MAGRATHEA :
28.10.18
de Natoune


LA MAISON :
14.11.18
de River


BIENTOT :
02.12.18
de Tigrou


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ La Maison ☆ Evénement #101
Une mission de River Frost - Depuis le 14 novembre 2018
« Oserez vous franchir les portes de notre demeure ?! »

Partagez | .
 

 You saved me ! [Fe Thomas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Charlie Buckett


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


avatar


╰☆╮ Avatar : Colin Ford

Ѽ Conte(s) : Charlie et la chocolaterie
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Charlie

☞ Surnom : Charlie
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1036
✯ Les étoiles : 3001




Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Jeu 15 Fév 2018 - 9:32


You saved me !

Fe Thomas


[Flash Back]

Charlie était dans cette maison, cette habitation familiale -sois disant- de cette famille qui l'avait adopté depuis qu'il était enfant. Il avait perdu sa famille et même sa vrai famille, celle qui était à l'origine sa famille dans son véritable conte. Elle n'était plus, ni ses grands mères, ni ses grands pères, ni son père et sa mère, plus personne. Non, il mentait, il y avait Willy..lui qu'il considérait un réel membre de son entourage. Cependant, il ne pouvait rien faire. Charlie se disait qu'il attendrait sagement ses dix huit ans. De toute manière qui le croirait, il n'avait aucune confiance dans ces "autorités". Cette famille les avait dans la poche, bien trop respectable et racontant comme quoi il pouvait être rebelle, l'adolescence disait-on.

Alors il se trouvait dans cette cava ? enfin un endroit en dessous, aménagé spécialement pour lui pour y être enfermé, pour le punir d'une bêtise qu'il n'avait pas réellement faite. La seule chose qui le consolait était son bloc note où il pouvait dessiner. Certains diraient que avoir cette possibilité alors qu'il était puni, était déjà beaucoup. Il jeta un oeil à son casque cassé. Celui-ci n'avait pas apprécié la chute du jeté d'un corps humain dans les escaliers. Il savait une chose, il allait en avoir un autre lorsqu'il sortira d'ici.

Surprenant pour un gamin puni non ? Et pourtant, c'était une technique bien à eux. Il le gâtait pour garder une certaine emprise sur le faux semblant, cette image de parents qui essayaient de donner tout ce qu'il faut de matériel à leur enfant et ainsi justifier l'acte de rébellion en leur faveur. Ainsi ceux qui les côtoyaient ne comprendraient sûrement pas comment un enfant peut être aussi peu reconnaissant, surtout un enfant adopté . Et tout un tas de choses qui feraient passer le jeune adolescent pour un menteur.

Il soupira longuement, il évitait de trop bouger, la chute ne lui avait pas réussi. Il se plongea dans son dessin qui ressemblaient trait pour trait à sa véritable famille. Elle lui manquait chaque jour. Il secoua la tête pour effacer toutes traces de tristesse et reprit son activité.

Les minutes même les heures défilèrent. Il renifla et malgré le peu de lumière, il avait l'impression d'être embrumé. Il regarda vers la porte, sous la porte quelque chose entrait dans cette pièce. Il comprit bien trop vite à son goût ce qu'il se passait. Il posa son bloc et son crayon, grimaçant et entreprit de monter les marches comme il pouvait. ça sentait la fumée... Il paniqua petit à petit. Il se mit à tambouriner contre la porte, appelant mais rien n'y faisait, ils n'allaient sans doute pas venir lui ouvrir... Il n'avait aucun moyen d'autre de sortir.

Il eut un semblant d'idée, il prit son crayon et essaya d'ouvrir la serrure. Bien sur ce n'était pas assez élimé, et il lui manquait quelque chose pour crocheter la serrure. Il balaya désespéramment la pièce. Son "père" avait fait grand ménage sachant qu'il l'avait déjà ouverte il y a quelques mois de cela. Il le maudissait intérieurement. Il se mit à tousser et se couvrit le nez et la bouche avec son bas de t-shirt. Il se laissa glisser contre la porte, essayant toujours d'appeler, mais il ne saurait dire combien de temps, il était resté ici, se sentant de plus en plus fatigué.

"S'il vous plait..à l'aide .." essaya t-il dans un murmure.


Fiche de RP (c) Miss Yellow


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
*_*_*_*_*_*_*_*_*_*_*_*_*
*_*_*_*_*_*_*_*_*_*_*_*_*
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t15038-termine-ou-est-charli http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t38429-un-adolescent-tout-en-chocolat-en-recherche-de-liens

Thomas S. Macmillan


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Jake Gyllenhaal

Ѽ Conte(s) : Madagascar
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Skipper



☞ Surnom : Tom
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 45
✯ Les étoiles : 701




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mar 13 Mar 2018 - 13:13

You saved me !
Thomas & Charlie
Les sirènes des camions de pompier raisonnaient dans toute la ville tandis que les véhicules avançaient à toute allure, dépassant sans peine les autres voitures qui leur cédaient leur priorité sur la route. Dans notre camion, nous étions cinq pompiers. Cinq hommes tous plus déterminés les uns que les autres et qui n’avaient en tête que l’objectif de leur mission. Ce soir-là, nous avions été appelés sur les lieux d’un incendie domestique ! Les voisins alertés par de la fumée suspectes s’échappant de la maison avaient tôt fait de contacter les soldats du feu.

Cela faisait déjà plus de trois mois que j’avais rejoint la brigade de Storybrooke. Cette expérience était l’adrénaline qui me manquait dans ma vie de tous les jours. J’étais heureux d’en faire partie et de pouvoir me rendre utile à chacun des habitants qui requéraient notre aide. Je m’étais très vite fait une place parmi eux et comptais aujourd’hui certains de mes meilleurs amis parmi mes collègues ! Rien n’est plus efficace qu’une équipe soudée et surentraînée !

Une fois arrivé sur les lieux, tous le monde se mit en place. Le camion-citerne s’arrêta juste devant nous tandis qu’un autre des véhicules arrêta sa course devant la bouche d’incendie. Bientôt l’ambulance signala son arrivée et se tenait prête à réceptionner les résidents de la maison que nous aiderions à ressortir de cette fournaise. Les premiers soldats du feu, se postant devant la maison, enclenchèrent leur pompe qui déjà déversaient des trompes d’eau sur les flammes qui dévoraient inlassablement chaque recoin de la maison. Puis, ce fut à notre tour de jouer. Avançant deux par deux, mon ami Kandinski derrière moi, nous nous lancions à l’assaut des flammes.

La température était déjà très élevée et malgré ma combinaison, je pouvais me sentir transpirer dans cet enfer brûlant qui devait dépassés les 300 degrés. Très vite, des cris apeurés s’élevèrent aux alentours. Les habitants s’étaient réfugiés dans les pièces dissimulées de la maison, espérant que le feu ne viendrait pas les trouver avant nous.

Certains de mes collègues les récupérèrent sans peine lorsque les flammes se firent moins intenses. Ils les évacuèrent et malgré quelques égratignures, il s’avéra que les blessures n’étaient pas trop graves. Nous nous réjouissions alors, croyions que tout le monde était sauvé. Tous, réellement ? Alors d’où pouvait bien venir cette impression d’inachevé ? Non cette histoire n’était pas terminée. Je pouvais le sentir jusqu’au fin fond de mes tripes et ces dernières ne m’avaient jamais trompées.

« Est-ce que tout le monde a été évacué ? » demandais-je dans un souffle à mes camarades restés dans la maison
« Oui tout le monde est sorti, Tom ! »
« On n’a pas encore fouillé la cave ! »

J’avais lancé cette phrase dans un cri et tout en confiant ma lance à un autre de mes collègues, résolu de partir à l’exploration de la cave qui ne se trouvait qu’à quelques mètres de nous.

« Tom qu’est-ce que tu fabriques ? »

Les paroles de John ne suffirent pas à me retenir et déjà, je descendais les escaliers qui me menaient vers le sous-sol de la maison. Je me trouvais alors face à une porte fermée que je ne parvenais pas à ouvrir.

« Eh il y a quelqu’un là-dedans ? »

Mais pas un cri, pas une plainte ne s’échappa de derrière la cloison. Ni une, ni deux, je défonçais d’un coup d’épaule la porte et me trouva face à un jeune garçon. Souriant intérieurement face à cet instinct qui ne m’avait pas trompé, je m’approchais de lui tout en lui souriant gentiment.

« Ca va aller mon garçon ! Tu n’as plus rien à craindre ! »

Cependant, à peine avais-je prononcé cette phrase que j’entendis au loin une poutre s’écraser sur le sol. La maison était en train de s’effondrer.
Jetant un œil rapide à l’adresse du garçon, je m’aperçus qu’il était blessé. Cependant ces blessures qui pouvait le désavantager dans sa marche, n’avaient certainement pas été causées par l’incendie. Ecartant très vite cette pensée, je m’approchais de lui. Plaçant l’un de ses bras sur mes épaules, je lançais dans un cri.

« Accroche-toi à moi, je vais te faire sortir d’ici, gamin ! »

Le chemin jusqu’à la sortie fut long, long et parsemé d’embûches. Même si le feu commençait à être maîtrisé, il fallait prendre garde aux poutres tombées, aux meubles enflammés et l’odeur du gaz se faisait étouffantes à mesures que nous avancions. Le soulagement avait été grand lorsqu’enfin je pus déposés le gamin sur une civière. Je partis ensuite aider mes camarades. Une heure plus tard, nous ressortions vainqueurs de cette bataille ! Cependant, rien ne subsistait plus de leur ancienne maison. Sans prendre garde au reste de la famille, je me rapprochais du jeune garçon que j’avais sauvé quelques instants plus tôt.

« Comment tu te sens ? »

Je m’assis alors, jetant des regards attristés à l’idée de tous ses souvenirs familiaux partis en fumée.

« Je suis désolé pour toi, gamin ! Ca ne doit pas être facile de perdre ta maison ! »
acidbrain



Charlie Buckett


« Laissez tomber l’aïoli,
prenez l'Yzmaïoli »


avatar


╰☆╮ Avatar : Colin Ford

Ѽ Conte(s) : Charlie et la chocolaterie
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Charlie

☞ Surnom : Charlie
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1036
✯ Les étoiles : 3001




Actuellement dans : « Laissez tomber l’aïoli, prenez l'Yzmaïoli »


________________________________________ Sam 28 Avr 2018 - 5:42


You saved me !

Fe Thomas


Vivre dans cette maison était un enfer parfois, une enfer qui semblait partir en fumée aujourd'hui même. Dans toute cette fumée, après avoir ciré du mieux qu'il pouvait pour qu'on l'entende, il s'était stoppé, bien trop fatigué pour continuer à faire quoique ce soit. Charlie laissa ses pensées divaguer, cette maison disparaissait et il ne pouvait au fond, avoir ce sentiment de plénitude, cette incendie balayait cette demeurre qui l'avait emprisonné bien trop d'années. Pouvait-il dire qu'il avait manqué de quelque chose du moins matériellement parlant, non, car après tout, cette famille faisait tout pour garder les apparences, mais l'affectif était tout autre. Il ne s'en peignait pas réellement, son corps n'était même plus douloureux, il se laissait porter, il était heureux que cela se termine. Pourtant, un autre sentiment l'assaillit, ce n'était qu'une maison, sa soi-disant famille était riche et respectée, ses "parents" et son "frère" et sa "soeur" bien trop appréciés, et très vite, il était persuadé qu'il serait à nouveau dans cette bulle rose bien trop parfaite pour être vrai.

Alors, il ne souhaitait plus qu'une dernière chose, fermer les yeux. Oublier tout ça.

Seulement, une voix le fit ouvrir les yeux, difficilement, mais il réussit. Il se demandait si il hallucinait, cependant, un bruit sec s'était fait entendre et un corps humain se présentait à lui, il voyait bien trop flou pour le distinguer sur le coup. Il laissa l'homme parler incapable de prononcer un traire mot sur le moment. Il ne réagit pas réellement lorsque le pompier -pur supposition- le relevait, son corps l'aidait, toutefois, il était bien trop stone pour avoir une réaction plus réveillée.

Il se laissa guider dans cette chaleur et cet enfer, tout s'écroulait, sa tête était légèrement baissée et un fin sourire se dessinait. Il se reprit, essayant de suivre le parcours qui lui semblait une éternité, pour au bout du compte, sortir dehors, à l'air pur. Ses poumons étaient bien heureux de retrouver cet air ci et sa respiration devenait moins saccadée, aidée bien vite par un masque à oxygène, alors que son sauveur l'amenait à une civière.

Charlie ne faisait pas très attention à ce qui se passait autour, il n'avait pas envie de croiser le regard de cette famille "bien pensante", il se fichait même de savoir si ils avaient survécu. Il se contentait juste de respirer calmement, la mort il l'avait vu de près et l'idée même de s'endormir sans souffrance et de se laisser porter par elle, l'avait effleuré. Pourtant, il n'était pas du genre à penser cela, mais bon nombre de fois sous les coups, il aurait pu y passer. Une question d'habitude..

Il regarda un instant l'homme dont il lui devait la vie. Il lui sourit faiblement, sa gorge lui tirait et si il parlait, il se doutait que ça ne serait pas glorieux. Puis, il regarda le pompier de biais. Il pourrait le remercier de sa compassion, pourtant, il n'était pas triste...Il se contenta de hausser des épaules et juste chuchoter ces quelques mots.

"Pas grave.. " il se stoppa et ajouta juste. "Merci.." il n'était pas de base très bavard, mais il était respectueux et l'homme à côté de lui venait de lui sauver la vie, même si s'était son devoir, il l'avait fait.

"On doit l'emmener à l'hôpital, pour s'assurer que tout va bien, un membre de ta famille peut t'accompagner" annonça l'un des ambulanciers.

Charlie écarquilla des yeux sous ce qu'elle venait de dire. Il ne voulait pas aller à l'hôpital et encore moins être avec l'un des membres de sa famille. Il ne put retenir ses tremblements et sa panique progressive, il n'aimait pas ne pas se contrôler, mais son corps, son cerveau ne lui obéissait plus, sa respiration redevint saccadée et il lança un regard de détresse à son sauveur, avant de perdre toute réalité, sa crise prenant le dessus.




Fiche de RP (c) Miss Yellow


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
*_*_*_*_*_*_*_*_*_*_*_*_*
*_*_*_*_*_*_*_*_*_*_*_*_*
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t15038-termine-ou-est-charli http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t38429-un-adolescent-tout-en-chocolat-en-recherche-de-liens

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

You saved me ! [Fe Thomas]





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les alentours :: ➹ La forêt