Intrigues
Disney Rpg

Au Violent de
nos Songes
Juin 2017


Par delà
les Mers

Juillet 2017

Zootopie II
#ZozoTopie
Juillet 2017


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


Par delà les Mers - le 81ème événement de Disney Rpg ! ╰
➹ Création graphique : Ellie Sandman ♥ - Maître du jeu : Anatole Cassini ♥
La mort est une journée qui mérite d'être vécue !

Partagez | .
 

 Evénement Divin #19 {64} : Enfants des Dieux [Fe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage

Robyn W. Candy


«Muerte, la mort!
Né l'oubliez yamais!
Pitis voyous!»


avatar


╰☆╮ Avatar : Jennifer Lawrence

Ѽ Conte(s) : Les mondes de Ralph
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Vanellope Von Schweetz, ou la princesse d'un royaume de sucreries qui préfère conduire des voitures en gâteaux

☞ Surnom : Even

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2006
✯ Les étoiles : 10




Actuellement dans : «Muerte, la mort!Né l'oubliez yamais!Pitis voyous!»


________________________________________ Lun 1 Aoû 2016 - 22:25





Œil pour Œil

On va tous mouriiiiir

Y avait du sable. Du sable partout. Absolument mais alors vraiment absolument partout. Mon lit avait été emporté dans du sable. Du sable avait essayé de me bouffer avec mon lit. Y en avait marre du sable. Y en avait vraiment, vraiment, vraiment marre de putain de sable à la con.

- Je déteste le sable.

Tout en continuant de fixer l'endroit où le matelas avait disparu, engloutit par le désert, je serrais un peu plus fort Lucille, que je tenais tout contre moi, comme si c'était une peluche plutôt qu'une arme mortelle qui avait éclaté pleins de têtes. Elle avait failli se faire choper elle aussi ! Heureusement que je l'avais attrapé dès que le sol s'était mis à trembler sous le lit ! Sinon... Non, je voulais pas penser à ça. Je caressais le sommet en bois de la batte pour me rassurer, avant de me laisser tomber par terre. Pour m'asseoir dans ce foutu sable brûlant qui s'attaquait déjà mes chaussures pour essayer d'entrer dedans et de me coller des putain de grains entre les doigts de pieds.

- J'ai déjà dis à quel point je déteste ce foutu sable ?

Je me mis à rire nerveusement, en attrapant une grosse poignée de cette connasse de poussière jaune et en la laissant s'échapper d'entre mes doigts sans cesser de rire d'une manière pas du tout rassurante. Non mais putain de sable qui sert à que dalle !

- Vous pourriez pas nous téléporter pour qu'on quitte ce désert à la con ? Les vacances à la mer sans mer, bizarrement, ça m'excite pas des masses ! Je pensais que t'étais douée pour ça, tu peux pas utiliser tes pouvoirs pour une bonne cause ? Ou c'est trop te demander ?

Je m'étais adressée à Athéna, avec un air provocateur. Elle allait avoir encore moins envie de me ramener si elle le pouvait, mais j'en avais rien à foutre. Comme d'hab', j'avais toujours raison ! On était encore dans la merde, pour pas changer ! Alors avant que le premier monstre ramène sa sale gueule, autant renouer les liens de l'équipe !

- Je ne sais pas si c'est pareil pour vous, mais j'en suis incapable. C'est comme si... j'étais diminuée. A l'hôtel déjà je ne pouvais pas me téléporter. Quelque chose semble... bloqué.

Je lançais un regard noir à Ellie, qui venait de prendre la parole en soupirant, sans pour autant pouvoir cacher son angoisse pas du tout rassurante. Merci de l'ouvrir juste pour bouziller le moral des troupes mademoiselle je-sais-tout ! Apparemment, elle était juste douée pour faire déprimer, mais ça m'étonnait même pas de sa part. Pourquoi fallait qu'elle soit avec nous celle là ? Je fusillais du regard Anatole. À coup sûr, c'était de sa faute ! Boulet jusqu'au bout celui là aussi !

Je sorti de mon sac à dos un sachet d'oréos et entreprit de l'ouvrir pour grignoter quelques gâteaux, en attendant que les autres se démerdent pour trouver une solution. Hors de question que je reste dans ce coin merdique ! Même mes oréos craquaient horriblement sous mes dents ! Ces putain de grains de sables avaient même attaqués mes gâteaux adorés ! Ils savaient pas à qui ils s'attaquaient ou quoi !

- Tu ne penses pas qu'il faudrait essayer de trouver de l'ombre ? Je suis en train de cuire. C'est insensé comme le soleil tape fort...

Je haussais un sourcil à l'attention de miss Ellie qui avait l'air de s'impatienter. Je terminais ma bouchée, sans la quitter des yeux, avant de déglutir bruyamment et de m'essuyer la bouche avec le dos de la main. Tout le monde me regardait bizarrement, mais bizarrement, c'était son regard à elle qui m'agaçait le plus.

- C'est un désert, où tu veux qu'on trouve de l'ombre sérieux ! Vaut mieux prendre des forces avant de se bouger, c'est important d'être en pleine forme avant de partir en expédition sous un tel soleil. D'ailleurs vous transpirez comme des bœufs, même les déesses dit donc ! Continuez comme ça et on arrivera à se faire une piscine avec tout le liquide qui dégouline de vos petits corps parfaits divins !

J'avais jamais vu les dieux transpirer, c'était trop spé' comme vision ! Ça voulait dire qu'enfaîte, ils étaient comme tout le monde au final ! Même si ils étaient immortels. Et qu'ils vivaient sur Olympe. Et qu'ils avaient des super-pouvoirs. Ouais non, ils était pas du tout comme tout le monde. Sauf qu'ils transpiraient, et c'était même pas beau à voir. Limite c'était choquant !

- Putain mais... C'est quoi cette merde !

Je m'étais relevée d'un bon parce que quelque chose avait poussé... sous mes fesses. J'attrapais d'une main Lucille, en me mettant position pour exploser la gueule du machin pervers qui m'avait touché le derrière. Le sable où je m'étais assise formait un petit tas, alors qu'en sortait... un œil ?

- Oh putain mais c'est dégueulasse ce machin !

Parce que c'était bien un œil. Un gros œil globuleux, au bout d'une tige, qui nous mâtait tranquilou, à moitié enfouit sous le sable. Tout à coup, une sorte de laser vert apparu pour scanner tout le groupe, pendant qu'on le regardait bêtement faire. Dès que la lumière cessa, j'entendis quelqu'un crier quelque chose, pendant que quelqu'un d'autre se rapprochait... et que j'abattais ma batte sur le gros œil luisant pour l'éclater.

- Et merdeee !

Je me laissais tomber à genoux et me mis à fouiller avec les deux mains, creusant le sable à la recherche de ce machin monstrueux. Mais même en faisant un trou profond d'une trentaine de centimètres, il n'y avait rien. Aucune trace de l'oeil ou de quoi que ce soit d'autres.

- Y a quelqu'un qui nous surveille. On parie combien que les ennuis vont débarquer dans cinq minutes ?

C'était logique et prévisible. En attendant de devoir me battre sous un soleil tellement brûlant que mon cuir chevelu était entrain de bouillir, je crachais par terre pour tenter de retirer le plus possible de sable de ma bouche. À fouiller comme une grosse malade, je m'en étais collée partout ! Putain de sable !



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
I have lost myself again
I focus on the pain, the only thing that's real. The old familiar sting, try to kill it all away but I remember everything. What have I become? Everyone I know goes away, in the end.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t10164-jump-into-your-racing-car-and-say-sugar-rush#87059

Ellie Sandman


« Quand on va au bout de la nuit, on rencontre une autre aurore. »


avatar




╰☆╮ Avatar : Felicity Jones & Raffey Cassidy

Ѽ Conte(s) : Intrigue Divine
☞ Surnom : Natoune



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 7091
✯ Les étoiles : 224




Actuellement dans : « Quand on va au bout de la nuit, on rencontre une autre aurore. »


________________________________________ Mar 2 Aoû 2016 - 16:46

« What we do in life echoes in eternity. »

...

Le soleil trop aveuglant.
La chaleur trop accablante.

L'air qui entrait dans mes poumons était brûlant. Je sentais quelques gouttes de sueur perler à mon front. J'y portai la main, à la fois soucieuse et étonnée, avant de lancer un regard à Diane et Eloise. Je lisais dans leurs yeux qu'elles éprouvaient la même chose que moi : nos pouvoirs s'étaient évaporés dès l'instant où nous étions tombés dans ce désert de sable. Mon coeur palpitait dans ma poitrine. Je me sentais si faible et démunie. J'avais le souvenir d'avoir été humaine car je partageais la mémoire d'Elliot. Toute son enfance, il avait été un petit garçon ordinaire. Se le rappeler était une chose. Le ressentir en était une autre, surtout que nous étions arrivés au milieu de nulle part. Le danger rôdait autour de nous. A moins que je ne me l'imagine ? Etait-ce la paranoïa qui s'exprimait à travers moi ?

"J'aurais préféré vous revoir dans d'autres circonstances." déclarai-je à mes tantes dans un soupir.

Je titubai légèrement dans le sable. Je réalisai que je venais de subir un vertige dû à la trop grande exposition au soleil.

"Si vous avez des casquettes, mettez-les."
conseillai-je d'un ton anxieux. "Placez n'importe quoi sur vos têtes pour les protéger. Mieux vaut éviter une insolation."

Un oeil électronique était sorti du sol pour nous scanner et les lits avaient été englouti par le sable. Je considérais donc que nous étions en territoire ennemi. Et nous n'avions pratiquement aucune arme pour nous défendre -je doutais que Robyn accepte de prêter sa batte de base-ball. Sans nos pouvoirs, nous n'étions qu'une bande d'égarés. Autant mettre des cibles sur nos têtes.

Restons calmes et pragmatiques. Chaque chose en son temps. Pour l'instant, il fallait de toute urgence protéger nos têtes. Alors qu'Apolline passait près de moi d'un pas rapide, je l'attrapai par le bras et me saisis de son sac à dos.

"Eeeeh mais qu'est-ce que tu fais ?"

Elle n'avait pas l'air spécialement ravie que je sois du voyage, et à dire vrai avec un tel accueil, je me serais bien passée de sauter à pieds joints dans le danger pour la sauver, mais elle restait ma soeur que j'avais juré de protéger. J'ouvris son sac et en sortis un débardeur que je nouai sur sa tête comme un bandana. Elle ronchonna mais je lui fis remarquer à voix basse qu'elle se comportait comme un bébé devant Anatole, ce qui allait forcément lui déplaire. Curieusement, elle resta silencieuse ensuite, arborant simplement un air boudeur.

Je lui proposai de porter son sac car elle soutenait déjà sa guitare avec bien du mal, ce qu'elle accepta sans broncher. Elle s'éloigna très vite en montant une dune. Tempérament bien trop téméraire...

Ne trouvant rien dans le sac susceptible d'abriter ma tête, je me résignai à le porter sur le dos, sentant de plus en plus la chaleur pulser contre mon crâne. Je voyais presque flou par moments. Nul ne savait trop quelle voie emprunter. Dans ce désert, tout se ressemblait. Je pivotai sur moi-même, cherchant vainement des traces de pas nous indiquant un chemin à suivre. Rien hormis les nôtres.

"Ca me rappelle notre escapade chez Néfertiti. Tu te souviens ?"
demandai-je à Anatole avec un sourire sans joie. "Pourquoi faut-il toujours que l'on soit dans une situation désespérée quand on est ensemble ?"

"Venez voir ! Y a un truc !" s'écria Apolline du haut de la dune sur laquelle elle était perchée.

Je la rejoignis au pas de course, le regrettant très vite en sentant la chaleur m'accabler davantage. Une fois en haut, je plaçai la main en visière au-dessus de mes yeux.

Une grande pyramide se dessinait en contrebas, à plusieurs centaines de mètres. Il semblait donc que nous soyons en Egypte. Pourtant, quelque chose ne me semblait pas naturel, à moins que la perte de mes pouvoirs ne trouble mon jugement.

"Allons-y !"
claironna Apolline en dévalant la dune et en envoyant des nuages de sable dans son sillage.

"Attends !"

"Quoi ?" fit-elle en se retournant, agacée. "Tu veux qu'on s'abrite : J'AI trouvé un endroit pour s'abriter !"

Je la trouvais bien hautaine, comme si elle était très fière d'avoir apporté la solution. J'étais obligée de m'incliner, car nul autre endroit plus agréable ne se devinait à l'horizon.

"En plus, si j'étais toi, je me dépêcherais. On pourrait cuire un oeuf sur ton front tellement il brille !"
se moqua-t-elle.

Elle s'élança de nouveau vers la pyramide tandis que je rabattais tant bien que mal la frange au-dessus de mes yeux, piquée à vif. Puis, j'indiquai aux autres d'un air exaspéré :

"Suivons la guide !"

Je descendis la dune à mon tour, bien maladroitement. La marche jusqu'à la pyramide fut des plus pénibles. Sous un soleil de plomb, avec les bretelles du sac à dos qui me cisaillaient les épaules... Plus d'une fois, je fus tentée de boire à la bouteille d'Apolline, mais je me retins, songeant qu'elle en aurait davantage besoin que moi. J'avais tellement soif que j'avais l'impression d'avoir la gorge en feu. Parviendrai-je encore à parler ? Cette réflexion, tout d'abord saugrenue, prit de plus en plus de sens à mesure que nous arpentions le désert.

Sur les derniers mètres, Apolline n'ouvrait plus la marche. Elle n'était pas loin de moi, en fin de cortège. Je traînai des pieds dans le sable. La bouche entrouverte, la tête penchée.

Enfin, nous arrivâmes jusqu'à la pyramide. J'accueillis l'ombre avec une telle adoration que je faillis tomber à genoux pour embrasser la pierre tiède.

"C'est... inhumain."
articulai-je.

"Vous faites vraiment pitié." commenta Apolline en observant Diane, Eloise et moi d'un air amusé qui trahissait tout de même l'inquiétude. "Pourquoi vous n'allez pas bien ?"

"J'ai bien peur que nous ayons perdus notre côté divin." soupirai-je.

Je me laissai glisser contre la pierre formant un côté du tunnel menant à l'intérieur de la pyramide. Je n'avais pas le courage d'aller plus avant, pour l'instant. Ma soeur m'observa d'un air anxieux et se pencha vers moi pour poser une main contre mon front brûlant. Après quoi elle ouvrit son sac pour me tendre la bouteille d'eau. Je secouai la tête.

"Bois." ordonna-t-elle. "Tu es toute desséchée. Si tu tombes dans les vappes, ça va encore plus m'énerver."

Un mince sourire tressauta sur mes lèvres et je me saisis de la bouteille. Je bus le moins possible afin de ne pas priver ma soeur non plus. L'eau était chaude mais plus que bienvenue. La soif était vraiment une chose étrange.

Je la lui donnai ensuite et elle en vida la moitié. Elle s'essuya ensuite la bouche d'un revers de main et la rangea dans son sac.

"Robyn, garde précieusement ta batte."
dis-je en posant les yeux sur elle. "Tu es notre seul rempart contre un potentiel ennemi. Mieux vaut se préparer au pire. Est-ce que quelqu'un d'autre est en possession d'une arme ?"

J'étais contre la violence mais en cas d'attaque, pouvoir se défendre était primordial. Je savais me battre, Diane et Eloise aussi, mais j'ignorais si la brune qui m'était inconnue avait des capacités en la matière. Il faudrait protéger Apolline et Anatole coûte que coûte.

Je ramenai mes jambes contre moi, gardant le dos appuyé contre les pierres. Puis je passai un revers de bras contre mon front humide.

"Nous ne sommes pas sur Terre."
réalisai-je. "Ou alors nous sommes dans un endroit subtilement coupé de tout le monde. Sentez-vous la présence d'un autre dieu, vous ?" ajoutai-je à l'adresse de mes tantes.

Que n'aurais-je donné pour percevoir Elliot, Aryana, voire même Hadès tant j'étais désespérée. Je laissai tomber ma tête contre le mur de pierres, écrasée par la fatigue et le désarroi de cette situation.


crackle bones

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

« Le Rayon Vert ! Le Rayon Vert ! »
Seuls Anatole et Ellie n’avaient rien vu du phénomène, qui venait enfin d’apparaître après tant d’infructueuses observations ! Au moment où le soleil dardait son dernier rayon à travers l’espace, leurs regards se croisaient, ils s’oubliaient tous deux dans la même contemplation. Mais Ellie avait vu le rayon noir que lançaient les yeux du jeune homme ; Anatole, le rayon vert échappé des yeux de la jeune fille
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t48211-the-impossible-girl-e http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t43841-journal-d-une-fille-impossible-ellie En ligne

Midnight A. Storm


«Muerte, la mort!
Né l'oubliez yamais!
Pitis voyous!»


avatar


╰☆╮ Avatar : Nina Dobrev

Ѽ Conte(s) : Aucun
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Unknown/ Katerina Valeriùs/ Midnight Storm

☞ Surnom : Kath/Kitty Kate

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2023
✯ Les étoiles : 376




Actuellement dans : «Muerte, la mort!Né l'oubliez yamais!Pitis voyous!»


________________________________________ Mar 2 Aoû 2016 - 20:32




Putain mais pourquoi j'ai pas fermé ma gueule moi ?
Feat. Apolline, Anatole, Eloise, Diane, Robyn & Ellie


Assassin surnaturel. C’est un bon résumé pour décrire ce que je suis, même si en réalité, c’est beaucoup plus complexe que ça. A la base, être un ombre ne se résume pas qu’à assassiner des êtres surnaturels. Il y a très longtemps, être un ombre voulait dire protéger les humains normaux des créatures surnaturelles qui leurs voulaient du mal. Les ombres étaient quand même capables de faire la part des choses et ils n’intervenaient que pour jouer les protecteurs lorsqu’ils ne devaient. Mais avec le temps, les choses en changées. Ils ont étaient corrompu par leur lien avec la mort et sont devenus, petit à petit, des exterminateurs de créatures surnaturels. Pas tous cependant, une grande partie. Maintenant, ça dépend des ombres, mais la plupart, doivent exterminer des villes entières (civilisés ou non) et tout ça pour traquer leur proie. Et pire que tout, ils y prennent beaucoup de plaisir.
Ce n’est pas comme ça, que je veux être décrite, comme une meurtrière de masse qui tue sans état d’âme. Ce n’est pas ce que je suis. Mais en même temps, qu’est-ce que je suis vraiment ? Pas ce qu’en réalité, je ne suis pas seulement un ombre, non. En réalité, il y a autre chose. Je n’ai jamais vraiment su ce que c’était et pour être franche, je ne suis pas vraiment pressée de le savoir, surtout si c’est quelque chose de mauvais.

« Moi je suis une pâtissière, et c'est déjà pas mal. J'ai aussi un pouvoir à la con, qui d'ailleurs est un peu comme le tiens, dans le sens qu'il me lâche quand j'ai besoin de lui et que je le contrôle absolument pas. Pouvoir de merde, donc ! »

Pâtissière ? C’est un job qui aurait pu me plaire. Je réponds avant de mettre le dernier morceau de cookie dans ma bouche. Mais j’ai besoin d’un peu plus d’action. C’est pour ça que j’aime travailler comme videuse dans les bars et les pubs. Comme ça, j’ai le privilège de balancer les cons aux ordures sans qu’on me prenne la tête pour ça.

Côté pouvoir à la con, c’est sur que je suis servie. Normalement, lorsqu’un ombre obtient son premier pouvoir à 18 ans, il met du temps à se définir. Ça va de plusieurs semaines, à plusieurs mois. Ce qui fait, que du jour au lendemain, il peut passer du pouvoir de pyrokinésie au pouvoir de clairaudience.
Sauf que moi ça fait plusieurs années que ça dure, et que je commence sérieusement à en avoir marre. D'ailleurs, je crois bien être le seul ombre de l’histoire dont le pouvoir, en plus de ne pas se fixer, s'active seulement quand ça lui chante. Ça aide tellement quand on est dans la merde jusqu'au cou... vous pouvez pas savoir !

Mon cookie à peine terminé, je fouille l’intérieur de mon sac pour récupérer le paquet et en piocher un nouveau tandis que ma camarade de chambre, s’installe sur le lit à son tour non loin de moi. Une fois le cookie entre mes mains, je mords dedans et tourne la tête, quand Pénélope dépose sur son oreiller un boite de… d’Oréo.
Oréo ? Qu’est-ce que c’est ? C’est la première fois que je vois ça. Chose qui, n’a rien d’étonnante, puisque les pâtisseries et autres gourmandises de ce monde, n’existent pour la plupart, plus ou pas du tout dans mon monde. Et celles qui existent encore, sont de plus en plus difficiles à trouver.

« Et je suis une bouffeuse d'oréos. C'est un détail qui a son importance. »

Connais pas. Dans mon monde, je suis une grande consommatrice de Peek’s, mais ici, il n’y en a pas. Alors, je me suis tournée vers les faux souvenirs de la malédiction pour me trouver un substitue. J’aime bien les cookies, surtout lorsqu’ils sont fait maison.

Je jette un regard intrigué au sachet d’Oréo posé sur le lit, avant de terminer mon cookie pour en piocher un autre dans le paquet. Pendant que je lui parlais des Peek’s tout à l’heure, j’ai pus remarquer que ma camarade de chambre tenait quelque chose, une batte d’après ce que j’ai pu voir. Ce qui est sûr en tout cas, c’est qu’elle est aussi méfiante que moi concernant cet endroit.
Un bon point, si vous voulez mon avis.

« Pourquoi t'es venue, au faîte ? T'es pote avec Athéna ? »

J’avais besoin de prendre un peu l’air. Je mords une nouvelle fois dans mon cookie avant de reprendre. La seule fois que je suis sortie de Storybrooke, c’était pour crever en enfer et dans mon monde, il n’y a que des musées à la con. Alors, quand Eloise m’a parlé d’un séjour à New York et d’une visite dans un muséum d’histoire naturelle, je lui ai demandé si je pouvais me joindre à vous. Visiter un musée, c’est pas un rêve mais… C’est quelque chose qui me fait vraiment, vraiment très envie.

Maintenant que j’y pense, les seules fois où je suis sortie de Storybrooke, ça c’est très mal passé. Est-ce que c’est systématique ? Du genre, tu sors de Storybrooke et bam, t’as une merde qui te tombe sur le coin de la tronche ? Pour l’instant, je ne peux pas répondre à cette question, mais je suis certaine que d’autres le peuvent. Faudrait que je demande à Eloise, elle doit savoir elle, je pense qu’elle a passé plus de temps à l’extérieur de Storybrooke que moi.

Je ne pense pas qu’Eloise me considère comme tel, mais je l’apprécie oui.

J’apprécie Eloise, c’est vrai. Mais pas parce qu’elle est une déesse non, pas non plus, parce que nous avons quelque chose en commun toutes les deux, mais plutôt, parce que quand je l’ai rencontrée, je ne sais pas… J’ai fini par m’imaginer que ma mère, était peut être un peu comme elle, vous voyez ? Une femme belle, forte, avec du caractère.
Ça peut paraitre stupide, mais les faux souvenirs de la malédiction n’ont pas été sans conséquence. Me souvenir d’avoir eu un père et une mère durant mon enfance alors qu'en réalité je n'ai jamais connus les miens...
ça a fait remonté tout un tas de vieux rêve à la surface. Et même si pour ne plus souffrir, j'ai décidé d’enterrer tout ça une nouvelle fois, parfois... c'est difficile de renoncer à ses rêves et ses espoirs. Alors j'arrête de lutter, juste un instant.

« Je sais même pas comment tu t'appelles, enfaîte. C'est pas que ça m'intéresse particulièrement, mais la Brune, c'est déjà le petit nom d'Athéna alors j'ai pas envie de confondre. »

J’enfourne le dernier morceau de cookie qui me reste dans la bouche, puis récupère la bouteille d'eau rangé dans mon sac avant d'en boire une gorgée.

– Je m’appelle Midnight Mais le plus souvent, on m’appelle Mina. Au faite, tu n’aimes pas beaucoup Eloise, je me trompe ?

Après avoir bu une nouvelle gorgée d’eau, je range la bouteille dans mon sac puis récupère le poignard rangé à l'intérieur pour le poser dessus.

« T'aimes bien tuer les gens ? Vu que t'es un assassin ? C'est bien payer ? Non mais enfaîte j'arrive pas à voir en quoi c'est intéressant de faire ce boulot. Autant pâtissière, ça sert à quelque chose, mais buter des gens, ça sert à quoi sérieux ! Ça veut dire que si je te paye, tu décapiteras mes clients qui sont des connards ? »

Tu te trompes. Je pousse le sac à mes pieds et prend le poignard en main. Assassin surnaturel n’est pas mon job, c’est ce que je suis, mon espèce si tu préfères. De génération en génération, les ombres ou assassin de l’ombre, se transmette l’héritage des ombres. C’est-à-dire, connaissance, souvenir, compétence etc. Nous avons la capacité d’utiliser la magie pour jeter des sors ou faire des potions. Nous avons aussi un lien très puissant avec la mort et le royaume des morts. Sans oublier, qu’on est plutôt doué lorsqu’il s’agit de combattre les créatures surnaturelles. Avant, c’était notre but, celui de mon espèce. Protéger les innocents et combattre les créatures surnaturelles dangereuses. Mais avec le temps, les miens sont juste devenus… des monstres sans scrupule pour la plupart. Mais moi, je ne suis pas comme ça. Je ne tue pas pour le plaisir et je ne suis pas payée pour ça. Je préfère briser des os, plutôt que d’ôter la vie.

Je prends un petit temps de pause ou je récupère un nouveau cookie dans mon paquet puis reprends :

Donc non, je ne décapiterais pas les connards que tu as sur ta liste de client, même si tu me payes très cher pour ça. T’as qu’a leur montrer ta batte, ça devrait les calmer direct.

Je montre du doigt la batte posé le long de sa jambe et termine :

Qui plus est, t’as pas l’air d’être le genre de fille qui se laisse marcher sur les pieds sans rien dire. Ils ne doivent pas te faire chier bien longtemps les casses-cul.

Bon, c’est vrai. Ce ne sont que des suppositions, parce que je viens à peine de rencontrer Pénélope. Mais à première vue, elle a quand même l’air d’être le genre de fille capable de se défendre toute seule. Pas seulement à cause de sa batte, mais aussi, parce qu’elle a l’air d’avoir une forte personnalité.
D’ailleurs, si elle avait vécue dans mon monde, aucun doute que Carter…
Attendez ! Ça y est ! Ça me revient ! Hotep, c’est de l’Egyptien !! Comme Ioueseni, le nom que Carter m’avait donné !!

Hotep, hotep, hotep… Mais qu’est-ce que ça veut dire, bon sang ?! Allez, fait un effort putain !! Y a un truc vraiment louche ici alors débloque-toi héritage à la con, c’est urgent là !!!

D’accord. Parler à sa mémoire génétique ne sert absolument à rien. C'est vrai quoi ! Elle va pas me répondre hein ? Mais quand on est probablement manipulé par un ennemi invisible, mieux vaut éviter de rester dans l’ignorance trop longtemps. Et puis, sur le coup, j'ai pas non plus réfléchie à ce j’étais entrain de faire. Comme d'hab quoi.

« J'te rassure, je suis pas super bavarde comme un golden retriever tout le temps. Mais je préfère te prévenir tout de suite, je vais essayer de pas dormir, parce que je suis sûre que quelqu'un veut nous buter, et j'ai pas envie d'être la nouvelle victime d'un show à la American Horror Story. Faut que j'essaye de rester éveillée, et vu que la télé marche pas, t'es ma seule distraction. Désolée pour ça d'ailleurs, mais je suis sûre que t'as pas envie de servir d'expérience à un malade alors va falloir qu'on fasse avec toutes les deux. »

American Horror Story ? C’est quoi ça ? Aucune idée. Mais avec un titre pareil, à tous les coups, c’est soit un genre démission basée sur les pires horreurs qui se sont déroulée en Amérique, soit une série à 2 ba’al.
Dans un cas comme dans l’autre, ça m’intéresse moyen de toute façon.

Je sais. Je resserre mon emprise sur le manche du poignard avant de reprendre, C’est pour cette raison que j’ai l’intention de soumettre la tête à claque en bas, à un interrogatoire. Tu veux venir ?



***


Et merde ! C’était juste une question, pas besoin de nous balancer en plein désert pour y répondre !

Tout ça pour dire, que tout à l’heure, j’étais pas loin de la vérité. Bon, ont n’a pas eu droit au réveille en plein désert, mais on a quand même atterri dans le désert. Chose dont, a ce propos, je me serais bien passé. Mais passons…

Hors de moi, je tousse et recrache le sable que j’ai avalé avant de pester énergiquement contre le (ou les) responsable(s) de ce foutoir. J’ai du sable partout (même dans des endroits que je ne citerais pas), je me retrouve en débardeur-culotte devant le groupe et pire que tout, j’ai faillit perdre mon sac quand le sable nous a emportées Pénélope et moi tout à l’heure.

Dites, j’hausse le ton pour que tous mes camarades de voyage puissent entendre, tandis que je sors mon pantalon de rechange de mon sac, pour pouvoir l’enfiler. C’est toujours comme ça les sorties dans le monde réel avec vous ? Parce que si c’est le cas, pensez à rajouter…aaaah…. MERDE !

Je n’ai pas le temps de finir ma phrase que le lit commence à s’enfoncer dans le sol. Putain des sables mouvant ! Pas le temps de réfléchir. Je récupère mon sac, puis saute hors du lit avec Robyn (oui, bon, vous y habituez pas non plus) pour ne pas finir définitivement si pieds sous terre. Là, c’était moins une. Par contre, manque de pot, j’ai perdu mon pantalon de rechange. Chiotte !

« Je déteste le sable. »

Super… C’EST SUPER ! Manquait plus que ça !! J’ai perdu mes fringues ET mon pantalon de rechange en l’espace d’un instant ! Génial, j’adore !

Lorsque le sable a envahie la chambre, la seule chose que j’ai eu le temps de faire, c’est de balancer mon poignard dans le sac et de serrer celui-ci contre moi, pour ne pas le perdre en route. Je vous l’accorde. Sur le coup, je ne pouvais pas savoir ce qui aller se passer. Mais ce sac et son contenu, c’est tout ce qu’il me reste. Comme une idiote, j’avais laissé mes affaires dans la salle de bain et il était totalement hors de question, que j’abandonne mes gâteaux et mes livres là-bas. Plutôt mourir avec, que de les laisser entre les mains d’un inconnu.

Au faite, est-ce que tout le monde va bien ?


Qu’est-ce qu’il fait chaud ! J’ai les pieds qui flambent et même si c’est inutile, je sautille sur place pour essayer de souffrir le moins possible de la chaleur du sable. Je ne me sens pas du tout idiote comme ça. Mais en même temps, vu qu’il ne me reste pas grand-chose pour me couvrir, je fais ce que je peux avec ce que j’ai. C’est-à-dire, pas grand chose.

« Si vous avez des casquettes, mettez-les. Placez n'importe quoi sur vos têtes pour les protéger. Mieux vaut éviter une insolation. »

« Eeeeh mais qu'est-ce que tu fais ? »

Après avoir posé mon sac à terre, je m’accroupis et récupère mon débardeur de rechange pour de le déchirer en plusieurs morceaux et les enrouler autour de mes pieds. Je ne suis pas certaine que ça servira à grand-chose et si c’est le cas, ça ne protégera sans doute pas mes pieds longtemps, mais c’est tout ce que je peux faire pour l’instant. Il faut que je reste forte et que je tienne le coup. Je me suis promis de ne plus jamais être faible et sans défense, quoi qu’il arrive. Et même la fin du monde ne me fera pas renoncer à cette promesse, plus jamais.

Assoiffée, je récupère la petite bouteille dans mon sac et en bois plusieurs petites gorgées avant d’en proposer aux autres, puis de la ranger. J’ignore si tout le monde à prit de quoi boire, mais que ce soit le cas où non, je ne peux décemment pas me contenter de garder toute l’eau pour moi et de laisser les autres mourir de soif.
Qui plus est, il va falloir se serrer les coudes pour avancer et savoir ce qui se passe. On n’a pas le choix, on va devoir travailler ensemble, TOUS ensemble.

Méfiante, je surveille les alentours et reste légèrement en retrait pendant notre petite traversé du désert. A plusieurs reprises, je perd l’équilibre, mes pieds me font souffrir et je ne suis pas toujours sûre de ce que je vois, mais je ne me plains pas. Tout ce que j’espère, c’est qu’on trouve rapidement un endroit où s’abriter. Parce qu’à l’allure ou ça va, je ne suis pas certaine de pouvoir continuer comme ça bien longtemps. En tout cas, mes pieds eux, ne pourront pas.

« Venez voir ! Y a un truc ! »

Puisque je ne peux pas courir, je met un peu plus de temps pour rejoindre le groupe. Mais lorsque c’est fait, mon regard se porte très vite sur le « truc » annoncé par la jeune blonde. Il y a une grande pyramide là-bas, à plusieurs centaines de mètre. J’ignore si je serais capable de tenir jusque-là, mais il le faut. Que ce soit un piège ou non, je crois que nous n’avons pas d’autre choix, il faut tenter le coup.

« Allons-y ! »

« Attends ! »

« Quoi ? Tu veux qu'on s'abrite : J'AI trouvé un endroit pour s'abriter ! »

« En plus, si j'étais toi, je me dépêcherais. On pourrait cuire un oeuf sur ton front tellement il brille ! »

« Suivons la guide ! »

Annonce la grande brune, avant de descendre à son tour la dune de sable pour rejoindre la petite blonde. Sur le coup, je n’étais pas certaine de pouvoir la descendre la dune, mais il le fallait, je devais au moins essayer. Et c’est ce que j’ai fait, d’ailleurs, j’ai même réussi à descendre en bas. Inconsciente certes, mais je suis quand même arrivée en bas.

Jauge de vie (Mina) : 95%


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Voice in my head.
Maybe there's crazy in my blood, but i don't care. ∞ Sign by Most Wanted
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t58721-midnight-storm-somebo http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t61346-mina-we-share-an-instant-of-private-darkness#582231 En ligne

Diane Moon


« A fond les bolides ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Claire Holt & Kate Winslet + Mia Talerico pour Le Berceau de la vie

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Artémis la déesse de la chasse et de la lune herself (même si je viens du monde réel)

☞ Surnom : Didi ça ira plus vite :uh:



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 10398
✯ Les étoiles : 96




Actuellement dans :

________________________________________ Mer 3 Aoû 2016 - 14:21

Enfants Des Dieux
Hello troubles my old friends


« Diminuée » me senmblait le mot tout à fait adéquat pour nous décrire. Ce qu'Ellie, ressentait, je le ressentais aussi. Déjà lorsque les sables semblaient m'aspirer il m'avait été impossible de me téléporter. La situation ne m'était pourtant pas étrangère. Même si j'aurais préféré ne pas la revivre. Il y a plusieurs mois de cela, j'avais perdu mes pouvoirs à cause d'une amulette. Heureusement, cette fois-ci Pitch, n'était pas du voyage. Je n'aurais pour rien au monde, souhaité qu'il revive cela. Évidemment, comme à chaque fois, je tentais de contacter mon frère pour me rendre compte que comme d'habitude ça ne marchait pas. C'en était frustrant. Sans compter, que je m'en voulais un peu, il allait fatalement s'inquiéter. J'aurais pu me dire pour tenter de me rassurer, que ce n'était absolument pas la première fois, que je partais en expédition, qui tournait au vinaigre sans lui et que tout était absolument comme d'habitude mais cela aurait été me voiler la face. Non, rien n'était comme d'habitude parce qu'il avait sentie lorsqu'il avait semble-t-il voyager dans le temps cette absence, ce manque dût à une seule chose : la disparition de la personne partageant la moitié de son âme : c'est à dire moi. Et je savais, qu'il ne pourrait s'empêcher de s’inquiéter, de se demander s'il ne m'avait pas vu pour la dernière fois. Alors oui, je me sentais coupable de lui infliger cela. Même si il n'était pas stupide, il savait parfaitement que ce n'était pas volontaire. Quoi qu'il en soit, toute cette histoire commençait tout doucement à me taper sur le système. Même si de toute façon, j'avais parfaitement su que l'on ne pourrait pas faire d'excursion normale au museum d'histoire naturel -appelons cela un sixième sens ou que sais-je d'autres- ça ne m'empêchait nullement d'éprouver une pointe d'agacement envers les investigateurs de tout ce bazar.

"J'aurais préféré vous revoir dans d'autres circonstances."

Je me contentais d'un simple hochement de tête en guise de réponse. J'étais déjà avare de paroles en générale, mais la situation s'y prêtait deux fois plus. Déjà, parce que nous, ne nous étions pas quitté en très bon termes avec Ellie la dernière fois que nous, nous étions vu. Et qu'une fois de plus, le destin semblait avoir un certain sens de l'humour. Quand je disais plus tôt, qu'il faudrait que l'on règle nos soucis, je pensais plus à quelque chose comme la fois où je l'avais invité à passer la journée à la Nouvelle Orléans. Une note calligraphié dans la boite aux lettres et un terrain neutre pour discuter et tenter de mettre les choses à plats. Mais ça, ne me surprenait même pas à vrai dire. Les choses se passaient rarement comme je le souhaitais, et à vrai dire, j'avais prit dorénavant, le partie de m'en amuser plutôt que de me prendre la tête avec.

Mais la remarque concernant, la protection contre le soleil était judicieuses. Malheureusement, je n'avais pas songé à prendre de casquette ni même de châle. La vie à Storybrooke, faisait en sorte, que je ne me cachais plus vraiment, le soir si je décidais de sortir. Cette ville, était remplie de personnes venant du monde des contes. Alors, ce n'est pas parce que j'apparaissais avec la peau rendue diaphane et les cheveux de couleur argenté à cause de la lumière de la lune que la phase du monde en serait changé. En revanche, s'il y avait bien une chose pour laquelle je me félicitais, c'était bel et bien d'avoir prit mon arc et mes flèches avec moi. Sans pouvoir, mon arme de prédilection ne serait pas de trop.

Quoi qu'il en soit, Apple avait manifestement trouvé un endroit où s'abriter et si pour moi, comme pour la plupart des gens cela sonnait comme « alerte danger », je craignais hélas que nous n'ayons pas réellement d'autre choix, que de s'avancer en direction de la grosse pyramide. D'une main je décidais d'enlever mes chaussures qui n'étaient pas réellement adapté à une marche dans le sable. J'avais l'habitude de marcher pied nue de toute façon. Contrairement à la plupart des représentations me montrant en chasse je n'avais pas de spartiates aux pieds à cette époque là. Et d'une manière général, même si je portais souvent des chaussures à talon, quand mon frère n'était pas dans les parages je préférais ne pas m'en encombrer.

La marche me parût durer une éternité. J'avais beau user le moins souvent possible de mes pouvoirs, depuis mon voyage au Mexique, je gardais tout de même ma condition divine. J'étais donc insensible aux fluctuations de températures, et ne ressentait pas le besoin ni de m'abreuver ou de me nourrir. Aujourd'hui, mon empathie pour les mortels décupla d'un cran. Comment faisaient-ils pour supporter tout cela ?

Je ne pouvais pas donner tort à Apolline, nous faisions vraiment pitié toutes les trois, privez nous de nos pouvoirs et voilà ce à quoi nous en étions réduite. Un coup d'oeil derrière moi, m'informa que la brune inconnue n'était pas avec nous. Sans doute la chaleur avait-elle eu raison d'elle aussi fis-je demi tour, afin de l'aider à se relever. Coinçant mon arc dans mon dos, après un moment à avoir marché dans le sens inverse je la soulevais non sans une légère grimace. Fatalement privée de ma force surhumaine je sentais pleinement le poids d'un corps humain inconscient. Et c'est non sans peine que je la ramenais vers l'intérieur de la pyramide.

Une fois que je fût certaine que je n'avais plus besoin de faire d'aller retour encore une fois. Je me laissais à mon tour aller contre les pierres. Fermant, les yeux pour me reposer quelques instants. Ma tête me lançait, et des points noirs avaient commencé à apparaître devant mes yeux dût à la chaleur que je venais de quitter. Je n'étais clairement pas habitué à cela. Tout le monde avait l'air exténué, et la remarque d'Ellie n'était pas tombé dans l'oreille d'un sourd. Le mieux était d'évoquer ce que j'avais vu, j'ignorais qui était derrière tout ça, mais ils semblaient un peu trop renseigné à notre sujet pour que ce soit naturel ou une simple coïncidence. De toute façon je n'y croyais pas. Ni à cela ni même au hasard. Et puis, on travaillait généralement mieux, quand tout le monde était informé de la situation :

- Je ne sais pas où on est. Mais une chose, est certaine nous étions attendue. Quand je suis allé te chercher parce que tu mettais du temps à revenir et que ça m'inquiétait
dis-je à l'adresse d'Athéna, je suis tombé sur une porte menant à un bureau. Là, il y avait des feuilles en plastique numérisé à nos noms. Sur chacun d'entre nous, même toi Ellie. C'est d'ailleurs la dernière chose que j'ai pu voir avant de sombrer. Il y avait également une femme, d'après ce qu'elle a dit, tu n'étais pas prévus au départ, ce doit être quand tu es venue dans l'hôtel.

Le ton était neutre, inexpressif. J'avais choisis cette attitude pour interagir avec elle pour l'instant. Je n'était ni amicale ni hostile, j'agissais comme j'agirais avec une personne normale. Je verrais plus tard, selon l'évolution de la situation, si j'agissais toujours ainsi ou si je décidais d'agir en tant que tante.

J'attendis encore quelques minutes, le temps de recouvrer un minimum mes forces. Et me relevais, jetant un regard à l'assemblée :

- J'ignore où nous sommes, que ce soit Patroos, Théménos ou bien la lune, nous n'avons jamais été privé de nos pouvoirs. Alors, j'aimerais bien avoir des informations supplémentaires pour savoir comment les recouvrer et partir d'ici le plus vite possible avant qu'Apollon ne se décide à ameuter toute l'Olympe quelqu'un souhaite venir avec ?


Rester au même endroit ne nous servirait à rien, autant voir s'il y avait des choses dans cette pyramide, comme des inscriptions ou que sais-je d'autres



made by pandora.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

In the woods i stand alone
Into the hills we go. I don't know if i could live much more, didn't know that I could feel this great life's to waste higher higher

©BESIDETHECROCODILE
En ligne

Eloise A. St-James


« A fond les bolides ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Eva Green

Ѽ Conte(s) : Hercules
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Athéna

☞ Surnom : Licia



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 8184
✯ Les étoiles : 14




Actuellement dans :

________________________________________ Mer 3 Aoû 2016 - 23:04

Athéna regretta de ne pas pouvoir attraper ses poignards. Mais ils étaient bien cachés et le sable l’empêchait de trop bouger. Et finalement, il l’engloutit toute entière. Ce fut le soleil qui la réveilla. Et les cris indignés d’une bouffeuse d’oréos. La déesse grinça des dents en se rendant compte qu’ils étaient dans le désert. Ça aurait pu être sympa si la situation n’était pas aussi préoccupante : elle n’avait plus ses pouvoirs. Et souffrait atrocement de la chaleur ambiante. Mais elle ne semblait pas être la seule dans ce cas, puisqu’Artémis et Ellie – qui les avait rejoint elle ne savait trop quand – souffraient elles aussi.

- Pourtant, les voyages à la con, ça te correspond non, t’entre dans la catégorie, on est d’accord ? Répliqua-t-elle méchamment. Si on pouvait le faire, ça serait déjà fait depuis longtemps crétine… Ajouta-t-elle avec mépris.

Ah non mais c’était trop fort ! Qu’est-ce qu’elle lui avait fait à la blondinette pour que celle-ci se mette à lui parler de la sorte ? Depuis qu’elles s’étaient rencontrées lors de la mission sur Vigrid, Athéna n’avait jamais rien fait contre Robyn. Elle ne l’avait même pas insulté ou rabaissé. Un exploit pour la brune. Et pourtant, c’était comme si elle n’avait pas été gentille pour une fois. Jusque-là, la déesse avait été compréhensive, mais là, c’était fini.

Ellie avait tenté de faire comprendre les choses à Robyn mais la blonde avait du mal. Ou alors c’était juste qu’elle était débile. Quoi qu’il en soit, quand sa nièce proposa d’aller trouver de l’ombre, Athéna approuva d’un hochement de tête. Et leva les yeux au ciel en soupirant d’exaspération à la remarque de la pâtissière. Mais elle avait jamais entendu parler des oasis celle-là ?! Plus débile, tu meurs… La guerrière sourit à sa nièce quand celle-ci leur dit, à Artémis et elle, qu’elle était contente de les revoir même si ça aurait été mieux dans d’autres circonstances.

Finalement, Apple, après une critique envers les trois divinités, trouva un coin d’ombre. Une superbe pyramide. Un peu trop étrange aux yeux de la déesse tout ça. L’embaumement, le désert et maintenant les pyramides ? Ils allaient d’eux-mêmes vers leur propre tombe ou c’était qu’une impression ? En soupirant, la guerrière suivit le petit groupe. Ce ne fut que lorsqu’Artémis sortit pour aller chercher Mina qu’Athéna se rendit compte de l’absence de celle-ci. Merde ! Dire que la jeune femme l’avait prise comme modèle ou une autre connerie du genre… Tu parles d’un exemple à suivre !

- Tu aurais dû me laisser faire, je suis naturellement plus forte que toi… Dit-elle à sa sœur.

Elle ne voulait pas voir Artémis s’épuiser trop rapidement alors qu’elle-même était légèrement plus résistante. Elle avait été créée ainsi… Mais ce n’était pas le moment de penser à tout ce qui allait les attendre alors qu’elles étaient démunies. Ça lui rappelait trop l’aventure dans le monde de Lara tout ça. Et elle n’aimait pas du tout ! Quoi qu’il en soit, la déesse avait une jeune femme à soigner. Alors elle déchira son tee-shirt pour en faire des bandages qu’elle enroula aux pieds de Mina qui se les étaient brûlés à cause du sable.

- Je suis d’accord, il faut aller voir… Je viens. Et comme je ne veux pas laisser Mina toute seule ici – oui vous aussi vous allez venir, c’est le moyen de vivre l’Histoire en vrai et pas que dans un musée -, je vais avoir besoin qu’on m’aide pour mettre la belle aux pieds cramés sur mon dos.

Et quand Ellie l’aida, Athéna la remercia d’un sourire. Dès que Mina fut un poids mort sur son dos, Athéna regarda le groupe et leur fit signe de suivre Artémis et Elle qui ouvraient la marche. Rester ici ne leur apporterait rien de toute façon… Le groupe s’engagea dans le tunnel pas éclairé du tout… La déesse laissa ses mains traîner sur ce qui ressemblait à des torches. En sentant la matière huileuse dessus, la brune sut qu’elle avait un moyen de les éclairer.

Délicatement, elle posa Mina au sol. Puis elle sortit ses poignards de ses cachettes et tenta tant bien que mal, dans l’obscurité ambiante, de les frotter l’un contre l’autre d’un geste sec pour tenter de provoquer une étincelle. Cela lui parut durer des heures… Jusqu’à ce que l’un des poignards dérape parce qu’elle allait trop vite et ne lui entaille le dessus de la main gauche. Heureusement, elle ne s’était pas blessée pour rien… Parce qu’elle avait réussi à créer une étincelle ! La première torche était enflammée et elle enflamma la seconde en l’approchant de la première allumée.

- Allez, en avant maintenant.

Ils avaient un peu de lumière, mais c’était peu, alors même qu’Apolline avait allumé la lampe torche de son portable. De 2 m de large, le tunnel n’était pas si grand que ça… Mais il était long… Ils marchèrent sur une vingtaine de mètres, jusqu’à ce que des bruits bizarres, comme des grattements, ne se fassent entendre et que la flamme ne vacille, comme si un courant d’air s’était soudain fait sentir. Athéna fronça les sourcils mais continua d’avancer, puisque le bruit était encore très éloigné d’eux.

La déesse et le reste du groupe débouchèrent sur une pièce obscure après encore plusieurs mètres de marche. Athéna remarqua ce qui ressemblait à des torches au mur. Elle les alluma et ils purent tous voir… Une pièce. 10 sarcophages. Et tous étaient vides.

Oups ?

Athéna : 95%

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Par delà les Mers...

D'après le code de Grey Wind
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t18984-tremblez-athen http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19285-qui-osera-venir-vers-la-deesse-de-la-guerre http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19919-les-etapes-d-un-vaste-plan-divin-ou-les-peregrinations-d-une-deesse#183523

Anatole Cassini


« Somewhere beyond the sea »


avatar




╰☆╮ Avatar : ➹ Dylan O'Brien

Ѽ Conte(s) : ➹ Intrigue Divine
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ✲ Un mystère

☞ Surnom : ➹ seb



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 7890
✯ Les étoiles : 121




Actuellement dans : « Somewhere beyond the sea »


________________________________________ Jeu 4 Aoû 2016 - 15:49



Ces gars-là n’utilisent pas les portes !

« Robyn, je croyais avoir dit plus d’orgie romaine. »




    La jeune femme brune avait ouvert les yeux petit à petit. Elle reprenait ses esprits, là où Athéna l'avait déposée avant d'allumer son feu. Je m'étais approché d'elle, sortant une de mes barres chocolatées de mon sac et je lui en avais coupé un petit morceau. Ca allait lui faire du bien de reprendre quelque forces et puis je comptais toujours sur Robyn pour me donner un peu de ses Oréos au cas où toutes mes barres y passeraient.

    « Prend ça, ça te fera du bien. » lui dis-je en mettant le morceau dans sa main. Elle semblait être résistante, même si elle avait pris un sacré coup de chaud. Quoi qu'il en soit, mieux valait que les déesses n'aient pas à porter qui que ce soit pour la suite de notre périple dans cette pyramide, car on ne savait pas sur quoi on pouvait tomber. Mon regard s'était posé sur Apple qui avait activée la fonction lampe torche de son portable. Cette petite fille était futée. Je lui avais adressé un petit sourire pour lui montrer que j'étais fier d'elle.

    « Mouahahaha ! » s'était elle exprimée en passant la lampe sous son visage pour prendre un air effrayant. Je n'avais pas pu m'empêcher de rire. Quand à Athéna, elle s'était aventurée dans le long couloir, accompagnée de sa lampe torche aménagée et de Diane et Ellie. C'était plus prudent de les laisser passer devant, car elles étaient les plus puissantes. Du moins quand tout était à la normale, pas comme là. C'était pour cette raison que j'avais accéléré le pas afin de me retrouver aux côtés d'Ellie.

    « T'as vue ça ? » laissai-je échapper en observant la pièce dans laquelle on venait d'entrer. Il y avait une dizaine de sarcophages, tous ouvert. Ca n'annonçait rien de bon. Dans l'un des coins les plus obscurs, je remarquai un onzième sarcophage, qui quand à lui semblait fermé. C'était sans doute la tombe la plus intrigante de ce lieu. La logique aurait voulu que l'un d'entre nous s'en approche, pose sa main dessus et qu'il s'ouvre comme par magie, laissant une momie cannibale en sortir. C'était pour cette raison que j'avais tendu ma main vers Apple, pour lui faire signe de me rejoindre. On ne pouvait jamais prévoir ce qu'il y avait dans la tête d'Apple.

    « Reste avec moi. » lui murmurai-je, sa main se glissant dans la mienne, tandis que mon regard se posa sur Ellie. « Tu crois que c'est bon signe que l'un soit encore fermé ou pas ? Le réveil n'a peut-être pas sonné pour lui. »

    « Ce qui ne l'est pas, c'est que les dix autres soient ouverts. »

    Elle avait raison. Je lui aurai bien ébouriffer les cheveux en la félicitant, mais ça aurait mal venu. Du coup je n'avais rien fait, me contentant d'observer les déesses pour voir si elles avaient une idée lumineuse.

    « Pourquoi on reste dans la pyramide ? »
    demandai-je.

    « Parce qu'il fait environ quarante degrés dehors en plein soleil et que le seul coin d'ombre qu'on ait trouvé ce soit cette pyramide. » répondit-elle du tac au tac avec un ton un peu sec. Je me sentais blessé.

    « Je répète. Pourquoi on entre dans la pyramide au lieu de rester à l'entrée ? Et à l'ombre ? »

    C'était ça qui n'était pas prudent. S'aventurer sans pouvoirs à l'intérieur de cette chose. Parce que je n'étais pas sûr que l'idée de Diane de trouver un moyen de retrouver nos pouvoirs à l'intérieur de la pyramide, soit une bonne idée. Quoi qu'il en soit, on avait un problème sous les bras. Pas d'armes et dix possibilités d'attaques ennemies provenant des choses qui étaient enfermées dans ces sarcophages.

    « Qui a pu faire ça ? Qui pillerait une pyramide ? Et surtout, qui avait intérêt à kidnapper des déesses, magicienne ou sorcière et... » avais-je achevé en regardant Apple. « Des humaines. »

    « On dirait qu'il y a quelque chose là. » avait dit Ellie d'un air intriguée tout en se penchant vers le sarcophage fermé. Ce n'était pas la main d'Apple que j'aurai dû prendre, mais celle d'Ellie, c'était évident. C'était elle qui allait nous conduire à notre perte.

    « Ellie ? Eloigne toi de ce sarcophage. » dis-je tandis qu'elle approchait sa main du cercueil. « Ellie... Pour une fois dans ta vie, écoute moi. Ne touche pas à ça ! » lui ordonnai-je cette fois ci.

    Bien entendu, elle ne m'écoutait pas. Sa main n'avait fait que d'effleurer le cercueil mais subitement, elle la recula en se prenant un coup de jus. Elle étouffa un "Aïe !" et secoua sa main alors qu'à l'endroit où elle venait de passer les doigts, la pierre se mettait à briller très légèrement. Une écriture étrange défila sur la pierre lisse et brusquement, le couvercle coulissa de côté presque mécaniquement, révélant une momie allongée, tenant contre elle ce qui ressemblait à un livre en métal. Je serrai un peu plus fort la main d'Apple dans la mienne. Ca n'annonçait rien de bon.

    « Je t'ai toujours considérée comme la plus intelligente de nous deux. » murmurai-je à l'encontre d'Ellie.

    « Ce livre contient peut-être le début des réponses. »

    « Ou alors la personne qui l'a mis là te connait mieux que personne. »

    « Je n'étais pas censée être là, comme l'a précisée Diane. »

    Elle marquait un point. Mais est ce qu'il fallait vraiment poursuivre dans ce sens là, à vouloir maintenant ouvrir ce livre ? Et ensuite ? On allait le lire et réveiller la momie ? Ca sentait du déjà vue.

    « Ca suffit. » annonçai-je. « On arrête de se comporter comme de grands enfants. Tu ne touches pas ce livre. Tout le monde essaye de penser au fait qu'aucun d'entre nous a encore ses pouvoirs et qu'on risque tous notre vie ici. Du coup, les décisions on les prend ensemble. Notamment pour ce livre. »

    Je n'étais pas du côté d'Ellie. Pas cette fois. Mon regard était autoritaire. J'avais tourné la tête vers les déesses pour avoir leur avis.

    « Peut-être qu'on devrait mieux rester ici quelque heures le temps que la nuit tombe et voir si il fait moins chaud à ce moment là pour sortir dehors et tenter de trouver un refuge plus sécurisant que celui-ci. Vous en pensez quoi Diane et Athéna ? » dis-je pour montrer que je les considérai comme les seules adultes présentent ici. Ellie m'avait lancée un regard perçant. Mais elle avait déjà fait son quotat de dégâts pour la journée.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Je naviguerai, tempête ou pas tempête,
je naviguerai même pour l'éternité...


http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t69248-chronologie-rp-s-de-anatole-cassini#670683

Apolline Méléon


« Tu aimes les cacahuètes?
On aime tous les cacahuètes! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Sabrina Carpenter

Ѽ Conte(s) : Intrigue Divine
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La fille du draméléon et de la déesse de l'amûûûr

☞ Surnom : Natoune

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1870
✯ Les étoiles : 0




Actuellement dans : « Tu aimes les cacahuètes?On aime tous les cacahuètes! »


________________________________________ Jeu 4 Aoû 2016 - 17:00

Enfants des Dieux
It will take you a million
light years away from home.

Apple and co.

Wouaho...! Une aventure, une vraie de vraie ! C'était encore mieux que d'aller à New York visiter le muséum ! Bon, je n'étais pas idiote non plus, je comprenais les enjeux : plus personne n'avait de pouvoir, on était vraiment mal barré, mais l'idée d'être sur une autre planète, c'était grisant au possible. On allait sûrement rencontrer pleins de gens super sympas ! Mon groupe était tellement habitué à sombrer dans les embrouilles que personne n'envisageait que tout se passe bien pour une fois. Il faut savoir rester optimiste en toutes circonstances.

Aussi j'emboitai le pas à tata Athéna quand elle s'engagea dans le tunnel obscur. Je n'étais pas du genre à prendre la tête du groupe -il faisait quand même drôlement noir- mais je voulais montrer à tout le monde qu'il n'y avait aucune raison d'avoir peur. Je rehaussai l'étui de ma guitare dans mon dos alors que de mon autre main, j'éclairai l'étroit passage à l'aide de mon appli lampe torche. Pour l'instant, mon téléphone était chargé au maximum. J'essayais de rester zen même si des bruits pas très rassurants se faisaient entendre nettement plus loin. Ca devait être normal que dans une aussi grande pyramide, les pierres travaillent...

Nous arrivâmes finalement dans une pièce qui, une fois éclairée, révéla dix sarcophages ouverts et vides. Un frisson parcourut mon échine et je me mordis les lèvres. Dans un recoin plus obscur, un onzième était entreposé. Celui-là était fermé. Pour le coup, j'étais vraiment contente qu'Anatole me prenne la main. Je commençais à ne plus être très rassurée. A cause d'Ellie, le dernier sarcophage fut ouvert en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, révélant une momie serrant presque désespérément un livre bizarre. S'ensuivit une pseudo dispute entre mon futur petit ami et ma soeur, qui décidément, aurait mieux fait de ne pas venir. Je l'adorais, mais elle m'avait promis de rester à la maison. Pourquoi avait-elle manqué à sa parole ? En plus, elle ne servait à rien hormis à compliquer les choses...

J'avais glissé ma main hors de celle d'Anatole et ce dernier, trop impliqué dans les décisions à prendre, ne le remarqua même pas. Un peu peinée, je m'éloignai du groupe pour respirer un peu. La tension était palpable dans ce petit espace. J'aurais presque préféré retrouver la morsure du soleil au dehors.

Je m'approchai d'un sarcophage vide et posai la main contre la pierre froide, songeuse. Peut-être qu'interpréter une chanson pourrait détendre l'atmosphère ? Décidée, je posai l'étui de ma guitare sur le rebord du sarcophage, fredonnant déjà d'une voix feutrée All you need is love, le meilleur baume pour apaiser les coeurs tourmentés.

Tandis que je dézippai l'étui, je sentis peu à peu le sarcophage trembler. Très légèrement. Fronçant les sourcils, je posai directement la main contre la pierre qui vibrait presque.

Un bruit claquant, comme des os en mouvement, me parvint aux oreilles, depuis un orifice que je venais d'apercevoir dans l'ombre, juste devant moi. Le bruit se rapprocha et je me reculai d'un bond, attrapant mon étui en le serrant étroitement contre moi.

"Help ! I need somebody... help !" m'écriai-je en oubliant de chanter juste.

Je venais de changer d'avis concernant le choix de la chanson, car celle-ci me semblait beaucoup plus appropriée. Au moins, ça avait eu le mérite de couper court aux discussions des "adultes". J'aurais perdu beaucoup plus de temps à essayer d'en placer une en parlant normalement.

"Y a des trucs qui approchent !" glapis-je en fixant le trou dans le mur.

Brusquement, trois corps décharnés en jaillirent et se plantèrent devant nous, chacun doté d'une lance. Ils n'avaient que les os sur les os, c'était le cas de le dire. Leurs bandelettes traînaient au sol et ils dispensaient une violente odeur de vieux papier. Ils n'avaient pas l'air très contents que l'on soit entré dans leur "chambre".

Je fixai les trois momies d'un air horrifié, incapable de remuer le moindre orteil. Je me contentai de serrer ma guitare contre moi, espérant ne faire qu'un avec elle dans l'au-delà. Quand même, c'était totalement ridicule de mourir en chemise de nuit dans une pyramide.

Comme au ralenti, je vis une momie lever sa lance et la projeter vers moi. Mon cerveau était totalement déconnecté. J'allais mourir. Cette fois, on y était. J'étais en première ligne, en plus.

Réflexe : je levai ma guitare devant ma tête et entendis alors un "Tchac !" suivi d'un bruit sonore contre le sol de pierre. Perplexe, je baissai les yeux sur la lance qui avait atterri juste devant mes pieds. Puis je relevai la tête vers la momie qui émit un grognement médusé. Elle s'élança vers moi d'un pas rapide et sans comprendre comment, elle se retrouvait l'instant d'après embrochée contre sa propre lance, ses orbites vides plongés dans les miens. J'avais eu un sursaut de bon sens pour attraper la lance et l'enfoncer dans son ventre juste avant qu'elle ne m'arrache la tête, ou pire encore.

Comprenant ce que je venais de faire, je laissai échapper un peu d'air et poussai un cri strident en repoussant la momie qui tomba en arrière dans un bruit claquant.

Tournant le dos aux deux autres ennemies qui se lançaient un regard d'incompréhension, je me précipitai vers mon groupe et allai me cacher derrière Anatole et Athéna, tremblant comme une feuille en serrant ma guitare abîmée contre moi.

"C'est... c'est moi qui viens de faire... ça ?"
balbutiai-je en fixant la momie inerte.

Code by AMIANTE

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Poussière vivante, je cherche en vain ma voie lactée.
Et je divague, j'ai peur du vide. Mais mon dieu de quoi j'ai l'air ? Je sers à rien du tout. Et qui peut dire dans cet enfer ce qu'on attend de nous ?
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t54668-i-m-in-the-middle-of-starting-over-apple

Diane Moon


« A fond les bolides ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Claire Holt & Kate Winslet + Mia Talerico pour Le Berceau de la vie

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Artémis la déesse de la chasse et de la lune herself (même si je viens du monde réel)

☞ Surnom : Didi ça ira plus vite :uh:



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 10398
✯ Les étoiles : 96




Actuellement dans :

________________________________________ Ven 5 Aoû 2016 - 13:57

Enfants Des Dieux
Hello troubles my old friends


Je savais qu'Athéna, n'avait pas pensé à mal, lorsqu'elle m'avait plus ou moins dit que j'aurais dût la laisser faire. Aussi, écrasais-je l'agacement qui commençait à poindre. Il était inutile de me vexer pour si peu, non elle ne me prenait pas pour une petite chose fragile, elle ne souhaitais simplement pas que je m'épuise trop rapidement aussi me contentais-je d'un sourire à son adresse avant de répondre :

- Tu es plus résistante, mais j'ai l'habitude des caprices de la nature peu importe ses formes


Je n'étais pas ingrate, aussi lui adressais-je un regard reconnaissant pour s'être préoccupé de mon bien être . Mais si le sable n'avait pas brûlé mes pieds comme il l'avait fait avec la jeune femme brune, c'était parce qu'à force de marcher pied nus cela avait non seulement développé mes muscles mais également renforcé la plante de ses derniers. Ce qui s'avérait aujourd'hui très utile. Quoi qu'il en soit, ma proposition fût approuvé par ma sœur et nous, nous engageâmes tous le long d'un couloir mal éclairé. Athéna enflamma une torche pendant qu'Apple alluma la lampe torche de son téléphone. Amusée, je lui fit un clin d'oeil et levait mon pouce en l'air pour saluer son ingéniosité. Elle semblait, la plus emballée d'entre nous par tout cela. Et, je ne souhaitais pas gâcher son plaisir. Elle était jeune, elle avait le droit de profiter quant à moi, je m'engageais à la suite de ma sœur pour continuer. Au bout d'un moment de marche nous débouchâmes dans une grande pièce avec dix sarcophages d'ouvert et un seule de fermé. J'avais laissé Anatole et Ellie se chamailler, dans leur coin, même si j'aurais aimé leur faire savoir qu'ils étaient aussi ridicule l'un que l'autre. Je me décidais néanmoins à intervenir en douceur lorsqu'Anatole s'interrogea sur l'intérêt de piller une pyramide :

- Bien avant les tombes que les Archéologues continuent de découvrir les pharaons étaient inhumés dans des pyramides et avec eux toutes leurs richesses. Un bonheur pour les pilleurs de tombe.

Malheureusement, pendant ce temps ma nièce s'était éloignée et avait ouvert la dernière tombe, en ressortant un livre ce qui rajouta de l'huile sur le feu concernant leur dispute. Je me massais les tempes en soupirant, le soleil et maintenant les cris me donnaient des débuts de migraine. Heureusement, Anatole se chargea de couper court à la discussion stérile avant que je ne m'en charge en nous demandant notre avis sur la suite des opérations :

- Vous avez tous les deux raisons et tous les deux torts dis-je en levant la main pour couper court à toute forme de protestation. Laissez moi finir : Oui ce livre pourrait tout aussi bien être le début de la solution comme il pourrait tout aussi bien être un piège, et oui attendre que la nuit tombe semblerait effectivement la meilleure solution. Malheureusement, le désert qui s'étant au dehors, est un désert de type hyperaride un peu comme le Sahara. Autrement dit, en plein mois d'Août les températures montent à plus de quarante degrés en journée et ne descendent pas au dessous des trente le soir. Sans nos pouvoirs, nous avons tous besoin d'eau et de nourriture, et je ne parle même pas du sommeil. Nous pourrions marcher des heures sans rien trouver, pour finir par mourir soit de déshydratation, soit de faim soit d'épuisement. Je crains donc hélas que nous n'ayons d'autres choix que de rester ici. Quant au livre, du moment que personne ne se la joue Evelyn Carnahan et ne récite une quelconque formule à haute voix je pense qu'il n'y a pas grand chose à craindre.

Restait à voir, si tout le monde comprenait la référence ou non. Mais quoi qu'il en soit, j'avais préféré miser sur la diplomatie pour désamorcer les choses. Au fond, c'était ce que j'avais toujours été : une diplomate. Et je savais, qu'Apo' m'avait choisit pour être son bras droit pour cette raison en plus d'être la personne en qui il avait le plus confiance. Je cherchais avant tout à arrondir les ongles, à trouver la meilleure solution pour les deux partis. C'est pourquoi, j'avais mit en lumière les raisons et les torts de chacun. J'avais bien vue à son regard, qu'Ellie n'avait pas trop apprécié l'action d'Anatole, de se tourner vers Athéna et moi, et nous parler comme à des adultes alors qu'avec elle, il s'était plus comporté comme s'il avait en face de lui, une enfant écervelée. S'il y avait bien une chose, que je savais c'était que dans ce genre de situation les conflits ne serviraient à rien. Nous avions, déjà Robyn qui cherchait constamment des poux dans la tête de ma sœur, si en plus, Anatole et Ellie s'y mettaient nous n'étions pas près de nous en sortir.

Mais je le relevais brusquement la tête en entendant Apolline changer de registre musicale, avant de nous informer que des « trucs » approchaient. Et effectivement, nous avions droit au comité d’accueil. Je me disais bien aussi, que ça avait été trop calme jusqu'à maintenant. Devant mes yeux -et ceux du groupes- médusés, je pu voir ma nièce mû par l'instinct de survie sûrement, lever sa guitare pour se protéger avant que la lance de la momie n’atterrisse à ses pieds, après quoi Apple s'empressa de la ramasser pour embrocher la momie avec avant d'aller se réfugier derrière ma sœur et Anatole.

J'aurais bien aimé tenter de la rassurer, mettant en lumière le fait que techniquement le fait que ce soit une momie indiquait que justement ce n'était pas une vrai personne, qu'elle était déjà morte, donc qu'elle ne pourrait pas lui faire plus de mal. Mais, je préférais laisser ce soin à ma sœur ou Anatole. En effet, les deux autres momies, après un léger instant à ne pas savoir comment réagir se décidèrent à changer de cible et à se diriger droit sur moi. N'ayant plus mes pouvoirs, je devais me fier uniquement à mon instinct et à mon expérience de chasseresse. Aussi attendis-je que la première soit suffisamment proche pour faire un bond sur le côté la laissant ainsi continuer sa route sans me toucher. En revanche, la seconde s'avéra un peu plus maline et décida de jeter sa lance dans ma direction, pile au moment où je ne pouvais pas l'esquiver.

Elle me frôla les côtes, emportant par la même occasion une partie de mon chemisier, ainsi que du débardeur blanc que je portais en dessous, laissant entrevoir une belle entaille. Je me mordit les lèvres, refusant de laisser le moindre son en échapper malgré la douleur. Tout comme je refusais de laisser mes jambes se dérober. J'étais têtue, et j'étais affreusement fière par dessus le marché. De tout temps, il avait été hors de question, de laisser faire voir à mes ennemis ce que je ressentais. Aussi, pris-je sur moi, pour ne pas laisser mon masque se fissurer.



made by pandora.



Artémis : 90%

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

In the woods i stand alone
Into the hills we go. I don't know if i could live much more, didn't know that I could feel this great life's to waste higher higher

©BESIDETHECROCODILE
En ligne

Midnight A. Storm


«Muerte, la mort!
Né l'oubliez yamais!
Pitis voyous!»


avatar


╰☆╮ Avatar : Nina Dobrev

Ѽ Conte(s) : Aucun
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Unknown/ Katerina Valeriùs/ Midnight Storm

☞ Surnom : Kath/Kitty Kate

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2023
✯ Les étoiles : 376




Actuellement dans : «Muerte, la mort!Né l'oubliez yamais!Pitis voyous!»


________________________________________ Ven 5 Aoû 2016 - 21:17




Ce n'est qu'un livre. Quel mal y a-t-il à lire un livre ?
Feat. Apolline, Anatole, Eloise, Diane, Robyn & Ellie


Si on m’avait dit qu’un jour, je serais transportée dans un autre monde en plein désert avec des inconnus et Eloise, j’aurais dit « Ok, c’est possible ». Par contre, si on avait ajouté que le même jour, je me retrouverais quasi à poil devant eux et qu’en plus, le soleil me mettrait une raclée mémorable, là… je crois que je me serais tapé un fou rire direct.
Parce que soyons sérieux, combien y avait-il de chance pour qu’un truc pareil m’arrive un jour, hein ? Me retrouver confrontée à des emmerdeurs de toute race et espèce, je veux bien. D’autant plus, que ça m’arrive souvent ça. Mais un truc pareil ?!! Vraiment ?
Non, non, je ne l’aurais définitivement pas cru. Et pourtant, je suis bien forcé de constatée, que la chance devait pas être de mon côté, puisque c’est exactement ce qui m’est arrivé. Dixit la semi bonne humeur et la pudeur, je n’ai même plus le luxe de porter un pantalon et des chaussures.
En plus, lorsque j’ouvre les yeux, je me réveille avec le visage du brun en gros plan. Non pas qu’il soit super moche hein ? Mais quand on est dans les vapes, c’est plutôt surprenant de se réveiller avec le visage de quelqu’un en gros plan, et moi dans ces cas là, ma réaction se termine toujours avec un « aïe » à la fin.

« Prend ça, ça te fera du bien. »

Le brun me donne un morceau de sa barre chocolaté et pendant un moment, mon regard passe de lui au morceau dans le creux de ma main, silencieuse. Non, mais vous vous rendez compte ? Un morceau de barre chocolaté.. Désolé mais là, c’est carrément trop tentant.

Désolé Lulu, je commence d’une voix encore faible, un rictus amusé aux lèvres, mais tu t’es carrément planté. La réplique exacte c’est : « Mangez, ça vous fera du bien ».

C’était plus fort que moi, je devais le dire. Attendez, je reprends mes esprits et il m’offre quoi ? Un morceau de sa barre chocolaté ? En plus, en disant « prend ça, ça te fera du bien » ? Bon, je lis peut-être trop de livre mais là, c’était quand même gros. D’une virée non désirée dans le désert, on est passé à un remake d’Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban. La prochaine fois, faut s’attendre à quoi ? Un remake de Star Trek avec une pyramide à la place d’un vaisseau spatial ?

Au faite, merci pour… Je montre le morceau de barre chocolaté avant de mordre dedans. Attendez, où sont passés les autres ?

Je me relève d’un bond (enfin, plus ou moins) et me retient au brun pour ne pas tomber par terre. Je suis encore un peu dans les vapes et mes pieds me font mal, mais ce n’est pas ça qui va m’arrêter. Par contre, il me faut plus qu’un morceau de barre chocolaté, il me faut mon sac. Mon sac, c’est comme le saint g… Ah meeerde !!!

C’est vrai que je suis tombée d’une dune tout à l’heure. Non, non, c’est pas vrai ?!! Ne me dite pas que.. Mais non, heureusement, mon sac est posé par terre non loin de moi. Je me précipite vers lui, affichant une petite grimace à chaque nouveau pas et l’ouvre pour en sortir mon poignard et…

– AH L’ENFOIRE !! Je rugie folle de rage. Mes gâteaux sont en miette et mes livres ont morflés, j’en ai même un, qui à la couverture plié !! Putain, c’est entretien avec un vampire… BORDEL !!! SI JE TIENS LE RESPONSABLE DE TOUT CE FOUTOIR, JE VAIS…

Je m’arrête à la dernière minute. Mieux vaut censurer la fin, surtout devant la petite blonde.
Les sourcils froncés, je récupère mon poignard et le pose par terre puis, je récupère une bouteille d’eau, boit quelques gorgée, prend la boite de cookie pour en prendre plusieurs morceau puis range le reste dans mon sac avant de le remettre à l’épaule. Une fois les morceaux de cookie consommé et le poignard entre mes mains, je me mets en route pour retrouver les autres, suivie de Lulu et de la petite blonde.
Rien à faire de la douleur provoqué par mes brûlures, mes livres et mes cookies ont morflés ce qui est impardonnable. Quelqu’un va devoir payer pour ça.

Onze sarcophages en tout et seulement dix d’ouvert ? Pourquoi le onzième ne l’est pas lui aussi ?

La première chose qui me vient à l’esprit, c’est qu’il y a quelque chose qui nous échappe encore. Pourquoi dix sarcophages ouvert sur onze ? Qui a-t-il de si important (ou dangereux) dans le onzième, pour que celui-ci soit encore fermé ?
Pourquoi est-ce que tout ça paraît si… calculé ?
Je meurs d’envie de m’approcher du sarcophage pour l’étudier et tenter d’en apprendre plus, mais quelque chose me retient. Je ne sais pas, j’ai comme l’impression que si je laisse libre court à ma curiosité, les choses risquent de mal se passer…

« Pourquoi on reste dans la pyramide ? »

« Parce qu'il fait environ quarante degrés dehors en plein soleil et que le seul coin d'ombre qu'on ait trouvé ce soit cette pyramide. »

« Je répète. Pourquoi on entre dans la pyramide au lieu de rester à l'entrée ? Et à l'ombre ? »

Pendant que tweedledee et tweedledum continue leur petite conversation, je retourne à ma réflexion.
Pour moi, c’est une évidence. Le but de toute cette opération est d’attirer notre attention sur ce sarcophage et en particulier, sur ce qu’il contient. C’est logique. Puisque selon moi, la première chose qui vient à l’esprit dans cette situation c’est : Pourquoi est-ce que le onzième est fermé ? Qu’est-ce qu’il a de particulier ?
Et pour moi, c’est justement ça le piège, la curiosité.

La curiosité et…

Malgré moi, sans vraiment m’en rendre compte, je m’approche lentement du sarcophage, sans le toucher cependant. Je lui tourne autour, sur mes gardes en cas de visite surprise de la part de nos (probables) nouveaux camarades momifiés puis, je m’arrête un instant, me baisse et regarde les hiéroglyphes gravés dans la pierre.

Je les connais… Je les connais…

C’est la seule chose dont je suis certaine pour le moment. Ces signes, je les connais. Pas tous, évidemment. J’imagine qu’entre l’Égypte de mon monde et celui du monde réel, il doit y avoir quelques différences, notamment pour les hiéroglyphes utilisés mais dans l’ensemble, je sais que je les connais. Seulement, je n’arrive toujours pas à me souvenir… Je ne peux pas… Argh !

« Ellie... Pour une fois dans ta vie, écoute moi. Ne touche pas à ça ! »

Quoi ? Toucher ? Mais qui ?

C’est à ce moment-là, après avoir retrouvé toute ma hauteur et esquissé une belle grimace de douleur, que mon regard c’est porté sur la grande brune puis sur sa main, dangereusement proche du sarcophage scellé. Ça pour une mauvaise idée, c’est une très mauvaise idée. Il faut à tout prix que quelqu’un l’arrête, il faut...

Non ne… Je commence une main tendu dans sa direction, fait pas ça.

Trop tard, je n’ai pas été assez rapide. La brune à effleuré le sarcophage et il c’est passé un truc. La pierre c’est mise à briller, comme dans ce film de science-fiction là… I.G. Enfin, je crois qu’ils ont un truc similaire ici, ça s’appelle comment déjà ? Ah oui, Stargate.

Je jette un coup d’œil furtif en direction de la brune, avant de me concentrer sur le couvercle du sarcophage entrain de s’ouvrir. Sans surprise, celui-ci contient une momie. En revanche, le livre, je ne l’ai pas vu venir.

« Ce livre contient peut-être le début des réponses. »

« Ou alors la personne qui l'a mis là te connait mieux que personne. »

« Je n'étais pas censée être là, comme l'a précisée Diane. »

Toi non, mais nous oui. C’est évident non ? Dix sarcophages vides et un scellé, non mais sérieusement, ça ne vous choque pas plus que ça ? Parce que c’est justement ça l’idée. Les momies qui se baladent dehors, on s’en fout. Ce qu’il faut prendre en compte pour le moment, c’est que l’idée de base était sûrement de nous pousser à ouvrir ce sarcophage là, en utilisant contre nous, notre curiosité et notre envie de rentrer chez nous.

Mon regard se pose tour à tour sur chacune des personnes présentes dans la chambre avant de reprendre :

Une momie dans un sarcophage, c’est normal. Mais un livre, ça, c’est autre chose. Ce n’est pas pour rien qu’on le retrouve dans le sarcophage scellé, c’est parce qu’on veut que notre attention se porte sur lui et probablement sur bandelette aussi… Je jette un coup d’œil à la momie desséchée avant de terminer. Si on veut survivre, il va falloir travailler ensemble et faire taire notre curiosité quand elle peut-être un danger pour nous.

Ce n’est que mon avis. Un avis assez proche de celui de Lulu et de la grande blonde, qui, en plus de couper court à la discussion, à rappelé à tout le monde que nous étions vulnérable ici. Plus de déesse ni de magie, nous étions tous humain. Bon ça ne change rien pour moi, je reste un assassin hein ? Mais avec la capacité de lévitation en moins et la magie de mon poignard disparut… c’est tout de suite beaucoup plus chiant.

« Help ! I need somebody... help ! »

Je tourne la tête vers la petite blonde qui, paniquée, reprend :

« Y a des trucs qui approchent ! »

Oh, quelle surprise ! Des momies !! On s’y attendait vraiment pas…

Les momies… Maintenant que j’y pense, si ça se trouve, l’un de mes ancêtres en a déjà affronté par le passé. Le truc con, c’est que je ne le saurais pas puisque évidemment, je suis incapable d’avoir accès à toute ma mémoire d’ombre et que bien sur, je n’ai pas le grimoire des ombres sous le nez.
Enfin bon, qu’est-ce que ça change ? De toute façon, avec la chance que j’ai, il faut utiliser la magie pour s’en débarrasser alors…

J’ai jamais tabassé de momie. Ça devrait être amusant…

Trois momies sont en approchent. La première est, à ma grande surprise mise (apparemment) hors d’état de nuire par la petite blonde. D’un pas rapide, grimaçant à chaque pas, je m’approche de la petite blonde pour lui servir de bouclier au cas où, mais au dernier moment les momies changent de cible et s’attaquent à la grande blonde qui, pendant le combat, se retrouve blessée par une lance. Et merde !

Sans prendre le temps de réfléchir, je me rue sur les momies avant qu’elles n’attaquent à nouveau la grande blonde. Je donne un violent coup de pied à la première désarmée (et bon sang, je l’ai bien sentie passé !!! ) puis j’esquive la première attaque de la momie encore armée, bloque sa seconde attaque, puis récupère la lance et la lui plante dans l’estomac avant de lui donner un coup de pied pour l’en dégager. Après ça, je fais tourner la lance entre mes doigts et ajoute :

Même sans pouvoir, un ombre reste un ombre. C’est pas pour rien, que dans mon monde, les créatures surnaturelles ont peur de nous.

Un ombre sans arme c’est déjà dangereux mais avec deux armes ? Mieux valait courir vite.
Par contre à cette allure là, demain on y est encore. Si ont veut s'en sortir vivant, il va falloir trouver une solution et vite !

Momie n°1 : 100%
Momie n°2 : 70%
Jauge de vie (Mina) : 95%


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Voice in my head.
Maybe there's crazy in my blood, but i don't care. ∞ Sign by Most Wanted
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t58721-midnight-storm-somebo http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t61346-mina-we-share-an-instant-of-private-darkness#582231 En ligne

Ellie Sandman


« Quand on va au bout de la nuit, on rencontre une autre aurore. »


avatar




╰☆╮ Avatar : Felicity Jones & Raffey Cassidy

Ѽ Conte(s) : Intrigue Divine
☞ Surnom : Natoune



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 7091
✯ Les étoiles : 224




Actuellement dans : « Quand on va au bout de la nuit, on rencontre une autre aurore. »


________________________________________ Sam 6 Aoû 2016 - 15:52

« What we do in life echoes in eternity. »

...

Rien d'étonnant que dans dans ce décor d'inspiration film d'épouvante, on se retrouve à combattre des momies. Ce n'était pas la première fois que cela m'arrivait, mais je n'étais pas spécialement enthousiaste à l'idée de renouveler l'expérience.

J'avais retenu mon souffle quand Apolline s'était retrouvée en première ligne face à nos trois ennemies, mais elle avait réussi par un coup de chance à en neutraliser une. A présent, elle tremblait comme une feuille, cachée derrière Eloise et Anatole.

"Reste là."
lui conseillai-je, n'ayant pas le temps pour la réconforter.

Diane affrontait déjà le danger, vite suivie par la brune en petite tenue. Je me sentais totalement inutile et je réalisai à quel point j'étais dépendante de mes pouvoirs, sans m'en douter. Je m'étais toujours félicitée intérieurement d'utiliser mes dons avec parcimonie, mais par exemple, lorsqu'il était question de se battre, j'utilisais une force plus conséquente. Cette fois-ci, il faudrait se contenter de peu. Je baissai les yeux sur mes poings ridicules, songeant que jamais je ne pourrais faire le poids face à nos agresseurs.

Je me mis en quête d'une arme pour aider Diane et la brune. Les yeux frénétiques, je cherchai quelque chose susceptible de... frapper fort. Je me précipitai jusqu'au mur le plus proche et en décrochai une torche enflammée. La chaleur manqua de me brûler le visage tandis que je courais vers l'une des momies. Je donnai un coup sur son crâne qui, grâce aux rares cheveux qui le parsemaient, s'enflamma aussitôt. La momie continua d'avancer tandis qu'elle se changeait en torche inhumaine, les bras tendus devant elle comme un somnambule cauchemardesque. Le feu gagna rapidement son buste et ses jambes, si bien qu'elle tomba tout en continuant de ramper vers nous. J'avais gardé le bras levé tout en me reculant, afin de tenir les momies en respect.

Un détail qui n'avait aucun rapport avec notre problème actuel me perturbait, aussi je tournai la tête vers la brune et lui demandai :

"Vous ne vouliez pas plutôt dire 'une' ombre ? Je suis désolée de rester focalisée sur ça, mais je suis très pointilleuse en ce qui concerne l'orthographe."

Un lent grognement plaintif, semblable à un râle, me fit de nouveau baisser les yeux vers les momies. Celle qu'Apple avait frappé était en train de se relever, alors que l'autre momie encore indemne l'aidait à enlever la lance passée en travers de son "ventre". C'était une scène incroyablement écoeurante. La troisième brûlait et rampait toujours, dispensant une odeur de papier noirci des plus denses. D'ailleurs, la pièce toute entière commençait à s'obscurcir en raison de la fumée. Je compris un peu tard mon erreur. Risquait-on une asphyxie en restant à l'intérieur ?

"Il faut trouver un moyen de les empêcher de se relever." songeai-je à voix haute. "Le feu aurait pu marcher si nous n'étions pas dans un espace confiné, car la combustion des corps risque de nous asphyxier."

Elliot aurait été plus utile que moi dans ce cas de figure. Aussi étrange que cela puisse paraître, mon "frère" aurait été d'un réel secours face à ces créatures ni vivantes ni mortes. Il aurait sans doute déjà élaboré des dizaines de solutions différentes pour les neutraliser définitivement, puisant dans les connaissances de ses jeux vidéo et séries télévisées. Je tentai de réfléchir comme lui, ce qui me paraissait totalement saugrenu. J'avais l'impression de me heurter à mes propres murs de logique. Oh, quel malheur d'être si rationnelle dans ce genre de circonstances !

"Robyn ! Tu as déjà combattu des zombies !" m'écriai-je en pivotant vers elle tout en agitant toujours ma torche enflammée afin de tenir les momies en respect. "Tu sais sûrement comment les empêcher de se relever, non ?"

La seule momie encore armée s'apprêtait à envoyer sa lance vers nous. Je me mordis les lèvres, le sang battant à mes tempes. C'est alors que j'entendis d'autres claquements provenir de l'ouverture obscure par laquelle nos ennemies étaient arrivées.

"D'autres viennent..." murmurai-je, angoissée.

Combien y en avait-il ? Le bruit était vraiment fort, le sol en tremblait presque. Elles marchaient d'un pas cadencé, presque militairement. Je n'avais pas spécialement envie de savoir leur nombre et pour tout avouer, l'idée de m'enfoncer plus avant dans la pyramide venait de s'évaporer de mon esprit.

"On court !" décidai-je en pivotant sur mes pieds pour rebrousser chemin à travers le tunnel. "Diane, on visitera la pyramide plus tard." ajoutai-je en passant à côté d'elle.

Je songeai de nouveau au livre mystérieux mais me retins de le prendre. A la place, je saisis la main de Diane et l'entraînai avec moi à travers le tunnel, tenant toujours la torche à bout de bras. Des braises effleurèrent ma joue et je grimaçai.

Etre mortelle, ce n'était vraiment pas ma tasse de thé.

Je réalisai seulement en courant que j'avais voulu m'assurer que ma tante soit la première "évacuée" puisqu'elle était blessée, même si ce brusque contact avec elle me perturbait beaucoup. J'évitai son regard et accélérai l'allure sans la lâcher. J'espérais que tout le monde nous suivait.



Ellie : 100%
Momie n°1 : 100%
Momie n°2 : 20%
Momie °3 : 100%
crackle bones

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

« Le Rayon Vert ! Le Rayon Vert ! »
Seuls Anatole et Ellie n’avaient rien vu du phénomène, qui venait enfin d’apparaître après tant d’infructueuses observations ! Au moment où le soleil dardait son dernier rayon à travers l’espace, leurs regards se croisaient, ils s’oubliaient tous deux dans la même contemplation. Mais Ellie avait vu le rayon noir que lançaient les yeux du jeune homme ; Anatole, le rayon vert échappé des yeux de la jeune fille
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t48211-the-impossible-girl-e http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t43841-journal-d-une-fille-impossible-ellie En ligne

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 3 sur 12
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 10, 11, 12  Suivant

Evénement Divin #19 {64} : Enfants des Dieux [Fe]





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Le monde réel :: ➹ Le Reste du Monde