Gravity
FALLS !

de Dyson

Miroir
Magique
de Anastasia

L'Héritage
Perdu !
de seb


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Miroir Magique au Mur ☆ Evénement #98
Une mission de Anastasia Romanov - Ouverture : août 2018
« Miroir miroir, qui est la plus belle ? »

Partagez | .
 

 Pris la main dans le sac... ✖ Ft. Cassandre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Hansel C. Brandt


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Jeremy Renner.

Ѽ Conte(s) : Monde réel.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Un mec lambda, acrobate et archer à ses heures perdues.

✓ Métier : Agent de sécurité.
☞ Surnom : Han', Clint.
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 62
✯ Les étoiles : 407




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Lun 12 Fév 2018 - 19:21


Pris la main dans le sac...

Right here, right now, I put the offer out, I don't want to chase you down, I know you see it, You run with me, and I can cut you free, out of the drudgery and walls you keep in, so trade that typical for something colorful, and if it's crazy, live a little crazy, you can play it sensible, a king of conventional, or you can risk it all and see.
Cassandre Anastasie & Hansel.



Cela faisait à présent deux semaines qu'il avait posé ses valises dans cette petite ville du Maine et s'il avait encore du mal à se faire à son nouvel environnement - les rues de Brooklyn, le brouhaha incessant, ses voisins, Kate... Tout lui manquait -, mais il n'avait pas à se plaindre : quelques jours après son arrivée, il avait réussi à décrocher un entretien au sujet d'un poste en tant qu'agent de sécurité, et de garde du corps occasionnel même s'il n'avait pas encore approché cet aspect de son tout nouveau métier, pour un centre commercial de renom : visiblement, l'ancien bâtiment avait été rénové par une nouvelle entreprise familiale possédant un sacré pactole si on lui demandait son avis - chose qu'on ne ferait évidement pas - mettant en premier plan des produits de qualité supérieure... Et, même sans l'avoir vérifié, il était persuadé que le prix d'un seul de ses produits devrait être équivalent au montant de sa paye. De part ses propos, il était évident qu'il avait rempli les attentes de sa toute nouvelle patronne - bon sang, ce qu'elle semblait jeune ! - puisque son contrat avait été signé dans la journée. Un de ses futurs collègues l'avait ensuite briefé brièvement, lui montrant d'abord le poste de sécurité principal, là où se trouvait tous les écrans de surveillances, reliés directement aux innombrables caméras qui truffaient le centre, puis les différents points stratégiques où il était courant de trouver d'autres agents malgré leur ronde régulière, la salle de pause et enfin les casiers. Sans grande difficulté, il avait retenu mentalement la disposition des lieux, et les différentes informations qu'il possédait à présent. Une tenue de travail confiée plus tard, et on lui demandait de se présenter ici même à huit heure tapante, le lendemain. Il regagna son appartement, légèrement sonné et abasourdi par cette chance inespérée. Abandonnant son sac de sport contenant ses affaires de travail dans l'entrée et desserrant le nœud de sa cravate, il promena son regard ahuri sur son nouvel environnement, à la recherche de Lucky qui ne tarda pas à faire son apparition. Le contact de sa fourrure sous la paume de sa main le ramena à la réalité, lui faisant prendre pleinement conscience que tout ce qu'il venait de vivre n'était en aucun cas un rêve.

« Et bah mon vieux... Tu ne croiras jamais ce qui vient de m'arriver... »

Il le gratifia de caresses supplémentaires, avant de se décidé à préparer son repas. Il n'avait rien avalé depuis le matin, tant la perspective de cet entretien l'avait angoissé... A présent, le stress retombait et son estomac se rappelait à son bon souvenir à grand renfort de gargouillis sonores.

« Hey, me regarde pas comme ça. Ce genre de truc, ça arrive à tout le monde.»

Sa bonne volonté ne dura pas, et il finit par s'affaler dans le canapé, cédant à la solution de facilité : il avait contacté le livreur de pizza le plus proche pour s'en faire livrer deux, une de taille normale et une format enfant, qu'il découpa soigneusement avant de donner par part à son Labrador. Certes, ce n'était pas le repas le plus sain pour un chien, mais cela ne l'empêchait pas de vivre, non ?

