Magic
League 3

de Dyson

Miroir
Magique
de Anastasia

AWARDS :
Rentrée 2018
de Eulalie


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Magic League, chapitre III ☆ Evénement #98
Une mission de Dyson Walters - Ouverture : septembre 2018
« La Chute des Héros ! »

Partagez | .
 

 Grow Up Is a Point of View ✲ ARYA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Anna D'Arendelle


« Mangez 5 fruits
et légumes par jour ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Soso Turner :love:

Ѽ Conte(s) : La Reine des Neiges
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Anna



☞ Surnom : Didi ou Marine
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 931
✯ Les étoiles : 1661




Actuellement dans : « Mangez 5 fruits et légumes par jour ! »


________________________________________ Lun 4 Déc 2017 - 12:26





Grow Up Is a Point of View

Si si je t'assure c'est vraiment qu'une question de point de vu

La personne qui avait un jour dit qu'avoir un bébé rendait les femmes épanouis, n'avait sûrement jamais eu d'enfants. Mettons les choses au point. J'étais ultra heureuse d'être maman, et j'adorais Matthew. A presque trois mois, il faisait de moi la fille la plus heureuse de la terre. Et d'accord, j'avais l'impression d'être une gamine de six ans, quand j'étais avec lui. Comme quoi, ça me faisait régresser ce machin. Mais tout ce que les livres ne disent pas c'est la face caché de la maternité. SURTOUT quand bébé ne fait pas ses nuits. Et pour ça, on était gâté ou plutôt j'étais gâté. Aaron avait dégotté un nouveau job, récemment -fallait bien faire bouillir la marmite et moi j'étais en congé maternité- Aussi, étais-je toute seule ce soir avec Matthew. J'espérais pouvoir rattraper un minimum d'heures de sommeil, parce que là, je tiendrais pas le rythme bien longtemps si ça continuait comme ça. Pas étonnant qu'Aster n'ai pas voulu me reprendre en boulot, j'avais une tronche à faire peur, même si ça allait un peu mieux ces derniers temps. C'était en demi teinte. Un coup il se décidait à les faire, un coup non. Et j'avais personne à qui demander comment ça avait été pour moi ou Aaron. Mes parents étaient morts, et les siens ne l'avaient pas élevés. Donc avec ça, on est gâté

Un bon point pour moi, c'était qu'à présent que mon meilleur ami, était devenu maire, il était un brin occupé. Donc, il ne pouvait pas débarquer ici, et se marrer parce que j'avais l'air d'un zombie -oui il en était totalement capable ce fourbe- ça m'avait d'ailleurs surprise qu'il se présente, mais s'il le faisait, c'était qu'il avait une idée sérieuse derrière la tête. Okay il avait l'art et la manière d'être un perpétuel gamin, mais il savait totalement faire preuve de sérieux quand la situation l'exigeait. Je l'avais, suffisamment côtoyé pour le savoir.

Actuellement, j'essayais de profiter du calme de la soirée, en priant tous les dieux d'Arendelle, pour que mon fils, se décide à faire une nuit calme ce soir. Le baby phone toujours avec moi, j'étais en train de me préparer un chocolat chaud tandis-que la télé diffusait l'un de mes dvds d'anime. Me restait plus que ça, mes figurines et produits dérivés avaient atterrit dans des cartons, et n'en ressortiraient pas de si tôt. Pas avant que Matthew n'ai atteint l'âge de regarder avec les yeux du moins -autant dire que c'était pas pour tout de suite- idem pour mon épée, qui se trouvait bien en hauteur sur l'étagère de notre chambre avec Aaron. Pour un bébé de trois mois, Matthew était étonnement plein d'énergie, et plutôt rapide même à quatre patte. Alors autant dire qu'on avait eu vite fait de planquer tous les objets potentiellement dangereux, pour pas les laisser à sa portée.

Prenant un soin tout particulier, à casser, mélanger, et ainsi de suite mes morceaux de chocolat, je dût malheureusement, m'interrompre lorsque le baby phone m'indiqua du bruit dans la chambre du bébé. Alors, non j'étais pas parano. Non j'étais pas du touuuut en train de m'imaginer un tas de scénario catastrophe voyons c'eut été ridicule...C'est pour ça d'ailleurs, sans doute que j'avais embarqué la casserole brûlante avec un dessous plat...

