Magic
League 3

de Dyson

Miroir
Magique
de Anastasia

AWARDS :
Rentrée 2018
de Eulalie


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Magic League, chapitre III ☆ Evénement #98
Une mission de Dyson Walters - Ouverture : septembre 2018
« La Chute des Héros ! »

Partagez | .
 

 « Dancing is like dreaming with your feet.» [Opy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Maria Posada


« Mangez 5 fruits
et légumes par jour ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Jenna sexy Coleman :love:

Ѽ Conte(s) : La légende de Manolo.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La mexicaine désiré par deux garçons qui ce battent comme des débiles pour elle. Et qui te fou un coup de machette si tu l'ennuie accessoirement.

☞ Surnom : June.
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 897
✯ Les étoiles : 1153




Actuellement dans : « Mangez 5 fruits et légumes par jour ! »


________________________________________ Sam 19 Mar 2016 - 17:21


« Dancing is like dreaming with your feet.»


Je fixais la boite qui servait de distraction, assise entre deux piles electriques. Une braillait dans mes tympans comme un animal sauvage qui defendais son territoire. L'autre effectuait des grands gestes, et je devais me décalé avec vivacité pour éviter à chaque fois un coup de coude dans mes côtes, ou bien dans mon torax, au choix. J'étais coincé entre Jezabel et Calliope, qui c'était donnée rendez vous pour quelque chose au nom de ''Danse avec les stars.'' Elles étaient apparu comme deux grosses brutes, me tenant en otages entre leur deux petites masses. L'ecran s'illumina dans une musique des plus succulente pour mes oreilles, attirant mon regard vers les deux personnes qui glissait sur le parquet avec grâce et et majestuosité. Je fus hypnotisé par tend de douceur dans les mouvements, et par les portés spectaculaire. J'en oubliais les deux infernales à mes cotés, complétement concentrer, oubliant même le temps et l'environnement qui m'entourait. Les deux personnes passaient en suite leur tour pour faire venir un autre couple. Celui ci était plus dynamique, exécutant une danses mouvementés et avec synchronisation. Lorsque l'émission comme l'appelait Jezabel et Calliope fut terminé, j'eu presque un pincement au cœur. Je levais les yeux vers l'horloge en constatant avec stupeur que j'avais passé l'après midi devant la télévision. Moi qui avait promis de ne jamais faire ca, parce que c'était un attrape cerveau qui vous enfermait dans la technologie, j'en fut presque choquée. J'entendis très clairement Jezabel commencé à emettre des idées pour suivre des cours de danse de salon. Et bien entendu, il fallait qu'elle émait mon prénom dans la phrase.

▬ « Je connais déjà ce genre de danse. » Soufflais-je en levant les yeux au ciel. La danse à la télévision, qu'effectuait les concurrent, je pouvais les reproduires sans problèmes. Je les avaient apprise durant mes études en Espagne, et je n'avais pas perdu une goûte de plaisir à les effectuer. Cependant, le mauvais souvenir du centre commerciale, dans les bras d'un parfaite inconnu me revint en mémoire, tordant mon visage dans une grimace des plus indélicates. C'était de la faute du duo infernale, et de leur seringues droguantes qu'elles m'avaient glissés dans la nuque. Je leur jetais un regard erinté face à leur comportements de personne immature. Je m'étais promis de trouver une maison pour moi même, ou je serais tranquille sans subir quotidiennement des situations gênante au cotés de ses deux machines fatiguante. Calliope fit une nouvelle remarque, ajoutant que j'avais déjà dansé avec un parfaite inconnu au centre commerciale et que je pouvais le refaire sans problème. C'était comme me trancher au vif, alors que je sentais un courant electrique me parcourir des pieds à la tête, me figeant dans un souvenir indésirable. «  Et par la faute de qui ? Je vous connais, je sais ce que ca donne quand vous êtes dans les parages. » Les rabrouais-je en appuyant un regard sévère dans leur direction. Et voilà le fameux ralement de Jezabel.

« Pffff tes vachement pas sympa. Trop coincée même je dirais ! »
déclara-telle. Ce genre de remarque me passais au dessus de la tête, alors que je me levais pour essayer de me degager de leurs deux corps chaud bouillant. «  Allez viens juste au moins voir ! Promis on ce tiendra bien. Y'aura d'autre gens en plus ! » Elle essayait de me convaincre, son visage effectuant une moue très bien appuyer pour me prendre par les sentiments. Je passais une mains sur mon visage en soupirant. C'est bien ca le problème. Si y'a d'autre personne, elles risques de tout détruire encore plus. De toute manière, il fallait bien quelqu'un pour les surveiller non ? « J'ai entendu dire que y'avais de la danse de salon ce soir ! Allons voir ! » Et alors que j'allais clairement refuser la proposition, un coup de vent percuta mon torse, changeant la pièce dans un tunnel lumineux, flouant ma vision de tout repérage. Le tunnel ce stoppa pour faire place à un couloir habiter de plusieurs pièce. Jezabel me regarda avec un sourire conquérant. Je détestais quand elle faisait ca : M'enlever de mon plein grès. C'était une prise d'otage. Je m'apprêtais à lui donner la leçon, parce que c'était toujours comme ca, lorsque dans mon dos un poids familier ce fit sentir. La machette était apparu dans son fourreau, la lanière relier à mon torse. Jez eu un mouvement de recule, avec un sourire narquois au visage.

« Tu compte faire des rondelles de ton danseur ? » Ce moqua t-elle. Je levais les yeux au ciel, sachant pertinemment que je ne pouvais pas me détacher de cette machette, si je disparaissais ou m'éloignais d'elle elle revenait instantanément. Et j'eu un hoquet de surprise quand elle accentua la note sur le mot de danseur.

▬ « On peu pas juste rentrer s'il te plait ? » la suppliais-je. Comme ci je pouvais rentrer de moi même. Je n'avais pas encore une carte représentant Storybrooke dans ma tête, et je risquais de me perdre encore une fois. Jez plaça ca mains devant moi en secouant la tête.

« Arrête de te morfondre et rentre là dedans ! » me morfondre ? J'inclinais la tête, toute personne ayant perdu être cher était en état de deuil. Etait-ce mal ? On ne pouvait pas tous contenir une joie sans limite pour cacher nos vrais emotions. Parce que je savais qu'elle même avait un problème et qu'elle refusait d'en parler. J'eu le malheur de mettre trop de temps à me décider, car ses mains percutèrent mon ventre en me poussant dans une pièce. Je titubais en me rattrapant, la fusillant du regard avant de me retourner sur une pièce sombre, habiter d'un parquet faiblement eclairer par une lumière au plafond. Il n'y avait pas grand monde, et Jez alla gambader comme un gentil petit chien vers un homme roux qu'elle salua vivement. Soupirant, je m'approchais d'eux alors qu'elle lui avait glisser quelque chose dans l'oreille à mon attention. Vous croyez que je ne sais pas ce qu'elle était en train de faire ? Je n'étais pas dupe, et je savais qu'elle venait de signer mon arrêt de mort. Je refuse de me remettre dans une petite tenue langoureuse, afin de dégagez un peu ma peau pour qu'elle soit accessible au mouvement de mon coé-quipier. Je sentais ma gorge devenir sèche, la salive ayant du mal à tomber dans ma gorge.

« Je te la confie, essaye de la débloquer un max ! Je vous laiisseuuuuhhhhh ! » Les derniers mots filèrent dans le vent en même temps que sa super vitesse. Me débloquer ? J'haussais un sourcil, me tournant vers le personnage de couleur roux qui attendait. Qu'es ce qu'il attendait de moi exactement ? La dernière fois que j'avais dansé mise à part le centre commerciale c'était avec Manolo. Il me manquait affreusement, et je ne me voyais pas danser avec qui que se soit. Je tournais les yeux vers les personnes qui dansaient derrière nous dans le vent, effectuant des mouvements hypnotisant alors que le voile blanc de la femme volait en même temps que le portée. Le monsieur roux était là parce qu'il voulait apprendre à danser ? Sur le coup, j'eu un peu de peine. Danser était une expression de soi, on exprimait nos emotions à travers la danse. Et si il voulait apprendre, je ne pouvais pas le blamer, la danse est quelque chose que tout le monde méritait de connaître.

