Halloween Party
de Sasha Hale

Le Péché Divin
de Hadès

Halloween Party
de Sasha Hale


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Le Péché Divin ☆ Evénement Divin #29
Une mission de Neil Sandman - Ouverture : 18 octobre 2017
« Après avoir péché, il faut expier... quel que soit le prix à payer ! »

Partagez | .
 

 Meurt un autre jour [Blake]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Heshvan Chase


« Hadès c'est le plus beau »


avatar


╰☆╮ Avatar : Jack Falahee

Ѽ Conte(s) : Robin des Bois.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Son fils Flint, qui a continué de faire vivre la légende après son père.



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 368
✯ Les étoiles : 505




Actuellement dans : « Hadès c'est le plus beau »


________________________________________ Dim 18 Juin - 14:46


Meurt un autre jour


Le regard d'Heshvan ce posa sur la pierre grise. Les quelques rares fleurs qu'il avaient pu amener était déjà fané, part la chaleur et le temps sec. La pierre tombale n'était pas grande. Parce qu'il n'avait jamais eu les moyens d'en offrir une comme il ce doit à sa sœur. Maintenant un mois qu'elle n'était plus. Heshvan était encore tiraillé. Il ne savait pas comment réagir. Bien sur, la colère le dévorait chaque jour. Il s'imaginait encore vouloir appuyer sur la gachette afin de tuer cette homme qui avait assassiner sa sœur. Mais le canon pointer sur sa tête par Emily l'avait empêcher de tirer.

Quoi que, il n'y avait pas que ca. Il savait qu'Emily ne lui tirerait jamais dessus. Parce que c'était trop tard, elle était déjà attaché. Quand à lui, quel homme serait t-il pour tuer quelqu'un sans pitié ? Il n'avait jamais été comme ca. Alors il était là. A ressasser les souvenirs. Lui et sa sœur, seuls au monde dans cette grande maison qui appartenait à leurs tante. Heshvan repensait encore au coup que lui assenait ses cousins quand sa sœur l'avait lachement abandonner, et qu'il n'y avait plus personne pour le défendre.

Maintenant il avait un très bonne encaissement au coup, et il savait très bien ce défendre. Il en voulait à sa sœur. D'être partis. D'avoir arnaquer des personnes qui ne le méritait pas. Il lui en voulait tellement. Et maintenant elle était morte. Il ne pouvait que s'en vouloir. Après tout, il ne lui avait fait que des reproches, l'accusant, deversant sa rancoeur contre elle. Et même quand elle essayait de faire des efforts pour qu'il la pardonne, il continuait d'être insolent avec elle. C'était peu être sa punition, après tout.

Il ce détourna, laissant ce passé vaste derrière lui et avançant vers ce présent et ce futur qui lu ouvrait les bras. Emily n'était plus là depuis longtemps maintenant. Il ne s'en faisait pas pour elle, il savait qu'elle était coriace et pleine de ressource. Il lui en voulait juste qu'elle l'ai laissé tombé ainsi. Bientôt un mois. En même temps, la dernière fois qu'il l'avait quitté, elle l'avait laisser crouler au commissériat, puis pointer une arme sur la tête en lui disant que si il tuait le meurtrier de sa sœur, elle tirait. Heshvan tenta d'avaler cette pillule plutôt dur, afin de rentrer dans son appartement et ne pas paraître froid et sombre au yeux de Nudge, ca nouvelle colocataire.

▬ « Oh non.. » souffla t-il, en aperçevant le visage sournois de cette présence féminine qui occupait un peu trop son appartement ses derniers temps. Bien installé sur le canapé, Blake semblait avoir pris ses aises. Heshvan était désespérée. Depuis qu'Emily était partit, une nouvelle profiteuse avait prit place dans son appartement. C'était déjà asse dur pour lui de la supporter, car elle avait don de l'agacer. Mais en plus, elle avait trop tendance à vidé son frigo. Heshvan devait déjà s'occuper de l'armurerie en l'absence d'Emily, ce qui lui donnait deux fois plus de charge de travail.

Mais devoir gérer Blake, c'était trois fois plus de charge de travaille. « Je vais finir par changer de canapé. » declara t-il en observant la déprimée vautré bien au fond du canapé avec des chips entre les doigts. Il était clairement désespérée et il ne savait plus quoi faire de ce ventre sur patte. Le pire c'est qu'elle avait tendance à venir à n'importe qu'elle heure de la nuit et s'invité dans son lit comme si tout était normal.

Pourquoi était t-il encore surpris alors que Nudge était pas loin d'être la même ? Bien qu'elle demeurait moins sadique que Blake. Il fixa cette éternelle larve, qui semblait etre mit sur le bouton off, les miettes de chips décorant ses lèvres comme des guirlandes. Il voudrait bien qu'Emily revienne. Et vite. Il entreprit de la déloger du canapé en essayant de la bouger. Mais ce fut comme essayer de déloger une pomme de terre bien encré sous terre. Heshvan ne savait pas d'ou elle tirait cette force, mais il lui était impossible de délogé Blake et ses protestations de son canapé plein de chips.

▬ « Ne me force pas à utlisé les grands moyens ! » commença t-il, alors que Blake ne semblait nullement impressioné. Très bien. Heshvan emit un sifflement avec ses lèvres, appellant Buckingham qui dormait paisiblement dans la cuisine. Le chien arriva en trombe. Heshvan lui caressa la tête, avant de glisser quelque mot dans son oreille. L'animal tourna la tête vers Blake qui semblait le surveiller du coin de l'oeil comme la peste. Puis le chien finit par sauter litteralement sur la jeune femme, qui semblait lacher un hurlement. Heshvan ce mit à rire, avant de s'en aller jusqu'à la salle de bain en entendant le mot '' épidémie'' ''maladie'' de la bouche de Blake.



Après avoir travailler toute la journée, il entreprit de prendre sa douche pour ce débarasser de ses pensées negative et ce détendre. Bien que l'eau commençait à couler pour venir ruisseler sur sa peau, il semblait qu'on venait d'ouvrir la porte. Il passa la tête à travers le rideau avant de sentir son cœur raté un battement de surprise.

▬ « Evidemment. Ca te tuerait de me laisser deux minute de répits ? » s'ecria t-il. «  Après le lit, le canapé, tu vas pas non plus venir te laver avec moi ? » lacha t-il irrité. Il avait beau essayer de lui faire comprendre qu'il existait une potentielle barrière d'intimité entre deux personnes, tout comme Nudge, elle ne semblait pas l'avoir compris non plus. Pourquoi il tombait toujours sur les arriérées ? Le visage malicieux de Blake commençait à le faire douter de sa présence. Heureusement que le rideau le cachait, il ne ce voyait pas s'exibé devant Blake. Quoi que, la douche s'en chargea pour lui. Le jet d'eau ce projeta sur le rideau qui s'éloigna de l'autre coté de la baignoire, révélant le corps nu d'Heshvan devant Blake. Il ce cacha aussitôt la partie intime, trempée, énervée. «  Bon, c'est bon, le spectacle est finit, tu veux bien dégager de la salle de bain maintenant ? » pour l'amour du ciel ! Heshvan n'avait jamais vue quelqu'un d'aussi gonflant.

Il attrapa une serviette qu'il enroula autour de sa taille, avant d'entendre Blake murmurer quelque chose comme quoi il était en train de lui donnée faim. Il releva la tête , scandalisé, perturbé.

▬ « On va ce calmé et on va reculé gentiment jusque dans le couloirs ! » La prévint t-il. Il n'était pas dupe. Cette sournoiserie qui s'affichait sur son visage caractérisait parfaitement qu'elle avait quelque chose derrière la tête. Il savait que Blake était décalé au point d'essayer de le mordre. Après tout, elle avait déjà essayé lorsqu'il avait voulu reprendre sa pizza. « Non ! » Trop tard. C'était comme essayer d'interdire à un chien de ce jeter sur un os. La jeune femme lui sauta dessus et il tomba dans la baignoire, la serviette s'envolant, nu, avec Blake à quali-fourchon sur lui. Il aurait du être surpris, mais la douleur fut la première chose qui vint le sonner. Il ce massa le front avant de ce rendre compte que non seulement il était nu, mais en plus Blake était perché sur lui.

« Bon sang ! Je suis pas Emily ! Tu peu pas entré et faire ca ! »
s'enerva t-il. Bien qu'une pensée troublante s'insinuait en lui quand il ce rendit compte de sa phrase douteuse. Il ne savait pas si elle avait pour but de le mangé ou de profité de lui. En fait, ces deux pensées lui faisait carrément peur. Un terrible malaise s'installa en lui, observant le visage de Blake penché au dessus du sien. C'est pas qu'elle commençait à lui données des envies, mais quand même. Il veut bien être un mec bien, faut pas abusé non plus. Cette situation aurait pu dénégéré avec n'importe qui, sachant qu'en plus Blake était plus un avion de chasse perché sur des talons qu'une camionnette boutonneuse.

▬ « Non non non ca va pas le faire ! » Paniqua t-il, balançant Blake sur le coté et ce relevant en trombe pour sortir de la baignoire et refermer la porte en s'appuyant contre celle ci après. Il lacha un soupire, freinant ses ardeurs masculines qui n'avait pas été indifférent par rapport à leurs positions douteuse. Au final, il pensait peu être repartir à l'armurerie jusqu'à temps que Blake soit partis de chez lui.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


It ain't never gonna be enough
Pop the champagne Start a fire ▬We made it Put your hands up Raise them higher We made it We're on top of the world We live nights in the flame Bold dreams in our brain But we know we're okay Just like a storm is rising Lights up a spark inside us



Blake Malone


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


avatar


╰☆╮ Avatar : Gal Gadot

Ѽ Conte(s) : légendes antiques
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : la Manticore

☞ Surnom : Bekah, Winnie

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1062
✯ Les étoiles : 327




Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Mar 20 Juin - 1:12

Meurs un autre jour
Heshvan & Blake

27 jours 14 heures et 36 minutes. Depuis qu’Emily avait disparu de la circulation, je comptais les secondes. Et bon sang qu’elles étaient longues sans mon poussin ! Je n’avais plus personne à harceler au téléphone lorsque je m’ennuyais au bureau. Plus personne à emmener en week-end improvisé au fin fond du désert américain. Oui, Emy me manquait. Sa bouille renfrognée me manquait. Ses sourcils froncés me manquaient. Sa façon de me gueuler dessus en permanence aussi. Je tournais en rond, comme un lion en cage.
En désespoir de cause, je m'étais rabattue depuis peu sur la roue de secours en cas d’ennui extrême : mon petit merdeux. Ou Heshvan pour ceux qui aiment s'embêter avec les prénoms. Pour passer le temps, j’avais décidé de venir lui pourrir l’existence. Et squatter son canapé par la même occasion. Le mettre mal à l’aise en un temps record m’aidait à surmonter le manque grandissant qui m’habitait. Puis c'était un pote d’Emily, alors il pouvait au moins faire semblant de compatir à ma détresse…

Oh non… Affalée dans le canapé du salon tel un cachalot échoué sur le rivage, je regardais la télévision d’un œil vide, la main dans un paquet de chips déjà bien entamé. Je ne réagis même pas à l’arrivée d’Hesh dans son appartement. J'étais mollement absorbée par un épisode d’Hannibal. Ce type avait de très bons goûts culinaires. Je vais finir par changer de canapé. Ce ne serait pas une mauvaise idée. Celui-là n'était pas d’un grand confort. Crounch crounch. J’engloutissais chips après chips sur un rythme régulier. Heshvan essaya de me pousser pour que je bouge du sofa, mais j'étais tellement amorphe que je glissai sur le flanc, prenant de ce fait encore plus de place sur le canapé. Ne me force pas à utiliser les grands moyens ! Impassible, mes yeux fixaient toujours l'écran de la télé. Soudain, une abomination sur quatre pattes déboula dans le salon. Un chien. Buck la Tique. Je détestais les chiens. Aucune élégance, aucune tenue, des imbéciles dégoûtants. Je coulai un regard morne dans sa direction. Si tu t'approches sale bête… Ce taré de clebs me sauta dessus, langue baveuse dehors. KYAAAH DÉGAGE DE LÀ SALETÉ !! Qui sait quelles épidémies tu te traînes ? Garde tes maladies, je veux pas choper la leishmaniose ! Heureusement, il me suffit d’un grognement pour calmer les ardeurs de ce démon poilu qui alla se carapater dans son panier. Lui un jour j’allais lui faire sa fête. Je me levai, toralement sortie de ma léthargie. J’époussetai mes vêtements, écœurée. J’ai plus qu’à brûler tout ça et prendre une douche.

Tiens tiens tiens… Avant d’ouvrir la porte de la salle de bain, je n'avais pas fait attention au bruit de l’eau qui coule. J'étais trop occupée à maudire ce chien de malheur. Aussi fus-je presque surprise de voir une ombre derrière le rideau de douche. Je m’adossai à l’encadrement de la porte, bras croisés. La tête d’Hesh passa de l’autre côté du rideau. Je ne pus retenir un rire en voyant ses yeux sortir de leurs orbites. Évidemment. Ça te tuerait de me laisser deux minutes de répit ? Après le lit, le canapé, tu vas non plus venir te laver avec moi ? Oh mais c’est qu’il était timide le pauvre chou. Si c’est une invitation, je suis pas contre. Que j’aimais le mettre dans tous ses états ! À ma plus grande joie, un jet d’eau imprévu fit voler le rideau de douche, ne laissant plus aucune place à l’imagination. Vraiment plus. Une gêne immense camouflée en colère imprégnait le visage du brun. Bon c’est bon, le spectacle est fini, tu veux bien dégager de la salle de bain maintenant? Je ne bougeai pas d’un pouce. Pour accentuer son malaise, je me mis à le fixer avec insistance. Mon regard était bien trop appuyé pour être innocent. Je pris le temps de détailler sa carrure, m’attardant sur ses cuissots qui ne demandaient qu’à être croqués. Heshvan coupa court à mes contemplations en s'enroulant dans une serviette. Je passai une langue gourmande sur mes dents du haut. Tu me donnes faim. Je ne plaisantais qu’à moitié. Le brun dut s’en rendre compte car sa réponse ne se fit pas attendre : On va se calmer et on va reculer gentiment jusque dans le couloir ! Mais il était déjà trop tard. Le mode prédateur était enclenché, impossible de faire marche arrière. On n'arrête pas un train en marche. Une lueur bestiale éclaira mes sombres prunelles alors que je bondissais sur ma proie. La violence de l’impact fit basculer Heshvan en arrière. Je me retrouvai assise sur son ventre, mes mains appuyées contre le sol de la baignoire de façon à encadrer son sa tête. Adieu serviette salvatrice, le pudique était à découvert. Bon sang ! Je suis pas Emily ! Tu peux pas entrer et faire ça ! Emily ? Qu’est-ce que mon poussin venait faire dans l'histoire ? Ah moins que… Si on rentre à trois dans la baignoire, faudra voir avec elle quand elle reviendra, insinuai-je avec malice. Hesh ne savait plus où se mettre. Et ma façon de me dévisager sans aucune retenue ne l’aidait certainement. Deux pulsions pas si opposées que ça se bousculaient dans mon esprit. J'étais tiraillée entre l’irrésistible envie de planter mes crocs dans sa chair tendre, et le désir de voir de quoi était capable ce corps musclé en action… En parlant de désir, celui du brun commençait à se faire sentir. Je faisais toujours mon petit effet. Non non non ça va pas le faire ! Détalant comme un lapin coursé par une meute de chiens, Heshvan me faussa compagnie pour se calfeutrer derrière la porte de la salle de bain.

Trop facile. Pour obtenir ce que je voulais avec cet enquiquineur de première, j’avais juste à le pousser dans ses retranchements. Et d’après mes récentes études, les rapprochements charnels lui étaient très peu soutenables. Maintenant que la salle d’eau était à moi, je me dévêtis pour enlever toute trace de léchouille canine sur ma peau. Je me fis couler un bain avec beaucoup de mousse. Je mettais toujours plus de savon que d’eau. Parce que l’eau… je n’aimais pas ça. Une fois installée dans la vasque, je me fis un plaisir d’assener le coup fatal à Hesh. Si tu comptes retourner à l’armurerie, t’auras besoin de tes clés… Ces dernières étaient justement en train de valser entre mes doigts. S’il voulait les récupérer, il allait devoir revenir sur le champ de bataille. Lorsqu’enfin il daigna ouvrir la porte, je lui offris mon plus beau sourire, agitant le trousseau au-dessus du bain. Quand j’estimai que la torture avait assez duré, je lâchai les clés. Plouf. Oups. Je m’amusais comme une folle. Toutefois, le jeu avec les nerfs d’Heshvan fut écourté par la sonnerie de son portable. Je me renfonçai dans la baignoire, frustrée. Ce monde était rempli de rabat-joies. On ne pouvait même plus jouer tranquille sans être embêté par un coup de fil. C'est quiii ? criai-je tandis qu'Hesh, toujours en serviette, décrochait.

Emi Burton

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t67861-termine-blake-o-every http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t68224-blake-o-oh-baby-it-s-a-wild-world http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t68225-our-cracking-bones-make-noise

Heshvan Chase


« Hadès c'est le plus beau »


avatar


╰☆╮ Avatar : Jack Falahee

Ѽ Conte(s) : Robin des Bois.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Son fils Flint, qui a continué de faire vivre la légende après son père.



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 368
✯ Les étoiles : 505




Actuellement dans : « Hadès c'est le plus beau »


________________________________________ Ven 23 Juin - 16:01


Meurt un autre jour


Allo la SPA ? Ce serait pous déposer un nouveau pensionnaire. Peu être était-ce le désarroi qui poussait Heshvan à considéré cette décision, avant de penser que c'était tout à fait ridicule. Il pensait peu être à enfermé Blake dans cette salle de bain jusqu'à ce qu'une personne la réclame. Mais il ce dit que ca ne servirait surement à rien, elle était capable de l'arracher d'une mains. Ce qui était très impressionnant quand même.

La dernière fois qu'il avait essayé de refermer une porte sur elle, elle était tombé raide et Blake s'en était sortit sans aucune blessure. Il était toujours appuyé contre la porte, lorsque la voix de cette maudite sorcière ce fit entendre à travers la porte. Si tu comptes retourner à l’armurerie, t’auras besoin de tes clés…  Les clés ? Heshvan ce retira de la porte pour revenir dans la salle à manger. Il posait toujours les clés sur la table basse. Elle n'était plus là. Oh la garce ! Heshvan allait clairement la tuer. Il revint vers la porte, hésitant. Il ignorait ce qui l'attendait sur le champs de bataille. Mais il devait retourner au front, coûte que coûte. Il ouvrit la porte en passant la tête.

Elle était là, dans sa baignoire, le sourire provocateur et manipulateur. Remonté jusqu'à ses oreilles pour étirés ses yeux malicieux. Les clés tournoyèrent, tournoyèrent et ...Oups. Son air faussement désolé et innocent lui donnait l'envie de la noyer sous cette tonne d'eau. Elle est entièrement nu là dedans en plus ... pensa t-il. Bizarrement, il sentait ses oreilles chauffer et n'aurait souhaitez voir la couleur de son visage à cette instant même. Il regarda Blake en croisant les bras, irrité. Elle en profitait. Et il n'irait pas rechercher les clés dans cette baignoire. Que pensais-t-il déjà ?

Ah oui, la SPA ! A partir du moment ou on ronronne dans son sommeil, on peu être considéré comme un animal ? Heshvan n'avait pas de temps à perdre, il avait beaucoup de travaille à l'armurerie depuis la disparition d'Emily. Il n'avait ni le temps pour une pose, ni le temps pour les caprices de Blake et ses humeurs joueuses. Il était même certain que les clés n'était une divertion pour mieux l'enterrer juste après. Il passa une mains sur son visage, alors qu'elle semblait s'amusé comme une folle à le torturé ainsi. Il était pas ce genre d'homme : Celui qui entraine chaque proie dans son lit majestueux pour remplir un tableau de chasse.

▬ « Bon allez, assez jouer, rend moi ca. » décréta t-il en désignant les clés. Le problème avec Blake, c'est qu'elle avait cette particularité d'amadouer son monde avec ses beaux yeux de biches. Heureusement, son portable vint le sauver. Il l'attrapa pour le fourrer contre son oreille, la mains appuyer sur sa hanche et l'autre contre la coque de l'appareil. «  Allo ? » fit t-il. Son interlocuteur était une femme. Il plissa les yeux, il ne connaissait pas cette voix. La femme parla à une vitesse fulgurante. C'est quiii ?  grinça la voix de Blake non loin de lui.

▬« Shhhhh ! » lui intima t-il, essayant de ce concentrer. Déjà que son interlocutrice parlait trop vite, mais si la voix de baba yaga devait ce mélanger avec celle de l'inconnu, il n'avait pas finit. Il ne prêta pas attention à la moue véxé de Blake, lui tournant le dos délibérément. L'interlocutrice parlait d'une enquête non résolue. Elle avait des informations sur une personne, qu' Emily avait demandé avant de disparaître. Heshvan ce figea, déconcerté. « Emily ? » répéta t-il. Il entendait déjà les hurlements de Blake dans son dos, qui devait surement croire qu'il était avec la blonde au téléphone.

▬ « Mais pourquoi moi ? Ce n'est pas mon boulot. » répondit t-il. Pourquoi lui confiait t-elle l'enquête de la blonde ? Son interlocutrie ne lui laissait aucunement le choix. Elle lui indiqua un point de rendez vous qui ce nota rapidement dans sa tête. Puis elle raccrocha avant qu'il ne puisse demander davantage d'explication. Il ce retourna dans le but d'apercevoir Blake, mais elle n'était plus dans son bain. Oh merde. Il sursauta lorsque la voix de la brune retentit à quelque centimètre de ses oreilles, manquant de lui démolir les tympans au passage. Il recula abruptement et ecarquilla les yeux en découvrant que la brune n'avait même pas pris la peine de mettre une serviette. «  Bi... » sa voix partie dans un mélange de mot incompréhensible. Décrochant un sourire de Blake, complétement ravie de sa fourberie. Heshvan dirigea son regard ailleurs, ce maudissant de voir la sortie bouché par la perfidie de Blake.

« Tu me passes une serviette ? » MERCI ! Heshvan attrape rapidement une serviette qu'il lança en direction de la brune. Il attendit patiemment qu'elle ce l'attache autour du corps. Sauf qu'elle ne fit que l'enlacer autour de sa tignasse sombre. Malheur. Et en plus cette façon de le regarder avec insistance pour le désarmé marchait. Heshvan n'ayant pas du tout le temps de jouer, attrapa les clés et entreprit de prendre Blake par les epaules pour la décaler de la porte et sortir en trombe, déclenchant sans doute l'hilarité de celle ci. C'était pas vrai, il ne fuyait pas l'agente féminine ! Il n'était tout simplement pas du genre à effectuer des pratiques pour que ca ne dur qu'une nuit ou une journée. Et Blake semblait le mettre sur le grill, pour mieux le cuir à chaque instant. D'ailleurs, rien que l'idée de s'imaginer avec Blake lui déclenchait des frissons. Il avait trop peur qu'elle lui arrache un bout d'oreille avec ses dents lors de l'acte. Puisqu'elle ne savait pas faire la différence entre le désir et la faim.

Heshvan sh'abilla en deux trois mouvements, sans prêter la moindre attention à B qui trainait dans la maison. De toute façon il y allait sans elle ! Il attrapa les clés après avoir mis un tee-shirt et ce dirigea vers la porte, mais bientôt, la fille de satan était de nouveau de retour pour lui barrer la route. Ca devenait franchement une habitude.

▬ « Bon sang, mais t'a pas autre chose à faire que de croiser mon chemin sans arrêt ? Ta pas d'autre salle de bain à visité ? » grogna t-il, alors qu'elle lui criait dans les oreilles qu'elle voulait venir. Heshvan lacha un rire. «  Non, j'y vais sans toi. Tu vas faire peur à cette pauvre femme avec tes manies animalière ! » dit t-il en croisant les bras. Elle semblait presque offusqué de sa phrase.Il voulu la décalé de la porte. Mais elle était cramponner au sol. Forcément, elle devait utilisé sa force d'Hulk pour qu'il ne puisse la déplacer à sa guise. Abandonnant l'effort, fixant le visage fière et étincelant de la brune, une idée traversa l'idée d'Heshvan, qui émit un sourire sournois. De quoi faire douter Blake pendant quelque minute. Ah c'était comme ca ? Et bien jouons. Il attrapa un steak dans le congélateur et le remua sous le nez de la brune. Son attention fut retenu dans le morceau de viande, comme un chat avec une pelotte de laine. C'était limite si il n'avait pas vue des pupilles s'agrandir.

▬ « B ? Steak ! » cria t-il.Il jeta le steak sur le canapé. La brune fonça en libérant le passage de la porte. Heshvan s'y engouffra à toute vitesse, et courru dans les escaliers pour echapper à cette diablesse. Son cœur tembourinait dans la poitrine de fatigue, mais il s'en moquait. Son esprit était bien trop concentré sur la requête de la femme pour qu'une petite course viennent interrompre ses pensées. Il devait trouver un moyen de ce debarasser de Blake, avant qu'elle ne le rende complétement dingue. Il sortit de l'immeuble et jeta un dernier coup d'oeil derrière lui, juste au cas ou elle avait dans l'idée de le suivre. Heshvan tourna dans le coin d'une rue, contournant son immeuble. Il ce rapprocha du centre ville, et tourna une dernière fois dans une rue un peu plus étroite et peu fréquenté. L'ombre d'une femme l'attendait.

« Vous êtes seul ? » demanda t-elle en plissant les yeux. Heshvan secoua la tête, il était sur est certain que Blake l'avait suivie. Il ce tourna pour regarder derrière lui, avec un visage fortement agacé.

▬ « C'est bon je sais que tu es là. Sors. » soupira t-il. Quand Blake avait vraiment décidé d'aller jusqu'au bout pour lui mettre des batons dans les roues, il ne pouvait pas l'arrêter. Et avec Emily, il avait l'habitude d'être suivie dans l'ombre. Il laissa les mains dans ses poches alors que la brune c'était placé à coté de lui. Il devait avouer qu'elle était grande pour une femme, mais pas autant que lui.

Par contre, la différence de taille entre elle et la femme était fulgurante. Alors que B arborait une taille de mannequin digne des films hollywoodien, l'interlocutrice mesurait trois têtes de moins et demeurait petite et menues. De quoi en faire salivés les détraqués. La femme portait un chapeau sombre qui lui couvrait presque le visage. Pour un peu, on ce serait cru dans James Bond. Heshvan était certain que ce qu'il était en train de faire allait encore le conduire dans un périple. Il en avait le préssentiement et l'envie de faire demi-tour le titillait.

« Miss Duck m'a assigné à la recherche d'un pyromane. Il pose des bombes partout, faisant sauté les édifices de Storybrooke. Je ne sais pas pour qui il travaille, mais voici sa photo. » L'inconnu joigna la parole par un cliché d'un homme dont la tête était particulièrement flippante. Il possédait une barbe, des petits yeux, et des traits grossiers. On aurait dit un mal-famé des quarties pauvres. Pas étonnant qu'il ai été engagé pour faire le sale boulot à la place de quelqu'un. Personne ne soupçonnerait un type de la sorte. «  Miss Duck savait pour qui il travaillait. Il s'agit de sa pièce manquante. » Heshvan redonna le cliché à la femme, enigmatique. Pourquoi Emily ce souciait t-elle d'un poseur de bombe ? C'est ce qui travaillait Heshvan.

▬ « Ce ne sont pas mes affaires, ce sont celle d'Emily. » répondit t-il. La femme tourna la tête de gauche à droite, avant de ce penché proche de leurs visage.

« Elle ne répond plus à mes appelles. Il faut arrêter cette homme, j'ai entendue dire qu'il allait poser une bombe ce soir, mais on ne sait pas ou. Si on ne l'arrête pas, des vies vont être arrachés. » Heshvan la regardait, conscient que maintenant qu'il était dans la confidence, il n'avait pas d'autre choix que d'agir. Il ne pouvait laisser des vies en jeux. Il était trop bon, trop noble, pour laisser des innocents mourir. Il avait encore cette instinct d'aider les gens. C'était toujours ce qu'il avait fait, et quand il tentait de le chasser, il revenait frapper à sa porte. Il s'imaginait déjà Blake saliver à l'idée d'avoir des lambeaux de chaire comme goûter. Il lacha un soupire, reprenant la photo entre ses mains.

▬ « Qui est-ce ? » demanda t-il. «  Comment le trouve t-on ? » et surtout, comment trouve t-on une bombe destiné à faire de gros dégats ? Il y avait tellement de choix possible.

« Many clane. Je ne sais pas ou il ce trouve, sinon je ne ferais pas appel à vous. Mais si vous souhaitez le déniché, il y'a un moyen d'avoir quelques informations. »
Heshvan plissa les yeux, plus attentif que jamais. « Les gangs des rues possèdent diverses tanières ou ils peuvent exécutés des activités illégales. Trouvez les, vous trouverez surement des coé-quipier, des amis, des ennemies ou des collègues de votre terroristes. » Heshvan avait l'impression de revenir un mois en arrière. Lorsqu'il était à deux doigt de commettre un meurtre pour venger sa sœur. Lorsqu'il avait attendu toute la nuits dans une voiture avec Emily à la sortie d'une boite. Alors que ses pensées vagabondèrent, il releva la tête pour demandé autre chose, mais la femme avait disparu, les laissant planter là.

▬ « Super. Tout bonnement super. » grommela t-il. Bien que Blake remuait et semblait tout excité à l'idée de mener une enquête à la James Bond. De toute façon, dès qu'elle avait entendu le mot bombe, Heshvan savait qu'il l'avait carrément perdu. Ca avait ses effets magiques sur Blake, ce genre de mot. Autant que le mot steak. Deux options s'offrait à eux. Allez soustirer des informations à la famille, ou s'aventurer dans les lieux obscurs des gangs pour déniché quelqu'un qui connaissait leur terroristes. La première idée lui paraissait raisonnable. Mais il savait qu'il y'en avait une à coté de lui qui n'attendait qu'une chose : Frapper tout les trafiquants et délinquants pour attraper cette bombe et faire joujoue avec. Non surpris serais t-il qu'elle la garde comme animal de compagnie dans un coffre fort.

▬ « Je déteste cette journée ! » ce plaignit Heshvan. Elle avait déjà mal commencé par l'esprit malfaisant juste à coté de lui, et elle allait surement ce poursuivre sur ...leurs morts ?

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


It ain't never gonna be enough
Pop the champagne Start a fire ▬We made it Put your hands up Raise them higher We made it We're on top of the world We live nights in the flame Bold dreams in our brain But we know we're okay Just like a storm is rising Lights up a spark inside us



Blake Malone


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


avatar


╰☆╮ Avatar : Gal Gadot

Ѽ Conte(s) : légendes antiques
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : la Manticore

☞ Surnom : Bekah, Winnie

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1062
✯ Les étoiles : 327




Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Sam 1 Juil - 21:03

Meurs un autre jour
Heshvan & Blake

Nan mais d’où il se permettait de me dire chut ? Ce n’est pas parce que l’on était chez lui qu’il avait tous les droits. Bientôt il m’ordonnerait de sortir de la baignoire sur son ton de petit prince que ça ne m’étonnerait même pas. Les gens se permettaient tout de nos jours. Il n’y avait que moi qui avais le droit de me dire chut. Et je me le disais très rarement. Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison que mes paroles étaient toujours intéressantes, ou à défaut, passionnantes. Je me renfonçai donc dans mon bain moussant, la mine boudeuse. Les téléphones avaient la fâcheuse manie de sonner aux pires moments. Ah par contre quand on en avait besoin, là comme par hasard il n’y avait plus personne hein. Cependant, lorsque le nom d’Emily sortit de la bouche d’Heshvan, je mis tous mes sens en alerte. On avait retrouvé Emy ? Mon poussin avait refait surface ? Elle est où ?! hurlai-je en jaillissant hors de l’eau. C’est Emy au bout du fil ? Passe-la moi que je lui dise ma façon de penser ! Comment elle a pu partir comme ça, sans même un post-it sur le frigo ? Je vais lui balancer mes quatre vérités, elle va m’entendre. Pas moyen que je la laisse s’en tirer à si bon compte. Mon poussin me devait des explications. Et pas qu’un peu.
Je m’avançai à pas de loup vers Hesh qui discutait toujours avec un mystérieux interlocuteur. J’avais vite compris qu’il ne s’agissait malheureusement pas de ma blondinette préférée. Je parvins enfin à distinguer la voix qui grésillait dans le haut-parleur. C’était une femme. Elle indiqua une heure et un lieu de rendez-vous. Oh mais c’est qu’on me fait des cachotteries ? Je ne savais pas que le brun était de ce genre-là. Il cachait bien son jeu derrière ses attitudes de pudique coincé. HA HA ! tonnai-je à son oreille. Il était pris la main dans le sac. Je voulais tout savoir de cette hypothétique future madame Petit Merdeux. Il aurait dû me dire qu’il en pinçait pour une standardiste, je lui aurait arrangé un dîner aux chandelles… Bon, je me serais invitée pour tout foutre en l’air et casser la croûte au passage, cela va sans dire. La bouille estomachée d’Heshvan m’arracha un sourire fourbe. C’était tellement facile de le mettre mal à l’aise. Toutefois, je ne m’en lassais jamais. Je lui demandai une serviette, qu’il fut ravi de me passer. J’entrepris alors de l’enrouler autour de mes cheveux. Eh quoi, je ne voulais pas qu’ils gouttent de partout et fassent des flaques sur lesquelles je risquais de glisser. Puis surtout, je n’avais pas envie qu’ils frisent à cause de l’humidité.

Hesh s’apprêtait à rejoindre sa dulcinée. Sans moi. Quelle ingratitude, après tout ce que j’avais fait pour lui… Qu’avais-je fait pour lui ? … Là n’était pas la question (offrir à sa vue mes splendides courbes ne suffisait pas ?). Campée sur mes jambes devant la porte d’entrée, je ne bougeais pas d’un pouce. Moi aussi je voulais aller à ce rendez-vous coquin. Non, j'y vais sans toi. Tu vas faire peur à cette pauvre femme avec tes manies animalières ! N’importe quoi. J’étais certaine que cette charmante dame serait ravie de me voir. Jalouse à en crever peut-être, mais pas apeurée. Qu’est-ce qu’il croyait ? Je savais me tenir en société. Le brun tenta de me déloger, mais tel un roc, je ne bronchais pas. Le petit sourire vicelard qu’il me lança me fit cependant douter. Qu’avait-il en tête ? Lorsqu’il sortit un steak bien épais du frigo et qu’il me l’agita sous le nez, je sentis un frisson de plaisir me parcourir. Mes pupilles se dilatèrent de gourmandise. Le steak quitta ses mains pour s’envoler en direction du canapé. Hypnotisée par l’odeur alléchante de la viande, je m’élançai vers l’appât. L’enfoiré. Il utilisait mes faiblesses sans aucune vergogne. S’il croyait pouvoir me fausser compagnie aussi facilement, il sous-estimait grandement mes capacités de chasseuse. La traque, ça me connaissait. Une fois mon steak englouti (c’est-à-dire deux secondes et demi plus tard), j’enfilai une paire de talons aiguilles et quittai l’appartement. Le parfum d’Heshvan me traina dans un recoin peu fréquenté du centre-ville. Hm. Pour un rencard, je connaissais quelques adresses beaucoup plus cosy. Je lui passerais mes contacts.
C’est bon je sais que tu es là. Sors. Je vins me placer à côté du brun, une main sur ma hanche. C’est alors que je découvris la fameuse heureuse élue. Mon expression trahissait un savant mélange de perplexité et de mépris. Sérieusement ? Hesh piochait dans les cougars de bas étage ? Il me décevait. Pendant que les deux tourtereaux blablataient sur je ne savais trop quoi, j’examinais ma manucure. Bombe ? On parle de moi ? Mon attention fut aussitôt captée. Apparemment, la gargouille avait une mission pour nous (oui, nous). Un maniaque des explosifs comptait faire sauter un gros truc pour le compte de son boss. Qui était ce fameux boss ? Et surtout, quel bâtiment allait partir en confettis ? Mystère et boule de gomme. Une chose est sûre, je n'avais plus qu’une idée en tête : dénicher le terroriste pour papoter pétards autour d’un café. La partie de la mission consistant à sauver des vies m'échappait complètement. Qui pouvait bien se préoccuper de ce genre de détails lorsque la beauté d’un plasticage allait embellir ma soirée ? Hein qui ? Je vous le donne en mille : Heshvan. Son altruisme relevait du pathologique. Super. Tout bonnement super. Comme je m’y attendais, mon sucre d’orge n'était pas emballé. Je lui envoyai une grande tape entre les omoplates. Allons, cache pas ta joie ! Tu te rends compte, on va trouver un poseur de bombes ! J’ai tellement de trucs à lui demander… tu sais entre pros… ça va être génial. Je passe un coup de fil et on décolle. Crois-moi, si notre gars trempe dans des affaires louches, je vais te le débusquer en moins de deux. Mon réseau dans la pègre était aussi tentaculaire qu’un kraken. Et faire sortir les lapins du terrier, c'était ma spécialité. Je dégainai mon portable pour appeler mon fidèle majordome. Alfred, fais amener une voiture. Avec un encas, je serai pas là pour le dîner. Pas besoin de lui indiquer ma position. Mon cellulaire était en connexion GPS directe avec celui d’Alfred. La grande technologie.

À peine quelques minutes plus tard, une Aston Martin DB5 grise s’arrêta à la hauteur de notre trottoir. Ouais, la même que James Bond. Le chauffeur en descendit et me refila les clés. Je m’installai derrière le volant et mordit dans un délicieux sandwich qu’Alfred avait mis dans un panier garni. On va voir un pote. Enfin ce “pote” ne serait pas enchanté de ma visite, mais ça mon acolyte du jour n’avait pas besoin de le savoir. Ne laissant même pas le loisir à Hesh de boucler sa ceinture, je démarrai sur les chapeaux de roues.
Mon bolide tout droit sorti d’un film de 007 traversa Storybrooke à une allure folle, bien au-dessus de la vitesse limite autorisée. Je ne roulais jamais dans les normes. De toute manière, j’étais hors-norme. Je m’insérai dans le dédale de ruelles glauques d’un quartier mal famé, pour m’arrêter devant l’entrée de service d’un bar. Le Golden Snake. On repassera sur l’originalité du nom. Le propriétaire était un type assez… imaginatif.
La salle était vide. Hormis quelques piliers de comptoir, il n’y avait pas un chat. Le barman fut quelque peu surpris de voir deux personnes entrer par la porte de derrière. Il stoppa net son nettoyage de verre pour venir nous accueillir avec la chaleur réputée de la maison. C’est pour quoi ? grogna-t-il. Du coin de l’oeil, je vis un gamin se faufiler jusqu’à l’escalier menant à l’étage. Dans le milieu, c’était ce que l’on appelait un moineau. Personne ne les connaissait, mais eux connaissaient tout le monde. Et celui-ci devait s’empresser d’annoncer ma venue à son patron. Bien. Je reportai mon regard de prédateur vers le gros balourd. C’est pour faire un tennis. T’aurais pas des balles ? Voyant que ses trois neurones ne semblaient pas lui permettre de comprendre la subtilité de la blague, je lui expliquai que nous venions voir son chef. Avant qu’il ne nous fasse monter à la rencontre de ce dernier, je me tournai vers Heshvan : Dernière précision : c’est moi qui parle et toi tu te fais oublier. Joue pas au héros, ça te réussira pas. Je n’avais pas envie de m’éterniser dans ce taudis, alors il n’avait pas intérêt à se faire remarquer.
Tony ! Comment va cette vieille canaille ? Big Bro Tony, comme il aimait se faire appeler, était un homme trapu et nerveux d'origine cubaine. Il avait une grosse balafre le long de sa joue gauche qui descendait jusqu'à sa lèvre supérieure. Un gars ordinaire. Contrairement à moi qui affichais un grand sourire, le visage du-dit Tony se renfrogna en m’apercevant. Me la fais pas à l'envers, Blake, qu'est-ce que tu veux ? Je vins m'installer sur le fauteuil en face du sien, autour d'une table basse. L'ambiance trop tamisée et feutrée de ces clubs privés étaient sensés mettre mal à l'aise les nouveaux-venus. Mais pas tous les nouveaux-venus ne s'appelaient Blake Malone. Il en fallait plus pour m'impressionner. Jambes croisées, un bras sur le dossier de mon siège, j'étais dans mon élément. Oh voyons tu vas me vexer. J'ai pas le droit de venir prendre des nouvelles d'un vieil amigo ? Mes prunelles félines le fixaient tandis que je venais caresser le bas de son pantalon avec la pointe de mon escarpin. Tony déglutit avec difficulté. Depuis que t'as failli m'arracher la moitié du visage, ça va, les affaires vont bien. Mon rire éclata dans l'alcôve. Ah que de bons souvenirs on a ensemble. Les cicatrices donnent toujours de la crédibilité... comme les plasticages. T'as entendu cette histoire comme quoi un type veut jouer au démolisseur ? Si tu savais quelque chose, tu me le dirais... hein amigo ? Un ton mi-doucereux, mi-menaçant. Le combo gagnant. Tony suait à grosses gouttes dans sa chemise en soie violette. On tenait quelque chose.

Emi Burton


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t67861-termine-blake-o-every http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t68224-blake-o-oh-baby-it-s-a-wild-world http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t68225-our-cracking-bones-make-noise

Heshvan Chase


« Hadès c'est le plus beau »


avatar


╰☆╮ Avatar : Jack Falahee

Ѽ Conte(s) : Robin des Bois.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Son fils Flint, qui a continué de faire vivre la légende après son père.



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 368
✯ Les étoiles : 505




Actuellement dans : « Hadès c'est le plus beau »


________________________________________ Dim 9 Juil - 22:42


Meurt un autre jour


Pourquoi est-ce que ca ne l'étonnait pas qu'elle soit plus emballé par les explosifs que par l'idée de sauvé des gens ? Il croyait que les chats, ca avait peur du feu. Remarque, il n'était pas certain de savoir ce qu'était Blake, mais c'était surement quelque chose à mi chemin entre un lion et un dragon. Il ce retient d'etouffer une plainte lorsqu'elle lui claqua les omoplates. Un lion, ca n'avait pas une force pareille ...Il ce promit de remédier à cette question plus tard, lorsqu'elle sera sortie de sa transe dans son océans de nitroglycérine.Alfred, fais amener une voiture. Avec un encas, je serai pas là pour le dîner. Wouah, il nous envoyait sa batman mobile ? Est-ce que B avait une batmobile au moins ?« Ta piqué le majordome de batman ? » ricana t-il. Il était certain que derrière ses grands airs de squatteuse elle avait du frique à en faire exploser sa baraque. Heshvan sentit sa mâchoire ce décroché lorsqu'il vit une Aston Martin DB5 débarqué.

▬ « C'est pas un batmobile, mais on est pas loin du remake de James Bond. » fit remarqué Heshvan en laissant balader ses yeux sur le capot de la voiture. Il laissa courir ses doigts, sentant le métal faire vibrer son esprit de plaisir. Ouai bon, il aura jamais les moyens de s'offrir une voiture pareil, alors autant profité de celle des autres non ? Il resta dubitatif lorsqu'il vit Blake ce jeter sur le volant. Il demeurait quelque seconde hésitant, devant la portière. Si elle était aussi addictive des voitures que les bombes,ca promettait. Il lacha un soupire en prenant place, alors qu'il bredouillait quelque mots comme quoi il aurait aimé la conduire lui aussi. Il jeta un coup d'oeil sur le panier garnis, scandalisé. «  Tu viens de manger le plus gros steak du frigo, et tu t'empiffre encore d'un sandwiche ? Tu m'explique ou tu fourre tout ca sans prendre un seule kilos ? » Il aurait été tenté de lui pincé la taille, mais il préférait s'évité des traces de dents dans les bras. Qui sait si un bout de fromage y serait resté coincé ?

Heshvan sentit son estomac décollé et remonté directement dans sa gorge lorsqu'elle démarra en trombe. C'était une cinglé du volant. Une cin-glé. Pourquoi il était monté avec elle sérieux ? Il aurait pas pu ce contenter de prendre sa propre voiture ? En plus, il n'était pas trop certain que ce soit le genre de vitesse autorisé à Storybrooke. Il voulu protester, mais elle tourna d'un coup sec et Hehsvan ce sentit trimballer de gauche à droite, ce cognant à la fenêtre au passage. Il avait raison. C'était une tarée des explosifs et du volant ! Pourquoi il ce trouvait dans la même voiture qu'elle déjà ? Ah oui, c'est vrai. C'EST ELLE QUI LE SUIVAIT PARTOUT ! On va voir un pote.

▬ « Quoi, il ce drogue de nitroglycérine et de Steak tartare lui aussi ? » Ne pu t-il s'empêcher de sortir. Un nouveau coup sec de volant pour venir ce cogner contre la vitre le dissuada dans dire plus.Au final, la rue était bien glauque comme il fallait. Heshvan resta quelque seconde hébété, ce demandant qu'elle était ses chances de s'échapper d'ici le plus vite possible. Puis il en conclut quelle était mince. De toute façon, il avait trop de personnes qui allait probablement mourir sur la conscience. Il suivit Blake dans le bar, ce demandant si elle en avait d'autres des commes ca. Le barman était surpris de les voirs venirs d'une autre porte. Heshvan jeta un regard curieux l'etats des lieux, avant que ses yeux ne ce pose sur un pauvre gamin manquant d'hygiène. Il lacha une grimace lorsque celui ci disparu dans les escaliers.Super. C'était quoi la suite ? Une bande de gorille leurs tombant dessus pour les entrainers dans une cave ? Dernière précision : c’est moi qui parle et toi tu te fais oublier. Joue pas au héros, ça te réussira pas. 

▬ « Comme elle est mignonne quand elle a de l'espoir. » Ricana t-il. Non mais ! Non seulement elle le suivait mais en plus il devait ce faire oublier ? Heshvan était loin d'être un corniaux obeissant, et le sourire torve qu'il fit suivre à Blake était tout explicite. Hors de question d'être le flic dans l'ombre, ou bien le figurant du film qui mourrait le premier ! Emily avait déjà tenté le coup du '' Moi j'agis et toi tu reste bien sagement'' sans aucun résultat. Heshvan detestait resté dans l'ombre. Il avait ce besoin d'agir, quitte à ce faire démonté un peu trop la gueule. Et de plus, pendant une seconde, il avait eu l'impression que c'était Emily qui lui avait parlé. Bizarrement, ca ne l'étonnait pas que B soit siamoise avec la blonde. Si l'une était bien flippante, la deuxième était le summum du délire. Tony ! Comment va cette vieille canaille ? Heshvan la suivit en lachant un coup d'oeil analysateur. Le dit Tony affichait une balaffre qui laissa Heshvan limpide. Quelle genre de monstre pouvait faire autant de dégats ?

Il ne semblait pas très apaiser par la présence de Blake, qui avait déjà marqué les lieux comme son territoire rien que par sa forte présence. Heshvan remarqua qu'il y avait des hommes cachés un peu dans la pièce, attendant le signale pour leur sauter dessus. Ils avaient de gros bras, et Heshvan ce surprit à grimacer. Ils pourraient facilement le casser en deux, ses mastodontes ! Il suivit quelque peu la conversation, levant les yeux au ciels devant tant de banalité. Elle était sérieusement en train de l'amadouer avec son pied ? Depuis que t'as failli m'arracher la moitié du visage, ça va, les affaires vont bien. Quoi ? Comment ca ? Il lança un coup d'oeil emplit de choc sur la brune. Genre c'était elle qui lui avait fait ca ? h que de bons souvenirs on a ensemble. Les cicatrices donnent toujours de la crédibilité... comme les plasticages. T'as entendu cette histoire comme quoi un type veut jouer au démolisseur ? Si tu savais quelque chose, tu me le dirais... hein amigo ? Donc elle lui avait vraiment déchiré la moitié de visage ?

▬ « Quoi c'est toi qui lui as fait ca ?! » s'ecria t-il, essayant d'imaginer comment elle avait pu s'y prendre. Il ce surprit à penché la tête, pour analysé la cicatrice et essayer d'imaginé comment elle avait bien pu s'y prendre. Lorsqu'il remarqua qu'il avait l'air d'un somptueux crétin et que les regards étaient plaqué sur lui, il ce ravisa et balaya la question d'un revers de la mains, aidé d'une grimace. «  Nan je vous en prie, continuez. Vous avez l'air de si bien cohabiter vous deux, faite comme ci j'étais pas là. » lacha t-il, mordant à pleine dents dans ca réplique cinglante. Bah quoi ? Elle le tenait en laisse ce pauvre bonhomme, pourquoi lui n'avait pas le droit de jouer aussi ? Il vint prendre place sur le dossier du siège de Blake, dégageant sans bras sans méningements. Il attrapa une pomme qu'il fou rouler sur son bras, traversant sa nuque et roulant sur l'autre. Puis il mordit dedans, dans une attitude parfaitement insolente.

▬ «  Je suis sur que c'est une histoire passionnante... »
fit t-il en montrant son propre visage pour citer la cicatrice. « Malheureusement ma collègue risque de me faire la même chose si je me fais pas oublier, alors allez y, répondez à sa question. » Oui, il avait parfaitemenr conscience que celle ci devait lui jeter un regard tellement meurtrier qu'il n'allait malheureusement plus bénéficier de certain sens avant la fin de la journée. Il était certain que si Blake n'aurait pas été là, l'autre lui aurait fait ca fête. Heshvan resta adosser contre le siège, adoptant une attitude sérieuse en écoutant les dires de Tony. Il faisait allusion à une boite pas très loin d'ici. Dans ses sous sol, ils avaient énormément de drogue, d'arme mais aussi de quoi faire exploser tout Storybrooke. Heshvan en oublia sa pomme tellement l'idée qu'un reseau pareil pouvant exister était surprenant. Remarque, cela lui ravivait le souvenir de la boite dans laquel il s'était rendu avec Emily. Ils avaient longuement attendu dans la voiture, en attendant de chopé le trafiquant.

Il c'était laissé emmener par les souvenirs, et secoua légèrement la tête pour revenir à la réalité. Il ne savait rien d'autre, le gentil Tony big bro. Heshvan ce leva du fauteuil en jetant la pomme, que Tony rattrapa de vive mains.

▬ « Perd pas la mains mon petit Tony. Quelque chose me dit qu'on ce reverra très vite ! » le salua Heshvan, avant de sortir de la pièce pour resdescendre au bar. Il aurait été tenté de prendre quelque chose, mais comme le disait si bien la dame qui les avaient convoqué : Le temps pressait. Il sortit du bar, le temps était terriblement lourd. Comme ci un orage rodait dans le ciel. Il connaissait cette ruelle, et il savait que la boite n'était pas très loin. « Je peu la conduire ? » ne pu t-il s'empêcher de demander. Quel veine tentative, puisque la réponse était evidemment negative. Tanpis, il allait encore devoir survivre à une nouvelle conduite immodéré de Blake. « T'es quoi au juste ? Le monstre du Lock Ness ? j'dois t'appeler Nessie ? » La narqua t-il, un grand sourire au lèvres. Nan, c'était juste une manticore. Heshvan blemit, soudainement méfiant. « Je suis en voiture avec le manticore. Tout ce passe de mieux en mieux.»

Il ce souvenait des légendes mythologiques, et il avait grandement du mal à croire que Blake l'avion de chasse pouvait être une bête aussi hideuse et monstrueuse. Mais comme ca expliquait certaines choses - surtout la chose flippante qu'elle faisait quand elle dormait- il ce trouvait que c'était parfaitement logique. Et sur le coup, il la trouvait effrayante. Surtout la balafre de l"homme qui avait du mal à quitté son esprit. Peu être devrais -t il reconsidéré ses blagues à l'avenir, au cas ou. « Donc ce sera Manti.» proposa t-il. Heureusement, la boite n'était pas très loin. Sur la pancarte, il y avait un pied de femme avec des escarpins plus haut que ceux de B. Il s'agissait du ''bar coquin''. Heshvan plissa les yeux, non désireux de vouloir savoir de quoi il s'agissait. Tony avait parlé d'une boite. Mais pas ...d'une boite de strip tease. « Sérieusement ? » fit Heshvan en suivant Blake.

« Pourquoi les scelérats ce réfugie toujours dans ce genre d'endroit ? »
Dedans, il musique sembable à du ACDC filtrait bruyamment à travers des enceintes. Heshvan leva les yeux pour voir des filles ce déhanché contre des barres. Elles n'avaient presque rien en vêtement. Il ce laissa distraire quelque seconde, avant de reprendre ses esprits et d'évité de croiser leurs regards aguicheurs. L'une d'elle lui caressa la gorge lorsqu'il passa, en susurrant des mots. « Ouai nan...c'est gentil mais je suis pas intéréssé. » refusa t-il. Il n'était pas ce genre de mec : celui qui sautait sur tout ce qui bouge. Non lui, il faisait juste partit de la classe hyper rare de mec qui préfère avoir une copine et qui peu ce montrer encore bon. Le genre de mec en or, et qui n'était pas un parfait connard.

« Comment ca non ? » lacha une voix féminine. Heshvan ce retourna et sentit une paire de mains l'attraper pour venir s'enfuir dans son torse. Il retint sa respiration, n'étant pas sur de savoir lacher des mots cohérents. « On ne dit pas non mon chou. Tu as une bouille à croqué. Si sexy...si.. » il sentit quelque chose lui attraper vivement la partie intime, et ses yeux s'ecarquillèrent de surprise. « Viril. » Bien que cette avance lui était très tentente, il parvint à ce dégager jusqu'à en bousculer Blake dans le vouloir.

▬ « Non mais je suis sérieux, je vais parf ...parfaitement bien ! »
bégaya t-il. Des acclamations masculines fusèrent à coté de lui. Un homme mis quelque billets dans le décolleté d'une femme. Super. Alors que sa tête c'était dévissé pour dévisagé la scène, une mains le bouscula et il tomba assis sur une chaise, à la merci d'une strip teaseuse qui vint s'installer confortablement sur lui. Ses mains agrippèrent la nuque d'Heshvan qui ouvrit la bouche dans une exclamations de surprise.

« N'ai pas peur mon chou. Ton innocence est à croqué. » Elle claqua les dents non loin de lui. Elle était relativement flippante, surtout que son bassin commençait à onduler le long de ses propres hanches à lui.

▬ « J'ai déjà eu le droit à une séance ce matin, si on pouvait évité de recommencer ... » bredouilla t-il, jetant un regard accusateur à B. Alors que celle ci était en train de brûler d'amusement. Elle était litteralement en train de ce foutre de sa tronche. Rien que par son regard vicelarde il savait qu'elle jubilait de le voir dans une tel position. La honte. Et puis, une chose froide ce coinça au niveau de gorge. Heshvan baissa les yeux pour remarquer qu'il s'agissait d'un couteau. Bien aiguisé. Il suffisait qu'il respire trop fort pour qu'il vienne lui couper la gorge. Lui aussi, il ce disait que ce comportement était bien trop louche.

« Que venez vous faire ici, toi et ta copine ? Ta une gueule trop naïve pour venir rechercher du plaisir. » Alors premièrement, Blake n'était pas sa copine. Non, c'est juste une chose pas possible du tout. il ne ce voyait pas devoir lui lancer des steak toute la journée pour l'amadouer, comme une cacahuète à un éléphant. Commença trop naïve ? Heshvan en était véxé. C'est pas parce qu'il était jeune que tout de suite il était ignorant ! Il attrapa le poignet de la femme, et lui tordit en la forçant à lacher le canif. Elle lacha un cris de douleur et il ce releva, avant qu'un objet glaciale ne ce coince dans sa nuque et celle de Blake. Des pistolets. Super. Heshvan leva les mains, trop familier à ce genre de situation. Sauf qu'habituellement, c'était Emily qui menaçait de le tuer avec un canon pointé dans sa nuque.

▬ « On vient juste voir un certain Many Clane. On serait interesser pour quelques pétards, si vous voyez ce que je veux dire. » comme ci c'était l'heure de faire une blague et d'avoir un visage malicieux. Cependant, cela semblait leurs portés chance, puisque les regards ce posèrent les un sur les autres, inquisiteurs. La femme qui avait envie de le dévoré tantôt semblait hésitante. Peu être que des gens ne venaient pas tout les jours pour chercher de quoi faire péter quelque garages ? Au final, elle ordonna au hommes de baisser leurs armes, et elle les invita à les suivres. Heshvan lacha un soupire de soulagemment. Il préférait mille fois faire une heure de route avec Blake la dangereuse de la route plutôt que de rester ici une minute de plus. Elle les guida à travers le club, ou l'on pouvait aperçevoir du coin de l'oeil certaine personne adhérer à quelque plaisir charnelle.

Elle continua de les guider jusqu'à descendre à un escalier louche. Il ce souvenait que Tony avait parlé d'un sous sol ou ils gardaient divers armes. Peu être qu'ils allaient tomber sur le célèbre Many ? En espérant que cette femme ne les guides pas vers un siège, cela va de soi.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


It ain't never gonna be enough
Pop the champagne Start a fire ▬We made it Put your hands up Raise them higher We made it We're on top of the world We live nights in the flame Bold dreams in our brain But we know we're okay Just like a storm is rising Lights up a spark inside us



Blake Malone


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


avatar


╰☆╮ Avatar : Gal Gadot

Ѽ Conte(s) : légendes antiques
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : la Manticore

☞ Surnom : Bekah, Winnie

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1062
✯ Les étoiles : 327




Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Mar 22 Aoû - 14:35

Meurs un autre jour
Heshvan & Blake

Le visage de Tony se décomposait au fur et à mesure que la discussion avançait. Je m’amusais à le voir se noyer dans sa sueur poisseuse qui collait à sa chemise en soie. A la mention de sa balafre, je vis ses épaules se crisper encore plus. Comme si la douleur refaisait surface, du profond de ses souvenirs. Un grand sourire jusqu’aux oreilles, je le regardais patauger dans son angoisse. Des milliers de questions fusaient à travers son œil apeuré. Il devait se demander si j’allais repartir sans lui laisser un nouveau “cadeau”, si j’avais un autre tour tordu dans ma manche. Oh s’il savait… Ce moment de délectable tension fut brisé par l’intervention d’Heshvan. Quoi c'est toi qui lui as fait ça ?! Je ne lui avais pas dit de la fermer ? Tournant la tête vers lui, je le gratifiai d’un regard blasé. Nan c’est le pape, abruti. Il était appétissant, mais des fois il donnait vraiment l’impression d’être long à la détente. Je fis glisser ma langue contre mes dents supérieures, prouvant ma perte de patience imminente. Une fois que le brun eut fini son petit numéro, je reportai mon attention sur le mafieux de bas étage. Ce dernier nous expliqua que si quelqu’un voulait faire mumuse avec des explosifs sans passer par les “réseaux officiels des grandes entreprises” (traduction : les gros parrains qui pratiquaient des taxes faramineuses sur leur marchandise), il s’orienterait vers un marché parallèle installé à l’insu de tous (ou presque) dans les sous-sols d’une boîte du coin. J’en avais déjà vaguement entendu parler. Mais je ne m’en étais jamais inquiétée. A vrai dire, je m’en cognais pas mal. Je n’avais aucune action mise en danger par ces petits malins qui se croyaient plus filous que les autres. Cependant, j’avais déjà eu des réclamations de certains patrons qui se plaignaient de voir leur chiffre d’affaires diminuer mystérieusement. L’occasion était parfaite pour rassurer mes chers associés et rallonger leurs dettes envers moi. Bien bien bien. Perds pas la main mon petit Tony. Quelque chose me dit qu'on se reverra très vite ! Je me pinçai les sinus entre mon index et mon pouce, désespérée. Hesh et ses phrases de gangster à deux balles… Il regardait trop la télé. La vie, c’est pas un James Bond. Bonne soirée messieurs, ronronnai-je en me relevant. Si jamais tu as besoin de quoi que ce soit, amigo, n’hésite pas. Le pauvre aurait plutôt intérêt à se jeter d’un pont que de venir de nouveau se plaindre à mes pieds. Son compte en banque ne le supporterait pas. Pire : sa réputation n’y survivrait pas.
Ça sentait l’orage. Il y avait de l’électricité dans l’air. Belle soirée en perspective. Je peux la conduire ? Qui ? Oh la voiture… Compte là-dessus et bois de l’eau fraîche. Ma voiture, mon volant. C’est comme le rouge à lèvres, ça ne se prête pas. Je m’installai d’ailleurs côté conducteur afin de ne laisser aucune place au marchandage. Lorsque Heshvan me demanda sur le ton de la moquerie si j'étais Nessie, je ne pus m’empêcher d’esquisser un large sourire narquois. Bien mieux que ça, mon chou. Je suis la Manticore, la seule et terrible. La bombe larguée, je fus tranquille pour tout le trajet. S’il ne me croyait pas sur parole, le doute était là, bien présent. Le parfum d’anxiété de mon filet mignon ondulait sous mes narines. La peur des proies. Toujours aussi enivrante, on ne s’en lasse jamais.
J’arrêtai l’Ashton Martin dans un coup sec de frein à main. Nous étions arrivés. Oh oh, voilà qui risque de pimenter notre petite affaire. Une boîte de strip-tease. S’il y avait des chippendales, je n’étais pas contre l'idée de tester la marchandise. Je m'en léchai les babines. Pourquoi les scélérats se réfugient toujours dans ce genre d’endroits ? Quelle question. Tu les vois mieux dans un parc pour gosses ? Sans m’épancher davantage sur son manque cruel de logique, je pénétrai dans ce temple de la luxure. Les vêtements des fidèles ne laissaient pas beaucoup de place à l’imagination. Il aurait été presque plus affriolant de les rhabiller. La moiteur tropicale des lieux faisait luire les peaux, émoustillait les sens. Toute cette chair mise à nue me donnait l’eau à la bouche. Au milieu de tant de perversion, Heshvan semblait presque ingénu. Un angelot tombé des nues. À ce propos, une employée vint le cueillir sur son nuage. J’observais la scène, par pure curiosité scientifique. Comment allait-il s’en tirer ? Soudain, un mouvement trop brusque m’obligea à m’écarter, me cognant au torse large d’un gars en costume. Barbe bien taillée, cheveux gominés, chemise légèrement déboutonnée… la parfaite panoplie du petit Don Juan. Une moue enjôleuse se dessina sur mon visage. Salut beau-gosse, je te paie un verre ? Ni une ni deux, ma victime se retrouva au bar, un Martini Rosso dans la main. Du coin de l’œil, j’étudiais toujours les techniques d’esquive d’Hesh, en sirotant mon verre d’alcool. Je me payais royalement sa tronche. Il était hilarant dans cette situation. Soudain, la demoiselle qui s’occupait de son cas dégaina un canif. Tiens tiens. C’était dans la charte de l’établissement, ça ?
Les évènements prenaient une tournure des plus divertissantes. Oui, je trouve ça divertissant d’avoir le canon d’un neuf millimètres plaqué contre ma nuque. Chacun ses délires. Accoudée au comptoir, je ne fis même pas mine de lever le petit doigt. Je me contentai de finir mon verre dans le plus grand des calmes. On vient juste voir un certain Many Clane. On serait intéressé par quelques pétards, si vous voyez ce que je veux dire. Achevez-moi. Note à moi-même : ne jamais engager Heshvan pour les négociations. Une catastrophe. Sa tentative de blague était… calamiteuse. J’aurais préféré que l’autre bourrin qui me visait avec son flingue me descende plutôt que d’entendre ça. Il puisait ses répliques dans les films des années quatre-vingt ou quoi ?
Un sous-sol. Comme c’était original. Je constatais que nos chers hôtes avaient les mêmes références qu’Hesh. On n’était pas rendu. La pièce était crument éclairée par des néons blanchâtres et poussiéreux. L’un d’eux grésillait en clignotant, ce qui me titillait légèrement les nerfs. Contre les murs d’un gris froid, des étagères croulaient sous le poids d’armes à feu en tous genres, de sachets blancs non identifiés et d’explosifs divers et variés. Mes prunelles s’illuminèrent à la vue de ce charmant décor. Surtout devant ces adorables bâtons de dynamite. Clane est déjà en route pour le boulot. Il a dit que vous deviez passer récupérer le reste du matos. Il avait peur de se faire gauler par la sécurité, c’te flippette. Clane. Qui c’était lui déjà ? Mon agneau avait tiqué à ce nom, il avait donc dû le reconnaître. Quelque chose m’échappait : comment ce fameux Clane savait que nous allions venir ? Soit nous étions déjà grillés, soit… Un discret sourire fourbe se glissa au coin de mes lèvres. Soit ils nous prennent pour quelqu’un d’autre. Afin que le jeu continue, nous devions adopter cette couverture. Espérons simplement qu’Heshvan n’allait pas tout gâcher. Il est déjà parti ? Il est dans les temps, ça va. La femme qui avait gentiment tourmenté Hesh se racla la gorge. Clane a aussi dit qu’il était… surveillé. On va devoir vérifier que vous êtes pas des taupes. C’était le moment ou jamais de bluffer. J’étais plutôt douée au poker, ça devrait le faire. On me présenta deux bombes à décompte électronique. Des modèles classiques et très similaires. Seuls des connaisseurs pouvaient les différencier. K-53 version 7. Assez discret, composants combinés pour passer les contrôles. Code de sécurité à quatre chiffres pour amorcer et désamorcer. Si on coupe les fils pendant le compte à rebours, la sécurité s’enclenche et ça vous explose en pleine face. Ouais, pas mal. En en disposant plusieurs à environ trois mètres les unes des autres, la portée de l’explosion devrait suffire à faire une réaction en chaîne. M’en faudra six. Le reste, c’est Clane qui l’a. Je crus déceler un soupir de soulagement dans l’assistance. Ce qui signifiait que je les avais enfumés en beauté. Pas de doute, vous êtes bien la célèbre Bambi.

Chargés de deux mallettes bourrées d’explosifs, Hesh et moi furent escortés jusqu’à la sortie. Heureusement, mon steak sur pattes n’avait pas fait la bourde du siècle. Ça avait dû être dur pour lui de se retenir. Bon bal, mettez le feu à la scène.
Grâce à mes talents d’actrice, nous avions à présent un indice sur la cible des criminels : un bal. Les gens ne savaient vraiment pas quand la boucler. Il n’y avait pas quarante endroits à Storybrooke pour organiser un tel événement. Tandis que je roulais à une vitesse fort peu recommandée dans les ruelles de la ville, une fringale subite me saisit. Tiens-moi le volant deux minutes. Sans attendre de réponse, je lachai les commandes pour plonger vers la boîte à gants. Il suffit d’un quart de seconde. Un grand choc ébranla la carlingue, et je sentais la voiture faire une embardée. Les crocs plantés dans un sandwich poulet-pavot, je repris le volant et fis un dérapage contrôlé pour arrêter la bagnole. Ça t’arrive souvent d’avoir des spasmes comme ça ? Faut consulter coco. Je sortis de l’Ashton, mon casse-croûte à moitié entamé. S’il m’a démoli le parechoc, je lui roule dessus. Heshvan avait de la chance. Pas une rayure sur la carrosserie. Un râle sourd accompagné d’une fraîche odeur de sang me firent tourner la tête. J’haussai un sourcil. Deux corps étaient étalés sur la chaussée. Un couple. Chacun avait une housse venant du pressing le plus proche. Je m’approchai et, du bout de mon escarpin, tournai le visage du gars agonisant vers le ciel. Il n’en avait plus pour longtemps. Sans prendre la peine de demander la permission, je me mis à farfouiller dans les poches des deux mourants. J’en sortis tout ce qui avait une importance. Comme une carte d’identité. Une moue victorieuse éclaira mes traits. Jackpot. Sur le petit bout de plastique, en face de la mention prénom, était inscrit le mot Bambi. Si ça c’est pas un coup du destin… Les Bambi, ça coure pas les rues. Nous venions de renverser nos faux-nous… enfin les vrais-eux. Bref. Nous avions notre couverture. Me saisissant d’une housse, je la dézippai. Je sais où on va. Balance-moi tout ça dans le coffre.
Le moteur tournait pendant qu’Hesh s’exécutait à contrecœur. Le dos enfoncé dans le dossier en cuir de première qualité, je faisais tourner entre mes doigts un loup noir. Ce masque m’avait mis la puce à l’oreille. Un bal masqué. Il y en avait justement un dans la grande salle de réception d’un manoir loué pour l’occasion. Il ne nous restait plus qu’à nous infiltrer parmi les invités pour dénicher notre poseur de bombes. De mieux en mieux.

Emi Burton

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t67861-termine-blake-o-every http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t68224-blake-o-oh-baby-it-s-a-wild-world http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t68225-our-cracking-bones-make-noise

Heshvan Chase


« Hadès c'est le plus beau »


avatar


╰☆╮ Avatar : Jack Falahee

Ѽ Conte(s) : Robin des Bois.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Son fils Flint, qui a continué de faire vivre la légende après son père.



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 368
✯ Les étoiles : 505




Actuellement dans : « Hadès c'est le plus beau »


________________________________________ Ven 29 Sep - 20:18


Meurt un autre jour


...Quoi ? Heshvan eu un potentile bug mécanique dans sa tête. Il était resté quelque instant sans rien dire. Il était dans un trafique de bombe. D'armes. De tout les trucs dont il ne touchait plus depuis bien longtemps maintenant. Il avait tellement goûté au barreaux de la prison que l'idée d'y retourner ne le disait plus grand chose. Finir le travaille ? Il masqua son regard perdu du mieux qu'il le pouvait, tournant un regard vers Blake qui semblait parfaitement sur d'elle. Mon dieu, mais dans quoi elle allait encore le foutre ? De toute évidence, si il devait retrouver le poseur de bombe, il devait également prendre part à cette comédie. Avec assurance, il fixa d'un regard admirateur les armes. Bon d'accord, elle ne le gênait pas. Pas du tout même. Après tout, il en fabriquait plein chaque jour. Il aimait beaucoup les armes. Apparemment, ils étaient entrés malgrès eux dans une couverture qu'il ne fallait surtout pas baisser. Heshvan ignorait qui il était, mais le regard craint qu'on lui adressait était suffisant à comprendre. Quelqu'un de pas commode, en l'occurence.

▬ « Viens mon chaton. Il ne faudrait pas faire attendre les invités. » lâcha t-il avec un sourire transperçant d'ironisme. Il leva la tête en défiant chaque personne de s'interposer sur son chemin. Il fallait jouer la comédie ? Oh mais pas de soucis. Heshvan allait s'en charger parfaitement. Il prit une malette entre ses mains, lançant un clin d'oeil des plus charmeurs à l'assistante qui ce mit à glousser à son passage. La satisfaction en était agréable. Donc il fallait juste empêcher un gros taré de faire sauter un bal. Pas de problème. C'était dans ses cordes. Il l'espérait en tout cas. Etant donnée qu'il avait une folle de la bombe juste à ses cotés, il priait que pour une fois, elle puisse lui servir autrement qu'a le surprendre dans la salle de bain. Il laissa un frisson lui échapper, avant de monter dans la voiture.

Tiens-moi le volant deux minutes.  Gnhé ? Heshvan n'eu pas le temps de lui lancer un regard surpris qu'ô grand dieu, le volant avait disparu des mains de Blake. Oh malheur. Il le rattrapa de jutesse, pendant qu'il sentait Blake à moitié allongé sur ses cuisses pour farfouiller dans sa boite à gang.Elle faisait quoi là exactement ? Heshvan tournait le volant de gauche à droite, ca aurait été mieux si il AVAIT EU LE PIED SUR LE PEDALE. Il tourna à gauche, puis à droite, avant qu'un couple n'apparaissent sur son champs de vision. Oh boy. Ses yeux s'arrondirent en grand lorsqu'il ce rendit compte que c'était trop tard.

▬ « BLAKE DEGAGE TON PIED DE LA PEDALE !! » Lui cria t-il. Trop tard. Le choc eu lieu, et la voiture subit un ébranlage et Heshvan fut secoué, alors que Blake reprit le volant un sandwiches à la mains. Non. Par pitié. Ne lui dite pas qu'elle avait fait ca pour un sandwiches ? Heshvan était au bord de la crise de nerf. Et en plus, ils venaient de buter des gens. Oh formidable. Ca conscience allait ce tenir comment maintenant ? Hein ? Il jeta un regard noir vers Blake. Le spasme de l'étrangler était tentant. Et en plus, IL AVAIT DES BOMBES DANS LE COFFRE ! On reste calme et on respire. Tout vas bien ce passer. a t’arrive souvent d’avoir des spasmes comme ça ? Faut consulter coco.  Pardon ? PARDON ? Il sortit à son tour, la dévisageant au passage. «  C'est TOI qui avait le pied sur la pédale ! Mais bon sang, on balance pas un volant au mains de n'importe qui en pleine route ! Et tout ca POUR UN SANDWICHE ? » s'étrangla t-il. Bon d'accord. Il perdait un peu les pédales ( haha). Mais juste un peu.

Heshvan fixait avec horreur les deux cadavres. Les pauvres. Ils avaient une longue vie qui les attendaient et ils sont mort. Il regardait Blake d'une mine dégouter leur faire les poches. Il aurait bien protester, mais lui même avait déjà volé les morts une fois. Il c'était introduit dans la morgue et avait faillit ce faire repérer par une tarée alcoolisé. Ou cafélisé, il n'avait pas trop suivie le truc. Il s'approcha de l'homme et haussa les sourcils en croisant le nom de celui ci. Chuck Barrow, et la femme était Bambi parker. Tiens tiens . Etait t-ils en plein remake de Bonnie and Clyde ? Ou alors était-ce les vrais mais emporté par la malediction de Storybrooke ? Heshvan ne fit aucun commentaire, il ne voulait rien savoir de plus.  Je sais où on va. Balance-moi tout ça dans le coffre.  Pardon ? Il avait la tête d'Alfred peu être ?

▬ «  J'ai une faciès de croque mort ? »
Balança t-il à Blake. Sauf qu'elle était déjà monté dans la voiture. Et que les empreintes sur les cadavres risquerait d'être celle d'Heshvan. Elle y avait pensée à ca ? Donc en soit c'était trop tard, les gens regardaient pour comprendre ce qui ce passait, heureusement la voiture cachait les cadavres. Si Heshvan allait en prison, il allait être de mauvais poil. A contre cœur, il attrapa les cadavres en grimaçant et ce maudit d'être en compagnie de Blake en ce moment même. Il réussit à les mettres dans le coffre, épuisé par l'effort que cela lui avait écouté, et remonta dans la voiture. L'inquiétude de finir en prison lui déformait les traits. Alors que Blake s'amusait avec un masque de loup qui tournoyait sur son doigt. Elle démarra de nouveau en trombe. « On va pas ce pointer dans un bal comme ca alors qu'on connait même pas nos fausses identités ! Et en plus ce n'est que ce soir. Allons voir à quoi ressemble leurs maisons et farfouillons un peu si on veut pas griller nos couverture. » Bon d'accord, ca gâchait l'excitation de Blake, mais il avait franchement pas tord.

Et elle finit par opiner même si c'était moins excitant que de ce pointer à un bal masqué. Masqué. La dernière fois qu'Heshvan était masqué, c'était quand il avait embrassé Emily. Emily la porté disparu. Il l'oublia dans un coin de sa tête, et la voiture ce stoppa devant un somptueux Manoir. De quoi réveiller la jalousie de Blake. Il entra le premier, le décor lui régalait le regard. C'était très très grand. Heshvans s'aventura un peu partout, fouinant surtout dans la chambre à coucher ou il apparit que Chuck était un fou des armes, un bad boy charmeur, et un passionné. Genial. Il retourna dans le hall pour rejoindre Blake lorsqu'une présence dans leurs dos émit un clic familier. Ils avaient pas tous finit de les menacer avec une arme ? Heshvan leva les yeux au ciel, ca devenait une habitude, et il était guerre impressionné par le petit bout de femme qui tenait l'arme.

« Vous êtes qui vous ? »
lança t-elle d'un forte accent russe. Il l'imaginait avec une votka à la mains, allez savoir pourquoi.

▬ « Franchement ? Je suis plus certain de suivre depuis tout à l'heure qui je suis. » grimaça t-il. «  On fait que passer, soyez gentille et posez l'arme. Vous allez vous blessez avec ! » recommanda t-il avec malice dans les yeux, le ton provocateur. Ah. Chassez le naturel et il revient au galop. Elle semblait énervée, car elle l'insultat en russe. Oups. « Bon écoutez, vos...patron sont partis en vacance. Ils nous ont associés la tâche de prendre leur identité pour aller au bal à leur place. » affirma Heshvan avec sérieux. Il prit la carte de Bambi que possédait Blake des mains et le colla au nez de la dame sans prendre le temps d'être inquiet si elle allait presser la détente ou non.

« Monsieur Chuck ne va jamais nulle part sans cette carte... » laissa t-elle échapper, baissant son arme pour mieux soulager Heshvan. « Je vous crois. Je suis Dorotha, la bonne à tout faire. » Elle était franchement bien armée pour une bonne à tout faire. Quelque chose lui disait qu'elle était c apable de tuer avec un balai. Un idée éffleura l'esprit d'Heshvan.

▬ «  On a besoin de conseille pour mieux interprêter notre rôle, vous voulez pas nous refiler des tuyaux, ou nous dire comment ils sont ? On voudrait pas faire sauter notre couverture. » Faire sauter..Il ce trouvait presque drôle. Dorotha les fixa, un sourcil inquisiteur. Elle lâcha un nouveau mot en Russe, et balança son balai pour leur faire signe de les suivres dans le salon. Salon tellement grand qu'il s'agissait plus d'une salle de bal. Heshvan n'avait jamais vue autant de luxe, pauvre prolétaire qu'il était. Il ce sentait étouffé.

« Déjà ca va pas, si vous devez vous faire passer pour un couple va falloir ce rapprocher mes agneaux. » miaula t-elle d'une voix malicieuse. Heshvan tourna un regard oblique vers Blake. ' Et savoir danser le tango accessoirement. » Ajouta t-elle comme ci elle c'était transformé en maitresse d'école. Heshvan savait pas dansé, on était pas sortie de l'auberge. Dorotha leurs recommanda de ce rapprocher. Heshvan avait pas envie de toucher Blake. Il craignait de devenir aussi farouche qu'elle rien qu'en la touchant. Puis en plus, il avait encore l'épisode de la salle de bain en tête. Dorotha lui donna un coup de baguette dans le dos – ou elle l'avait eu celui là ?! Qui lui fit lacher un juron. Il attapa Blake par la taille pour la coller contre son torse. Il haussa les sourcils avec fourberie, lachant un sourire charmeur à la demoiselle au passage. Il prit sa mains dans la sienne et la pointa droit devant eux, comme une armure. La baguette de Dorotha pour lui relevé le menton d'un mouvement sec.

« Le tango Corse, c'est un tango conditionné. » Lâcha t-elle. Elle leur ordonna d'avancer, et Heshvan n'était pas franchement à l'aise soudainement. Il ce moquait d'avoir Blake contre lui, ressentant les battemenrs de son cœur contre son torse et son souffle dans sa gorge-c'était pas désagreable-. Non, c'était de danser. Il avançant en veillant à faire attention, alors que Dorotha leurs donna des directives. « On ce déplace pour être sur qu'on ne dort pas ! » grogna t-elle à leurs attention. C'est bon c'est bon, il avait rien demandé lui ! « Le tango Corse, c'est l'avant tout de l'oreiller... » lâcha t-elle avec sournoiserie. Il avait bien entendu ? Bon en même temps c'était avant tout décerné au couple de genre de danse. Il savait juste que le tango était la danse de la passion, et qu'il fallait énormément de mouvement sec. Il attira Blake à lui, avant de la relâcher et de la tiré en arrière d'un geste sec, pour attraper sa mains et partir droit devant. Il commençait à prendre le pied.

« Non mon lapin . Faut que tu lui sois dévoué, et passionnée avec elle. Bambi et Chuck sont comme ca. Y'en a pas un sans l'autre, ils ont une dévotions et une passion dévorante l'un envers l'autre. Quand tu la vois, faut que t'es carrément envie de te jeter sur elle. Que tu es envie de crever pour elle, de tuer pour elle ! Ta copine ca va elle s'en tira bien puisqu'elle a une tronche qui veut qu'elle veut te croquer depuis le début, mais toi, ta carrément deux tenses. » C'était des infos qu'il n'avait pas particulièrement envie de savoir. Bien qu'il avait saisie que Blake voulait le dévorer l'espace d'une nuit. Mais ca lui plaisait de ne pas lui donner ce qu'elle voulait et de la faire tourner en bourrique. Dorotha leurs indiqua de ce séparer. « Mon mignon, embrasse là. » ronronna t-elle. Hein ?

▬ « Non ! » refusa t-il. Il n'allait quand même pas embrasser Blake ! Ce serait lui donner ce qu'elle veut en plus ! Et bizarrement, il avait un esprit contradictoire aujourd'hui. Puis il ce rappela les invités du bal. Ils allaient surement mourir.

« Mais arrête d'être chiant et embrasse là comme ta encore jamais embrassé dans ta vie. Comme ci tu avais la personne que tu aimais le plus au monde devant toi ! » Insista Dorotha. Tiens donc. Heshvan était un peu paumé dans sa vie sentimentale. Il sentait le crucifix devenir lourd contre sa poitrine. Puis dans un autre sens y'avais eu ses baiser avec Emily. Oh et puis merde. Il attrapa Blake par les hanches sans prévenir pour la bloquer contre le mur et attraper ses lèvres. Au final c'était pas désagreable du tout. Elle embrassait bien la petite vache. Cela attisait presque qu'un soupçon de plaisir qu'il ignorait. Elles étaient bien l'une contre l'autre ainsi, pourquoi s'en défaire ? Il dévorait ses lèvres jusqu'à n'en plus finir, et ce fut Dorotha qui les arrêta. Il ce recula en ce raclant la gorge, la sensation d'avoir encore la bouche de Blake muselés à la sienne.

« Je sais pas qui t'aime, mais franchement elle a de la chance. Ta bien imprégné le rôle de Chuck. T'apprend vite gamin. » commenta Dorotha. Bah...Il savait pas trop non plus.

Ahem. Il faudrait qu'il songe à ce demander d'ou sort cette tension. Et à s'éloigné de Blake, parce qu'on sait pas ce que ca peu donner dans un endroits un peu isolé.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


It ain't never gonna be enough
Pop the champagne Start a fire ▬We made it Put your hands up Raise them higher We made it We're on top of the world We live nights in the flame Bold dreams in our brain But we know we're okay Just like a storm is rising Lights up a spark inside us



Blake Malone


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


avatar


╰☆╮ Avatar : Gal Gadot

Ѽ Conte(s) : légendes antiques
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : la Manticore

☞ Surnom : Bekah, Winnie

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1062
✯ Les étoiles : 327




Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Hier à 21:59

Meurs un autre jour
Heshvan & Blake

Comme à son habitude, Heshvan ne put s’empêcher de freiner mon enthousiasme : On va pas se pointer dans un bal comme ça alors qu'on connait même pas nos fausses identités ! Et en plus ce n'est que ce soir. Allons voir à quoi ressemble leur maison et farfouillons un peu si on veut pas griller notre couverture. Gnagnagna. Sur ce coup-là je ne pouvais pas le contredire. Dans un profond soupir, je braquai le volant d’un geste si brusque que le crâne d’Hesh faillit rencontrer la vitre. Suivant les indications inscrites sur les papiers de nos deux macchabées, je finis par garer mon bolide devant les grilles d’une grande demeure. Mouais. Pas trop mon style mais soit. Je laissai mon tartare sur pattes farfouiller un peu partout pendant que je m’installais dans un des fauteuils moelleux du hall. Pour connaître la meilleure place dans une pièce, il suffisait de me laisser choisir.
Je n’avais pas besoin de pousser l’investigation plus loin dans la vie de cette regrettée (ou pas ?) Bambi Parker. Un rapide coup d’œil à son cadavre m’avait suffi pour voir à quelle sorte de femme j’avais affaire. Soignée jusqu’aux bouts des ongles, elle ne laissait aucun détail au hasard. Son eau de toilette veloutée et entêtante trahissait un certain penchant pour la séduction faussement inconsciente. Une femme sûre d’elle, qui charmait autant par son allure que par sa personnalité. Très raffinée. Mais dangereuse. Ses doigts sentaient encore la poudre. Bref, elle était un peu moins géniale que moi, j’allais devoir contenir ma magnificence.
Heshvan me rejoignit enfin. Il en avait mis du temps. J’étais sur le point de m’assoupir. Je me remis sur pieds quand le troll femelle que j’avais flairé depuis le début se montra. Elle allait sans doute se décider à nous servir du thé et des petits gâteaux… ou à nous pointer un flingue dessus, pourquoi pas. L’employée de maison sortit quelques mots de russe à l’intention d’Hesh. Ouh ça m’aurait pas plu. Je possédais quelques notions de russe, et elle ne venait clairement pas de lui avouer sa grande affection. Monsieur Chuck ne va jamais nulle part sans cette carte... Je pris les devants avant que le brun ne raconte encore n’importe quoi. Il fallait vraiment qu’il apprenne à construire un mensonge qui tenait la route. Ils auraient dû revenir à temps mais ils ont eu un empêchement. Un problème de… trafic. C’est pour ça qu’ils ne vous ont pas prévenue. L’aplomb avec lequel je lui faisais avaler ces vipères était sans faille. L’arme à feu qu’elle dirigeait vers moi ne m’intimidait pas le moins du monde. Vous savez, quand on se fait prendre en joue tous les quatre matins… on finit par s’y faire.

Des conseils ? Tu as besoin de conseils. Personnellement, j’aurais pu donner des cours à Meryl Streep. Je commençais à me dire que j’allais certainement rentrer m’enfiler une belle entrecôte saignante lorsque Machine nous emmena dans la salle de réception. Le ménage laissait à désirer, je ne parvenais pas à distinguer mes traits fins et délicats dans le reflet du carrelage. Déjà ça va pas, si vous devez vous faire passer pour un couple va falloir se rapprocher mes agneaux. Oh j’allais peut-être rester finalement. Par contre si elle m’appelait encore une fois "agneau", je la finissais à la broche. Et savoir danser le tango accessoirement.
J’avais une folle envie d’éclater de rire. Heshvan était tellement tendu qu’on aurait dit qu’il allait me claquer dans les doigts. Cependant, il apprenait vite. Le tango était une de mes danses de prédilection. Un duel brutal et sensuel. Un combat dont la fin était toute tracée. L’intérêt n’était pas tant le dénouement que la lutte. Mes jambes, vives et précises, s’entremêlaient et se désemmêlaient de celles du brun dans des mouvements à la fois fluides et secs. C’est que je commençais à prendre goût à cette mascarade.
Non mon lapin. Je me retins à peine de pouffer. Mon lapin. J’allais la lui ressortir souvent celle-là. Ta copine ça va elle s'en tirera bien puisqu'elle a une tronche qui veut qu'elle veut te croquer depuis le début… Si seulement elle savait… En période de disette, je serais même capable de la bouffer elle et son tablier. Puis, ce fut le drame. Enfin, pour Heshvan. Personnellement, j’en avais vu d’autres. Ô combien d’autres. Les événements prenaient une tournure de plus en plus divertissante. Voir Hesh dans un tel état, à la fois scandalisé et troublé, me refaisait ma journée. Comme si ça l’engageait à quoi que ce soit. Un baiser. Sérieusement, au vingt-et-unième siècle, ce n’était rien de plus que du vent. Pas la peine de faire sa prude. Bon il était vrai que Bidule en faisait des tonnes. Ne pouvait-on pas zapper le passage niais au possible des sentiments ? Parce que ce genre de maladies ne me concernait pas du tout. Ah ces humains… Mais la matriochka n’allait pas nous lâcher les basques avant que nous ayons accompli notre tâche. Et je détestais avoir un chewing-gum collé à la semelle.
Eh bien eh bien, je retire ce que j’ai dit ! Hesh venait d’envoyer valser son voile de nonne. Avant que je n’aie le temps de dire "steak", je fus plaquée contre le mur et les lèvres du brun vinrent trouver les miennes avec fougue. Une chaleur gloutonne irradia de ma gorge. Je n’allais pas dire non à un petit encas. Agrippant le haut de la nuque d’Heshvan, je retenais goulument sa bouche contre la mienne. Comme devant une pile de gâteaux, je ne pouvais plus m’arrêter. Je n’essayais même pas d’ailleurs, réfréner mes envies n’était pas dans ma nature. Néanmoins, Baba Yaga mit vite fin à la dégustation. Elle dégaina ensuite les housses contenant nos costumes (quand est-ce qu’elle était allée les chercher ?). Il est temps de vous préparer, le bal est dans une heure.

Machine nous avait refilé un chauffeur pour conduire l’Asthon Martin. Apparemment, la soirée était trop huppée pour arriver au volant de sa propre voiture. Les nouveaux riches et leur consommation exhibitoire. C’était d’un vulgaire… Le conducteur dépassa une enfilade de limousines avant de nous déposer devant les marches d’un grand escalier en marbre qui s’étalait sur la cour pavée. Le manoir qui accueillait le bal masqué avait des allures semblables à celles du palace d’Eyes Wide Shut. Si le thème de la fête suivait le fil du film, nous n’étions pas au bout de nos surprises…
A peine eus-je posé un escarpin hors du véhicule que je me mis aussitôt dans la peau de Bambi. Les jeux de rôles avaient un côté plutôt croustillant. Ma robe de velours noir près du corps épousait parfaitement mes courbes. Encore une chance que la Parker ait eu les mêmes mensurations idéales que moi. Un décolleté en V plongeant était l’un des rares artifices de la tenue. Une pincées de bijoux fins, et le tour était joué. Less is more. L’élégance se dévoilait dans les détails. Loup bien fixé dans mon chignon flou, je grimpai les marches au bras d’Heshvan. Le chauffeur avait pour ordre de garer la voiture à l’arrière du bâtiment, là où nous pourrions la retrouver sans nous faire remarquer afin de récupérer les explosifs.
En haut de l’escalier, un duo de majordomes nous attendait. Je présentai ma carte d’invitation à l’un d’eux. Puis les portes s’ouvrirent. Le prédateur entrait dans le poulailler. Les invités étaient déjà nombreux, et bien plus habillés que dans la production de Kubrick. Une soirée mondaine des plus banales, si l’on omettait les masques. Je tirai doucement sur le bras du casse-croûte en costard pour qu’il se tourne vers moi. Dans un geste attentionné, presque maternel, j’ajustai le mouchoir qui dépassait de la poche frontale de sa veste. Tu es parfait comme ça... mon lapin. Je lui souris avec la même douceur puis nous reprîmes notre progression parmi la foule de convives qui ne faisait que croître. Il ne nous restait plus qu’à dénicher les bombes que Clane avait déjà posées. Bien, si j’étais un maniaque des feux d’artifices, où planquerais-je mes jouets ? Je ne devrais pas avoir beaucoup de mal à me le figurer...

Emi Burton


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t67861-termine-blake-o-every http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t68224-blake-o-oh-baby-it-s-a-wild-world http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t68225-our-cracking-bones-make-noise

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

Meurt un autre jour [Blake]





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Centre ville