Non mais fallait bien me comprendre, sa chambre était juste à côté de la nôtre, donc je pouvais pas aller discrétos récupérer mon épée. Alors comme j'avais genre zero idée, de ce qu'il se passait je me disais que si jamais il s'agissait de cambrioleur ou je ne sais quoi, il me suffirait de les ébouillanter avec mon chocolat. D'accord, ce serait triste, mais une fois ébouillanté, j'aurais toujours la casserole pour les assommer si besoin est. Je savais très bien me battre, même avec une casserole. C'est fou ce que les aventures qui pouvaient m'arriver m'avaient rendu imaginative. Et puis Raiponce, se battait bien avec une pôele alors une casserole...

Le baby phone toujours dans ma main gauche avec le dessous de plat, j’attrapais la casserole de l'autre, et me dirigeait à pas de loups vers la chambre de mon fils :

- Ne bougez surtout pas ! Si vous faites ne serait-ce qu'un mouvement je vous balance le contenue de cette casserole en pleine poire !

Il y avait juste un petit truc, que j'avais pas prévus : c'était la personne qui se trouvait là et qui en fait, n'avais strictement RIEN à avoir avec un quelconque cambrioleur. Oh mince la boulette ! Je devais pas avoir l'air fine moi avec mon ustensile de cuisine en main. Immédiatement, d'ailleurs je le posais sur le bureau dans un coin de la pièce veillant bien à mettre mon dessous plat pour pas cramer totalement le meuble :

- Arya ! Salut, et heu désolée pour ça
dis-je en me passant une main gênée à l'arrière de mon crâne ça fait un bail, dit donc !

C'est vrai, ça ! On ne s'était pas vu depuis quoi un an ? Deux ans ? La dernière fois, c'était quand le père de Mel avait voulu jouer les mégalo si je me souviens bien, autrement dit ouais ça datait pas d'hier...

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Still Falling For You
And just like that : All I breathe, All I feel, You are all for me. I'm in. And just like that : All I breathe, All I feel, You are all for me. No one can lift me, catch me the way that you do I'm still falling for you


Arya Pan


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Maisie Williams

Ѽ Conte(s) : Peter Pan
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Skunk & dorénavant... Peter Pan !

☞ Surnom : Fanny
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 207
✯ Les étoiles : 275




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Jeu 21 Déc 2017 - 15:00





Grow up is a point of view




Un nouveau bébé était né à Storybrooke. Je l’avais senti à la minute où j’avais posé le pied dans cette ville. Toute cette aura de joie, d’innocence, de candeur m’avait envahi d’un seul coup, me faisant presque suffoquer pendant une seconde. On racontait que les premières fées étaient nées des éclats de rire de bébé… je savais pas si c’était vrai ou une légende mais cela pouvait être drôlement vrai de ce que j’en savais. Vu la force de rayonnement qu’ils avaient sur moi, y’avait fort à parier que ça avait vraiment existé. J’avais donc décidé de mener ma petite enquête de plus près, attirée par cette force de jeunesse aussi fortement qu’un insecte en face d’une source de lumière. La maison était plutôt sympa à première vue, le bébé devait pas être trop mal loti et j’avais décollé immédiatement vers la toiture entre le premier et le second étage pour m’en assurer.

La chambre était belle, colorée et pleine de vie. On voyait qu’elle avait été préparée avec soin. J’adorais entrer dans les chambres d’enfants pour la première fois. C’était comme déballer un gros cadeau ! Curieusement, je ne ressentais aucune tristesse ou nostalgie. Si j’avais fait partie des enfants perdus et que j’étais devenue Pan, c’est que ma propre chambre à moi devait pas être top, peut-être même que j’en avais pas ? Privée en tout cas d’un amour d’un père et d’une mère, oubliée ou abandonnée. J’aurai pu ressentir de la tristesse à cette vision, voir tout ce que les autres avaient et que moi j’aurai jamais. Mais c’était pas le cas. Parce que j’étais contente de ce que j’étais devenue, que je savais que c’était ça qui faisait mon essence et qu’en plus de ça, je me souvenais pas de ma vie d’avant… donc difficile de m’apitoyer. Mon prénom. C’était la seule chose qui m’étais revenu de ce temps lointain.

J’avais sorti la fine lame de mon poignard de ma ceinture pour la faire passer entre les deux fenêtres. Le loquet avait cédé et j’avais pu ouvrir la fenêtre, tout doucement, pour descendre vers la chambre. En refermant la fenêtre derrière moi, je m’étais rapprochée à pas de loup pour observer le truc qui dormait dans son lit. Il était bien trop petit pour que je l’emmène avec moi. Il se sentait aimé, bien à sa place malgré son jeune âge, il avait rien à faire à Neverland. Mais peut-être que si je le faisais rire, il allait créer une fée ?


- Ne bougez pas ! Si vous faîtes ne serait-ce qu’un mouvement, je vous balance le contenu de cette casserole en pleine poire !

Sous le coup du cri, j’avais juste lâché le lit que je tenais à deux mains tout en observant le bébé sur la pointe des pieds et j’avais levé les mains au niveau de ma tête, les yeux ronds, tout en observant l’adulte en face de moi. Ça va, j’allais pas le bouffer son bébé ! Elle s’imaginait quoi ? J’étais Pan, pas le grand Kraken ! Mais au même moment, tandis que mon air de surprise de transformait en un rictus moqueur, les sourcils froncés d’Anna se soulever pour transformer son air décidé en air de surprise. Tiens tiens, comme le monde est petit…

- Attends qu’il refroidisse un peu avant de me le balancer, ça sera meilleur à manger pour moi !

J’avais eu un petit rire.

- Salut Anna !

Tranquillement, je m’étais approchée d’elle pour plonger mon doigt dans la casserole et le porter à ma bouche. C’était trop bon quand c’était fait avec amour. J’étais contente de la voir. Anna était ma copine. Et ça faisait longtemps que je l’avais pas vu… enfin… je crois… j’avais pas vraiment la notion du temps et tout me semblait être « longtemps » à partir du moment où les gens vivaient pas avec moi. Elle me confirmait par contre bien que pour elle aussi ça faisait longtemps…

- Ben ouais… pourquoi tu viens plus à Neverland ? C’est mieux pour s’amuser tu sais ? En tout cas c’est mieux que de garder un bébé. C’est ton nouveau « travail ».

J’avais eu un air de grimace en disant ces mots. Tout ce qui rendait les gens adultes me donnait un goût étrange, mauvais, comme amer dans la bouche. Et l’amer, c’était pas bon du tout. Mais mon regard s’était brusquement figé d’horreur en apercevant une photo dans le couloir derrière elle. Un type moche, elle et le bébé dans les bras. On était chez elle. Le type moche c’était son n’amoureux et le bébé.

- C’est TON bébé ?


J’avais eu un sursaut digne d’une électrocution et mon cri venait de réveiller le bébé qui s’était mis à pleurer. Horrifiée, je la regarder tout poser pour se précipiter à son secours.

- T’es devenue une maman… une vraie maman…

C’était pire que la mort ça…

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Pixie dust
Regarde bien cette étoile
Dans l’océan du ciel
Quand tes beaux rêves y font escale
Ils sont éternels


Anna D'Arendelle


« Mangez 5 fruits
et légumes par jour ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Soso Turner :love:

Ѽ Conte(s) : La Reine des Neiges
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Anna



☞ Surnom : Didi ou Marine
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 931
✯ Les étoiles : 1661




Actuellement dans : « Mangez 5 fruits et légumes par jour ! »


________________________________________ Jeu 1 Mar 2018 - 12:38





Grow Up Is a Point of View

Si si je t'assure c'est vraiment qu'une question de point de vu

J’avais pas vraiment de réponse à sa question. Pourquoi est-ce que je ne venais plus à Neverland ? Parce qu’aucune occasion d’y retourner ne s’était présenté à moi. Et c’était pas faute d’avoir espéré pourtant. Avec un petit pincement au cœur, je m’étais dit que j’étais peut-être finalement devenu « trop grande » pour y retourner. Pourtant, j’aurais véritablement aimé y aller ne serait-ce qu’une toute dernière fois. Parce que je ne m’étais jamais sentis véritablement « adulte ». J’estimais que ce n’était pas parce que l’on prenait un an de plus, et que notre corps changeait que ça signifiait pour autant qu’on l’était. Je conservais toujours une âme d’enfant. Et puis, j’étais une aventurière née. Petite je m’étais gorgée des légendes que je pouvais lire dans la grande bibliothèque du palais. Au point d’appeler mon épée comme celle de mon héros favori. Même aujourd’hui, le train train quotidien avait tendance à m’ennuyer. J’avais besoin de vivre des aventures, d’être en action, de découvrir de nouvelles choses.

- Bah tu sais, Neverland c’est pas la porte à côté plaisantais-je et même si c’est pas l’envie qui m’en manque, il y a pas vraiment de truc bizarre permettant d’y retourner qui se sont produit ces derniers temps. A la place j’ai perdu temporairement la mémoire à cause de raisins drogués

Gros sujet de discorde entre le père d’Aaron et moi. Même si je le soupçonnais de ne pas vraiment se rendre compte du fait que je l’appréciais pas vraiment suite à ça. Quoi qu’il en soit, je m’en méfiais et priait tous les soirs les dieux d’Arendelle pour que Matthew hérite du bon côté de sa famille paternel. En résumé de sa grand-mère plutôt que de son grand père. Et qu’il prenne également BEAUCOUP de ma famille. Même si l’histoire avec Elsa, c’était pas l’idée du siècle mes parents avaient quand même été de bons parents. En revanche, ce qui suivit je m’y attendais pas vraiment. Je restais planté là à regarder Arya, pendant quelques minutes qui me parurent affreusement longue et me décidait enfin à prendre la parole :

- Est-ce que c’est une si mauvaise chose ?

Est-ce que ça y est, on allait plus du tout être amies parce que maintenant j’avais un bébé ? Je savais bien que ce genre de choses entrainait souvent des conséquences, mais des gens que je considérais comme de vrais amis, j’en avais pas beaucoup. Jack, Tara, Melody, Hope et Arya justement. Alors, si je venais à en perdre un à cause de Matthew, je savais que je serais évidemment ultra triste. Parce que je voulais pas avoir l’impression de « choisir ». Alors, je savais qu’Arya garderait toujours cette apparence, alors que moi bah j’allais irrémédiablement changer au niveau physique. J’aurais vingt sept ans en Avril prochain. J’approchais doucement de la trentaine mine de rien. Mais au fond, j’estimais être toujours la même. J’avais pas l’impression d’avoir changé.

- Tu sais, avec ou sans bébé je suis toujours celle que tu as connus affirmais-je, je suis toujours du genre à foncer tête baissé face au danger au lieu de rationaliser. J’aime toujours autant partir à l’aventure, et je m’exerce toujours à l’épée même si j’ai malheureusement toujours pas trouvé de partenaire d’escrime

Infos qui servait strictement à rien dans la conversation soit dit en passant. Le fait est que je savais pas trop comment continuer cette conversation. Aussi après un léger soupire, décidais-je d’aller regarder si tout allait bien du côté de mon fils avant de revenir vers Arya :

- Contrairement à toi, chaque année qui passe a un impacte sur mon physique, passé un certain âge on arrête de grandir pour simplement « vieillir » c’est ce qui va m’arriver. Pour autant, si mon physique change la personne que je suis reste la même. Je garde ce que l’on appelle une âme d’enfant. Je crois que je pourrais jamais complètement être adulte avouais-je avec une grimace. Ça reviendrait à être comme ma sœur. J’aime beaucoup Elsa hein ! Mais elle est…Comment dire. Trop sérieuse ? J’crois que c’est le bon mot oui.

Elle prenait tout trop au pied de la lettre, il y avait qu’a voir la tête qu’elle avait tiré quand je lui avais appris que j’avais une épée et que je savais me battre. J’ai cru qu’elle allait me faire une syncope. Sans parler du fait qu’on était « fiancé » avec Aaron. La vérité c’est qu’on l’était pas. Et que j’avais pas vraiment l’intention de l’être. Le mariage tout ça, c’était plus trop pour moi. Avant oui. Mais maintenant, j’en avais pas envie. Je préférais la situation tel qu’elle était actuellement. J’avais l’impression de pouvoir partir à l’aventure quand je le voulais. Si j’étais marié, ben ça me donnerait l’impression de pas pouvoir le faire. Et puis c’était ringard le mariage, fallait vivre avec son temps.

- Pour moi « grandir » c’est un point de vu dis-je mais si toi tu ne vois pas les choses comme ça. Je comprendrais. J’espère juste que quand le moment sera venu, tu accepteras de l’emmener lui aussi à Neverland pour qu’il y vive de merveilleuses aventures et qu’il se fasse plein de souvenirs, comme moi je l’ai fait.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Still Falling For You
And just like that : All I breathe, All I feel, You are all for me. I'm in. And just like that : All I breathe, All I feel, You are all for me. No one can lift me, catch me the way that you do I'm still falling for you


Arya Pan


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Maisie Williams

Ѽ Conte(s) : Peter Pan
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Skunk & dorénavant... Peter Pan !

☞ Surnom : Fanny
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 207
✯ Les étoiles : 275




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mer 11 Avr 2018 - 16:20





Grow up is a point of view




Est-ce que c’était si grave que ça ? Bien sûr que oui c’était aussi grave que ça ! Elle ne comprenait rien à rien, à croire qu’elle devenait vraiment une adulte bon sang de bonsoir. Elle disait garder une âme d’enfant, je l’avais écouté avec attention, même si je ne souriais plus du tout. Je m’étais assise en tailleur dans les airs, pensive, pendant qu’elle me racontait ses histoires et qu’elle s’occupait de son bébé comme une vraie… Maman. Et elle osait dire qu’elle était restée la même après ça ? Elle s’occupait d’un bébé comme une Maman !!! J’avais gardé le silence pendant tout son discours et c’était un vrai cadeau de copains que je lui faisais parce que le silence et moi, ça faisait deux la plupart du temps… Tout comme la patience. Pourtant je lui devais bien ça. Une fois qu’elle eut terminé en me parlant de son bébé, j’avais tourné la tête vers lui avant de lui dire :

- Si j’étais toi, je souhaiterai pas trop que je l’emmène vivre des aventures. Toi tu es venue chez moi toute seule la première fois. Si c’est moi qui l’emmène, ça veut dire deux choses. Un (j’avais levé mon pouce pour être sûre qu’elle me suive bien dans mon raisonnement), qu’il ne reviendra plus jamais. Quand je prends un enfant, il devient un des nôtres, un enfant perdu. Deux (j’avais cette fois-ci levé mon index), qu’il est malheureux avec toi… je ne prends que les enfants en manque d’amour, les sans familles, les « perdus »… si je devais l’emmener, c’est que tu es vraiment une mauvaise mère.

J’avais eu un sourire goguenard, c’était une blague bien entendu. Mais la tête d’Anna ne me disait rien de bon. Apparamment, c’était pas bien de dire à une Maman qu’elle pouvait être une mauvaise Maman. Qu’est-ce que je pouvais en savoir moi ? J’avais jamais eu de Maman et j’en étais pas une. Je m’étais alors reprise en me dirigeant vers le bébé pour l’observer du dessus, à plat ventre dans les airs.

- Il s’appelle comment ?

Une fois le prénom prononcé, je lui avais fait un petit signe de la main pour lui dire bonjour, même s’il avait les yeux fermés. Instantanément, le bébé se mit à sourire et moi aussi. Est-ce qu’il me voyait dans ses rêves ? J’en avais aucune idée… Mais ça avait l’air d’avoir un certain effet sur lui. Je m’étais éloignée de son lit pour dire à sa Maman :

- Tu sais… si t’as besoin de quelqu’un pour t’entraîner à l’épée, je suis là moi. Je peux t’aider. Avec Aiguille, on gagne toujours contre les poissons pourris.

Je voulais pas perdre une copine. Je voulais pas qu’elle m’oublie alors si je pouvais encore lui être utile à quelque chose, moi c’était avec plaisir. Qu’elle le veuille ou pas, elle allait s’éloigner de moi… Je commençais à comprendre la douleur de Peter avec Wendy. J’étais pas amoureuse d’Anna pourtant, ça non, mais je l’aimais bien. C’était rare d’avoir une copine fille de là où je venais… elles étaient toutes indiennes ou des fées. La rouquine était ce qui s’en rapporchait le plus… et je l’aimais bien. Mais maintenant y’avait Matthew. Je m’étais approchée d’elle avec un faible sourire avant de poser avec douceur mes mains sur son visage. Je flottais toujours dans les airs, de manière à avoir mon visage à la même hauteur que le sien. Pour une fois, j’avais en moi une grande tristesse… c’était un truc que j’aimais pas et que j’avais pas l’habitude de ressentir. Mais pourtant aujourd’hui, je ne pouvais pas me sentir mieux.

- Tu as tort Anna… tu es une Maman. Et tu es une adulte. Même si tu refuses de le voir… ou même si tu as l’impression d’avoir gardé ton « âme » d’enfant comme tu dis. Déjà ça c’est une phrase de grands. Chez nous, on appelle ça « l’innocence »… c’est un truc que vous perdez en grandissant et parce que vous avez peur de vieillir, vous tenter de changer le nom pour vous rassurer…

J’avais lâcher son visage pour prendre ses mains dans les miennes.

- Tu dis que tu es toujours la même, que tu fonce toujours dans le danger tête baissé. Mais si tu avais Matthew avec toi, est-ce que tu n’y réfléchirais pas une seule seconde ? Et même s’il n’était pas là, tu ne te demanderai pas ce qu’il deviendrait si tu venais à mourir-là ? Je te crois quand tu dis que tu ne deviendras jamais vraiment adulte… mais ce n’est plus pour autant que tu es un enfant.

Ca me donnait toujours le tournis quand je sortais des mots intelligents comme ça. Comme si la sagesse allait avec le poids de ce que j’étais devenu mais que je ne le maîtrisais pas réellement. Une sorte de seconde personnalité venue se greffer à la mienne en quelque sorte. Je lui avais souri faiblement avant de rajouter :

- Tu penses que c’est une vie de rêve que celle de toujours rester un enfant. Que le vrai fléau est de vieillir. Mais la véritable douleur, c’est d’être toujours égale à moi-même, aussi jeune, comme figée par le Temps et de voir les autres continuer le chemin… et m’oublier. Vous m’oubliez toujours avec le Temps…

C’était pas moi qui disait ça… je ne découvrais le vrai monde que maintenant. Je l’avais jamais ressenti le manque jusqu’alors. Wendy avait toujours été pour moi une fille qui venait et partait, pas une des nôtres à part entière. Les autres personnes, les « adultes » ou ceux trop vieux pour devenir des enfants perdus et qui étaient voués à devenir des adultes, je ne les rencontrais que depuis 2 ans… mais pas Pan apparemment. Avec la peur et la ferveur propre à l’enfant, j’avais fini par dire à mi-voix :

- Je veux pas que tu m’oublies, Anna.



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Pixie dust
Regarde bien cette étoile
Dans l’océan du ciel
Quand tes beaux rêves y font escale
Ils sont éternels


Anna D'Arendelle


« Mangez 5 fruits
et légumes par jour ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Soso Turner :love:

Ѽ Conte(s) : La Reine des Neiges
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Anna



☞ Surnom : Didi ou Marine
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 931
✯ Les étoiles : 1661




Actuellement dans : « Mangez 5 fruits et légumes par jour ! »


________________________________________ Jeu 21 Juin 2018 - 16:35





Grow Up Is a Point of View

Si si je t'assure c'est vraiment qu'une question de point de vu

J’avais écoutée Arya très attentivement. Mais force était de constater que nous avions des divergences d’opinion sur pas mal de choses. En revanche l’idée de l’oublier réveilla une légère pointe d’agacement en moi. Mais qu’est qu’ils avaient tous à penser que j’allais les oublier ? D’abord Jack, maintenant Arya...Oh par Freyja ce qu’ils pouvaient être pénibles des fois là-dessus. Soupirant légèrement, je fit taire cet agacement rapidement. Je pouvais les comprendre l’un comme l’autre ils étaient similaires quelque part. Jack était un esprit, enfin pas ici mais dans le monde des contes. Son existence entière dépendait de la croyance que les gens avaient en lui. Sans elle, il disparaissait. Je supposais que quelque part, Arya avait cette même crainte. Pas métaphoriquement mais plutôt comme si elle n’avait été qu’une jolie histoire que l’on racontait aux enfants pour s’endormir. Un peu comme le père noël en somme.

- Arya, je ne vais pas t’oublier dis-je fermement. Et tu veux savoir pourquoi ? Parce que tu n’es pas juste, une jolie histoire que je raconterais à Matthew pour s’endormir. Tu es bien plus que ça. Tu es mon amie Arya. J’ai jamais vraiment eu l’occasion de te le dire mais tu compte énormément, t’as une place bien à part dans mon coeur et croit moi t’es pas prête de te la faire voler.

Je jetais un regard à mon fils toujours endormit, rien ne semblait pouvoir le réveiller à l’heure actuel, une vraie marmotte. Pour combien de temps, ça c’était la vrai question. Mais pour l’instant je préférais profiter du fait qu’il soit au pays des rêves pour continuer à discuter avec Arya.

- C’est marrant, tu me rappelle énormément mon meilleur ami. Lui aussi, il a peur que je l’oublie. Alors j’vais te dire exactement la même chose qu’a lui. Mon enfance, n’a clairement pas été la plus heureuse qui soit. Ma sœur que j’adorais, s’est enfermée du jour au lendemain dans sa chambre, refusant de m’ouvrir la porte pour jouer sans que je ne comprenne pourquoi. En grandissant, j’ai rapidement compris qu’il y avait un truc qui clochait avec Elsa, mes parents essayaient de faire de moi la « roue de secours » au cas où elle pourrait pas devenir reine. J’ai grandit toute seule, je n’avais pas d’amis. Les enfants du personnel du palais, ne voulaient pas jouer avec moi. Je ne leur en veut pas. Ce n’est pas de leur faute, c’était ce qu’on leur apprenait. Ils n’avaient pas le « droit » d’être mes camarades de jeux. Et puis un jour, il y a eu cet énorme nuage violet qui est arrivé droit sur nous et honnêtement je suis bien contente qu’il nous ai amené ici. Parce que là, j’ai enfin pu rencontrer de vrais amis.

J’essayais de lui faire comprendre, qu’elle comptait pour moi, que j’la considérais vraiment comme une personne à laquelle je tenais. Et c’était pour ça, que j’allais pas l’oublier. Jusqu’ici, je n’avais pas pu réellement voir ce que c’était d’avoir une famille, des amis. Maintenant que j’avais tout ça, je voulais que mes proches le ressentent. Je voulais, qu’ils sachent à quel point je leur était reconnaissante de faire partis de ma vie.

- Avoir une âme d’enfant Arya, ce n’est pas un mot que les adultes utilisent parce qu’ils ont peur de vieillir. Cela veut tout simplement dire, que peu importe l’âge qu’on a on peu encore rêver. Et pas des rêves d’adultes comme avoir une belle maison, ou bien le dernier modele de machine à laver. Rêver de partir à l’aventure, de devenir un grand aventurier, de combattre des pirates. Ça veut aussi dire qu’on s’émerveille de tout. C’est aussi simple que ça.

Et non, je n’enviais pas le fait de rester indéfiniement la même alors que les autres changeaient. Soyons lucide, dans ma famille actuelle j’aurais eu toutes les raisons du monde, d’avoir ce genre d’envie. Ma sœur avait des pouvoirs de glace, de même que mon meilleur ami. Mon petit ami, était un demi dieu, mon beau père un dieu et ma belle mère...Ma belle mère je savais pas très bien ce qu’elle était mais je savais qu’elle était aussi divine et qu’elle venait d’un autre monde. Moi j’étais la seule « normale » la seule « banale » et ce n’était pas pour me déplaire. C’était ce que j’étais, je ne voulais pas que ça change. J’étais moi. Anna, juste Anna et c’était parfait comme ça.

- Parce que tu pense qu’il est en sécurité ici ? Demandais-je. Niveau dangerosité pour un enfant il y a pas pire que cette ville. Tu balance des sorciers, avec des anciens animaux, des anciens robots, tu rajoute des gens qui ont pas franchement un passé où leur hobbie c’était de ceuillir des pâquerettes si tu vois ce que je veux dire. Et par dessus tout le tas tu balance des divins. Bienvenue à Storybrooke.

Donc ouais, peu importe ce qu’il se passait. Bébé ou pas, je restais la même tête brulée. Sans quoi, il y a longtemps que j’aurais demandé à Aaron qu’on fasse nos cliques et nos claques et qu’on aille vivre dans un endroit moins dangereux que cette ville.

- En revanche, je serais hyper contente que tu sois ma partenaire à l'épée


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Still Falling For You
And just like that : All I breathe, All I feel, You are all for me. I'm in. And just like that : All I breathe, All I feel, You are all for me. No one can lift me, catch me the way that you do I'm still falling for you


Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

Grow Up Is a Point of View ✲ ARYA





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations