Sur le Fil
du Rasoir
de Nat

Le Péché Divin
de seb

Merry Christmas
de Nanis


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Sur le Fil du Rasoir ☆ Evénement #88
Une mission de Balthazar Graves - Ouverture : 22 novembre 2017
« Serez vous prêt à venir flotter en bas avec notre Clown ? »

Partagez | .
 

 I put a spell on you ♛ Jules

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Robyn W. Candy


« On flotte tous en bas !
Viens flotter avec nous ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Jennifer Lawrence

Ѽ Conte(s) : Les mondes de Ralph
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Vanellope Von Schweetz, ou la princesse d'un royaume de sucreries qui préfère conduire des voitures en gâteaux

☞ Surnom : Even

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2291
✯ Les étoiles : 14615




Actuellement dans : « On flotte tous en bas !Viens flotter avec nous ! »


________________________________________ Ven 1 Déc 2017 - 1:45


Upside Down & Inside Out

Ma mère avait l'air de savoir cuisiner. Même si j'étais pas du tout fan du salé, sauf dans une plaquette de beurre ou dans un pot de caramel, mon estomac pouvait pas s'empêcher de grogner à la vue des plats posés sur la table et qui sentaient tout particulièrement bons. Pourtant, malgré l'aspect vachement appétissant des pommes de terre dégoulinantes de beurre, je restais renfrognée sur mon siège, les bras croisés. Un peu de la même manière que mon père, en fait. On faisait tout les deux la gueule, mais probablement pas pour les même raisons. Lui avait l'air de vouloir éclater son assiette sur la tête de Jules. Et moi... bah peut être que je voulais la même chose, en fait.

Quand celui-ci remplit mon assiette sous le regard ravi de ma mère, je me contentais de grommeler un "merci" à peine compréhensible, les yeux toujours rivés sur les patates. J'avais faim mais il avait réussi à me couper l'appétit, l'autre abruti. Et le pire, c'était qu'il faisait comme si de rien n'était. Non mais il avait conscience que ce qu'il avait dit était carrément dégueulasse? Si ça se trouvait, c'était juste moi qui me faisait des films. Ses paroles étaient peut être super normales, et je m'offusquais pour que dalle. Mais quand même. Quand même! Genre la fidélité ça sert à rien? C'est cool d'être libertin? Il se foutait de ma gueule ou quoi? Y avait quoi de cool là dedans? Eh bah j'en savais foutrement rien. Mais j'étais sûre de détester ça. Rien que le mot était moche. Ça sonnait même pas bien. Et puis on en parlait ou pas du "je jouerai plus les prétendants"? Ça voulait dire quoi ça aussi? Raaah mais que ce qu'il m'énervait! J'avais qu'une envie: me lever de table et aller m'enfermer dans ma chambre pour tabasser un ours en peluche, en imaginant que c'était le visage bien trop parfait de Monsieur Verne le Libertin.

- Ma Tagada, tu veux de la sauce? Plus de pommes de terre?

Je captais pas tout de suite que c'était moi qu'on appelait. Mais si, Tagada ça avait l'air d'être le petit surnom que me donnait ma mère. De l'autre côté de la table, cette dernière m'adressa un regard un peu inquiet. Je pouvais presque lire dans ses yeux les signaux d'alarme qui devaient être en train de s'afficher dans son cerveau de maman. Je devais avoir l'air un peu trop contrariée, du coup elle était en panique. Et merde.

Me redressant sur ma chaise pour m'accouder à la table et prendre ma fourchette, je me forçais à sourire et secouer la tête pour lui faire comprendre que non, j'avais besoin de rien et surtout qu'elle avait pas besoin de s'inquiéter. Elle me rendit mon sourire, en hochant la tête, sans pour autant cesser de me jeter des petits coups d'oeil en coin comme si elle avait peur qu'il m'arrive quelque chose. Elle devait être une mère surprotectrice. Ou alors toutes les mères étaient comme elle?

Au moment où j'allais faire l'effort de goûter à ces fameuses patates, malgré mon manque d'apétit dû à un élément perturbateur assis à cette table, un nouvel individu débarqua. Je restais la fourchette figée en l'air, le coeur battant, en me rendant compte que c'était sûrement mon frangin. Mon petit frère. Waouh. L'idée d'être grande soeur m'avait fait délirer, mais c'était méga bizarre de se dire que ça allait devenir réel. Est-ce qu'on allait bien s'entendre? Lui aussi il avait un truc carrément Candy?

- Putain de bordel de merde.

C'était sorti tout seul. Heureusement que j'avais murmuré, parce que sûrement que mes parents m'auraient assassinés pour avoir osé parlé comme ça. Mais là, tout de suite, je m'en foutais de la politesse. Parce que c'était bien mon frère, qui venait de rentrer. Mon frère. Qui était en réalité Elliot. Aka le Girafon. Aka le mari de Lily. Aka TU PEUX PAS ÊTRE MON FRERE PUTAIN!

Figée comme une statue de chocolat, je restais sur ma chaise, mon bout de patate toujours piqué sur ma fourchette qui elle était toujours en l'air, bouche bée, à essayer de comprendre pourquoi. Pourquoi Elliot avait rejoint ma famille Candy. Pourquoi il se faisait passer pour mon frère. Pourquoi il arrêtait pas ses conneries. Pourquoi il était habillé comme un chasseur de fantômes. Pourquoi il avait des bonbons et pas moi. Ah et aussi pourquoi il était tout gentil avec moi alors qu'en général il en aurait profité pour me lancer une pique à la con. Que ce qu'il avait ce soir? Il s'était fait percuté par une voiture et ça lui avait déglingué le cerveau?

J'avais très envie de me lever pour le choper par les épaules et le secouer jusqu'à ce qu'il avoue la vérité, toute la vérité, rien que la vérité. Mais voilà que mes parents qui avaient été figés s'étaient remis à vivre. Tant mieux d'ailleurs, parce que les voir bloqués avait été très dérangeants. Je préférais les voir comme mes vrais parents que des espèces de pixels dans un jeu grandeur nature. En fait, on se ressemblait vraiment. On avait tout les trois été créés dans un jeu. Sauf que moi, à la fin, j'allais rester réelle. Et pas eux.

- Alors? Tu t'es bien amusé ? La récolte a été bonne? Personne ne t'as embêté?

"Notre" (Yerk) mère tenta de rester souriante, mais ses sourcils se froncèrent avec une pointe d’appréhension dans le regard. Quoi? Elliot ressemblait à rien et était intéressant, qui prendrait la peine de le faire chier, à part moi? Mais même Jim était sur la défensive, tendu au possible, en attendant sa réponse. Eh oh... C'était moi qui me faisait des films ou c'était lui le préféré? À cause de sa disparition dans les bois?

Avant que Elliot puisse répondre, l'énorme téléphone jaune accroché au mur sonna. Nos parents sursautèrent en même temps et échangèrent des paroles silencieuses, les yeux dans les yeux, en osant pas se lever pour répondre malgré les longues sonneries qui résonnaient et nous vrillaient les tympans. Finalement, notre père se leva pour aller décrocher, non sans une espèce de crainte qui me mit mal à l'aise. On avait l'air d'avoir un problème avec le téléphone.

- Allô?

Même sa voix avait l'air hyper tendue. Sa main s'était instinctivement posée sur sa ceinture, se crispant sur une arme invisible qu'il portait pas. Le geste était exactement le même que celui d'un cow-boy. Mais ses épaules se relâchèrent tout à coup et il se tourna vers nous en soupirant et en roulant les yeux, pour signaler qu'y avait rien de grave. Ma mère soupira de soulagement, en laissant échapper un petit rire nerveux. Eh bah... On était aussi vachement sujets au stress dans la famille, non?

- Hum hum. Ouais. Je m'en occupe. Joyeux Halloween à toi aussi.

Le paternel raccrocha et se pinça l'arête du nez, exaspéré par la conversation qu'il venait d'avoir, avant de revenir vers nous et poser sa main sur l'épaule de Joyce, qui s'empressa de glisser ses doigts tremblants entre les siens.

C'était Callahan. Y a des petits cons qui trouvent très drôle de kidnapper toutes les citrouilles qui ont le malheur de croiser leur chemin. Ce qui veut dire que le devoir m'appelle.

Il soupira, se pencha pour embrasser ma mère sur le front et s'en alla enfiler son blouson décoré d'une enseigne de flic. Ah bah ceci expliquait cela.

- M'attendez pas pour terminer. Je me réchaufferais une assiette en rentrant.

Faisant le tour de la table, il passa une main dans les cheveux d'Elliot pour les ébouriffer et, après une hésitation, passa un bras autour de mes épaules pour me serrer brièvement et un peu maladroitement contre lui. Ça voulait dire qu'il m'en voulait plus? En tout cas, maintenant, j'avais plus du tout envie de lui gueuler dessus et de chercher à le faire rager. Son comportement extrême lui avait été pardonné dès que la surprise était passée et que je m'étais rendue compte que son étreinte était un maladroit "je t'aime quand même, sale môme".

- Et si je venais avec toi?

Ma mère venait de bondir de sa chaise pour se précipiter vers lui, avant qu'il quitte la maison. Elle attrapa son chapeau pour le poser sur le sommet de sa tête, avec un sourire en coin charmeur.

- Je pourrai te tenir compagnie...Dans la voiture... Je garderai ton café pendant que tu sauveras les citrouilles.

Elle caressa son bras, lentement, en faisant des vas et viens du bout des doigts. Ils restèrent plantés là, à se dévorer du regard, avant que finalement notre père se râcle la gorge, toussote un peu et aide sa femme à enfiler son manteau.

- On... hum.... On rentrera sûrement un peu tard. Alors tenez vous à carreau. Surtout toi là bas.

Il plissa les yeux à l'attention de Jules, avant de disparaître, emporté par ma mère qui pouvait pas s'empêcher de glousser. Dès qu'il quitta la maison, elle se pencha par l'encadrement de la porte pour nous envoyer un baiser à moi et Elliot.

- Soyez sages et ne mangez pas trop de bonbons! Robyn, ma chérie, tu fais bien attention à ton frère, d'accord? Elliot, tu évites de te coucher trop tard, même si nous ne sommes pas là pour te dire bonne nuit. Oh et Jules, c'était un plaisir de te rencontrer. Tu reviens à la maison quand tu veux! Bonne soirée!

Elle nous fit un dernier au revoir de la main, envoya encore quelques bisous, claqua la porte derrière elle, fit tourner la clé dans la serrure pour la verouiller et disparue pour aller passer une chouette soirée en tête à tête avec son mari. C'était... carrément dégueulasse, en fait. Je pouvais pas m'empêcher de penser que mes propres parents venaient de se tirer pour aller profiter tout les deux, tranquille la vie, à se faire des mamours à l'arrière d'une voiture comme des ados en chaleur. Beurk. Beurk beurk beurk!

- Putain Elliot que ce que t'as foutu? Que ce qui t'arrives?

À peine le rugissement du moteur de la bagnole emportant nos parents s'était éteint et que la lumière des phares illuminant les fenêtres avaient disparues que j'avais quitté ma chaise pour choper Elliot par les épaules et le secouer, comme j'avais rêvé de le faire un peu plus tôt.

- Tu t'es drogué, c'est ça? T'as pris un gros coup sur la tête? Tu fais une hémorragie cérébrale ou un truc du genre? Non mais parce que t'as pas du tout l'air d'aller bien! T'as créé une famille où on est frère et soeur. On se partage le même sang dans ton monde. Tu te rends compte de ça ou pas?

Il était peut être malade. En tout cas, il lui arrivait quelque chose de très grave. J'avais presque peur pour lui là. C'était flippant, cette façon de me regarder avec de grands yeux pleins d'amour. Je préférais quand il ressemblait à un mollusque qui essayait d'avoir l'air méchant.

- T'es gentil, mais te mêle pas de ça. C'est une affaire de famille qu'on essaie de gérer là.

Jules avait l'air de vouloir poser pleins de questions lui aussi, mais je l'avais coupé dans son élan. Un peu sèchement, d'ailleurs. Peut être un peu trop. Oh et puis c'était pas grave hein. Si on s'entendait plus ni rien, il allait sûrement pas en pleurer. Bah oui. On avait une relation "superflue", de toute façon. Donc sans grande importance, hein. Il allait s'en remettre rapidement. Après tout, y devait avoir des tas de gens libertins tout comme lui dans le monde.

- Elliot. S'te plaît, redeviens comme avant. Et arrête d'essayer de nous tuer dans ton putain de laser game parce que sinon je vais vraiment finir par t'en foutre une, même si t'es supposé être mon frère et que nos parents me tueraient si je levais la main sur toi!

D'ailleurs c'était trop spé, parce que mon reflet dans le verre d'un cadre accroché au mur à côté de nous montrait la moi ado en train de secouer un gamin de douze-treize ans grand max. J'allais avoir des regrets à tabasser un môme, quand même.

- Putain, qui a éteint la lumière? Jules? Tu fous quoi?

L'électricité venait tout à coup de se couper, nous plongeant dans le noir. Je soupçonnais Jules parce que... bah parce que je faisais ce que je voulais. Mais pourquoi il aurait fait ça?

À l'extérieur, il faisait nuit noir. Dans le genre tu sors sans lampe torche, tu te manges un arbre. Alors impossible d'y voir quoi que ce soit. Je tenais toujours fermement les épaules d'Elliot, mais ça allait pas m'aider. J'allais le lâcher pour essayer de trouver un interrupteur ou une lampe, quand les lumières se rallumèrent. Toutes les lumières. Chaque lampe qui servait de déco, chaque petite ampoule, chaque objets électrique. Je sursautais quand dans un coin de la maison The Clash se mit à hurler à pleins poumons "Should I Stay or Should I Go". Le plus étrange, c'était que les lumières arrêtaient pas de vaciller, de clignoter, de s'éteindre pour ensuite s'allumer comme des sales mômes en train de ricaner, mais pourtant la chaîne Hifi s'éteignait jamais et continuait à jouer la chanson sans être coupée.

La musique finit par cesser quand tout la maison s'éteignit de nouveau d'un coup. Il y eut un long silence, comme si personne n'osait parler, attendant que tout reparte en vrille et surtout la suite. Mais que dalle. Il faisait juste tout noir.

- C'est toi qui a fait ça?

La question était pour Elliot. Vu le boulet, ça venait sûrement de lui. Suffisait de se rappeler tout ce qui s'était passé dans les différents univers qu'on avait visité jusqu'ici. Mais ce fut la télé qui me répondit. Celle-ci s'alluma dans le fond de la pièce, illuminant le salon et la salle à manger d'une lueur bleuâtre plutôt flippante.

L'écran affichait rien, à part cette image de neige qui apparaissait quand on arrivait à capter aucune chaîne. Je me détendis très légèrement, en me rendant compte que ça servait à rien d'être autant sur mes gardes vu que c'était probablement qu'un problème d’électricité, rien de plus. La maison avait l'air plutôt vieille, et en plus elle était paumée au milieu de nul part. Pas étonnant qu'on capte que dalle ou que les lumières aient des petits problèmes.

- Darling you got to let me know... Should I stay or should I go.. If you say that you are mine... I'll be here 'till end of time...

Une nouvelle fois, je sursautais quand la musique se remit en marche. Sauf que cette fois, elle venait pas d'une chambre au fond de la maison. Non. Quelqu'un chantait d'une voix aigüe, traînante et enfantine, parasité par des ondes, mais à travers la télé.

Toujours aggripée aux épaules d'Elliot, je lançais un regard un peu effrayé quand même à Jules, un peu comme celui que ma mère avait eu pour Jim quand le téléphone avait sonné. Il le sentait le danger lui aussi?

- Dis moi que t'as casé une batte quelque part dans la maison, histoire qu'on puisse se défendre au cas où.

À la place de mon frère le Girafon, j'en aurais foutu absolument partout, dans toutes les pièces. Mais on devait pas avoir la même notion de la survie. Au pire, si y se passait un truc, on pouvait toujours essayer de s'en sortir en utilisant des pommes de terre comme arme. Si ça se trouvait, on allait être confronté à un monstre allergique à la purée. Vu le cerveau malade d'Elliot, je m'attendais au pire.




♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Should I Stay or Should I Go ?
I you say that you are, I'll be here until the end of time. So you got to let know. Should I stay or should I go ? This indecision's bugging me. Exactly who I'm supposed to be ? Come on and let me know.
En ligne
 Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2

I put a spell on you ♛ Jules





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les loisirs :: ➹ Laser Game