Ombres
& Poussières
de seb

Réunion
d'Outre-Tombe
de Dyson

Universal Show
de Robyn Candy


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ The Universal Horror Show ☆ Evénement #91
Une mission de Robyn Candy - Ouverture : 20 février 2018
« Aryana, Sasha, Gaston, Arthur, Emmet & Robyn partent se faire éclater la tête ! »

Partagez | .
 

 Show me where you are » Hank !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Adele B. Atkins


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Adele.

Ѽ Conte(s) : Le monde de Nemo.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Dory.



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 55
✯ Les étoiles : 203




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Ven 9 Fév 2018 - 22:39



SHOW ME WHERE YOU ARE
Baby in the dark


Le chemin n’était pourtant pas compliqué : il suffisait de tourner à droite après le troisième feu et de continuer sur trente pas avant de pivoter et de faire cinq pas, puis de prendre à gauche et c’était de l’autre côté de la place… L’indication semblait claire et pourtant, debout au milieu du trottoir, Adele fixait son post-it sans parvenir à comprendre où était l’erreur. Redressant la tête, fronçant un sourcil sous le soleil qui régnait pourtant dans cette froide journée de février, elle tourna une fois vers la droite, puis vers la gauche, avant de baisser à nouveau les yeux sur le texte. Quelque chose n’allait pas, il n’y avait pas de rue pour tourner et encore moins de place ou quoi que ce soit qui y ressemble. Elle se trouvait plutôt devant l’enclos de deux hyènes un peu bavardes qui ricanaient et s’amusaient dans le reste de neige… Au moins certaines en profitaient ! Adele n’avait pas le temps, pas vraiment, même si ses pas laissaient de jolies traces sur le manteau blanc doucement installé à Storybrooke depuis quelques jours.

Elle se mordit la lèvre, tapota de son index sur son menton et tenta une nouvelle fois de retrouver sa route : elle partie à droite et compta exactement trente pas. Ou bien étaient-ce trente foulées ? Non, un pas normal. Le sien. C’était inscrit là. Voilà, vingt-neuf et puis… trente. Ensuite, pivoter. Vers la gauche ou bien dans le sens des aiguilles d’une montre ? Dans le doute elle suivie l’horaire et se retourna pour ensuite compléter les cinq avancées qui lui restait. Puis… prendre à gauche. D’accord, à côté du bassin des otaries. Adele aimait bien les otaries, c’étaient des êtres très intelligents qui aimaient se reposer sur des rochers en plein soleil ! Bon celles-ci étaient plutôt réfugiées à l’intérieur dans des températures plus tempérées mais la prochaine fois elle se promit d’apporter un saut ! Pourquoi faire d’ailleurs ? Ah oui, elles adoraient ça. Les otaries s’entendaient bien avec les oiseaux, c’était bien connu. Evident !

Papillonnant du regard, la jeune femme contourna les vitres et se retrouva… Devant un mur décoré de peintures aquatiques présentant des lions de mer avec des ballons colorés et d’autres attirails destinés à faire rire les enfants. Rien à voir avec la place inscrite sur le post-it ! Poussant un soupir désabusé, Adèle leva les yeux au ciel et chercha du regard une aide quelconque ; pas facile quand le zoo est vide de toutes visites à cause des températures très froides.

« Excusez-moi, sauriez-vous comment se rendre à l’aquarium ? » Demanda-t-elle en s’approchant d’un des bassins, se baissant pour observer à travers la vitre. « Je suis à la recherche du bassin grand large mais impossible de retrouver la route. »

La loutre pencha la tête sur le côté, se redressant dans l’eau en compagnie de ses acolytes qui se lancèrent quelques regards intrigués. Adele ne se laissa pas démonter et, attrapant un carnet et saisissant le stylo qui y pendait au bout d’un ruban, elle trouva une page vierge et y dessina quelques poissons sommaires. Elle retourna le calepin pour le montrer à ses interlocuteurs et celles-ci se massèrent près de la vitre, poussant des petits piaillements aigus.

« Oui, l’aquarium, avec des poissons ! » Sourit la jeune femme. « Par où est-ce que je dois aller ? »

Les petites bestioles s’agitèrent et quiconque n’aurait pas suivi l’histoire aurait pu croire qu’elles étaient simplement amusées par la présence d’une tête visiteuse ; la réalité était toute autre, puisqu’après un instant d’agitation – et de concertation – les petits animaux tendirent simultanément la patte gauche dans une direction. Adele tourna la tête et découvrit un immense plan affiché à quelques enjambées de là. Hochant la tête d’un air entendu, elle les remercia chaleureusement à travers la vitre puis se leva. Tenant son carnet et son post-it, elle compléta les quelques mètres qui la séparait du panneau d’affichage et… le dépassa pour continuer à avancer dans l’allée. Que cet endroit était agréable ! Ça devait l’être encore plus au chaud ou dans la vraie vie mais les animaux n’avaient pas l’air trop malheureux ; aucun ne s’était plaint des conditions d’hébergement jusqu’à présent.

