Intrigues
Disney Rpg

Au Violent de
nos Songes
Juin 2017


Par delà
les Mers

Juillet 2017

Zootopie II
#ZozoTopie
Juillet 2017







Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


Au Violent de nos Songes - le 80ème événement de Disney Rpg ! ╰
➹ Création graphique : Rebekah Stormborn ♥ - Maître du jeu : Elliot Sandman ♥
Que les dieux de l'Australie soient avec vous !

Partagez | .
 

 Adventure of a Lifetime {Sebastian & Louise}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Louise Hollen


« Axel et ses biceps
en papier ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Rachel Mcadams

Ѽ Conte(s) : Les douze fréres / Les cygnes sauvages
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Elisa : la soeur

☞ Surnom : Lou, Loulou, P'tit Lu, Pollen



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 6806
Ѽ Les pommes : 3150139




Actuellement dans : « Axel et ses biceps en papier ! »


________________________________________ Dim 26 Fév - 23:15


Adventure of A Lifetime

I won't let go.



Elle avait levé les yeux vers le petit lutin, suspendu par une corde a la poutre au dessus d'eux. Visiblement, il avait tenté d'accrocher une branche de gui mais sa maladresse l'avait rapidement rattrapé, et il c'était retrouvé empêtré, suspendu dans le vide mais toujours en tenant sa branche. Louise avait retenue un rire avant de se tourner vers Sebastian, un sourire mi moqueur, mi entendu sur le visage. Elle leva les yeux vers le gui, haussant les épaules comme pour lui dire "pas le choix", avant de s'approcher. Elle fit un pas et se mit sur la point des pieds, déposant ses lèvres contre celles du gardien. Naturellement, sa main grimpa jusqu’à sa nuque pour le faire rester quelques instants de plus, avant de finalement le relâcher

Louise eut un gloussement gênée, peu habituée a avoir ce genre d'initiative. Elle soupira doucement, comme pour essayer de calmer les battements effrénés de son cœur, jusqu’à ce que son front ne s'appuie sur celui de Sebastian. Elle hésita quelques secondes, sans pour autant que sa main ne quitte sa nuque, ses doigts caressant doucement les cheveux qui s'y trouvaient. Elle finit par lever les yeux, les plonger dans ceux dorés de l'homme face a elle.

"Je... t'aime bien."
Elle eut un rire, ça semblait si évident ! "Enfin tu dois t'en douter je pense, mais j'aime bien.. être avec toi, j'aime bien..." Ce qu'on est en train de devenir.

Les mots restèrent bloqué dans sa gorge, et elle soupira sans pour autant s’empêcher de sourire. C'était tellement gênant ! Et en même temps, elle avait l'impression que c'était nécessaire, que c'était important, qu'elle devait le dire. Mettre les choses au claire.

"Je veux juste... qu'on aille pas trop vite."


Elle plongea ses yeux dans les siens, terriblement sérieuse d'un coup.

"Je veux dire, il y a tellement de choses ! La fin du monde, toi qui va devenir une sorte d'immortel... Encore plus que d'habitude et tout le reste."
Elle fit une petite pause. " Ca me fait peur tout ca. Alors je veux qu'on prenne notre temps... Je veux dire, il y a plein de choses qu'on ne sait pas l'un sur l'autre... Je n'ai pas envie qu'on gâche tout simplement en allant trop vite..."

Ou en écoutant les conseils débiles de Jack et Hope. Ce n'était pas parce que c'était la fin du monde que tout de suite ils devaient se presser... Elle ferma les yeux lorsqu'il embrassa son front pour lui signifier son accord, avant de la serrer contre lui. Voila, ils iraient a leur rythme... Et tant pis pour le reste.

* * *

Louise fixait la lettre sans oser l'ouvrir, de peur que son contenue ne se décide a l'attaquer. Après tout, c'était une demande pour le moins importante... Elle avait décidé de se reprendre en main, ou plus tôt, de changer. L'impression que la routine ennuyeuse dans laquelle elle c'était enfermée. La table de la sale a manger était pleine de prospectus, de livres ouverts depuis des semaines, et elle l'avait enfin eut. Le concours avait été difficile a préparer mais elle avait tenue bon, et les cours du soir l'avaient bien aider. Après être allée rendre les clefs de la chapellerie a Jefferson, elle avait passé de longs moments enfermés chez elle, a potasser des livres d'art et d'histoire, au point ou elle avait finit par rêver de pots de peintures pourvus de jambes qui dansaient un tango pour le moins étrange. A se demander si Sebastian n'avait pas quelque chose a voir dedans tiens....

Enfin, elle se décida. Après tout elle n'avait pas fait tous ces efforts pour reculer devant une enveloppe ! La jeune femme déchira le papier et en tira une feuille soigneusement pliée, qu'elle lut avec frénésie. Un grand sourire s'installa sur son visage et d'un coup, elle se mit a bondir sur place en poussant des cris de joie.

"Ouiiiii !! Yes ! Enfin ! C'est trop trop trop trop biiiiien !!!"


Elle s’arrêta, portant une main a sa frange en se lassant glisser le long du bar qui lui servait de plan de travaille. Les genoux ramenés contre la poitrine et les mains serrées l'une contre l'autre, elle resta immobile quelques secondes, a essayer de contrôler ses membres qui tremblaient d'excitation avant de se lever brusquement, et de se précipiter vers la sortie. Elle sauta dans sa voiture et pris directement la direction de l’extérieur de la ville, ne s’arrêtant que devant la maison de Sebastian. Le connaissant, il ne serait certainement pas a son bureau...

Elle sauta de la voiture et frappa a la porte de la maison, sautillant presque sur place jusqu'a ce qu'on ouvre.

"Bonjour Arthur ! Sebastian est la ?"

"...."
Le jeune homme retint un soupire avant de s'incliner sèchement "Dame Louise... le seigneur Sebastian est..."

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase que Sebastian passait la tête dans le couloir, dans son dos. Le sourire de Louise l'en alerta et, haussant les épaules et les bras, il soupira en lui cédant le passage.

"C'est bon je vous laisse."
lâcha il en grimpant rapidement les marches de l'escalier qui menaient a sa chambre. "Seigneur Sebastian, si vous avez besoin de moi n’hésitez pas." ajouta il d'un ton sérieux avant de disparaître

Louise resta interdite un moment avant de jeter un regard interrogatif au gardien.

"Il a peur que je te mange ou quoi ?"
fit elle mi riant mi sérieuse, en retirant sa verte pour l'accrocher au porte manteau, avant de le suivre dans la cuisine. "J'ai eu le concours.." lâcha elle finalement de but en blanc sur le chemin. Elle ne tenait plus, se mordillait les joues pour tenter de retenir un sourire immense

"Je viens juste d'avoir le résultat, je vais pouvoir postuler au musée ! J'ai encore du mal a y croire, j'ai réussis ! Heureusement qu'il y avait les cours du soir mais... J'y crois pas... Je suis trop heureuse !"


Elle ne tenait plus en place, ne cessait de baisser les yeux sur la précieuse feuille de papier, avant de finalement la tendre au gardien comme si il avait besoin d'une preuve. C'était juste... quelque chose qu'elle avait voulue partager avec lui. Un moment important, et puis après tout il était le seul de ses connaissances qui était au courant, elle lui avait dit lorsqu'ils c'étaient vus pour la St Valentin.

"J'ai déjà rendue les clefs du Chapeauté a Jefferson, et j'en ai profité pour lui passer un sacré savon, parce qu'il..."

Le tintement d'une sonnette l'interrompit, et instinctivement, elle tourna les yeux vers la porte d'entrée, avant de revenir vers Sebastian

"Désolée.. tu attendais quelqu'un ? Je tombe au mauvais moment peut être... ?"


Pourtant, le gardien avait l'air aussi surpris qu'elle. Il l'invita a attendre quelques instants et se dirigea vers la porte d'entrée, laissant Louise s'installer sur l'une des chaises de la table a manger. Une voix s'éleva dans le couloir, une voix masculine qu'elle ne comprenait pas mais... Les intonations.. et puis... les sourcils froncés, elle se leva, poussée par la curiosité et le sentiment diffus de connaître cette voix.

Elle passa la tête dans le couloir et appercut un homme avec lequel Sebastian discutait... sans qu'elle puisse voir de qui il s'agissait.

"... me semble qu'elle est ici, vous pouvez la prévenir que je l'attends, merci."


Oh bon sang cette voix... Louise s'approcha doucement, posant une main dans le dos de Sab pour... et elle le vit. Sans plus réfléchir, Louise passa a coté du gardien et sauta dans les bras de l'homme sans hésiter un instant, passant ses bras autour de son cou alors que les siens se refermaient sur son dos.

"EZCHIEL ! Tu m'as tellement manqué !"


"Salut Loulou...."
lâcha il d'une voix émue avant de la relâcher, gardant tout de même une main protectrice sur son épaule.

" Comment tu m'as retrouvée ? Qu'est ce que tu fais la ? Tu sais ou sont les autres ?"


"Calme toi. Une question a la fois, déjà tu pourrais nous présenter."
fit il en désignant Sebastian.

Oups...

D'un geste, elle se déplaça, se mettant au milieu des deux hommes.

"Sebastian, voici mon frère aîné, Ézéchiel, je t'ai un peu parlé de lui... Ézéchiel, je te présente Sebastian, c'est.. un ami."
ajouta elle en sentant ses joues brûler, avant de se tourner vers le gardien pour murmurer : "Il comprends le langage des signes..."

Savait on jamais. Le dit Ézéchiel fixait la scène d'un air assez neutre, sans trahir la moindre de ses pensées, avant d'incliner poliment la tête vers le gardien.

"Un ami alors... Enchanté Sebastian. Les amis de ma sœur sont mes amis, bien entendu."
déclara il en lui tendant la main, avant de la remettre dans la poche de son costume, pour se tourner finalement vers Louise, un air plus que sérieux sur le visage.

"Nous devons parler."
fit il, en jetant un rapide coup d’œil vers le gardien, alors que sa sœur faisait de même.

"Oui bien sur..."
Évidemment qu'ils devaient parler mais l'air grave qu'il affichait lui semblait... inquiétant Et puis elle ne voulait pas réellement partir et laisser Sab comme ça, une partie d'elle aurait aimé qu'ils fassent connaissance..

"On peut peut être... prendre le thé ici ? Si tu es d'accord Sebastian...?"



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
If a great wave shall fall and fall upon us all
Between the sand and stone ⊹Way up high or down low, I'll go wherever you will go ...I know now, just quite how my life and love might still go on... In your heart, in your mind, I'll stay with you for all of time ! (by anaëlle)
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t13704-louise-hollen-en-cour http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t13932-amis-et-enemis-de-lou http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t16326-la-vie-trepidante-ou-pas-de-louise-hollen#159259

Sebastian Dust


«Muerte, la mort!
Né l'oubliez yamais!
Pitis voyous!»


avatar


╰☆╮ Avatar : Eddie Redmayne.

Ѽ Conte(s) : Les Cinq Légendes.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le Marchand de Sable.



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2032
Ѽ Les pommes : 3294094




Actuellement dans : «Muerte, la mort!Né l'oubliez yamais!Pitis voyous!»


________________________________________ Mar 25 Avr - 23:15






Adventure of a Lifetime

« Everything I need... Is you. »


Sebastian observait la fameuse lettre sans véritablement la lire, même si Louise lui laissa quelques secondes pour le faire. Il avait vu les mots les plus importants et c’était tout ce qui comptait ; tout comme elle lui avait annoncé la nouvelle. Réussir. Parvenir. Avancer et enfin se détacher progressivement pour aller de l’avant. Il ne se serait jamais permis de lui dire quoi que ce soit sur son existence ou son mode de vie, la jeune femme pouvait parfaitement se gérer seule et prendre ses décisions, mais la voir ainsi se projeter le rendait heureux. Etrangement satisfait pour elle. Pour ce qu’elle faisait et devenait. Etait-ce un mal de souhaiter la réussite d’un être aussi cher à vos yeux ? Etait-ce indécent de ressentir ces papillons au creux du ventre en la voyant si heureuse ? De passer des secondes semblables à des heures à la dévisager simplement pour admirer son sourire et ses yeux pétillants d’une excitation nouvelle ? Des instants volés. Des joies partagées. Et l’envie irrépressible de passer sa main dans sa nuque pour l’attirer vers lui, simplement, juste sentir son contact… Sans pour autant le faire. Ne pas aller trop vite, ils s’étaient mis d’accord et ce principe leur convenait à tous les deux. Même si Sab se surprenait parfois à ressentir des élans spontanés qu’il devait refréner lentement. Ressentir. Apprendre. Suivre. Accompagner. Mais dans tous les cas, serrer quelques instants ces doigts à sa portée lorsqu’il lui rend sa lettre et s’en satisfaire comme d’un cadeau.

Jack disait parfois qu’il vivait sur un petit nuage. C’était sans doute vrai, irrémédiablement perché, éternel planeur des nuits étoilés et des journées passées la tête vers le ciel… Sa planète. Sa bulle. Sa façon d’être et d’agir auprès du monde qui l’entourait. L’expression n’aurait pu être mieux choisie ces derniers jours : un nuage. De sable. D’air. De vapeur. De sentiments et de sensations. De tout ce qui pouvait se trouver plus léger que le cœur pour lui permettre de rester en l’air un peu plus. Juste ce qu’il fallait. Ce qu’il… Pouvait. Quel mal y avait-il à se sentir heureux, sans raison évidente ? Sans raison autre que l’autre. Qu’elle. Que Louise.

Il fut tiré de sa réflexion par le bruit de la porte, comme par l’apparition soudaine d’un homme qu’il ne se souvenait pas avoir déjà vu. Le marchand de sable croisait de nombreuses personnes, encore plus depuis qu’il avait rencontré Ellie Sandman, mais de ce genre-là… Non. Peut-être était-ce pour le travail ? Mais son assistante ne se serait jamais permis de donner son adresse personnelle, encore moins sans le prévenir. Difficile de vérifier quand son téléphone portable se trouvait dans une autre pièce de la maison. L’inconnu en costume parlait d’un ton ferme et solennel, rendant la situation terriblement sérieuse. Sebastian pencha la tête sur le côté quand il lui demanda de faire sortir Louise de chez lui. La connaissait-elle ? Visiblement. Avait-elle des ennuis ? A cette simple idée il se mordit l’intérieur de la joue. Aussi quand elle apparu à ses côtés lui lança-t-il un regard à la fois inquiet et surpris.

Surprise qui se mua en étonnement prodigieux quand la jeune femme sauta dans les bras de l’étranger O_o

« Sebastian, voici mon frère aîné, Ézéchiel, je t'ai un peu parlé de lui... Ézéchiel, je te présente Sebastian, c'est.. un ami. »

Le mot « ami » fut à la fois mélioratif et… Tendrement blessant dans sa bouche. Sans qu’il ne sache vraiment pourquoi, il s’était attendu à ce qu’elle parle de lui en d’autres termes ; quelle idée stupide. Erronée et probablement malvenue, Louise avait sans doute bien raison de ne pas le considérer autrement pour le moment. Publiquement. Devant d’autres. Devant… Son frère. Aîné, dans ses souvenirs. Si elle parlait rarement des siens, des Hollen, il lui était arrivé de mentionner Ezechiel comme l’aîné de ses frères et donc de sa famille ; une sorte de chef de famille en l’absence de leurs parents respectifs. Il se souvenait aussi de Karl, décédé avant noël il y a un an. De Clovis, évoqué au détour d’une conversation, de Castiel sans jamais l’avoir rencontré. Pour le reste, il n’avait de repère que quelques anecdotes évoquées sans signes distinctifs des uns ou des autres. Sa famille semblait des plus importante à ses yeux… Et pour le moment, il n’en faisait pas officiellement partie.

Décidant de ne pas s’offusquer de si peu, plutôt curieux de rencontrer le personnage en face de lui, Sab afficha un sourire doux (quoique perplexe) et fini par hocher la tête plusieurs fois.

Bien sûr. Entrez. Décrit-il de ses mains, retenant de justesse le sable d’agir au cas où… Au cas où quoi exactement ? Que craignait-il de la part de cet homme ? Rien, du moins, dans ses souvenirs. Rien de négatif. Rien de mauvais. Malgré l’étrange sensation qui semblait entourer Ezechiel.

Le gardien se décala pour les laisser entrer, observant l’air un instant courroucé de son vis-à-vis avant qu’il n’accepte d’obtempérer. La proposition ne semblait pas vraiment lui plaire, compréhensible, mais il fini par franchir les quelques marches du perron pour enfin entrer à l’intérieur. Refermant la porte pendant que la jeune femme le guidait vers le salon, Sab fixa quelques secondes le plat de ses mains contre le bois peint. Il avait un mauvais pressentiment. Ce genre d’instants et de moments qui auraient pu être banals mais qui se révélaient bien plus importants qu’ils n’en avaient l’air. Ce genre de moments qui pouvait devenir extrêmement dramatique comme s’améliorer prodigieusement. Il était à un tournant. Ils étaient à un tournant.

Son regard croisa celui d’Arthur, debout dans l’escalier central. Il avait dû entendre la porte et venait s’assurer que tout allait bien… Ce jeune homme avait décidément l’esprit extrêmement chevaleresque. Sebastian lui adressa un autre sourire qui n’eut de réaction qu’un regard sombre et méfiant du garçon en direction du salon, une main sur la rampe prêt à descendre. Une question silencieuse. L’attente du moindre appel à l’aide ou autre chose.

« Tout va bien, Arthur. »

Ecrivit le sable doré alors que le Marchand de Sable hochait la tête, s’avançant en direction du salon. Son invité resta planté sur les marches à attendre, ne daignant tourner les talons qu’après une longue minute d’inspection ; et encore, Sab le soupçonna d’être resté à l’orée des marches au cas où il faudrait intervenir rapidement. En un sens, c’était très noble de sa part. Un peu risqué pour son âge mais il ne lui couperait pas une telle initiative ; les adolescents devaient bien pouvoir apprendre et s’exprimer pour comprendre, non ?

Lorsqu’il arriva dans le salon, Ezechiel et Louise étaient en pleine conversation à voix basse. Ils s’interrompirent à son passage et il prétexta rejoindre la cuisine d’un signe de tête pour leur permettre de continuer ; apparemment, ils avaient grand besoin d’une conversation en tête à tête. Il prit donc le temps nécessaire pour faire chauffer de l’eau dans la bouilloire en fonte, répartissant quatre tasses sur un plateau en bois grâce au sable doré (au cas où Arthur descendrait) avant de mélanger plusieurs feuilles de thé dans le tamis prévu à cet effet. Sortir quelques gâteaux. Attendre encore un peu en entendant parfois le ton supplanter le chuchotement puis finalement se décider à revenir. Après tout, il était chez lui.

Le gardien déposa le plateau sur la table basse, entre une Louise assise dans le canapé et l’homme planté debout sur le tapis, bras croisés. Ses yeux clairs passèrent de l’un à l’autre, de nouveau silencieux comme s’il avait interrompu quelque chose d’important. Déglutissant en passant une main dans sa nuque, il fronça légèrement les sourcils.

Un peu de thé ?

Ou peut-être qu’Ezechiel préférait le café ? Il ne lui avait même pas demandé.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Dancing in the dark with you between my arms
Barefoot on the grass, listening to our favorite song. I have faith in what I see. Now I know I have met an angel in person and she looks perfect, I don't deserve this. You look perfect tonight.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t27074-tant-qu-il-y-a En ligne

Louise Hollen


« Axel et ses biceps
en papier ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Rachel Mcadams

Ѽ Conte(s) : Les douze fréres / Les cygnes sauvages
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Elisa : la soeur

☞ Surnom : Lou, Loulou, P'tit Lu, Pollen



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 6806
Ѽ Les pommes : 3150139




Actuellement dans : « Axel et ses biceps en papier ! »


________________________________________ Mer 17 Mai - 21:30


Adventure of A Lifetime

I won't let go.



Visiblement, Ezechiel ne c'était pas attendue a ce qu'ils reste ici. Chez un inconnue, en présence de ce dernier, et Louise le savait parfaitement. Elle aurait pu souhaiter le voir en tête a tête, lui proposer de prendre un verre ailleurs mais une partie d'elle ne voulait pas partir, ne voulait pas quitter Sebastian comme ça alors qu'elle venait d'arriver. C'était trop rapide. Et puis d'un autre coté... Si elle pensait que dire directement ce qu'il représentait pour elle serait mal venue, elle avait tout de même l'intention de faire comprendre a son frère qu'il était une personne spéciale a ses yeux, sans trop arriver a définir quoi. Après tout ils n'étaient pas... officiellement en couple, n'est ce pas ? Les rares fois ou ils en avaient parlé - a demis mot - n'avais jamais servi a définir exactement le genre de relations qu'ils avaient.

Louise ne voulait pas le brusquer. Ne voulait pas aller trop vite, se tromper, encore. Il fallait leur laisser du temps, le temps de se comprendre, de s'apprendre. Le temps de découvrir jusqu’où allaient leurs sentiments respectifs. Et si Sebastian avait réussis a calmer ses peurs, Louise ne pouvait s’empêcher de repenser a ses histoires qui avaient toutes mal tourner. De quoi l'angoisser et lui faire craindre le pire. Et si rester avec lui le mettait en danger ? Elle secoua la tête et releva les yeux, un air décidé sur le visage. Ce n'était pas le moment de se poser ce genre de question, elle se l'était promis : pas de prises de tête a ce sujet.

La jeune femme rejoignit Ézéchiel dans le salon après avoir rapidement pressée la main du gardien. Elle apprécia de le voir passer pour leur laisser un moment d'intimité... Bien que son sourire se fana lorsqu'elle croisa le regard de son frère. Son air courroucé n'était pas rassurant, pourtant, elle prit sur elle et lui fit un sourire.

"Je suis contente de te voir, je commencés a penser que vous étiez resté dans notre monde..."
dit elle avant de s’arrêter.

Ézéchiel c'était approché d'elle, jetant un regard sombre vers la cuisine ou avait disparu Sebastian.

"Je voulais te voir en privé."
dit il simplement d'un ton bas, de peur de se faire entendre, comme un reproche.

Louise tourna es yeux vers la porte de la cuisine d’où lui provenaient de petits bruits de vaisselle. Son regard s'adoucit instantanément. Dieu ce qu'elle l'aimait ! Elle se retourna vers son frère.

"Ne t'en fais pas, j'ai confiance en lui, ce n'est pas..."


"Ce n'est pas le problème !"
la coupa il brusquement avant de reprendre, quelques secondes plus tard, d'un ton plus calme. "Il s'agit de notre famille, de nos histoires. Je ne veux pas qu'un étranger soit méllé a tout ça"

Louise fronça les sourcils, quelque peu agacé par ses paroles.

"Ce n'est pas un étranger"
lâcha elle sèchement. "Il a bien plus été la pour moi que n'importe qui alors ne parle pas de lui de cette manière"

Ézéchiel se redressa en la fixant d'un air vide, neutre comme si il lisait en elle. Louise n'avait jamais réussis a savoir ce qu'il pensait, comment il pensait. Instinctivement, elle rentra la tête dans les épaules.. avait de se reprendre. Elle n'était plus un bébé que diable ! Et puis il s'agissait de défendre Sebastian. Ézéchiel leva les yeux vers la cuisine avant de revenir a sa sœur

"Qui est il pour toi ?"


Louise détourna le regard.

"Il est important c'est tout..."


"Tres bien."
il avait dit ça comme si au contraire ça n'allait pas. Pas du tout même. "N'oublie pas une chose Louise. Il ne s'agit pas que de toi. Il s'agit de nous, et de notre royaume. De gens dont nous avons la responsabilité."

Elle ne voyait pas du tout ce que ça avait a voir dans cette discutions pour le coup. Elle connaissait sa place, son devoir... mais c'était bien avant la malédiction. Bien avant cette nouvelle vie, ce bonheur qu'elle commençait a trouver auprès du gardien. Bien avant que les titres, leurs richesses... ne valent plus rien. Ne soient que poussières et souvenirs inutiles. Elle allait répliquer quand Sebastian revint, lui faisant refermer la bouche comme un poisson. Elle n'avait aucune envie de lui inflige une discutions de ce genre.

"Oui, merci".
répondit Ézéchiel en attrapant la tasse de thé que le gardien lui tendait, l'étudiant des yeux de haut en bas comme pour en évaluer la valeur. Il posa la soucoupe sur la main, tenant la tasse sans pour autant faire mine d'en boire une gorgée. Il étudiait Sebastian. Le moindre de ses gestes, du bout de ses cheveu roux a la moindre tache de rousseur. "Sebastian.. c'est cela ? Vous permettez que je vous appelle ainsi ?"

