Magic
League 3

de Dyson

Miroir
Magique
de Anastasia

AWARDS :
Rentrée 2018
de Eulalie


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Magic League, chapitre III ☆ Evénement #98
Une mission de Dyson Walters - Ouverture : septembre 2018
« La Chute des Héros ! »

Partagez | .
 

 Noël à la russe (Dim&Anya et Sally)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Anastasia Romanov


« On va, on va te tondre »


avatar


╰☆╮ Avatar : Ashley Clements

Ѽ Conte(s) : Anastasia
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Anastasia Romanov

✓ Métier : Traductrice & profiler linguistique
☞ Surnom : Anya
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 7496
✯ Les étoiles : 18386




Actuellement dans : « On va, on va te tondre »


________________________________________ Jeu 1 Déc 2016 - 17:35

24 décembre 2016, 19h30

Il s'en était passé des choses en l'espace de quelques jours. Anastasia n'en revenait pas de célébrer Noël normalement quand la veille encore était un chaos sans nom. Comment les choses avaient-elles pu dégénérer autant et se remettre en place aussi rapidement ? Parfois, Anya se demandait si ce n'était pas la ville qui faisait cet effet-là sur ses habitants et sur leur vie car l'improbable semblait toujours possible à Storybrooke, surtout quand on ne s'y attendait pas. Peut-être que les personnages de conte étaient condamnés à ce type de désagréments dans ce monde-là.
Quoiqu'il en soit, le sapin était décoré, le reste de la maison aussi, la dinde était au four et rien, absolument rien, ne semblait en mesure de gâcher ce Noël-là. Ni le passé, ni le présent par des actes inconsidérés, ni le futur.
Cela faisait longtemps qu'Anastasia n'avait pas été aussi heureuse de célébrer la nativité. Maintenant que les verrines et le plat de résistance étaient prêts, elle avait enfilé une robe en velours couleur bleu marine et s'était apprêtée un peu plus que d'ordinaire. L'idée de séduire Dimitri n'était pas sans lui déplaire et il paraissait important de faire bonne figure auprès de leur invitée : Sally Pumpkin.
Sally et Anya s'étaient rencontrés en automne par un concours de circonstances : un manteau déchiré. Si elles ne s'étaient pas particulièrement rapprochées à cette occasion - la faute à une trop grande dose de franc parler sans doute - les récents événements avaient rapproché les deux jeunes femmes. Et c'était tout naturellement qu'Anastasia l'avait conviée à célébrer les fêtes de fin d'année chez Dimitri et elle, touchée par la solitude de la jeune femme de son âge. Etant très attachée à ce qu'il lui restait de sa famille, Anya n'avait pu que le lui offrir de bon cœur et elle espérait que Sally n'y avait vu aucune pitié. Après ce qu'ils avaient tous vécu, comment n'y voir que de la pitié, de toute façon ?
- Tu es prêt ? demanda la jeune femme en passant la tête dans la chambre qu'elle partageait avec Dimitri. Je pense qu'elle ne va plus tarder. Grand-mère est déjà là, au salon, elle fait la lecture à Abigaëlle et Hoover qui ne veut pas la lâcher...
Anya secoua la tête, amusée puis s'en retourna à la cuisine, le temps de surveiller le four et l'heure. Elle en sortait tout juste quand la sonnette retentit annonçant l'arrivée de Sally.
La jeune femme ne prit pas la peine de préciser qu'elle s'occupait d'ouvrir et y alla directement, adressant un grand sourire à leur invitée de la soirée :
- Salut ! Comment tu vas depuis... hier, en fait. Remise de tes émotions ? Viens, je t'en prie, rentre. C'est un peu petit et encombré mais il y fait meilleur que dehors... Oh, j'espère que tu aimes les chiens, ajouta-t-elle tandis que quelques uns des amis à quatre pattes du couple s'avançaient à la rencontre de Sally. On en a beaucoup, précisa-t-elle inutilement. Mais ils sont gentils et je suis sûre qu'ils t'aiment déjà...
Anastasia s'effaça pour laisser Sally rentrer dans le salon avant de continuer les présentations :
- Ma grand-mère, Marie Romanov. Et tu connais Abigaëlle, bien sûr... Tu veux boire quelque chose ? On peut déjà ouvrir le champagne si tu t'en sens d'humeur, proposa la jeune femme en reportant son attention sur Sally maintenant que les présentations étaient faites.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Still Falling For You
This love got me rolling the dice. Don't let me lose...

           
©️BESIDETHECROCODILE

Saoirse A. Bennet


« Mangez 5 fruits
et légumes par jour ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Yvonne Strαhovski.

Ѽ Conte(s) : Lα Belle αu Bois Dormαnt.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Δurore.



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 793
✯ Les étoiles : 2702




Actuellement dans : « Mangez 5 fruits et légumes par jour ! »


________________________________________ Lun 5 Déc 2016 - 23:31




Noël à la russe !

Noël. C’était un très étrange sentiment que d’observer la neige à travers la fenêtre et non plus l’imaginer sans pouvoir la voir. Un an. Il y a un an tout juste, j’étais emprisonné au sous-sol de la prison, dans une cellule en isolement particulier, parce que j’avais assassiné la maire de l’époque… Il y a un an, je rencontrais pour la seconde fois notre fille, que je n’avais vu que le jour de sa naissance. Je retrouvais Anastasia après un mois sans m’adresser la parole et j’apprenais qu’elle était toujours amoureuse d’un assassin comme moi. Les femmes, je ne les comprendrais jamais. Elle encore moins quand elle faisait ce genre de choses insensées. La logique aurait voulue qu’elle quitte la ville, qu’elle s’en aille très loin d’ici avec Abigaëlle et qu’elle refasse une vie. Une nouvelle vie. Une autre vie… Après tout, elle l’avait déjà fait une fois, pourquoi pas deux ? Ça aurait été cruel. Terriblement. Mais Anya n’était pas cruelle.

Je secouai la tête en boutonnant la chemise que je portai, me détournant de la neige en train de disparaître dans l’obscurité quand la voix de la princesse russe résonna à l’entrée de notre chambre :

« Tu es prêt ? Je pense qu'elle ne va plus tarder. Grand-mère est déjà là, au salon, elle fait la lecture à Abigaëlle et Hoover qui ne veut pas la lâcher... »

Elle, elle était prête visiblement. D’ordinaire c’était toujours la dernière qu’on attendait mais pour cette fois elle avait prit de l’avance. La détaillant des pieds à la tête dans sa robe sombre, j’esquissai un sourire en hochant la tête. Je désignai du menton les boutons contre lesquels je me battais au niveau de mes poignets, ne devant pas en avoir pour très longtemps.

« J’arrive. »

Retrouver Marie Romanov n’était ni un plaisir ni une contrainte en soit, c’était juste l’étrange fatalité. La banale normalité. Cette femme… Je ne saurais jamais vraiment comment la considérer. Faisais-je parti de sa famille ou bien non ? Elle avait été mon impératrice, la mère du Tsar Nicolas II et la grand-mère d’Anastasia. C’était une Romanov, la famille intouchable de Russie ; me demander de la traiter comme une dame âgée quelconque m’était impossible. Je ne tolérai pas l’inconvenance et le manque de respect, en particulier d’un point de vue protocolaire, alors lui parler comme si nous nous connaissions depuis toujours n’était pas la chose la plus facile ! Je grimaçai d’avance, même si je devais lui être reconnaissant d’avoir été là. D’exister, pour rattacher Anya à sa famille. De l’avoir soutenue en mon absence. De l’avoir entouré de cet amour que j’étais incapable de lui donner depuis ma prison. D’avoir veillé sur les premiers jours, les premières semaines, de ce bébé qui avait fêté ses un an déjà.

Un an… Tout était passé décidément très vite. J’entendis le son caractéristique de la sonnerie, relevant la tête tandis que j’éteignais la lumière de la pièce. Je tirai soigneusement la porte de notre chambre, m’éloignant de ce couloir intimiste pour revenir vers le petit salon rempli et décoré pour l’occasion : un sapin trônait magnifiquement aux côtés de la cheminée, décoré de mille façon comme Anastasia l’avait voulu – je l’avais laissé faire sans m’en mêler, savait-on jamais qu’elle me lance une guirlande à la figure ! – la table aux quatre couverts et demi se dressait à la place du canapé qui avait été poussé près du mur, décorée de bougies, de babioles et de feuilles de houx. Quand elle ouvrit la porte sur la fraicheur hivernale, on put deviner les lumières changeantes de la guirlande lumineuse installée sur le devant de la maison. Simple, mais efficace.

Un frisson me parcouru sous le petit coup de vent, évitant de justesse deux chiens qui coururent à la rencontre de la nouvelle venue. La petite troupe avait perdue deux de ses membres cette années, les deux plus vieilles qui avaient rendus l’âme en cours de route… Il en restait toujours, heureusement. Nous avions même trouvé un animal complètement transit de froid quelques jours plus tôt : il dormait comme un bienheureux devant la cheminée, imperturbable. Ces animaux, la preuve même de la loyauté quand on leur octroyait de l’attention et des soins. J’esquissai un sourire avant de croiser le visage de notre petite invitée : Sally. Sally Pumpkin, inconnu au bataillon de mon répertoire mental donc, elle ne devait pas avoir d’histoires avec la justice. La demande d’Anya de l’inviter pour Noël avait été surprenante mais pas incongrue : après une fête passée seule, autant remplir le vide par de nouvelles têtes. Et puis l’idée même de laisser quelqu’un dehors le soir de noël était contre nos principes.

Je saluai Marie d’un baisemain respectueux, caressant la tête d’Abigaëlle qui gloussa en tenant son livre dans ses mains avant de m’approcher. Je passai une main au bas du dos de ma compagne, tendant la paume en direction de Sally pour lui serrer la main.

« Enchanté. Dimitri. »

Sobre, mais je ne pouvais pas non plus me faire euphorique alors que ce n’était pas mon genre. Déjà j’esquissai un léger sourire pour ne pas lui faire peur, haussant un sourcil quand la rouquine proposa de directement ouvrir le champagne. Et bien, il n’était pas minuit qu’elle voulait déjà faire la fête ? Je la connaissais raisonnable mais elle semblait impatiente de libérer sa partie sauvage et impétueuse ce soir. Cela me fit sourire un peu plus, légèrement moqueur à son attention.

« On va peut-être garder le champagne pour le dessert ? Ce serait dommage d’aller trop vite alors que la soirée ne fait que commencer. »

Elle avait cuisiné une grande partie de la journée, ne pas faire honneur à tout ses efforts auraient été une insulte. Je l’avais aidé, suivant les indications qu’elle me lançait pour couper tel ou tel aliment, avant d’être mis hors de la cuisine pour ne pas la déranger dans ses préparatifs. Refoulés au salon avec Abigaëlle, nous nous étions donc contenté de ne rien salir de ce qu’elle avait mit en place et d’aller nous promener un peu dans la neige… Elle adorait la neige. Et la tranquillité, un peu comme moi.

Je déposai un baiser sur la tempe de la princesse russe, les laissant s’avancer vers les canapés alors que j’entendis de nouveau frapper. Avions-nous un invité supplémentaire ce soir ? Je fronçai les sourcils, soupçonnant directement Gringoire de vouloir s’incruster. Avait-il été invité sans m’en parler ? Le connaissant il était parfaitement capable de débarquer à pas d’heure pour venir avaler quelque chose de chaud ! Il avait beau s’habituer peu à peu à la vie de Storybrooke, il n’en restait pas moins un énergumène haut en couleurs et… particulièrement collant. Prenant une grande inspiration pour paraître le plus poli possible, j’ouvris la porte et tombait sur un type emmitouflé dans un anorak bleu délavé, une caisse à outil dans une main et des tiges en plastique dans l’autre.

Qui c’était, ça ?

« Mario. Jé viens pour la ploumberie. »

« Pardon ? »

Il farfouilla dans son anorak, retirant sa casquette rouge pleine de neige et déposant sa boite à outil sur le sol. Plus pratique. Je sentis Winston se coller à ma jambe, penchant la tête sur le côté face à l’énergumène devant moi. Ouvrant le zip de sa doudoune, révélant une salopette et un pull rouge vif, il farfouilla dans la poche intérieure et tira un mot froissé. Plié. Trempé.

« Jé reçou oune message pour la ploumberie ! Proublème dé touyau ? »

Je pris le mot entre mes doigts pour l’observer.

« Effectivement. On vous avait appelé… Il y a trois mois. »

IL était un poil en retard quand même celui-là !

« Jé ou proublème de téléphoune ! Long pour venir jousqu’ici. Toujours proublème ? »

« Ecoutez… » Je m’avançai pour tirer un peu la porte derrière moi, essayer d’éviter que l’air frais ne rentre et ne menace de rendre malade Abigaëlle. « ... On a résolu notre souci, on ne vous a pas attendu. Donc, merci d’être venu mais ce n’est plus la peine de rester. »

Si je le mettais dehors ? Un peu. Et le pire c’est que je n’en ressentais aucune culpabilité ! Malgré la neige. Malgré le froid. Malgré tout ! Et puis je voyais d’ici la petite fourgonette qu’il devait posséder garée un peu plus bas sur le chemin.

« Plou besoin dé touyau ? »

« Non. » Il commençait à me rappeler un autre personnage agaçant… « Rentrez chez vous au chaud et passez un bon noël. Bonne soirée ! »

Et sans autre forme de procès, je retournai à l’intérieur et claquai la porte. Il n’allait pas me tenir la jambe pendant trois ans celui-là ! Je n’aimais pas les étrangers ou les nouveaux venus, aussi me penchai-je vers la fenêtre pour m’assurer de le voir repartir comme il était venu. Le plombier dévala la pente et grimpa dans son véhicule pour partir avant que la tempête de neige ne devienne trop épaisse. Et devant le regard curieux des femmes présentes dans la pièces, je me contentai de hausser les épaules.

« Un type qui s’était perdu, je lui ai donné la bonne direction. »

Loin d’ici donc.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

wild beαsts weαring humαn skins;
you were Иot borИ of stΔrdust, dΔrliИg, stΔrdust wΔs borИ from you × it’s why the stΔrs feel your sorrow ΔИd ΔchiИg heΔrt, they Δre the frΔgmeИts of your lost soul, scΔttered Δcross ΔИ eИdless gΔlΔxy.


Sally Pumpkin


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Deborah Ann Woll

Ѽ Conte(s) : L'Etrange Noël de m. Jack
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : la poupée qui rêve au clair de lune

☞ Surnom : Sally
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 197
✯ Les étoiles : -11




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mer 7 Déc 2016 - 14:27





Noël à la russe

Viens faire des bulles, viens faire des WIP! Des CLIP! CRAP! des BANG! des VLOP! et des ZIP!
SHEBAM! POW! BLOP! WIZZ!

Je me regardai. J'effleurai chaque partie de mon visage, observant d'un air incongru les éléments placés disproportionnellement sur la coiffeuse. Une brosse à cheveux, quelques pinces qui brillaient sous la lumière des spots chancelants, et une trousse remplie à raz-bord d'outils de maquillage. Je regardais chaque objet avec convoitise, incapable d'en saisir un et de m'en servir. Doug m'avait proposé de loger ici, après ce que certains décrivaient comme une fuite. Le côté lâche du terme m'agaçait, et si je n'osais jamais l'avouer, je m'étais trouvée forte à affronter ce nouveau départ, un départ qui tantôt me faisait pourtant serrer les dents. La sensation de peur qui s'était emparé en cette matinée d'Halloween libératrice s'était transformée en une certaine fierté que je conservais en silence dans mon coeur comme un doux espoir à ne plus jamais quitter. Les espoirs, que j'avais pourtant toujours caché dans les méandres de mon esprit, étaient redevenus un échappatoire. Je croyais au monde de l'imaginaire, après une première aventure troublante. Qui s'était succédé des jours plus tard par un nouveau périple au côté d'une personne qui m'était familière: Anastasia. Si notre premier rencontre avait pu se terminer sur une molle dispute, son conseil m'avait été. C'était ma nouvelle vie. Après un temps incroyablement long de préparation, j'avais finalement opté une longue robe noire à la fine dentelle plissée. J'admirai chaque détail avec une fébrile candeur, comme un enfant à qui l'on présentait un sublime déguisement. Mon costume de ce soir semblait être tout droit sorti d'un conte de fée à mes yeux émerveillés. Toute ma vie, je me blottissais dans de légères robes et modestes, ou dans quelques pantalons collés maladroitement à ma peau. Devant ce miroir, je voyais une toute autre personne. Une personne qui était conviée à un dîner, presque fabuleux. La veille encore, avec la jeune russe, nous étions affolés, le souffle coupé par des événements dystopiques. Là, pourtant, bercée dans la robe aux pans virevoltants à chacun de mes pas, je chassai d'un trait toutes les mauvaises fois de cette dernière année. Je ne pensai plus qu'au doux moment où je reverrai le sourire charmé d'une Anastasia comblée.

Je déambulai dans les rues de Storybrooke, cachant sous mon large manteau une tenue qui me faisait encore tressaillir de joie. Je sentais quelques flocons se poser sur mon chignon plat, et sur mon nez que je remuai délicatement. Mon sac pendait contre mes hanches, et je le serrais davantage dès lors qu'un nouveau vent venait battre mon visage. La neige n'avait jamais semblé aussi pure qu'aujourd'hui. Je comprenais alors toute l'exaltation de Jack face à toute la joie que représentait la fête. Nous étions morbides, ils étaient enthousiastes. Nous étions effrayants, ils étaient rassurants. Mais, aussi violente fut mon envie de passer à autre chose, je savais qu'au fond de moi restait une part de la poupée mélancolique. Enfin, j'étais là devant la porte qui semblait si majestueuse sur l'heure. Appuyant sur la sonnette, le cri strident ramena dans sa course la Romanov. Sublime dans une robe bleue qui lui redonnait ses airs de princesse. Je m'étais immédiatement félicité d'avoir pensé à faire un effort vestimentaire pour l'occasion. Je retirais doucement mon manteau, et le calant contre ma poitrine, j'entendais encore mon coeur battre d'excitation. Elle venait m'esquisser un large sourire que je lui rendis, charmée par toute la magie qui en émanait.

- Salut ! Comment tu vas depuis... hier, en fait. Remise de tes émotions ? Viens, je t'en prie, rentre. C'est un peu petit et encombré mais il y fait meilleur que dehors... Oh, j'espère que tu aimes les chiens,
- Je crois que je n'arrive toujours pas à croire ce qui nous es arrivé, à vrai dire. J'adore les chiens. Oh, regarde ces braves bêtes!  »

J'esclaffai d'un rire imperceptiblement nerveux, tandis que je venais caresser l'amas de poil et de bave qui se frottait contre mes chevilles. Je laissai mon bassin se ramener vers le sol, m'agenouillant face aux chiens débordant d'une joie communicative. Mes doigts venaient spontanément gratter l'arrière de leur oreille. Je les caressai du plat de la main, non sans me souvenir du chien que Jack possédait autre fois. Jamais il n'avait eu la chance de caresser ses poils, toucher son museau, ou encore effleurer le bout de son oreille, mais cet esprit canin avait su satisfaire le manque de compagnie du cher épouvantail. Et le mien. Alors que je jouais puérilement avec les chiens, je sentis un nouveau regard se poser sur moi. Dimitri, le Dimitri qu'Anastasia aimait tant. Si elle ne s'était jamais vanté de cet amour, quiconque en décelait toute la force. Je me relevai précipitamment pour saisir tendrement la main qu'il me présentait. Un premier contact, quelque peu rigide, qu'il vint égayer d'un léger sourire en coin. Si son comportement sobre ne laissait paraître aucune empathie, j'étais persuadée que sous cette façade dure et insensible se cachait le garçonnet dont Anya s'était éprise.

« Enchanté. Dimitri.
- Enchantée. Sally. J'ai entendu beaucoup de bien vous concernant.  »

Un sourire timide mais complice se dessinait sur mes lèvres que je me forçais de ne pas mordiller de peur. Aussitôt présentations faites, Anastasia reprit la parole pour nous proposer de passer au champagne. L'idée ne me déplaisait point mais dès lors que Dimitri avait tranché, je n'osais faire part de mon avis favorable:

« On va peut-être garder le champagne pour le dessert ? Ce serait dommage d’aller trop vite alors que la soirée ne fait que commencer. »

Je m'avançai vers Marie Romanov, la grande impératrice. Je voulais faire bonne impression, mais dès que j'ouvrais la bouche je me sentais balbutier. Je la regardai, elle qui possédait le même regard envoûtant que sa petite fille. J'étais agréablement surprise par la présence de la grand-mère, mais aussitôt gênée de m'interposer dans ce qui aurait dû être un dîner de famille. Ma famille, je n'en avais plus. Je me reposais sur mon amour pour Anastasia, Calliope, Doug, ou encore Sebastian. Des êtres qui avaient marqué le bonheur de ma nouvelle vie.

«  Je suis vraiment honorée de vous rencontrer. Je m'appelle Sally, je-j'ai reprisé un manteau d'Anastasia. Et je crois que nous sommes... Hum-amies? Je suis désolée, c'est embarrassant d'être devant une personnalité si impressionnante.  »

Je cachai mes joues rouges dans mes paumes de main, en lui accordant un rictus ravi. Marie et Anastasia étaient de ces personnes que l'on ne pouvait regarder droit dans les yeux sans vouloir leur offrir une merveille de ce monde. Elles semblaient mériter des dons que la nature n'avait su conférer. Une couronne invisible trônait pour toujours sur leur front. Je me retournai finalement vers le visage le plus rassurant de la bande. Sûrement car elle serait la seule à ne pouvoir me juger que par des mots désordonnés et insensés. Je lui caressai la tempe, et filais ma main le long de ses cheveux bruns.


« Bonjour, petit trésor. Comment vas-tu?  »

Elle hocha de la tête en riant, exprimant de parfaites santé et humeur. Dimitri avait disparu le temps d'un instant. Un nouvel invité? Si le but de cette soirée était de me trouver un prince charmant, j'aurais certainement décliné l'invitation. A mon plus grand plaisir, le brun revint vide de compagnie expliquant qu'il ne s'agissait que d'une âme égarée chassée aussitôt. Je ne pus réprimer un soupir de soulagement, muet. Je profitais de ce moment seule avec la petite fille pour déposer en toute discrétion dans l'accueil, un sac rempli de quelques cadeaux. Une fois que j'avais eu le droit de rencontrer toute l'incroyable famille qui vivait dans le chaleureux foyer, je me retournai tout sourire vers Anastasia:

« Merci de m'avoir invité. Ca me fait très plaisir.  »

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
pumpkin queen
les yeux dans les yeux, brillons de mille feux car la lumière d'un amour éternel est vraiment la plus belle ✻ I don't know just how it happened, I let down my guard swore I'd never fall in love again But I fell hard Guess I should have seen it coming, caught me by surprise I wasn't looking where I was going, I fell into your eyes
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t65061-parfois-la-vie-me-sem http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t65325-je-suis-partout-a-la-fois-brisee-en-mille-eclats-de-voix http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t65352-chrono-rp-s-de-sally

Anastasia Romanov


« On va, on va te tondre »


avatar


╰☆╮ Avatar : Ashley Clements

Ѽ Conte(s) : Anastasia
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Anastasia Romanov

✓ Métier : Traductrice & profiler linguistique
☞ Surnom : Anya
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 7496
✯ Les étoiles : 18386




Actuellement dans : « On va, on va te tondre »


________________________________________ Mer 7 Déc 2016 - 19:26

Une fois n'est pas coutume, Anastasia s'était mise énormément de pression pour que cette soirée soit la plus normale et la plus réussie possible. Elle avait cuisiné tout l'après-midi, s'était apprêtée comme la princesse qu'elle était tout au fond d'elle-même et avait joliment décoré la maison, le tout dans le but d'oublier les Noëls passés, et surtout celui de l'an dernier. Aussi était-elle heureuse que Dimitri y mette du sien, costume inclus.
D'ordinaire c'était chemise à carreaux et vieux jean, qui lui allaient certes divinement bien mais la jeune femme n'était pas contre retrouver de temps en temps le jeune homme élégant qui l'avait un jour emmenée retrouver sa grand-mère à l'opéra. Ce jeune homme, elle l'avait un peu retrouvé en l'observant se débattre avec ses boutons de manchette et son sourire n'en était devenu que plus large.
Quoiqu'ancien garçon de cuisine, Dimitri avait peut-être plus de manières que la princesse Anastasia. Marie Romanov avait semblé apprécier le baiser dont il avait gratifié sa longue main droite. Il avait cependant opté pour une approche plus moderne auprès de Sally ce qui était sans doute une bonne chose même si la couturière, dans sa robe noire de princesse, l'aurait mérité. Avec ses grands yeux rêveurs, ce maquillage doux et enfin cette tenue, elle ressemblait à une ancienne gravure de mode qui s'était animée dès les premiers mots d'Anastasia. Oui, elle aussi peinait à croire ces dernières 48 heures. Et pourtant elles étaient aussi réelles que le manteau de neige sur la ville, aussi réelles que cette soirée et que tout le reste, même que la bave des chiens qui avaient joyeusement salué Sally. Pourvu que sa robe reste en état...
Maintenant que tout le monde était là, la fête pouvait commencer. Anastasia avait naturellement proposé de marquer le coup au champagne, peut-être encore bouleversée par les événements récents mais Dimitri semblait sceptique. Anastasia ne fit pas d'autre commentaire. Elle n'était pas spécialement friande d'alcool et avait simplement cherché à se montrer enthousiaste. Ce n'était pas souvent qu'ils organisaient une fête, après tout. Elle n'était pas habituée à recevoir de manière aussi formelle. Ou alors elle se mettait trop de pression pour quelque chose qui ne le méritait pas, allez savoir.
Anastasia s'était contentée de s'asseoir et de sourire au baiser de Dimitri contre sa tempe. Mais à peine étaient-ils tous installés que déjà la sonnette retentissait à nouveau. La jeune femme tiqua. A sa connaissance, ils n'attendaient plus personne.
Elle allait se lever quand Dimitri devança sa pensée, disparaissant dans le couloir vers la porte d'entrée. Il n'y avait plus qu'à espérer que ce ne soit pas leur ami poète ou celui-ci passerait un mauvais moment.
Anya jetait de temps en temps des coups d'œil en direction du couloir, au cas où, suivant néanmoins les présentations entre sa grand-mère et une Sally presque apeurée. Un fin sourire se dessina sur les lèves de la jeune femme tandis que Marie Romanov chassait l'embarras de la couturière d'un geste ample et nonchalant de la main.
- Ne vous embarrassez pas pour si peu, très chère. Je ne suis qu'une vieille femme assise près d'une cheminée. Je suis ravie de vous rencontrer, ajouta-t-elle.
- Je confirme, nous sommes amies, reprit Anastasia dans l'espoir de détendre l'atmosphère. Et Sally est une excellente couturière, ajouta-t-elle également dans la même optique alors que l'intéressée saluait à présent Abigaëlle, qu'elle commençait à bien connaître.
La petite fille semblait ravie, agitant son livre comme pour manifester cette joie. Quant à Dimitri, il revint seul dans cette pièce remplie de femmes. Anastasia se demanda s'il n'allait pas se sentir seul... Nul doute que Vladimir n'aurait pas été de trop mais leur ami et mentor demeurait introuvable.
- Ca me fait plaisir que tu sois venue, acquiesça Anastasia, sincère. Je pense qu'on va pouvoir commencer, qu'en dites vous ? On attend plus...
Personne, finit-elle en pensée alors que la sonnette tintait encore une fois. Jamais deux sans trois, apparemment. Anastasia roula des yeux, sidérée. Au prochain coup de sonnette elle la ferait débrancher. En attenant, elle se leva à son tour et disparu dans le couloir.
Cette fois-ci, la porte ne révéla pas une âme égarée mais bien Gringoire, celui-là même dont Dimitri avait redouté la présence.
- Gringoire ! ça alors ! s'écria-t-elle, surprise si ce n'est incrédule. Mais qu'est-ce que vous faites ici ? Vous devriez être en train de fêter le réveillon !
L'intéressé haussa les épaules avant de lui tendre un immense bouquet de lys.
- Ehm... Joyeux Noël ? tenta-t-il. Loin de moi l'idée de m'incruster - vous êtes ravissante, soit dit en passant, un vrai ciel étoilé - j'espérais seulement que vous acceptiez ces quelques fleurs en gage de ma gratitude pour tout.
Anastasia s'empara du bouquet, touchée mais peu habituée.
- Eh bien... merci. DIMITRI !! appela-t-elle. Est-ce que tu peux venir ? J'ai... une question sur le perron pour toi.
Dimitri arriva et son expression changea, ainsi qu'Anastasia l'avait prévu. Elle lui adressa un sourire contrit.
- J'y suis pour rien, il est venu m'offrir des fleurs de son plein gré, susurra-t-elle entre ses dents. On va quand même pas le laisser repartir comme ça, non ?

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Still Falling For You
This love got me rolling the dice. Don't let me lose...

           
©️BESIDETHECROCODILE

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

Noël à la russe (Dim&Anya et Sally)





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations