Gravity
FALLS !

de Dyson

Minionement
Vôtre
de Adam & Pitch

L'Héritage
Perdu !
de seb


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ L'Héritage Perdu ! ☆ Evénement #97
Une mission de Lily Olyphant - Ouverture : 4 juillet 2018
« La Vérité sans Compromis ! »

Partagez | .
 

 Everybody knows the good guys lost. |Pv Soreth|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Silly G. Rover


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Darren Criss ❀

Ѽ Conte(s) : Mickey & Co ❀
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Pluto ❀

✓ Métier : Etudiant en Art | Chanteur au Comics Burger.
☞ Surnom : Sissi ❀
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 82
✯ Les étoiles : 1100




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Jeu 25 Jan 2018 - 17:29

Everybody knows the good guys lost.
⊹ Soreth Mouse & Silly G. Rover


Début d'année 2018, il faisait froid. Bien sûr qu'il faisait froid. Cet hiver était rude et glaciale, c'était dans ce genre de moment que Silly regrettait amèrement ses poils jaunes. D'ailleurs il était surpris de voir qu'aucuns chiens ne lui ressemblait. Il y en avait des beaux puis des moins beaux. Il y peu de temps de cela, il s'était rendu compte qu'il comprenait les chiens quand il parlait. Il ne les entendait pas aboyer mais parler comme de vrais humains. Silly était capable de comprendre la langue des canidés mais aussi celui des chiens, cela faisait de lui un super-héros. C'était ce qu'il avait toujours pensé de toute façon. Il était différent des autres et il aimait ça, enfin cela dépendait des moments.. Son réveil sonna à côté de lui avec une belle chanson d'amour des années 80. Un petit sourire se dessina sur son visage encore bouffit à cause de la fatigue. Bon sang, qu'il avait froid et en plus de cela il avait l'impression de tomber malade. Il tira un peu plus la couverture sur son visage avant d'enfouir son visage dans son coussin tout en poussant un petit couinement, habitude de chien. Aujourd'hui il ne voulait pas allé en cours. Il voulait juste dormir parce qu'il aimait dormir et que pour lui c'était son activité favorite malheureusement la tornade brune frappa dans sa chambre, encore une fois. Calamity ouvrit violemment la porte de sa chambre mais Silly n'entendit rien. Elle avait juste soupiré et peut-être qu'aujourd'hui elle laisserait Silly tranquille.

Puis quelque chose le frappa à travers la couverture et le toons afficha une moue avant de se redresser rapidement de son lit tout en affichant une petite moue tout en secouant négativement la tête. Non il n'avait vraiment pas envie aujourd'hui, il pleuvait et la pluie lui donnait juste envie de pleurer. Calamity se tenait à côté de son lit avec un vêtement dans sa main droite et elle menaça une nouvelle fois l'étudiant avec le linge pour lui faire comprendre qu'elle ne voulait rien savoir.

▬  « Tu veux réussir ton éducation, gros flemmard ? Alors debout ! Tu vas être en retard. »  lâcha t-elle avant de quitter sa chambre.

Ce n'était pas aujourd'hui qu'il pourrait faire sa grasse matinée, malheureusement. Un soupir triste sortit de sa bouche alors qu'il décida enfin de prendre son courage à deux mains. Silly posa ses pieds nus sur le sol et il afficha une grimace quand un frisson lui parcourût le corps. Il posa immédiatement ses mains sur ses épaules pour essayé de se réchauffer un maximum avant de pousser sa plainte matinale.

▬ « Mais Cal.. J'ai froid moi ! »

La jeune femme ne répondit pas. Normal, ce n'était pas la première fois que Silly se plaignait si tôt le matin. Il n'avait l'habitude de rien, les expressions humaines, les vêtements, les couleurs et surtout les températures. Calamity avait essayé de lui apprendre les choses, les sentiments. Mais l'éducation de Calamity était plutôt difficile à suivre. Il n'arrivait pas à faire la différence entre la fiction et la réalité avec elle parfois. Elle venait dormir avec lui parfois et Silly lui demandait si c'était parce qu'elle avait peur. Elle a toujours soutenu que non. Pourtant le brun sentait que son amie avait peur de l'abandon, un peu comme lui. Il ne fallait plus prononcer le nom de Mickey ou de Soreth sous ce toit sinon elle rentrait dans une colère noir. Silly aimerait en parler parfois, demander si il avait le droit d'aller le voir mais jamais il n'avait su le faire. Silly aimait lire le journal le matin pour s'informer et apprendre des choses mais la plupart du temps il finissait à la poubelle parce que Soreth publiait des choses dedans et d'ailleurs ce matin il était dans la poubelle. Silly fixa le journal qui était en boule avant de fixer Calamity qui était de dos. Cela ne devait pas être facile alors il faisait de son mieux pour lui remonter le moral. Silly se colla alors contre le dos de la jeune femme avant d'afficher un grand sourire.

▬ « Je suis debout et j'ai sentis la bonne odeur des crêpes. Mon plat favoris, merci Mimi. »
Sans plus attendre il déposa délicatement ses lèvres sur celle de Calamity avant de piquer une crêpe pour la fourrer dans sa bouche.

Son amie se retourna et un sourire naquit sur son visage. Ouf.. Il ne voulait pas la voir triste, elle ne méritait pas cela même si parfois il se prenait la tête avec elle. Calamity était son amie et son foyer maintenant et il ne regrettait pas de vivre avec elle. Elle s'avança finalement vers lui pour resserrer correctement la cravate de sa tenue d'université avant d'afficher une grimace de dégoût tout en secouant négativement la tête.

▬ « Cette tenue est vraiment de mauvais goût, tu le sais au moins Sissi ? »

Un petit rire sortit alors de la bouche du jeune homme. Il attrapa une autre crêpe avant de saluer son amie pour finalement sortir de la maison. Une nouvelle journée allait commencé et aujourd'hui, il n'avait pas un bon pré-sentiment. Il sortit son parapluie avant de prendre son chemin habituel pour se diriger vers son université. Carson l'attendait juste devant l'établissement tout sourire comme à son habitude. Son ami était avec lui depuis un bon moment maintenant et c'était toujours plus rassurant d'avoir quelqu'un comme lui à ses côtés parce qu'il fallait dire que beaucoup d'élèves lui faisaient peur. Souvent les autres se moquaient de lui en disant que ce prénom lui allait parfaitement bien. Il ne savait jamais les réponses aux questions et il avait toujours un train de retard. Heureusement pour lui Carson avait la patience et la gentillesse de lui apprendre les choses.

La journée passa rapidement et sans soucis à la plus grande surprise de Silly. Pas de moqueries, rien de tout ça. Pourtant il ne faisait pas parti des plus intelligents et il n'avait rien fait pour échapper aux moqueries mais Silly n'avait pas cherché à comprendre. Il était juste heureux et il riait et chantait avec Carson qui lui s'amusait à danser devant le toons. Ces deux là étaient tellement proche et tellement innocent qu'ils ne se rendait pas compte que les autres autour d'eux pouvaient être horrible. Pourtant Silly savait que tout le monde ne pouvait pas être bon. Il avait connu Pat et Mickey avait complètement changé. Tout ça pour dire que malgré la pluie et les passants qui les regardaient étrangement, les deux amis chantaient de toutes leurs forces.

▬ « It's fine by me, if you never leave. »
la voix de Silly était douce et plus grave que Carson mais cela n'empêcha pas le duo de s'amuser et d'ailleurs Carson prit la suite.

▬ « We can leave like this forever. It's fine by me. »

Les deux étudiant se mirent à rire en plein milieu de la rue mais malheureusement leur bon moment ne dura pas vu qu'un groupe d'étudiant les attendaient. Alors voilà pourquoi la journée était aussi calme. Silly se figea sur place alors que Carson lui poussa un soupir, lasser de leurs comportements sûrement. Il leva alors les yeux aux ciel.

▬ « Bande de lâche. Faire ça par derrière quand les profs sont pas là. » cracha alors Carson sans gêne. Silly, lui attrapa la manche de son ami.

▬ Laisse tomber Carson, on s'en va..

Le chef de la bande lâcha alors un rire moqueur tout en imitant Silly. Inutile de vous dire dire que le groupe riait derrière lui. Il s'appelait Jackson. C'était un peu le roi de l'université apparemment et Silly ne comprenait toujours pas pourquoi. Un roi était censé rassurer et aider les autres. Lui il ne faisait que effrayer tout le monde. Dyson était devenu un père pour tous les toons, il ne s'amusait pourtant pas à faire régner la terreur. Ces humains étaient vraiment étrange. Le groupe de Jackson bloqua alors Carson et Silly au milieu de leur cercle.

▬ « Vous n'irez nulle part les pédés. »
lâcha alors Jackson qui donna un coup dans la mâchoire de Silly.

Carson passa directement à la défensive et rendit le coup à Jackson. Puis le combat continua et inutile de préciser que le groupe de Jackson avait bien sûr gagné. Ils étaient au moins une dizaine et eux n'étaient que deux. Carson cracha du sang par terre avant de pousser un long soupir tout en se recoiffant. Il aimait être présentable et il le comprenait après tout. Silly se frotta le visage qui était légèrement en sang et quand il rouvrit les yeux , il vit des chaussures cirés noirs qui se tenaient juste devant lui. Il fronça les sourcils alors que Carson lui donna des petits coups dans le dos tout en chuchotant quelque chose qu'il ne comprit pas dans un premier temps. Mais son ami répéta une nouvelle fois et cette fois-ci, il entendit parfaitement. C'est Mouse..

Bon sang, bien sûr qu'il voulait revoir Soreth mais dans cette condition et dans cet état. Il écarquilla alors les yeux avant de se racler nerveusement la gorge tout en faisant signe à Carson de partir devant et qu'il allait rapidement le rejoindre. Silly se leva alors difficilement tout en affichant une petite grimace de douleur avant d'afficher un petit sourire forcé.

▬ « Content de vous revoir Monsieur Mouse. »

Outch, ce n'était pas ce qu'il voulait dire.. Le stress lui jouait décidément des tours. Il échangea un brève regard avec son ancien meilleur ami et il n'arrivait même plus à le reconnaître. Silly ne resta pas plus longtemps ici et il prit rapidement la fuite pour rejoindre Carson qui l'attendait pas loin avec les bras croisés. Son ami n'avait pas l'air content apparemment.

▬ « C'était l'occasion de lui parler Silly. Pourquoi tu as fuis.. »


▬ « Parce que je ne sais pas quoi lui dire. Puis, il n'est jamais revenu alors.. »


Il se tourna pour vérifier si Soreth était encore derrière lui mais plus personne n'était là. Il s'en doutait mais la déception rongea une nouvelle fois son petit cœur de chien.
[

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
▲ Heart Broken ▼
A long endless highway, you're silent beside me. Drivin' a nightmare I can't escape from helplessly praying, the light isn't fadin'. Hiding the shock and the chill in my bones. I don't wanna let go, I know I'm not that strong. But Hold on, I still want you. Come back, I still need you.

Soreth Mouse


« KI CILUM IRS CARUM ESSIMSOUM ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Tom Ellis.

Ѽ Conte(s) : Disney Classique.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Mickey Mouse, la cèlèbre souris !

✓ Métier : Journaliste free lance.
☞ Surnom : Soreth.
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 285
✯ Les étoiles : 3203




Actuellement dans : « KI CILUM IRS CARUM ESSIMSOUM ! »


________________________________________ Sam 19 Mai 2018 - 0:07


Everybody knows the good guys lost.
Silly & Soreth.

Encore une de ces journées ordinaires comme il en existait tant et qui possédait tout simplement le don de l'ennuyer au plus haut point. Il avait passé le plus clair de sa journée dans les locaux du journal où il travailler, à subir les idioties de ses semblants de collègues : si, la plupart du temps, il s'était fait à l'idée de la médiocratie ambiante, il parvenait parfois à se laisser surprendre par le taux d’imbécillité ambiante... Enfin : une porte claquée avec violence suffisait à les stopper - momentanément - et à les maintenir éloigné de son bureau. Et, pour son bien-être mental, c'était non-négligeable : déjà parce que ça préservait ses capacités cognitives, et d'autre part cela lui permettait de travailler dans un calme tout relatif sur ses articles. Mine de rien, il avait été plutôt productif et cela le satisfaisait : il avait écrit plusieurs articles bateaux pour couvrir certains "blancs" lorsqu'aucune activité notable se produisait en ville, et il s'était renseigné - par téléphone, évidemment - s'il devait couvrir certains événements à venir pour établir un semblant de planning.... A condition de ne pas se retrouver embarquer dans une énième histoire à dormir debout en compagnie de ce très cher Dyson... Le Noël qu'ils avaient passé ensemble se suffisait à lui-même pour justifier cet appréhension : déjà qu'il n'appréciait que très peu de se faire accuser lorsqu'il était innocent, le reste n'avait rien arrangé. ... Et ce baiser ne cessait de le perturbait, même s'il avait choisi d'enterrer le sujet définitivement. Du moins, pour l'instant... Il lui fallait le temps de procéder au travers des sentiments qui l'habitaient vis-à-vis de ce... Dérapage.

----------

Toujours est-il qu'il avait accueilli avec un soulagement non-feint l'heure du départ : sans un regard pour les autres, il récupéra son duffel coat et quitta les lieux, mesurant ses pas pour ne pas donner l'impression qu'il prenait la fuite. Il attendit tout de même d'être sorti du bâtiment pour soupirer : enfin, il quittait cet enfer... Du moins, pour cette journée. Ne pas penser à demain, ne pas se décourager d’avance… L’air assez renfrogné, il glissa ses mains dans le fond de ses poches pour les protéger du froid ambiant et, sans un regard en arrière il se mit à marcher, prenant le chemin pour rentrer chez lui.

Les choses auraient pu se passer comme d’ordinaire, mais cette journée ne semblait pas avoir épuisé son lot de surprise : si le matin-même, son trajet s’était déroulé sans encombre, une des rues qu’il empruntait quotidiennement pour s’épargner un détour ennuyeux venait d’être bloquée. Pour des “travaux de courte durée” comme le précisait gentiment le panneau bien trop voyant qui trônait au centre de la voie… Un nouveau soupir. Il se retrouver obligé de devoir passer près d’une université, ce qui signifiait qu’il allait croiser son lot de jeunes adultes décérébrés...

... Super. Voilà une divine façon de clore sa journée...

Sappitoyer sur son sort ou se morfondre ne ferait pas bouger les choses, et il décida de faire au plus vite pour affronter ce léger contretemps. Son idée initiale aurait pu s’appliquer sans problèmes… Ou presque. Alors qu’il avait quasiment contourné le bâtiment dédié aux études - du moins, sur le papier - il assista à un événement qu’il savait fréquent : le groupe populaire composé de sportifs et autres se défoulaient joyeusement sur les souffres douleurs de la promo. Il envisagea de passer son chemin, mais quelque chose l’en empêcha - un soupçon de mauvaise conscience qu’il ignorait encore posséder.

▬ Alors c’est donc ça, le “brillant futur” de notre ville ? … Très révélateur. Sans rire, ça vend du rêve…

L’un des (supposés ?) étudiants se détacha du groupe de brutes pour lui lancer un regard noir, néanmoins accompagné d’un sourire goguenard.

- On t’a rien d’mandé. Pis si t’veux éviter les ennuis, dégage. Sinon ,t’auras l’occasion de fricoter de très près avec le futur de la ville.

Peu impressionné, le journaliste se contenta d’hausser un sourcil, l’air de dire “vraiment ? …” mais aucun affrontement supplémentaire n’eut lieu puisque l’apparent chef de groupe leur fit signe de se stopper.

- Nan mais il a raison, ces deux débiles ont eu c’qu’ils méritaient. On s’arrache.

Et la bande s’éloigna sans donner l’air de se soucier de ce qu’il venait de faire, à croire que c’était habituel pour eux - et ça devait probablement être le cas. Sans trop savoir comment justifier son geste, il se retrouva à s’approcher des deux malheureux qui venaient de passer un très mauvais quart d’heure.

▬ Hey. Encore capable de m’entendre ? Vous voulez que j'appelle les secours ? … Ou votre famille, peut-être ?

L’un des deux - celui qui semblait être le plus réactif pour l’instant - releva la tête pour l’observer, et il pu clairement saisir l’éclat de surprise qui traversa son regard : sans prendre la peine de lui répondre, il choisit de taper dans le dos de son ami, puis de se pencher vers lui pour lui murmurer quelque chose. A plusieurs reprises, lui semblait-il.

Le premier se relevait déjà, tout en intimant à l’autre de l’imiter, d’avoir un peu de nerf et lorsque son ami parvint enfin à se relever ce fut à Soreth d’avoir l’air on ne peut plus étonné : Silly. Il le revoyait enfin… Et il se traita mentalement d’idiot pour que ce soit dans de pareilles conditions.

▬ Silly ? Mais…

Un sourire forcé constitua un semblant de réponse.

- Content de vous revoir Monsieur Mouse.

Et, sans trainer davantage, il prit la fuite en emboîtant le pas de son ami, le laissant en plan et sans la moindre occasion de se rattraper. Mais il avait une idée de ce qu’il pouvait faire à présent, si bien qu’il ne resta pas longtemps planté comme un idiot et traversa rapidement la rue. Contre toute attente, ce n’est pas les pas de Silly qu’il suivit, mais ceux du groupe d’abrutis finis qui semblaient se satisfaire de martyriser les autres. Il ne lui fallut que quelques minutes pour les rattraper, et il les suivit à distance pendant une dizaine de minutes, jusqu’à ce que le chef du groupe ne se sépare de ses acolytes. A ce moment précis, un sourire mauvais étira ses lèvres. Après avoir été absent si longtemps de la vie de tous les autres toons, il allait peut-être trouvé un moyen d’agir positivement pour un de ses anciens amis…

S’il ne l’avait jamais montré, depuis qu’il s’était retrouvé à Storybrooke il avait eu le temps de repenser à ses actions passées, et s’il y avait bien quelque chose qu’il regrettait c’était son comportement abject envers Pluto - Silly, comme il s’appelait à présent. Mais il n’avait jamais trouvé un moyen de revenir vers lui sans passer pour le plus monstrueux des connards - ce qu’il était à mi-temps, il ne s’en cachait pas.

Enfin, il se recentra sur le présent, et s’approcha de l’étudiant qu’il restait.

▬ Ca va ? Tu te sens mieux, à présent ? Puissant, peut-être ? Fier de toi ? C’est comme ça que tu prouves ta valeur aux yeux des filles ? … Mon Dieu, que c’est pathétique....

Si l’autre avait semblé l’ignorer de base, il finit par se retourner et le fusiller du regard.

- C’est à moi que tu parles ? … Et qu’est-ce que ça peut te foutre, déjà ? T’as pas l’impression d’arriver trop tard pour jouer les sauveurs ? Franchement, tu dois avoir une sacrée vie de merde pour te mêler d’histoires qui te regardent même pas.

Son sourire s’agrandit, et sans se laisser démonter il se rapprocha de l’autre, jusqu’à l’acculer contre un mur : ce faisant, il constata que l’air assuré du petit merdeux se chargeait peu à peu d’un mélange de crainte et d’appréhension.

- Nan mais t’es un taré, toi ! Fous moi la paix, tu sais pas qui je suis ou quoi ?!

▬ Je n’ai eu aucun mal à te reconnaître, Jackson. Il faisait parti d’une famille relativement influente à Storybrooke. Difficile de passer à côté lorsque l’on travaillait pour un journal…Mais, tu sais, ta réputation ne m’importe peu. Ce n’est pas ça qui te protègera des conséquences de tes idioties… Tu vois, il se trouve que tu viens de t’en prendre à l’un de mes amis, et… Malheureusement pour toi, c’est quelque chose que je n’apprécie pas le moins du monde. Alors je te conseillerai de t’arrêter là, sinon à l’avenir il pourrait t’arriver quelque chose de bien plus grave que ça....

Et sans lui laisser le temps de l’interroger - ou, plus vraisemblablement, de l’insulter puisque ça devait être le seul moyen de communication que proposait ses neurones atrophiés -, il lui porta un coup au niveau du plexus solaire, le privant momentanément de sa - pauvre - répartit, ainsi que de souffle. Puis il se pencha vers lui pour lui murmurer à l’oreille.

▬ Et il ne s’agit que d’un avertissement...

Après ça, Soreth ne s’attarda pas davantage, et se rebroussa chemin. A présent, il comptait essayé de retrouver Silly, pour avoir la conversation qu’il lui devait depuis bien longtemps… D’après ce qu’il savait, il logeait chez Calamity. Si la perspective de la croiser ne l’enchantait pas le moins du monde, il espérait pouvoir l’intercepter avant qu’il ne soit rentré.

Et, miraculeusement, il y parvint - comme quoi, sa journée n’était pas totalement à jeter aux oubliettes. Silly se trouvait toujours aux côtés de son ami, et il s’approcha d’eux sans chercher à se dissimuler.

- Silly ?

L’interpeller lui avait semblé être une bonne idée pour capter son attention, mais il n’avait absolument pas envisagé ce qu’il pourrait lui dire de plus...





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Two weeks ago you said goodbye... I keep seeing you everywhere that I turn. I still feel your touch in my dreams . I still hear your voice...
   
crackle bones
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t73450-la-vengeance-est-un-p
 Page 1 sur 1

Everybody knows the good guys lost. |Pv Soreth|





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les alentours :: ➹ Les écoles