MAGRATHEA :
28.10.18
de Natoune


LA MAISON :
14.11.18
de River


BIENTOT :
02.12.18
de Tigrou


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ La Maison ☆ Evénement #101
Une mission de River Frost - Depuis le 14 novembre 2018
« Oserez vous franchir les portes de notre demeure ?! »

Partagez | .
 

 Home sweet home... } Anatole & Elliot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Alexis E. Child


« Admirateur de la Serviette
Sacrée ! ٩(͡๏̯͡๏)۶ ٩(●̮̮̃•̃)۶ »


avatar


╰☆╮ Avatar : Kaya Scodelario

Ѽ Conte(s) : Aucun
☞ Surnom : Fanny
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 5017
✯ Les étoiles : 1690




Actuellement dans : « Admirateur de la Serviette Sacrée ! ٩(͡๏̯͡๏)۶ ٩(●̮̮̃•̃)۶ »


________________________________________ Dim 22 Mai 2016 - 23:05




Le courage prends bien des formes...


Rappelez-moi pourquoi j’avais décidé de partir déjà ? Ah oui, parce que j’obéissais à un salopard de dieu des enfers de mes deux en échange d’un service qu’il ne pourrait finalement jamais me donner… C’était pas beau ça ? Et cerise sur le gâteau, cet immonde scélérat le savait depuis le début… Il m’avait berné, juste berné… et terriblement blessé… dans tous les sens du terme d’ailleurs.

La mine sombre, je remontais vivement la rue principale de Storybrooke pour rentrer ENFIN chez moi. Il avait fallu attendre à l’hôpital, il y avait des urgences plus… « urgentes » qu’un poignet cassé mais on avait fini par me le rafistoler, à l’aide d’une petite opération et d’une petite potion spéciale Stroybrooke. Je n’étais pas censée garder mon plâtre bien longtemps… je l’espérais plus que tout ! Quoi que ça me faisait une nouvelle arme redoutable contre l’autre sale type aux cheveux gras.

J’avais passé la clé dans la serrure et avait ouvert la porte sur une Diane plutôt surprise mais véritablement heureuse de me voir. Je l’entendais à peine me demander si c’était bien où j’étais, si ça m’avait plu, tandis que je refermais la porte derrière moi et enlever mon manteau tant bien que mal. Elle remarqua alors mon plâtre et commença à paniquer. J’avais pas besoin de ça, pas maintenant. Si j’avais évité Regina, c’était sûrement pas pour qu’Artémis me fasse la morale.

- Ça va, ça va c’est rien, c’est BON.

J’avais dit ma phrase à toute vitesse, avec une hargne non dissimulée avant de me réfugier dans ma chambre, que je fermais à clé. Je savais que la déesse était capable de se téléporter jusque-moi si elle le désirait, mais je savais aussi qu’elle n’était pas comme son salopard de frère des enfers… qu’elle ne chercherait pas à violer mon intimité, à insister jusqu’à ce que je plie. La clé tournée dans la serrure était un message claire… très clair même pour elle car j’eu la paix instantanément. Ce n’est que plus tard que j’entendis des pas en direction de ma porte. Quelqu’un posait quelque chose sur le palier… et repartait. J’ouvris quelques minutes après avec une précaution immense pour ne pas me faire entendre et je découvrais un petit plateau repas préparé avec soin et un petit mot : « 2]]Si tu ne souhaite pas en parler n'en parlons pas mais mange au moins quelque chose[/i] ». Diane dans toute sa splendeur. Le premier sourire sincère après celui envers Elliot traversa enfin mon visage. Un peu émue, je récupérais le plateau et m’enfermait de nouveau dans mon « havre de paix ».

Après un bon repas, un bon bain (essayez donc avec un plâtre et on en reparle !) et quelques heures à avoir tenter de dormir en vain, je me relevais pour m’observer dans mon miroir sur pied. Les cheveux en bataille, une chemise de nuit blanche recouvrant mon corps… j’avais presque l’impression d’avoir de nouveau quatre ans… et comme ce soir-là… j’avais de nouveau besoin de réconfort. J’écrivis à la hâte un petit mot pour Louise m’excusant du mal que j’avais du lui faire et je le glissais sous sa porte en sortant de ma chambre pour me diriger dans celle de… Diane.

De ce que j’avais compris, les dieux ne dormaient pas. Mais elle, elle avait vécu une expérience dans l’un des jeux d’Elliot et elle dormait à présent quelques courtes heures par nuit… allais-je la réveiller ? Je l’ignorais complétement… Mais j’avais besoin d’elle. Je me faufilais jusqu’à son lit avant de m’y plonger dedans sans crier garde. Je la sentis bouger et je retourner vers moi. C’était la première fois que je faisais ça avec elle. Je sentis son bras passer autour de mes épaules et la petite pression qu’elle opéra me fit comprendre qu’elle était là pour moi. Posant ma tête sur son épaule, je me laissais aller à mes premières larmes, à redescendre la pression.

- Je... je suis désolée... J'aurais dû te le dire... Que... que je partais je veux dire... que j'avais fait une bêtise...

Je me tournais un peu en grimaçant, mon poignet me gênait.

- Je peux comprendre, que tu ne me dise pas tout mais tu ne peux pas m'empêché de m'inquiéter. J'aimerais juste non pas être mise au courant de tes moindres faits et gestes tu es majeure et tu as aussi besoin d'espace. Simplement, quand c'est quelque chose de...Grave ça me permettrait peut-être de t'aider.
- Je sais... mais je voyais pas comment tu pouvais m'aider... Je savais ce que tu risquais de faire et... Il ne fallait pas que tu le fasses... Mais... j'ai besoin de ton aide maintenant... Je suis désolée... Je... J'ai passé un pacte avec Hadès...

Elle allait me massacrer…

- Un pacte avec... Je suppose que tu n'avais pas conscience de ce à quoi tu t'exposais en passant un pacte avec lui. Tu connais suffisamment mon avis, sur lui, je ne vais pas te le redire, ni même te faire la morale. Mais tu t'es mise dans un sacrée pétrin.

- Je sais... et je l'ai payé...

Je bougeais alors mon poignet pour lui faire comprendre d’où cette chose me venait avant de soupirer fortement, histoire de lui couper l’élan de me faire une réprimande ou d’aller massacrer son frère.

- Je... je n'ai plus rien à faire avec lui... Je ne lui dois plus rien, il m'a prouvé que j'avais été une parfaite conne en le croyant et il m'a montré qu'il n'avait même pas la force de me donner ce que je voulais... Sauf... qu'il m'a fait comprendre que pour lui c'était pas fini... Je crois qu'il veut continuer à jouer avec moi et je le supporterais pas Diane... j'ai fait quelque chose d'horrible...

Ma voix montait crescendo dans la vitesse de mon débit de parole. Je paniquais. J’étais prête à exploser. Je tends alors ma mains viable vers le plafond et Diane put voir qu’elle était devenue bleutée, comme si elle était recouverte d'un gant électrique.

- Mon pouvoir devient de plus en plus grand... IL me le fait devenir de plus en plus grand... je... je l'ai tué aujourd'hui... j'ai... j'ai même pas ressenti le moindre remords... je .... j'ai l'impression qu'il veut faire de moi une espèce d'arme nucléaire... j'ai.. j'ai peur... il faut que tu m'aides... Là où j'étais cette semaine... j'étais avec Louise et Sebastian... j'étais avec LUI... parce qu'il m'a ordonné de venir... il a dit qu'il avait besoin de moi... tu comprends ?
- J'ai l'impression qu'Hadès ne sait pas très bien à quoi il s'expose actuellement, s'il tente quoi que ce soit. J'aurais dût me douter qu'il y avait quelque chose de pas normal. Mais il n'est pas question qu'il fasse de toi une arme nucléaire. Ou même qu'il joue avec toi. Je suppose qu'il est déjà venue ici. Ca signifie qu'il peu recommencer à tout moment. La maison est souvent vide, je dois le reconnaitre, on est tous plus ou moins à droite à gauche à partir en expédition. Le mieux serait peut-être d'être avec des gens plus présent. Je ne te chasse pas, la décision te reviens entièrement. Je vais de mon côté, tenter de me renseigner sur tes pouvoirs. Je ne compte pas ameuter tout le monde, et je serais présente pour t'épauler à chaque instant.


Je me relevais brusquement en la regardant dans la pénombre, complétement incrédule. Passant une main dans mes cheveux, je tentais de remettre mes idées en place. Cette idée, de partir, de déménager en espérant qu’il ne puisse plus me retrouver… j’y avais songé. Une bonne partie de la soirée. C’était même ce qui m’avait motivé dans l’idée de venir la voir. Je pensais que je devais partir. Mais je voulais pas le faire, lui faire de la peine, l’abandonner…

- En fait... Oui... J'avais... j'avais songé à peut-être partir... Je sais pas quand... Ni comment... Ni où... Je veux juste pas qu'il soit capable de me retrouver... je... je veux plus le voir... et j'avais peur que tu pense que j'allais faire ça contre toi alors que c'est pas le cas... Je... Je sais que ta vie est difficile aussi, que ta dernière mission t'as extenuée et miner moralement plus que tu ne veux parfois l'avouer... je sais tout ça... même si... on... on a jamais vraiment pris le temps d'en parler... Je... Je veux que tu saches que je t'aime Diane. Je t'aime vraiment... Tu fais partie de la fabuleuse famille que j'ai eu la chance de me créer... je veux rester à tes côtés... je veux t'aider... Mais je pense que je dois vraiment faire ça... Je veux juste que tu saches qu'un jour je risque de plus être là... dans cette maison... ou même à Storybrooke... Mais... Mais que c'est pas parce que je ne t'aimerais plus... C'est juste parce que je devrais suivre une route un peu différente... Tu vois... ?

Pour toute réponse, elle se contenta de soupirer, de se redresser et de sortir de sa table de chevet un morceau de papier soigneusement plié. Elle me la tendit et je découvris avec stupeur le sceau brisé des templiers. Elle avait lu la lettre que Sophia m’avait écrite… j’avais dut la laisser traîner. Pour toute réponse, elle se contenta de me dire :

- Oui. Je vois.

*********

La nuit qui vint fut quelque peu mouvementée par toutes mes péripéties et les révélations que j’avais eu avec Artémis. Je lui en voulais pas. Bien au contraire. J’avais maintenant quelqu’un qui savait tout, une personne qui savait ans que je n’eut besoin de trouver le courage de lui expliquer… et curieusement, ça me soulageait ! La journée du lendemain fut largement plus conviviale, tant avec Louise que Peg, que Diane. Elle passa à une vitesse affolante, comme les journées que l’on fait parfois entre amis, les journées où l’on sait qu’il y a un ultimatum, qu’il faudra bientôt repartir… les journées pleines de joie, hors du temps et pourtant tellement ancrées dessus.

Ce fut la nuit suivante que ma décision fut prise. Mon réveil électronique afficha brusquement « 2 :00 » et je me relevais d’un bond. Il fallait que je parte. Maintenant. Tout de suite. Récupérant un grand sac de voyage, j’y entassais le stricte minimum : chemise nuit, trousse de toilette, objets utiles, habits de rechange. Je m’habillais rapidement et attachait mes cheveux en un chignon peu élaboré. Sans un bruit, je me glissais hors de l’appartement et sortait dans la rue. C’était la fin. C’était le début. Retour au commencement. Je ne savais pas où j’irais. Ou plutôt si. Etrangement je savais exactement où me rendre, sans trop savoir pourquoi. Je sonnais à la porte et tambouriné comme une malade, quand un jeune homme m’ouvrit enfin la porte, le regard vitreux.

- Salut Anatole. Je sais. Je suis désolée. Il est très tard. Mais… Tu cherches toujours une coloc ?

Je lui montrais mon sac de voyage, un sourire gêné sur les lèvres mais le regard déterminé.



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

IL SUFFIRA D'UNE ETINCELLE
ANAPHORE
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19802-n-oublie-pas-qui-tu-e http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t20958-once-upon-a-time-alexis-stories

Anatole Cassini


« Non mais alo quoi! T Rousse et tu connais pas Hadès ?! »


avatar




╰☆╮ Avatar : ➹ Dylan O'Brien

Ѽ Conte(s) : ➹ Intrigue Divine
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ✲ Un mystère



☞ Surnom : ➹ seb
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 9926
✯ Les étoiles : 17997




Actuellement dans : « Non mais alo quoi! T Rousse et tu connais pas Hadès ?! »


________________________________________ Ven 24 Juin 2016 - 10:14



Home sweet home

« On est jamais mieux que chez soi »




    Mon appartement avait radicalement changé ces derniers temps. En très grande partie, la raison provoquée par cela, était mon déménagement. D'un tout petit appartement pour une personne, j'étais passé à quelque chose d'un tout petit plus grand, qui ressemblait bien plus à un appartement pour deux, voir trois personnes. Il y avait deux chambres, un grand salon, une cuisine, une salle de bain avec toilette et un placard mystérieux dont le propriétaire avait perdu la clef. Il m'avait fait la promesse de changer la serrure dès le lendemain de mon aménagement. Cette promesse remontait déjà à plusieurs semaines. Cassandre m'avait gentiment proposée d'ouvrir par elle même la porte, mais je préférai garder ce placard tel quel, pensant que quelque chose de très mystérieux se trouvait à l'intérieur.

    Cette fois ci, on n'avait pas organisé de pendaison de crémaillère, mais en souvenir de l'ancien appartement et du premier cadeau que j'avais reçu dans mon tout premier appartement, j'avais déposé la lampe berger sur la table basse. Elle trônait en plein coeur du salon et à chaque fois que je la regardai, je me souvenais du moment où Ellie me l'avait donnée. Elle m'avait expliquée comme quoi c'était une lampe qu'on mettait chez les défunts, afin de diffuser une bonne odeur. C'était peut-être un peu particulier comme cadeau, surtout qu'elle avait dit que ça devrait me plaire, mais je le conservai comme mon bien le plus précieux.

    « Une licorne en tirelire. Une licorne sur le miroir. Une licorne pour tenir les rideaux. Une licorne sur le frigo. »

    Je faisais le compte rendu de l'appartement. Ou comme je le disais précédemment, de ce qu'il était devenu. Car en dehors de mon déménagement, autre chose avait engendré tous ces changements. Un soir, une jeune femme, qui était également une amie, avait frappée à ma porte pour me demander l'asile. Elle était sans domicile, à la recherche d'un endroit où se reposer, voir même d'un éventuel colocataire. Je l'avais de suite faite rentrée et je lui avais proposer de rester ici quelque temps, voir même définitivement. Après tout avoir de la compagnie, ça ne serait pas de refus. C'était quelque chose qui me manquait souvent. Cassandre passait la plupart de son temps entre ici et chez elle et Ellie venait parfois, même si c'était plus souvent moi qui me rendait dans son domicile, chez Lily et Elliot. Avoir quelqu'un à plein temps ici, je pensais que ça serait une bonne chose et je le pense toujours, mais ça demande beaucoup de changements, d'acceptations, d'adaptations.

    « Des licornes. » constatai-je une nouvelle fois. La maison en était remplie. Il ne lui manquait qu'une peluche en forme de cet animal. Qui sait, ça pourrait être une bonne idée de cadeau. Quoi qu'il en soit, j'avais descendu l'escalier pour me rendre au dehors et aider Alexis à prendre un carton dans la voiture. Encore plusieurs jours après, elle continuait à amener des choses dans l'appartement. Je me demandais si on ne devrait pas investir dans un appartement plus grand, voir une maison ou encore mieux, tout un hangar.

    « Tu penses que ça sera le dernier carton ? Pas que je me lasse de voir de nouvelles choses débarquer dans notre appartement, mais c'est bien plus petit que chez Artémis. Je doute qu'on ait suffisamment de place pour accueillir encore plus de ces babioles. Surtout qu'il faut penser à garder un espace pour la licorne en peluche qui une fois trouvé, viendra se poser sans doute sur ton lit ou le canapé. » lui dis-je avec un petit sourire. Je n'avais pas envie qu'elle me saute dessus en pleine rue pour me montrer sa joie et je n'avais pas envie non plus que le type au loin qui nous observait avec les yeux plissés, se pose encore plus de questions.

    « Ne serais-ce pas Elliot ? »

    Vue à la vitesse à laquelle il venait vers nous, il n'y avait pas de doutes possibles. C'était bel et bien le grand garçon et il ne semblait pas content du tout. Je ne comprenais pas pourquoi. Je n'avais pas le souvenir d'avoir fait quelque chose de mal en dehors du fait que j'avais emménagé avec sa meilleure amie. C'était quelqu'un de très possessif dans mes souvenirs. A peine était il arrivé sur moi, que je lui avais mis le carton dans les bras, sans lui laisser le temps d'ouvrir la bouche.

    « C'est très gentil de ta part de nous offrir un coup de main. Tu peux le déposer dans le salon. »

    Il allait parler, mais je l'avais coupé une nouvelle fois.

    « Le salon, tranquille, dans l'appartement, pas en pleine rue. » avais-je ajouté en prenant bien soin de détacher chaque syllabe et de parler le plus calmement possible pour bien lui faire comprendre chaque mot. « Et il y aura même une bonne tasse de thé avec des biscuits. »

    Est ce que ça allait suffire pour le convaincre ?


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥




« Petite étoile, brille dans le noir...
...et ne disparait jamais. »

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74520-fiche-personnage-anat http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74520-fiche-personnage-anatole-cassini-hyperion#815321 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74520-fiche-personnage-anatole-cassini-hyperion#815321

Elliot Sandman


« A fond les bolides ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Pierre Niney

Ѽ Conte(s) : Intrigue Divine
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le fils de Hadès et Aphrodite

Meilleur duo Awards

☞ Surnom : Natoune
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 8039
✯ Les étoiles : 29093




Actuellement dans : « A fond les bolides ! »


________________________________________ Dim 26 Juin 2016 - 11:41


« En allant faire un tour du côté de chez Totole... »

En ce moment, rien n'allait comme je le souhaitais. C'était quand même insensé qu'avec autant de pouvoirs, je me retrouvais dans une situation qui ne me plaisait pas du tout. Comme quoi, on ne peut pas contrôler le monde entier, même avec de grandes capacités.

Déjà, je devais supporter une sirène psychopathe sous mon toit car il s'agissait là du dernier caprice de Lily. Elle était persuadée que Melody avait un bon fond. J'étais tout à fait d'accord : un bon fond de vase dans laquelle la sardine était enfoncée jusqu'au cou. J'avais l'impression d'héberger une bombe à retardement. En ce qui me concernait, j'avais du mal à contrôler certains de mes pouvoirs, surtout quand j'étais à cran, mais cette nana, elle était capable du pire et elle aimait ça. C'était ce qui m'effrayait. Pour cette raison, j'avais accepté qu'elle reste à la maison puisque Lily y tenait tant, du moment qu'elle était surveillée vingt quatre heures sur vingt quatre par un garde olympien. La sirène avait grogné et marmonné des jurons, en attendant elle était bien contente d'avoir un toit sur la tête. Moche comme elle était, elle ne pouvait même pas charmer un mec pour habiter chez lui. Franchement, elle m'avait détruit l'un de mes Disney préférés. J'avais toujours imaginé les sirènes comme des femmes sublimes et envoûtantes... j'étais bien déçu.

Bref, c'était là mon premier problème. Le second se résumait par un mot rétro, le genre de ceux que l'on trouve chez les brocanteurs : Anatole. Non, il ne s'agit pas d'un sexagénaire fumant la pipe avec une barbe de père noël, je vous assure que c'est un mec d'à peu près mon âge. Sauf que c'est un tombeur et qu'il a décidé de s'en prendre à toutes les filles de mon entourage. Je ne vois pas pourquoi elles en ont toutes après lui. Franchement, il ne ressemble à rien. Il n'est même pas vraiment musclé, je suis sûr que je le suis plus que lui. Quoi qu'il en soit, il a jeté son dévolu sur Ellie -et ils traînent un peu trop ensemble, heureusement elle est bien trop frigidaire pour qu'il se passe un truc entre eux- Apple en est dingue -je suis tombée par hasard sur son journal intime et il est rempli de Madame Apolline Cassini avec des coeurs partout, ça m'a donné mal au crâne- quant à Alexis...

Parlons-en. Je savais qu'elle avait emménagé chez lui et cela ne me plaisait pas du tout. Depuis quand se connaissaient-ils tous les deux ? Pourquoi ne me disait-on jamais rien ? Et plus grave : allait-il devenir son meilleur ami ? Après l'attention de toutes les filles de mon entourage, allait-il me voler cette place privilégiée aussi ? J'étais véritablement sur les nerfs, aussi ce n'était pas anodin si je me promenais tout à fait par hasard pas très loin de chez eux, ce jour-là. Je voulais les observer afin de vérifier leur niveau de complicité. J'étais plaqué contre un mur, à les écouter. Grâce à mon ouïe très fine, j'entendis l'Anatole lui parler d'une peluche licorne. Traître... la prendre par les sentiments ! Il ne perdait vraiment rien pour attendre !

Trop agacé pour en entendre davantage, je sortis de ma cachette et marchai à grands pas vers eux, oubliant de faire comme si je me promenais tout à fait par hasard. Je me dirigeai droit sur Anatole, le regard fermé et implacable. Un témoin aurait pu croire que j'allais lui coller un coup de poing et même si ce n'était pas l'envie qui me manquait, j'étais tout de même une personne civilisée. Nous n'étions pas dans un film de Stallone, même si parfois, ça m'aurait bien arrangé (surtout depuis que j'avais une super force).

Incrédule, je reçus un carton dans les bras. Plutôt lourd. J'étouffai un "ouch !" et décochai un regard furieux à Anatole. J'ouvris la bouche mais il me coupa la parole. Je rêve ou il me parlait comme si j'étais un demeuré ?

"Je m'appelle pas Ellie, tu ne m'amadoueras pas avec du thé et des biscuits dégueus."
fis-je d'un ton acerbe.

Il arrivait que les gens nous confondent encore, même si nous n'étions plus la même personne. Mais alors, plus du tout. Soudain, un doute affreux me saisit : étant donné qu'Anatole draguait ma soeur, mon double, cela signifiait-il qu'il était en réalité amoureux de moi ? Je déglutis avec peine et lançai un regard anxieux au jeune homme. Il me fixait avec une telle intensité que je pris peur et me ruai dans l'appartement. Non pitié, tout sauf ça. Faisait-il en sorte d'éloigner toutes les filles de mon entourage de moi pour pouvoir avoir la voie libre et me faire une déclaration ?

"Maman, j'ai peur." marmonnai-je en montant les marches quatre à quatre.

Une fois dans l'appartement, je laissai tomber le carton sans ménagement et entendis un craquement sinistre à l'intérieur.

"Oups..." fis-je, en jetant un regard embarrassé à Alexis qui venait de me rejoindre. "Tu n'as pas marqué "Fragile" dessus ! Comment je pouvais deviner qu'il fallait faire attention ? C'est ta faute."

J'esquissai une moue boudeuse et observai d'un oeil noir les multiples licornes qui avaient déjà pris place dans le salon. Aucun doute, Alexis s'était véritablement installée. Ca me faisait mal au coeur.

"Tu aurais pu venir chez moi."
dis-je abruptement, sans me départir de mon expression boudeuse. "On héberge un peu n'importe qui alors ça n'aurait pas posé problème ! Pourquoi tu l'as choisi, lui ? Qu'est-ce qu'il a de plus ?"

Et voilà, encore une fois, je n'avais pas contrôlé ma langue. Il n'empêche que je n'arrivais plus à avoir l'air décontracté face à tout ça.

"C'est parce que je t'ai dit que dans le futur, je deviendrai un guerrier sanguinaire ? Ca t'a fichu la trouille ? Tu sais, ça risque d'arriver dans longtemps et ce n'est pas une fatalité ! En plus, au moins avec moi tu sais dans quoi tu t'embarques, tu connais mon avenir -même si le temps peut être réécrit, j'en suis persuadé- alors qu'avec Totole, tu ne sais rien du tout ! Si ça se trouve, il va devenir un psychopathe tueur en série et il va t'assassiner quand tu prendras ton bain et je rigolerai bien !"

Okay... les mots avaient peut-être dépassé ma pensée, cette fois. Je lus dans les yeux d'Alexis de la peine et surtout, de l'indignation. Je me mordis l'intérieur des joues et passai une main dans mes cheveux, de plus en plus mal à l'aise.

"Désolé... je voulais pas dire que je serais content si tu mourrais, parce que c'est totalement faux. Je t'adore. Je vais juste surveiller Totole encore plus maintenant."

J'esquissai un sourire contrit, espérant qu'elle y réponde. C'était un peu tendu entre nous depuis que je lui avais révélé que j'allais devenir Surt. Elle avait surtout mal pris le fait que je ne lui en avais pas parlé de suite. Je n'avais pas su comment m'y prendre... Elle m'avait aussi appris des choses sur elle et ça m'avait tout retourné. Je n'étais pas doué pour réconforter les gens, encore moins mes amis. En tous cas, à cet instant, je sus exactement ce que je devais faire.

"Je ne t'ai pas encore fait de cadeau pour ton emménagement !" réalisai-je.

Je me tournai et étendis les bras façon prestidigitateur, avant de dire à Alex d'un ton malicieux :

"Attention les yeux..."

Anatole venait de nous rejoindre et ça tombait bien, il allait pouvoir voir apparaître la surprise. Je me concentrai, esquissant la silhouette de la créature dans ma tête avant de la dessiner dans la réalité. Elle prit la forme d'un cheval blanc et gracieux, au poil légèrement brillant. Sur son front, une corne poussa. La créature hennit alors que sur un coup de tête, je décidai que sa crinière et sa queue prennent la teinte de l'arc-en-ciel.

Avec un grand sourire, je pivotai vers Alexis et Anatole.

"Une vraie licorne ! C'est pour toi, c'est cadeau !"

Ce qu'ils ignoraient, c'est que la licorne disposait d'une caméra à l'intérieur de l'oeil, directement reliée à mon smartphone. Il suffisait que je finalise l'appli et je pourrais surveiller leur colocation à n'importe quelle heure.

"Ne me dis pas que tu n'es pas suffisamment cool pour apprécier ce qui fait plaisir à ton amie." dis-je à Anatole d'un air faussement choqué alors que je lisais sa perplexité sur son visage.

Un drôle de bruit retentit dans mon dos, suivi d'un "plof" particulièrement répugnant. Me retournant lentement, je découvris que la licorne venait de souiller le tapis à côté de la table basse avec des paillettes.

"Il faudra lui apprendre à être propre, bien sûr." dis-je avec un sourire un peu raide.

Les yeux frénétiques, je m'aperçus avec horreur qu'elle commençait à croquer la table basse d'Anatole. Elle avait une excellente dentition car elle mangeait carrément des bouts de bois, laissant l'empreinte de sa mâchoire sur la table.

"J'aurais peut-être dû me renseigner sur l'alimentation des licornes..."
fis-je en me grattant le menton, profondément pensif sur le sujet.
.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

❝Oh, I hold you for a million years❞
To make you feel my love. I could make you happy, make your dreams come true. There's nothing that I wouldn't do. Go to the ends of this Earth for you. To make you feel my love, oh yes. To make you feel my love.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t974-call-me-god-elli http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t11851-elliot-this-is-my-kingdom-come http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t1908-la-vie-trepidante-d-un-demi-dieu

Alexis E. Child


« Admirateur de la Serviette
Sacrée ! ٩(͡๏̯͡๏)۶ ٩(●̮̮̃•̃)۶ »


avatar


╰☆╮ Avatar : Kaya Scodelario

Ѽ Conte(s) : Aucun
☞ Surnom : Fanny
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 5017
✯ Les étoiles : 1690




Actuellement dans : « Admirateur de la Serviette Sacrée ! ٩(͡๏̯͡๏)۶ ٩(●̮̮̃•̃)۶ »


________________________________________ Ven 15 Juil 2016 - 23:43




J'aime les licorneuuuuuh...


Pourquoi fallait-il toujours qu'on me considère comme une enfant incapable de se défendre qu'on devait surprotéger? J'étais une déesse magique punaise! Ça devait en jeter normalement! Bon ok... J'étais le genre de déesse magique à me prendre les pieds dans un tapis 50% du temps et à me lier d'amitié avec des personnes que je ne devrais pas côtoyer mais bon... Ça faisait pas de moi une incapable pour autant! Il n'empêchait que c'était comme ça, tout le monde s'inquiétait tout le temps, comme si j'étais restée cette gamine de 4 ans un peu pomée qui avait débarquée du jour au lendemain à Storybrooke.

Anatole était plus que prévenant, il m'avait ouvert la porte de son nouvel appartement plus grand et plus magnifique que jamais et je m'y étais tout de suite sentie chez moi... Espérons que cette fois-ci, ce soit du sérieux... J'étais partie de chez Regina en pleine nuit et furibonde pour atterrir dans le petit appartement de célibataire de David avant de revenir de Neverland 3 000 ans après tout le monde et de décidé d'emménager dans une coloc divine pour la quitter une fois de plus en pleine nuit en demandant asile chez Anatole. A croire que je changeais de lieu de vie au rythme de mon évolution... J'étais instable... Il fallait que j'apprenne à me poser mais... J'en avais pas la certitude d'en avoir envie. Peut-être qu'Anatole serait mon dernier stop... Peut-être pas... "la seule chose que je sais c'est que je ne sais rien" disait Platon... Je l'aimais bien ce type.

Mais pour une fois j'avais vu les choses en grand et c'était ça qui me disait que j'avais peut-être trouvé une stabilité. Généralement je voyageais léger. Mes pièces n'étaient pas bondé que ce soit chez David ou dans la coloc car j'avais toujours eu cette notion de temporaire, de pas vraiment à ma place. J'étais arrivée à Storybrooke avec pour tout bagage un sac à dos rouge et une boite à goûter avec une licorne dessus. J'avais tout gardé... Et les licornes s'étaient multipliées... À croire que je cherchais désespérément à garder avec moi cette part d'enfance et de vie que j'avais perdue en arrivant ici. Allez savoir, j'étais pas psy après tout... Mais cette façon de faire, de vivre avec très peu comme tous les stigmatisés de l'abandon qui ne s'attachent pas au passé mais qu'à un seul détail, il prenait fin avec Anatole. Mes petites affaires n'avaient pas suffit et très vite j'étais passé chez Regina pour récupérer de nombreuses choses que j'avais laissé. Voilà comment on se retrouvait encore à défaire mes cartons des semaines après...

- Oui c'est le dernier, promis! Je suis même pas sûre de garder tout ces trucs... Ya des chances que tout ça finisse par être basardé pour l'achat de nouveaux trucs... A voir... Mais n'espère pas trop que je basarde les licornes... Je fais une fixette sur ce truc.

J'avais éclaté de rire en le regardant avec pitié. J'avais vu qu'il était pas très fan de ce ton girly que j'insufflais avec la fraîcheur et la douceur d'une tornade de niveau maximal. Mais il ne disait rien, il acceptait et ça m'allait droit au coeur... Sans compter que dans son malheur, il alimentait ma lubie.

- Une peluche licorne?! De vrai de vrai?! Aaaaaaaah j'y crois pas!!!

Je lui avais foncé dessus pour le prendre dans mes bras mais mon geste s'était stoppé net et j'avais redescendu mes mains à la vitesse d'un boulet de canon quand j'avais entendu Elliot. Elliot... C'était mon meilleur ami... Je nourissais pour lui un amour sans faille, malgré tout ce qu'il avait pu me dire, oublié de me dire ou ce qu'il avait fait. Il était aussi le père que j'avais jamais eu, que ce soit dans cette vie ou dans l'ancienne quand je m'appelais Enora: il était d'une possessivité incroyable et dès que j'approchais de trop près un garçon... Tous aux abris! Je ne savais même pas comment lui présenter mon copain si un jour l'occasion viendrait à se présenter...

Anatole avait tenté de couper court au truc en lui collant un carton dans les mains et j'avais pris le mien eb me dirigeant vers l'appartement rapidement pour éviter que la foudre s'abatte sur nous en pleine rue tout eb chantonnant:

- On se calme les garçons, on se calme.

J'avais entrepris l'ascension de l'escalier à grandes enjambées quand j'entendis leurs pas, synonyme d'avancée considérable.

- Je suis trop contente de te voir Elliot! Et que tu m'aides à emménager aussi!


C'était vrai. A 200%. J'étais véritablement heureuse qu'il soit là. Surtout que je l'avais déjà vu traîné dans le coin "par hasard" quand il m'arrivait de regarder par la fenêtre. Et pas une seule fois il était passé. Pour nous donner le bonjour ou pour nous aider... Mais un bruit sinistre me fit déchanter lorsqu'en arrivant dans notre appartement j'entendis un carton s'effondrer au sol et un bruit de verre brisé. Il l'avait fait exprès. Et en plus il disait que c'était ma faute. Il était vraiment pas gentil. Quelque peu agacé, j'haussais les sourcils et les épaules avant de lui dire froidement:

- Oh t'inquiète c'est pas grave. Ce sont des cadres qu'il y a là-dedans. Et vu la tronche du carton je crois que c'est nos photos donc c'est pas grave n'est-ce pas?

Je posais mon carton avant de m'approcher vivement de et de le pousser en arrière pour qu'il me laisse de l'air. J'avais envie de le baffer quand il me faisait sa mine déconfite après avoir fait une bêtise qu'il regrettait. Je me saisissais du cuter et éventrait le truc d'un geste vif pour en sortir au fond un cadre d'ébène sur lequel j'avais collé une licorne et un cœur en mousse. Le verre était défoncé. Je lui collais dans les mains pour lui montrer de quelle photo il s'agissait. Lui me tenant sur son dos, ma tête proche de la sienne, toutes les deux souriants.

- Tu vois? Rien de grave.

Je m’éloignais vivement en évitant le regard d'Anatole. Mais Elliot repartais de plus belle me faisant une véritable crise de jalousie ma parole! Je pouvais de rire, un peu incrédule, face à sa proposition insensée.

- Chez toi?! Avec tout ceux que vous hébergez déjà et tes propres problèmes à surmonter? Non je voulais pas encore m'ajouter à la masse de trucs que tu dois penser et moi aussi j'avais besoin de calme et d'avoir l'impression de vivre chez moi et pas dans un hangar d’aéroport au milieu de "n'importe qui" comme tu le dis si bien.

La fin de ma phrase avait été un peu cinglante. S'il y avait bien une chose sue j'avais en horreur c'est quand il déconsiderait les gens sous le prétexte qu'il n'en était pas spécialement proche. On était pas des objets punaise!

Je m'étais mise à secouer la tête de gauche à droite d'un air agacé face à ses suppositions. C'était n'importe quoi. J'en avais rien à faire s'il devait devenir Kurt ou je sais plus trop quel nom il m'avait sorti... C'était mon meilleur ami et ça, ça changerait pas.. Même s'il passait son temps à me blesser en ce moment... Toute cette histoire nous rendait dingue, il était loin le temps où on devorait des pizzas devant des jeux vidéos avec une insouciance incroyable. Là on était carrément passé à "tu te feras buter et je m'en foutrait comme de mes dents de lait". J'avais accusé le coup sans rien dire mais mon visage était devenu rouge de douleur, mes yeux s'étaient humidifiés bien qu'on pouvait y lire l'indignation.

- T'es vraiment bien comme ton père.


Voilà... C'était dit. Et je ne le regrettais pas même si j'avais dégluti et détourné la tête. Anatole était vraiment obligé ee subir ça?! Maiz voilà qu'Elliot s'excusait, rebroussant chemin et que je lui rendais son sourire, les larmes aux bords des yeux, car je le pardonnais, comme d'habitude. Et le moment du cadeau déménagement vint...

- UNE LICOOOOOORNE!!! Oh punaise c'est une licorne!!!

Personne ne semblait réaliser à part moi... Pourquoi Anatole ne sautait-il pas de joie? Il avait pas du comprendre. Je me tournais vers lui d'un air ahurri en tendant les bras vers l'objet de tous mes désirs :

- C'est une LICORNE! Une vraie de vrai!! Regarde ellz fait caca des paillettes et... Oooooh elle mange la table elle est trop mignooooooneuuuuh

J'avais foncé sur elle, n'entendant rien de ce que les garçons se disaient bien trop occupée à la caresser en lui cherchant un prénom.

- Elle est trop belle je l'adore!! Je savais même pas que tu savais faire ça!! Toi aussi je t'adooooooore!!!


Je lui avais sauté dessus avec tout mon poids et l'avait serré super fort dans mes vras en lui faisant des bisous répétés sur la joue, mes jambes autour de sa taille, comme solidement accrochée à un cocotier. Remise de mes émotions (ou presque) je me remettais sur pied avec un petit cri de victoire aigu.

- Diiiiis Anatole on peut la garder? S'il te plaît!!! C'est moi qui la promenerait, qui l'aiderait à devenir propre et qui la nourrirait! Elle fera pas de bêtise c'est promis!! Elliot, elle pourrait avoir une taille plus petite s'il te plaît? Genre comme un gros chien tu vois? Ca serait plus simple pour la garder! Parce qu'on la garde hein Anatole?

J'avais passé mes bras autour du coup de la bestiole er le regardait avec des yeux digne du Chat Potté.

- Allez on m'a déjà interdit de garder le bébé dragon que la cigogne m'a donné à Neverland. On peut pzs l'abandonner elle aussi... Diiiiiis ouiiiiiiii!!!!


Yeux du chat Potté puissance 10 000. Il allait dire oui.





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

IL SUFFIRA D'UNE ETINCELLE
ANAPHORE
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19802-n-oublie-pas-qui-tu-e http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t20958-once-upon-a-time-alexis-stories

Anatole Cassini


« Non mais alo quoi! T Rousse et tu connais pas Hadès ?! »


avatar




╰☆╮ Avatar : ➹ Dylan O'Brien

Ѽ Conte(s) : ➹ Intrigue Divine
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ✲ Un mystère



☞ Surnom : ➹ seb
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 9926
✯ Les étoiles : 17997




Actuellement dans : « Non mais alo quoi! T Rousse et tu connais pas Hadès ?! »


________________________________________ Mar 19 Juil 2016 - 18:59



Home sweet home

« On est jamais mieux que chez soi »




    « Pourrai-je te parler quelques instants. Seul à seul. S'il te plaît ? » demandai-je à Elliot tout en me dirigeant vers ma chambre à couchée qui se trouvait juste à côté. Une fois Elliot entrait, j'avais fermé la porte et je m'étais rendu compte qu'en dehors d'Ellie, personne n'était jamais entrée dans cette partie de la maison. En jetant un coup d'oeil sur le lit, j'y voyais encore la jeune femme toute mouillée, qui était apparue un soir sur moi et qui m'avait fait voyager à travers le temps. Un petit sourire s'était dessiné aux coins de me lèvres et j'avais froncé les sourcils afin de reprendre un air des plus naturels.

    « Elliot. Tu es quelqu'un que j'apprécie beaucoup, contrairement à ce que tu peux penser. Mais crois tu vraiment que c'est judicieux de créer une nouvelle espèce ? Même quand il est question de faire plaisir à une amie ? Et même si cette dernière est ta meilleure amie ? »

    J'avais préféré insister sur le mot amie et meilleure amie, car je savais qu'il aurait enchaîné en disant que pour une amie non, mais pour sa meilleure amie oui. Mais dans les deux cas, ce n'était vraiment pas quelque chose à faire. On ne pouvait pas jouer avec la vie des autres ou de celles des animaux qui peuplaient cette planète. Si il ne s'imposait pas certaines limites maintenant, il n'en aura aucune plus tard.

    « Je sais que tu n'as pas fait cela en mal et que tu souhaitais uniquement lui faire plaisir. Mais ce n'est pas acceptable. » dis-je en m'armant de courage et de patience, car je le sentais déjà riposter. « Alexis est une fille fantastique et une peluche licorne est quelque chose de vraiment bien et d'amplement suffisant. Regarde Lily. Elle est fan d'éléphants et tu n'en fais pas apparaître un chez elle. D'ailleurs elle le prendrait comment qu'à Alexis tu lui offres une véritable licorne et pas à elle ? »

    Est ce qu'il allait voir cela comme un défi ? Je ne l'espérais pas, car ce n'était pas du tout le but de cet échange.

    « Il y a de nombreuses façons de combler nos amis. Ta simple présence, le fait que tu l'ais aidée à porter un carton, même si ça a brisé ce qui était dedans. Le déménagement... Toutes ces choses font de toi son meilleur ami. Et je ne compte pas te prendre ta place. Elle est mon amie, mais uniquement mon amie. Tu resteras toujours le numéro un dans son coeur, même si tu ne lui offres pas une paire de chaque espèce qui peuple cette terre, voir même celles qui ne la peuplent pas. »

    J'avais fait les pas qui me rapprochaient du jeune homme, en n'omettant pas de passer par le petit meuble qui nous séparait. J'en avais ouvert le premier tiroir, afin d'y prendre un objet, que j'étais venu tendre à Elliot.

    « Selon Ellie tu es fan de jeux vidéos. D'ailleurs je crois que c'est un secret pour personne. J'ai trouvé ça à la brocante de Storybrooke la semaine passée. C'est pour toi Elliot. »

    Je l'avais laissé quelque instants découvrir le dit objet avant de lui proposer d'aller rejoindre la jeune femme qui nous attendait à côté. J'espérais qu'Elliot avait compris le message. Une fois de retour avec Alexis, elle était montée sur la licorne. o_O

    « Hum... » murmurai-je. « Elle va nous attendre quelque part. Dans une pâture, un endroit plus apte à accueillir une licorne et où les risques qu'elle s'échappe sont moins élevés. N'est ce pas, Elliot ? »

    J'attendais son approbation. Peut-être que sur Olympe il y avait un endroit pour elle, où elle pourrait loger tranquillement et couler des jours heureux. Elle avait une espérance de vie ou c'était une créature ?


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥




« Petite étoile, brille dans le noir...
...et ne disparait jamais. »

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74520-fiche-personnage-anat http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74520-fiche-personnage-anatole-cassini-hyperion#815321 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74520-fiche-personnage-anatole-cassini-hyperion#815321

Elliot Sandman


« A fond les bolides ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Pierre Niney

Ѽ Conte(s) : Intrigue Divine
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le fils de Hadès et Aphrodite

Meilleur duo Awards

☞ Surnom : Natoune
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 8039
✯ Les étoiles : 29093




Actuellement dans : « A fond les bolides ! »


________________________________________ Mer 20 Juil 2016 - 11:46


« En allant faire un tour du côté de chez Totole... »

Alexis était en train de péter un gros câble et la licorne vivante y était pour beaucoup. Je m'attendais à une réaction de ce genre. Je me sentais tellement supérieur à Anatole en cet instant. D'ailleurs je lui décochai un regard tout fier après qu'Alex m'ait sauté dessus. Elle m'avait légèrement déglingué le dos car elle n'était pas toute maigre non plus, mais il suffisait que je me tue pour que ma colonne vertébrale redevienne tout à fait normal. Je ferais ça plus tard. J'ouvris la bouche quand mon amie me demanda si je pouvais réduire un peu la taille de la bestiole, mais finalement ne dis rien. J'étais sceptique, en fait. Pouvais-je réduire la licorne ou pas ? Le souci avec les choses que je créais, c'est qu'elles n'en faisaient qu'à leur tête dès qu'elles basculaient dans la réalité. Il suffisait de voir Apple, totalement ingérable. Et je ne parlais pas du fils de Diane qui ne donnait plus signe de vie et qui, je l'espérais, s'était changé en château de sable noir. Un problème en moins, même si je n'y croyais pas trop.

Anatole voulait me parler seul à seul. Mais bien sûr chéri, je te suis. Faussement docile, je lui emboitai le pas. Il m'emmena jusqu'à sa chambre qu'il ferma sur nous. Ouh, c'était tellement intime ! En tous cas, je n'étais pas Ellie. S'il essayait de me faire du rentre-dedans, je le changerais en tapis.

Il commença un discours moralisateur. Je croisai les bras et l'écoutai, même si dans ma tête je réfléchissais au guide du jeu Pokemon Go car je voulais être le premier à trouver le plus de pokemons de par le monde. La téléportation était un atout de taille dans ce genre de cas. Et non, ça n'était pas de la triche !

J'allais dire à Totole que j'en avais marre qu'il se prenne pour mon père car j'en avais déjà deux et que c'était suffisamment compliqué comme ça, mais à cet instant il ouvrit un tiroir et en sortit... un truc absolument fabuleux. Un truc dont j'ignorais l'existence. Un insigne de shérif Retour vers le Futur III ! Je ne comprenais pas le rapport avec les jeux vidéo -ça montrait à quel point Totole était inculte- mais ce cadeau me donna un coup de poing en plein coeur. Pourquoi faisait-il ça ? Il essayait d'acheter ma sympathie ?

Peu importe, j'avais un insigne de shérif super cool ! Je l'épinglai sur ma chemise en grimaçant -car j'avais d'abord piqué ma peau- et rejoignis les deux autres dans le salon. Alexis faisait du rodéo sur la licorne qui était super docile, fort heureusement.

Je baissais sans arrêt les yeux sur mon insigne, bombant le torse d'un air important. Je n'allais pas remercier Anatole car il m'énervait toujours autant avec sa tête de jeune premier, mais j'allais peut-être faire quelque chose pour lui. Fallait que je réfléchisse.

Pour le moment, je songeais à la licorne sur laquelle sautillait Alex. je tendis les bras comme pour la mesurer et me concentrant, je réduisis l'espace entre mes mains. A mesure que je le faisais, la créature diminuait de taille, jusqu'à devenir aussi petite qu'un chat. Bizarrement, en se ratatinant, elle devint toute grassouillette. Elle péta de nouveau des paillettes, écrasée sous le poids d'Alexis.

"Vaut mieux que tu te lèves, tu vas la tuer." dis-je, amusé.

Puis je me tournai vers Anatole :

"J'ai compris ce que tu m'as dit, mais je ne peux pas faire disparaître la licorne, ça serait un crime. Normalement, avec cette taille, elle ne devrait pas être trop pénible."

J'entendis un bruit sourd et baissai les yeux sur la petite licorne qui avait entrepris d'arracher des bouts de papier peint pour le manger.

"Ca se dresse peut-être comme les chiens ?" hasardai-je. "Faudrait essayer."

La licorne dévorait les bouts de papier avec la rapidité d'un destructeur de documents. C'était assez impressionnant et inquiétant, surtout avec ses yeux globuleux.

"Ne dormez pas avec elle la nuit."
conseillai-je. "On sait jamais, des fois qu'elle vous bouffe les cheveux..."

Je croisai le regard sévère d'Anatole et soupirai :

"Okaaaay... le plus prudent c'est de l'emmener sur Olympe. Elle aura une pâture géante remplie de papier-peint. Et tu pourras aller la voir aussi souvent que tu veux, Alex."

Il la connaissait mal s'il espérait qu'elle se laisserait convaincre aussi facilement.
.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

❝Oh, I hold you for a million years❞
To make you feel my love. I could make you happy, make your dreams come true. There's nothing that I wouldn't do. Go to the ends of this Earth for you. To make you feel my love, oh yes. To make you feel my love.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t974-call-me-god-elli http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t11851-elliot-this-is-my-kingdom-come http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t1908-la-vie-trepidante-d-un-demi-dieu

Alexis E. Child


« Admirateur de la Serviette
Sacrée ! ٩(͡๏̯͡๏)۶ ٩(●̮̮̃•̃)۶ »


avatar


╰☆╮ Avatar : Kaya Scodelario

Ѽ Conte(s) : Aucun
☞ Surnom : Fanny
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 5017
✯ Les étoiles : 1690




Actuellement dans : « Admirateur de la Serviette Sacrée ! ٩(͡๏̯͡๏)۶ ٩(●̮̮̃•̃)۶ »


________________________________________ Jeu 4 Aoû 2016 - 18:17




Findus ne l'aura pas !


