MAGRATHEA :
28.10.18
de Natoune


LA MAISON :
14.11.18
de River


BIENTOT :
02.12.18
de Tigrou


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ La Maison ☆ Evénement #101
Une mission de River Frost - Depuis le 14 novembre 2018
« Oserez vous franchir les portes de notre demeure ?! »

Partagez | .
 

 Dance With The Devil {Emily & Heshvan}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Emily Lame-Duck


« Pas de main,
pas d'arlequin ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Britt Robertson

Ѽ Conte(s) : Le vilain petit canard
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le vilain petit canard



☞ Surnom : Lou / Loulou / Pollen / Coin-coin
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2487
✯ Les étoiles : 1252




Actuellement dans : « Pas de main,pas d'arlequin ! »


________________________________________ Mar 23 Aoû 2016 - 19:43



Dance With The Devil
Emily & Heshvan



Le réveil sonna, la tirant d'un sommeil sans rêve dans lequel elle était plongée. Emily, es cheveux en bataille, se redressa sur son matelas et resta quelques instants immobile, a entendre le piaillement de oiseaux dans la rue. Les rayons du soleil levant perçaient le ciel et formaient des taches de lumière sur le parquet de sa chambre. Autour d'elle, tout était silencieux, calme. Il n'y avait pas un bruit dans l'appartement et elle ne percevait aucuns sons, si ce n'était celui de sa propre respiration.
Soigneusement, elle se forçait a ne penser a rien, alors qu'elle se levait et posait un pieds sur le parquet froid pour se diriger vers la salle de bain, laissant le drap de son lit courir sur sa peau pour finir par tomber sur le sol dans un drapé élégant.

Emily alluma l'eau et après avoir laissé tombé le t-shirt qu'elle mettait pour dormir, se glissa sous les gouttes chaudes en soupirant. Elle avait l'impression d'être constamment oppressée. L'impression de vivre dans une morgue ou la mort rodait. Pourtant, elle faisait tout son possible pour chasser ce sentiment désagréable qui c'était logé au creux de son ventre depuis quelques jours. Depuis que cette fille, Louise Hollen, était venue frapper a la porte de l'appartement pour lui dire que Figue vivait chez elle. Qu'elle s'y était réfugiée. La jeune femme était plus âgée qu'elle et dégageait une sorte de douceur qui avait fait frémir Emily. Le genre de choses qui lui donnaient envie de s'échapper aussi rapidement que possible.

Pourtant, elle lui en était reconnaissante, après tout grâce a elle, Figue n'était pas dehors, a la merci des bêtes ou des hommes. En un sens, c'était agréable de savoir qu'elle était en bonne santé et heureuse. Elle aurait du s'en réjouir pourtant elle n'avait qu'un goût amer dans la bouche et cette nausée constante qu'elle n'arrivait pas à faire partir... Brutalement sa main s'écrasa contre le carrelage du mur sur lequel elle s'appuya en sentant la rage et la peine l'étouffer, faire couler les larmes sur son visage. Elle n'avait jamais été une bonne actrice, elle n'avait jamais réussi a réellement contrôler ses émotions. C'était comme des vagues qui l'emportaient sans qu'elle puisse y opposer la moindre résistance. C'était destructeur et elle avait l'impression de s'épuiser, un peu plus chaque jours a simplement vivre. Au final, qui s’inquiéterait de sa disparition ? Ne serais ce pas mieux pour tout le monde ?

Elle c'était toujours posé cette question, a chaque moments de sa vie. Pour elle les dés avaient été pipés depuis le début et elle avait toujours tenue bon, elle avait toujours décidé de s'en sortir, de rester en vie et de ne pas abandonner juste pour emmerder le destin. Lui prouver qu'elle s'en sortirait, le défier. Mais là, elle avait l'impression d'arriver au bout de ses forces, l'impression que bientôt elle tomberai, le visage dans la poussière pour ne plus se relever. Au final, elle ne savait pas si c'était le destin ou la solitude qu'elle choisissait, qui la tuerait.

Elle ne sortit de la douche que de longues minutes plus tard, une serviette entourant ses cheveux blonds qu'elle frotta distraitement jusqu'a s’arrêter devant la table basse du salon. Emily se pencha et attrapa la télécommande avant de mettre une chaîne au hasard, juste pour entendre du bruit. Juste pour chasser un peu ce sentiment. Elle revint dans sa chambre et passa une tenue, un jean et un débardeur avant d'aller se maquiller un peu. Après tout ne disait on pas que le maquillage était l'armure des femmes ? Et elle en avait besoin, elle avait toujours eut besoin d'une armure. La jeune femme mit une paires de bottines a talon et quitta rapidement l'appartement après avoir attrapé son colt pour le glisser sous sa ceinture.
Elle descendit les marches rapidement avant d'arriver a la boutique ou elle ouvrit rapidement les portes avant de jeter un coup d'oeil a travers la vitrine. Bon, il n'était toujours pas la. Emily fit le tour de la pièce principale, remettant ici et la une arme, chassant un peu de poussière ou vérifiant les alarmes, avant de passer dans l’arrière boutique. Un coup d'oeil a son téléphone lui apprit qu'elle n'avait aucuns messages, ce qui en soit n'avait rien de surprenant.Donc pas de chasse a l'homme aujourd'hui. Tant pis, elle réorganiserai les stock de munitions.

Sans perdre de temps et sans faire attention a son estomac vide, elle se dirigea vers l’entrepôt principale ou elle attrapa papier et crayons et se mit en devoir de compter les boites. Travail fastidieux si il en était un mais on ne pouvait pas tout avoir dans la vie. Une heure et demi plus tard, elle se mit en devoir d'en déplacer pour le stock sous le comptoir.Les boites de munitions tanguaient dangereusement dans ses bras, empilées si haut qu'elles dépassaient sa tête alors qu'Emily avançait doucement, a pas hésitants. Elle le sentait, si ca continuait, elle allait se casser la figure et ca lui plaisait moyennement. Heureusement, alors qu'elle peinait a mettre un pieds devant l'autre, sa vue se dégagea soudain lorsqu'Heshvan attrapa le haut de la pile pour la prendre pour lui.

« Je m'en sortais très bien toute seule, je n'avais pas besoin de ton aide. »
lacha elle d'une voix agacée en le dépassant rapidement. Et dire que en plus il faisait presque une tête de plus qu'elle. C'était rageant, au moins autant que son petit sourire provocateur. Jamais elle n'aurait admis qu'il était arrivé au bon moment de toute façons. Emily posa brusquement les boites sur le comptoir et les rangea derrière une petite grille qu'elle referma derrière elle.

« C'est la cinquième fois en deux semaines que tu es en retard. »
lacha elle en revenant vers lui pour lui passer a coté, le laissant la suivre dans l’entrepôt. « Ce sera quoi ton excuse cette fois ? Une grand mère a aider a traverser ? Un chaton coincé dans un arbre ?  »

Il avait le don d'en inventer a outrance ou presque. Emily grimpa les marches de l'échelle qui menait vers les plus hautes spheres de la réserve, le laissant sur place, prêt a rattraper les paquets qu'elle lui lancerait. Elle devait vouer qu'il l'impressionnait un peu. Il était intelligent, travailleur et clairement, elle ne le ménageait pas pourtant, il obéissant sans rechigné. Avec un brin d’impertinence et de provocation il fallait bien le reconnaître, mais personne n'était parfait.

« De toute façons, si tu faisais moins la fête le soir tu serai un peu plus en formes, alors je ne veux plus que tu soit en retard. »
Lancer de boite qu'il attrapa. « Et ce n'est même pas la peine d'essayer d'inventer une nouvelle histoire je ne t'écouterai pas. Donc comme je t'avais avertie la dernière fois, tu vas me faire le plaisir de fermer la boutique tout seul jusqu'à la semaine prochaine, peut être que ca te mettra un peu de plomb dans la tête. »

Même si honnêtement, elle n'y croyait pas. C'était comme essayer de rendre une bille carrée. Hershvan et la discipline, ce n'était pas un bon cocktail.

« Oh ! »
Elle se retourna brusquement en lui lâchant une nouvelle boite avant de le pointer du doigts. « Et si jamais je te revois draguer la fille de Mr Johnson, tu passeras un sale quart d'heure. »

Non parce que la dernière fois ca avait été infernal de le voir lui faire les yeux doux ! Lâchant une nouvelle boite – plus lourde, ca lui apprendrait – elle s’arrêta en sentant son téléphone vibrer. Curieux, elle n'avait pas assez de contacts pour recevoir des messages, elle n'en avait quasiment pas en même temps. Ah si, la gamine blonde... Emily ouvrit le message et le parcourut des yeux avant de ranger son téléphone d'un geste vif et de se laisser glisser en bas de l'échelle en râlant.

« Non mais quelle emmerdeuse ! Elle ne peut pas me foutre la paix cinq minutes ? Sérieux est ce que j'ai une tête de baby sitter ? »
Elle ne c'était même pas arrétée devant Heshvan pour lui expliquer, se contentant de prendre des munitions et de mettre des armes dans un sac. Elle n'avait vraiment personne d'autre a aller chercher ? Elle n'avait pas que ca a faire non plus !

« Je sors »
dit elle en attrapant sa veste et en prenant son sac pour quitter la boutique, suivit du jeune homme. « La sale gosse c'est encore fourrée dans les ennuies, non mais sérieux pourquoi moi ? Je te jure si ce sont pas eux qui la buttent, ce sera moi ! »

« La salle gosse »
, il savait qui c'était, elle lui avait raconté. Mais la elle en avait marre de devoir aller la récupérer dans des gangs de mafieux débiles ! Emily mit le sac sous le siège de sa moto et l'enfourcha avant d'attraper le casque pur le mettre … et s'arreta en plein mouvement.

« Non, tu ne viens pas, il faut quelqu'un pour garder la boutique. Et puis ce ne sont pas tes affaires je reviendrai vite »
. Et puis c'était beaucoup trop dangereux mais ca elle n'allait pas le lui dire des fois qu'il croie qu'elle s’inquiète pour lui. Pfeu n'importe quoi.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Looks like a Girl but she’s a Flame

Everybody stands as she goes by
Cause they can see the flame that’s in her eyes
Watch her when she’s lighting up the night
Nobody knows that she’s a lonely girl
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t50590-coin-coin-pres http://imghttp://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t52209-rps-du-vilain-petit-canard-emily-lame-duckahttp://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t52209-rps-du-vilain-petit-canard-emily-lame-duck15.hostingpics.net/pics/951307Emily.png

Heshvan Chase


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Jack Falahee

Ѽ Conte(s) : Robin des Bois.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Son fils Flint, qui a continué de faire vivre la légende après son père.



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 362
✯ Les étoiles : 2012




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Ven 26 Aoû 2016 - 1:08


Dance with the devil


C'était pas possible. Je courrais partout en ce moment. Avec ce nouveau travail, je devais me pointer au bonnes heures. Mais à chaque fois, j'avais un problème ! Du coup, j'arrivais en retard. Et blondie me hurlait dessus. Pourtant, je lui disais que c'était pas ma faute ! Mais elle voulait rien entendre. Ah, les filles, quand ca à quelque chose dans la tête, et bien ca ne l'a pas ailleurs ! Déjà, je faisais mon possible pour récupérer Octavia saine et sauve de ses expéditions dangereuses. C'était pour ca que j'étais en majeur partit du temps en retard. Parce que la blonde disparaissait et il fallait que je parte à sa recherche la seconde qui suivait. Je l'aurais bien attaché dans le bureau de Pascal. Et en suite, je me suis fais kidnapper par ma sœur pour aller dans un festival, que je n'avais pas prévu : Finir au beau milieu d'un desert, téléporté par une sorcière qui nous disait '' ne pas être assez unie comme famille'' Le périple à durer plusieurs jours, et j'ai bien cru qu'on allait tous y passer. Donc oui, désolé d'être en retard, mais j'essaie de tenir ma seule famille vivante.

Puisque mon père c'est barré de Storybrooke après avoir eu connaissance de mon existence. Au final, c'était bien un moins que rien. Je ne l'avais dis à personne. Personne n'était au courant que j'avais croisé Robin des Bois à un concour de Tir à l'arc ( sauf bien évidemment Octavia, youpi.) Et quand il a su, et bien c'est simple, il c'est tiré. Comme la première fois. Et maintenant, il répétait la même erreur avec Régina. Ca me faisait mal pour elle quand même. Elle portait mon petit frère ou ma petite soeur dans son ventre. Et cette idée me donnait le tournis. J'avais pas envie de m'impliquer dans cette famille. J'avais la mienne, aussi fatiguante qu'elles pouvaient l'être. Je n'avais pas entendu le réveil sonnée. Le concour de tir à l'arc plus le comportement lâche de mon père m'avait achevé. Ce fut la porte qui s'ouvrit brusquement avec une voix stridente qui me tira de mon sommeil. Je fis un bond dans mon lit en me tournant vers la blonde qui m'avait reveillé. Mon cœur battait la chamade et mes yeux me piquaient.

« Lisbeth m'a dit de te reveiller, t'es encore en retard ! Pfeuh, quel employé model ... » Lacha Octavia en croquant dans une pomme. Et merde. Encore. Je lachais un soupire en me tirant du lit à la hâte, courant à la douche en jetant mes affaires par terre. Une fois sortit, j'attrapais un tee-shirt et un short – parce que la chaleur était insoutenable- et courru dans le salon en attrapant une pomme au passage. J'entendis Octavia glousser et Lisbeth me gronder de loin. J'allais encore me faire tuer, c'était indéniable. Déjà qu'elle était pas de très bonne humeur en temps normal...Je consultais ma montre avec frayeur. J'étais vraiment, encore en retard. Je passais le pas de la porte, les poumons brûlant et la respiration sifflante. Je vis des cartons elever les uns sur les autres arriver dans ma direction, et celui qui ce trouvait en haut de la petite chaine manqua de tomber. Je rattrapais la pile de carton pour la redresser, pile au moment ou ils allaient ce fracasser au sol. « Je m'en sortais très bien toute seule, je n'avais pas besoin de ton aide. »  lacha une voix agacé, avant qu'une petite tête blonde ne passe rapidement devant moi.

▬ « De rien, je t'en prie. » répondit-je amusée. C'était pas un merci de sa part, mais c'était déjà ca!Je croisais les bras avec un sourire provocateur, alors que je sursautais lorsqu'elle posait les cartons sur le comptoir. Ouille. Sayez, on y est ! La tempête Emily va venir deferler dans votre esprit en si initiant comme un serpent. « C'est la cinquième fois en deux semaines que tu es en retard. »; Et c'est partit. Je lachais une grimace, n'ayant aucune envie de faire part des evenements de la veille. Bien que cette fille était assez cinglée pour me pointé son épée dans la jambe en m'hurlant de lui donner la raison de mon retard. J'avais appris à rester méfiant, même quand elle plaquait ses doigts sur le pommeau d'une épée. Encore plus là, même. Elle avait des yeux bleus electrisant et terriblement foudroyant. Elle me faisait presque flipper quand elle les posait mechamment sur moi. Ca voulait dire en generale que j'allais passer un sale quart d'heure. « Ce sera quoi ton excuse cette fois ? Une grand mère a aider a traverser ? Un chaton coincé dans un arbre ?  »

▬ « J'ai un bon point si je répond correctement ?  » Ricanais-je. Le carton qu'elle me lança atterit brusquement dans mes mains, me coupant la respiration lorsqu'il entra en contacte avec mon estomac. Ouh, j'ai pas répondu comme il fallait au quizz ! Je le posais à mes pieds, attrapant la nouvelle flopés de Carton pendant qu'elle s'enervait toute seule sur son echelle. Cela me tira un sourire en coin, elle était quand même mignonne en baragouinant sur son échelle. Mes yeux s'arrêtèrent sur les formes de son corps, délicieuse... absolument envoutante. Si elle pouvait continuer de rester dans cette position ... Jusqu'a ce qu'un carton ne me tire de ma contemplation en me cognant sévérement le visage. « Et ce n'est même pas la peine d'essayer d'inventer une nouvelle histoire je ne t'écouterai pas. Donc comme je t'avais avertie la dernière fois, tu vas me faire le plaisir de fermer la boutique tout seul jusqu'à la semaine prochaine, peut être que ca te mettra un peu de plomb dans la tête. » Bla bla ...je levais les yeux au ciel, le charme était complétement partit. J'hochais la tête avec lassitude, ronchonnant dans mon coin. Super, à moi les fermetures. Chouette. Si elle pensait un seul moment que j'allais rester enfermé toute une après midi ….« Oh ! »  S'exclama t-elle, alors qu'une nouvelle boite me tomba dans les boites. Quoi, encore ?!  « Et si jamais je te revois draguer la fille de Mr Johnson, tu passeras un sale quart d'heure. »

▬ « Quoi ?! Qu'es ce qui a de mal à l'aider à manier les armes ? » M'ecriais-je. C'était bien de montrer les armes au filles, elle te regardait avec beaucoup d'admiration et aimait se creuser un nid dans tes bras quand tu l'aidais à tiré avec un arc ou un pistolet. Je voyais pas du tout de quoi elle parlait. Je l'avais juste aidée, moi ! Puis bon hein, elle était super mignonne, je lui aurais bien montrés d'autres armes, si la tigresse Emily n'avait pas surgit des fourrés. «  Dis plutôt que tu es jalouse ! » raillais-je avec un visage malicieux, bombés de malice. Le boite suivante fut plus lourde, et elle s'ecrasa dans mon visage. D'accord, peu être qu'elle n'était pas jalouse ...Jusqu'a ce qu'elle chope son telephone et ne ce mette à l'insulté royalement. Je la regardais passé avec elocution, non mais qu'elle langage de chartier ! C'est moche chez une fille, très moche. Remarque, j'étais toujours pas sur qu'elle en soit une ...« La sale gosse c'est encore fourrée dans les ennuies, non mais sérieux pourquoi moi ? Je te jure si ce sont pas eux qui la buttent, ce sera moi ! »

▬ « Octavia ? » lachais-je d'un ton sec et inquiet. Je suivis Emily à la hâte, elle avait déjà enfourché sa moto. « Non, tu ne viens pas, il faut quelqu'un pour garder la boutique. Et puis ce ne sont pas tes affaires je reviendrai vite ». Pardon ? PARDON ? « Ecoute, t'es bien mignonne, mais personne ne m'empêchera d'aller chercher Octavia. P.E.R.S.O.N.N.E. Ta boutique, elle peu rester ou elle est, j'en ai rien à foutre. Octavia et sous MA responsabilité, c'est MA petite sœur, tout ce qui la concerne me concerne, tant que je serais son tuteur. Donc tu me laisse une place, ou bien tu peu partir. Dans tout les cas je trouverais un moyen de te suivre. Je laisserais rien ne lui arrivé, jusqu'ici, je me suis toujours débrouiller pour aller la sortir des emmerdes, et je continuerais même si je dois crever à sa place ! » Aboyais-je en plongeant des yeux volcanique dans les siens et en soutenant son regard. Elle pouvait hurler, me viré, me foutre une baffe monumentale, comme j'en avais rien à foutre. Je laisserais personne faire du mal à Octavia.

Même si dans son regard je voyais qu'elle avait envie de me sauter dessus, elle me laissa cependant grimper sur sa moto. Je me plaçais derrière en plaçant le casque sur mon visage et en enroulant mes bras autour de taille. Ouai bon. Malgrès l'offense que j'avais pu débité, cette proximité ne me gênait ABSOLUMENT pas. Un sourire aguicheur pris place sur mon visage, alors qu'elle roulait comme une belle cinglé pour me le faire décollé de mes lèvres. Le visage déferla à toute vitesse, jusqu'à ce que la pancarte de Storybrooke soit assez loin et nous plonge dans des bois sombres. Puis, les bois laissaient place à un immense champs, jusqu'à ce qu''un lac entourés d'une verdure impeccablement tondu ne laisse place à un splendide château. Mes yeux s'accrochaient à ce paysage avec emerveillement, complétement hypnotisé par sa structure. Le château nous dominait de toute sa taille, et lorsqu'on arrivait sur le chemin qui menait au porte, plusieurs personnes parlaient entre elle, rentrait et sortait. Elles avaient tous des masques de Loup et des vêtements ...du....18éme siècle ? Ma bouche s'ouvrit dans un O béant, alors qu'Emily ce gara et ce dégagea de mon étreinte pour sortir de sa moto. Je la suivis en retirant le casque, lançant un regard aussi surpris qu'elle.

▬ « Bordel, soit elle c'est perdu dans ses immenses couloirs, soit c'est une putain de blague. » Grognais-je, prenant encore plus un air ahuris. Un homme s'avança vers nous, avec une perruque blanche digne de Louis XV et un masque dorée sur ses yeux.

« Bienvenue au bal du château Montaigu ! Je vous en pris, rentrer, changer vous et profitez des valses. Ce soir vous aurez le droit à un immense banquet ! Je suis sire Waterloo. » Il s'inclina, avant qu'il ne ce fasse embarquer par une charmante demoiselle au yeux bleus, qui me laissa un instant rêveur, jusqu'à ce qu'Emily me frappe les côtes avec violences pour me ramener à la réalité. Je poussais une plainte innofensive en me frottant les dites côtes. Pas besoin de s'enerver ! Enfin si, un peu quand même. J'avais l'impression qu'Octavia venait de ce foutre de notre gueule. Emily décréta qu'elle ce tirait. Je tournais la tête vers la blonde fougueuse qui prenait déjà son casque en mains. Oh la la, mais qu'elle rabat joie ! Ca lui arrivait jamais de s'amusé ? De profité des festivités ? On était invité à un bal, allloooooo t'a pas bien entendu ? Ce bal avait vraiment l'air genial, et on pouvait même rentré à l'intérieur du château ! Il lui fallait quoi de plus ? Alors qu'elle commençait à monté sur sa moto, je fis la chose la plus stupide au monde.

Je vous avais dis que j'avais embarquer mon arc avant de partir ? Non?Bah vous le savez maintenant ! Je pris mon arc et plaçais une flèche que je décochais dans la pneu de la moto. Celui ci eu un bruit d'explosion avant de ce crever litteralement. Est-ce que j'étais mort ? Assurément. Sur une echelle de un à dix, combien de pourcent j'allais m'en tiré ? -0. bref, j'étais un homme mort, et la tempête Emily s'acharna soudainement sur moi.

▬ « Mais attend ! Je fais ca pour ton bien ! Tu t'amuse jamais, et on est invité à un bal, profite en pour faire un break ! Tu devrais me … » Ma voix s'eteignit dans le coup de grâce qui venait de me couper le souffle. Ouai, j'étais mort sans aucun doute.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


 
It ain't never gonna be enough
“Memories of the days Climbing up to this place We live nights in the flame Bold dreams in our brain We know we're okay Just like a storm is rising Lights up the spark inside us Don't act like it's surprising Pop the champagne star a fire we made it we're on top of the world ” (c) crackle bones



Emily Lame-Duck


« Pas de main,
pas d'arlequin ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Britt Robertson

Ѽ Conte(s) : Le vilain petit canard
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le vilain petit canard



☞ Surnom : Lou / Loulou / Pollen / Coin-coin
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2487
✯ Les étoiles : 1252




Actuellement dans : « Pas de main,pas d'arlequin ! »


________________________________________ Ven 2 Sep 2016 - 16:04



Dance With The Devil
Emily & Heshvan


« Écoute, t'es bien mignonne, mais personne ne m'empêchera d'aller chercher Octavia. P.E.R.S.O.N.N.E. Ta boutique, elle peu rester ou elle est, j'en ai rien à foutre. Octavia et sous MA responsabilité, c'est MA petite sœur, tout ce qui la concerne me concerne, tant que je serais son tuteur. Donc tu me laisse une place, ou bien tu peu partir. Dans tout les cas je trouverais un moyen de te suivre. Je laisserais rien ne lui arrivé, jusqu'ici, je me suis toujours débrouiller pour aller la sortir des emmerdes, et je continuerais même si je dois crever à sa place ! »


Okayyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyy.... C'était rare qu'il s'énerve autant, a vrai dire, elle ne l'avait jamais vu énervé. Ou en tout cas pas a ce point, pas pour une raison valable, et même si elle n'appréciait pas qu'il se permette de lui crier dessus, Emily comprenait. Vouloir protéger les siens, c'était normal. C'était naturel. Et elle ne devait pas le frapper pour si peu, il c'était laissé emporté par l'émotion. Il n'avait pas voulu lui parler comme ça n'est ce pas ? C'était en tout cas ce qu'elle se disait pour ne pas lui sauter a la gorge. La jeune femme finit par soupirer et se leva, avant de tirer son siège pour sortir un second casque qu'elle lui tendit dans un soupire fatigué en lui ordonnant de fermer la boutique. Heshvan ne se fit pas prier et après l'avoir attaché – et qu'elle ai mit un coup dedans pour voir si il était bien accroché – il grimpa derrière elle et passa ses bras autour de sa taille, la faisant se tendre immédiatement a son contact.

Crispée des pieds a la tête, Emily mit son GPS en marche, et le brancha a son casque pour entendre les instructions. Puis elle fit vrombir le moteur de son engin et démarra en vitesse, soupirant de soulagement en sentant la vitesse contre elle. Ça la détendait, ça lui rappelait un peu l'époque ou elle était un animal et pouvait se laisser porter par les vents a toute vitesse, sans avoir besoin de rien. Elle mit un long, un long moment a détendre progressivement les muscles de son corps, gênée par la proximité du jeune homme. Il avait du charme, ça c’était certain. Et son petit coté insolent l'amusait ... enfin une fois qu'elle se calmait.

Emily accéléra, se penchant un peu plus sur son guidon, avant de presque se laisser tomber sur le coté pour prendre un virage, en sentant Heshvan resserrer sa prise dans son dos Pour ne pas tomber. Ou par peur peut être ? Un sourire moqueur s'installa sur son visage. Ce ne fut que bien plus tard qu'ils s’arrêtèrent, devant une maison... Pour le moins vachement grande. Ça puait le gosse de riche a des kilomètres a la ronde, il fallait voir la pelouse, on aurait dit que chaque brin d'herbe avait été taillé séparément. Emily freina sur les gravillons qui couvraient l'allée et arrêta sa moto, pour retirer son casque avec soulagement. Il faisait chaud la dedans, et ça lui faisait du bien de sentir l'air frai sur sa peau. La jeune femme se massa le cou en observant d'un œil furieux les bâtiments face a elle. C'était propre, on entendait de la musique et des femmes en robes soyeuses se baladaient ça et la, accompagné d'hommes en costumes qui devaient valoir trois mois de salaire pour elle.
Elle ne lui avait pas dit mais depuis qu'elle avait engagé Heshvan, elle avait plus de mal a tenir les deux bouts. Heureusement que es gens de la ville étaient pour la plus part des psychopathes ou des paranos sinon son commerce se serait effondre Mais prendre un employé en plus, ça avait été compliqué. Enfin, ce n'était pas la question.

« Bordel, soit elle c'est perdu dans ses immenses couloirs, soit c'est une putain de blague. »


Elle ne répondit pas, préférant garder ses jurons pour elle. Elle allait choper Octavia et lui raser le crane si elle lui faisait une de ces conneries de blagues...

« Bienvenue au bal du château Montaigu ! Je vous en pris, rentrez, changez vous et profitez des valses. Ce soir vous aurez le droit à un immense banquet ! Je suis sire Waterloo. »

Le regard d'Emily se fit vide, soudain. C'était du foutage de gueule en puissance là, non ? Bizarrement, même l'apocalypse lui paraissait plus attrayant que l'idée d'entrer dans ce château Au moins elle saurait a quoi s'en tenir. Levant les yeux vers Heshvan, elle finit par lui mette un coup dans les cotes pour le forcer a détacher ses yeux de la jeune femme qui leur tournait dos. Vraiment, il n'avait que ça en tête ! C'était infernal et particulièrement énervant, surtout pour elle.

"Je me casse." déclara elle en faisant brusquement demis tour. Hors de question qu'elle reste une minute de plus, elle préférait encore être poursuivie par une armée de zombies avec pour seul défense une batte de base-ball taille enfant, plus tôt que de rester une minute de plus. Elle enfourcha sa bécane, attrapa on casque et...

BOUMPfiuuuuuuuuuuuu....


Son regard passa d'Heshvan a la flèche planté dans son pneu plusieurs fois, sans comprendre. Non, il n'avait pas pu vraiment faire ça, n'est ce pas ? Pas a sa moto ? Pas a elle !! Vue la tête qu'il tirait, si, et il était en train de prendre pleinement conscience de la dangerosité des conséquences de son acte. Les yeux d'Emily se mirent a le foudroyer sur place. Si ils avaient pu, elle l'aurait désintégré sur place, réellement Brutalement, Emily se releva et passa sa jambe par dessus sa moto pour s'approcher d'Heshvan d'un pas rapide et décidé, bien décidée a le tuer.

« Mais attend ! Je fais ça pour ton bien ! Tu t'amuse jamais, et on est invité à un bal, profite en pour faire un break ! Tu devrais me … »


Le coup était partit tout seul.Vraiment ! Son poing qui c'était enfoncé dans son ventre en en expulsant l'air, tournant sur lui même pour faire le plus de dégâts possibles... Heshvan avait ployé les genoux et mis ses bras autour de son ventre en se laissant tombé a genoux dans l'herbe, mais d'un geste, elle lui avait bloqué le front pour le forcer a la regarder, son visage a quelques centimètre du sien, les yeux brillants de fureur.

"Plus jamais tu touches a ma moto."
Et elle le laissa la, enjambant son corps en se retenant de lui mettre un coup de pieds au passage pour finir par tirer son téléphone de sa poche. "Et arrête de gémir !"

Non mais quelle mauviette ! Le téléphone s’alluma, et au moment ou elle allait appeler son garagiste, s’éteignit subitement sans raison. Son hurlement résonna dans le parc, attirant les regards des différents invités qui étaient a l'extérieur. Frénétiquement, elle tenta de le rallumer, de le faire marcher mais sans le moindre résultat, alors qu'Heshvan se relevait difficilement, avec force grimaces. Ce n'était pas possible, ce n'était pas de la malchance mais carrément de l'acharnement contre elle la, non ? Si elle avait eut le choix, elle aurait préféré vivre un épisode de Walking Dead et finir par être celle qui se faisait dévorer a la fin, plus tôt que de mettre une robe comme celle qu'elle voyait. Tous ces riches avaient des aires de vautours en attente de chaire fraiche qui lui foutaient les jetons.

D'un pas vif, elle s'approcha de lui et commença a lui fouiller les poches pour essayer d'attraper son téléphone a lui. Après tout c'était sa faute si elle se retrouvait dans une situation aussi catastrophique ! Sauf qu’évidemment, il ne se laissa pas faire et rapidement, elle se retrouva a sautiller sur place pour attraper le portable qu'il teint hors de sa portée, avec cette saloperie de sourire provocateur.

"Donne moi ça Heshvan ou je te jure que tu vas le regretter !"
s'écria elle en lui jetant un regard furieux.

Bon en même temps elle comprenait, vue la situation il n'avait aucunes chance de rentrer en vie chez lui ce soir. Alors un peu plus ou un peu moins... Elle n'écoutait pas ce qu'il disait, se contentant de surveiller le téléphone. Un instant, elle crut qu'il se relâchait Elle bondit en prenant appuis sur sa veste et tendit la main... Avant qu'il ne bascule en arriéré, l’entraînant avec elle tout en laissant échapper le téléphone. Elle se retrouva a moitié allongée sur lui, a se demander de quelle manière elle allait le tuer tout en essayant d'ignorer la pression de son corps contre le sien. Leur regards se croisèrent une seconde avant, qu'aussi rapide qu'un chat, elle ne recule brutalement en se servant de ses mains et de ses pieds pour s'éloigner, comme si il avait la peste. Son cœur battait a tout rompre, et elle sentait l'angoisse parcourir son corps alors qu'elle tentait de se raisonner pour ne pas se laisser totalement aller. Ce n'était rien, rien du tout. Peu importe ou son regard portait, rien ne ressemblait a ces pièces exiguës ou on l'avait enfermée.

"Laisse moi tranquille !"
hurla elle.

Les mots étaient sortis tous seul, d'une violence rare, alors qu'il se redressait. En soit ce n'était pas sa faute a lui mais Emily était trop perturbée pour y penser. Évidemment, le téléphone avait finit dans la fontaine qu'ils avaient contourné en arrivant et qui servait de ronds point aux voitures. Il était donc totalement inutilisable. Elle se leva, les jambes tremblantes et les mains abîmées par les pierres, avant de jeter un regard a Heshvan.

"Le jour ou tu arrêteras de ne penser qu'a ta petite personne, tu me fera signe espèce d'abrutie !"


Rapidement, elle fit demi tour et se dirigea vers le... château, il n'y avait pas d'autres mots pour désigner un bâtiment de cette importance. Ce type était le pire, vraiment ! A draguer sans la moindre mesure, a toujours chercher a la pousser a bout... Elle c'était dit qu'elle pouvait l'aider, comme on l'avait aider par le passé mais non, au final, elle s’avérait incapable de faire quoi que ce soit de bien, et lui ne pouvait pas changer.

Elle grimpa les marches de l'escalier de marbre et passa la porte principale pour se faire subitement areter par un homme qui lui tendait une boite ou étaient posés ds loups de différentes couleurs. D'un geste de la main elle refusa, se préparant a passer mais l'homme insista.

« C'est obligatoire mademoiselle. Vous ne pouvez pas rentrer sinon. »


« C'est une blague ? »


« Non mademoiselle, il s'agit d'un bal.. masqué. Le principe est de rester... masqué. »

Elle regarda par dessus son épaule et fit une grimace en voyant les jeune femmes en robes passer devant elle avec un frisson d'horreur.

« Je veux juste utiliser votre téléphone, pas me balader au milieu de ces crétins ! »
lâcha elle.

« Navré mais ceux qui passent cette porte doivent avoir un masque. Je ne fais que mon travaille vous savez ? »


Emily soupira et d'un geste, attrapa un loup qu'elle tenta vainement d'installer sur son visage.

« Tant que vous y êtres vous n'avez pas vue une gamine de 16 ans a peu près ? Blonde et qui donne envie de la frapper.... »
Dans son dos, ses mains s'emellaient avec le ruban sans parvenir a attacher le masque. Tout a coup, des doigts effleurèrent sa peau et elle sursauta, se retournant brusquement pour faire face a Heshvan, son regard surpris devenant de suite furieux.

« Non mademoiselle, je crains de ne pas pouvoir vous aider. Un masque ? »
ajouta il a l'intention d'Heshvan.

« Qu'est ce que tu fais la ? »
demanda Emily en tendant la main vers son loup qu'il mit hors de portée, dans son dos. La blonde croisa les bras, le regard meurtrier. « Rends moi ca et va donc draguer loin de moi. »

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Looks like a Girl but she’s a Flame

Everybody stands as she goes by
Cause they can see the flame that’s in her eyes
Watch her when she’s lighting up the night
Nobody knows that she’s a lonely girl
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t50590-coin-coin-pres http://imghttp://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t52209-rps-du-vilain-petit-canard-emily-lame-duckahttp://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t52209-rps-du-vilain-petit-canard-emily-lame-duck15.hostingpics.net/pics/951307Emily.png

Heshvan Chase


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Jack Falahee

Ѽ Conte(s) : Robin des Bois.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Son fils Flint, qui a continué de faire vivre la légende après son père.



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 362
✯ Les étoiles : 2012




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Dim 11 Sep 2016 - 19:19


Dance with the devil


La douleur fulgurante me coupa le souffle. Non mais ca confirmait quelque peu mes soupçons, non seulement par moment je pouvais la confondre avec un homme, mais cette force...elle m'acheva direct ! Je tombais sur le genoux, manquant de m'etrangler. Le ventre était une partie du corps redoutable, et franchement, qu'on ce mente pas, ca fait vachement mal ! Mais je le savais. Je le savais que j'allais pas m'en tirer aussi facilement. Elle m'agrippa le front, et mes yeux furent obligé de s'accorder au siens. J'aurais largement pu me perdre dans cette océan bleu, electrisant. Mais ils l'étaient tellement, que j'eu l'impression d'en ressentir les moindres electrochoc me parcourir l'esprit. La fureur qui s'exprimait, ses émotions qui parlait à travers son regard de velour... Même si elle tentait d'être froide, impassible, neutre, elle ce faisait éperdument tromper par ce regard de fougue. Elle ce trahissais toute seule. J'analysais les traits de son visage, dur, sévère, une tignasse blonde et langoureuse. Un sourire creusait mes lèvres. Combien de temps ce petit jeu allait durer ? "Plus jamais tu touches a ma moto." 

▬ « sjnxszjnxsja »Mhhm, aucun son n'avait sortit de mes lèvres, la douleur disparaissait peu à peu, mais elle flamboyait encore dans mes abdos. Même si j'avais beau être musclé – si je le suis- elle avait réussit à atteindre un endroit sensible. Peu importe le mur qu'on possède, il y a toujours une faille. "Et arrête de gémir !" s'envenima t-elle comme réponse alors que je tombais la tête dans l'herbe. Bon d'accord. C'était pas si terrible au final ? J'étais encore vivant ! C'était un exploit ! Elle faisait des progrès. Si si, je le confirme. Je me relevais, lachant un soupire rauque et relachant ma pression au niveau du ventre. Je fixais la blonde s'énerver toute seule. Elle semblait être en confrontation avec le téléphone portable. Un sourire amusée happais mes lèvres dans un amusement total. Même si c'était vraiment moche ce manque de chance, je voulais qu'elle ce lâche un peu au lieu de s'enfermer dans une pièce en ruminant. Je voulais juste l'aider, et lui montrer que la vie n'était pas aussi moche parfois.

La blonde fougeuse ce tourna subitement vers moi. Je tournais un instant le regard à mes cotés, juste pour vérifier si c'était pas quelqu'un d'autre qu'elle voulait assassiner. Mes non, y'avais que moi ici. Donc c'était moi qui allait être assassiner. Super, j'étais pas sur d'avoir une assurance ! Alor qu'elle s'approcha d'un pas vif en ma direction, je me retrouvais subitement à me faire tripoté les poches. J'étais pas certain que c'était comme ca qu'on s'y prenait pour faire ..bah vous savez ! Mais je saisie aussitôt ce qu'elle désirait chercher. J'attrapais le téléphone avant elle et le levait vers le ciel. Elle s'énervait, sautait, m'insultait. Mais rien ne pouvais m'atteindre. Je ne faixais qu'étudier la petite tête blonde qui entrait dans une colère fulgurante avec beaucoup d'hilarité. "Donne moi ça Heshvan ou je te jure que tu vas le regretter !" On passait au menace ? Je ne décrochais pas ce sourire espiègle et hilare qui illuminait mes traits.

▬ « Tu veux te jeter sur moi ?» Lachais-je entre deux rire taquin. « Aller, t'y es presque ! » L'encourageais-je, alors que je voyais la tension monter d'un cran. Sauf qu'elle s'accrocha à ma veste, et son corps bascula contre le miens, alors que je voyais le portable m'échapper des mains. Mon dos heurta une surface dur, et la poid d'Emily percuta le miens. Pendant quelque seconde, ma respiration ce bloqua dans mes poumons à cause de la brutalité de la chute. Mais le visage de la blonde coller au miens me fit ecarquiller les yeux de surprise. « Tu n'étais pas obligé de me prendre au mot .. » Fis-je. Sa chevelure blonde caressais mon visage. Je sentais sa respiration ce mélangé à la mienne et les battements de son cœur frénétique s'empourprer. Je restais figé dans la contemplation de son visage, hypnotisé, ne sachant que faire. Si je l'aidais à ce relever, elle allait me déglinguer, et si je ne bougeais pas, elle allait me déglinguer aussi. Dans tout les cas, elle allait déglinguer. Cette proxémité ne me gênais pas des masses, et pendant un labs de seconde, j'avais envie de passer une mains dans ses cheveux, tentée, terriblement et absorbé par elle.

Puis elle ce dégagea, presque prise de panique, c'était pour ca que je ne l'avais pas touché, pour pas qu'elle s'imagine des choses si l'une de mes mains avaient eu sans faire exprès le malheur de se retrouver sur une partie de son corps. Son regard exprimait une certaine peur, et je fus presque pris de surprise, inquiet à l'idée qu'elle s'imagine le pire des scénarios. "Laisse moi tranquille !" la violence de ses mots me choquèrent quelque instant, comme ci j'avais fais un pas de trop vers elle. Je me relevais avec lenteur étudiant ses traits.

▬ « Je ne veux pas te faire du mal. »
Me défendis-je d'un ton sec. Si y'a bien une chose que je détestais le plus au monde,c 'était les gens qui abusaient des femmes. Et ce genre de regard, comme ci j'avais pu oser faire quoi que se soit ..Elle ce releva à son tour, me jetant un regard que je ne prenais pas la peine de capturé. "Le jour ou tu arrêteras de ne penser qu'a ta petite personne, tu me fera signe espèce d'abrutie !" Abrutie. Très bien. J'avais saisie. Elle me planta là pour ce diriger vers le château d'un pas rageur, alors que je la fixais s'éloigné d'un regard torve. « On verra ce que tu pensera de l'abrutie quand tu aura besoin de lui ! » Lui lançais-je, espérant que ma phrase ce réalise quand même. Je ne draguais pas les filles comme ca. Je m'amusais juste, mais jamais je ne jouerais avec leur cœur. Et si y'a bien qu'une personne qui avait avait compté pour moi et qui avait été ma seule expérience, c'était la reine. Je fixais la silhouette éloigné d'Emily pénétré dans le château. Vue comment elle était folle de rage, il valait mieux que j'essaye de sauver ses futurs victimes qui n'avait rien demandé.

Je m'avançais alors à mon tour vers le château, me maudissant presque d'avoir crevée le pneu de sa moto. J'arrivais vers la porte, ou un homme l'avait stoppé pour lui présenté un masque. J'accélérais la cadence, au cas ou elle ce décidera à le désintégré sur place avec ses deux magnificences bleutés. « Tant que vous y êtres vous n'avez pas vue une gamine de 16 ans a peu près ? Blonde et qui donne envie de la frapper.... »  Oh, j'arrivais pile poil au bon moment. Elle avait emmêler l'un des rubans dans ses cheveux et s'acharnait à le retirer en tirant sur l'une de ses mèches. Je réussis à décoincé le ruban, un sourire plaisantin au lèvre. Elle ce détourna avec surprise en me fixant d'un regard furieux. « Non mademoiselle, je crains de ne pas pouvoir vous aider. Un masque ? » Je jetais un regard en coin à l'homme, avant de le reposer sur le visage d'Emily. « Qu'est ce que tu fais la ? »  Je vis ses doigts passer devant mon regard et je positionnais le masque hors de sa porté, ce qui me value un regard meurtrier de sa part. Je commençais à en avoir l'habitude. Bientot ce sera presque un signe d'affection de sa part. « Rends moi ca et va donc draguer loin de moi. » Un sourire moqueur étirait mes lèvres. Elle me prenait vraiment pour ce genre de personne ? Ca me blessait presque.

▬ « Ma parole, tu es jalouse ? »
Hasardais-je en lui lançais un regard captivant et enjôleur. Peu importe si elle l'était ou pas – bien que ca me brûlait de plaisir qu'elle le soit- ce n'était pas mon attention de la draguer comme une personne lourde et sans morale. Alors que j'hochais la tête d'un air faussement convaincu à son flot de parole, je relevais le masque de loup. « Allez tourne toi, je vais t'aider. » Finis-je par déclarer. Elle ne semblait pas d'accord. « Bon écoute, pour une fois dans ta vie accepte l'aide d'une personne. Ou tu préfère que je te regarde galérer toute seule ? On a toute la soirée. » Déclarais-je d'un haussement d'epaule avec convictions. Elle me reprit le masque de loup, comme je m'y attendais et entrepris de le mettre seule. Pendant qu'elle semblait effectuer des coups secs pour le remettre, je me tournais vers l'homme. « J'accepterais un masque volontiers, monsieur. » Déclarais-je en attrapant le miens pour le glisser sur mon visage. Mon champs de vision ce réduisit et j'effectuais je nouais un noeux derrière mon crâne.

Jusqu'a ce qu'une mains me tende séchement un masque de loup. Je regardais le visage d'Emily, mécontente, laisser echapper quelque mot pour que je lui mette le masque. J'évitais d'affiché un sourire de vainqueur, ce serait mal venu de ma part. Mais je ressentais une certaine fierté qu'elle finisse par me demander son aide. Elle ce retourna et dénuda sa peau de velour pour dégager des mèches blondes. Mon regard ce posait quelque instant sur sa peau blanche. L'envie de la touché, d'effleurer de mes doigts. Je positionnais le masque de loup sur son visage, avant de nouer un nœud derrière sa tête. Je laissais retomber mes doigts, effleurant sa peau douce, pris de captivité pour elle, attrapant ses cheveux pour les remettres en arrière avec silence, bien que l'envie de passer mes mains dans ses cheveux d'or me brûlait les doigts.

▬ «  Je ne suis pas celui que tu crois. » Lachais-je en un souffle dans sa nuque, avalant durement ma salive pour m'empêcher de comettre une connerie, genre caresser sa peau alors que l'envie me faisais violence. Trop d'attaction dans l'air. Elle ce retourna avec le masque et je fus frappé comme un énième coup de poing dans le ventre par la beauté régalente et envoutante du masque qui cachait son visage. Le bleu de ses yeux brillait plus que jamais, et je me surpris à sourire comme un idiot. Totalement éprit de cette instant, j'en oubliais l'instant qui passa et je fus arraché à la réalité par l'un de ses mots agressif. Oui bon. Personne est parfait hein. Je lui proposais mon bras, mais son regard negatif répondit au lieux de sa voix. J'haussais les epaules avant de la suivre avec insolence dans le couloir, laissant place à un immense hall Avec des lustres projetant des couleurs dorés sur les murs, mais aussi sur les costumes d'époque. Cette vision digne d'une magnificence me coupa litteralement l'absence de mot. C'était tellement magnfique, avec les danses qui s'enchainait, des danses valsantes, mais aussi datant d'un siècle plus avancer que le miens. Il y avait également des tables dressers contre les murs avec de la nourriture. Nous nous mêlame à la foule, les gens parlaient, rigolait et dansaient. Même si cela allait enerver Emily, je pris son bras pour l'empêcher de ce perdre dans la foule ou de ce faire bousculer. J'arrivais jusqu'à une table dresser et la relachais.

« Salut beau brun. Tu m'accorde une danse ? » lança une voix lente et langoureuse. Je me tournais vers une brune au costume pourpre pourpre . Ses yeux noisettes brillait d'un eclats doré dans son masque rouge. Je tournais la tête vers elle. Je lachais un rire nerveux en haussant les sourcils alors qu'elle considérait Emily de haute en bas.

« Merci, mais je préfère rester avec ma partenaire. » déclinais-je poliment, avant qu'elle ne le toise durement et ne s'en aille. Bien qu'Emily semblait me lance avec véhémence que je me prive pas pour elle, j'haussais les epaules. « Ce serait mal venu de ma part de te laisser toute seule. Et elle ne m'intéresse pas. » me défendis-je. Bien sur que non. Y'en avais qu'une m'interessait. Je levais les yeux au ciel à l'une de ses remarques. «  Crois ce que tu veux. » répondit-je d'un haussement d'un haussement d'epaule, abandonnant la partie avec un désintéressement, prenant une cerise que je plaçais entre mes lèvres pour croquer dedans. L'air s'emplit d'une nouvelle musique. Je me tournais avec Emily, qui semblait mal à l'aise. Je lui tendis une mains comme proposition, bien qu'elle déclina aussi rapidement que je l'en croyais capable. « Pourquoi est ce que c'est si dur pour toi de passer du bon temps ? » demandais-je, presque vexé.

« Tout. » Dit-elle énervé. « Ma soirée est foutue a cause d'une gamine qui me fais une blague débile, tu a crevé le pneu de ma moto et je me retrouve au milieu de la population la plus hypocryte de la planete. En quoi est ce que ca ressemble de près ou de loin a une bonne soirée ? » Vous vous êtes déjà pris un verre d'eau froide en pleine tête ? J'avais l'impression que c'était le cas. Une part de moi regrettait ce qu'il c'est passé. Je me promettais de réparé son pneu, quelque soit l'argent que cela coutera. Je me grattais la tête, le ruban me démangeais.

▬ « Je suis désolé pour la moto. Tu sais, par moment, la danse réussit à te faire oublier les problèmes de ta vie. Tu n'aimerais pas te sentir bien pendant quelque instant ? oublier juste tes soucis, les apaisers ? » Pourquoi je me cassais la tête ? J'essayais de me dire que je parlais plus à un mur qu'autre chose. Mais j'avais juste envie de l'aider. N'importe qui aimerait oublier tout ses soucis pendant un instant. Elle ce mordit la lèvre, relevant des yeux fusilleurs à mon attention.

« Non. Merci. » Dis t-elle d'une voix cassante.le voilà le verre d'eau. Je repliais ma mains, avant de la toiser d'un regard soudainement violent. Très bien. Je pense que c'était clair. Je serrais la mâchoire en relachant un violent soupire en hochant la tête, la colère violente encrés dans la gorge. Puis je posais des yeux sombre sur elle. Je vois pas pourquoi je perdais mon temps à me faire agresser alors que des tonnes d'autres filles souhaitait danser avec moi.

▬ « Bien. J'avais repoussé la danse pour que tu ne sois pas seule. Si tu ne veux pas que je te tienne compagnie, je vois pas pourquoi je me casse la tête à essayer de te faire plaisir. » Brutale comme une lame coupante, je me détournais d'un mouvement sec et me fondait dans la masse devant son air surpris. Et bien qu'elle y reste. Je connais une femme brune qui mourrait d'envie de danser avec moi. Je m'avançais vers la jeune femme appuyer contre le mur. Son regard de braise s'illumina lorque ses yeux ce posèrent sur moi. C'était pas vraiment celle que j'attendais, mais je m'en foutais royalement. « Cette danse est libre ? » Demandais-je d'un sourire polie. Un sourire creusa ses fosettes, et elle attrapa mon bras, pour que je la conduise dans les couples valsant.

« J'ai cru que tu préfèrais vraiment la blonde. » lacha t-elle avec provocation, avant que mes mains ne ce referme sur sa délicieuse taille svelte.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


 
It ain't never gonna be enough
“Memories of the days Climbing up to this place We live nights in the flame Bold dreams in our brain We know we're okay Just like a storm is rising Lights up the spark inside us Don't act like it's surprising Pop the champagne star a fire we made it we're on top of the world ” (c) crackle bones



Emily Lame-Duck


« Pas de main,
pas d'arlequin ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Britt Robertson

Ѽ Conte(s) : Le vilain petit canard
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le vilain petit canard



☞ Surnom : Lou / Loulou / Pollen / Coin-coin
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2487
✯ Les étoiles : 1252




Actuellement dans : « Pas de main,pas d'arlequin ! »


________________________________________ Dim 18 Sep 2016 - 22:20



Dance With The Devil
Emily & Heshvan

Ils étaient finalement rentrés dans ce fichu manoir, passant entre les gens pour les éviter, s'approcher du buffet et prendre une coupe. La main nerveuse. Le ventre contracté, serré de peur. D'inquiétude. Le malaise. L'impression étouffer, de ne pas être a sa place. D'être une tache une erreur dans une soirée si parfaite. Emily déglutit, les doigts crispés autour de sa coupe. Elle haïssait ce genre de réceptions, ce genre de choses. Les gens qui riaient, souriaient. Se jugeaient en fonction de ce qu'il portait. Et son masque ne la rassurait pas, au contraire. Elle avait l'impression que peu importait ou elle allait, on finirait par la retrouver. La mettre au centre d'un cercle, comme une attraction un monstre amusant duquel on pouvait se moquer allégrement. C'était tellement plus facile de s'en prendre aux autres, de montrer du doigts leurs erreurs, leurs fautes, leurs différences. De les traîner dans la boue et d'enfoncer leurs visages dans la terre pour leur faire comprendre leur insignifiance.

« Salut beau brun. Tu m'accorde une danse ? »


« Merci, mais je préfère rester avec ma partenaire. »

Elle haussa un sourcil, surprise. Qu'est ce qu'il lui préparait comme connerie encore ? Non, elle n'avait pour le moment aucune envie de le voir, de sentir sa présence, d'entendre sa voix. Le traitement qu'il avait fait subir a sa moto lui donnait seulement envie de le tuer, de lui arracher lentement les yeux pour les lui faire manger. Enfin... a un ou deux détails près.

« Mais je t'en pris, ne te gène pas pour moi. »
lacha elle d'un ton glaciale.

« Ce serait mal venu de ma part de te laisser toute seule. Et elle ne m'intéresse pas. »


« Toutes les filles t’intéresses »

Vrai, il n'y avait qu'a voir la façon dont il agissait a chaque fois qu'une cliente entrait dans le magasin ou qu'une jolie fille passait dans la rue.

«  Crois ce que tu veux. »

Elle haussa les épaules, avant de s'éloigner de quelques pas du buffet pour aller s'adosser a un mur non loin. Elle faisait toujours ce qu'elle voulait de toute façons. Si Heshvan n'assumait pas son coté volage, c'était tant pis pour lui, elle n'avait simplement aucune envie de le laisser se servir d'elle comme excuse. Ou autre. Elle ne lui faisait pas confiance en fit, c'était sûrement ça la problématique de base. Comment aurait elle pu de toute façon ? Il n'était visiblement pas le genre de type sur qui qui que ce soit pouvait compter. Exactement le genre de gars qui abandonnerait un enfant non désiré a cause d'une « petite erreure ». Un peu comme elle en somme.

Emily croisa les bras, fusillant l'assemblée du regard. De la ou elle était, elle pouvait parfaitement voir les danseurs, les couples qui évoluaient sur la piste. Ca la rendait malade. Lui rappelait de mauvais souvenirs. Toujours laissée sur le banc, sur la touche. De coté. Et brusquement, Heshvan qui tendait la main vers elle.

« Même pas en rêve. » lacha elle si rapidement qu'elle se surprit elle même. Elle n'avait jamais appris a danser, hors de question de se ridiculiser encore d'avantage. Hors de question de jouer les bêtes de foire pour ces gens, ces abrutis. Hors de question qu'ils la blessent par leurs regards, leurs rires, leurs sourires.

« Pourquoi est ce que c'est si dur pour toi de passer du bon temps ? »


"Du bon temps ? Tu appelles ca du bon temps toi ?"


La bonne blague. Pour elle il s'agissait d'une torture. Une sacré torture même ! Non, rien ici ne pouvait lui permettre de se détendre un tant soit peu. Ce n'était que pression, peur, angoisse. Crainte d'un jugement.

'' Pourquoi ? Ca ressemble à quoi du bon temps pour toi ? Qu'est ce qui n'est pas du bon temps dans la musique, le vin, la danse ?"


« Tout. »
réplica elle d'un ton cassant. « Ma soirée est foutue a cause d'une gamine qui me fais une blague débile, tu a crevé le pneu de ma moto et je me retrouve au milieu de la population la plus hypocrite de la planète. En quoi est ce que ca ressemble de près ou de loin a une bonne soirée ? »

« Je suis désolé pour la moto. Tu sais, par moment, la danse réussit à te faire oublier les problèmes de ta vie. Tu n'aimerais pas te sentir bien pendant quelque instant ? oublier juste tes soucis, les appaisers ? »


Elle hésita. Reelement. Elle aurait pu accepter, aurait voulue même. Au fond, elle n'avait qu'une envie, être une princesse elle aussi, a un moment de son existence Oublier toutes les pensées douloureuses qui lui obstruaient le cœur. Avoir enfin l'impression de ne pas tout détruire autour d'elle. Elle aurait aimé, le temps d'une danse, oublier qui elle était, ce qu'elle avait perdue, ce qu'elle avait vécue. Elle aurait aimé juste oublier. Tout pour ne plus être qu'une fille normale, sans peur. Sans craintes de décevoir,, de se ridiculiser. Sans craintes de se faire clouer au pilori a cause d'un pas de travers.
Un rêve inatteignable et stupide.

« Non. Merci. »

Le risque était trop grand.

« Bien. J'avais repoussé la danse pour que tu ne sois pas seule. Si tu ne veux pas que je te tienne compagnie, je vois pas pourquoi je me casse la tête à essayer de te faire plaisir. »


Il partit, la plantant là, hébétée. Il avait repousser la danse pour qu'elle ne soit pas seule ? Non, c'était faux. Un mensonge tout simplement. Pourtant, le voir partir de cette manière lui fit mal. Elle n'avait pas voulue le blesser, simplement se protéger. Encore. Arrêter de prendre des risques, essayer de se maintenir a flots malgré tout. Heshvan pris la main de l'inconnue et l’entraîna sur la piste de danse avant de déposer ses mains sur sa taille avec un sourire joueur. Et après il disait qu'on pouvait lui faire confiance ? Tsss... La main d'Emily se resserra sur la coupe et a son tour, elle fit demis tour, longeant la sale de bal pour aller sur la terrasse sur élevée, une sorte de balcon en pierre taillée dont les escaliers menaient aux jardins. Emily sortit, aspirant a grandes bouffées l'air pur de l'extérieur pour tenter de calmer la colère qui pulsait en elle. D'un geste brutal, elle arracha son masque, le laissant pendre autour de son cou comme un collier d'or, pour finir par se diriger vers l'une des extrémité du balcon. La, elle grimpa sur le rebord en pierre et s'adossa a une grande vasque de terre cuite, les jambes tendues sur la rambarde de pierre et le regard tourné vers l'extérieur.

Quelques minutes plus tard, un serveur s'approcha d'elle, la tirant de son immobilité pour lui tendre un papier et une nouvelle coupe de champagne. Elle attrapa le bout de papier et le déplia rapidement avant de le froisser et de le jeter par terre. Alors comme ca le dépanneur n'arriverait que dans quelques heures ? Heureusement que le groom de l'entrée avait pris la peine d'en appeler un... Ramenant se jambes contre elle, Emily serra les bras contre sa poitrine, entendant les musiques de valse s'éteindre pour laisser place a d'autres sons. Son esprit était ailleurs, bien loin. Elle voulait seulement attendre, rester tranquillement dans son coin en attendant qu'on répare sa moto, et se casser. Vite et bien.

Rester seule serait bien plus profitable. Lentement, elle amena la coupe de champagne a ses lèvres et but une gorgée, avant de reposer son bras. Elle repensait a beaucoup, trop de choses. A ce qu'Athéna lui avait dit aussi, étrangement. Elle aurait aimé ne pas penser a la déesse, ne pas se souvenir. De ce qu'elle lui avait dit. De ce qu'elle même avait avouer. Et de ses dernières paroles.

Elle n'était pas seule ?

Quelle connerie.
C'était plus simple de penser ça, plus simple de se dire qu'elle avait tord, que ce n'était que de l'ironie. Que rien n'était vrai. Plus simple de se dire qu'Athéna n'avait aucune idée de ce qu'elle disait, qu'elle ne le pensait pas réellement. Parce que si c'était le cas, elle devrait changer sa vision, essayer de la voir sous un autre jour. Un jour plus humain peut être ? Et ca, Emily le refusait. Ç’aurait été renoncer a sa haine, renoncer a la part d'elle qui l'avait maintenue en vie jusqu'à présent. Qui l'avait empêcher de sauter du haut de cette falaise quand Tasha était morte.
La solitude, c'était bien, elle la connaissait elle en avait l'habitude.


« Une blonde ? qu'elle blonde ?"


"Celle de tout a l'heure, a l'air de buldog "


Elle redressa vaguement le visage en entendant la voix d'Heshvan qui résonnait dans son dos, accompagné de celle d'une femme, alors qu'ils rejoignaient la terrase. Et il n'était pas difficile de savoir de qui ils parlaient. Emily ne voulait pas écouter pourtant une sorte de curiosité malsaine la poussa a rester. Savoir, connaitre. D'une certaine manière, elle esperait quelque chose. Quoi ? Elle aurait bien été en peine de dire quoi.

"Je n'aurais trouvé de parfait mot pour décrire ce cœur de glace. C'est une tyran, dans lequel ce cache une petite chose misérable et fragile. Repousser les gens qui veulent l'aider ...je ne connais pas plus pitoyable comme attitude. Alors que vous ...votre beauté me subjugue, votre silhouette affiné, envoutante me donne envie de danser jour et nuit dans vos bras."


"Pourtant tout a l'heure vous avez refusé ma danse pour rester avec elle"


"Et vous m'avez prouvé que j'ai eu tord."


"Continuez.... "

"Accordez moi une danse, si vous désirez plus ..."


"Et pourquoi restiez vous avec elle alors ?"


"Parce qu'elle me sert à avoir un travail, c'est mon gagne pain, je dois la garder si je veux être payée. Il faut bien une personne pour la supporter, sinon la pauvre petite chose n'aura personne à qui parler. Ca me fait limite pitié pour elle. Je me sens presque trop gentil de devoir lui adresser la parole, mais en vrai, c'est un calvaire tellement cette fille est un monstre insupportable. Non mais sérieusement, qui voudra d'elle un jour ? Par moment, faut faire des sacrifices même si ca te fait carrément chier."


GLING !


Le bruit du verre brisé. La main blessée, le sang qui coulait du bras. Elle c'était levée sans s'en rendre compte, dans le dos du jeune homme. Avec l'impression de mourir. Ses doigts c'étaient refermés malgré elle sur la coupe de champagne. L'avaient serrés au point de la briser. De trancher la chaire tendre de sa main. Le visage inexpressif, plus blanc que linge. La mâchoire serrée, pour ne pas hurler. Et l’âme. L'ame blessée malgré elle, brisée. On disait que les yeux étaient le reflet de l'ame, mais que reflétaient ils lorsqu'elle brûlait ?

Elle avait l'impression d'être vide. D'être totalement vide. De ne rien être. De ne rien ressentir.

Lentement, Emily ouvrit les doigts, lassant échapper les bouts de verre teinté de sang qui s'écrasèrent sur le sol dans un tintement. Puis elle avança, lentement, avant de leur passer a coté sans les regarder, laissant quelques gouttes de sang tracer leurs chemins sur le sol. Lorsqu'Heshvan tendit la main vers elle pour l’arrêter, le regard qu'elle lui lança fut si meurtrier, si plein de haine qu'il s’arrêta en plein geste, la laissant aller, descendre les marches de la terrasse pour rejoindre le jardin. Emily avança un moment a travers les ombres, se mêlant a elle jusqu'à atteindre un bassin un peu a l'écart, au bord duquel elle se laissa tomber. Le clapotis de l'eau. La lune qui se reflétait sur l'eau.

Pendant un instant elle baissa les yeux sur sa main. Pourquoi ne ressentait elle rien ? En soit elle devrait avoir mal non ? Peut être qu'u bout du compte, elle était réellement incapable d'éprouver le moindre sentiment .Elle ne parvenait même pas a en vouloir a Heshvan. Ce n'était pas surprenant.

Après tout, c'était dans l'ordre des choses non ?

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Looks like a Girl but she’s a Flame

Everybody stands as she goes by
Cause they can see the flame that’s in her eyes
Watch her when she’s lighting up the night
Nobody knows that she’s a lonely girl
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t50590-coin-coin-pres http://imghttp://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t52209-rps-du-vilain-petit-canard-emily-lame-duckahttp://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t52209-rps-du-vilain-petit-canard-emily-lame-duck15.hostingpics.net/pics/951307Emily.png

Heshvan Chase


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Jack Falahee

Ѽ Conte(s) : Robin des Bois.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Son fils Flint, qui a continué de faire vivre la légende après son père.



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 362
✯ Les étoiles : 2012




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Dim 2 Oct 2016 - 1:57


Dance with the devil


Mais...qu'est ce que je suis con. Bordel. Qu'es ce que je suis vraiment, vraiment con. Quelqu'un voudrait bien venir m'en foutre une, pour avoir été aussi stupide ? Elle était assise prêt du bassin. Sa silhouette grâcieuse et maladroite. Caressant l'eau. L'effleurant comme ci elle était son once de vie. Pleurant silencieusement les mots poignardant qui venait à jamais laisser une cicatrice tranchante dans une partie de son âme. Par ma faute. La culpabilité qui me rongeait m'étais un poid ecrasant. J'essayais de le soulever de toute mes forces. Mais il s'abattait sur moi comme un rocher transportant le monde.

Je dansais avec la brune. Ses yeux braquer dans les miens. Le regard rêveur. Réfléchis. Amusée. Je dansais avec elle, parce qu'elle avait envie de danser avec moi. Parce que celle que je voulais ne voulais pas. Mais de toute les filles de ce fichu bal, fallait que je tombe sur celle qui allait me causer le plus de soucis. La belle brune ensorcelante, oh comme son corps ce balançait dans une allure envoutante. Comme cette exotisme de me regarder avec désirs brûlant de lui appartenir était savourant. Mais putain, comme elle s'y était prit de la mauvaise manière pour le faire. Alors que je discutais avec elle, elle me parlait soudainement d'une blonde. Au depart je pensais qu'elle revenait sur Emily. Jalouse. Envieuse. Mais non.

Cette blonde là était plus petite qu'Emily. Plus causante qu'Emily. Plus ...incousiante. Mes yeux c'était ecarquiller à l'idée qu'elle ai oser faire la moindre chose à Octavia. Octavia. Elle avait raison, alors. Elle avait vraiment des soucis. Elle ...Non. SI elle avait oser toucher à Octavia ...Jamais je ne frapperais une femme. Je n'étais pas un connard. Mais si elle avait quoi que se soit à Octavia ...Personne ne lui fait du mal. Personne. Et bien entendu, elle ne voulait rien dire. Enigmatique. L'esprit aiguisée comme un couteau sur une planche. Et je ne pouvais pas laisser Octavia entre ses griffes venimeuse. Je devais la sortir de là. Prevenir Emily qui c'était éloigné sur le balcon. Mais ca m'était impossible. Si je prévenais Emily pour l'instant, je risquais de la payer très cher pour Octavia. Je n'avais pas d'autre choix que d'entrer dans son jeux.

▬ « « Une blonde ? qu'elle blonde ? » demandais-je en prenant un air faussement surpris. La blonde. Celle qui t'avais trouver un job. Qui t'avais sortis de la galère. Pour Octavia. Je devais entrer dans son jeux, pour Octavia.

« Celle de tout a l'heure, a l'air de buldog » Je serrais les dents. Elle ne m'attaquait pas. Mais les mots énoncés ne me plaisait pas. Oui, elle a un mauvais caractère et putain comme elle fait mal quand elle te frappe. Mais je commençais tout juste à saisir sa personnalité. Je commençais à la comprendre. Et je savais que cette image de buldog n'était qu'un bouclier. Une protection, pour ne plus avoir à souffrir du jugement des autres. Ses yeux me cherchait. Me arpentais. Essayait de trouver le soutien. Ce soutiens qui m'ammènerais à la cachette d'Octavia dans cette immense château. Je réfléchissais. Je ne voulais pas dire du mla d'Emily.

▬ « Je n'aurais trouvé de parfait mot pour décrire ce cœur de glace. C'est une tyran, dans lequel ce cache une petite chose misérable et fragile. Repousser les gens qui veulent l'aider ...je ne connais pas plus pitoyable comme attitude. Alors que vous ...votre beauté me subjugue, votre silhouette affiné, envoutante me donne envie de danser jour et nuit dans vos bras. » Ah. Le mensonge. Belle illusion. Berceur d'irrealité. Il te donne ce que tu as juste envie d'entendre.

« Pourtant tout a l'heure vous avez refusé ma danse pour rester avec elle. » Et elle m'a bien rembarrer comme il ce doit egalement. Comme quoi par moment, nous courrons après les gens que ne pouvons avoirs. Et nous sommes aveuglé par un voile et des croyances.

▬ « Et vous m'avez prouvé que j'ai eu tord. » Ajoutais-je en lui souriant. La danse continuait de tournoyer, la conduisant parmis multitude de couple. Je ne pouvais qui deceler ses yeux parmis son masque. Par moment, les gens ne peuvent comprendre que par leur iris, on peu y deceler toute sorte d'emotion. Ils ne faisaient pas forcément exprès, mais ils ce trahissaient.

« Continuez.... » Je réussissais. Je gagnais du chemin. J'arrivais pas à pas à mon but. Elle semblait conquises, sous ma coupe. Prêt à me révéler ce que je souhaitais entendre. Proche du but. La danse ce finissait. Je me reculais pour la saluter avec grâce, affichant un sourire sournois sur mon visage.

▬ « Accordez moi une danse, si vous désirez plus ... » Fis-je d'un clin d'oeil. Dis oui. Je veux savoir ou elle est. Le sourire dissimulé sous son masque s'agrandit. Elle s'approcha de moi, tel une araignée dans sa toile. Ses bras raffinés enlacèrent ma taille, alors que de nouveau, mes doigts rencontraient les siens pour la faire tournoyer sur une nouvelle musique.

« Et pourquoi restiez vous avec elle alors ? » j'eu quelque instant de reflexion, à la recherche de la signification de sa phrase. Avant que je comprenne de quoi elle parlait. Ce fut une évidence pour mon esprit. Elle était trop renfermer. Ce que je voulais, c'est qu'elle apprenne à ce laisser aller. Qu'elle s'amuse. Qu'elle oublie tout les problèmes qui lui tombe desssus le temps d'une soirée. Qu'elle y prenne goût, que pour une fois, la roue tourne et que sa vie vos la peine d'être vécu. J'aurais aimer dire tout cela. Mais le contraire sortais de ma bouche. Jouer le jeux. Pour mieux gagner. Tel était les règles.

▬ « Parce qu'elle me sert à avoir un travail, c'est mon gagne pain, je dois la garder si je veux être payée. Il faut bien une personne pour la supporter, sinon la pauvre petite chose n'aura personne à qui parler. Ca me fait limite pitié pour elle. Je me sens presque trop gentil de devoir lui adresser la parole, mais en vrai, c'est un calvaire tellement cette fille est un monstre insupportable. Non mais sérieusement, qui voudra d'elle un jour ? Par moment, faut faire des sacrifices même si ca te fait carrément chier. » J'aurais aimée à ce moment déchiré ma langue à l'aise d'un couteau. Le bruit qui suivit était celui d'un cœur qui ce réduisait en miette dans une poitrine, par le simple geste d'un verre casser sur le sol. Elle était là. Elle avait entendu. L'erreur venait d'être faite. Le mal venait d'emprisonner son âme et de l'empoisonner avec délice.


Et ma connerie, elle venait d'être fatal.

Je tendais un bras vers elle, je n'entendais même pas son prénom qui avait dépassé mes lèvres. A ce moment là, son regard ...Si..noir. Si mort d'envie de me faire souffrir m'avait coupé dans mon elan. J'avais l'impression qu'on venait de me balancer un seau d'eau glacer pour me reveiller d'un putain de cauchemars. Elle était partis. Sa peau blessé par les eclats de verre. Elle était partit, l'âme blessée à toute jamais. Cette âme déjà fragilisé, et volé en eclats. Par ma faute.

« Je croyais que tu te fichais d'elle. Tanpis pour la petite blondinette ... » lacha une voix ricaneuse. Mon esprit aurait du reagir. Mais il était partit à la recherche d'Emily alors que ce corps n'avait pas bougé. Je tournais soudainement la tête, me rendant compte de sa présence.

▬ « Tu veux jouer ? Je connais les règles. Je ne me fais pas du soucis pour Octavia. Mais pour toi. » Mon regard était dur. Il aurait pu l'ecraser de tout son poid. Je la laissais cogiter sur mes paroles, alors que je m'éloignais dans la pénombre qui menait au jardin. La lune était éclatante, miroitante. Elle faisait chemin seule. Elle était solitaire. Elle n'avait pas de problème. Äme sœur du soleil. Je marchais dans l'énorme jardin. J'étais con sérieux. Pourquoi je suis rentrée dans son jeux bordel ? Je passais un mains sur mon visage, mais elle ne faisait que rencontrer un masque dorée, ou des pailettes s'égarèrent sur ma peau. Des gouttes tombèrent sur la paume de ma mains. Descendant lelong de mon poignet. Je levais la tête vers les nuages formés autour de la lune. Dans un soupire, je continuais mon chemin.

Je me fichais d'être mouillés. Il pouvait pleuvoir des cordes que je prétais aucune attention à cette humidité qui couvrait mon corps. Jusqu'a ce que je la vois. lle était assise prêt du bassin. Sa silhouette grâcieuse et maladroite. Caressant l'eau. L'effleurant comme ci elle était son once de vie. Pleurant silencieusement les mots poignardant qui venait à jamais laisser une cicatrice tranchante dans une partie de son âme. Par ma faute. La culpabilité qui me rongeait m'étais un poid ecrasant. J'essayais de le soulever de toute mes forces. Mais il s'abattait sur moi comme un rocher transportant le monde. Je fis quelque pas hésitant avant de m'arrêter. De laisser une marge entre nous deux.

▬ « Je suis désolé que tu es eu souffert de mon tissu de mensonges. Cette femme sait ou est Octavia. J'ai du mentir sur toi pour qu'elle crâche le morceau. » Sincère. Vérité. Mais on effaçait pas les mots. Ni les souvenirs. Elle ce mit à marmonner.
« C'est ca ouai. » Elle avait croisé ses bras, adossé contre l'unique roche qui bordait l'eau. Ses yeux croisèrent les miens. Electriques. Sublimes. Envoutant. « Qu'est ce qui te dis que j'en ai souffert ? Ca ne m'a rien fait Heshvan. Ton avis n'a pas d'importance. Tu peux penser ce que tu veux de moi, ca ne me fais rien » Elle ce voilait magnifiquement la face. Protéger de nouveau par cette colonne de glace. Mais elle ce trahissait. Encore. Par ces iris dansant, vive de colère, transperçant d'émotion.

▬ « Tes yeux. » Commentais-je. Desarçonnant. Destabilisateurs. « Tu as beau batir un murs. Tu as beau créer un bouclier. Tu peu éloigner autant de personne que tu le souhaite. Mais tes émotions passe par tes yeux. Tu as été blessé. Et j'en suis navrée. Je ne voulais pas te faire de mal. J'essayais de connaître la cachette d'Octavia. » Des excuses. Parce que je n'avais pas aimée la dénigré de la sorte. Juste un tissu de mensonges. Il l'avait découverte. Compris. Et il sentait qu'elle n'aimait pas ca. « Et si tu avais idée de ce que je pensais réellement de toi, ton attention serais tout autre. » Ajoutais-je. Elle serra sa mâchoire en ce crispant. Elle savait que j'avais raison. Et ca l'enervait au plus au point.

« Je n'ai pas été BLESSEE ! » Hurla t-elle. La rage passait par le mot. Le mot signifiait toute sorte de ressentie. Elle s'enfonçait les doigts, me fusillant du regard.Touché. De n'importe quel manière, je l'avais touché au centre même d'elle même. Grossière erreur. «Je ne veux pas savoir, je m'en fous tu comprends ? Ca n'a jamais eut d'importance pour moi. » Si. Mais les blessures causés sont tellement venimeuse, qu'elle a du apprendre à ne plus entendre les mots succeptibles de la blesser. Que chaque syllabe devenait une note sourde à ses oreilles. Sa voix était cassante. Venimeuse. Tel le poison que j'aurais pu avaler. « Retourne t'amuser avec ta nouvelle copine et fous moi la paix. » Jalousie ? Elle me repoussait, comme elle le pouvait, mais elle me repoussait.

▬ « Si tu n'avais pas été blessée, cela ne t'aurais pas atteind comme ca t'atteind à présent. » Conclu-je. Mon regard ce posait sur sa paume blesser et ensanglantée. Dont les gouetelettes de pluies s'incrutais pour y faire un melange âcre. Je sortais un chiffon de ma poche que je lui tendis. Mais je me doutais qu'elle ne l'accepterait pas. « Ma nouvelle copine. C'est marrant, parce qu'il y'a qu'une fille qui m'interesse et ce n'est pas elle. » Non. Pas elle. Celle qui m'interessait ne voulait pas de moi non plus, cependant. Entouré d'un mur de givre impénétrable. « Tu ne t'aperçois pas de ta propre valeurs. Tu te remet en question constamment. Tu vis une situation horrible, à cause d'un passée qui te broie de l'intérieur. » Continuais-je. Elle était déchainée. Par mots qui la caractérisait. Par cette impression d'avoir été dérobé, observer, ouvert tel un livre. « Tu ne laisse pas certaines personne t'aider à te libérer de ses chaînes. Tu ne me laisse pas atteindre cette clé qui pourrait te délivré de cette prison. » Es ce que je lui propose ouvertement de l'aider ? Oui. Mais elle repoussa brusquement ma mains. Ses iris bleus emplit de fougue.

« Arrete de parler comme ca ! Tu ne connais rien de moi ! Rien ! alors ne fais pas comme si tu savais ce que je pensais ! » Maintenant que je l'avais dénudé sans aucune intention, lu chaque page sans forcément vouloir en lire les lignes, elle ramena ses bras contre elle. Balayant de droite à gauche le jardin, l'air perdu. Je ne sais pas si elle avait peur non plus. « Je n'ai pas besoin d'être libérée, je n'ai pas besoin de toi alors laisse moi ! » Elle était décomposé. Décomposé d'avoir été sondé, vue, imprimée. Chassant toute aide. Persuader de survire seule. Tout le temps. Parce que la vie ne t'aidais pas.

▬ « Non je ne le sais pas. mais je te cerne. c'est pour ca que tu te braque. parce que tu te sens sondé. »Je balayais du regard ses iris sur son visage attrayant, dissimulé par ce masque dorée qui met en valeurs cette beauté implacable de ses yeux. « Non. » Dis-je simplement pour toute réponse. Je pris le risque de m'avancer. De m'exposer à toute futur douleurs possible. « C'est peu être rare, mais par moment ses élans de gentillesse qui emagne de toi te rendent attachante. » Continuais-je, m'approchant de plus près. « Tu grogne, tu ronchonne. mais tu es comme ca. tu es comme ca parce qu'on ta blessée. Je m'en fou que tu m'agresse. je me fou que tu me repousse. Ca me fait pas peur. Je me fou que tu me frappe encore et encore. Je suis toujours là, tu vois ? Peu être parce que je suis con. Ou peu être parce que je vois des qualités par déceler par tout le monde. Tu as juste besoin d'être aiguillé. D'avoir une corde pour te rattraper. d'avoir une personne sur qui t'appuyer. Je sais que tu ne fais pas confiance. Parce qu'elle fait mal une fois brisé. Mais fais moi confiance. Laisse moi faire sortir ses qualités qui te caractérise. Laisse moi être un ami pour toi. » Et pourtant, ce fut des paroles de trop. Une lueur farouche passa dans son regard, et elle m'attrapa le bras pour...me faire une prise de judos qui me tournoyer le jardin dans ma tête, avant que je ne sente le sol venir me rencontré avec brutalité.Elle venait sérieusement de me faire voler au dessus de son dos ?

« JE N'AI BESOIN DE PERSONNE TU ENTENDS ? »
s'egorgea t-elle. J'étais trop confus pour dire quoi que se soit. Une douleur me fourmillai dans l'esprit, et ma vision demeurait flou quelque instant, avant qu'elle ne devienne net pour voir le visage humide d'Emily. La pluis ? Le chagrin ? Oh non, trop douloureux pour réfléchir...j'étais achevé. Elle ce détourna pour partir. Je me relevais difficilement en frottant ma tête.

▬ « Donc tu fuis ? Facile. » Commentais-je. Elle s'arrêta pour me toiser. Tellement manipulable malgrès elle.

« Je ne fuis pas. Je te remet a ta place. Je suis ton patron, tu es mon employé, ne te donne pas plus d'importance que tu en as. » mais ...J'ecarquillais les yeux. Elle venait sérieusement de me dire ca ? Non parce qu'en dehors du travail, il n'y a plus aucune hiérarchie. Un soupire s'échappa de mes lèvres.

▬ « Nous ne sommes pas à l'armurie. Donc je ne suis plus ton employé pour le moment ! » Criais-je pour qu'elle m'entende.

« Tssss.... » elle ce détourna pour de bon en s'éloignant dans la pénombre. Bon. Au final, j'étais pas si mort que ca, si ? Je passais une mains sur mon visage trempée.

▬ « Fais comme tu veux, moi, je vais chercher Octavia. » Murmurais-je pour moi même, avant de reprendre la direction au château et de revenir dans le hall ou les couples continuaient leur danses, plongés dans un monde utopique. Je levais les yeux vers les marches. Il m'était évident qu'elle devait ce trouver à l'etage.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


 
It ain't never gonna be enough
“Memories of the days Climbing up to this place We live nights in the flame Bold dreams in our brain We know we're okay Just like a storm is rising Lights up the spark inside us Don't act like it's surprising Pop the champagne star a fire we made it we're on top of the world ” (c) crackle bones



Emily Lame-Duck


« Pas de main,
pas d'arlequin ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Britt Robertson

Ѽ Conte(s) : Le vilain petit canard
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le vilain petit canard



☞ Surnom : Lou / Loulou / Pollen / Coin-coin
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2487
✯ Les étoiles : 1252




Actuellement dans : « Pas de main,pas d'arlequin ! »


________________________________________ Mar 1 Nov 2016 - 12:45



Dance With The Devil
Emily & Heshvan

La pluie, l'eau. Au final, ca la suivait toujours. Ou qu'elle aille, c'était peut être la seule chose avec laquelle elle se sentait plus ou moins en harmonie. Dans l'eau, elle était dans son élément. Dans l'eau, elle avait l'impression d'être libre, de pouvoir aller ou elle voulait. La pluie nettoyait tout. Elle mettait comme un voile sur le monde, atténuait les bruits, les sons. Elle mettait un voile sur tout, forçait les gens a renter chez eux... La pluie était étrangement libératrice. Elle aimait la sensation des goutte sur son crane qui passaient dans ses cheveux pour les abalourdir. La rafraîchissait, touchait sa peau doucement, sans lui faire de mal.

A chaque fois elle avait l'impression qu'elle n'était pas une tache, que sous les nuage gris, presque noirs, que sous la tempête et la pluie, elle était a sa place. Une sensation bienvenue qui pendant quelques secondes, lui apaisait le cœur, l'âme. Elle aurait aimé rester là seule, pendant longtemps. Juste... Juste avec elle même. Avec cette impression de vide qui avait pris possession d'elle, ce vide qui ne lui faisait lus rien ressentir. La mort de l'espoir. L’anesthésie de toutes les sensations. La mort de l'ame.

Mais évidemment, il l'avait suivit.

En toute honnêteté, elle ne le comprenait pas. Qu'est ce qu'il venait faire là ? Essayer de « rattraper le coup » ? Il n'y avait rien a rattraper, rien que du vide, le néant. De toute façon, ca n'avait pas d'importance. Oh ? Il voulait se justifier ? Allons, qu'il n'ai pas peur, elle ne le virerai pas pour avoir dit tout haut ce qu'il pensait tout bas. Elle n'était pas comme ca, et puis de toute façon, ca n'avait pas la moindre importance.

« Tes yeux. »
Elle cilla, inquiète. Quoi ses yeux ? « Tu as beau bâtir un murs. Tu as beau créer un bouclier. Tu peux éloigner autant de personne que tu le souhaite. Mais tes émotions passe par tes yeux. Tu as été blessé. Et j'en suis navrée. Je ne voulais pas te faire de mal. J'essayais de connaître la cachette d'Octavia. »

C'était aussi facile que ca ? C'était si évident ? Si... claire ? On pouvait lire en elle comme dans un livre ouvert, elle n'en doutait pas. Emily n'avais jamais su gérer ses émotions. Elle n'avait jamais su se contrôler. Parvenir a maîtriser ce flux incessant, cette marée qui venait et partait au fil des secondes. Elle devait.. le détromper, l'éloigner. Elle ne voulait pas. Elle ne voulait pas qu'il s'approche, qu'il la comprenne. Trop dangereux, trop menaçant. Elle ne voulait pas qu'il soit là, a quelques pas d'elle a dire tout ca. Elle devait le faire taire. Le faire taire absolument. Elle ne voulait pas l'entendre. Entendre la vérité douloureuse qui sortait de sa bouche. Si il savait, si il connaissait l'effet de simple mots sur elle... a quel point serait il facile pour lui de la détruire ?

« Je n'ai pas été BLESSEE ! […] Arrete de parler comme ca ! Tu ne connais rien de moi ! Rien ! Alors ne fais pas comme si tu savais ce que je pensais ! »


Il ne la connaissait pas. Il ne savait rien de ce qu'elle avait vécu, enduré. Qu'aurait il pu comprendre de toute façon ? A quel point elle était laide, abîmée de l'intérieur. Une ame de seconde main, rapiécée avec les moyens du bord. Un esprit brisé qui c'était reconstruit comme il pouvait, vacillant sur ses jambes a chaque instant. Aussi fragile que la flamme d'une bougie qu'un simple souffle de vent pouvait éteindre.
Qu'aurait il dit si il avait su ? Si il avait appris ce qu'on lui avait fait ? Il la fixerait avec dégoût, avec mépris, comme on l'avait déjà regardée lorsque suppliante, elle était allée demander de l'aide a la seule personne qui comptait dans sa vie. Cette personne qui l'avait rejetée, accusée. Qui l'avait toisée avec un regard tel qu'Emily c'était sentie brûlée de l’intérieur.

« Je n'ai pas besoin d'être libérée, je n'ai pas besoin de toi alors laisse moi ! »


Non, elle ne voulait plus compter sur personne. Elle ne voulait plus les laisser voir les cicatrices de son cœur. S'attacher était dangereux. S'attacher, c'était faiblir, c'était accepter de dépendre de quelqu'un. Elle refusait cela, de tout son être.Chaque parcelle de son corps. Elle était mieux seule, elle l'avait toujours été.

« Non je ne le sais pas. mais je te cerne. c'est pour ca que tu te braque. parce que tu te sens sondé. […] Je sais que tu ne fais pas confiance. Parce qu'elle fait mal une fois brisé. Mais fais moi confiance. Laisse moi faire sortir ses qualités qui te caractérise. Laisse moi être un ami pour toi. »


Elle recula d'un pas, comme si cette proposition invraisemblable pouvait la blesser. Lui faire confiance ? Après ce qui venait de se passer ? Après ce qu'il avait dit ? Après qu'on l'ai abandonner ? Lui offrir le moyen de la briser définitivement ? Jamais. Trop dangereux, trop... menaçant. Il c'était approché, trop près. Beaucoup trop près. Et lorsqu'elle ne parvenait plus a trouver les mots, lorsque la raison lui faisait défaut, Emily utilisait la seule chose qu'elle maîtrisait encore, une connaissance ancrée au plus profond de son être, inculquée par les coups recus et donnés. Avec une violence inouïe, elle attrapa Heshvan et le fit passer par dessus son dos pour l'envoyer se fracasser contre le sol. Il ne pouvait pas répliquer, il ne pouvait pas résister. C'était plus simple. Le dernier, le tout dernier rempars, le rejet physique. Une chose que le genre humain n'acceptait pas de recevoir mais qu'il donnait sans compter aux plus faibles, a ceux qui ne pouvaient se défendre. Il était tellement plus facile de frapper pour faire taire. De cogner pour faire oublier. De fracasser pour briser.

Une leçon qu'elle avait appris bien malgré elle.

Emily s'éloigna, refusant de rester plus longtemps avec un entété pareille. La fuite, plus simple, plus facile. Et même si elle refusait de l'admettre, même si elle se cachait derriere son statue de « patron », elle savait qu'il avait raison. Qu'il... ne la comprenait peut être pas, mais qu'ils savait lire en elle. Et ca faisait peur.

Emily grimpa rapidement les marches du balcon, longeant la battisse pour tourner au coin du bâtiment. Sans masque impossible de pénétrer la bas. Elle avait du... l'arracher lorsqu'elle avait marché au hasard dans le jardin, le laissant glisser de ses doigts sans chercher a le retenir. Ce masque là ne servait a rien. Il ne connaissait rien. Il ne connaissait RIEN ! Brutalement sa jambe se leva et son pieds alla s'écraser avec violence sur le mur de la battisse. A nouveau et a nouveau. De plus en plus fort, jusqu'à ce que la vibration qui remontaient le long de sa jambe, de sa colonne vertébrale jusqu'au haut de son crane.

« PUTAIN ! »

Qu'est ce qu'il en savait ? Qu'est ce qu'il comprenait ! Il était comme tous les autres, exactement comme tous les autres. A faire semblant, a dire qu'il savait ce qu'elle pensait, ce qu'elle ressentait a sa place. A croire qu'il savait qui elle était. Elle sentit ses yeux se mettre a piquer brusquement, et une boule se former dans sa gorge, a nouveau. Non. Emily s'arreta, levant le visage vers le ciel en expirant lentement, la lèvre tremblante. Allez, elle n'allait pas pleurer pour ces conneries non ? Elle se laissa glisser le long du mur, une jambe ramenée contre elle tendis que l'autre était tendue sur le sol. Le coude appuyé sur le genoux. Se calmer, respirer. Voir son souffle s'élever sous forme de petits nuages blancs qui se dissolvaient dans l'air.

Emily resta un moment immobile, les yeux levés vers les étoiles, sans penser. Sans réfléchir, juste... oublier. Tout. Le monde. La douleur, la peine. Ses membres s'engourdirent, et ce ne fut qu'au bout d'un long moment qu'elle se décida a bouger, alertée par des bruis étouffés au dessus d'elle. La jeune femme se leva , les sourcils froncés. Qu'est ce qu'il se passait encore ? On ne pouvait pas la laisser déprimer en paix ? Elle se leva, essuyant ses fesses en jetant un regard méfiant vers les fenêtres de l'étage. Il semblait y avoir une sacré agitation, les gens couraient partout... Elle soupira et recula de quelques pas pour avoir une meilleure vue. Non, décidément, elle ne voyait rien. Pourtant les bruits continuaient.

Emily vérifia son colt et fit le tour de la maison, pénétrant dedans par la porte des domestiques. Elle se glissa entre eux, le visage tourné vers le sol, esquivant leurs regards. Ne pas se faire remarquer, ne pas se faire voir... Ca lui rappelait de désagréables souvenirs tiens ! Elle releva le visage et se dirigea vers les escaliers avant de les prendre dés que personne ne regardait dans sa direction. Autant les grands escaliers étaient gardé par des gardes du corps, autant ceux pris par les domestiques ne l'étaient clairement pas. Emily grimpa silencieusement les marches, restant a proximité des murs pour ne pas se faire repérer. Il ne manquerai plus que ca tiens ! Lorsqu'elle parvint en haut des marches, elle s'arreta, passant juste la tête rapidement pour constater que la couloir était vide. De la lumière filtrait sous certaines portes, et elle entendait des éclats de voix, des sons étouffés. Emily se mordilla l’intérieur des joues, avant de se décider. Silencieusement, elle s'avanca dans le coupoir pour s'approcher d'une des portes.

« … qu'on règle le problème une bonne fois pour toute ! On ne peut pas laisser les choses continuer comme ca. »


« Et comment tu veux qu'on l'arrete ? Faudrait le tuer pour ca ! »


« Tu le connais depuis qu'il est né, c'est ta responsabilité ! »


Les pas c'étaient rapprochés de la porte et brusquement, la jeune femme recula, s'éloignant en vitesse de la porte pour brusquement qu'une main ne se referme sur son bras et ne l'entraine dans une salle vide avant de se refermer.

« Mais qu'est ce que tu fous la ? Tu peux pas me laisser tranquille cinq minutes oui ? »
chuchota elle vivement en e tournant vers Heshvan. Elle se tut soudain, immobile et tendue, écoutant attentivement le bruit des pas des hommes sur la moquette du couloir. Jetant un regard noir au jeune homme face a elle, elle croisa les bras, fermée, attendant une explication. Pourquoi il la regardait de toute façon ! Il allait encore lui faire un discours débile ? De toute façon, elle lui balancerai un truc dessus si il s'avisait de faire le moindre commentaire.

« Ce que je fais ici ne te regarde pas, je peux parfaitement me débrouiller seule »
fit elle en réponse a sa question, avant de s'éloigner pour se laisser tomber sur un canapé. « Mais et toi ? C'est ta copine qui t'a amenée ici pour un rendez vous privé ? » reprit elle avec un sourire ironique, moqueur.

Elle, jalouse ? Non. Enfin si, mais jamais elle ne l'avouerai. Et ne l'assumerai. Et puis il l'avait déçue, bléssé. Elle ne pouvait pas le laisser revenir comme une fleure. De l'autre coté de la porte on entendit tout a coup des cris, des bruits de lutte. Emily jeta un regard vers le battant avant de se lever.

« J'me casse, c'est bon. »


Elle ne voulait pas rester la une minute de plus. Pas avec ce... traitre, pas avec sa copine qui allait venir. Juste partir. Elle se ferait repérer, oui. Surement arréter Avec un peu de chanse, elle devrait se battre. Mais ca elle s'en fichait. Au contraire, le risque, l'adrénaline que procurait la bagarre les coups qu'elle recevait. D'une certaine maniere, elle se sentait mieux apres.

« Laisse moi passer. »
fit elle d'un ton glaciale a Heshvan toujours adossé a la porte. « T'en fais pas je te laisse a ton rendez vous galant. T'es vraiment exactement comme je le pensais... »



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Looks like a Girl but she’s a Flame

Everybody stands as she goes by
Cause they can see the flame that’s in her eyes
Watch her when she’s lighting up the night
Nobody knows that she’s a lonely girl
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t50590-coin-coin-pres http://imghttp://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t52209-rps-du-vilain-petit-canard-emily-lame-duckahttp://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t52209-rps-du-vilain-petit-canard-emily-lame-duck15.hostingpics.net/pics/951307Emily.png

Heshvan Chase


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Jack Falahee

Ѽ Conte(s) : Robin des Bois.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Son fils Flint, qui a continué de faire vivre la légende après son père.



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 362
✯ Les étoiles : 2012




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Dim 4 Déc 2016 - 2:04


Dance with the devil


Des fois, je me disais que je devrais peu être me foutre des claques dans la gueule, plutôt que de vouloir aider les gens. Parce qu'ils te retournent toujours la pareil avec un poignard dans le dos. Pas qu'Emily avait fait une tel choses, non. C'est juste que ce coup sur la tête à cause de cette remarquable prise m'avait un peu secoué. Et je me devais de retrouver Octavia. J'avais déjà perdu une sœur. Je n'avais aucunement besoin d'en perdre une autre. Je m'étais arrêter quelque instant en bas des marches de l'escalier. Puis je repris ma marche, les grimpant quatre à quatre. Je débouchais dans un couloir, jusqu'à ce que j'entrevois des gardes de sécurités. Je reculais contre le mur pour me dissimulé. Je savais pas encore dans quel merdier Octavia c'était fourré, mais il était clair qu'elle allait m'entendre. Privé de sortie pendant une semaine, voir un mois. C'était bien un mois. Et peu importe si elle proteste, j'irais jusqu'à l'attaché si il le fallait. J'attendis que les gardes de sécurités parte, afin de sortir de ma cachette et de repartir de plus belle dans ce long couloir vide.

L'architecture demeurait ancienne, et j'ouvrais chaque porte dans l'idée d'y trouver la moindre tignasse blonde. Ou bien un visage familier, autre celui d'Emily pour l'instant. La situation était quelque peu electrique, et il n'y avait pas qu'elle. Mon humeur à moi aussi devenait intentinet survolté. Je commençais à perdre patience, alors que je changeais d'etages pour m'enfoncer un peu plus dans les couloirs sombres et dépourvu de clarté. Je me figeais quelque seconde sur place, apercevant une crinière de couleur blé. La lumiosité demeurait sombre, mais ce fut la taille qui me glissait à l'esprit que ce n'était pas Octavia. Et cette silhouette m'était trop familière à mon goût. Emily semblait écouté une conversation prêt d'une porte. Jusqu'a ce que les pas ne m'indique que quoi qu'elle face, elle allait finir par ce faire repérer. J'attrapais son bras malgrès sa surprise et l'entrainait dans une salle vide, d'on ma mains avait glissé avec aisance sur la poignet. « Mais qu'est ce que tu fous la ? Tu peux pas me laisser tranquille cinq minutes oui ? »

▬ « Dans ce cas là je peu rouvrir la porte et te laisser t'expliquer avec les gardes pour ton intrusion à l'étage. » Retorquais-je, avant que ma voix ce coupe sous les pas approchant. Je sentais une pression s'installer dans mon ventre, pressant mon estomac sous l'inquiétude qui marquais mes traits. Ils finirent par s'éloigné sous mon soulagemment. « Qu'es ce que tu fais ici ? » demandais-je, presque comme un reproche. Donc, elle m'écoutait maintenant ? Il serait peu être temps. « Ce que je fais ici ne te regarde pas, je peux parfaitement me débrouiller seule »  mais voyons. Remettons donc le couvercle en place. Elle était encore coincée dans sa fierté utopique de ce debrouiller par elle même. « Mais et toi ? C'est ta copine qui t'a amenée ici pour un rendez vous privé ? »  Outch ? Je laissais un froncement de sourcil à cette question. Je n'avais franchement pas la tête à sa jalousie tranchante. Je devais retrouver Octavia, pas m'expliquer avec elle. Et quand même je le ferais, ca ne servirait à rien. Elle était buté, ce serait comme parler à un mur. Froid glaciale, armé d'un bouclier de feraille et de rouille. « J'me casse, c'est bon. » 

▬ « Et on recommence. » Ne pus-je m'empêcher de lacher comme reflexion. Fuir, mais comme c'était facile. Ca devait sérieusement lui poser un problème, pour une fois, de faire face un peu à la réalité. Elle commença à entamer les pas qui la séparait de la porte, mais je me glissais aussitôt pour lui barrer le passage. « Laisse moi passer. »  «  Je regrette. » répondit-je. Aucun sourire, aucune lueur malicieuse dans le regard. Juste un regard grave et sérieux. « T'en fais pas je te laisse a ton rendez vous galant. T'es vraiment exactement comme je le pensais... » Je restais interdit face à ses mots. Mais qu'est ce qu'elle cherchait à faire, bordel de merde ? La colère brillait dans mon regard, et je me redressais de la porte pour m'approcher d'elle et la contempler avec fermeté. «  Ah oui ? Tu pense quoi au juste ? Que je suis un petit merdeux profiteur ? Qui embarque chaque fille tout les soirs dans son lit et qui en reteste une autre le lendemain ? » Je me rapprochais. Face à son visage. Face à son arrogance sencé me percuté de plein fouet. Je fixais ses yeux immensément bleu, deposant cette colère dans ses prunelles qui abritait les miennes. «  Alors c'est que ta rien compris. » soufflais-je avant de me détourné vers la porte.

«  J'en ai rien à faire de ta jalousie, et j'en ai rien à faire de ce qu'elle te montre et pense te faire croire. Si j'aurais vraiment été la personne que tu crois que je suis, je perdrais pas mon temps avec toi en ce moment même. » J'étais tentée d'ouvrir cette putain de porte. Je sentais mes doigts picoté. J'avais envie de frapper juste cette immense cadre qui me séparait moi aussi de la fuite. Elle savait rien. Non. Je profite pas des filles. Je n'étais pas comme ca. La seule fille qui avait compté pour moi n'était plus ici. Je lachais un brutale soupire, consumer par cette ébullition qui me frappait l'esprit de plein fouet. J'ouvris la porte, le lumière entrait, filtrant sur mon visage pendant quelque seconde. M'arrêtant en plein acte. Quelque chose me retenait. Une chose. Une putain de chose que je haïssais profondément jusqu'à maintenant. Je refermais la porte lentement, plonger dans mes pensées. Ignorant les reflexions, ignorant les mots acerbes qui auraient pu être cracher en plein dans mon visage.

Non. Parce qu'en fait, j'en avais rien à faire de ce que pensais les gens. Ils n'étaient bon qu'a dicter ta vie pour essayer de la moduler à la leur. Je tournais quelque seconde un regard en biais vers le visage glaciale d'Emily. Tant de froideur. Et d'intensité à la fois. Une personne bondissante et complexe à la fois. Je ne m'en voulais pas de lui avoir répondu avec autant de brutalité. Je détestais qu'on ce fasse une fausse image de moi. Et comme l'acte que je m'apprêtais à faire était stupide. Je m'étais avancé soudainement, prêt, beaucoup trop prêt. Dépassant chaque limite de son espace, détruisant chaque barrière qui la recouvrait pour passer une mains dans ses cheveux blond, mes doigts caressant sa nuque. Mon visage s'approcha du sien pour venir attraper ses lèvres, effleurant son visage au passage. Goutant ce délice tant convoité. Ce qui me surprenait c'est qu'elle me repoussait pas. Je reculais la tête, ne lui accordant aucun regard, me détournant pour ouvrir la porte et la refermer derrière moi. La laissant planter là, dans cette pièce vide.

Je n'ai jamais dit que j'étais quelqu'un d'intélligent. Je n'ai jamais dit non plus que ce que je faisais était loin d'être stupide. Et je savais pas pourquoi j'avais fais ca. Je me demandais autant qu'elle ce que je venais de faire. Ca voulait dire quoi au juste ? J'aurais beau retourné mes pensés, me repasser la scène boucle de ses lèvres scotcher au mienne, je ne trouvais toujours pas la raison de mon geste. Une fois dans le couloir, je laissais mes pensées retombés pour me concentrer sur la tâche hard : Retrouver Octavia. Cependant je n'avais pas prévu de tomber aussi facilement nez à nez avec elle. Enfin du moins, pas aussi brutalement. Je sentis un poid s'abattre contre mon torse, et la violence fut de tel que le souffle ne semblait plus circuler comme il le fallait dans ma poitrine. J'étais tomber sur le dos, le poid ne m'avais pas quitté, et j'ecarquillais les yeux avec surprise face à un visage qui semblait me scruter, me renvoyant la pareil. J'étais encore un peu confus, mais j'étais capable de reconnaître qui s'etalait sur moi quand même. Derrière nous, il semblait y avoir du mouvement et des voix ne tardèrent pas à s'elever.

« Heshvan ? Tu m'a retrouvé ! Il était temps, je commençais à m'impatienter ! »
Cette voix. Je me relevais en aidant Octavia, avant une grimace ne me tiraillle au niveau de la cheville. Dans la catégorie c'est pas mon jour, et je continu d'avoir la poisse, je voudrais la cheville handicapé. Le regard noir que je lançais à la blonde la dissuada de dire quoi que ce soit de plus. Elle venait de comprendre que là tout de suite, il fallait vraiment pas me faire chier. J'étais carrément pas d'humeur.

« Crois moi, tu vas avoir besoin de beacoup de patience avec ce que je te réserve. » claquais-je d'une voix autoritaire. Alors que sa bouche devint beante de frustration, des hommes j'aillirent dans le couloir.

« On l'a enfin trouvé, c'est pas trop tot ! Et ..euh. » Il s'arrêta lorsqu'il croisa mon regard. Déconcerté. «  Appelle la bosse. » souffla t-il à son équipier. Il hocha la tête et composa un numéro de téléphone. J'étais particulièrement certain qu'elle allait être heureuse de me revoir. Je fis un pas dans sa direction, le visage prit d'une assurance, mais vite remplacer par une grimace, ma mains touchant avec instinct ma cheville. Le choc avec Octavia l'avait révéillé. L'homme sembla lacher un sourire sombre. « Parfait, tu vas pas résister comme ca. » Declara t-il, alors que l'autre raccrocha et souffla un mot dans son oreille. Je plissais les yeux suspicieux. Et puis ses grosses brutes ce jetèrent sur moi. Je résistais en réussissant à décroché un crochet du droit au premier. Mais l'effort venait de me faire lacher une plainte au sujet de ma cheville. Bordel de merde, pourquoi elle ce reveille quand il ne faut pas ? Alors que je me tournais vers le second, je vis du coin de l'oeil la tempe d'un pistolet s'abbattre contre ma tempe. Ce fut une explosion d'étoile qui jaillit dans ma vision, avant qu'elle ne ce coupe brusquement. Noir complet.

Le reveil fut plutôt très difficile. J'avais un mal de crâne digne d'un troupeau de vache piétinant mon cerveau. J'ouvris les yeux, un flot de lumière m'explosa la rétine. Je mis quelque instant à recouvrir une vision net. Je tentais de bouger, mais quelque chose m'en empêchait. Je me sentis pris d'une soudaine inquiétude. Je baissais les yeux pour voir que j'étais assis, les mains attaché derrière une chaise. Mes doigts entraient en contacte avec la paume d'une autre mains. Je pensais à Octavia, mais les cheveux blond demeurait plus long que prévu. Il s'agissait d'Emily. Dos à moi, assise sur la chaise, les mains fisselé au dossier de la chaise egalement. Octavia était maintenu par un gros bras en face de moi. Un visage familier s'approcha du miens. La femme brune qui retenait octavia.

▬ « C'est quoi votre problème en fait ? Qu'est qu'elle a fait encore ? » voulu-je savoir en jetant un regard noir à Octavia qui prenait un air coupable. Un mouvement dans mon dos m'indiquait qu'Emily immergeait. La brune eu un sourire malicieux.

« C'est dommage. Je t'aimais bien. On aurait vraiment pu passer une nuit esquise toi et moi. »
Declarais-t-elle, ses doigts effleurant mon visage alors que je me décalais d'un coup de tête pour qu'elle cesse.

▬ « Je me tue à le dire. Je ne suis pas ce genre de mec. » grognais-je, une parole acerbe et venimeuse. Un sourire sincère s'installa sur ses lèvres, ce qui me choqua profondément.

« Et c'est ca qui est attirant chez toi mon lapin. » Puis elle ce redressa pour venir marcher le long de la pièce, pendant que trois gros bas ne bougeait pas de leur place. J'haussais les sourcils pour toute réponse, restant muet face à cette replique déconcertante. « Cette sale gamine à mit un peu trop son nez là ou elle n'aurait pas du. Et je me dois de supprimer tout témoins. » Tout témoins. Il me semblait évident que maintenant au lieu d'un, on était trois témoins à supprimer. Non vraiment, cette journée, j'avais hâte qu'elle ce finisse et que je puisse dormir pour me reveiller disons ...en juillet ? C'est bien Juillet. Je tentais de bien me redresser sur ma chaise, mais une douleur fulgurante dans ma cheville me fit lacher une plainte. Bah c'est cool Quand même si on s'en sortait, j'étais pas sur de pouvoir courir. Au pire, les filles n'avaient qu'a partir devant si l'opportunité ce présentait. Je préférais mieux les voirs en sécurités que d'être un poid. Et j'avais pas très envie de faire la causette à qui que se soit de toute façon.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


 
It ain't never gonna be enough
“Memories of the days Climbing up to this place We live nights in the flame Bold dreams in our brain We know we're okay Just like a storm is rising Lights up the spark inside us Don't act like it's surprising Pop the champagne star a fire we made it we're on top of the world ” (c) crackle bones



Emily Lame-Duck


« Pas de main,
pas d'arlequin ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Britt Robertson

Ѽ Conte(s) : Le vilain petit canard
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le vilain petit canard



☞ Surnom : Lou / Loulou / Pollen / Coin-coin
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2487
✯ Les étoiles : 1252




Actuellement dans : « Pas de main,pas d'arlequin ! »


________________________________________ Jeu 26 Jan 2017 - 14:54



Dance With The Devil
Emily & Heshvan


«  Ah oui ? Tu pense quoi au juste ? Que je suis un petit merdeux profiteur ? Qui embarque chaque fille tout les soirs dans son lit et qui en reteste une autre le lendemain ? »


Oui, c'était exactement ce qu'elle pensait.

«  Alors c'est que ta rien compris. J'en ai rien à faire de ta jalousie, et j'en ai rien à faire de ce qu'elle te montre et pense te faire croire. Si j'aurais vraiment été la personne que tu crois que je suis, je perdrais pas mon temps avec toi en ce moment même. »


Elle se crispa, comme si il venait de lui mettre un coup. Rester droite. De toute facon, ce qu'il disait ne l'atteignait pas, et c'était très bien comme ca. Qu'il prte, qu'il arrete de « perdre son temps ». Elle ne lui avait rien demandé ! D'ailleurs, c'était lui qui avait insisté pour venir ! Lui qui l'avait forcée rester en crevant le pneu de sa moto ! Et il appelait ca « s'occuper de quelqu'un » ? Pas étonnant qu'Octavia fasse des conneries tout le temps !

«  J'en ai rien à faire de ta jalousie, et j'en ai rien à faire de ce qu'elle te montre et pense te faire croire. Si j'aurais vraiment été la personne que tu crois que je suis, je perdrais pas mon temps avec toi en ce moment même. »


Jalouse ? Le visage d'Emily devint lisse de toute expression. Elle n'était pas jalouse. Elle était tout sauf jalouse. Quelles raisons aurait elle eut d'être jalouse ? Jalouse de qui d'abord, de la gamine qu'ils avaient croisés ? Parce qu'elle semblait avoir eut une belle vie, des parents qui l'aimaient et la chérissaient au point de passer tous ses caprices ? Des gens qui ne l'avaient pas abandonner quand elle était enfant, vouée a mourir de faim ou dévorée par u quelconque animal sauvage ? Elle aurait voulue crier, lui hurler ces mots a la figure. Lui faire comprendre a quel point la douleur était là constamment nichée dans sa poitrine au point ou elle ne se souvenait pas d'un jour ou elle ne l'avait pas ressentie. Elle aurait aimée le secouer, jusqu'à ce qu'il comprenne a quel point la solitude lui pesait, a quel point elle se sentait misérable, a quel point elle avait l'impression de n'être rien.

C'était cela après tout, n'est ce pas ? C'était ca qu'on lui reprochait. De ressentir, d'essayer de masquer toute ces plaies ouvertes.

« Je ne t'ai jamais demandé de t'occuper de moi ! »
cracha elle en désespoir de cause.

Il n'avait pas le droit de lui rejeter la faute dessus. Elle n'avait fait... quoi au final ? Elle avait commencé a lui accordé un début de confiance qu'il avait brisé en un milliard d’éclats pour les beaux yeux d'une princesse brune.

« Je n'ai pas besoin de toi, je n'ai besoin de personne ! »
cria elle brusquement avant qu'il ne fasse demis tour. Le cœur au bord des lèvres. Les larmes au bord des yeux. Un cri pour essayer de le convaincre. De se convaincre. C'était mieux ainsi. Ne devoir dépendre de personne, ne compter que sur ses propres forces. Ne laisser a personne l'occasion de vous poignarder dans le dos. De vous abandonner comme on avait ait si souvent avec elle.

Pourtant il s’arrêta. Le temps comme suspendu, avant de doucement refermer le battant de la porte. Faire demis tour. S'approcher.

Emily ne bougea pas, le regard perdu dans le sien. Ne pas reculer, ne pas perdre du terrain. Ne pas avoir l'air faible. Surtout pas. Elle déglutit difficilement, retenant un mouvement de recul lorsqu'il approcha sa main de son visage. Non, ne pas perdre la face, ar c'était ca non ? Un éternel combat pour savoir qui gagnerait, qui serait le plus fort. Le contact de sa paume était étonnamment doux, chaud. Presqu'agréable, jusqu'à ce qu'il n'approche son visage du sien pour capturer ses lèvres. Tranquillement, comme s'il en avait le droit. Comme si c'était normal. Et le plus surprenant dans tout ca ? Elle ne résista pas. Se laissa faire, beaucoup trop surprise pour réagir. Pour lui envoyer son poing dans le visage comme elle aurait du le faire, avant qu'il ne se détourne, la laissant là. Immobile jusqu'a ce que la porte ne se referme et qu'Emily ne sente ses jambes ployer sous elle, jusqu'à ce qu'elle finisse par terre, sur le tapis qui couvrait le sol.

Qu'est ce que ca voulait dire ? Qu'est ce que... Pourquoi ? Pourquoi ?! Pourquoi avait il fait comme eux ? Pourquoi avoir fait ca, maintenant ? Qu'est ce qu'il voulait prouver ? Et surtout... Elle passa un doigt sur ses lèvres, comme pour être sure. Ca n'avait pas été agressif, intrusif. Juste.... Elle secoua brutalement la tête de gauche a droite, faisant valser ses cheveux autour de son visage. Non, elle ne pouvait pas se laisser déconcentrer, elle ne le devait pas. Emily se redressa et se dirigea d'un pas assuré vers la porte, jetant un rapide coup d'oeil dans le couloir, pour voir Heshvan se faire méchamment assommer alors qu'Octavia poussait un cri strident. Elle soupira et attendit que les agents de sécurité passent a son niveau pour... se rendre. De toute façon, elle n'avait pas la foi de les étaler tous.

* * *

Elle soupira. Ah, la belle au bois dormant se réveillait enfin ! Le visage fermé, Emily le sentit effleurer sa main, et instinctivement, elle éloigna le plus possible sa paume, au risque de créer des rougeurs sur ses poignets fins. Se laisser capturer, c'était un super plan, vraiment. Encore heureux que l'autre crétin fasse parler la fille a papa, comme ca ils n'allaient pas mourir par balle, mais par ennuie ! Super.

« C'est quoi votre problème en fait ? Qu'est qu'elle a fait encore ? »


« C'est dommage. Je t'aimais bien. On aurait vraiment pu passer une nuit esquise toi et moi. »


« Je me tue à le dire. Je ne suis pas ce genre de mec. »

Emily eut un sourire ironique. Donc il n'y avait pas qu'elle. Il allait devoir travailler son image alors... D'un mouvement du poignet, elle fit glisser un couteau de la poche arriere de son jean. Apres tout, lorsqu'elle c'était rendue, elle avait donnée ses armes, les gardes n'avaient pas jugé utile de la fouiller... Grossière erreure.

« Et c'est ca qui est attirant chez toi mon lapin.  Cette sale gamine à mit un peu trop son nez là ou elle n'aurait pas du. Et je me dois de supprimer tout témoins. »


Elle soupira, gigotant sur sa chaise jusqu'à ce que d'un coup, les liens ne lâchent. Enfin ! Pourtant, elle resta immobile. Patienter, attendre le bon moment...

« On a compris, vous êtes la méchante et vous allez nous tuer... est ce qu'on peut abrégé la s'il vous plait ? J'en ai mare. »


Rapidement, le visage de la brune passa dans son champ de vision, alors que dans son dos, Emily passait son couteau a Heshvan. Même si pour le coup, elle n'avait qu'une envie : le lui planter dans la main. La jeune femme releva la tête et fit le tour pour s'approcher d'Emily, la toisant des pieds a la tête avec un air méprisant.

« Ah oui... toi. »
elle lui attrapa le menton, le relevant pour observer les contours de son visage. « Je me demande vraiment ce qu'il te trouve... »

Eh bien elles étaient deux ! D'un geste brusque Emily se dégagea, la fusillant du regard. En toute honnêteté, elle ne voulait pas savoir. Elle voulait juste qu'on lui foute la paix c'était tout.

« Oh je ne sais pas, peut être que j'essaie pas de sauter sur tout ce qui bouge »
fit elle avec un sourire goguenard. « Ca doit faire une différence de savoir garder les cuisses fermer. »

La gifle qu'elle se prit lui fit dodeliner la tête, alors qu'un mince filet de sang coulait le long de sa lèvre. Elle eut un sourire vers Octavia, tournant a nouveau le visage vers celle qui semblait être a chef des opérations. Dure. Provocateur.

« T'appelles ca frapper ? »

Hors d'elle, la femme fit mine de lui porter un nouveau coup mais a ce moment précis,, Emily libéra ses mains de son dos, bloquant son brs avant qu'il ne s'écrase sur son visage. D'un même geste, elle agrippa son poings en se levant et le lui tordit en arriere, la faisant se retourner d'un coup de poignet. Dans son dos, Heshvan semblait s'activer a son tour, alors qu'lle envoyait la fille dans les bras de l'un de ses gardes du corps qui, par réflexe, la ratrapa, permettant a Emily de bloquer les coups d'un autre. Elle fit passer son coude sur son épaule et le désarma, récupérant son arme aussi rapidement que possible.

Le souffle, court, tout le monde sembla s'arreter lorsqu'elle la pointa sur celle qui semblait etre le chef de la bande.

« Bon... maintenant, on va tous se calmer piger ? »
lacha elle en inspirant un coup.

Elle n'avait pas besoin de se retourner, sentant Heshvan dans son dos qui couvrait ses arrieres.

« Toi, toi et toi vous sortez. Quand a toi, tu vas nous escorter jusqu'a la sortie, et faire en sorte qu'on nous prépare une voiture, le tout bien gentiment. »


Ils ne bougèrent pas et Emily pressa sur a détente, envoyant une balle dans l'épaule de la jeune femme qui hurla de douleur en se laissant tomber sur le sol. Le cri sembla réveiller les gorilles qui lui servaient de garde du corps, qui déposèrent leurs armes doucement sur le sol et sortirent a reculons, les mains en l'air. Emily se pencha en avant, attrapant la jeune femme qui pleurait et gémissait pour la forcer a se relever. S'en servir comme bouclier.

« Heshvan, tu la prends, garde ton arme pointé sur sa tete. Le flingue pas le truc ridicule qui te sers d'arc. Octavia... »
elle se tourna vers la jeune fille, s'approchant tranquillement.. .avant de lui mettre une gifle qui résonna dans la piece.

« Arrete un peu d'être aussi egoiste ! Tu met tout le monde en danger alors pense aux autres merde ! Regarde ou on en est a cause de toi ! »


* * *
Le petit groupe sortit sans encombres de la maison, enfin sans encombre si on ignorait les centaines de flingues braqué sur eux. Rapidement, ils montèrent dans la voiture qu'on leur avait apprété, et s'éloignèrent du manoir a toute vitesse. Heshvan et son « amie » a l'arrière, Octavia et sa joue rougie a coté d'Emily qui écrasait rageusement l pédale d'accélération. Pendant de longues minutes ils n'entendirent rien, puis, brusquement, Emily arreta la voiture.

« Descendez. »
Dit elle d'une vois grave, agressive ou on sentait la colère. Heshvan ouvrit la bouche pour … répliquer ? Demander une explication ? Mais le regard que la jeune femme lui lança la lui fit refermer. Qu'il fasse un commentaire et elle lui défoncait la tronche. Vraiment.

« Dehors tout le monde. Maintenant. » fit elle en ouvrant les portières.

Ils descendire dans le silence le plus totale. Qu'allait elle faire cette fois ci ? Crier ? Changer de voiture ? Non. Emily referma les portières sans un mot et démarra, les laissant tous les trois sur le bord de la route. Qu'ils se démerdent pour rentrer, elle avait eut sa dose.

Fin.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Looks like a Girl but she’s a Flame

Everybody stands as she goes by
Cause they can see the flame that’s in her eyes
Watch her when she’s lighting up the night
Nobody knows that she’s a lonely girl
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t50590-coin-coin-pres http://imghttp://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t52209-rps-du-vilain-petit-canard-emily-lame-duckahttp://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t52209-rps-du-vilain-petit-canard-emily-lame-duck15.hostingpics.net/pics/951307Emily.png

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

Dance With The Devil {Emily & Heshvan}





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Un petit verre chez Gaston? :: ⚔ Cadeaux, annifs et absences :: ➹ Archives