Ombres
& Poussières
de seb

Réunion
d'Outre-Tombe
de Dyson

Universal Show
de Robyn Candy


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ The Universal Horror Show ☆ Evénement #91
Une mission de Robyn Candy - Ouverture : 20 février 2018
« Aryana, Sasha, Gaston, Arthur, Emmet & Robyn partent se faire éclater la tête ! »

Partagez | .
 

 The cold never bothered us anyway ✰ Anna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Tara Duncan


« Murmure leur
qu'ils floodent trop ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Emilia Clarke

Ѽ Conte(s) : Tara Duncan
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Tara, la blonde à la mèche blanche qui fait tout exploser à son passage !

☞ Surnom : Tara, tout simplement !
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 6192
✯ Les étoiles : 8303




Actuellement dans : « Murmure leurqu'ils floodent trop ! »


________________________________________ Mer 16 Aoû 2017 - 22:42








Prépare tes valises, on part à l'aventure !

C'est l'histoire d'une brune et d'une rousse n'appréciant pas la chaleur...



- Je te le laisse pour quelques jours, tu es sûre que ça ne te dérange pas ?

Ce matin, je m’étais empressée de partir chez Vaiana pour pouvoir lui déposer Pua. Depuis qu’elle était revenue en ville et que Diane l’avait informé de la nouvelle maison de son ancien cochon, nous faisions une petite garde partagée. Le cochon était ravi de retrouver son ancienne maîtresse, mais pour mon plus grand soulagement, il n’avait pas déserté, appréciant toujours de vivre avec moi.

En plus que la jeune femme à la couleur de peau chocolat l’emmène pour quelques balades en mer, elle m’avait proposé de le garder pendant le voyage que j’avais organisé dans le plus grand des secrets, ou presque. Fière de moi, j’avais réussis à limiter la fuite de l’information en n’en parlant ni à Jack lorsqu’il venait chercher Junior, ni à Maria, ni à personne d’autre. Seule Anna, la principale intéressée, savait qu’elle devait réserver les prochains jours pour quelque chose. Je ne lui avais pas parlé de valise, pour ne pas la mettre sur la piste. Simplement de réserver les cinq jours qui arrivaient. Je n’avais pas encore acheté les billets de retour, pour qu’elle puisse décider de la longueur de notre escapade. Je voulais lui laisser le temps de profiter du séjour, sans non plus la bloquer trop longtemps. Aaron n’en aurait pas été très content, à mon avis.

De mon côté, j’avais évidemment préparé ma valise, y fourrant quelques affaires chaudes. L’idée de pouvoir quitter la température étouffante de Storybrook ne pouvait pas me faire plus plaisir. Et connaissant l’endroit d’où venait Anna, j’étais persuadée que notre destination lui plairait. Elle non plus ne semblait pas apprécier la chaleur à outrance. Et je la comprenais totalement. D’autant plus que maintenant qu’elle était enceinte, elle devait trouver ce temps d’autant plus lourd.

Prévoyant quelques affaires de trop au cas où la rousse n’ait plus ses affaires d’hivers sous la main, j’avais emporté les quelques pulls trop grand pour moi qu’ils me restaient, ainsi que deux pulls de Mara, plus grande que moi. Avec les vingt centimètres qui me dépassais de la rousse, je n’étais pas sûre qu’ils lui aillent, mais l’intention était là. Et comme nous ne partions pas non plus deux ou trois semaines, j’avais largement de la place dans ma valise.

Une fois la valise bouclée, le sac à main plein à craquer, le cochon déposé, le chien gardé par la colocataire, et le passeport en main, j’étais finalement fin prête à sortir de l’appartement. Enfin c’était sans compter le plongeon de Junior sur ma valise, l’emportant dans une chute qui la fit s’écraser contre mon dos. Sous la surprise, j’avais moi aussi basculé vers l’avant, me faisant écraser par une valise qui faisait certainement pas loin de 18/20 kilos, et d’un demi sumo qu’on appelait chien.

- JU-NIO-REUH ! Je t’ai déjà dis mille fois de ne pas me sauter des... Arrête ! NON ! Arrête de me lécher le visage !

L’haleine de ce chien aurait bien pu me faire tomber dans les vapes pour les trois prochains mois à venir. Et dire que sur ces bâtonnets à 100 balles ils promettaient une haleine fraiche. Vive l’haleine fraîche, un mélange de pâté pour chien, de croquette, de poisson et de... Poubelle ? Je le soupçonnais d’être clairement à l’origine de l’éventration de mes poubelles de la semaine dernière. Forcément, gavroche n’aurait jamais fait ça.

Alors que je poussais le chien sur le côté pour me relever et reprendre ma valise, je le regardais d’un air sévère. L’idée de le laisser seul à l’appartement avec Maria me faisait culpabiliser depuis au moins une semaine et demi. Agitant mon index en l’air, je fronçais les sourcils alors qu’il baissait la tête d’un air coupable.

- Je te préviens, je te laisse avec Maria pour quelques jours... Tu as intérêt à être sage, compris ?! Pas de bêtises !

Alors qu’il s’asseyait, puis s’allongeait, d’un air soumis et absolument adorable... Je déteste ce chien. Je soupirais en baissant la main. Il ne manquait plus qu’il... Ah ça y est. Il couine. Diane, sauve moi. Balayant rapidement la culpabilité de le gronder, je m’agenouillais pour lui frotter la tête affectueusement.

- Bon, tu vas me manquer, mais je reviens vite, d’accord ? Tiens, tu devrais aller faire un coucou à gavroche, il s’amuse dans le jardin !

Ni une ni deux, Junior se releva d’un bon pour sauter et sortir par la baie vitré que je venais de faire coulisser. Chien indigne. Même pas une once de tristesse, ou un câlin d’au revoir. Bon, malgré cela, je préférais largement le regarder partir s’amuser que de le voir jouer la sérénade jusqu’à ce que je sorte de la maison. Il était capable de couiner si fort que je l’entendais même une fois dans la voiture. Cette fois-ci, il serait trop occupé pour cela.

Rentrant difficilement ma valise dans ma voiture, je pris le volant pour me diriger chez Anna. Heureusement, la rousse n’habitait pas si loin de chez moi, et l’heure était à notre avantage. Pas de bouchons. Pour une fois, cela m’éviterait la routine matinale jusqu’à l’hôpital. Il n’était pas loin de onze heure lorsque j’arrivais devant la porte d’entrée d’Anna. La valise dans une main, le passeport dans l’autre, je sonnais avec le dos de ma main, l’attendant avec un sourire impatient.

Quelques bruits de pas résonnèrent, puis la porte s’ouvrit sur la rousse, certainement surprise de me voir de la sorte. Un large sourire s’étira sur mes lèvres alors que je désignais le passeport.

- J’espère que tu m’as bien écouté et que tu n’as rien prévue cette semaine...

Rentrant ma valise, un peu trop grosse à mon goût en première, je déposais le passeport dans mon sac pour éviter de le perdre.

- Tu ne m’en veux pas si je te garde la surprise de la destination ? Un seul indice ! Prépare des affaires chaudes ! Notre avion décolle dans deux heures, il faut qu’on soit à l’aéroport dans une demi-heure/une heure ! Je vais t’aider à préparer ta valise !

J’étais toujours légèrement angoissée à l’idée de savoir si ma surprise allait plaire à la jeune femme. Après tout, elle n’avait peut être pas envie de prendre l’avion, ni de partir, bien qu’elle m’ait confié avoir envie de prendre un bol d’air frais avec tous les problèmes qui lui était tombé dessus. J’avais pris sa déclaration au pied de la lettre et je n’avais pas tardé à lui organiser une petite escapade entre fille, et surtout, sans prise de tête. Normalement, tout était réservé. Les billets de l’aller, le logement, les premiers repas et certainement les premières activités !

- Avec tout ça, j’ai presque oublié le principal.. Comment tu vas ? Pas trop fatiguée ?

La fatigue allait de paire avec la grossesse. Bien que je n’aie jamais été dans cette situation, je la côtoyais assez souvent à l’hôpital et bien que le vécu de chaque grossesse soit différent, la fatigue était un point commun non négligeable. Et les hormones aussi. Mais je laissais ce plaisir à Aaron.

- Je n’ai rien prévu de sportif, on pourra se reposer là bas, et oublier un peu les problèmes, qu’est-ce que tu en dis ?

Je pouvais difficilement proposé mieux à la futur maman. Parallèlement, son entourage était assez spécial, et les réactions bien différentes, alors j’avais bon espoir qu’un voyage normal, sans prise de tête et loin d’ici lui ferait le plus grand bien.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Un noël pas comme les autres...
Hope is the little voice you hear whisper "maybe" when it seems the entire world is shouting "no !"


http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t34564-tara-duncan-un-monde- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t34884-tara-duncan-mes-amis-mes-amours-et-surtout-mes-emmerdes http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t35902-ne-reve-pas-ta-vie-vie-tes-reves-tara

Anna D'Arendelle


« Mangez 5 fruits
et légumes par jour ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Soso Turner :love:

Ѽ Conte(s) : La Reine des Neiges
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Anna



☞ Surnom : Didi ou Marine
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 903
✯ Les étoiles : 2152




Actuellement dans : « Mangez 5 fruits et légumes par jour ! »


________________________________________ Lun 23 Oct 2017 - 20:33





The Cold Never Bothered Us Anyway

En route pe le froid !

Quelque chose se tramait, c’était trop gros, pour que je ne soupçonne rien. Tara m’avait demandé de lui réserver cinq jours sans plus d’informations. Juste, que je devais être disponible pendant cinq jours. J’avais tenté de mener ma petite enquête mais sans grand succès hélas. Ma première initiative fût de cuisiner Jack. Mais, mon meilleur ami gardait résolument le silence même sous la menace. Aussi, avais-je dût me faire une raison : Il ne savait rien. Comment, je pouvais en être aussi sur ? Parce que je ne le considérais pas comme mon frère pour rien. A force, j’avais appris à le connaitre. Et s’il y avait bien une chose que tout le monde savait sur Jack Frost : c’était qu’il était une véritable pipelette. Il fallait se rendre à l’évidence, Tara avait parfaitement anticipé cet aspect de la personnalité de mon coloc et avait pris les devants, choisissant d’être une véritable carpe. Zut.

J’avais par la suite, changé de tactique, et tenté une approche subtile –tout est relatif- au près de mon amie brune. Mais rien, elle n’avait pas voulu lâcher la moindre miette d’information. Aussi, avais-je au final, abandonné toute tentative de jouer les détectives. De toute façon, j’étais beaucoup trop nul c’était une fatalité, et l’on n’y pouvait rien. Impossible d’être bon en tout.

Aussi, avais-je continué ma petite vie tranquillement, et ce malgré les températures du thermomètre qui ne cessaient de grimper et le fait, que je commençais de plus en plus à ressembler à une baleine échouée sur le sable. Mais ça ce n’était qu’un détail. Non, ce qui était vraiment gênant c’était le fait que la température ne semblait pas vouloir descendre en dessous de trente degrés. D’accord, j’avais tané ma sœur pour qu’elle ramène l’été. Mais à Arendelle, l’été il ne fait pas trente degrés. Il doit faire entre quinze et vingt degrés à tout casser pour les très fortes « chaleurs » autrement dit, on évitait de sortir sans pull quoi.

Mais ici, je me demandais des fois si nous étions bien dans le Maine. Soit, c’était ça, soit Storybrooke possédait son propre micro climat. J’étais pas météorologue alors, je ne pourrais sans doute pas lever le voile sur toute cette affaire. Entre nous soit dit, ça n’allait pas m’empêcher de dormir la nuit. Ce qui m’en empêchait c’était plutôt les moustiques et le fait que les nuits n’étaient pas franchement fraiche. Mais à part ça…

Quoi qu’il en soit, Aster avait répondu positivement à ma demande de congé, s’occupant lui-même de faire taire mes dernières réticences avec l’argument imparable du fait, que nous n’étions plus deux mais trois dans cette boutique. Et qu’en plus c’était ma faute, donc que je pouvais prendre cinq jours tranquillement sans penser au boulot. Je n’avais pas bronché, et avait donc posé les jours demandés par Tara.

Et puisqu’on parlait du loup, je venais de lui ouvrir arrêtant par la même occasion le visionnage de Sailor Moon. Mon regard s’attarda un looong moment, sur la valise, et le sourire de mon amie. Mon cerveau n’étant manifestement pas décidé à établir une quelconque connexion :

- Oui, oui dis-je finalement reprenant mes esprits j’ai demandé des jours de congés à Aster et il était d’accord.

Un geste de la main, lui indiqua, que je ne lui en voulais pas de garder un peu plus le secret, et moins d’une minute plus tard, j’avais éteint ma télé, pour inviter mon amie à me suivre jusque dans ma chambre afin de préparer ma valise. Elle m’avait conseillé de prendre des pulls. Ce qui m’intriguait. Bien, que je ne sois pas contre le fait, de fuir la chaleur étouffante de la ville. Bien au contraire, ce serait un immense plaisir même.

- Oh, ça va tu sais. J’étais très fatiguée au début, mais j’ai l’impression que je m’y habitue, enfin autant qu’on peut s’habituer à ce genre de choses. Des fois, je suis même obligée de m’énerver un peu. Ils sont tous super gentil de vouloir me ménager, mais à un moment ça va, j’suis pas en sucre non plus.

Et, je ne faisais pas un métier hyper stressant non plus. Et puis, si ça avait été un peu chaotique, mon apprentissage, m’avait au moins apprit à gérer les aléas du métier. Aster, n’avait pas vraiment été un pédagogue de génie au début. Même, s’il avait mieux l’air de s’en sortir avec Nudge que moi. L’expérience sans doute. C’était déjà ça de gagné pour elle.

- J’en dis que c’est une excellente idée ! M’exclamais-je lorsqu’elle se décida à me donner un petit peu plus de détails sur ce qu’il nous attendait. C’est pile poil ce dont j’ai besoin en ce moment. Prendre un peu le large, et me vider la tête loin de Storybrooke

Et revenir plus détendue, tant qu’à faire. Avec, Aaron j’avais des fois l’impression que nous n’étions pas d’accord sur grand-chose. Me faisant, me demander si on était vraiment à la hauteur de la tâche, nous attendant. Bon, on avait été d’accord pour trouver un appartement à mi-chemin de nos logements respectifs actuels. Et, pour une partie des accessoires, pour bébé. Donc, il y avait tout de même un peu de positif.

- C’est prêt ! M’exclamais-je en terminant de boucler ma valise. Alors, vas-tu encore garder le secret sur notre destination, ou bien vais-je enfin savoir quel est ce mystérieux endroit où tu m’emmène ? Plaisantais-je

C’est qu’à force de garder le secret comme ça, je devenais ultra curieuse moi !




♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Still Falling For You
And just like that : All I breathe, All I feel, You are all for me. I'm in. And just like that : All I breathe, All I feel, You are all for me. No one can lift me, catch me the way that you do I'm still falling for you


Tara Duncan


« Murmure leur
qu'ils floodent trop ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Emilia Clarke

Ѽ Conte(s) : Tara Duncan
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Tara, la blonde à la mèche blanche qui fait tout exploser à son passage !

☞ Surnom : Tara, tout simplement !
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 6192
✯ Les étoiles : 8303




Actuellement dans : « Murmure leurqu'ils floodent trop ! »


________________________________________ Mer 17 Jan 2018 - 10:28








Prépare tes valises, on part à l'aventure !

C'est l'histoire d'une brune et d'une rousse n'appréciant pas la chaleur...


Fière d’avoir réussit à garder ma surprise, j’étais impatiente de voir la réaction de mon amie. J’étais également un peu stressé, à l’idée que cela ne lui plaise pas. Mais Anna, comme moi, préférions les endroits frais, et pas trop chaud. Surtout en ce moment. La Norvège, j’avais fini par trancher en regardant des avis très positifs sur internet. Je ne connaissais pas du tout les pays nordiques. A vrai dire, j’avais très peu voyagé, pourtant, il s’agissait de quelque chose qui j’appréciais énormément. J’avais presque plus voyagé dans le monde des contes, que dans le monde réel. Un comble.

Mais les avis étaient très nombreux et la fraîcheur serait surement un point positif indéniable. Nous pourrions vaquer entre balade au calme dans la nature, et visite de certaines villes ou certains monument. J’avais condamné un chambre d’hôtel très haute gamme pour une chambre plus sobre, mais permettant de faire entrer dans mon budget, la location d’une voiture nous permettant d’être libre de nos faits et gestes.

J’avais regardé la rousse finir sa valise. J’hésitais à lui dire tout de suite notre destination. Elle aurait presque pu me faire avouer mais je me repris de justesse. Je préférais garder les dernières minutes qui nous séparaient de la révélation pour moi. Si j’avais pu, je lui aurais caché jusqu’à notre arrivée en Norvège. Mais elle verrait bien les panneaux et elle ne pourrait pas échapper à l’annonce dans l’avion.

- Non, je ne dirais rien. Tu verras à l’aéroport ! Si ca ne tenait qu’à moi, tu aurais su en mettant les pieds là bas. J’espère que ça te plaira, tout de même !

Je l’aidais à fermer sa valise et à faire un dernier tour chez elle, pour vérifier qu’elle n’oubliait rien. Il nous restait une bonne vingtaine de minutes pour arriver à l’aéroport, ce qui était juste assez pour ne pas craindre de rater le vol et prendre une gourmandise avant d’embarquer.

- Tu sais, tu devrais profiter de cette gentillesse, ça devient tellement rare de nos jours. Ensuite, quand tu as accouché, tu as le droit aux regards soit attendris devant le bout de chou, soit aux regard assassins parce qu’il fait trop de bruit. Alors profite, avant que ces gens ne deviennent des monstres sans patience.

Une fois prête, je pris ma valise, hésitant à prendre celle d’Anna. Seulement, elle avait solidement accrochée cette dernière avant de la tirer derrière elle. Je lui fis un sourire entendue, bien que ma conscience préférerait que je prenne les deux valises. J’imagine qu’elle en avait marre d’être traitée comme quelqu’un de « malade » ou « diminuée » depuis sa grossesse. Mais je me promettais de prendre cette dernière au moindre signe de fatigue.

- En avant, mademoiselle, votre carrosse est avancé.

Je désignais ma voiture, un sourire aux lèvres. Les valises passèrent dans le coffre pendant que je prenais le volant, Anna à mes côtés. La route se fit sans encombre, et sans bouchons, pour mon plus grand bonheur. Les discussions allaient bon train, sur les dernières rencontres, les derniers évènements et le vécu de la grossesse d’Anna. En moins de deux, nous étions arrivé au parking. Je garais ma voiture au plus proche possible de l’entrée de l’aéroport, contrairement à mon habitude, pour éviter à la rousse de faire des kilomètres dans le vent. Pour une fois, j’avais une bonne raison. D’ordinaire, je préférais largement les fonds de parking, moins peuplé.

- Prête à découvrir ta surprise ? Si je me suis trompée et que tu n’aimes pas la destination, on peut encore changé, j’ai prévu le coup.

Glissais-je avec un sourire. Je ne le prendrais pas mal, bien au contraire. Je préférais que mon amie soit sincère pour ne pas passer un voyage et investir dans du bon temps injustement. Mais j’avais une bonne intuition concernant notre destination. Arrivant devant les panneaux des destinations, je glissais à Anna.

- Notre avion décolle à 11h25.

Je guettais sa réaction, tentant de discerner sa elle était réellement contente, déçue ou plutôt neutre. Quelque chose me dit que je n’avais pas forcément choisi la destination de ses rêves, mais que la surprise était complète. Ce n’était pas Los Angeles, le Brésil, ou le genre de destination habituel idyllique, mais la Norvège avait son lot de surprise et de point positif. Dont la fraîcheur, qui importait beaucoup à la rousse et qui lui rappellerait certainement Arendelle.

- Surtout, tu n’hésites pas si elle ne te plait pas !

J’attendais sa réaction, avisant avec cette dernière. Une fois plus sûre de moi, je m’avançais en sa compagnie pour enregistrer nos bagages. Ma valise était bien remplie, mais j’avais tout de même prévu quelques kilos de plus au retour, si jamais je trouvais des souvenirs et des cadeaux. Il fallait bien que je ramène des souvenirs pour Maria, Anastasia et Alex. Une fois les bagages enregistrés, les douanes passées, nous étions arrivé devant la porte d’embarquement.

- Pas trop angoissée pour les vols d’avion ?

Ce n’était pas mon cas. Pour une fois que je n’étais pas peureuse pour quelque chose d’un peu inhabituel, il s’agissait d’un exploit. Au contraire, j’avais toujours adoré l’avion, pour le peu que je l’avais pris. Les films seraient certainement intéressants, en plus.

- Une idée de ce que tu aimerais faire là bas ? Des balades, des journées détentes, ou d’autres choses ? J’ai vu plein d’activités sympas, j’en ai imprimé quelques unes pour que tu puisses regarder dans l’avion. On regardera le reste en arrivant là bas.

Lançais-je en m’avançant vers la queue pour entrer dans l’avion. J’étais très impatiente, autant d’assister au voyage, que d’arriver à destination. Tout en croisant les doigts pour qu’Anna ne soit pas malade en avion, j’aurais loupé mon coup en beauté, dans ce cas là.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Un noël pas comme les autres...
Hope is the little voice you hear whisper "maybe" when it seems the entire world is shouting "no !"


http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t34564-tara-duncan-un-monde- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t34884-tara-duncan-mes-amis-mes-amours-et-surtout-mes-emmerdes http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t35902-ne-reve-pas-ta-vie-vie-tes-reves-tara

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

The cold never bothered us anyway ✰ Anna





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Le monde réel :: ➹ L'Europe