------------

D'un geste maladroit, il chercha à tâtons l'interrupteur de cette maudite lampe qui l'aveuglait désormais : son audition déficiente l'avait mené à adopter des stratégies élaborées pour se dénicher un réveil efficace, et son halogène était directement branchée sur un minuteur, répandant sa lumière d'une blancheur impressionnante dans la chambre, jour après jour. Lucky sauta sur son lit pour venir lui lécher le visage copieusement. Tout en riant, il le repoussa, avant de jeter un rapide coup d’œil à l'horloge qui ornait son mur, les aiguilles se mouvant silencieusement pour lui. 4h05 du matin. Même s'il ne prenait son poste qu'à six heures, il tenait absolument à arriver à l'heure. Hors de question de faire mauvaise impression si peu de temps après avoir été embauché... Se saisissant de ses appareils auditifs pour les mettre en place, les sons lui revinrent peu à peu. A commencer par ce tic tac répétitif.

« Allez, viens Lucky. C'est l'heure du petit déjeuner pour toi. »

Il se rendit dans la cuisine, son chien sur les talons, pour lui verser un copieux gobelet de croquettes dans sa gamelle, avant de le gratifier d'une caresse sur la tête tandis que lui prenait le chemin de la salle de bain. Rien de tel qu'une bonne douche brûlante pour se réveiller totalement. Il possédait déjà une routine bien à lui : réveil, croquette, douche, habillage, petit déjeuner et départ. Comme il ne possédait pas de voiture, il se rendait à son lieu de travail à pieds. L'air frais et la marche achevait de le mettre en forme, si bien qu'il arrivait toujours frais et dispo, fin prêt pour sa journée de travail.

Il salua Bruce, le collègue qu'il venait relever, échangeant quelques paroles. Sans grande surprise, la nuit avait été calme, sans événement notable à relever. En un sens, c'était mieux ainsi : faire face à une tentative de cambriolage nocturne n'était pas chose aisée, même s'il était trois à se relayer chaque soir. Enfin. Le magasin n'ouvrait qu'à huit heure et demi, pour l'instant il n'avait pas grand chose à faire sinon de rester les yeux rivés sur les écrans, à surveiller un hypothétique mouvement suspect qui ne se produisait jamais.

L'ouverture arriva bien vite, et les divers employés s'éparpillèrent en un semblant de chorégraphie minutieusement étudiée, chacun gagnant son poste pour entamer sa propre journée de travail. D'ailleurs, Clint quitta le poste de sécurité au profit de Nathan, pour aller se placer près des caisses, surveillant passivement les allées et venues des clients, qui réglaient leurs achats sans discuter, ou bien qui quittaient les lieux sans rien emporter. Il devait s'en assurer.

Jusqu'à midi passé, les choses se déroulèrent sans encombres... Jusqu'à ce qu'un couple n'attire son attention : s'ils déposaient leurs articles sur le tapis, docilement, la femme avait une drôle de façon de tenir son sac contre elle, le serrant un peu trop pour que ça semble honnête...

Et ça ne fait qu'une semaine que je suis là... pensa-t-il, résigné, alors qu'il réprimait un soupir.

Il s'approcha d'eux, doucement, avant de leur sourire poliment.

« Madame, monsieur... Navré de devoir vous importunez de la sorte, mais j'aimerais vérifier le contenu de votre sac à main. »

Pendant les premières secondes, sa demande ne provoqua aucune réaction... Jusqu'à ce que les deux individus semblent sortir de leur pseudo sommeil, la femme ayant les joues qui rosissaient à vue d’œil tandis que l'homme abordait un air profondément outré.

« Vous vous moquez de moi ? Dans un établissement pareil, vous osez nous soumettre à un comportement aussi trivial ? Vous devriez avoir honte ! »

... Ça s'annonçait mal. Comme s'il avait besoin de ça. Cette fois-ci, il soupira avant de se reprendre presque aussitôt.

« Je suis désolé, mais... C'est la procédure. Si vous ne voulez pas me montrer votre sac, je serais contraint de vous demander de me suivre... »

« Vous pensez réellement que nous allons vous laissez nous traiter comme des criminels ? J'exige de parler à votre responsable ! »

« ... Justement. C'est là où nous allons. S'il vous plaît, suivez moi sans faire d'histoire. Ce serait préférable pour tout le monde... »

Quelques éclats de voix plus tard, et il parvenait enfin à les emmener dans la zone administrative. Il avait pris soin de demander une copie du ticket de caisse, afin de montrer à sa supérieure les articles qui avaient été réglés, et ainsi prouver que certains d'entre eux n'avaient pas été payés. Une fois planté devant la porte, il eut un moment d'hésitation avant de se décider à frapper sur le battant d'un geste qu'il voulait assuré. Il attendit d'avoir la permission d'entrer pour ouvrir la porte.

« Mademoiselle De Trémaine. Nous avons eu un petit souci... »

Il laissa entrer les clients fautifs dans le bureau, avant de les suivre et de rabattre le battant derrière lui.

« Il semblerait que ces clients aient... Volé certains produits, et comme madame refuse de me montrer le contenu de son sac et que monsieur exigeait de voir un responsable... J'ai jugé bon de vous les amener pour que vous puissiez juger de l'affaire par vous-mêmes. »


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Foolish man.
Sorry for all my mistakes... I'll be better. .thanatos

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t75540-okay-this-looks-bad-h

Cassandre De Trémaine


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Madelaine Petsch

Ѽ Conte(s) : Cendrillon
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Anastasie

✓ Métier : Directrice générale en entreprise de mode
☞ Surnom : Cassie, Ana...
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 111
✯ Les étoiles : 904




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Sam 17 Mar 2018 - 12:39


Pris la main dans le sac
Hansel &
Anastasie
Cela faisait peu de temps que Mère avait choisi d'ouvrir son centre commerciale. Pour elle, il fallait être sur tout les fronts. Alors en plus de briller grâce à notre magnifique industrie de mode, nous allions aussi être reconnu pour nos magasins de luxe, nous y vendront forcément nos produits mais nous ferons aussi en sorte de jouer sur plusieurs tableaux, agrandissant toujours plus nos partenaires. Et qui Mère avait-elle choisi pour diriger ce magnifique petit bijoux ? Sa directrice générale, autrement dit moi, évidemment. Enfin Cassandre mais tout le monde savez que parmi nous j'étais la meilleure pour diriger une entreprise. Cassandre avait beaucoup trop de coeur et les autres... ils ne valaient pas la peine que j'en parle.

Comme a mon habitude, je me levai tôt afin d'arriver pour huit heures au travail. J'avais besoin de temps pour me préparer. Entretenir un aussi jolie corps n'était pas facile, surtout lorsque Rachel en prenait les commandes la veille au soir. Une fois les cheveux soigneusement peignés et le tenue impeccable, je me dirigeai vers la voiture privée de la famille. Prenant les dossiers que j'avais dans ma mallette, je les consultais tout en faisant le chemin vers le centre commercial. Le trajet en voiture ne devait pas me faire perdre de temps sur mon travail et si nous payons un chauffeur pour conduire ce n'était pas pour rien. Lorsque nous arrivâmes sur le lieu de travail. Nous attendîmes que le chauffeur vienne ouvrir la portière pour descendre. Les pauvres trouvaient que ce geste faisait trop mais pour nous ce n'était que coutume. Nous n'allions pas nous abaisser à ouvrir des portières alors que des gens pouvaient le faire pour nous tout de même ?

La matinée s'était déroulé calmement au bureau. Evidemment j'avais eu moulte dossier à consulter et plusieurs signatures à faire pour régler encore quelques affaires pour le bon lancement de l'entreprise. Je devais plutôt dire que la journée se déroulait sans encombres pour le moment. Jusqu'à temps qu'un petit employé ne vienne m'importuner.

«- Entrez.» Émis-je simplement en signe d'accord pour venir me déranger.

Je daignai tout de même me lever lorsque je vis des clients entrer dans mon bureau. Finalement, cette entrevue risquait d'être plus longue que prévu. Je n'avais pas le temps de m'occuper du petit bétail alors que j'avais encore du travail. J'espérais pouvoir régler cette histoire au plus vite.

«- Effectivement. Vous avez bien fait pour le moment. J'espère juste que vous avez bien vu ce que vous venez me rapporter sinon cela se retournera contre vous.»

La plupart des gens de la haute n'aimaient pas être rabaissé au rang de simple voleur lorsqu'il n'en était pas. Si cet employé venait de se tromper, je serais obligé de le renvoyer en conséquence pour ne pas ternir l'image de l'entreprise. Ces personnes n'aimaient pas être accusé impunément et les ragots allaient vite dans ce milieu. Je ne voulais pas faire faillite alors que nous venions juste de lancer ce centre commercial.

«- Madame, je vais hélas être obligée de vous importuner. Cela n'est pas contre vous personnellement mais je me dois de vérifier ces dires. »

«-Comment cela est-il possible ?! C'est un scandale ! Vous croyez un employé de pacotille ? »

«- Monsieur, je suis tout à fait d'accord avec vous mais cela reste la procédure.»

«-Je n'en crois pas mes oreilles. Voilà ce qui arrive lorsque l'on met une gamine à la tête d'une entreprise.»

Comment cette vermine venait-elle de m'appeler ? Une gamine ? Au vue du ticket de caisse ce qu'ils ont dépensés aujourd'hui n'est même pas la moitié du budget que je dépense lorsque je fais une journée de shopping. Comment osaient-ils m'inculper ainsi alors qu'ils n'étaient certainement pas de mon niveau ?

«- Ecoutez Monsieur, je comprend que cela vous dérange mais c'est ainsi. Le protocole exige que je le fasse. Si vous n'avez rien à vous reprocher je vous dédommagerais en vous laissant prendre l'article que vous souhaiter dans notre centre commercial. Dans le cas contraire je serais dans l'obligation de vous faire arrêter. Alors si vous n'avez rien n'a vous reprocher je vous prie de bien vouloir montrer votre sac à main à mon agent de sécurité.»
Déclarais-je dans un sourire totalement faux mais qui passait toujours à merveille dans l'art du travail.

J'inclina ma tête en signe d'exécution pour mon employé. Maintenant nous allions voir ce qui allait bien ce passer. Heureusement que j'étais celle qui gérais ce cas là aujourd'hui, les autres en auraient été incapable de gérer cela correctement.
code by bat'phanie

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Somewhere beyond happiness and sadness I need to calculate what creates my own madness and I'm addicted to your punishment
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t75782-pas-besoin-d-une-pant http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t76456-cassandre-et-toutes-ses-folies

Hansel C. Brandt


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Jeremy Renner.

Ѽ Conte(s) : Monde réel.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Un mec lambda, acrobate et archer à ses heures perdues.

✓ Métier : Agent de sécurité.
☞ Surnom : Han', Clint.
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 62
✯ Les étoiles : 407




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mar 20 Mar 2018 - 20:59


Pris la main dans le sac...

Right here, right now, I put the offer out, I don't want to chase you down, I know you see it, You run with me, and I can cut you free, out of the drudgery and walls you keep in, so trade that typical for something colorful, and if it's crazy, live a little crazy, you can play it sensible, a king of conventional, or you can risk it all and see.
Cassandre Anastasie & Hansel.



S'il avait voulu paraître assuré en prenant la parole pour énoncer les faits dont il avait été témoin, il ne pouvait s'empêcher d'avoir l'impression d'être comme un petit garçon que l'on avait prit sur le fait, en train de commettre une faute on ne peut plus honteuse. Alors qu'il n'avait absolument rien fait de répréhensible, lui !

Ressaisis-toi, Brandt. Tout va bien se passer. Tu es dans ton bon droit, contrairement à certains ici... Cette pensée lui avait échappé mais il ne pouvait nier qu'elle possédait un fond de vérité.

... Du moins, pour lui. Sa patronne ne semblait pas partager son avis au vu des propos assez tranchants qu'elle prononcé : déjà qu'il lui était compliqué de la regarder dans les yeux, un tel comportement ne faisait rien pour lui faciliter les choses... Du fait de sa nervosité, il eut un peu de mal à déglutir : même s'il était on ne peut plus confiant sur ce qu'il avançait - s'il avait une ouïe pour le moins déficiente, sa vue était suffisamment au dessus de la moyenne pour qu'il n'ait aucune raison d'en douter. Et il aurait réellement aimé que la jeune femme soit au courant de cette particularité. Cela lui aurait éviter cette situation embarrassante au possible. Surtout que les clients ne semblaient pas décidés à changer leur version des faits - et au fond de lui, Clint ne pouvait s'empêcher de les traiter d'idiots : avaient-ils la moindre idée de ce que ces tissues de mensonges pouvaient leurs attirer, comme ennuis ? Il s'agissait bien là d'une chose qu'il ne parviendrait jamais à comprendre : comment des individus pouvant s'offrir la dernière chose à la mode d'un claquement de doigts pouvaient éprouver le besoin de voler ? Qu'est-ce que cela pouvait leur apporter, sinon des problèmes et quelques lignes peu honorables dans leur casier judiciaire ?

Lui avait eu besoin de voler pour pouvoir survivre. Même s'il s'était montré particulièrement réticent lorsqu'on lui avait présenté la chose, il avait fait de son mieux pour apprendre les ficelles du métier - et Barney s'était fait un devoir de le lui apprendre. Les années passées au cirque leurs avaient permis de se perfectionner pour cette tâche si particulière, à tel point que les deux plus jeunes membres de la troupe ne s'étaient jamais faits attrapés... Ses yeux quittèrent sa patronne pour se poser sur l'homme, puis la femme, tour à tour. Tous deux portaient des vêtements qu'il n'aurait jamais pu espérer se payer, même en économisant sur la durée : la femme avait de longs cheveux bruns, formant d'épaisses boucles qui ne pouvaient que la rendre plus ravissante, tandis que l'homme avait les cheveux courts dans une coupe presque militaire, une fine moustache sous le nez et un regard franc, quoi qu'un peu sombre. Sûrement parce qu'il prenait conscience de la situation délicate dans lequel il se trouvait, à présent...

Mademoiselle De Trémaine finit par reprendre la parole, pour demander d'une voix douce qu'on leur révèle le contenu du sac à main. Si les phrases étaient tournées avec soin, il ne pouvait s'empêcher de détecter toutes les traces d’hypocrisie et de faux semblant qui s'y cachaient. Il avait côtoyé son lot de beaux parleurs par le passé - et son frère était l'un des plus brillants à ce petit jeu - alors l'affaire n'avait plus grand secret pour lui... Malheureusement, l'époux ne semblait pas de cet avis, et continuait à s'épancher en d'honteux propos, allant même jusqu'à le remettre en question. Déjà qu'il se tenait droit comme un i, ces dires réussirent à lui faire serrer les dents, histoire de réprimer son envie de l'envoyer balader - déjà, ce n'était pas un comportement adéquat, et il ne souhaitait pas prendre le risque de perdre ce travail... Mine de rien, les factures ne se payaient pas toutes seules, à son grand regret.

L'homme finit par commettre un impaire, allant jusqu'à remettre en question les compétences de sa patronne. Cette dernière, tout en conservant un air digne et le sourire de façade qui allait avec dans ces milieux, finit par lui faire une offre tout en lui intimant l'ordre de laisser la fouille se faire sans s'évertuer à jouer les effarouchés. S'il n'était qu'un simple employé, il avait conscience que le magasin était encore très récent, et le fait d'offrir à ces clients un tel choix restait un geste fort. Dommage que cela ne soit tombé sur une clientèle si véreuse...

Sans mal, leur culpabilité à tous les deux commençaient à s'étaler sur leur visage : la femme avait encore les yeux qui brillaient de convoitise suite à cette annonce des plus inespérée, mais l'homme semblait déjà avoir baissé les bras. L'archer, lui, saisit le signe qui lui était destiné, et s'approcha du couple.

« Maintenant, si vous le voulez bien, je voudrai simplement pouvoir faire mon travail. »

Il aurait aimé ponctué cette simple phrase d'une remarque acerbe, histoire de leur faire comprendre que si toute cette affaire n'était qu'un énième jeu tordu pour eux, ce n'était pas le cas de tout le monde et que cette perte de temps était tout bonnement intolérable mais, une fois encore, les apparences le forçaient à faire profil bas.

« Laisse tomber, chérie. Montre lui ton sac, maintenant. »

... Et bien : les miracles semblaient exister, après tout. L'homme semblait enfin faire preuve d'un minimum de bon sens, et l'agent de sécurité le remercier d'un petit signe de la tête avant de se saisir du sac incriminé et de l'ouvrir pour en sortir son contenu. Si, dans un premier temps, le téléphone portable dernier cri, les bijoux brillants de milles éclats et les foulards en soie hors de prix correspondaient aux articles présents sur le ticket de caisse, il finit par dénicher du maquillage de marque caché précairement dans une des poches intérieures. Et il était parfaitement impossible de faire croire qu'il lui appartenait déjà : ils étaient encore recouverts de leur emballage plastifié...

Un soupir lui échappa : au moins, ce qui pro quo douteux touchait à sa fin, et les deux amoureux semblaient des plus confus. Lui, il se contenta de relever les yeux vers la jeune femme tout en se reculant un peu du bureau sur lequel reposait à présent l’onéreux butin.

« Vous voyez bien. Je savais qu'il y avait quelque chose d'étrange, dans leur comportement... »

« Mais c'est impossible ! Je n'ai jamais vu ces produits de toute ma vie ! Quelqu'un à forcément du les glisser dans mon sac lors d'un moment d'inattention... Et, vraiment, ne soyez pas bêtes : ces couleurs ne correspondent même pas à ma carnation ! »

Après son mutisme persistant, le fait de finalement entendre la voix de la jeune femme possédait quelque chose d'assez stupéfiant... Et les arguments qu'elle avançait possédait quelque chose d'assez ahurissant, et de parfaitement exaspérant.

C'est qu'elle se fout de nous, la princesse...

S'il n'avait pas été en présence de sa supérieure, il ne se serait pas privé d'en faire la remarque à haute voix. En tout cas, il ne pouvait que mépriser davantage cette jeune écervelée qui pensait que cette excuse minable réussirait à changer la donne... A ce moment précis, même son compagnon semblait avoir compris que cela ne servait plus à rien de mentir : il lui passa un bras autour de la taille, comme pour la ramener sur terre et lui faire prendre conscience que tout cela arrivait réellement.

« Lisa... Laisse tomber. Ce n'est plus la peine de mentir, à présent. L'homme releva les yeux vers Cassandre, comme pour démontrer sa bonne foi - tardive. Nous avons avoir tenté de subtiliser ce maquillage, mais c'était davantage un... Défi stupide entre nous plutôt qu'un réel vol... J'espère que vous tiendrez compte de ce fait. »

... C'était tout bonnement exaspérant. Est-ce que leur vie était à ce point ennuyeuse pour qu'il ressente le besoin de s'adonner à de tels passes-temps ? ... Ennuyé, Clint se passa une main dans les cheveux, avant de se racler légèrement la gorge pour attirer l'attention - ou essayer de le faire.

« Mademoiselle De Trémaine, que voulez-vous faire à présent ? »


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Foolish man.
Sorry for all my mistakes... I'll be better. .thanatos

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t75540-okay-this-looks-bad-h

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

Pris la main dans le sac... ✖ Ft. Cassandre.





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Boutiques :: ➹ Centre Commercial