Intrigues
Disney Rpg

Le Jour
de Saturne
Mars 2017


La Véritable
Histoire...
Février 2017

Dors chez
Merida

Avril 2017


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


Dors chez ta Princesse - le 78ème événement de Disney Rpg ! ╰
➹ Création graphique : Hope Bowman ♥ - Maître du jeu : Neil Sandman ♥
৩ Allons tous dormir chez Merida !

Partagez | .
 

 TURN around, bright eyes! ❖ PLAYGROUND LOVE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Ellie Sandman


« Faisons comme si j'étais Merida.
Parlez-moi, je suis tout ouïe »


avatar




╰☆╮ Avatar : Felicity Jones & Raffey Cassidy

Ѽ Conte(s) : Intrigue Divine
✓ Messages : 6072
Ѽ Les pommes : 728861

╰☆╮Surnom : Natoune



✓ Disponibilité : Les rêveurs doivent se serrer les coudes



Actuellement dans : « Faisons comme si j'étais Merida.Parlez-moi, je suis tout ouïe »


________________________________________ Ven 14 Avr 2017 - 18:38

« Vous ouvrez cette porte avec les clefs de l'imagination. »

Au-delà existe une autre dimension, sonore, visuelle et mentale.
Vous venez d'entrer dans la quatrième dimension.

En levant les yeux de ma pièce de théâtre, je compris de suite que quelque chose était étrange. Le décor avait changé autour de moi. Je n'étais plus perchée sur le rebord de fenêtre du salon, chez Lily, mais assise sur un lit d'aspect ancien. La chambre avait des allures d'un autre temps, difficile à définir.

Mon sang se glaça dans mes veines alors que mes doigts se crispaient autour du livre que je tenais toujours : avais-je effectué un voyage dans le temps sans m'en apercevoir ? Je m'étais entraînée à ne plus basculer dans le passé de façon déraisonnable -afin de ne plus faire de rencontre susceptible de bousculer le cours naturel du Temps- mais parfois, mon esprit passionné m'emportait malgré moi. Au fil de mes lectures, je faisais très attention. Sans doute pas suffisamment.

Quelque chose clochait, cependant. En baissant les yeux sur ma tenue, je m'aperçus qu'elle avait changé. A la place d'un sweat-shirt et d'un pantalon de pyjama, je portais désormais une robe vert sombre dotée de motifs symétriques. Un corset entravait mes mouvements et j'avais des bottines usées aux pieds. Habituellement, lors de mes sauts dans le temps, mes vêtements restaient les mêmes. Je devais les changer par la suite pour me fondre dans le "décor". De toutes façons, je n'avais pas senti l'égrènement caractéristique du sable noir contre ma peau lors d'un voyage temporel. Ce qui me confirmait que cette fois-ci, tout ne s'était pas déroulé de façon normale.

Je sautai en bas du lit et lissai mes jupes avant de repousser mes cheveux cascadant sur mes épaules, seulement retenus par une pince à l'arrière de mon crâne. Je laissai la pièce de théâtre "Fanfan La Tulipe" de Paul Meurice sur le matelas et fis quelques pas prudents dans la pièce.

Je réprimai un cri en voyant des lettres élégantes se dessiner dans le vide juste devant moi, comme si une plume invisible les écrivait. Déconcertée, je lus :

Setauket, 1776

Puis elles s'effacèrent.

"Qu'est-ce que c'est que ce cirque ?" fis-je, abasourdie.

Setauket... on aurait dit un nom indien.

Intriguée et méfiante, je m'approchai de l'endroit où les lettres s'étaient inscrites, levant la main. Il n'y avait rien. En revanche, un léger courant électrique parcourut le bout de mes doigts. Je fronçai les sourcils avec un mauvais pressentiment. Non... il n'aurait pas osé ?

Une expression pincée sur le visage, je décidai de sortir de la chambre. Des éclats de voix provenaient du rez-de-chaussée. Je me trouvais visiblement dans une vaste demeure américaine du XVIIIème siècle. J'empruntai l'escalier qui grinça sous mes pas et me retrouvai dans une salle qui ressemblait à une taverne. Plusieurs hommes étaient attablés et discutaient avec animation. Ils étaient vêtus comme des soldats d'opérette, si je puis me permettre, et certains -les plus gradés- portaient même des perruques blanches. Je clignai des yeux et me dirigeai vers le comptoir. J'avais besoin d'un thé. Il n'y avait aucun tavernier, ce qui était problématique pour être servi. Une lettre cachetée attira subitement mon attention. Il me semblait qu'elle venait juste d'apparaître sur le comptoir. A moins que je sois sujette à des hallucinations ?

D'un geste empressé, je m'en emparai et l'ouvris entre mes doigts fébriles, sans savoir si elle m'était destinée ou pas. Tout ceci ressemblait à une mascarade ridicule. L'écriture était appliquée et impersonnelle, bien qu'on ait rassemblé tous les efforts nécessaires pour donner l'impression qu'elle était authentique :

"Pour les fêtes de Pâques, voici un petit cadeau qui j'espère, te plaira ! J'ai bossé d'arrache-pied pour créer ce jeu ! C'est inspiré d'une série trop géniale et c'est total secure ! Je t'ai attribuée le rôle de l'aubergiste du village de Satopek ! Tu pars avec un avantage, tu as une place forte !Laisse-toi porter par l'histoire et... arrange-toi pour faire le bon choix à chaque fois sinon ça risque de mal se passer."

L'expéditeur avait agrémenté sa lettre d'un smiley souriant en bas de page, ainsi que d'informations complémentaires sur la fameuse "histoire" qu'il nous forçait à vivre.

"Code couleur : les soldats rouges sont fidèles à la Couronne. Les bleus sont les rebelles qui veulent leur Indépendance. Mais de toutes façons tu es calée en Histoire, tu vas gérer comme une pro ! Le but est de terminer le jeu pour en sortir."

Il se fichait de moi ? Je froissai la lettre entre mes doigts en marmonnant : "Elliot..." d'un ton furibond. Il m'avait enfermée dans un de ses jeux en croyant que cela allait me faire plaisir ? Plus que jamais, je m'interrogeai sur ses capacités mentales. Le pire dans tout ceci était que je ne pouvais en sortir car ça ne faisait pas partie de mes capacités. J'avais beau me concentrer, je demeurai dans cette auberge.

Je balayai la salle d'un oeil perçant et fus déconcertée de reconnaître Anatole assis à une table, à l'écart des autres. Il tenait une lettre dans ses mains, lui aussi. Je laissai échapper un soupir et m'avançai vers lui à grands pas, mes talons claquant sur le sol. Je m'assis brusquement à côté de lui et ne cachai pas mon agacement.

"Elliot nous a piégés dans l'un de ses jeux ! Nous ne sommes pas dans le passé, oh ça non ! Nous sommes dans un de ses délires !" fis-je, révoltée.

Quelques soldats tournèrent la tête vers nous, aussi je poursuivis à voix basse en me penchant vers le jeune homme :

"Apparemment, tu fais partie des heureux élus. Sachant qu'il ne t'apprécie pas des masses, si j'étais toi, je ferais attention à la suite du scénario. D'ailleurs, quel rôle t'a-t-il attribué ?"

Nerveuse, je désignai du menton la lettre dans ses mains. Puis je secouai la tête en laissant échapper un soupir indigné.

"Comment peut-il croire que ça pourrait nous faire plaisir ?"

"A boire !" grogna un soldat en levant sa chope vide dans ma direction. "Elle a la langue bien pendue, la donzelle !"

Je pris une grande inspiration, plaquai les paumes sur la table et me relevai à contrecoeur. En plus, il allait falloir que je serve ces malotrus !

A cet instant précis, nous fûmes happés par l'obscurité et une musique se lança alors que des images étranges apparaissaient autour de nous, agrémentées de nos noms respectifs :


Tout disparut et je pivotai vers Anatole, médusée, tandis que les gens autour de nous reprenaient leurs conversations, imperturbables et inconscients d'être dans un jeu.

"En plus, il nous joue le générique ! Je... Non vraiment... trop, c'est trop !"
m'écriai-je.

Les soldats se turent et certains m'observèrent avant de tourner leur doigt autour de leur tempe et de ricaner. Je serrai les poings et me dirigeai vers le comptoir, mes mains tremblantes de rage serrant les plis de mon tablier.




.
crackle bones

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

« Planent planent sur nos têtes
des soleils tout-puissants »
Planent et brûlent la planète.
On s'éclipse un instant...
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t48211-the-impossible-girl-e http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t43841-journal-d-une-fille-impossible-ellie

Anatole Cassini


« Faisons comme si j'étais Merida.
Parlez-moi, je suis tout ouïe »


avatar




╰☆╮ Avatar : ➹ Dylan O'Brien

Ѽ Conte(s) : ➹ Intrigue Divine
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ✲ Un mystère

✓ Messages : 5970
Ѽ Les pommes : 2043574

╰☆╮Surnom : ➹ seb



✓ Disponibilité : Au coeur du Soleil ✯



Actuellement dans : « Faisons comme si j'étais Merida.Parlez-moi, je suis tout ouïe »


________________________________________ Mer 19 Avr 2017 - 11:00


Je peux t'emprunter un câlin ?
Promis, je te le rendrai. :-)




    "Il fallait quelqu'un pour tenir compagnie à Ellie et comme tu tournes constamment autour d'elle, ça ne peut pas te déranger ! J'ai bossé d'arrache-pied pour créer se jeu ! Bosser, du verbe "bosser", tu connais ? C'est inspiré d'une série trop géniale et c'est totale secure pour Ellie ! Je t'ai attribué le rôle de l'Enseigne Baker ! Tu pars avec un avantage, il est vivant au début du jeu ! Laisse-toi porter par l'histoire, ne gâche pas tout... arrange-toi pour faire le bon choix à chaque fois sinon ça risque de mal se passer !"

    En levant les yeux de sur la lettre, je vis Ellie arriver, vêtue d'une tenue qui lui allait à ravir. Quant à moi, je portai une tenue rouge, qui selon la légende symbolisait que j'étais du côté de la Couronne. La jeune femme semblait révoltée. Non pas par ma tenue, mais plus par le jeu en lui-même. Si il n'y avait pas eu le message supposant que je ne finirai pas le jeu vivant, j'aurai pu penser que Elliot voulait se montrer aussi agréable avec moi que Jules l'avait été. Ca ne ressemblait pas à un festin sur le toit d'un hôtel, mais c'était peut-être une autre manière de nous permettre de passer du temps en tête à tête, Ellie et moi.

    « On peut dire qu'il y met les moyens. Ca montre son attachement pour toi, Ellie. » dis-je à la jeune femme pour la rassurer, tandis qu'elle se dirigeait vers le comptoir afin de servir à boire.

    Je l'avais laissé là, me levant afin de quitter la taverne et d'aller voir au dehors à quoi tout celà ressemblait.

    « Enseigne Baker ! » entendis-je derrière moi.

    Je n'avais même pas fait trois pas qu'on s'adressait déjà à moi. Tournant la tête, délicatement en direction de l'inconnu, je vis à son uniforme que c'était également un soldat. Il avait quelque chose sur l'épaule qui signifiait son grade. Je n'avais aucune idée de quel grade il s'agissait, mais comme je ne semblai pas en avoir, je devais me montrer courtois avec cet homme.

    « Vous venez de quitter l'auberge de chez Anna Strong ? »

    Il était perspicace pour un gradé...

    « Oui, monsieur. »
    dis-je, tandis qu'il me fixa d'un air impassible.

    « Major. Je préfère. »

    « Bien sûr, Major. Pardonnez-moi. »

    « Ce n'est rien. On ne demande pas aux Enseignes de réfléchir, juste de retenir les grades. Bien que même cela semble trop compliqué. Quoi qu'il en soit, je suppose que je peux vous confier une petite mission. Approchez. »

    On ne pouvait pas dire qu'il était quelqu'un d'agréable. Je savais déjà que si je venais à mourir dans le jeu, ça serait lui qui me tuerait. C'était trop sympa Elliot de m'avoir mis sur la route d'un homme aussi charmant. En tout cas, on s'était éloigné de l'auberge, se plaçant derrière un charriot de légume qui n'était pas surveillé.

    « Je compte demander à mademoiselle Strong sa main. »

    Je failli m'étouffer. C'était bien la première fois que ça m'arrivait, d'avaler de la salive de travers.

    « Voyons Enseigne Baker ! Un peu de tenue, je vous prie ! »

    « Pardonnez-moi, Major. » dis-je en reprenant mon souffle et en l'observant du mieux que je pouvais.

    « Je disais donc que je comptais demander mademoiselle Strong en mariage. Pour se faire j'ai besoin de vos services. Trouvez un moyen pour la faire rester plus longtemps à la taverne ce soir. Je ne sais pas quand je serai de retour, elle ne doit pas en bouger ! »

    « Bien sûr, Major. Ca sera fait. »

    Juste le temps de sortir du jeu, de tuer Elliot, de re programmer le jeu et ça sera bon. Il pouvait compter sur moi, j'étais motivé à fond.

    « Soit. Je compte sur vous, Enseigne Baker. Ne me faites pas le regretter. »

    Il m'avait laissé là après avoir volé une carotte dans le charriot. Je ne savais pas ce que je devais penser de tout cela. Voyant au loin Ellie sortir de la taverne, je m'étais approché d'elle. Je comptais tout lui dire, mais une fois face à elle, je vis son regard se figer. Elle observait quelque chose au loin. Il me fallu quelques secondes pour suivre son regard et voir la même chose qu'elle.

    « C'est moi, où... ? » dis-je en me mordant les lèvres et en distinguant au loin un visage famillier dans une tenue de soldat.

    Il n'aurait pas osé ?

    « Pendant que j'y pense... Tu es fiancée. » lui murmurai-je tandis que ce Jules en costume s'approchait de nous.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Je peux t'emprunter un câlin ?
Promis, je te le rendrai. :-)


http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t69248-chronologie-rp-s-de-anatole-cassini#670683

Ellie Sandman


« Faisons comme si j'étais Merida.
Parlez-moi, je suis tout ouïe »


avatar




╰☆╮ Avatar : Felicity Jones & Raffey Cassidy

Ѽ Conte(s) : Intrigue Divine
✓ Messages : 6072
Ѽ Les pommes : 728861

╰☆╮Surnom : Natoune



✓ Disponibilité : Les rêveurs doivent se serrer les coudes



Actuellement dans : « Faisons comme si j'étais Merida.Parlez-moi, je suis tout ouïe »


________________________________________ Ven 21 Avr 2017 - 19:03

« Vous ouvrez cette porte avec les clefs de l'imagination. »

Au-delà existe une autre dimension, sonore, visuelle et mentale.
Vous venez d'entrer dans la quatrième dimension.

Etant donné ma condition de tavernière, j'avais été contrainte de descendre à la cave afin d'aller chercher le fût de vin demandé par l'un des clients. Cela me donnait l'occasion d'explorer les lieux, tout comme Anatole le faisait certainement en se rendant au dehors. Nous mettrions nos informations en commun ensuite.

La cave était plutôt obscure, malgré le rai de lumière provenant de l'étage. Je m'avançai à travers les différents tonneaux, m'interrogeant sur celui à prendre. Le soulever ne me poserait aucun problème, mais il allait de soi que les hommes de la taverne se poseraient des questions en me voyant faire. J'en étais là de mes réflexions quand je sentis quelqu'un m'attraper par la taille et m'entraîner dans l'obscurité. Un cri de surprise mourut dans ma gorge alors que je me retrouvais plaquée contre la charpente en bois. Un jeune homme se tenait devant moi, son regard frénétique cherchant à capturer le mien. La sueur perlait à son front et il dispensait une odeur de terre.

"Anna, c'est moi ! C'est Aby !" fit-il, ses yeux observant sans cesse l'escalier avant de revenir vers moi.

"Aby ?" m'étonnai-je.

Visiblement, il était établi que nous nous connaissions, et que nous étions très proches étant donné à quel point il me tenait étroitement serrée contre lui.

"Il faut que tu étendes un jupon noir sur ta corde à linge, demain après-midi." déclara-t-il dans un murmure précipité. "C'est important ! Nous allons porter un coup terrible à la Couronne !"

Je le considérai d'un air incrédule. Un jupon noir ? Etait-ce une plaisanterie ? Que me chantait-il ? Hélas, je ne connaissais pas cette partie de l'Histoire. Elliot l'avait sûrement fait exprès afin de m'agacer davantage.

"Aby" cligna des yeux avant de me saisir par les épaules, si brusquement que je sursautai. Trop de proximité me mettait extrêmement mal à l'aise. Il sembla s'apercevoir de mon trouble car il ajouta, indécis :

"Anna... est-ce que ça va ? Tu me sembles différente."

"Ce n'est rien. C'est juste que j'ai beaucoup à faire avec les officiers et les soldats." répliquai-je aussitôt pour ne pas éveiller ses soupçons.

Il hocha la tête, compréhensif. Une étrange douceur brilla dans ses yeux tandis qu'il m'observait.

"Leurs jours sont comptés. Tu le sais aussi bien que moi. Ton frère sera vengé."

Je me retins d'ouvrir des yeux ronds. A la place, je passai une main sur mon front, faisant semblant d'être touchée par sa sollicitude.

"Ces brutes..." fis-je d'un ton plus incertain que méprisant.

"Il a trouvé la mort à bord du Jersey et ça ne restera pas impuni."
certifia "Aby" farouchement.

Des mots se dessinèrent dans l'air juste à côté de lui, au son d'une plume invisible. Une annotation qu'Elliot jugeait sans doute nécessaire :

Le Jersey est un bateau-prison sur lequel les insurgés sont traités dans de terribles conditions par les royalistes. Cela équivaut à une peine de mort lente et douloureuse.

Je lus attentivement, si bien qu'Aby tourna la tête avant de me dévisager, de plus en plus sceptique. Evidemment, il n'avait rien vu.

"Qu'as-tu, à la fin ? Tu as toujours été la plus déterminée de nous deux. Ce n'est pas le moment de faillir !"

"Je... j'étendrai le jupon noir." assurai-je en hochant la tête farouchement. "Tu peux compter sur moi."

Il s'était beaucoup trop rapproché. Il baissa un instant les yeux sur ma bouche avant de se reculer.

"Je dois y aller. Merry m'attend au marché."

Devais-je en conclure qu'il était un homme marié ? Je n'aimais pas trop la façon dont il me regardait...

Elliot, dès que je sors d'ici, je te hache menu. promis-je mentalement à mon frère, car j'étais certaine qu'il pouvait m'entendre.

Un smiley rieur se dessina dans le vide et je roulai des yeux. En plus, il trouvait ça amusant !

Aby s'était volatilisé. Sans doute avait-il emprunté une autre sortie. J'attrapai mes jupes et remontai l'escalier, puis traversai rapidement la taverne pour me retrouver dehors, dans une sorte de parc verdoyant. Au loin, à côté d'un grand arbre était dressé la fameuse corde à linge. Il ne me restait plus qu'à trouver un jupon noir.

J'aperçus Anatole, qui me rejoignit en quelques pas. Je voulus lui raconter ce qui m'était arrivé mais à cet instant, une silhouette connue accrocha mon regard. Jules avançait au ralenti vers nous, vêtu d'un uniforme rouge qui n'avait pas l'air aussi ridicule sur lui que sur les autres soldats, curieusement.

"Fiancée ?" répétai-je, abasourdie. "Alors là, Elliot exagère ! Déjà qu'un type m'a serrée d'un peu trop près dans la cave ! Qu'est-ce qu'il regarde comme série, exactement ? Lily devrait activer le contrôle parental sur leur télévision."

Devions-nous nous estimer heureux qu'il ne nous ait pas envoyés dans un jeu reprenant Game of Thrones ? Pour le peu que j'en avais vu, c'était une série absolument épouvantable. Il me semblait que celle-ci ne soit guère mieux.

Jules approchait toujours et une fois à notre hauteur, il plaça les mains dans son dos et me demanda d'un ton important :

"Nos chambres sont-elles prêtes ? Je ne compte pas rester plus d'une nuit. Des affaires m'attendent à New York."

Je lui assurai que c'était le cas et il entra dans l'auberge sans plus nous adresser la parole.

"Ce n'est pas Jules." glissai-je à Anatole. "Il lui ressemble mais il n'a pas son char... Je veux dire, son chapeau."

Je baissai les yeux alors que les joues me brûlaient et décidai de changer de conversation :

"Dis-moi qui veut m'épouser, que je sache qui je dois éviter à tous prix."

Je relevai la tête et me mordis les lèvres.

"Un type qui avait l'air de bien me connaître m'a demandée d'étendre un jupon noir sur la corde à linge, là-bas. Je pense que c'est un espion au service des insurgés. Les soldats sont du côté de la Couronne, le camp opposé. Je crois bien sommes tombés au beau milieu d'une guerre."

Je laissai échapper un soupir et plaçai les mains sur mes hanches. Comment faire pour prendre la bonne décision ? Devais-je faire ce qu'Aby m'avait demandée ou tout le contraire ? Il est difficile de prendre la bonne décision quand on n'est pas concerné par le problème.

"Apparemment, notre cause est animée par la mort de mon frère, tué par les royalistes. C'est tout Elliot de se donner le rôle du martyr !" fis-je en roulant des yeux. "Et toi, as-tu appris des choses intéressantes hormis mon mariage prochain auquel je n'ai pas consenti ?"

Oui, j'étais totalement exaspérée.




.
crackle bones

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

« Planent planent sur nos têtes
des soleils tout-puissants »
Planent et brûlent la planète.
On s'éclipse un instant...
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t48211-the-impossible-girl-e http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t43841-journal-d-une-fille-impossible-ellie

Anatole Cassini


« Faisons comme si j'étais Merida.
Parlez-moi, je suis tout ouïe »


avatar




╰☆╮ Avatar : ➹ Dylan O'Brien

Ѽ Conte(s) : ➹ Intrigue Divine
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ✲ Un mystère

✓ Messages : 5970
Ѽ Les pommes : 2043574

╰☆╮Surnom : ➹ seb



✓ Disponibilité : Au coeur du Soleil ✯



Actuellement dans : « Faisons comme si j'étais Merida.Parlez-moi, je suis tout ouïe »


________________________________________ Hier à 13:40


Je peux t'emprunter un câlin ?
Promis, je te le rendrai. :-)




    « Qu'ai-je donc appris ? » demandai-je à voix haute.

    C'était une très bonne question que la jeune femme m'avait posé. En dehors du fait qu'elle devait se marier, qu'on avait été conduit ici par Elliot et que j'étais un royaliste, il n'y avait pas grand chose d'autre. Du coup, j'avais simplement hoché la tête en faisant mine de réfléchir à toute information que je me devais de partager avec Ellie. Tournant la tête dans sa direction, je lui fis un magnifique sourire.

    « Jules a du charme ? »

    Je n'en doutais pas. C'était quelqu'un de plutôt élégant et vue l'époque à laquelle il appartenait, il avait tout ce qu'il fallait pour faire fondre le coeur de la jeune femme. Mais elle le regardait ? Elle ? Ellie Sandman ? La femme qui prétendait ne pas savoir juger les hommes, car elle ne voyait que la douce et charmante Lily Olyphant ? Au moment même où je m'attendais à ce qu'elle réponde, deux barres apparurent sous mes yeux. La première - bleue - indiquant un pourcentage de 99%. La seconde - rouge - indiquant un pourcentage de 1%. Devant la première se trouvait le prénom de Jules, quand à la seconde, elle était précédait de mon prénom à moi. En haut, une phrase indiquait clairement : "Lequel des deux à le plus de charme ?"

    « J'ai l'impression que Elliot essaye de nous faire comprendre quelque chose. Mais je ne vois pas quoi. » dis-je, tandis que la barre rouge se mit à clignoter, ce qui eu pour effet de me faire sourire. « J'ai compris. Il a plus de charme, mais j'aimerai bien savoir qui a répondu à ce sondage. Parce que toi par exemple, Ellie, tu aurais voté pour lequel des deux ? »

    Tout en lui posant la question et pendant que le sondage disparaissait, je remis correctement mon costume en adressant un petit regard interrogateur à la jeune femme. Alors ? C'était qui qui allait avoir un pourcentage de plus ? Lui ou moi ? A dire vrai, je n'étais pas sûr de vouloir connaître la réponse.

    « Le Major... je ne connais pas son nom. Il ne me l'a pas communiqué. En tout cas c'est un Major. Plutôt grand, avec un air autoritaire et un petits sourire... inquiétant. C'est lui qui est censé être ton fiancé. Je me demande bien quel rôle je joue en dehors de celui qui meurt à la fin. »

    On avait passé le restant de la journée à se familiariser avec cet endroit. J'avais appris que je vivais chez un jeune homme et sa femme, du nom de Woodhull. J'aurai dû me rendre jusqu'à chez eux pour y passer la nuit, mais je n'avais pas envie de laisser Ellie seule. Elle était en train de faire la fermeture de l'auberge. Restant le dernier assis dans la pièce, je m'étais levé, afin d'aller poser mon verre vide sur le comptoir.

    « Tu veux que je passe la nuit ici ? Je ne pense pas que ce soit très prudent de te laisser ici toute seule. A tout moment ce Major pourrait débarquer. Bien que je ne pense pas non plus que je pourrai y faire quoi que ce soit, vue son grade et le miens. On pourrait prendre la fuite si tu le souhaitais. Une escapade dans la forêt en pleine nuit. J'ai une arme. Et même si je ne sais pas m'en servir, ça pourrait nous être utile. »

    Je lui avais montré mon fusil, celui des royalistes. Je n'avais pas encore mangé la moindre chose de toute la journée, et je m'étais contenté d'un verre de vin que je n'avais finalement pas bu. Personne semblait avoir remarqué ma présence, ni le fait que je ne correspondait pas au décors. Comme quoi un costume pouvait tout changer à la vue des autres personnes.

    « Tu sais pourquoi Elliot a fait tout ça ? Je veux dire que c'est un cadeau pour Pâques, mais tu as une idée de pourquoi il tenait absolument à faire cela pour toi ? »

    Je ne voulais pas dire par là, ou même insinuer qu'il avait tenté de nous rapprocher l'un de l'autre. La véritable question, était plutôt : pourquoi Elliot la mettait dans ce genre de situation à tout bout de champs. Est ce qu'il essayait de lui prouver quelque chose ? Voir de la préparer à une situation de ce genre où elle serait paumée quelque part sans pouvoirs ? Je me posais peut-être trop de questions. C'était surement qu'une simple coïncidence si à a chaque fois il la mettait dans des situations de ce genre.

    « Je ferai peut-être mieux de rejoindre mon chez moi. A défaut de pouvoir réellement rentrer à la colocation. »

    Combien de temps Elliot voulait qu'on reste ici ? J'avais fixé le sol, l'air pensif, ne m'imaginant pas une seule seconde qu'Ellie m'apporterait les réponses à mes questions. Elle devait en savoir autant que moi. Aucun d'entre nous savait réellement ce qui se tramait dans la tête du jeune homme.

    « Fais bien attention à toi, Ellie. »
    lui murmurai-je avant de récupérer ma perruque, de me la remettre sur ma tête et de quitter l'auberge.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Je peux t'emprunter un câlin ?
Promis, je te le rendrai. :-)


http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t69248-chronologie-rp-s-de-anatole-cassini#670683

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

TURN around, bright eyes! ❖ PLAYGROUND LOVE





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les loisirs :: ➹ Laser Game