Magic
League 3

de Dyson

Miroir
Magique
de Anastasia

AWARDS :
Rentrée 2018
de Eulalie


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Magic League, chapitre III ☆ Evénement #98
Une mission de Dyson Walters - Ouverture : septembre 2018
« La Chute des Héros ! »

Partagez | .
 

 My beautiful pine, king of the forests. ♣ PV Soreth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Bellamy L. Drake


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : jenѕen acĸleѕ ♥

Ѽ Conte(s) : Wonderland
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Jaввerwocĸy, le cнaмpιon de la reιne roυge

✓ Métier : garagιѕтe
☞ Surnom : вell ; wocĸy
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 225
✯ Les étoiles : 1804




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mer 22 Nov 2017 - 2:02

My beautiful pine, king of the forests.
⊹ Soreth Mouse and Castiel



« Vous êtes bien pensif pasteur Richardson. » annonça le prêtre Benjamin qui était son collègue depuis neuf ans tout en posant délicatement sa main sur l'épaule de l'ange.

Castiel ne réagit même pas à la phrase de ce dernier bien trop occupé à fixer la statue de Jésus qui trônait sur le grand mur de l'église. Il était accroché à sa croix et souriait. Pourquoi sourire de cette façon alors qu'actuellement il était en train de souffrir ? Même les Dieux devaient cacher leurs vrais sentiments, cacher quand ils souffraient. Les questions se bousculaient dans la tête de l'être de lumière, il n'avait plus le même point de vue depuis quelques temps. Tout semblait différent, sa croyance, sa foi et son envie de rendre le monde meilleur. C'était toujours son but numéro un mais Castiel avait complètement oublié l’existence de Owr, de ces frères et sœurs à cause d'une malédiction. Et maintenant le Dieu que lui connaissait avait disparu, il était même sûrement mort à cause de la malédiction. Castiel baissa finalement le regard ne pouvait plus fixer cette représentation collait contre le mur. Tant de mensonges pour donner de l'espoir, le père noël, la fée des dents et maintenant Dieu ? L'ange leva son regard océan vers le ciel alors que le prêtre Benjamin s'assit sur le banc juste à côté de lui. Tout le monde avait perdu cette étincelle de vie depuis qu'ils avaient retrouvés la mémoire et Benjamin l'avait bien vu. Castiel était aussi perdu qu'un pauvre chiot abandonné au bord de la route. Castiel tourna alors le visage vers le prête avant de lui afficher un petit sourire tout en hochant doucement la tête.

« Je vais bien père Benjamin. Il est temps pour moi de rentrer. J'ai des préparations à commencer pour Noël. » annonça alors l'ange tout en se levant avec grâce alors qu'il remit correctement sa chemise pour éviter les pliures.

Même pendant la malédiction, Castiel n'avait jamais fêté Noël. Pour la simple et bonne raison que ce dernier avait été seul toutes ces années. Une maison vide et sans vie, juste la sienne. Castiel avait toujours été un bourreau du travail, il aurait pût passer ces nuits dans l'église pour prier et remercier le seigneur mais maintenant qu'il savait que Owr était son seigneur et maintenant qu'il t'avait chez lui. Il se devait de faire un effort. Même si tu étais ronchons et que tu ne le complimentais jamais, Castiel ferait des efforts pour que tu te sentes comme chez toi. Dean ne l'avait pas aimé au début mais après il était devenu son meilleur ami. Pourquoi ne ferait-il pas la même chose avec toi ? Le prêtre Benjamin lui tendit gentiment plusieurs bougies de couleurs rouge et verte que Castiel accepta avec joie. Son patron était vraiment quelqu'un de gentil et d'attentif. La religion était un bon pâté de mensonge mais cela rendait parfois les gens bon et parfois c'était le contraire. Le brun resta en tenue de travail mais il enfila son imperméable marron par dessus, veste qui le rendait plus à l'aise et plus sûr de lui. Il sortit de l'église et le froid agressa directement la peau de l'ange qui frissonna sous ce contact. Lui qui ne ressentait pas les températures en temps normal.

Il annonçait bientôt de la neige, en début de mois. Castiel le savait que la neige ne viendrait qu'en début de mois et pourtant il ne pouvait s'empêcher de fixer le ciel en espérant qu'un flocon vienne s'écraser sur sa peau. Aujourd'hui, il leva la tête comme d'habitude et sans surprise il ne sentit rien sur sa peau. Une petite moue s'afficha sur son visage alors qu'il prit finalement la marche pour se diriger vers votre maison. Bien évidemment il traîna dans les rues pour le plaisir, pour les décorations dans les vitrines et pour les enfants qui semblaient excités avant l'heure. Un petit sourire s'afficha sur son visage alors qu'une petite fille avait le nez collé contre une vitrine qui brillaient de mille feu. L'ange s'arrêta à côté d'elle et fixa la vitrine en sa compagnie. La petite fille se tourna vers sa mère des étoiles pleins les yeux avant de se mettre à hurler en plein milieu de la ruelle.

« Maman. Je veux un gros sapin cette année ! Qui fait la taille de papa ! »
réclama alors la petite blonde. Elle n'eût que des ricanements de sa mère en réponse ce qui la fit bouder.

Castiel fronça alors les sourcils pour finalement se tourner vers la vitrine qui contenait un immense sapin lumineux. En y repensant, il n'avait jamais fêté Noël avec Sam et Dean non plus. Un soupir s'échappa finalement de ces lèvres. Maintenant que sa vie était comme ça, il aimerait profiter de ces petits plaisir avec les frères qui n'étaient pas là. Tant pis, il le fera avec toi cette année que cela te plaise ou non. L'ange rentra finalement dans la boutique avec un air décidé et il acheta le plus gros des sapins sans vraiment réfléchir. Il mit au moins trente minutes avant de réussir à faire rentrer l'arbre de Noël dans sa veille voiture mais il avait réussis et cinq minutes plus tard le voilà devant votre maison. Il ouvrit la boit aux lettres avec inscrit dessus ''Mouse-Richardson'', espérant recevoir une lettre du nom de Winchester mais rien, encore une fois.

Demain était un autre jour voilà ce qu'il n'arrêtait pas de se répéter à chaque fois qu'il ouvrait la boite aux lettres et qu'elle était vide. Il sortit difficilement le sapin de sa voiture avant de le traîner à l'intérieur de la maison. Il ne lui fallut pas longtemps pour comprendre que tu n'étais pas à l'intérieur de la demeure. Tu étais sûrement avec ce Dyson dont il entendait tout le temps parler depuis quelques mois. Sûrement un coup de foudre enfin Castiel ne connaissait rien à l'amour mais Samuel lui avait expliqué deux ou trois bricoles sur les relations amoureuses. Il ne comprenait toujours pas pourquoi d'ailleurs. Il plaça alors l'arbre de Noël dans un coin du salon et l'ange poussa un long soupir de soulagement tout en passant sa main sur son front avant d'afficher un petit sourire. Enfin il allait connaître la magie de Noël. Il allait sûrement décorer ce sapin seul sans ton aide mais tant pis, c'était le prix à payer. Par contre Castiel avait décidé de le décorer que début décembre alors pour le moment il se contentera juste d'aller prendre une douche.

Une fois propre et habillait en civil, l'ange redescendit pour se diriger vers la cuisine et sortir son gros livre de recette. Il voulait te faire des cookies pour tout à l'heure. Il ne savait pas cuisiner, pas du tout mais Dean lui avait apprit que c'était en s’exerçant que l'apprenait le plus vite. Il enfila un tablier avant de sortir tout les ustensiles et ingrédients important pour la recette avant de se mettre au travail. Inutile de dire que trente minutes plus tard le résultat fût une catastrophe. De la farine partout dans la cuisine et sur lui et un pâte complètement raté. Mince, il fallait nettoyer avant ton arrivé mais ce fût trop tard, quand Castiel leva les yeux vers la fenêtre il te vit marcher sur le chemin de la maison. L'ange essaya de nettoyer un maximum sur le coup de la panique mais il entendit la porte d'entrée claquer puis ta voix appeler son prénom. Le Castiel que tu prononças raisonna dans toute la maison et l'ange arriva rapidement vers toi toujours recouvert de farine.

« Il est beau, tu ne trouves pas ? Je me suis dis qu'un peu de Noël à la maison nous ferais du bien. »

Ton visage semblait si froid et si fermait à chaque fois qu'il s’adressait la parole mais maintenant il en avait l'habitude. Tu détaillas sa tenue avec ton regard et il comprit que tu étais intrigué par toute cette farine. L'ange afficha un petit sourire innocent comme celui d'un enfant avant de passer sa mains sur son tablier pour faire tomber un peu de farine.

« J'essaye de faire des cookies. J'ai cru comprendre que tout le monde aime les cookies. Dean aimait en manger. »

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Got me looking so crazy right now
Got me hoping you'll page me right now, your kiss, Got me hoping you'll save me right now

Soreth Mouse


« Hadès c'est le plus beau »


avatar


╰☆╮ Avatar : Tom Ellis.

Ѽ Conte(s) : Disney Classique.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Mickey Mouse, la cèlèbre souris !

✓ Métier : Journaliste free lance.
☞ Surnom : Soreth.
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 316
✯ Les étoiles : 3603




Actuellement dans : « Hadès c'est le plus beau »


________________________________________ Jeu 23 Nov 2017 - 1:15


My beautiful pine, king of the forest...
Castiel & Soreth.

Soreth avait quitté sa demeure aux aurores pour avoir le luxe de s'occuper de choses et d'autres, toutes plus triviales et ennuyantes... Du moins, selon son point de vue. Il s'était d'abord rendu dans le bureau de journalisme qui daignait encore l'embaucher et ce, même après sa disparition surprise dû à un certain crétin dont il ne se donnerait même pas la peine de penser le prénom, ce qui était une chose assez rare : à leur place, il se serait très vite débarrassé d'un élément aussi intenable et indigne de confiance. Mais il faut croire que d'autres avaient plus de cœur et d'empathie que lui, et cela lui était réellement utile pour le coup. Lorsqu'il retrouva son supérieur direct, ce dernier lui annonça tout de go qu'il avait adoré le torchon... Pardon, le "fameux" article qu'il lui avait remis il y a quelque temps de là. Avec une dignité - qui ne lui ressemblait pas - teintée de moquerie - qui lui convenait déjà mieux - il accepta ses flatteries maladroites, tout en lui demandant s'il tenait à ce que son journal couvre un sujet en particulier, ou s'il lui donnait carte blanche pour parvenir à dénicher un scoop original et aguicheur. L'autre lui donna d'abord une liste de sujets tous plus barbants et bateaux les uns que les autres, pour palier un éventuel syndrome de la "page blanche", tout en l'autorisant à sortir des sentiers battus pour se saisir du moindre sujet qui lui semblerait digne d'intérêt. Déjà las de son charabia incessant, il acquiesça distraitement d'un signe de la tête, non sans se demander combien de temps encore l'autre comptait lui tenir la jambe.

(Pitié, mais faites qu'il se taise... Devrais-je lui couper la langue pour bénéficier enfin d'un calme on ne peut plus mérité ?)

Lorsqu'il parvint enfin à se défaire de ce maudit interlocuteur, il délaissa son bureau pour passer devant les secrétaires - qui devaient être on ne peut plus submergées par leurs obligations : l'une d'elles se limait les ongles avec une application des plus démesurée, tandis que l'autre recevait un appel qui n'avait rien à voir avec son travail - tout en les gratifiant d'un regard méprisant au possible. Et, alors qu'il posait la main sur la poignée de la porte, remerciant une quelconque divinité qui lui avait permis de survivre à tout cela, il entendit qu'on l'interpellait.

« Soreth ! »

(Non, non, non, ce n'est pas possible, pitié, laissez-moi en paix...)

Il aurait pu faire preuve d'une mauvaise foi sans limite, feindre de n'avoir rien entendu et partir sans demander son reste, mais il tenait tout de même à cet emploi des plus miséreux, et c'est cette raison qui le poussa à faire volte face tout en haussant un sourcil, pour tomber sur un jeunot à l'air perdu, qui se balançait inconfortablement d'un pied sur l'autre, tel un enfant pris en faute.

« Heu... M'sieur Soreth, j'aurai juste quelques questions à vous poser... Ça prendra pas longtemps, hein ! »

Grands dieux, voilà qu'il reprenait son rôle de babysitter ! Finalement, il rectifia et maudit toutes les divinités existantes qui avaient le don de lui pourrir l'existence presqu'aussi sûrement que ce fichu Dyson... Un rapide coup d'oeil à l'horloge murale lui appris qu'il était presque onze heures, et ce nouveau contretemps n'allait pas arranger son affaire...

Une fois encore, il s'avéra qu'il eut raison, et lorsqu'il put enfin déserter les lieux, il était treize heures passées. Il haïssait le crétin qui l'avait retenu, un apprenti journaliste qui cherchait par tous les moyens à apprendre les ficelles du métier, et qui l'avait assommé de questions toutes plus stupides les unes que les autres. Il espérait réellement ne plus avoir à faire à lui... Enfin. Il s'arrêta prendre un rapide repas sur le pouce, avant de se charger de la seconde activité qu'il avait initialement prévue : faire quelques courses pour que son colocataire et lui ne finissent pas par mourir bêtement de faim... Il avait encore du mal à se faire à la présence du pasteur chez lui et certain soir, l'entendre entrer le surprenait encore, mais il supposait qu'il finirait par s'y faire, un jour ou l'autre... Après tout, sa présence lui permettait de garder son appartement, chose qu'il n'aurait pas pu faire s'il était resté seul. Alors, il supposait qu'il avait fait le bon choix... Et il aurait eu du mal à trouver un colocataire plus calme et exemplaire : Castiel savait se faire oublier, qualité fort appréciable. Et il parlait très peu, aussi. Il s'était déjà interrogé sur ce fait, se demandant s'il était dû à son métier, ou si cela faisait tout simplement parti de lui. A vrai dire, il ne lui avait jamais posé la question...

Enfin, il prit tout son temps pour acheter le strict minimum, avant de se diriger en caisse pour régler ses achats. Malheureusement, comme le sort semblait décidé à s'acharner contre lui, le caissier prit tout son temps pour s'occuper de lui, préférant parler à ses collègues plutôt que d'accomplir son job de manière convenable. Cette situation l'enragea au plus haut point, si bien qu'il lui lança quelques paroles assassines qui eurent tôt fait de rappeler ce minable à l'ordre : déstabilisé, il redoubla de rapidité pour se débarrasser de ce client, qu'il ne tarda pas à appeler "l'autre connard condescendant" une fois qu'il eut quitté les lieux.

Il profita de l'air frais pour calmer ses nerfs. Décidément, cette journée était on ne peut plus lamentable... Il avait hâte qu'elle prenne fin. Les choses ne pouvaient pas s'empirer indéfiniment, il y aurait bien un jour où il trouverait un semblant de paix plus qu'agréable...

Il traîna sur le chemin du retour, grimaçant devant les devantures qui faisaient peau neuve pour se préparer aux fêtes à venir, et la ville entière semblait s'en inspirer : déjà, les lampadaires se revêtaient de leurs décorations lumineuses affriolantes, et il supposait que la mairie devait être décorée outrageusement. Et cela lui suffisait pour éviter de passer devant le bâtiment. Il haïssait cette période de l'année : Noël ne possédait aucune signification particulière en son cœur, sinon celle d'être un véritable attrape-nigaud pour des familles un poil trop attendrie par la bouille de leur mini-moi personnel. Décidément, s'attarder dans les rues de la ville ne lui semblait plus être une si bonne idée... Alors, il hâta l'allure pour regagner son appartement, ignorant les horribles petites créatures qui s'extasiaient devant tel ou tel jouet ou décoration. Qu'est-ce qu'il détestait les enfants...

Il fut soulagé une fois qu’il eut refermé la porte derrière lui, la repoussant à l’aide de son pied, sur le coup des seize heures. Que cela faisait du bien d’être de retour chez soi… Il posa les sachets de courses au sol, avant de s’appliquer à se débarrasser de son écharpe, puis de son duffle-coat noir d’encre. Se faisant, il remarqua la curieuse odeur boisée qui flottait dans l’appartement, et il fronça légèrement les sourcils.

▬ Castiel ?

Les tintements curieux en provenance de la cuisine lui apprirent que son colocataire était présent, et il récupéra les sacs pour s’avancer le long du couloir, dans l’optique de le rejoindre.

Chose qu’il ne fit pas jusqu’au bout puisqu’une fois arrivé dans le salon, il tomba nez à épine face à un conifère des plus démesuré.

(Oh, non… Ne me dites pas que…)

Visiblement, Castiel avait jugé bon de faire entrer un peu de l’esprit de Noël dans leur demeure, et il semblait plutôt fier de lui puisqu’il déclara calmement qu’il trouvait le sapin splendide. Le journaliste tourna la tête pour le regarder, et ses yeux durent trahir une certaines incrédulité teintée de scepticisme. Non, il ne le trouvait pas beau. La place de cette… Chose était dans la forêt, en compagnie de ses congénères, pas à trôner vulgairement dans son salon. Et… D’ailleurs, que faisait-il recouvert de farine ? Il n’eut pas le temps d’ouvrir la bouche pour l’interroger à ce sujet que, déjà, la réponse venait d’elle-même. Des cookies…

▬ … Soit. Tu t’essaies à la pâtisserie… C’est nouveau. Il haussa un sourcil. J’ose espérer que la cuisine n’est pas dans le même état…

Mais il redoutait déjà le massacre. Heureusement, d’ailleurs, puisque cela lui évita de tomber de haut lorsqu’il pénétra dans la pièce adjacente : était-ce réellement la préparation de cookies qui l’avait plongé dans un tel bazarre, ou une troisième guerre mondiale s’était-elle déroulée entre ses murs ? … Il s’invectiva de rester calme, et rangea les divers aliments qu’il avait acheté un peu plus tôt. Au moins, il pouvait toujours espérer que sa chambre échapperait à la douce ambiance de fête qui s’approchait à grands pas…

Une fois la tâche achevée, il ne put s’empêcher de lui poser la question qui lui brûlait les lèvres.

… Dis-moi… Pourquoi fêter Noël ? J’ai cru comprendre qu’il s’agissait d’une fête païenne, à l’origine...

L'avènement du divin enfant et toutes ses foutaises du même style, il n’y avait jamais cru. Mais il ne comprenait pas comment un homme d’église puisse se laisser corrompre par cette fête des plus stupides…





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Two weeks ago you said goodbye... I keep seeing you everywhere that I turn. I still feel your touch in my dreams . I still hear your voice...
   
crackle bones
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t73450-la-vengeance-est-un-p En ligne

Bellamy L. Drake


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : jenѕen acĸleѕ ♥

Ѽ Conte(s) : Wonderland
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Jaввerwocĸy, le cнaмpιon de la reιne roυge

✓ Métier : garagιѕтe
☞ Surnom : вell ; wocĸy
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 225
✯ Les étoiles : 1804




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Jeu 23 Nov 2017 - 22:15

My beautiful pine, king of the forests.
⊹ Soreth Mouse and Castiel



Se mettre à la cuisine n'était peut être qu'une excuse pour l'ange, c'était même certainement une excuse. Chacun réagissait à sa façon après la malédiction levait. Ils pouvaient appréciés leurs vie d'avant et mal vivre leurs existences à Storybrooke ou comme toi, être heureux. Préférer son corps à celui d'avant et préférer sa vie de maintenant que celle d'avant. De ce qu'il avait compris, tu avais été longtemps le célèbre Mickey et maintenant tu ne voulais plus que l'on te nomme ainsi. Castiel respectait ton choix comme il respectait ta façon de vivre et de te comporter. Parce que au fond tu n'étais pas quelqu'un de méchant, juste d'un peu sauvage. Tout ça pour dire que tout le monde avait su comment réagir, comment apprendre cette nouvelle mais pas lui. Il hésitait toujours entre la première option ou la deuxième. N'y avait-il pas une troisième option pour lui. L'ange fronça alors les sourcils pour finalement se tournait vers le plan de travail recouvert de farine sans prendre la peine de te répondre. Tu devais avoir l'habitude à force, il ne parlait pas beaucoup. Juste quand il le fallait. Il poussa un long soupire alors qu'avec une spatule il essayait de décoller la pâte qui était bien accroché au plan de travail. La cuisine n'était pas vraiment un moyen d’échappatoire à vrai dire puisque cela ne marchait pas du tout. Castiel ne savait pas ce qu'il avait, il cherchait encore des réponses mais les anges ne parlaient plus sur la radio et Owr n'était plus là pour lui éclairer le chemin quand il en avait le plus besoin.

Tant de questions sans réponses. Il n'avait pourtant pas changé de corps, ni de monde d'ailleurs. Il était toujours aux États-Unis et il était toujours dans le corps de Jimmy Novak ce père de famille qui travaillait pour une chaîne de publicité et pourtant il se sentait différent. Seul peut être un peu mais différent. Il te regarda débarquer dans la cuisine avec le peu de course que tu avais fait. Tu semblais mécontent de voir la cuisine dans cette état, cela pouvait se comprendre. Castiel en avait mit partout. L'ange en temps normal s'excusait, parce qu'il savait qu'il avait tord mais aujourd'hui rien ne sortit de sa bouche parce que aujourd'hui il venait de réaliser qu'il n'était pas doué à grand chose. La cuisine n'était pas son fort, la décoration, le dessin alors pourquoi diable s'excuserait-il d'avoir essayé d'être bon en quelque chose pour une fois.

« Une chose est sûr. Un ange ne sait pas cuisiner. »
lâcha alors ce dernier tout en retirant son tablier.

Bien sûr qu'il manquait de confiance en lui, il était né dans une cathédrale blanche, entourait de milliers de grâces qui ressemblaient à la sienne. Sam avait toujours été pour lui rappeler qu'il était le meilleur des anges qu'ils avaient croisés et Dean ne disait rien mais quand il était là Castiel savait qu'il s'était attaché.. Attaché à l'humanité. Combien de fois avait-il désobéit à son seigneur pour rester avec les frères et combien d'anges avaient rappelés la trahison de Castiel ? Beaucoup trop pour qu'il ne puisse compter sur ces doigts. Cuisiner faisait partie des habitudes humaines, il avait choisi l'humanité et il n'arrivait pas à faire des choses aussi basique que des pâtes ou des cookies. L'incompréhension gagnait de plus en plus son corps et il était prêt à tout abandonner et à laisser la cuisine dans cet état. Mais tu posas une nouvelle question qui cette fois ci attira l'attention de l'ange. Castiel posa directement son regard sur l'arbre de Noël qui trônait en plein milieu de la salle à mangé. Il afficha un petit sourire avant de finalement prendre ce qu'il faut pour nettoyer la cuisine.

« Je n'ai jamais fêté Noël. A voir les familles aussi heureuse autour de nous. Je me suis dis que cela me ferait peut être le même effet. »


En famille cela faisait peut être effet oui, mais sa famille à lui n'était pas là. Dean et Sam n'étaient pas ici, il l'aurait sentis sinon. Gabriel, son frère était là lui mais il ne ressentait pas le besoin de fêter Noël et Castiel pouvait comprendre. Comme tu le disais cette fête était païenne donc pas dans ces cordes. Il se baissa finalement pour tremper son éponge dans le sceau d'eau avant de finalement commencer le nettoyage sans rien dire. Il savait que tu aimais le calme, que tu aimais le silence mais parfois Castiel aimerait bien t'entendre parler de ta journée ou tes soucis. Castiel aimerait bien te parler lui aussi ou plutôt faire des sous-entendu sur ce qu'il avait besoin de te dire. Après trente minutes de nettoyage intensif dans la cuisine, il te rejoignit dans la salle à manger avec deux tasses en mains. Il te tendit gentiment ton café noir et sans sucre avant de s'asseoir sur son fauteuil pour continuer à contempler l'arbre qui se tenait fièrement devant vous.

« Tu as l'air d'avoir passé une journée difficile. Devrais-je faire quelque chose pour te changer les idées ? » demanda alors Castiel tout en penchant doucement la tête sur le côté tout en te regardant avec un air perdu.

Castiel avait toujours eut du mal à saisir le genre humain, ils ne réagissaient pas tous de la même façon et d'autres étaient plus faciles à aborder que certains. Toi tu étais le contraire de facile. Il avait beau te parler être gentil avec toi, ton point de vue ne changera jamais, il le savait. Mais il n'était pas là pour faire bonne impression. Il était ici parce qu'il n'en avait pas le choix dans un premier temps et parce qu'il avait besoin de toi pour la maison et inversement. T'occuper les esprits te feraient sûrement le plus grand bien. Parler de quelque chose que tu appréciais, quelque chose dont tu parlais beaucoup. Ce fameux Dyson revenait à chacune de tes conversations alors pourquoi ne pas se servir de lui ? Il fixa la pile de cartons de Noël qu'il avait mit à coté du sapin pour quand il faudra faire la décoration.

«Dyson devrait venir décorer avec nous. Moi j'aurai aimé partager ce moment avec Dean et Sam alors tu devrais en profiter. »

Il afficha un petit sourire en coin, fier de ce qu'il venait de te dire. Il prenait soin de toi tout en comprenant doucement pourquoi lui ressentait une douleur dans son cœur. Il s'apprêtait à mettre sa tasse dans la cuisine pour la nettoyer mais avant d'atteindre la pièce, les lumières du salon se mirent à clignoter à plusieurs reprises. Il se tourna vers toi qui n'avait toujours pas bougé de son fauteuil. Tu buvais encore ton café et tu ne semblais pas te soucier de ce qui était en train de se passer. Les lumières clignotèrent encore une fois alors que Castiel se rapprocha doucement de ta personne tout en regardant autour de lui.

« Fantôme. »


Castiel te donna sans réfléchir un pied de biche en fer et un paquet de sel avant de regarder autour de lui. Tu devais sûrement avoir l'habitude depuis le temps. Ce n'était pas la première fois que l'ange prenait des coupures de courant pour des fantômes. Ou qu'il confondait des défauts de photos avec des polymorphes. Castiel était peut être un peu à cran ces temps ci et savoir que toutes ces vies innocentes retombaient sur ces épaules.

« Tu devrais faire un cercle de sel pour pouvoir te protéger Soreth. Je suis un ange, je ne risque rien mais toi. »

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Got me looking so crazy right now
Got me hoping you'll page me right now, your kiss, Got me hoping you'll save me right now

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

My beautiful pine, king of the forests. ♣ PV Soreth





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations