LE COFFRE
A JOUETS

AOUT 2019
de Fanny


PRACTICALLY
IMPERFECT

JUILLET 2019
de REGINA


AMAZONBIE
JUILLET 2019
de ANYA



Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Le Coffre à Jouets ☆ Evénement #114
Une mission de Fanny - Depuis le 21 août 2019
Vers l'Infini et au-delà !

Partagez
 

 Evénement #85 : Sing On: The Musical [Fe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage

Thalia E. Yâsamîn


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Thalia E. Yâsamîn


╰☆╮ Avatar : Gemma Arterton

Ѽ Conte(s) : Aladdin
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Jasmine, la princesse qui n'est pas le premier prix d'une tombola. Ni d'un loto. Ni d'un stand à la fête foraine. Compris ?

☞ Surnom : Even
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 75

Evénement #85 : Sing On: The Musical [Fe] - Page 4 _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Dim 1 Oct 2017 - 0:30


Who run the world ? Princess !

J'aurais préféré que la suite des événements se déroule dans le calme et la sérénité. Histoire de pouvoir me remettre des quelques verres de trop que j'avais consommé sans m'en rendre vraiment compte. L'ambiance de la fête avait été prenante. Très prenante, même. Tellement que j'en avais mal au coeur et à la tête. J'étais tentée de porter des lunettes comme les autres princesses l'avaient fait mais je n'avais en même temps pas très envie de passer pour la fêtarde de la bande. Il manquerait plus que les autres se mettent à penser que je profitais un peu trop de la situation. Parce que ce n'était pas le cas. Mais alors pas du tout. J'ai dis non, compris?

Hélas, je ne pouvais pas me contenter de me masser les tempes tout en attendant que l'effet d'un calmant agisse sur la douleur lourde qui semblait compresser mon crâne endolori. Les princesses s'étaient mises en tête de se lancer dans un battle de chant qui s'annonçait des plus sanglants. Il suffisait de voir la lueur qui brillait dans le regard d'Ambrosia. Si je ne la trouvais pas aussi pathétique, j'aurai eu peur d'elle.

Mais... justement... Une idée germa tout à coup dans mon esprit qui commençait à s'éclaircir tandis que le brouillard de la gueule de bois s'évaporait. Il fallait apparemment choisir son camp. Celui d'Ambrosia contre celui de l'autre princesse aux cheveux courts dont le nom ne m'avait pas marqué. Les échanges nerveux de regard et les airs hautains voulaient tout dire. Ce n'était pas un simple rituel de bienvenue. C'était un moyen d'écraser l'autre par sa supériorité.

Je n'aimais pas Ambrosia. Pas du tout, même. Elle était le cliché même de la princesse que j'avais envie de baffer et qui faisait honte aux femmes de la royauté. Comme si nous étions juste des petites filles pourries gâtées qui tapent du pied quand nous ne sommes pas contentes et qui montent des licornes pour faire passer le temps. C'était amusant deux minutes, mais il y avait des limites. Comme cette idée stupide au possible qui consistait à faire usage de sa voix pour se la ramener un peu plus. Plus ridicule tu meurs.

Pourtant, malgré mon opinion, je me rangeais à ses côtés. Mains sur les hanches, menton relevé pour pouvoir regarder les autres de haut, je m'approchais d'Ambrosia avec un sourire en coin mesquin.

- Je souhaiterai lancer les premières notes. Pour chanter les louanges des princesses qui ont du style, bien entendu. Et qui elles au moins ne s'abaissent pas à accepter les va-nu-pieds dans leur équipe...

Est-ce que ceux d'en face savaient qu'ils avaient dans leur rang un voleur ? J'essayais de faire depuis le début comme si Aladdin n'était pas présent, mais maintenant je ne pouvais plus m'empêcher le foudroyer du regard tout en gardant une expression indifférente. Que ce qu'il osait faire ici? L'avoir face à moi me donnait désormais une raison de plus pour jouer les princesses à paillettes et jurer allégeance à Ambrosia. Même si ce n'était qu'une couverture, le temps de trouver un moyen de retourner la situation. En attendant, je pouvais bien causer quelques dommages collatéraux envers certaines personnes le méritant, non?

Mon intervention eu l'air de rassurer le présentateur, qui réussit à redevenir aussi professionnel qu'il en était capable.

- Nous avons donc notre première combattante, princesse Jasmine ! Elle affrontera....

Il rapporta toute son attention sur l'équipe adverse, en faisant mine de réfléchir et en semblant vouloir instaurer un suspense qui paru juste ridicule. Nous n'étions pas en direct, alors pourquoi ce silence insupportable qui faisait grincer des dents ?

- Toi!

Il pointa tout à coup son index vers Aladdin. Ce qui m'arracha un sourire de chat qui s'apprête à dévorer le canari. Les djins s'étaient penchés sur moi. Béni soient-ils.

Mon enthousiasme à peine dissimulé eu l'air de contaminer Petit Ami, qui paru très excité à la nouvelle.

- Je vais faire l'intro.

De sa propre initiative, il alla chercher un micro tandis que les lumières se tamisèrent. Un frisson d'excitation me parcouru. Une fois l'intro passé, ça allait être à mon tour. Et même si ce n'était qu'un jeu, un plan même, je ne pouvais pas m'empêcher d'avoir hâte de faire entendre ma voix et de balancer quelques punchlines à mon adversaire. Depuis le temps que j'attendais ça, aussi...

"Look alive girls it's been a long time since we had a good song fight.
Make some noise it's gonna be sublime, whatch them scratch and bite."


Il était doué, le Petit Ami. Assez pour que je me mette à bouger la tête en rythme et à taper du pied contre le sol, plus que satisfaite de sa prestation énergique. Mais Ambrosia lui arracha le micro des mains et prit sa place, ses yeux lourdement maquillés se plantant dans les miens, tandis qu'elle semblait vouloir me transmettre toute sa rage.

"I can't wait to see the blood and spit.
C'mon and fight before I throw a fit.
Last who's standing is the winner.
You'd better hurry up and skin him!"


Dès qu'elle eut fini son couplet, elle me lança le micro que je rattrapais au vol, le bras levé, avec autant de classe que Freddy Mercury. J'adressais un clin d'oeil à Ambrosia, qui me répondit par un sourire qui semblait plein de confiance. Puis me tournant vers Aladdin, je portais le micro à mes lèvres, gardait le silence quelques secondes, et enfin commençait ma chanson.

"Go on now, go walk out the door
Just turn around now 'cause you're not welcome anymore
Weren't you the one who tried to hurt me with goodbye
Did you think I'd crumble, did you think I'd lay down and die ?
Oh, no, not I, I will survive
Oh, as long I know how to shine I know I'll stay alive
I've got all my life to live and I've got all my sex-appeal to give
And I'll survive, I will survive, hey hey !"


J'étais déchaînée. Incontrôlable. Je tournais autour d'Aladdin, me permettait de le repousser d'un coup dans l'épaule, me pavanait langoureusement en passant ma main dans ses cheveux pour mieux le forcer à baisser la tête devant moi. Je prenais un plaisir incroyable à faire tout ça. À chaque note que je chantais, je sentais la puissance gonfler dans ma poitrine, menacer d'exploser.

Et c'est ce qu'elle fit. Quand je terminais ma chanson, je laissais tomber mon micro par terre, sous les exclamations surexcitées du Jury qui n'avait pas cessé de se trémousser sur les fauteuils pendant mon interprétation. La brune semblait tout particulièrement avoir apprécié. Surtout quand une sorte de nuage doré sembla quitter mon corps, ma gorge, mes paroles, pour se jeter sur Aladdin et le frapper violemment. Sous mes yeux ébahis, il alla s'écraser contre un mur. Pouf. Comme une poupée balancée négligemment. Ma musique avait peut être exprimée un peu trop toute ma rage et ma colère envers son horrible petite personne. Était-ce vraiment mal et sadique si je disais que ça me faisait un peu beaucoup plaisir de l'avoir envoyé valser? Personne ne se jouait des sentiments de Princesse Jasmine. Car sa musique donnait plus mal à la tête que l'envie aux oiseaux de venir faire le ménage dans sa chaumière. Et boom, baby!

Ali: 90% (sorry Evénement #85 : Sing On: The Musical [Fe] - Page 4 3392629739 )

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
dance magic dance
At least I miss trips around the world. Don’t mean a thing if I ain’t your girl. A little party never killed nobody, so we gon’ dance until we drop, drop. ▬ Right here, right now’s all we got.

Ali Nacer


« Prince de la Savane »


Ali Nacer


╰☆╮ Avatar : ❤Deniz Akdeniz❤

Ѽ Conte(s) : Aladdin
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le héros au coeur pur

✓ Métier : Sultan -Directeur de l'Orphelinat
Evénement #85 : Sing On: The Musical [Fe] - Page 4 190520033225205483

☞ Surnom : ❤ Pocket ❤
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 7850

Evénement #85 : Sing On: The Musical [Fe] - Page 4 _


Actuellement dans : « Prince de la Savane »


________________________________________ Dim 1 Oct 2017 - 11:10


            C'est la Fantasia sur Scène


Selon les statistiques, l'homme deviendrait mature vers l'âge de quarante ans. Et j'étais loin d'avoir cet âge, il me restait encore une dizaine d'année, pour faire mes gamineries et agir comme un enfant. Donc cette petite crise pour droit d'avoir un costume de Prince charmant était permise. Alors pendant Malfalia était furieuse,même si je voulais l'aider à dernière minute,  le grand-père s'occupait donc des préparatifs pour la visite chez les princesses. 

Pendant ce temps là, je m'éclipsais dans un petit coin ou je pourrais revêtir les fringues d'Hobo, parce que oui après ma crise, j'avais décidé de les aider à cause du petit espoir qui me poussait à  agir comme un héros. Et aussi parce que je devais aller récupérée mon amie: la sirène de ses vilaines princesses qui la détiennent en otage. Alors que je glissais mon costume de Va-nu-pied dans mon sac: accessoire qui allait avec le costume. Pourquoi ? Parce qu'il me faut un souvenir de cet aventure.  Je détesterais, repartir les mains vides.  

C'est à ce moment là que Malfalia, le grand père et le petit couple amoureux: Parce que je suis toujours convaincu qu'il se passait un truc entre eux.. Il avait juste un manque de communication et d'acceptation de leurs sentiments pour se jettent l'un dans les bras de l'autre. Bref ! Ils revenaient tous dans le salon pour la suite du plan: faire Hazel, Hobo et moi des esclaves en nous menottant. J'acceptais ses liens pour jouer le jeu, mais dans un moment d'inattention j'avais pris une aiguille, que je la cachais , attendant le bon moment.. C'est parti on était prêt ! Je suivais la petite troupe jusqu'au palace des vilains princesses, et de l'immense jardin, qui me rappelait des souvenirs de ma première vie, celle de mon conte. 
***
Alors que nous étions invités dans leur demeure et que les méchantes princesses avaient eu la mauvaise idée de nous faire chanter. Alors que nous étions invités dans leur demeure et que les méchantes princesses avaient eu la mauvaise idée de nous faire chanter. En profitant pour essayer de me libérer de mes chaines, grâce à l'aiguille volée parce que je suis un homme qui tient à la liberté de ses gestes. Tout simplement l'esclavage c'était pas pour moi, par rapport à un moment tragique de ma vie passée.  Cela prit que quelques secondes pour réussir a me libérer, sans me blesser. Après tout je suis l'un des meilleurs voleurs. Je les gardais en place pour la couverture, pour les enlever complètement dans un moment d'inattention. Dans un silence, j'observais les lieux restaient proche de mes petits amis les esclaves, suivant la petite troupe jusqu'au sous-sol, dans un studio. Il avait des visages inconnus..mais des connus..

 Je pouvais apercevoir la rouquine c'était quoi déjà son prénom à cette miss '' Je sais tout et qui me faisait penser à Hermione''? Peu importe ! Je l'avais reconnu parce qu'elle avait été une super-héroïne, elle m'avait sauvée la peau une fois, durant une mission pour sauver le monde.  Je jetais ensuite un coup d'oeil à ma petite sirène, avec un sourire. Tout content de savoir qu'elle semblait aller bien. Et en plus elle était en beauté dans sa robe bleutée. Cette couleur lui allait bien. Tout le monde le sait que le bleu et moi c'est une grande histoire d'amour.  Ensuite mes prunelles noisettes se posaient sur..

Le rêve bleu. Kida m'avait mentis, ça ne pouvait pas être la réalité. Bouche-bé devant cette beauté royale qui me laisserait jamais indifférent. Après tout, c'était mon premier amour. Et on se remet jamais de celui-ci, même quand elle tombe dans la catégorie : Ex fiancée. Même après plusieurs années, elle m'attirait toujours autant physiquement.  En plus, elle portait sa tenue voilée, turquoise qui  la mettait en valeur.Donc je ne pouvais pas m'empêcher de fantasmer et baver en silence. Je devais garder mon sang froid, malgré la chaleur qui régnait dans cette demeure. C'est moins ou il fait chaud ici ? On ne pouvait pas ouvrir quelques fenêtres pour que je prenne une bouffée d'air frais ? 
***
Alors que plus rien dans la pièce n'avait d' importante pour moi, à part Jasmine avec qui j'avais un léger différent. Espérant qu'un jour, je pourrais lui donner ma version des faits, parce qu'il n'était pas question qu'elle  garde la mauvaise image qu'elle avait de moi. J'avais des bonnes raisons d'avoir commis cet erreur. Une erreur que je regretterais toute ma vie, car elle m'empêchait d'avancer..Elle empêchait de m'épanouir. De vivre un rêve à deux. Je m'en voulais sincèrement.  Tout ce que je demanderais c'est son pardon, car entre elle et moi. C'est moi qui a le plus souffert, parce que j'avais resté accroché à cet amour inexistant. Tandis qu'elle avait fait quoi ? Sans doute tourner la page. Je la suivais du regard quand elle dirigeait vers l'équipe '' Des princesses''en prenant son petit air hautain. Elle avait même osé me foudroyée du regard. Comment je réagissais à cette provocation? Je lui fis d'un clin d'oeil et je lui offrais ce sourire qui l'avait autrefois séduite. Elle proposait par la suite ceci à son équipe.  Je souhaiterai lancer les premières notes. Pour chanter les louanges des princesses qui ont du style, bien entendu. Et qui elles au moins ne s'abaissent pas à accepter les va-nu-pieds dans leur équipe...

Elle voulait que je me sente visé. C'était réussit parce que sa petite réplique m'avait interpellé, mais je ne pouvais pas m'empêcher de lui sourire bêtement. Parce que malgré cette colère à mon égard, elle pensait encore à moi, car elle n'aurait pas insisté sur ma présence et ce surnom de va-nu-pied.
***
Gentleman, je laissais toujours les princesses faire les premiers pas, surtout depuis une mauvaise expérience avec une.  Alors que l'animateur présentait mon ex fiancée. Et qui me pointait du doigt par la suite, pour me désigner comme l'adversaire de la demoiselle qui semblait impatiente de chanter sa rage. Ça ne m'étonnait même pas ! Parce que j'avais tendance à attirer les demoiselles farouches.Soudainement,  que le prince charmant s'avançait  alors que je m'approchais pour participer aux duels et être victime d'une crise conjugal.  Pourquoi il s'avançait lui ? Qui ne s'approche pas trop de cette princesse ! Parce que je me sentais prêt à lui mettre mon poings dans ce joli sourire et amoché son joli minois.  Alors qu'il se mettait à chanter, et que Jasmine se mettait à s'exciter. Je m'apprêtais à m'avancer dangereusement vers le ''petit ami'', le poings fermement fermé pour le buter. Cause: Jalousie. Mais heureusement pour lui, sa petite amie avait réagit à temps, pour empêcher cette future romance qui me dégouttait.  Alors que le micro se passait de main en main. C'était l'heure du Duel ! 


Duel de Thalia 

Elle se mettait à chanter sa chanson. Sa voix était aussi sublime que dans mes souvenirs, quand on avait chanté le rêve en bleu en duo.Mais cette fois-ci ses paroles étaient plus agressives. Je comprenais , elle m'en voulait ! Alors qu'elle mettais le feu à la place avec sa danse sensuelle.  Je me mordillais la lèvre inférieure,car la voir se trémousser de la sorte, la rendait irrésistible à mes yeux.Surtout qu'elle portait la tenue, qui me faisait frémir de désir.  Elle était incontrôlable, mais j'aimais le feeling qu'elle me procurait. Le feeling de la princesse dominatrice. Celle qui désirait prendre le dessus sur moi, se sentir en position de supériorité.  Son attitude me séduisait  parce que sa facette rebelle et son côté dangereux me comblait. Parce qu'involontairement j'avais le coup de foudre, pour ce genre de princesses. Celles qui aimaient jouer au chat et à la souris avec moi. Qui s'approchait et qui s'éloignait. Ça venait vraiment me chercher émotionnellement. Elle tournait autour de moi, je me laissais étourdir par elle. Je la laissais me soumettre. 

Heureusement, pour elle parce que si elle réveillait le prince en moi.  Le Prince serrait tenter à embarquer dans son jeu de séduction et de provocation, sans se soucier des conséquences. Il ne serait pas gêner pour lui en faire voir de toutes les couleurs. Parce qu'elle donnerait au Prince l'opportunité d'avoir envie d'elle. Elle se permettait même un moment donné de me repousser d'un coup d'épaule, qui me faisait reculer un pas. Est-ce que j'aimais ça? Oui j'adorais même ! Parce que je suis l'homme qui tombait amoureux qu'une claque sur son minois. Elle glissait sa main dans ma chevelure couleur corbeau, enlevant le bonnet d'Hobo. Ses doigts s' emmêlaient dans mes cheveux. Elle savait comment jouer de ses charmes , pour me faire devenir dépendant a elle . Qu'elle pouvait faire de moi, tout ce qu'elle voulait . Mais Le va-nu-pied en moi, baisserait la tête pour lui procurer ce plaisir de se sentir supérieure à moi. Pourquoi agir de la sorte ? Parce que j'étais sincèrement désolé de la faute que j'avais commise. Lui prouver que je culpabilisais et que j'avais un cœur. 

Soudainement, une brume dorée venait me persécuter violemment, me faisant faire un vol planer direction un mur. Je me cognais la tête contre celui-ci avant de tomber solidement au sol, sous les regards de tous. Je pris quelques minutes pour me remettre. Je me relevais avec le sourire en coin , parce que je ne craignais pas de prendre les coups. Si ça pouvait la défouler, pour qu'on puisse en discuter et savoir ou en nous en sommes, je serais prêt à endurer toute la souffrance qu'elle veut m'offrir. 

Pendant ces quelques minutes, le jury prenaient la parole pour quelques commentaires sur la prestation de Jasmine. Bien sûr c'est la femme, Jennifer qui disait le premier commentaire :  c'était franchement pas mal, moi j'adore le swing, l'émotion, le message aussi. Ensuite il eut ce commentaire qui me plaisait pas du tout de la part de Matt. Lui aussi voulait que je le tabasse ? c'est vrai, elle avait un bon déhanché et elle a du coffre ! Disait-il.  Et le dernier commentaire de la part de Patrick, le début était bien, mais la finale était de trop. moi je trouve qu'elle a un grand potentiel pour les chansons à textes, avec des émotions fortes et qu'elle était belle comme le soleil.Lui aussi il cherchait les ennuis.  Je me dirigeais de nouveau vers la place des Duels.

Jennifer  va donc  remarquer que c'est sensé être ton tour et elle va me sourire. Et me demander par la même occasion, mon prénom : Et toi ? Tu t'appelles comment ? Je lui répondais quoi moi à cette question ? Je m'appelle l'ex fiancé de cette princesse. Je lui répondis :  Moi c'est Aladdin, et Ali pour les intimes. Puis je me retournais vers mon rêve bleu et lui disait :  Je n'ai pas envie de me battre contre toi mais je vais quand même chanter parce que je crois que tu as le droit de savoir ce que je ressens pour toi Princesse  Le jury me regardait  l'air un peu surpris puis haussait les épaules. Je ramassais donc le micro qu'elle avait volontairement jeter par terre.  La musique commençait à jouer.. J'enlevais donc ma veste pour la lancer en direction d'Hazel, pour la provoquer un peu. Elle me montrait les crocs. Puis je jetais un coup d'oeil vers Kida, comme la suppliant que j'avais besoin d'une main pour un peu de courage.  

Mon Duel 

Je m'approchais lentement de Thalia la regardant d'un regard séducteur.  Je tournais autour de la princesse, me glissant derrière elle. Je déposais mes mains sur sa taille. Coller contre elle, pour faire un peau à peau . Dansant contre elle, une danse collée légèrement sexy, comme dans les boites de nuits. Au début de la mélodie , ma bouche se collait contre son oreille .C'était pour lui exprimer que si elle voulait , elle avait encore ses chances avec moi.  Je lui murmurais dans le creux de son oreille d'un air de chant . Soudainement surpris, je ne ressentais aucune douleur et tant mieux alors je pourrais lui chanter tous mes ressentis. Je lui chantais donc cette chanson : Hey chérie , est ce -que c'était tout ce que tu voulais chez un homme ? Puis je m'éloignais, pour faire de nouveau le tour de la princesse. Et ensuite lui faire face. Je déposais une main sur  sa joue,en lui caressant tendrement, tout en  lui chantant cet extrait : 

Tu sais que je t'ai offert le monde 
Et tu m'avais dans le creux de la main.
Alors pourquoi ton amour s'en est allé
 Je ne parviens pas à comprendre


Je plongeais mon regard dans le sien. Essayant de comprendre pourquoi elle ne m'aimait plus. Pourquoi elle n'avait pas pris la peine de me retrouver pour que je ne vive plus dans le doute. Que je souffre de son absence.  J'approchais mon visage , ma bouche se laissait guider dangereusement vers la sienne. J'avais envie de l'embrasser. Le Prince en moi  aurait céder sans hésiter à la tentation de lui voler un baiser. Mais le va-nu-pied gardait une distance entre leurs lèvres .Je continuais de chanter intimement pour elle : Je pensais que c'était toi et moi ensemble.Toi et moi jusqu'à la fin . Mais j'avais tord . Puis je haussais plus fort pour mettre un accent sur cette phrase. Mais je suppose que j'avais tort. Je m'éloignais de quelques secondes  d'elle, continuait de chanter pour la princesse. 
 Je ne veux plus penser à ça
Je ne veux plus parler de ça
Je suis simplement fatigué de ça
Je ne peux pas croire que ça finisse de cette façon.
Je suis perdu à cause de ça
Je ressens le blues à cause de ça
Je ne peux rien faire sans toi
Dis-moi si c'est juste ?

Je m'approchais de nouveau de Thalia  en la dévorant du regard , en enlevant mon chandail troué, laissant voir un torse musclé et bronzé. Je fis tournoyer le chandail au dessus de ma tête et  je lui  balançais le t-shirt à ses pieds au mot adieu. Est-ce de cette façon que cela devait réellement devenir ? Est-ce ainsi que nous devons nous dire adieu ?

A quelques centimètres de la Princesse, je relevais délicatement le menton de celle-ci ,je  lui chantait: Je n'avais pas imaginé quand tu es entré dans ma vie .Que tu allais me faire pleurer . Mon coeur est brisé en te voir passer avec d'un gars à l'autre .Je la poussais légèrement d'un mouvement de main sur l'épaule,  sans lui faire mal, pour qu'elle recule de quelques pas. Car je sais que tu vis avec le mensonge .Tout va bien bébé mais tu te trouveras confronté au temps. Je m 'avançais rapidement en galopant vers elle.  Et je  glissais mes doigts de haut en bas le long d'une mèche de ses cheveux qui était tombé dans son visage.  Je continuais de chanter.Tout ce qu'on sème, qu'on sème, qu'on sème. On le récolte toujours d'une manière ou d'une autre. Maintenant, je me souviens tout ce que tu réclamais. Tu disais que tu ne faisais que passer.Et peut-être je devrais faire la même chose. Quelle chose ironique finalement  Pour conclure pour le spectacle je me  mettais ensuite  à genoux devant elle, prenant sa main dans la mienne. Je l'approchais de ma bouche, pour lui offert un baiser sur la paume de celle-ci. Ensuite je lui chantais. J'étais prêt à t'épouser.  Je pensais que c'était toi et moi ensemble .Mais maintenant c'est bien dommage .Et je suppose que j'avais tord.  

Je me relevais vivement, reculant de quelques pas en m'attendant au pire, car elle était une femme rancunière et avec du caractère. Elle aurait peut-être envie de me gifler pour mon approche arrogante et confiante. Mais elle voulait jouer les provocatrices, alors pourquoi je ne pourrais pas jouer le mec qui réplique par la provocation ?  C'était choquant, mais c'était un spectacle que tout le monde allait se souvenir ! 

J'enlevais de mon propre doigt, une bague. Avait-elle de valeur ? Non ce n'était pas un luxe que je pouvais m'offrir! Mais c'était un anneau que j'avais toujours à mon doigt, car je suis un homme qui ne quittait jamais mes bijoux : mes bracelets de cuirs, mon pendentif : collier avec un cordon de cuir et un symbole rattachée à celui-ci. Mes bijoux de pauvre.   La bague , elle serait peut-être symbolique à mes yeux, si elle acceptait la garder de bonne foi. Même en souvenir de notre rêve bleu.

Ensuite Je glissais à son doigt, la bague. Qu'est-ce que cela signifiait ? Oui je la demandais en mariage, mais elle devra catcher elle même que c'est une vraie demande, et non pour le spectacle. Parce que pas question que je dise épouse-moi , tout simplement parce que c'était gênant, parce que je me sens toujours  gêné dans ce genre de situation. Mais c'était peut-être ma seule chance de conclure. Elle pourrait méditer sur cette déclaration avec son camp par la suite . Je m'attendais pas a une réponse toute suite.  Le but de cette demande c'était de lui offrir ce que je lui avais promis : Une réalité bleu à deux. 

Je lui murmurais pour que seulement elle l'entende :  Je suis prêt à t'épouser . Je me relevais vivement, reculant de quelques pas en m'attendant au pire, car elle était une femme rancunière. Mais au même moment,  une brume rose bonbon, sortait de mon corps. Surpris. Ce nuage venait percuter Thalia, pour la faire tombée.  Je me précipitais vers elle, en lui tendant la main. Une main qui lui disait : Fait-moi confiance cette fois-ci. 

Soudainement, les princesses Opal et Allegro furieuses se précipitaient vers Jasmine pour la relever. En meme temps Jennifer, une de juges s'exclamait : On dirait qu'ils sont à égalité, ça va être dur de les départager. On passe à la suite ? Alors que Thalia se relevait avec l'aide de ses supers copines qui me foudroyaient du regard comme si j'avais la peste. Parce qu'elles sont convaincues que je l'avais.  Je me sentais mal à l'aise, car elle était tombée à cause de cet étrange pouvoir venant de moi. Un pouvoir que je le désirais pas. Un pouvoir inconnu. Un pouvoir qui exprimait mon incertitude et mes blessures envahirent au fond de mon coeur. J'aurais voulue savoir si elle n'était pas blessée. Si je l'avais froissée. Mais tout ce que je pouvais faire c'était de lui dire ces quelques mots : Je ne voulais pas notre histoire se termine de cette manière Princesse . Mais je ferais n'importe quoi pour toi sache le . Je m'excuse Jasmine . La bague garde la en souvenir du rêve bleu, sauf si ... 

Je descendais de la scène, reprenant mon chandail au passage, pour le remettre. Et je rejoignais mon camp, restant à l'écart, mais au moins j'avais soulagée une partie de ma conscience, car les princesses sont ma faiblesse, la plus profonde.. Et Jasmine était une plaie qui n'avait réellement guérie..



95 % Jasmine (Désolé Princesse Evénement #85 : Sing On: The Musical [Fe] - Page 4 4114364782 )
90 % Moi




http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79496-terminer-une-verite-n http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80968-king_-of_-thieves

Kida


« Mangez 5 fruits
et légumes par jour ! »


Kida


╰☆╮ Avatar : Saoirse Ronan

Ѽ Conte(s) : L'Atlandide, le monde perdu
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Kida

☞ Surnom : Fanny
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 797

Evénement #85 : Sing On: The Musical [Fe] - Page 4 _


Actuellement dans : « Mangez 5 fruits et légumes par jour ! »


________________________________________ Dim 1 Oct 2017 - 21:07


Sing On


Kida avait gardé longuement le silence… tant durant le lever des princesses qu’en se rendant au studio… Elle n’avait rien dit non plus en voyant Malfalia se faire passer pour une princesse bien que cela l’avait amusé intérieurement. Ils s’en sortaient bien… avec un peu de chance, ils parviendraient à se démuseler d’eux même… Mais tout n’était pas gagné… il lui suffisait de repenser à l’objectisation de « Petit Ami » faisant un massage avec un sourire mielleux et transi d’amour pour sentir le Dégoût [petite dédicace] monter en elle. Les mœurs étaient bien trop cruelles et bien trop implantées dans le système et l’ambiance générale de ce monde pour les changer uniquement avec une forte volonté et un déguisement plutôt… affreux. Carlisle s’était mis à l’instrumental et les battles avaient commencé avec Jasmine contre Ali. Kida lui avait fait un faible sourire encourageant quand elle l’avait aperçu afin de signifier à l’autre groupe qu’elles ne les avaient pas oubliés et Jasmine avait commencé à chanter avec la ferveur d’une tigresse.

Elle connaissait que trop bien le regard qu’elle envoyait à son adversaire. Elle l’avait vu si souvent sur son propre visage lorsqu’elle observait les bassins de sa Cité en pensant au jour où elle pourrait se venger de Poséidon tout en se dédouanant de ce mariage arrangé avec Egeon. Elle ne connaissait clairement pas le passif entre les deux jeunes gens mais la douleur de la colère était encore bien vivace chez la jeune femme qui avait fini son couplet en envoyant valser le jeune homme un peu plus loin. Kida avait serré les dents mais s’était abstenu de bouger pour l’aider. Ce n’était clairement pas le moment de faire quoi que ce soit, elle agirait quand ce serait à son tour. Elle espérait tout de même que la princesse n’avait pas la rancune trop tenace car elle tenait à rentrer avec tout le monde sain et sauf.

C’était ensuite venu au tour d’Ali de chanter et le prince Ababoua semblait avoir la ferme intention de se racheter aux yeux de celle qu’il dévorait du regard. L’image furtive de Milo passa alors devant les yeux de l’Atlante. Si le jeune chercheur en venait un jour à se présenter de nouveau devant elle en s’excusant comme Ali était en train de le faire, aurait-elle la force de lui pardonner ? Elle déglutit en tentant de se concentrer sur la scène qui se déroulait sous ses yeux plutôt que sur ses sombres pensées. Elle n’eut pas vraiment le temps de se demander comment la demoiselle allait réagir qu’elle se fit à son tour projeter un peu plus loin tandis qu’Ambrosia et sa clique l’aidait à se relever en lançant des regards courroucés au garçon.

S’en était trop. Ce jeu était stupide. Cette guerre était stupide. Pourquoi diable avait-elle été violentée alors qu’il tentait visiblement ne lui faire aucun mal ?! Qui contrôlait véritablement ces étranges nuages de fumées ? A moins qu’Ali ne contrôle pas bien son nouveau pouvoir, il ne pouvait être le maître de celui-ci puisqu’il était clair qu’il n’avait eu aucune intention de la blesser. Elle avait serré et desserré les dents, tout comme les poings, à multiple reprise en tentant de se calmer. Seule la voix du présentateur qu’elle avait déjà vu à la télévision un soir en regardant un concours de chant avec Maxine et Terrence la sortie de sa colère.

- Merci à Princesse Jasmine et Aladdin pour ce merveilleux duel qui a mis le feu, littéralement sur le plateau/ Pour soutenir Jasmine, envoyez 1 au 710... Ah non c'est vrai j'oublais que nous ne sommes pas enregistré et n'avons pas de public.

Il y eût un silence gêné avant que Nikos ne reprenne :

- Et maintenant, place au second duel qui opposera... Princesse Kida et...

L’Atlante s’était avancé si brusquement sur la scène, d’un part foncièrement décidé, que l’homme n’eût d’autre choix que de se taire en la voyant arriver ainsi. Elle en profita pour prendre la parole avant qu’il ne lui désigne une victime :

- Je suis Kidagakash Nedakh, Guide du peuple de l'Atlantide. Je ne suis pas une princesse, je ne suis pas une Muselée et de ce fait, je refuse de combattre contre qui que ce soit sous prétexte qu'il n'est pas de la même naissance que moi. Si je dois chanter, je chanterai mais je pense être la mieux placée pour savoir qu'un tatouage...

Elle se tourna vers tout le monde, déplaçant suffisamment le tissu de l’une de ses épaules pour que l’on voit son tatouage qui plongeait vers sa poitrine. Ce tatouage que le Titan Chronos avait osé lui faire… celui qui la rendait étrange aux yeux de son propre peuple.

- Ne devrait jamais définir qui nous sommes et ce que nous voulons être.

Elle sourit alors à Malfalia, puis à Hazel. C’était à ses yeux les deux qui semblaient le plus souffrir de leur condition, pour des raisons différentes. Elle voulait leur faire comprendre qu’elel aussi en avait souffert et que finalement, il n’y avait pas à en rougir. Elle regarda ensuite les autres afin d’éviter d’éveiller trop les soupçons des pimbêches...

- Dans ma Cité, nous savons que la haine n'amène jamais la paix, que le malheur et la désunion. La vengeance n'est pas la solution que vous cherchez et de cela aussi je peux témoigner... j'aimerai pouvoir vous faire comprendre que tout cela ne rime à rien... j'aimerai vraiment...

Elle déglutit avant de lancer un regard à Carlisle. Elle lui lança un petit hochement de tête entendu. Ils avaient prévu ce coup quelques minutes auparavant. L’homme s’était douté qu’il devrait sans aucun doute jouer d’un instrument et elle avait émis l’hypothèse qu’elle ne jouerait peut-être pas en fonction des règles, ce qu’elle faisait à présent. La mélodie de la dernière chanson de P!nk, une chanteuse qu’elle avait appris à aimer à la Surface, s’éleva alors dans le studio. Kida ferma les yeux en entama le premier couplet.

We are searchlights, we can see in the dark
We are rockets, pointed up at the stars
We are billions of beautiful hearts
And you sold us down the river too far


A mesure que la musique passait, qu’elle prenait conscience de toutes les paroles qu’elle prononçait et qui pouvaient tellement être transposé dans cet étrange univers, la jeune femme aux cheveux d’argent s’enflamma autant que sa véritable chanteuse. Elle revoyait le visage rayonnant de Malfalia rêvant de devenir une princesse, le regard plein de haine et de douleur d’Hazel que la vie avait semblé frappant de fois, la timidité d’Hobo qui avait sans doute appris à l’être de par sa condition.

We are problems that want to be solved
We are children that need to be loved
We were willing, we came when you called
But man you fooled us, enough is enough


Les chaînes d’Ali, la gêne de Carlisle cachant son tatouage, les princesses se déchainant sur une Malfalia innoncente et naïve. Les regards hautain et mauvais des princesses. Opal lui disant que le luxe était de ne faire que des choses inutiles. Cette fête qui tournoyait dans sa tête avec ses musiques et ses effluves d’alcools. Et enfin le regard de la jeune Muselé qui avait soudain changé, qui avait perdu toute son illusion pour se transformer en celui de la revancharde Hazel, la douleur de la réalité en plus.

Sticks and stones they may break these bones
But then I'll be ready, are you ready?
It's the start of us, waking up, come on
Are you ready? I'll be ready
I don't want control, I want to let go
Are you ready? I'll be ready
Cause now it's time to let them know
We are ready


Elle arrivait à présent au dernier refrain. Elle avait agrippé le micro à pied ed toutes ses mains, la gauche sur le haut, la droite sur la barre tandis qu’elle vidait ses derniers moments d’énergie, de colère et de douleur sur ce qu’elle voyait et en supportait pas pour terminer cette chanson en beauté.

What about...
What about us?
What about all the times you said you had the answers?
So what about us?
What about all the broken happy ever afters?
What about us?
What about all the plans that ended in disaster?
What about love? What about trust?
What about us?

What about us?
What about us?
What about us?


A la dernière question qu’elle posa, une vague se libéra d’elle, faisant flotter ses cheveux un court instant. Une vague de fumée similaire à celle des autres mais d’une couleur bleuté et argenté en même temps, rappelant sans aucun doute la couleur de son cristal. A l’inverse de celle d’Ali ou de Jasmine, elle ne se dirigea pas sur une seule personne mais sur toutes en même temps, sans aucune distinction, Muselés comme Princesses. Cependant, elle ne les projeta pas, elle ne fit que les effleurer, les poussant tout de même à faire un pas en arrière, tandis qu’une onde positive, d’apaisement les envahissait. Légèrement essoufflée, Kida observa ce qu’elle venait de faire, un peu surprise, et quitta la scène rapidement pour aller se poser un peu plus loin, hors du groupe.

- Non d’une licorne ! C’est QUOI ce délire ?

Il ne fallait bien sûr pas compter sur Ambrosia pour comprendre la leçon qu’elle avait tenté de faire passer. Elle ne comprenait peut-être pas l’anglais après tout… aurait-elle du la chanter dans sa langue ? Kida tourna alors la tête vers elle et se contenta de l’observer sans rien dire. Que pouvait-elle dire de toute façon ? Et puis… généralement ce genre question n’attendait pas vraiment de réponse… Sauf… là apparemment. Le silence devint follement long et gênant tandis que la princesse s’était mise à taper du pied comme une enfant impatiente. La jeune Atlante cligna des yeux avant de demander d’un air courtois :

- Excuse-moi mais… c'est à moi que tu parles ? Si tel est le cas, peux-tu être un peu plus clair s’il te plaît ? Je ne comprends pas le sens de ta question…
- Pourquoi. Tu as. Fait ça ? Tu veux pas qu'on gagne face à Princesse Buttercup ?

On pouvait sentir toute la rage qu’elle tentait de contenir. Kida se demandait si elle n’allait pas lui sauter au visage pour le lui arracher à coup de griffes comme l’aurait fait un Jaguar d’eau. Elle avait un sourire malsain aux coins des lèvres mais la Guide garda son sang-froid, son air calme et sa voix courtoise.

- C’est Funbutter je crois son prénom… Et… Je ne me suis mise dans aucun camp donc... techniquement on ne peut pas dire que j'ai fait gagner ou perdre une équipe...

Elle lui lança un sourire sympathique qui semblait clouer littéralement le bec d’Ambosia. Elle l’observa quelques instants la bouche entrouverte, comme si elle semblait chercher quelque chose à lui rétorquer mais, forcée d’avouer qu’elle avait raison, elle se contenta de s’enfuir comme une tornade vers Nikos Aliagas pour lui demander de relancer le show. Pendant ce temps, Anastasia s’était rapprochée d’elle à pas de loup.

- C'était quoi la vague bleue ? Personne n'a fait un truc pareil jusqu'à présent !

Kida lui sourit en haussant les épaules, lui montrant qu’elle ne savait vraiment pas comment elle avait produit une telle chose.

- Je ne sais pas... C'est juste fait parler mon cœur... c'est peut-être ça qui a créé cela...
- Sans doute... En tout cas j'ai été transpercée d'une vague... Oh je saurais pas décrire. Ca avait un petit côté hippie, c'était pas désagréable.

Elle se mit à rire en l’entendant parler de hippie, elle n’était clairement pas la première à la considérer ainsi. Elle lança un regard vers Ambrosia avant de reprendre vers la rousse :

- J'espère que tu ne m'en veux pas... mais je ne veux pas prendre parti à cette querelle ridicule... voyons le côté positif... à présent... nous sommes tous réunis.

Elle lui fit un petit signe de tête discret vers « Funbutter » avant de lui faire un clin d’œil accompagné d’un sourire complice.

- Je suis contente que ça n'ai pas été désagréable... mon but n'était pas d'heurter quelqu'un. Tu penses te mettre dans quelle équipe ?
- J'espérais me faire discrète et oublier pour ne pas devoir chanter contre quelqu'un et le blesser. A voir si j'y arrive. J'aurais bien fait un putsch musical comme toi mais l'idée est déjà prise...

Elle lui rendit son clin d’œil et Kida lui sourit :

- Ne t'en fais pas... vu comme Ambrosia semble prendre ma décision, nous aurons peut-être besoin d'une piqûre de rappel niveau putsch...

A cet instant, Jasmine venait de faire irruption entre les deux princesses et s’était mise à parler rapidement et à voix basse :

- Princesse Kida, tu pourrais éviter de faire enrager un peu plus la Princesse Suprême et essayer plutôt de la jouer discrète ? Ce n’est pas en faisant les originales que nous réussirons à cesser toutes ces gamineries. Il vaut mieux faire profil bas et suivre le mouvement. Du moins pour l’instant. Tu as compris ?

Mais l’Atlante secoua la tête de gauche à droite :

- Je comprends ta position Jasmine, vraiment. Mais… je ne la partage pas… je ne peux pas rester là à faire sembler que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes… Si cette battle dure trop longtemps j’ai bien peur qu’on en ressorte pas tous indemnes… Et puis…

Elle s’inclina vers elle pour lui parler encore plus bas de manière à ce que personne n’entende :

- A quoi nous servirait un agent double si on suivait toutes le mouvement ? Les doutes et les colères d’Ambrosia sont désormais sur moi… Tu peux d’autant plus jouer les infiltrés…

Elle soupira et roula des yeux :

- Ça me fait mal de l’admettre mais… bon point pour toi.

Elle jeta ensuite un coup d’œil à son groupe de princesse avant d’ajouter :

- Je vais continuer à me positionner de leur côté. Ça veut dire que je vais devoir considérer tout le monde comme des moins que rien et les écraser. Alors que personne m’en veuille pour ce que je vais faire et dire, merci. Elle plissa les yeux avant de poursuivre. Continue à être notre hippie. Je me charge des pimbêches.
- Entendu. Et je n’en doute pas une seule seconde que tu te charge d’elle. Tu t’en sors très bien jusque maintenant.

Elle se détourna pour retourner vers le groupe mais Kida l’attrapa par le poignet et la ramena un peu vers elle pour lui dire :

- Ah ! Et… Jasmine… J’ignore ce qu’Ali t’as fait et je ne veux absolument pas m’en mêler mais… essayons de rentrer tous ensemble à Storybrooke d’accord ? Tu pourras te venger quand nous serons de nouveau chez nous…

Elle lui lança un clin d’œil à son tour. Elle avait tenté de lui faire comprendre sans animosité qu’elle avait en revanche remarqué que son jeu face à Aladdin n’était sans aucun doute pas un simple jeu de rôle mais une colère bien plus profonde et réelle.

- Oh rassure-toi… Je n’ai pas prévu de le tuer. Du moins… Pas aujourd’hui. Mais il n’y a pas de raison pour que je ne profite pas un peu de la situation.


Son sourire s’était agrandit, teinté d’amusement et elle lui rendit son clin d’œil avant de se détacher pour retourner auprès des « pimbêches ».



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
RESET & START AGAIN...
ANAPHORE

Grigori E. Raspoutine


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Grigori E. Raspoutine


╰☆╮ Avatar : Gary Oldman

Ѽ Conte(s) : Anastasia
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Raspoutine

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 213

Evénement #85 : Sing On: The Musical [Fe] - Page 4 _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Lun 2 Oct 2017 - 20:53



Too much royal

Depuis qu'il avait du assimiler le fait que dans le passé qu'il a oublié, Grigori avait été un puissant sorcier noir qui a exterminé la famille impériale de Russie, il avait tout fait pour fuir la magie. C'était dur de trouver la rédemption sans se souvenir de ce que l'on a fait, mais c'était mieux ainsi. Pas par lâcheté mais par préservation. Il ne prendrait pas le risque de voir la magie assombrir son cœur ou les souvenirs remonter à la surface pour rappeler ce mage sombre qu'il avait en lui.
Cependant, quand il s'était fait ce serment, il ne pensait pas aller être confronté à la magie créée par le chant. Certes, en y réfléchissant, ce n'était pas surprenant : la musique, l'acte de chanter, avait un pouvoir libérateur dans le domaine des sentiments qui était fort. Mais jamais il n'aurait parié que ça soit assez puissant pour créer une énergie capable de frapper ses adversaires.
Le face-à-face entre Jasmine et Ali avait commencé cette série de duels et avait montré une grande violence, égale à la colère que la première semblait porter au seconde.

Cependant, c'est le passage de Kida qui l'avait certainement touché. Son message était sincère, et parvenait à transmettre ses idées en touchant directement le cœur de tout le monde. Mis à part les dictatrices qui les côtoyaient, ce qui était à la fois attendu et dommage.
Greg étira ses lèvres en un sourire sincère qu'elle adressa à l'atlante lorsqu'on vint perturber ses pensées.
Et maintenant... La voix du présentateur, que tout le monde semblait connaitre à part lui, mystérieuse, avait repris la situation, qui lui avait légèrement échappée, en main. Une nouvelle battle.

Il se tourna vers la princesse qui s'était avancée au milieu de l'assemblée. A ma droite, Princesse Opal, dont la voix cristalline n'a d'égal dans tous les royaumes. A ma gauche... Le présentateur observa Greg, avec insistance. Il mit quelques secondes avant de comprendre qu'on s'adressait avec lui. On exigeait qu'il prenne part à cette exotique barbarie. Pour le moment, on exigeait rien de plus que son nom. Gêné, car n'ayant pas établi de noms de code pour la couverture, il fut livré à lui même pour répondre.

Euhm.. Prince... Poutine.

Il avait eut à peine le temps de réfléchir, ce qui expliquait la piètre qualité du message. Il croisa le regard d'Anastasia, qu'il avait été surpris de reconnaitre en arrivant, lui exprimant ses excuses quant à cette ridicule fausse identité du regard, du mieux qu'il pouvait.

Prince... Poutine, du royaume... pareil que les autres dont nous allons découvrir la voix pour la première fois.

Et tous les regards se rivèrent vers lui, qui s'était aussi avancé face à tous, poussé par les événements. Oh c'est à moi de chanter ?
Il hésita un instant. Kida avait vraiment été inspirante. Son message était beau. Mais il vit hélas qu'il n'avait nul autre choix, et on le pressait légèrement. De toute façon, avait-il le choix ? Sa couverture était en jeu.

Hey Juuude... Il fit ces deux notes d'une petite voix, peu assurée, avant de s'arrêter, ne continuant pas la première chanson qu'il avait su apprécier depuis son arrivée à Storybrooke. Il croisa les yeux de Opal, une princesse qui n'était qu'une dictatrice qui prenait un plaisir répugnant à faire souffrir le peuple de ce monde.
Greg prit une inspiration. C'en était assez, il n'avait plus à se retenir pour une telle personne. Alors il commença à chanter une autre chanson découverte sur Youtube, d'une voix assurée.

"I used to bite my tongue and hold my breath
Scared to rock the boat and make a mess
So I sit quietly, agree politely
I guess that I forgot I had a choice
I let you push me past the breaking point
I stood for nothing, so I fell for everything


Il fit un pas en avant vers elle, impliqué dans la chanson, assuré. La culpabilité quant à cette vie de sorcier l'aidait sans doute se déterminer contre la dictatrice qu'il avait face à elle, mais quoiqu'il en soit, il avait choisi sa chanson, et ne s'arrêtait plus.

You held me down, but I got up
Already brushing off the dust
You hear my voice, you hear that sound
Like thunder gonna shake the ground
You held me down, but I got up
Get ready 'cause I've had enough
I see it all, I see it now...


Il prit une grande inspiration, pour faire retentir le puissant refrain de la chanson, mais Opal fit un pas vers lui, le coupant avec sa propre chanson, n'attendant pas la fin de celle de Greg.

Who the hell are you? My music cannot be tamed.
Don't you know you're screwed? My song will make your bones break.
If you wanna live, you get down on your knees.
Little boy I wanna see you booooow.


La magie commença alors à opérer : un halo rose se forma autour d'elle, encore inoffensif puisque se contentant de flotter autour d'elle sans frapper. Greg n'attendant pas davantage, et la coupa à son tour, entamant le refrain, fort, de sa chanson.

I got the eye of the tiger, a fighter, dancing through the fire
'Cause I am a champion and you're gonna hear me roar
Louder, louder than a lion
'Cause I am a champion and you're gonna hear me roar
Oh oh oh oh oh oh oh
Oh oh oh oh oh oh oh
Oh oh oh oh oh oh oh
You're gonna hear me roar

Now I'm floating like a butterfly
Stinging like a bee I earned my stripes
I went from zero, to my own hero


Mais quelques notes de la part de son adversaire eut raison de lui. Un halo vert s'était formé autour de Greg, une magie qui aurait pu frapper, mais cette couleur, cette magie, l'avait destabilisé. Il y avait quelque chose... qui était clair dans son esprit mais trouble dans sa mémoire. Que se passait-il ? Se souvenait-il de quelque chose ? C'était déjà trop tard pour le temps des interrogations : la magie rose de la princesse adverse quitta celle-ci pour venir frapper le corps entier de Grigori qui fut propulsé dans toute la salle, atterrissant lourdement aux pieds d'Anastasia.

Chouette la couronne, fit la voix sèche d'Anastasia, sarcastique, alors que lui se relevait, quelques parties du corps encore endolorie par une telle chute.
Une fois qu'il lui faisait face... un regard incroyablement gêné apparut sur son visage.

Anastasia, je ne voulais pas la porter. Je ne me serai jamais permis. C'était juste le temps d'une seconde, j'allais l'enlever avant qu'on ne m'enlève vers ce monde. Je ne l'ai plus mise ensuite, mais les événements m'ont obligé à la porter. Cette couronne... votre père était un grand homme, un homme mémorable, bien meilleur que je ne l'ai jamais été.

La réaction d'Anastasia était normale, il portait la couronne de son père, et au vue de leur trouble passé, voir un tel objet sur la tête de Grigori ne doit pas être un spectacle très agréable.

Ah ça... c'est certain.

Ce précieux souvenir... il est naturel qu'il vous revient de droit. Je ne sais pas comment, ni pourquoi on me l'a adressé, mais il est normal que vous la gardiez.

Pinçant les lèvres, Anastasia fit la moue, toujours certainement peu ravie de le savoir en possession de cette couronne. Vous devriez rejoindre princesse Funbetter, cher prince Poutine.

Il soupira, déçu. C'était si dur de trouver le chemin de la rédemption, il sentait que tout le chemin qu'il avait parcouru jusque là, aussi petit soit-il, avait été brisé en cet instant. Il se contenta d'hocher la tête sans grande conviction, avant de rejoindre Malfalia.
Le duel n'était pas fini, tout comme cette aventure. Greg espérait simplement que rien ne vienne réveiller ses anciens démons à travers toute cette magie... ou cette couronne. Le poids du passé était trop fort parfois, mais lorsqu'il n'était plus dans les mémoires, caché vicieusement dans le cours du temps que l'on traînait dernière nous, cela semblait être encore pire.


Greg : 95% Evénement #85 : Sing On: The Musical [Fe] - Page 4 3392629739



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

astra; bb
— a new age of magic and disgust

Malfalia


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Malfalia


╰☆╮ Avatar : Ashly bush

Ѽ Conte(s) : Sing on the musical Baby !
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Malfalia :cils:

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 8

Evénement #85 : Sing On: The Musical [Fe] - Page 4 _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mar 3 Oct 2017 - 19:41

Wouah. Princesse Kida avait envoyée quelque chose de vraiment bizarre. Je me sentais presque apaiser. Juste pendant un labs de seconde. Puis je me souvenais à quel point mon envie de les détruires grandissait comme une patate sur le grill. Bizarrement, la rage me revint d'un coup sec, elle englobait ma gorge et battait à tout rompre pour me donner des pulsions d'adrénaline. Regardez moi ses foutus princesses là. Elles ce croient les plus belles à chanter alors que non. C'était juste des paupiettes, voilà. Non mais comment ai-je pu être aussi débile au points de les vénérers ? Je me sentais diablement honteuse. Je les fusillais du regard en bouillonnant et en mâchonnant dans le vide comme si j'avais un stylo dans le bec. J'étais décider à en découdre. J'adorais Kida, mais j'espérais pour elle qu'elle était bien armée de vague d'apaisement, parce que je comptais avoir ma revanche coûte que coûte.

▬ « On dégagggeeeee ! »
M'annonçais-je, poussant le vieux débris dans le décors avec Nikos Ananas. Je me plantais fière, hautaine au centre d ela scène, défiant Opal du regard qui savourait sa victoire. Mais non ne te delecte pas tout de suite voyons, parce que tu allais très vite déchanter ma vieille. Ah, c'est fou ce que sa façade qui lui servait de trombine m'énervait soudainement. L'ambiance était à son comble. L'air était chargé d'électricité. De ma rage inouie qui donnait des coups jus dans l'air. Les regards étaient tournés vers moi, aussi volcanique que les miens. C'est pas parce qu'elles sont perchés sur dix mètres de talons que je devaus m'écraser ! Et de plus, je devais réussirs ce test pour les détruires davantages après. Juste le temps de savourer ma future victoire. Je me penchais pour prendre le micro qui était par terre.

Mon cœur désirait ardemment ce venger. Je fixais les princesses d'un regard sévère et de conquérante. Un nuage rose m'enveloppa pendant quelque instant. Un sourire malicieux s'installa sur mon visage, alors que les princesses reculaient, un peu apeurée. J'aurais voulu rire à gorge déployée. Mais le son de la mélodie appelait mon cœur. Moi, ce que je voulais, c'était juste chanter. J'avais toujours voulu faire que ca. Chanter, et ne pas être muselés. Pourquoi on devait souffrir des repressions du royaume ? Le peuple devait ce soulever, et je ménerais ce combat avec eux ! La confiance qui baignait dans mon être maintenant le nuage rosée autour de moi. Puis il disparu, et il était temps que quelqu'un éduque ses princesses. Un sourire étirait chaque recoins de mes lèvres, alors que je levais un regard déterminer vers elle.

« Putain mais c'est quoi ça encore ? » grogna Hazel, assise dans un coin de la scène, toujours menottés avec sa ferme intention de ne pas chanter. Franchement, Haz, t'abuse. Lève tes fesses et viens savourer ! On s'éclate tellement.

▬« Did I studder? I'm princess Funbetter, you'd better get ready to run.
I can taste your fear and just and just on my way here I threw 50 princesses into the sun.
My song tamed all the unicorns of the east. »
Ma voix cinglait les mots comme ci ils étaient brûlant dans ma bouche. Je les dirigeais avec brutalité vers chacune des princesses, en m'avançant vers elle dans une attitude provocatrice. Je m'approchais d'Ambrosia, chantant chaque parole comme ci je les retournais comme une arme en plein dans son visage. Je claquais mes dents dans le vide avec insolence non loin de son oreille. Je la contournais pour m'approcher d'Opal, un sourire sournois, effleurant le bout de ses épaules en lâchant un nouveau flot de paroles. « My beat's so sick you'll cannot resist.
I have get rid of my obsession.
And now it's time for the revolution! »
Le son de ma voix, me baignait d'un nuage rose, qui m'entourait comme une force que je pouvais posséder. Je sentais que je pouvais le déplacer, par la seul force de mes propres mots.

Alors comme ca, on a voulu jouer ? Laisser moi vous montrer comment on fait.

Je me demande si je pouvais le modeler ...Mon esprit imaginait quelque chose de grand, alors que je puisais dans la force qui me permettait de manipuler ma fumée. Elle prit peu à peu la forme d'une gueule béante. Elle était assez allongée, et elle s'ouvrit sur de puissantes canine qui ce dirigea vers Allegro et Ambrosia. La tête de dragon passa sur elle dans le but de les gober, avant de disparaître. Leurs regards étaient la plus belle vengeance qu'on pouvait bénéficier au monde. Il était beau, mon dragon hein ? Mes yeux cherchèrent une nouvelle victime de choix, alors que je m'avançais lentement comme un predateur vers Opal. Donc tu as gagnée, c'est bien ca ? Laisse moi te faire connaître le goût de la défaite.

▬ « I'm only your worst nightmare. » Je crachais ses mots comme si j'avais avalé les chausettes d'Hobo. Croyez moi, vous ne voulez pas qu'il retire ses chaussures. Ja-mais. Un nuage enveloppait Opal à présent. Je me nourrissais déjà de défaite. Je mordais à pleine dent, comme une bonne muselé que j'étais.

« Crap I think I'm screwed. » Lâcha Opal. Haha. Hahaha. Je limitais la distance qui me séparait d'elle en m'approchant, l'oeil brillant. Elle ressemblait à une petite souris apeurée. Et le gros vilain chat allait la croquer.

▬ «  I gave my slaves free health care. Maybe even more. And fourteen paid sick days.
I'm Princess Funbutter and I'm here to stayyyyyyyy. »
Poussais-je la voix, alors qu'Opal fut projetée très très loin. Petit Ami avait commencer du bras, mais Ambrosia l'avait réprimée du regard. Il aimait bien ma chanson. Le jury étaient bouche bée. Même les princesses ne semblaient plus savoir quoi dire, ballotés dans le chocs. Un silence avait couvert l'assemblée. Je gardais le micro en mains, lançant un dernier regard de défis aux princesses, avant de rejoindre de nouveau ma place. Une de moins. Nikos applaudit ma performance, m'acclamant. Les muselés qui travaillaient en coulisses c'étaient arrêter pour nous regarder. Une chaleur envahis mon cœur. J'étais leurs espoirs à tous. Je tournais un coup d'oeil vers Hazel qui affichait une mine mortifée. J'avais gagnée hein ??? Dite le que j'ai gagnée ! Les muselés m'acclamèrent, alors que je les fixais sans rien dire, surprise de leurs reactions.

C'est moi qui avait fait ca ? Avec ma voix j'avais des pouvoirs magiques ? J'avais défait Opal de son pied d'estale ? Une joie inouie enveloppait mon regard. Je tournais un regard surexcité vers Hazel.

▬ «  Ta vue ? Ta bien vue hein ?? » m'excitais-je. Oups. Ma couverture. Je me reclais la gorge pour reprendre un air autoritaire et fixer Hazel avec impertinence. « Prend en de la graine, muselée. » affirmais-je, avec impérialité.

« Ouais. C'était plutôt badass. Pour une fois. » Répondit t-elle. L'ombre d'un sourire passa sur mes lèvresn alors que je me tournais pour faire face aux princesses. Ouh loulou que ca envoyait du paté de chien de la mère michelle.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Life is beaufitul baby

by Wiise



Anastasia Romanov


« Tête Couronnée »


Anastasia Romanov


╰☆╮ Avatar : Ashley Clements

Ѽ Conte(s) : Anastasia
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Anastasia Romanov

✓ Métier : Traductrice & profiler linguistique
☞ Surnom : Anya / Cam
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 7628

Evénement #85 : Sing On: The Musical [Fe] - Page 4 _


Actuellement dans : « Tête Couronnée »


________________________________________ Mar 3 Oct 2017 - 22:23

Evénement #85 : Sing On: The Musical [Fe] - Page 4 667537bannsingon2

Le jury s'observait, toujours sous le choc. Les princesses Ambrosia, Allegro et Opal échangeaient également des regards interrogateurs, observant Funbutter, son prince et ses Muselés du coin de l'œil.
- La tension est palpable cet après-midi à I Stole Your Voice, souffla Nikos par habitude et totale inutilité.
Personne ne broncha suite à cette remarque. Les uns et les autres étaient trop occupés à attendre le verdict du jury qui palabrait à voix basse depuis une éternité. Ou disons, cinq bonnes minutes. Depuis que Malfalia avait fait éclater les pronostics, en fait.
Finalement, Patrick, le plus âgé des trois, se racla la gorge, signe que les discussions avaient pris fin.
- Il y a des instants qui ont parfois quelque chose de magique, un éclat, une pureté... Ces instants sont rares et cet après-midi, Funbutter, c'est un de ces instants que nous a offert.
Il marqua, lui aussi, une pause empreinte de suspense.
Anastasia retint un soupir, se demandant s'ils allaient y passer la journée ou pas.
- N'oubliez pas que le choix a été difficile, avança Jenifer.
- Que vous avez tous et toutes quelque chose de spécial, compléta Matt.
- Mais aujourd'hui nous avons décidé de choisir Funbutter pour les quarts de f...
Patrick s'interrompit, croisant le regard compatissant de Nikos. Les artistes, et plus généralement les showmen(et women) aimaient le direct, la gloire, le public. C'était difficile pour chacun d'eux de travailler dans l'ombre, de savoir que leurs avis musicaux éclairés seraient à jamais secrets.
- Bref c'est Funbutter qui a gagné, conclut précipitamment Patrick.
Anya coula un regard intéressé vers Ambrosia, curieuse de sa réaction. Elle n'était ni surprise ni déçue de ne pas chanter, ayant compris dès les premières vocalises de Funbutter qu'ils avaient trouvé leur gagnante.
D'ailleurs, Ambrosia ne prit pas la peine de contester la victoire et l'accueillit avec un sourire en coin.
Mains jointes sur le bas de son ventre, elle s'avança d'un pas royal vers Funbutter et lui sourit.
- Bravo, nouvelle princesse. Tu as gagné... Tu as gagné le droit d'organiser le gala de princesses de ce soir.
- OH C'EST VRAI ???? s'écria Funbutter, ravie.
- Mais bien sûr que c'est vrai... Tu vas organiser le gala pour célébrer les 30 ans de notre victoire princière sur ces sales petits Muselés... C'est un immense honneur que d'organiser cette fête, précisa Ambrosia, mielleuse.
Sans attendre de réponse, la princesse et ses amies tournèrent les talons. Elle n'avait pas fait quelques pas qu'elle reprenait, sans pour autant prendre la peine de faire volte-face :
- Oh et... fais comme chez toi ! Princesses Jasmine, Kida et Anastasia font aussi partie de mes invités. Tu n'as qu'à demander à Michael Caine le majordome de te montrer où ranger tes Muselés !
Sur ces mots, elle quitta définitivement le studio, laissant nos aventuriers d'un jour (enfin plutôt deux vu comme c'est parti) et... Petit Ami. Le jury, en effet, s'était éclipsé dès qu'il avait annoncé le résultat et Nikos avait suivi le mouvement.
Funbutter était toujours au milieu de la scène et Anastasia en profita pour s'approcher d'elle, posant délicatement sa main sur son épaule.
- On dirait que tu as tout déchiré, Funbutter... A moins que tu sois... disons une autre personne que celle que tu prétends être ?
Anastasia sourit d'un air complice et ne tarda pas à reprendre pour ne pas affoler la jeune fille.
- Ne t'en fais pas, je ne vais rien lui dire... Elle a l'air de bien vouloir te croire. Au fait, dans les autres royaumes y a des princesses plutôt cool et.. gentilles, si ça peut te consoler.
Pour toute réponse, Funbutter vrilla les tympans de la rouquine :
- OH MON DIEU ANASTASIA JE T AIME !
Sans qu'Anya n'ait le temps de réagir, Funbutter, décidément très expansive, lui sauta dans les bras.
Un peu décontenancée, Anastasia ne réagit pas immédiatement mais finit par tapoter maladroitement le dos de la jeune fille.
- Euh... Merci. Enchantée moi aussi.
- Franchement je sais pas qui est l'idiot qui a ramené Raspoutine mais je lui ferais bien manger un manche à balai ! s'exclama Funbutter sans discrétion aucune.
Le cri venait du cœur. Anya coula un regard dans la direction de Grigori qui avait parfaitement entendu maintenant que le silence était revenu.
- Je crois que tu veux parler du Prince Poutine, ton... prince, corrigea Anastasia en souriant, plus parce que la réaction vis-à-vis de son "ancien" (?) ennemi l'amusait que parce que les politesses l'exigeaient.
Puis la rouquine se pencha vers Funbutter pour ajouter à son oreille :
- On n'est peut-être pas filmés pour la télé mais on pourrait l'être pour du vrai et ce serait dommage que tu grilles ta couverture... Même si j'apprécie l'attention. Je crois que nous sommes entre amis, reprit-elle à haute voix en fixant intensément Petit Ami.
Ce dernier opina.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
From Russia, with Love
Though the scars remain and tears will never dry
I'll bless my homeland till I die

           
©️BESIDETHECROCODILE

Carlisle L. Evil


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


Carlisle L. Evil


╰☆╮ Avatar : King Tom Hiddleston

Ѽ Conte(s) : La Belle et la Bête feat les Légendes Arthuriennes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Maestro Forte / Loth Pendragon

☞ Surnom : Carlie
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 631

Evénement #85 : Sing On: The Musical [Fe] - Page 4 _


Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Mer 4 Oct 2017 - 22:02

Evénement #85 : Sing On: The Musical [Fe] - Page 4 Tumblr_m6w7ws6ulz1qzmpuho2_r4_250Evénement #85 : Sing On: The Musical [Fe] - Page 4 Tumblr_nm0sb5e8ZS1u86wepo1_500
Impossible n'est pas une déclaration; c'est un défi.


Pendant toute cette mascarade, il avait agit, docilement, simplement, avec la précision de son métier. De son Art. Seul retranchement dans lequel il avait pu trouver refuge. Trouver un semblant de sécurité. Un semblant de logique. Un semblant de sens.

Rien n’avait le moindre sens.

Carlisle était un homme cartésien, pragmatique. Très philosophe mais également d’un terre-à-terre que sans doute, il n’aurait du avoir compte tenue de sa ‘particularité’ toute Storybrookienne. Mais c’était là le nœud du problème, sans nul doute. Car Carlisle, en dépit ou sans doute à cause de son passé, de ses origines, de sa mésaventure avec la magie avait décidé de tout simplement la réfuter en ce monde. Celui qu’il avait été n’existait tout bonnement pas, et l’Orgue Forte n’était qu’un lointain, très lointain et obscure cauchemar. Une présence, un souvenir évanescent, une bribe de rêve à peine esquissé. Un tabou. Un rejet. Plein et entier.

Jusqu’à maintenant. Jusqu’à être transporté de son propre appartement à ce monde ridicule. Jusqu’à être transformé en poupée de chiffe, manipulable et manipulée, marquée à l’encre et réduite à n’être rien de plus qu’un esclave amusant une galerie de jeunes filles mal-élevées. Jusqu’à voir des volutes de magie volées ça et là, dans un capharnaüm sans nom.

S’en était trop.

Jouer lui avait permit de scinder son esprit loin de tout ce qui venait de se passer. La magie, les paillettes, les chants provoquant lumières et vagues de pouvoir. Il était parvenu à les traverser sans même céder à l’envie de hurler au scandale, à l’impossibilité, à l’imbécilité, à la moquerie ! Mais désormais…. Désormais seul face aux touches, il devait affronter une réalité que tout son corps réprouvait et fuyait. Refusait.

-Ne me touchez pas.

Sa voix était basse, sifflante. Agressive et coupante, et Anastasia, qui s’était approchée de lui, se figea, à quelques pas du piano.

-Je n’en avais pas l’intention, dit-elle, d’un ton égal, sans heurt.

Visiblement, l’agressivité de sa voix n’était pas assez audible pour la princesse. Empli d’une rage sans nom jusqu’aux bords des lèvres, Carlisle passa une main presque tremblante sur son visage, s’attardant un instant sur sa bouche.

-Ce n'est pas possible, murmura-t-il après un instant, comme pour lui même en fixant le lustre du piano. Tout cet univers est... impossible. Rien ...n'a le moindre sens.

-Mais... si je peux me permettre... vous aussi vous venez du monde des contes, non ? La magie c'est monnaie courante là-bas dans mes souvenirs.

Les yeux de Carlisle se clorent, un frisson malsain venant lécher son échine. Faire mention de son ‘passé’ était une grossière erreur si elle avait pensé l’apaiser un tant soit peu. Rien ne faisait plus horreur à Carlisle que ses véritables origines. Un fils de rien, un professeur incomprit. Un moins que rien, dans un univers de gredin. Tout ce qu’il était dans ce monde, il se le devait et il en jouissait en pleine connaissance de cause. Les prolétaires qu’il foulait au pied n’était que des fainéants que Carlisle prenait plaisir à opprimer. Si lui était sorti de la fange, qu’ils le tentent aussi. Quand bien même ils étaient voués à échouer. Carlisle n’en savourerait que plus son triomphe.

-Un monde des contes ? Oh mais ça a l'air chouette !

Rouvrant les yeux, Carlisle fusilla sans préambule l’importun qui avait osé s’adresser à lui. Petit ami, aussi ridicule que son prénom, l’observait avec des grands yeux, dégoulinant d’une bienveillance qui donna à Carlisle la nausée.

-La magie n’existe pas! éructa-t-il, hors de lui. Ce sont des sornettes! Des fables! Cela n'existe que dans les livres d'enfant!

-Admettons., concéda-t-elle, en jetant un regard à Petit Ai. Mais alors, que se passe-t-il quand nous chantons ?

-Ce n'est pas possible, ne comprenez vous pas! Toutes ces... Paillettes et ces fumées ce sont des balivernes, cela ne peut pas être!

-Bah si je peux me permettre l’interrompit Petit Ami, j'étais là aussi et c'était bien réel... Puis ça swinguait grave !

- Je suis pas sûre que ça aide ce que vous dites, intervint Anastasia, au moment où Carlisle levait sa main, avec raideur.

-Je vous demanderais... De ne pas m'interrompre. Ni même de me parler. Ais-je été suffisamment clair ?! s’écria Carlisle, avec une haine palpable, aussi bien dans la voix que dans le regard, qu’il tourna vers l’imbécile heureux. Anastasia, vous êtes la plus... Cohérente de cette cohorte, ne comprenez vous pas? Tout cela ne peut pas être . C'est impossible, cela n'a rien de rationnel!

Subitement, elle pinça les lèvres, comme cherchant un argument qui n’existait pas pour le convaincre, avant de prendre une moue des plus sceptique, et pour cause ! Petit -Ami venait tout simplement de voir son visage s’illuminer d’une idée visiblement extrêmement intelligente. Or vu le quotient intellectuel que dégageait son regard de décérébré, l’on pouvait craindre le pire. Et Anya eue bien raison de craindre son idée subite…

-Magic Everywhere…

Sainte Patience, Satan roi des Anges et Saint Georges tout puissant !…

-Come step inside this storybook, continua sereinement l’imbécile, tendant la main à Carlisle, qui, ouvrant de grands yeux horrifiés, refusa tout bonnement de la prendre.

Ce qui créa une légère moue sur le visage de Petit Ami qui, pas désarçonné pour une seconde, s’approcha de Carlisle et le prit directement sous les aisselles. Ce qui, en un sens, eue l’effet escompté puisque Carlisle se redressa, absolument outré d’une telle familiarité.

-You’ll be amazed each time you look,
And marvel at the magic all around you,
As pixie dust falls from a star!


Une fumée pailletée et dorée se mit à tournoyer autour de Carlisle, se mouvant au rythme de l’horrible son que produisait Petit-Ami.

-It touches you and here you are
One wish away from all you’ve dreamed
This world of wonders
A place like no other on earth !
TOUS EN CHOEUR
Magic everywhere, celebrate the magic!


-ASSEZ!

Sans attendre coup de semonce, Carisle émergea de l’épais nuage de poussière dorée, attrapant Petit-Ami par le col avant de lui asséner une gifle des plus retentissantes. Aussitôt, la poussière s’évapora et Carlisle serra ses doigts autour du tissus de la chemise de Petit-Ami en l’en déchirer sous sa haine.

-Avisez vous de refaire cela une seule fois et je jure de vous arrachez les cordes vocales!

Sa voix comme son regard brillait d’une lueur de haine profonde, si violente que Petit-Ami émit un couïnement plaintif. Hors de lui, Carlisle le repoussa avec violence, faisant tituber l’opportun qui se rattrapa comme il put en l’invectivant d’un ‘Mais vous êtes fou!’qui rendit Carlisle plus violent encore qu’il ne l’eut été jusqu’alors. Poussé par une colère sourde, il s’avança à nouveau vers l’imbécile, son poing se levant pour briser le nez de et énergumène des plus irritants.

N’eut été Kida qui, silencieusement, s’était approché et posa sa main sur l’épaule de Carlisle, l’interrompant dans son mouvement.

-Stop.

Sa voix était douce, posée. Puissante pourtant. Cela n’enleva rien à l’acidité de celle de Carlisle.

-Retirez votre main. Immédiatement.

Doucement, la jeune femme retira sa main, sans ciller de son regard, ni se départir de son expression probablement pacifiste, mais incroyablement irritante aux yeux de Carlisle.

-Mais stop.

-Vous, fit Carlisle, d’une voix sifflante, se tournant lentement pour pointer son index vers le visage de la jeune femme. Ne me touchez plus jamais. Sorcière.

-Je ne suis pas une sorcière, répondit-elle d’un ton très calme. Et je n'hésiterai pas à vous toucher de nouveau s'il est question de vous arrêter dans un mauvais choix que vous faites.

La réplique provoqua chez Carlisle un rictus mauvais.

-Vous osez.. Juger du bon ou du mauvais de mes choix? siffla-t-il, avant de perdre patience. Vous participez à cette mascarade et vous osez juger de mes choix ?!

La jeune femme eue une sorte de pouffement, outrancier, suivit d’un sourire en coin, qui demandèrent tout deux à Carlisle beaucoup d’effort pour ne pas la frapper.

-Mais nous participons TOUS à cette mascarade Carlisle répliqua-t-elle avec une douceur odieuse, qu'on le veuille ou non... vous aussi... et en frappant à mort ce pauvre individu vous donnez raison aux princesses de vous considérer comme un moins que rien. Nous participons tous... mais nous pouvons toujours choisir de contourner les règles... c'était mon choix et cela vous ne pourrez pas me le reprocher car je pense que vous êtes un homme d'esprit...

-Vous n’êtes qu’une simplette.

La voix de Carlisle fut sans équivoque, mue d’un profond mépris et d’une colère sourde. A cet instant, il n’était plus sûr que d’une chose, celle de devoir quitter au plus vite cette pièce avant de massacrer la prochaine bonne âme pétrie de bonnes intentions qui aurait l’audace de venir tenter de le sauver.

Ce qu’il fit, tournant les talons pour traverser à pas rapides la pièce, dont il ouvrit les deux portes à la volée. Avant de les claquer avec violence, il eue tout juste le temps d’entendre la voix de Petit-Ami, probablement emplit d’un soudain accès de courage.

-Vous devriez penser à aimer ! Aimer vous rendrait plus aimable!

Les portes claquèrent avec violence, coupant Carlisle de ces imbéciles heureux qui semblait considérer comme normal que la magie vocale puisse exister.

Diables en soient loués.

Habité par sa nervosité, Carlisle passa sa main dans le col de sa chemise, desserrant un peu le tissus pour tenter de respirer mieux. Il perdait le contrôle. De lui même, de son existence. Cela n’avait même pas à voir avec ce fichu monde, cette perte partait de beaucoup plus loin. De beaucoup plus profond. Il avait tout perdu le jour où il avait rompu avec Antropy et depuis, il ne faisait que survivre, au gré des émotions plus ou moins violentes que son âme acceptait encore de ressentir.

Et rien au monde n’était plus pathétique.

Sans s’en rendre compte, Carlisle traversa l’immense couloir fait de rose et d’or, sans même le voir, guidé par la lumière de l’extérieur, que le bout du hall promettait. Une bouffée d’air frais lui permettrait de se rassembler, de songer peut-être, de comprendre moins sûrement. Le monde entier avait perdu le moindre sens et voilà qu’il tentait de le comprendre sans en connaître ni les contours ni les formes, ridicule pantin offert aux affres du destin.

Ses mains agrippées à la rambarde de marbre, Carlisle ne voyait rien de l’extérieur, tant il se sentait… Démuni soudain. Il n’éprouvait aucune culpabilité à l’encontre de l’idiot qu’il avait rossé mais c’était de lui même qu’il se sentait le plus coupé. Le plus éloigné. Il ne se reconnaissant plus, ne se connaissait plus même. Rien de sa stature et gloire passée n’existait plus.

Rien. Hormis la musique.

Inspirant sourdement, Carlisle mit quelques instant à le voir. Mais dès qu’il le vit, il ne put se contenir, traversant la petit véranda à pas mesuré pour venir caresser le poli du piano qui reposait là. Seul. Droit. Majestueux dans sa stature, et fort dans ses fondations. Tout ce qu’il avait été. Et n’était plus. Lentement, Carlisle vient s’asseoir, caressant les touches brillantes, avant de fermer les yeux. Et de jouer le premier morceau qui lui traversa l’esprit.

-Give me love like his.

Un murmure, seul, les yeux clos. Jouant pour la première fois depuis fort longtemps. Carlisle n’avait pas touché à un instrument de tous les mois de rupture avec Antropy. Trop douloureux. Trop compliqué. Que faire quand ses doigts n’avaient de jouer encore et inlassablement ses morceaux. Ses musiques. Ses mots, qui en fait, étaient les leurs.

-'Cause lately I've been waking up alone,
Paint splattered teardrops on my shirt,
Told you I'd let them go,
And that I'll fight my corner,
Maybe tonight I'll call ya,
After my blood turns into alcohol...


N’était-ce pas exactement ce qui l’avait poussé à prendre cette maudite couronne ? L’alcool. Il devrait peut-être cesser d’en boire tant. Les yeux clos, il cessa de chanter, réalisant soudain à quel point ce n’était pas sa voix qu’il souhaitait entendre. Mais la sienne. Allait-il bien ? Tasha allait-elle bien ? S’étaient-ils aperçut de sa disparition ? Le souhaitait-il ? L’espérait-il ou valait-il mieux l’oubli ? L’inconscience ? Le déni ?

Que valait-il mieux pour lui ?

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
- EVIL-
Evénement #85 : Sing On: The Musical [Fe] - Page 4 1564953189-eviltiger28Evénement #85 : Sing On: The Musical [Fe] - Page 4 S6c9xdtc2tm
It's you, it's you, it's all for you. Everything I do. I tell you all the time, heaven is a place on earth with you. Tell me all the 
Things you want to do. They say that the world was built for two, only worth living if somebody is loving you.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t81019-young-man-came-from-h http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t43600-narcissisme-latent

Thalia E. Yâsamîn


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Thalia E. Yâsamîn


╰☆╮ Avatar : Gemma Arterton

Ѽ Conte(s) : Aladdin
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Jasmine, la princesse qui n'est pas le premier prix d'une tombola. Ni d'un loto. Ni d'un stand à la fête foraine. Compris ?

☞ Surnom : Even
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 75

Evénement #85 : Sing On: The Musical [Fe] - Page 4 _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Jeu 5 Oct 2017 - 22:49


Vamos a la piscina !

À quoi avait voulu jouer Aladdin? Si son but était de me laisser pantoise, eh bien il avait réussi. Je devais me faire violence pour empêcher ma mâchoire de décrocher, tandis que mon poing était refermé sur la bague que je m'étais empressée de retirer de mon doigt dès que j'avais été relevée par mes nouvelles amies princesses. Que ce qu'il lui avait prit? Me parler de rêve bleu... de mariage... C'était lui qui était parti. Qui avait brisé tout ça. Il n'avait pas le droit de remuer le couteau dans la plaie. C'était du passé. Je ne voulais plus jamais avoir quoi que ce soit à faire avec lui.

Je chassais ces pensées amères en secouant la tête et glissais la bague dans une poche discrète de mon pantalon bouffant. J'aurai très bien pu la renvoyer au visage d'Aladdin, mais Opal avait passé son bras sous le mien pour m'entraîner à sa suite. Je laissais ainsi les autres pour suivre Ambrosia, en adressant tout de même au passage un regard à Anya, en essayant de lui faire passer un message. "On se retrouve plus tard. Je gère." Dommage que la télékinésie ne soit pas inclus dans le package de la chanson magique.

- Ah c'était vraiment pas une mauvaise idée de faire gagner cette Funbutter. Ça fera moins de travail pour nous et plus pour elle. Jasmine, puisque tu es notre invitée, qu'est-ce que ta fainéantise à envie de faire jusqu'à la fête de ce soir?

Donc tout avait été fait exprès, hum? Je n'arrivais pas à savoir si elle disait la vérité ou si elle préférait faire semblant pour ne pas admettre que Funbutter était la plus douée. Au moins, elle n'était pas de mauvaise humeur. On allait peut être pouvoir arrêter de boire et chanter pour enfin pouvoir enquêter un peu plus dans la sobriété et la détente.

- Hum... Pourquoi pas nous détendre un peu? On pourrait se faire dorloter dans un spa toutes ensemble ou bien pourquoi pas peaufiner nos bronzages au bord d'une piscine?

Ce qu'il fallait, c'était rester ensemble. Et que notre petit groupe puisse papoter en toute tranquillité afin de connaître quelques détails bien croustillants et utiles.

- Comment c'est trop une bonne idée!

Un sourire éclaira mon visage devant l’enthousiasme d'Opal qui nous entraîna à sa suite, toute excitée. Elle alla ouvrir la porte de la cage d'escaliers, s'arrêta et pinça les lèvres comme si elle venait de réaliser quelque chose de particulièrement important.

- En fait on peut carrément être plus fainéantes et prendre l'ascenseur.

J'approuvais en applaudissant son idée et me glissais dans l'ascenseur qui referma ses portes pour nous faire monter à quelques étages. "Total Eclipse of the Heart" passait toujours en fond, et Opal chantonna doucement les paroles qu'elle semblait connaître par coeur. Je fis de même en échangeant avec elle un regard complice.

Arrivées au bon étage, les portes s'ouvrirent sur une rangée de cabines aux portes colorées dans laquelle chacune alla s'engouffrer pour se changer. Il y avait dans l'air une odeur délicieusement sucrée, un peu comme le parfum d'un diabolo fraise ou d'un sirop de fruits. Pas de chlore ou d'odeur de pieds. Le paradis!

Alors que j'allais retirer mes vêtements, je repensais à ce que Opal m'avait appris. Ma voix avait des pouvoirs. Elle pouvait, normalement, tout faire. Alors pourquoi pas transformer mes habits de princesse en bikini? Je toussotais pour racler ma gorge, visualisais un joli maillot doré dans mon esprit et commença à chanter.

"Ce soir je serai la plus belle
Pour aller nager
Nager
Pour mieux évincer toutes celles
Qui vont se pavaner
Pavaner
Ce soir je serai la plus sexy
Quand on me verra plonger
Plonger"


Je m'étais essayée à une petite reprise façon piscine. Mais même si ma voix était aussi juste que possible, je n'eus pas le résultat auquel je m'attendais. À la place d'un maillot de bain dévoilant mes formes avantageuses, une sorte de vague s'écrasa sur ma tête, trempant mes vêtements et décoiffant mes longs cheveux bruns. Je restais quelques secondes à papillonner des cils, un peu sous le choc, et surtout un peu trop habituée à ce que la magie fonctionne sur le champs. Apparemment, il me restait encore quelques ajustements à faire avant de devenir la princesse magique parfaite.

Heureusement, dans la cabine, qui était immense et luxueuse, se trouvait un mini dressing dans lequel était rangés une bonne cinquantaine de maillots et bikinis différents. C'était bien moins fun que de se changer en chantant, mais je trouvais mon bonheur et pu quitter la cabine habillée d'un bikini doré comme je le voulais. À mes côtés apparue Allegro, toujours habillée de sa robe, qui se mit à faire quelques vocalises parfaites pour se changer. Et bien sûr, sur elle, ça fonctionna. Elle prit un air snob et plein de défi, qui me donna l'irrésistible envie de la pousser dans la piscine par surprise pour effacer son horrible petit sourire. Étant donné mon aspect trempé, elle devait avoir compris que je m'étais royalement loupée.

- Ex-sirène. Tu peux pas test.

Et moi je suis Princesse Jasmine et je suis célèbre dans le monde entier, chérie. Alors pas la peine de se vanter alors que tu n'es qu'à moitié sardine.

Je réussis à ravaler les paroles qui brûlantes qui menaçaient d'exploser comme un volcan en éruption, et je me laissais plutôt glisser dans l'eau turquoise et parfaitement chauffée de la piscine. Qui était d'ailleurs la piscine la plus incroyable que je n'avais jamais vu. Et pourtant, j'avais vécu dans un palais arabe. Les bassins qui en mettent pleins les yeux, ça me connait. Celle-ci était à l'image de tout ce que j'avais pu voir jusqu'ici. Tape à l'oeil, démesurée et pleine de petites surprises. Au centre du bassin se trouvait une fontaine en forme de licorne et de statues dorées. Dans l'eau des poissons multicolores et des petits dauphins roses nageaient joyeusement, sans avoir l'air effrayés par les nageuses. Il y avait même des flamants roses au bord de la piscine. À l'autre bout de la pièce se trouvait le spa, fermé par une porte vitrée à la poignée décorée d'un gros rubis. Je trouvais ça à la fois bling-bling et magnifiquement exagéré. C'était difficile de se décider.

- Je suis tellement contente qu'on soit de nouveau qu'entre nous. Cette princesse... Funbutter n'a vraiment rien pour elle. Et vous avez vu les horreurs avec lesquelles elle se promène? Des soit disant princes à l'aspect miséreux et des Muselés... D'ailleurs... en parlant de ceux là... Comment apparaissent ces muselières ? Plutôt mourir que de se réveiller avec l'un de ces affreux tatouages dans le cou !

M'accrochant au bord du bassin, j'éclatais de rire pour faire passer plus facilement ma question. Le but de tout ça n'était pas uniquement de prendre du bon temps et détendre mes muscles dans cette eau parfaitement chauffée et qui sentait drôlement bon. J'étais surtout là pour enquêter.

- Oh mais ne t'inquiète pas, Jasmine. Ça n'apparaît pas sur les princesses. D'ailleurs, ça n'apparaît pas tout court, c'est appliqué.

Je tournais la tête vers Allegro, qui faisait l'étoile de mer. Elle avait l'air encore une fois tout à fait disposer à répondre à mes questions. Elle était vraiment ma princesse préférée. J'allais être un peu triste de devoir la trahir, on s'entendait si bien !

- Appliqué ? Comme si on les avait marqué au fer façon vaches dans un ranch?

- Comparaison très intéressante... Oui, c'est à peu près ça. Et tu veux savoir quelque de particulièrement ironique ? C'est la Matrone Noire elle-même qui les applique !

Toutes les princesses se mirent à rire de manière diabolique à sa révélation, et je m'obligeais à rire avec elles, même si je ne comprenais rien. Il valait mieux jouer aussi les hyènes.

- La Matrone Noire? Son nom me dit quelque chose, mais je dois avoir encore un peu la gueule de bois parce que je n'arrive pas à me remémorer son visage....

Mon excuse avait l'air crédible, car Opal se mire à rire de nouveau.

- Toi t'es encore plus bourrée que moi ! Ça fait plaisir! C'est une grande dame noire et maigre qui ressemble à un corbeau. C'est elle qui a perdu la Guerre de la Musique. Oh d'ailleurs... Tu sais quoi ? Hier on a croisé sa fille ! Elle voulait CHANTER avec nous. Si tu savais à quel point on s'est marré !

Tout en caressant la tête lisse et rose d'un dauphin qui était venu nager autour de moi, je ris aussi, même si ça n'avait absolument rien de drôle.

- Sa fille ? Une muselée ? Qui se pensait capable de chanter en choeur avec des princesses ? J'espère que vous lui avez rappelé ses droits. Ou plutôt qu'elle n'en a aucun.

- C'est exactement ce qu'on a fait. Elle n'est pas prête de rechanter!

Ambrosia afficha un sourire ravi, fière de ce qu'elle avait fait. Le parfait exemple de la fille qui en harcèle une autre à l'école... Elle avait pensé à grandir un jour? À se remettre un peu en question?

- Tu crois que les Muselés s'imaginent qu'un jour, ils vont pouvoir chanter de nouveau? Je sais que ça n'arrivera jamais, mais c'est mignon la façon dont ils espèrent encore.

- Pff d'ici à ce qu'ils trouvent comment se libérer de leur muselière... Tu n'as vraiment pas à t'inquiéter. Ça ne peut pas arriver.

Elle accompagna sa déclaration d'un geste de la main dédaigneux. Avant de poser ma question suivante, je sortis de l'eau et d'une démarche élégante alla prendre au mini bar se trouvant prêt d'une rangée de transats un verre rempli d'un cocktail bleu qui sentait bon les fruits exotiques, pour ensuite aller m'asseoir au bord de la piscine, les pieds dans l'eau.

- Mais... il existe un moyen pour les libérer ? Cette marque pourrait être effacée?

Je bu une gorgée de ma boisson légèrement alcoolisée, en essayant d'avoir l'air aussi innocente que possible en demandant des informations aussi importantes. Ou du moins qui me semblaient l'être.

- Il faut un trifecta. Mais de toute façon, ils sont trop bêtes pour savoir ce que c'est.

Hum... est-ce que je lui disais ou pas que moi non plus je n'avais aucune idée de ce dont elle pouvait bien parler? Non. Il valait probablement pas. Autant prendre une autre gorgée de mon délicieux cocktail à la place. Plutôt m'affliger une autre gueule de bois que de risquer de dire une grosse bêtise qui m'enverrait dans un cachot ou connaître le même sort tragique qu'une reine française à l'époque de la Révolution.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
dance magic dance
At least I miss trips around the world. Don’t mean a thing if I ain’t your girl. A little party never killed nobody, so we gon’ dance until we drop, drop. ▬ Right here, right now’s all we got.

Ali Nacer


« Prince de la Savane »


Ali Nacer


╰☆╮ Avatar : ❤Deniz Akdeniz❤

Ѽ Conte(s) : Aladdin
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le héros au coeur pur

✓ Métier : Sultan -Directeur de l'Orphelinat
Evénement #85 : Sing On: The Musical [Fe] - Page 4 190520033225205483

☞ Surnom : ❤ Pocket ❤
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 7850

Evénement #85 : Sing On: The Musical [Fe] - Page 4 _


Actuellement dans : « Prince de la Savane »


________________________________________ Ven 6 Oct 2017 - 17:36

À quoi avait voulu jouer Aladdin?  La réponse était très simple. Je voudrais une seconde chance.  Je voudrais que tu m'accorde ton pardon. Une chance de s'écrire un nouveau départ , pour cessez de vivre dans mon passé. Une façon de tourner la page et ne plus vivre avec le remord d'avoir blessée mon premier amour. Parce que je ne pouvais pas empêcher d'être ronger par la culpabilisation. Je m'en voulais d'avoir été le fiancé en fuite.  De l'avoir abandonné alors que nous allions nous marier. Pourquoi j'avais agis de la sorte ? Parce que j'avais tellement peur de ne être à la hauteur de ses attentes.'De ne pas être le parfait Prince charmant. De prendre les responsabilités d'un royaume. Parce que j'étais effrayé à l'idée de ne pas pouvoir la combler de tout ce qu'elle désirait. Parce que  je suis avant tout un va-nu-pied . Un orphelin qu'il ne s'était jamais fait réelement aimer d'un amour véritable. Donc m'engagerMais  ce j'avais  fait je le  regretterais toute ma vie d'avoir brisé mon rêve bleu , car aujourd'hui je suis encore à la recherche de ce rêve. Que ce rêve m'empoissonait .Ce rêve me tuait , mais je me battais pour survivre en gardant espoir que je pourrais avoir une seconde chance. 

Je me sentais enfin prêt de vivre ce que j'aurais pu avoir avec ma princesse : une fin heureuse. Une fin ou on serait uni par un alliance, l'amour et le lien du sang car je pourrais t'offrir ce que j'ai toujours voulu : une petite princesse, rien qu'a nous.  Mais princesse qui es-tu ?  Je rêvais de cette  princesse qui portait  une robe blanche avec  une longue traine qui frôlait le plancher. De  pouvoir sentir le parfum de son bouquet de fleurs . De la voir devant l'autel .Mais son visage était caché d'un voile.. Un voile qui me cachait celle qui m'était destinée. Est-ce que c'est cette princesse pourrait être toi ?  Je me sentais prêt à dire : Oui pour la vie. Mais il me fallait une seconde chance de courtiser l'amour. Car un rêve se vit  seul, mais à la réalité se vit à deux. 

Je devais aller galantiser la Princesse turquoise, pour qu'elle m'offre cette seconde chance ou qu'elle rompe le sortillège qu'elle m'a jetée, car elle avait ensorceler le Karma pour qui soit contre moi. Cette malédiction m'empêchait de m'épanouir, car je me sens incapable d'oublier nos souvenirs. D'oublier toutes ses voeux que je devais lui promettre. 
Je me tenais bras croisés dans un petit coin , pas très loin du garçon pacifique : Hobo.  J'avais réussit a me libérer de mes chaines. Parce que tout le monde le sait Aladdin est connu pour être le roi des Voleurs. J'espère que c'est écrit dans votre ABC truc machin. Peu attentif à ce qui se passait autour de moi, depuis le dernier duel de chant . Parce que je me plongeais dans mes pensée. J'avais toujours été un peu lunatique. Mais je m'y perdre complètement j'avais entendu quelques mots : Gala, ranger des muselés. Non il n'était pas question que je termine dans un placard, sauf si celui ci était magique qui me permettait de rejoindre Jasmine. Je prenais mes esprits, quand la princesse partait avec ses nouvelles copines.  Je m'apprêtais à la suivre, mais c'était une mauvaise idée, je devais plutôt m'éclipser en discrètement. 

Alors que tout le monde prêtait attention à cet homme que je ne connaissais pas du tout: Carlisle. Mais heureusement qu'il était en train de peter une petite crise, parce que c'était la diversion parfaite, pour m'éclipser dans l'ombre vers la sortie, et de partir à l'aventure dans le palace. Mais Hazel s'exclamait à haute voix : ''Eh ! y a Ali blablabla qui essaye de filer à l'anglais !" Mais c'est quoi son problème à elle ? Elle ne pouvait pas s'occuper de son petit copain :Hobo.  C'est lui qui a besoin d'attention de sa part, pas moi.  Je n'avais qu'une envie lui montrer les dents et la mordre. Mais qu'est-ce que je raconte moi ? À force de me tenir des muselés je commence à vouloir agir comme eux.  Pour  rassurer les autres sur l'échec de ma tentative de me fuir .' Elle raconte n'importe quoi , je cherchais la salle de bain ''  Puis je me rapprochais de la croqueuse de princesses.  Je lui murmurais , parce que je n'avais pas envie que tout le monde se mèlent de ce que je m'apprêtais à lui dire. Sauf Kida qui pourrait parce que c'est la plus compréhensive. Celle a qui je pourrais accorder ma confiance aveuglement. Et surtout parce que c'était celle qui se souciait vraiment de moi.  ''  Tu sais la magnifique jeune femme qui se trémoussait devant moi . J'arrêtais de parler quelques secondes pour me mémoriser ce souvenir. 

 Tout ça pour éviter de dire le mot princesse, parce que je n'avais pas envie de me retrouver avec des crocs dans le bras.  C'est ma fiancée..Enfin Ex c'est un peu compliqué, Je suis sur que tu peux comprendre, après tout ta relation avec Hobo est un peu compliqué aussi.  Je poursuivais sur mon histoire, avant qu'elle me tabasse parce que j'étais toujours convaincu qu'Hobo et elle allait un jour vivre un Happy Ending ensemble. Il fallait juste qu'il arrive un peu a communiquer.. À se parler. Et justement ça que je devais faire avec Jasmine, discuter ou tout simplement lui chanter une belle sérénade romantique pour qu'elle puisse baisser sa garde à mon égard.  Parce que je suis sur que ma voix la toujours autant vibrer  On devait se marier, faire des enfants et vivre heureux. Je devais devenir l'héritier du trône mais j'ai paniqué à cause de tout ça. Au lieu que ça soit la mariée qui se sauve.. C'était le marié qui était en fuite. '' Je prenais mon souffle, avant de poursuivre. '' Donc tu comprends je dois aller faire la coure pour avoir une seconde chance dans ma vie '' Je fis à Hazel une petite moue du chat potté pour la supplier de me permettre de partir. 

Soudainement pris par surprise, la rouquine me poussait brusquement  contre mur en face d'elle en me disant : Tu  me dégoûtes !  Je ne comprenais pas pourquoi une telle réaction ? Je n'avais pas dit le mot Princesse. Elle a un problème contre les  Mariages ?  Elle est frustrée parce que j'ai parler de sa liaison avec Hobo ? Elle ne devrait pas être fâchée pour ça. Elle devrait me remercier que j'essayais de lui ouvrir les yeux. Parce que pauvre petit regardez le, je suis sûr qu'il est comme moi, un pauvre rêveur qui n'arrive pas à  vivre un rêve dorée avec sa muselée. 
***
Pendant quelques secondes mon sourire se crispait sous la douleur a mon dos . Elle avait du répondant et de la force , la demoiselle vampirique. Quand mon dos s'adossait brusquement contre le mur. Un truc inattendue se produit , je vais de déclencher un mécanisme secret sur un passage secret .Et j''ai même pas eu la chance de dire la phrase magique pour ouvrir le passage s'ouvrir. C'est quoi la phrase magique : Sésame ouvre toi ! Il mène ou le passage secret ?  Une caverne aux merveilles ?  Dans le repère des princesses ? Je perdis l'équilibre,tombant par arrière.  Sur un toboggan. Je glissais  dans la glissade jusqu'à..

Je disparus de la vue de tout le monde sur ses derrières paroles de la part de Hazel:  "bon débarras" Comment ça bon débarras ? Je suis sûr qu'elle allait  s'ennuyée sans ma présence. Parce qu'au fond j'étais convaincue qu'elle m'aimait bien. Et que sa haine envers moi, était comme sa manière de me démontrer qu'elle tenait à moi.  Ensuite on pouvait entendre le petit ami dire : C'est pas de bol, c'était la sortie d'égouts pour quand... Disons que des fois les choses se passent mal au studio et qui'l faut évacuer les matières mortes. Je l'avoue je suis une matière morte. Je meurs d'impatience de retrouver Jasmine. J'agonise à force de vouloir vire une réalité bleu. 

J’atterris sur le dos plaqué sur un sol dur et humide. Je grimaçais un peu sous le choc. Allongé, je regardais le plafond, attendant que la douleur se calme un peu. Puis une odeur désagréable s'attaqua à mes narines. Ça me rappelait l'odeur que j'avais sentis avant d'être téléporté dans ce royaume.  C'était quoi une sorte de prémonition qui se fait ressentir par l'odorat ? Je tournais ma tête sur le coté, pour apercevoir une eau stagnante et vaseuse,, y avait  des trucs non identifiables qui flottaient. Je n'avais pas envie de savoir c'était quoi.  Puis quelque attirait mon attention quelques secondes , j'avais l'impression d'apercevoir un coeur rabougri , mais tu n'es pas sur. Et je n'avais pas envie de vérifier non plus. Parce que comme dans toutes mes missions. J'ai eu une envie de vomir. Je devais faire vite et ne pas m'attarder dans cet endroit. 

Je me relevais pour ensuite marcher sur le rebord de pierre. Il faisait un peu noir. Je devais donc surveiller ou je mettais les pieds et être attentif à trouver une sortie. Je marchais un petit bout evitant de regarder dans l'eau.  Ne faisant aucune connaissance douteuse comme des rats, ou des tortues ninjas.  J'ai finalement trouver une sortie. J'avais trouvé un autre tobogan. Un moins long que je pourrais escalader pour remonter à la surface en tant que matière vivante. 
Je commençais à l'escalader, mais je fus un échec. Je perdis pied jusqu'à tomber dans l'eau malpropre. Malheur à moi j'allais imprégner de ce mauvais parfum. 

Heureusement j'avais la bouche fermée, je n'avalais pas une gorgée.  Mais j'étais heureux de pas terminer noyer dans cet eau peu profonde. Parce que je savais pas nager. Décidément, pourquoi chaque fois que je pars à l'aventure dans un autre royaume, je finis toujours par faire trempette. Encore heureux, je n'étais pas tombée sur une demoiselle électrisante. Par contre , ma belle chevelure couleur corbeau était à présent mouillé et sale. Comme ma peau qui n'était pas recouverte des vêtements d'Hobo. 

Mais comment ça se faisait qu'un homme qui était agile avait échoué en essayant de grimper une glissade. Tout simplement, parce que j'avais perdue de la force dans les jambes , perdit un peu de mon agilité à cause d'une blessure musculaire à la cuisse durant mon sauvetage en Russie. J'avais eu quelques complications par la suite..durant le mois.  Je retentais donc mon deuxième fois de monter vers l'issue. Réussis ! 
***
Ou qu'est-ce que j'ai tombé ? En observant les lieux, je pouvais apercevoir que je me retrouvais dans une cuisine. Une cuisine déserte ! Est-ce que j'allais prendre le temps de cuisiner un petit repas romantique pour un tête à tête avec la Princesse ? Non ! Je n'avais pas le temps. Le petit repas ou pic-nic improviser sera  pour plus tard.  Mais je pris quand même le temps de prendre un verre d'eau et de me rincer un peu le visage et les cheveux  grâce au lavabo, pour être un peu présentable quand même.  Par contre je ne pouvais rien faire pour l'odeur. 

Alors que je m'apprêtais à quitter la cuisine et continuer ma petite exploration. Sur le comptoir il avait un joli panier de rosier , avec des pommes rouges.  Je décidais donc de dérober le fruit de l'amour. Est-ce que j'étais une petite collation pour la route ? Mais non ! J'étais ma tactique pour séduire pour les femmes. Je savais que la princesse serait un peu troublé a aller de revivre notre première rencontre. Cette rencontre ou elle avait volée une pomme et mon coeur. Cette rencontre ou elle avait effleurée ma main pour prendre la pomme. Ce fruit avait un grand rôle à jouer dans notre histoire de coeurs.  Symbole de Cupidon en main , je quittais la cuisine pour me retrouver un couloir. Qu'est-ce que je fais ?  Je continuais mon chemin vers l'ascenceur. Laissant derrière moi des traces sur le plancher et de l'eau parce que je dégoulinais.  

Dans l'ascenseur, il avait sept petits boutons. et une musique : Total Eclipse of the Heart qui jouait. Au lieu de me concentrer sur la musique . Je me demandais : J'appuis sur lequel de ses boutons ? Je commençais à dire une petit comptine d'enfant dans ma tête : 1, 2, 3, 4 ma petite vache à mal aux pattes .Tirons-la par la queue .Elle ira bien mieux .dans un jour ou deux .Tirons-la encore .Elle pondra de l’or! Mon doigt pointa le '' Sept ''. Le chiffre était sympathique à cause de l'expression du septième ciel , mais aussi parce que c'était un chiffre très puissant en magie. Même si je préférais sincèrement le huit parce que si on couchait le signe sur le coté. C'était le symbole de l'infini. L'infini me faisant penser à un amour éternel.  C'était ma petite théorie sur les chiffres , car vous avez que les Arabes sont très doués avec les chiffres ? Peu importe !  L'ascenseur montait jusqu'à l'étage. Je me retrouvais de nouveau face a un couloir, avec tous pleins de portes. 

Des portes que j'aurais bien voulu explorer pour me trouver une tenue plus adéquate. Mais je n'aurais pas l'occassion d'accomplr ce désir, car un homme m'interpellait en sortant d'une pièce. Grillé ! Il m'examinait de la tête aux pieds.  Je ne disais rien c'était plus prudent. Après m'avoir dévisager , il me disait : Les domestiques sont de plus en plus répugnants de nos jours. Et puis-je savoir ce que vous faites ici ? C'est au 4e que vous êtes attendu. 

Je devais jouer le jeu, me mentir en me faisant passer pour un serviteur. Il me demandait ce que je faisais sur cet étage. Je lui répondis : Je cherche la Princesse Jasmine. Je suis son serviteur attitré par la Princesse Ambrosia et je me suis perdu.  Espérant qu'il croit ma petite histoire. Il sortait  un mouchoir  de sa manche comme les petits vieux , il  l'installait  sur sa main. Étrange comme comportement, c'est quoi il a peur d'attraper des microbes. C'est le genre de petit monsieur qui a peur des bactéries et qui s'achète une tonne de liquide désinfectant. Je l'avoue je ne suis pas full propre en ce moment, mais il a une limite à me manquer de respect.Il m'escortait vers l'ascenseur. Il appuyait sur le chiffre '' Quatre''.  Il avait encore cette chanson : Total Eclipse of the Heartl qui jouait. Décidément ca semblait un gros hit dans ce monde.  L'homme qui me laissait seul. Heureusement parce que pendant que je descendais les étages. Je décidais de me déshabiller. Pourquoi ? Mais non c'est pas ce que vous croyez ! Je ne jouerais pas le strip-teaseur ,comme dans les films de filles.  Parce qu'il a toujours un beau mec qui arrive pour divertir les demoiselles durant leur petite fête entre copines. Quoi que ça aurait pu drôle, mais très choquant !  Je décidais de me revêtir mon costume de va-nu-pied, que j'avais garder sagement dans mon sac attaché à ma ceinture. Par la suite, je glissais les vieux vêtements d'Hobo dans le sac, pour lui redonner par la suite, malgré l'odeur que dégageaient ceux ci. 
***
Je m 'incrustais donc à cette petite fête privée. Je venais de combler l'un des fantasmes du Prince. Celui d'avoir le droit  d'être témoin et invité pour une fête en bikinis autour de la piscine-spa. Parce que j'avais déjà eu l'idée d'organiser une petite soirée autour de la piscine. Mais je n'avais pas oser, par peur de me faire tuer et dévorer par une renarde. Un délire que mes colocataires m' interdisaient. Elles avaient raison de me l'interdire, c' était pour préserver la pureté et l 'innocence du va-nu pied.  Je ne pouvais pas ramener aucune femme dans mon lit. Quoi que j'en ramènerais jamais. Et j'en avais pas envie. Mais j'aimais me faire croire le contraire. Pour entretenir ma réputation de chaud voleur. En faites , j'attend la bonne pour perdre ma petite innocence sous la couette, ou sur tapis volant. Parce que ça doit être géant comme délire ! J'essais de vous croire que j'ai eu pleins de copines après Jasmine. Mais ce n'est pas le cas. Parce que ce que je cherche c'est un rêve bleu. Pas des aventures bleues.  Je ne pouvais meme pas inviter  un ami à la maison pour jouer avec moi à ma console de jeux vidéos ou boire une bière. Ah ces femmes toujours en train de me mener par le bout du nez. 

Je m'avançais vers un drôle de petit bassin qui faisait dix centimètres de profondeur .C'était quoi une piscine pour enfant ? Ou sont les douches pour que j'en prenne une et que je sois présentable ? Pas de douches , ça faisait perdre des points à cet endroit merveilleux . Au moins je pouvais nettoyer mes pieds, pour qu'ils soient propres. Comme ça pas d'odeur de pieds ! Parce que les demoiselles aiment que les pieds des hommes sentent bons !  Et tout simplement parce que je sais que Jasmine était une grande fan de mes pieds. Sinon pourquoi avoir choisis un va nu pied comme fiancé ? Sans doute parce qu'elle avait du gout. Je suis quand même un beau monsieur. J'aurais pu patauger dans la petite piscine, mais j'étais un peu impatient de retrouver la Princesse. Alors que je marchais vers la grande piscine, j'observais l'endroit  ou je me trouvais . C' était à couper le souffle. Un endroit qui pourrait faire fantasmer un garçon comme moi pendant plusieurs années.  Un espace digne du palais d'Agrabah et de ma maison présentement. C'était luxueux et féerique à la fois, parce que je pouvais apercevoir des flamants roses sur le bord de la piscine, une fontaine à l'image d'un de mes meilleurs amis : Alex, qui avait été une licorne autrefois.  Cet endroit me plaisait, c'était à mon goût. Ce qui me plaisait d'avantage c'étaient les sirènes(princesses) qui nageaient dans l'eau. Surtout une en particulière, mais celle-ci se trouvait assise sur le rebord de la piscine, en train de boire son petit cocktail. 

Surprise par ma présence, les nageuses s'agitaient dans l'eau. Elle venait de m’apercevoir. Puis la princesse Ambrosia s'exclamait:  Non mais regardez comme il est sale ! Et après ça ose dire que ça n'a pas la rage ! Beurk !  Sale c'était un grand mot, j'avais pris la peine de me débarbouiller un peu dans la cuisine et j'avais pris la peine de laver mes pieds. Si elle voulait que je sois entièrement propre, fallait qu'elle me donne l'opportunité de nager avec les petits poissons multicolores et les dauphins rosés.  En plus elle était vraiment ingrate, elle disait que j'avais la rage. Le seul symptôme de la rage que j'avais c'était celui de baver un peu trop, en observant le plus convoité des Joyaux d'Agrabah : Jasmine . Elle qui était magnifiquement vêtue d' un maillot dorée. Un maillot d'une couleur qui me plaisait , parce que les voleurs sont souvent intéressé par la richesse et l'or. Son costume de bain représentait exactement cette image . Mais il n'avait pas seulement le peu de tissus sur ma princesse qui était à mon gôut. Son maillot était juste là pour m'agacer l'esprit ,pour que je la dévore encore plus du regard. Parce que je bouillait au fond de moi. Que je transpirais de désirs. 
Physiquement elle était parfaite. J'aimais aussi sa personnalité, dominatrice. J'aimais quand elle prenait ses airs hautains. Quannd elle prenait son attitude petite princesse pourrie gâté, elle tenait tête.  J'appréciais aussi son coté rebelle , provocateur . Son petit  avec un petit brin  de folie quand elle se laissait guider pour vivre une aventure.  J'appréciais aussi ses défauts, malgré le fait que ceux-ci m'en faisaient voir de toutes les couleurs, car je savais que la princesse n'avait pas tendance à avoir le pardonner facilement. Elle était rancunière. Elle préferait mettre les tords sur moi. Même si elle avait des tords elle est aussi ? Elle faisait quoi pendant ces dernières années ?  Pendant que moi je déprimais, parce que j'étais incapable d'oublier tous nos souvenirs, de tourner la page sur notre histoire d'amour et surtout d'oublier l'image parfaite que j'avais d'elle. Ça faisait juste prouver que le rêve bleu n'était pas le monde en couleurs qu'elle désirait . Quelle ne voulait pas  que nous soyons deux amants qui découvrent l'amour et qui partarge ce rêve à deux. 

Alors que les princesses se demandaient pourquoi un muselé était en cavale. Et je se trouvais devant elles. Je leur fis une révérence pour être courtois malgré leurs regards méprisants a mon égard. Je voulais  leurs  montrer que je pouvais me comporter comme un Prince. Et que malgré le sang impur qui coulait dans mes veines , je pouvais être le Prince charmant que Jasmine avait désiré. Mais aussi que je pouvais être le parfait '' petit ami ''.  Si elle désirait agir  de la même manière que  sa nouvelle copine Ambrosia, envers son homme. J'étais prêt à me faire mépriser, à devenir son petit larbin, si ca valait la peine que je me fasse pardonner. Et qu'elle m'offre ma rédemption. Mais aussi pour qu'elle est une meilleure image de moi.

- Je m'excuse d'interrompe votre petite soirée, je vous explique  pourquoi je me retrouve ici parmis vous. Je voudrais offrir mes services , je voudrais devenir l'esclavage ou le serviteur , pour combler tous les désirs de Princesse Jasmine. Pour lui prouver la loyauté, vous me permettez je voudrais pour chanter une chanson en son honneur..et offrir ce cadeau, car je sais qu'elle apprécie les pommes..

Je lui tendis le fruit de l'amour. Parce que la pomme était le fruit qu'on utilise le plus souvent souvent dans les sortilèges de ce sentiment. Puis un rictus se dessinait sur mes lèvres. Ce sourire qui la faisait craquer autrefois. Puis je m'assis de ses côtés, mettant mes pieds mes pieds dans l'eau à mon tour et je commençais à chanter cette chanson Je lui enlevais son verre des cocktails des mains, pour le déposer sur le bord, parce que je voulais toute son attention . 

Ohhhhh ohhhhhh ohhhhhh ohhhhhhh
tes yeux, tes yeux
Rendent les étoiles éteintes en comparaison
tes cheveux, tes cheveux
Tombent parfaitement sans même tu fasses un effort
Tu es tellement belle
Et je te le  dirais  tous les jours

Je pris doucement sa main dans la mienne, caressant de mon pouce la paume de sa main.  J'étais déçu de ne pas y voir la bague à son doigt. Ne sachant pas pourquoi elle avait retirée celle-ci. Mais j'essais de me consoler en pensant qu'elle l'avait peut-être enlever, simplement parce que ça pourrait apparaître étrange de vouloir épouser un muselé quand elle possédait le statut de Princesse.  Mais autrefois, cela n'avait pas d'importance.  Je lui déposais un baiser la main. Puis je m'arrêtais de chanter quelques instants, car sous ma chevelure frisée ma note de musique se mit a m'irriter. Je ressentis une brûlure, mais pas au point de verser quelques larmes comme avec Kida.  Ou même de m'évanouir sous la douleur. Je resserrais simplement un peu plus fort la main de Jasmine. Cherchant un peu de compassion et de réconfort, Ou même un peu d'amour  restant de notre rêve bleu. Puis la douleur s’estompait. Je continuais a chanter la chanson, le reste de la chanson. 

Ouais, je sais, je sais
Quand je te  fais des compliments

Tu ne me croit pas

Et c'est tellement, tellement triste de penser tu  ne vois pas ce que je vois

Tes lèvres, Tes lèvres
Je pourrais les embrasser toute la journée si elle me laissait faire
Ton rire, Ton rire
Tu le détestes mais je le trouve trop sexy
Tu est tellement belle
Et je te  le dirais  tous les jours
Oh tu sais, tu sais, tu sais
Je ne te demanderais jamais de changer
Si la perfection est ce que tu recherches
Alors tu n'as qu'à rester toi même


J'approchais mon visage du sien, pour l'admirer encore de plus proche. Mon regard se posait  sur la bouche de la princesse. Comme dit dans la chanson, j'aurais tellement voulu l'embrasser. Au moins une dernière fois, avant qu'elle me rejette . Mais je ne pouvais pas poser mes lèvres sur les siennes,  simplement parce que ça ne  se faisait pas d'embrasser une femme sans sa permission. Parce que je désirais qu'elle est la même envie de la mienne. Je voulais un baiser d'amour véritable . Mais je caressais quand même sa joue du dos de ma main. Sa peau était si douce. Si parfaite ! 

Malheureusement pour moi, ma princesse prenait une mine vraiment dégoutée  surtout  quand je me penchais pour lui murmurer dans notre langue natale :tati ealaa al'amir! kam maratan kunt taqribaan sataemal qiblatan ly? ,L'arabe. 
Traduction:
 
Pourquoi cet air dégoutté ?  Elle me devra des explications. Un tête à tête s'oppose pour une discussion.  Parce que je ne comprenais pas sa réaction. Certes elle m'en voulait , ou elle cachait elle simplement son jeu ? Ou elle ne voulait pas s'avouer que je lui créais le même effet. Qu'elle me procurait .  Jasmine, comme toutes les princesses sur mon chemin était difficile à cerner.  Pauvre de moi ! Ses princesses étaient pire qu'un puzzle . Puis Opal s'approchait de Jasmine et  elle se penchait à son oreille, après quoi, Thalia se mettait à  hurler : MICHAEL CAINEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE !

 Je me relevais vivement prit de panique. C'était qui lui son garde du corps ? Qu'est-ce qu'elle faisait ? Obéissait-elle à un ordre ou elle avait vraiment envie de se me repousser et de se débarrasser de moi ?  Encore une fois, je serais dans le doute. Parce qu'autrefois elle aimait bien les balades romantiques, surtout que celle ci la complimentait. Et flattant son égo.  Donc je ne comprenais pas son attitude envers moi. 

Soudainement, dans un nuage rose bonbon. L'homme qui m'avait guider vers l'ascenseur apparut en se téléportant aux cotés de Jasmine. Et lui disait : Vous m'avez fait demandé ? Ma princesse me brisa le coeur, en  me laissait dans l'incertitude car elle disait au majordome : Conduisez le à sa juste place. Mais ou se trouve ma place ?  Auprès des autres muselées ? Dans la suite princière de la Princesse Jasmine ou je pourrais enfin discuter en toute intimité avec elle ? Savoir enfin si j'avais enfin le droit à ma seconde chance et savoir si pour le reste de notre quête, je pourrais être considéré comme '''petit ami '' . Pour plus de précision devenir son muselé . Ou je devais m'attendre au pire ?  Ou était ma place ? Je me l'étais toujours demandé. Ou est ma place dans ce monde ? Sans doute dans le monde des rêves ou tous mes rêves étaient des réalités, ou je pourrais rêver d'un rêve à deux. 

Le majordome ressortait son fameux mouchoir. Je savais qu'il n'avait pas le rhum ? Il ne voulait certainement pas transmettre la rage aux princesses. Oui j'avais la rage. La rage d'être laissé dans l'incertitude. La rage de savoir si un jour, je pourrais être aimer.. Il s'approchait de moi, et me tenant le bras avec son mouchoir. Avant de disparaître dans un nuage couleur amour..

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Evénement #85 : Sing On: The Musical [Fe] - Page 4 190617043142784568
Fait de moi un Prince
   
.Je suis montée trop haut,Allé trop loin,Je ne peux plus retourner d'où je viens.Dans la poussière d'étoiles ...Naviguons dans le temps,Infiniment,Aux mille nuits ...Aux mille nuits ...Qui durera ...Pour toi et moi ...Toute la vie! Tel la Prophétie du Genie
 
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79496-terminer-une-verite-n http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80968-king_-of_-thieves

Kida


« Mangez 5 fruits
et légumes par jour ! »


Kida


╰☆╮ Avatar : Saoirse Ronan

Ѽ Conte(s) : L'Atlandide, le monde perdu
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Kida

☞ Surnom : Fanny
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 797

Evénement #85 : Sing On: The Musical [Fe] - Page 4 _


Actuellement dans : « Mangez 5 fruits et légumes par jour ! »


________________________________________ Ven 6 Oct 2017 - 23:36


Sing On


Si la victoire de Malfalia l'avait fait avoir un sourire en coin, elle avait largement moins apprécié le peu de réaction de la part d'Ambrosia. Il n'y avait rien de plus dangereux qu'une eau trouble sans mouvement. On ne voyait pas le danger venir ce qui le rendait d'autant plus... angoissant et inattendu. Qu'avait-elle donc derrière la tête pour réagir de la sorte ? Il commençait à y avoir beaucoup de choses à gérer en même temps : Carlisle qui perdait son sang froid, le fait qu'ils ne savaient toujours pas comment ils étaient arrivés ici ni même comment en repartir et maintenant ça...

Ils arrivèrent de nouveau dans le hall. Le groupe était presque au complet. Il manquait cependant certaines personnes comme Ambrosia ou Thalia qui avait sans aucun doute dû aller jouer l'agent double auprès de ces insupportables princesses. Et Ali qui avait dû désespérément la suivre pour tenter de reconquérir son cœur. La jeune Atlante pris le parti de ne pas s'approcher de Carlisle pour le moment. Il semblait avoir l'âme en feu... peut-être valait-il mieux le laisser revenir à ses esprits avant de tenter une approche. Ses yeux se posèrent alors sur le prince Poutine ou plutôt Raspoutine... Elle se souvenait des premières paroles qu'Anastasia lui avait dit, ainsi que les mises en gardes de Malfalia. Il lui avait semblait inoffensif mais peut-être que l'impératrice avait raison de se méfier, après tout, elle le connaissait bien mieux que la blonde aux cheveux d'argents. Kida s'approcha alors de lui en souriant et lui dit d'un ton avenant et humoristique, afin de le mettre à l'aise.

- Tout va bien ? Je vois que qu'on a su vous grimer en véritable prince... Vous montez en grade !
- Si un jour on m'avait dit que cela arriverait, je ne l'aurai pas cru. Je ne suis pas digne d'un tel titre, porter cette couronne... je crains que je fais preuve d'un grand irrespect envers un grand homme bien plus honorable que moi.

Elle hocha la tête d'un air compatissant. Non pas qu'elle pensait que la royauté devait se mériter, mais elle avait toujours appris que le rôle de dirigeant venait avec de nombreuses responsabilité, qu'on devait mériter de la porter. Mais cela ne devait pas être de même partout car il ne semblait pas qu'Ambrosia, Opal ou la troisième ai un quelconque mérite à être princesse.

- Oui... Anastasia m'a touché deux mots sur votre histoire commune... il semble y avoir un passif entre vous et sa famille, je me trompe ?
- J'ai... je vous avoue que si elle est en mesure de vous raconter cette histoire, je le suis moins. J'étais autrefois au service de sa famille. Une famille pour qui j'avais beaucoup d'affection. Et je me suis réveillé dans la neige, en décembre dernier, sans aucun souvenir des dernières décénnies. Il n'y avait qu'Anastasia pour me décrire les années où les ténèbres et la magie noire m'ont atteint pour massacrer les Romanov...

Kida voyait bien qu’il avait du mal à lui raconter ça, cela semblait beaucoup le touche.

- Je ne peux pas comprendre ce qu'il s'est passé. Ce que je sais, c'est que cette couronne, je ne l'oublierai jamais. Elle appartenait au père d'Anastasia. Je ne sais pas comment est-elle venue à moi, mais ce n'est pas à moi de l'avoir, encore moins de la porter.
- Ne vous en faites pas nous allons trouver la raison de cette venue à vous... peut-être... peut-être qu'elle est là pour vous faire comprendre quelque chose ? Ou bien vous apportez là rédemptions que vous cherchez ?
- Puissiez-vous avoir raison

Il avait un visage plein de gratitude tandis qu’elle avait posé une main sur son épaule pour le réconforter et le regardait avec une certaine empathie. Son âme semblait véritablement pure, lavée de tout mauvais songe et mauvaise ombre, véritablement repenti et désireux de changer les choses. L’Atlante se devait tout de même de garder ses doutes bien au chaud car le mal était parfois bien mieux dissimulé qu’on ne veuille bien l’accepter. Il faudrait alors redoubler de visiblement et de prudence et quoi de mieux que de le mettre dans la confidence de son plan ? Soit proche de tes amis, encore plus de tes ennemis, elle avait pu s’exercer à cet entraînement il y avait bien trois ans de cela.

- Veuillez m'excuser de vous poser une telle question, je suis peut-être un peu trop curieuse mais... comment est-ce qu'un homme aux sombres desseins et au cœur impur peut devenir tel que vous une fois ses souvenirs envolés ?
- Oh, et bien... si je ne le comprends pas tout à fait, je peux tout de même imaginer que mon coeur a été, d'une certaine manière, corrompue par les ténèbres. Remplaçant l'amour par la haine. Si cet homme dont vous parlez, plein de haine, fut à l'origine guidé par l'inverse, alors, je dois bien croire qu'en effet, c'est possible de le ramener à cet état. J'en suis la preuve, je crois.
- Sans doute oui ! Vous savez quoi ! Je comptais essayer de comprendre comment nous sommes venus ici comment en repartir... cela vous tente de m'accompagner dans cette mission ?
- Cela m’enchanterait !

Il avait souri avant de lui prendre le bras qu’elle lui avait tendu. Elle avait observé ce geste la première fois en regardant un film seule, dans le studio d’une ancienne connaissance à Londres et elle avait trouvé cela très chic et avait espéré le refaire un jour. Elle appela alors le majordome comme elle avait vu les autres princesses faire et celui-ci été apparu devant eux dans un nuage rose bonbon, tenant toujours son mouchoir sale à la main.

- Vous m’avez fait demandé ?
- Oui… nous aimerions parler à Ambrosia… pourriez-vous nous mener jusqu’à elle, s’il vous plaît ?

L’homme lui tendit alors un de ses bras set présenta à Greg l’autre, tout comme elle l’avait fait quelques secondes auparavant et ils se firent téléporter vers le 5e étage de la vaste demeure. Michael Caine leur désigna alors des fauteuils et canapés d’un geste gracieux en l’accompagnant de paroles courtoises :

- Je vous demanderai de bien vouloir patienter ici le temps que nos Princesses se préparent.
- Bien entendu, merci…

Kida s’assit, imitée par Greg tandis que le majordome s’apprêtait à partir. Une illumination arriva de plein fouet à l’esprit de la jeune femme… comment diable était-il capable de se téléporter ainsi ? C’était bien comme cela qu’ils étaient tous arriver, non ? En savait-il plus qu’il n’y paraissait ?

- Dites Michael... je peux vous poser une question ?

- Bien sûr votre… Guidance…
- Vous semblez un véritable expert dans le domaine de la téléportation... comment faites-vous cela ?

Ses yeux papillonnèrent comme s’il la prenait soudain pour une demeurée de poser une question aussi simplette.

- Eh bien... votre Guidance, je chante, pardi ! Dans ma tête. Tous les majordomes ont cette formation, sinon Mesdemoiselles les princesses doivent attendre que nous montions les escaliers.
- Oh... oui... c'est évident... veuillez me pardonnez mais je suis encore quelque peu étrangère à ce monde et ses coutumes... peut-être pourriez-vous m'aider... il est arrivé une chose étrange lorsque j'ai chanté… Une vague a soudain envahi les gens autour de moi, une vague bleue et fumeuse… et elle les a apaisés. Comment une telle chose a-t-elle pu arriver ?
- It’s a kind of magic.


Il avait uniquement murmuré ses mots, de manière mystérieuse et étrange avant de s’enfuir… Très bien, donc pas de réponse, juste quelques questions de plus. Kida observa Raspoutine avec des yeux ronds tandis qu’une femme sévère fit irruption près d’eux et se mit à rabrouer son compagnon d’aventure :

- Et bien alors ! La préparation de la salle ne va pas se faire toute seule !

Le « prince Poutine » lui jeta un regard désolée et elle lui répondit par un regard et un sourire légèrement gêné tandis qu’il suivit la femme qui descendait déjà les escaliers à toute hâte. De son côté, la blonde argentée se mit à repenser aux dernières paroles du majordorme. It’s a kind of magic… Cela lui rappelait les paroles d’un groupe qu’elle aimait tout particulièrement pour sa fantaisie et son énergie solaire et rayonnante : Queen. Elle ferma alors les yeux, serra ses poings sur ses genoux et se mit à taper du pied en rythme tandis qu’elle se souvenait de la mélodie. Elle se mit alors à chanter dans sa tête :

It's a kind of magic
It's a kind of magic
A kind of magic
One dream one soul one prize one goal
One golden glance of what should be
It's a kind of magic

Une brise s’élèva alors et fit virevolter ses cheveux quelques seconds. C’était vraiment étrange mais plutôt intéressant. Elle s’apprêta à recommencer lorsque soudain, la porte s’ouvrit à la volée, découvrant les princesses dotées de nouvelles robes. Kida se leva d’un bond en lissant la sienne et s’approcha d’Ambrosia sans regarder les autres et encore moins Jasmine pour éviter de lui griller sa couverture :

- Ambrosia, je peux te parler un instant ?
- Bien sûr…

Il était temps de monter sur scène tandis que les autres princesses se dirigeaient vers l’ascenseur, les laissant toutes les deux. Elle colla un sourire ravie sur son visage avant de lui dire :

- Je me suis aperçue que je ne t'ai pas remercié pour ton invitation à venir dans ce monde alors... merci beaucoup!
- Mais je t'en prie. C'est normal. J'ai ratissé large. C'est quand même le 30e anniversaire de la victoire de mon peuple. Ça se fête.

Elle avait hoché la tête vigoureusement car c’était comme ça qu’on était une princesse ici : en en faisant des tonnes.

- Effectivement mieux vaut ratisser large!! Et... d'un point de vue logistique cela n'a pas été trop contraignant pour toi j'espère ?


Elle avait posé une main sur son avant-bras et la regardait avec un petit regard inquiet et minaudant. C’est fou ce qu’elle détestait faire ça… presque autant que d’avoir du embrasser Egéon…

- Pff... C'est pas moi qui colle les timbres et envoie les enveloppes ! On a des muselés pour lécher et des colombes pour colporter.
- Mais qui s'occupe de nous faire venir jusqu'ici, c'est bien toi non ? Ce nuage de fumé qui nous a emportés ?
- C'est toi qui a fumé on dirait. T'as pas que le look hippie - qui te va bien, c'est pas une critique - t'as aussi les coutumes. Je savais bien que tu étais fun, tout au fond.
- Oooh c'est gentil ce que tu me dis là.

Elle battit des cils quelques centièmes de secondes avant de poursuivre :

- Mais... d'après toi nous sommes arrivées comment ?
- Bah... En carrosse, non ? Ou alors tu t'es téléportée en chantant. Ou t'as fait comme les sirènes, t'as nagé. D'autres viennent en licorne, genre Starla mais t'as pas trop le look. Je m'occupe pas du transport des gens. D'ailleurs, je m’occupe même pas réellement des invitations, je les signe sans les lire. Tout le monde fait ça.
- Oui c'est la moindre des choses quand on a notre rang, tu as raison... mais qui est le sous-fifre qui s'en est occupé pour toi alors ?

Ambrosia haussa les épaules :

- Demande à Michael Caine si tu as des doléances, lui il saura. Michael Caine sait tout.
- D’accord je vais faire ça alors, je te remercie… mais avant…je vais aller aux toilettes… tout cet alcool tout ça… à tout à l’heure !

Sans lui laisser le temps de répondre, elle s’enfuit dans la direction opposée à celle des autres princesses et se mit à errer dans les couloirs en tentant de réfléchir à ce qu’elle avait appris. On pouvait se téléporter en chantant dans sa tête… peut-être que cela leur servirait de porte de sortie et… elle était de retour à la case départ car… ce n’était définitivement pas Ambrosia qui était à l’origine de leur kidnapping.



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
RESET & START AGAIN...
ANAPHORE

Contenu sponsorisé







Evénement #85 : Sing On: The Musical [Fe] - Page 4 _


Actuellement dans :

________________________________________

 Page 4 sur 8
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Evénement #85 : Sing On: The Musical [Fe]





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Le monde enchanté :: ➹ Les autres mondes