Aventures
en cours :

Age de Glace
Septembre 2017


Sing On
Septembre 2017

- Bientôt -
8 octobre 2017


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


Sing On the Musical - le 85ème événement de Disney Rpg ! ╰
➹ Création graphique : Jezabel Chapman ♥ - Maître du jeu : Anastasia Romanov ♥
Prêt à pousser la chansonnette ?

Partagez | .
 

 Above the best, improve yourself [Emily]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Jezabel Chapman


« You Are Not Alone »


avatar


╰☆╮ Avatar : Marie Avgeropoulos.

Ѽ Conte(s) : La Légende de Manolo.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Celle qui est faite de délicieuses sucreries, qui veille sur le royaume des Âmes Chéries. J'ai nommée La Muerte.

☞ Surnom : June.



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3737
✯ Les étoiles : 666




Actuellement dans : « You Are Not Alone »


________________________________________ Lun 17 Juil 2017 - 14:55


Above the best, improve yourself


Je suis plus rapide qu'une voiture. Je suis plus rapide que n'importe qui ici. Pourquoi est-ce que j'essayais de me convaincre ? Ah oui. Surement parce que Callio avait fait un pari, et que je me devais de le remplir pour ses honneurs. J'étais en position, à coté d'une chevrolet, le regard concentré sur la route. Si je gagnais, Callio gagnait le pari. Si je perdais ...Eh bien non. Je peu pas perdre. Sinon je mérite même pas d'être la personne la plus rapide au monde. Je jetais un regard bref au pilote, un sourire étirait mes lèvres. Je lui laisse de l'avance pour être bonne joueuse ? Oh allez, un peu d'espoir ne peu pas lui faire de mal ! Un homme baissa un drapeau blanc vers le bas, alors qu'un son retentit dans l'air pour donner le départ. C'est partis ! Je décollais du sol, courant jusqu'à ce que le paysage devienne flou, et que des lumières bleutés ne m'entoure. Je regrettais presque les pétales que je laissais sur mon chemin il y'avait longtemps maintenant. Depuis que je m'étais pris le dôme dans le corps, je laissais trainer que des éclairs bleutés derrière moi lorsque je courrais. Etrange, non ?

▬ « Chauffeur, chauffeur si t'es champion, appuie sur le champignon ! » lui chantais-je en lachant un rire, avant de lui faire un signe de salut et de redoubler de vitesse, le dépassant à merveille, parcourant les rue de storybrooke dans une vitesse qui ne permettait pas au personnes de me distinguer. J'aimais courir. J'aimais sentir le vent me soulever. J'aimais cette idée que le monde m'appartenait dans un grain de seconde. Je me sentais libre, car personne ne pouvait m'atteindre. Je revins en quelque seconde à l'arrivé, m'arrêtant toute sourire. Ils me dévisagèrent, surprit, alors qu'au loin, la voiture ce faisait entendre. «  Elle aura quelque minute de retard ! » les prévint-je, ironique. Bon, et bien, ca c'est fait ! Callio avait gagné son pari, et je pouvais repartir tranquillement à la morgue ! L'homme s'inclina devant ma rapidité, alors que je les quittais, décollant de nouveau du sol, disparaissant du port de storybrooke pour réapparaître devant la morgue. L'appartement était calme depuis quelque jour. Je m'ennuyais après Jamie. Le fait qu'il soit dans un coma à l'hopital me peinais. Je n'avais pas envie de perdre mon grand frère.

« Jez ? Il faut que nous entreprenons une discussion. » Alors que j'allais passer la porte, perdu dans mes pensées, je me retournais pour apercevoir le visage de Maria. Je lui lachais un sourire enthousiaste. Ca faisait longtemps que je ne l'avais pas vue ! Depuis qu'elle était devenu prof d'histoire, elle était trop occupé pour venir me voir. C'est triste, j'avais l'impression qu'elle me lachait. Je me dirigeais vers elle dans le but de la prendre dans mes bras, sautillante, mais lorsque je voulu reserrer mes mains autour d'elle, elle attrapa mes bras pour me reculer doucement. Je la regardais sans comprendre. Elle était en colère non ? J'aimais pas sa tête, c'était la tête de '' Ta fais une connerie et je suis venue pour te faire la morale.'' J'étais blessé de ce rejet, mais je le dissimulais à travers mon sourire.

▬ « J'aime pas ton visage. Tu fais souvent ce visage quand tu t'apprête à me faire la morale. » murmurais-je, bougonne. Non seulement je la voyais presque plus, mais en plus il fallait qu'elle vienne me gronder dessus quand elle venait me voir ! J'étais pas une petite fille, je savais assumer mes propres actes ! Maria fit un visage surpris et me dévisagea.

« Qu'elle visage ? » demanda t-elle. Je désignais mon propre visage avec ma mains, en prenant un air autoritaire.

▬ « Ce visage. » répondit-je, avant de reprendre un air guilleret. Elle leva les yeux au ciel, alors que j'entrepris d'ouvrir la porte de ma morgue pour rentrer à l'intérieur. Il faisait tellement chaud ses derniers temps, que la morgue était un refuge parfait ! Il faisait froid, ca faisait carrément du bien ! Maria me bloqua le passage en ce faufilant devant moi. « Eh ! » m'ecrias-je. « Bon beh va y, gueule moi dessus qu'on en finisse, j'ai trop chaud je vais mourir ! » dit-je en croisant les bras. Si je n'étais pas déjà morte bien entendu. Maria lacha un soupire.

« Il y'a pas longtemps, j'ai été coincé sur une ile avec neuf personne et Loki. » commença t-elle. J'haussais les sourcils. Si elle comptait me raconté une histoire, elle ne pouvait pas le faire à la morgue ? Non mais parce que j'étais certaine que ca allait être long. Je suivais du regard un papillon qui passa au dessus de nos têtes. Maria me frappa le front pour que je reste concentré. Je reportais mon attention sur elle en lachant une plainte. « Ecoute moi ! Sur cette île, il y avait un meurtrier d'accord ? Quelqu'un qui tuait tous ceux qui ont tuer ses proches ! » Je fixais Maria. On dirait un œuvre sortie tout droit des Agatha Christies. Et alors ? C'était pas mon problème, elle semblait aller très bien !

▬ « Et alors, ta tuer personne, si ? » hésitais-je. Avec sa machette maléfique, j'étais certaine qu'elle avait tuer plein de gens ! Ca m'aurait pas étonné qu'elle face partie de ses gens ! Quoi que, j'étais un peu trop dur là, je devrais peu être pensé autrement …

« Non Jez, c'est toi ! » Je la regardais, surprise de sa voix qui venait de monter d'un niveau. Je sentais mon cœur s'emballer sans comprendre. J'avais tuer personne ! J'étais pas une meurtrière !

▬ « Tu raconte n'importe quoi ! » aboyais-je, la dévisageant à mon tour. De quel droit ce permettait t-elle de m'accuser ainsi ? Je tuerais jamais personne. Je n'étais pas une meurtrière, je n'étais pas comme ca ! Je me souciais de la vie des gens.

« Non Jez. Madame Martin. Hopital de Storybrooke. Réfléchis bien. » Alors que ca me semblait insensé, je reculais de quelque pas, dérouté. Je me souvenais pas d'un hopital, ni même d'une ...l'asile. Mon cœur tomba lourdement dans ma poitrine, alors que je semblais une panique me serrer la gorge. Avec Callio, j'avais sans faire exprès provoqué une crise cardiaque à une vieille dame. Et elle était morte. Maria s'approcha lentement dans le but de me ressaisir, mais je dégageais ses mains pour qu'elle ne me touche pas. « Jez, j'ai faillis mourir à cause de ton étourderie. J'ai faillis payée pour ton acte ! Loki aussi ! » je secouais la tête, refusant toute part de vérité.

▬ « C'était un accident, un accident ! Je ne suis pas une meurtrière ! Je ne veux de mal à personne ! » Pourquoi c'était toujours ma faute ? Pourquoi les gens m'en voulaient toujours ? Perosnne ne me comprenait ! J'en faisais tout le temps de trop pour tout le monde, mais jamais personne ne ce préoccupait de moi. J'ai donnée ma vie plus d'une fois, mais on s'en foutait. Alors à quoi bon ? On pouvait m'accuser de toute sorte de choses, on pouvait me reprocher autant qu'on le souhaitait, ca m'atteindrait plus !

« Je veux juste que tu réfléchisse au conséquences de tes actes Jezabel ! Tu dois grandir, prendre du recul, et réfléchir avant de foncer tête baissé ! » Sa voix ce hissait autant que la mienne pour ce répercuté en écho sur les murs. Je sentais mes prunelles bruler, les flammes enveloppants la partie bleutée de mes yeux.

▬ « C'est toujours de ma faute de toute façon ! Je le sais que tu m'en veux, Maria ! Tu me crois idiote ? Tu m'en veux depuis que j'ai choisis Manolo en champion ! Et tu pense que c'est de ma faute si il est mort ! » hurlais-je, mes mains devenant brûlante. Les flammes lèchèrent mes doigts. Maria paru surprise, et resta quelque seconde dénouée de parole.

« Oui. Mais je passe au dessus de ca. Et parfois tu devrais apprendre à faire de même. » M'expliqu'a t-elle. Non. Ce n'est pas juste. Je sentais la colère gronder en moi. Un brasier m'animait. Je n'arrivais pas à faire la différence entre la colère, l'injustice, le chagrin. Je détestais ses émotions qui me submergeait. Elles faisaient mal, trop mal. Je serrais les dents, fixant Maria d'un œil noir. « Jez, calme toi. Tu vas finir par blesser quelqu'un. On peu en parler d'accord ? Baisse tes mains. » Elle avait plaquer les mains en avant, alors que les miennes étaient illuminé, crépitant de flamme.

▬ « Non. J'aide toujours les autres. Mais personne ne m'aide moi. » lachais-je d'un ton glaciale, avant de m'en aller en courant, emporté par ma super vitesse. C'était assez. Assez qu'on m'en veuille toujours. Assez qu'on ce moque de moi, assez qu'on m'utilise, et qu'on me lache sans aucune once de pitié. Assez que me reproche des choses, qu'on reconsidère mes actes. C'était toujours moi qu'on rejetait ! Je parcourais la ville en courant, passant entre les voitures, avant de m'arrêter sur le route, le souffle court. Je m'étais sacrifé, je m'étais poignardé pour sauvé Pitch. Mais tout le monde s'en moquait. J'avais été tuer juste pour être l'objet de Xibalba. Y'avais donc personne pour me comprendre ? Je sentais une rage inouie remonté dans ma gorge, elle me brûlait les poumons, et je n'avais envie que d'une chose : Crier. Crier ma colère, accablé les autres de l'injustice dont il faisait preuve.

▬ « Ta pas le droit de me reprocher d'être incontrôlable ! »
hurlais-je à plein poumon. Ma vois stridente ricocha dans les paroie de la ville, et mes mains lachèrent un nuage de déflagration de flamme qui vinrent percuté une voiture. Elle valsa dans l'air avant de tomber brusquement sur le toit. Elle m'emporta également, et je sentis mon dos rebondir contre le mur d'un immeuble, avant de tomber brusquement sur le sol. Le choc me laissa confus, alors qu'un mal de crâne raisonnait dans les parois de mon esprit. Je relevais difficilement la tête. Des flammes lèchèrent les murs de l'immeuble, et elles avaient egalement noircie la route. Un nuage de fumé montait dans le ciel. Mon dos souffrait d'une douleur horrible. Je laissais retomber ma tête sur le sol, confuse.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Run boy run, running is a victory
This is how you bring me back to life ▬ I'm broken and I'm barely breathing I'm falling 'cause my heart stopped beating If this is how it all goes down tonight, If this is how you bring me back to life


http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t45540-bring-me-back-to-life-jezabel#429596

Emily Lame-Duck


« Parfois au réveil,
j'ai les oreilles dures. »


avatar




╰☆╮ Avatar : Britt Robertson

Ѽ Conte(s) : Le vilain petit canard
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le vilain petit canard

☞ Surnom : Lou / Loulou / Pollen / Coin-coin



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2532
✯ Les étoiles : 1027




Actuellement dans : « Parfois au réveil,j'ai les oreilles dures. »


________________________________________ Mer 26 Juil 2017 - 23:53



Above the best, improve yourself
Emily & Jezabel



Enfin un jour de congé. Elle avait pu faire la grasse matinée - jusqu'a ce que la voisine, une grand mère de 70 ans ne se mette a écouter du hard rock au dessus de son appartement - et avait décidé de profiter de sa journée pour aller sur la tombe de Tasha. Son "plongeon en enfance" si on pouvait appeler ca comme ca, avait fait remonté de nombreux souvenirs et elle avait l'impression que toutes ses certitudes avaient volée en éclat. Chacune des choses en lesquels elle croyait si durement n'étaient, elle s'en était bien rendue compte, bâties que sur des bases molles, en équilibre précaire et prêtes a s'effondrer a tout instants.

Elle avait besoin de faire le point, elle avait besoin de temps. De quelqu'un a qui parler de tout cela sans que ca ne lui revienne en pleine poire. Mais vers qui se tourner quand on avait personne ? Elle se sentait écrasée par le poids d'une solitude qu'elle avait toujours voulue. Qu'elle avait toujours défendue. Et aujourd'hui, elle commençait a se demander si c'était réellement une bonne chose.

Retrouver le calme du cimetière l'aiderait sûrement a chasser ces doutes stupides et inutiles. Après tout n'avait elle pas toujours su ce qu'elle avait voulue ? Elle traversa la rue et, après avoir choisit un bouquet de fleurs sur l'étal devant elle, le paya et s'éloigna. Il s'agissait d'un rituel, un simple rituel qui l'aiderait a revoir les choses comme avant.

Emily – en jean, t-shirt blanc et veste en cuir – traversa la rue d'un pas assuré au moment ou une fille qui débarquait de nul part se mettait a hurler dans la rue.

« Ta pas le droit de me reprocher d'être incontrôlable ! »

Elle eut juste le temps de voir la voiture arriver en même temps que les flammes, et quelques instants après, elle se jetait sur le coté pour éviter le véhicule qui avait manqué de lui tomber dessus. A plat ventre sur le bitume, elle releva la tête, le souffle court et le corps parcouru de poussées adrénaline puissantes. Ses cheveux tombaient en mèches folles sur son visage et d'un geste, elle les repoussa. Ses mains, crispées sur les tiges des fleures étaient écorchées a cause de la chute.

Elle entendait des cris, sans parvenir a discerner d'ou ils venaient. Perdue, elle tourna a tête et aperçut dans son dos, la voiture qui avait été renversé. Des voix et des gémissements se faisaient entendre a l’intérieur. Sans perdre une seconde, Emily se redressa, la peur au ventre et s'approcha de la voiture retournée. Elle s’agenouilla au milieu des éclats de verre qui jonchaient le sol pour voir une femme, a l'envers et retenue par sa ceinture, dont le front était marqué par une traînée de sang qui gouttait dans ses cheveux.

Emily jura et se mordit la lèvre avant de s'intimer au calme.Les situations de ce genre, elle en avait l'habitude alors ce n'était pas le moment de perdre les pédales.

« Madame ? Madame vous m'entendez ? »


Elle jeta un regard au gamin a coté d'elle. Un gosse de seize ans maximum qui portait un survêtement de football américain. Il allait sûrement a une compétition... Il ouvrit difficilement les yeux et regarda autour de lui, paniqué. Emily pesta et en profita pour l'appeler.

« Hey ! Hey gamin tu m'entends ? »


Il se tourna vers elle, les yeux emplis de terreur. A l’arrière, un bébé poussait des hurlements stridents.

« Comment tu t’appelles ? »


« Je … Je... »


« TON NOM ! »


« Tommy. Je m'appelle Tommy... »


« Tres bien Tommy. Tu vas m'aider, est ce que tu peux bouger ? »


Le gamin tenta de remuer, sans succès. Il y eut une explosion a l'avent et le crépitement des flammes devint de plus en plus for. La voiture allait exploser c'était une certitude.

« Pas grave, je vais venir mais d’abord, aide moi a détacher ta mère. »


Ils s'y mirent a deux pour la détacher et Emily récupéra le corps inerte avec autant de douceur que possible. Rapidement, elle le donna a un homme qui c'était approché alors que le reste de la population restait prudemment a l'écart. Emily lui donna des instructions en contournant a voiture pour s'approcher de Tommy. Elle leva les yeux et son regard croisa celui embué de larmes du gosse.

« Je... Je sens plus mes jambes... »
hoqueta il difficilement en lui jetant un regard déséspéré, comme si elle pouvait y faire quelque chose. Emily eut de la peine pour lui, mais la peine n'allait pas l'aider a s'en sortir. Elle se glissa dans l’interstice que lui laissait la voiture et tira de toutes ses forces. Le tissu craqua puis se fendit brusquement et elle rattrapa le corps d garçon in extremis dans un cri étouffé. Elle eut du mal a se dégagé mais réussis a le tirer puis a le porter a l'écart de la voiture avant de revenir en courant.

La fumée lui piquait les yeux et la voiture a moitié affaissée ne lui livrait qu'un passage étroit vers le bébé qui s’égosillait. Elle toussait, sa gorge la brûlait et des larmes coulaient le long de ses joues a cause de l'air impure. Enfin elle arracha le bébé a son siège auto et se tortilla sur le sol et s'extirpa de la carcasse fumante ou l'air devenait irrespirable....

OoOo0oOoO

Les bras croisés, elle fixait la brune. Elle lui avait menotté les mains avec ses menottes qui annihilaient la magie. Elle avait l'air jeune mais a Storybrooke qui savait ? Emily remua le bras avec une grimace sous son t-shirt taché de sang. On lui avait mis un bandage autour du bras, une brûlure qu'elle avait eut lorsque la voiture avait explosé alors qu'elle venait de s'en extirpé avec le bébé, qu'elle avait protégé du mieux qu'elle pouvait. A présent il avait un masque sur le visage et on surveillait sa respiration.

L'accident avait été violent mais heureusement aucuns morts n'avaient été a dénombré. La petite fille, le bébé, était dans un état stable. Son frère Tommy avait eut moins de chance et avait perdu l'usage de ses jambes, il était sortit de la sale d'opération il y avait quelques heures et Emily était rapidement passé le voir, de l'autre coté de la vitre. Quand a leur mère, elle ne c'était toujours pas réveillée.

Emily avait demandé a ce qu'on la laisse seule avec l'inconnue dans une chambre a part. Les stores étaient tirés et on entendait parfois un chariot qui passait. Seul l'odeur aseptisé de l'hopitale la dérangeait.

Enfin, elle ouvrit les yeux. Les bras croisés, le regard dur, Emily la fixa pendant quelques instants e sentant une colère dont elle ne soupçonnait pas l'existence surgir en elle.

« Bien dormis ? »
Lacha elle d'un ton sarcastique a la jeune femme en s'approchant du bord du lit. « J'espere que tu es fière de toi. »

Elle laissa passer quelques instants sans vouloir lui donner plus d'informations. Dieu qu'elle brûlait d'envie de lui en mettre une... Pourtant la violence ne semblait pas être la bonne solution, même si sa main la démangeait. Emily ne frappait pas pour le plaisir mais par nécessité, ou du moins elle essayait. Mais elle répugnait a frapper sur les gens incapable de se défendre et ne supportait pas ce genre d'attitude.

« Alors faisons le décompte tu veux ? »
reprit elle. « Une voiture explosée, quatre personnes brulées dont une gardera des traces a vie, un bébé sous tube et... ah oui. Un enfant qui ne pourras plus jamais marcher. »

Son regard la transperçait avec une telle colère, un tel mépris qu'elle s'étonnait que la jeune femme en face d'elle ne se ratatine pas sur place.

« Pour quelqu'un qui a l'habitude de travailler avec les morts, je te trouve particulièrement enthousiaste Jezabel. Tu voulais du travail en plus ? »


A l'hopital ils la connaissaient bien. Apres tout c'était plus ou moins la « folle de la morgue ». Obtenir son nom et quelques informations en suite avait été facile comme bonjour. La Muerte était dans les dossiers de la police depuis un moment apres tout. Et brusquement, sans qu'elle ne le veuille vraiment, sa main partit et s'écrasa sur sa joue comme pour la réveiller. Tant pis pour la morale. En une seconde, Emily l'attrapait par le col de son haut et la maintenait a quelques centimètres de son visage.

« Alors c'est comme CA que tu utilise ton pouvoir ? Franchement tu n'imagines pas l'envie de j'ai de te foutre une balle entre les deux yeux. Tu es méprisable. Crois moi j'en connais des débiles comme toi qui se croient au dessus des autres simplement parce qu'ils peuvent faire un truc en claquant des doigts mais tu veux que je te dise ? »


La colère qu'elle avait en elle était si forte, si puissante qu'elle aurait pu faire exploser la ville.

« Tout ce que t'as fais c'est briser des vies. Mais tu t'en fous toi, n'est ce pas ? T'en as rien a battre des autres, la seule chose qui t'importe c'est ta petite personne. »




[/color]

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Les amis sont la famille que l'on se choisit.
C'est le hasard qui fait la Famille, mais c'est le COEUR qui fait les amis.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t50590-coin-coin-pres http://imghttp://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t52209-rps-du-vilain-petit-canard-emily-lame-duckahttp://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t52209-rps-du-vilain-petit-canard-emily-lame-duck15.hostingpics.net/pics/951307Emily.png

Jezabel Chapman


« You Are Not Alone »


avatar


╰☆╮ Avatar : Marie Avgeropoulos.

Ѽ Conte(s) : La Légende de Manolo.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Celle qui est faite de délicieuses sucreries, qui veille sur le royaume des Âmes Chéries. J'ai nommée La Muerte.

☞ Surnom : June.



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3737
✯ Les étoiles : 666




Actuellement dans : « You Are Not Alone »


________________________________________ Mar 1 Aoû 2017 - 16:22


Above the best, improve yourself


Mes idées étaient brouillés. J'avais mal partout. Je me souvenais d'un son aigus qui devenait de plus en plus proche, et des lumières rouges et bleus tournoyer. Et puis une fois encore, plus rien. Plus de son. Tout était loin. Je sentais un mal de tête venir me percer le crâne, et lorsque j'ouvris une nouvelle fois les yeux, le blanc lumineux m'explosa la rétine. Je les refermais en grognant. Le temps que mes yeux ne s'habitue à la lumiosité, je découvris que j'étais entouré de machine, et qu'elles perçaient ma peau. Je lachais une expression de suprise, reconnaissait ce lieux familier. L'hopital. Aucune machine ne faisait un bip sonore. Puisque je n'avais pas de cœur. Qu'es ce que je fichais ici ? J'ai voulu me relever, mais une douleur me déchira le dos et je me relaissais tomber en grognant de douleur. Pourquoi es ce que j'étais ici ? Je n'avais pas besoin d'aller à l'hopital d'habitude, je guérissais aussi vite que la lumière. « Bien dormis ? » La voix parvenait non loin de moi, alors que je dirigeais mes yeux vers une blonde au regard furieux.

▬ « Pas vraiment, les lits sont pas confortable .. » marmonnais-je d'un ton caverneux.  « J'espere que tu es fière de toi. » Fière de quoi ? Je la regardais sans comprendre. Réfléchis Jez, tu n'aurais pas oublier un truc ? Genre, le pourquoi du comment tu te retrouve à l'hopital ? Mon esprit fut emprunt de souvenirs qui vinrent me percuté au visage comme une boule de bowling. La déflégration. La voiture. Je me souvenais encore de mon dos et de ma tête s'ecrasant contre le mur, sous le chocs. Puis le feu qui léchait les immeubles, les sirènes des pompiers ... Les gens ! Les gens de la voiture !l'inquiétude perçait mon visage. Je me relevais brusquement, ignorant la douleur foudroyante, mais une force me retenant le poignet me rejetais très vite vers l'arrière contre mon lit.Mon regard ce porta sur la chose qui me tenait prisonnière. Des menottes. Je ..mais pourquoi ? Je n'avais rien fais de mal ? Pourquoi on me traitait comme une prisonnière ? J'ai voulu passer mon poignet à travers celle ci dans le but de m'en défaire. Mais rien. Rien ne ce fit.

« Alors faisons le décompte tu veux ? Une voiture explosée, quatre personnes brulées dont une gardera des traces a vie, un bébé sous tube et... ah oui. Un enfant qui ne pourras plus jamais marcher. »
Fit la voix dur de la blonde. J'étais occupé à essayer de me défaire des menottes. Je venais de comprendre. C'était ces choses qui me coupait de mes pouvoirs. Voilà pourquoi je n'avais pas cicatrisé tout de suite. Ca faisait un mal de chien de guérir comme un humain normal ! J'avais encore la tête et l'esprit confus. J'écoutais chaque syllabe qui sortait de ses lèvres lorsqu'elle ce mit à énumérer les blessers. Non. Ce n'était pas moi qui avait ca ...Non. Je ne voulais blesser personne. J'avais l'impression que la tête me tournait lorsqu'elle énuméra le bébé et l'enfant. Je ne voulais pas être responsable de ca. Je secouais la tête, emprunt de dénie. La sensation douloureuse de ses paroles m'étaient pareil qu'une noyade. L'impression que l'air me manquait et refusait de venir alimenter mes poumons.


« Pour quelqu'un qui a l'habitude de travailler avec les morts, je te trouve particulièrement enthousiaste Jezabel. Tu voulais du travail en plus ? »

▬ «  Non... » fit-je, le sang battant à mes tempes alors que je sentais une boule ce former dans ma gorge. J'avais envie d'hurler. Qu'on me laisse tranquille. Pourquoi on me laissait jamais tranquille ? Pourquoi on m'accablait de responsabilité que je ne voulais pas ? Si mes pensées étaient confuse, le choc qui percuta ma joue et me dévissa la tête sèchement vers la droite vint la remettre en place. Les larmes montèrent aussitôt à mes yeux sans que je ne puisse les retenirs, alors que je fixais cette inconnu avec mépris. Comment pouvais-telle me frapper ? Comment pouvais-telle me blamer de la sorte ? Ma respiration s'accentua, et ses mains attrapèrent brusquement mon col alors que je rencontrais son visage avec violence. Mes mains attrapèrent les siennes par refléxe pour m'en défaire. Ses yeux étaient elextrique, son visage violent, animé par une haine que je ne méritais pas.

« Alors c'est comme CA que tu utilise ton pouvoir ? Franchement tu n'imagines pas l'envie de j'ai de te foutre une balle entre les deux yeux. Tu es méprisable. Crois moi j'en connais des débiles comme toi qui se croient au dessus des autres simplement parce qu'ils peuvent faire un truc en claquant des doigts mais tu veux que je te dise ? Tout ce que t'as fais c'est briser des vies. Mais tu t'en fous toi, n'est ce pas ? T'en as rien a battre des autres, la seule chose qui t'importe c'est ta petite personne. » Les mots étaient violent. Comme des couteaux aiguisé. Si l'envie de pleurer me prenait, je retenais mes larmes alors que je n'avais plus envie de rien. Accabler par la violence de ses paroles. Je n'étais pas méprisable ...Ni égoiste ! Ce n'était pas moi ! Elle n'avait pas le droit de me dire ca ! Elle n'imaginait pas la douleur que je ressentais ! Mon visage était bléssé. C'était la même sensation que si on m'arrachait le cœur. J'avais été mise à couvert, et j'avais été incapable de me forger une carapace. Pas comme Maria.

▬ « Tu juge mal. Si tu me connaissais vraiment, tu saurais que je ne suis pas comme ca. » Dis-je d'une voix grave, mélês à un grain de ressentiement. « Mais c'est le problème des gens aujourd'hui. » dis-je d'une voix dur et cassante. Je me détachais d'elle avec une force animé de colère. « Il juge sans connaître. » lachais-je, pleine d'amiosité et de colère. Moi, j'en ai rien à faire des autres ? Moi, qui est morte de nombreuses fois pour sauver les gens que j'aime ? Elle ne savait pas ce que c'était de s'enfoncer un poignard dans le cœur pour libérer le compagnon d'une déesse de l'emprise d'un être malfaisant. Elle ne savait pas que ce c'était d'avoir le corps parcouru de courant electrique pour sauver une amie. Alors qu'elle prenne mes pouvoirs si ca l'enchante, qu'elle me frappe. Au fond, j'en avais plus rien à perdre. J'en avais assez de me battre pour les autres, mais que personne ne ce soucis de moi.

▬ « Je ne voulais pas ca. » lachais-je, d'une voix éteinte. «  Jamais je ne ferais de mal à qui que ce soit. Je ne sais pas ce qui c'est passé, j'ai ressentis trop de choses horrible en même temps, je n'ai pas réussis à contrôler ca ... » Ma gorge était serré, coupable. Coupable d'avoir arraché des vies. Si d'habitude je jetais n'importe qu'elle situation derrière mon masque de clown, il venait d'exploser par manque de place. Et par surcharge. J'aurais voulu aller les voirs. Même si c'était horrible. Même si je me sentais juste comme un monstre à ce moment précis. Je ne voulais pas que ce bébé meurt à cause de moi. Ni même ce petit garçon. Mais ma mains droite était attaché par une menotte, qui, sa jumelle, était accroché au lit. Je reposais la tête sur l'oreiller, tournant le dos à la blonde. Elle me reprochait beaucoup de choses, qui n'était pas reliés à l'accident. Et elle parlait comme une ennemie des dieux.

▬ « Mais tu t'en fiche, parce que c'est ma faute. Si tu veux libéré ta colère sur moi, fait ce que tu veux. Mais je ne suis pas responsable du comportement des dieux. »
ajoutais-je, fixant les machines qui continuait leurs bruits entêtent. Une grimace parcourait mes lèvres à cause de la douleur. Et ma joue chauffait énormément à cause de la baffe. Si seulement je pouvais me défaire de ses menottes pour guérir plus vite ...J'avais l'impression d'être dans un abattoir et d'attendre mon heure. Je détestais guérir comme une personne normal. C'était long et douloureux. Je ne comprendrais jamais comment les gens font pour supporter ca. Leurs peau s'écorchent tellement plus vite, elle s'abime tellement facilement.... J'aurais bien bu un café juste pour avoir les idées clairs. Si mes pouvoirs étaient absent, le tourbillons de ressentiement continuait de battre en moi comme un tonnerre assourdissant.

Je me disais qu'il existait pire que Maria, maintenant. Si elle pouvait m'epouvanter avec sa machette pour me remettre les idées en place, la blonde était encore plus dangereuse. Parce que comparer à Maria, elle était violente et elle ne me connaissait pas. Ca la dérangerait pas de me soulever par les pieds et de me pendre par la fenêtre. Sans mes pouvoirs étaient tellement facile. C'était pour ca, d'ailleurs qu'elle m'avait mit les menottes. Pour qu'on soit égal. Elle aurait jamais pu me toucher, j'aurais vue ca mains venir de loin. C'était frustrant. Frustrant de vivre comme ci quelque chose d'important me manquait. De ne pas avoir cette partie qui faisait de moi qui j'étais. la colère était forte. beaucoup trop forte. Elle battait à plein nez en moi, et elle me submergeait sans que je puisse l'arrêter. Ce sentiment brûlant, qui me réchauffait et parcourait mon esprit de rempart aiguisées.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Run boy run, running is a victory
This is how you bring me back to life ▬ I'm broken and I'm barely breathing I'm falling 'cause my heart stopped beating If this is how it all goes down tonight, If this is how you bring me back to life


http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t45540-bring-me-back-to-life-jezabel#429596

Emily Lame-Duck


« Parfois au réveil,
j'ai les oreilles dures. »


avatar




╰☆╮ Avatar : Britt Robertson

Ѽ Conte(s) : Le vilain petit canard
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le vilain petit canard

☞ Surnom : Lou / Loulou / Pollen / Coin-coin



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2532
✯ Les étoiles : 1027




Actuellement dans : « Parfois au réveil,j'ai les oreilles dures. »


________________________________________ Lun 7 Aoû 2017 - 4:14



Above the best, improve yourself
Emily & Jezabel




« Tu juge mal. Si tu me connaissais vraiment, tu saurais que je ne suis pas comme ça Mais c'est le problème des gens aujourd'hui. Ils jugent sans connaître. »

Emily haussa un sourcil. Se faire juger, se faire MAL juger, elle connaissait Mais ce que lui disait la médecin légiste la avait plus le don de l'énerver que de l’apitoyer Franchement... Y avait il plus... Bon sang elle vivait dans le dénis le plus totale !

"Ah oui, effectivement je te juge mal..."
dit elle d'un ton ironique en relâchant son col. "Pardonne moi, c'est vrai que avoir a moitié tué trois personnes c'est "être mal jugé" !"

Non mais franchement, pouvait on être aveugle a ce point ?

« Je ne voulais pas ça Jamais je ne ferais de mal à qui que ce soit. Je ne sais pas ce qui c'est passé, j'ai ressentis trop de choses horrible en même temps, je n'ai pas réussis à contrôler ça ... . »
Ah parce qu'elle espérait l'attendrir comme ça ? « Mais tu t'en fiche, parce que c'est ma faute. Si tu veux libéré ta colère sur moi, fait ce que tu veux. Mais je ne suis pas responsable du comportement des dieux. »

Hein ? Hein ??? Les dieux ? Qu'est ce que les dieux avaient a faire la dedans ? Fallait pas mélanger les spagethies et les papilottes ! Quel était le rapport ? Ok les dieux étaient des égocentriques narcissiques surpuissant qu'il était dangereux de laisser en liberté, mais le cas Jezabel n'était pas... divin aux dernières nouvelles ! C'était sa vie, ses responsabilités

"Oh. Donc ton excuse c'est "les dieux font pire que moi, donc vas y crie moi dessus je ne suis qu'une pauvre victime de toute façon " ? Non sérieusement ? Tu pense quoi ? BON SANG ? Que je vais m’apitoyer sur ton triste sort ? T’espère quoi ? De la COMPASSION ?"


Elle c'était mise a crier, se redressant devant Jezabel en se retenant de la frapper a nouveau. Ca ne servait a rien. Mais cette fille, cette nana.. Est ce qu'elle prenait la mesure des conséquences de ses actes ?

" "Jamais je ne ferai de mal a qui que ce soit" ? Pourtant tu l'as fait."
Assena elle soudain. "Tu l'as fait et tu ne peux pas revenir en arrière. Tu l'as fait et tu ne peux pas changer les choses. C'est trop tard. Et tout ça.." Elle s'approcha de son visage, ses yeux bleus la transperçant de part en part. "... Tout ça c'est parce que tu as été incapable de te contrôler"

Elle se redressa, la toisant avec tout le mépris qu'elle pouvait ressentir pour elle cet instant.

"C'est facile de dire "désolée"... Ah non pardon, tu n'y a même pas pensé. Aprés tout c'était pas comme si c'était important, si ?" reprit elle d'un ton sarcastique. "Mais maintenant, tu ne peux plus rien faire."

Prise d'une impulsion, elle sortit la clef des menottes de sa poche et détacha Jezabel du lit en prenant soit a ce qu'elle ait toujours un bracelet attaché au poignet. Puis d'un geste brutale, elle l'attrapa par le col, faisant fit de ses protestations et de ses cris de douleur pour la tirer dans le cœur de l'hopitale. Au milieu du couloir, les officiers en faction lui jetèrent un drôle de regard mais d'un geste elle leur enjoignit de ne rien faire et de la laisser continuer. Sans la moindre trace de scrupules, elle se dirigea vers la chambre de la famille blessée et posta Jezabel devant les grandes baies vitrées. En faces d'elles, une femme, dans le comas, semblait branchée a une centaines de machines. Le bip bip régulier de son cœur se faisait faiblement entendre a travers la vitre. Son visage était couvert d'hématomes et de coupures, et la plus part de ses membres étaient dans des plâtres Le spectacle était triste a voir...

"Et voici Marianne Hastings ! Une mère célibataire, qui travaille dans un super marché pour nourrir ses enfants. Dans le comas, on ignore si elle se réveillera, et même comment elle pourra payer les frais d'hopitale... En suite !"
Sa poigne, toujours fermement serrée autour du cou de Jezabel, l’entraîna vers la chambre juste a coté ou on appercevait, travers les rideaux de fer a demis tirés, un garçon qui, allongé et les poings sur ses yeux, essayait de pleurer silencieusement.

"Tommy ! Son fils. Quaterback junior, il vient d'être nommé, et voulait devenir professionnel. Il ne pourra plus jamais marcher, les médecins ont du lui amputer les jambes parce qu'il s'agissait de bouillie."


A nouveau, elle la laissa devant la chambre, la laissant s’imprégner de l'horreur qui se voyait a travers la vitre pour la traîner dans un couloir suivant. Sa carte lui ouvrit les portes des visites de la nurseries et elle désigna a Jezabel un bébé sous tube qui dormait paisiblement.

"Et la petite Charlotte... Adorable n'est ce pas ? Elle aura besoin d'une assistance respiratoire toute sa vie."
Emily fixa ce triste spectacle pendant quelques secondes avant de tirer son arme de sa veste et de la pointer sur la nuque de Jezabel.

"Et il y a toi. Toi qui t'en tire bien. Toi qui n'a presque aucunes blessures, aucunes conséquences... Alors que tu es la raison de leur état. La vie est injuste non ?" Lentement
, le cliquetis de la sécurité se relevant se fit entendre dans le couloir désert. "J'ai envie. De tirer je veux dire. De les venger, parce qu'évidemment, que peuvent ils faire contre toi ? Alors si. Après avoir vue ça, j'ai le droit de te juger." Elle laissa passer quelques instants de silence avant de lâcher : "Ca fait quoi de sentir le contrôle de sa vie lui échapper ? D'être de "l'autre coté" ? De savoir que tu n'as plus le choix. Que si j'en ai envie, j'ai a simplement presser sur cette détente et d'un coup.. tu n'existe plus. Pour personne....

"Mais je ne suis pas comme toi." Lentement elle baissa son arme. "Tu es misérable." murmura elle en l’entraînant

Sans la moindre douceur, elle envoya Jezabel dans les bras d'un des flics posté la pour la récupérer, une fois son "speech" terminé.

"Faites ce que vous devez faire, je ne peux plus supporter de la voir, je risque de lui planter une balle par accident."
dit elle d'une voix glaciale en rangeant son arme. "Et n'oubliez pas de me renvoyer les menottes quand vous aurez finis !"

Elle se tourna une derniere fois, tranchant Jezabel d'un regard glacial.

"Et enfermez ce danger publique quelques jours, ca lui fera du bien."

o O oo O o

Emily pourra Russel Jog dans sa cellule et en referma la grille d'un geste sec. Dans son dos, elle entendait déja le grattement de la plume sur le papier et d'un geste souple se retourna pour quitter la zone des cellules. Tranquillement, elle s'appuya sur le bureau de l'accueil en attendant son reçu puis quitta le poste. Pour apercevoir, plantée sur les marches une jeune brune qui la harcelait littéralement depuis des jours. Avec un soupire excédé, Emily lui passa a coté en faisant mine de ne pas la voir. Elle avait d'autres chats a fouetter.

"Degage j'ai pas de temps a perdre avec quelqu'un comme toi.


[/color]

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Les amis sont la famille que l'on se choisit.
C'est le hasard qui fait la Famille, mais c'est le COEUR qui fait les amis.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t50590-coin-coin-pres http://imghttp://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t52209-rps-du-vilain-petit-canard-emily-lame-duckahttp://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t52209-rps-du-vilain-petit-canard-emily-lame-duck15.hostingpics.net/pics/951307Emily.png

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

Above the best, improve yourself [Emily]





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Centre ville