« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

Le Deal du moment : -32%
-32% Gigabyte G5 MF – PC portable 15,6″ ...
Voir le deal
749.99 €

Partagez
 

 God and Monster [Fe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
+3
Hope Bowman
Hadès Bowman
Aryana Cloud-Sandman
7 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage


Ζεύς*
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Ζεύς*

God and Monster [Fe] - Page 2 ChxfkwN

| Cadavres : 4



God and Monster [Fe] - Page 2 _



________________________________________ 2014-05-03, 02:11

God and Monster [Fe] - Page 2 Gifs%20Anim%E9s%20Foudres%20%286%29God and Monster [Fe] - Page 2 Gifs%20Anim%E9s%20Foudres%20%286%29

    Je le sentais un peu perdu. Il avait toutes les bonnes raisons du monde d'être un peu perdu. Je l'aurai été à sa place, bien que je ne me perdais jamais. Il y avait toujours une petite lumière bleue pour m'indiquer quel chemin emprunter. Lui, il était véritablement perdu et c'est pour ça que je lui avais donné un coup avec ma lampe torche sur la tête. Un petit, pour pas lui faire une bosse trop grosse, bien que là où il se trouvait et là où ça allait le conduire, ça n'avait pas la moindre importance qu'il ait un bleu ou non. La vie l'avait tout simplement quittée et il vivait ses derniers instants en tant qu'âme humaine.

    "Toc toc la boussole! On ouvre les yeux et on cherche le Nord!"

    J'avais toujours la réplique pour amuser la galerie. A peine avait-il ouvert les yeux et regardé qui s'adressait à lui, que je m'étais rendu compte que je dirigeais mon faisceau lumineux droit sur ses yeux et qu'il ne devait pas y voir grand chose. Je l'avais baissé et tapoter plusieurs fois dessus afin qu'il s'éteigne. Le matériel de nos jours n'était plus ce qu'il était. Sans m'en rendre compte, je m'étais retrouvé de l'autre côté du jeune garçon. Je lui avais tapoté sur l'épaule plusieurs fois pour attirer son attention.

    "Monsieur Sandman est demandé à Olympe. Je répète, monsieur Sandman est demandé à Olympe. Bonjour, je suis Olympe."

    Une fois ma lampe de poche disparue, un parchemin était apparu dans ma main et je l'avais déplié, puis avec une plume qui était apparue de la même manière, j'avais rayé la première mention qui se trouvait sur mon morceau de papier.

    "Présentations faites. On peut passer à l'étape numéro 2 : le sens de la vie."

    En prononçant cette phrase, je m'étais un peu penché sur lui et je l'avais fixé de mes grands yeux noirs. J'allais lui révéler la raison même de son existence, lui dire tout ce qu'il devait savoir sur pourquoi l'homme avait été créé, dans quel but il était venu au monde et surtout... Quel était ce fameux ingrédient secret dans le Coca Cola. Plus rien aurait de secrets pour lui.

    "C'est peut-être un peu trop tôt pour te révéler tout ça... Tu en es qu'au début, gardons ça pour la suite! De toute façon on a tout notre temps mon chers ami."

    J'avais rayé la mention numéro deux du parchemin, puis après avoir jeté un oeil à la troisième chose inscrite dessus, je l'avais fait disparaître, tout comme la plume. Je m'étais frotté les mains et j'arborais un magnifique grand sourire. Ce jeune homme était prometteur et j'étais persuadé qu'il s'en sortirait à merveille ou au pire, qu'il finirait avec seulement quelques membres en moins.

    "Je ne te sens pas très chaud pour la suite... C'est bien une première pour un dieu contrôlant le feu. Cela dit, j'ai jamais eu l'occasion d'en côtoyer un ici. Du moins par pour ce que tu t'apprêtes à faire. D'ailleurs, quelques consignes de base. Un, garde bien les bras le long de ton corps. Deux, évite de respirer l'air ici, car il est très mauvais pour la santé, mais d'un côté, tu es mort donc ça n'a plus trop d'importance. En plus, je doute que tu puisses encore respirer quoi que ce soit, tes poumons sont hs. Et troisième point, sans doute le plus important de tous, prend ce chewing gum et mâche le lentement!"

    Je lui avais tendu un chewing gum. Ca allait le détendre, puis je m'étais mis en route pour gravir l'immense escalier de dix milles quatre cent vingt sept marches qui nous attendait. Je trouvais que je montais vite, comme quoi j'étais toujours en forme pour un vieillard de cinq millions d'années. Par contre le gringalet avait du mal à tenir la cadence et il brailler, il ne s'arrêtait pas de brailler.

    "Attend d'être en haut pour poser tes questions, ça sera plus simple, mais si tu veux un avant goût, disons que tu n'as pas survécu à ta rencontre, ou plutôt à ta re re rencontre avec ton père. Faut dire que rares sont ceux qui sont sortis indemne face à lui. Allez, allez ! Grimpe, on y est presque, plus que dix mille quatre cent six marches."

    Je tenais vraiment la forme !


Elijah Snake
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Elijah Snake

| Avatar : ➹ Robert Downey Jr.

God and Monster [Fe] - Page 2 788991artemis

✲ Amuse toi bien douce enfant...
...pendant qu'il en est encore temps. ✲

God and Monster [Fe] - Page 2 545828ares

✲ Car à l'aube du temps...
...tout prendra fin. ✲

| Conte : ➹ Hercule
| Dans le monde des contes, je suis : : ✲ Hadès, l'unique dieu des Enfers. ϟ

God and Monster [Fe] - Page 2 82095759xy

| Cadavres : 169



God and Monster [Fe] - Page 2 _



________________________________________ 2014-05-03, 02:35

God and Monster [Fe] - Page 2 Tumblr_n47dhyMkfr1qa51p2o1_250 God and Monster [Fe] - Page 2 Tumblr_livxcby7YI1qgkt33

    Wouah, c'est magnifique. J'ai écopé d'une donneuse de leçon et d'un pathétique garçon ! J'ai toujours eu beaucoup de chance niveau familial." avais-je dit en m'applaudissant des mains, ce qui avait eu pour effet d'énerver d'avantage la fille au premier rang, mais avec sa taille de guêpe, je ne vois pas trop ce qu'elle pourrait faire. Il en avait laisser échapper son verre, s'était de plus en plus comique cette situation.

    "Pour ta gouverne, miss je sais tout, je ne me suis pas laissé enfermer ici, je me suis plutôt libéré de là bas. Car notre très cher ami en commun n'a pas très envie de disparaître. Je suis donc obligé de l'aider un tout petit peu. Après tout c'est pas la première fois que je fais ça pour lui. Mais j'espère bien que ce sera la dernière. Quand à toi... Tu viens faire quoi ici? Me féliciter pour mon aménagement? Tu aurais pu au moins apporter une bouteille."

    J'avais regardé ses mains, vides... Dyonisos ne l'avait pas éduqué comme il aurait dû. Je m'en étais retourné à la cuisine et je m'étais servi un nouveau verre de scotch. J'en aurai bien pris un pour ce garçon, mais il n'en supporterait pas un second, c'était une boisson d'hommes, d'adultes... il n'était qu'un pauvre petit enfant. Dire que c'était mon fils... Il tenait bien plus de sa mère.

    "Bon, quitter cet endroit par l'intermédiaire de la maison intemporelle, c'est fait. Echec. Hum... Quitter cet endroit en tuant la jeune femme, c'est... pas fait, mais de toute façon ça ne marcherait pas. Pour quitter cet endroit, il faut déjà trouver qui empêche que ça puisse se passer et si je regarde autour de moi..."

    J'avais fait un tour complet de moi en mettant une main sur mes yeux et en tendant l'index de mon autre main droit devant. Puis, je m'étais arrêté devant Aphrodite et j'avais retiré ma main de sur mes yeux pour la regarder avec un magnifique petit sourire avant de grimacer.

    "Ce jeu est stupide, aucun d'entre vous pourrait faire ça, vous êtes bien trop faible divinement parlant. Pas que divinement d'ailleurs..." avais-je dit en jetant un regard en coin à Elliot.

    J'avais bu une grande gorgée de mon scotch. Quand on était un dieu, notre corps nous protégeait de toute attaque extérieure, donc les effets néfastes de l'alcool. C'était vraiment stupide, car on ne pouvait pas se saouler. Qu'est ce que je ne donnerai pas pour juste une fois, ne plus penser, ne plus me poser dix milles questions et simplement laisser mon esprit s'évader dans un monde imaginaire, rempli de lsd et d'autres de ces cochonneries. Au lieu de ça, quand j'ouvrais les yeux, je ne voyais que cette jeune femme aux yeux de biche et Aphrodite juste derrière.

    "Une simple maison, de banals murs... Pas de sortilèges ou de barrière de quelque manière que ce soit... Juste une toute petite brise. Quelque chose de très léger, quasi indétectable."

    J'étais passé devant Elliot et Aphrodite et j'avais tendu ma main devant moi en direction de la porte, comme pour tenter de sentir un petit vent venir se frotter contre mes doigts. Je le sentais, il était là. Un léger courant d'air à travers le temps, à travers l'espace, à travers une multitude de choses. Quelque chose m'empêchait de quitter ces lieux et sans mettre un nom dessus, j'aurai un mal fou à le combattre.

    "Parfois la réponse à notre question est juste devant notre nez. Pourquoi chercher à comprendre les raisons qui poussent cette chose à me maintenir enfermé ici, alors qu'en réalité, il faudrait simplement comprendre ce qu'elle ne veut pas que je fasse une fois dehors. Le pays imaginaire... je doute que ça ait un rapport... Par contre, des gens sont là dehors, à attendre un châtiment. Comme ce caméléon, mais Merida n'a pas ce qu'il faut pour me bloquer l'accès au monde extérieur. A dire vrai, je ne crois plus que qui que ce soit me retiens ici... volontairement."

    Je m'étais tourné vers les jeunes gens et mon regard s'était posé sur Elliot. Un léger sourire en coin était apparu sur mon visage.

    "Tu apportes une grande importance à ces humains venu d'un autre monde... Tu as l'air de bien te plaire parmi eux... Elliot."

    Et si inconsciemment son pouvoir se développait petit à petit et m'empêchait de passer la porte? Et si une force invisible, contrôlée par mon propre fils me tenait en laisse dans cet endroit? Inconsciemment... ou pas? Je m'étais avancé jusqu'à lui et j'étais plus qu'à quelques pas. Je pouvais presque le toucher.

    "C'est amusant... C'est la seconde fois que je vais te poser cette question et pourtant, je n'ai pas l'habitude de me répéter. Je ne vais pas te dire ce que je t'avais déjà dit par le passé, c'est à dire de bien réfléchir avant de répondre, car tu dois t'en douter, mais... Allons y, juste pour le plaisir. Elliot... Réfléchis bien avant de répondre... Dans quel camps tu es?"

    Car si c'était dans celui des autres, si c'était vraiment lui qui me bloquait l'accès au dehors, je savais très bien comment rompre le lien. D'ailleurs, c'était sa propre mère qui m'avait apportée un objet bien utile pour me libérer de cette prison, n'est ce pas? God and Monster [Fe] - Page 2 1375884928



Elliot Sandman
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Elliot Sandman

| Avatar : Pierre Niney *o*

God and Monster [Fe] - Page 2 Try5

Tous les mots sont fins
quand la moustache est fine...


God and Monster [Fe] - Page 2 Eu7xoqr

| Conte : Intrigue Divine
| Dans le monde des contes, je suis : : Le fils de Hadès et Aphrodite

Meilleur duo Awards

| Cadavres : 1568



God and Monster [Fe] - Page 2 _



________________________________________ 2014-05-03, 12:25



« D'après une théorie, le jour où quelqu'un découvrira exactement à quoi sert l'Univers et pourquoi il est là, ledit Univers disparaîtra sur-le-champ pour se voir remplacé par quelque chose de considérablement plus bizarre et inexplicable. Selon une autre théorie, la chose se serait en fait déjà produite. » Douglas Adams

    Mal au crâne...

    Pourquoi j'avais la sensation que mon cerveau se trouvait dans mes pieds et que mes orteils avaient élu domicile dans mes yeux ? Pas facile pour voir quoi que ce soit. J'écarquillai les yeux au maximum pour les en chasser et laissai échapper un petit gémissement. Je flottai au milieu des étoiles. C'était plutôt étrange... et agréable. Une corde était attachée autour de ma taille. Je ne voyais pas à quoi elle était accrochée car elle se perdait dans l'infini d'un noir d'encre. Je restai ainsi un moment qui me parut une éternité, mon corps ondulant dans l'espace, quand soudain, une gravité insoupçonnée me happa. Tout se mit à tourner à 360 degrés, ma tête se retrouva en bas tandis que je tombais. Je tentai de me raccrocher à quelque chose, mais mes mains ne rencontraient que du vide. L'infini me tendait les bras mais je ne pouvais l'atteindre. J'étais seul face à l'immensité.

    Mes fesses rencontrèrent un sol dur et tiède. Je laissai échapper un "ouch". Je me trouvais sur une petite planète dont le sol était recouvert d'étoiles dorées et brillant d'une lumière douce et chaleureuse. Je restai assis, jambes écartées, à fixer ce spectacle de toute beauté. C'était sûr, j'avais reçu un sacré coup sur la tête. AIE ! Mais qui me frappait comme ça ?

    Je plaquai une main sur mon crâne et me tournai, découvrant un vieil homme de haute stature qui me menaçait de sa lampe torche. Il m'envoyait le faisceau en plein dans les yeux, mais il sembla le remarquer car il l'éteignit d'une façon brutale. Il avait l'air plutôt dérangé... D'un coté, vivre seul sur une minuscule planète remplie d'étoiles, ça ne devait pas être facile.

    "Qui êtes-vous ?" demandai-je en grimaçant, car il m'avait donné un sacré coup sur la tête.

    Olympe... Bizarre comme nom. Il avait une voix qui portait très loin, ça ne m'aidait pas pour mon mal au crâne. Je me relevai tant bien que mal et m'aperçus alors que la corde qui me retenait à l'infini était coupée en deux. Désormais, un petit bout me ceignait la taille. Je la défis et la laissai tomber à terre, un peu hébété.

    "Qu'est-ce que vous êtes en train de dire ?" fis-je, estomaqué. "Je suis... mort ? Comment ça je suis mort ? Si j'étais mort, je le saurais ! Enfin du moins, je me souviendrais avoir été tué !"

    Le problème, c'est que je ne me rappelais de rien, justement. Mes derniers souvenirs remontaient à ce moment désagréable en compagnie de William et Lily au mariage. Oh, le salaud... Il m'avait tabassé à mort et par sa faute, je me retrouvais à compter les étoiles ! Je serrai les poings, furieux contre ce gars, pret à me battre contre l'impossible, mais c'est à ce moment précis que je sentis un truc s'enfoncer dans ma bouche. Je manquai de m'étouffer. Olympe venait de me forcer à prendre un chewing-gum ! Bon, c'est vrai que si j'étais mort, je devais avoir une haleine de phoque, mais ce n'était pas une raison !

    "Mais che... che n'ai pas envie d'être mort, moi !"
    dis-je tout en mâchouillant mon chewing-gum.

    Le grand-père ne m'écoutait pas. Il s'était mis à gravir un escalier interminable qui était apparu d'un seul coup. Je l'observai, la tête renversée en arrière, en manquant d'avaler à nouveau ce que j'avais dans la bouche. Non, non, je n'allais pas monter toutes ces marches... J'allais crever pour de bon si je faisais ça ! Mais d'un coté, que faire d'autre ? Je donnai un petit coup de pied dans une étoile au sol qui bougea de quelques centimètres en émettant un bruit cristallin.

    "Il y a quoi, en haut ?"

    L'autre ne me répondit pas. Il montait sacrément vite. Je le rejoignis en bougonnant, tentant de maintenir une cadence soutenue. Il racontait des trucs tout en gravissant les marches. Mon père... c'était donc mon père qui m'avait tué ? Pourquoi ? Je savais que ma tête ne lui revenait pas, mais on ne tuait pas les gens pour une raison purement physique !

    "Vous... êtes... qui ?" l'interrogeai-je, essoufflé mais sans m'arrêter pour autant. "Saint Pierre ?"



    Quelques minutes plus tôt,
    A l'autre bout de l'univers...


    J'en avais marre. Il s'en prenait à tous ceux que j'aimais. Il avait embarqué Emma dans une mission suicide au Pole Nord, il avait menacé Lily, et maintenant il commençait avec ma mère... Trop c'était trop. Il était temps que je le contrecarre pour de bon. Il parlait tout seul, satisfait d'avoir un auditoire, comme d'habitude. Je compris qu'il était piégé dans l'appartement de Hope. Tiens tiens, comme quoi, la roue tourne papa. Cependant, garder un monstre d'une telle envergure dans une cage risquait de provoquer quelques débordements. Je tentai de trouver une solution pour le contenir, ou tout du moins pour l'empêcher de s'en prendre à maman. Je me tenais toujours devant elle, histoire de faire bouclier au cas où.

    "Je n'ai pas de camp."
    dis-je d'un ton sec. "Je veux juste préserver les gens de ta cruauté."

    Je sentis une main se poser sur mon épaule avec douceur. J'inspirai un peu d'air avant de tourner la tête vers ma mère. Non, il ne fallait pas qu'elle s'en mêle. Elle n'était pas de taille à l'affronter. Elle ne savait pas quel monstre il était.

    "Elliot. Laisse-moi faire." me dit-elle et sa voix me fit chavirer. "Reste en dehors de ça."

    "Je dois te protéger."
    assenai-je, résolu. "Si je ne le fais pas, personne d'autre ne le fera."

    Je me tournai de nouveau vers mon père, sans trembler. Je crevais de trouille mais il ne devait pas le voir. Il fallait que ça cesse d'une façon ou d'une autre. Des flammes apparurent dans mes mains sans même que je me concentre. C'était la rage qui parlait à travers moi. Je ne savais même pas ce que je comptais faire. En tous les cas, les dés étaient jetés.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t974-call-me-god-elli http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t11851-elliot-this-is-my-kingdom-come http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t1908-la-vie-trepidante-d-un-demi-dieu


Ζεύς*
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Ζεύς*

God and Monster [Fe] - Page 2 ChxfkwN

| Cadavres : 4



God and Monster [Fe] - Page 2 _



________________________________________ 2014-05-03, 13:42

God and Monster [Fe] - Page 2 Gifs%20Anim%E9s%20Foudres%20%286%29God and Monster [Fe] - Page 2 Gifs%20Anim%E9s%20Foudres%20%286%29

    J'étais apparu comme par magie derrière Elliot et je l'avais poussé d'un geste brutal de la main, qui avait eu pour effet de le faire tomber en avant. Heureusement, les marches étaient là pour le retenir, mais ça avait dû lui faire mal.

    "C'est toi le loup !" m'étais je écrier avant de limite lui marcher dessus pour reprendre ma course folle. On s'amusait comme des petits fous. Désormais c'était à lui de m'attraper ou je ne savais plus trop quoi, car de toute façon je n'étais même pas sûr qu'on jouait réellement. Quelques minutes et quelques marches plus loin, Elliot avait réussi à me rattraper et j'étais assis confortablement sur une marche les jambes étendues.

    "Reposer, tu dois, quand ton esprit fatigué être." avais-je dit en pleine méditation avant de me relever d'un bond.

    "Voilà, tu es reposé, on peut repartir ! Ah et avant que j'oublie, ça va faire mal."

    Je le fixais.

    "Désolé."

    Je le fixais encore, puis tout en lui faisant une petite moue, je l'avais poussé en arrière et je pouvais l'entendre dégringoler les marches. Il aurait pu tenter de se retenir de toutes les façons possibles que ça chute n'en aurait pas été arrêtée. Le but était qu'il revienne à son point de départ, tout en bas des marches. Une fois fait, l'escalier avait disparu et je m'étais retrouvé au dessus de lui. Je m'étais penché pour mieux observer la carcasse qui gisait sur le sol.

    "C'est pas le moment de jouer les carpettes, on a encore beaucoup de chemin à parcourir et tu as encore beaucoup à apprendre. Allez, debout ! On se redresse, on bombe le torse, on remue les mains, les jambes."

    J'avais joint le geste à la parole et me voilà en train de m'étirer tous mes membres tout en sentant mes os faire un bruit monstre. Ca faisait longtemps, bien trop longtemps que je n'avais pas fait de sport. J'aurai peut être dû commencer par l'échauffement avant de monter ses marches, car d'un seul coup, je sentais la fatigue me gagner. Je m'étais assis à califourchon par terre, juste à côté de la dépouille d'Elliot.

    "C'est fou ce qu'on vieillit, n'est ce pas? On ne s'en rend pas compte de suite, mais on prend très vite de l'âge et petit à petit nos membres ne nous supportent plus. C'est pour ça qu'on est obligé de passer par là. C'est une première pour toi, va falloir savourer chaque instant, car on le fait tellement de fois, qu'on oublie ce qu'on a ressentie la toute première fois. Pourtant c'est quelque chose de magique. En plus tu es un petit chanceux, car je suis ton guide !"

    Cette fois ci je m'étais relevé d'un bond, sentant une très grande force grimper en moi. C'est fou ce qu'on récupérait vite quand on était un dieu. J'avais mis mes bras sur mes hanches à la manière de Peter Pan et je lui avais fait mon plus beau des sourires.

    "Oncle Zeus, ou Tonton Zeus, ou juste Zeus. Voir... Attend !"

    J'avais fait quelques pas rapide vers l'escalier qui était ré apparu comme par magie et j'avais posé un pied sur une marche plus haute. Je m'étais tourné vers Elliot, reprenant une posture à la Peter Pan et en levant la tête tel un César. Puis, avec une voix solennelle, j'avais prononcé ces mots si souvent prononcés à l'époque.

    "Je suis Zeus, dieu suprême d'Olympe. Conquérant des eaux interdites, fidèle chevalier de l'épée Damoclès et digne héritier du fil d'Ariane !"

    J'avais terminé mon monologue par un petit sourire, avant de mettre mes mains en poche et de revenir vers le jeune garçon.

    "Et je ne suis pas vraiment là. A dire vrai je crois que je ne suis pas Zeus. Je ne sais pas vraiment qui je suis, mais je suis là, faudra t'en contenter. De toute façon, si je n'étais pas là je ne pourrai pas te montrer le chemin vers ta régénération, alors autant faire avec. Dit voir... Tu as déjà choisi ton nouveau corps? Enfin, l'âge que tu veux avoir? Je sais que soixante ans c'est pas très tentant, mais regarde moi, j'ai encore la forme. Je suis sûr que tu seras pareil à mon âge. Tu en penses quoi? On part sur soixante ans? Ou plus?"

    J'étais tout excité, c'était une première pour moi aussi, même si en réalité ça ne l'était pas. Mais tout ça était bien trop difficile à expliquer, même pour moi.



Elijah Snake
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Elijah Snake

| Avatar : ➹ Robert Downey Jr.

God and Monster [Fe] - Page 2 788991artemis

✲ Amuse toi bien douce enfant...
...pendant qu'il en est encore temps. ✲

God and Monster [Fe] - Page 2 545828ares

✲ Car à l'aube du temps...
...tout prendra fin. ✲

| Conte : ➹ Hercule
| Dans le monde des contes, je suis : : ✲ Hadès, l'unique dieu des Enfers. ϟ

God and Monster [Fe] - Page 2 82095759xy

| Cadavres : 169



God and Monster [Fe] - Page 2 _



________________________________________ 2014-05-03, 13:54

God and Monster [Fe] - Page 2 Tumblr_n47dhyMkfr1qa51p2o1_250 God and Monster [Fe] - Page 2 Tumblr_livxcby7YI1qgkt33

    Mon dieu, voilà qu'il se mettait à jouer le héros et en plus il y mettait le paquet. Flammes dans les mains, regard noir... Wouah, j'étais à deux doigts de flipper. En plus il avait vraiment l'air méchant... Oulala...

    "Range tes petites mains dans tes poches mon garçon. Tu ne fais pas le poids."

    Je m'étais tourné vers Aphrodite qui semblait plutôt inquiète, mais moi je m'éclatais. C'était vraiment amusant de le voir vouloir prendre la défense de quelqu'un à qui je n'aurai pas fait de mal. D'ailleurs à lui non plus je ne comptais pas en faire. Quel adorable petit garçon...

    "Notre fils est vraiment pas croyable. Tu te rappelles, je t'ai dit pour le mariage, les coups de poings et tout ça. Il adore la violence, je me demande bien de qui il peut tenir ça. Pas de moi en tout cas, je suis un dieu de la non violence. Je ne toucherai jamais à qui que ce soit et encore moins à quelqu'un de ma famille. Car la famille c'est sacré, n'est ce pas, Aprhodite?" "Traitresse !"

    J'avais bougé mes doigts dans tous les sens, histoire de me détendre un peu et je m'étais tourné de manière à être bien face à Elliot. Quelques flammes bleues étaient apparus sur le bout de mes doigts.

    "Alors c'est comme ça que tu vois la chose? Tu vas me lancer tes petites flammes et je vais les intercepter, puis t'en relancer d'autres et on arrivera juste à mettre cet appartement sans dessus dessous. D'un côté, rayé cet immeuble serait une bonne chose, vue que cette Merida a plusieurs mois de loyers en retard. Une stripteaseuse qui n'arrive pas à arrondir ses fins de mois... Soit elle n'est pas très douée, soit elle est très dépensière."

    J'avais jeté un petit coup d'oeil à Aphrodite.

    "Tu pourrais lui donner des conseils pour mettre son corps en valeur, non ? Pour pouvoir attirer tous les hommes qu'elle veut dans son lit. Elle pourrait étendre son commerce, histoire de pouvoir enfin subvenir à ses besoins, tu en penses quoi?" "Sale trainée !"

    Mon attention était à nouveau portée sur le jeune garçon. Je pouvais lire en lui comme dans un livre ouvert. Il avait vraiment envie de me mettre la raclée. Est ce que j'allais devoir affronter les deux, ou elle me laisserait lui faire payer son affront?

    "Je vais te donner un bon conseil... Tu vois la porte qui est derrière toi? Franchis la et ne remet plus jamais les pieds ici. D'ailleurs, ne reviens plus jamais dans cette ville. Quitte la pour toujours. Parce que fils ou pas, si je revois encore une fois cette vieille carcasse qui te sert de corps, je le réduirais en cendres. Et crois moi, ça ne sera pas beau à voir. Qui plus est, je ne me contenterai pas uniquement de toi, je toucherai à tous ces gens qui te sont proches, même aux éléphants à grandes oreilles."

    J'avais achevé ma phrase par un petit sourire moqueur. Franchement, un dieu et un éléphant, on en était tombé bien bas.

    "Va t'en et ne me force pas à me répéter."




Aryana Cloud-Sandman
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Aryana Cloud-Sandman

| Avatar : Dianna Agron & Charlize Theron

God and Monster [Fe] - Page 2 Pj1w

“ Vous ne pourrez jamais comprendre.
Tout ce que je fais, je le fais pour Elliot. ”

God and Monster [Fe] - Page 2 554z


God and Monster [Fe] - Page 2 XtFsyhL


| Conte : Hercule
| Dans le monde des contes, je suis : : Aphrodite

God and Monster [Fe] - Page 2 808687arya

| Cadavres : 2677



God and Monster [Fe] - Page 2 _



________________________________________ 2014-05-03, 23:03


« Hope you never grow old »

    Il était une fois un petit garçon. Un tout petit héros. Il était né au coeur de la tempête. Mon petit miracle, mon Elliot. Il avait hurlé dès qu'il était sorti de mon ventre. Il était déjà armé d'une force peu commune, celle qui habite le meilleur des hommes. En le prenant pour la première fois dans mes bras, j'avais senti cette force m'envelopper toute entière. Je ne tremblais plus, je me sentais plus forte, moi aussi. Toute la souffrance s'en était allée lorsque j'avais plongé mon regard dans le sien. On dit que les bébés ne sourient pas. Elliot, lui, a éclaté de rire. Ce son est resté à jamais gravé dans mon coeur. Pour une femme, donner la vie est éprouvant. Pour une déesse, c'est comme subir une régénération sans obtenir une nouvelle enveloppe corporelle. Nul ne pensait que j'allais survivre mais dès que j'ai croisé son regard, j'ai su que j'allais résister à l'appel du néant. Il était ma lumière au bout du tunnel.

    J'avais levé les yeux vers François qui s'était penché pour me serrer dans ses bras. La maison intemporelle n'avait jamais été aussi silencieuse, même si la tempête faisait rage au dehors. Notre étreinte avait semblé duré une éternité, puis il s'était éloigné, s'effaçant pour le laisser voir Judah. Il était nonchalamment appuyé contre le baldaquin du lit, hautain comme à son habitude. Il nous fixait, Elliot et moi, mais je savais très bien qui il regardait vraiment. Le sang battait à ses tempes, sa mâchoire était contractée. Il n'était pas contrarié, il... souffrait. Le sourire qui était né avec le rire d'Elliot s'effaça de mes lèvres et sans lâcher Judah des yeux, j'avais soulevé notre fils dans mes bras pour le tendre vers lui.

    "Prends-le dans tes bras."
    lui demandai-je. "Juste cette fois. Tu en as besoin autant que lui."

    Un rictus avait déformé ses traits et il était passé devant nous sans desserrer les dents. Ce fut la dernière fois que je le vis sous cette apparence. Ensuite, il avait soulevé les démons, invoqué les ténèbres les plus obscures afin de terrasser nos frères, nos ennemis dirigés par Zeus, le dieu fou qui voulait tuer l'aberration né de notre amour. Elliot l'ignorait, mais il était l'origine de la discorde qui avait créé la fin des dieux. S'il savait qui il était vraiment...

    Tandis qu'Elijah parlait, j'entendais d'autres mots dans mon esprit, susurrés à la façon d'un serpent furieux. Traîtresse... Sale traînée... Je n'avais eu besoin que de quelques instants pour comprendre. Ce comportement n'était pas celui d'Elijah, ni même de Hadès. J'étais stupéfaite de ma découverte, mais tout me semblait logique. Il surjouait, il insistait trop avec ses "mon garçon", "notre fils"... Il s'exprimait comme un vieillard. Je tressaillis et m'avançai, passant devant Elliot qui émit une exclamation exaspérée. Sans me tourner vers lui, je déclarai :

    "Elliot, fais ce qu'il te dit. Va-t-en."

    Le ton de ma voix était catégorique, presque électrique. Il savait qu'il ne fallait pas discuter quand j'étais dans cet état. Mais il n'était plus un petit garçon, il risquait de désobéir.

    "Je sais qui tu es."
    dis-je en plantant mon regard dans celui de 'Elijah'. "Peu importe l'apparence que tu prends, je t'ai reconnu. Je sais aussi que tu n'es pas au maximum de tes capacités. Alors sois très prudent si tu t'en prends à mon fils, car je suis en mesure de te renvoyer bien plus bas que là d'où tu viens. Si tu touches à un seul de ses cheveux, je le ferai."

    Je me moquais de savoir comment il avait fait pour revenir. Cela ne m'intéressait pas. Qu'avait-il fait du véritable Elijah ? Judah avait été consumé par... Je passai ma langue sur mes lèvres, un peu ébahie par cette révélation. C'était un juste retournement des choses, mais c'était injuste tout à la fois. Hadès était censé avoir détruit toutes les menaces. M'avait-il mentie pour me rassurer ? Il avait juré que nul ne ferait de mal à Elliot, qu'il pourrait accomplir sa destinée...

    "Je trouve que tu es plutôt lent à te décider, mais d'un coté, tu as toujours été le plus vieux d'entre nous." fis-je d'un ton sarcastique. "N'est-ce pas, Zeus ?"

    Il était revenu pour accomplir ce qu'il avait échoué près de vingt ans plus tôt. J'en étais persuadée. Il ne savait pas ce que c'était de protéger son enfant. Il avait eu des tas de rejetons avec des mortelles, mais ils n'avaient été pour lui que des divertissements.

    "Elliot, va-t-en." répétai-je en sentant son souffle dans ma nuque. "Quant à toi" ajoutai-je à l'adresse de Zeus. "Retourne dans les nuages, trouve-toi une autre ville. Celle-ci est déjà prise."

    Tandis que je parlais, les pointes de mes cheveux s'étaient changées en minuscules petites têtes aussi monstrueuses que celle des piranhas, pourvues de dents aussi fines que des aiguilles. Les créatures dévisagèrent Zeus de leur myriade de petits yeux blancs et avides. J'étais une reine dans l'art de la séduction, maîtresse de l'illusion, mais il savait très bien que mes illusions pouvaient mordre quand on s'y frottait de trop près... Je pouvais passer l'éternité à le torturer d'hallucinations, cela ne me posait aucun problème.

    J'entendis un "gloups" derrière moi et roulai des yeux. De toute évidence, Elliot était toujours là.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t7310-i-am-the-origin http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t8991-l-eternite-est-ephemere


Elliot Sandman
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Elliot Sandman

| Avatar : Pierre Niney *o*

God and Monster [Fe] - Page 2 Try5

Tous les mots sont fins
quand la moustache est fine...


God and Monster [Fe] - Page 2 Eu7xoqr

| Conte : Intrigue Divine
| Dans le monde des contes, je suis : : Le fils de Hadès et Aphrodite

Meilleur duo Awards

| Cadavres : 1568



God and Monster [Fe] - Page 2 _



________________________________________ 2014-05-03, 23:36



« D'après une théorie, le jour où quelqu'un découvrira exactement à quoi sert l'Univers et pourquoi il est là, ledit Univers disparaîtra sur-le-champ pour se voir remplacé par quelque chose de considérablement plus bizarre et inexplicable. Selon une autre théorie, la chose se serait en fait déjà produite. » Douglas Adams

    "Zeus ? Zeus comme le... dieu Zeus ?"

    Je jouais les étonnés, alors que j'aurais du m'y attendre. C'est vrai quoi, étant donné que mon père était une divinité, c'était logique que tonton Zeus vienne me voir à l'article de la mort. Mais d'après lui, il n'était pas vraiment lui. D'accord. Je ne voulais pas en savoir davantage. C'était Zeus, point barre. J'avais bien trop mal au crâne pour encaisser plus d'informations.

    J'étais face contre terre, le dos en explosé tel un meuble Ikea en kit. Je venais de dévaler un escalier d'une centaine de marches. Merci tonton. Je décollai ma joue du sol et une étoile dorée accompagna le mouvement avant de retomber dans un bruit clair. Zeus était retourné vers l'escalier et prenait la pose. Je m'assis en tailleur avec une grimace tout en massant mon dos douloureux. Soudain, je dévisageai mon "oncle" immortel.

    "Ma... régénération ? Mais je... je croyais que j'étais mort !"

    Je ne comprenais plus rien. Bon, j'étais content de ne pas etre un cadavre ambulant, mais que voulait-il vraiment dire par là ? Je pouvais choisir ce à quoi j'allais ressembler ! Trop cool ! Non attendez... trop pas cool. Je n'en avais aucune idée. J'aurais pu demander un physique à la William. Les épaules carrées et le regard tueur, c'est un piège à filles.

    "Je sais pas vraiment à quoi je voudrais ressembler... Il n'y a pas une brochure pour faire une sélection ?" demandai-je en haussant les épaules.

    Un genre de catalogue comme chez le coiffeur pour savoir quelle coupe on veut avoir, sauf que là, c'était un ravalement de façade intégral.

    "Est-ce que je ne peux pas tout simplement rester tel que je suis ? Je me sens bien comme ça. Je me sens... moi."

    Je connaissais déjà la réponse. Mais ça ne coûtait rien de demander. Je m'aperçus subitement que je ne mâchais plus rien. Sans doute avais-je avalé le chewing-gum en dévalant l'escalier sur le dos. Tant pis. Je me relevai avec difficulté, une main posée dans le creux de mes reins et m'approchai de Zeus avec méfiance -j'en avais marre qu'il me fasse tomber ou qu'il me frappe.

    "Il faut que je fasse quoi, concrètement ? Parce que quand je monte l'escalier, tu me fais redescendre. Et maintenant tu me parles de régénération alors que tu m'as dit que je devais me faire à l'idée que j'étais mort... Que dois-je faire pour... faire ce qu'il faut ?"

    Je me battais avec mes idées, j'étais dans le brouillard complet. Quel était le débile qui avait dit que la mort permettait enfin d'accéder à la sérénité ?



    Quelques minutes plus tôt,
    A l'autre bout de l'univers...


    "M'man... pourquoi tu as des serpents dans les hum... cheveux ?" demandai-je prudemment.

    Je m'étais reculé d'un bond, car les bébêtes semblaient vouloir me mordre. Je les pointai d'un doigt tremblant. Pourquoi tout foutait le camp, une fois encore ? Pourquoi fallait-il que ma mère, la dernière personne sur laquelle je pouvais compter, se mette à faire des trucs suspects avec sa chevelure ?

    "T'es... t'es comme lui en fait." fis-je, déglutissant avec peine. "Tu es, tu es, tu es..."

    "Je suis une déesse." coupa-t-elle sans aucune chaleur dans la voix. "Ne parle pas si vite, tu n'as pas ta ventoline sur toi."

    "Je n'ai plus d'asthme depuis mes onze ans, M'man !" répliquai-je avec véhémence.

    Comment avait-elle pu me mentir durant toutes ces années ? Elle ne m'avait jamais caché que mon père était un dieu, mais elle... pourquoi tous ces secrets ? Pourquoi ?

    Je portai mes mains enflammées à mes cheveux et les ébouriffai, totalement chamboulé. Elle se permettait de me donner des ordres, en plus ? Comme lui... comme mon père... Ils se valaient tous les deux...

    "Arrêtez de me dire ce que je dois faire !" m'écriai-je en les fusillant du regard. "Et comment ça c'est Zeus ? Je croyais que mon père était Hadès ! Oh, et puis je m'en fous. C'est du pareil au même. ça doit sentir la même chose quand c'est grillé !"

    Je ne me contrôlais plus. Sans prévenir, je poussai ma mère sur le coté et propulsai un jet de flammes en direction de Zeus, Hadès... Peu importait son nom ! Le feu l'atteignit en plein visage et le fis disparaître pendant un bref instant dans un rideau de fumée et de flammes qui s'élevèrent jusqu'au plafond. Je n'avais pas baissé les mains, elles étaient toujours tendues vers lui et il semblait que le feu, tout comme ma rage et ma peine, se déversaient de mes paumes telles des plaies béantes. Je hurlai, j'avais mal. Je n'avais jamais eu aussi mal. Le feu me consumait littéralement.

    J'entendais un autre cri, plus aigu, mais je ne savais pas à qui il appartenait. Les flammes dévoraient mes yeux. Je ne voyais plus rien mais je savais où était ma cible. J'étais allé bien trop loin, mais je n'avais pas prémédité cette attaque. Le feu parlait à travers moi, il m'indiquait le chemin à suivre.

    La route que j'empruntais était bâtie sur des cendres.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t974-call-me-god-elli http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t11851-elliot-this-is-my-kingdom-come http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t1908-la-vie-trepidante-d-un-demi-dieu


Elijah Snake
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Elijah Snake

| Avatar : ➹ Robert Downey Jr.

God and Monster [Fe] - Page 2 788991artemis

✲ Amuse toi bien douce enfant...
...pendant qu'il en est encore temps. ✲

God and Monster [Fe] - Page 2 545828ares

✲ Car à l'aube du temps...
...tout prendra fin. ✲

| Conte : ➹ Hercule
| Dans le monde des contes, je suis : : ✲ Hadès, l'unique dieu des Enfers. ϟ

God and Monster [Fe] - Page 2 82095759xy

| Cadavres : 169



God and Monster [Fe] - Page 2 _



________________________________________ 2014-05-04, 00:35

God and Monster [Fe] - Page 2 Tumblr_inline_mplxhugqrw1qz4rgp

    Les dieux sont comme les héros, ils ne meurent pas. Le temps ne les affecte pas. Ils ne souffrent pas. Et pourtant, la douleur me traverse, me brûle, me consume de l'intérieur. Puis la douleur explose dans ma tête. Je sens l'onde brutale parcourir mon corps, qui se cambre et se contracte à m'en rompre les os. La douleur me traverse, me brûle, me consume de l'intérieur. Puis elle reflue, comme une vague revient se perdre dans l'océan après s'être jeté sur le sable. J'en profite pour reprendre mon souffle, mes narines inspirant l'air glacé avec avidité. La douleur de son coté se tapie profondément au fond de ma chair, comme pour se régénérer elle aussi et revenir plus tard. Le souffle saccadé, je tente de maitriser la panique qui s'installe en moi. Alors je lève les yeux au ciel pour scruter le ciel. Je sens l'orage arriver, je sens la foudre répondre à mon appel. Même si des planches de bois nous séparent, je sais qu'elle est là et qu'elle attend mes ordres. Mais quelque chose bloque mes pensées, comme si on tentait de m'empêcher de l'invoquer. Elle ne m'entend pas, alors je me consume seul, sans personne pour me tenir la main, encore une fois.

    Le plafond en bois. C'est la première chose que mes yeux voient quand le feu cesse de brûler ma peau. J'ai le droit à une seconde de répits avant que mon corps explose et que je sente les multiples mains qui m'emprisonnent pour m'empêcher de bondir. Mais aucune ne m'empêche de hurler. Alors je hurle. C'est le seul moyen que je trouve pour expulser le déversement de douleur qui me submerge. Mon cri se fait entendre à des kilomètres, mais je suis déjà tellement loin que ça n'a plus d'importance. Je sens mon corps changer, devenir plus jeune, plus résistant. Quand tout s'arrête te prend fin, je suis toujours le même, vieux et ridé, perdu dans un corps qui n'est pas le miens. La régénération n'a pas eu lieu, quelque chose l'en a empêchée. Sale petit rusé.

    Aphrodite se tenait par terre à plusieurs pas de moi, sans doute la puissance du choc qui avait dû faire écho sur elle. Il ne contrôlait pas sa puissance, il attaquait à l'aveuglette et c'est ce qui causerait sa perte. Je m'étais approché de lui à découvert. A son regard j'avais de suite compris quel sentiment il éprouvait et je pouvais admettre qu'il avait peur de moi. Car oui, j'aurai dû ressembler à un homme brûler, voir même ne pas me relever. J'avais souffert, ça je pouvais bien le lui laisser, mais j'étais comme un sou neuf devant lui. Même mon costume n'avait pas pris la moindre poussière, tandis que l'appartement derrière moi ne ressemblait plus à grand chose.

    A cet instant précis, j'aurai dû être en colère et avoir qu'une envie en tête, celle de me venger, mais au lieu de cela, je souriais. J'étais l'homme le plus heureux au monde. Si je m'étais laissé aller, je me serai approché de Elliot et je l'aurai serré bien fort dans mes bras. Qu'est ce que je pouvais l'aimer ce garçon ! Si seulement je l'avais su plus tôt, tout ceci ne serait jamais arrivé. C'était évident qu'on m'avait dupé, c'était logique qu'il n'était pas celui que je croyais. J'avais pointé mon doigt sur Aphrodite en lui faisant un grand sourire.

    "Tu n'aurais pas dû me le cacher, c'était inutile."

    Puis, je m'étais tourné vers Elliot et j'avais secoué la tête en m'approchant de lui.

    "Tu ne peux pas savoir comme je suis heureux mon garçon! Tu n'as pas idée de tout le bien que tu viens de me faire. Je t'ai tellement... crains et maintenant... Maintenant tu es là devant moi et... Ca n'a plus la moindre importance, tu n'es pas celui que je croyais. Il n'existe même pas!"

    J'avais posé mes deux mains sur les épaules du jeune garçon tout en tournant la tête vers Aphrodite, le sourire toujours aux lèvres.

    "Considère que je te pardonne. Après tout on a tous beaucoup perdu dans cette guerre et la famille c'est sacré. Tu n'as plus rien à te reprocher, quand je serai revenu, tu pourras reprendre ta place à mes côtés."

    J'en avais limite les larmes aux yeux, c'était tellement émouvant de retrouver enfin ma vie d'avant, de savoir que j'allais retrouver mes frères, mes soeurs, mon Royaume. Il n'y avait que Hadès qui ne remettrait plus jamais les pieds à Olympe. Mais c'était pas grave, je lui pardonnerai à lui aussi. Si j'avais été à sa place, moi aussi j'aurai tout fait pour protéger ma famille.

    "La famille c'est sacré. Tu comprends ça n'est ce pas?" avais-je dit à Elliot en le regardant bien droit dans les yeux et en détachant mes mains de ses épaules pour les poser sur ses joues. Puis, je l'avais attiré vers moi et je l'avais serré dans mes bras. Qu'est ce que ça faisait du bien de sentir cette chaleur, de pouvoir enfin reprendre quelqu'un tout contre moi. C'était la chose qui m'avait le plus manqué. De là où je venais, seul le froid m'enveloppait, mais c'était fini. Je l'avais serré bien fort pour lui montrer à quel point je lui étais reconnaissant. J'en revenais toujours pas de l'avoir crains si longtemps, d'avoir mis tant d'hommes à sa recherche par le passé, d'y avoir consacré tellement d'efforts et d'avoir en partie était responsable de ce conflit familial. Mais tout était fini et pour de bon cette fois ci. Je sentais quelque chose coulait le long de mon dos et j'avais reculé le jeune garçon pour poser une nouvelle fois mes mains sur ses joues.

    "Tu comprends, j'espère? Ca ne peut pas en être autrement..."

    Je voyais le sang sortir de sa bouche, couler le long de son menton, descendre sur ses habits. Je sentais la chaleur le quitter mais je ne voulais pas le laisser tomber. Je laissait mes mains sur ses joues. Puis je les avais redescendu le long de ses bras pour l'aider à se mettre à terre sans tomber et se fracasser les os. C'était en quelque sorte aussi quelqu'un de ma famille. La famille c'était sacré...

    "Je suis désolé, mais je ne peux pas laisser ce qu'il a fait impunis. Tu es la personne qui compte le plus à ses yeux et tu n'es pas vraiment de la famille... Repose en paix mon garçon, tu as sauvé bien des vies en mourant."

    Je n'avais pas fait grand chose. J'étais le dieu le plus puissant de la création. Arrêter un coeur, créer une hémorragie interne, stopper le fonctionnement de ces corps si fragile, c'était tout a fait dans mes cordes. Je ne voulais pas qu'il souffre, donc ça avait été rapide. Juste quelques secondes d'agonie et voilà que je sentais la vie le quitter. Je n'avais qu'un regret, que Aphrodite soit témoin de cette scène. Elle m'en voudra quelques temps, c'est évident, mais elle finira par comprendre que c'était bien mieux ainsi. Après tout, qu'il était ou non l'enfant que je craignais, il n'aurait jamais dû exister. Tout était rentré dans l'ordre, j'allais pouvoir poursuivre mon oeuvre.




Elijah Snake
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Elijah Snake

| Avatar : ➹ Robert Downey Jr.

God and Monster [Fe] - Page 2 788991artemis

✲ Amuse toi bien douce enfant...
...pendant qu'il en est encore temps. ✲

God and Monster [Fe] - Page 2 545828ares

✲ Car à l'aube du temps...
...tout prendra fin. ✲

| Conte : ➹ Hercule
| Dans le monde des contes, je suis : : ✲ Hadès, l'unique dieu des Enfers. ϟ

God and Monster [Fe] - Page 2 82095759xy

| Cadavres : 169



God and Monster [Fe] - Page 2 _



________________________________________ 2014-05-04, 00:52

God and Monster [Fe] - Page 2 000010


Aryana Cloud-Sandman
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Aryana Cloud-Sandman

| Avatar : Dianna Agron & Charlize Theron

God and Monster [Fe] - Page 2 Pj1w

“ Vous ne pourrez jamais comprendre.
Tout ce que je fais, je le fais pour Elliot. ”

God and Monster [Fe] - Page 2 554z


God and Monster [Fe] - Page 2 XtFsyhL


| Conte : Hercule
| Dans le monde des contes, je suis : : Aphrodite

God and Monster [Fe] - Page 2 808687arya

| Cadavres : 2677



God and Monster [Fe] - Page 2 _



________________________________________ 2014-05-04, 21:23


« Come on baby can you bleed like me ? »

    On espère toujours que son enfant ne va jamais grandir. On voudrait qu'il reste pour toujours un petit garçon, qu'il recherche toujours la chaleur de nos bras. Je n'étais pas sotte, je savais très bien que ce n'était déjà plus le cas. Mon fils avait grandi, et j'étais fière de l'homme qu'il était devenu. Il faisait de mauvais choix, il prenait de mauvaises décisions, mais c'étaient toutes ces petites faiblesses qui faisaient de lui un être humain. A mes yeux, rien n'avait davantage de valeur. J'avais souhaité tant pour lui. Pas de palais dans les nuages ni de mortels qui loueraient son héroïsme, mais une existence fondée sur l'altruisme et la grandeur d'esprit. Bien entendu, je ne lui avais jamais dit tout cela. Il faut savoir taire ces choses-là.

    Mais à présent que j'étais à terre et que je voyais sa puissance enflammée se déverser de ses mains, je n'avais qu'une envie : lui crier dessus. Que venait-il de faire ? Il était furieux, il avait agi sous le coup de la colère... Mon coeur palpitait dans ma poitrine. Il avait agressé un dieu, mais pas n'importe lequel : Zeus. Je me sentais coupable. C'était de ma faute s'il se sentait trahi. J'aurais du lui dire depuis longtemps ce que j'étais. A présent, il était trop tard.

    Les flammes n'avaient eu aucun effet sur Zeus, bien entendu. Oh, il avait certainement souffert sur le moment, mais c'était désormais un lointain souvenir pour lui. Je me relevai d'un bond, bien décidée à intervenir si jamais il lui venait à l'esprit de se venger pour l'affront qu'Elliot venait de lui faire.

    "Laisse-le." lui dis-je. "Il ne sait pas ce qu'il fait. Ce n'est qu'un enfant !"

    Elliot fronça le nez sur cette remarque. Je voyais qu'il respirait par saccades. Son front était moite de sueur. La fournaise qu'il avait produite avait bien failli le transformer en torche vivante. Il fallait qu'il cesse de se montrer aussi emporté. Il n'était pas suffisamment fort pour supporter tant de pouvoir...

    Zeus m'ignora. Il s'approcha de mon fils. Il semblait soulagé, heureux, même. Je restai sur mes gardes, je n'avais pas confiance en lui. Je n'avais confiance en personne. Il posa les mains sur ses épaules. Je m'avançai davantage, mais je sentis alors mes jambes s'immobiliser. Mon corps tout entier était devenu raide.

    "Non ! Ne..."

    Ma bouche se scella. Je poussai de faibles couinements. Je tentai de combattre les assauts de son pouvoir mais c'était vain, je le savais bien. Il était nettement plus fort que ce que je croyais.

    Impuissante, je le vis encadrer le visage de mon fils de ses mains tout en lui parlant avec douceur. Puis il le prit dans ses bras avant de le faire reculer. J'avais envie de hurler, mais c'était déjà trop tard. Elliot émit un halètement étranglé avant qu'un filet de sang ne coule le long de ses lèvres. Il tenta de se dérober mais Zeus avait toujours les mains posées sur ses joues. Je lisais de la terreur dans les yeux écarquillés de mon fils. Puis, un voile passa sur ses pupilles, comme s'il était déjà loin...

    Tu es la personne qui compte le plus à ses yeux...

    Cette phrase raisonnait dans ma tête à l'infini. Je ne pouvais plus le supporter. Le sang s'écoulait de la bouche entrouverte d'Elliot, roulait sur son menton et tachai sa chemise... Tu es la personne qui compte le plus à ses yeux, qui compte le plus à ses yeux, ses yeux...

    Il s'affaissa avec une lenteur abominable et Zeus l'aida à s'allonger. Ce ne pouvait pas être possible. Ce n'était pas en train d'arriver. La personne qui compte le plus à ses yeux...

    Judah, viens je t'en prie. Je t'en supplie. Venge notre fils. Seule, je n'y arriverai pas. A deux, nous pourrions...

    Je l'implorai de venir, mais j'oubliais que Judah était déjà mort. Tué par la même personne qui était en train d'achever mon fils.

    "NOOOON !"

    Un cri s'échappa de mes lèvres et je courus jusqu'à lui. J'étais de nouveau libre de mes mouvements. Je savais que c'était parce que c'en était fini. Je m'agenouillai et le pris dans mes bras, posant sa tête tellement lourde sur mes genoux.

    "Elliot ! Reste avec moi ! ELLIOT !"

    Ma voix se brisa. Je me penchai au-dessus de lui, la pointe de mes cheveux blonds se colorant déjà de rouge au contact de son menton ensanglanté. Ses yeux étaient grand ouverts et me fixaient d'un air interrogateur. Je fondis en sanglots, passant nerveusement une main sur sa joue imberbe.

    "Ne me laisse pas. Pas toi..." murmurai-je en fermant les yeux et en posant délicatement mon front contre le sien. "Ne me laisse pas seule..."

    Tous étaient partis. Tous étaient morts ou sur le point de l'être. Il n'y avait plus que moi sur cette terre désolée. Cela n'aurait pas du être ainsi. C'était contre nature. Je ne pouvais être la dernière. Non, il en restait un autre. Je soulevai les paupières et levai les yeux brouillés de larmes vers Zeus.

    "Jamais je ne serai de ton coté." crachai-je. "Tu peux me tuer aussi, ça m'est bien égal."

    Mais avant cela, je tenterai par tous les moyens de le détruire. Je savais que je n'y parviendrai pas ; je mourrai en essayant. Mais avant, avant... Il fallait attendre une chose. Je savais que ça allait arriver. Je devais sécher mes larmes. J'avais agi comme une sotte. Elliot allait revenir. Les oracles n'avaient pas menti à son sujet. Il était promis à un grand avenir. Son histoire ne pouvait se résumer à ça.

    Je plaçai les mains de chaque coté de son visage et attendis, la tête penchée. Je caressai délicatement ses joues, comme pour l'encourager à revenir vers moi, mais tandis que je faisais ce mouvement de va-et-vient, je sentis quelque chose de granuleux sous mes doigts. Comme du sable, ou...

    Oh non. La peau d'Elliot s'effritait sous mes doigts. Je le sentais partir loin, se dérober à la vie qui attendait. Dans un effort désespéré, je tentai de le retenir, mais mes doigts ne rencontraient que des cendres. Tout son corps s'effrita, se désagrégea, jusqu'à se transformer en un tas de cendres.

    Je laissai échapper un hoquet à mi-chemin entre l'étonnement et la douleur et observai mes mains tremblantes couvertes de poussière mortuaire.

    "Elliot...?" balbutiai-je.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t7310-i-am-the-origin http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t8991-l-eternite-est-ephemere


Contenu sponsorisé




God and Monster [Fe] - Page 2 _



________________________________________

 Page 2 sur 3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

God and Monster [Fe]





Disney Asylum Rpg :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations



Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser