« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)

Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : où commander le coffret ...
Voir le deal
64.99 €

Partagez
 

 C.A.P. : Mission Ouistiti [Fe Les Aventuriers de l'extrême]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
3 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage


Nayati Lifebreath
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Nayati Lifebreath

| Avatar : Chris Hemsworth

C.A.P. : Mission Ouistiti [Fe Les Aventuriers de l'extrême] - Page 2 79rd

C.A.P. : Mission Ouistiti [Fe Les Aventuriers de l'extrême] - Page 2 1520510140-01

| Conte : Spirit l'étalon des plaines
| Dans le monde des contes, je suis : : Spirit

C.A.P. : Mission Ouistiti [Fe Les Aventuriers de l'extrême] - Page 2 1519335389-spirit-02

| Cadavres : 58



C.A.P. : Mission Ouistiti [Fe Les Aventuriers de l'extrême] - Page 2 _



________________________________________ Sam 17 Mar 2018 - 22:38






C.A.P Mission Ouistiti

" Dans la jungle tu attendras, un 5 ou un 8 te délivreras "



Je m'étais dirigé vers la porte et avait essayé de l'ouvrir avec l'espoir de pouvoir nous échapper. Honnêtement je n'y croyais pas réellement mais étant donné qu'on était dans un jeu, il fallait tout envisager. Mais bon comme prévue elle était fermée.

"Bon. T'es la depuis longtemps ?"
Autant faire la conversation vu qu'on avait rien d'autre a faire.

"Ouais. Très longtemps."


"Tu fais pas parti du jeu hein ?"


"En quelque sorte. Mon joueur est mort."


"Hein ? C'est a dire ?"


"J'vais pas te faire un dessin, il a perdu toute ses vies, et il a clamsé, point final !"


"Mais comment tu fais pour être la alors ?"


"J'en sais pas plus que toi."


"Désolé pour toi.."

Je ne parvenais pas à imaginer ce que ça pouvait être de perdre un joueur est-ce que le personnage que je jouais me regarder en ce moment ? Je n'étais pas un pro des jeux vidéos, mais il me semblait que lorsque le joueur était mort le personnage cessé d'exister lui aussi. Pourtant, lui il était là visiblement il était encore coincé dans le jeu. Une partie de moi se disait que ça voulait dire qu'il avait une vie eux aussi. Et je me demandais si notre présence ne les affecter pas plus que ce que nous pensions

Je ne pouvais pas le voir à cause de l'obscurité mais il ne dit plus rien, laissant un silence calme s'installer entre nous. Au bout d'un moment, je me mis à chercher quelque chose. À fouiller par terre dans l'espoir de trouver de quoi nous sortir de ce pétrin. Lui de l'autre côté commencer à faire les cent pas et se cogna à une table en jurant. Quant à moi, je finis par trouver des couverts. Couteau à bout rond, fourchette et cuillère. Ce n'était pas un grand arsenal mais ce serait déjà ça. Une fourchette plantée dans l' œil ou dans la jambe pourrait faire beaucoup de dégâts.

"J'ai toujours été seul ici, je n'ai pas pu déplacer les meubles, même si tu as la carrure d'une crevette, vient m'aider."


"j'avais oublier que j'étais une crevette... on pourrait peut etre faire un bélier ?"


Je me levais et rejoignez Pierrick pour l'aider à déplacer les meubles. Je ne savais pas réellement où il voulait en venir, mais j'étais prêt à tout pour m'échapper d'ici et même si je n'avais pas réellement de force, je me disais que nous pourrions peut-être envisager un bélier.

Malheureusement, à cause de la salle ce serait compliqué. Et aussi à cause du fait que je serai certainement incapable de porter la commode. Nous réussîmes tout de même à la faire glisser sur quelques mètres et brusquement en passant ma main derrière je sentis comme une plaque de bois le long du mur d'après 70 cm de haut et de large.

"Attends y a un truc la..."


Elle semblait bien accroché et fixée au mur mais lorsque je me mis à frapper dessus cela sonna creux. Malgré moi, j'espérais que ce serait un tunnel qui pourrait nous mener à la liberté. Je ne voyais pas le pourquoi du comment il serait là mais c'était le cas et j'allais en profiter. Rapidement je me tournai vers mon compagnon de cellule, étant moi-même incapable de faire bouger le panneau de bois.

"Tu peux défoncer ca ?"


Je sentis Pierrick s'agenouiller à côté de moi est passer sa main sur la plaque.

"J'peux essayer."


Il prit son élan et enfonça la planche brusquement mais au lieu du craquement auquel je m'attendais une explosion retentit et me poussa en arrière en me brûlant légèrement. Je pouvais même sentir l'odeur de mes sourcil cramé. Sous le choc, alors que la poussière tombée et qu'il faisait toujours vachement noir, je demandais :

"Oh putain ca va ? T'es toujours vivant ?"


"Ouais, rien de casser ?"


"Ca va... Allez viens on se tire."
Je réussi à m'approcher de Pierrick et à lui filer un couteau et une fourchette. Ce n'était pas le meilleur cadeau de l'année mais cela lui éviterait peut-être de mourir en chemin. "Tiens y avait rien de mieux désolé. Maintenant on fonce !"

Je me baissai et passais par le trou pour nous éloigner. Nous devions ramper, utilisant nos genoux et nos coude pour nous faire avancer dans ce boyeau. Au bout de quelques mètres, nous débouchâmes sur un petit couloir doté de 3 portes. L'une, en face de nous, et 2 autres sur la droite. C'était comme un mini bunker souterrain. Les portes, en bois semblaientêtre la depuis un moment et rapidement je tentais de me remémorer comment était le village. Si ils m'avaient enfermé dans la cave d'ou j'avais libéré l'homme, je pouvais facilement me repérer. La porte en face devait mener vers le centre du village, et les deux de droite vers l'extérieur. Ce sont donc elles que je choisis et je finis par pousser la porte du milieu.

"Donc ces types sont cannibales c'est ca ? Ils ont débarqués quand ?"
Autant relancer la conversation vu que nous étions seuls et dans le noir.

"Ils sont là depuis toujours.


"Vous etes en "guerre" avec eux c'est ca ?"


"Je suis seul. Je cherche juste à partir, loin d'eux. Les combattre ne serait pas utile."


La porte s'ouvrit sur une petite pièce. À l'intérieur, une table et plusieurs plan de travail s'est trouvé sur lesquelles on pouvait voir énormément de machine fait pour faire des tests, éprouvette, d'objets que je qualifierais inutile mais que d'autres utilisé certainement pour faire des trucs de scientifiques. Bref le genre de truc avec lesquelles je n'étais absolument pas à l'aise et pour lesquelles je ne souhaitais pas être initié. Rapidement je m'en approchais et commencais à observer le tout pour essayer de comprendre quelque chose. Visiblement il s'agissait de test sur le physique des gens. Il y avait plusieurs plans de travail et chacun avait ses propres compétences. L'agilité, la force, l'endurance, la dextérité, l'équilibre, l'intelligence et la stratégie. Sur chaque plan de travaille tronait une éprouvette, celles-ci étant plus ou moins rempli avec des liquides de différentes couleurs sans la moindre explication autour. À chaque droite des presentoir à eprouvette et à gauche, il y avait le signe plus qui était inscrit. Autant dire que je n'y comprenais strictement rien

"Pourquoi ? Perso je penses que ca serait pas mal utile non ?


"Et pour quoi ? A quoi ca me servirait ?"


"A être libre ? Ca vaut pas le coup d'aprés toi ?"
Pour moi cet argument était le meilleur qui soit.

"La liberté ne dépend que de mon évasion, la jungle est grande, et seul contre tous, je ne suis pas kamicase. Je veux juste me tirer d'ici."


"Et tu vas aller ou après ? Tu vas continuer a vivre en ayant peur qu'ils te tombent dessus ? Ils le feront tot ou tard."


S'il pensait pouvoir échapper à des cannibales dans une jungle, il se mettait de le doigt dans l' œil. Est-ce que c'était vivre que de vivre caché, dans la peur constante de se faire repérer ? Je préférais affronter les problèmes et mourir au combat s'il le fallait mais au moins en défendant une cause que je pensais juste. Et puis je trouvais cela particulièrement égoïste de sa part si l'on prenait en compte les autres victimes que ces hommes pouvaient faire. D'un autre côté, il avait peut-être eu sa dose d'horreur et je pouvais comprendre cela.

"Je vais partir d'ici. Et vivre ma vie."

Je haussai les épaules le visage fermé. C'était son choix, je n'avais rien à dire. Si il avait été captif de ces malades pendant un moment, ce n'était pas étonnant qu'il veuille s'éloigner à présent. Je me mis à ouvrir les tiroirs et la petite armoire qu'il y avait contre le mur. Je devais absolument comprendre à quoi servait ces fioles, elle n'était pas planqué ici par hasard non ? Je finis par trouver une seringue et rester plantée devant elle pendant quelques secondes avant de l'attraper. À la base, j'aurais voulu embarquer toutes ces fioles pour les ramener à mes charmants compatriotes mais il n'y avait aucun bouchon et je ne me voyais pas pouvoir m'enfuir facilement en les prenant une par une précautionneusement. De plus, je n'avais aucune idée de l'effet que cela pouvait avoir. Après tout, la planche de bois avait bien exploser quand on avait voulu l'enfoncer non ? Et j'avais beau essayer de comprendre, ma nouvelle super intelligent semblait trouver le sujet indigne de son intérêt. Du coup, je préférais revenir à de bonnes vieilles méthodes, celle que je maîtrisais le mieux, à savoir : agir.

Je m'approchai de l'une des tables et enfoncer la seringue dans le liquide force pour la remplir. Puis en expirant pour me calmer je tendis le bras devant moi et m'enfoncer l'aiguille sous la peau. Quelques secondes après je m'injectais le produit dans les veines. Je sentis mes veines gonflées et une douleur insoutenable traversa mon corps de part en part. Mon cœur s'est mis à battre à une vitesse folle au point où il était douloureux de le sentir et mes yeux se révulsent air juste avant que je perde connaissance l'espace d'un instant. Je rouvris les yeux quelques secondes plus tard épuisée comme si je venais de courir pendant 3 jours. J'avais l'impression que mes muscles n'avait plus la moindre énergie et chaque geste était difficile. Le simple fait de penser était peut-être même trop fatiguant pour moi. Mon charmant camarade se rapprocha de moi l'air mécontent."

"Mais qu'est-ce que t'as foutu ?!"


"Chais pas... t'as dis que ton joueur avait eut trois vies donc j'ai supposé que moi aussi. Et j'ai voulu tester ce truc, au pire je meurs, au mieux je comprends..."
avec une main je tentais de soulever la table. Mon état de fatigue ne me permettait pas de faire réélement d'éffort mais elle bougea tout de meme , chose dont j'aurais été incapable auparavant.

"Ok, t'es donc suicidaire ? Génial. J'ai un mec qui arrive après des années à attendre, et c'est un suicidaire, parfait."
Il se releva pour sortir de la salle. "Tu m'en voudras pas, je m'éloigne de cette salle, j'voudrais pas que tu ais envie de me faire la même chose."

Je patientais quelques secondes le temps de me remettre puis me levais pour rejoindre Pierrick.

"Et si tu me disais exactement ce qui t'es arrivé ici ?"


"Je me suis fais enlever et jeter dans cette cave. J'ai vu plusieurs repas, mais ils ne se sont jamais occupés de moi."


Je pousais la premiere porte a droite.

"Ouais mais avant ca il y a eut quoi ? et puis c'est quand meme marrant qu'ils ne se soient jamais préocupé de toi non ?"


"Ils avaient des apats plus gros jusqu'à aujourd'hui."


Je dû retenir un cri de joie en voyant ce qui nous attendait de l'autre côté de la porte. Des armes. Des armes à profusion. Du gentil lance-pierre au bazooka. Du couteau à la lance. Tous étaient soigneusement exposés, ranger et triées comme si il s'agissait d'une collection privée ou d'un musée. Il n'y avait peut-être pas les armes dernier cri mais tous les classiques j'avais même repéré au loin un mousquet et une carabine. La personne qui tenait cet endroit devait être féru de chasse. Ou un psychopathe. Je n'avais aucune idée de si c'était un bon ou un mauvais plan pour moi, mais à vrai dire je m'en fichier. J'avais enfin quelque chose que je connaissais. Cela me permettait de retrouver ce sentiment de sécurité que je connaissais si bien.

"Ah ! Enfin un truc que je connais !Et donc ils chassaient quoi ? Je veux dire si vous etes des apas... y a un truc au bout non ? Tu sais t'as le droit de pas parler par énigmes, c'est pas obligatoire et ca fait sacrément perdre du temps."


"Je pensais qu'avec ton apparance, t'en aurais au moins dans le ciboulot, je suis déçu. Je suis pas l'un d'entre eux, je ne sais pas ce qu'ils veulent, certainement manger les animaux les moins... Dangereux de cette forêt."

Je comprenais plus rien. Ils étaiet canibales ou pas au final ? ou alors il disait que les humains étaient moins dangereux que les animaux ? Ou que les humains étaient des animaux ?

De son côté, Pierrick se dirigea vers les armes et pris des de lancer, deux pistolets à sa ceinture et une dague dans sa veste. Quant à moi, je n'étais pas vraiment porté couteau et préféré prendre une mitraillette, de pistolet des grenades et j'étais en train de glisser un couteau de chasse dans ma botte lorsque j'entendis une voix particulièrement douce à mes oreilles. À mi-chemin entre le chuchotement et le cri, elle semblait me chercher.

"Nayati ? Nayati ?! JE te jure que si tu continues de jouer au roi du silence, je te dégomme la tête dès que je te retrouve !"


"On dirait que t'as des amis qui tiennent à toi.."


Je me retournais vers l'origine du bruit avec un sourire à la fois amusé et moqueur. Vaiana devait se trouver de l'autre côté de la porte de la cave. Je la rejoigne et rapidement en faisant signe à Pierrick de me suivre.

"C'est pas vraiment mes amis."

Puis, ayant enfin rejoint la porte je fini par dire :

"Eh bah poulette tu pouvais pas te passer de moi c'est ca ?"


"Non, j'ai toujours eu pitié pour les boulets qui se lançaient dans la gueule du loup."


"Ah ha. Regarde du coté du pot de fleure, y a surement la clef dessous"
Si ils étaient aussi malin que ce que je pensais...

La jeune femme dégagea le pot de fleur en ayant un soupir... Exaspéré et amusé

"Ils ont vraiment utilisé un pot de fleur en cachette ?"


"Ouais, et ils ont vraiment laissé tout ca a portée de main"
repris je en désignant les armes..

"Pratique...Dépêchez vous, elle ne va pas tenir long... Qu'est-ce que c'est que ça ?!"


"Viens y en a pour tout le monde. Une fois que tu es armée on se tire... Oh Pierrick, Vaiana, Vaiana, voici Pierrick."


Et soudain il y eut un cri. Un trés long cri. Et un gros BOUM suivit d'éclats de voix.

"Il faut s'en aller, bougez vous !"


Je jetais un regard derriere moi en envisageant la possibilité d'aller reboucher l'entrée de notre grotte mais la main de Vaiana attrapa mon bras et m'entraina dans une course folle vers la jungle.


☾ anesidora

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
I can't resist to the call of the wind



Vaiana De Motunui*
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Vaiana De Motunui*

| Avatar : Shay Mitchell :tombe:

C.A.P. : Mission Ouistiti [Fe Les Aventuriers de l'extrême] - Page 2 Upx7

Me regarde pas comme ça, un peu de sport ne te ferais pas de mal. Ca te réussis pas franchement de fricoter avec une pâtissière, enfin... Je dis ça, je dis rien...

C.A.P. : Mission Ouistiti [Fe Les Aventuriers de l'extrême] - Page 2 14zl

Don't let little stupid things break your happiness


| Conte : Vaiana, la légende du bout du monde
| Dans le monde des contes, je suis : : Vaiana

| Cadavres : 375



C.A.P. : Mission Ouistiti [Fe Les Aventuriers de l'extrême] - Page 2 _



________________________________________ Lun 19 Mar 2018 - 9:05

[quote="Vaiana De Motunui"]



C.A.P. : Mission Oustiti


e m’étais élancée dans le tunnel, gardant les instructions de notre pseudo sauveteur en tête. La blonde avançait à une bonne allure, ce qui ne m’avait pas échappé. C’était plutôt étonnant. Cependant, lorsque j’avais tourné la tête vers elle, j’avais vu son air encore rageur, et j’avais préféré m’abstenir de tout commentaire. Il allait par contre falloir la calmer, si je voulais réaliser le plan que j’avais en tête. Qu’est-ce que je pourrais lui dire... Surtout, éviter le sujet garçon, sinon, elle allait exploser.

- Tu as réparé ton talon aiguille ?

Lançais-je innocemment. Ca devrait lui faire plaisir de parler de ça, non ? Elle semblait les adorer, au point de ne pas les quitter, même dans la jungle. Et puis, c’était peut être cliché, mais habillé comme elle était, et au vu de son caractère, j’avais l’impression qu’il s’agissait d’un de ses principaux sujet de conversation. Et je semblais avoir tapé dans le mille. Bingo ! Elle détendit ses épaules, en lâchant avec une lueur fière dans le regard.

- Oui, chez l’autre. Il avait du sparadrap, et ça a magiquement réparé mon talon. Regarde comme il est beau !

Du. Sparadrap. Magique. Je pris sur moi pour ne pas exploser et lui hurler dessus. J’avais besoin d’elle, j’avais besoin d’elle. Elle avait utilisé l’un de nos moyens de guérison pour ses talons débiles. Inspire. Expire. J’étirais un sourire peut être un tantinet crispé.

- Ah, génial, contente pour toi.

Deuxième prise à gauche, nous arrivions bientôt. Il y eu un silence, où elle me regarda simplement marché, l’air indécis. Je fis mine de ne rien voir, bien que son regard ne soit que trop insistant à mon goût. Je finis par lui lancer un coup d’œil, juste au moment où elle se jetait dans mes bras.

- Je savais que tu étais quelqu’un d’extrêmement bien !! On va trop bien s’entendre, tu vas être ma meilleure amie de cette aventure !

Lâcha-t-elle en se pendant à mon cou. Je serrais les dents. Fort. Très fort. Je la relevais, en me remettant à marcher, me préparant à tourner à droite. Sauver Nayati, l’envoyer bouler, et m’éloigner de cette... Femme étrange.

- Oui, oui.. D’ailleurs, les meilleures amies se rendent des services, non ?

J’accélérais le pas, pour ne pas lui permettre une nouvelle étreinte. Il fallait qu’elle réponde positivement, sinon, je risquais de perdre ma patience. Et si la manière douce ne marchait pas, je ne voyais pas d’autre que la forte. Mais, par mon plus grand bonheur, la blonde s’extasia de nouveau.

- Oh oui ! Tu peux me demander tout ce que tu veux !

Dernière ligne droite, nous étions bientôt arrivées. Le moment de faire le point sur notre plan. Enfin le mien, je ne lui laissais pas une telle responsabilité, j’aurais peur d’y passer. Je fis donc un sprint, qu’elle réussit à suivre, presque à la même allure pour parvenir jusqu’à une sorte de... Echelle en bois.

- Très bien, comme tu es absolument magnifique, il faudrait que tu distraies les hommes du village. Je suppose que tu sais y faire à merveille pour attirer le regard. Joue de tes hanches, de tes cheveux, de ta poitrine... Bref, je te laisse gérer, j’ai unetotale confiance en toi. En attendant, je vais chercher Nayati, et ensuite, je te ferais signe pour qu’on batte en retraite.

La blonde hésita un instant. Elle était pourtant très flattée par les propos que j’avais tenue puisqu’elle avait jouer de ses cheveux en me regardant d’un air fier. C’est pas le moment de réfléchir, sinon, on en a pour une éternité. Elle finit par acquiescer. Alléluia.

- D’accord, mais c’est moi qui choisi le signe ! Tu fais un cœur avec tes mains, pour résumer notre merveilleuse amitié !

J’ai. Envie. De. Me. Pendre. C’est pas possible d’être aussi niaise, si ? Ou alors elle se fichait de ma tête depuis le début. Ce qui aurait été très réussis puisque j’aurais plongé les deux pieds dedans.

- D’accord.

- Promis ? Promesse de petit doigt !

- Promesse de petit doigt...

Elle me tendit son petit doigt, et je fis de même. Ils s’entrelacèrent dans un geste qui me donnait une furieuse envie de hurler. Une fois ce geste... Puéril terminé, elle me tomba dans les bras. Ma patience va bientôt être atteinte. Très bientôt. Je la redressais en lui faisant signe de se taire en positionnant mon index contre ma bouche. Elle hocha vigoureusement la tête. Je commençais à grimper à l’échelle de bois, dégageant les feuillages et les branches qui nous séparaient encore de la sortie.

Une fois la tête dehors, je fis signe à la blonde de monter elle aussi. Nous étions à deux pas du village, j’entendais déjà les éclats de voie. Ils célébraient.. Une nouvelle prise ? Je grinçais des dents en me demandant s’il ne parlait pas de Nayati. Silencieusement, nous nous approchâmes du village, la place centrale était bondée. JE fis signe à la blonde d’y aller. Elle attacha ses cheveux, remonta son tee shirt... Remis sa poitrine en place et s’en alla dans un déhancher à faire tourner les têtes.

Sans prendre le temps de la regarder à l’œuvre, je longeais les maisons en appelant dans un chuchotement agacé et presque.. Crier.

- Nayati ?! Nayati t’es où bon sang !

Et ceux, sans cesse. S’il devait m’entendre, il m’entendrait. Mais si les maisons étaient habitées, je me ferais certainement repérée. Heureusement, quelques minutes après mon départ, j’avais entendu la voix du jeune homme.

Le temps de les libérer... Ce qui fut bien plus facile que je ne l’aurais cru, j’avais écarquillé les yeux en découvrant un autre homme, ainsi qu’un lot impressionnant d’arme à feu. Mon cœur s’était emballé à cette vision. J’avais peur ?

- J’le sens mal vos armes à feu...

Avais-je simplement lancé, sans grande conviction. Au fond de moi, je me disais qu’elles pourraient toujours servir, surtout en cas d’urgence mais... Je flippais, il fallait le dire, en les voyant. Un mini tremblement de terre, comme si un bout de ciel était tombé me fit relever les yeux. Je me décalais pour voir discrètement ce qu’il se passait.

...

Michel-Angelo. Tombé en PLEIN milieu de la place centrale où la blonde jouait de ses charmes. Cette dernière eu un élan de colère mais le temps de la siffler, ce qui attira son attention je lui fis... Un signe en cœur auquel elle répondit de la même manière... Avant de foncer vers nous.

- Dans la forêt, vite ! On verra ce qu’on fait de ce.. Boulet !

Je fonçais vers l’endroit par lequel nous étions arrivé. Je dégageais les branchages que j’avais replacés précédemment. Je laissais passer les autres en premier, avant de descendre à mon tour, replaçant les branchages et feuilles. Je gardais néanmoins un petit champ de vision, pour agir si je voyais le pizzaïolo passer.

- J’espère qu’il aura la présence d’esprit de nous suivre.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Through the fire I'll keep burning on
When it all goes wrong, I'll take my time, I'll keep on holding on. Will I hold myself together ?
 




Michel-Ange Turtles*
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Michel-Ange Turtles*

| Avatar : Andrew Garfield

C.A.P. : Mission Ouistiti [Fe Les Aventuriers de l'extrême] - Page 2 0c1eb12ddb467f15288f3b74544763f698d8a5cd

Fallen.

C.A.P. : Mission Ouistiti [Fe Les Aventuriers de l'extrême] - Page 2 Tumblr_nbsw6bXhiu1smcqr3o7_250


| Conte : Teenage Mutant Ninja Turtles
| Dans le monde des contes, je suis : : Michel-Angelo - La Tortue Orange

C.A.P. : Mission Ouistiti [Fe Les Aventuriers de l'extrême] - Page 2 Police10

| Cadavres : 1152



C.A.P. : Mission Ouistiti [Fe Les Aventuriers de l'extrême] - Page 2 _



________________________________________ Lun 19 Mar 2018 - 21:24

"Au fond si on y réfléchit bien, le responsable, c'est le poulet non? C.A.P. : Mission Ouistiti [Fe Les Aventuriers de l'extrême] - Page 2 332879724"






Le talon percuta son visage, et la dernière chose qu’il aperçut, fut le visage de coléreux de la blonde en furie. Après, ce fut le néant. L’obscurité totale. Le décor disparut, et ce fut les ténèbres…
Puis, comme un écho de fumée en noir et blanc, un décor apparut. Plutôt ancien. Très ancien même. Il était dans les égouts de New York. Dans un dojo circulaire, avec le symbole de l’école de la Tortue au milieu et sur les murs. Les éclairages faibles, laissaient entrevoir deux silhouettes. Celle d’un rat recourbée, et celle d’une petite tortue, à genou. Il semblait baisser la tête. Le rat quand à lui, boitait autour de lui.

« Tu aurais pu nous faire découvrir, Michel-Ange... »


Tapant de sa canne sur le sol du dojo, il se mit à tourner autour de la Tortue.

« Imagine que nous ayons été repéré. Y-as tu pensé un seul instant ? Toi, tes frères, et moi, que serions nous devenu ? »


La jeune tortue ne répondait pas. Elle semblait baisser la tête.

« Lève toi, et relève la tête. »


S’exécutant, toute tremblante, Michel-Ange se releva. Maître Splinter lui remit son bandeau orange sur les yeux. Des larmes perlèrent dans les yeux de la tortue.

« Ne le perds plus jamais. C’est le symbole de ta réussite. Tu es un Maître Ninja accomplit. Ta joie de vivre, ton altruisme, c’est ta force et ta faiblesse. Un jour, tu feras une grave erreur en voulant sauver les autres. Si je n’étais pas intervenu contre Schreider, tu serais mort. »


Puis contre toute attente, il se mit à l’embrasser sur le front.

« Le Maître est déçu, mais le Père est fier. Va. »


Le décor se déchira en une multitude de nuage de fumée. Ouvrant les yeux, Michel-Ange se rendit compte qu’il tombait du ciel. Il avait donc eu droit à l’enfer ? Tombant sur le sol lourdement, il mit un long moment à se relever. Observant les trois corps qui avaient amorti sa chute, il se rendit compte qu’il venait de réintégrer le jeu, au milieu d’une foule de villageois-connard en colère.

« Ca va piquer. »


Frappant dans une multitude de coups fluides et parfaits, il envoya valdinguer un grand nombre de personne. Tournoyant comme dans une danse, il ferma les yeux, et se laissa porter par le combat et les techniques qu’il maîtrisait parfaitement. Sentant un bras ployer sous ses coups, puis un bras, puis une cage thoracique, il fut finalement acculé contre un villageois. Puis un autre. Et encore un autre. Ils étaient trop nombreux et ils commençaient à utiliser la même technique que les abeilles pour tuer. L’étouffement par la masse de la ruche ! Frappant au sol, il tourna sur lui même pour balayer ceux autour de lui pour gagner de l’espace. Puis prenant la brèche, il se mit à courir à toute vitesse, ayant vu un éclat doré familier. Elle allait le payer.
Une main s’agrippa à sa jambe. Le rascasse, il s’accrochait ! Lui frappant le visage, il le détacha de son corps. Mais un autre lui sauta sur le dos. L’attrapant par les vêtements, il l’envoya valdinguer sur un groupe de trois personnes. Ils étaient cons au point de n’avoir pas compris ? Tournant les bras, il fracassa la tête du premier venu au niveau de la carotide dans un craquement sec. Toujours en courant, il regarda devant lui… La blonde avait disparu…
Semant les autres, il décida de prendre tout droit, et d’accélérer le rythme. Son corps était redevenu super efficace et il ne mit pas longtemps à la semer.
Soudain, une main s’enroula autour de son mollet par surprise, et l’enfonça dans un trou couvert de branchage. Tombant le long de l’échelle, sa tête se cogna au dernier barreau. 

"Franchement, tu pouvais pas atterir à un AUTRE MOMENT ?!"


Trop tard. La saisissant par la gorge à la vitesse de l’éclair, il se rendit compte au dernier moment de qui il avait sous la main. La lâchant immédiatement, Michel-Ange déclara d’un ton confus :

« Désolé ! Je t’avais pas reconnu ! »


La colère dans les yeux de Vaiana fit baisser immédiatement les siens.

"Bon, on a pas le temps de trainer ici, on discutera à l'abris."


Elle amorça un mouvement pour sortir. Michel-Ange la suivit avec l’obéissance d’un enfant bien éduqué. Comme une ombre… L’ombre blanche…

« Oui madame ! »


Suivant sans un mot, il se tourna vers Nayati. Décidément, il avait du mal avec sa nouvelle forme. Reprenant un peu de forces mentales, il lui mit un petit coup de point sur l’épaule en déclarant :

« Sacré gaillard! j'ai cru t'perdre pour toujours! »


Haussant les sourcils surpris ce dernier répondit :

« Il en faut plus pour me tuer penses tu. Et toi t'as survécu avec les nanas ? »


Rougissant tout en avançant, il heurta Vaiana de plein fouet, lui touchant les fesses par accident. Se décomposant, il se mit à murmurer en tremblottant.

« Pas vraiment... »


« T'as quel age en fait gamin ? »


« Vingt ans ! Mais j’suis pas puceau, rassure toi ! »


Ricanant, il répondit : "Ca a été si traumatisant pour que tu réagisse comme ca ?"

"Pas du tout, pas du tout... Au fait, je m'appelle Michel-Ange, je suis une Tortue Ninja, dans le monde des contes...."


"Une quoi ? C'est quoi ce truc ?"


"Ah ben on va partir de zéro tous les deux ! c'est cool !"Sent on:9:00 pm" on est pote à partir de maintenant. "



« Mh si tu veux. alors la premiere chose que je vais te demander de faire en tant que pote c'est de ne plus JAMAIS toucher a une playsation qui marche comme par magie pigé gamin ? »


Il lui tendit, la main, serein, et Michel-Ange lui écrasa.

« Enchanté ! »
dit il joyeusement.

Suivant le mouvement, ils finirent par arriver dans la tanière, un lieu obscur et qui sentait pas bon. Encore moins bon que les égoûts de New-York c’était peu dire. S’arrêtant devant l’homme, notre chef de groupe improvisée nous murmura :

« Je suppose que pour avoir le maximum d'informations, on va devoir se référer à lui.. »


Elle s’approcha de l’homme, fière comme Artaban, et déclara d’un ton simple et direct :

« Dites nous tout ce que vous savez »


L’homme, visiblement pas surpris de nous voir nous répondit avec un sourire joyeux :

« Ah ! Content de voir que vous êtes revenu ! Content de voir que vous vous êtes remis. »

Puis il regarda l’assemblée et continua pour tout le monde.

« Très bien, comme je vous l'ai expliqué précédemment, vous pouvez consulter votre fiche personnage, vous pincez votre téton gauche. Ensuite, vous avez trois essais avant le game over final. Vos décompte de vies sont symbolisé par un chiffre derrière votre nuque. N'arrivez pas à zéro, ou vous échouerez ! Pour consulter la carte, tirer la langue et levé un pied en passant votre bras opposé sous votre genou afin que vos doigts réussissent ensuite à toucher votre nez. Pour votre inventaire, tout est dans votre sac. Et... Vous n'avez plus qu'à partir sauver notre Messy ! Il est indiqué sur la carte, il vous reste deux épreuves si tout se passe bien ! Bon courage, héros ! L'avenir de Jumanji dépend de vous »

Le regardant fierement, il bomba le torse, prêt à accomplir sa mission. Exécutant parfaitement le pinçage de téton, il observa ses caractéristiques personnages...

Numéro Tres :

Le super :
Vie : Incroyable.
Endurance : Incroyable.
Points forts : Combat à distance. Combat au corps à corps – Maniement des armes en tout genre – Endurance et santé décuplé – Musculature saillante.
Points faibles : Les belles femmes – Discrétion – Souplesse.
Caractéristique : Attire énormément l’attention sur lui, du fait de sa taille et de ses muscles. Est aussi plus lourd que la normal…

« Ah c’est pour ça que je frappai moins vite tout à l’heure ! Oh Nayati t’as pas de bol par contre ! »

dit il en regardant par dessus son épaule d’un air amusé.

Soudain, un bruit inquiétant sourd et bruyant comme des milliers de fourmis se fit entendre dans la pièce, ça venait visiblement du couloir.

« Vite ! Vous devez partir, les taupes vont attaquer, elle ne laisseront rien sur le passage, fuyez ! »




♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Petite Tortue
“ « La vie est trop courte pour une seule part de pizza. »
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80696-tortue_amazonienne


Vaiana De Motunui*
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Vaiana De Motunui*

| Avatar : Shay Mitchell :tombe:

C.A.P. : Mission Ouistiti [Fe Les Aventuriers de l'extrême] - Page 2 Upx7

Me regarde pas comme ça, un peu de sport ne te ferais pas de mal. Ca te réussis pas franchement de fricoter avec une pâtissière, enfin... Je dis ça, je dis rien...

C.A.P. : Mission Ouistiti [Fe Les Aventuriers de l'extrême] - Page 2 14zl

Don't let little stupid things break your happiness


| Conte : Vaiana, la légende du bout du monde
| Dans le monde des contes, je suis : : Vaiana

| Cadavres : 375



C.A.P. : Mission Ouistiti [Fe Les Aventuriers de l'extrême] - Page 2 _



________________________________________ Jeu 22 Mar 2018 - 15:50




C.A.P. : Mission Oustiti


J’avais refusé de me rabaisser à une action pareille. Franchement, ce pincer les tétons pour ouvrir une page personnage, ils se foutaient de moi ? Pourtant, la blonde s’exécuta avec fierté, déclenchant le... Mécanisme. Sa fiche personnage. Puis celle de Michel-Ange. Les caractéristiques avaient l’air intéressante. Je les regarderais peut être une fois au calme. Mais pour le moment, hors de question de le faire devant tout le monde. Et puis quoi encore.

Puis, vint l’intervention de l’homme, une nouvelle fois. Les taupes. Les taupes arrivaient. Des taupes ? Franchement il avait peur de taupes ? Mais quand le sol se mit à trembler, je devins tout de suite moins railleuse et envoyait un regard aux autres.

- Ok.. Ils doivent avoir des taupes mutantes ici.

Sans me faire prier, je suivais le reste du groupe à l’extérieur. Je les laissais passer devant, intrigué par ces bruits, tout de même presque exagéré. Et puis, une dernière question me brûlait les lèvres. Je me retournais, juste avant de sortir.

- Vers où devons-nous allez ?!

L’homme s’arrêta un instant, fixa le vide, puis releva les yeux vers moi.

- Vite ! Vous devez partir, les taupes vont attaquer, elle ne laisseront rien sur le passage, fuyez !

Mais qu’est-ce qu’ils m’énervent avec leur répliques à la con ceux-là... Le temps pressait trop pour que je lui en fasse part. A la place, je me ruais dehors à la suite du groupe, pour ne pas les perdre de vue. Je pris une seconde pour reboucher rapidement le trou de sortie avec quelques branchages et larges feuilles tombées, puis je suivis les autres.

- Une idée d’où aller ?!

A ma question, la blonde se retourna vers moi pour me répondre, mais elle percuta un mur invisible devant elle, la faisant tomber à la renverse en hurlant. Du sang sortait de son nez, et ce dernier semblait bien amoché. J’haussais un sourcil perplexe en voyant la scène.

- MON NEEEEZ !! MON MAGNIFIQUE MAGNIFIQUE VISAAAAGE !!!

Très bien, j’avais presque eu de la peine pour elle, mais finalement, elle pouvait bien avoir un nez cassé, ce ne serait pas si grave que ça. Je m’approchais d’elle alors qu’elle continuait à geindre en tenant son nez. Elle refusait qu’on la regarde, pour ne pas s’arrêter sur une apparence aussi horrible, et blablabla.. Pas de soucis pour l’ignorer. Je posais lentement ma main sur la paroi invisible en haussant un sourcil. Faire demi tour nous ramènerait à la caverne. Mais... Je longeais le mur du doigt, qui nous conduisait à une direction plus à l’est.

Tout danger semblait être écarté, du moins, pour les secondes à venir, c’est pour cela que je me tournais vers l’homme qu’avait ramené Nayati. Je n’avais pas spécifiquement confiance. Il venait du jeu ? Et ce PNJ ? nous suivait.

- Tu es qui toi ? Tu fais partie du jeu ?

L’homme haussa un sourcil en me regardant de haut en bas. C’est vrai que j’avais encore cette apparence de blonde peste. Si je tenais celui qui avait fait les designs stupides de ce jeu, je lui expliquerais ma façon de penser.

- Pierrick. Et j’fais pas partie du jeu. Mon joueur est mort. J’essaye juste de m’éloigner le plus loin possible de toute cette merde pour vivre tranquille.

Très bien. Il semblait bien s’entendre avec Nayati, je comprenais maintenant pourquoi. Il était clairement aussi aimable que lui. Pour l’instant sa réponse ne me suffisait pas. Largement pas. Comment on pouvait avoir confiance en lui.

- Et qui nous dit que tu n’es pas contre nous ?

L’homme me regarda comme s’il me manquait une case. Lui, il était un peu trop confiant. Mais il avait aussi du répondant. J’étais partagé entre ne pas l’apprécier, du tout et lui laisser une nouvelle chance.

- Le fait que j’étais prisonnier de vos ennemis ? Le fait que j’aurais pu tuer Nayati à tout moment ? Ou que, par surprise, je puisse vous tuer tous avec des armes à feu ? Ou.. quoi encore.. Boarf, le fait que j’aurais très bien pu vous faire repérer et prendre par les villageois ? C’est pas assez ? J’peux continuer si tu veux.

Non, là pour le moment, il m’énervait. C’était vrai après tout qu’il avait été de notre côté. Et comme je détestais avoir tort, j’émis simplement un léger grognement en me tournant dos à lui pour suivre le chemin.

- Ouais c’est bon.

Est-ce.. Est-ce que c’était les armes à feu qu’il avait, avec Nayati, qui me faisait penser qu’il était... Agressif ou mauvais ? Je commençais à me poser la question. J’avais tout de suite vu ces armes du mauvais œil, alors qu’en temps normal.. J’aurais du être contente ? Mais tout ce qui touchait à cela m’effrayait. Symbolisait un panneau de danger géant.

Alors que nous continuons à marcher, sans vraiment faire attention à ce qu’il se passait tant qu’un bruit ne venait pas perturber la tranquillité de la jungle, je ne pouvais m’empêcher de rassembler quelques plantes qui me paraissaient soudain IN-DIS-PEN-SA-BLE. Ma partie Vaiana n’y comprenait rien, mais faisait bizarrement confiance à la partie personnage de jeu vidéo qui semblait s’y connaître. Une fois ma petite bourse et mes poches complètement pleine, je relevais la tête pour en faire part à mes coéquiper quand..

- OH PUT...

Le sol s’était littéralement ouvert sous mes pieds. M’entraînant dans un vide certain. La chute fut moins longue que je ne l’aurais pensé, et la réception moins douloureuse puisque je tombais sur un tapi d’entrainement. Un tapi d’entrain...

- Relève toi, mauviette, et viens prier pour ta dernière heure.

Une caricature du gangster, en marcel, avec des tatouages et de grosses armes à feu me faisait face. Là n’était pas le plus étonnant. Le plus étonnant était que j’étais simplement... Entourée.. De Dizaines.. Centaines.. D’arme à feu. Cette vision me paralysa. Laissant l’homme m’attaquer le premier.

- J’vais pouvoir enfin faire joujou..

L’homme arma son pistolet pour me donner un coup de crosse en plein sur le visage, me faisant craquer le nez. Ce dernier se mit à saigner abondamment, alors que je reculais, à moitié sonnée.

Vaiana : 80%
Ennemi : 100%


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Through the fire I'll keep burning on
When it all goes wrong, I'll take my time, I'll keep on holding on. Will I hold myself together ?
 




Nayati Lifebreath
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Nayati Lifebreath

| Avatar : Chris Hemsworth

C.A.P. : Mission Ouistiti [Fe Les Aventuriers de l'extrême] - Page 2 79rd

C.A.P. : Mission Ouistiti [Fe Les Aventuriers de l'extrême] - Page 2 1520510140-01

| Conte : Spirit l'étalon des plaines
| Dans le monde des contes, je suis : : Spirit

C.A.P. : Mission Ouistiti [Fe Les Aventuriers de l'extrême] - Page 2 1519335389-spirit-02

| Cadavres : 58



C.A.P. : Mission Ouistiti [Fe Les Aventuriers de l'extrême] - Page 2 _



________________________________________ Sam 24 Mar 2018 - 1:50






C.A.P Mission Ouistiti

" Dans la jungle tu attendras, un 5 ou un 8 te délivreras "



Je m'étais mis en queue de peloton au cas ou quelque chose nous ataquerai par derrière. Les gens ne le savais pas, mais dans une meute, les alphas était toujours à l'arrière au cas où on attaque les retardataires, alors que les anciens et les sages étaient devant pour guider le troupeau. Lorsque je vis que tout le monde passait à côté de la blonde qui pleurait sans lui accorder un regard, je poussais un soupir et m'arrêtais à son niveau pour lui tendre un bout de mon t-shirt que j'avais déchiré afin qu'elle essuie son nez.

« Ça va aller ? »


« MON NEZ EST CASSE ! JE SUIS DEFIGUREE !! »
se mit-elle à brailler en me tombant dans les bras.

Retenant un soupir exaspéré, je la repoussais doucement par les épaules et la fit asseoir sur une branche haute pour me pencher vers elle.

« Attends, je vais regarder ça. »


J'avais l'impression d'avoir affaire à une gamine, un peu comme si j'avais en face de moi ma petite sœur qui pleurait tout le temps quand elle faisait mal, ou Mary qui venait de chuter sur le sol. J'avais du mal à rester de marbre devant une femme qui pleurait, c'était plus fort que moi j'avais toujours envie de les consoler. Et puis cette gamine était attendrissante je trouvais ,malgré son manque de neurones évident. Elle n'était pas méchante, juste pas très maligne.

« Ça va aller, ça va se réparer tout seul. Ça te donne un petit côté guerrière, c'est sympa »
ajoutai-je avec un sourire.

Elle se met à renifler en me regardant avec de grands yeux.

« C'est vrai tu me trouverais toujours à ton goût ? »

Je lui fis un sourire encourageant et essuyais ses l'arme avec mon pouce. Vivre avec une enfant m'avait appris a quel point l'image que les fillettes avaient d'elles même pouvait être importante pour leur développement. Bon, celle la avait au moins un bonnet G et une paire de talons en aiguilles mais je la voyais comme une gamine.

« Mais oui tu es superbe, allez fais-moi un sourire. Tu ne vas pas laisser cette jungle te battre quand même si ? C'est toi la plus forte non ? »


J'avais remarqué que Vaiana me regardait d'un air sidéré du coin de l' œil, mais à vrai dire cela ne m'importait pas. Je savais qu'elle pensait que je n'étais qu'un ours mal léché, et cette petite scène était en train de détruire toute ma superbe réputation. Pour un peu j'étais presque certain qu'elle allait me charrier sur ça après. Pourtant je n'eut pas le temps de m'expliquer car la blonde se jetait dans mes bras.

« Oh comme tu es adorable !  Je savais que les moche avec un grand cœur ! Un peu plus et je tomberais amoureuse de toi ! »

Je retint une remarque acerbe et inspirais un coup pour me calmer avant de lui tapoter le dos. Si elle conaissait mon vrai physique on se serait envoyé en l'air depuis longtemps tous les deux.

« Allez trêve de bavardages, on reprend la route ma jolie. »

Et forcément, elle se mit à me coller pendant toute la route. Ça aurait dû m'exaspérer, mais d'une certaine manière j'aimais bien cette situation. J'aimais bien me sentir responsable de quelqu'un et de devoir le protéger. Enfin la protéger en l'occurrence, ce fut donc avec un certain agacement que je sentis le sol se dérober sous mes pieds et tomber directement dans une grande salle. Le choc de la chute me coupa le souffle car je tombais sur le dos et mis quelques secondes à me rendre compte que j'étais toujours en vie. Le point positif c'était que j'étais tombé tout seul, blondinette était passé sans encombre. Je me relevai et époussetais mon pantalon pour finir par faire face à un homme en face de moi qui me regardait réellement avec un air étrange.

Je jetais un coup d'œil autour de moi et observais que la salle était remplie d'insectes. Des bestioles horrible, des insectes volants, des insectes rampants, des milles pattes, des abeilles, des fourmis, de petites bestioles dont je ne connaissais même pas le nom, me firent remonter un frisson d'horreur le long du dos. Habituellement je n'aurais pas eu peur de ces créatures, mais pour le coup j'étais totalement paralysé par la terreur. J'arrivais à peine à réfléchir et à respirer, tant je trouvais la situation inconfortable.

Le type en face de moi avait des cheveux blancs et une barbe mal taillée dans laquelle il y avait des trous, sa peau était blanche mais tâchée de saleté au point où je commençais à douter de sa couleur , Ses yeux semblaient injectés de sang et me fixaient avec un regard fou. Il me fit un sourire, dévoilant des dents jaunes par lesquels s'échappèrent quelques bestioles me faisant retenir un renvoi. Il passa sa langue sur ses lèvres et me lâcha :

« Tiens tiens un joli spécimen... »


Bon sang, j'arrivais à peine réfléchir. Soudain j'ai senti une sorte de petite bestiole rentrer dans mon pantalon et me piquer la cuisse brutalement. Ma jambe se paralysa instantanément et je sentis une vague de douleur qui me fit presque tomber au sol. Rapidement je me rattrapais, le souffle court, les yeux brouillés, la vision floue. J'avais du mal à me concentrer, j'avais du mal à réfléchir voire même à respirer. J'avais senti ma vie partir d'un coup brutalement sans savoir comment faire pour l'en empêcher. Je pouvais à peine bouger, et je devais lutter de toutes mes forces pour me concentrer sur mon adversaire.

« C'est vous qui fait ça ? Non mais ça va pas rappelez les tout de suite ! »
m'exclamai-je en me redressant difficilement.

« Vous avez aimé ? C'était l'un de mes préférés un petit scolopandre que j'ai trouvé il y a un mois. Brave bête. »

J'aurai aimé faire brûler de tout cet endroit, il me semblait être nécessaire de les détruire toutes les unes après les autres. Je n'avais pas l'habitude d'avoir peur, mais à cet instant j'avais du mal à empêcher mes mains de trembler. Visiblement mon personnage détestait les animaux ou plutôt détestait les insectes.

« Non mais vous êtes malades !  rappelez vos bestioles illico ou alors... »


« Ou alors ? » Fit-il avec un petit ricanement

Ok, le peu de patience qui me restait venait de bruler. J'avais déjà du mal à rester calme dans la jungle, avec tous les gens avec qui j'étais mais alors ce type la venait de me pousser un peu trop loin.

« Ou alors je lâche mes propres bestioles sur vous. »
fis je en désignant ma mitrailette.

« Essayez donc »
fit-il en tendant une main vers moi mon voyant de nouvelles bestioles pour m'attaquer.

Fallait pas me le dire deux fois ! Je n'hésitais pas et me mit à viser ces créatures qui fonçaient vers moi. Honnêtement je ne pensais pas réellement que les laisser me bouffer petit à petit serait une bonne solution. Rapidement, les insectes furent anéantis et les survivants battirent en retraite pendant que l'homme en face hurlait de douleur à cause de la balle qui s'était fichée dans son épaule. De loin, je vis des insectes se précipiter vers l'endroit où il était touché comme pour essayer de soigner sa blessure ou d'extraire la balle, ce qui me donna envie de vomir sur-le-champ. Mais l'homme ne me laissa pas ce loisirs et se tourna vers moi avec un air meurtrier sur le visage.

« Je vais t'exterminer espèce de vermine ! »


« Moi aussi je t'aime »
marmonnais je entre mes dents.

Ce type avec le don de me faire frissonner. L'homme eut un geste du bras rapide et avant même que j'eus le temps réagir je sentis une lame ce fichier dans mon épaule. Après examen, il s'avéra que ce n'est pas une lame mais plutôt un dard d'insecte qui venait de se planter dans mon bras faisant couler le sang le long de celui-ci. Avec un geste rageur, je retirais la lame et la laissais tomber au sol alors que mon cœur s'accélérait brutalement et que une vague de douleur ce déversait dans mon corps. Ce petit con avez sûrement mis du poison dans, où c'était déjà à l'intérieur puisque c'était un dard.

J'avais utilisé mon bras gauche pour me protéger, afin de garder mon bras valide le moins abîmé possible. Ce fut une excellente idée car à l'instant même où je me faisais la réflexion que la douleur semblait diminuer quelque peu, mon bras devint tout flasque et tomba le long de mon corps comme s'il s'agissait d'un bout de chair morte. Je n'arrivais plus à le bouger, tout comme ma jambe et j'avais l'impression que j'allais bientôt y rester. Bon sang c'était pas vrai ! J'avais pas survécu a la guerre pour mourir face a un type comme ça non ?

Je mis ma main dans mon dos et attrapais une des grenades qui était accroché à ma ceinture avant de la découpiller lentement. Mon plan était particulièrement risqué mais je n'avais pas réellement d'autre choix. C'était ça où finir en pâté pour insecte.

« Tiens, attrape ! »
Fis-je en lui lançant brusquement.

S'il y avait bien un réflexe que les humains avait du mal à contrôler (en dehors de celui de tout détruire et de celui de se sauter dessus) c'était celui de rattraper ce que leurs congénères leur envoyaient. Avec un sourire, je vis l'homme refermer les mains sur la grenade avant même de voir ce dont il s'agissait et un instant plus tard Il exploser. Je m'étais jeté à terre pour me protéger de l'explosion afin de ne pas être blessé et après quelques instants je me redressai pour voir où en était la situation.
De l'homme, il ne restait rien aucune menace et les créatures ne semblait pas vouloir m'attaquer.

"Ca, c'est fait."

En explosant, la grenade avait cramer une bonne partie des insectes et les cadavres de ceux ci gisaient, calcinés sur le sol. Cependant, contre toute attente ces derniers se mirent ta émettre une fumée nauséabonde et épaisse qui commença à se déverser dans la sorte de grotte dans laquelle j'étais. Affaibli, handicapé par mes membres qui refusaient de bouger j'eus du mal à me redresser pour trouve une sortie et malgré moi  inspirais la fumée qui, au bout de quelques secondes, me fit tomber dans les pommes.Au moins j'aurais plus mal...

Efficace le héros hein ? -_-°

Nayati : 30%
Mechant : en cendres C.A.P. : Mission Ouistiti [Fe Les Aventuriers de l'extrême] - Page 2 2750729395 :flamme:



☾ anesidora

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
I can't resist to the call of the wind



Michel-Ange Turtles*
« J'ai pas trouvé où on peut demander un rang personnalisé... ! »

Michel-Ange Turtles*

| Avatar : Andrew Garfield

C.A.P. : Mission Ouistiti [Fe Les Aventuriers de l'extrême] - Page 2 0c1eb12ddb467f15288f3b74544763f698d8a5cd

Fallen.

C.A.P. : Mission Ouistiti [Fe Les Aventuriers de l'extrême] - Page 2 Tumblr_nbsw6bXhiu1smcqr3o7_250


| Conte : Teenage Mutant Ninja Turtles
| Dans le monde des contes, je suis : : Michel-Angelo - La Tortue Orange

C.A.P. : Mission Ouistiti [Fe Les Aventuriers de l'extrême] - Page 2 Police10

| Cadavres : 1152



C.A.P. : Mission Ouistiti [Fe Les Aventuriers de l'extrême] - Page 2 _



________________________________________ Sam 24 Mar 2018 - 20:41

"Au fond si on y réfléchit bien, le responsable, c'est le poulet non? C.A.P. : Mission Ouistiti [Fe Les Aventuriers de l'extrême] - Page 2 332879724"






Michel-Ange suivit le rythme du groupe, placé au milieu, il se servit de sa grande taille pour dominer les autres, veiller sur eux et regarder aux alentours sans un mot. Pourquoi tant de silence ? En fait, il commençait à considérer qu’il en avait assez fait. Fronçant les sourcils, il ignora même la blonde qui avait le nez en sang. C’était bien fait pour elle, elle l’avait bien mérité. Préférant jouer la carte collective plutôt que solo, la Tortue se décida de ne pas l’attaquer et se venger. C’était trop facile, et contre productif pour le groupe. Mettant son égo de côté, il avança avec détermination.
Soudain, le sol se déroba sous ses pieds, et il fit une longue et lente chute. Les ténèbres l’envahit, et Michel-Ange commença légèrement à paniquer. Que fallait-il faire ? Atterrissant dans un cafarnaum assourdissant, son premier réflexe fut de regarder tout de lui. Il était dans une très longue pièce rectangulaire. Plusieurs objets étranges étaient entre posé, de tel sorte à ce qu’il soit obligé de les passer pour continuer sa route. D’un premier regard, il remarqua qu’il s’agissait d’obstacles de souplesse. Grimpant sur la poutre en sautant sur cette dernière qui constituait le premier obstacle, il se ramassa copieusement, sa tête tapant cette dernière rapidement. Se redressant, Michel-Ange observa son corps et soupira. Il n’avait pas la souplesse de son vrai corps. Sinon, il aurait déjà terminé ces épreuves…
Chutant dans le vide, il se fracassa dans un bruit sinistre sur une succession de piques. Dans une douleur incommensurable, il disparut en pixel. Réapparaissant de l’autre côté de l’obstacle, une petite voix résonna :

« Plus qu’une seule vie... »

Se massant le corps, il remarqua que plus aucune trace des piques n’étaient visibles. Soupirant, il se concentra pour observer la deuxième épreuve. Il n’avait plus le droit à l’erreur.
Un pont suspendu constitué de deux cordes l’attendait. Des flèches enflammées le traversaient ce dernier à un rythme régulier. Observant ces dernières, il remarqua que le rythme était cyclique. Bien. C’était plutôt facile.
Cette fois-ci, il prit en compte son nouveau corps, et traversa le pont suspendu de deux cordes avec lenteur, certes, mais en esquivant chaque flèche. Une fois arrivé au bout, il sauta de joie et fit une tornade à la Crash Bandicoot pour fêter ça !

« Envoie les pommes bébé ! Yeah ! »


Ayant un peu le tournis, Michel-Ange reprit son sérieux et s’avança jusqu’à la prochaine épreuve. Un cercle au halo bleuté était tracé au sol… S’avançant prudemment, et se disant qu’il n’avait plus qu’une seule vie, la tortue passa un pied, puis l’autre, ses sens aux aguets et prêt à faire une cabriole dont lui seul avait le secret. Pas de piège, pas de flèche. Au lieu de ça, un écran se mit à descendre lentement. Ce dernier s’alluma, et trois postures apparurent à l’écran.

« Je suppose qu’il faut les faire... »
dit-il en fronçant les sourcils.

S’étirant, essayant d’effectuer la première. Impossible. De colère, il s’élança sur la télé. Si la souplesse n’était plus son point fort, alors il utiliserait sa force. La martelant de coup avec ses poings à un rythme régulier, il mit un bon moment avant qu’elle ne commence à grésiller. Frappant également les capteurs, sa force s’accentua avec sa rage de sortir de ce monde de fou. Après un dernier coup qui lui en fit mal au poignet, tout explosa. Retombant au sol, il donna un dernier coup de pied à la carcasse.
La porte en face de lui s’ouvrit ! Mais une alarme se mit à retentir dans ses oreilles et dans toutes la salle.

« ALERTE, ALERTE ! Dispositif de défense enclenché ! »


Courant à toute vitesse vers la porte, plusieurs flèches enflammées le frôlèrent de justesse. Refermant cette dernier dans un bruit sourd, il entendit plusieurs flèches se planter dans un craquement sinistre. Glissant le long de la porte, il s’assit à son pieds et reprit un peu son souffle. Décidément ce n’était pas sa journée…
Son estomac se contracta soudainement. Face à lui, non pas une, ni deux, mais trois guerrière l’observaient d’un œil aguicheur. Leur poitrine bien avant et le reste du corps dénudé, fit trembler la petite tortue au sol de tout son corps… Que devait-il faire ? Il était paralysé ! Soudain, une illumination lui vint à l’esprit « Elles sont bien moins canons que moi crétin ! ». C’était la voix de Figue ! Oui ! Si elles étaient moins canon qu’elle, et qu’il avait réussi à la dominer la semaine dernière, il pourrait recommencer à l’aise !
Se levant, il s’élança dans la mêlée comme une brute, oubliant toute convention sociale sur les femmes et distribuant les coups de poings comme des bons poings sans réfléchir.
La première esquiva son attaque dans une courbe féline. Tournant sur lui même, il profita de son inertie d’esquive pour frapper la deuxième de plein fouet, jambe tendu. Son talon s’écrasa sur son visage et elle se pixelisa immédiatement. Plus que deux. Celle qu’il rata en premier se pourfendit et voulut le frapper avec son poing au visage. Se décalant à grande vitesse, Michel-Ange esquiva. Dans l’inertie du mouvement, elle se fracassa contre le mur et disparut elle aussi dans une pluie de pixel.
Se tournant vers la dernière, il s’élança vers elle pour la plaquer, mais il fut trop prévisible car elle esquiva dans un parfait salto arrière. Ripostant sans délai, elle lui fouetta le torse avec son fouet dans un claquement sinistre qui toucha Michel-Ange au torse. Accusant la douleur, il se mit à grogner. S’élançant en avant, il voulut la frapper au visage d’un crochet avec son bras, mais cette dernière esquiva à nouveau avec la souplesse d’un chat. Ripostant à nouveau avec le fouet, elle frappa Michel-Ange dans le dos, et l’envoya s’écraser contre un mur. De rage, il voulut la frapper de dos, mais la rata encore une fois. Le fouet claqua l’air à nouveau, et la Tortue se baissa pour l’esquiver. Tendant la jambe, il visa le genou avec toute la force dont il disposait. Manquant celle ci à nouveau, elle sauta en ricanant dans les airs. Puis ripostant encore et toujours avec cette même haine, son fouet s’abattit sur son bras. Son coude heurta son front de plein fouet lorsqu’elle redescendit vers le sol. Plongeant dans l’inconscience la plus totale, il se jura avant que ce soit le Blackout de se venger. C’était la première fois de sa vie qu’il perdait un combat… Maudit corps…

Michel-Ange : 20 %
:cry :

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Petite Tortue
“ « La vie est trop courte pour une seule part de pizza. »
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80696-tortue_amazonienne


Contenu sponsorisé




C.A.P. : Mission Ouistiti [Fe Les Aventuriers de l'extrême] - Page 2 _



________________________________________

 Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2

C.A.P. : Mission Ouistiti [Fe Les Aventuriers de l'extrême]





Disney Asylum Rpg :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les alentours