Sur le Fil
du Rasoir
de Nat

Le Péché Divin
de seb

Merry Christmas
de Nanis


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Sur le Fil du Rasoir ☆ Evénement #88
Une mission de Balthazar Graves - Ouverture : 22 novembre 2017
« Serez vous prêt à venir flotter en bas avec notre Clown ? »

Partagez | .
 

 We are stronger together ➹ Apollon & Athéna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Diane Moon


« On flotte tous en bas ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Claire Holt & Kate Winslet + Mia Talerico pour Le Berceau de la vie

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Artémis la déesse de la chasse et de la lune herself (même si je viens du monde réel)

☞ Surnom : Didi ça ira plus vite :uh:



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 10662
✯ Les étoiles : 18125




Actuellement dans : « On flotte tous en bas ! »


________________________________________ Sam 9 Sep 2017 - 14:46



"We are stronger together"

And i'm gonna stand by you


Les choses allaient de mal en pis en ce moment. Voilà qu'a présent, deux des nôtres étaient à nouveau tombé. Je ne cessais, de me demander quand ce bilan funeste prendrait-il fin ? Si, cela m'avait touché, je n'avais souhaité rien montré par pudeur. Et parce qu'il y avait d'autres personnes, sans doutes bien plus touchées par ces événements que moi. Pour autant, je ne pouvais m'empêcher d'être inquiète concernant le futur. Bien sur, que la puce ne serait pas éternelle. Nous l'avions tous su. Et, je pouvais d'ici sentir la culpabilité d'Apollon. Il, se sentait responsable. Je savais qu'il regrettait, de ne pas avoir décidé de mettre fin à tout ça en tuant Zeus de lui même. Mais, entre y songer et franchir le pas, il y avait une différence. N'aurait-il pas eu cette action même pour nous protéger sa famille, et les habitants de la ville sur la conscience ? Rien, ne pouvait l'affirmer, mais rien ne pouvait le nier également. Nous, n'en saurons jamais plus à ce sujet.

J'avais sciemment, choisis de laisser Athéna tranquille dans un premier temps. Je prenais mon cas en exemple. S'il n'y avait pas eu les retrouvailles avec Apollon, la dernière fois, lorsque j'avais perdu Aphrodite en plus d'être rongée par les remords de n'avoir rien pu faire pour la sauver elle, ou mes deux autres sœurs, j'aurais souhaité resté seule. Et même, malgré la présence de mon frère à mes côtés, j'avais finit par avoir besoin d'espace.

Mais s'il y avait bien une chose, que j'avais apprise : c'était qu'être trop longtemps seule, n'aide pas. J'avais eu de la chance dans mon malheur. J'avais été rapidement entouré, afin de ne pas me laisser aller trop longtemps. Apollon, ma rencontre avec Pitch, les filles, la colocation...Tellement d’événements qui s'étaient enchaînés. Je n'avais pas eu le temps de laisser la tristesse s'emparer de moi trop longtemps. Bien sur, j'avais toujours ce vague à l'âme lorsque je pensais à ma sœur adorée, mais sans doute que le processus du deuil s'était enclenché.

Je ne connaissais pas bien Héra, et Arès n'avait plus jamais vraiment été le même après la seconde mort d'Hippolyte. Pour autant, à chaque fois que je passais près des appartements de ma sœur, je ressentais toute la violence des émotions qui l'animait. Et de plus, en plus cela me confortait dans mon idée d'agir. En ces temps troubles, il n'était pas question de laisser l'un des nôtres de côté. Et, j'étais plus que jamais déterminée à être là pour ceux qui avaient besoin de moi. Parce que, je savais le lien qui unissait Arès et Athéna. Ils n'étaient peut-être pas nés frères et sœurs. Mais, ils s'étaient choisit en tant que tels. Comme, nous nous, étions choisis avec Aphrodite. Pour autant, leur relation était très différente de celle que j'entretenais avec ma sœur. Me faisant parfois penser à celle que j'avais avec Apollon. Aussi, avais-je toujours estimé leur degré d'affection à égale au notre. Hors, je savais que si je perdais mon jumeau, je serais dévasté. Et, je n'avais pas besoin d'empathie pour savoir que c'était précisément l'état dans lequel se trouvait la déesse de la sagesse.

J'avais laissé Apo' et Athéna se morfondre chacun dans leur coin, mais à présent, ce n'était plus possible. Je, ne tolérerais pas ne serait-ce qu'un seule instant que les choses continuent ainsi. Alors, plutôt que de réfléchir pendant encore longtemps sur la manière de les aborder, j'avais choisis la manière spontanée. Je devais aller sur Olympe, m'occuper des Jardins. Il y avait plusieurs plantes que je souhaitais y planter. Et cela me faisait également une excellente excuse pour me rendre dans la citée.

Attrapant mes pots, je me téléportais directement dans les jardins. Je faisais tout manuellement, exactement comme pour celui de la maison. Ce qui me laissa tout le loisir de réfléchir à la manière dont j'allais les aborder tous les deux. Sans doute ne serait-ce pas la même pour les deux. J'avais parfois, tendance à être trop directe avec Apollon. Et aujourd'hui, ce n'était pas de le brusqué dont il avait besoin. Il avait au contraire, besoin de tact et de douceur. Et même si je pouvais être très directe, le bien être de mon frère avait toujours été une priorité. Des fois, je râlais en lui disant que j'avais l'impression d'être sa mère plutôt que sa sœur. Mais au fond, j'admettais que cela ne me dérangeait pas tant que cela en vérité.

Mon jardinage, terminé. Je me dirigeais vers la salle du trône où j'étais certaine de trouver Apollon. Pendant quelques secondes, après avoir franchit les portes, je restais à l'entrée, les bras croisés, le jaugeant du regard dans le silence le plus complet pour finalement m'avancer. Seule le bruit de mes talons claquant sur le sol de marbre venaient rompre le silence ambiant. Apo', savait parfaitement ce que je faisais : je sondais ses émotions. Je me rendais compte que de plus en plus, cet aspect de mon pouvoir d'empathie qui me rebutait par le passé, me servait beaucoup ces derniers temps :

- Comment va le moral aujourd'hui ? Lui demandais-je tu sais que tu ne vas pas pouvoir rester éternellement à broyer du noir. Déjà, parce que ce n'est pas sain et en plus, parce que ça ne t’apportera rien de bon

Les bras à nouveau croisés, j'observais Apollon, émettant un léger reniflement agacé :

- Tu es le gardien d'Olympe à présent, et même si ta fonction ne diverge pas vraiment de celle d'avant, ton devoir est toujours de veiller sur les autres. Et justement, tu ne pense pas qu'il y a une personne qui aurait besoin d'un peu de soutien en ce moment ? Athéna va mal, encore plus que toi d'ailleurs si tu veux tout savoir. Et rester là chacun dans votre coin avec vos remords n'y changera rien. Personne n'y peu rien à ce qui est arrivé. Et ressasser le passé, et se dire « si seulement j'avais fait ça au lieu de ça » ne fera pas avancer le problème. Avec des si on mettrait la lune en bouteille.

Finissant ma tirade, je décroisais mes bras, esquissant une moue triste. Tout le monde, ne vivait pas les choses de la même manière, mais encore une fois, se morfondre n'était en rien la solution. J'en savais quelque chose. Je choisissais toujours, d'avancer plutôt que de laisser les événements me faire reculer :

- Je pense, qu'il est temps que l'on aille voir comment va notre sœur. Qu'on lui apporte notre soutiens. Ce n'est que comme ça, qu'enfin on pourra voir une petite éclaircie dans ce futur qui s'annonce de plus en plus noir.


Mon ton était resté très calme, plein de sollicitude. J'avais dit les choses avec douceur. Je ne voulais pas le brusquer mais, je ne voulais pas non plus que le message ne passe pas


Code by Sleepy

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Stay wild moon child
With moon dust in your lungs, stars in your eyes, you are child of the cosmos, a ruler of the skies
En ligne

Phoebus Light


« Parfois au réveil,
j'ai les oreilles dures. »


avatar




╰☆╮ Avatar : Alexander Skarsgård

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Apollon, dieu de la divination, des arts, de la lumière.

☞ Surnom : Nanis



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2558
✯ Les étoiles : 5892




Actuellement dans : « Parfois au réveil,j'ai les oreilles dures. »


________________________________________ Lun 9 Oct 2017 - 23:55


we are stronger together
« we fall from the clouds »

Les morts faisaient parti de leur vie. C'était un fait, plus réel que jamais. Il avait beau le savoir, cela ne rendait pas la peine plus facile à supporter. Il n'était peut-être pas proche d'eux, pas autant qu'il l'aurait sans doute voulu, mais cela restait douloureux. Il se rappelait de la journée passée avec Hera à Paris, de toutes ces choses dont il n'avait pas pu parlé avec Arès, de tous ces moments ratés, ces occasions laissées passer, alors qu'ils auraient pu simplement en profiter... Les temps étaient durs. Il ne cessait de se le répéter, comme si cela pouvait lui permettre de tout surmonter. Mais ce n'était d'aucune aide.

Il passait une bonne partie de ses journées à se morfondre, à chercher une faille, un indice qui aurait pu le mettre sur la voie. Comme si se culpabiliser lui permettait de moins penser et c'était le cas. Il avait cette manière bien particulière de tenter de passer à autre chose en se focalisant dessus, en espérant qu'à un moment ou un autre, il se distancerait de tout ça. Il n'oublierait pas mais verrait au moins les choses différemment, assez du moins pour que ça ne fasse plus mal d'en parler.

Ce n'était pas la bonne méthode et il le savait pour avoir déjà essayé à plusieurs reprises de la mettre en œuvre. Avec Néphélé, avec Hermès, avec Eris... A chaque fois, il finissait par n'avoir que de la rage à faire sortir et, sans le savoir, c'était toujours la même personne qui finissait par lui rendre la raison. Elle lisait dans ses pensées, littéralement, pas tout le temps mais assez pour le connaître et savoir exactement comment il fonctionait.

« Comment va le moral aujourd'hui ? »

Un sourire s'était dessiné sur les lèvres d'Apollon alors que sa jumelle l'avait rejointe, ne formulant que l'évidence. Il le savait, bien entendu, mais il était bien plus difficile de mettre en œuvre un conseil que de le partager. Son cœur se serra à l'évocation de leur sœur, qui devait en effet bien plus souffrir qu'eux en cet instant. Il se sentit soudainement stupide de s'en vouloir de cette manière alors qu'elle... Elle l'avait vécu. Qui était-il pour penser qu'il était plus utile de rester là plutôt que de la rejoindre, de lui tendre la main ?

Le dieu hocha la tête, après avoir prit une grande inspiration. On pouvait penser que l'empathie d'Artémis l'aidait avec ce genre d'événements, mais lui imaginait qu'il en était tout autre. Il se demandait toujours autant, malgré les années, comment elle faisait pour supporter de se prendre les émotions de chacun en pleine face. Il n'aurait jamais réussi à tenir, à sa place. Il l'admirait pour ça, tout comme il avait envie de la protéger. Là encore, alors qu'elle semblait aller plutôt bien, face à lui, il n'avait qu'un seul désir : faire en sorte que rien ne l'atteigne.

Sa tristesse cachait une angoisse profonde, plus ancrée que n'importe quelle autre : celle des autres pertes à venir. Il ne pouvait admettre qu'elle en fasse un jour partie, même en ayant conscience que cela arriverait certainement, si le futur n'avait pas changé concernant le sort de la déesse. Et c'était tout ce qu'il lui fallait, de la rage. La rage de la sauver. Ce futur, comme elle le disait si bien, qui « s'annonce de plus en plus noir »... Il ne le laisserait pas tout prendre. Jamais.

Il se redressa, se tenant un peu plus droit, avant d'aller serrer Diane dans ses bras, comme dans un certain automatisme. Il avait besoin de ça pour se rassurer, pour se sentir mieux, pour être sûr qu'elle était bien à ses côtés et que tout allait bien se passer. Il la tenait contre elle comme une bouée et, si à une époque elle avait été la seule chose à la faire tenir, il devait également penser aux autres. A Athéna, dans le cas présent.

« Allons-y. » murmura-t-il finalement, le visage encore collé contre les cheveux de la blonde.

Il se détacha, prenant sa main malgré tout, pour sortir de la salle du trône d'un pas décidé avec elle à ses côtés. Apollon ne savait pas vraiment où trouver sa sœur, se fiant à son instinct. Où se cacherait une personne en plein désarroi, une personne comme Athéna ? Il avait eu l'idée d'aller voir à la salle d'entraînement, mais il était encore trop tôt. Sa chambre semblait être l'endroit le plus logique. Il n'avait pas l'habitude de la voir mal, de la voir flancher. Il ignorait si il était prêt à lui faire face, alors qu'il s'en voulait encore de l'avoir envoyer en mission avec... avec eux. Il avait l'impression d'avoir été celui qui lui avait fait subir tout ça, sans le désirer, sans le calculer, inconsciemment. Il serra un peu plus la main d'Artémis alors qu'ils arrivaient à hauteur de la porte.

Il frappa trois coups. Un peu maladroitement, un peu brutalement.

« Athéna ? »

Sa voix ne tremblait pas, elle était calme et posée. Pourtant, à l'intérieur, il ne savait quoi dire ni quoi faire. Il n'entrerait jamais sans qu'elle ne le souhaite et il ne voulait pas la brusquer ou se montrer trop envahissant. Etrange, venant de lui qui, généralement, ne se gênait pas pour être intrusif. Avec Artémis, il savait qu'il n'y avait pas d'autres moyens. Il devait se montrer, se faire entendre, pour qu'elle daigne se confier. Ils n'avaient pas la même relation, ce n'était pas aussi... inné.

« C'est Apo... » Etait-il vraiment nécessaire de le préciser ? Qu'il pouvait se montrer bête. « On peut rentrer ? S'il te plaît ? »

Un regard vers Artémis, espérant qu'elle lui fasse un signe, savoir si il s'y prenait de la bonne manière ou si il était totalement à côté de la plaque. Le silence de l'autre côté ne le mettait pas en grande confiance.

« Si tu ne veux pas... c'est pas grave. » Résigné. Un peu triste, aussi. « Mais on est là si tu veux... On attendra. »

Et Apollon ne mentait pas : il attendrait autant qu'il le faudrait. Il resterait des heures ou des jours à attendre devant cette porte si il le fallait. Il ne lâcherait rien. Si elle avait besoin d'un punching-ball et juste de frapper quelque chose pendant un instant, il était là aussi. Il ne supportait pas d'être aussi impuissant. Il était prêt à l'aider, peu importe la manière.
black pumpkin

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
I was made for loving you
Where the light shivers offshore, through the tides of oceans, we are shining in the rising sun. As we are floating in the blue, I am softly watching you. Oh girl your eyes betray what burns inside you.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t14039-apollon-c-est-pas-une http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t14980-avez-vous-deja-vu-un-mec-grand

Eloise A. St-James


« Tête Couronnée »


avatar




╰☆╮ Avatar : Eva Green

Ѽ Conte(s) : Hercules
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Athéna

☞ Surnom : Licia



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 7533
✯ Les étoiles : 17585




Actuellement dans : « Tête Couronnée »


________________________________________ Mar 17 Oct 2017 - 18:58

Athéna ne sortait plus vraiment de ses appartements depuis son retour. Depuis le jour où elle avait annoncé la mort d’Héra et d’Arès à Apollon avant de fondre en larmes… La déesse ne se souvenait même plus de la façon dont elle avait regardé ses appartements ce jour-là. Quoi qu’il en soit, elle passait invariablement de la colère aux larmes depuis quelques jours, ne reprenant assez ses esprits que pour aller s’entraîner avec Eulalie. Maintenant qu’elle n’avait plus Arès, la guerrière avait songé un temps à arrêter de s’entraîner : à quoi bon ? Ils avaient été deux guerriers mais ils s’étaient fait battre si facilement que ça en était grotesque…

Quoi qu’il en soit, comme par le passé, sans la présence d’Arès, Athéna était seule, isolée. Cela faisait des jours qu’elle ne s’était pas montrée et personne n’était encore venu. Là encore, la déesse en éprouvait colère et douleur. Elle avait fracassé quelques vases en songeant qu’ils étaient peut-être, sans doute même, entrain de la croire coupable. Après tout, elle avait déjà fait tuer deux dieux, alors deux de plus, qu’est-ce que ça pouvait faire hein ? Ou alors ils lui en voulaient de ne pas être morte à leur place à eux. Ou avec eux. Elle pourrait le comprendre, elle-même s’en voulait tellement…

Athéna l’avait déjà confié à Diane, elle ne se sentait pas vraiment à sa place, ne savait pas quel était son rôle dans la grande machine de l’Olympe… Arès avait bien plus d’influence et de contact avec les autres dieux qu’elle, malgré le fait qu’il se soit éloigné, il n’avait jamais été l’un des ennemis de l’Olympe, au contraire d’elle. Il avait sacrifié beaucoup de choses pour les autres dieux, elle non. Bref, elle imaginait parfaitement les pensées qui pouvaient être celles de ceux qui ne la connaissaient pas comme Arès la connaissait…

Un coup brusque à la porte la sortit de ses pensées moroses. Ainsi, ils étaient finalement venus… Pour la chasser ? La traîner dans l’une des geôles d’Olympe pour le meurtre des deux dieux ? Pourtant la voix d’Apollon ne paraissait pas emplie de haine… Piège ou pas ? La guerrière mit un bon moment, sans doute d’une bonne vingtaine de minutes avant de se décider. De toute façon, mieux valait que tout ceci se finisse vite, surtout s’ils étaient là pour la condamner…

- Entre… Dit-elle d’une voix assez forte pour être entendue de la porte alors qu’elle se dirigeait vers l’un des fenêtres et s’adossa contre le mut, son regard porté vers l’extérieur.

L’espace de quelques secondes, elle se dit qu’elle aurait mieux fait de nettoyer son bordel. Le lit était encore en bon état mais il n’y avait plus d’oreiller. On pouvait voir les plumes et le tissu disséminés un peu partout sur le sol. Les meubles n’étaient plus qu’un tas de bois bon pour le feu et il y avait du verre un peu partout dans la pièce. Dans ses moments de rage, Athéna était prête à détruire le monde entier pour épancher sa peine… Mieux valait que cela soit les meubles qui y passent. Sans quoi Chronos n’aurait même pas besoin de détruire le monde parce qu’elle s’en serait chargée elle-même…

- Vous venez me mettre aux arrêts ? Demanda-t-elle d’une voix neutre, sans même se tourner vers les jumeaux.

Au fond, elle l’aurait bien mérité… Parce qu’elle n’avait pas été assez vigilante, n’avait pas compris qu’il s’agissait d’un piège avant qu’il ne les attaque. Par son manque de vigilance, elle était tout aussi coupable que si elle les avait tué de ses propres mains…

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
I'm a murderer... And I like that !

D'après le code de Grey Wind
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t18984-tremblez-athen http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19285-qui-osera-venir-vers-la-deesse-de-la-guerre http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19919-les-etapes-d-un-vaste-plan-divin-ou-les-peregrinations-d-une-deesse#183523

Diane Moon


« On flotte tous en bas ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Claire Holt & Kate Winslet + Mia Talerico pour Le Berceau de la vie

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Artémis la déesse de la chasse et de la lune herself (même si je viens du monde réel)

☞ Surnom : Didi ça ira plus vite :uh:



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 10662
✯ Les étoiles : 18125




Actuellement dans : « On flotte tous en bas ! »


________________________________________ Lun 23 Oct 2017 - 18:33



"We are stronger together"

And i'm gonna stand by you


J'avais laissé Apollon me serrer contre lui. Je lui refusais rarement un câlin de toute façon, il le savait mais je sentais que cette fois-ci c'était plus qu'une simple étreinte affectueuse. Il en avait besoin. Tout comme, il était ma bouée de sauvetage, j'étais la sienne. Je n'avais pas besoin d'empathie, ou même de notre lien pour savoir ce qui le tracassait. Je le connaissais suffisamment pour le deviner sans avoir besoin de pouvoir. Cela faisait un moment que nous savions tous les deux, que je ne faisais pas partie du futur de Neil contrairement à lui. Pendant longtemps, je m'y étais résignée. Mais plus le temps passait, moins ma position sur la question se faisait aussi ferme qu'avant. Je n'avais pas peur de mourir, ce qui m'effrayait c'était l'idée de le faire souffrir lui, la personne la plus importante pour moi. Apollon ne l'avait pas accepté, et ne l'accepterait jamais. Cela pouvait être égoïste, mais pour autant, je comprenais ses raisons. J'avais les mêmes craintes à son égard. Nous étions les deux moitié de la même âme, inséparable, toujours unie quoi qu'il arrive :

- Je t'aime jusqu'à la lune et retour soufflais-je à son adresse lorsqu'il se détacha de moi afin de joindre nos mains

Sans doute, comprendrait-il le message. Moi aussi, j'allais me battre afin de ne pas le laisser seule. Sans doute me serais-je un peu plus épanchée, si je n'étais de base pas venue ici pour une bonne raison. Nous aurions tout le loisir de discuter de cela un autre jour. En attendant, c'est main dans la main que nous, nous dirigions vers les appartements d'Athéna. Ma main toujours, dans celle de mon frère. D'une simple pression, je l'encourageais tandis-qu'il tapait à la porte et se présentait. Finalement, Athéna nous laissa entrer me laissant ainsi le loisir de constater que les choses étaient encore pire que je les avaient imaginés.

Il m'arrivait souvent, de passer par ici, pour prendre la température en quelque sorte. Savoir comment, est-ce qu'elle allait, espérant à chaque fois qu'il y ait une amélioration. Évidemment, il n'y en avait aucune. Je ressentais toute sorte de chose, cette culpabilité qui la rongeait elle, aussi bien qu'Apollon, sa tristesse d'avoir perdu deux des nôtres et plus particulièrement Arès. Mais, ce qui dominait c'était la colère. Une rage, telle que je n'en avais encore jamais ressentie auparavant. Le plus souvent, c'est ce qui me faisait battre en retraite. Sa colère, était tellement intense, que mes maux de têtes devaient atteindre le même degré d'intensité. Autrement dit, cela n'avait rien d'agréable.

Jetant un coup d'oeil aux débris de ce qui avaient autrefois été des meubles, jonchant le sol. Ne voyant pas de trace, du chien de ma sœur je supposais qu'il avait dût fuir en ressentant la violence de ses émotions. Les animaux étaient bien plus réceptif que les êtres humains à ce genre de choses. Il reviendrait sûrement, lorsqu'il estimerait que c'était le bon moment, je ne me faisais pas de soucis de ce côté là. En revanche, ce qui me fit franchement froncer les sourcils fût sa question. La mettre aux arrêts ? En voilà une idée saugrenue.

Poussant un profond soupire, devant l'ampleur de la tâche qui m'attendait, je m'occupais dans un premier temps de faire disparaître les débris ainsi que les plumes dont le parterre se trouvait tapissé avant de faire apparaître une table à laquelle j'ajoutais trois fauteuils confortable. Voilà une bonne chose de faite :

- En réalité, nous sommes là pour une toute autre raison dis-je tranquillement. Ton état nous inquiète Athéna, sincèrement. Ce n'est ni un acte de pitié, ni un moyen d'endormir ta méfiance pour mieux te mettre dans l'une des geôles d'Olympe. D'ailleurs quelle drôle d'idée franchement ! Je pensais que tu nous connaissais mieux que cela !

Mettant mon indignation, de côté j'enlevais doucement ma main de celle de mon frère, pour croiser les bras sur ma poitrine. Si, je n'avais pas été du genre diplomate, je me serais certainement agacée devant l'attitude de notre sœur. Néanmoins, je savais que dans ce genre de cas de figure la douceur et la patience valaient bien mieux que n'importe quelle brusquerie qui au final n'apporteraient rien.

- Je souhaiterais que tu t'asseye, et toi aussi Apollon dis-je à l'adresse de mon frère. Lorsqu'il y a eu l'attaque des cavaliers. Deux des nôtres sont mortes, et j'ai cru en avoir perdu une troisième. Ce fût terrible, mais j'ai rapidement été entourée ce qui m'a permis de reprendre rapidement pied. Aujourd'hui, c'est à mon tour de le faire pour vous.

J'espérais avoir été suffisamment clair pour Athéna. Nous étions venu là pour lui apporter notre soutiens et non pas pour l'accabler. Pourquoi diable avait-elle pensé une chose pareille ? Ils étaient tous les deux en train de culpabiliser dans leur coin pour la même chose. Apollon parce qu'il avait donné l'ordre de mission et Athéna parce qu'elle était revenu seule de la dite mission. Et moi, j'étais là pour leur faire comprendre qu'ils n'étaient pas responsable. Dans ce genre de cas, il y a toujours un grand nombre d'inconnue qui entre en jeu. Pouvions nous deviner que Phobos débarquerait avec l'apparence d'Apollon ? Non. Pouvions nous deviner que la bataille causerait des dommages sur la citée ? Non plus. A ce rythme là, l'on pouvait blâmer plein de gens.

- Continuer à vous morfondre, chacun dans votre coin ne fera ni avancer les choses, ni revenir Arès et Héra. Et puis, c'est une bien mauvaise façon de penser à eux. Ce n'est pas leur rendre hommage que d'agir ainsi. Je ne pense pas qu'ils auraient voulu que leurs noms soient associés à quelque chose de négatif.


Moi aussi, j'étais triste. Mais, cette tristesse je la transformais chaque jour, en quelque chose de plus productif. Elle me donnait envie de rester là, et de me battre jusqu'au bout pour ceux que j'aimais.


Code by Sleepy

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Stay wild moon child
With moon dust in your lungs, stars in your eyes, you are child of the cosmos, a ruler of the skies
En ligne

Phoebus Light


« Parfois au réveil,
j'ai les oreilles dures. »


avatar




╰☆╮ Avatar : Alexander Skarsgård

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Apollon, dieu de la divination, des arts, de la lumière.

☞ Surnom : Nanis



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2558
✯ Les étoiles : 5892




Actuellement dans : « Parfois au réveil,j'ai les oreilles dures. »


________________________________________ Ven 24 Nov 2017 - 19:08


we are stronger together
« we fall from the clouds »

Il avait laissé Diane parler. Elle était la plus douée d'entre eux à ce sujet, il n'y avait pas de doute là-dessus. Lui s'était contenté de pénétrer dans la pièce sans trop oser en faire, observant autour en devinant la rage qui devait habiter leur sœur. Il regrettait de ne pas être venu la voir plus tôt. Il regrettait beaucoup de choses. Surtout lorsqu'Athéna exprima sa pensée. Alors c'est cela qui lui passait par la tête ? C'était... compréhensible. Il n'avait pas vécu tout ce qu'elle avait traversé. Que ce soit récemment ou avant. Il ne pouvait pas imaginer le pensées qu'elle pouvait avoir. Encore moins à leur égard.

Le dieu fut néanmoins surprit d'être également prit pour cible, dans le discours de sa jumelle. Il s'était assis, n'osant pas la contredire alors qu'il savait qu'elle prenait sur elle pour faire preuve de cette douceur envers eux, qui lui allait d'ailleurs si bien. Elle évoqua certains souvenirs, quelque peu douloureux, mais qui avaient finit par s'apaiser.

« Je ne me morfonds pas. » marmonnai-je dans un murmure, avant de secouer la tête. « Bon, peut-être. Je suis désolé. »

Les excuses étaient faciles à dire, moins à mettre en pratique. Il avait l'impression de n'être qu'un dieu inutile, parfois, souvent. Il ne se sentait pas à la hauteur de la tâche qu'on lui avait assigné. Gardien... C'était un titre moins pompeux que le précédent, qu'on lui avait donné pour une raison, certainement. Mais la phase de doute était la plus difficile à traverser, ce n'était pas la première fois qu'il y faisait face.

Et Diane avait raison. Arès les aurait secoué dans tous les sens pour les réveiller et Héra aurait eu cette posture toujours aussi royale, sans comprendre pourquoi ils étaient en train de se lamenter au lieu d'agir. Elle avait toujours eu envie d'agir, non ? Elle n'avait pas pu le faire pendant longtemps et avait retrouvé sa liberté. Si peu de temps, seulement... C'était peut-être ça qu'il regrettait, plus que le reste. De ne pas avoir pu les voir aussi souvent qu'il en aurait eu l'envie, de ne pas avoir pu apprendre des choses du monde réel à Hera, de ne pas avoir aidé Arès lorsqu'il avait subit des pertes... Mais il était maintenant trop tard. Comme il était trop tard pour les autres.

« Je n'ai jamais, pas une seule seconde, cru que tu étais responsable. Je te fais entièrement confiance et je pense pouvoir affirmer que c'est le cas d'Artémis également. »

Il était inconcevable qu'elle pense cela, il ne le supporterait pas. Elle n'y pouvait rien. Ce n'était pas elle, qui devait surveiller Zeus. Ce n'était pas de sa faute, si il était instable. Puissant. Imprévisible.

« Diane a raison... » soupira Apollon passant une main sur son visage. Toutes ses émotions l'avaient fatigué et il n'imaginait pas ce qu'il devait en être pour Athéna. « Le seul coupable est notre frère. »

Il ne l'avait encore jamais dit à haute voix. Il n'avait jamais exprimé son ressenti. Plus que de la peine, la rage était présente dans le ton de sa voix. Oh oui, il s'en voulait de ne pas l'avoir arrêté... il s'en voulait de ne pas s'en être débarrassé avant. Ils étaient trop gentils, parfois, pensant que leur fratrie pouvait survivre à toutes les épreuves. Ce n'était pas réellement le cas. Certains d'entre eux restaient derrière. Mais alors qu'ils étaient encore présents, pour changer le cours de ce futur qui les condamnait tous, ils ne pouvaient pas ne pas rester souder.

« Je te laisserai tout le temps dont tu as besoin. »

Le dieu avait relevé les yeux dans la direction de leur sœur, se redressant, pour se rapprocher d'elle. Il n'était pas des plus adroits en gestes sentimentaux, en dehors de Diane et de Cassandre, mais il n'était plus aussi distant avec Eloïse que cela avait pu être le cas par le passé. Il osait penser qu'ils s'étaient rapprochés et qu'ils n'étaient plus deux sombres inconnus, au jour d'aujourd'hui.

« Je veux juste que tu saches que nous sommes là, si tu le souhaites, si tu en as l'envie, à n'importe quel moment. Nous sommes une famille, nous sommes là pour ça. »

Il avait avancé sa main, dans l'optique de prendre celle de la déesse dans la sienne. Il en oubliait sa gêne, réalisant qu'il ne souhaitait pas qu'elle se sente seule, comme cela avait déjà pu être le cas. Apollon finit par atteindre sa main, la pressant contre la sienne, se voulant réconfortant, même s'il savait pertinemment que ce ne serait pas suffisant.

« Nous sommes encore là. »

Il sentait comme une boule se former dans sa gorge, rendant sa voix plus grave, moins assurée. Ce n'était pas le cas de tous et cela lui faisait mal, de l'admettre. Pourtant, il ne s'agissait que de la vérité et ils devaient en être conscients, pour avancer. Comme ils avaient toujours avancé jusque là.
black pumpkin

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
I was made for loving you
Where the light shivers offshore, through the tides of oceans, we are shining in the rising sun. As we are floating in the blue, I am softly watching you. Oh girl your eyes betray what burns inside you.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t14039-apollon-c-est-pas-une http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t14980-avez-vous-deja-vu-un-mec-grand

Eloise A. St-James


« Tête Couronnée »


avatar




╰☆╮ Avatar : Eva Green

Ѽ Conte(s) : Hercules
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Athéna

☞ Surnom : Licia



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 7533
✯ Les étoiles : 17585




Actuellement dans : « Tête Couronnée »


________________________________________ Mar 5 Déc 2017 - 21:24

Athéna avait regardé les jumeaux avec résignation, jusqu’à ce que Diane puis Apollon ne lui certifient qu’ils ne comptaient aucunement la mettre en prison. Interdite, elle les observa un long moment, silencieuse, mais attentive à ce qu’ils pouvaient lui dire. Quand Diane lui demanda de s’asseoir, la guerrière obéit sans discuter. Elle ne comprenait pas… Elle n’avait jamais été une personne de réelle confiance. Elle avait déjà fait tuer des dieux. Et si Diane et elle s’étaient rapprochées ces derniers temps, c’était tout de même encore très récent. Alors… Pourquoi cette confiance ? C’était incompréhensible pour elle. Ou alors, la brune avait trop pris l’habitude des manières de faire de Zeus et elle en avait oublié qu’Apollon était bien loin de ressembler à ce tyran…

- Tu as raison… Murmura-t-elle. Arès m’aurait botté le cul depuis longtemps s’il m’avait vu dans cet état… Admit-elle en souriant très légèrement.

Apollon lui confia alors qu’il n’avait jamais pensé, depuis qu’elle était venue lui annoncer la nouvelle, qu’elle était responsable de ce qu’il s’était passé. Au contraire, il s’en voulait de les avoir envoyés là-bas, se tenant lui pour responsable alors que sa décision avait été réfléchie et parfaitement logique. Curieusement, Athéna n’avait jamais pensé à rendre son frère responsable pour les avoir envoyé là-bas… Comme quoi, ils se méprenaient tous les deux…

- Je vais le tuer tu sais… Avoua-t-elle d’une petite voix à Apollon. Nous lui avions laissé une chance… Certes, il était dans un état déprimant, mais on l’avait laissé en vie… C’était plus que ce qu’il n’aurait jamais fait pour nous. Et il nous a tous remercié en tuant deux des nôtres pour s’enfuir. J’en ai assez… Cela fait des siècles que je sais qu’il doit mourir, je pensais qu’Hadès nous en avait débarrassés, puis Eliott… Mais apparemment pas. Je compte donc le retrouver, puis le tuer. Et j’espère que vous ne m’en empêcherez pas. Finit-elle en regardant les jumeaux, droit dans les yeux.

Elle avait besoin de savoir qu’ils ne seraient pas trop contre… Ou qu’au moins, ils la laisseraient agir. Elle ne comptait pas se lancer à la poursuite de Zeus dès à présent de toute façon. Athéna savait qu’elle était dans un état émotionnel plus qu’instable et qu’elle ne serait bonne à rien. De plus, il lui fallait se remettre à l’entraînement et surtout à trouver un moyen de contourner le souci de l’arme divine. Elle n’en possédait pas et c’était la seule façon de tuer un autre dieu. Il y avait donc le temps. Elle saurait se montrer patiente : mais ce projet serait mené à son terme, d’une façon ou d’une autre.

La main d’Apollon dans la sienne fit prendre conscience à la déesse qu’elle comptait. Pour eux. Et inversement, les deux comptaient beaucoup pour elle aussi. Aussi se releva-t-elle légèrement avant de lâcher la main du blond et de passer un bras autour du cou de celui-ci tout en planquant sa tête contre l’épaule du dieu. Elle n’avait pas été des plus tactiles, sauf avec Arès. Mais Arès n’était plus et les autres étaient encore là. La guerrière avait fait de nombreux efforts mais elle se rendait compte qu’elle ne s’était pas totalement ouverte à ses frères et sœurs.

- Moi aussi je suis là… Je ne vous lâcherais plus. Promit-elle alors que ses larmes s’étaient remises à couler, moins rageuses cependant.

Athéna tendit la main à Diane, invitant celle-ci à les rejoindre tout en espérant que toute cette peine ne serait pas trop douloureuse pour sa sœur. Mais elle avait besoin de sentir que Diane était là aussi. Et qu’elle comprenait la promesse qu’Athéna venait de faire.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
I'm a murderer... And I like that !

D'après le code de Grey Wind
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t18984-tremblez-athen http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19285-qui-osera-venir-vers-la-deesse-de-la-guerre http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19919-les-etapes-d-un-vaste-plan-divin-ou-les-peregrinations-d-une-deesse#183523

Diane Moon


« On flotte tous en bas ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Claire Holt & Kate Winslet + Mia Talerico pour Le Berceau de la vie

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Artémis la déesse de la chasse et de la lune herself (même si je viens du monde réel)

☞ Surnom : Didi ça ira plus vite :uh:



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 10662
✯ Les étoiles : 18125




Actuellement dans : « On flotte tous en bas ! »


________________________________________ Mer 6 Déc 2017 - 18:52



"We are stronger together"

And i'm gonna stand by you


Si j'avais pu, j'aurais fusillé Apollon du regard, néanmoins je m'étais contenté de le regarder de manière appuyé, et cela avait suffit à lui faire rendre les armes. Oui, lui aussi se morfondait quoi qu'il en dise. Au fond, nous n'étions pas jumeaux pour rien. Même si à croire que nous ne pouvions aller bien tous les deux en même temps. Il fallait toujours que l'un de nous deux s'occupe de pousser l'autre vers le haut. Je lui laissait le loin de s'adresser en premier à Athéna, me contentant d'un simple hochement de tête pour signifier que effectivement. Je ne l'avais, jamais cru coupable d'avoir attenté à la vie de Arès et Héra. Certaines choses ne mentaient pas. Les émotions en faisait partie. Hors je savais qu'Athéna était réellement affectée par ce qu'il venait de se passer. L'idée de n'avoir rien pu faire lui était insupportable.

Toujours silencieuse, je les laissais parler de la manière dont nos deux disparus auraient réagit s'ils les avaient vu dans cet état, cela leur ressemblait bien effectivement. Et j'avais écouté Athéna, parler de Zeus, avant de soupirer :

- Je suis contre le meurtre de sang froid avouais-je pour autant...Je crains qu'il n'y ai pas d'autres solutions avec Zeus. Il ne nous laissera pas, tant qu'il lui restera un souffle de vie. Il a fait tout ce qui était en son pouvoir pendant des siècles pour essayer de tous nous briser. Je...Je ne peux pas cautionner que cela recommence. Quoi qu'en dise Hypérion. La puce, était certes cruelle, mais c'était le seule moyen que nous avions de le maintenir sous surveillance. J'ai l'impression que bien souvent, il voit les enfants et non pas les adultes. Qu'il ne comprends pas, ou ne veut pas comprendre que nous avons tous changé.

Alors oui, je ne l'empêcherais pas de le tuer, parce que nous ne pouvions plus rien faire. Parfois, les histoires ne se finissent pas toujours comme nous l'aurions souhaité. Zeus ne changerait pas. Nous, nous avions tous évolué depuis trois ans. Certains liens qui semblaient difficile à se former, avaient pourtant vu le jour. Mais en ce qui le concernait lui. Inutile de se voiler la face. C'eut été stupide. J'admettais être un peu naïve sur certaines choses. Phobos pour ne citer qu'un nom. Mais sur d'autres, hélas j'étais parfaitement lucide et Zeus était l'une d'elles.

Je les laissais, dans un premier temps tous les deux se parler, ne restant que simple spectatrice, jusqu'à ce qu'Athéna ne m'invite à les rejoindre. Et il me fallut un effort surhumain pour éviter moi aussi de pleurer. C'était compliqué vu l'émotion qui régnait :

- C'est malin dis-je d'une voix tremblotante, vous allez réussir à me faire pleurer

Prenant une grande inspiration, j’attrapais rapidement la main d'Apollon et celles d'Athéna que je serrais doucement dans les miennes :

- Je resterais à vos côtés, même si on s'écroule, on trouvera un moyen de s'en sortir. Vous n'êtes pas tous seules
leur promis-je

Pour chaque personne qui aurait besoin de moi, je serais présente toujours. Je ne laisserais personne tomber. Je le promettais. Et c'était une promesse de plus, que j'avais bien l'intention de tenir. Mais d'abord, je laissais doucement la pression retomber, regardant une nouvelle fois la pièce de vie :

- Je crois qu'il va falloir faire du ménage. Mais avant, je pense que le mieux pour passer à autre chose, c'est d'offrir un dernier adieu à notre frère et à notre sœur.


J'avais fait ce qu'il fallait, en attendant de trouver les mots justes pour venir les voir. C'était Arès, qui avait en quelque sorte initié cette coutume sous mon insistance. Et ce, même si à l'époque, il avait refusé de le faire pour Aphrodite, affirmant haut et fort qu'elle n'était pas morte. Sans doute, que mon propre chagrin m'avait empêché d'envisager une autre solution à ce qu'il s'était passé. En tout cas, il avait été bien plus clairvoyant que moi cette fois ci.

- Lorsqu'Héra et Hestia sont mortes, Arès et moi même avons brûlé un linceul pour chacune en guise de cérémonie d'adieu. J'en ai préparé deux autres pour cette fois-ci. Je me suis dit, qu'il serait judicieux de le faire tous les trois. C'est un moyen d'essayer d'avancer. Les choses ne peuvent pas aller mieux tout de suite c'est impossible et j'en sais quelque chose. Mais, vous ne serez pas seule, je vous le promet. A aucun moment je ne vous lâcherais. A tel point, que vous finirez sans doute par me trouver envahissante.

Je ponctuais la phrase d'un léger rire. Oui, ne pas les laisser, continuer à avancer ensemble c'était la meilleur chose à faire. Et tout comme, j'avais besoin d'eux lorsque j'allais mal, ils allaient avoir besoin de moi. Et j'étais prête à remplir ce rôle quoi qu'il advienne. Je ne laisserais plus jamais tomber qui que ce soit. Aphrodite et moi, avions été trop fière chacune pour panser nos blessures à deux, lorsqu'elle avait su pour Surt et moi pour Phobos. Avec le recule, mais si nous, nous étions à présent réconciliée et que tout semblait aller pour le mieux entre nous. Je ne pouvais m'empêcher d'avoir des regrets. Alors, il n'était plus question de reproduire ce genre d'erreur.

- Je pense qu'il va falloir en informer les autres dis-je avec douceur à mon frère. Eux aussi, ont le droit de savoir ce qu'il s'est passé. S'il y a besoin, je serais à tes côtés pour cela. Mais, que ce soit les nôtres, ou bien Storybrooke mieux vaut qu'ils soient préparés à revoir Zeus surgire et d'à quel point il peut être dangereux

Hors de question, de garder ces informations en notre possession uniquement. Tout le monde devait en être informé et le plus rapidement possible.

- Je crois également que vous avez une affaire à régler tous les deux. Apollon comprendrait le sous entendu, Athéna peut être pas sur l'instant. Mais elle saurait bien vite de quoi il en retournait exactement.


Code by Sleepy

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Stay wild moon child
With moon dust in your lungs, stars in your eyes, you are child of the cosmos, a ruler of the skies
En ligne

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

We are stronger together ➹ Apollon & Athéna





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Les mondes divins :: ➹ Olympe d'Amour