d'oublier ces sanglots que je tentais de retenir et me concentrer sur la répartie sanglante que j'allais lui sortir, mais il m'avait prise dans ses bras et je n'avais pas eu le temps de réagir. Il s'était approché rapidement de moi et il avait posé ses mains dans mon dos, ce qui avait eu pour effet de me laisser échapper un petit frémissement. Ce contact c'était un peu trop pour moi. Il avait fallu que ce soit aujourd'hui en plus.

    Après ce qu'il m'avait dit et quand il s'était reculé, j'avais penché la tête, reniflant un petit coup. Je n'avais plus envie de retenir quoi que ce soit. J'étais malheureuse, triste, totalement dépaysée. Je ne comprenais pas le monde où je me trouvais et je n'avais pas envie de le découvrir. La seule chose que j'aurai voulu aujourd'hui, c'était de rentrer à la maison. Si seulement on pouvait venir me chercher, me ramener chez moi, me dire tout ce que j'ignorais encore sur ce qu'était ma vie. J'avais reniflée une nouvelle fois avant de passer ma main sur mon nez. Je ne pouvais plus retenir la moindre larme et au lieu de partir comme j'aurai dû le faire, je m'étais rapproché d'Elliot pour le serrer à mon tour dans mes bras. A dire vrai, j'avais juste posé mes mains et ma tête tout contre son torse, attendant qu'il me prenne dans ses bras. J'aimais la chaleur de son corps, ce sentiment de sécurité que j'éprouvais quand il était là.

    « J'ai peur... » avouais-je dans un petit murmure avant de renifler une nouvelle fois. Ca résumait bien l'émotion que j'éprouvais en ce moment même.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t86362-chronologie-de-sinmor http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90857-sinmora-l-enfant-des-etoiles#1308759 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t90628-bible-de-rp-s-sinmora#1304498 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t85306-btonsuprme#1198939


Contenu sponsorisé




I don't wanna miss a thing ♥ LILY JOLIE - Page 2 _



________________________________________

 Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2

I don't wanna miss a thing ♥ LILY JOLIE





Disney Asylum Rpg :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations



Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser