MAGRATHEA :
28.10.18
de Natoune


LA MAISON :
14.11.18
de River


CHATPERLI :
02.12.18
de Tigrou


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ ChAtPeRlIpOpEtTe ☆ Evénement #102
Une mission de Saoirse A. Bennet - Depuis le 3 décembre 2018
« La mission qui a du chat... ! »

Partagez | .
 

 Let's Be Alone Together ➹Pitch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Diane Moon


« Je vous le dis tout net :
je suis très déprimé. »


avatar




╰☆╮ Avatar : Claire Holt & Kate Winslet + Mia Talerico pour Le Berceau de la vie

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Artémis la déesse de la chasse et de la lune herself (même si je viens du monde réel)



☞ Surnom : Didi ça ira plus vite :uh:
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 16542
✯ Les étoiles : 10366




Actuellement dans : « Je vous le dis tout net :je suis très déprimé. »


________________________________________ Ven 16 Fév 2018 - 23:16



"Let's Be Alone Together"

My heart is like a stallion they love it more when it's broken


Je n’aimais pas la St Valentin, c’était un fait avéré. Et il valait mieux éviter de m’en parler si l’on ne voulait pas se récolter un regard noir, ou bien d’entendre mon avis très tranché sur cette fête. Mais si je ne l’aimais d’ordinaire pas. Les récents évènements, me faisaient encore moins pencher en sa faveur. Nous étions tout juste rentré d’une nouvelle expédition divine riche en émotions et surtout en révélations. Et chacun de nous, avait besoin de prendre du recul vis-à-vis de tout cela. Pour ma part, alors que je n’aspirais qu’à une seule chose : dormir, le sommeil semblait encore me fuir. Et, je ne pouvais pas accuser la pleine lune, nous n’y étions pas encore. Que ce soit par rapport au calendrier ou bien à l’horaire. De plus, je savais pertinemment pourquoi le sommeil me fuyait. Mon esprit, était encore trop focalisé sur ce que nous avions vu dans le bois des oubliés. Et généralement, le mieux pour ce genre de choses était encore d’en discuter avec d’autres personnes. Il est vrai que j’aurais pu en parler à Apollon, mais il me semble qu’il avait d’autres projets pour cette journée. De plus, je n’avais pas envie d’en discuter avec lui. J’aurais pu, également aller trouver Anatole et en parler avec lui. Après tout, il aurait probablement été le plus à même de m’apporter des éclaircissements. Néanmoins, là aussi je n’avais pas envie d’aller le trouver et de lui en parler. En dernier lieu, j’aurais également pu en discuter avec Athéna. Mais a nouveau, le même scenario. En réalité, je me rendais compte que je n’avais pas envie de parler avec une personne pouvant me répondre. J’avais simplement besoin de vider mon sac, de me « confier » à quelqu’un qui ne pourrait pas me répondre. Je n’avais pas envie d’être rassuré, que l’on me dise que tout allait bien. Je n’étais pas une enfant. J’étais une adulte, qui allait irrémédiablement avoir du mal à faire confiance aux gens mais là n’était pas le sujet.

Puisque j'avais simplement besoin, de dire ce que j'avais sur le coeur, sans avoir besoin d'un véritable interlocuteur le cimetière me semblait encore la meilleur option. D'ordinaire, je me serais probablement téléporté jusqu'au caveau que nous possédions avec Apollon dans un autre état. Mais, je n'étais pas encore prête à y retourner. En revanche, il y avait un moment que je n'étais pas allé fleurir la tombe d'Hippolyte, ici à Storybrooke. Et justement, peut-être était-il temps de réparer cette erreur. En tout cas, cela serait probablement bien plus productif que de continuer à fixer pour la énième fois la page de mon livre. Je n'avais pas la concentration nécessaire pour cela. J'étais bien trop distraite pour cela.

Reposant l'ouvrage, sur ma table de chevet, je me décidais à me lever afin d'essayer d'être un minimum présentable. Me dirigeant vers ma coiffeuse, je grimaçais à mon reflet dans le miroir. J'avais eu des jours meilleurs. Mes traits étaient tirés et la fatigue se lisait clairement dans mon regard. Néanmoins, un trait d'eye liner au dessus de mes yeux suffirait à « cacher la misère ». Je n'avais été très maquillage de toute façon. Le trait noir appliqué, je rassemblais simplement mes boucles blondes en une tresse, et enfilait rapidement une paire de botte à talon, ainsi qu'une veste en cuire et complétait ma tenue par mon éternel sac bandoulière cuire. Après quoi, je me téléportais directement en ville. Il n'y aurait probablement, pas grand monde à cette heure matinale. Aussi, avais-je un peu de répit devant moi. Et de toute façon, le monde ne se bousculait pas là où je souhaitais me rendre.

Avisant une échoppe de fleur ouverte, je me décidais à y entrer. Si je me rendais au cimetière, autant faire les choses bien et apporter de quoi fleurir la tombe d'Hippolyte. Il s'agissait là, de la moindre des choses. Mon attention se porta d'ailleurs sur un bouquet mit un peu plus en évidence que les autres

« Est-ce que je peux vous aider ? »
Me demanda une fleuriste à l’air excessivement enjoué

Je haussais un sourcil, me demandant bien la raison pour laquelle elle paraissait aussi enjoué, mais décidait finalement de ne pas chercher plus loin. Après tout peut-être était-elle passionné par son métier. Ce n'était pas une mauvaise chose loin de là, les gens passionnés s’investissaient souvent bien plus que ceux dont ce n'était pas réellement une vocation.

- Effectivement, je souhaiterais acheter ce bouquet dis-je en désignant ledit bouquet d'un signe de tête

« Vous ne pouviez pas mieux choisir ! » S’exclama immédiatement la fleuriste « Il s’agit d’une de nos offres faites spécialement pour la St Valentin. Je trouve ça tellement romantique, que ce soit vous qui offriez des fleurs à votre petit ami. A moins que ce ne soit une petite amie » reprit-elle avec un clin d’œil entendue

Évidemment, où que j'aille et particulièrement dans un endroit pareil, je ne pouvais pas échapper à cette fête complètement stupide. Me pinçant l'arrête du nez, je pris une profonde inspiration, avant de me décider à être un peu plus explicite quant à ma venue ici au près de la vendeuse :

- Je n'ai personne, je suis célibataire. Et je ne fête pas la St Valentin, c'est une fête que je trouve complètement stupide et mercantile. J'imagine que vous n'en connaissez même pas la véritable origine

La pauvre fleuriste semblait complètement mortifiée, il fallait dire que je n’avais rien fait pour aider. Mon ton était des plus cassants, et je ne cherchais pas à cacher l’agacement qui s’était installé sur mon visage. Sans plus un mot, j’avais embarqué les fleurs, jusqu’au comptoir où sa collègue se chargea de donner une allure plus présentable à tout cela, payait et sortie sans un mot de plus et déambulait au hasard dans les rues de la ville, jusqu’à arriver devant une boutique sobrement intitulée « Amelia’s » à en juger par la vitrine, il s’agissait d’une pâtisserie. D’ordinaire, je serais allé chez Robyn. Mais, je n’avais pas vraiment envie de voir un visage familier aujourd’hui. Quand nous aurions tous prit du recul, je tiendrais ma promesse concernant l’entraînement. De toute façon pour le moment les leçons étaient interrompues pour Vaiana également.

Poussant la porte, faisant ainsi teinter la clochette annonçant un client je jetais un coup d’œil à la décoration, avant de le diriger devant le présentoir afin de réfléchir à mon choix. Je comptais, rapporter un assortiment de pâtisserie à la colocation. Si Apollon n’était pas là, nous pourrions toujours les déguster toutes les deux avec Athéna autour d’une tasse de thé.

« BONJOUUUR ! » s’exclama une voix enjouée me faisant relever la tête « Oh mais je vous reconnais, vous ! On est mortes ensemble y a deux trois ans ! Alors, quel bon vent vous amène ? »

Il me fallut quelques secondes le temps de faire les connexions avant de me rappeler : effectivement. Nous avions vécu une aventure commune dans le monde de Jezabel. C’était amusant, le monde était petit quand l’on y repensait

- Oui je me souviens dis-je vous aviez même proposé de manger des crêpes une fois de retour en ville. Disons, que je m’étais dit qu’il serait une bonne idée de rapporter des pâtisseries à mon frère et ma sœur

« Et vous êtes venue chez moi, c'est trop gentil ! Alooors, qu'est-ce qu'ils aiment ? Ou n'aiment pas, d'ailleurs. Histoire qu'on sache sur quoi partir. A moins que ce soit pour une occasion spéciale ? »

Cela méritait réflexion, je savais que mon frère n’était pas du genre difficile. Il mangeait tout ce qui lui passait sous la main sans trop rechigner. Athéna, avait peut-être des goûts différents. Le fait est que nous n’avions jamais réellement parlé de cela. Comme nous ne ressentions pas le besoin de manger, ce n’était pas tout a fait des questions qui nous venaient naturellement à l’esprit

- Eh bien…Apollon aime tout. Il est du genre à tout prendre du moment qu’il peu se goinfrer. Je dirais qu’Athéna est peut-être un peu plus subtile que lui, elle aime les choses classiques.

En même temps, il n’était pas bien difficile d’être plus subtile qu’Apollon. Cette constatation me fit secouer la tête un tantinet amusée. Je l’aimais tel qu’il était. Même s’il avait indéniablement de gros défauts c’était ce qui faisait de lui ce qu’il était justement. Amelia, fit signe de réfléchir un moment,

« Je sais. Bougez pas, je m'occupe de tout. »

Elle partit quelques instants le temps de chercher une boite, et revint pour commencer à la remplir. J’attendis un peu, avant qu’elle ne me montre son contenue : un opéra, une tarte au citron meringuée, un framboisier et deux éclairs au chocolat

« Vous croyez que ça suffit ou je rajoute ? J'ai d'autres boites au besoin. »

C’était plus que suffisant de mon point de vu. Le moins que l’on pouvait dire c’est qu’elle ne lésinait pas sur la quantité.

- Il y en a largement assez la rassurais-je

Et Apo’ savait se tenir si nous, nous y mettions à deux avec Athéna. Probablement bouderait-il pour la forme. Tel que je le connaissais, ce n’était pas exclu. Mais, après il serait beaucoup trop content de pouvoir se goinfrer de pâtisserie pour pouvoir continuer sa simili bouderie pendant très longtemps. Un vrai comédien. Et je ne parlais même pas de sa chienne qui tenait tout de son maitre. D’ailleurs, il faudrait songer à tenir les pâtisseries hors de portée de Luna. Elle était tout aussi gourmande que lui, si ce n’est plus

« Top ! Et allez, comme on est mortes ensemble, ce sera moitié prix ! Mais faudra penser à venir les manger, ces crêpes, hein ! »


- Je n’y manquerais pas assurais-je en sortant ma carte bancaire et en l’insérant dans la machine tandis-que la pâtissière m’indiquait que le prix était de douze dollars. Terminant mes achats en tapant mon code, j’esquissais pour la première fois un sourire depuis que nous étions revenus. La bonne humeur de cette femme était communicative c’était le moins que l’on puisse dire. Merci pour la réduction dis-je. J’espère que cela ne vous gênera pas si j’amène mon frère. Avec un peu de chance vous pourriez peut-être lui apprendre à faire des crêpes convenables.

Apollon était nul en cuisine, et je me souviendrais toujours de ses crêpes cramées le jour où il avait voulu nous faire une surprise à la coloc. Sacré Apo’, je n’avais pas eu le courage de lui dire clairement ce que j’en pensais, je m’étais simplement contenté de refaire une fournée, qui cette fois-ci n’était pas cramé, et de sortir tout ce qui était possible de mettre dedans

« Oh mais non, amenez qui vous voulez ! Plus on est de fous, plus on rit ! La sœur aussi, les petits amis, les enfants... moi j'accepte tout le monde ! »

Oui...Il valait peut-être mieux se contenter d'Apollon uniquement dans un premier temps. J'imaginais mal convier toute la famille divine pour cela. Trop compliqué, et puis c'était probablement mieux ainsi étant donné les personnalités de chacun. Définitivement, Apo' seule serait mieux. Je la remerciais, plaçant délicatement mon achat dans mon sac, avant de la saluer et de reprendre ma route pour finalement franchir les portes en fer du cimetière me dirigeait directement vers la tombe que je souhaitais fleurir afin d'y déposer les fleurs.

- Cela fait longtemps, je suis désolée de ne pas être venu plutôt, mais tu sais ce que c'est les histoires de familles
...Dis-je avec un rire nerveux. Je ne mérite probablement pas la palme de la tante de l'année mais la vérité tu vois, c'est que ta tante est complètement paumée. Et elle le serait moins, si on la laissait se rendre ridicule en paix. Je sens ton regard dans mon dos, et je sens également ton aura dis-je cette fois-ci à la personne qui se trouvait à quelque tombe de moi.

J'aurais dût me douter qu'il serait ici. Après tout, il s'agissait de son lieu de travail. D'ordinaire probablement aurais-je fui afin d'éviter une confrontation. Néanmoins, aujourd'hui je me disais qu'il fallait peut-être profiter de cette chance que me donnait le hasard

- Bonjour

En revanche, j'avais toujours de grosses lacunes en terme de relations sociales. Bonjour, c'était tout ce que j'avais trouvé pour engager la conversation non mais quelle idiote...

Code by Sleepy

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Christmas C'mon
Put the star on the tree, Let the record spin while dancing next to me. Keep me warm from the snow, Under the mistletoe, we'll watch the fire glow. Baby, Christmas c'mon.

Pitch K. Black


« Il a une serviette !
Replions-nous ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Jude Law

Ѽ Conte(s) : Les cinq légendes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Pitch Black

✓ Métier : Fossoyeur
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 91
✯ Les étoiles : 3400




Actuellement dans : « Il a une serviette !Replions-nous ! »


________________________________________ Ven 23 Fév 2018 - 19:27



Let's be alone together
Le calme complet régnait en ville tandis que je marchait en direction du cimetière, nous étions pile le jour de la saint valentin à en juger par l'explosion de divers cœurs et message mielleux un peut partout sur les devantures de boutiques, mes doutes furent confirmés quand on me lança un tonitruant."Et une joyeuse saint valentin à vous !"Alors que je récupérais mon thé à emporter au Granny's. Fantastique, j'étais revenue pile dans la mauvaise période, j'aurais du attendre un mois de plus en Irlande plutôt que de revenir durant cette fête atroce mais il était à présent bien trop tard pour faire marche arrière, j'étais bel et bien de retour en ville. J'avais remarquer quelques changement un peut partout mais le plus flagrant ce trouvais à la mairie, Jack Frost était à présent maire de la ville, ce qui était tellement ridicule que j'avais éclater de rire quand on m'avait annoncer la nouvelle, j'avais ensuite perdu mon amusement quand on m'avait confirmé que ce n'était pas du tout une blague de mauvais goût, il m'avait fallu la confirmation d'un article de journal pour que je puisse prendre cette nouvelle un peu plus au sérieux, même si j'avais quand même du mal à y croire, la ville entière devait avoir sombré dans la stupidité en mon absence, ça ne pouvait être que la seule explication qui avait du sens à mes yeux. Poussant un soupire agacée j'accélère l'allure, je ne voulais plus y pensée, moins j'y penserais et plus je me porterais.

Par chance la sonnerie de mon téléphone me permis de penser à autre chose, j'attrapais l'appareille de communication avant d'appuyer sur le bouton vert sans regarder qui cherchait à me joindre, grossière erreur."Rooooorrryyyyy ! Bonjour ! Tu va bien ? T'es bien arrivée au USA ? T'a retrouver ta maison ? Orion va bien ? Il a aimé le voyage, j'espère qu'il à aimé le voyage. Tu fais quoi de beau ? Tu travail ? Tu te prépare pour la Saint Valentin ? Il est quel heure chez toi ? Je sais qu'on est en décalé, Myra m'a expliqué c'était quoi le fuseau horaire avant que je ne t’appelle, normalement tu devrait être déjà réveiller vu que je sais que tu aime te lever tôt, tu te levais tout le temps tôt quand tu était en Irlande, tu revient quand d'ailleurs ? t'a pas oublié mon anniversaire hein ? Hein dit ? Allooooo Roooryyyy ? Tu m'entend ?"J'avais retiré le téléphone de contre mon oreille, ratant la moitié de ses questions pour continuer mon trajet en paix avant de le placer de nouveau contre mon oreilles après quelques secondes d'attente.

"Siobhan ça ne sert à rien de crier dans le téléphone, je t'entend parfaitement."Elle devait encore avoir mangé trop de sucre pour être aussi énergétique et agaçante."Orion va très bien, il est avec moi."Je jetais un coup d’œil en direction du félin qui me suivait d'un pas rapide, habitué à mon allure depuis le temps, il observait les alentours avec curiosité sans jamais aller voir de plus près ce qui l'intéressait, il semblait préférer me suivre plutôt que d'aller explorer les alentours, le cimetière semblait être son endroit favoris depuis que nous étions arriver

.Et je suis en route pour le travail en effet, donc je vais devoir raccrocher."Je l'entendais déjà protester à l'autre bout du combiné mais ça n'avait pas d'importance, j'avais du travail à faire. Une fois le téléphone raccrocher et glisser dans ma poche, j'entrais à l'intérieur du cimetière pour me diriger vers la cabane en bois qui contenait tout le matériel dont j'avais besoin, certains aurait bien besoin d'être réparer d'ailleurs, je notais ça dans un coin de ma tête avant d'attraper ce dont j'avais besoin pour aujourd'hui avant de ressortir, buvant une gorgée de mon thé qui était à parfaite température à présent.

Avant d'entamer mon travail, je me promenais dans les diverses allées pour vérifier que rien n'avait été endommagé pendant la nuit ou qu'un petit malin n'avait rien volé, Orion lui avait décider de chasser une souris qui passait par là, je savais déjà que son sort serait malheureux avant d'être déposer à mes pieds comme petit cadeau, il ne lui fallu d'ailleurs que quelques secondes avant de revenir dans ma direction, sa proie dans la gueule."Quel charmant cadeau que tu me fais là."Ironisais-je tandis qu'il déposait la souris à côté de mes chaussure avant de lever la tête pour me fixer de ses yeux jaune, il avait l'air fier de sa chasse, aussi fier qu'un chat puisse avoir l'air en tout les cas."Bon chat."Je lui grattouillais gentiment la tête avant que son attention soit attiré par autre chose, je suivais son regard pour savoir ce qui avait bien pu l’obnubiler ainsi.


"Ah..je vois."Bien sur, il aurait du se douter que tôt ou tard il finirait par la croiser quelque part en ville, c'était inévitable car Storybrooke n'était pas aussi grande que l'on puisse l'imaginer, ce qui était parfois un avantage et parfois un inconvénient. Buvant une gorgé de mon thé, je détournais le regard car même si l'envie d'aller lui parler était présente, je n'en n'avais pas le courage. Orion lui par contre semblait avoir assez de courage pour nous deux car il s’empressa de traverser le bout de chemin qui nous séparait moi et Diane."Revient ici, maudite créature." Sifflais-je entre mes dents avant de le suivre le plus discrètement possible pour éviter d'attirer l'attention de la déesse de la lune mais il était trop tard car elle venait de m'adresser la parole, zut. Je m'immobilise à côté d'une stèle en granit essayant de trouver mes mots avant de baisser les yeux quand Orion se mit à miauler, il se trouvait devant les bottes de la déesse et il venait de se dresser sur ses pattes arrière pour déposer ses deux pattes avant sur les jambes de sa nouvelle amie. Veux tu cesser de te faire remarquer ?Questionnais-je tout en ne quittant pas des yeux le félin qui ne semblait pas du tout intéresser par ce que j'avais à lui dire, maudit chat.

Je levais les yeux au ciel avant de reporter mon attention sur Diane."Bonjour...Diane."J'avais légèrement hésiter avant de prononcer son prénom, n'étant guère sur de si j'avais encore le droit de l'appeler de cette manière où si elle préférait que se soit plus "Artémis" à présent. Un silence pesant pris place pendant quelques instant avant qu'Orion ne miaule encore une fois pour le brisée."Je m'excuse, Orion semble vouloir se faire une nouvelle amie aujourd'hui, je vais t'en débarrasser pour que tu puisse retourner à ta conversation, je ne voulais en aucun cas te déranger."Je m'avançais assez rapidement pour attraper le main coon dans mes bras, il s'agita quelques instant tel un verre de terre avant qu'il ne plante ses deux patte avant contre mon torse pour essayer de voir ce qui se passait dans mon dos."Cesse donc de gesticuler, tu est pire que Siobhan."Mais il ne semblait toujours pas m'écouter car il repris ses mouvement de plus belle avant que je ne me décide à le poser au sol pour qu'il puisse s'enfuir à toute vitesse à travers le cimetière pour essayer d'attraper un oiseau.


"Voilà, on ne te dérangera plus."J'adressais un dernier signe de tête en direction de la déesse avant de pivoter sur moi même, prêt à m'en aller pour retourner à mon travail.



code by bat'phanie



Diane Moon


« Je vous le dis tout net :
je suis très déprimé. »


avatar




╰☆╮ Avatar : Claire Holt & Kate Winslet + Mia Talerico pour Le Berceau de la vie

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Artémis la déesse de la chasse et de la lune herself (même si je viens du monde réel)



☞ Surnom : Didi ça ira plus vite :uh:
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 16542
✯ Les étoiles : 10366




Actuellement dans : « Je vous le dis tout net :je suis très déprimé. »


________________________________________ Lun 26 Fév 2018 - 14:38



"Let's Be Alone Together"

My heart is like a stallion they love it more when it's broken


J’avais imaginé des tas de scénarios possibles pour ce jour. Je savais bien que tôt ou tard, il finirait par arriver. C’était inévitable après tout. Néanmoins, comme a chaque fois je me rendais compte qu’il y avait un faussé entre ce que l’on pouvait imaginer et la réalité. Je ne m’étais, certes pas attendue à ce que les choses tournent ainsi, c’était gênant. Je pense qu’il s’agissait du meilleur adjectif pour décrire notre situation. Et j’en étais en partie responsable. Il y avait tout un tas de non-dits, entre nous. Des choses laissés en suspend de par notre dernière rencontre. Pitch et moi, n’étions pas des as de la communication c’était un fait. A l’époque, je m’en amusais, estimant que nous, nous étions « bien trouvé ». Mais à l’époque, je ne m’imaginais pas tout ce qui se produirait par la suite, et qui aboutirait par notre séparation. Je lui en avais voulu pendant longtemps, de m’avoir laissé gérer Phobos seule, et encore plus après son décès. Mais aujourd’hui, je me rendais compte qu’il n’y avait plus rien. Plus de rancœur, juste de la gêne. Et bêtement, en le voyant ainsi clore la conversation que j’essayais d’engager je me mis subitement à paniquer si bien que les mots sortirent d’eux même de ma bouche :

- Je suis désolée

Je me raclais la gorge mal à l’aise. Il m’avait fallu du recule pour le comprendre. Mais, je ne pouvais pas rejeter toute la faute sur lui, moi aussi j’avais une part de responsabilité dans ce qui nous était arrivé, en particulier dans la manière dont ça c’était finit. J’aurais probablement dû agir d’une autre manière, mais je n’avais probablement pas la maturité nécessaire à l’époque pour le faire. Aujourd’hui, tout ce que je pouvais faire était de lui présenter mes excuses. Je ne m’attendais pas à ce qu’il les accepte. Il avait toutes les raisons du monde de m’en vouloir, mais au moins l’aurais-je fait. Et ce serait un pas en avant pour moi.

- J’aurais dût être là pour toi, et t’accompagner plutôt que de m’enfuir. Je ne suis pas doué pour gérer ce genre de problème. Ou tout du moins, je ne l’étais pas à l’époque. Je n’ai pas su comment gérer cela, et je crois que j’ai pris peur
avouais-je. Et en agissant ainsi, je t’ai certainement blessé, alors je veux que tu sache que je suis désolée.

Cela ne réparerait probablement pas le tort que je lui avais causé, mais au moins aurais-je pu être sincère là-dessus. Je ne me sentais pas beaucoup mieux en réalité. J’étais toujours aussi nerveuse qu’auparavant. Mais, je savais également qu’à présent que nous avions, cette « opportunité » il ne fallait pas la laisser passer. Si nous le faisions, la situation s’enliserait un peu plus et la gêne se ferait grandissante. Et avec nos deux personnalités, cela risquait de n’aboutir à rien. Or, il y avait des choses dont nous devions parler tous les deux. Il devait savoir, ce qu’il s’était passé en Octobre dernier. Je n’avais ni le droit, ni même l’envie d’ailleurs de le laisser dans l’ignorance

- Et ne t’en fais pas pour…Orion c’est ça ? C’est de ma faute, j’attire les animaux. Je suppose que c’est dû au fait que je sois la déesse de la chasse.

J’esquissais un sourire gêné. J’avais toujours eu un certain feeling avec les animaux. Cela rendait Apollon, affreusement jaloux lorsque Luna préférait partir en promenade avec moi, plutôt qu’avec lui. Généralement, je levais les yeux au ciel, et l’invitait à venir qu’il ne se sente pas mit de côté. Il m’arrivait, aussi quelques fois de ménager la susceptibilité légendaire de mon jumeau. Même si cela restait tout de même très rare. L’idée que Pitch ait un chat, m’amusait un peu, et ne m’étonnait pas vraiment. Je l’avais, toujours plus imaginé chat que chien. La preuve en avait été avec ma chienne. Ils n’avaient jamais réussi à s’entendre tous les deux. Elle grognait dès qu’il s’approchait, et je savais qu’il avait toujours eu du mal avec son caractère. Les quelques fois, où il m’avait raccompagné jusqu’à ma porte après avoir passé une partie de la soirée ensemble, avaient d’ailleurs souvent été l’occasion pour Apollon, d’affirmer sa « supériorité » sur le croque mitaine. Il s’était toujours fait un malin plaisir de lui montrer qu’avec lui, elle ne grognait pas. Cette manie de faire de mon frère, avait d’ailleurs très souvent exaspéré mon ex compagnon.

De toute façon, ils n’avaient jamais pu se voir en peinture tous les deux. Leur première rencontre avait établi d’elle-même ce que seraient leurs relations. Si j’avais du mal à accepter Neil dans la vie d’Apo’, j’avais au moins la délicatesse de me contenter d’un simple reniflement condescendant lorsqu’elle était mentionnée. Et encore, uniquement lorsque c’était une tierce personne qui le faisait. Afin, de ne pas blesser mon frère, j’évitais toute remarque à son sujet lorsqu’il était là. Et même s’il évitait de m’en parler, il y avait toujours des fois où elle venait « naturellement » dans la conversation. L’on pouvait voir mon comportement comme de la possessivité vis-à-vis de mon jumeau. Mais, je savais que c’était autre chose. Au fond, restait sournoisement tapis la crainte qu’il ne m’abandonne. J’essayais de l’ignorer du mieux que je pouvais, et évitait de faire part de mon avis concernant sa relation avec Neil à voix haute. Son bonheur primait sur le reste. S’il était heureux ainsi, je ne pouvais pas l’en priver.

Malheureusement, mon frère n’avait pas tout à fait la même vision des choses que moi. Apollon, était possessif. Affreusement possessif même. Il fonctionnait encore mieux qu’une ceinture de chasteté. Avec lui dans les parages, aucun homme n’osait m’approcher ou même me regarder. Avec sa grande taille, il lui suffisait d’un regard noir pour intimider n’importe qui. Dès qu’il avait su pour Pitch -en fouillant dans mes affaires- il avait décidé d’aller se battre avec lui ni plus ni moins. Réaction typiquement masculine et immature par la même occasion. Par la suite, il n’avait jamais apprécié le croque mitaine. Je supposais qu’il ressentait vis-à-vis de lui, la même chose que je ressentais vis-à-vis de Neil : l’impression qu’on était en train de nous voler notre moitié d’âme. Aussi, n’hésitait-il pas une seule seconde à provoquer Pitch quand il le pouvait. Ce qui avait tendance à agacer mon ex compagnon, à qui généralement je conseillais d’ignorer les simagrées de mon frère.

- Cela n’a pas d’importance,
dis-je en désignant la tombe de ma défunte nièce d’un signe de main. Ce n’est pas comme si, j’attendais une quelconque réponse repris-je avec un rire nerveux. J’étais simplement venu…Vider mon sac, dire ce que j’avais sur le cœur, et un interlocuteur ne pouvant me répondre me semblait adéquat pour le faire. Mais, ce n’est pas pressé assurais-je. J’y pense, je ne t’ai même pas posé la question, mais comment vas-tu ?

Je me mordis immédiatement la lèvre inférieure, regrettant de suite mes paroles. J’essayais de meubler la conversation tant bien que mal, afin d’essayer de surmonter cette gêne entre nous. Mais je me demandais, si je n’étais pas plutôt en train de tendre le bâton pour me faire battre. Lui demander comment est-ce qu’il allait, était probablement la chose la plus stupide à faire.

- Ecoute, repris-je en remettant une mèche de cheveux échappée de ma tresse derrière mon oreille. Tu as toutes les raisons du monde de m’en vouloir. Et je conçois parfaitement que tu ne souhaite pas, rester là à converser avec moi. Néanmoins, tôt ou tard, cela allait se produire. Storybrooke, n’est hélas pas aussi grande que nous le souhaiterions. Et, je pense qu’il faudrait en profiter temps que nous sommes encore là, pour discuter et crever l’abcès une bonne fois pour toute. Nous avons des choses à nous dire, alors inutile de les remettre à plus tard. Après cela, je te le promets je ne t’importunerais plus. Mais mettons au moins les choses à plat maintenant. S’il te plait ?

J’avais prononcé ces derniers mots d’une voix hésitante. Dire que je m’étais imaginé, m’énerver, le fustiger et lui lancer en pleine figure ce qu’il avait manqué durant cette année d’absence. La réalité était toute autre. A la place, je me sentais nerveuse et étrangement prête à encaisser les potentiels reproches qu’il pourrait me faire. Car si j’en avais eu pour lui à l’époque, Pitch de son côté, devait très certainement en avoir pour moi également. Je n’étais pas non plus, totalement innocente. Nous avions chacun notre part de tort. C’était ce que le recule sur toute cette histoire m’avait appris. J’aurais néanmoins aimé l’avoir sans les conséquences de tout ce qu’il s’était passé dans le bois des oubliés. Parce que c’était cela qui au fond m’avait fait réfléchir, plus qu’autre chose.



Code by Sleepy

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Christmas C'mon
Put the star on the tree, Let the record spin while dancing next to me. Keep me warm from the snow, Under the mistletoe, we'll watch the fire glow. Baby, Christmas c'mon.

Pitch K. Black


« Il a une serviette !
Replions-nous ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Jude Law

Ѽ Conte(s) : Les cinq légendes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Pitch Black

✓ Métier : Fossoyeur
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 91
✯ Les étoiles : 3400




Actuellement dans : « Il a une serviette !Replions-nous ! »


________________________________________ Dim 4 Mar 2018 - 23:41



Let's be alone together
Dans ma tête, je me voyais déjà tourner les talons, gobelet de thé en main et tête haute, et retourner travailler pour entretenir le cimetière, car après tout ça n'allait pas se faire tout seul, j'étais presque sur que dans un autre univers j'étais même déjà en train de faire mon possible pour oublier que Diane était là, mais ce n'était pas la réalité, je n'avais pas bouger d'un centimètre depuis qu'elle s'était excuser, un silence émanait de mon côté tandis qu'elle continuait de s'exprimer et il me fallut plusieurs secondes avant que je daigne enfin me retourner pour lui faire face, c'était plus polie après tout. Je ne devait pas être le seul à ressentir cette énorme fossé qu'il y avait entre nous, peut être pas aussi grand que celui qui me séparait de Phobos mais assez grand quand même, comment avait-on pu en arriver là ? Moi qui pensait avoir eu enfin le droit au bonheur, tout avait été gâcher et il m'avait fallu un an avant de revenir ici. J'étais presque sur que ça amusait fortement l'homme de la Lune de me voir souffrir, mais je chassait bien vite cette pensée de mon esprit, je n’allais surement pas me mettre à pleurer sur mon sort.

Je m'apprêtais à ouvrir la bouche pour enfin m’exprimer mais la déesse reprenais déjà la parole, alors je la fermais doucement, attendant le moment propice pour enfin m'exprimer, je n’étais pas forcément pressé et puis ça me permettrait de mettre mes pensées en ordre, car même si j’avais imaginé tout un tas de fois la façon dont nos retrouvaille se déroulerait, la version calme et quelques peut gêner n’avais jamais effleurer mon esprit, je m’étais plutôt attendue à une joute verbale, des cris et des reproches qui fuse, du coup je n’étais pas sûr de comment réagir à cette instant, alors le faite que la déesse de la lune ne me laissait pas le temps d’en placer une était très utile, même si à un moment donner il allait bien falloir que je lui réponde.

J’hochais la tête positivement quand elle me parla d’Orion pour lui confirmer que c’était bel et bien son prénom, je me doutais bien que son côté déesse de la chasse avait eu une influence sur Orion, il n’était pas du genre très sociable avec de nouvelle personnes, il lui avait fallu du temps avant de s’habituer à moi, puis à Siobhan, mais quand il avait vu Diane ça avait été complètement différente. C’est pour ça que je n’étais pas surpris de voir Orion trottiner dans notre direction sûrement lassé de sa chasse aux oiseaux, pour venir se poser près de Diane tout en ronronnant, je levais les yeux au ciel mais le laissait faire, pour une fois qu’il ne se mettait pas à grogner à chaque fois que je discutais avec quelqu’un d’autre, autant en profiter. Je jetais un coup d’oeil en direction de la tombe pour reconnaître celle d’Hippolyte, par chance c’était l’une des premières tombe que j’avais remise à neuf lors de mon retour, alors la pierre tombal ne gâchait pas les belles fleurs qu'avait acheter Diane. J’étais curieux de savoir pourquoi elle ressentait le besoin de vider son sac près d’une tombe alors qu’elle avait toute une famille et surtout son frère jumeaux agaçant pour l’écouter, mais après tout parfois s'exprimer juste pour s’exprimer sans attendre la moindre réponse pouvait être cathartique, j’avais vu assez de gens venir dans mon cimetière en ayant l’air d’avoir le poid du monde sur les épaules pour en ressortir plus léger, peut être que ce n’était pas une si mauvaise idée que ça après tout.

J’haussais les sourcils de surprise à sa question, me prenant encore une fois par surprise. “Je vais bien.”Avais-je dit après quelques secondes d’hésitation, je ne savais pas si retourner la question était utile, si elle était venu au cimetière pour vider son sac, c’est que tout n’allait pas forcément bien dans sa vie, que c’était-il donc passer encore ? Une de ces histoire divine sans queue ni tête ? Phobos avait-il encore fait des siennes ? Ma curiosité me poussait à ne pas bouger, je voulais savoir ce que j’avais bien pu rater pendant cette longue année d’absence.

“Très bien.”Je buvais une gorgé de thé avant d’attendre de voir si elle allait encore une fois reprendre la parole mais non, alors je poursuivi.”Pour être honnête, j’ai quitter la ville parce que je me sentait perdre pied, alors pour éviter tout incident qui aurait pu briser la trêve avec ces idiots de gardiens, j’ai décidé de m’en aller. Ma colère et ma rancune contre toi ont finit par disparaître et j’ai décider de te pardonner, parce qu’en retour je n’ai pas été présent à tes côtés en ce qui concernait Phobos, alors qu’on aurait dû former une équipe plutôt que de ne pas être du même côté et je m’en excuse. J'essayerais d’agir autrement à présent la prochaine fois que je croiserais notre fils.”C’était la promesse que je m’étais faite lors d’une de mes nombreuse période de réflexion, c’était une promesse que je comptait bien garder.“Et je suis désolé de ne pas avoir tenu ma promesse.” Heureusement que nous n'étions que deux dans ce cimetière, personne d'autre qu'elle ne pouvait m'entendre m'excuser, c'était bien la première fois depuis des siècles que ça m'arrivais.


code by bat'phanie




Diane Moon


« Je vous le dis tout net :
je suis très déprimé. »


avatar




╰☆╮ Avatar : Claire Holt & Kate Winslet + Mia Talerico pour Le Berceau de la vie

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Artémis la déesse de la chasse et de la lune herself (même si je viens du monde réel)



☞ Surnom : Didi ça ira plus vite :uh:
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 16542
✯ Les étoiles : 10366




Actuellement dans : « Je vous le dis tout net :je suis très déprimé. »


________________________________________ Mar 6 Mar 2018 - 13:12



"Let's Be Alone Together"

My heart is like a stallion they love it more when it's broken


En toute franchise, j’aurais réellement apprécié ne pas devoir commencer d’emblée avec le sujet délicat. Malheureusement, tôt ou tard il allait bien que j’y vienne. J’aurais simplement souhaité, avoir encore un peu de répit, afin de penser à la manière dont j’allais l’aborder. Mais à présent, inutile d’essayer de changer de sujet, ou bien d’ignorer ce que venait de dire Pitch. Ces paroles, je les avais attendus, l’idée que nous décidions enfin de nous placer tous les deux du même côté et faire front commun pour essayer de comprendre et raisonner Phobos. Le pire c’était peut-être la détermination dont semblait faire preuve Pitch. Devoir lui annoncer que tout ceci était inutile me faisait indéniablement mal au cœur. Néanmoins, il valait mieux que ce soit moi que quelqu’un d’autres. De toute façon, qu’il ait été là ou non n’aurait strictement rien changé au problème. J’avais été présente, et j’étais arrivé trop tard. Tout ce que j’avais pu voir c’était ses derniers instants, ses dernières paroles. Le plus dure était de narrer ces évènements à mon ex compagnon. Comment disait-on au père de son fils qu’il était mort ? Il n’y avait pas de discours préenregistré pour ce genre de choses. Aucune parole n’enlèverait la douleur ressentis :

- Il faut que je te parle de quelque chose, cela concerne Phobos justement

Par où commencer ? Lui raconter ses dernières « frasques ? », enchainer directement sur la partie la plus douloureuse ? Je n’en avais pas la moindre idée. J’en étais encore à essayer d’anticiper sa réaction

- Durant l’année qui s’est écoulée, notre fils n’a pas chômé, il s’est employé à prendre un chemin l’éloignant de plus en plus de nous.

Je n’avais pas trouvé meilleure introduction. Hésitant toujours sur la manière dont je devais dire les choses. Autrefois, je n’aurais pas hésité. J’aurais dit les choses telles qu’elles étaient sans forcément réfléchir à la manière dont l’annoncer. Mais, il était difficile d’ignorer ce fossé qui semblait à présent nous séparer. Fossé que nous avions je le crain, tous les deux creusés. Je ne voulais pas lui faire plus de peine qu’il n’en aurait déjà, mais je ne voulais pas non plus le vexer. Le tout était de savoir doser le degré d’empathie dans la manière de lui dire. Le ménager sans pour autant trop le ménager justement. Hors, c’était un exercice pour le moins périlleux dans lequel je n’excellais absolument pas.

- Tu te souviens de notre première rencontre ? Je t’avais parlé des cavaliers de l’apocalypse. Figure toi, qu’il n’a rien trouvé de mieux que s’approprier leurs pouvoirs

Je jetais un regard hésitant, à Pitch, croisant les bras sur ma poitrine, laissant le silence s’installer afin de lui laisser déjà « digérer » cette information. Plutôt que tout lui dire d’un coup, je préférais faire des pauses, qu’il encaisse déjà la nouvelle. Il le savait que Phobos n’était pas un enfant de chœur, mais il avait indéniablement franchi un nouveau cap durant l’année dernière. Et c’était très certainement à ce moment-là, que j’avais réellement pu me rendre compte de l’ampleur de sa souffrance.

- On a réglé le problème, si on peut appeler cela « régler » entraînant la destruction complète de ce pouvoir. Quant à Phobos, Hypérion s’est chargé de lui accorder le temps qu’il demandait pour revenir au près de nous.


Sauf, qu’une fois de plus, j’avais été naïve. Je m’étais dit qu’enfin, peut-être que les choses allaient s’arranger, que nous allions enfin pouvoir être une famille. Il n’en était rien. Et nous arrivions à la partie la plus délicate de l’affaire. J’avais l’impression de raviver une flamme d’espoir, pour finalement l’étouffer aussi rapidement qu’elle était apparue. Pour autant, je devais le faire. Je devais aller au bout de mon récit, et dire la vérité. Tout comme j’allais devoir, également faire face aux conséquences. Il n’était plus question de fuir. J’avais eu la chance d’avoir Apollon à mes côtés pour m’épauler quand ça allait mal. Même s’il ne pouvait pas comprendre toute « l’ampleur » de ma peine, le simple fait d’être là avec moi m’avait considérablement aidé. Alors, je me devais de faire de même pour Pitch lorsqu’il le saurait. Parce que Phobos, c’était notre enfant à tous les deux. Alors je me devais d’être là.

- En Octobre dernier, nous nous sommes retrouvés face à des créatures nommé « Elohim » ils ont manifestement pour but de nous faire expier nos péchés. Évidemment, cela ne se passe pas sans conséquences. Je te laisse imaginer ce qu’il se passe lorsque l’on a expié le dernier de nos péchés. Il se trouve qu’il y a eu un imprévu dans leurs plans, puisque Athéna a tué l’un de leurs sous fifres. Nous avons donc été enfermé dans un endroit nommé le Cocyte, durant toute une année. Et nous n’avons pu en réchapper que grâce à Pan. C’est…Le père d’Hadès, c’est compliqué et je ne pense pas que tu veuille rattraper tout le drama familiale. Mais là-bas c’est également la dernière fois que j’ai vu Phobos. Je suis désolée Pitch, c’était déjà trop tard quand je l’ai vu. Il n’était plus vraiment là.

Je me mordis la lèvre inférieure, tandis-que je le laissais prendre pleinement conscience de ce que je venais de dire. Pan, me l’avait dit cela ne marchait pas toujours. Uniquement lorsqu’il y avait un lien fort entre les deux personnes. J’aurais pu parler de ce qu’il avait fait à Apple également. Mais, j’estimais que ce que je venais d’annoncer était bien assez suffisant. Je ne pu m’empêcher de ressentir un pincement au cœur. Lui qui voulait à tout prix réparer les pots cassés avec notre fils, voilà que je lui annonçais que ce ne serait plus jamais possible. Le destin, avait réellement un drôle de sens de l’humour et plus que jamais, je n’étais pas certaine d’y adhérer.

- Je ne voulais pas te mentir. Et, j’estimais qu’il valait mieux que tu l’apprennes par moi que quelqu’un d’autres. Je n’ai pas toujours pris les bonnes décisions pour nous deux. J’ai même songé qu’en faisant la morte, et en ne donnant aucune nouvelle, je pourrais te protéger de toutes mes histoires familiales autrefois. Mais il fallait que tu le sache.

D’ailleurs, ça avait été stupide comme idée d’essayer de l’évincer de ma vie à l’époque, et il m’avait bien fait comprendre qu’il ne me laisserait pas faire. Mais, Chronos étant libre de sa prison, sans parler de la découverte du vrai visage de Poséidon, j’avais voulu le protéger de tout cet imbroglio divin. Pas de la bonne manière certes. Mais c’était une autre époque, presque une autre vie.

- Je ne vais pas te mentir et te dire que ça ira, que la douleur disparaîtra parce que ce ne sera pas le cas. La blessure ne se refermera jamais, elle cicatrisera tout au plus. Mais cela prendra du temps. C’est pour cela, si tu me le permets que je souhaite t’accompagner. Non d’ailleurs, même si tu ne le permets pas, je m’en moque éperdument. Tu étais son père, mais j’étais sa mère. Et c’est mon devoir de rester à tes côtés dans cette épreuve
affirmais-je avec aplomb

La solitude pouvait aisément détruire quelqu’un. Nous étions, les mieux placés pour le savoir lui et moi. Et c’était en partie ce qui avait poussé Phobos sur une mauvaise pente. Malgré tout l’amour que j’éprouvais pour lui, il nous était impossible de nous rejoindre. J’avais à la longue finit par me faire une raison. Il ne pouvait pas y avoir de fin heureuse à cette histoire. Cela n’enlevait pas la peine. Mais, cela permettait de se résoudre à avancer. Les pertes faisaient parti intégrante de la vie. Certaine, nous touchaient plus que d’autres, et même si cela restait tout de même douloureux. Nous devions nous relever, et continuer à affronter les nombreuses épreuves qui nous attendaient encore.

- Tu n’as pas à t’en vouloir, ou bien culpabiliser Pitch
dis-je doucement tout en posant légèrement ma main sur la sienne. Cela n’aurait rien changé que tu sois là ou non. Il était déjà trop tard. Je crains qu’ils ne l’aient attrapé bien avant nous.

J’appréhendais légèrement sa réaction, pour autant pas question de fuir cette fois-ci, il était grand temps de tout affronter, et de prendre ce problème à bras le corps.


Code by Sleepy

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Christmas C'mon
Put the star on the tree, Let the record spin while dancing next to me. Keep me warm from the snow, Under the mistletoe, we'll watch the fire glow. Baby, Christmas c'mon.

Pitch K. Black


« Il a une serviette !
Replions-nous ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Jude Law

Ѽ Conte(s) : Les cinq légendes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Pitch Black

✓ Métier : Fossoyeur
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 91
✯ Les étoiles : 3400




Actuellement dans : « Il a une serviette !Replions-nous ! »


________________________________________ Jeu 15 Mar 2018 - 19:54



Let's be alone together
Je savourais mon thé tandis qu'un léger silence s'installa entre Diane et moi, elle semblait réfléchir à quelque chose, je le voyait bien dans son regard que ce qu'elle avait à me dire n'avait pas l'air facile vu le temps qu'elle prenait pour chercher ses mots. Tout de suite je pouvais ressentir cette espèce de mauvais pressentiment ridicule que les gens pouvait avoir avant que quelques chose de mauvais ne se passe, ce n'était pas rassurant, quelques chose de si horrible c'était-il déroulé en mon absence ? A part bien sur l'élection de Frost à la mairie, mais je me doutais que c'était bien plus grave que ça. Le silence fut brisée quand Diane reprit la parole pour me parler de Phobos, qu'avait-il encore fait ? Avait-il tué quelqu'un d'important chez les divins ? Le nom d'Apollon dansais dans mon esprit avant que je ne le chasse, même si je n'avais réussi à supporter cet idiot, ça ne voulais pas dire que je souhaitais sa mort et encore moins de la main de mon fils.

"Et moi qui pensait qu'il ne pouvait pas faire pire."Le pouvoirs des cavaliers ? Rien que ça ? Je me demandais comment avait-il pu faire pour les récupérer, avait-il tout simplement tué les cavaliers existant avant d'absorber leur pouvoir ? Je m'abstenais de poser la moindre question et me décidais à les notés dans un coins de ma tête pour demander plus tard. Je fronçais les sourcils quand elle me parla du règlement du problème, je sentait tout de suite une vague de colère me monte au nez avant que la suite des paroles de la déesse ne s'enregistre dans ma tête, Phobos était toujours vivant, ce qui était un temps soit peu rassurant, cette enfant avait beau être problématique, en aucun cas aurais-je voulu qu'on le tue pour ne plus avoir de problème. "Laisse moi devinez, il n'a pas profiter de cette seconde chance du tout et à fait pire ?" J'étais presque certain que ça avait été le cas, il me ressemblait plus qu'à sa mère, même si moi j'avais finit par changer, à emprunter une autre route grâce en partie à Diane, Phobos lui ne semblait pas être encore dans cette état d'esprit là, peut être que si on faisait enfin front commun sa mère et moi on pourrait peut être l'aider à changer d'avis et à le pousser dans la bonne direction ? Espérons le.

Il me fallut quelques secondes pour reprendre le fil de la conversation et j'aurais tellement souhaité ne pas entendre la suite, mais mes oreilles avait parfaitement capté ce que venait de dire la déesse de la lune, même si l'information avait un peu de mal à être comprise."Phobos est ... il est... non..."Je venais enfin de comprendre, Phobos n'était plus parmi nous, il avait cesser d'exister, il était mort. Sous le coup j'en lâchais mon gobelet de thé qui alla s'écraser rapidement sur le sol, le couvercle se détachant du gobelet et le contenu se déversa sur l'herbe que j'avais tondu mais ça n'avait pas d'importance, un gobelet de thé ça pouvait se récupérer, un fils mort c'était impossible. Une boule se forma au fond de ma gorge et je pouvais sentir mes yeux me brûlée puis s'embuer de larmes, mon fils était mort, bel et bien mort et je n'avais pas été présent pour lui.

J'ouvrais la bouche pour m'exprimer mais rien ne sortit et mes larmes coulait le long de mes joues, Phobos n'était plu, une promesse de plus que ne pourrait tenir. Je passait une main sur mes joues pour sécher d'un geste sec les larmes qui coulais mais c'était inutile car d'autre s'empressèrent de prendre leur place, tandis que la colère en moi grandissait au fur et à mesure que les secondes passait, tout autour de moi des filets de sable noir se mirent à danser tandis que mes yeux prirent une teinte dorée, puis d'un seul mouvement les filets se dirigent vers la brouette que je n'avais pas rangé pour la pousser d'un geste violent, elle s'envola avant de s'écraser au sol dans un bruit sourd, je ne voulais pas me faire du mal, ni en faire à Diane alors la brouette serait la victime de ma colère et de ma douleur pour l'instant avant que je ne trouve quelques chose de mieux.

Je pouvais entendre Diane m'adresser la parole de nouveau, je me faisais violence pour écouter ce qu'elle me disais, je ne digérais pas encore ces dernière paroles alors le reste avait bien du mal à entrer dans ma tête. La déesse semblait déterminer à vouloir être à mes côtés durant cette mauvaise période qu'allait être ma vie à présent, il m'avait fallu 1 an pour remonter à la surface et voilà qu'à présent je coulais de nouveau, l'univers semblait vraiment avoir une dent contre moi, c'était un acharnement sans fin et je ne savais plus quoi faire pour que ça s'arrête. Je prenais une grosse inspiration, expirant lentement avant de m'éclaircir la gorge.

"Merci de me l'avoir annoncer."C'était plutôt bancal comme première chose à dire mais c'était tout ce que mon esprit embrouillé avait trouver à dire."Si je n'avais pas décider de m'absenter si longtemps, peut être que je n'aurais pas passer autant de temps à espérer comme un imbécile que je pourrais fixer quoi que ce soit."Je passais une main sur mon visage tout en poussant un soupire, les larmes semblait avoir cessé de couler pour l'instant. Reniflant le plus discrètement possible je poursuivit. "Peut être que si j'avais décider plus rapidement de faire front commun avec toi tout ceci ne serait peut être pas arrivée, au lieu de ça je t'ai laisser tomber et j'ai laisser tomber mon fils."Je secouais la tête, la colère contre l'univers se retournais à présent contre moi, des filets de sable noir volais tout autour de moi et j'hésitais presque à m'étrangler avec, non, je ne devais pas sombrer dans le dramatique, au lieu de ça, je visais encore une fois cette idiote de brouette, j'en achèterais une autre.

"Il y a un corps à enterré ? Je n'ai pas vu de nouvelle tombe pourtant, à moins que vous ne l'ayez enterré sur l'Olympe ?"Qu'il y est au moins une tombe que je puisse visiter et peut être en prendre soin si c'était nécessaire.


code by bat'phanie



Diane Moon


« Je vous le dis tout net :
je suis très déprimé. »


avatar




╰☆╮ Avatar : Claire Holt & Kate Winslet + Mia Talerico pour Le Berceau de la vie

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Artémis la déesse de la chasse et de la lune herself (même si je viens du monde réel)



☞ Surnom : Didi ça ira plus vite :uh:
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 16542
✯ Les étoiles : 10366




Actuellement dans : « Je vous le dis tout net :je suis très déprimé. »


________________________________________ Sam 17 Mar 2018 - 11:02



"Let's Be Alone Together"

My heart is like a stallion they love it more when it's broken


De mémoire, je n’avais jamais vu Pitch pleurer. En colère, énervé oui. Triste également, mais jamais au point de pleurer. Aussi, ne pus-je m’empêcher de ressentir un pincement au cœur. Je n’aimais pas faire pleurer les gens. L’on aurait beau dire, j’étais indirectement responsable de l’état dans lequel se trouvait le croque mitaine. Mais en même temps qu’aurais-je pu faire d’autres ? Lui mentir ? Lui dire que Phobos était vivant et en bonne santé toujours lâché on ne sait où dans la nature ? Non. Définitivement. Il m’en aurait voulu en découvrant la vérité, et cela aurait envenimé nos relations. De bases, j’avais eu pour idée d’arrondir les angles. Ou tout du moins, d’essayer de régler tout ce qui était en suspens depuis notre séparation.

J’avais observé d’un œil craintif ses pouvoirs se manifester sur la brouette. Ce n’était pas tant pour moi, que je craignais quoi que ce soit. Je me savais solide, et n’était nullement impressionné les pouvoirs du croque mitaine. J’avais surtout peur qu’il se blesse inconsciemment. Lorsque l’on est sous l’emprise de nos émotions, nous étions bien souvent aveuglés par ces dernières aussi songeais-je à utiliser mon don d’empathie afin de l’apaiser. Néanmoins, je n’eus pas besoin de recourir à de telles extrémités. Déjà parce que la pauvre brouette se retrouvait à présent écrasée sur le sol, et ensuite parce qu’il semblait progressivement reprendre le contrôle de lui-même. Silencieusement, je l’avais écouté réfléchissant à ce que j’allais bien pouvoir dire. Un léger soupire franchit mes lèvres, tandis-que j’encrais à nouveau mon regard dans le sien :

- Pitch, arrête de te fustiger !

C’était facile à dire, je le concédais. J’avais également adopté ce comportement peu après être revenu du cocyte. Il était extrêmement difficile lorsque l’on est parent, de se dire que l’on a échoué, et que l’on n’a pas pu protéger son enfant. Pour autant, rien de ce que Pitch aurait pu faire n’aurait changé quoi que ce soit à la finalité du problème j’en étais intimement convaincu.

- Écoute, c’est une réaction normale de s’en vouloir. Je suis passé par là moi aussi. Néanmoins, il est parti sans regrets. Tout ce qu’il a pu faire pendant sa vie, il ne le regrette pas.


Je cherchais mes mots, peu certaine de la clarté de mes propos. Peut-être devrais-je clairement lui expliquer ce qui nous avait à tous été révélé lors de cet « affrontement ». Je ne prétendais pas que cela le ferait arrêter de s’en vouloir, mais il aurait d’autres éléments de compréhension en mains. Pour ma part, je ne pouvais décemment pas le blâmer pour ce qui était arrivé. Effectivement, je lui en avais voulu sur le moment. Mais, j’avais été aveuglé par mon chagrin et mon ressentiment. Aujourd’hui, les choses étaient différentes bien évidemment :

- Il a été tout seule, il a toujours été tout seule, dans le monde qu’Elliot a créé. Même si ce n’était pas vraiment toi et pas vraiment moi, il n’empêche que ces copies virtuelles de nous, n’étaient pas présentes à ses côtés. C’est pour cela qu’il était tellement pétri de ressentiment. Imagine un peu, tes propres parents sont là à chaque moment important de la vie d’une personne mais cette personne ce n’est pas toi.


Il souffrait, et tout l’amour du monde n’aurait pas suffit à combler ce vide qui occupait son cœur depuis des années. J’avais beau lui dire qu’il était important pour moi rien à faire. Pour lui ce n’était que des mensonges. Comment pouvais-je clamer l’aimer alors que je l’avais laissé seul ? Je pouvais aisément comprendre son point de vu.

- Sa dernière action, aura été de condamner Apple à vivre une dizaine d’années seule dans le jeu, ce qui l’a complètement détruite. Hypérion a dû modifier sa mémoire. Elle ne pouvait plus rester parmi nous. Il n’éprouve ni de regrets ni de remords pour cela. La seule chose pour laquelle il a exprimé nourrir des regrets c’était de ne pas avoir prit le temps de me connaître. Alors que ce soit un nouveau mensonge ou non tant pis. Je veux bêtement, et naïvement croire que c’était sincère.

Je ramenais à nouveau une mèche de cheveux derrière mon oreille, tandis qu’il demandait s’il y avait eu un corps à enterrer ce à quoi je hochais négativement la tête. S’il n’y avait pas eu Pan, je serais très certainement en train de penser que les paroles de Zacharie étaient fausses. Qu’il s’agissait là, d’une nouvelle méthode pour nous pousser à expier nos péchés. Donc non, il n’y avait pas eu de corps à enterrer. Pour autant, il y avait tout de même un endroit où il reposait. C’était plus symbolique qu’autre chose, mais au moins avait-il une dernière demeure. Et ce n’était pas Olympe, comme le supposait son père. Je crois que même avec toute la bonne volonté du monde, Apollon n’aurait pas réussi à faire accepter des autres qu’il ai une sépulture là-bas.

Sans dire un mot, je m’approchais à nouveau de Pitch, et glissait ma main dans la sienne, en quelques secondes le décor s’était légèrement modifié. Nous étions toujours dans un cimetière mais nous avions laissé celui de Storybrooke derrière nous. Je n’avais pas vraiment prévu d’y retourner si tôt. Mais Pitch, avait besoin d’être là. Alors comme pour tout, j’avais fait une concession :

- Nous sommes dans le cimetière Lafayette, c’est le plus vieux cimetière de la Nouvelle Orléans
expliquais-je c’est là où il est dis-je en désignant le caveau en face de nous d’un signe de tête.

Phobos quoi qu’il en ai pensé, et malgré ce fossé qu’il y avait entre nous comptait pour moi. Aussi, le faire reposer aux côtés de mes créatures, dans ce lieu qui pour moi avait toujours une signification bien particulière m’avait paru le meilleur choix à faire. La Nouvelle Orléans de tout temps avait toujours été comme un second chez moi. Ce lieu avait la signification qu’Apollon aurait aimé donner à Olympe pour nous tous. Mais trop de choses s’étaient passé dans la cité, trop de mauvais souvenirs. J’ignorais comment je considérais ce lieu. Mais, ce n’était pas chez moi. Alors qu’ici, je n’avais pratiquement que de bons souvenirs. Et si je m’y étais réfugié en premier lieu, après la grande guerre divine c’était en partie à cause de cela :

- Je crois que je t’ai mentis. Tu n’étais pas mon premier amour. C’était cette ville.


J’esquissais un léger sourire, pour donner suite à cette boutade. J’essayais tant bien que mal de détendre l’atmosphère et ce même si j’étais pleinement consciente de mes lacunes dans ce genre d’exercice. Apollon était bien meilleur que moi. Pour autant, cela ne m’empêchait pas d’essayer lorsque la situation l’exigeait.

- Je vais te le redire une dernière fois : tu n’as pas à t’en vouloir. Je crois qu’il ne pouvait pas y avoir de fin heureuse à cette histoire c’est tout. Inutile de te blâmer, parce que dans ce cas là c’est tout le monde qu’il faut également blâmer. On peu dire que c’est de ma faute pour ne pas avoir su détecter plus tôt à quel point il avait été seule ou pour l’avoir tellement voulu. On peu également dire que c’est la faute d’Elliot qui l’a créé ou que c’est la faute d’Apple pour avoir eu toute l’attention alors que lui était irrémédiablement seul. Il n’y a pas de « coupable » dans cette histoire Pitch. C’est la faute à pas de chance comme le dit l’expression. Parce qu’il ne serait jamais revenu, quoi que l’on ai pu tenter. La solitude peu détruire quelqu’un. Toi comme moi, le savons parfaitement. Phobos en était juste la preuve vivante.

Et il n’y avait plus rien à faire. Peu importe à quel point j’avais essayé, il nous était impossible de nous rejoindre.

- Il était buté, et suivait son idée fixe sans jamais revenir en arrière. Là-dessus, on peu dire qu’il avait bien hérité de nous deux.


J’eus un rire sans joie. Inutile je pense de mentionner que j’aurais aimé qu’il hérite d’autre chose que de ce côté buté.



Code by Sleepy

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Christmas C'mon
Put the star on the tree, Let the record spin while dancing next to me. Keep me warm from the snow, Under the mistletoe, we'll watch the fire glow. Baby, Christmas c'mon.

Pitch K. Black


« Il a une serviette !
Replions-nous ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Jude Law

Ѽ Conte(s) : Les cinq légendes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Pitch Black

✓ Métier : Fossoyeur
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 91
✯ Les étoiles : 3400




Actuellement dans : « Il a une serviette !Replions-nous ! »


________________________________________ Mer 28 Mar 2018 - 17:29



Let's be alone together

Ne pas se fustiger, c'était bien plus facile à dire qu'à faire, la nouvelle me restait en travers de la gorge, il me faudrait bien plus qu'une journée pour m'en remettre. J'avais passé des jours et des jours lors de mon absence à réfléchir sur le cas Phobos, ça m'avait pris du temps avant de venir à certaines conclusion par rapport à lui tout comme à cette promesse que je m'étais faite, ça m'avait même pris un ans ! Alors voir tout le travail que j'avais fait sur moi même s'envoler en fumée me donnais envie d'hurler de toute mes forces car si je n'avais pas perdu autant de temps en dehors de la ville, je ne me serais pas encourager mentalement pendant toute une année pour rien.

Mais plus j'écoutais les paroles de Diane et plus ma colère se dissipa pour laisser juste place à de la tristesse, j'aurais très bien pu me mettre en colère encore plus, m'en prendre à Elliot pour avoir oser créer mon fils pour ensuite le laisser de côté pour ne s'occuper que d'Apple, ça aurait été facile de succomber à ce sentiment de vengeance qui m'avait ronger pendant des siècles, tellement facile mais j’étouffais bien vite ce genre de pensées, déjà parce que ça serait complètement stupide de ma part de vouloir m'en prendre à l'un des membres de la famille divine et que je n'avais pas forcément envie de me les mettre à dos et puis je n'en n'avais pas envie, Elliot pouvait être un idiot parfois mais il n'avait jamais de mauvaise intention.

"Je suis désolée."Disais-je quand elle mentionna ce qui était arrivée à Apple, ce n'était pas de ma faute mais c'était la formule à employer quand on annonçait ce genre de mauvaise nouvelle, je savais que la blondinette avait été apprécié de tous et savoir qu'elle ne pourrait surement plus jamais être parmi sa famille me donnait un léger pincement au cœur, sensation très étrange d'ailleurs, je n'étais pas du genre par être touchée par le malheur des autres et à une certaine époque ça ne m'aurait strictement rien fait, mais j'avais changer et même si la gamine était du genre agaçante, je n'aurais jamais voulu qu'une chose pareille ne lui arrive, mon fils avait le don de toute gâchée.

Je me rendais ensuite compte que ma question avait été stupide, Personne n'aurais jamais accepter que Phobos repose à Olympe même s'il y avait eu un corps à enterrer, il aurait été plus logique qu'il soit enterré à Storybrooke ou bien ailleurs. Ailleurs fut d'ailleurs la réponse à la question que je n'avait eu guère le temps de posée car Diane venait de glisser sa main dans la mienne et nous venions de nous téléporter dans un endroit qui m'était familier car je l'avais visiter un mois après mon départ. La Nouvelle Orléans, une ville dont j'avais de nombreuse fois entendu parler sans jamais y mettre les pieds, alors quand j'avais quitter Storybrooke puis ensuite le Maine, j'avais décidé que la Louisiane serait un parfait premier arrêt dans mon voyage pour me reconstruire, j'y étais resté trois mois en tout, profitant de tout ce que la ville avait à offrir."Et le plus hanté..."Même si je n'avais pas croisé le moindre fantôme lors de ma visite.

Malgré la douleur et la tristesse, un léger sourire apparu sur mon visage quand j'entendis la boutade de la déesse."Je ne pourrais même pas être jaloux de cette ville, du peu de temps que j'ai passé ici, je comprend parfaitement pourquoi."Je jetais un coup d’œil en direction des alentours avant de reporter toute mon attention sur le caveau qui se trouvait devant nous, je n'avais rien à déposer pour le moment, mais si j'en avais le temps j'irais acheter des fleurs avant de repartir à Storybrooke et je me promettais de revenir le plus possible et cette promesse là, j'étais bien décidé à la tenir. Je ne pouvais que hocher la tête après sa remarque sur la solitude, j'avais passer du temps en solitaire pendant des années et on pouvait dire qu'elles ne m'avaient jamais réussit, même si Maara m'avait tenu compagnie pendant un certains temps, le résultat avait quand même été catastrophique.

"Oui, en tout les cas il est allé beaucoup plus loin que je ne l'imaginais..."J'avais bien eu de la chance de ne jamais mourir, mais comme je l'avais dit à Frost à une époque on ne pouvait pas tué la peur, j'avais encore de bon siècle devant moi, ce qui n'était pas le cas de Phobos, lui ne reviendrais jamais. Je sentais mes yeux me piquer, mais je me retenais pour ne pas les laisser couler de nouveau, je prenais une grosse inspiration en regardant ailleurs avant de m’éclaircir la gorge. "Je devrais peut être aller acheter des fleurs, je me souviens qu'il y a une petite boutique pas loin."Je croisais le regard de Diane, attendant de savoir si elle m'accompagnerais chez le marchand de fleurs ou si elle resterais devant le caveau.

code by bat'phanie



Diane Moon


« Je vous le dis tout net :
je suis très déprimé. »


avatar




╰☆╮ Avatar : Claire Holt & Kate Winslet + Mia Talerico pour Le Berceau de la vie

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Artémis la déesse de la chasse et de la lune herself (même si je viens du monde réel)



☞ Surnom : Didi ça ira plus vite :uh:
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 16542
✯ Les étoiles : 10366




Actuellement dans : « Je vous le dis tout net :je suis très déprimé. »


________________________________________ Mar 3 Avr 2018 - 21:32



"Let's Be Alone Together"

My heart is like a stallion they love it more when it's broken


J’avais jeté un regard étonné à Pitch. C’est vrai que nous n’avions pas encore réellement abordé le sujet de ce qu’il s’était passé durant cette année autant pour l’un que pour l’autre. Néanmoins je ne pu m’empêcher de laisser un petit sourire satisfait étirer la commissure de mes lèvres en apprenant qu’il s’était installé ici pendant son séjour loin de la ville. J’allais finir par passer le mot à tous mes proches et leur conseiller cette ville comme destination incontournable. L’idée m’amusait. Cette ville et moi, c’était toute une histoire et elle aurait toujours une place bien à part pour moi.

- Il est allé bien plus loin que je ne l’imaginais également répondis-je mais rien ne semblait pouvoir l’arrêter. Je l’ai vu dans ses yeux, lorsque nous avons été face à face cette fois là sur Olympe. Il ne me croyait pas, quand lui affirmais qu’il avait de l’importance pour moi. Il ne pouvait pas y avoir de fin heureuse à cette histoire, c’est hélas la seule conclusion à laquelle je suis arrivée

Je restais silencieuse quelques instants, le regard rivé sur le caveau. Le fait d’être enfermé pendant un an dans le cocyte n’avait pas eu que des effets négatifs. Et je songeais qu’il faudrait peut-être que j’aille rendre visite à Hadès. Je ne l’avais pas fait depuis cette fois-là. Notamment à cause du décès de Phobos. Je venais de perdre mon fils, alors le voir aussi heureux avec Hope et Autumn m’aurait un peu plus brisé le coeur. Hors, nous venions tout juste de réussir à enfin nous entendre après des siècles passé à ne pas pouvoir se voir en peinture. J’avais finit par le considérer également comme un frère. Il était le petit frère casse pied dont toutes les grandes sœurs se plaignaient.

- Des fleurs seraient une excellente idée annonçais-je finalement. Hippolyte, a eu droit aux siennes. Je vais aussi en prendre pour notre fils et pour mes chasseresses.

Et il y avait effectivement une petite boutique pas loin. C’était usuellement là-bas que j’achetais les fleurs que j’apportais ici. Et lorsque ce n’était pas moi, je savais qu’Adelaïde s’en chargeait. Je devrais peut-être passer à la maison la saluer songeais-je d’ailleurs. Je n’avais pas réellement planifié de revenir ici. Pas avant un moment du moins. Mais Pitch, avait eu besoin de voir l’endroit où son fils reposait. Ce n’était pas de moi dont il était question. Mes sentiments personnels n’avaient aucune importance pour le moment. Nous marchâmes côte à côte pendant un moment, dans le silence. Pour autant, il ne s’agissait pas d’un silence gênant comme il y en avait eu plus tôt. C’était plutôt un silence apaisant.

- Je peux t’apaiser si tu le souhaite proposais-je doucement. Cela n’enlèvera pas la douleur, mais disons que cela aidera à ce que tu te sente...Un peu mieux. Le choix est tiens

En aucune façon, je ne me permettrais de le faire sans son autorisation. Pas dans l’état actuel des choses. Il y avait encore pas mal de choses en suspens entre nous et je ne souhaitais pas tout gâcher. Nous semblions pour l’instant, être plutôt dans l’amicale qu’à nous faire mutuellement des reproches.

- J’ai vu ma mère aujourd’hui.

J’ignorais pourquoi, mais les mots étaient sorties tous seules. Pour n’importe qui cette remarque pourrait paraître anodine. Mais Pitch, savait parfaitement que je ne pouvais pas voir ma mère tous les jours. Notamment puisqu’elle ne faisait plus partis de ce monde depuis bien longtemps. Je lui avais parlé de Mnémosyne lorsqu’Apollon m’avait montré sa rencontre avec elle, il y a deux ans. Il savait ce que mon frère m’en avait dit, puisque c’était tout ce que je savais d’elle également à l’époque. Aujourd’hui les choses étaient différentes…

- Je suis rentrée ce matin d’une de nos nombreuses aventures divines pleines d’embrouilles.


Le ton employé était légé. Comme si cela ne me faisait plus rien. Quelque part, j’admettais m’être un peu habitué à ce qu’une catastrophe nous tombe dessus, et que nous soyons contre notre gré envoyé on ne sais où. Et en fonction de ce qui se passait, nous étions plus ou moins atteint. Je n’avais pas encore parlé à Apollon, de ce qu’il s’était passé avec Chronos et Mnémosyne. Et pour être franche, j’ignorais si j’avais réellement envie de le faire. J’avais toujours eu des tendances surprotectrices avec mes proches. Particulièrement avec mon jumeau, nous partagions un lien tellement unique que je me fichais éperdument de m’en prendre plein la figure du moment que lui aille bien c’était tout ce qu’il m’importait. Mais son image de notre mère avait déjà été quelque peu entaché, lorsqu’il s’était rendu compte qu’elle m’avait volontairement mise en danger. Je ne voulais, pas la lui détruire encore plus. Je n’étais pas triste pour ma part. Je n’avais jamais réellement attendu quelque chose de ma mère. Contrairement à Nora qui elle, avait désespérément attendue que Gaïa lui face un signe, pour lui prouver qu’elle comptait au moins un minimum pour elle.

- On va dire qu’entre ce que j’en ai entendu et la réalité, les choses sont bien différentes. Mais j’ai l’habitude à force. Je crois qu’au fond cela ne m’atteint plus vraiment.

Je ne ressentais ni tristesse, ni rancoeur. Tout ce que j’éprouvais c’était une sorte d’indifférence. Ce n’était nullement la première fois qu’une personne n’était en réalité pas ce que j’imaginais. Poséidon en avait été le parfait exemple. Mais contrairement à Poséidon, Mnémosyne n’avait jamais joué le rôle de la mère parfaite. A vrai dire, Mnémosyne n’avait jamais joué le rôle de la mère. Alors pour être franche, je me fichais qu’elle ne soit pas ce qu’on m’en avait décrit. Mais, je ne voulais pas qu’Apollon s’en veuille. Je le connaissais, cela finirait irrémédiablement de cette manière. Hors je ne lui en voulait pas. Ni à lui, ni même à Anatole. Peut-être était-elle une personne différente avec son frère et son fils, qu’avec sa fille. En tout cas, je n’éprouvais aucune rancoeur pour eux et c’était tout ce qui comptait.

Nous entrâmes finalement dans la boutique, tandis-que je jetais un regard aux bouquets, m’imprégnant simplement de l’ambiance chaleureuse et familière des lieux. Souvent je discutais avec la fleuriste, qui à force me connaissait. Même si je ne venais pas tous les jours, j’étais une habituée des lieux. Elle m’aidait souvent dans mes choix. Je prêtais toujours une attention particulière aux fleurs que j’apportais sur la tombe de mes chasseresses et à présent de mon fils. D’ordinaire, j’essayais de faire en sorte qu’il y ai les fleurs favorites de chacune. Mais Phobos, j’ignorais s’il avait un jour eu une fleur favorite. Et j’admettais trouver cela frustrant.

- Tu vois quelque chose d’intéressant ? Demandais-je à Pitch. L’on peu toujours demander conseil sinon. C’est ce qu’il m’arrive parfois de faire quand je viens ici.

J’appréciais la fleuriste de la boutique, elle n’était pas intrusive, ne tirait pas de conclusions et était toujours attentive aux demandes de ses clients. Et puis discuter avec elle était toujours agréable. Elle devait probablement la seule personne en dehors d’Apollon à qui j’avais avoué ne pas pouvoir jeter un bouquet de fleurs même s’il venait d’une personne que je n’appréciais pas. Je trouvais cela criminel. Et puis en plus de trouver cela criminel je pensais aussi au travail de la personne qui a confectionné le bouquet.

Code by Sleepy

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Christmas C'mon
Put the star on the tree, Let the record spin while dancing next to me. Keep me warm from the snow, Under the mistletoe, we'll watch the fire glow. Baby, Christmas c'mon.

Pitch K. Black


« Il a une serviette !
Replions-nous ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Jude Law

Ѽ Conte(s) : Les cinq légendes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Pitch Black

✓ Métier : Fossoyeur
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 91
✯ Les étoiles : 3400




Actuellement dans : « Il a une serviette !Replions-nous ! »


________________________________________ Ven 20 Avr 2018 - 19:26



Let's be alone together
Oui des fleurs pour Phobos était une bonne idée, sa tombe était bien la seul que je pourrais visiter même si il n'était pas vraiment là, les tombes où reposait ma femme et ma fille aînée Emily-Jane n'était plus accessible pour moi, elles avaient été détruite par mes soins quand j'était devenu Pitch Black, il ne me restait d'elles que de très vagues souvenirs, je ne me rappelais même plus de leur visages, du son de leur rires où même de la couleur de leur yeux, avec le temps les souvenirs s'effaçait et peut être que bien des siècles plus tard il en serait de même pour Phobos, je ne me souviendrais juste qu'il avait existé et qu'il m'avait haïs jusqu'à sa mort, c'était le seul moyen que j'aurais pour me souvenir de lui, il n'y avait aucune photos, aucun objets, juste un simple caveau à la Nouvelle Orléans et nos souvenirs commun à moi et Diane.

Je fut tirée de mes pensées, alors que je quittais le cimetière, par Diane qui me proposais d'utiliser son empathie pour m'apaiser, je fronçais légèrement les sourcils en réfléchissant à sa proposition avant d'hocher la tête positivement."Pourquoi pas."Après tout si ça me permettais d'aller vaguement mieux."Est-ce permanent ?" Peut être était-ce une question idiote, mais je préférais savoir si c'était une solution pour maintenant ou pour longtemps, histoire que je puisse voir si j'allais devoir trouver d'autre moyen pour aller mieux dans les jours qui allait suivre. Je m’apprêtais à poursuivre mes questions quand Diane changea subitement de sujet pour me parler de sa mère, je restais quelques peu interdit avant de jeter un coup d’œil dans sa direction en reprenant contenance, pas besoin d'un pouvoir d'empathie pour savoir que la déesse semblait déçus de cette rencontre, pourtant de ce que la déesse m'avait raconter, la rencontre entre la titanide et son fils s'était pourtant bien dérouler, qu'est-ce qui avait bien pu se passer dans cette mission pour que la rencontre mère-fille se passe si mal ? J'avais presque envie de poser la question mais d'un autre côté je ne souhaitais pas remuer le couteau dans la plaie.

"Et à quoi cette mission vous à servi ? A part bien sur à vous apprendre que les titans sont surfait "Questionnais-je d'un ton détaché tandis qu'on arrivait devant la petite boutique de fleurs que j'avais entraperçus lors de ma dernière visite, je n'y avais pas mis les pieds mais je reconnaissait la devanture. Mes sens furent envahis de différentes odeurs floral et je remerciais l'univers intérieurement de ne pas être allergique au pollen sinon les prochaines minutes aurait été un cauchemard. Je fit un geste de la tête pour saluer la fleuriste qui se trouvait derrière son comptoir avant de m'avancer en direction des nombreuse composition qui était éparpiller un peu partout, je réfléchissais à vive allure au type de fleurs qui serait plus approprié à placer sur une tombe, on ne pouvait tout bonnement pas mettre un simple bouquet de rose rouge et passer à autre choses, surtout que les roses rouge n'était vraiment pas approprié.

"Myosotis parfait pour signifier l'absence et la séparation, des roses blanches en signe de respect, du "souci" qui est souvent associé à la douleur et au chagrin , on peut mettre aussi des œillets et des chrysanthème."Ce savoir sur les fleurs m'avait été transmise durant la malédiction, bien qu'un fossoyeur ne se contente de simplement entretenir simplement le cimetière, mon moi durant la malédiction s'était amusé à apprendre la signification des fleurs qui se trouvait parmi tous les bouquets qui se trouvait sur les tombes, j'avais gardé ce savoir dans un coin de ma tête, ce n'était pas forcément très utile, mais au moins je ne ferais jamais l'erreur de mettre n'importe quoi sur la tombe de mon fils.

"Tous ces bouquets sont fait pour la Saint Valentin."Remarquais-je en jetant un coup d’œil circulaire à la pièce, alors c'était normal que rien n'attirais mon attention. "Je ne voit pas en quoi le faite de célébrer le destin tragique d'un prêtre qui fut condamnées à mort pour avoir célébrer des mariages soit romantique."Une vieille femme qui était elle aussi présente dans la boutique me foudroya du regard."Quel manque de romantisme, dire ça devant une si jolie femme, vous devriez avoir honte de vous même, jeune homme."J'agitais une main comme pour balayer ses paroles avant de m'avancer en direction du comptoir, libre au reste des gens de célébrer une fête au origine douteuse. La vieille femme continuait de rouspéter derrière moi, mais je n'y prêtait pas attention."Bonjour, nous somme à la recherche d'un bouquet à mettre sur une tombe avec..."

"Je vous ai entendu faire la liste plutôt des fleurs que vous souhaiteriez, cette une petite boutique alors j'entend assez bien."Je n'était pas vraiment pour le faite qu'on m'interrompe mais je laissais passer pour cette fois, comme ça je n'avais pas besoin de me répéter. "Je suis à court de Myosotis, mais le reste ne devrait pas être un problème, je reviens tout de suite."Sans ajouter un mots de plus, la jeune femme s'en alla dans l'arrière boutique pour s'occuper du bouquet tandis que je m'appuyais légèrement contre le comptoir, jetant un coup d’œil au reste de la boutique pour voir que la petite dame était finalement partie, moi qui pensait pouvoir débattre sur la Saint Valentin pour patienter, tant pis.



code by bat'phanie



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Escape to the stars
Escape to the stars Feeling so free Just you and me Escape to the stars Chasing a dream All that we need is to believe Escape to the stars.

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Let's Be Alone Together ➹Pitch





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les alentours :: ➹ Le cimetière