Ses yeux clairs parcoururent la neige entassée ça et là des allées à peine déblayées et elle se mit à compatir pour ceux qui devaient faire ça tous les jours. Surtout qu’il neigeait de nouveau ! Elle leva ses paumes pour s’amuser et observa les flocons fondre au contact de ses gants impeccables… Poussant un soupir après avoir fermé les yeux, Adele resta quelques secondes dans cette position puis sembla s’éveiller dans un sursaut. Elle papillonna du regard et s’arrêta quand un grand écriteau lui indiqua un endroit familier : Aquarium. Oh, bonne idée ! Voilà longtemps qu’elle n’y était pas allée. Sans doute. Elle feuilleta son agenda en avançant, réalisant qu’elle avait dégagé une plage horaire de liberté juste aujourd’hui et juste à l’heure où elle se trouvait là : parfait ! Quelle chance elle avait de pouvoir bénéficier de ces temps de tranquillité… Oh, elle devait contacter Frederick pour la semaine prochaine, sinon leur arrivée en Suisse allait être compromise.

Toute à son étude de son agenda, Adele pénétra dans l’entrée principal de l’aquarium et frissonna sous la douce chaleur qui y régnait. Elle se sentie aussitôt dans son élément, tirant lentement l’écharpe autour de son cou en avançant après avoir rangé son carnet et son téléphone dans son sac. La petite musique douce qui s’égrenait dans l’endroit plongeait le visiteur dans une douceur enveloppante et chaleureuse, elle se laissa bercer par cette dernière même si ses pas semblaient parfaitement savoir où la mener. Elle les suivit, captant chaque détail avec un émerveillement non feint et, après plusieurs minutes, elle réalisa qu’elle était assise sur l’un des bancs faisant face à un immense mur d’eau azuré. Des milliers de poissons et d’autres créatures y évoluaient, tourbillonnant à droite comme à gauche comme si plusieurs dimensions se croisaient sans jamais se percuter… Les lourds poissons globes et leur lenteur singulière, les vifs poissons exotiques filant à toute allure, la tranquillité des murènes frôlant les bas-fonds en compagnies des crabes et du corail, l’imposante silhouette d’un requin baleine qui s’allongea sur toute la surface de la vitre avant de disparaître hors de la vue.

Adele adorait cette endroit. Et cette vue… Cela lui rappelait tellement de sensations agréables, de vagues et furtifs souvenirs, mais la sensation d’avoir un jour fait partie de tout cela. Miss Joanne lui avait dit un jour qu’elle avait été un poisson atteint d’un trouble de la mémoire immédiate ; elle était vraiment très forte pour savoir ce genre de choses ! Et elle ne l’avait pas contredit, ayant la sensation que c’était la vérité. Pure et simple vérité.

« Quatre, cinq, six, sept… Et huit. Perdu ! » Appuyée près de la vitre, son nez frôlant cette dernière et sa paume à plat dessus, elle pointait de l’index vers le bassin en semblant soudain contrariée de ce qu’elle y voyait. « Oh, et celui-là… Un, deux, trois, quatre… Eh non, arrête de bouger des tentacules ! »

Elle poussa un soupir mais ne put s’empêcher de sourire un peu quand la pieuvre s’échappa de la proximité d’une autre, un petit filet d’encre plus tard et elle avait disparue. Fondue dans le décor. Plus qu’à recommencer à compter pour essayer de trouver la bonne.

« Huit. Décidément, j’étais persuadée que les poulpes avaient sept tentacules mais il s’avère que l’écriteau à juste : ils sont octopodes. En revanche, je savais qu’ils avaient trois cœurs ! Vous le saviez, vous ? »

Adele tourna la tête vers le type sur sa droite qui sembla surpris d’être ainsi pris à partie. Quoi, il pensait vraiment qu’elle ne l’avait pas vu arriver dans son coin ? Elle était amnésique, pas aveugle ! Voyant qu’il ne bougeait pas elle se redressa, portant les mains sur ses hanches et lui adressant un regard sévère.

« Ce n’est pas très gentil de fixer les gens sans leur demander leur autorisation ! » Soudain, sa bouche s’arrondie et elle porta sa paume devant. « Oh non, vous croyez que les poissons en sont indignés aussi ? Ils n’ont pas dû signer d’autorisation pour être vu par tous les visiteurs ! Ohlala, c’est une sorte d’atteinte à la vie privée ? Heureusement qu’on ne peut pas faire de photos, ça serait un comble à leur situation. Vous prenez souvent des photos ? Vous aimez ? Vous êtes photographe ? »

Elle aimait bien les photographes, c’étaient des gens très intéressants ! Et puis ils permettaient de rêver sans bouger de son salon… Son sac et son écharpe toujours posés sur le banc à côté de son manteau, Adele s’approcha de l’inconnu et se pencha vers lui pour lui chuchoter :

« Je suis désolée, je crois que vous n’avez pas le droit de prendre de photos dans l’aquarium… En revanche ils vendent de jolies cartes postales dans la boutique à l’entrée si vous voulez rapporter un souvenir. »

Elle eut un air compatissant puis reprit son sourire tranquille en observant la grande vitre du bassin grand large. Un sursaut plus tard et elle s’écarta d’un pas de l’homme sur sa gauche, lui adressant un regard suspicieux.

« Vous voulez quelque chose ? Ce n’est pas bien de surprendre les gens comme ça dans l’obscurité ! »

On ne savait jamais sur qui on pouvait tomber ! Heureusement elle avait toujours son téléphone et une bombe au poivre sur elle... Enfin, dans son sac. Posé là-bas. Pourquoi il était posé là-bas ? O_o


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

All around me
are familiar faces
worn out places, worn out faces, bright and early for their daily races, going nowhere, going nowhere...


http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t76146-finding-someon
 Page 1 sur 1

Show me where you are » Hank !





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les loisirs :: ➹ Le zoo