MAGRATHEA :
28.10.18
de Natoune


LA MAISON :
14.11.18
de River


BIENTOT :
02.12.18
de Tigrou


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ La Maison ☆ Evénement #101
Une mission de River Frost - Depuis le 14 novembre 2018
« Oserez vous franchir les portes de notre demeure ?! »

Partagez | .
 

 Take my breath away [Fe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Emmet Miller


« A fond les bolides ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Chris Pratt ♥

Ѽ Conte(s) : Inventé ϟ
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Je viens du monde réel. ϟ



☞ Surnom : seb ☮
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 8086
✯ Les étoiles : 30092




Actuellement dans : « A fond les bolides ! »


________________________________________ Mar 14 Mar 2017 - 16:46



« Tu fais la même tête que Rocky... »
« ...quand il est heureux de me revoir ! »




    La journée avait été éprouvante, tout autant que la nuit passée. Je n'avais pas encore retrouvé tous mes souvenirs de la veille, même si François avait éclairé nos lanternes concernant notre séjour à Tokyo. Apparemment, des raisins étaient venus nous chercher et nous avaient conduit jusqu'à cette chambre d'hôtel où je m'étais réveillé aux côtés d'Anna d'Arendelle. Je n'avais pas pensé à aller lui dire au revoir avant de repartir.

    « Je me demande comment j'aurai réagis à la place d'Anna, si j'avais appris comme ça que j'étais enceinte. »

    Rocky, qui trottinait toujours devant moi, en direction de chez Melody, s'était tourné pour m'observer. Est-ce qu'il se demande si j'étais débile de me poser des questions pareil, ou est-ce qu'il était intéressé par la réponse ?

    « Je sais... je ne peux pas tomber enceinte, mais c'est pareil dans l'autre sens. Si ma copine avait été là et aurait appris ça comme ça... »

    Il m'observait avec son même regard vide. Je savais très bien ce qu'il voulait dire. Surtout quand il poursuivait la discussion en venant vers moi et en tendant ses pattes.

    « T'as raison. J'ai pas de copine, mais je t'ai toi. »

    Du coup, je l'avais pris dans mes bras et on avait fait route bras dans les bras, en direction de chez la sirène. J'aurai pu appeler Capu, c'était évident. Mais elle était loin d'ici. J'aurai pu appeler Merida qui l'était beaucoup moins. Mais quand une femme est attirée par vous et a envie de vous arracher votre chemise, vous êtes capable de vous rendre compte de quand c'est un fantasme et la réalité. Quelque chose la retenait de le faire. Ce n'était pas le genre de femme - qui plus est qui se disait rebelle - à réfléchir avant d'agir. Si cette situation l'amenait à réfléchir, ça voulait simplement dire qu'elle n'était pas sûre de son choix. Il y avait un mec, c'était évident. Même si elle ne semblait pas vouloi se l'admettre.

    Melody était le choix judicieux. Ca ne venait pas du fait qu'on habitait au même endroit, ce qui simplifiait la donne. Non... c'était plus parce que... je ne savais pas vraiment pourquoi, mais j'avais la sensation que deux choses avaient retenus Merida. La première, c'était un homme. La seconde, c'était une femme. Elle avait sans doute sentis chez moi la même chose que j'avais sentis chez elle. Il y avait quelqu'un d'autre. J'avais passé une main sur mon front, avant de remettre Rocky par terre. Ce qui ne lui plu pas, mais il n'avait pas le choix.

    « Tu peux me dire ce que je fais là ? » lui demandais-je, mais monsieur boudait et il s'était remis à trottiner vers chez Melody, sans m'attendre.

    Je n'avais aucune idée de où tout ça allait me mener. Enfin, si ça allait me conduire jusqu'à devant la porte de chez la sirène. Et ensuite ? J'avais sonné. J'avais attendu qu'elle m'ouvre. Elle était en train de finir de s'habiller. Au moins elle avait compris qu'on allait sortir. Elle m'avait observée, attendant sans doute que j'ouvre la bouche, mais je ne l'avais pas fait.

    A cet instant précis, je pensais à Capucine. A ce baiser qu'on avait partagé quand ma mémoire été revenu. Ca avait été immédiat. Je la serrai contre moi, ses lèvres tout contre les miennes. Elle avait un bon goût de fraises des bois et un parfum à faire tomber les dieux de leurs nuages. C'était moi ou elle, qui avait accentué le baiser. Je ne m'en souvenais plus trop. Mais ce n'était pas son visage que j'imaginais.

    Mon coeur s'était accéléré, emballé, et au lieu de répondre à la sirène, je m'étais avancé vers elle d'un pas décidé, passant une main dans ses cheveux, avançant sa tête délicatement de la mienne, et l'embrassant fougueusement. Ce n'était plus doux. Ce n'était plus passionné. Ce n'était plus intense. C'était tout à la fois et beaucoup mieux. J'avais pas retiré mon tshirt... je l'avais limite arraché, reculant la jeune femme dans l'appartement et claquant la porte avec mon pied gauche. Puis, je ne lui avais pas laissé prononcer la moindre parole, l'embrassant dans le cou, tout en levant ses bras pour lui retirer le haut. Je l'avais entraîné avec moi jusqu'à la salle de bain que j'avais saccagé quelques jours auparavant. Puis, je l'avais soulevée, l’esseyant contre le meuble et là...

    « Je peux prendre une douche avant qu'on sorte ? » demandai-je les yeux perdu dans le vide.

    C'était le seul son qui était sortit de ma bouche quand elle m'avait ouvert la porte et qu'elle m'avait observée, se demandant sans doute quels genre de pensées me traversait l'esprit. J'avais besoin de me rafraîchir et pensait à autre chose, sinon mes pensées allaient prendre le pas sur la réalité. Et cette fille agissait comme une drogue pour moi. Tout bon flic vous dirait que ce n'est pas une bonne chose et vous conseillerait la fuite. La seule chose que je voulais, c'était me vider l'esprit en laissant l'eau couler sur ma tête et mon corps, et en fermant les yeux, laissant mes pensées reprendre un rythme normal.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥




« Je t'ai manqué un peu... ?
Beaucoup ? Passionnément ? A la Folieuh ... ? o_O »

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74524-fiche-personnage-emme http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74524-fiche-personnage-emmet-miller#815325 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74524-fiche-personnage-emmet-miller#815325

Melody Blackstorm


« Le plus beau
c'est GASTON ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Kristen Stewart

Ѽ Conte(s) : La Petite Sirène 2
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Melody, the only one



☞ Surnom : Natoune
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 9710
✯ Les étoiles : 29341




Actuellement dans : « Le plus beauc'est GASTON ! »


________________________________________ Jeu 16 Mar 2017 - 17:09


Ne pourrons-nous jamais sur l'océan des âges

jeter l'ancre un seul jour ?

Tiens, tiens, il était de retour.

Quand on avait sonné à la porte, j'avais pris tout mon temps pour venir. J'étais occupée à vernir mes ongles. Ca me m'arrivait pas souvent car le sel de la mer le faisait écailler très vite, mais ce n'était pas pour autant que je n'aimais pas avoir l'air féminine de temps à autre. De toutes façons, quand je n'étais pas dans l'océan, je ne savais jamais comment m'occuper. C'était nouveau pour moi d'avoir du temps, de ne plus être sur le qui-vive. Cela faisait plusieurs mois mais malgré tout, je vivais toujours dans l'attente de quelque chose. Parfois, je craignais la venue de mon père. Probablement que je l'avais trop déçue pour l'intéresser encore, mais je redoutais de le voir devant moi, brusquement. Comment réagirais-je le cas échéant ? Il me manquait, c'était indéniable. Et pourtant... je ne pouvais plus le suivre. Je doutais. Peut-être que je n'aurais pas dû mais... je n'avais plus suffisamment confiance en lui. Il m'avait demandée de choisir entre lui et Aaron, cela avait été bien trop dur. Je n'aurais pu continuer de vivre en sachant qu'il aurait pu mourir parce que je lui aurais tourné le dos. Le pire avait été évité mais depuis, mon père ne m'avait plus sollicitée. J'avais l'impression d'avoir un trou béant en plein milieu de la poitrine.

En ouvrant la porte, j'avais découvert Emmet de l'autre côté.

« Je peux prendre une douche avant qu'on sorte ? »

Hein ? Je clignai des yeux, me rappelant qu'on était censé aller au restaurant. Il m'avait appelée quelques minutes plus tôt et je m'étais empressée d'enfiler une robe, la même que celle que je portais à Las Vegas, il y a un an. J'étais tombée sur celle-ci et comme de toutes façons je n'avais pas beaucoup de vêtements dans ma garde-robe, j'avais misé là-dessus. Elle était extrêmement courte mais mes jambes étaient suffisamment musclées en raison de la natation, je n'avais pas de quoi complexer, même si elles étaient plutôt maigres. Tout en baissant les yeux sur l'apparence négligée d'Emmet, je me penchai pour enfiler mes bottines noires vernies qui commençaient à être sacrément usées.

"Fais comme chez toi. T'es un habitué des douches, de toutes façons." maugréai-je.

Rocky sauta sur ma jambe et s'y cramponna. Un sourire m'échappa, vite suivi par une légère grimace car il me griffait la peau. Je le décrochai et le serrai contre moi. Il se pelotonna dans mes bras ; sa respiration était rapide et ses battements de coeur précipités.

"Moi aussi je suis heureuse de te revoir."

Puis, levant les yeux vers Emmet, je demandai :

"Il lui est arrivé quoi ? Il a l'air traumatisé."

Je posai le raton-laveur au sol qui s'empressa de se diriger vers la télécommande de la télévision pour l'allumer. Après quoi, il s'installa devant le poste, serrant la télécommande contre lui.

Pendant ce temps, Emmet était allé dans la salle de bains, tout en laissant la porte entrouverte.

"C'est toujours pas réparé. Quand tu ouvres l'eau, il faut te laver comme tu peux avec le jet qui part dans tous les sens."
lançai-je en me retenant de regarder par l'ouverture.

Je terminai de nouer mes lacets quand une émission à la télévision attira mon attention. Je plissai des yeux, reconnaissant de quoi il s'agissait. Ce truc avait fait un énorme buzz, si bien que tout le monde en parlait. Je n'y avais pas échappé et j'avais entrevu quelques passages. Sans doute pas les meilleurs.

"C'était bien Tokyo ?"
demandai-je d'un ton désinvolte en ramenant mes cheveux sur une épaule.

A ce que j'en avais vu, il avait léché le museau à une rousse nue dans une baignoire, et une blonde dans un ascenseur. Tranquille la vie, quoi. Je m'en fichais. Ce mec n'était pas clair de base, dans sa tête. A croire qu'il se sentait investi de la mission divine d'embrasser toutes les nanas de la terre.

Rocky trottina vers moi et me tapota la cheville d'un air compatissant. Je me reculai, agacée.

"Ca va, c'est bon ! Je m'en moque, de tout ça !"

Par moments, il avait des réactions bien trop humaines. C'était perturbant.

"J'espère que tu n'as pas embrassé Anna, parce que là, ça passerait pas."

D'ailleurs, il fallait que j'aille la voir. J'espérais qu'elle n'était pas trop perturbée par ses récentes aventures. A en juger par le comportement de Rocky, ils avaient tous des séquelles.

Je n'entendais toujours pas l'eau couler depuis la salle de bains.

"Bon, tu te magnes ? J'ai faim."
grommelai-je.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

★ You get ready you get all dressed up ★
To go nowhere in particular. The world is yours and you can't refuse it. Seen so much, you could get the blues but that don't mean that you should abuse it.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28746-en-eaux-troubles-melody-s-adventures

Emmet Miller


« A fond les bolides ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Chris Pratt ♥

Ѽ Conte(s) : Inventé ϟ
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Je viens du monde réel. ϟ



☞ Surnom : seb ☮
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 8086
✯ Les étoiles : 30092




Actuellement dans : « A fond les bolides ! »


________________________________________ Lun 20 Mar 2017 - 14:05


Il faut lâcher les chiens !
On va mettre le feu au monde entier !




    On avait déambulé dans les rues, sans trop vraiment se parler, prenant un sachet de fish and ships. Oui, j'avais parlé d'un restaurant, mais j'étais bien trop crevé pour passer la nuit dehors. D'un côté, le fish and chips ne semblait pas déranger plus que ça la sirène, ce qui était une bonne chose. Rocky s'était tellement gavé de mayonnaise et quelques frites, qu'à peine le seuil de la maison franchis, qu'il était allé s'affaler aux pieds du canapé. On ne l'avait plus entendu jusqu'au lendemain matin. Quand à moi, j'avais passé une main dans mes cheveux, hésitant à demander une énième fois à la sirène de dormir ici pour la nuit. A quoi ça servirait ? Elle dirait oui de toute façon, après qu'on se soit fait une scène sur le fait que ça serait la dernière fois, te patati, patata. Je n'avais pas la tête à lutter ce soir. J'étais juste crevé. Du coup j'avais rien demandé, et j'avais pris mes envies comme acquis.

    « Pancakes au petit dej ? »
    demandai-je avant de lui faire un faible sourire et de me diriger vers le canapé.

    C'était ma façon de la remercier. Je m'étais affalé à mon tour dessus, me laissant totalement bercer par Morphée. D'ordinaire je me levais tôt pour aller courir, mais là j'avais dormi d'un trait, sans me réveiller et il était déjà huit heures. Le soleil s'était levé depuis une bonne heure. J'avais mis les pieds hors du lit, enfilant mon tshirt posé sur la chaise à proximité. Puis, j'avais regardé en direction de Rocky qui dormait encore. J'avais eu un mal fou à récupérer et lui aussi. Au lieu de faire des pancakes, je m'étais décidé à quitter l'appartement afin d'aller acheter des choses bien plus intéressants.

    A mon retour, j'avais déposé sur la table les diverses pâtisseries, croissants et chocolat chaud. Il y avait même un sachet de bonbons en forme de poissons. Sur la table, j'avais dû pousser un peu tout ce qui s'y trouvait, histoire que ce soit présentable. Mon regard avait été attiré par une pile de documents que je n'avais pas vue la veille. Jetant un coup d'oeil discret vers le haut du tas, j'avais pu lire "acte de successions". Qu'est ce que ça signifiait ? Elle avait perdue quelqu'un et elle venait d'hériter ? Quand elle avait quittée sa chambre, j'étais en train de lire les feuilles, me sentant un peu coupable d'avoir mis le nez dans sa vie privée.

    « Tu as hérité de quelque chose ? » lui demandai-je tout en me levant.

    Je ne savais pas pourquoi je m'étais levé, tout était déjà à table. Mais j'étais un peu beaucoup chez elle et je faisais un peu trop comme chez moi.

    « Je suis sortit acheter des trucs pour le petit dej. Ca changera des pancakes. »

    Je m'étais dirigé vers le frigo, vue que j'étais debout, et j'avais regardé si il restait du jus de fruit. Il y avait un fond de jus d'orange. Me tournant vers la jeune femme, j'avais agitais la bouteille pour lui faire comprendre que je lui demandais si oui ou non elle voulait la finir. J'avais versé le contenu dans un verre que j'avais apporté à table. Remettant bien les feuilles en place, je les avais une nouvelle fois poussées sur le côté, avant de prendre un croissant et de commencer à le manger, tout en déplaçant un gobelet de chochat chaud vers elle et le sachet de bonbons.

    « Il y avait ça à la boulangerie. J'ai trouvé que c'était... amusant. »

    Et surtout que ça me faisait passer pour un con. Rocky venait enfin d'arriver, et je lui avais tendu un éclair au chocolat qu'il s'était mis à manger avec ses deux pattes.

    « Je lui ferai sa toilette aujourd'hui. Mais pas de soucis, je passerai un coup dans la salle de bain. Et j'en profiterai pour réparer la douche. »

    Rocky faisait comme si il n'avait rien entendu, continuant de manger son éclair. Il n'aimait pas prendre son bain. Mais une fois par semaine, il devait y passer.

    « Si t'as pas envie de me dire de quoi il est question, je suis un grand garçon, je comprendrai. Mais si je peux t'aider... n'hésite pas. » lui dis-je en désignant le tas de feuilles d'un geste de la tête.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥




« Je t'ai manqué un peu... ?
Beaucoup ? Passionnément ? A la Folieuh ... ? o_O »

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74524-fiche-personnage-emme http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74524-fiche-personnage-emmet-miller#815325 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74524-fiche-personnage-emmet-miller#815325

Melody Blackstorm


« Le plus beau
c'est GASTON ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Kristen Stewart

Ѽ Conte(s) : La Petite Sirène 2
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Melody, the only one



☞ Surnom : Natoune
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 9710
✯ Les étoiles : 29341




Actuellement dans : « Le plus beauc'est GASTON ! »


________________________________________ Dim 2 Avr 2017 - 17:20


You're part of the past


but now you're the future. Signals crossing can get confusing.

J'aurais pu lui faire la tête au carré, l'emplafonner pour avoir mis le nez dans mes affaires, mais je n'avais pas envie d'exploser quelqu'un avant le petit-déjeuner. J'avais des principes maintenant que j'avais un semblant de vie "normale" (à Storybrooke, c'était un bien grand mot). De plus, avoir une conversation avec autre chose que ma télévision, c'était plutôt sympa. Dans mon appartement minuscule quand j'étais seule, j'avais l'impression d'être comme un poisson dans un bocal : je tournais en rond. Bien sûr, j'allais souvent dans la mer me dégourdir les nageoires, mais il manquait le côté "relationnel" (même si je n'étais pas une personne sociable). Ca finissait par peser. Mieux valait parler à ce type qui se prélassait comme un cachalot chez moi.

Du coup, au lieu de me la jouer électrique comme une anguille, je m'étais contentée d'attraper un croissant, de le casser en deux entre mes doigts et d'aller me percher sur le comptoir pour le manger tranquillement. Emmet avait au moins une qualité : il remplissait le frigo et les placards. Il agita la bouteille de jus d'orange dans ma direction et je haussai les épaules : il pouvait la finir, je m'en moquais. En guise de réponse, il poussa un gobelet de chocolat chaud dans ma direction, ainsi qu'un sachet de bonbons en forme de poissons. Je haussai un sourcil tout en restant à ma place. Malgré moi, un léger sourire étira le coin de mes lèvres. Il était vraiment trop bête. J'étais touchée par le geste -c'était une sorte de cadeau, non ?- et en même temps, je décidai de me méfier. Pourquoi faisait-il ça ? Dans quel but ? Il n'était pas clair dans sa tête. Plusieurs fois, ça avait failli déraper entre nous. Je n'avais pas confiance en lui. Il y avait tous ces regards qu'il me lançait quand il croyait que je ne le voyais pas... Rien que d'y penser, je frissonnai.

Je m'ébrouai légèrement sur le comptoir et me redressai. Emmet désigna de nouveau la liasse de feuilles sur la table. Il disait qu'il ne voulait pas insister, mais c'était quand même ce qu'il faisait. J'hésitai durant quelques secondes puis posai la moitié de croissant à laquelle je n'avais pas encore touché.

"C'est... j'en sais rien, en fait." dis-je finalement en frottant mes mains l'une contre l'autre pour en chasser les miettes. "Enfin si, je sais de quoi il est question mais... ça me prend la tête. Ca parle de droits de succession. C'est des papiers à remplir pour que j'obtienne les possessions de mon père."

Un soupir m'échappa et mes épaules s'affaissèrent. Après tout, je ne perdais rien à en parler avec Emmet, puisqu'il n'était pas concerné. Au départ, j'avais pensé discuter avec Aaron mais avec tout le délire qui s'était passé à Tokyo avec Anna, j'estimais qu'il n'avait pas besoin de problèmes en plus. Autant qu'il gère déjà les siens.

"Le truc, c'est que mon père est toujours en vie, quelque part." repris-je, de plus en plus nerveuse.

Je me mordis les lèvres et fixai Rocky qui mangeait son éclair en en collant partout.

"Si je remplis ces papiers, ça serait comme si je le trahissais. Comme si je l'enterrais."

Je plaquai mes mains de chaque côté du comptoir et restai quelques secondes silencieuse, tandis que mes jambes nues battaient dans le vide.

"Je... je peux pas faire ça. Je suis peut-être en froid avec lui mais... ça reste mon père."

Je jetai un vague coup d'oeil en direction des feuilles sur la table avant de lever les yeux au ciel.

"Apparemment, l'hôtel particulier de Portland et le manoir de Londres étaient au nom d'Egéon. C'est pour ça que je suis la prochaine sur la liste, mais... si j'étais mon père, je le prendrais quand même pour une trahison. Y a aussi d'autres propriétés ailleurs mais j'ai pas essayé de lire plus loin."

En vérité, j'avais l'impression que je ne méritais aucun héritage. J'avais tourné le dos à mon père, j'avais perdu mon frère car je n'avais pas tout donné pour le sauver. J'avais échoué. Je me sentais trop... indigne pour revendiquer quoi que ce soit.

La vision de Rocky se badigeonnant tranquillement la crème de l'éclair sur le corps me sortit de mes sombres pensées. Il avait éventré la pâte à chou et se tartinait le chocolat avec sa patte avant.

"C'est bientôt le printemps. Il essaie de se lustrer le poil."
estimai-je en retenant un rire.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

★ You get ready you get all dressed up ★
To go nowhere in particular. The world is yours and you can't refuse it. Seen so much, you could get the blues but that don't mean that you should abuse it.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28746-en-eaux-troubles-melody-s-adventures

Emmet Miller


« A fond les bolides ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Chris Pratt ♥

Ѽ Conte(s) : Inventé ϟ
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Je viens du monde réel. ϟ



☞ Surnom : seb ☮
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 8086
✯ Les étoiles : 30092




Actuellement dans : « A fond les bolides ! »


________________________________________ Mar 4 Avr 2017 - 16:33


Il faut lâcher les chiens !
On va mettre le feu au monde entier !




    Pendant que Melody me racontait son histoire, je lisais attentivement le papier que j'avais sous les yeux tout en mangeant un éclair au chocolat. J'en avais pris un pour moi aussi et ils étaient véritablement bon. Je comprenais Rocky pour sa passion envers ces petites merveilles. C'était bien mieux que sa folie de la mayonnaise. Encore celle au citron ça pouvait passer, mais celle nature et qui plus est celle des fast food ? Je n'arrivais pas à le comprendre. Mais l'éclair était un véritable régale.

    Melody évoqua son père, puis son frère. Je ne saisissais pas réellement qui était encore vivant ou non, mais je la laissais parler, tentant de comprendre un maximum de choses. Et pendant tout ce temps, mes yeux s’agrandissaient petit à petit. Ce que j'avais sous les yeux était tout bonnement impossible. Qui était réellement cette jeune femme qui vivait dans un appartement miteux et minuscule alors qu'elle possédait pas moins d'une dizaine d'hôtels plus luxueux les uns que les autres et de nombreux casino dans plusieurs pays dont principalement en Europe. J'avais avalé difficilement la dernière bouchée de l'éclair, juste avant de regarder en direction de Rocky qui se tartinait ses poils de chocolat.

    « C'est bientôt le printemps. Il essaie de se lustrer le poil. »

    « Ah oui... » dis-je sans trop de conviction, avant de me lever et de me diriger vers le frigo.

    J'avais pris une bouteille de jus d'orange et je m'étais servis un verre. J'étais pas sûr que le jus était encore bon, mais un bon verre m'avait remis les idées en place. Une fois fait, je m'étais tourné, m'essuyant la bouche et m'appuyant contre le bord de l'évier, tout en fixant Melody.

    « Attends, mais t'es qui au juste ? » lui dis-je, en laissant échapper un petit sourire.

    Elle devait véritablement m'avoir pris pour un imbécile quand je revenais avec un nouveau lit, des courses et d'autres choses de ce genre. C'était pas dans cet appartement qu'elle pouvait vivre, mais dans tout l'immeuble avec les moyens qu'elle avait. Je m'étais avancé vers la table, posant une main sur ma hanche et me passant l'autre dans les cheveux.

    « Tu sais que la multitude de chiffres en bas de page c'est ce qu'on appelle le chiffre d'affaire ? T'as une idée de ce que ça représente tellement de chiffres ? »

    Je n'étais pas quelqu'un de dépensier. Je passais mon temps à économiser, car j'avais quasiment besoin de rien. Les plus grandes dépenses que j'avais faites ces dix dernières années, c'était ma voiture et le reste était consacré à Rocky. J'avais un appartement, mais c'était plus un héritage qu'autre chose. Enfin en dehors des charges je ne payais rien et comme j'y vivais pratiquement pas dedans, il n'y avait pratiquement rien comme charges. Mais elle... mon dieu, qu'est ce qu'elle faisait dans un appartement aussi miteux ?

    « Tu nous fais quoi Mel ? »

    J'aimais pas comme ça débutait. Car j'allais lui dire qu'elle pouvait espérer bien mieux de sa vie, que ce qu'elle avait. Mais ça sonnerait comme une mise au point, des conseils mal placés et je n'étais ni son père, ni quelqu'un de sa famille. Ce n'était pas à moi de lui dire tout ça. Fallait que je tourne la chose autrement.

    « Tu stresses pour des papiers mais tout ça c'est super. Que ce soit ton père qui te teste ou non, ça reste à toi. Ca reste à lui. Ca reste à vous. On ne te demande pas de détruire tout ce qu'il a construit mais d'en prendre soin. Ce n'est pas contre lui, c'est pour lui. »

    Mon dieu, je ne m'étais pas rendu compte à quel point elle était fragile. Elle montrait une telle image d'elle, si dure, si badass, mais en réalité à l'intérieur elle devait juste souffrir. Je n'éprouvais pas de pitié pour elle. Il n'y avait rien de misérable de garder au fond de soi ce qui nous faisait souffrir. Mais j'aurai bien eu envie de la serrer pour lui montrer qu'elle n'était pas seule. Le seul hic, c'était que je tenais à ma mâchoire.

    « Ecoute, là il faut que tu laisses ça un peu de côté. Je t'aiderai à remplir les papiers si tu veux. On pourra se rendre dans l'un de ces endroits pour voir de quoi il en retourne. Ou je t'accompagnerai jusqu'à la gare si tu préfères y aller seule. Mais dans tous les cas, t'es pas obligée de régler ça de suite. Tu peux prendre le temps d'y réfléchir. C'est un héritage ? Y'a une date limite. C'est quoi qui est noté dessus ? »

    Je m'étais approché une nouvelle fois de la table et de Melody, afin de prendre la papier sur le haut de la pile. Il était indiqué que c'était urgent car le délai des un an allait être passé.

    « Ok... C'est pas un soucis. Tu dois aller où ? A Portland ? »

    C'était en tout cas une adresse de Portland qui figurait sur le bas de page. Je ne connaissais pas la rue en question, mais ça pouvait facilement se trouver avec un gps.

    « Tu vas finir ton petit déjeuner et ensuite on fera un saut là bas. Je t'accompagne jusqu'à devant l'immeuble, comme ça t'auras pas à réfléchir à comment t'y rendre. On prendra Rocky avec, dès qu'il sera passé par la douche. Et je t'attendrai en bas. Tu prendras le temps qu'il te faudra et je te ramènerai ici ce soir. Allez, je file dans la salle de bain avec le monstre et comme ça tu peux finir de manger. »

    J'avais pris Rocky par le haut au lieu du bas, afin de le traîner jusqu'à la salle de bain. Il dégoulinait de chocolat de partout et se débattait. Une fois dans la salle de bain, je sentais que ça allait être encore plus compliqué pour le faire se nettoyer. J'en avais pour une bonne heure minimum !


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥




« Je t'ai manqué un peu... ?
Beaucoup ? Passionnément ? A la Folieuh ... ? o_O »

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74524-fiche-personnage-emme http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74524-fiche-personnage-emmet-miller#815325 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74524-fiche-personnage-emmet-miller#815325

Melody Blackstorm


« Le plus beau
c'est GASTON ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Kristen Stewart

Ѽ Conte(s) : La Petite Sirène 2
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Melody, the only one



☞ Surnom : Natoune
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 9710
✯ Les étoiles : 29341




Actuellement dans : « Le plus beauc'est GASTON ! »


________________________________________ Lun 17 Avr 2017 - 12:46


You're part of the past


but now you're the future. Signals crossing can get confusing.

Le trajet jusqu'à Portland avait été long et pénible. Je n'avais pratiquement pas desserré les dents, ruminant mes sombres pensées. Elles flottaient comme autant de bulles en désordre dans mon esprit.

Rocky n'avait pas tenu en place, comme s'il ressentait mon propre stress. Il n'avait pas arrêté de sautiller sur la banquette arrière, ou de ronger l'une des ceintures de sécurité. Le seul point positif dans tout cela, c'est qu'il dispensait une bonne odeur de shampoing à la noix de coco, puisque Emmet lui avait fait prendre son bain avant de partir.

Pourquoi avais-je accepté d'aller m'occuper de toute la paperasse à Portland ? Sur la route, j'avais réfléchi à quel point tout était une mauvaise idée. Mais plus encore que d'encaisser les remords, je m'interrogeais sur les réelles motivations d'Emmet : pourquoi se montrait-il si déterminé, si rendant service ? Je n'avais pas oublié l'une de ses réparties quand il avait vu les papiers plus en détail :

« Tu sais que la multitude de chiffres en bas de page c'est ce qu'on appelle le chiffre d'affaire ? T'as une idée de ce que ça représente tellement de chiffres ? »

Oui, je le savais. Je n'étais pas stupide. J'avais pas le QI d'une moule, contrairement à certains. Je soupçonnais l'homme de vouloir me faire remplir les papiers de l'héritage dans le but d'en bénéficier. A partir du moment où l'argent serait en ma possession, il comptait peut-être que je lui rembourse tout ce qu'il avait payé ? De toutes façons, ça me semblait hors de question de dépenser un seul centime. Je ne voulais pas contrarier mon père outre mesure. J'estimais toujours qu'il s'agissait d'un test.

Nous arrivâmes enfin jusqu'à l'adresse indiquée par le formulaire principal, à savoir l'hôtel particulier de Portland, celui dans lequel j'avais passé plusieurs mois en compagnie d'Egéon et d'Aaron. J'ouvris la porte du 4x4 et en sortis. Rocky bondit dans mes bras et pour le coup, je fus rassurée de sentir une boule de poils contre moi. Son coeur battait très vite, au moins autant que le mien. Je levai un regard intimidé en direction de l'hôtel qui se dressait contre le ciel pluvieux. L'atmosphère était chargée de souvenirs. Je déglutis avec peine et poussai la porte menant au hall. Il était demeuré inchangé. Toujours aussi luxueux et bien entretenu. Cependant, le personnel avait été remplacé. Je ne connaissais pas le standardiste. Il nous indiqua de patienter. Le coeur lourd comme une pierre, je me dirigeai vers l'un des fauteuils dans lequel nous discutions pendant des heures avec Aaron, pelotonnés l'un contre l'autre. Emmet prit place sur le canapé où Egéon aimait souvent s'allonger, tout près de la cheminée. Je détournai les yeux et serrai davantage Rocky contre moi.

Il s'écoula une heure, puis une seconde. Au bout de la troisième, je me levai d'un bond et me dirigeai vers le standardiste qui ne nous calculait même plus. Il me semblait évident qu'il s'était moqué de nous et que personne n'allait nous recevoir. Tout d'abord, j'avais angoissé à l'idée d'être confrontée à mon père. A présent, je voulais simplement que ce voyage n'ait pas été vain.

"Je suis Melody Blackstorm. J'ai vécu ici pendant un temps alors la moindre des choses, ça serait de ne pas me prendre pour une conne ! On n'apprend pas au poisson clown à faire la grimace !"

Je n'étais pas certaine que ça soit la bonne expression. En tous cas, je tapai du poing sur le comptoir afin de donner plus de poids à mes paroles. Le standardiste fit de gros yeux éberlués et se confondit en excuses.

"Mademoiselle Blackstorm ! Quelle surprise ! Vous auriez dû de suite vous présenter !"

Il tapa dans ses mains et aussitôt, on lui apporta un téléphone rouge. Je fronçai les sourcils alors qu'il composait un numéro.

"La petite sirène a fait un tour dans l'aquarium. Je répète. La petite sirène a fait un tour dans l'aquarium." déclara-t-il posément dans le combiné.

Puis il raccrocha avant d'afficher un large sourire.

"Vous pouvez vous rendre dans la rue. Un véhicule va vous conduire vers votre prochaine destination. Les papiers ne peuvent être signés ici."

C'était quoi ces salades ? Depuis quand on ne pouvait signer des documents dans un endroit alors qu'on les avait avec nous ? Je me tournai vers Emmet, puis baissai les yeux sur Rocky qui était occupé à lécher le pied d'un fauteuil. Ces derniers temps, il devenait très bizarre. Sans doute qu'il était perturbé par tous les récents déplacements -sans parler de toute l'histoire à Tokyo.

"Ok, on y va." maugréai-je en pivotant de nouveau vers le standardiste. "Mais je vous préviens : si c'est un piège ou un plan foireux, vous aurez à faire à moi."

"Je vous remercie pour cette menace des plus élégantes, mademoiselle Blackstorm."
répondit-il en inclinant la tête avec un aimable sourire.

Il se payait ma tête ou il était sérieux ? C'était étrange à quel point il avait changé de comportement depuis qu'il connaissait mon nom. C'était même limite flippant.

Je me rendis jusqu'à la porte que j'ouvris en manquant de l'arracher de ses gonds ; j'étais un peu sur les nerfs. Une fois dehors, je tirai sur les bords de mon pull bleu turquoise qui était élimé par endroits. J'avais enfilé les premiers trucs que j'avais trouvé dans mon armoire : un pull et un mini short en jean. C'était mal assorti mais je m'en moquais.

Une voiture aux vitre teintées nous attendait, le moteur en marche. Le genre de caisse réservée aux mafieux ou aux stars. Je n'avais pas trop envie de monter à l'intérieur. D'un sifflement, j'appelai Rocky qui sauta dans mes bras. Sa présence me rassurait, bien plus que celle d'Emmet. Ca devait venir du fait que je n'avais pas eu de peluche quand j'étais enfant. Est-ce que ça voulait dire qu'un truc ne tournait pas rond chez moi ? Ou plutôt, plus d'un truc. Je préférais ne pas débuter de liste.

A contrecoeur, j'ouvris la portière arrière et montai dans la voiture. Sans surprise, je vis qu'il y avait un chauffeur. Il n'articula pas un son. Emmet prit place à mes côtés.

Le voyage ne dura pas longtemps. On nous conduisit jusqu'à un aérodrome, juste à côté d'un petit avion plutôt classe. Tout nous indiquait qu'on allait bientôt s'envoler.

"Je suis pas fan des avions."
dis-je entre mes dents à Emmet.

Je passai sous silence le souvenir impérissable de Jezabel qui nous avait fait nous crasher à Las Vegas, puis plus récemment dans le musée qui avait pris vie, une nuit. A croire qu'elle n'avait vraiment pas le feeling avec les trucs qui décollaient du sol. Quoi qu'il en soit, je fixai la carlingue avec un effroi grandissant.

"Je vois pas pourquoi on doit prendre un avion pour signer des papiers à la con."
grommelai-je en grattant nerveusement Rocky derrière l'oreille. "Ca sent l'embrouille."

J'avais accepté beaucoup de choses mais là ça commençait à s'accumuler. En même temps, à quoi bon reculer si près du but ? Je me sentais intriguée par tout ceci. Aussi je montai par l'escalier menant à l'avion. Une fois à bord, je découvris qu'il bénéficiait d'un confort incroyable. Il s'agissait d'un jet privé. A peine je pris place sur un siège qu'une hôtesse de l'air m'apporta une coupe de champagne et des biscuits apéritifs sur un plateau en argent. Je clignai des yeux et me saisis du verre ainsi que d'une poignée de biscuits que je grignottai nerveusement. Puis j'ouvris la main et laissai Rocky en manger aussi.

"Désolée vieux, y a pas de mayo."

"Vous voulez de la mayonnaise, mademoiselle Blackstorm ? Je vous en apporte de suite."
déclara l'hôtesse avec un sourire aimable.

Elle pivota sur ses talons et disparut à l'arrière du jet. Je tournai la tête vers Emmet et tournai le doigt autour de ma tempe.

"Ils sont zinzins, ces gens-là."

J'étais de moins en moins rassurée. Tout était trop confortable, tout le monde se montrait bien trop gentil... ça sentait le piège à plein nez. D'ailleurs, je m'en voulais d'avoir mangé des biscuits apéritifs. Si ça se trouvait, ils contenaient de la drogue. Je déglutis avec difficulté et me retins de boire un peu de champagne même si ma gorge était sèche.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

★ You get ready you get all dressed up ★
To go nowhere in particular. The world is yours and you can't refuse it. Seen so much, you could get the blues but that don't mean that you should abuse it.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28746-en-eaux-troubles-melody-s-adventures

Emmet Miller


« A fond les bolides ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Chris Pratt ♥

Ѽ Conte(s) : Inventé ϟ
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Je viens du monde réel. ϟ



☞ Surnom : seb ☮
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 8086
✯ Les étoiles : 30092




Actuellement dans : « A fond les bolides ! »


________________________________________ Mer 19 Avr 2017 - 17:50



« Tu fais la même tête que Rocky... »
« ...quand il est heureux de me revoir ! »




    Je ne voulais pas qu'elle se réveille, car comme j'avais un plaid dans mes mains et que j'étais en train de le mettre sur elle, si elle me voyait faire, elle m'aurait sans doute charcutée. Rocky dormait lui aussi sur un des sièges, totalement recroquevillé sur lui même. On voyait à peine sa queue dépasser et ses oreilles bouger. Quelques heures auparavant, on nous avait apporté de la mayonnaise et il s'était régalé. Mais le voyage s'était annoncé plus long qu'on l'avait imaginé. A dire vrai on survolait l'océan depuis un sacré bout de temps. Trop fatigué pour faire le gai, je m'étais endormi deux bonnes heures et à mon réveil, tout le monde dormait - à l'exception du personnel de bord... enfin j'espérais.

    Il faisait nuit au dehors et d'après l'hôtesse que j'avais pu interroger à mon réveil, on n'était plus trop loin de l'aéroport de Glasgow. A ce que j'en savais c'était la plus grande ville d'Ecosse. Je me demandais bien pourquoi on nous avait conduit de Portland à Glasgow, à l'autre bout du monde. Heureusement qu'on arrivait en tout cas, car pour un petit avion comme celui ci, je m'étais posé la question de si on aurait assez d'essence pour un aussi long voyage.

    « Petite sirène ? » dis-je en caressant délicatement l'épaule de la jeune femme allongée. « On arrive. »

    Je trouvais cela amusant de l’appeler la Petite Sirène. C'était ce qu'elle m'évoquait. Oui, depuis notre précédente rencontre je m'étais posé pas mal de questions et ça avait continué durant les jours où j'avais vécu chez elle. A dire vrai, Tokyo m'avait permis de faire le vie dans ma tête.

    « Nous survolons Glasgow. » annonça l’hôtesse qui nous avait rejoins. « C'est le Clyde, un des principaux fleuves d'Ecosse. Il traverse toute la ville. »

    On survolait la ville et un immense fleur la traversait. Voilà de quoi nous permettre un jour de participer à un jeu télé pour gagner de l'argent. Bien que niveau télévision, certains d'entre nous avaient déjà donnés. Il avait fallu une bonne quinzaine de minutes à l'avion pour atterrir et pour qu'on quitte l'engin, descendant l'escalier qui se trouvait derrière la porte. Une voiture nous attendait au loin. Elle aussi était grande, composée de vitres teintées et un homme en costume se trouvait devant.

    « Mademoiselle Blackstorm et monsieur Miller ? Nous espérons que vous avez fait bon voyage. »

    Ils avaient dû se renseigner sur moi, car désormais ils m'appelaient pas mon nom. Qu'est-ce qu'ils avaient appris au juste ? Je me demandais combien de temps on allait mettre à rouler dans la ville. Rocky se trouvait sur mes jambes et il s'était remis à dormir. Lui au moins, il ne se posait pas beaucoup de questions.

    « Vous nous conduisez où exactement ? »

    « Nous nous rendons au Christian Hotel. Elle vous attend depuis que nous avons appris votre arrivée. »

    Ca nous donnait le nom d'un hôtel, c'était déjà ça. Christian ça sonnait bizarre pour la famille Blackstorm. Vue leur nom de base, je m'attendais à quelque chose comme DarkSide Hotel ou Twister Hotel. Le film sur la tornade était pas mal d'ailleurs.

    « Et qui nous attend exactement ? »

    Je ne parlais pas à la place de Melody. Je me contentais de lui faciliter la tâche, en posant moi même les questions. Et puis, ça ne semblait pas plus la déranger que cela.

    « La responsable des possessions Blackstorm. Mademoiselle Vanessa Polypous. »

    Quel drôle de nom, vraiment. Je m'étais tourné vers Melody en lui adressant un petit sourire. Ca lui remonterait peut-être le moral. Je savais que tout ce qu'elle traversait en ce moment n'était pas facile pour elle. Je lui aurai bien pris la main pour lui montrer mon soutiens, mais elle aurait pu s'y méprendre. Au lieu de cela, j'avais légèrement grattouillé Rocky sous le museau. Je savais qu'il n'aimait pas ça et qu'il n'aurait pas tardé à s'éloigner de moi, pour aller se mettre sur les jambes de la jeune femme. Elle aimait beaucoup Rocky, ça lui ferait du bien qu'il soit près d'elle.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥




« Je t'ai manqué un peu... ?
Beaucoup ? Passionnément ? A la Folieuh ... ? o_O »

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74524-fiche-personnage-emme http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74524-fiche-personnage-emmet-miller#815325 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74524-fiche-personnage-emmet-miller#815325

Melody Blackstorm


« Le plus beau
c'est GASTON ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Kristen Stewart

Ѽ Conte(s) : La Petite Sirène 2
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Melody, the only one



☞ Surnom : Natoune
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 9710
✯ Les étoiles : 29341




Actuellement dans : « Le plus beauc'est GASTON ! »


________________________________________ Sam 29 Avr 2017 - 12:31


You're part of the past


but now you're the future. Signals crossing can get confusing.

Le Christan Hotel possédait un hall immense, luxueux et moderne. Plus que jamais, je me sentis minuscule. Un tout petit poisson dans une grande mare inconnue. Je rentrai la tête dans les épaules et emboîtai le pas à la personne qui nous conduisit jusqu'à l'ascenceur. Du coin de l'oeil, je vérifiai qu'Emmet suivait toujours. Je ne me sentais bien trop mal à l'aise pour rester seule parmi tous ses étrangers. Et puis... d'une certaine façon, l'homme me rassurait. Je ne me l'expliquais pas.

Rocky sauta dans mes bras et resta pelotonné contre mon coeur tout le temps où nous montions les étages. Il n'aimait pas cet endroit non plus. Je le remarquai à la façon dont il fixait les parois de l'ascenceur d'un air craintif. A moins que je devienne complètement cinglée. Une musique classique énervante résonnait de façon discrète dans les haut-parleurs fixés au plafond.

Les portes finirent par s'ouvrir sur le treizième étage. Le chiffre porte-bonheur par excellence. Même si je n'étais pas superstitieuse, un frisson désagréable parcourut mon échine. Tout était bien trop propre et aseptisé dans cet endroit. L'hôtel particulier de Portland avait ce petit quelque chose de confortable et d'accueillant que celui-ci ne possédait pas. Tout semblait froid et austère.

L'homme en costume qui nous accompagnait depuis le début nous emmena jusqu'à un bureau design, très vaste, à la décoration dépouillée et doté d'une table imposante. Nous nous trouvions devant la porte ouverte. Il se tourna vers nous, esquissa une moue pincée en baissant les yeux sur Rocky et par pure provocation, je le serrai davantage contre moi. Hors de question de me séparer de lui.

"Il saura se tenir." précisai-je effrontément.

L'homme en costume acquiesça avant de s'effacer de devant la porte avec un signe de la main obligeant. Je pénétrai dans le bureau en me mordant les lèvres. Personne ne nous attendait. Je me retournai en sentant du mouvement dans mon dos. L'homme avait posé une main sur le torse d'Emmet, l'empêchant de me rejoindre.

"Eh, c'est bon !"
fis-je en retournant sur mes pas. "Il m'accompagne. Il saura se tenir aussi. Comme le raton-laveur."

Je levai la tête vers le malabar pour plonger un regard farouche dans le sien. Il me fixa un instant avant de céder. Apparemment, mes désirs étaient des ordres. Mais pour combien de temps ? Mieux ne valait pas s'y habituer. De toutes façons, je ne prenais jamais rien pour acquis. Ca ne m'avait apporté que des problèmes, jusqu'à maintenant.

"Mademoiselle Polypous va bientôt arriver. Vous pouvez vous installer."
annonça l'homme avant de refermer la porte sur lui.

Je me retrouvai seule dans le bureau avec l'homme et le raton-laveur. Je jetai un coup d'oeil au premier et caressai la tête du second, avant de me diriger vers la table imposante, placée juste devant une immense baie vitrée montrant la ville de Glasgow.

"Polypous, c'est vraiment un nom à la con." fis-je remarquer avec un rictus tout en passant un doigt sur la plaque dorée stipulée "Vanessa Polypous", posée sur la table.

Ca me faisait penser à un truc désagréable situé dans le corps humain, un genre d'excroissance, mais je n'arrivais pas à retrouver quoi exactement. Méfiante, je me retournai alors qu'une porte latérale s'ouvrit. Une jeune femme en tailleur nous salua poliment avant de déposer un plat sur un coin de la table, et de s'éclipser. Je m'approchai de ce dernier et constatai qu'il s'agissait de minuscules poulpes farcis de beurre à l'ail et dressés d'une façon alambiquée. De toutes petites fourchettes argentées étaient disposées autour du plat, invitant à se servir. Mon estomac émit un grognement mais je me retins d'en prendre un : je craignais toujours que la nourriture soit droguée. C'était sans compter Rocky qui se pencha dans mes bras pour lécher goulûment le beurre à l'ail sur l'un des poulpes. Poussant un soupir exaspéré, je m'en saisis pour lui tendre. Il l'attrapa entre ses pattes et continua de le lécher. Puis, tranquillement, il lança le poulpe à la tête d'Emmet, avant de sauter de mes bras pour arborer l'air le plus innocent du monde. J'étouffai un rire.

"Je pense qu'il s'ennuie." supposai-je. "Il doit trouver le temps long."

Les bras ballants, je m'approchai de l'homme qui se tenait prêt d'une étagère sur laquelle était disposée une série de sculptures contemporaines.

"Je comprends pas pourquoi on nous fait mariner autant comme des maquereaux. Je veux juste signer ces fichus papiers et qu'on me laisse tranquille."

Je passai une main dans mes cheveux avant d'adresser l'ombre d'un sourire à Emmet. Baissant la tête, je dis dans un souffle :

"Merci de rester. T'étais pas obligé et... Enfin c'est cool."

Je relevai les yeux, presque timidement, pour le regarder. Je remarquai alors qu'il avait une trace de beurre à l'ail au coin de l'arcade sourcillère. Sans réfléchir, je me mis sur la pointe des pieds pour l'essuyer avec le doigt. Nos regards se croisèrent et je baissai la main en vitesse avant de me mordre les lèvres jusqu'au sang. Je faisais quoi, exactement ?

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

★ You get ready you get all dressed up ★
To go nowhere in particular. The world is yours and you can't refuse it. Seen so much, you could get the blues but that don't mean that you should abuse it.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28746-en-eaux-troubles-melody-s-adventures

Emmet Miller


« A fond les bolides ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Chris Pratt ♥

Ѽ Conte(s) : Inventé ϟ
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Je viens du monde réel. ϟ



☞ Surnom : seb ☮
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 8086
✯ Les étoiles : 30092




Actuellement dans : « A fond les bolides ! »


________________________________________ Lun 1 Mai 2017 - 19:40



« Tu fais la même tête que Rocky... »
« ...quand il est heureux de me revoir ! »




    Juin 2001...

    « Ce n'est pas le moment de tout plaquer ! » me hurla mon père dessus, tandis que je passais mon sac à dos sur mes épaules.

    « Restes calme Charles. Ne t'énerve pas. »

    Ma mère était restée fidèle à elle-même. Elle ne prenait ni ma défense, ni la sienne, se contentant de vouloir limiter la casse.

    « Emmet, assis toi, prend le temps d'en discuter avec. »

    « Il est encore jeune, c'est qu'un gamin ! Trouve-toi une fille, mariez-vous et là t'auras du plomb dans la tête ! »

    « Tu crois que tout se résume à ça ?? Trouver une fille, l'épouser, vivre avec elle et prier le petit Jésus chaque jour ? »

    « C'est ce que j'ai fait ! Et regarde moi, je suis heureux ! »

    « Heureux ? Toi ? Redescend sur Terre, on est au 20ème siècle ! »

    « Charles, retiens le, je t'en prie ! »

    Mais j'avais déjà passé la porte et je m'éloignais petit à petit de la maison. Toutes les fois où je n'avais pas pleuré, gardant toutes ces choses que j'avais en moi. C'était dur, mais c'était encore plus dur de les ignorer. Si ils avaient eu raison, je serai resté, mais je me devais de partir, de partir loin. Je savais que je devais les quitter, que je ne pouvais plus supporter leur façon à tous les deux de me maintenir prisonnier de cette maison qui servait également de prison ! Si j'avais su, je serai resté. Non pas pour moi, mais pour lui... Je savais qu'il était à la fenêtre, au premier étage, dans notre chambre et qu'il me regardait partir, une main posée sur la vitre. Pour lui j'aurai dû faire demi tour. Mais il était trop tard maintenant... Sa vie aussi ils avaient réussir à la détruire.


    Aujourd'hui...

    « Tu es un traitre ! » dis-je à Rocky qui s'était réfugié dans les bras de la jeune femme après m'avoir lancé un poulpe sur la tête.

    Je sentais l'ail et je n'aimais pas ça. Si Rocky s'ennuyait tellement, il aurait très bien pu attaquer la sirène au lieu de son maître adoré. En tout cas au moins une qui était reconnaissante en me remerciant de l'avoir conduite jusqu'ici et d'être resté. Ce qui n'était pas le cas de mon animal de compagnie, qui me faisait tout simplement faux bond.

    Je sentis tout à coup un souffle différent du miens venir s'échouer tout contre la peau de mon visage. En baissant légèrement les yeux, je vis Melody qui avait dû se mettre sur la pointe des pieds, avant de passer un doigt sur mon arcade sourcilière. Quand elle baissa les yeux, tout comme sa main, je la lui retins. Nos regards se croisèrent une nouvelle fois. Cette fois ci, elle avait quelques centimètres de moins que moi.

    « Il n'est pas l'heure de changer,
    Assis-toi, reprenons lentement.
    Tu es encore jeune, c'est de ta faute,
    Il y a tant de choses que tu dois surmonter
    Trouve une fille, installe-toi. »


    J'avais chantonné cela faiblement, avant de lui lâcher la main. Ce moment était sans doute suffisamment étrange, pour que Rocky lève la tête dans notre direction et s'arrête de mâchouiller un des chocolat qu'il avait trouvé dans un bocal à proximité du bureau.

    « Ca ne t'arrive jamais d'avoir une musique en tête ? Juste un passage qui te ramène au passé ? »

    Ce n'était pas réellement une question. J'avais juste cette mélodie en tête et j'avais eu envie d'en partager un extrait avec la jeune femme. C'était du Cat Stevens. J'aimais beaucoup cet artiste.

    « Regardez-moi ce magnifique couple. Qu'ils sont mignons ! » claironna une dame qui venait d'entrer dans la pièce tandis que je me reculais.

    Qu'est-ce qui m'avait pris ? La femme entra, fit quelque pas et arriva jusqu'à la hauteur de Melody, en lui adressant un magnifique sourire.

    « Je vous en prie, ne vous arrêtez pas pour moi. J'adore les gens qui s'aiment. J'en ai fait ma vocation dans le monde des contes. Oh mais que vois-je ! »
    enchaîna t'elle en s'approchant de Rocky et en tentant de le prendre dans ses bras, mais il se recula, avant de grogner faiblement. « Ce n'est pas grave. Tiens, tu peux prendre d'autres chocolats. »

    Elle en sortit plusieurs du bocal qu'elle déposa sur le bureau, juste à côté des poulpes, mais Rocky recula une nouvelle fois, avant de venir se blottir dans mes bras. Je lui fis quelques caresses pour le détendre, tout en adressant quelques regards à Melody qui semblait connaître la dame, et en la regardant à son tour.

    « Vous devez être celle qu'on attendait. C'est une impression ou on s'est déjà vue ? »

    Je ne me souvenais pas d'avoir déjà croisé sa route, mais comme ça je posais la question à la place de Melody.

    « Vanessa Polypous, mais appelez moi Vanessa. Et je ne crois pas qu'on se soit déjà vue. Croyez moi, je le regrette. Cela dit, le mal est réparé ! Et nous aurons tout le temps d'apprendre à nous connaître, maintenant que la famille est réunis. Bon, Melody ma chérie, je crois que nous avons quelques papiers à signer et une petite discussion à avoir toi et moi. Ton père regrette de ne pas être là avec nous aujourd'hui, mais il était occupé ailleurs. Tu sais ce que c'est. On inscrit une date dans le calendrier et bim, quelque chose nous tombe dessus et du coup on est obligé d'annuler. Mais il te passe le bonjour, en espérant que tu ailles bien. Et il m'a demandé de te remettre ceci. »

    Elle ouvrit le tiroir principal de son bureau, avant d'en sortir un petit coquillage en forme de coeur. C'était quoi ce délire ? Elle le déposa sur le bureau, en adressant un magnifique sourire à la jeune femme. Elle voulait rester ou... ?

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥




« Je t'ai manqué un peu... ?
Beaucoup ? Passionnément ? A la Folieuh ... ? o_O »

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74524-fiche-personnage-emme http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74524-fiche-personnage-emmet-miller#815325 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t74524-fiche-personnage-emmet-miller#815325

Melody Blackstorm


« Le plus beau
c'est GASTON ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Kristen Stewart

Ѽ Conte(s) : La Petite Sirène 2
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Melody, the only one



☞ Surnom : Natoune
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 9710
✯ Les étoiles : 29341




Actuellement dans : « Le plus beauc'est GASTON ! »


________________________________________ Mar 9 Mai 2017 - 23:30


You're part of the past

but now you're the future. Signals crossing can get confusing.

Emmet poussait la chansonnette. Je mis quelques secondes à vraiment réaliser ce qu'il faisait, sans comprendre réellement ce qui était en train de se passer. J'avais l'impression que mes neurones s'étaient transformés en bulles dans mon cerveau, et qu'elles s'entrechoquaient mollement sans éclater. Drôle de sensation. En plus, c'était une drôle de chanson, avec des paroles qui ne voulaient rien dire. Etait-ce une sorte de drague ?

Il finit par libérer ma main et, soulagée, j'en profitai pour m'éloigner de quelques pas. Je secouai la tête en silence à la question d'Emmet. Non, ça ne m'arrivait jamais d'avoir une musique en tête. Lorsque je me sentais mal, ou seule, ou abandonnée, je songeais au chant de l'océan. Aussitôt, je me sentais transportée ailleurs, dans un berceau de vagues, en sécurité. Je n'avais besoin d'aucune voix humaine pour me sentir bien. La mélodie des flots est la plus belle de toutes, pour ceux qui savent l'écouter.

"La petite musique de mon médaillon."
dis-je dans un murmure, la tête basse, tout en effleurant le coquillage doré autour de mon cou. "Ca me fait du bien de l'entendre, parfois."

J'étais obligée de l'admettre, ces quelques notes rappelant une berceuse me renvoyaient à l'âge où j'étais encore un bébé. Je me souvenais d'une voix douce qui l'accompagnait... et c'était tout. Le reste se noyait dans le brouillard des souvenirs fanés, oubliés avant même d'être vécus.

Une voix féminine troubla notre grand moment de confidence. Je pivotai aussitôt vers "Vanessa Polypous", dont l'apparence ressemblait davantage à celle d'Ursula, la sorcière aux tentacules. Elle les avait rangées sous une robe de soie noire dévoilant ses jambes fuselées. Son sourire était bien trop commercial pour être sincère. Je serrai les dents et la toisai alors qu'elle approchait d'une démarche chaloupée. Elle essayait de paraître aimable. Pensait-elle que j'étais idiote au point d'oublier notre dernière entrevue, lors de laquelle elle avait menacé la moitié des gens qui m'accompagnaient dans un cimetière ? Elle n'était pas une amie, encore moins une alliée. Si elle gérait vraiment les affaires de mon père, alors je devais redoubler de vigilance.

Tandis qu'elle prenait place à sa table de bureau tout en expliquant la procédure pour les papiers à signer, je restai debout à l'observer. Lorsqu'elle mentionna mon père, un frisson parcourut mon échine mais je n'en montrai rien. Se souciait-il véritablement de moi ? Plus les jours passaient et plus j'en doutais.

Je n'ai que ce que je mérite. songeai-je amèrement. Je me suis détournée de lui. Je devrais lui être reconnaissante qu'il m'offre malgré tout des possessions.

Je frémis de plus belle en voyant le coquillage en forme de coeur que la sorcière des mers posa sur le bureau. Une pierre tomba quelque part dans mon ventre. Mon père m'avait fait un cadeau. Je m'en approchai presque timidement et me saisis du coquillage, le détaillant entre mes doigts. Il était magnifique, ciselé naturellement en forme de coeur, peut-être pas la mer elle-même. Je me mordis les lèvres et refermai la main dessus pour le mettre dans la poche de mon short en jean. J'aimais les objets uniques, surtout offerts par des personnes qui m'étaient chères. C'était précieux.

"Avant de signer, j'aimerais savoir une chose : pourquoi mon père veut-il me donner une sorte d'héritage ?" demandai-je à Ursula sans détour. "Je n'ai pas l'impression de l'avoir mérité. On... s'est quitté assez abruptement la dernière fois et..."

"Voyons ma chérie, ce n'est pas parce que vous avez eu une divergence d'opinion que cela change quoi que ce soit à l'amour qu'il te porte !" déclara-t-elle en ouvrant de grands yeux surpris. "Au contraire, il a été impressionné par ta ténacité. Je ne cache pas que les premiers temps, il a été agacé, mais ensuite il a passé l'éponge. Tu es son unique enfant, après tout."

Son unique enfant...

Cette phrase me serra le coeur.

"Pourquoi il vous a chargé de s'occuper de ses affaires ? Pourquoi il ne le fait pas lui-même ?"
attaquai-je, plus que jamais sur la défensive.

"Oh, que de questions !" s'esclaffa la sorcière. "Nous aurons tout le temps de parler de ça plus tard. Pour l'instant, il faut signer le contrat. Une broutille, rien de plus."

D'un autre tiroir, elle sortit une dizaine de feuilles qu'elle posa sur le bureau face à moi, ainsi qu'un stylo argenté qu'elle fit coulisser lentement pour ôter le capuchon. Puis, elle me le tendit, tout en me fixant d'un oeil perçant. Je réfléchis quelques secondes. J'avais vu le dessin animé La petite Sirène -Apple m'avait forcée- et si j'avais retenu une chose de cette débilité édulcorée, c'était qu'il ne fallait pas signer les contrats de la sorcière des mers sans réfléchir mûrement.

J'attrapai le stylo, fis mine de signer, mais me ravisai au dernier moment.

"Je veux d'abord lire ces papiers."
dis-je en me redressant.

"Nous pouvons le faire ensemble si tu..."

"Non." coupai-je, catégorique. "Je vais les lire à tête reposée, et je reviendrai demain."

Je ne clignai pas des yeux alors que ceux d'Ursula ne me lâchaient pas, brillant d'un éclat étrange. Elle était contrariée. Au bout de quelques secondes, elle haussa les épaules et retrouva son grand faux sourire.

"Bien, tu es chez toi ici, après tout. Une suite a été préparée pour toi au septième étage. Tu peux t'y reposer aussi longtemps qu'il te plaira. Tu dois être épuisée par le voyage. Oh, il y a également une piscine à cet étage. Ton père a pensé que cela serait idéal pour toi."

Comment savoir si elle mentait ou si elle disait la vérité ? Mon père avait-il vraiment tout prévu pour mon confort, ou cette infâme sorcière avait-elle pris le pouvoir en le dupant ?

Le visage fermé, je rassemblai les feuilles du contrat, pris le stylo et gardai tout sous mon bras alors que je me tournai vers Emmet.

"Tu m'accompagnes."

Ce n'était pas une question. Cependant, je n'avais pas parlé au jeune homme mais à Rocky, qui se tenait assis sur son arrière-train, juste à côté de lui. Le raton-laveur se mit aussitôt en marche.

"Toi aussi." ajoutai-je à l'adresse d'Emmet.

Je sentais le sourire attendri d'Ursula dans mon dos. J'avais envie de la frapper, ou de lui faire bouffer l'une de ses tentacules.

"La suite possède un très grand lit." précisa-t-elle.

Lorsque je refermai la porte du bureau, nous retrouvant dans le couloir, je chuchotai à Emmet :

"Nous sommes dans un nid de serpents. Ne fais confiance à personne. Et surtout pas à elle."
ajoutai-je en désignant la porte du pouce. "J'espère que tu arrives à capter le langage codé des contrats d'héritage, enfin de ces trucs-là. Ca sent le coup fourré. Je signerai rien tant que je ne saurai pas exactement de quoi il est question."

Je gardai les feuilles fermement serrées contre moi et marchai en direction de l'ascenseur. Une suite avec piscine au septième étage, que j'allais partager avec un homme et son raton-laveur. Curieusement, c'était la meilleure compagnie que je pouvais espérer en un tel endroit.

"Vous pourrez garder le lit."
déclarai-je aux deux "messieurs" alors que les portes de l'ascenseur se refermaient sur nous. "Je compte dormir sous l'eau, de toutes façons."

Ca ne m'était plus arrivé depuis longtemps et j'en avais grandement besoin. Rien ne valait une immersion totale pour trouver le sommeil idéal, bercée au son de la musique sous-marine. En plus, ça m'éviterait de dormir dans le même lit qu'Emmet. Rien que d'y penser, je sentais un drôle de frisson parcourir mon échine. La piscine serait mieux, bien mieux !

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

★ You get ready you get all dressed up ★
To go nowhere in particular. The world is yours and you can't refuse it. Seen so much, you could get the blues but that don't mean that you should abuse it.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t28746-en-eaux-troubles-melody-s-adventures

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Take my breath away [Fe]





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations