LE COFFRE
A JOUETS

AOUT 2019
de Fanny


PRACTICALLY
IMPERFECT

JUILLET 2019
de REGINA


AMAZONBIE
JUILLET 2019
de ANYA



Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Le Coffre à Jouets ☆ Evénement #114
Une mission de Fanny - Depuis le 21 août 2019
Vers l'Infini et au-delà !

Partagez
 

 La Dague et l’Épée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité


Invité


Anonymous



La Dague et l’Épée  _


Actuellement dans :

________________________________________ Lun 6 Nov 2017 - 19:05



La Dague et l’Épée


Kuja, Dakota, Soreth,
Mary





Dakota et moi revenions d'une chasse. Un cerf nous avait nourrit de son hémoglobine. Il me tardait de commencer la chasse aux humains mais Dakota s'y opposait farouchement.

En ce milieu d'après-midi, nous étions affalés sur mon canapé, le ventre bien rempli. Nous regardions une émission de télé-réalité spécial Storybrooke.

- Tu nous imagines nous deux dans ce genre d'émission ? Pouffais-je. Ça serait un bain de sang !

Les deux vampires que nous étions étaient tout le temps affamés. C'était très dur surtout pour moi, toute jeune vampire que j'étais, de rester aux milieux des humains sans en croquer un.
La faim revenait sans cesse et la sensation d'avoir le ventre plein ne durait pas longtemps.
D'ailleurs à la fin de l'émission, je sentais de nouveau la soif m'enflammer la gorge.

- Je n'avais mis une poche de sang de notre dernière chasse au frigo ? Demandai-je à mon compagnon.

Avec ma vitesse vampirique, je me dirigeais vers le réfrigérateur au fond de ma cuisine. J'ouvris la porte à la volée, la soif redevenait insupportable.
Le frigo était vide, seule une poche de sang trônait au milieu de l'étagère. Je m'en saisis brutalement et refermai le réfrigérateur.
Alors que j'allais boire ce petit jus de lapin que nous avions recueillis il y a quelques jours, quelque chose attira mon regard. Sur le comptoir entre la cuisine et le salon était posé le poignard. Cette dague toute rouillée que j'avais dans mes affaires depuis toujours sans savoir d'où elle venait. Sauf que la dague posait sur le comptoi n'était plus rouillée, elle était éclatante et semblait neuve. Son éclat semblait m'attirer vers elle.
Je sentis une force étrange s'exercer sur moi. Je posai la poche de sang. Et m'approchai lentement de l'arme. Je me sentais attirée par elle, je ne contrôlais plus mes gestes, plus mes pensées. J'approchai ma main de la dague et m'en saisis.
J'entendis vaguement Dakota me dire quelque chose, avant que je me coupe la paume de main à l'aide de la dague.

***

C'était incompréhensible. L'instant d'avant j'étais dans ma cuisine, et maintenant je me trouvais dans une espèce de carrière bordée de falaises. Mais tout semblait si étrange, comme déformé. Les quelques arbres que je percevais étaient voûtés si bien qu'ils semblaient faire une révérence.
J'étais en plein milieu d'une route goudronnée qui s'élevaient vers le ciel à 90 degrés. Et l'horizon était penché et le peu de nuages blancs qui était présent formaient des ronds parfaits. Les falaises qui bordaient l'endroit où je me trouvais, paraissaient fondre comme glace au soleil, elles dégoulinaient et de grosses gouttes de roches éclataient au sol chaque seconde.
Où est-ce que j'étais ?

Malgré ma situation, j'étais calme. J'avais pourtant toutes les raisons du monde de paniquer, j'étais en plein milieu d'un monde inconnu et j'étais seule totalement. Mais je ressentais une sérénité totale. Le genre de sérénité dont je rêvais tous les jours depuis que j'étais à Storybrooke.
Je m'assis sur un banc qui se trouvait non loin de moi, qui d'ailleurs avait la forme d'une immense pince à linge. Et je me mis à observer le paysage en me demandant ce que j'allais bien pouvoir faire pour me sortir de là.





Dakota Sorrow


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Dakota Sorrow


╰☆╮ Avatar : Jackson Rathbone

Ѽ Conte(s) : Twilight
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Jasper

☞ Surnom : Bloody Mary
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 212

La Dague et l’Épée  _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Lun 6 Nov 2017 - 20:18



La Dague et l’Épée


Kuja, Dakota, Soreth,
Mary





Tout avait changé dans la vie de Dakota en seulement quelques mois. Et depuis la transformation de Mary en Vampire nouveau-né, il ne faisait que la coller. Il ne voulait pas qu'elle devienne un monstre comme lui. Et bien qu'elle prétexte qu'elle était prête pour se nourrir d'humains, il refusait de lui infliger tout cela. Lui était bien trop accro à ce type de sang pour qu'elle le soit aussi. Elle n'avait pas besoin de devenir aussi dépendante que lui. Et c'était pour cela que depuis la transformation de la jeune femme, il ne faisait que se nourrir en forêt, ce qui l'affaiblissait un peu au passage...

Ce jour là, il venait de revenir d'une partie de chasse. En réalité, Dakota s'était à peine nourri. Mais peu importait. Parce que le plus important était que Mary ait fait le plein. Ils étaient maintenant assis l'un à côté de l'autre sur la canapé de la jeune Vampire, à regarder une émission de télé réalité. Du moins, Mary le faisait. Parce que Dakota lui était bien trop occupé à la dévisager du coin de l'oeil, tout en s'imprégnant de ses sentiments. Parce que ressentir autre chose que de la tristesse et de la souffrance était une toute nouvelle chose pour lui aussi...

Il grogna de frustration lorsqu'elle se leva. Il n'aurait plus aucun divertissement à part les pouffiasses blondes qui se battaient à la télévision. Il ramena son bras contre lui, puisqu'il l'avait passé autour des épaules de sa compagne auparavant, avant de lâcher :

- Vraiment, les deux blondes qui se battent me donnent mal de tête. Après, on se demande pourquoi elles meurent les premières dans les films d'horreur...

Dans tous les cas, Mary venait de disparaître de son champ de vision et il soupira. Bien évidemment qu'elle avait besoin de se nourrir plus que la plupart des autres Vampires. Après tout, elle restait un bébé...

- Dépêche toi, tu me manques...

Mais il n'y avait plus aucun bruit. Le blond arqua donc les sourcils, avant de se lever à son tour et de se rendre dans la cuisine. Mais il n y avait plus de traces de Mary. Au lieu de cela, il y avait simplement son poignard sur la table, avec... du sang ? Cette imbécile s'était ouverte avec ?

- Mais quelle idiote !

Bon, lui n'était pas mieux qu'elle puisqu'au final, il venait de faire exactement la même chose qu'elle simplement pour la rejoindre. Pourquoi fallait-il à chaque fois qu'il la sauve. C'était quand même la quatrième fois...

Il arriva alors dans un endroit étrange. Les nuages formaient des ronds dans le ciel et les arbres étaient voûtés. Quand à la route, elle formait un angle étrange vers le ciel. Si c'était le paradis, c'était étrange. Du moins, pas si étrange que ça puisque Mary était là. Rectification : si c'était le paradis, il voulait bien rester là !

Il s'approcha donc de la jeune Vampire en réalisant qu'un truc clochait. Mais ça ne l'inquiétait pas plus que cela en réalité... Parce que pour la première fois, il ne ressentait aucun sentiment. Juste ses sentiments à lui : un amour immense pour la fille qui lui faisait face. Ce qui l'inquiétait un peu en revanche par contre, c'était le fait qu'il n'avait pas soif alors qu'il aurait dû. Et le fait qu'il semblait avoir perdu tous ses pouvoirs de Vampire...

Vraiment si c'était le paradis, il y restait !

- T'es vraiment débile mais j't'aime quand même !

Ca au moins c'était dit. Mais maintenant, il faudrait penser à se sortir de là. Et ce n'était pas Dakota qui allait pouvoir le faire puisqu'il n'avait plus ses pouvoirs. Et puis avait-il vraiment envie de s'en aller de cette endroit des plus idylliques ?





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
With or without you
I can't live with or without you !

Soreth Mouse


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Soreth Mouse


╰☆╮ Avatar : Tom Ellis.

Ѽ Conte(s) : Disney Classique.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Mickey Mouse, la cèlèbre souris !

✓ Métier : Journaliste free lance.
☞ Surnom : Soreth.
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 363

La Dague et l’Épée  _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mar 7 Nov 2017 - 1:05

La Dague et l'épée.
Mary & Dakota & Kuja & Soreth.



Il se trouvait dans l'un de ses mauvais jours, l'un de ceux qu'il passait dans une apathie des plus totales : il n'avait envie de rien, il ne voulait rien faire, sinon disparaître dans le néant. Se dissoudre, lentement, se soustraire de ce monde et mourir. Cela serait une fin de choix : plus de demi-vie grisâtre et sans saveur, plus de souvenirs, ni de rancœurs, juste l'obscurité doucereuse. Et la fin. Ah, qu'il haïssait ces périodes-ci. Elles se manifestaient bien plus souvent qu'autrefois, à Wastebrooke - à croire qu'il s'était résigné totalement dans ce monde-ci, mais que son regain de couleurs ne lui avait pas rendu que de bonnes ondes, il n'était pas fait pour la positivité -, se suivaient et se ressemblaient de manière un peu trop fidèles pour être honnête. Vraiment, il les exécrait au plus haut point. Peut-être aurait-il du consulter. Peut-être seulement... Storybrooke ne regroupait pas un nombre important de psy - qu'ils soient psychologues ou psychiatres. Ce fameux Aloysius ne lui inspirait guère confiance pour une raison qui lui échappait, et l'autre... Une grimace rageuse déforma ses traits. L'autre était Oswald. Ou Dyson, comme il plaisait à se faire appeler à présent. Stupide. Crétin. Orgueilleux. Voici une autre chose qu'il détestait, et bien plus encore que ses mauvaises passes.

Dans un espoir de se changer les idées, il tira une taffe sur sa cigarette, avant d'expirer la fumée, regardant les volutes s'élever, s'étirer et s'étioler paresseusement. De sa main gauche, il rechercha son verre de whisky, manquant de le renverser dans la manœuvre, ce qui lui tira un grognement un tantinet rageur. Néanmoins, il parvint à s'en saisir, et le porta à ses lèvres d'un geste vif, vidant le contenu d'une traite. Puis il resta à fixer le plafond, l'air absent, ailleurs. Il avait conscience des multiples feuilles qui traînaient encore sur la table de son salon, de celles qui étaient froissées, déchirées, recouvertes de son écriture serrée et nerveuse. De celles qui, vierges encore, attendaient qu'il couche ses mots pour les recouvrir, les noircir, leur permettre d'exister. Mais il ne parvenait pas à trouver un sujet, l'inspiration lui manquait, ses notes ne le comblaient pas, accentuant davantage sa mauvaise humeur. D'un air exaspéré, il reposa violemment le récipient qui contenait encore un peu d'alcool, le sentant se fissurer sous l'impact mais il s'en moqua éhontément, comme de sa première chemise. A la place, il termina sa cigarette, avant de jeter le mégot dans le verre et de soupirer.

Il savait qu'il aurait du s'atteler à sa tâche : un article ne se rédigeait pas tout seul, malheureusement, et son employeur ne patienterait pas pendant des lustres - il repoussa l'éventualité de se faire doubler par cette maudite Kara Walters, si cela venait à arriver, il choisirait le point le plus haut se trouvant à Storybrooke, préférant l'impact à ce sentiment de honte viscérale et dévorant qui ne manquerait pas de s'emparer de lui. Ecrire était la seule chose qui le maintenait dans cette parodie de vie, perdre son titre serait la goutte de trop. Celle qui signerait la fin. Sa fin. Cette perspective lui tira un rictus désabusé, Dieu, qu'il s'exaspérait à s'apitoyer sur son sort de la sorte... Quel être pathétique il faisait, vraiment.

Enfin... On se faisait à tout. Il se redressa, lentement, avant de se lever pour aller récupérer sa bouteille quand un bruit attira son attention. Cela semblait provenir de la cuisine, et ressemblait à quelque chose qui venait de... Chuter ? Il tendit l'oreille, sourcils froncés, mais rien ne vint perturber le silence. Qu'est-ce que cela voulait dire ? ...

... Qui est là ?

Sa voix, rendue rauque par ses excès, résonna sinistrement dans la pièce, sans provoquer le moindre mouvements ni la moindre réponse. Excédé, il soupira, reléguant son prochain verre à plus tard. Malgré son agacement on ne peut plus justifié, il ne pouvait s'empêcher d'éprouver une certaine curiosité qui le poussait à se rendre dans la cuisine pour voir de quoi il retournait. Dans ses souvenirs, il ne possédait rien qui puisse faire ce tintement si clair.

Il passa le chambranle d'un pas assuré, actionnant l'interrupteur dans le même temps et s'attendant presque à tomber sur un quelconque cambrioleur, mais il n'en fut rien. A la place, la pièce était... Vide ? Du moins, comme d'ordinaire. Il secoua la tête, désabusé, et s'apprêtait à faire demi-tour quand un éclat métallique attira son regard. Là, quelque chose... Près du pied de la chaise...

Il ne lui en fallut pas plus pour qu'il s'accroupisse et tende la main, se saisissant de l'objet qui s'avéra être un poignard d'excellente facture, quoi qu'assez ancien, dont la lueur de la lame avait attirée son regard. Il le passa en revu, sous toutes les coutures, le trouvant splendide, superbe et fascinant tout à la fois. Par ailleurs, l'objet semblait posséder une aura particulière qui lui soufflait de drôles d'idées… Après tout, à quoi bon ? Il était las, si las... Et voilà qu'une solution tombait - littéralement - du ciel. Continuer de lutter, encore et encore, ne serait que chose vaine.

Alors, il raffermit sa prise sur la garde du poignard, le rapprochant de son poignet. Plus aucune hésitation n'était possible, et la coupure fut nette et précise. Il ne lui en fallut pas plus pour que l’objet ne lui échappe des mains pour venir regagner le sol. Du moins, il le supposait : il n’entendit jamais le tintement qu’il aurait du produire en touchant le sol...

------

Lorsqu’il reprit connaissance, il était allongé au sol, dans un univers qu’il ne connaissait ni d'Eve ni d’Adam. Déstabilisé, il se redressa et s"épousseta, se donnant une contenance afin de se donner le loisir d’observer les environs. Des nuages ronds, ressemblant davantage à de la barbe à papa qu’autre chose. Des arbres courbés, comme s’ils effectuaient une révérence des plus princières, une route qui semblait s’élever vers le ciel, qui lui tira un sourire tout en lui mettant une chanson en tête…

... And she's buying a stairway to heaven...

Certes, il ne s’agissait pas là d’un escalier, mais cela pouvait faire l’affaire de façon tout à fait convenable…

... Attendez. Il venait de s'apercevoir d’une chose ou, plutôt, de l’absence de quelque chose : le poids qui d’ordinaire comprimait sa poitrine avait disparu. Purement et simplement. Il se sentait… Bien. En paix. Chose qu’il n’avait plus ressenti depuis fort longtemps. C’était étrange mais… Curieusement apaisant. Enfin, il avisa deux autres personnes, inconnues elles aussi. Il prit l’initiative de s’approcher, lentement.

Hey. Qui êtes-vous ? Savez-vous où nous sommes ?

Vraiment, leur nouvel environnement ressemblait à s’y méprendre à ce que l’on devait probablement voir lorsque l’on consommait des substances illicites…



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
That's the way it is
The many miles we walked, the many things we learned, the building of a shrine only just to burn. May the wind be at your back, good fortune touch your hand. May the cards lay out a straight, all from your command.


http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t73450-la-vengeance-est-un-p

Kuja Tribal


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Kuja Tribal


╰☆╮ Avatar : Ben Barnes

Ѽ Conte(s) : Final Fantasy IX
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Kuja

☞ Surnom : Kuji, Evie
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 73

La Dague et l’Épée  _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Jeu 9 Nov 2017 - 10:49

Il m’arrivait de douter fortement de la façon dont les choses se passent dans notre monde. Il est possible d’ignorer nos inquiétudes, de nous endormir auprès de Morphée, consciemment ou non, espérant que des jours meilleurs se dessinent. Ce fut presque les mots que j’avais exprimé à la chère ville d’Alexandrie avant de vouloir la réduire en cendre. Une époque bien lointaine s’il en est. J’avais auparavant montré à quel point la vie peut nous rendre égocentrique, nous donner une triste réalité qui est la suivante : le monde ne s’arrête pas de vivre avec vous. Ne pas l’accepter, c’est souffrir, maudire le monde de son existence et du nombre incroyable de vie pullulantes dans nos forêts, nos océans, nos montagnes. Ai-je réellement appris à sortir de tout ceci ? De cet égo ayant coûté la vie à mon père et certaines de ses marionnettes ? Qu’il est donc difficile d’abandonner les souvenirs d’une vie de meurtres et de trahisons !

J’étais dans les airs, volant près du plafond de mon salon, presque endormit. La par ma journée et devenant un homme s’endormant pour oublier cette lassitude. Je suis devenu ce que je détestais il y a bien longtemps. L’ironie me fit doucement sourire. Heureusement que mes tristesses de passades sont loin d’être longues du fait de mon envie de vivre. Demain, je n’aurais presque plus de poids dans mon cœur, et je pourrais enfin vivre la vie d’un homme normal. Normal. Est-ce possible ? Le concept est peut-être ce qui m’effraie le plus en ce monde, maintenant que la mort a été vaincue par ma volonté… et celle de Djidane.

J’ai besoin de me sustenter. J’atterris avec douceurs sur le sol de mon salon, ressentant l’exquis contact de la moquette avec la plante de mes pieds. D’un geste de la main, je fais parvenir un plateau et fait préparer du thé dans la cuisine d’à côté. Puis je pioche quelques chocolats venus tout droit de la boutique d’Amélia et les mets dans un bol en plastique. Il est temps de me détendre. Le thé est presque prêt, je mets le tout en place sur mon plateau et m’installe sur ma table personnelle. Mais quelque chose attire mon attention. Un poignard qui n’était point présent sur le plateau. Il brillait d’un éclat meurtrier que je reconnaissais bien. Je tente de le faire partir, mais l’idée de l’utiliser finit par m’obséder. Par se substituer de toutes les idées que ma grande personne pourrait produire. Sans comprendre comment, la lame piqua la phalange supérieure de mon index.

La sensation étrange qui suivit ne fut pas des plus désagréable, mais elle était étrange. Je ne ressentais plus rien. Mon esprit s’interdisait toute digression pouvant amener une détresse, une tristesse ou tout autre sentiment négatif. Mes yeux s’ouvrirent sur des sortes de canyons, avec une route goudronnée, se dirigeant vers le ciel. Volant dans les airs pour examiner cet environnement, je ne fis pas attention aux autres personnes tentant vainement de discuter alors que des bizarreries les entourent. Cette paix en moi est certes agréable, mais je ne peux point ignorer ce que j’ai sous les yeux. Peut-être est-ce dû à ma curiosité naturelle ? Mon envie de comprendre ce monde et ici en l’occurrence, ce poignard. « Où sommes-nous ? »

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
La Dague et l’Épée  GiphyLa Dague et l’Épée  Tumblr_oktgm2P16D1r8dxfio2_500
La Dague et l’Épée  Tumblr_inline_nzgc8eXdq61rifr4k_500La Dague et l’Épée  230237d8f6ceb40fe31d59d37b62a74e

« C'est là mon Ultime Requiem. Pourquoi un Requiem ? Car la vie est tellement fragile qu'il faut en profiter par tous les moyens. Si une bataille fait rage je me battrais. Si je dois me reposer, je me reposerais. Mais ne comptez plus sur ma personne pour être la créature servile d'un paternel indigne. »
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t71681-now-for-my-one-man-sh

Invité


Invité


Anonymous



La Dague et l’Épée  _


Actuellement dans :

________________________________________ Sam 25 Nov 2017 - 11:09



La Dague et l’Épée


Kuja, Dakota, Soreth,
Mary





Quelques secondes après que je m'étais assise sur la géante pince à linge. Dakota apparue à quelques pas de moi. Il s'approcha avec une expression étrange.

- Moi je suis débile... Mais qui s'est coupé aussi pour me rejoindre ? Espèce de canard... Dis-je avec ironie.

Heureusement qu'il m'avait suivi dans ce monde étrange, qu'est-ce que j'aurais fait toute seule ici ? Même en étant vampire...

- Dakota ! La soif ! Elle a disparue ! Criai-je soudainement en bondissant du banc pince à linge.

Le blond me regarda avec un petit sourire. Je suis sûre qu'il pensait que j'étais lente d'esprit. C'est vrai que j'étais apparue avant lui ici, et je venais seulement de remarquer à l'instant que je ne ressentais pas ma soif de vampire. Mais bon ce petit bougre de Dakota avait l'habitude... J'étais assez tête en l'air parfois.

- Cet endroit est vraiment curieux... Soufflai-je.

Où étions-nous ? Pourquoi avions-nous été transportés ici par la dague ? Ce lieu était apaisant mais pourtant il semblait être tout droit sorti d'un rêve d'enfant. Les petits cailloux qui traînaient par terre semblaient s'étaler comme s'ils étaient fait de guimauve et non de roche. J'aurais été la Mary d'autrefois j'aurais été écœurée par tant de niaiserie mais apparemment être vampire ça avait adoucit mon caractère plutôt que l'inverse. Je ne pouvais jamais faire les choses comme tout le monde moi...

Et puis cette route qui montait vers le ciel, elle m'intriguait... Était-elle là pour nous indiquer une direction à suivre ?
Highway to heaven pensais-je en souriant.
Est-ce que seulement nous étions toujours vampire ici ? Voilà une question qui me torturait l'esprit. J'étais redevenue vampire depuis à peine quelques semaines. Pas question de retourner à la case départ en redevenant une petit humaine fragile. Pour en avoir le cœur net, je me retournai vers le banc et tentait de le soulever. J'y arrivai sans aucun effort. Mais peut-être que le banc était léger même pour un humain ? On ne pouvait être sûr de rien dans ce monde fait de bizarrerie.
Je soupirai.

- On est pas dans la merde tiens... Grommelais-je.

Au même moment, des pas se firent entendre derrière nous. Un brun avec un air peu commode, s'approchait lentement de nous. Quand il fit à moins de deux mètres, il nous demanda qui nous étions et où étions nous.
Je lançai à Dakota un regard interrogateur. Puis pris la parole.

- Je m'appelle Mary, voici Dakota. Ma présentation ne pouvait pas s'arrêter là. L'inconnu était assez patibulaire. Je devais m'assurer qu'il ne serait pas un danger pour Dakota et moi. On est des vampires, lançai-je sur un ton détaché, mais tu n'as rien à craindre de nous, cela devrait intimider le brun sans pour autant qu'il se sente menacé. Et nous ne savons absolument pas quel est cet endroit ! Et toi, qui es-tu ?

- Je suis Soreth Mouse, journaliste plus ou moins reconnu à Storybrooke... Mais ces crétins ont tellement de mal à voir ce qui se trouvent sous leurs yeux que cela ne m'étonne même pas qu'ils ne prêtent pas un peu plus d'attention à ma personne...
Mais je ne vois pas en quoi cela nous aiderait à sortir d'ici. Réfléchissons plutôt à un moyen de quitter cet endroit trop coloré pour être honnête …


D’accord. Elle avait l’air fort sympathique la souris. Je lançai un regard légèrement inquiet à Dakota. J’espérais qu’il n’allait nous causer des problèmes.
Je n'eus pas le temps de plus me poser de questions, qu'un 2 individu apparu comme par enchantement près de nous trois. Comment allait-il en apparaître des énergumènes ?
Ce nouvel inconnu posa (encore) la question du lieu.

- Personne ne sait où nous sommes. Endroit inconnu pour tout le monde. On arrête de poser cette question maintenant. Je soufflais d'exaspération.Je n'étais pas vraiment irritée par la question en elle-même mais par le fait que personne n'avait la réponse. Mary, Dakota, Soreth, dis-je prestement en désignant chacun de nous.

L'inconnu se présenta sous le nom de Kuja. J'arrivais pas vraiment à me faire un opinion sur cet homme. Il avait l'air plutôt gentil, enfin déjà, il était plus agréable que Monsieur Souris mal-lunée.

- Bon, qu'est-ce... Je n'eus pas le temps de finir ma phrase, que je trébuchai, ou plutôt je glissai, sur un petit caillou mou, en voulant me rapprocher de mon vampire blond.

Pour éviter la chute, j'attrapai la première chose à portée de main : le bras de Soreth.
Un étrange phénomène se passa alors...

Un sentiment de lassitude. Une envie de mettre un terme à tout ça.
J'étais devant une baignoire se remplissant d'eau brûlante. Dans le miroir en face de moi, je vis le visage de Soreth.
C'était comme si j'étais dans son corps, que je ressentais ce qu'il avait ressentit, à ce moment-là... J'étais en train de revivre un souvenir à lui.

Je me vis me servir un verre de vin, avec des mains d'homme. Je pris ensuite une cigarette, un briquet et un cendrier, avant de venir tout déposer sur le rebord de la baignoire.
Je me déshabillai ensuite et me glissai dans l'eau bouillante. Je pouvais sentir ma peau me picoter au contact de l'eau chaude.
Je vis une lame de rasoir posée sur le porte savon. Une pensée me traversa l'esprit : j'ai le temps.

Je me saisis de verre de vin, et bus une gorgée que je savourais. Je le reposai ensuite et alluma ma cigarette. Je savourais ces deux plaisirs, comme si c'était la dernière que j'y gouttais. J'observais les volutes de fumées s'élever.

Je pris le ridicule morceau de métal entre mes doigts, l'observai avec attention, avant de l'approcher de ma peau.

Mickey ! Mickey, ouvre cette porte tout de suite ! J'espère que tu n'as pas oublié, hein?
Mickey !!


On tambourinait à la porte, les coups résonnant de toute leur violence dans l'appartement. Cela me fit grimacer : je ne connaissais qu'une personne qui s'évertuait à m'appeler ainsi, malgré toutes les menaces que j'avais pu lui faire : Pat.

Mickey, je sais que tu es là ! Je t'ai fait suivre, tu t'en doutais, non ? Personne ne t'a vu sortir. Alors ramène toi !

Cette fois-ci, je soupirai : décidément... Je reposai la lame sur le porte savon, avant de quitter à regret l'eau qui commençait à tiédir.

Un instant, j'arrive. Dis-je avec la voix masculine du brun.

Je nouai une serviette à ma taille, avant d'aller ouvrir.


Mes yeux virent un éclair blanc. Je repris conscience un court instant, cela ne dure qu'un quart de seconde, mais ce fut assez de temps pour que je comprenne plus ou moins ce qui était en train de se passer. Je revivais les souvenirs de Mouse (qui apparemment était Mickey). Mais je les revivais corps et âme. Ses yeux étaient mes yeux, ses sentiments était mes sentiments. Quand j'avais revécu ce souvenir, j'était Soreth j'avais sa voix ses pensées, mais pourtant qu'avait garder ma conscience.

Je me sentis ensuite comme transportée, ballottée dans un tourbillon de lumière, puis de ténèbres. Des voix se faisaient entendre mais ce qu'elles disaient été inaudible.
J'atterris soudain, dans un nouveau souvenir.

Wowowo ! Ne fais pas quelque chose que tu pourrais regretter ! Ce n'est pas toi ça ! S'il te plait, Mickey ! Mickey.

Je regardais autour de moi. Il s'était relevé, et je me rapprochai un peu plus.
Je reconnus Dyson, apparemment il était en conflit avec Mouse.

Mickey ? c'est qui, Mickey ? Moi, je m'appelle Soreth. Fis-je en écartant les bras théâtralement pour le désigner.

Je m'approchai et lui assenai un violent coup au ventre à l'aide du fusil que je tenais. Il se plia en deux dans une plainte, lâchant des grognements.
Tu veux me rendre la vie heureuse, Oswald ? Fis-je en remettant le coup de fusil sur mon épaule en prenant un air songeur.

Je lui mis un coup dans les chevilles pour le déséquilibrer. Il tomba sur le dos, se tenant toujours le ventre.

Comme la tienne, ou tu as un merveilleux fils, une merveilleuse petite amie ? Ajoutais-je dans un sourire en me penchant vers lui.

Je lui mis un coup dans les côtes. Il hurla de nouveau. Je mis une main sur mon oreille pour mieux l'entendre souffrir, avec un sourire ravi. Me délectant de ce spectacle délicieux.

Ma seule vie heureuse, ce sera quand ton cadavre pendra à mes pieds ! M'ecriais-je. Je lui assenai le coup final. Un coup du manche du fusil dans la tête. Sa tête tomba brutalement contre le sol, alors que du sang coula sur son front.


Il eut encore une fois un éclair blanc aveuglant. Puis mes yeux se rouvrirent sur le monde étrange où j'étais encore quelques instants auparavant. Ces souvenirs avaient été d'une telle violence, ils reflétaient une souffrance intérieure immense.
Il avait l'air un poil impulsif le Soreth. Un peu comme moi...
Reprenant mes esprits, je lâchai brutalement le bras de l'inconnu.

- Qu'est-ce que c'est que ce bordel ?! Hurlai-je à l'encontre de la souris, qu'est ce que tu m'as fait ? continuai-je avec rage, mais je me calmai, quand je vis que le brun antipathique avait l'air aussi déboussolé que moi.







Dakota Sorrow


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Dakota Sorrow


╰☆╮ Avatar : Jackson Rathbone

Ѽ Conte(s) : Twilight
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Jasper

☞ Surnom : Bloody Mary
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 212

La Dague et l’Épée  _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Sam 25 Nov 2017 - 22:05



La Dague et l’Épée


Kuja, Dakota, Soreth,
Mary





Mais dites moi... C'était qu'elle avait de l'humour la petite Mary... Elle avait avalé un clown. Le Blond lui lança donc un regard noir lorsqu'elle lui rappela qu'il s'était coupé. Bien évidemment, puisqu'elle avait disparue la première. Et il n'allait tout de même pas la laisser seule, dans un endroit inconnu...

Lorsqu'elle bondit de son banc en disant que la soif avait disparu, l'Empathe ne pouvait pas s'empêcher de laisser échapper un léger rire. Elle était trop lente. Parce que lui avait tout de suite remarqué qu'il ne souffrait plus de cette soif de sang. Et qu'il ne ressentait plus les émotions des autres non plus. C'était en soit une bonne chose, n'est ce pas ?

- Bravo Mary, tu as remarqué ça toute seule... Ouais, je t'applaudis !

Il l'applaudit alors, avant de se frapper le front de sa main. En plus, il avait fallu qu'il tombe amoureux de la fille la plus lente d'esprit du monde. Une fille qui trouvait que ce monde était étrange. Attendez, elle se plaignait en plus ?!?

- Arrête de te plaindre un peu, tu me tape sur le système. On est bien ici, juste nous deux. Tu penses à ce que je pense ?

Non, il ne pensait pas à des choses perverses... Quoique, en y réfléchissant bien... Mais ce n'était pas pour aujourd'hui puisque d'autres personnes décidèrent d'apparaître. Des hommes aussi. Dakota se targua de les analyser du regard, en leur lançant un regard noir. Et il en profita pour rapprocher sa petite amie de lui, en passant son bras autour de sa taille. Il était hors de question qu'ils tentent de l'approcher de trop près. D'autant que la souris était taciturne. Dommage que l'Empathe n'ait pas son don pour la rendre heureuse...

Dans tous les cas, Mary se dégagea de lui et le blond arqua les sourcils. Mieux encore, il ne pût retenir un grognement lorsqu'elle finit presque dans les bras de monsieur la souris qui fait la tronche et qu'elle commença à convulser.

- Toi là, j'te jure que quand je retrouve mes pouvoirs je te mange. T'es une souris, je suis végétarien, ça passe !

Mais monsieur la souris n'avait pas l'air d'être avec lui puisqu'il convulsait à son tour, alors que Mary lui gueulait dessus. Bon, elle allait bien alors ! Mais ce n'était pas la même chose pour Kuja qui fixait le sol sous lui. Dakota arqua alors les sourcils, en constatant qu'une croix rouge venait d'apparaitre sous les pieds du pauvre Kuja, qui semblait ne pas pouvoir bouger...

- Euh... Si j'étais vous, je me décalerai un peu... Parce que ça n'annonce jamais rien de bon dans les dessins animés...

A peine avait-il dit ce genre de chose qu'un sifflement se fit entendre. Il leva alors les yeux au ciel pour voir un objet noir tomber et se rapprocher de plus en plus vite. Une immense enclume ! Dans un geste desespéré, il se jeta alors sur le brun qui ne bougeait toujours pas, les yeux lever au ciel et le poussa au sol, roulant plus loin que la croix. Mary avait raison, ils étaient dans la merde... D'autant qu'il était embarrassé à se retrouver au-dessus du dénommé Kuja...

- Ce monde est pire que l'apocalypse...





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
With or without you
I can't live with or without you !

Kuja Tribal


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Kuja Tribal


╰☆╮ Avatar : Ben Barnes

Ѽ Conte(s) : Final Fantasy IX
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Kuja

☞ Surnom : Kuji, Evie
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 73

La Dague et l’Épée  _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Ven 15 Déc 2017 - 9:40

"Je me nomme Kuja" dis-je avant d'être témoins de faits très étranges.

Ce monde est d'une illogique incroyable. J'en ai la preuve par les multiples faits qui viennent de se dérouler sous mes yeux. Même mon imbécile de père ne saurait faire mieux en termes de non-sens. Me voici donc en-dessous d'un homme que je ne connais point mais qui a sûrement sauvé ma vie. L'ancienne vie de massacre que j'avais menée m'aurait empêché de le remercier mais je suis aujourd'hui dans de bonnes dispositions. olor=#0CB7E2]"Merci de votre courage Dakota."Ce sentiments de paix qui m'envahit est des plus apaisant je le reconnais et pourrait être une excellente thérapie en accompagnement à celui du Docteur Walters. Mais je ne suis toutefois point idiot au point d'oublier ce qui se déroule devant moins. L'effet inhibiteur de ce monde semble agir de telle manière à nous empêcher de raisonner de la meilleure façon. Bien sûr je ne peux que déduire.

Alors que je me relève, je ressens en moi un choc. Comme si mon cerveau venait de se faire transpercer par de fines aiguilles. De par ma culture, j'ai appris qu'il existe des points de notre cerveau pouvant être stimulés et enclencher des réactions dans le corps. Toutefois, la sensation de pénétration est pire qu'une simple douleur physique. Je sens que ce monde cherche à accéder à mes souvenirs et à déclencher des pulsions en moi. D'un coup, je ressens l'énergie que j'avais perdu en entrant ici me revenir. Alors que je ne pouvais que voler, me voici maintenant avec une multitude de sphères autour de mon être. Ce qui m'intrigue, c'est l'impression de n'être que spectateur de ce que mon corps fait sans être un acteur. Comme un metteur en scène voyant ses acteurs jouer ce qui était autrefois une partie de son être. La douleur est insupportable et... Je sens, cette envie de survivre titillée par ces aiguilles invisibles. Non ! "F... Fuyez !"

J'ai retenu à temps ma transe. Mais je ne pense point que ces trois inconnus puissent riposter, à moins d'être atteints du même mal que moi. J'envoie une par une les sphères sur mes cibles, sentant une enivrante envie de tuer, et de tout détruire, se basant sur mon vécu passé. Je flotte dans les airs, ma queue de singe se dévoilant, tandis que mes sorts se déchainent : Brasier X, Atomnium, ou encore Sidéral. Je prie pour vous chères âmes en peine.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
La Dague et l’Épée  GiphyLa Dague et l’Épée  Tumblr_oktgm2P16D1r8dxfio2_500
La Dague et l’Épée  Tumblr_inline_nzgc8eXdq61rifr4k_500La Dague et l’Épée  230237d8f6ceb40fe31d59d37b62a74e

« C'est là mon Ultime Requiem. Pourquoi un Requiem ? Car la vie est tellement fragile qu'il faut en profiter par tous les moyens. Si une bataille fait rage je me battrais. Si je dois me reposer, je me reposerais. Mais ne comptez plus sur ma personne pour être la créature servile d'un paternel indigne. »
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t71681-now-for-my-one-man-sh

Soreth Mouse


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Soreth Mouse


╰☆╮ Avatar : Tom Ellis.

Ѽ Conte(s) : Disney Classique.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Mickey Mouse, la cèlèbre souris !

✓ Métier : Journaliste free lance.
☞ Surnom : Soreth.
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 363

La Dague et l’Épée  _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Lun 15 Jan 2018 - 1:37

La Dague et l'épée.
Mary & Dakota & Kuja & Soreth.



Toute cette histoire commençait déjà à le lasser. Pourquoi devait-il toujours se retrouver fourré dans des situations sans queue ni tête ? ... Enfin, on ne lui laissa pas davantage le temps de s'apitoyer sur son sort puisqu'un dernier participant fit son apparition à leur côté... Et ce ne serait pas lui qui parviendrait à leur fournir des réponses convenables puisqu'il semblait tout aussi perdu que le reste du petit groupe. Bien qu'il s'abstint de faire le moindre commentaire, un soupir lui échappa. Vraiment, quelle belle équipe de bras cassés ils formaient, tous... Enfin, rien ne le forçait à rester avec eux, n'est-ce pas ? Il pouvait très bien s'éloigner, en leur disant qu'il partait à la recherche d'une solution, et que ça leur ferait gagner du temps de se séparer puisqu'ainsi ils pourraient couvrir une plus grande portion de terrain. Enfin... Il n'eut pas vraiment l'occasion de mettre son plan à exécution puisque la seule fille du groupe ne semblait pas tenir sur ses jambes : elle trébucha sur une pierre ridiculement petite, et manqua de lui tomber dessus... Au moins, elle ne le fit pas et se contenta de se retenir à son avant-bras. Dans un moment de faiblesse, il la retint pour lui permettre de se stabiliser. Et les choses auraient pu en rester là mais... Sa malchance ne semblait pas vouloir le laisser de si tôt : l'endroit où Mary avait posé sa main commençait à le brûler sans raison apparente.

Mais qu'est-ce que... murmura-t-il tout en fronçant les sourcils, comme si ce simple geste allait lui permettre de mieux appréhender la situation.

Le paysage sembla tourbillonner tout autour de lui, sans que ce fait ait plus de logique que le reste, et il secoua la tête avec le vain espoir que cela arrangerait les choses. Mais il n'en fut rien, et il eut la désagréable impression de s'éloigner de son corps à toute allure...

J'étais à présent au sol, et un rictus de douleur étirait mes lèvres. A mes côtés, je pouvais voir Dakota qui me fixait d'un regard désolé, comme s'il avait commis une faute impardonnable. Et il entrecroisa nos doigts, m'apportant un soutien dont j'avais cruellement besoin. Je savais que le pire était encore à venir,
mais je trouvais tout de même la force de le remercier. Et la douleur me prit, accablante, déchirante,
effaçant tout sur son passage. Mon corps se tordit, et convulsa, tandis que mes traits étaient maintenant grimaçant. Je ne pouvais pas supporter ça... Même si cela m'empêchait de mourir, ou me faisait mourir pour de bon avant de me rendre immortelle. Mais cette souffrance... C'en était trop. Soudain, elle disparut comme par magie, et mes yeux se rouvrirent sur mon compagnon qui semblait en difficulté. Et je compris pourquoi. Ce stupide vampire était en train d'utiliser son don d'empathie pour prendre ma souffrance.

- Dakota, arrête... Je t'en pris rend-la moi, tu es déjà passé par là... Dakota...


Le souvenir s'évapora, tandis que l'ancienne souris secouait la tête pour reprendre ses esprits. Il aurait voulu invectiver la vampire pour en savoir plus mais, à nouveau, il perdait pied...

Ce matin-là, j'ouvris les yeux comme tous les autres matins. Je pris ma douche et m'habillai comme à mon habitude, et je grignotai mes tartines à la confiture de fraise, comme je le faisais d'ordinaire. J'étais d'un calme olympien ce matin-là, je ne pestai pas sur l'eau qui se chauffait pas assez vite, ni sur la confiture qui était trop collante.

Ensuite je me dirigeai doucement et calmement vers la porte de mon appartement. Je me saisis de ma veste en cuir favorite, et l'enfilais, je me tournai ensuite vers le miroir de l'entrée pour réajuster ma tenue. J'observai quelques secondes mon visage : il semblait fatigué. Il était terne et mon expression était dure.
Et au lieu de sortir de mon appartement, je retournai dans ma chambre, ouvrit le premier tiroir de ma commode, et délicatement, avec la main tremblante, je sortis le poignard rouillé.

J'observai la dague un long moment. Mon cœur battait la chamade, et quelques larmes perlaient sur mes joues. Qui aurait-cru que je pleurerais de nouveau un jour ? Je m'apprêtais à faire quelque chose de définitif, je ne pourrais jamais revenir en arrière après ça. Mais c'est ce que je voulais. Cette vie n'était pas faite pour moi, et apparemment je ne pourrais jamais retrouver celle d'avant.

Je me laissai glisser le long du mur auquel j'étais appuyée.

"Allez Marcelline" Soufflai-je pour me donner du courage.

Je plaçai la pointe de la dague contre mon cœur à travers mon t-shirt. Je m'apprêtai à mettre fin à plus de 1000 ans d'existence. Je n'étais pas vraiment effrayé de perdre la vie. J'avais peur de ce qu'il allait se passer après. Où est-ce que j'allais atterrir ? Y'avait-t-il seulement quelque chose après la mort ?

"Ça ne peut pas être pire qu'ici" Dis-je avant d'écarter la lame de moi pour prendre de l'élan.

Au moment où j'allais m'asséner le coup, une mélodie se fit entendre. Elle venait de la poche de ma veste. Mon portable, je ne l'avais pas éteint ni retiré de ma veste.

Je tentai d'ignorer la musique. Rien ne devait m'écarter de ma mort. Je restai les bras en l'air, le poignard à quelques centimètres de ma poitrine, comme une épée Damoclès au-dessus de ma tête.

"Made a wrong turn
Once or twice
Dug my way out
Blood and fire
Bad decisions
That's alright
Welcome to my silly life"

"C'est une blague...M'écriai-je de surprise. Y'a une musique ! Une seule putain de musique qui parle de suicide dans ma playlist et c'est celle-là qui se lance comme par magie !

Je lâchai brutalement la dague. Pris ma tête entre mes mains, et pleurai. Je laissai couler, à ce moment-là, toutes les larmes que j'avais retenu toutes ses années.


Et le souvenir s'arrêta là, lui laissant la possibilité de regagner définitivement son corps en un flash d'un blanc aveuglant. Ce dernier fragment de mémoire l'avait davantage perturbé que le premier. Il n'aurait jamais pensé que la jeune fille puisse avoir vécu une situation similaire à la sienne... Et cela le mettait mal à l'aise. S'il avait pu avoir accès à tout ceci, qu'avait-elle pu voir ? Se retrouver mis à nu de la sorte ne lui plaisait pas le moins du monde, et il se hâta de se reculer lorsqu'elle le libéra enfin de sa prise. Il put l'entendre lui hurler dessus, mais cela ne l'atteignit même pas. Il ne voulait pas savoir ce qu'elle avait vu. Il voulait ignorer cette expérience, la reléguait au fin fond de son esprit et l'oublier à tout jamais. Il voulait...

Ce que j'ai fait, moi ? Mais je pourrai te retourner la question, très chère...

Il s'évertuait à user de son ironie pour masquer son trouble du mieux possible. Et voilà que le blond vampirique se joignait à la partie, lui hurlant dessus à son tour. Bon. Est-ce que tous deux étaient au courant qu'il existait d'autres moyens de communiquer ou bien ? ... Ah, il formait un joli petit couple bien assorti, les deux là... Mais s'ils pouvaient le laisser en dehors de leurs amourettes, cela l'arrangerait, vraiment. Il n'avait que faire de ce sentiment écœurant et niais, et il passait son tour sur le sujet. Mais leurs mésaventures ne semblaient pas vouloir s'arrêter en si bon chemin : Kuja, le dernier venu, échappa de peu à une enclume sortie de nulle part grâce à l'intervention du vampire - ce brave homme - mais l'accident sembla lui déplaire puisqu'il commença à flotter et de menaçantes sphères l'entourèrent. Une fois encore, il ne trouva rien de mieux à faire que de soupirer. Sérieusement... Il en avait sa claque de leurs conneries.

C'est vraiment nécessaire, tout ce cirque ? Ce n'est qu'une simple enclume... Ça ne t'aurait pas tué. Si tu savais tout ce qui a pu m'arriver lorsque je n'étais encore qu'un simple ami imaginaire pour enfants désespérés...

Mais ses propos ne semblèrent pas l'apaiser, et une sphère se dirigea à toute allure vers lui, le forçant à plonger au sol pour ne pas être touché.

Bon... Très bien. Je te laisse en paix. Amuse toi avec les deux vampirounets, je pense qu'ils seront de meilleurs compagnons de jeu que moi. J'ai passé l'âge de faire ce genre d'idioties,
ce n'est plus mon rôle à présent...


Et, sans préavis, il se releva rapidement avant de s'éloigner d'eux, bien décidé à mettre en place son plan initial. Il voulait sortir d'ici, rester avec eux ne faisait que lui taper sur le système, et il n'avait vraiment pas besoin de ça en ce moment...

Mais ce curieux univers n'en avait pas fini, et il eut à peine le temps de faire trois pas qu'un trou se forma juste sous ses pieds, le faisant chuter d'un niveau. La rencontre avec le sol fut brutale, assez pour lui tirer une grimace. Qu'est-ce qu'il haïssait cet endroit... Blasé, il se remit sur pieds tout en s'époussetant. Même s'il était seul à présent, ce n'était pas une raison pour négliger son apparence. Enfin, seul... La notion semblait être toute relative : il sentit que quelqu'un l'enlaçait par derrière, fortement.

- Tu m'as manqué, ma petite souris.

... Attendez un instant, cette voix...

(Oh, pitié, non.)

Il resta immobile, passablement surpris - et un poil choqué aussi - par ce qu'il venait de subir et d'entendre. Puis, il se décida enfin à bouger et se dégagea pour se retourner et ainsi faire face à celui qu'il avait le moins envie de voir en ces lieux : Dyson. Il secoua la tête, abasourdi.

Non mais je peux savoir ce qu'il te prend ? Et... Comment tu m'as appelé, là ? ... T'es tombé sur la tête ou quoi ?

Ses paroles firent mouches, puisque le visage de son pire ennemis prit un air bien plus triste, comme s'il l'avait blessé. Mais cela ne l'empêcha pas de se rapprocher pour lui prendre les mains et les caresser, doucement, presque tendrement. Mais qu'est-ce qu'il avait, à la fin ?

- C'est que j'ai eu peur sans toi. J'ai besoin de toi. J'aurai toujours besoin de toi, mon cœur.

Oh, bon sang, il aurait préféré ne pas entendre ça. Rectification : ne JAMAIS entendre ça, et surtout pas venant de lui.


... Tu te fous de moi, là ? C'est encore une de tes blagues stupides, c'est ça ? Et...

Il se dégagea une nouvelle fois, espérant que ce serait la dernière.

Arrête ça ! C'est perturbant... Et j'ai pas besoin de ça. Je dois déjà trouver un moyen de me barrer d'ici, et de retrouver les autres... C'est pas comme ça que tu vas m'aider. En fait, ta présence ici ne m'aide pas du tout.

Il était troublé : ces petites attentions le révulsaient, et il ne savait qu'en faire. Vraiment, pourquoi ce genre de choses lui tombait dessus ? Après réflexion, il aurait préféré resté aux côtés de l'homme-singe, quitte à se manger plusieurs sphères menaçantes. Cela aurait été moins douloureux que cette mascarade...

Mascarade qui ne semblait pas vouloir s'arrêter en si bon chemin : les yeux de l'ancien lapin se firent plus brillants, comme s'il allait se mettre à pleurer d'un moment à l'autre - pitié, non, faites qu'il ne pleure pas -, et il se rapprocha de lui une fois encore, avant de lui caresser tendrement la joue d'une main, tandis que l'autre se déposait doucement sur son front, comme pour vérifier s'il avait de la température.

- Mais qu'est-ce qu'il y a ? J'ai fait quelque chose qu'il ne fallait pas ? Ne m'abandonne pas Soreth, j'aurai toujours besoin de toi...

Il nageait en plein délire. Soreth, bien trop perturbé pour penser à réagir et à se reculer se contenta de l'observer droit dans les yeux, s'attendant à le voir exploser de rire d'un moment à l'autre pour lui dire que tout ceci n'était qu'une blague et qu'il l'avait bien eu, mais... Il n'en fit rien.

Qu...

Recommence. Formule une phrase convenable, que diable. Ce ne sont pas quelques attentions étranges qui vont te faire perdre pieds, n'est-ce pas ? Il s'ébroua, avant de reprendre la parole.

... Sérieusement, qu'est-ce qui te prend ? On t'a drogué, c'est pas possible autrement là... Du coup, si tu pouvais t'arranger pour maintenir un certain périmètre de sécurité entre nous deux, ça m'arrangerait pas mal...

Parce que vu comme les choses étaient parties, ce crétin allait finir par vouloir l'embrasser, et il préférait encore mourir que de voir une telle chose se réaliser.

- Mais qu'est-ce qu'il t'arrive ! Tu ne m'aimes plus ?


T'aimer ? ... Tu plaisantes ? Dois-je te rappeler qu'on passe notre temps à se faire des mauvais coups ? Tu es sûr d'être dans ton état normal ?

- Quoi ? Je te ferais jamais de mal ! Je ne pourrais pas ! Qu'est-ce qu'il t'arrive Soreth ?

Il était véritablement tombé dans un univers parallèle des plus hallucinants. Exaspéré, il leva les yeux au ciel.

Bien sûr... Enfin, je suppose que tu comptes me coller jusqu'à ce que je sorte d'ici, c'est ça ? Tu veux bien te rendre utile et trouver un moyen de me dire comment regagner la surface ?

Il voulut lui montrer le trou par lequel il était tombé mais lorsqu'il leva les yeux vers le plafond, il eut l'agréable surprise de constater qu'il... Avait totalement disparu.

... Génial.

Et Dyson ne semblait pas le prendre au sérieux.

- Mais il n'y a rien dehors ! Juste nous deux, ensemble, comme on se l'est promis.

D'accord, tout va bien. Il se passa une main sur le visage, espérant que cela suffirait pour dissimuler à quel point il était désespéré.

... Je fais des promesses, moi ? Depuis quand ? ... Enfin. Je t'assure qu'il y a d'autres personnes, là-haut. Je veux bien tolérer ta présence pour venir les retrouver... Vois ça comme... Il grimaça à l'avance, tant les paroles qu'il s'apprêtait à prononcer l'excédait.Une promenade rien qu'entre nous ?

La nouvelle sembla ravir au plus haut point son partenaire du moment - oh, quel choix maladroit de terme... - puisque ses yeux pétillèrent de joie : et cela lui plut tellement qu'il se rapprocha pour venir l'embrasser sur la joue, tendrement. ... Encore un de ces gestes qui réussit à figer l'ancienne souris, bien trop surprise pour trouver une quelconque réplique mordante à lui offrir. Pire que cela : il crut même qu'il allait se mettre à rougir, comme une collégienne recevant son premier baiser... Pitoyable.

- Tout ira bien, ensemble on est bien, tu verras, tu te porteras mieux.

Ses paroles, ça et le fait qu'il glissa sa main dans la sienne tout en posant sa tête contre son épaule, le ramenèrent sur terre. Vraiment, il allait être obligé de supporter ce cinéma combien de temps ? ... Enfin, peut-être parviendrait-il à lui venir en aide - sans trop le tripoter si c'était possible. Ils se mirent donc tout deux en marche, Soreth fouillant les environs du regard, en quête d'un passage ou d'un quelconque détail étrange qui lui permettrait de sortir d'ici, et Dyson simplement heureux de la situation dans laquelle il se trouvait. Une véritable partie de plaisir, donc...



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
That's the way it is
The many miles we walked, the many things we learned, the building of a shrine only just to burn. May the wind be at your back, good fortune touch your hand. May the cards lay out a straight, all from your command.


http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t73450-la-vengeance-est-un-p

Contenu sponsorisé







La Dague et l’Épée  _


Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

La Dague et l’Épée





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Le monde enchanté :: ➹ Les autres mondes