Il but tranquillement une gorgée de thé, sans le quitter des yeux.

"Excellent".
Commenta il avant de faire une pause. Puis il repris. « Que faites vous dans la vie Sebastian ? Dans celle ci et celle d'avant. Aviez vous... des terres, des gens sous votre responsabilité. Une armée, des soldats près a mourir pour vous ? Un peuple auquel vous avez juré protection, stabilité et abondance ? »

L'expression faciale du gardien était une réponse suffisante. Ezechiel but une nouvelle gorgée.

« Non, bien sur que non... ca se vois sur votre visage. Mais je pense que vous pouvez comprendre, vous m'avez l'air d'un homme intelligent. Un homme qui comprends les devoirs de chacun. Les obligations auxquels doivent se plier les dirigeants, ces hommes et ces femmes que la nature a favorisé en les faisant naître au dessus du peuple... pour les diriger, les protéger. Ils doivent parfois faire des sacrifices, c'est le prix a payer pour ces avantages. »

Son regard quitta le gardien pour venir se poser sur Louise comme si ces derniers mots lui étaient adressé avant qu'ils ne reviennent sur Sebastian. Pourtant, la jeune femme avait remarqué que machinalement il avait éffleuré une bague de mariage a sa main gauche. Mariage ? Ezechiel était marié ? Depuis quand ? Elle n'eut pas le loisir de lui poser la question qu'il reprenait.

« Même sur un trone on ne peut être libre de ses actes. Je suis sur qu'en homme de bon sens vous m'approuverez et soutiendrez ma sœur dans la nouvelle étape de sa vie qu'elle va entreprendre, n'est ce pas ? »

Louise fronça les sourcils. De quoi parlait il depuis tout a l'heure ? Il daigna reposer son regard sur sa sœur, toujours assise.

« J'ai retrouvé ton mari Louise. Je veux que tu aille le voir. »

Le visage de la princesse devint subitement pale presque blanc tant le choc était violent. Sa tasse lui glissa des mains, prete a s'écraser sur le sol avant d'être rattrapée de justesse par du sable doré. Elle fixait son frère d'un air profondément horrifié. Elle oublia son environnement, Sebastian qui devait se trouver a coté, perdu. Elle oublia tout, les yeux rivés sur Ezechiel.

« C'est... Hors de question. Tu... tu ne peux pas me demander ca... »
articula elle difficilement après plusieurs hésitations.

Ezechiel s'approcha, s'installa a coté de sa sœur après avoir posé la tasse sur la table basse, pour lui poser une main sur l'épaule, un air tendre qu'elle ne lui avait plus vue depuis longtemps sur le visage.

« Je sais que c'est beaucoup te demander petite sœur. Mais je n'ai pas le choix, la malédiction n'a pas défait le lien qui vous unit, au fond de toi tu le sais. J'ai besoin que tu m'obéisse, que tu me fasse confiance. »


Il lui laissa du temps, quelques secondes pour qu'elle assimile l'information avant que, d'une voix terriblement tremblante, elle ne finisse par demander :

« Pourquoi ? »

Ezechiel eut un sourire.

« Votre union c'est faite dans des conséquences spéciales qui nous permettent de la briser. Et c'est ce que je veux faire. »
Sa main passa sur sa nuque, la caressant doucement. « Je ne laisserai plus ce malade te faire du mal, je te l'ai promis. J'ai... » Il marqua un temps, avant de reprendre. « Un nouveau prétendant pour toi. Il est très bien je t'assure, j'ai bien étudié son cas, qui il était... Il ne te fera rien. Mais si tu l'épouse, nous aurons de quoi pouvoir reprendre notre territoire. »

Le regard d'Ezechiel dévia vers le gardien, se plantant dans ses yeux.

« Il pourra t'offrir tout ce que tu désire, bien plus que ce que qu'un homme pourra jamais te proposer. Et il nous rendra notre terre. »


Elle tremblait. Doucement mais c'était la, c'était bien la.

« Je... non... s'il te plais Ezechiel... pas ca..."


"Il le faut, c'est ton devoir Loulou. N'est ce pas Sebatian ? "




♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
If a great wave shall fall and fall upon us all
Between the sand and stone ⊹Way up high or down low, I'll go wherever you will go ...I know now, just quite how my life and love might still go on... In your heart, in your mind, I'll stay with you for all of time ! (by anaëlle)
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t13704-louise-hollen-en-cour http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t13932-amis-et-enemis-de-lou http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t16326-la-vie-trepidante-ou-pas-de-louise-hollen#159259

Sebastian Dust


«Muerte, la mort!
Né l'oubliez yamais!
Pitis voyous!»


avatar


╰☆╮ Avatar : Eddie Redmayne.

Ѽ Conte(s) : Les Cinq Légendes.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le Marchand de Sable.



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2032
Ѽ Les pommes : 3294094




Actuellement dans : «Muerte, la mort!Né l'oubliez yamais!Pitis voyous!»


________________________________________ Mar 6 Juin - 23:22






Adventure of a Lifetime

« Everything I need... Is you. »


Ce grand homme mal rasé et aux cheveux longs parlait d’une manière très étrange. Cela sonnait extrêmement solennel pour Sebastian qui n’était pas sûr de saisir toute la teneur des propos… Il avait du activer le mode « adulte » dans sa tête pour avoir l’air un peu plus digne et attentif ; non pas que les enfants soient soporifiques mais ils ne passaient pas par mille détours pour en venir aux faits. A contrario des adultes. A contrario des mots compliqués et des grandes phrases qu’employait le dénommé Ezechiel lorsqu’il parlait d’une vie passée. Parlait-il de leur existence du monde des contes ? Oh, Sebastian ouvrit la bouche sans prononcer un son. Il n’avait pas d’armée prête à mourir pour lui mais il avait du sable, c’était un peu pareil, non ? Et ça évitait considérablement les pertes. Un royaume ? A quoi cela servirait-il ? Il ne régnait pas sur l’imaginaire, c’était l’homme de la Lune qui l’avait choisi pour en être le gardien et personne ne lui devait rien. Pourquoi est-ce qu’il avait l’impression d’avoir affaire à un homme a l’esprit chevaleresque perdu dans d’anciennes coutumes ?

Il pencha la tête sur le côté à ses questions, déduisant qu’elles étaient uniquement rhétoriques et n’attendaient pas de réponse. Ezechiel semblait être un homme qui avait l’habitude de discourir et appréciait autant de s’entendre parler que des effets de suspens et de surprise qu’il provoquait. Le gardien lança un regard intrigué à Louise à côté de lui avant de froncer légèrement les sourcils. Il n’aimait pas vraiment entendre parler d’esprit de sacrifice ou de ce genre de chose, ça avait quelque chose d’effrayant et de malsain. Pourquoi tout le monde était persuadé qu’il faille faire des concessions dramatiques pour obtenir quelque chose ? Il y avait toujours une solution autre que la violence ou les sacrifices. Surtout que celui dont il parlait n’avait pas l’air d’être sympathique. Pourvu qu’il ne soit pas témoin de Jehovah ou sympathisant évangéliste, ça risquait d’être compliqué de lui faire entendre raison. Non pas que Sab soit de ceux qui cherchent à changer une doctrine, mais il préférait éviter les problèmes de croyance. Ça ne donnait jamais de bons résultats.

« J'ai retrouvé ton mari Louise. Je veux que tu aille le voir. »

Voilà, pas du tout de bons résultats. Le Marchand de Sable écarquilla les yeux de surprise, le sable subconscient réagissant plus vivement que lui pour rattraper la tasse de Louise avant qu’elle ne se brise. Son mari ? Louise était… Il tourna la tête complètement dans sa direction, sa respiration comme son cœur semblant rater un rythme pour en prendre un bien plus rapide. Mariée ? Elle était… mais… Mais elle ne lui avait jamais dis cela ! Ou alors il avait oublié ? Non, il ne pouvait pas avoir oublié ce genre de détail tout à fait important, si ? Non. Bien évidemment que non. Même Jack ne lui avait pas dit et, connaissant la pipelette, c’était sans doute parce qu’il ne savait pas non plus ? Mais comment ? Pourquoi est-ce que … ? Non, ça ne devrait rien lui faire. Ils n’étaient pas tout à fait ensemble, enfin…

Enfin, qu’est-ce que c’était que ce bazar ? O_o

Ses sourcils se froncèrent à nouveau lorsque leur invité insista pour qu’elle lui obéisse. Allons bon, qu’est-ce que c’était encore que cette façon de faire ? Depuis quand Louise obéissait-elle a qui que ce soit ? Cette personne, son grand-frère, avait-il manqué les derniers siècles d’évolution pour ignorer qu’on ne pouvait plus contraindre une personne à faire quelque chose contre son gré ? S’il voulait, Sebastian connaissait de très bons livres pour enfants qui expliquaient le civisme et quelques petites lois encore d’actualité. Forcer une jeune femme ne faisait sûrement pas partie de ces dernières. La forcer à se marier à quelqu’un d’autre non plus.

Attendez, il était réellement en train de prendre sa sœur d’un mari pour la mettre avec quelqu’un d’autre ? Est-ce que le « non » de Louise n’était pas assez explicite pour qu’il arrête ? Etait-ce pour cela qu’il était venu la voir jusqu’ici ? Sab ne savait exactement qu’en penser, devant déjà digérer la notion que la jeune femme, sa Loulou, était mariée. Complètement. Sous la malédiction certes mais tout de même. Et elle ne lui l’avait jamais dit… Comment ? Pourquoi ? Ne lui faisait-elle pas suffisamment confiance ? Ne souhaitait-elle pas avancer un peu dans leur propre histoire ? Il ne comprenait pas tout au relation, mais quelque chose lui soufflait que ce n’était pas exactement normal ça.

« Il le faut, c'est ton devoir Loulou. N'est ce pas Sebastian ? »

S’il y avait bien un dicton que le gardien détestait, c’était « qui ne dit mot, consent. » Dans sa situation, c’était particulièrement faux et garder le silence ne signifiait en aucun cas partager un avis commun. Il était bien trop abasourdi par le saugrenu de la situation pour intervenir, se demandant d’ailleurs s’il en avait vraiment besoin tant les mots étaient aberrants. C’était une histoire drôle pour adultes, c’était ça ? Une plaisanterie digne de Jack ? Quoiqu’il poussait un peu loin les limites de la décence et qu’il allait l’entendre la prochaine fois qu’il le verrait. Ce n’était absolument pas drôle. Ca semblait mettre Louise dans de sacrés états, il pouvait percevoir sa détresse sans même voir son visage et ses épaules tremblotantes l’inquiétaient bien plus qu’il ne voulait l’avouer.

Les quelques secondes de silence qui suivirent lui indiquèrent que c’était peut-être à lui de répondre. Même si le regard d’Ezechiel signifiait qu’il n’attendait qu’une seule réponse, évidente. On n’utilisait pas cette formulation pour réellement demander l’avis de quelqu’un. Malheureusement pour lui, le marchand de sable n’était absolument pas de son avis. Comment le pourrait-il ? Objectivement déjà il ne saurait être d’accord avec ce genre de pratiques, mais alors quand sa concernait Louise il avait tendance à perdre un tantinet son discernement. Sab n’était pas connu pour ses excès de colère ou son agacement et beaucoup ignoraient à quel point il pouvait être rancunier. Quand on perdait sa confiance c’était généralement définitif. Et Ezechiel Hollen ne l’avait pour le moment même pas gagnée… Il était pourtant tellement quiche d’ordinaire, à l’accorder à qui voulait bien ; pourtant un instinct l’avait poussé à ne pas le faire. Sans doute un réflexe de conservation. De protection. Comme cette tête qu’il secoua de droite à gauche pour démentir l’affirmation de son invité.

L’homme fronça les sourcils en le toisant avec une certaine noirceur hautaine. Pas de chance, le gardien était bien plus grand que lui pour le coup et il n’avait pas l’intention de courber l’échine. Ni celle de faire preuve de violence, bien au contraire, il était persuadé que cela résultait d’une mécompréhension et non d’autre chose. Un frère ne pouvait décemment pas forcer sa sœur à vivre avec quelqu’un qu’elle n’aurait pas choisi ou refuserait, n’est-ce pas ? Et dans tous les cas, si elle devait s’engager auprès d’un autre être humain, il lèverait timidement la main pour participer à la sélection. Louise était… Il s’entendait bien trop avec elle, parvenait à trouver un début d’équilibre suffisant, pour qu’on la lui retire et la jette dans les bras d’un autre.

Ezechiel répéta ses paroles mais le gardien secoua encore la tête, même si cette fois il vint poser sa paume chaude sur l’épaule de Louise tandis que son frère retirait les siennes de ses joues. Encourageant. Essayant d’être un tantinet rassurant même si elle tremblait comme une feuille sous l’émotion.

« Louise n’a aucune obligation d’accéder à votre requête. »

Cela ne lui plu guère, ses pupilles se firent vipérine pourtant il maintint un visage impassible. Nul doute qu’Ezechiel avait pour habitude de gérer les conflits avec une main de maître et ne tolérait pas la rébellion. Sebastian allait rapidement l’apprendre et le comprendre. Le sable s’effaça pour continuer à dévoiler le fond de sa pensée.

« Vous chercher à l’aider en la libérant de ses obligations maritales, mais vous ne pouvez la plonger à nouveau dans... Une union qu’elle ne désire pas. »

Le texte défilait à toute allure, s’évaporant à peine le dernier point mit. Il avait l’impression d’avoir parlé très rapidement, un peu essoufflé par l’effort de concentration pour ne pas laisser filer sa pensée au-delà de la décence. Se concentrer. Faire preuve de bon sens et de politesse. Il n’appréciait pas beaucoup la tournure des choses et aimait encore moins la présence de cet homme dans sa maison. Une oreille attentive aurait remarqué le léger vrombissement des murs, trahissant le sable qui travaillait dans le moindre recoin et qui se montrait si sensible à son propriétaire.

Son regard croisa celui de la jeune femme désormais à côté de lui. il s’était avancé à leur hauteur, sa main tournant mais restant sur l’épaule de Louise comme pour la protéger. Un moyen de défense imperceptible. Elle n’était pas une femme qu’on protégeait, au contraire elle faisait partie de ceux qui savent très bien montrer les crocs et se défendre bec et ongles – il l’avait vu face au dieu des Enfers en personne. Pourtant en cette instant, elle ressemblait juste à un animal effrayé face au piège qui se refermait sur lui.

« N’existe-t-il pas un moyen de vous satisfaire sans qu’elle ne soit obligée de conclure un autre mariage avant qu’elle ne le décide elle-même ? …. Peut-être pourrais-je vous proposer une autre solution ? »

Le marchand de sable se doutait qu’il s’engageait en terrain miné, se demandant lui-même comment il pouvait formuler une telle chose. Il affronta le visage fermé de l’homme qui venait de se lever, se rendant compte qu’il ne lisait plus du tout ses paroles. Il ne suivait aucunement le simple, balayant sans un regard les grains s’évaporant devant lui avec un petit rictus, comme une allergie à quelque chose de particulièrement dégoûtant. Sab sentit une certaine tension monter dans ses joues, se mordant l’intérieur de l’une d’elle pour ne pas rétorquer trop vivement quelque chose. Le sable se mit à faire de petits tourbillons au milieu des volutes, en bordure de pièce.

« Je me mêle peut-être de ce qui ne me regarde pas, mais je... »

« En effet. Cela ne vous regarde pas. »

Ah, finalement il lisait bel et bien ! Bon, déjà. Mais sa répartie ne lui plu guère et ses doigts se resserrèrent contre sa paume, serrant discrètement le poing. Il y avait une certaine tension qui s’installait et ça ne lui plaisait pas. Cet homme, tout frère qu’il soit, menaçait Louise. Personne ne menaçait Louise. Encore moins sous son propre toi. Encore moins en face de lui.

« Il s’agit d’une affaire familiale et privée. » Renchérit Ezechiel, se tournant vers sa sœur. « Nous allons aller discuter de tout ça autre part. Viens, Louise. »

Il tendit sa paume pour l’inviter à la prendre et Sebastian se mordit la lèvre. Il avait tant de questions. Tant d’interrogations. Mais à cet instant, il craignait qu’elle ne décide de le suivre et de le laisser derrière elle. Il craignait qu’elle ne se détourne et ploie la nuque face à l’autorité fraternelle. Il craignait… De la perdre. Une nouvelle barrière s’était érigée entre eux, un mariage dont il n’avait vent, un mari qui n’existait que dans les paroles, des bâtons dans les roues et de la boue sur le bas du pantalon.

Mais il avait sillonné la moitié du pays pour aller la chercher. Il avait affronté le monde des morts pour la retrouver. Il avait tenu tête au Dragon et aux titans pour la revoir en vie. Alors ce n’était pas maintenant qu’il allait la laisser tomber et la perdre, pas alors que Louise était enfin à côté de lui. Avec lui. Et pour lui.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Dancing in the dark with you between my arms
Barefoot on the grass, listening to our favorite song. I have faith in what I see. Now I know I have met an angel in person and she looks perfect, I don't deserve this. You look perfect tonight.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t27074-tant-qu-il-y-a En ligne

Louise Hollen


« Axel et ses biceps
en papier ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Rachel Mcadams

Ѽ Conte(s) : Les douze fréres / Les cygnes sauvages
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Elisa : la soeur

☞ Surnom : Lou, Loulou, P'tit Lu, Pollen



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 6806
Ѽ Les pommes : 3150139




Actuellement dans : « Axel et ses biceps en papier ! »


________________________________________ Mar 20 Juin - 12:23


Adventure of A Lifetime

I won't let go.




Elle avait sentie son cœur s’arrêter. Louise avait parfaitement conscience de la présence de Sebastian a ses cotés, mais... Oh misère même dans ses plus terribles cauchemars, elle n'avait pas imaginé une scène pareille. Elle n'avait jamais voulu lui faire de mal en ne lui parlant pas de Joshua, mais bien qu'elle aime Sebastian de tout son cœur, il y avait des choses a propos desquels elle n'avait pas la force de parler. Certaines choses beaucoup trop violentes et douloureuses. Et elle connaissait le gardien, il ne sauterai certainement pas de joie en apprenant ce qui c'était passé... Mais l'attitude d'Ezechiel a cet instant lui donnait envie de lui mettre une gifle et de lui dire de partir. De quel droit débarquait il comme ca pour tout balancer devant Sab ?

Le silence qui suivit la question d'Ezechiel fut comme une chape de plomb tombant sur la pièce. Elle n'imaginait pas dans quel état devait se trouver Sab, si elle avait été a sa place, elle aurait certainement été très blessée d'apprendre la nouvelle d'une telle manière. Elle n'osait même pas lever les yeux vers lui. Pourtant, lorsqu'elle sentit sa main se poser sur son épaule, elle ressentit un élan de gratitude puissant pour le gardien.
Elle n'eut même pas a lire pour savoir que le gardien n'était clairement pas de l'avis de son frère.

« Vous chercher à l’aider en la libérant de ses obligations maritales, mais vous ne pouvez la plonger à nouveau dans... Une union qu’elle ne désire pas. »


Il ne la détestait pas. C'était... deja ca. Sa propre main vint accrocher celle de Sebastian sur son épaule et Louise la serra doucement.

« Je me mêle peut-être de ce qui ne me regarde pas, mais je... »


« En effet. Cela ne vous regarde pas. »


« Ezechiel ! »


Elle n'avait jamais vue son frère aussi... Aussi lui ! Bon, si elle l'avait deja vue comme ca quelques fois, mais jamais il n'avait agis avec elle de cette façon. Il la réservait pour.. les autres. Les dirigeants d'autres pays, les politiques.

« Il s’agit d’une affaire familiale et privée. Nous allons aller discuter de tout ça autre part. Viens, Louise. »


Hein ? Hein ? Elle fixa sa main un instant sans comprendre, avant de se retourner pour croiser le regard de Sebastian. Y puiser la force, le courage et...

« Non, je n'irai nul part. »


Elle c'était retourné vers Ezechiel, se retenant de son mieux pour ne pas le fusiller du regard. Ca faisait longtemps qu'ils ne c'étaient pas vus, pourquoi les choses prenaient elles une tournure pareille ? Pourquoi les choses devenaient elles si... compliquées ?

« Pardon ? »


« Ezechiel ! Bon sang tu ne peux pas débarquer comme ca et me dire ca ! Tu... tu sais ce qui c'est passé. »


Il resta silencieux, l'étudiant sans laisser paraître ses pensées. Comme pour étudier un nouvel ennemie qu'il ne connaissait pas, qu'il venait de découvrir. Louise elle même le savait, elle avait changé. Elle n'était plus cette fillette inquiète qui obéissait sans rien dire. Pourtant, tout son être ne pensait qu'a se soumettre, et si Sebastian n'avait pas été la... Elle ne savait pas ce qu'elle aurait fait.
Mais il était là, a coté d'elle. Proche, a la soutenir. Il resterai quoi qu'il en coûte, n'est ce pas ? Et même si la nouvelle de son mariage l'avait ébranlé, il ne semblait pas plus.... mal que ca. Pour le moment du moins...

« Tu ne peux pas me demander ca, c'est. ;. hors de question. Je me suis construit une vie ici, j'ai un avenir. »


Enfin elle l’espérait. Elle c'était levée et avait attrapé la main de Sab dans la sienne pour y puiser un peu de réconfort. L'homme baissa un instant les yeux sur ces mains enlacées avant de remonter vers Louise et Sebastian, ses yeux lançant des éclaires.

« Ce n'est pas ce que je t'ai appris... ce n'est pas ce que je t'ai transmis Louise. Comment peut tu être aussi égoïste ? »


« Et toi comment peut tu être aussi aveugle ! »
s'écria elle soudain. « Comment peut tu croire que je retournerai avec un inconnue comme ca ? J'ai tujours fais passer les autres avant moi ! Alors pour une fois, non je refuse de me plier a un devoir comme celui la !  »

Elle avait laché la main de Sebastian pour s'avancer, perdue entre la colère et la tristesse. Pourquoi ne pouvait il pas comprendre?

« Comment peut tu encore penser qu'on récupérera quoi que ce soit de l'autre coté ? Bon sang Ezechiel réveille toi ! C'est du passé tout ca ! Tu as l'occasion d'avoir une nouvelle vie ! Pourquoi tu ne la saisis pas ? »


Ezechiel resta silencieux mais Louise voyait bien, a sa machoir serrée, a ses yeux orageux qu'il retenait une colère bouillonnante. Face a elle, il serrait les poings en la détaillant, avant que son regard ne passe vers Sebastian.

« C'est lui qui t'as mis ces idées idiotes dans la tête ? »
se contenta il de répondre.

Louise resta muette de stupéfaction un instant avant de répondre, presqu'automatiquement :

« Non, Sab n'a rien a voir la dedans... »


« Bien sur. »
Il revint a Louise pour reprendre, d'un ton glacial : « Laisse moi te rappeler une chose petite soeur. Tu as, de par ta naissance, un devoir inaliénable et.... »

« Eh bien je n'en veux pas ! J'y renonce, tu comprends ca ? Je refuse de me plier a des règles aussi... barbares, aussi stupides et irréfléchies. J'ai ma vie a présent, j'ai réussis a passer a autre chose ! Est ce que tu sais a quel point ca a été pénible ? Il est hors de question que je jette tout ce que j'ai construit ! Et si tu n'es pas capable de comprendre ca... Alors tu ferai mieux de partir. »


Ezechiel en resta statufié. Il n'avait jamais vue sa sœur aussi virulente, aussi.... agressive, prête a défendre quelque chose au point de s'opposer a lui. Il savait que la malédiction avait distendue les liens familiaux mais... a ce point ? La colère l'aveuglait et il s’avança, écartant Louise d'un geste pour se planter devant Sebastian.

« C'est vous n'est ce pas ? C'est vous qui lui avais mis ces idées stupides dans la tête... Vous pensez vraiment que je vais vous laisser faire sans rien dire ? »


[/quote]

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
If a great wave shall fall and fall upon us all
Between the sand and stone ⊹Way up high or down low, I'll go wherever you will go ...I know now, just quite how my life and love might still go on... In your heart, in your mind, I'll stay with you for all of time ! (by anaëlle)
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t13704-louise-hollen-en-cour http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t13932-amis-et-enemis-de-lou http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t16326-la-vie-trepidante-ou-pas-de-louise-hollen#159259

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

Adventure of a Lifetime {Sebastian & Louise}





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les alentours