Ombres
& Poussières
de seb

Réunion
d'Outre-Tombe
de Dyson

Universal Show
de Robyn Candy


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ The Universal Horror Show ☆ Evénement #91
Une mission de Robyn Candy - Ouverture : 20 février 2018
« Aryana, Sasha, Gaston, Arthur, Emmet & Robyn partent se faire éclater la tête ! »

Partagez | .
 

 La fierté se lit dans un regard sidéré... ❖ Emily

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Figue A. Row


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


avatar


╰☆╮ Avatar : Crystal Reed :love:

Ѽ Conte(s) : Le descendant de Cyrano de Bergerac, vous savez, celui qui a le nez qui pousse dès qu'il dit un mesonge. :uh:
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le plus beau, l'unique, le meilleur... Figaro, bien sur. :uh:

☞ Surnom : Fifi (brin d'acier :boulet:)
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1104
✯ Les étoiles : 790




Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Ven 9 Fév 2018 - 4:16








Je lis de la fierté dans tes yeux.. C'est ça ?!

« Faites place à la nouvelle policière ! »


Elle était là. La nouvelle. LA Nouvelle d’une vie. Emily me travaillait toujours au corps pour que je trouve un travail. Pourquoi elle voulait autant que je subisse cet affront ? Après tout, je n’en avais pas besoin. J’avais juste à user de mon petit minois ou de ma ruse pour acquérir de l’argent. Et puis aucun travail ne me faisait envie. Garder des enfants ? Hors de question. J’avais déjà essayé, c’était nul. Partir en colonie de vacances ? Pfeuh, encore plus nulle, j’avais le rôle des animateurs tout pourrie, je ne pouvais pas être la participante.

Mais là, tout avait changé. J’avais eu THE revelation ! Le petit accent anglais, c’est pour faire plus classe, je sais, ça vous fait de l’effet. Si elle voulait tant que je travaille, je devais aussi m’amuser. Et en tirer profit. Autre que de l’argent que je pouvais acquérir d’une autre manière. Pourquoi pas.. Infiltrer les rangs ennemis ?! Mon idée était géniale, non ?! Imparable ! La police était toujours sur mon dos, elle comportait des hommes sexy, une tenue particulièrement excitante et.. Le pompon sur la Garonne.. UN PISTOLET POUR FAIRE PIOU PIOU ! C’était le job rêvé.

Je pourrais user de mon agilité légendaire, de ma ruse, de mes connaissances dans le monde de la nuit pour opérer en top secret. Je serais un agent double, c’était trop classe, non ? Et j’aurais une tenue qui les ferait tous tomber comme des mouches. Rien ne venait entacher mon plan. Enfin il fallait que j’apprenne à faire pfiou pfiou, mais ça, j’avais la maîtresse parfaite à mes côtés : Emily. En plus, avec le permis de port d’arme, j’pourrais aller voler une mitraillette dans son armurerie. Là les gars, mes piou piou, ils vont être stylé de la mort qui tue. Attention à vous !

Bref, j’étais fière de moi. J’allais pouvoir annoncer quelque chose à Emily qui allait al rendre fière de moi, et qui allait la faire encore plus m’aimer. J’aurais peut être droit à des plaquettes de chocolat en offrande, avec des gratouilles derrière les oreilles. Ce serait tellement gentil de sa part. Et tellement mérité de la mienne, non ?

Je devais prévoir une annonce qui resterait dans les annales, le genre d’annonce qui ne s’oublierait jamais. J’avais eu un travail !! C’était quelque chose de sensationnel, non ? Inespéré ? Figue qui se donne dans un travail, comme la basse populace. J’étais vraiment quelqu’un de très humaniste. Je m’abaissais à leur niveau pour qu’ils puissent m’admirer de plus prêt. Je m’émeus moi même.

Dans tous les cas, j’avais prévu de redécorer l’appartement en circonstance. J’avais récupérer une large bannière « it’s a boy » en la custimosant pour que le message se transforme en « it’s a job », les économies, mesdames et messieurs, les économies ! J’avais récupérer les confettis de la nouvelle année, les serpentins, etc... Pour en asperger la maison entière qui ressemblait maintenant à une maison de poupée colorée. J’avais collé des photos de moi sur chacun des murs, pour être sûre que Emily ne me manque pas. Et enfin, j’avais acheté... Hum.. Chapardé des canons à confettis et des chapeau de fête.

Le salon était parfait. PAR-FAIT, c’est la reine de la beauté et du style qui te le dit. J’étais encore plus fière de moi. Non mais vraiment, il fallait absolument qu’Emily voit ça. Mais je ne voulais pas qu’elle sache ou soupçonne une surprise. J’attrapais donc mon téléphone pour lui passer un coup de fil. Mais comme d’habitude, elle ne répondit pas.

- Tu m’aimes pas pour jamais me répondre ?! C’est pas gentil ! Dépêche toi de rentrer à la maison, j’ai essayé d’utilier le four avec quelques objets, mais y’a eu une explosion, je sais pas quoi faire. Dépêche toi EMILYYYYYYYY !!

Et je raccrochais. N’était-ce pas un jeu d’actrice absolument merveilleux et extraordinaire ? Si je sais, merci, ne dites rien, vous allez me faire rougir. Quoi que.. Si vous pouvez me complimenter, ça comblera l’affreux manque de confiance en moi qui me pourrie la vie depuis si longtemps.

Me positionnant à deux trois mètres devant la porte, deux canons à confettis à la main prêt à être actionné, je patientais. Une seconde. Deux secondes. Trois secondes. BON, ELLE ARRIVE OUI ?! Je suis censé avoir mis le feu à l’appartement, on est pas si long quand on tient à la personne la plus chère à ses yeux et à son appartement. Tournant en rond, je ruminais. Mais qu’est-ce qu’elle faisait... ?!

Après une attente longue, interminable, et quelques rides de plus sur mon visage, j’entendis la clé tourner dans la porte. Je sautais du canapé pour me ruer vers cette dernière. Lorsqu’elle s’ouvrit, j’actionnais le premier, puis le deuxième canon à confettis, surprenant la jeune femme.

- SURPRIIIIIIISE !!! T’AS VU LA BANNIÈRE ?!! HEIN !! T’AS VU LA BANNIÈRE ?!!

Je lâchais les canons pour lui sauter dans les bras et m’accrocher à son cou. Elle allait être tellement fière de moi ! Allé, pour une fois, tu peux me faire un câlin ?! S’il te plait serre moi contre toiii ! Je me pressais déjà contre elle, enfouissant mon visage dans ses cheveux.

- J’AI EU UN TRAVAIL !! ET UN TRAVAIL QUE J’ADORE JE VEUX JAMAIS LE PERDRE !! T’ES FIÈRE HEIN ?! DIS T’ES FIÈRE ?!

Je reculais d’un pas, un large sourire victorieux sur les lèvres. Jamais elle devinerait le travail que j’avais trouvé ! J’étais sûre qu’elle ne trouverait pas ! C’était un travail tellement génial, j’étais sûre qu’elle ne m’en croyait pas capable. Mais pourtant, je l’avais fait, et elle allait être encore plus fière de moi !

- Devine !! Devine ce que c’est vas y !!

Je la laissais fabuler dans plusieurs métiers, tous plus pitoresque les uns que les autres. Non, non, non ! J’avais le meilleur travail du monde ! Enfin le deuxième meilleur, je pense que travailler dans une pâtisserie est le meilleur premier, parce qu’avec un peu de discrétion, je pourrais manger tous les gâteaux. Mais comme la shérif tenait une pâtisserie et qu’elle nous amenait des donuts et des gâteaux, c’était un mal pour un bien !

- NOOOON !! J’AI ÉTÉ RECRUTÉ DANS LA... POLIIIIIICEUUUH !!! JE VAIS ÊTRE POLICÈÈÈÈÈÈRE !!! TU TE REND COMPTE ?! C’EST TROP GÉNIAL !! JE VAIS AVOIR UN PISTOLET ET TOUT !! ET LES MENOTTES ! ET UNE INSIGNE !!!

Je me mis à sauter tout autour d’elle, emportée par la joie. Tout en chantonnant, je bougeais la tête en laissant échapper des cris de joie. Mais au bout de quelques minutes, je du me rendre à l’évidence. Pourquoi elle ne sautait pas comme moi ?! Pourquoi elle ne me prenait pas dans ses bras ? C’était toujours pas assez bien pour elle ? Mais pourquoi elle faisait cette tête bizarre ?

- Bah alors, tu sautes pas de joie avec moi ? Ca fait trente ans que tu me bassines pour que j’ai un travail.. Et là j’en ai un que je veux garder.. Allé, saute aussi ! Ou fais moi un câlin, oui ! UN CÂLIN !!

Je me laissais tomber une nouvelle fois dans ses bras, au comble de la joie. Pourtant, quelque chose clochait. Peut être que l’émotion lui avait coupé le souffle et le cerveau... Bizarre...


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

This is like family... But it's better. The Fimily !
Même si le monde nous sépare un jour, me promets-tu d'essayer de le défier pour me retrouver ? Parce que si le monde me défie un jour de te retrouver, je le ferai quoi qu'il en coûte × by lizzou.

Emily Lame-Duck


« Parfois au réveil,
j'ai les oreilles dures. »


avatar


╰☆╮ Avatar : Britt Robertson

Ѽ Conte(s) : Le vilain petit canard
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le vilain petit canard



☞ Surnom : Lou / Loulou / Pollen / Coin-coin
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2510
✯ Les étoiles : 802




Actuellement dans : « Parfois au réveil,j'ai les oreilles dures. »


________________________________________ Lun 12 Fév 2018 - 7:14


La fierté se lit dans un regard sidéré...

... Ou pas.
Emily & Figue




Cet abruti l'avait entraîné dans sa chute et réussis a passer un bras autour de son cou en serrant de toutes ses forces. Elle étouffait. La seule chose qui lui permettait encore de respirer c'était qu'elle avait agrippé son bras et tentait de son coté de l'éloigner, ne lui laissant ainsi qu'une courte marge de manœuvre. Brusquement elle poussa sur les jambes, en essayant d'écraser Pat contre le mur. Cet abrutie ne c'était pas présenté a son audience et l'avait prise pour une sorte de tueur a gage a sa poursuite. Non mais vraiment... Elle entendit, a quelques mètres de la, son téléphone vibrer et pesta de plus belle. Allons bon, les gens ne pouvaient pas comprendre qu'elle était occupée oui ? Non ? Deux minutes de tranquillité, c'était trop demander visiblement...

Emily commençait a perdre patience – mais aussi des forces – Aussi, elle jugea préférable d'en finir maintenant. D'un geste brusque, elle lacha le bras de Pat et grippa son coté, en pesant de toutes ses forces pour le faire pencher, puis brusquement, elle s'appuya contre le mur et utilisa la force de son dos pour faire passer l'homme dessus. Ce surprenant changement de situation lui fit perdre sa concentration et la jeune femme en profita pour placer une prise de self-défense et l'envoya s'écraser par terre. Sans cérémonie aucune, elle lui sauta dessus – littéralement – et appuya de toutes ses forces son genoux au creux du dos de l'homme, le clouant sur place. D'un geste rapide, elle lui passa les menottes, les serrant fermement avant de se pencher, d'attraper son portable et de se laisser tomber lourdement sur le dos de sa proie en soupirant.

Emily passa une main dans son cou en essayant de ramener un peu de vie et de sang dedans, avant de baisser les yeux sur l'écran fêlé de son portable. Figue ? Qui lui avait laissé un message ? Allons bon, elle était presque sure qu'elle allait lui demander de l'argent pour une robe dont elle avait « absolument besoin ». L'homme sous elle remua et Emily lui fourra un coup de pied sans le moindre remord.

« Hey, deux secondes mon grand, j'ai un message, tu permet ? »


« C'est de l'abus de pouvoir, vous avez pas le droit de m’arrêter ! »


« Ca t'apprendra a pas venir au tribunal quand tu paie pas tes contraventions. Maintenant silence. »


Elle tapota quelques instants sur le clavier et porta le téléphone a son oreille.

« Tu m’aimes pas pour jamais me répondre ?! C’est pas gentil ! Dépêche toi de rentrer à la maison, j’ai essayé d’utiliser le four avec quelques objets, mais y’a eu une explosion, je sais pas quoi faire. Dépêche toi EMILYYYYYYYY !! »


La jeune femme resta quelques instants immobile, le sang glacé avant d'expirer profondément et de se forcer a réfléchir. Ce n'était pas possible, maintenant dés qu'elle mettait le nez dehors, elle débranchait le four... La question tait de savoir si Fifi était assez maligne pour le re brancher. Deuxième chose, elle n'avait pas entendu de sirènes de pompiers ou de cris de l'immeuble.. Et surtout, SURTOUT : Figue ne prévenait JAMAIS quand elle faisait une connerie, et essayait de la dissimuler... plus tot maladroitement il fallait le dire. Qu'est ce qu'elle avait dit la derniere fois déja ? Ah oui, que la télévision ui avait sauté dessus parce qu'elle était jalouse de perdre contre elle sur la wii... Avec un peu de chance elle mentait.

Mais pouvait elle en être sure ?

Emily soupira et traîna Pat jusque dans la salle de bain ou elle l'attacha au radiateur. Puis elle descendit quatre a quatre les marches de l'immeuble en composant le numéro de la police. Es prévenir que cet abrutie était attaché et qu'elle avait une urgence... Elle sauta dans sa voiture et partit en trombe pour arriver, une dizaine de minutes plus tard devant un immeuble... parfaitement calme.

Bon, cette fois elle allait la butter.

Elle descendit de la voiture et claqua violement la porte derriere elle avant de grimper les marches de l'escalier. Arrivée devant la porte, elle glissa la clef dans la serrure et la dévérouilla aant de …

BANG ! BANG !


« SURPRIIIIIIISE !!! T’AS VU LA BANNIÈRE ?!! HEIN !! T’AS VU LA BANNIÈRE ?!! »


Hein ?

Elle n'eut même pas le temps de penser quoi que ce soit que Figue lu bondissait dessus Alors ca pour le coup elle ne s'y attendait pas, et elle resta tétanisée, le cœur battant si vite que s'en était douloureux, a essayer de s’empêcher de faire une crise cardiaque.

Ok, on respire Emily. Respire... Bien, voilà. Lève les yeux. Lis.


« J’AI EU UN TRAVAIL !! ET UN TRAVAIL QUE J’ADORE JE VEUX JAMAIS LE PERDRE !! T’ES FIÈRE HEIN ?! DIS T’ES FIÈRE ?! »


Aie.. Bon bah c'est même pas la peine d'essayer de comprendre, voilà. Essaie de sauver le soldat tympan quand même.


« Euh.. ouais. Lache moi s'il te plis, t'es en train de me rendre sourde. »


Voila, après ca on passait a l’engueulade...

« Devine !! Devine ce que c’est vas y !! »


Emily soupira et se dirigea vers le réfrigérateur pour prendre une bière qu'elle décapsula rapidement.

« Chais pas, streapteseuse ? Ou alors t'es rentre dans un gang ? »


Dans les deux cas elle allait devoir butter la personne qui avait oser entraîner Figue dedans. D'un autre coté, elle ne voyait pas qui serait assez stupide pour bosser avec Figue volontairement. Et légalement.

« NOOOON !! J’AI ÉTÉ RECRUTÉ DANS LA... POLIIIIIICEUUUH !!! JE VAIS ÊTRE POLICÈÈÈÈÈÈRE !!! TU TE REND COMPTE ?! C’EST TROP GÉNIAL !! JE VAIS AVOIR UN PISTOLET ET TOUT !! ET LES MENOTTES ! ET UNE INSIGNE !!! »

Sous le coup de la surprise, Emily cracha toute la bière qu'elle était en train de boire et manqua de s'étrangler avec.
« PARDON ?! »


Elle resta la, les bras ballants, choquée, les yeux grands ouverts en essayant de combiner l'image de Figue et celle d'un agent de police, sans succès. Ce n'était même pas la peine de penser aux armes, on allait vers la catastrophe nucléaire.

« Bah alors, tu sautes pas de joie avec moi ? Ca fait trente ans que tu me bassines pour que j’ai un travail.. Et là j’en ai un que je veux garder.. Allé, saute aussi ! Ou fais moi un câlin, oui ! UN CÂLIN !! »


Emily resta immobile, serrée dans les bras de Figue, les yeux grands ouverts alors que dans son esprit, des centaines de mini-elle essayaient désespérément de relancer le cerveau. Elle finit par cligner des yeux.

« C'est une blague ? »
demanda elle finalement.

Ah, visiblement, non. Non mais a quoi ils pensaient chez les flics ? Deja qu'Avoir Jack en Maire c'était compliqué, si en plus le shérif commençait a engager des … dangers publiques comme Figue, ils allaient se retrouver avec la ville a feu et a sang en moins de deux ! Doucement mais fermement, Emily repoussa Figue et la regarda dans les yeux.

« Il est hors de question que tu entre dans la police, c'est claire ? »


Non mais et puis quoi encore ? Elle pensait qu'elle allait dire oui ? Pfeu !:même pas en rêve !

« Je vais aller voir le sherif et... non mais vraiment qu'est ce qui leur a pris de te prendre toi ?! »
S'exclama elle soudain. « Je veux dire te filer une arme en plus ? Non mais ils son malades ou quoi ?! Non, non c'est... c'est mort, laisse tomber. »

Elle soupira en voyant que la jeune femme commençait a avoir les larmes aux yeux.

« Bon sang Figue tu ne pensais pas que j'allais te sauter dans les bras ! Réfléchis, tu m'appelle en me faisant croire qu'il y a eut une explosion a la maison ! Tu penses que c'est la manière d'agir d'un futur flic ? »


Elle but une longue gorgée de biere, comme si ca pouvait dissiper le mauvais rêve.

« Et puis, tu pleurniches a chaque fois que tu te fais mal, et même quand tu ne te fais pas mal ! Et des gens vont essayer de te tuer ! Écoute, je suis désolée Figue mais trouves toi un autre job, un truc moins dangereux. Pour toi et pour les autres. »


Attendez... sérieusement ? Emily l'écouta, les yeux ronds. Comment ca elle ne voulait pas changer de travail ? Celui la lui « plaisait » et compagnie ? Mais.. Mais non !!! Elle se leva brusquement et alla dans la chambre de Figue, pour en revenir quelques secondes plus tard en glissant une main dans la poche de sa veste.

« Bien, je vois que tu es décidée, alors... félicitation. J'ai mis une plaquette de chocolat sur ton lit en cadeau. »
déclara elle d'un ton tranquille.

D'un geste, elle s'écarta pour la laisser entrer et a peine Figue eut elle passé la porte de la chambre qu'Emily la refermait brusquement dans son dos et tournait le verrou. Quoi ? Elle avait du prendre des mesures drastiques pour sauver les provisions des raides nocturnes du chaton ! Évidemment elle se sentait mal, et culpabilisait presque mais d'un autre coté... C'était pour son bien. D'ici quelques heures, Figues e serait calmer et accepterai de laisser tomber cette idée débile.

« Bien, je vais te laisser réfléchir tranquillement ici jusqu'à ce qu tu admette que c'était une idée idiote et que tu renonce a rentrer dans la police ! Et c'est pas la peine d'essayer la fenêtre, je l'ai cadenassé. »


Bon, ne restait plus qu'a attendre....



Code by Sleepy

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Where there is a flame someone's bound to get burned
But just because it burns doesn't mean you're gonna die

Ever worry that it might be ruined ? And does it make you wanna cry ? When you're out there doing what you're doing, are you just getting by ? Tell me are you just getting by... You gotta get up and try, gotta get up and try !
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t50590-coin-coin-pres http://imghttp://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t52209-rps-du-vilain-petit-canard-emily-lame-duckahttp://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t52209-rps-du-vilain-petit-canard-emily-lame-duck15.hostingpics.net/pics/951307Emily.png

Figue A. Row


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


avatar


╰☆╮ Avatar : Crystal Reed :love:

Ѽ Conte(s) : Le descendant de Cyrano de Bergerac, vous savez, celui qui a le nez qui pousse dès qu'il dit un mesonge. :uh:
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le plus beau, l'unique, le meilleur... Figaro, bien sur. :uh:

☞ Surnom : Fifi (brin d'acier :boulet:)
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1104
✯ Les étoiles : 790




Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Mar 13 Fév 2018 - 1:59








Je lis de la fierté dans tes yeux.. C'est ça ?!

« Faites place à la nouvelle policière ! »


Emily avait un air bizarre. Très bizarre même. Pourquoi elle avait un œil qui clignait, en me regardant avec une tête de chien enragé ? J’aimais pas les chiens enragés. J’aimais déjà pas les chiens, mais enragés, c’était pire. Elle couvait peut être un énorme câlin, ou une énorme explosion de joie ? Ca montait, ça montait.. Et ça allait exploser ! Et là j’aurais le droit à un débordement d’amour de joie et de câlin, oh oui ! Ca allait être tellement beau, il fallait filmer ! Sauf que non... Elle se mit en pétard. Chose que je ne comprenais pas réellement. Pourquoi elle était en colère.

- Tu me fais une blague, hein ? T’es tellement fière de moi que tu veux pas le montrer et à la place tu fais comme si t’étais pas contente, hein ?

Bredouillais-je, troublée par sa réponse. Pourquoi elle était pas fière de moi ? J’avais fais un gros travail et au moins 5 minutes de préparation avant d’y entrer dans cette police ! J’y avais mis toute mon âme ! J’avais même prévu d’aller acheter la tenue dans le magasin de costume pour lui annoncer, mais je préférais attendre d’avoir mon premier salaire. Ou mon deuxième, comme j’allais liquider le premier en bonbon et chocolat.

- Comment ça me prendre moi ?!

Qu’est-ce que ça voulait dire ?! Qu’elle m’en croyait pas capable ?! Mais c’était méchant ! Elle ne croyait pas en moi ! Elle était nulle et pas gentille ! Pourquoi elle disait des choses comme ça ?! Et pire, pourquoi elle pensait des atrocité comme ça ?! Elle pensait que j’étais bonne à rien faire.. Elle était méchante !!

- Et pourquoi toi t’aurais une arme et pas moi ?! J’suis mieux et en plus, j’suis dans la police, j’œuvre pour le bien, moi !! Et toi pas !! T’es juste jalouse !! T’es méchante !!

Je fronçais les sourcils en lui tirant la langue, avant de courir et d’enfoncer ma tête dans le canapé pour camoufler mes larmes. Je ne voulais pas qu’elle voit que je pleure ! Elle me faisait pleurer, elle essayait d’être horrible avec moi et si elle voyait mes larmes, elle serait contente d’elle, parce que c’est un monstre ! Un monstre avec des cheveux en paille, des biscotos de camionneurs et un corps de monstre poilu !! Je relevais la tête pour seulement hurler.

- C’EST UN COMPORTEMENT DE FLIC SOUS COUVERTURE !! JE FERAIS UNE EXCELLENTE AGENTE SECRETE ET INFILTREE D’ABORD !! JALOUSE JALOUSE JALOUSE !!

Moi je voulais devenir comme elle. Avec des armes qui chassent les méchants ! Mais elle elle voulait garder le monopole pour elle, et pas me laisser faire. C’était pas gentils ! Elle était trop méchante ! Je voulais juste être comme elle.. Et je pensais vraiment que je serais forte moi aussi. Mais je le serais, parce que je ne veux pas abandonner !!

- JE FAIS SEMBLANT DE PLEURNICHER !! ET JE SUIS PAS OBLIGEE DE ME FAIRE TUER D’ABORD JE SERAIS TROP FORTE ET TROP SEXY POUR QU’ON VEUILLE ME TUER !! C’est toi qui veut briser mes rêves, t’es horrible !!

Elle voulait déjà que je trouve un nouveau job ?! Elle était réellement sérieuse ?! J’avais mis plus de 22 ans à trouver le premier, alors je n’allais pas le lâcher. C’est comme dans les films d’aventure et d’action, on croit jamais en l’héroïne au début, alors qu’au final, c’est la plus forte ! Là c’est pareil, personne ne croyait en moi, mais j’y arriverais, j’étais sûre !

- Je changerais pas de travail parce que t’es jalouse de moi !! Moi je veux devenir policière, c’est comme ça ! Hors de question !! J’ai même pas commencé, et je suis sûre que je serais forte ! Tu peux pas m’empêcher de vivre ma vie et ma destinée, c’est clair ?! C’est pas parce que t’es un monstre que t’as le droit de me barrer le chemin ! C’EST PAS GENTILS DE PAS CROIRE EN MOI !!

Je m’étais mise à pleurer à chaud de larmes à cause de ses méchancetés. Mais ses prochaines paroles me firent hoqueter de surprise, et me stoppèrent dans mes jérémiades. Attendez, elle est vraiment d’accord là ? Elle pourrait pas me mentir, elle m’aime quand même un peu, non ? ET ELLE M’AVAIT MIS UNE PLAQUETTE DE CHOCOLAT ?!

- C’est vrai ?! T’es vraiment la meilleure !! Merci je savais que tu me soutiendrais, je t’aime !!

Je fonçais dans ma chambre, déguster le chocolat qu’Emily m’avait offert ! Elle était vraiment trop gentille, je savais qu’elle comprendrait. C’est pas la meilleure pour rien, après tout ! Arrivant devant mon lit, je soulevais les couvertures pour les jeter au sol. Il n’y avait rien.. Pourquoi y’avait pas de chocolat ? Je me retournais pour aller me plaindre à Emily.

- EMILYYYY !! T’as oublié de mettre le choc... QU’EST-CE QUE TU FAIS ?!!

Elle venait de claquer la porte devant mon nez. La clé résonna dans la serrure, m’enfermant dans ma chambre. Je restais une seconde, figée devant la porte, sans comprendre. Il me fallut un temps de réflexion. Est-ce qu’elle... Est-ce qu’elle venait vraiment de... Me séquestrer dans ma chambre ? Sans chocolat ? Mais.. Elle ne pouvait pas faire ça... C’était interdit. Et... C’était... Pire qu’horrible. Elle ne pouvait pas être si méchante, pas vrai ? Ma Emily a moi... Elle ne ferait jamais ça ?

Je me ruais sur ma porte, en entendant ses paroles, pour tambouriner de toute mes forces dessus. De grosses larmes s’échappèrent de mes paupières, alors que je réalisais peu à peu son acte.

- Mais tu peux pas faire ça Emily !!! T’as pas le droit de m’enfermer !! C’est interdit !! Tu peux pas me faire ça !! Tu crois que c’est en me maltraitant que tu vas me faire changer d’avis !! EMILY FAIS MOI SORTIR !!

Ma voix s’élevait de plus en plus, je finis paar hurler ces derniers mots en m’effondrant contre la porte, en pleurant à chaud de larmes. Je n’avais même plus de place pour dire quelque chose, tellement les hoquets de mes sanglots étaient rapides. Roulée en boule devant la porte, je continuais de déverser un torrent de larme.

- T’es... Horrible... Emily... !

Hoquetais-je avant de me trainer jusqu’à mon lit pour continuer de pleurer. Quelques heures passèrent, de solitude, que je passais, inconsolable. Emily n’était même pas rentré me voir, ou n’avait même pas vérifié que j’aille bien. Et à force de pleurer, j’avais soif. Et je n’avais presque plus de larmes. Je sortis la tête de sous mes couvertures pour me trainer de nouveau jusqu’à la porte.

- Emily.. J’ai faim.. Et j’ai soif.

Chouinais-je en tapotant doucement contre la porte. Des bruits de pas résonnèrent sans réponse. Quelques minutes plus tard, la porte s’ouvrit le temps d’un seconde, laissant filer une assiette de brocolis et une bouteille d’eau. Elle se referma aussitôt.

Mon cerveau analysa un instant l’assiette. Des.. Bro.. Co.. Lis ? C’était ça des brocolis ? Je n’en avais vu que dans les films. Je m’approchais pour renifler le plat douteux, avant de m’éloigner aussi sec en toussant et en ayant des nausées. Retenant un nouveau hoquet de dégoût, je hurlais.

- DES BROCOLIS ?! C’EST UNE BLAGUE ?! IL EST OÙ MON LAIT ?! ET MON CHOCOLAT ?! EMILY TU PEUX PAS ME FAIRE ÇA !!

Après la séquestration, elle m’affamait ou essayait de m’empoisonner ?! Je bus une gorgée d’eau, pour tenter de faire passer ma faim. Mais le chocolat... Mon chocolat... C’était beaucoup trop dur. Il fallait que ça cesse. A quatre pattes devant la porte, je me mis à couiner de nouveau.

- Emily laisse moi sortir.. C’est d’accord...

De nouvelles larmes coulaient le long de mes joues. Elle me demanda de répéter plus clairement. Quel monstre, elle profitait de ma faiblesse pour me manipuler telle une marionnette.

- C’est d’accord je trouverais un autre boulot...

Quelques secondes, les plus longues de ma vie certainement, passèrent. Puis la porte s’ouvrit. La tête baissée, je vis juste ses jambes apparaître. Elle hésita un instant, avant d’ouvrir entièrement la porte. Je pris faiblement l’assiette de brocolis, avant de lever les yeux vers elle.

- Emily...

Couinais-je en la regardant, les yeux remplis de larmes. Je me relevais, lentement, les épaules basses, avec l’assiette de brocolis dans les mains. Poubelle. Ils devaient aller à la poubelle. Mais...

Un éclair vif passa dans mes yeux, alors que j’entrevoyais la possibilité de me sauver, maintenant que la porte était ouverte. Le quart de seconde après, je lui envoyais l’assiette de brocolis à la figure avant de foncer vers la porte de l’appartement.

- AVEUGLEMENT !!!

L’assiette se brisa au sol, tandis que les immondes brocolis distrayaient une minute Emily. J’étais sûre qu’ils étaient empoisonnés en plus. On ne pouvait pas manger un truc aussi immonde pour le plaisir.

- T’ARRÊTERAS JAMAIS MA PUISSANCE !!

Je claquais la porte de l’appartement derrière moi avant de foncer vers les escaliers pour monter le dernier étage, et m’engager vers l’échelle qui reliait le dernier étage au toit. J’étais presque sûre qu’Emily était sur mes talons. Quoi que.. Mais au moins, j’allais dans un endroit où personne ne pourrait m’arrêter.

Une fois sur le toit, je pris la fuite sur les tuiles, légèrement glissante. Mais grâce à mon agilité féline, j’étais tout à fait à mon aise. Après tout, je me frayais un bon chemin, sur les toits, lorsque j’avais été un chat.

- ET MAINTENANT, HEIN ?! QU’EST CE QUE TU VAS FAIRE ?!

Lançais-je dans un rire victorieux.

- Evasion d’une séquestration d’un monstre, manipulation, course poursuite, aveuglement, et maintenant, agilité pour se mettre hors de danger ! Tu vois bien que je suis faite pour la police !


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

This is like family... But it's better. The Fimily !
Même si le monde nous sépare un jour, me promets-tu d'essayer de le défier pour me retrouver ? Parce que si le monde me défie un jour de te retrouver, je le ferai quoi qu'il en coûte × by lizzou.

Emily Lame-Duck


« Parfois au réveil,
j'ai les oreilles dures. »


avatar


╰☆╮ Avatar : Britt Robertson

Ѽ Conte(s) : Le vilain petit canard
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le vilain petit canard



☞ Surnom : Lou / Loulou / Pollen / Coin-coin
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2510
✯ Les étoiles : 802




Actuellement dans : « Parfois au réveil,j'ai les oreilles dures. »


________________________________________ Ven 16 Fév 2018 - 5:16


La fierté se lit dans un regard sidéré...

... Ou pas.
Emily & Figue




Oh la salle petite... Emily se frotta le front ou allait apparaître une grosse bosse, fruit d'une rencontre sulfureuse entre son crane et l'assiette de brocolis. Si figue ne se faisait pas tuer pendant une opération, elle se chargeait de l'empailler. Bon, en réalité, elle ne s'attendait pas a ce qu'elle se sauve aussi vite, ca relevait presque du sur humain. Même si elle avait été un chat dans une autre vie – c'était toujours surmenant de voir a quel point elles s'entendaient bien compte tenue de son aversion pou les chats – elle avait tendance a l'oublier et a ne voir la qu'une gamine souple un peu trop accros au lait.

Elle jura dans toutes les langues qu'elle connaissait avant de s'élancer a la suite de la fugueuse. Non mis vraiment, pourquoi ne comprenait elle pas q'elle faisait ca pour son bien ? Et peut être aussi par égotisme lui souffla une petite voix au creux de son esprit. Bon, ok aussi par égoïste. En même temps, Figue était la seule chose qui lui maintenait a tête hors de l'eau, la seule personne qui l’empêchait de sombrer pour de bon. Si elle changeait, si elle perdait ce coté lumineux, cette faculté de tout prendre a la légère, de ne pas voir la réalité tel qu'elle était... si elle mourrait ? Qu'est ce qui l’empercherait de se fondre dans les ténèbres ? Qu'est ce qui l’empercherai de se perdre pour de bon ?

Rien, personne.

Elle grimpa l'échelle qui menait vers le toi et passa la tête vers la lucarne pour voir la brune marcher sur les tules comme sur la terre ferme. Emily roula des yeux. Bordel... non mais franchement... et d'un geste, elle se hissa a son tour sur le toit. Le vent la fit un peu tanguer et elle se rattrapa de justesse aux tuiles humides. En gros, si elles restaient la elles avaient des chance de passer par dessus bord. Ou au moins elle, parce que vu comme Fifi était a l'aise, c'était pas la plus concernée.

« ET MAINTENANT, HEIN ?! QU’EST CE QUE TU VAS FAIRE ?! »


Emily soupira. Dommage, elle aurait aimé ne pas en arriver a une telle extrémité. Elle rétablit son équilibre et se redressa en passant une main dans son dos. Le vent se levait faisant voltiger ses cheveux autour de son visage. Si la situation n'avait pas été si dramatique, elle aurait certainement comparé la scene a un de ces western bon marché.

« Evasion d’une séquestration d’un monstre, manipulation, course poursuite, aveuglement, et maintenant, agilité pour se mettre hors de danger ! Tu vois bien que je suis faite pour la police ! »

Emily soupira a nouveau. D'une certaine façon, elle n'avait pas totalement tord, effectivement elle débloquait un peu, mais de la a l'appeler monstre... Ce n'était que des brocolis, et une mini séquestration ! Est ce qu'on engueulait les parents quand ils consignaient leurs enfants dans leurs chambres ? Non ! Bon, elle n'était pas la mère de Figue a proprement parler, mais elle se sentait comme une grande sœur responsable d'une petite.

Une grande sœur qui avait un flingue.

Elle l'avait tiré de son dos et avait sortit le chargeur pour en vérifier les balles avant de le remettre d'un coup sec dans le pistolet, sentant sur elle le regard de Figue.. Puis, d'un air parfaitement sérieux elle le pointa vers la jeune femme.

« Et toi, qu'est ce que tu vas faire maintenant? »

Il y eut un long silence et le moment sembla comme suspendu, comme ralentis. Plus rien n'existait : le vent avait disparu, les tuiles, les voitures et la distance avec le sol. Ne restait qu'elles et l'arme. Emily fit un pas.

« Tu vas laisser tomber la police. »

Bon sang, elle essayait encore de fuir? Quand est ce qu'elle se déciderait a assumer ses actes ? Bon, ok, une arme avait tendance a faire réfléchir a deux fois les gens avant de les assumer leurs actes, mais quand même ! Elle n'avait jamais peur devant une arme. Au contraire, une partie d'elle espérait, toujours, que ca mettrait fin a tout. A tout... Elle tira et des éclats de tuiles volèrent sur la gauche de Figue, la figeant sur place.

« Tu te demandais si j'allais vraiment te tirer dessus  non ? Si j'allais oser... bah tu as ta réponse. Dehors, les gens n'hésiteront pas, autant t'y préparer non ? »


Peut être que ca traduisait un comportement obsessionnel, ou dérangé. Déséquilibré ? Oui, sans aucun doute. Mais plus ca allait, plus Emily se disait que ce n'était pas plus mal d'être a moitié dingue.

« Devenir flic, ce n'est pas un jeu Figue »
fit elle en approchant d'un pas. « C'est pas un truc que tu peux prendre a la légère. C'est pas un truc que tu peux prendre et laisser tomber comme ca. Si tu deviens flic Figue, des gens dépendront de toi. »

Elle s’arrêta, et doucement, baissa son arme et la rangea, en fixant Figue d'un air un peu indécis, comme si elle ne savait pas réellement ce qu'elle devait dire pour lui faire comprendre.

« Ce ne sera pas juste un jeu, il y aura des gens qui te feront mal Figue, des gens qui se ficheront de tes larmes et te frapperont. Et tu devras faire des choix, tu devras peut être sacrifier des gens ou te sacrifier pour protéger d'autres personnes. Tu devras encaisser, et je ne sais pas si t'en es capable... »

Elle s'arreta, comme si les mots lui manquaient, tout prés d'elle.

« Je ne veux pas te perdre Figue. C'est tout. »

Elle leva les yeux vers Figue et plongea son regard dans le sien. Brutalement, sans aucuns filtres, droit dans les yeux pour une fois.

« Alors j’espère que tu comprendra. »


Et brusquement, elle lui donna un coup dans le torse et la fit basculer en arrière. La jeune femme tenta de se rétablir avec un pied et ne rencontra que du vide, elle battit des bras alors que la surprise et l'angoisse se peignaient sur son visage juste avant de chuter en arrière, droit vers le sol.

Et brusquement, elle la rattrapa par la main alors que ses pieds étaient au bord du trou et l'immobilisa, Figue a moitié dans le vide, le bras tendu devant elle, et Emily qui la tenait, les pieds fermement planté dans le sol. Son souffle était court et elle devait paniquer au moins autant que Figue. D'un coup de coude, elle refourgua ses doutes et ses craintes dans un coin de sa tête et repris un air neutre, avec tout de même un petit sourire en coin.

« Même si tu es un chat, tu ne pourra pas retomber sur tes pattes a une hauteur pareille. Dans le pire des cas, tu te casseras une jambe ce qui t’empêchera d'entrer dans la police. »


Donc c'était tout bénéf' pour elle.

« C'est ta dernière chance pour changer d'avis. Je veux que tu abandonne cette idée stupide d'entrer dans la police, compris? Et cette fois plus de mensonge, plus de ruses : je veux ta parole Figue ! Promet moi que tu n'entrera pas dans la police. »


Elle fronca les sourcils devant le refus de la jeune femme.

« Pourquoi tu veux autant faire ca bon sang ? Tu risques de te tuer ou pire ! Qu'est ce que ca peut te faire de changer d'avis ? Laisse tomber la police et trouves autre chose ! »


Encore un refus. Rhaaa mais ce qu'elle pouvait être buttée parfois ! C'était peut être la seule personne a qui Emily avait du mal a tenir tête, ce n'était pas pour rien.

« T'es vraiment prête a prendre se risque ? A te péter une jambe juste pour ca ? »
Elle s’arrêta puis repris : « C'est la dernière fois que je te le demande Figue : Vas tu laisser tomber la police oui ou non ?! »

Non . Encore.

Emily la fixa pendant quelques secondes dans les yeux, déchirée entre de l'agacement et une profonde admiration pour la jeune femme. D'un geste, elle la ramena sur le toit.

« Dans ce cas, si tu veux que je te laisse y aller, tu vas devoir suive une petit formation de mon cru. »




Code by Sleepy

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Where there is a flame someone's bound to get burned
But just because it burns doesn't mean you're gonna die

Ever worry that it might be ruined ? And does it make you wanna cry ? When you're out there doing what you're doing, are you just getting by ? Tell me are you just getting by... You gotta get up and try, gotta get up and try !
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t50590-coin-coin-pres http://imghttp://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t52209-rps-du-vilain-petit-canard-emily-lame-duckahttp://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t52209-rps-du-vilain-petit-canard-emily-lame-duck15.hostingpics.net/pics/951307Emily.png

Figue A. Row


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


avatar


╰☆╮ Avatar : Crystal Reed :love:

Ѽ Conte(s) : Le descendant de Cyrano de Bergerac, vous savez, celui qui a le nez qui pousse dès qu'il dit un mesonge. :uh:
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le plus beau, l'unique, le meilleur... Figaro, bien sur. :uh:

☞ Surnom : Fifi (brin d'acier :boulet:)
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1104
✯ Les étoiles : 790




Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Jeu 22 Fév 2018 - 12:13








Je lis de la fierté dans tes yeux.. C'est ça ?!

« Faites place à la nouvelle policière ! »


Endormie, mon sommeil était loin d’être léger. Je revoyais cette scène horrible. Celle qui m’avait encore une fois fait bien trop mal à mon petit cœur. Chaque fois que je fermais les yeux, depuis les dernières semaines, je revoyais son visage. Son arme, pointée vers moi. Je ressentais de nouveau cette... Douleur dans ma poitrine lorsqu’elle avait tiré, à quelques centimètres de moi. Elle préférait me tuer plutôt que de me laisser rejoindre la police ? Mais pourquoi ?! Si elle m’aimait, pourquoi elle ne m’encourageait pas ?! Pourquoi elle ne croyait pas en moi.. ?

Des litres de larmes s’écoulaient sur mes joues alors que je plongeais mon regard dans le sien, dans l’espoir de revoir la Emily que je connaissais. Ma Emily. Mais rien. Le cauchemar se poursuivait. Elle me projetait du toit, me laissant en suspens au dessus du vide pour me faire du chantage. J’aurais du lâcher. J’aurais du lâcher sa main. La chute aurait fait moins mal que ce que je ressentais depuis des jours. Mon cœur était brisé, encore. Jamais je n’aurais voulu lui faire du mal. Je l’aimais de tout mon cœur, et quand je lui faisais un câlin, j’avais l’impression que ce dernier se remplissait d’amour, à tel point que je craignais qu’il n’explose. Mais loin des câlins, la Emily que je connaissais ne m’aurait jamais fait ça.

Ses yeux étaient froids comme de la glace. J’essayais de la retrouver, je lui hurlais d’arrêter, mais elle continuait de me balloter dans le vide. La police n’avait plus aucun intérêt. Aucun. Mais je n’avais pas envie de lui dire. Parce que ce qui n’avait plus d’intérêt à ses yeux maintenant, c’était moi. Je n’avais pas eu le courage de lâcher sa main. Ou plutôt le temps. Pourtant, dans chacun de mes cauchemars, je le faisais. Je la lâchais, les yeux remplis de larmes, pour entamer une dernière chute sur laquelle je ne retomberais pas sur mes pattes.

Et comme tous les matins..

- JACK !! JACKK !! JAACCKKEEEUUUUUH !!!

Je me réveillais en sursaut, complètement paniquée et en pleurs. Je me ruais de mon lit pour foncer dans la chambre du garçon et me glisser dans ses bras. Il n’y avait aucun sous entendu malvenu avec lui. Jamais de la vie. Heureusement qu’il était là d’ailleurs. Sanglotant, je me roulais en boule contre lui en laissant s’échapper un nouveau torrent de larmes qui tremperait mon pyjama, le sien, et les draps.

- Jack !! J’ai encore fait le cauchemar.. J’ai encore fait ce CAUCHEMAR ! Je veux plus le revoir je veux plus le revoir ! Elle me.. Elle m’a...

Je redoublais de sanglots, qui étouffèrent mes paroles. C’était trop dur. Ca faisait trop mal. Pourquoi ça faisait si mal ? Pourquoi elle me faisait si mal ? Elle pouvait pas juste tirer sur mon cœur avec son pistolet ? Ca aurait fait moins mal. Et qu’une fois.

Quelques temps plus tard, j’étais assise sur le canapé, un bol de lait ainsi qu’une tablette de chocolat en face de moi. Les yeux dans le vague, je ne me jetais même pas sur cette dernière. Je n’avais pas faim. Envie de rien.

- J’ai pas faim.. Je veux dormir.. Mais je veux plus faire le cauchemar...

Laissais-je filer à demi-voix entre mes lèvres. Je reniflais une nouvelle fois avant de prendre la tasse que Jack me tendait, insistant. Peut être juste une petite gorgée. Peut être que ça me ferait du bien. Une gorgée plus tard, la tasse était vide, et Jack semblait satisfait. La tablette aussi avait disparu.

- Eh ! EH ! C’est toi qu’a mangé ma tablette ?!

Mon reflet dans la télé avec la bouche barbouillé de chocolat me laissait peut être entendre le contraire. Ah mince, si vite ? Même le chocolat ne m’apportait plus ma dose de bonheur. J’attrapais la couverture qui me suivait à peu près partout dans la maison pour la poser sur ma tête et me traîner jusqu’à la chambre.

- J’vais m’recoucher...

Mais la vie était encore plus cruelle, vous savez pourquoi ? Parce que Jack voulait ABSOLUMENT que j’aille à un cours de tir. Mais comme la police était la raison pour laquelle tout ça était arrivée, et que j’étais encore déterminé à l’être... Bah j’allais y aller.

- Tu veux pas mettre des oreilles de chat et y aller à ma place ? Je sais.. Personne y croira.. T’es pas aussi sexy que moi..

Je soufflais, fatiguée d’être toujours aussi parfaite physiquement.. Personne ne pouvait me remplacer. C’était fatiguant. Mais j’avais une petite heure devant moi, encore. De quoi traîner dans mon lit, à pleurer encore un peu. La vie était trop dure. Trop injuste.

Terrée sous mes couvertures, c’était à peu près le seul endroit où je ne me sentais pas trop mal. J’étais roulée en boule, sur mon oreiller, et dans un endroit douillet et chaud. Et pourtant, j’étais encore triste. J’avais un gros vide dans ma poitrine. Et c’était pas mon estomac qui parlait.

J’avais somnolé un peu, de quoi me reposer. Sans tomber dans le sommeil, surtout pas. C’était le piège. Et je ne voulais pas me faire piéger. Et puis Jack avait débarqué, il m’avait mis sous la douche, malgré mes hurlements. COMMENT CA JE PUAIS ?! En attendant, j’avais vite filé de cette dernière pour m’habiller.. Et me coiffer..

- C’est quoi ce gros ruban ? Si tu m’approches avec ça, j’te mord.

Ou je le griffais, en fonction de mon humeur. Peut être qu’il avait goût à la glace à force de travailler comme marchand de glace ? Mais je réussis à attraper mon arme, le papier avec l’adresse du rendez-vous dessus pour prendre un taxi. Je n’avais que des balles à blanc, ce n’était qu’un pistolet de « formation » comme ils appelaient ça. Pour ne pas se faire mal. Mais j’étais sûre que ça pouvait assommer un méchant. M’enfin, au point où j’en étais, je m’en fichais si le méchant me tuait.

Le taxi me déposa quelques minutes plus tard devant une salle d’entraînement au tir, un peu à l’écart du centre de Storybrook. Les bruits de tirs résonnaient même à l’extérieur. J’étais partagée entre l’envie de dormir et de pleurer, encore, et l’adrénaline qui commençait légèrement à se faire sentir dans mes veines. Peut être que je serais heureuse grâce à mon métier ? Mais Emily...

Des larmes remplirent ma paupière, débordant légèrement sur mes joues. Non, je ne devais pas pleurer quand j’étais en service. Ou en entrainement. Ou juste à un cour. Je devais me montrer forte. Peut être que si le prof était beau gosse, ça me ferait passer le temps. Lui au moins il ne menacerait pas de me tuer. Enfin j’espérais...

J’entrais dans le couloir, avant de me diriger vers la salle qui avait été réservée. Je n’avais aucune idée de qui serait dedans. Si c’était un cours collectif ou seulement avec moi. J’espérais que je serais seule. Ou peut être avec Eulalie. Mais je ne voulais pas faire de l’ombre aux autres à cause de mon talent. Et puis j’avais pas envie de voir des gens. La tête dans la lune, j’entrais en donnant un coup d’épaule nonchalant dans la porte.

- B’jour...

Je relevais les yeux, un peu trop tard. Ses cheveux blonds, et son visage me firent l’effet d’un gros coup de jus, vous savez ceux qu’on ressent quand on touche une clôture électrique ? Et bah en deux fois plus fort, et en deux fois plus sonnant.

- E.. Emily ?!

Je fonçais vers un poteau de la salle pour me planquer derrière. Je laissais ensuite quelques secondes passer, le cœur battant. C’était vraiment elle que je venais de voir ? Je venais pas d’halluciner ? Ses cheveux, ses yeux... Des larmes montèrent de nouveau jusqu’à mes paupières, débordants légèrement.

- Tu veux encore me tuer ?!

Je restais un instant silencieuse, alors que les larmes roulaient déjà sur mes joues. Après tout, pourquoi je me cachais ? Je n’attendais pas ça depuis le début, finalement ? Je finis par me décrisper, et sortir de ma cachette, pour me mettre face à elle, les yeux rivés sur le sol, en sanglotant.

- Bah.. Vas y en fait. Tue moi. Ca fera moins mal que maintenant de toute façon..


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

This is like family... But it's better. The Fimily !
Même si le monde nous sépare un jour, me promets-tu d'essayer de le défier pour me retrouver ? Parce que si le monde me défie un jour de te retrouver, je le ferai quoi qu'il en coûte × by lizzou.

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

La fierté se lit dans un regard sidéré... ❖ Emily





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations