« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

Venez vous divertir et remporter des récompenses avec le jeu de la Saint Patrick ! Jusqu'au 17 mars 2021 !
-52%
Le deal à ne pas rater :
Maillot FC Barcelona 2020/2021 Stadium Domicile
43.18 € 89.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 You've been lonely too long ☾ BALTHY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage

Eulalie



« You Are Not Alone »


Eulalie


╰☆╮ Avatar : Holland Roden

Ѽ Conte(s) : Famille Divine
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Capitaine Amazone Sexy

✓ Métier : Flic canon à temps partiel
☞ Surnom : Nanis
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3659

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

You've been lonely too long ☾ BALTHY - Page 3 _


Actuellement dans : « You Are Not Alone »


________________________________________ Mer 31 Jan 2018 - 0:24

and i'm complicated
you won't get me, I have trouble understanding myself.


Il était vraiment possible de se procurer des cercueils comme on se trouvait des vêtements ? Cette découverte me laissait perplexe. Il fallait vraiment acheter le dernier endroit où l'on souhaitait reposer ? Je m'étais imaginé que c'était offert, comme un maigre cadeau compensant la fin d'une existence. Ils devaient avoir d'autre utilités, pour être vendus. En tant que décoration de salon ? Ou comme lit de chambre d'ami ? Ça me semblait étrange de dormir à la place d'un mort.

Je pouvais sentir l'odeur des cadavres dont il parlait en m'y concentrant, et j'en avais déjà fait l'expérience avec le chien des égouts. J'en déchiffrais difficilement les nuances, les corps étaient trop profondément enterrés pour que je puisse les percevoir plus distinctement. Mais en effet, ce n'était pas des plus attrayants – raison de plus pour les brûler, afin d'éviter ce type de désagrément.

Différente me convenait, plus que les adjectifs qu'il avait déjà pu utiliser. Un bref sourire avait parcouru mes lèvres avant de s'effacer. Ce qui suivait me plaisait moins. Peste. La première définition qui me vint fut celle de la maladie contagieuse décimant des populations entières, fut un temps. Je fronçais les sourcils, cherchant une explication dans ses yeux à cette manière de s'adresser à moi, sans en trouver la moindre trace. Il se contentait de porter sa main à mes cheveux, trop brièvement. Pourquoi est-ce que je m'en sentais si frustrée ?

Le bruit m'empêcha d'y réfléchir plus longuement et ce n'était pas plus mal. Je le suivais, l'observant en restant sur mes gardes. J'étais prête à frapper la première chose qui se jetterait sur moi si un tel scénario venait à avoir lieu. Ce ne fut heureusement pas nécessaire. Je me détendis bien vite en voyant de quoi il s'agissait. Je savais ce que c'était, même si mes connaissances restaient limitées concernant ce genre d'animal. Pourquoi est-ce qu'il me regardait comme ça ? Pourquoi le barbier continuait d'utiliser ce surnom stupide que je ne comprenais pas ? Et pourquoi il était si petit ?

Je les voyais s'éloigner, clignant des yeux à plusieurs reprises. Il ne m'attendait pas, évidemment. J'étais rapidement revenue à son niveau, mon engouement s'étant quelque peu évanoui. Je soupirais, jetant plusieurs regards appuyés en direction du chaton à peine visible sous le manteau.

« Il ne m'admire pas, il est juste curieux. »

Je prenais parfois trop au mot certaines remarques, j'en étais consciente, mais il me semblait juste de rectifier ses propos. Je ne savais même pas si les animaux pouvaient ressentir de l'admiration. Est-ce qu'ils se rapprochaient plus des humains ou des créatures ? Des humains. Ils avaient une âme. C'était peut-être pour cette raison que je l'intriguais, si il était capable de sentir cette infime différence. Il avait un sixième sens ? Des capacités hors normes ?

« Tu es sûr que c'est un vrai chat ? »

La question m'était venue naturellement. Comment pouvait-il être certain qu'il ne s'agissait pas d'un sorcier se moquant de lui ? Après ce qui s'était déroulé il y a peu, je préférais être trop méfiante.

« Je le trouve bizarre. Il ne m'inspire pas confiance. »

Il n'arrêtait pas de miauler. Ce n'était pas dérangeant, mais suspect. Je secouais la tête, alors que je détournais mes yeux de ceux du félin. Il avait quelque chose d'étonnement hypnotisant tout en étant dérangeant. Ce n'était pas le seul d'ailleurs. Ils s'étaient bien trouvés, ces deux-là.

« Il faudrait qu'il voit un médecin pour chat. Je ne sais plus comment ça s'appelle, mais je sais que ça existe. »

J'ignorais comment l'aider personnellement. Si j'étais au point sur ce que mangeait les chèvres, ce n'était pas le cas concernant les autres espèces. Puis il me mettait mal à l'aise. Le chat, pas l'homme.

Je m'étais arrêtée face à une enseigne lumineuse. Malgré l'heure avancée, il y avait encore quelques magasins qui persistaient à rester ouverts. Les employés n'avaient vraiment rien de mieux à faire.

« Je reviens. Continue d'avancer si tu veux. »

Ce n'était pas important, je le rattraperai sans mal. Je ne comptais pas rentrer sans avoir acheter de quoi manger. Non pas que je doutais des capacités du service d'étage en matière de repas, mais je n'étais pas patiente pour ça. Je trouvais rapidement ce que je voulais. J'avais donné bien trop de billets pour un simple article. Je réfléchissais. Il ne me fallut pas longtemps pour me décider.


Je rejoignais (comme je l'avais prédit) très rapidement Balthazar et son nouvel 'ami', attaquant le paquet de cookies que je m'étais pris. A défaut de fraisiers, j'avais fait avec ce qu'il y avait - et que mon entraîneur préféré me le pardonne. Je n'avais pas la moindre idée de ce à quoi servait la majorité des autres choses que je venais d'acheter. Ça pesait plus lourd que mes vêtements, en tout cas.

« C'est pas pour moi. C'est pour ton copain. » jugeais-je utile de préciser, au cas où il se préparait à lancer une remarque sur mon addiction au shopping.

J'avais demandé tout ce qui pouvait être utile à un bébé chat. J'ignorais si tout était là, peut-être le caissier en avait même trop mit. Je ne pouvais pas ne rien prendre pour cet animal qui n'avait rien demandé. Est-ce qu'il avait le droit de venir à l'hôtel, d'ailleurs ? Je n'avais pas fait attention à ce type d'interdictions. La réceptionniste ne sembla rien trouver à redire, à moins que ce ne soit parce qu'elle ne remarqua pas la présence du nouveau locataire de la chambre. Tout ça m'importait peu, en réalité.

« Tu comptes le garder ? »

J'appelais l'ascenseur en lui jetant un bref coup d'oeil intrigué, un autre gâteau dans la main. Je n'étais pas une adepte des 'animaux de compagnie'. Je trouvais ça injuste de faire subir à des êtres vivants le fait d'habiter avec d'autres sans qu'ils ne puissent donner leur avis... Ma tête se pencha quelque peu et mon regard se fit plus insistant, toujours posé sur Balthazar.

« Tu es un peu comme mon chaton. »

Je devais arrêter de me faire mes propres réflexions autrement que par la pensée.

« Même si tu ne griffes pas. C'est dommage, ce serait amusant. »

Si j'arrivais à me retenir de rire, je ne pouvais pas dissimuler mon sourire trop radieux. Je ne le considérais certes pas comme ma propriété, mais je lui imposais la même situation qu'à ces pauvres animaux. Et j'avais bien remarqué quelques ressemblances. Si ce n'était que la bête était plus adorable que lui, d'un point de vue totalement objectif. C'était même trop gentil de le comparer à cette chose fragile.

Je me contentais de mordre dans le gâteau que je tenais, rentrant dans l'ascenseur avec un air satisfait et incroyablement amusé.

« Tu sais ronronner ? Ça pourrait te donner un côté mignon. »

Et encore, je n'en étais pas persuadée.
black pumpkin

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Fool me once, fool me twice. Are you death or paradise ? Now you'll never see me cry, there's just no time to die.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79379-eulalie-la-vie-d-un-b http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79379-eulalie-la-vie-d-un-bebe-amazone#959584 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79379-eulalie-la-vie-d-un-bebe-amazone#959584 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80696-tortue_amazonienne

Balthazar Graves



« Pas de main,
pas d'arlequin ! »


Balthazar Graves


╰☆╮ Avatar : Ben Whishaw

Ѽ Conte(s) : Sweeney Todd
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Mister T.

✓ Métier : Coiffeur & Barbier
You've been lonely too long ☾ BALTHY - Page 3 Tumblr_me94e9yYUC1qfprp3o5_r2_500

☞ Surnom : Natoune
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2294

✓ Disponibilité : Présent chef *-*

You've been lonely too long ☾ BALTHY - Page 3 _


Actuellement dans : « Pas de main,pas d'arlequin ! »


________________________________________ Jeu 1 Fév 2018 - 18:55


When the lights go out, I need to know
Are you afraid of the dark?


L'espace de quelques instants, Balthazar crut que l'amazone s'était volatilisé. Il jugea préférable d'émettre des réserves et il eut raison, car elle reparut un moment plus tard, avec plusieurs sacs de courses qui, étant donné leur aspect, renfermaient énormément d'articles différents. Il haussa un sourcil, se demandant comment la jeune femme avait pu acheter autant de choses en si peu de temps. Elle était sans doute une acheteuse compulsive, un trait à ajouter à sa longue liste de défauts. Il se contenta de laisser échapper un léger sifflement exaspéré entre ses dents. A quoi bon émettre un commentaire ? Il n'allait pas alimenter son moulin. Moins elle parlait, mieux il se portait. Il était déjà resté silencieux quand elle avait supposé que le chaton n'en était pas un. Comment faisait-elle pour être aussi crétine ? L'animal n'avait rien de "bizarre". En tous cas, il était le plus "normal" du trio.

Un bruit de plastique qui se déchire attira l'attention du barbier qui tourna la tête : Eulalie était occupée à grignoter des cookies avec un appétit de glouton. Il nota qu'elle ne lui en proposa pas, ce qui assombrit davantage son humeur déjà morose. L'odeur des biscuits lui rappela qu'il n'avait rien mangé depuis le déjeuner et il prit conscience du creux dans son estomac. Il tenta tant bien que mal d'ignorer la faim et les bruits de mastication de la jeune femme, marchant d'un pas vif pour retourner jusqu'à l'hôtel.

Quand ils passèrent le hall d'entrée, Balthazar referma davantage le pan de son manteau sur le chaton et sortit un bras afin de paraître plus naturel. L'animal était si chétif qu'il ne pouvait se voir. Ils parvinrent jusqu'à l'ascenseur sans souci.

"J'en sais rien."
grommela-t-il, les yeux rivés sur l'élévateur qui tardait à venir.

Eulalie était-elle obligée de mentionner le chat juste à côté de la réceptionniste ? Il espérait qu'elle ne dirait rien de trop évocateur, car les animaux étaient évidemment interdits au sein de l'hôtel.

Il se contenta de soupirer en entendant la réflexion de la jeune femme. Le point positif était qu'elle ne parlait plus du chat. Plus vraiment. Elle avait changé de cible. En plus, elle insistait. Elle se moquait de lui, une fois encore, lui demandant s'il savait ronronner, s'il griffait. Il égrena les secondes dans sa tête, le sang battant à ses tempes au même rythme. Il ne supportait pas cet agaçant sourire qu'elle avait au coin des lèvres tandis qu'elle l'observait.

L'ascenseur arriva enfin. Il attendit d'être à l'intérieur pour marmonner :

"Arrête."

C'était ridicule. Insuffisant. S'il n'avait pas eu l'imbécile de chat dans les bras, cela aurait fait longtemps qu'il aurait étranglé la jeune femme. Elle se serait sûrement vite dégagée mais il aurait eu le temps de passer ses nerfs, ce qui était mieux que rien. Il se repassa ce scénario mentalement et sans trop savoir pourquoi, la suite de la scène devint inexplicablement plus... sensuelle. La montée de l'ascenseur provoquait sans doute une pression bizarre sur son cerveau. Il se l'expliqua ainsi tandis qu'il secouait vivement la tête en grognant un peu. Afin de ne pas rester sur une note inférieure de sa part, il pivota brusquement vers Eulalie et attrapa le cookie qu'elle avait en main, pour le porter à ses lèvres avec une lueur de défi dans le regard. C'était tout ce qu'il était en mesure de faire pour l'instant. Il croqua le biscuit sans la lâcher des yeux, mastiquant avec lenteur.

L'ascenseur eut un petit sursaut et ouvrit les portes. En silence, Balthazar traversa le couloir et fit glisser la carte dans la fente de la poignée de la porte. Puis, il entra dans la chambre en désordre. Il termina rapidement le biscuit avant de déposer précautionneusement le chaton sur le matelas. Ce dernier chancela sur ses pattes frêles avant de basculer sur le flanc dans un miaulement plaintif. Au moins, il ne tremblait plus. La température de son corps et le manteau l'avait réchauffés. Le barbier retourna vers Eulalie, qui venait d'entrer, pour se saisir des sacs et les fouiller sans ménagement.

"Tu t'es faite avoir."
grommela-t-il, à la fois contrarié et condescendant. "Un chat, ça n'a pas besoin de tout ça."

Il n'en savait rien, après tout, mais il estimait que les félins étaient suffisamment indépendants pour ne pas s'encombrer avec du superflu. Les sacs contenaient une espèce de cage en plastique, plusieurs gamelles de différentes couleurs, ainsi que des jouets qui émettaient des bruits agaçants. Balthazar trouva tout de même une chose utile : une boîte de croquettes. Sans un mot, il prit deux gamelles. Il remplit une avec de l'eau et l'autre avec la nourriture, qu'il posa devant le chaton. Ce dernier s'était relevé et se précipita sur l'eau qu'il lapa goulûment. Le barbier eut une petite moue indescriptible en le regardant faire et il le caressa. Il ne comptait pas le garder. Il avait prévu de le remettre dehors dès qu'il irait mieux. Après tout, contre son gré, il avait écopé d'une amazone de compagnie. Il n'allait donc pas s'encombrer d'un chat en plus.

Le petit animal renifla ensuite les croquettes de façon circonspecte et poussa un miaulement aigu tout en observant fixement Eulalie. Décidément, son comportement vis-à-vis d'elle était des plus étranges. Peut-être sentait-il qu'elle était différente des autres ? Cela se voyait-il à ce point pour qu'un chat le remarque ? Balthazar fronça les sourcils. L'animal sauta en bas du lit et trottina maladroitement jusqu'à une barquette en plastique renversée sur le sol. En se penchant un peu, le barbier remarqua qu'il s'agissait des sushis que l'amazone avait apporté.

"Tu ne les a pas pris pour rien."
dit-il avec un rictus narquois, tandis que le chat détachait les lambeaux de saumon crû des rectangles de riz pour les manger.

Il promena un regard morose sur la pièce sans dessus dessous. Le désordre ambiant témoignait encore de ce qui s'était produit à peine une heure plus tôt. Un frisson électrique parcourut sa peau. Il pencha la tête et passa une main dans sa nuque, avant de se débarrasser de ses chaussures. Il posa ensuite les gamelles sur le sol, enleva son manteau qu'il jeta sur une chaise, puis il s'allongea sur le lit, attrapant la couverture pour se rouler dedans en maugréant. Après quoi, il éteignit la lumière.

"Je dors." annonça-t-il sèchement à Eulalie.

Au moins, dans l'obscurité, il ne risquait plus de la voir. Il espérait seulement qu'elle saurait rester silencieuse. Même s'il ne fermait l'oeil que trois ou quatre heures par nuit, quand l'épuisement finissait par avoir le dessus sur les fantômes, il ne supporterait pas ses caquètements incessants.

Quelque chose lui faisait mal au niveau de la taille, alors qu'il était couché sur le côté. Il porta une main au niveau de son pantalon et enleva les pinces à cheveux qu'il avait utilisées pour le fermer. A cet instant seulement, il s'aperçut qu'il avait oublié d'acheter des vêtements lorsqu'il était dehors. Il maudit une fois de plus Eulalie et rabattit la couverture sur sa tête, en plus du reste.

"Essaie de garder Moustache en vie jusqu'à demain matin." maugréa-t-il depuis les profondeurs de la couette.

Elle était tellement empotée qu'il ne s'étonnait même pas de trouver le chaton à moitié mort le lendemain.

Le nom de l'animal lui était venu spontanément, mais cela ne signifiait rien. On appelle les choses pour que ce soit plus simple, pas pour s'attacher. De toutes façons, le barbier ne s'attachait à rien, car il ne voulait plus prendre le risque de perdre quoi que ce soit. Il avait déjà été contraint de se séparer de beaucoup trop par le passé.

Il ferma les yeux sur ses sinistres pensées, mais elles ne cessèrent de le hanter pour autant. Comme d'habitude. A cela s'ajoutait l'image mouvante d'une jeune femme nue, à la chevelure flamboyante. C'était certain : il aurait des difficultés à trouver le sommeil. Surtout que son odeur imprégnait les draps. Il enfonça son poing dans le matelas et se recroquevilla davantage dans la couverture.

FIN
... OU LE DEBUT DE QUELQUE CHOSE ?
acidbrain

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

- See you at the bitter end. -
Every step we took that synchronized, every broken bone, reminds me of the second time that I followed you home. You showered me with lullabies as you're walking away. Reminds me that its killing time on this fateful day.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t73464-we-all-deserve-to-die
 Page 3 sur 3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

You've been lonely too long ☾ BALTHY





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Centre ville