Intrigues
Disney Rpg

Au Violent de
nos Songes
Juin 2017


Par delà
les Mers

Juillet 2017

Zootopie II
#ZozoTopie
Juillet 2017







Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


Au Violent de nos Songes - le 80ème événement de Disney Rpg ! ╰
➹ Création graphique : Rebekah Stormborn ♥ - Maître du jeu : Elliot Sandman ♥
Que les dieux de l'Australie soient avec vous !

Partagez | .
 

 On se fait un cul-d-chouette? (PV Diana Moon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Jack Sparrow


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Johnny Depp

Ѽ Conte(s) : Pirates des Caraïbes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Jack Sparrow

☞ Surnom : DDJACK

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 102
Ѽ Les pommes : 252




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Lun 12 Juin 2017 - 12:32



La nuit commençait à tomber sur Storybrooke et Jack en était déjà à sa première semaine piégée ici. Deux choses commençaient à lui manquer sincèrement. La mer et Tortuga. Après s’être renseigner auprès de plusieurs personnes, il avait fini par comprendre que l’endroit qui se rapprochait le plus de Tortuga dans cette petite ville était l’établissement qui portait le nom du « Rabbit Hole ». La chaleur avait été à son maximum, et Jack avait passé la journée à réfléchir à un plan d’action pour sortir d’ici. Il avait appris de source sûre qu’il n’était pas arrivé ici seul, et que ce n’était pas le fruit du hasard. Parmi les informations qu’il avait récolté, il venait d’apprendre que son cher Black Pearl était également ici, prisonnier d’une bouteille dans le sous-sol d’un soit-disant malade mental : Aloysius Black. Le fait qu’il soit un malade mental n’avait en rien effrayé Jack. Lui même était un genre de sociopathe peu commun. Non, c’était la petite description que l’on avait fait de l’endroit. La rumeur circulait comme quoi il s’agissait d’un des endroits les plus terrifiants de la ville. Mais Jack ne craignait pas la peur. Il ne craignait que la mort. Aussi, si il y allait seul et sans plan d’action, c’était ce qui risquait de lui arrivé. Pour mettre à bien son plan et enfin récupérer le Pearl pour sortir d’ici, il avait besoin d’enfants perdus. Par enfants perdus, il n’entendait pas les compagnons de ce cher garnement en collant vert, non. Il désirait recruter les personnes de la pire espèce. Ceux qui n’avaient rien à perdre. Ceux qui pensaient que Liberté était maître de chaque chose et de chaque action. Ceux qui n’avaient peur que d’une chose : que la mort les cueillent en chemin. Car on avait besoin de craindre la mort pour être à son maximum. Celui qui ne la craignait pas devenait complètement instable. Il risquait de faire plonger les autres sans s’en soucier car si on n’avait pas à craindre pour son même, on n’avait pas à craindre pour les autres.

Il avait fini par se vêtir comme les personnes de ce monde. 1) ce serait bien plus pratique pour se fondre dans la masse 2) il avait compris à ses dépends qu’être un Pirate ici n’était pas forcément un avantage comme chez lui.
Il s’était habillé dans un style sobre, mais efficace. Il s’était lavé, et paraissait beaucoup plus séduisant que dans sa tenue habituelle. Il n’était pas très à l’aise, mais au moins, il était moins reconnaissable. Car il avait appris à ses dépends qu’il était également connu dans ce monde, et ça, ce n’était pas sincèrement un avantage. Seule sa démarche chaloupée et caractéristique pouvait au jour d’aujourd’hui le démasquer. Mais ça, c’était plus fort que lui. C’était ce qu’il était.
Il but à nouveau une gorgée de Rhum. Il s’arrêta un instant et observa le mur situé sur sa droite, à quelques pas de la boîte de nuit. Il plissa des yeux, vacilla, puis fixa le mur en proie à une grande réflexion. Un tag encore tout frais resplendissait dans la nuit, fait à la peinture orange.

 « Simba c'est quand même le lion le plus beau que la Terre ait jamais connu. »

Simba, c’était quoi ce nom à coucher-dehors. Il ricana seul et jeta sa bouteille à moitié pleine sur le tag. La peinture commença à couler et on pouvait lire désormais :

 « Simba c'est quand même le fion le plus beau que la Terre ait jamais connu. »

Jack vacilla en arrière et se mit à ricaner seul. Comme à son habitude, il avait fait une action sans réfléchir et il en avait découler une conséquence drôle, chanceuse et magique. C’était merveilleux. Il adorait sa vie !
Il s’ébroua légèrement et reprit la direction du Rabbit Hole. A l’entrée, un gorille lui faisait face. Il devait avoir été Gorille dans sa vie d’avant, estima Jack qui commençait désormais à comprendre comment fonctionnait ce monde. Il s’avança d’un pas assuré. Il avait l’habitude de rentrer dans les endroits selects. Les bars à catins très prisés étaient sa spécialité. Il avait une technique infaillible. Il s’avança directement vers le videur et déclara d’un ton enjoué :

« Salut l’ami, dit moi, je ne te connais pas, tu ne me connais pas. Mais quelque chose me dit qu’entre nous, une histoire peut se créer… Oh, j’pense… Pas une histoire d’amour, mon coeur est trop libre comme le vent… Non une histoire banale : c’est l’histoire de l’homme qui veut rentrer. Et l’homme qui veut rentrer va donner de l’argent à l’homme qui peut faire rentrer. Et l’homme qui peut faire rentrer va écouter la proposition de l’homme qui voulait rentrer… Et l’homme qui peut faire rentrer va accepter la proposition de l’homme qui voulait rentrer, car elle est plus ou moins… Alléchante ! »


Il lui tendit un billet assez gras qu’il avait volé la veille. L’homme le dévisagea se saisit du billet, l’évalua, puis déclara d’une voix sans timbre :

« Bienvenue au Rabbit Hole Monsieur… ? »


« Smith ! »


Avec un grand sourire charmeur, il fit un clin d’oeil à une série de jeune femme qui attendaient leur tour pour rentrer. Il fit quelques pas et relâcha un peu la pression, laissant l’alcool guider ses sens, il avança dans le bar d’une démarche chaloupée. Il n’avait jamais vu endroit pareil. C’était un mélange peu-orthodoxe de nombreux vices des différents mondes.
Le thème de la soirée devait être sur le début de l’été annoncé dans ce monde : d’étranges personnages étaient quasiment tous vêtus de chapeaux de paille, d’une serviette de plage sur les épaules, et généralement un verre à la main. Ils buvaient tous une boisson transparente, fait de menthe, de rhum et de glaçons pilés. Il s’était léché les babines, et avait reconnu l’odeur du rhum à quelques mètres. Ses narines n’avaient pas que l’odeur du Rhum. Elle était mélangée avec une odeur acre d’alcool fermentée mélangée à de la transpiration.
Et il adorait ça ! Avec un sourire aux lèvres, il passa non loin d’une streap-teaseuse, ne lui adressa aucun regard et se dirigea vers une table où les gens semblaient jouer aux dés. Parfait pour commencer son intégration et trouver des canailles pour aller chercher le Pearl! Il s’installa à la table, et il fut accueilli par les habituels regards mauvais. Au dessus d’eux, sur une pancarte en ardoise on pouvait lire « Rabbit Hole, soirée Mojito : Apéro créoles & Barbecue proposés en extérieur ! Lâchez vous, et buvez sans modération ! ». Il commençait sincèrement à apprécier l’endroit.
Comme à son habitude, il observa les gens jouer. Ils étaient tous face à un vieil homme barbu, qui gagnait à chaque fois. Chacun essayait, chacun perdait. En même temps, c’était facile pour lui de gagner car on pouvait distinguer à la lumière alternative des spots qu’une masse supplémentaire était placée sur les dès. Il avait donc affaire à un tricheur… Ca tombait bien, lui aussi adorait tricher !

« Allez on y va, un p’tit Quinito ? Qui peut faire mieux que M. Giant ? Un p’tit 21 et vous gagnez à tous les coups ! C’est facile, qui mise, allez on y va pour 20 dollars ! »


Les gens passaient tour à tour, et ils se faisaient tous avoir un par un. Après avoir observé quelques lancements de dés et comprit d’où venait le problème d’équilibre des dès, il se plaça en face du vieux barbus. Il ne s’appelait pas M. Giant pour rien. Il devait faire au moins trois bonnes têtes de plus que ce bon vieux Jack. Avec un sourire mauvais, il déclara à la masse face à lui :

« On y va pour 100 dollars l’ami ! »


Ce dernier lui rendit un sourire édenté et ricana :

« Tu aimes le risque et tu as les nerfs solides… Tu cours à ta perte mais soit ! »


L’homme jeta les dés. Jack les fixa sans rien dire, il sentait le regard et le sourire suffisant de son adversaire face à lui. Les dés roulèrent lentement, ils commencèrent à ralentir… Et avant qu’ils ne s’immobilisent, Jack frappa la table en plein milieu. Les dès tournèrent un tour de plus et il forma 21. Il avait gagné !

«  Allez !! QUINITO ! Envoie la monnaie vieille canaille ! »

Mais l’homme n’avait pas l’intention de lui faire ce plaisir. Avec une rapidité impressionnante, il le saisit à la gorge et commença à serrer pour l’étouffer. Il sentait la température de son corps monter comme un jour de canicule et son cerveau manquer peu à peu d’oxygène. Mais ce bon vieux Jack Sparrow avait l’habitude. Il ne comptait pas mourir aujourd’hui… Il se saisit de sa main libre de l’immense verre de Mojito face à lui et le fracassa contre le crâne de son adversaire. Ce dernier le lâcha immédiatement et sembla sonné un instant. Jack en profita pour se libérer, se saisit de l’argent étalé sur la table, et le jeta en l’air. Cette action eut l’effet escompté, tous les ivrognes autour de lui se jetèrent sur l’argent et créèrent une cohue démoniaque. Jack en profita pour sortir de la meute d’une roulade sur le côté. Il se redressa, vacilla et mit une autre poignée de billet à l’intérieur de sa veste. On ne roulait pas Jack Sparrow dans la farine !
Il se dirigea vers le bar, content de pouvoir dépenser son argent malhonnêtement gagné. C’est alors qu’il percuta une silhouette. Il grogna :

« Tu peux pas regarder où tu vas l’ami ? »



Capitaine. Capitaine, Jack Sparrow.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t72135-ca-serait-p-t-etre-mi http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t72136-souvenez-vous-de-ce-jour-comme-celui http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t72139-rps-jack-sparrow En ligne
 Page 1 sur 1

On se fait un cul-d-chouette? (PV Diana Moon)





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les loisirs :: ➹ Le Rabbit Hole