« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

Le Deal du moment : -40%
Machine à café avec broyeur KRUPS ...
Voir le deal
357.99 €

Partagez
 

 Boys and girls of every age } Heshvan/Rémi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Rémi LePetit
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Rémi LePetit

| Avatar : Lee Pace

Boys and girls of every age } Heshvan/Rémi Fa63
• C'est de la farine Luci ...
• Ah non j'suis sur que c'est de la coke !
• Tu me fatigues ...




| Conte : Ratatouille
| Dans le monde des contes, je suis : : Rémi le rat de cuisine

Totalement amoureux...

| Cadavres : 320



Boys and girls of every age } Heshvan/Rémi _



________________________________________ Jeu 5 Oct 2017 - 22:24

Boys and girls of every age } Heshvan/Rémi Tumblr_ndy9bzl30Q1reyu2lo8_250Boys and girls of every age } Heshvan/Rémi Tumblr_mpjdtdEXIi1r5dfzuo1_500
Rassure moi, t'as encore un peu de dignité, quelque part, non?

Django était de mauvaise humeur. Bon d’accord, il avait probablement encore du mal avec tout les changements que le retour de ses souvenirs avaient engendré,mais ce n’était pas une raison pour se terrer comme un rat dans sa chambre d’hôtel en maugréant des monosyllabes part-ci, part-là. Même si c’était ce qu’il était, au final.

Avec un soupir, Rémi leva les yeux au ciel, avant de faire un pas de côté, esquivant deux petites filles déguisées en sorcière qui se couraient après sans regarder devant elles. C’était la fête foraine annuelle de la ville apparemment, basée sur la fête d’Halloween. En bon français (enfin, en supposés bons français), Rémi et Emile n’avaient qu’une assez vague connaissance de ce qu’était réellement une fête d’Halloween, et Rémi s’était dit qu’il serait agréable pour son frère de sortir un peu de cette chambre d’hôtel aussi grise que froide.

Sornette. Le gris était une couleur chaude.

Les mains bien enfoncées dans ses poches, Rémi avançait le long des stands, revenant là où il avait laissé Emile, quelques minutes plus tôt.

-Alors ? Lança son frère, un œil fermé et la langue tirée.

-C’est trois dollars chacun pour les montagnes-russe, l’informa sobrement Rémi, un petit sourire au coin des lèvres. Il te reste du liquide?

-Et merde ! s’écria Emile, ratant la dernière canette avec sa balle. Ah euh…

Ce genre de grimace n’augurait rien de bon, Rémi en avait bien conscience, mais il connaissait beaucoup trop son frère pour ça. Ce n’était pas pour rien qu’il était repassé au distributeur pour en prendre un peu plus en allant le chercher. Il lui avait proposé de l’attendre en bas, pour éviter le moment inévitablement gênant où il devrait dire bonjour à leur père et subir un froid hochement de tête. Il s’y était plus ou moins fait, du moins, il le prétendait. Après tout, ce n’était pas si grave, ce n’était pas comme si il refusait de le voir ! Juste de lui parler. Ce qui, probablement, signifiait la même chose.

-Je crois que j’ai encore, marmonna Emile,en fouillant à grand renfort de grimace ses poches, ouais j’ai encore cinq dollars et trois pièces !

Son frère avait encore du mal avec la monnaie américaine, ce que Rémi pouvait comprendre. Passer à un autre système monétaire, même quand le changement était infime, restait complexe. De fait, Emile ne se promenait qu’exclusivement avec des billets. Et sa carte bleu. Pour le reste, il se reposait sur son frère !

Rémi eue un petit sourire, devant l’air goguenard d’Emile. Il n’y avait pas à dire, Rémi adorait son frère. Vraiment. Quitter la France avait été un déchirement qu’il ressentait encore dans la moindre de ses fibres. Malgré ce que son père pensait, Rémi avait la fibre familiale, et rien ne lui avait fait pus peur et mal que de quitter son père et son frère. Bon peut-être un peu plus son frère, mais ça il ne l’aurait jamais avouer à haute voix.

-C’est super ! On va même pouvoir manger un bout ! Enfin, sauf si tu veux manger avec Papa.

-Tu rigoles ? Papa est méga ronchon depuis deux jours, je sais pas ce qui lui prend. J’ai l’impression de vivre avec la Grande Muraille de Chine ! Complètement imprenable !

-Tu sais que mon canapé t’es toujours ouvert?

-Ouais je sais. Mais bon, faut bien qu’on s’occupe de lui hein ?

Avec un pincement au coeur, Rémi acquiesça en silence. Il savait qu’Emile ne songeait pas à mal, très souvent, il ne songeait même pas avant de parler. C’était son frère, il était aussi volubile que volatile et pas foncièrement toujours concentré, mais il devait avouer que sa remarque lui fit un peu de peine. Il avait bien comprit qu’il avait ‘trahit’ leur père et qu’à cause de lui, leur famille était désunie. Ce n’était pas ce qu’il avait voulu mais c’était ainsi désormais. Et comme Emile, il devait bien apprendre à faire avec.

-Alors dis moi ? Niveau fille, ça se passe comment ?

Rentrant ses mains bien au fond de ses poches, Rémi évita soigneusement le regard de son grand frère.

-Euh, c’est… C’est pas très intéressant de mon côté. Je travaille beaucoup tu sais, je n’ai pas vraiment le temps pour ça. Et toi ? finit-il par demander, se tournant à demi vers lui. Est-ce qu’une jeune et jolie américaine t’as tapé dans l’oeil?

Avec un sourire entendu, Emile soupira, avant de secouer la tête. Son frère était un incorrigible romantique qui dédiait son coeur à la mauvaise personne. Aussi naïf qu’il puisse être, Emile savait bien que jamais Colette ne réaliserait l’amour effréné que Rémi lui vouait. Et jamais son idiote d’asperge de frère ne le lui avouerait et en un sens, c’était aussi bien que mal. Rémi n’avait pas les épaules pour surmonter un échec. Ni en amour, ni dans n’importe quel domaine d’ailleurs.

-Oh tu sais, je prends mon temps, fit-il, d’un ton complice, balayant les réticences de Rémi sur le sujet. Je regarde, j’observe. Les américaines sont très différentes des françaises, j’ai envie d’explorer un peu !

Malgré lui, Rémi gloussa. Emile n’avait rien d’un bourreau des coeurs enchaînant les conquêtes. C’était plutôt le gros nounours à qui l’on pouvait tout demander, allant du câlin à l’aide pour un déménagement. C’était un brave gars solide, un peu moins timide que Rémi, mais pas de beaucoup !

-Tu trouveras, j’en suis sûr !

-Ouais, enfin, en tout cas là, j’espère juste que les forains américains ont les mêmes normes que les européens en matière de sécurité ! Je refuse de monter dans une attraction rouillée !

A nouveau, Rémi eue un gloussement, s’apprêtant à répliquer qu’à son humble avis, les normes étaient les même partout, en bien comme en mal, quand brusquement, un squelette vient le saisir par les coudes. Probablement visait-il les épaules mais Rémi était un peu trop grand par rapport à lui. Cela n’empêcha pas Rémi de hurler de peur, totalement prit au dépourvu. Ce qui sembla grandement amusé ledit squelette.

-Voulez-vous voir un monde étrange 
Où l’on aime les démons mais pas les anges ? 
Suivez-nous, venez visiter 
Notre magnifique cité !


-Euh oui, non, très peu pour moi, bafouilla Rémi, essayant de s’extirper de sa poigne, franchement forte pour un sac d’os !

Totalement démuni, Rémi lança un regard affolé à son frère qui… Eclata tout bonnement de rire face à la mine défaite de son frère.

-
Mais aide moi bon sang! s’écria-t-il de plus belle, entraîné en avant par ce fichu squelette en plastique.

Mais cela ne modifia en rien les réactions d’Emile, qui continua à rire cependant que Rémi se faisait traîner sans l’ombre d’un choix dans la pire attraction du monde : le train fantôme. Rien qu’à le voir, Rémi en avait une frousse monstre ! Trop de fumée, de cris, d’obscurité ! C’était beaucoup effrayant et puis, bon sang, qui éprouvait le moindre plaisir à se faire peur ?! Un paquet de gens visiblement puisque le train était presque plein, si ce n’était une tout dernière place… Où le squelette voulait visiblement le faire asseoir.

-Non vraiment, je vous assure, en plus je n’ai même pas payé ma pl… Bon d’accord, fut-il bien obligé de marmonner quand on appuya sur ses trop hautes épaules pour le forcer à prendre place.

Paniqué d’avance, Rémi se mit à chercher les ceintures de sécurité, avant de constater, terrifié, que la manège n’en comportait pas !

-Non mais ! Monsieur le Squelette, je… Je ne vois pas les sécurités ! Où sont les sécurités ?! continua-t-il en se tournant vers son voisin, sa voix montant dans les aiguës.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
.

There's a hunger still unsatisfied !
☾ Mama said don't give up, it's a little complicated. All tied up, no more love and I hate to see you waiting. Had to have high, high hopes for a living shooting for the stars when I couldn't make a killing. Didn't have a dime but I always had a vision. Always had high, high hopes ! by Wiise
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t73283-avec-un-peu-de-chance http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t89854-le-ratatouille-centre-ville#1290891


Invité
Invité

Anonymous



Boys and girls of every age } Heshvan/Rémi _



________________________________________ Lun 4 Déc 2017 - 14:25



&Boys and girls of every age
« Le tombeau des morts c'est le coeur des vivants. »


Qu'es ce qu'il faisait là exactement ? Pourquoi avait -il choisit cette destination ? La musique s'élevait comme une évidence, accompagnant les tours de manèges, les stands bondés de passants. Les cries joyeux des enfants. Et la foule, qui marchait tout en s'emerveillant des attractions. Heshvan avait levé les yeux vers celle qui surpeuplait tout le parcs. Le manège fonçait à vive allure sur les rails, tourbillonnant dans une symphonie de cries pour l'accompagner. Puis il entendait un autre style de crie derrière lui. Quelque chose de plus ferme, de plus autoritaire. Il ce retourna pour croiser le regard des policiers. Heshvan sentit l'adrénaline affuter dans son corps, et, gardant son cadre sous le bras avec ferveur, ce mit à courir pour essayer d'échapper aux forces de l'ordre. Il ce demandait clairement ce qu'il était en train de foutre.

Pourquoi avoir volé cet peinture de Van gogh ? Ah oui. Ca lui revenait. C'était pour Blake. Il pensait s'être rangé du bon coté de la ligne en acceptant le travail d'Emily. C'est ce qu'il pensait vraiment. Mais quelque chose l'empêchait de vouloir rester dans ses bons rangs. Il voulait quelque chose de trépidant. Et sa nature de voleur était ensommeillé depuis presque un ans. Mais c'était trop tard. Elle c'était réveillé, avec un beau marionnettiste pour la guider. Peu etre allait t-il encore finir en prison ? Ces derniers temps, ca devenait un peu trop souvent. Le goûts des barreaux devenait de plus en plus amer. Heshvan sauta par dessus un mur et courru comme un beau diable en évitant une pousette, et un mome qui tenait un ballon dans une mains, une barbe à papa de l'autre. Il contourna un petit stand de tire pour ce réfugier derrière celle ci. Le temps de reprendre son souffle. Les forces de l'ordre ne le virent pas, et continuèrent leurs chemins.

Il pensait avoir dévié les alarmes en beautés, mais non. Celle qui sonnait lorsqu'on touchait le tableau, il ne l'avait pas vue venir. Pourtant il avait réussit à dévié les caméras, ce qui faisait que sa tête était méconnu. Heshvan ce mit à réfléchir à toute vitesse, alors qu'il entendit un sifflement dans sa direction. Oh. Ca ce gâtait. Le cœur en panique, ce traitant de crétin intérieurement pour cette belle connerie – il allait devoir rendre des comptes à Emily, ca n'allait pas être fameux ...- il courru de nouveau, les poumons au bords des lèvres et le sternum en feu. Ses yeux avisèrent un manège glauque, qui affichait des créatures d'Halloween, des squelettes, des cries de terreurs ...Bref, toute la panoplies du train fantôme. Il traversa le chemin pour sauter dans la foule et subtilisé la place d'une personne. Il s'asseya pile au moment ou le manège démarra. Les yeux encore prit de méfiance, d'insécurité, il regarda une nouvelle fois autour de lui et conclu que les policiers l'avait loupé en beauté.

Quand à son voisin, il était soulagé que la sécurité n'ai pas atteint le manège à ses cries. Heshvan tourna la tête vers lui, alors qu'il semblait totalement paniqué. Ce n'était qu'un train fantôme, pas de quoi avoir peur, si ? Son cœur battait encore trop furtivement dans sa poitrine, et son souffle était encore saccadé de sa course. Il garda son tableau bien entre ses bras, collés à son torse, alors qu'une araignée sortit de nulle part apparu face à lui. Heshvan ce mit à hurler de surprise, les yeux écarquillés. Il avait horreur de ses bestioles ! Si il y avait bien une chose qui l'effrayait et qui remettait en cause sa virilité, c'était les araignées. Il dégagea la bête à l'aide de son tableau, alors que le train fantôme plongea dans une descente qui lui soulevait le cœur. Un peu trop d'ailleurs. C'était comme si le manège chutait et avait perdu ses pieds à terre sur les rails. Il faisait noir, et seuls la distinction de squelettes riant apparaissaient dans ce tunnel interminable.

Puis, la lumière revint pour y voir le bout de l'attraction. Heshvan était resté collé au fond de son siège, comme si quelqu'un avait éteint toute pensée de son esprit. Il respira un bon coup et descendit du manège un peu titubant. Son cadre n'était plus dans ses mains. Il le remarqua, et un vent de panique souffla dans ses pensées. Il chercha dans le manège, avant de comprendre que quelque chose d'autre n'allait pas non plus : Il n'y avait plus personne. Sauf son voisin qui ne c'était clairement pas remis de cet chute totalement étrange. Heshvan haussa un sourcil interpellé, avant de s'avancer dehors. Il n'y avait personne. Tout était vide. Les nuages noirs avaient emplit le ciel, et une atmosphère lourde imprégnait l'air. Comme lorsqu'il y allait avoir de l'orage. Pourtant, ils étaient en automne ...La musique du parc était toujours la même.Mais elle était plus lente, plus rampante ….plus ...Glauque. Cet endroit sentait la peur à plein nez.

▬ «  Nous ne sommes pas dans le bon parc ... » Laissa échapper Heshvan, analysant les lieux en avalant durement sa salive. Il entendit du bruit derrière lui, et, tendu, il sursauta avant de ce retourner. Le manège ...était ...vivant ? Un clown le fixait avec un sourire diabolique, un squelette lâcha un ricanement en ce dirigeant dans leurs directions. Ce n'était pas du tout bon signe, ca. Heshvan recula, regrettant de ne pas avoir d'arme sur lui. La prochaine fois, faudra qu'il y pense. En même temps, il ne voulait pas risquer que le métal le prenne en traitre lorsqu'il avait volé le tableau. Une boite de jeux s'avança vers eux, et de celle ci, une tête sur ressors en sortit en libérant un cris effrayant. Bon d'accord. Il n'en fallait pas plus à Heshvan pour comprendre qu'il ne fallait pas rester ici.

▬ « Viens ! » Dit t-il à son compagnon en le tirant par le manche. Il courru jusqu'à en perdre haleine à travers les rangés de stand, alors que le manège fonctionnait entièrement tout seul. Enfin, tout les manèges … Et même ce qui y habitait. Heshvan s'arrêta lorsqu'il reconnu une silhouette humaine. Un soulagemment le pris, et il ce dirigea vers celle ci pour l'interpeller. Sa mains toucha son épaule et un début de phrase sortit de ses lèvres pour être coupé court quand il vit le visage de l'inconnu. Un visage horrifique, qui laissa Heshvan en effroie pendant quelque instant. La chose humaine lâcha un hurlement et s'approcha d'eux avec une attitude menaçante. Bon d'accord on reste calme. Il entendit une voix non loin d'eux les appelés. Heshvan tourna la tête pour voir un visage dépassant d'une stand les appelés . Il ne perdit pas une minute et attrapa son co-équipié pour plonger dans le stand de tir lorsque la créature était sur le point de les attaquer.

« Vous êtes qui ? Vous aussi vous êtes coincés dans cette dimension ? Je m'appelle Victor. » ce présenta le jeune homme. Heshvan garda le dos collés au mur, tout les trois abaissés dans le stand de tir pour ne pas ce faire voir. Heshvan roula des yeux, il avait bien entendu ? Dimension ? Donc ils n'était plus à Storybrooke même mais ...dans une espèce de pâle copie horrifique ?

▬ « Heshvan et ... » Et en effet il n'avait aucune idée de comment s'appelait son compagnon. Remi, apparemment. Heshvan hocha la tête et reporta son attention sur Victor. «  Une dimension ? Nous ne sommes plus à Storybrooke ? C'est quoi tout ca ? » Manqua t-il de s'étrangler, alors qu'il baissa aussitôt la voix lorsqu'il entendit une chose étrange déambuler dans les environs. Ils restèrent tout les trois collés au mur le temps que la chose s'éloigne, puis Victor leur fit signe que c'était bon. En revanche, le cœur d'Heshvan, c'était pas bon du tout. Il cognait son torse de panique.

« Moi et ma copine nous avons fait le train fantôme, et nous sommes arrivés ici. Tout est vivants, même les attractions. On ne sait pas comment repartir, on sait juste que chaque seconde est un danger ...Si on ne trouve pas très vite un moyen de repartir, nous allons restés coincés ici pour l'éternité. Ca a déjà commencé pour nous ... » Expliqua t-il en montrant sa mains qui était devenu transparente comme un fantôme. Oh boy. Heshvan tenta de garder son calme. « Nous sommes ici depuis quatre jours, ca me paraît déjà une éternité. Mais le plus dangereux n'est pas les habitants du parc, c'est celui qui y règne ... » Quééééé quoi ? Non ! Heshvan voulait repartir ! Il voulait pas rester ici pour l'éternité et appartenir à une communauté de démon !

▬ « Et ...Elle est où votre copine ? » Voulu savoir Heshvan. Il ne voyait pas l'ombre d'un trait féminin dans les parages. Enfin du moins, il n'osait pas regardé par dessus le stand de tir, au risque de recroisé cette créature horrible qui avait tenté de les attaquer.

« Elle est caché dans une réplique de saloon. » répondit Victor. « Elle s'appelle Victoria. Il y'a également quelque personnes avec nous, nous ne sommes pas les seules. Nous sommes un peu prêt sept avec vous deux. Il y a Charlie, Willy, Edward. » De bien charmant prénom qui n'allait pas les aiders à sortir de cet réplique de Tim Burton. Heshvan avait assez vues ses films lorsqu'Octavia était encore là pour comprendre la référence. Ils n'étaient franchement pas sortit de l'auberge, et il appuya sa tête de désespoir contre le mur.


Rémi LePetit
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Rémi LePetit

| Avatar : Lee Pace

Boys and girls of every age } Heshvan/Rémi Fa63
• C'est de la farine Luci ...
• Ah non j'suis sur que c'est de la coke !
• Tu me fatigues ...




| Conte : Ratatouille
| Dans le monde des contes, je suis : : Rémi le rat de cuisine

Totalement amoureux...

| Cadavres : 320



Boys and girls of every age } Heshvan/Rémi _



________________________________________ Ven 5 Jan 2018 - 20:58

Boys and girls of every age } Heshvan/Rémi Tumblr_ndy9bzl30Q1reyu2lo8_250Boys and girls of every age } Heshvan/Rémi Tumblr_mpjdtdEXIi1r5dfzuo1_500
Rassure moi, t'as encore un peu de dignité, quelque part, non?

Rémi…. Allait faire une crise cardiaque. Sans rire, il allait vraiment faire une crise cardiaque ! C’était…. C’était quoi ce délire ? C’était quoi cet endroit ? C’était quoi ce traquenard ?! Il n’avait pas payé pour ça !! Bon techniquement, il n’avait pas payé du tout, le squelette l’ayant assit de force dans le manège avant que le moindre geste ai pu être fait pour le sauver de là -il retenait sérieusement son frère pour le coup, c’était nul de l’avoir laissé être kidnappé de la sorte ! Surtout quand il voyait il avait atterrit !… C’était…. Glauque-Land. Ni plus, ni moins.

Son compagnon d’infortune ayant l’air plus hardis que lui, il prit rapidement les choses e main, trainant un Rémi médusé de stands en stands. Tout ce qui se présentait à ses yeux était plus effrayant que les choses précédentes et moins glauques que les suivantes ! Rémi était incapable de réfléchir à quoi que ce soit, son cerveau se refusant catégoriquement à analyser la moindre chose émanant de sa situation présente.

En gros, son cerveau était en position latérale de sécurité.

Et dans pas longtemps, ce serait le cas de son corps.

Sauf que son compagnon, Heshvan donc, les traîna tant et si bien qu’ils finirent par croiser un… Mormon. Malade. Voir cadavérique. C’était quand la dernière fois que cet homme avait dormi ? Vu le soleil ? Bon, il était vrai que Rémi n’avait pas l’impression que ce lieu -et peu importe où ça se trouvait- soit le lieu le plus éclatant de la planète. C’était même plutôt sinistre, tout en nuance de gris. Et lui qui adorait pourtant cette couleur devait bien avouer qu’ici, elle était glaçante.

Il y eue un petit flottement, après que leur… Hôte ? Les ai renseignés tant bien que mal, et Heshvan finit par hausser les épaules, se dirigeant vers ledit saloon. Mort de trouille, Rémi lui emboîta le pas, refusant de se retrouver tout seul au milieu de toute cette rouille et tout ces… Grincements. A moins… Que ce ne soit des rires ?

Un frisson malsain lui parcouru l’échine, et il poussa lui même la porte du saloon.

Pour être une réplique, c’était une réplique absolument parfaite, les couleurs vives en moins. A nouveau, tout était en nuance de gris et de noir, du bois jusqu’aux rideaux de l’estrade. Des tables occupaient l’espace plutôt modeste du bâtiment, et Rémi ne put s’empêcher de se demander si c’était légal qu’un lieu comme celui-ci serve quoi que ce soit de consommable. Un vieux piano reposait dans un coin, ainsi que quelques chaises éparses, délaissées par les occupants qui avaient préféré le comptoir du bar.

Après avoir jeter un rapide coup d’oeil à Heshvan, Rémi se racla la gorge avant d’avancer, prudemment, vers le comptoir lui aussi. A son approche, personne n’eut le moindre mouvement, si ce n’était le barman, et Rémi aurait préféré qu’il s’abstienne. Tout simplement parce qu’il s’agissait d’un squelette à moustache dont l’un des orbite vide semblait être habité par un vers.

Rémi manqua de très peu de s’évanouir à même le comptoir.

-Ah ! Des nouvelles âmes perdues dans le train fantôme, constata-t-il, avant de sourire. Je vous sers quelque chose les amis ?

-Euh… Je…. Un soda? proposa Rémi d’une voix chevrotante, pour ne pas paraître impoli.

Le barman eue une sorte de rictus -si tant était qu’un squelette puisse sourire, avant de se pencher sous le comptoir et de lui tendre une canette, que Rémi décida aussitôt de ne pas boire.

-De quel siècle vous venez cette fois-ci ? demanda-t-il, son unique œil faisant des aller-retour entre les deux jeunes hommes.

-Vingt… Vingt-et-unième siècle.

A sa droite, il y eue une sorte de ricanement, une plainte et une sorte de hoquet. Avec beaucoup de courage, Rémi parvint à se tourner légèrement de biais, pour faire face à son voisin le plus proche.

-ça doit être fascinant, le vingt-et-unième siècle ! Que de technologie vous devez avoir ! Oh j’imagine tout ce que je pourrais faire avec une telle technologie !

L’homme était assez grand, et détonnait clairement avec le décor maussade. Vêtu d’un costume violet pimpant, il portait les cheveux presque longs, lissés d’une manière étrange, et son visage ne se départissait jamais d’un sourire quelque peu… Crispé.

-Enchanté ! Je suis le célèbre Willy Wonka ! s’exclama-t-il, avec une espèce de courbette.

-Je… Rémi LePetit.

Willy eue l’air satisfait, portant à ses lèvres une tasse fumante, dont l’odeur laissait songer à un chocolat chaud. Rémi eue un regard pour Heshvan, qui avait l’air tout aussi perdu que lui. Dans quelle faille dimensionnelle avaient-ils atterrit pour se trouver face à l’un des personnages de Roald Dahl ?

-Moi, je suis Charlie, intervint un jeune garçon, presque un adolescent, qui du se pencher sur son tabouret pour que Rémi le remarque, tant il demeurait caché par la haute stature de Willy Wonka. Et lui, c’est Edward. Il ne parle pas beaucoup.

Le dénommé Edward ne releva pas même la tête, ses épaules se voutant encore plus à l’annonce de son nom. Malgré lui, Rémi ne put s’empêcher d’observer son teint, tout aussi blafard que celui de Victor, avant de réaliser que les choses acérées avec lesquelles il tentait de saisir son verre… Constituait ses mains.

Cette fois, Rémi ouvrit sa canette et la but d’une seule traite.

-Vous vous êtes fait avoir par le train, pas vrai ? dit Charlie, tout en grignotant une barre de chocolat.

-Oui. Ça… ça arrive souvent?

-Quelque fois, acquiesça le barman, en le débarrassant de sa canette. En général, quand les précédents enlevés finissent leur route.

Malgré lui, Rémi sentit un long frisson parcourir son dos, ses mains se mettant à trembler.

-F… finissent leur route?

-Oui, confirma distraitement le barman. Comment il s’appelait le dernier déjà ?

-Timothy si je ne m’abuse.

-Il était plutôt gentil, confirma Charlie, en haussant les épaules.

-Excusez moi, mais… Qu’est-ce que vous voulez dire par ‘finissent leur route?

-Et bien quand ils meurent, fit platoniquement le barman, en fixant Rémi de son unique œil.

Et là, Rémi pu le jurer, il put sentir son coeur cesser de battre.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
.

There's a hunger still unsatisfied !
☾ Mama said don't give up, it's a little complicated. All tied up, no more love and I hate to see you waiting. Had to have high, high hopes for a living shooting for the stars when I couldn't make a killing. Didn't have a dime but I always had a vision. Always had high, high hopes ! by Wiise
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t73283-avec-un-peu-de-chance http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t89854-le-ratatouille-centre-ville#1290891


Invité
Invité

Anonymous



Boys and girls of every age } Heshvan/Rémi _



________________________________________ Mar 30 Jan 2018 - 18:53



&Boys and girls of every age
« Le tombeau des morts c'est le coeur des vivants. »


Un silence de plomb était retombé dans l'atmopshère. Bien trop pesant. Heshvan avait presque l'impression que par n'importe quel moyen, il ce faufilait au niveau de son cœur, et le faisait battre davantage. Victor passa la tête pour observer le dehors. Comme si il craignait d'un nouveau monstre ne surgit. Heshvan ce sentait alarmé sans cesse par ses gestes, comme ci quelqu'un risquait de débarquer subitement et de les transformer en hachi parmentier. Puis, Victor leurs fit signe de ce lever. Il serait bien rester là, lui. Il ce leva donc à contre cœur, regardant son compagnon à ses cotés qui semblait mortifier par la situation et à juste cause. Il comprenait le fait que cela pouvait être térrifiant. Heshvan fit balader son regard à travers le chemin désert, et toujours cette musique grinçante, lente, lacinante comme une douleur qui le prenait aux tripes.

« Suivez moi et restez silencieux. On ne sait jamais quand ce genre d'horreur peut frapper. » déclara Victor en passant à toute jambe au dessus du comptoir. Heshvan fit de même en soulevant ses jambes et suivit Victor avec méfiance, attendant que son co-équipier le suive afin de ne pas le perdre du regard. Le pauvre avait tellement l'air mal qu'Heshvan avait peur de le perdre. Ou bien de le ramener en miette. Dans tout les cas, ils étaient aussi coincés l'un que l'autre et Heshvan ce demandait comment ils allaient faire pour repartir, si aucun d'eux n'avait réussit à le faire jusqu'à présent. Il posa une main à plat sur la petite porte, et la poussa pour entrer dans le saloon. Aucune surprise lorsqu'il constatait que l'intérieur était aussi terne et glauque que le parc. L'atmopshère ne les avaient pas quittés, toujours aussi écrasante.

Les yeux d'Heshvan c'étaient arrêtés sur le barman. Une squelette. Si cette vue le désapointait, il en fut encore plus troublés face à ..Edward ? Et ses doigts en cisailles. Il ce promettait de ne pas l'approcher, on ne sait jamais par un geste brusque … Un autre homme était assis, un peu loufoque et dont les lunettes étaient bien trop grosses pour son visage. On aurait presque dit une mouche. Willy wanka. Heshvan connaissait ses classiques quand même. Le petit môme qui était accoudé à la tête avec ennuie semblait être Charlie. Il les écoutaient parler, constatant qu'ils n'étaient clairement pas plus avancés qu'ils l'étaient déjà. Finir la route ...non. Décidement non. Heshvan ne ce voyait pas passer la limite du tunnel tout de suite. C'était pas vraiment son but, et cela le fit tressaillir davantage, nerveux et tendu. Il sentit un courant froid s'abattre sur ses epaules, et une main squelettique s'égarait sur son torse, un bout de tissu sembable à un voile lui caressait le crâne.

▬ « Wow ! » s'exclama t-il en bondissant en arrière, les mains en avant et le cœur bondissant dans sa poitrine. Une espèce de mariée cadavérique était apparu, et elle semblait blessé par son geste surpris. Ca c'était flippant. Victor paru reconnaître l'intéréssé, car il s'avança vivement vers eux, suivit d'une jeune femme au cheveux attachés et dont ses yeux baissés faisait ressortir un manque de confiance en soit.

« Emily, ne fait pas peur à nos nouveau venu de la sorte ! »
Déclara Victor, donnant un verre remplit d'un liquide plus que suspect entre les mains d'Heshvan. Il baissa la tête, et après un rictus non inspiré par la couleur de ce nectar, il le reposa sur le bar malgrès les protestations du Barman. Emily ne marquait pas une note d'embarras, elle ce contenta d'hausser les épaules comme ci sa réaction avait clairement été voulu. Ce qui fit glapir Heshvan.

« Excusez moi, je le trouvais assez mignon avec son regard d'agneau perdu. » déclara t-elle, un petit sourire en coin qui fit grimacé le pseudo agneau. Il n'aimait pas être traité comme un plat de résistance, y'en a une qui s'en chargeait suffisamment pour l'humilier de la sorte. Il ce contenta de lever les yeux aux ciels, évitant soigneusement la mariée qui ce contentait de flotter jusqu'au bar et d'avaler le nectar. Heshvan le vit couler dans sa gorge, et eclabousser le sol après avoir traversé ses côtes. A faute d'avoir un corps maquillés de chair … Il balaya cette scène de ses pensées qu'il n'était pas prêt d'oublier, et s'avança aux cotés de son nouvel alliés.

« Je propose qu'on cherche la sortie le plus vite possible. J'aime pas ce type de situation glauque. »
murmura t-il à ses oreilles. C'était marrant de voir la taille bien plus infime que lui de Remi. Il était presque obligé de ce baisser pour lui parler. Heshvan ce tourna par la suite vers Victor. « Vous ne savez vraiment pas comment repartir ? » Demanda t-il, dans l'espoir que l'un d'eux puisse faire une déduction intéressante. Malheureusement, l'assemblée ne semblait pas les avoirs renseignés plus que ca. Emily s'approcha de lui, et il eut un mouvement de recul, bien que son regard ne le ciblait pas particulièrement.

« Y'a une femme médium dans le Manoir hantée. » dit t-elle après un instant de réfléxion. « Enfin, c'est plus vraiment une femme vue que sa tête flotte dans une boule de cristal. Mais je suis sur qu'elle pourrait vous aider. » conclu t-elle. Une tête dans une boule de cristal ? Il n'était pas impatient de voir ca. Mais une certaine excitation lui fit frétiller la nuque. Si c'était une médium, alors c'était bon signe non ? Les autres semblaient avoir l'attention capté par les dires de la mariée. Seulement, Victor ne semblait pas de cet avis.

« Le Manoir est hantée par un maître des lieux, un espèce de fantôme qui rend tout le monde à l'état de spectre si on a le malheur de fouler son plancher. Quand à la mariée épleurée, n'en parlons pas elle chante toute la journée dans l'espoir que son mari revienne. » fit Victor en levant les yeux aux ciel. Décidément, ses révélations n'étaient pas enchanteresses. Et Heshvan n'avait pas vraiment envie que la bière passe à travers ses côtes comme la mariée. D'ailleurs, c'était quoi toute ses mariées ? Il y avait une mode ou quoi ?

« Il va vous zigouiller dès que vous aurez mit un pied dans le hall ! Il a les yeux partout ! Je veux être au première loge, pas toi Charlie ? »Willy lâcha un rire évasif, apparemment il était impatient de voir Heshvan ce tordre dans tout les sens jusqu'à ce que la vie ne le quitte. Bien. Il était bel et bien tombé avec des fous. Cela ne le rassurait pas davantage. Mais la médium aurait surement une solution pour trouver un moyen de partir.

« Les pièces de la maison n'ont pas de limites, elle est infini. Comme une immense planète. Et le jardin, encore pire. Il y'a des tombes, des circulations de calèches comme une immense ville du XIX siècle. Vous êtes sur de vouloir vous y risquer ? Vous risquez d'y passer des jours, voirs des lustres avant de trouver la médium tellement cette maison joue avec l'esprit des gens. Enfin, si le maître ne vous tombe pas avant sur le coin du nez. » fit Victor à son tour. Bien. Apparemment, les dés étaient lancés. Y'avait-il autre chose qu'Heshvan avait besoin de savoir avant de ce rendre comme une triple andouille sur son lieu de mort ? Excepté le fait que Willy était tout bonemment hypnotisé par cette maison et qu'il serait là pour admirer le spectacle.

▬ « Je suis impatient de faire la connaissance de cette ...charmante maison. Y'a t-il autre chose que l'ont doit savoir avant d'aller mourir vaillament ? »
ironisa t-il, les sourcils dressés pour interroger l'assemblée.

« Demander à Melanie Ravenwood, je suis sur qu'entre deux chansons elle vous aidera ! »
Fit Emily avec une joie morbide. Heshvan hocha la tête, l'idée de rencontrer une autre mariée et, qui plus est, sordide, ne lui disait rien qui vaille. Inutile de demander l'avis de son compagnon qui semblait avoir effectué une crise cardiaque depuis quelque minutes ? Willy, Edward – pour une raison qui lui échappait- et Emily décidait de les accompagner. Heshvan aurait voulu éviter la mariée qui semblait avoir un œil bien trop appuyé en son attention.

« Bon courage mes amis. J'espère que la chance sera de votre coté. »
Fit Victor en leur ouvrant la porte pour retrouver une vue sur le parc. Bon. Elle était où, cette maison ? Heshvan haussa un sourcil, alors qu'Emily connaissait l'endroit comme sa poche. Willy effectuait des bon joyeux, euphorique de cette situation plus que dégradante. Si seulement Heshvan pouvait repartir là, maintenant, tout de suite ...Il resta aux cotés de son compagnon, Remi.
▬ « Je comprend pas trop ce que lui fait là ... » dit-il en désignant Edward. «  Ni ce que lui a dans le ciboulot. » ajouta t-il d'un regard appuyé dans le dos de Willy. «  Et elle, elle me fou la frousse. » termina t-il en désignant Emily. Une sorte de tarée qui faisait un complexe du mari disparu, surement. Et parce que ce n'était pas assez, ils étaient en route pour rencontrer sa sœur jumelle. Le parcs dont les manèges marchaient, dénuées de vie, laissa quelque peu place au bout d'un moment sur une colline, sur laquelle reposait un manoir. Le ciel était sombre. L'amosphère était encore plus insoutable qu'a l'accoutumé, comme si le Manoir était surchargé de mauvaises ondes. Ils arrivèrent devant les grilles. La végétation était morte. Les feuilles sèches, tellements sèches qu'elles craquaient sous leurs pieds. Une odeur de pins régnait dans l'air. Emily passa les grilles pour ce rendre sur le seuil. Heshvan marcha avec méfiance, il avait l'impression que des regards étaient braqués dans son dos et qu'on le surveillait.

▬ « C'est très délabré...Comme le reste. »
conclut-il en grimaçant. «  Elle risque pas de s'écrouler sur nous au moins ? » demanda t-il avec crainte. Le bois était tellement vieux qu'il osait même pas ouvrir la porte, au cas ou le mur s'écroulerait. Il ce tourna, il avait vue sur tout le parcs. Tout était nuancés de gris. Autant que le ciel.

« Oh non, c'est grâce à la sombre magie du maître des lieux si elle tient encore debout ! » Répondit Emily avec fascination. Ah. Ah. Il était pas obligé de le savoir, ce détail dérangeant. « Tout est animé par sa magie, les fantômes, les murs, les pièces.... » continua t-elle.

▬ « C'est bon, je pense avoir saisie. » la coupa brièvement Heshvan. Et pourtant ce fameux maître des lieux n'étaient pas la crainte des habitants du parc. Comme si il faisait sa vie de son coté, ne ce préoccupant pas de ce qui ce passait autour de lui. Heshvan poussa la porte qui grinça sinistrement. Comme entrée discrète, il en avait vue des meilleurs. Il avança, la pièce était éclairé faiblement par des lanternes accrochés aux murs. Le hall était composé d'un escalier qui donnait à la fois sur un couloir à gauche et un à droite. A ce croisement, une immense fenêtre, dont les branches macabre des arbres en vue sur le jardin éclairait la pièce. Il continua d'avancer. Le tapis était violet foncé et montait jusqu'en haut des escaliers. Continuant surement le long des couloirs étroits.

▬ « On va où ? »
Demanda alors Heshvan. Un bruit de piano résonnait dans la maison. Quelqu'un jouait avec une tonalité sembable à un orgue. Comme la musique du parc, c'était glauque et oppressant. Une voix ricochait dans les couloirs, parvenant jusqu'au hall. Une voix féminine, qui était en lamentation, qui chantait avec beaucoup de chagrin et de tristesse. Cette voix était presque hypnotisante, et on sentait dans l'air le crie des pleures du cœur de la mariée. « J'imagine que c'est ...La mariée épleurée ? » dit Heshvan sans grande conviction.

« Tu imagines bien. » répondit avec amusement Emily.
« Comme c'est magnifique, cette tristesse profonde. C'est terriblement macabre, désespérée. J'adore. » Déclara Willy, comme un beau fanatique. Heshvan grimaca, il n'avait pas vraiment envie de savoir à quel point le deuil de la mariée excitait le chocolatier.

▬ « Je propose qu'on suive la voix, puisque tu nous as dit qu'elle pourrait peu être nous venir en aide. » Intervint Heshvan, avant de ce tourner vers Remi. « Tu en pense quoi ? » l'intorrogea t-il. Après tout, c'était son compagnon de route. C'était logique qu'ils réfléchissent à deux pour ce tirer de ce mauvais pas.



Rémi LePetit
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Rémi LePetit

| Avatar : Lee Pace

Boys and girls of every age } Heshvan/Rémi Fa63
• C'est de la farine Luci ...
• Ah non j'suis sur que c'est de la coke !
• Tu me fatigues ...




| Conte : Ratatouille
| Dans le monde des contes, je suis : : Rémi le rat de cuisine

Totalement amoureux...

| Cadavres : 320



Boys and girls of every age } Heshvan/Rémi _



________________________________________ Dim 4 Mar 2018 - 17:12

Boys and girls of every age } Heshvan/Rémi Tumblr_ndy9bzl30Q1reyu2lo8_250Boys and girls of every age } Heshvan/Rémi Tumblr_mpjdtdEXIi1r5dfzuo1_500
Rassure moi, t'as encore un peu de dignité, quelque part, non?

L’endroit était.. Horrible. Franchement, Rémi ne voyait pas tellement d’autres mots pour le définir. C’était tout simplement horrible et il n’y avait rien à sauver à part sa vie et celle d’Heshvan puisque, si il avait bien tout comprit, tous leurs autres compagnons étaient… Morts. Rien que d’y songer, Rémi fut prit d’un frisson irrépréhensible, sursautant à demi de sentir l’un des ciseaux d’Edward lui frôler la main. Pour le moment, cet étrange bonhomme n’avait pas dit le moindre mot et paradoxalement, c’était celui que Rémi craignait le moins. Paradoxalement. Car pour en arriver à trouver le jeune homme armé de lames moins effrayant que les autres, il fallait vraiment que cela relève du paradoxe.

Mais qu’est-ce qu’il faisait ici et pourquoi avaient-ils quittés le bar ? Certes, Rémi avait parfaitement comprit qu’y rester, c’était faire du surplace, mais apparemment là-bas, ils ne risquaient rien !… Bon presque rien. Bon ok, il n’y avait probablement d’endroits plus sûr que d’autre dans cet univers bizarre mais bon sang au moins il n’était pas dans une espèce de Manoir hanté et glacé. Parce que bon sang, qu’est-ce qu’il pouvait y faire froid ! Ou alors c’était la sombre magie dont n’avait eue de cesse de parler Emily qui lui donnait la chair de poule, toujours était-il que Rémi du se frictionner les avant-bras pour faire cesser ses tremblements.

-Je crois pas qu’on ai vraiment le choix, marmonna-t-il à l’intention d’Heshvan, qui s’était tourné vers lui. Sans vouloir vous offensez, s’excusa-t-il auprès des autres, vous n’avez pas l’air de savoir comment nous faire sortir d’ici alors… Oui, on devrait la chercher. Sans se perdre, de préférence...

Rémi détestait les films d’horreurs. Clairement, assurément, c’était l’une des pires inventions du cinéma et Rémi en avait une trouille monumentale, mais si il avait bien retenu une seule chose de tout ce qu’il avait entendu sur le sujet, c’était qu’il ne fallait jamais se séparer. Jamais. Sous aucun prétexte. Parce qu’en général c’était exactement ce que voulait le tueur.

-J'ai hâte de voir jusqu’où ils iront ceux là ! gloussa soudain Charlie derrière lui, se cachant à demi le visage avec sa main.

-Jusqu’où… Attendez, vous voulez dire que vous accompagnez toutes les personnes qui se font piéger dans votre monde?

-Piégez, trouvez, amenez, rameutez, confirma Willy, avec un grand sourire aux lèvres. Certains vont beaucoup plus loin que d’autre !

-Alors vous… Connaissez ce Manoir ? Tout ce Manoir?

-Oh je n’aurais pas la prétention de de dire que je connais tout le Manoir, mais une grande partie oui ! Nous vous l’avons dit, c’est un Manoir sans fin ! Sauf… Si vous la trouver bien sûr.

A côté de lui, Charlie éclata de rire, comme si Willy Wonka venait de faire une excellente blague, et Rémi en resta absolument sans voix. Etaient-ils vraiment en train de lui dire qu’ils avaient donc déjà vu mourir des personnes dans ce Manoir?! Et plusieurs fois ?! Sans les aider ?! D’instinct, il se pencha vers Heshvan, l’air plus blême qu’Emily.

-Ils me foutent tous la trouille, siffla-t-il, au bord de la crise d’angoisse.

Crise qui ne s’arrangea absolument pas quand le son de l’orgue se coupa net, dans un bruit de guillotine qui acheva de mettre Rémi dans un état lamentable, devant même s’appuyer à la rambarde de l’escalier pour retrouver son souffle… Et déclencher le rire de Charlie, à l’instant où un pan de mur entier se mit à pivoter, révélant l’entrée d’une pièce poussiéreuse.


-Oooooh c’est fabuleux ! Thimothy n’a jamais découvert cette pièce lui !

Cela aurait pu le réjouir, mais ce ne fut pas le cas. Au contraire, la respiration de Rémi ne s’en emballa que plus violemment et il finit par littéralement se laisser tomber contre le mur, rentrant sa tête entre ses genoux.

-Un malaise ? s’enquit la fiancée.

-Une attaque ? suggéra Charlie.

-Une crise cardiaque ! triompha Willy, en battant des mains, ravi.

Pour le coup, Rémi aurait pu les fusiller du regard, mais il était véritablement à bout de souffle et la crise d’angoisse se fit que se resserrer d’avantage ses poumons. Pendant un instant, il demeura recroqueviller sur lui même, immense enfant terrifié, avant qu’il ne sente une main chaude -vivante donc- lui toucher l’épaule et il cru entendre la voix d’Heshvan l’interpeller. Relevant les yeux il vit que le jeune homme semblait assez mal à l’aise de le voir dans un tel état, mais pour être franc, il n’était absolument pas le seul.

-J’ai jamais fait…. De crises d’angoisses! parvint-il à siffler, agrippant le coude de son vis à vis. C’est… Pas.. Moi!

Les mots furent articuler avec violence, tant l’air lui manquait. Rémi était un jeune homme anxieux, mais jamais encore il n’avait paniqué de la sorte. Jamais. Au contraire, il avait bien souvent tirer de son anxiété une certaine vigueur, souvent aléatoire mais jamais encore il n’avait eue si peur. Il aurait bien pu songer qu’il s’agissait aussi là de la plus effrayante des aventures qu’il avait pu vivre, mais Rémi en était sûr, ce n’était pas son genre.

Ce qui signifiait que la crise ne venait pas de lui. Mais d’autre chose. Ou peut-être… De quelqu’un d’autre.

L’idée même le fit paniquer plus que de raison, ses poumons s’atrophiant un peu plus de secondes en secondes. Tout autour de lui, les choses lui apparurent floues, étranges, et l’espace d’une seconde, il crut apercevoir une ombre au-dessus de l’épaule d’Heshvan, au point qu’il finit par le repousser en arrière… juste à temps. L’ombre s’écrasa sur le sol, à quelques centimètres du pieds d’Heshvan, disparaissant dans le sol comme si il n’avait jamais existé.

-Ce sont des âmes tourmentées, expliqua simplement Emily, dans un haussement d’épaule, alors que Rémi commençait à sentir son coeur battre dans ses tempes tant l’oxygène lui manquait. Elles cherchent des vecteurs pour… S’exprimer.

-Oh regardez, il devient presque bleu celui-là !

Autour de lui, les choses lui semblèrent de plus en plus flous, et lointaines. Son coeur battait de plus en plus fort dans son crâne, et il crut entendre Heshvan hurler quelque chose, mais il eue du mal à distinguer sa voix à travers le brouhaha de son sang. Quelque chose lui enserrait le coeur et la gorge, et il avait de plus en plus de mal à rester cohérent. C’était… douloureux. Entièrement douloureux. Et il était impuissant, cloué sur place par un corps qui peu à peu cessait de répondre à cause du manque de souffle.

L’espace d’un instant, Rémi se dit qu’il allait mourir. Bêtement, après être monté dans un train fantôme. Est-ce qu’il serait renvoyé à Storybrooke ou est-ce qu’il resterait piégé ici avec les autres ? Son corps allait-il pourrir à même le sol, à côté de celui d’Heshvan ? Saurait-on jamais ce qu’il leur était arrivé ?

Et soudain, brusquement, l’air revint dans ses poumons avec la violence du feu. Son coeur se remit à battre, mais moins vite, et tous ses muscles parurent enfin capable de de nouveau se mouvoir, à sa propre volonté. Bien qu’il dut battre plusieurs fois des paupières pour réaliser qu’il avait basculé sur le sol et qu’à moins d’un mètre de lui Heshvan se tenait haletant avec une… Bible dans les mains ?!

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
.

There's a hunger still unsatisfied !
☾ Mama said don't give up, it's a little complicated. All tied up, no more love and I hate to see you waiting. Had to have high, high hopes for a living shooting for the stars when I couldn't make a killing. Didn't have a dime but I always had a vision. Always had high, high hopes ! by Wiise
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t73283-avec-un-peu-de-chance http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t89854-le-ratatouille-centre-ville#1290891


Contenu sponsorisé




Boys and girls of every age } Heshvan/Rémi _



________________________________________

 Page 1 sur 1

Boys and girls of every age } Heshvan/Rémi





Disney Asylum Rpg :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les alentours