▬ « Je sais pas exactement ce qu'elle vous as dit, mais il me semble évident qu'il y'a un malentendu là... » Lachais-je en fixant le roux au yeux bleus.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


 
Light will guide you home and ignite your bones
I pirouette in the dark I see the stars through me Tired mechanical heart Beats 'til the song disappears Somebody shine a light I'm frozen by the fear in me Somebody make me feel alive And shatter me So cut me from the line This is, spinning endlessly Somebody make me feel alive And shatter me

(c) crackle bones

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t49098-never-trust-a- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t49400-lights-will-guide-you-home-and-ignite-your-bones-maria#465656

Antropy Tiger


« Tic tac,
sonne le glas. »


avatar


╰☆╮ Avatar : Ed Sheeran.

Ѽ Conte(s) : Winnie l'ourson.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Tigrou.

☞ Surnom : Davy
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2932
✯ Les étoiles : 2541




Actuellement dans : « Tic tac,sonne le glas. »


________________________________________ Sam 30 Avr 2016 - 19:29




Vas'y, bouge ton body !


Je me grattai la tête avec un air sérieux sur le visage, partagé entre une tentation ou bien l’autre sans trop savoir vers laquelle des deux je devais m’engager : courir le risque d’énerver Carlisle, ou bien celui d’énerver Evanora ? Entre les deux mon cœur balançait sévèrement, puisqu’il fallait reconnaître que c’était un vrai plaisir de faire tourner cette grande rousse en bourrique à la moindre occasion. Elle avait l’air si pincée, ce n’était quand même pas de ma faute ! J’avais bien proposé de lui déloger le balai caché dans son derrière – en termes moins polis – mais elle s’était outrageusement vexée et s’était mise en tête de faire de ma peau une descente de lit… Non pas que l’idée me gène, c’était peut-être un honneur vénérable dans son univers, mais ça incluait ma mort et ça je n’étais pas franchement prêt à l’accorder. Il faudrait faire autrement, navré ma petite dame, et bon vent dans la boutique de la fourrure ! Tiens c’était une idée ça… La prochaine fois je laisserais la porte ouverte, qui sait, peut-être qu’un de ces animaux violemment assassiné juste pour son plaisir prendrait la poudre d’escampette pour retrouver sa liberté ! S’habiller en fourrure, non mais quelle idée sérieusement. C’était comme si on me demandait de me trimballer des bras ou des jambes humaines autour du cou, violement morbide non ? Saugrenu surtout. Les bras n’étaient pas le truc le plus esthétique de la génération actuelle. La mode était plutôt d’exposer le côté de ses seins dans des teeshirts déchirés à la grunge. Pas très loyal pour les hommes mais que voulez-vous, c’était comme ça.

Enfin, je pense que Carlisle m’aurait purement et simplement assassiné sur place si j’avais osé me pointer dans une tenue pareille chez lui. Déjà qu’il n’était pas l’être le plus ravi quand il se trouvait à ma proximité, alors si en plus je me permettais de contrebalancer son costume trois pièces avec un jean et un tee-shirt déchiré dans la rue… mon existence allait se trouver bien raccourcie. D’ailleurs, il faisait parti de mon dilemme celui-là ! Il avait eut la très bonne et excellente – sentez l’ironie venir – idée de m’inviter à un opéra suivi d’une soirée guindée avec une ribambelle d’hommes politiques et de gens « de la haute ». Oui, j’vous avez dit que vous la verriez arriver… Moi ? Très sérieusement, moi dans un univers pareil ? Il voulait ma mort en place de grève et qu’en plus on vienne m’écarteler une nouvelle fois pour être sûr de mon décès ?

En soit, j’aimais l’idée, c’était quelque chose que je n’avais jamais vu ! Mais ça incluait des contraintes qui me passaient désormais au-dessus de la tête tant elles étaient rébarbatives. La première ? La tenue ! J’avais dû passer près d’une heure à me faire mesurer et vérifier sous toutes les coutures par un type à la cravate trop courte armé d’un maître ruban, sans possibilité de râler puisque mon hôte ne manquait pas de me lancer un regard assassin par-dessus son ordinateur dès que j’ouvrais la bouche. Il s’était mis en tête de me faire revoir des partitions à l’oral, espérant sans doute me faire faire une erreur, ou me faisant écouter des morceaux avec des fautes volontaires… Le problème était que, de un ce type me collait vraiment de trop près en mesurant mon avant-bras Oo, de deux quand je ne connaissais pas la mélodie j’étais bien incapable de savoir ce qui était vrai ou non. Je tiquais bien sur des erreurs ou des reprises, mais de là à me vanter de tout savoir il y avait un grand fossé. J’avais donc passé une fin d’après-midi de torture et celle-ci n’était pas prête de s’arrêter.

Je savais danser. Si, malgré ce qu’on pensait, je savais. J’aimais beaucoup danser. Restait à savoir si c’était exactement le genre de danse attendu ou… Bon, quelques secondes avaient suffi au fils Evil pour me convaincre de m’inscrire à un cours de danse classique avant de lui offrir la honte de sa vie. De toute manière je ne comptais pas danser à cette soirée, quel était l’intérêt ?! Ah oui, un intérêt. J’en avais un figurez-vous, sinon je ne me trouverais pas dans cette salle pour suivre un cours : enquiquiner Evanora. La donzelle pimbêche avait passé la tête dans le salon juste au moment où Carlisle parlait de cette soirée et, puisque je n’étais visiblement pas apte à l’accompagner dans un si prestigieux endroit, elle se proposait volontiers de s’y rendre avec lui. Les voir minauder dans un amour fraternel avait terminé de me convaincre de faire des efforts, puisque j’avais attrapé ma veste brusquement et avait quitté le manoir au pas de course. Non mais, elle me prenait pour qui la perruche ? Si ça la vexait autant que je m’y rende, alors j’allais redoubler d’effort pour que jamais elle ne puisse y aller. Foi de tigre !

« Je t’en ficherais des costumes, sérieux… Non mais qui porte un truc pareil ? Ca serre et je ressemble à un pingouin qui aurait trouvé une cravate ! Je pouvais très bien venir ici en sweat, personne ne m’aurait fait de réflexion. Mais non. Même mon portable ne tient pas dans la poche ?! Serieux ? Mais ça sert à quoi alors d’avoir des poches ?! »

Sans doute pour faire joli… Non mais, c’était bien une idée de riches que d’inventer des trucs agréables à regarder mais alors importables. Y’avait qu’à voir les défilés de mode à la télévision ou dans les magazines ; genre dernièrement un couturier avait fait défiler ses mannequins tête bêche, l’une sur les épaules de l’autre… Vous vous imaginiez, vous, en train de vous balader avec un ami dans une position pareille ? Fallait être sacrément intime quand même. Et siphonné du bocal au passage. Je tirai négligemment sur mon col pour en défaire le premier bouton, ayant refusé de mettre quoique ce soit d’autre que le veston sombre et le pantalon noir qui allaient avec la chemise d’un blanc immaculé. Je n’osais pas imaginer le prix que devait avoir cet ensemble… Tant pis. D’un haussement d’épaule je remontai négligemment les manches jusqu’à mes coudes pour me mettre un peu plus à l’aise.

Je fus interrompu par l’arrivée soudaine et impromptu d’une petite lumière vive en cette soirée éreintante : Jezabel. LA personne capable de parler presque plus vite que moi dans cette ville, ou presque. Je me fendis d’un sourire en la reconnaissant, bringuebalé à droite puis à gauche sous sa force et son tempérament incapable de rester à la même place plus de deux secondes consécutives ! Elle en avait des choses à raconter en plus et je ne manquais pas de lui répondre immédiatement en hochant la tête lorsqu’elle me murmura un secret à l’oreille en… désignant de l’index une jeune femme bien plus sage et réservée sur le côté. Tiens, je ne la connaissais pas, elle ! Elle était mignonne en fait. Pas à mon goût, je préférais d’autre genre de personnes, mais on allait pas directement lancer la conversation sur les penchants amoureux n’est-ce pas ? Un peu d’intimité pour une première rencontre ! « Je te la confie, essaye de la débloquer un max ! Je vous laiisseuuuuhhhhh ! » La débloquer ? Elle était coincée ?

Mes yeux se tournèrent en même temps que les siens pour me jauger du regard, visiblement elle n’était pas certaine d’avoir exactement compris le truc, et moi non plus. « Je sais pas exactement ce qu'elle vous as dit, mais il me semble évident qu'il y'a un malentendu là... » Un gros, assez gros pour que je me mette à rire un peu en agitant les mains devant moi. Vu le fourreau qu’elle portait, mieux valait ne pas la vexer immédiatement, je tenais à ma tête ! Ou alors c’était une envoyée d’Evanora ? Oh, la fourbe !

« Maria, c’est ça ? » Demandai-je sans me départir de ma bonne humeur retrouvée. « Je suis Antropy, très content de te rencontrer ! T’inquiètes y’a pas de malentendus, même si Jezabel est la reine des coups fourrés quand on y réfléchit… Tu penses qu’elle fait un concours pour savoir qui manipulera le plus de monde ? En tant que médecin légiste elle doit avoir la palme, vu tous ceux qu’elle tripote toute la journée. »

Je tapotai mon menton de mon index, bras croisés en réfléchissant à voix haute à la possibilité de la chose. Jez allait peut-être se reconvertir en charcutière ? A force de tâter de la viande froide on finit pas par être un peu dégoûté ? Pas encore visiblement. Me ressaisissant, je me tournai complètement face à Maria.

« Je suis venu voir un peu ce cours… Je sais faire quelques trucs mais vu la soirée que je vais devoir passer la semaine prochaine, j’ai intérêt à en savoir plus. Un de mes amis, Sirrus, aurait du m’aider mais il a disparu de la circulation donc me voilà ici. Tu sais danser toi ? Ca te dérange pas de venir dans ce genre d’endroits ? Je ne connais personne… Tu crois qu’il fallait amener un gâteau ? Comme on est nouveau, un rite de passage ou ce genre de truc ? »

L’ennui c’est que je n’étais pas foncièrement doué en pâtisserie… les crêpes, j’étais un maître, mais alors faire un soufflé ou un moelleux au chocolat. Peut-être que si j’achetais des cookies et que je leur faisais croire que je les avais faits moi-même, ça passerait ? Hmm, il faudrait que j’essaye la prochaine fois. Ni vu ni connu, dans une assiette avec quelques bonbons et ça passerait crème ! Oh, de la crème anglaise, super idée ! Ou du coulis de chocolat… Non y’en avait déjà dans les cookies. Mais si je les remplaçais par des M&M’s ? Ouais, je devrais essayer. L’un ou l’autre de toute façon, ça revenait au même.

J’étais à mes pensées lorsque la musique changea et qu’une femme commença à nous souhaiter la bienvenue. J’applaudis avec les autres les présentations, croisant les bras sans perdre mon sourire en écoutant brièvement les premières informations. Peu habitué aux course de danse, je tendis néanmoins la main vers Maria quand l’hôte nous informa de nous mettre par deux. Tant qu’à faire, vu que nous avions une connaissance en commun, autant l’utiliser non ? Je me permis une légère révérence en tendant ma paume vers le haut, attendant qu’elle finisse par y glisser ses doigts.

« J’suis peut-être un peu rouillé, j’ai pas dansé depuis… Un long moment. Jouer de la guitare, ça va, et dernièrement je suis pas mal sur le piano.. Mais j'ai pas suivi une valse depuis perpète. J'me rappelle des pas au cas où, hein ! Je sais faire aussi le tango ou ce genre de trucs. C'est quoi toi, ce que tu préfères ? On a qu'à partir sur une danse que tu connais ? J'suis pas difficile. On est là pour s'amuser, non ? »

La danse, c’était comme le vélo ça, ça ne s’oubliait pas si facilement il me semble ? Les premières notes résonnèrent en tout cas et je pris le temps de parcourir la salle. Il y avait quand même un petit peu de monde, et chacun y allait de sa manière pour se détendre avec son partenaire… Des couples qui se connaissaient pour certains, voir la plupart, de tous les âges et de tous les milieux. Ca rapprochait comme ça faisait se sentir un peu étranger, entre les hippies cool d'un côté et les sexagénaires guindés un peu plus loin. Les goûts et les couleurs, tout ça... Bon. Qu’est-ce que je devais faire ? Qu’est-ce qu’elle voulait faire ?

« Tu prends la main ? » Proposai-je en la voyant sans doute un peu plus sûre d’elle que moi. « Et je te suis. Et si t'en as marre, on fait un bond et on déguerpis par la porte à ton signal. »

Après tout, le ridicule ne tuait pas ! Puis si on se plantait... Bah au moins on pourrait en rire.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


PROJET MONARC & AFFINITÉS
JURASSIC PARK ☽ WE LEARN TO HOLD OUR HEADS AS IF WE WEAR CROWNS. THAT WAS HOW YOU SURVIVED WHEN YOU WEREN’T CHOSEN. WHEN THE WORLD OWED YOU NOTHING, YOU DEMANDED SOMETHING OF IT ANYWAY.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t22925-fini-i-see-fire-antro

Maria Posada


« Mangez 5 fruits
et légumes par jour ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Jenna sexy Coleman :love:

Ѽ Conte(s) : La légende de Manolo.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La mexicaine désiré par deux garçons qui ce battent comme des débiles pour elle. Et qui te fou un coup de machette si tu l'ennuie accessoirement.

☞ Surnom : June.
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 897
✯ Les étoiles : 1153




Actuellement dans : « Mangez 5 fruits et légumes par jour ! »


________________________________________ Lun 9 Mai 2016 - 18:09


« Dancing is like dreaming with your feet.»


Un sourire étirait mes lèvres, fixant l'inconnu d'une lueur amusée. Il étair évident quand coup fourrée , on pouvait pas faire mieux que Jezabel. Le nombre de fois ou je me suis retrouvée malgrès moi dans un endroit inconnu, emportée par cette tornade...Mais je devais avouée qu'Antropy était bien amusant. Pas une joie ecrasante comme celle de La Muerte, une joie plutôt gentille et légère. Il avait également l'air de s'y connaître en politesse. Cela était presque suprenant, car mise à part Jamie, je n'avais vue personne ce conduire avec autant souplesse. « Je suis venu voir un peu ce cours… Je sais faire quelques trucs mais vu la soirée que je vais devoir passer la semaine prochaine, j’ai intérêt à en savoir plus. Un de mes amis, Sirrus, aurait du m’aider mais il a disparu de la circulation donc me voilà ici. Tu sais danser toi ? Ca te dérange pas de venir dans ce genre d’endroits ? Je ne connais personne… Tu crois qu’il fallait amener un gâteau ? Comme on est nouveau, un rite de passage ou ce genre de truc ? » Je le fixais, de plus en plus surprise. Un homme qui réclame à apprendre des pas de danses ? Même Joaquin aurait rechigné à ce que je lui montre un seul pas. Sa virilité étant restée coincée dans son cerveau. Bien que Manolo savait parfaitement bien dansée. Mais il semblait tellement optimiste à l'idée d'apprendre des pas ...La curiosité s'emparait de moi, pourquoi vouloir apprendre à danser ? Pour une petite amie ? Un sourire creusait mes lèvres, et il semblait désespérée presque. Bien que je reconnaissais là parfaitement le trait de caractère : La nervosité dissipé dans un lot de paroles embobinantes.

▬ «  J'espère que ce sera pas quelque chose de trop sordide... » Fis-je en imaginant les gens essayer de nous embobiner dans un rites digne des films de Jezabel et Calliope. «  Je connais plutôt bien les danses de salon. J'ai passée mon adolescence à devoir bien me dressée pour les réalisée. Un conseil, n'énerve jamais une bonne sœur ! » J'étais presque surprise moi même de déceler de l'humour. Je devais reconnaître que ce changement d'air faisait plutôt du bien. J'irais pas le dire devant Jezabel, ce sera l'augmenter dans sa fierté et provoquerais un gonflement de ses chevilles. Les bonnes sœurs étaient gentille. Même si au début, j'avais réalisée les bêtises les plus inimaginables dans ce couvant. Jusqu'a ce que je grandisse, et que je comprenne que la vie n'était pas une partie de plaisir. Je me souvenais de Soeur Miranda, claquant son baton sur le sol en répétant '' Plus droite Maria, plus droite !'' J'osais même pas imaginer Jezabel, elle aurait fait un carton plein dans le couvant, et je crois que les sœurs ce seraient dignement tirée les cheveux. Je revenais à moi lorsque la musique débuta. Une boule ce forma dans mon ventre, provoquant un sentiments effrayant en moi. Je me défaisais de ma machette que je plaçais contre le mur. Il ne fallait surtout pas qu'il la touche. Personne ne devait la toucher. Opy fit une légère révérance, essayant de répété les mouvements des autres un geste assez maladroit, esquisant un sourire en le voyant faire. « J’suis peut-être un peu rouillé, j’ai pas dansé depuis… Un long moment. Jouer de la guitare, ça va, et dernièrement je suis pas mal sur le piano.. Mais j'ai pas suivi une valse depuis perpète. J'me rappelle des pas au cas où, hein ! Je sais faire aussi le tango ou ce genre de trucs. C'est quoi toi, ce que tu préfères ? On a qu'à partir sur une danse que tu connais ? J'suis pas difficile. On est là pour s'amuser, non ? »

▬ «  Mon Mari jouait de la guitare aussi. »
Fis-je d'un ton mélancolique, le regard vrillé dans le vide avec un air triste. Comme j'aimais entendre ses chansons. Ils exprimaient ses sentiments et ses émotions à travers sa propre guitare. La gorge nouer, je chassais l'image de Manolo pour me concentrer sur Opy. « On va commencée facile, tu as l'air d'avoir beaucoup d'énergie et de rebonds. Qu'es ce que tu pense du Quickstep ? » J'arrivais pas à croire que je me prêtais au jeux. C'était ca vivre ? Aidez les gens, en oubliant nos douleur pendant un cours instant ? Mais si on les oublies, ca veut dire qu'on a été capable de ce sentir bien ? Je ne savais plus quoi faire, j'étais complétement brouillés, sans personne à qui me raccrocher. Les gens commençaient à tourbillonner dans les airs. Mon esprit pratique reconnaissait les default des mouvements, pas assez poussée ou légée. La plus belle danse à mes yeux restaient la rumba. La danse de l'amour. Celle ou on ce rapproche pendant un cours instant de l'être qu'on aime le plus au monde, ou on sent son cœur battre contre le siens, et les mouvements ce mélangées dans une délicieuse passions. Il ne fallait pas avoir peur de toucher quelqu'un pour effectuer ce genre de danse. Il ne fallait pas être comme moi. « Tu prends la main ? » Fit t-il en me regardant. Je la fixais soudainement avec hésitation. La méfiance s'emparait de moi, et j'arrivais pas à controler cette envie de fuir.  Et je te suis. Et si t'en as marre, on fait un bond et on déguerpis par la porte à ton signal. » je lisais dans son regard que je pouvais lui faire confiance. Hochant la tête, je glissais mes doigts dans les siens, en les entremêlant et en plaçant mon bras sur son bassin.

▬ «  Le Quickstep ce traduit par des petits rebonds. Nous devons tournoyer, en bondissant. Ca ce fait comme ca. » Expliquais-je, Effectuant des pas chassée accompagnée de petit rebonds. Il eu un peu de mal, et je reviens sur des pas plutôt simple. « Regarde, tu fais des pas chassez, et tu sautille ! » Il fixa un moment ses pieds, avant de m'emportez avec lui dans des rebonds energique. Un peu trop rapide même je dirais, j'avais l'impression de me retrouver dans le tourbillion de Jezabel quand elle s'amusait à m'emmenez quelque part pour pas que je proteste. «  Stop stop ! » Je m'arrêtais, la pièce ce mit à tanguer un petit peu. Mon dos s'entrechoqua contre quelqu'un. Je me tournais aussitôt, mais ca tenue me surpris au plus haut point. Elle possédait une tenue très moyenne âgeuse. « Veuillez m'excusez ... » Fis-je un peu incertaine. Je revint vers Opy en quelque enjambée, complétement déboussolée. « Leurs accoutrements est très ancienne. » Remarquais-je, en fixant un homme possédant une ravissante couronne en forme de tronc sur la tête, ou des rubis étaient incrustés. Peu être que les personnes s'amusaient à s'habiller de la sorte juste pour le plaisir ? Une soirée costumée ? Je laissais mes songes là ou ils étaient, me tournant de nouveau vers Opy. « Des rebonds, moins fort d'accord ? » Le prévint-je, les idées revenants en place peu à peu. J'attrapais de nouveau sa taille, l'emmenant dans la danse, lorsqu'un crie déchira l'air. Je tournais aussitôt la tête, les yeux ecarquillée d'effroie par cette capacité à hurler d'une tel atrocité. Un homme ce tortillait sur le sol, remplie de spasme et voulant à tout pris ce dégager des visions d'horreur qui rivais son regard.

▬ «  Oh non... » je lachais Opy et me dirigeais vers la machette que je repris en mains. Les personnes c'étaient rapprochée et me jugeais de leur regard effrayées.

« C'est elle la responsable ! Elle a empoisonnée le roi ! » Je les fixais choquée. Si c'était une blague, je ne l'aimais pas beaucoup. Il ne fallait pas touchée la machette. « Il va s'en remettre, il ne faut pas la toucher ! » Mais cela n'eu aucun effet, car, des autres personnes habillé d'artirailles et de fer s'approchèrent, sortant une épée de leur fourreau. Il la présenta vers moi, et je sentis mon cœur ce serrer soudainement, reculant vers Opy. «  Qu'es ce dont que cette mascarade ? » Demandais-je. Les personnes de Storybrooke devenait de plus en plus inquiétant. «  Jez si c'est l'une de tes blagues je trouve pas ca drôle ! » Fis-je d'un ton désinvolte et claquant le bout de la machette sur le sol de marbre. Le roi ce releva avec une quinte de toux, les idées embrouillée et tournant un visage sévère vers nous.

« Gardes ! Gardes ! Ammenez les au cachots ! » S'écria t-il. Je tournais le visage vers Opy, pas sur de comprendre ce qui était en train de ce passer. « Es ce que c'est un rite de passage ? » On pouvait toujours demandée non ? Une poigne de fer s'empara de mes bras, me bloquant avec brutalité. Il était plus judicieux de les suivres et de ne pas les attaquers, on ne feraient jamais le poids face à autant de monde, et autant réglé cette histoire avec intélligence sans faire couler une quelconque once de sang. L'homme me tira avec lui, alors que son amie venait de me prendre l'autre bras. La pièce finit par me tourner le dos, nous emmenant dans des couloirs plutôt vieux. Des parois rocheuse et une odeur de terre envahissais mes sens. On était...dans un espèce de château ? Vue d'ici, ca y ressemblais vaguement. Les escaliers descendait, de plus en plus étroits, nous dirigeant dans des couloris faiblement eclairer par des torches. L'endroit inquiétant reveillait une certaine peur en moi. Mais après avoir vécu dans la peur pendant de nombreuses années, je trouvais cette situation encore très délicate. Le couloirs étroits finit par donner sur un immense pièce dépouvu de fenêtre. Elle était petite est ronde, et des grosses chaînes étaient accrochés au mur. Le garde me plaça contre la parois et les glissa contre mon poignet en le refermant d'une clé. Ils firent de même avec Opy, juste en face, avant de s'éloignée avec leur torche. Il n'y en avait qu'une dans la pièce, et il faisait plutôt chaud.

▬ « Plutôt bien fais, comme rite de passage. » Laissais-je entendre, me laissant glissée contre le par terre en appuyant mon dos contre la parois et repliant mes jambes sous moi, posant ma tête sur mes bras.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


 
Light will guide you home and ignite your bones
I pirouette in the dark I see the stars through me Tired mechanical heart Beats 'til the song disappears Somebody shine a light I'm frozen by the fear in me Somebody make me feel alive And shatter me So cut me from the line This is, spinning endlessly Somebody make me feel alive And shatter me

(c) crackle bones

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t49098-never-trust-a- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t49400-lights-will-guide-you-home-and-ignite-your-bones-maria#465656

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

« Dancing is like dreaming with your feet.» [Opy]





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Un petit verre chez Gaston? :: ⚔ Cadeaux, annifs et absences :: ➹ Archives