J’aurais dut sentir que ça puait pour Petunia. Ouais. Petunia. C’était le nom que j’avais choisi de lui donner durant le temps où on s’était retrouvé seules elle et moi. Ben c’était justement à ce moment-là que j’aurai du sentir que notre vie idyllique à 3 n’allait pas bien se passer. Anatole avait déjà tiré une tronche de rabat-joie avant de demander à Elliot de le suivre. Je m’étais pas soucier de l’éventualité qu’ils puissent se battre, après tous ils étaient deux grands garçons et ils étaient aussi épais qu’une feuille A4 100g… si l’un d’eux tentait de frapper l’autre, j’étais certaine que la victime le sente. Bon bien sûr il y avait cette histoire de divin et bla bla bla mais bon, on savait pas trop ce qu’était Anatole donc il devait pas être bien puissant (logique à deux balles made in Alexis quoi) et puis si c’était le cas, hop un petit coup de cendre et ça repartait ! Non ? Bref, j’étais bien trop occupée à câliner ma licorne pour me soucier de son avenir ou de la jalousie entre Elliot et Anatole. J’avais même jeté un rapide coup d’œil vers la porte vers laquelle ils étaient partis avant de tenter de monter dessus discrètement. C’était trop la classe !!

Mais la récréation s’était finie rapidement. Anatole m’avait annoncé qu’on allait l’envoyer je-sais-pas-trop-où dans un pâturage et je l’avais observé avec un regard de « tu m’as bien regardé là ? Tu crois que je vais lâcher Pétunia comme ça ? ». J’avais alors brusquement tourné la tête vers mn meilleur ami. Le seul. Le vrai. Elliot. Celui qui me trahirait jamais. Elle était devenue toute petite ma licorne, j’avais même failli la tuer en restant dessus, alors pourquoi il serait contre à l’idée que je la garde hein ?

- Je suis sûre que ça se dresse comme un chien. Je l’ai appelé Pétunia et ça sera moi son maître, vous allez voir ça ! Ooooh elle mange super vite, elle est trop mignonne !


Je lui gratouillais l’encolure tandis qu’elle continuait à engloutir le papier mais soudain, Elliot se rangea du côté d’Anatole et ça me fit l’effet d’une agglo que j’avais avalé tout entier.

- QUOI ? Non mais… NON ! Il est hors de question que je la laisse ! Moi je les connais vos excuses de « elle va vivre dans un pâturage super heureuse, tu viendras la voir quand tu veux et tout et tout » ouais c’est ça ouais, elle va finir en lasagne et je la verrais plus jamais.

Je l’avais prise sur mes genoux pour la serrer dans mes bras tandis qu’elle continuer à dévorer tout ce qui était à portée de gueule. Si elle continuait elle allait finir par être plus large que longue. C’était pas juste de me faire ça, on pouvait pas me donner un truc pour me le reprendre après. Et j’avais l’habitude des promesses en l’air, j’y croyais plus. C’est alors que je le vis. Ce petit insigne qui brillait dans ses mains. Reposant Pétunia, je me levais d’un bond pour le lui arracher des mains et lui coller sous les yeux.

- VENDU ! T’es qu’un sale vendu en fait !! T’en a rien à faire de Pétunia, tu penses pouvoir créer tout ce que tu veux sans que ça n’ait d’incidence sur le monde ou sur les gens qui entoure ta créature sauf que non, ça se passe pas comme ça, y’a toujours des incidences !

Mon regard croisa alors celui d’Anatole et je me figeais totalement. Il semblait… être d’accord avec ce que je venais de dire… ou un truc du genre… il avait du moins l’air de comprendre… Et si c’était ça qu’il avait expliqué à Elliot ? Et si son but était d’éviter que Pétunia ai une trop forte influence sur notre environnement ? Après tout, c’était vrai, elle n’était pas censée être là… et si c’était pas eux qui me l’enlever c’était les psychopathes and co appelés aussi « Chevaliers de l’Ordre » qui allaient sûrement le faire. Il était hors de question que ça arrive. Il était peut-être temps d’être un tant soit peu compréhensive et responsable ? Je déposais à contrecœur l’insigne dans la main d’Elliot avant d’aller récupérer ma licorne et de regarder Anatole droit dans les yeux.

- Je suis désolée… Vraiment. J’ai failli d’imposer ça alors que je t’impose déjà beaucoup. Je suis nulle. Pardon. Tu sais… c’est juste que… je m’emballe un peu… J’ai l’impression que je vais avoir un vrai chez moi, un chez moi où je me sentirais de nouveau bien et… ça me fait faire pleins de plans sur la comète et être envahissante. Je te promets que ça va se calmer… c’est juste… l’euphorie du déménagement… Et tu verras, je suis gentille en coloc et… je fais super bien les petits
dej’

Je lui avais dit ça sur le ton de la fausse confession avant de lui faire un grand sourire.

- Tu peux enlever toutes les licornes que tu veux, je les stockerai dans ma chambre. Et pour Pétunia… je suis d’accord qu’elle parte vivre sur l’Olympe et qu’elle ai un pâturage plein de papier peint mais… Je veux que vous me promettiez que j’irais la voir tous les jours ou dès que je le voudrais parce qu’elle reste ma licorne à moi. Promis ?

Je laissais un petit silence avant d’ajouter :

- Et… je veux l’y déposer moi-même.

Histoire d’être sûre qu’ils l’amenaient pas dans un abattoir Findus.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

IL SUFFIRA D'UNE ETINCELLE
ANAPHORE
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19802-n-oublie-pas-qui-tu-e http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t20958-once-upon-a-time-alexis-stories

Elliot Sandman


« A fond les bolides ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Pierre Niney

Ѽ Conte(s) : Intrigue Divine
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le fils de Hadès et Aphrodite

Meilleur duo Awards

☞ Surnom : Natoune
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 8039
✯ Les étoiles : 29093




Actuellement dans : « A fond les bolides ! »


________________________________________ Jeu 11 Aoû 2016 - 11:55


« En allant faire un tour du côté de chez Totole... »

J'avais récupéré mon insigne en plein vol quand Alex l'avait arrachée de ma chemise. En plus, elle y avait fait un trou. Est-ce que je lui déchirais ses vêtements, moi ? Je lui lançai un regard indigné même si je comprenais son émoi. Elle serrait sa licorne contre elle comme un doudou. Je faillis la prévenir que "Pétunia" essayait de grignoter ses cheveux mais elle l'éloigna machinalement de sa nuque. Elle me faisait trop de peine à capituler aussi facilement.

"Non."
lâchai-je brusquement. "Non, on ne va pas emmener Pétunia sur l'Olympe. Elle est une habitante de la terre. Elle vient de naître dessus. Je vois pas pourquoi on devrait l'exiler à peine arrivée. Ca risque de la perturber davantage qu'elle ne l'est déjà..."

Je jetai un coup d'oeil anxieux en direction de la licorne qui avait entrepris de manger le bas du tee-shirt d'Alex. Mon amie ne s'en était pas encore rendue compte.

"Je pourrais lui créer un pâturage juste derrière chez vous."
proposai-je sur le ton de la bonne idée.

Joignant le geste à la parole, je m'élançai vers la fenêtre du salon et poussai le rideau pour regarder au-dehors.

"C'est parfait, il y a un terrain vague en bas ! Pétunia ne dérangera personne ! On peut lui mettre une jolie niche et plein de papiers-peint ! Comme ça, tu pourras la voir aussi souvent que tu veux ! Et elle ne sera pas avec vous dans l'appart', au moins."

Je fis un clin d'oeil à Totole du style "j'ai tout arrangé, mec !".

"Ca sera plus simple comme ça, parce que je me vois mal débarquer avec une licorne à Olympe. Pas sûr que ça plaise à mes oncles et tantes..."

Je l'aurais bien enfermée au lasergame, mais ce n'était pas une vie pour une licorne. En plus, j'avais peur qu'elle ne bouffe mes Stormtroopers, mes zombies édentés et surtout qu'elle s'attaque à Pouet. Mieux vaut prévenir que guérir.

"Alors, vous en dites quoi ?"
.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

❝Oh, I hold you for a million years❞
To make you feel my love. I could make you happy, make your dreams come true. There's nothing that I wouldn't do. Go to the ends of this Earth for you. To make you feel my love, oh yes. To make you feel my love.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t974-call-me-god-elli http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t11851-elliot-this-is-my-kingdom-come http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t1908-la-vie-trepidante-d-un-demi-dieu

Anatole Cassini


« Non mais alo quoi! T Rousse et tu connais pas Hadès ?! »


avatar




╰☆╮ Avatar : ➹ Dylan O'Brien

Ѽ Conte(s) : ➹ Intrigue Divine
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ✲ Un mystère



☞ Surnom : ➹ seb
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 9926
✯ Les étoiles : 17997




Actuellement dans : « Non mais alo quoi! T Rousse et tu connais pas Hadès ?! »


________________________________________ Jeu 11 Aoû 2016 - 20:49



Home sweet home

« On est jamais mieux que chez soi »




    Ce qu'on en disait ou ce que j'en disais ? Parce que pour moi la décision avait été déjà prise, mais Elliot n'en faisait qu'à sa tête. Et puis je n'allais pas lui empêcher de mettre une licorne que personne devait voir, en pleine vue à tous dans une partie du jardin à l'arrière de l'immeuble, qui ne nous appartenait même pas. Ca allait véritablement devenir compliqué avec le jeune homme si il ne prenait pas sa vie et ses responsabilités en main.

    « Tu veux un avis franc ou tu simplement ce que tu aimerais entendre ? »

    On n'était vraiment pas fait pour s'entendre, même si je n'avais rien de spécial contre lui. De toute façon il était inutile de lutter vue que monsieur avait déjà pris sa décision. Et puis je n'étais pas forcé de m'occuper de la licorne. Le tout c'était qu'elle n'entre pas dans l'appartement et là, elle ne pouvait pas. J'avais tout de même jeté un regard en direction d'Alex, pensant qu'elle agirait en adulte responsable et serait de mon avis plutôt que celui de son meilleur ami, mais non, elle était à fond avec Elliot, comme à son habitude. C'était déprimant.

    « C'est très gentil Elliot de te proposer si gentiment de venir chaque jour veiller à ce que la licorne aille bien et ne manque de rien. Je te remercie pour cela. »

    En tout cas c'était dans les clauses de notre contrat. Il devait veiller tous les jours au bien être de la créature et s'assurer qu'elle ne s'échappe pas.

    « Je vais vous laisser terminer le déballage des cartons, j'ai une course à faire. Et puis ça vous permettra de rester un peu ensemble tous les deux. »

    Non, je ne boudais pas. Mais comme je n'avais pas mon mot à dire, mieux valait les laisser à deux et puis une petite marche ça allait bien finir par me calmer. Ce jeune garçon avait le don de m'énerver et ce n'était pas une mince affaire. J'avais pris un petit gilet avant de quitter l'appartement.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥




« Petite étoile, brille dans le noir...
...et ne disparait jamais. »

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74520-fiche-personnage-anat http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74520-fiche-personnage-anatole-cassini-hyperion#815321 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74520-fiche-personnage-anatole-cassini-hyperion#815321

Alexis E. Child


« Admirateur de la Serviette
Sacrée ! ٩(͡๏̯͡๏)۶ ٩(●̮̮̃•̃)۶ »


avatar


╰☆╮ Avatar : Kaya Scodelario

Ѽ Conte(s) : Aucun
☞ Surnom : Fanny
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 5017
✯ Les étoiles : 1690




Actuellement dans : « Admirateur de la Serviette Sacrée ! ٩(͡๏̯͡๏)۶ ٩(●̮̮̃•̃)۶ »


________________________________________ Lun 29 Aoû 2016 - 20:57




Une coloc' chaotique


Lorsqu’Elliot avait parlé de parturber Petunia, j’avais froncé les sourcils en la serrant un peu plus fort dans mes bras. Elle était pas perturbée ma licorne, d’où il avait vu ça ? Elle allait très bien ! Elle mangeait et on ne mangeait pas quand on était perturbé… donc si elle mangeait c’est qu’elle était pas perturbée, CQFD. Non mais ! J’allais d’ailleurs lui faire la remarque mais je m’étais stoppée net en entendant la suite de son explication. Bon. Puisqu’il voulait qu’elle reste sur Terre, alors oui, elle était perturbée, terriblement perturbée. La pauvre. Je l’avais regardé s’enflammer en continuant à la caresser et en prenant soin d’éviter qu’elle me mange les cheveux. Je les aimais bien à cette longueur. Elle pouvait manger tout ce qu’ele voulait mais pas mes cheveux. Pourtant, j’étais restée silencieuse quand il avait fini par nous demandé ce qu’on en pensé. J’avais tourné un regard un peu impressionné vers Aanatole. J’avais pas trop envie de m’imposer dans cette situation… Il avait déjà été gentil de m’accueillir chez lui, je préférais qu’il décide.

« Tu veux un avis franc ou tu simplement ce que tu aimerais entendre ? »


Ça partait mail oulalalah que ça partait mal… Je le sentais moyen sur ce coup. Pourquoi il pouvait pas juste être content pour une fois ? Je lui avais promis que j’allais m’occuper de Petunia moi-même, il était où le problème ? Anatole avait soudainement tourné le regard vers moi… il s’attendait sûrement à ce que je dise quelque chose mais il voulait que je dise quoi ? Il me prenait de court là… surtout pour un truc où j’avais envie de garder ma licorne…il m’aurait fallu au moins deux heures de préparation pour rendre mon mensonge convaincant… mais on avait pas deux heures… on avait plus de temps du tout d’ailleurs…

« Je vais vous laisser terminer le déballage des cartons, j'ai une course à faire. Et puis ça vous permettra de rester un peu ensemble tous les deux. »

Je l’avais regardé quitté la pièce avec le regard rond et en silence. Il était sérieux là ? Il prenait la fuite ? Comme ça ? Sous prétexte qu’il était énervé ? Donc on parlait pas ? Ben apparemment non, il avait déjà disparu en fermant la porte derrière lui. J’avais regardé Elliot d’un air gêné avant de m’approcher de lui, la licorne toujours en main.

- Merci… jamais personne m’avait fait un aussi beau cadeau… C’est… ça signifie beaucoup pour moi… T’es le meilleur des ami, tu le sais ça ? Même quand je te dis que t’es con et que je m’énerve contre toi…

Je l’avais pris dans mes bras et une petite suffocation de Petunia m’avait fait reculer brusquement au bout d’une minute. C’est qu’elle devait étouffer entre nous deux.

- J’espère qu’il va se calmer… et qu’il va pas trop m’en vouloir… Tu sais… c’est pas parce que j’habite pas avec toi et que je passe pas tout mon temps avec toi que je ne t’aime pas. Tu as ta vie, ta famille et tes soucis… C’est pareil pour moi… Et même si tu restes le seul et l’unique meilleur ami, j’ai nommé Elliot Sandman… ben il compte pour moi Anatole… c’est mon coloc’ et j’ai pas envie de m’énerver avec lui… surtout après qu’il ai si gentiment accepté de m’accueillir… tu comprends ?

J’avais attendu un hochement de tête ou un quelconque signe de consentement avant de reprendre avec un sourire :

- Bon… on va la mettre dans son pâturage ? J’ai pas trop envie qu’il rentre, qu’il la voit là et qu’il me la fasse cuire au four…

Et on était descendu. On lui avait fait son enclos et j’étais rentrée pour ranger mes affaires. Anatole n’était toujours pas revenu. J’avais enlevé quelques licorne de la déco commune, j’avais tout bien préparé ma chambre et je m’étais mise à cuisiner. J’avais mis la table et j’avais posé un petit mot dans son assiette.

« Je suis désolée… Me fais pas la tête, je t’aime bien tu sais ? J’ai préparé le repas… et j’ai fais de la mousse au chocolat pour le dessert, j’espère que t’aime ça. Si t’es plus faché, viens me chercher dans ma chambre… on pourra regarder un film et la manger ensemble si tu veux ? C’est toi qui choisi le film. Et Pétunia est dans son pâturage, promis !

XoXo
Alex’. »



FIN



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

IL SUFFIRA D'UNE ETINCELLE
ANAPHORE
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19802-n-oublie-pas-qui-tu-e http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t20958-once-upon-a-time-alexis-stories

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

Home sweet home... } Anatole & Elliot





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations