MAGRATHEA :
28.10.18
de Natoune


LA MAISON :
14.11.18
de River


BIENTOT :
02.12.18
de Tigrou


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ La Maison ☆ Evénement #101
Une mission de River Frost - Depuis le 14 novembre 2018
« Oserez vous franchir les portes de notre demeure ?! »

Partagez | .
 

 [Toons Episode 3] : Witch Hunt - Fe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage

Javier Carioca


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Marlon Teixeira

Ѽ Conte(s) : Toons
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : José Carioca

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 7
✯ Les étoiles : 401




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Jeu 1 Mar - 17:29


Witch Hunt
I'm waking up to ash and dust, I wipe my brow and I sweat my rust, I'm breathing in the chemicals



Mercredi 2 Novembre 2016, Mexico - Mexique

Javier -José- Carioca était assis sur le capot de la Plymouth Fury, un cigare à la main comme à son habitude, observant le cimetière animé et lumineux devant lequel la voiture était garée. La Plymouth Fury était à Pablo -Panchito Pistolès-. Il avait gardé des économies à Wasteland, et n'avait jamais su quoi en faire, jusqu'à ce que Dyson -Oswald Lucky Rabbit- ne les libère vers Storybrooke deux mois auparavant. La Fury Plymouth était sans doute le premier achat que le coq avait fait sur Terre. C'était une évidence : enfin libre, Pablo et Javier voulaient partir. Ces deux amis aussi proches que deux frères avaient toujours exploré le monde, depuis les débuts de leurs vies de toons. Il n'étaient restés que deux semaines à Storybrooke avant de quitter la ville pour une virée des Etats-Unis, avant de descendre jusqu'au Mexique, un pays qui avait les mêmes couleurs et cultures que la terre sur laquelle Panchito est né.

Ils ne savaient pas trop comment ça s'était passé pour le reste des toons nouvellement libérés. Nombreux étaient ceux qui sont restés chez Dyson, apparemment riche dans cette vie. D'autres se sont installés seuls ou en famille. Mais d'autres ont quitté la ville. Javier n'en savait pas plus. Il avait gardé que peu de contacts avec la ville enchantée, il ne parlait qu'avec Dyson par message.

Jusqu'à ce jour après lequel il arrêta totalement de lui parler, pour des raisons bien plus sombres qu'il aurait souhaité.

Pablo était dans le cimetière. Quelqu'un les avait contacté dans un recoin bien précis de celui-ci, clamant que c'était important. Ils n'en avaient pas douté une seconde, puisque personne n'était censé les connaitre dans ce monde, à part d'autres toons. Ou Lily et Park, dont il gardait les souvenirs de leur rencontre deux mois plus tôt. Dans tous les cas, ils devaient s'y rendre. Pas le meilleur jour, cependant, pour se retrouver dans cet endroit assez spécial : ils étaient au Mexique, dans sa capitale, qui plus est. Le 2 novembre était la fête des morts, et à cette heure-ci, alors que le soleil venait de disparaître à l'horizon, les familles la célébraient près de leurs défunts. Une vision de la mort avec laquelle José et Panchito avaient toujours vécu. Joyeuse, festive.

Hélas, ils ne purent faire la fête. Javier était préoccupé. Son cigare se consumait plus vite que d'habitude. Ils avaient eu des instructions pour ce rendez-vous. Ils devaient venir tous les deux, mais seulement l'un d'entre eux ne devait quitter la voiture pour venir rencontrer ce mystérieux correspondant. Etait-ce une stupide erreur ? En y réfléchissant, ça ressemblait à un récit meurtrier. La vraie vie n'était pas aussi lumineuse que la mort (vue par les mexicains).

Lorsqu'il vit Pablo revenir au bout d'une quarantaine de minutes, Javier se leva alors, éteignant son cigare, le rangeant dans la poche de sa veste. Il fronça les sourcils en voyant l'air peur serein de son ami qui venait vers lui.

On dirait que tu as vu un fantôme. Il s'est passé quoi ? C'était qui ?
Holly Tessmacher, répondit-il une fois arrivé aux côtés de l'ancien perroquet, qui fronça les sourcils d'incompréhension.
Qui ça ?
Hortensia ! Celle que Oswald a quitté à l'époque pour partir en voyage avec nous !

Javier haussa les sourcils, sérieusement étonné. Comment diable les avait-elle retrouvé dans ce monde ? Avec ces visages, ces noms... Mais ce n'était pas la question la plus importante à poser. Ce qui devait réellement les préoccuper, c'était ce rendez-vous.

Que voulait-elle ?

Javier vit Pablo déglutir. Ça l'inquiétait de plus en plus, il ne l'avait jamais vu comme ça.

Quand elle s'est présentée, j'ai cru qu'elle voulait m'engueuler. Puis quand j'ai senti de la force en elle, j'ai cru qu'elle allait me menacer. Mais elle m'a parlé d'une toute autre chose. Elle a kidnappé un type.
QUOI ?

Ils s'étaient retournés pour regarder si quelqu'un les observait, se rendant compte qu'il avait crié un peu trop fort. Il se reprit, plus bas : Pablo, qu'est-ce que tu racontes ?
C'est grave, y a des trucs qu'on soupçonnait pas chez nous. Et surtout, chez elle. C'est une tarée. Elle m'a juste dit qu'elle travaille pour un type avec plein d'autres gens, mais le genre de boulot... pas recommandable. J'ai pas vraiment compris quoi, mais dans son business, elle a kidnappé quelqu'un, qui leur serait utile, les esprits perdus de Wasteland seuls savent quoi. La situation lui aurait échappé, il est caché dans un endroit pas très sain, dans lequel elle ne peut plus se rendre. Elle nous dit de le retrouver nous.

Javier l'avait regardé avec les gros yeux. Mais Pablo faisait preuve d'une grande inquiétude apparente lorsqu'il racontait ça. Faut appeler la police Pablo ! C'est une criminelle bon sang !
Elle n'aurait pas pris le risque de me raconter tout ça sans... motivation...
Ce fut au tour de Javier de déglutir, palissant à vu d’œil. Donc elle t'a menacé...
Non, pas moi. Elle m'a rélévé qu'elle est mère. Oswald est parti au début de sa grossesse et...
Lucky a des enfants d'elle ?! Javier l'avait coupé, sous le choc de la nouvelle.
Il le sait toujours pas. Mais c'est eux qu'elle a menacé si on ne s’exécutait pas.

Mercredi 27 Décembre 2017, Floride - Etats-Unis

Pablo regardait son ami d'un air grave. Ils étaient tous deux au bureau de leur chambre d'hotel, et venaient de lire un mail qui expliquait la dernière grande et sérieuse nouvelle dans l'histoire des toons. Le toon originel, l’Équation de la Fin, le nouveau Sorcier, les Protecteurs... Cette Équation et le retour de Bendy les préoccupait, bien que l'histoire était toute nouvelle pour eux. Ils savaient des choses, qui allaient très mal avec ces dernières nouvelles.

Ca fait plus d'un an qu'on recherche Holly. On sait pas ce qu'elle a fait du type au Mexique, et elle nous a combattu avec des capacités qu'on ne connaissait même pas chez les toons. Ça fait des mois qu'on pense qu'elle prépare un truc avec ses acolytes qu'on n'a jamais pu rencontrer. Et si elle essayait de réveiller Bendy ? Si c'était pour lui qu'elle travaillait ?
Non, c'est pas possible. Personne ne savait que Bendy existait avant cette histoire de malédiction.
Cette Koléana savait. Quelqu'un d'autre le sait peut-être.

Javier se leva de sa chaise, et sortit son grand sac de dessous le lit dans lequel se trouvaient les armes qu'ils avaient accumulé durant leur périple hors-du-commun. Y a qu'un moyen de le savoir.
Retourner à Storybrooke.

Nuit du Mardi 27 au Mercredi 28 Février 2018, Storybrooke, Maine - Etats-Unis

Reposez-vous bien. Merci pour aujourd'hui, vous avez été super.

Dyson sortait de son Comics Burger avec quelques personnes qui s'en allèrent dans différentes directions dans les rues de Storybrooke. Quelque chose de caché se passait dans ce Comics Burger, Javier et Pablo en étaient persuadés, pour l'avoir vu sortir à des heures pas possibles de ce restaurant. Ils en sauraient certainement plus, s'ils prenaient le temps de rester avec leur troisième caballero, mais ce n'était pas le cas.

L'ancien lapin avait un sursaut lorsqu'il s'était retourné vers sa voiture, se figeant un instant avant de comprendre et reprendre ses esprits.

Bon sang, Carioca, tu m'as fait flipper ! Adressa-t-il à l'explorateur qui avait attendu près du véhicule.
Pardon Lucky, je voulais juste te parler. Je peux rentrer avec toi ?
Dyson fronça les sourcils, croisant les bras. Tu apparais y a deux mois avec Hortensia, me balançant quelques avertissements plus que grave, pour réapparaître seulement maintenant, au milieu de la nuit ? Bon sang, que se passe-t-il Carioca ?
Je m'excuse pour ça aussi. Y a pas grand chose à dire, il faut juste trouver Tessmacher, ou Banker, Hortensia, peu importe comment tu veux l'appeler. Elle est dangereuse, elle pourrait vouloir accélérer l’Équation. Ou la tourner en la faveur de Bendy.
Tu es revenu juste pour me rappeler ce que je savais déjà ?
Non. Je voulais te parler, et je suis pas le seul. Je peux monter ?

Il soupira. Où est-ce qu'on va de toute façon ?
A la cabane de Koléana.
A cette heure-ci ?
Il se trouve que c'est la seule heure où tu es disponible. Alors oui.

* *
*

Lucky !
Pistolès ? S'étonna le psychologue.

Koléana vivait dans une petite maison en bois près du lac, qu'elle avait choisi pour y déverser les souvenirs des toons. Un endroit simple, mais chaleureux, calme, que Dyson aimait bien. Il venait parfois avec Simon, Lukas et Pirate qui appréciaient aussi l'endroit.
Ce soir là, il eut la surprise de voir Koléana assise devant une table avec Harry et un homme dont il ne connaissait pas le visage. Ils étaient en train de boire un thé, avant qu'ils ne s'étaient levés à son arrivée. Ce n'est qu'après que Dyson reconnu Pablo comme Panchito.

Voilà. On est là.
Qu'est-ce qu'il y a encore ?
C'est Holly. Hortensia, si tu préfères, commença Koléana. Tu as parlé d'elle à tes enfants ?
Dyson se mordit la lèvre inférieure. Non. Je voulais la retrouver avant de leur dire que je l'ai revu. Elle était dangereuse, je voulais d'abord m'assurer que...
Ce n'était pas un reproche.
On se disait juste qu'il faudrait que tu songes à en parler à ta famille, Lucky.
Pourquoi maintenant ? Ca fait deux mois, alors pourquoi m'appeler à 3h du matin pour me dire ça ?
On aurait bien attendu demain matin, mais tu fais trop de chsoes, c'est super dur de te voir libre, lança Pablo.
La magie, répondit Harry. Depuis que vous m'avez décrit les capacités d'Holly le soir où vous l'avez vu, j'ai cherché dans tous les écrits de votre père pour savoir ce qui expliquait ces pouvoirs. Je n'ai rien trouvé, les toons n'ont pas de magie. Il n'y a que toi qui peux te transformer dans ta forme originelle et Kara et Lucy qui sont dotées de capacités à cause du Savant Fou, mais sinon, Holly comme tout les toons, n'est pas censée être capable de faire ce qu'elle a fait.
Oui, bah je sais ce que j'ai vu.
Je confirme, fit Javier à ses côtés, en lançant un regard préoccupé à Pablo.
Mais ces derniers temps, j'ai l'impression de ressentir une forme de magie qui ressemble à l'essence des toons. Dans la ville, je ne sais pas vraiment où. Elle est là. Elle agit. Je ne sais pas pourquoi.
C'est pour ça que nous sommes revenus, expliqua le mexicain.
Peut-être qu'un combat est sur le point de commencer Lucky.
C'est pour ça qu'il faudrait songer à parler à ta famille de ce qu'il s'est passé le soir du 27 décembre.

Dyson agita les bras, comme pour calmer la situation. Hey, attendez ! Je veux rien précipiter, c'est la mère de mes 5 premiers enfants,
je peux pas juste leur dire "j'ai retrouvé votre mère et elle est maléfique". Je veux savoir ce qu'il se passe, ce qu'elle fait.

On n'a pas la réponse Dyson !
Si, répondit-il en plantant son regard dans ses yeux. Les souvenirs du tout premier toon doit avoir le plus d'informations sur les projets de papa.

Koléana se tendit d'un coup. Tu veux explorer les souvenirs de Bendy ?
Lucky, ça peut être très dangereux...
Le psychologue tourna la tête vers son frère. Pablo et toi êtes revenus pour lutter, n'est-ce pas ? Et bien, luttons.
D'accord. Mais il faut en parler aux autres. Ils méritent de savoir au moins qu'il y a un problème avec la magie, à défaut de parler d'Hortensia.
Plus on est de fous, plus on rit !

Pablo lança un regard inquiet vers Javier, qui se contenta de conclure la discussion. D'accord. Nous partons en chasse à la sorcière !
▲ This is it, the apocalypse

(c) AMIANTE

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
This is it, the apocalypse
I'm waking up to ash and dust
I wipe my brow and I sweat my rust


Matteo P. Solano


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : тнεσ נαмεs

Ѽ Conte(s) : ғσℓкℓσяε & мүтнεs/ sυρεяηαтυяαℓ
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ℓ'σιsεαυ ∂ε ғευ: ℓε ρнεηιx

✓ Métier : ρσмριεя & ∂εαℓευя ∂ε ∂яσgυε


☞ Surnom : мαтт'
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 98
✯ Les étoiles : 1201




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Ven 2 Mar - 0:40

▲ Witch Hunt▲


▬ Cours Pluto.. Plus vite, sinon je vais te dépecer sale clébard.

Son cœur battait rapidement, il avait l'impression de n'entendre que ça d'ailleurs au beau milieu de cette forêt sombre. Forêt qui lui disait énormément quelque chose. Il regarda autour de lui un peu perdu avant de hausser les sourcils quand il reconnut finalement l'endroit. La forêt avec les ombres qui courraient après lui. C'était impossible, cela devait être un cauchemar. Il avait pourtant quitté cet endroit avec Calamity et avait reprit le court de sa vie. Il avait pourtant tout fait pour ne plus repenser à ce moment et pourtant. Il sentit quelque chose de froid et de désagréable lui toucher la peau et il ouvrit la bouche pour pousser un cris mais rien ne sortit. On entendait juste le battement de son cœur qui allait de plus en plus vite. Une ombre se tenait derrière lui et se fût à ce moment là qu'il se décida de courir à toute vitesse. Il voulait s'échapper et ne plus avoir peur. Il voulait sa maison et Calamity. Il voulait juste être tranquille. Silly courrait aussi vite qu'il le pouvait et pourtant l'ombre réussit à le rattraper. Elle plaqua l'ancien toon contre le sol alors qu'il se mit à pleurer sous ce monstre tout en se débattant. Sans résultat. Les yeux de ce monstre étaient en train de lire dans son âme, il le sentait. Il aurait aimé s'enfuir au loin et de ne plus revoir cette chose mais c'était impossible pour lui de bouger enfin presque. Il entendit la voix de Calamity raisonner dans toute la forêt et à ce moment là il eut la force nécessaire pour repousser la bête qui essayait de le dévorer.

▬ « Silly... ? Réveille toi ! Dyson est là pour toi... avec un autre homme. »

La voix de Calamity le sortit directement de cet affreux cauchemar. Son visage était enfouis dans son coussin qui était plus que moelleux. Il avait passé une mauvaise nuit et il aimerait pouvoir dormir un peu plus, il aimerait pouvoir faire au moins un petit rêve avant de se réveiller. Mais savoir que Calamity était dans cette chambre l'empêchait sûrement de se rendormir. Silly poussa alors un petit gémissement plaintif avant de marmonner dans son coussin.

▬ « Non je veux pas me lev..Attends quoi ? »


Il fronça les sourcils quand son cerveau enregistra enfin l'information. Il décolla rapidement son visage du coussin alors que ses cheveux eux partaient dans tous les sens. Pourquoi Dyson était ici ? Et surtout qui était avec lui ? Il pensa dans un premier temps à Soreth mais cette hypothèse fît rapidement effacé de ses pensées. L'ancien animal bondit alors de son lit, un peu excité par ce qui était en train de se passer. Silly passa rapidement sa main dans ses cheveux pour se recoiffer avant d'embrasser délicatement les lèvres de Calamity, signe très innocent chez lui. Silly afficha un grand sourire avant de descendre rapidement les escaliers, toujours en sous vêtement et en t-shirt et d'ailleurs il avait entendu vaguement son amie rouspéter à ce sujet. Une fois en bas et devant Dyson et cet inconnu, il afficha un énorme sourire.

▬ « Dyson ! Je suis content de te voir ici ! Qu'est ce qui se passe ? »

Son héros se tenait en face de lui et d'ailleurs Dyson lui rendit son sourire. Calamity descendit doucement les escaliers pour se placer à côté de Silly tout en observant calmement les deux hommes qui se tenaient devant eux.

▬ « Salut Silly ! J'suis content de vous voir aussi ! » Dyson se tourna finalement vers l'inconnu sûrement pour faire les présentations. C'est vrai que Silly ne connaissait vraiment la tête de cet homme. « Javier, je te présente Silly et Calamity ! Silly et Calamity, je vous présente Javier, autrefois José Carioca. C'est un de nos frères.»

La bouche de Silly s'ouvrit toute seule à cause de la bonne surprise qu'il venait d'avoir. Javier reprit les paroles de Dyson pour préciser qu'il était un frère de la même génération que Calamity et lui et Silly ne pouvait qu'être heureux d'apprendre une telle nouvelle. Il avait presque des étoiles dans les yeux en apprenant cette nouvelle. Il savait que Dyson n'était pas ici que pour faire les présentations mais il était déjà heureux de cette rencontre. Un frère et un ami en plus mais que demander de mieux ? Calamity s'avança d'un pas tout en affichant un petit sourire. Silly se demandait si ce sourire n'était pas faux comme tous les autres mais cette question ne resta pas longtemps dans ses pensées.

▬ « Enchantée ! Ou plutôt... Ravie de te revoir José. » Silly fronça directement ses sourcils quand il entendit la réponse de son amie. Décidément Calamity connaissait vraiment tous les toons.

▬ « Tu le connais ? »
demanda alors Silly, un peu perdu sur le coup.

▬ « Oui j'ai connu José autrefois à Toonville. Mais c'était il y a des années de cela... »


Silly hocha seulement la tête ne sachant pas quoi dire et puis la discussion prit rapidement une autre tournure. Il savait que Calamity ne pourrait rester aussi calme et docile sans avoir d'explication. Pour elle, les toons ne venaient dans cette maison que quand ils avaient besoin d'aide. Elle n'avait pas totalement tord. Personne ne venait dans cette demeure alors que Silly, lui attendait toujours la visite d'un membre de sa famille.

▬ « Et sinon... Qu'est-ce qui vous amène ici de si bon matin ? Vous avez pris un petit-déjeuner ? Nous allions passer à table. Silly ne partira pas d'ici sans manger de toute façon. »


L'ancien chien haussa les sourcils un peu surpris par les dires de la jeune femme. Un petit sourire gêné se dessina sur son visage alors qu'il se passa une nouvelle fois la main dans ses cheveux non-coiffés. Elle le traitait vraiment comme un enfant, c'était à cause de ce genre de comportement que les autres se moquaient de lui. Son regard se porta alors sur Dyson, le lapin chanceux.

▬ « En fait, on vient pour vous deux. Il se passe quelque chose, et on aimerait demander l'aide du maximum de monde. »

▬ « Et il voulait pas voir Soreth en premier. »

▬ « Hein ? Nan mais.. qu.. wow mais pas du tout, je vais parler à tout le monde. »


Silly fronça les sourcils une nouvelle fois quand le prénom de Soreth raisonna dans cette maison. Prénom qui était bannis depuis le début de cet endroit. Son regard se posa directement sur Calamity par pur réflexe avant de croiser ses bras contre son torse tout en attendant la suite de l'histoire. Pourquoi parler de Soreth ici alors qu'il savait qu'il n'était pas la source de la venue de Dyson. Le lapin avait encore trop honte d'avouer ses sentiments pour Soreth après tout.

▬ « Harry a ressenti l'utilisation d'une magie qui ressemble à l'énergie des toons. Une magie utilisée à des fins de sorcellerie, probablement, ce qui n'est pas normal, aucun d'entre nous ne manipule de la magie. On part donc en expédition dans un lieu dont on ne sait pas à quoi s'attendre : les souvenirs de Bendy, grâce au lac de Koléana. »

▬ « Il est nul en publicité. On vous parle là d'une incroyable aventure dans une terre inconnue en quête de réponses ! Bendy a le plus connu le Sorcier, on peut forcément découvrir des bribes d'un passé lointain et mystérieux qui peut nous aider à vaincre cette guerre ! Etes-vous partants pour nous accompagner ? »

Calamity profita de cette discussion sur Soreth pour partir chercher ce qu'il fallait pour le petit déjeuné tout en pestant sur la souris qui avait été autre fois son amant. Mettre de mauvaise humeur la jeune femme dès le matin n'était peut être pas la meilleure des idées et pourtant elle revenait avec son visage et de la nourriture. Elle posa la confiture, le pain et à boire sur la table avant de terminer par la cafetière pour finalement s'asseoir à sa place.

▬ « Et en quoi ça nous concerne concrètement ? En quoi c'est vital de découvrir d'où vient cette magie ? Harry ne peut donc pas gérer ça tout seul ? Je ne vois pas le problème en réalité. Si ce quelqu'un souhaite utiliser cette magie qu'il l'utilise. Qu'est-ce que ça peut nous faire ? »

Silly resta silencieux pendant les paroles de Calamity. Il ne voulait pas prendre la parole, pas maintenant. Il avait peur de faire une boulette et de parler de ce plan qu'il avait prévu avec Calamity pour libérer Bendy. Il avait peur de trahir Dyson ou même Calamity. Il faisait souvent des gaffes voilà pourquoi il gardait le silence.

▬ « Surtout que les protecteurs dans cette histoire... ce n'est pas nous » lâcha finalement Calamity tout en beurrant calmement sa tartine comme si de rien été.

Silly déglutit difficilement tout en étalant le nutella sur sa tartine de pain avant de poser calmement le couteau sur la table. Il décida de prendre la parole à ce moment là. Il valait mieux calmer Calamity avant que cela ne parte en troisième guerre mondiale. Il posa calmement sa main sur le bras de son amie. Un petit sourire s'afficha sur son visage alors qu'il essayait de contenir la colère de son amie même si il y avait un peu de vérité dans ses paroles. Une petite moue se dessina sur son visage quand elle rappela qu'aucun des deux n'étaient importants pour les toons alors Soreth le lâche oui..

▬ « Calme toi.. Il nous demande de l'aide pour une bonne cause. Ils feraient pareil pour nous et tu le sais.. » Il tourna finalement son visage vers celui de Dyson tout en reprenant son sérieux. « Dyson.. Tu penses vraiment que cette magie est importante ? Je veux dire..on ne va pas être déçu comme ..enfin.. Tu sais que je serai là pour toi Dyson. On est une famille après tout. »

Il serra un peu plus le bras de Calamity. Cette conversation était difficile pour lui mais cela devait être encore plus dur pour son amie qui arrivait parfaitement à garder son calme, enfin jusqu'à maintenant en tout cas. Elle renifla avant de se lever brusquement de la tête ce qui surprit Silly alors qu'elle partit se chercher une orange.

▬ « Une famille... tu parles... on est une famille quand ça les arrange et quand ils ont besoin de nous... Sinon on existe pas. » Heureusement pour Silly, Dyson réagit rapidement pour donner des explications à Calamity qui avait sûrement besoin d'en entendre.

▬ « Non, pas du tout ! J'ai toujours invité tout le monde, toujours, pour tout. Je sais que la famille est bancale à cause de toutes les tensions et les colères, et j'en suis désolé, mais je veux pas que vous le sentiez comme ça, j'ai toujours voulu qu'on soit tous ensemble. »

▬ « Cette magie est importante, elle est très sombre. Très dangereuse. » rajouta alors Javier pour leurs faire comprendre à quel point l'heure était grave.

▬ « Bien sûr, rien ne vous force à accepter, vraiment. Mais ce n'est plus une histoire de Protecteurs uniquement. Ca touche bien plus qu'Harry, mais toute la famille, cette magie est d'une source inconnue, et elle pourrait aider à libérer Bendy, qui ne pliera devant rien pour nous blesser tous. C'est pourquoi on est venu demander de l'aide pour cette nouvelle aventure. Mais je comprendrai si vous refusez. »

Silly aurait aimé dire quelques mots mais apparemment Dyson et Calamity étaient parties pour se faire la guerre encore une fois. Cela faisait depuis si longtemps que les deux se prenaient la tête. Silly ne se souvenait même plus, il ne savait pas si Calamity et Dyson s'étaient appréciés une fois. Ils enchaînaient dispute sur dispute ce qui était plutôt fatiguant.

]b]▬ « Parce que tu crois que ton départ de Wasteland n'est pas passé inaperçu ? Tu crois que le fait que tu nous invites tous à vivre chez toi après ça suffit à effacer le reste ? Désolée Oswald... mais ça ne marche pas comme ça. »[/b]

▬ « Hey, j'ai jamais rien demandé moi quand le Savant Fou m'a jeté en dehors pour prendre le controle seul. Ca n'était pas mieux dehors, la malédiction a crée le Dyson que vous avez connu à mon retour à Wasteland qui s'est suicidé pour me laisser entièrement vivre. A aucun moment j'ai voulu me séparer de la famille, j'ai toujours guidé les toons dans la guerre, même si on m'avait demandé, j'aurais refusé si je pouvais pas faire sortir tout le monde ! »

Silly fixa Javier qui se retrouvait lui aussi au milieu de cette dispute avant de boire nerveusement son jus d'orange comme son voisin d'en face. Mais Calamity décida de calmer le jeux tout en prenant la main de l'ancien chien qui fût plutôt surpris par ce petit geste. Il plongea son regard dans celui de Calamity écoutant ce qu'elle avait à dire.

▬ « J'y vais si tu y vas... Mais ne te sens pas obligé d'y aller... Tu ne leur dois rien. »

Silly ne répondit pas tout de suite à Calamity. A vrai dire il était en train de réfléchir à comment il allait pouvoir parler à ces deux têtes de mules. Il garda un moment les sourcils froncés avant de lâcher les mains de Calamity légèrement agacé parce qu'il venait de se passer. Il se leva finalement de table pour jeter un regard noir à Dyson mais aussi Calamity. Les deux l'avaient largement mérités après tout ce qu'ils venaient de se cracher à la figure.

▬ « Stop les deux. C'est toujours la même chose avec vous. Vous êtes de vrai gamins. Calamity je sais que c'est dur mais on va bouger. Comment tu veux que la famille redevienne ce qu'elle était tout en restant caché dans notre maison ? Et Dyson arrête de douter de toi à la fin. Tout le monde fait des erreurs. Regardez moi. Je devais protéger et aider Mickey et il est ou maintenant ?! » Il poussa un long soupir avant de finalement hocher la tête pour finalement répondre à la question que Dyson n'arrêtait pas de poser. « On va vous aider. Pour la famille, pour nous aussi. Cal.. On a besoin de ça. Faire quelque chose de bien dans notre vie. On peut être les héros pour une fois et non l'ombre de quelqu'un. Et Dyson je dis oui parce que.. Je t'aiderai toujours. Je te fais confiance et je ne veux pas que cette magie fasse du mal à quique ce soit. »

Calamity semblait encore sur les nerfs vu le regard noir qu'elle lançait à Dyson ou encore les phrases qu'elle crachait sur Soreth. Phrases que Silly préféra ignorer vu qu'il savait au fond de lui que tout était de sa faute et que cela le resterait. Il n'avait pas été un bon meilleur ami, point final. Le soupir de Cal le sortit rapidement de ses sombres pensées alors qu'elle accepta à son tour, au plus grand plaisir de Silly.

▬ « Mais très bien... Si tu insistes pour qu'on les aide... C'est d'accord. »


Silly afficha u grand sourire comme Dyson qui remercia d'ailleurs le compagnon fidèle des toons. Tout était réglé, enfin. Il allait venir avec Calamity pour aider les toons et chasser cette magie mais Dyson gâcha tout en discutant la décision de Cal. Il savait que Dyson ne voulait pas la forcer à faire des choses qu'elle ne voulait pas mais valait mieux éviter d'enfoncer le couteau dans la plaie. Pour ne pas que Cal râle un peu plus, l'ancien animal vient alors se blottir contre son amie heureux de savoir qu'elle avait finalement accepter.

▬ « On restera ensemble, promis. Toi et moi contre le monde ! » Son attention fût attiré vers Dyson cette fois ci et Silly hocha finalement la tête tout en se rapprochant de lui. « Tu as juste à nous dire ce qu'il faut faire Dyson et on le fera. »

Dyson semblait heureux de savoir que lui et Calamity allaient les aider. Silly était vraiment content de savoir qu'il allait servir à quelque chose pour une fois.

▬ « Génial. C'est top. Dans ce cas, on a rendez-vous au lac à 13h. Préparez-vous. Pas besoin de prendre d'armes, là bas je peux en fournir, mes pouvoirs fonctionnent dans le lac. »

Javier se rapprocha alors de Silly tout en lui serrant gentiment la main. Il afficha un petit sourir amical avant de lui rendre sa poignet de main, content de faire enfin une nouvelle rencontre.

▬ « Ravi de te rencontrer vieux frère. Si tu fumes, j'ai les meilleurs cigares du continent américain. T'auras qu'à demander à Dyson de m'appeler ! »

Un petit rire s'échappa alors des lèvres de Silly. Il ne fumait pas mais bien sûr qu'il allait recontacter son frère pour pouvoir le revoir. Javier salua aussi Calamity qui salua à son tour le toon. Silly ouvrit finalement la porte d'entrée tout en saluant ses amis avant de refermer la porte derrière eux, vraiment heureux de faire parti de l'aventure.

▬ « Tout ça... Ils nous prennent vraiment pour des bouche-trou. Toujours à venir nous voir quand ils ont un problème... » Elle lança alors un regard noir en direction de la porte alors que Silly se mordit nerveusement la lèvre inférieur. « Je comprends de plus en plus Bendy et son envie de changer les choses... Alors nous allons nous rendre dans ce lac demain... Mais j'irais dans l'optique d'en savoir plus sur Bendy et pourquoi pas pour l'aider à sortir de sa prison. Tout est mieux que de laisser Dyson donner de l'importance à Soreth. Une importance qu'il ne mérite pas. » Calamity fit alors une petite pause dans son discours et elle décida de prendre les mains de Silly avant de regarder le jeune homme dans les yeux. « Je sais que tout ça est très dur pour toi et que tu apprécies Dyson mais... il se moque de tout le monde et quand il n'aura plus besoin de toi, il te tournera le dos. Tout comme Mickey autrefois. T'ai-je une seule fois abandonnée ? Seras-tu avec moi Silly ? »

Puis Calamity utilisa son arme fatal. Ces yeux doux auxquelles Silly ne savait pas dire. Ce regard qui voulait dire énormément de chose comme ''ne m'abandonne pas''. Il ne serait pas capable de le faire de toute façon. Il n'aimait pas l'abandon et Calamity avait prit tellement soin de lui, il ne pouvait pas lui faire ça. Il n'était pas comme Mickey.. Il se contenta alors de hausser les épaules.

▬ « On y va pour comprendre un peu plus sur Bendy et c'est tout. Pas plus. On touchera pas à cette magie. C'est trop dangereux. »

Ce fût alors à ce moment là que Calamity décida de lâcher les mains de Silly. Il savait que ce n'était pas une bonne nouvelle. Elle n'était pas satisfaite de sa réponse.

▬ « Dyson est exactement le même que Soreth. C'est pour ça qu'il est autant attiré par lui. Tu n'as pas vu la dernière fois cette attraction entre eux ? Ils se moquent de tout le monde depuis le début. L'un comme l'autre. » Elle décida alors de lui tourner le dos pour finalement se rasseoir sur sa chaise. « Mais je ne t'obligerais à rien. Ce n'est pas grave si tu ne veux pas m'aider. Je me débrouillerais seule... Comme d'habitude. » Et sur ces dernières paroles assassines, elle s'enferma dans le silence.

Il n'avait pas oublié ce courant qui passait entre les deux toons et à vrai dire il ne l'oublierait jamais. Il n'avait jamais aimé quelqu'un, pas une seule fois. Mais il avait connu l'amour de Mickey et Minnie et maintenant celui de Dyson et Soreth. Une petite moue se dessina sur son visage quand Cal reprit sa place et se noie dans un silence insoutenable. Il se rapprocha doucement de sa personne avant d'enrouler ses bras étonnamment musclé autour du cou de son amie.

▬ « Je ne laisse personne seule.. C'est mon devoir de m'occuper de toi aussi tu sais. Et puis il faut bien que quelqu'un surveille tes arrières. On va le faire mais promets moi qu'il n'y aura pas de blesser. » Il se redressa en fixant alors son amie. « Promets moi qu'on ne sera pas le fruit d'un malheur. »

Elle lui adressa un sourire doux et posa une main sur sa joue en une caresse silencieuse. Silly se contenta de fermer les yeux profitant de ce doux gestes pour détendre ces muscles. La tempête était finalement passé, enfin. Il afficha un petit sourire.

▬ « Je te le promets »

Silly hocha finalement la tête.

▬ « Alors faisons les agents doubles. »

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
I will go if you ask me to
☾ ☾ ☾ The photographs know i’m a liar they just laugh as i burn her down and i will go if you ask me to. I will stay if you dare and if i go i’m goin on fire. Let my anger take me there. The shingles man they’re shaking the back door’s burning through. This house she’s quite the keeper. And if i go, i’m goin crazy

Barry Walters


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 225
✯ Les étoiles : 1950




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Ven 2 Mar - 19:29

« Witch Hunt»
Puisse l'équation vous être favorable

Barry avait laissé un petit mot sur le réfrigérateur avant de partir au travail. Il en laissait régulièrement quand il ne croisait personne. Un petit mot dès le matin, ça ne pouvait que faire plaisir. Barry se rendit au travail en vélo, il n’avait pas encore appris à conduire, son emploi du temps ne lui en laissant pas vraiment le temps. L’adulte était plutôt actif. L’immobilité ne lui plaisait pas vraiment. Le statut d’Artiste n’étant pas très stable, il travaillait à coté pour pouvoir vivre convenablement. Et puis, son emploi lui donnait l’occasion de rencontrer beaucoup de monde et Barry aimait ça.

Granny ne prenait toujours pas sa retraite. Barry ne savait lui donner d’âge mais en entendant ses collègues, cela faisait longtemps qu’elle était là. Depuis la levée de la malédiction, elle avait continuer.

Le matin était généralement plus calme que le midi et le soir. Mais Barry aimait cette ambiance ou les gens se mouvaient plus ou moins lentement. Certains prenaient tous leurs temps pour manger et ne semblaient pas vraiment réveiller, d’autres au contraire étaient pourvu d’énergie et ne s’attardaient pas au petit déjeuner.

Barry était arriver tôt, comme souvent, il faisait l’ouverture. Il avait mis son tablier et s’était directement mi au travail. Il avait fait une tournée de café et avait dresser les tables. Les gens arrivaient petit à petit et le Granny’s endormit s’éveiller à nouveaux.

Vers 10h, Koleana entra. Barry la salua rapidement de la tête, avant qu’elle n’aille prendre place à une table. Il pris une pause quelques minutes plus tard, l’affluence s’étant temporairement calmée, sa pause n’allait pas gênée.

La venue de sa tante était inhabituelle. Barry pensa qu’il devait y avoir quelque chose pour qu’elle vienne le voir. Cependant il était heureux. Voir un autre membre de la famille le rendait toujours heureux. Il alla la voir, le sourire aux lèvres.

«Koleana! Comment tu vas? Est-ce que...tous va bien? Non je veux pas dire qu’il doit forcément y avoir quelque chose, enfin je suis content de te voir hein, ça me fait toujours plaisir. Et tu as le droit de prendre un café, ou un thé si tu veux? Tu veux du café ou du Thé? Tu as commandée quelque chose?"

Elle le regarda, un sourire aux lèvres, un air amusé sur le visage.

"Bonjour Barry, je vais bien, merci. Je suis heureuse de te voir aussi, et de voir que tu vas bien. C'est gentil mais je ne vais rien prendre, Je suis venu te parler, Dyson et moi réunissons la famille pour quelque chose de particulier."

Elle avait un air sérieux mais bienveillant Barry avait sentit juste. Tous le monde allait être là. Ce n’était néanmoins pas pour fêter quelque chose, ce que Barry aurait préféré. Il l’écoutait maintenant avec une attention toute particulière.

«Tu dois te rappeler de l'Equation de la Fin ? Il se pourrait que nous ayons une nouvelle piste. Une magie qui possède des similarités avec l'énergie des toons. Une magie noire, qu'on pensait impossible. Nous partons dans le Lac des Souvenirs, explorer ceux... de Bendy, pour chercher des réponses à ce sujet. Ca ne sera pas un voyage très calme, mais nous préférons avoir le maximum de la famille dans cette expédition.»

Et elle pouvait compter sur Barry. Seulement, des questions étaient apparues dans son esprit.  

«Pourquoi les souvenirs de Bendy? ça pourrait avoir un lien avec cette magie? C'est peut être pas l'heure de poser des questions. En tout cas tu peux compter sur moi. Il hesita pour la suivante. Oliver et les filles tu va les prévenir? Une dernière question, a qu'elle heure on se retrouve?
- Bendy est le tout premier. Nous étions trois au début, mais Bendy est arrivé avant. Il connait les secrets de papa plus que quiconque."

Barry avait oublier le détail. Trifouiller dans la mémoire de ce toon s’était surement la seule idée qui se présentait devant eux. Il fallait tenter le coup, sinon ils auraient surement tenter de trouver autre chose.

"Dyson en parlera à tes frères et soeurs. Nous aurons rendez-vous à 13h près du lac.
- J’y serais»

Il entendit l’un de ses collègues l’appeller.

« Je dois y aller.» S’excusa-t-il à sa tante. Il se leva et marcha rapidement vers l’envers du restaurant et remis son tablier. On lui indiqua deux tables à servir. Du coin de l’oeil, Barry remarqua que Koleana était toujours assise à la table, attendant patiemment. Il n’y avait pas seulement ce qu’elle venait de lui dire, il y avait surement autre chose. Une fois les deux tables servies, Barry prévint son collègue et retourna s’asseoir face à sa tante.

« Il y a autre chose non? Parce que si tu es encore là, c’est qu’il y a autre chose...
-Pourrais-tu venir me voir quand tu auras finis ? J'aimerais te parler de quelque chose d'important.
- Absolument, Chez toi? Je serais là après mon service.»

Il fut de nouveau appeller et s’excusa une nouvelle fois. Il se dirigea vers une table, son calepin en main pour noter la commande. Lorsqu’il jeta un coup d’oeil vers la table, Koleana ne fut plus là. D’autres avaient pris sa place. Il eu un sourire avant de se concentrer à nouveau sur son calepin.

Il alla voir Granny’s dès qu’il eu le temps pour qu’elle lui permette de finir plus tôt.

Barry quitta le Granny’s vers 11 h 30. Granny ne lui avait pas donnée plus et de toute façon, cette discussion occupait ses pensées. Il passa au Comic Burger pour manger avant de rejoindre Koleana. Il pris son habituelle pizza Atlantis suivit d’un Daily Planet. Rassasié, il se rendit chez Koleana un peut avant 12h30.

Il la trouva en pleine séance de méditation, assise en tailleur devant le lac. Barry la rejoignit. Elle semblait être en paix. Les mains sur les genoux, paisible. Il fut surpris quand elle ouvrit la bouche pour lui parler alors qu’il allait lui faire savoir qu’il était là.

« Assis toi à coté de moi Barry.»

Il posa son sac à coté de lui et s’assis en tailleur, les mains sur les genoux et attendit qu’elle parle. Il avait essayer seulement son esprit ne semblait jamais calmer la tempête qui regnait constament à l’interieur. C’était un tourbillon d’idée, de sensations, de paroles, de choses à ne pas oublier et de choses qu’il aurait préférer ne pas savoir.

« Est-ce qu’il s’est passé quelque chose? Qu’est-ce qu’il y a? C’est papa? Ne tourne pas autour du pot je suis prêt à tous entendre.
- Non, Dyson va bien. Enfin, c'est ce que ton idiot de père continue de répéter alors que tout le monde sait qu'il stresse beaucoup chaque jour. Mais je viens te parler d'un sujet plus... compliqué. Mais uniquement si tu veux bien en parler, je ne te force pas. C'est de ta mère dont il s'agit."

Sa mère. Hortensia. Ces mots chassèrent la tempête dans sa tête, se focalisant sur son visage. Uniquement sur son visage, puis sur des souvenirs. Quelques uns sans lien les uns avec les autres.

«Il n'y a pas de raisons pour que je n'en parle pas. Je n'ai plus de nouvelles depuis un moment. Elle...Elle est à Storybrook?»

Son coeur s’emballa. Il avait très envie de revoir sa mère, mais au visage et à la réponse qui suivit. Il compris que non.

« Non, on le saurait si elle était là, Elle ne va pas bien?
- Je ne sais pas où est ta mère en ce moment, je suis désolé. Mais j'ai remarqué quelque chose d'étrange. Tu t'entendais bien avec ta mère ? Est-ce que vous aviez de la magie dans votre vie ?"

Au moins elle allait bien, enfin s’ils n’avaient pas de nouvelles, cela voulait surement dire qu’elle allait bien. Cette pensée apaisa Barry. Cependant il eu l’air également déçu de cette annonce.

" De nous cinq, j'était le plus proche de notre mère. Elle n'est pas toujours facile mais elle nous aimait. J'ai eu des périodes un peut plus...rebelles...mais je lui disait tous, enfin, tous ce qui était vraiment important. Oui j'étais assez fusionnel avec ma mère.
-Je vois. Tu as eu une belle enfance", nota-t-elle avec un sourire. "Le Lac des Souvenirs ne peut pas remonter les souvenirs vécus à Storybrooke, c'est un fait. Je ne peux pas explorer les souvenirs acquis dans le monde réel. En revanche, pour tous les toons, il existe une porte. Et j'ai remarqué que celle de ta mère et celle de Kara avaient un point commun : elles sont scellées. J'ai été étonnée de le constater, une magie m'empêche de regarder leurs souvenirs. Kara... Kara a de la magie, plus encore, elle a Lucy en elle. Je soupçonne là un acte magique dont je ne connais pas l'origine, et cela m'inquiète. C'est pour cela que je voulais te parler, pour savoir si tu savais des choses. Mais manifestement non. Elle le regarda d’un air compatissant. Je suis désolée de ne pas pouvoir localiser ta mère.
-Elle va être furieuse quand elle va savoir qu'on a retrouver papa. J'ai jamais réussi à lui parler de lui. Elle peut être flippante quand elle est en colère. Et ce sujet la mettais en colère. Il sourit Tu n'as pas à être désolé, ce n'est pas de ta faute." il va faire une pause. " On la retrouvera"

Il l’éspérait de tout son coeur fait d’encre. Voir un jour sa famille réunit, il le souhaitait. C’était un peut compliqué, en tout cas, il souhaiter voir Les septs réunis. Ne serait-ce que pour tous se dire au moins une fois. Avoir des réponses à ses questions.

Elle le regarda avec attention

"Je me demande d'ailleurs... vous savez pourquoi vous n'avez pas grandit avec votre père ? Elle vous a raconté ce qu'il s'est passé avant votre naissance ?
- Elle a dit qu'il était partie, que c'était un lâche, quelque chose comme ça, qu'on ne pouvait pas faire confiance à un toon d'enfant. J'ai pas trop aborder le sujet parce qu'avec maman comme avec notre grand père c'était toujours la même chose et pas vraiment de détail. Ils sont toujours rester vague.
-Vous l'avez su quand vous avez retrouvé votre père l'année dernière au moins, il n'a jamais su qu'elle était enceinte. Son alliance avec votre mère était un arrangement par son père, votre grand-père. Mais Oswald avait besoin d'une vie libre, il est parti en comprenant que son bonheur n'était pas dans leurs priorités. Mais sois sur que s'il avait su, il serait revenu pour vous. Il aurait adoré vous voir grandir. Dyson a beaucoup de souffrances, mais depuis sa naissance, il a tendance à les réprimer. Mais savoir que vous avez grandit sans lui fait parti des douleurs qu'il possède aujourd'hui."

Elle sourit. Le sourire de Koleana avait quelque chose de rassurant, de doux.

"Mais ton papa n'avouera jamais ça, quel têtu ! Il vous aime beaucoup, ne doute jamais de ça.  finit-elle sur un ton bienveillant. Comme ta mère, je n'en doute pas.
- Je ne lui en ai pas voulu. J'étais plus triste de ne pas le connaître. Je me suis souvent appuyer sur des gens plus vieux, j'avais besoin de cette figure et ça n'a pas toujours été pour le mieux. Je sais que je peux compter sur papa et que ce n'est pas de sa faute. Je n'en doute pas, il fait de son mieux pour la famille. Il n'est pas tout seul, je suis là, on l'est tous, que ce soit Oliver, Sarah, Caitlyn ou Kara. Et je ne suis plus le petit dernier de la famille.
-Je suis très heureuse de l'entendre. Puisse l'Equation de la Fin se dérouler en notre faveur..."

Puisse le sort nous être favorable pensa Barry avant de se lever en voyant l’heure du rassemblement arrivée. Il baissa la tête sur son téléphone et vit un message de Kara. Elle était en route.

 
crackle bones

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Sometimes everything is wong. Now it's time to sing along. When your day is night alone. Hold on. Hold on. If you feel like your Alone. No no no. You are not alone

Hold on.

Kara L. Walters


« Vous auriez pas
une dinde au four ? »


avatar


╰☆╮ Avatar : Melissa Benoist & Odette Annable (Lucy)

Ѽ Conte(s) : Les toons et la folie de son intrigue.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Kara, l'une des deux filles d'Hortensia + Lucy, la deuxième fille d'Hortensia, sorcière noire qui vit dans la tête de Kara...C'est très long à expliquer.

✓ Métier : Journaliste


☞ Surnom : Smarties
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1310
✯ Les étoiles : 1416




Actuellement dans : « Vous auriez pas une dinde au four ? »


________________________________________ Sam 3 Mar - 3:53

▲ Witch Hunt▲



« Je te retrouverais Kara, toi et ta soeur, vous ne pouvez pas m’échapper. »

C’est dans un sursaut que je me réveille, le coeur battant trop vite à mon goût. Je respire profondément. J’avais vu le visage de ma mère, son regard sombre, elle me poursuivait. Mais de qui parlait-elle quand elle énonçait ma soeur ? C’est les idées encore confuses par ce cauchemar que je me rue sous la douche. Tournant le bouton d’eau chaude, je laisse l’eau réchauffer ma peau et toutes les parcelles de mon corps avant de passer à ma tête. A chaque fois que je fermais les yeux, je revoyais ce visage qui m’avait effrayée. Ce visage sombre, ses yeux remplis de noirceur et je revois cette petite fille, cette petite fille perdue dans cet immense espace, effrayée, les yeux remplis de larmes qui court dans la pénombre pour lui échapper. Je rouvre les yeux et éteint le robinet d’eau chaude.

Après avoir pris ma douche, je me sèche les cheveux et m’habille rapidement d’une de mes tenues habituelles. Je revoyais les images de mon cauchemar dans ma tête, je me revoyais petite fille alors que je n’avais jamais été humaine avant la malédiction de Regina. Je sors de ma chambre et croise Oliver et lui souris. Fais mine que tout va bien, c’est la meilleure chose à faire de toute façon. Je me rends dans la cuisine avant de me servir un verre de jus de papaye et prends une barre de céréales que je glisse dans mon sac où j’avais pris soin de ranger mon macbook, mon bloc note et mon stylo la veille au soir. Enfilant ma veste, je mets mes lunettes, prends mon portable et mes clés. Oliver venait juste de partir quand j’ai fermé la porte mais alors que je m’apprêtais à partir, un jeune homme m’accosta.

« Je peux vous aider ? lui dis-je dans un sourire.
- Je m'appelle Pablo, ou Panchito avant, je suis un ami de ton père. Je suis venu te demander quelque chose d’important.
- Vous voulez entrer le temps de discuter ? Ce sera mieux que là.
dis-je intrigué par sa venue »

Me saisissant de mon portable, je cherche le numéro de mon rédacteur en chef dans mon répertoire et lui écris un message rapide.

Je suis malade,
du coup je vais travailler depuis la maison.
N’hésites pas à m’envoyer les nouveaux documents.
Kara.


Oui c’était complètement con de mentir mais je n’allais pas lui dire que je ne venais pas parce qu’un ami à mon père venait de m’accoster dans la rue si ? Je fais signe à Pablo de me suivre et ouvre la porte d’entrée avant de le laisser entrer et de refermer la porte derrière lui. Lui faisant signe de me suivre, je pose mon sac sur la table basse, enlève ma veste et m’installe à la table avant de lui faire signe de venir, ne voulant pas le laisser dans le salon.

« Alors c’est vous le perroquet ?
- Nope, ça c'est mon amis, Carioca. Il est en ville aussi, il est avec ton père en ce moment. Moi, j'suis l'coq !
- Oh d'accord. Enchantée en tout cas. Je suppose que mon père vous a mis au courant de... ma particularité ?
- Oui, je sais pour tes pouvoirs, et pour Lucy.
 »

Bah là au moins, c’était clair. Quel membre de la famille n’était pas encore au courant ? Bonne question.

« Ok... je... de quoi vouliez-vous me parler ? Mais je suis malpolie, je vous propose même pas un café, vous voulez boire quelque chose ? Je crois que mon frère a fait du café avant de partir.
- Oh non, t'en fais pas pour ça. Tout va bien. J'aurais aimé en savoir plus sur la magie que tu as, tu pourrais m'expliquer ?
 »

Je m’assieds sur ma chaise et commence à jouer avec le bracelet en argent que m’avait offert Cait’ quelques jours plus tôt avant de relever le regard vers l’ancien coq.

« Quand on étais encore à Wasteland, le Savant Fou m'a enlevée et s'est servie de moi pour ses expériences. Durant l'une d'elle, il a réussi à rentrer dans ma tête et je crois que ça a réveillé Lucy. Suite à ça, j'ai acquéris par la présence de Lucy sa télékinésie. Elle voulait prendre l'ascendance sur moi, revivre à travers moi, c'est pour ça qu'à chaque fois que je « m’endormais » et qu'elle prenais le contrôle, mon don partait en vrille mais je... récemment, je suis entrée en contact avec elle. Je l'ai vu pour de vrai, dans ma tête. On a compris toutes les deux que nous étions plus utiles si nous ne faisions qu'un et depuis, je suis apte à utiliser sa télékinésie sans faire de dommages. »

Je regarde Pablo et bouge légèrement la main avant qu’il ne décolle très légèrement du sol.

« Vous voyez ? 
- Incroyable ! Ta magie elle est… mauvaise à l’origine ?
- Je ne sais pas... Je veux dire, je ne crois pas que Lucy ait été mauvaise à l'origine. Elle était simplement perdue. Ce qu'elle voulait, c'est juste avoir une nouvelle chance. Je ne pense pas que ma magie soit mauvaise, il lui fallait simplement s'adapter à la personne qui l'a manipule.
- Qui est Lucy à ton avis ?
 »

Etrangement, je me rendis compte que je n’en avais aucune idée. Je savais simplement ce qu’elle avait bien voulu me dire mais était-ce la vérité ? Après tout, elle aurait pu très bien me mentir. Je ne pouvais pas avoir la certitude que tout était vrai.

« Je ne sais pas. Quand je suis entrée en contact avec elle, elle m'a simplement dit qu'elle avait hérité la télékinésie de sa mère et qu'elle avait été tuée peu de temps après... Mais je ne sais pas qui elle est vraiment. Ce que je sais, c'est qu'elle était habillée toute de noire. »

Je me lève et me dirige vers la table basse avant de prendre mon bloc note et lui tend, lui montrant le dessin que j’avais fait de la tenue de Lucy quelques jours après notre mésaventure « comme ça, c'est un dessin que j'ai fait peu de temps après être rentrée. Je voulais me souvenir. »

Mon regard s’était porté sur Pablo. Pendant une seconde, il a eu l’air inquiet, je n’en doutais pas puis il s’est vite repris.

« C'est dingue quand même ! En parlant de magie, justement, Harry en a detecté une, chez les toons. C'est pas normal, encore un secret du Sorcier... Il va y avoir une grande expédition dans le Lac des Souvenirs, Koléana pense que dans ceux de Bendy, il doit y avoir des réponses. Tu es des notres ? »

Mon regard vire au rouge quelques secondes avant de revenir à la normale et que je ne souris à Pablo.

« A 100% !
- Super, je vais informer Dyson. Tu remercieras Lucy de ma part ! On a rendez-vous près du lac à 13h, prépare toi bien, ça risque d'être mouvementé.
- C'est noté ! J'adore quand c'est mouvementé, ça me permets de tester ... mes nouveaux jouets.
dis-je en riant.
- Haha, à tout à l'heure alors, c'était un plaisir de te rencontrer !
- De même pour moi mais…une dernière question. Quand vous avez vu mon dessin tout à l’heure, vous sembliez inquiet, qu’est-ce-qu’il y a ? Il y a quelque chose que j’ignore ?
- Oh non, rien, j'étais juste impressionné, vous inquiétez pas.
 »

Je le regarde avec curiosité avant de sourire.

« Très bien, je vous fais confiance alors. A toute à l’heure. »

Le raccompagnant à la porte, je referme derrière lui et me rends dans la cuisine pour me servir un verre d’eau. J’avais encore en tête cet affreux cauchemar mais pourquoi…je m’étais vue enfant ? Et si je me trompais sur toute la ligne ? Et si depuis le début, Lucy me mentait ? Trop de questions qui me donnaient mal au crâne. M’emparant de mon macbook, je remonte dans ma chambre et m’assois sur mon lit avant d’ouvrir une page google et mes doigts glissant sur le clavier, je finis par cliquer.

Rêves prémonitoires, mensonges ou réalités ?

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

- Kara Lucy Walters - Evil Light -

Soreth Mouse


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Tom Ellis.

Ѽ Conte(s) : Disney Classique.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Mickey Mouse, la cèlèbre souris !

✓ Métier : Journaliste free lance.
☞ Surnom : Soreth.
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 392
✯ Les étoiles : 3916




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Lun 5 Mar - 5:28

Witch Hunt.
Toons Family.



Les événements du Noël passé avaient changé bien des choses dans ses habitudes de vie : puisqu’il avait donné sa parole sans réfléchir, son colocataire s’était trouvé un nouveau partenaire de bêtises en la personne de Simon,heureusement qu’il n’était présent qu’une semaine sur deux sinon l’appartement n’aurait pas fait long feu - sans trop se risquer à de sombres conjonctures, il n’aurait eu aucun mal à le voir brûler en moins d’un mois de présence intensive. Enfin… Il s’y faisait - ce n’était pas comme s’il pouvait revenir sur sa décision à présent, il n’osait imaginer la tristesse de son frère s’il le lui annonçait de but en blanc, et il ne voulait en aucun cas donner raison à Dyson. L’ancienne souris pouvait gérer les choses. De façon très correcte, qui plus est.

Néanmoins, il n’aurait jamais pensé que ce petit chamboulement puisse avoir de telles répercussions sur son mode de vie : en présence de l’enfant, il veillait toujours à faire des efforts pour ne pas lui donner un mauvais exemple. Il ne savait pas si c’était mûrement réfléchi, ou s’il s’agissait d’un quelconque instinct, mais il avait tendance à reléguer les alcools forts dans un coin de la maison pour les maintenir hors de portée de petites mains trop curieuses et, de ce fait, sa consommation réduisait de moitié sur ces semaines. Il en était de même pour son tabagisme, et cela le rendait un peu moins… Amer. Même s’il s'évertuait à clamer le contraire haut et fort - sa mauvaise foi, par contre, demeurait intacte...

Ce matin là, il s’était levé plus tôt que d’ordinaire, suffisamment pour croiser Castiel qui se préparait pour jouer son rôle de pasteur parfait. Ils échangèrent quelques mots à voix modérée pour ne pas réveiller Simon, avant de se séparer, l’un pour aller travailler et l’autre pour se préparer une tasse de café qu’il but tout en lisant le journal d’un air distrait. Le désavantage d’y travailler faisait qu’il connaissait la teneur des numéros avant même qu’ils soient parus. Dans la mesure où aucune modification de dernière minute n’était effectuée… Mais cela lui suffisait pour l’occuper, et lui donnait un prétexte pour prendre son temps. S’il devait fournir quelques articles avant la fin de la semaine, il n’avait pas jugé bon de s’y mettre : l’affaire n’était pas urgente, après tout…

Son petit-déjeuner sommaire achevé, il se rendit dans la salle de bain pour se doucher, et ainsi achever totalement de se réveiller. S’il était courant pour lui d’allumer une quelconque station de radio lorsqu’il se lavait, aujourd’hui seul le silence régnait. Ce qui lui permis d’entendre la sonnette raisonner dans tout l’appartement, lui tirant une grimace.

(... Vraiment ? C’est une heure pour venir déranger le monde, ça ? )

Peut-être s’agissait-il du facteur. Dans ce cas, il serait bien aimable de se débrouiller seul, et de laisser le paquet dans la boîte aux lettres prévue à cet effet… Il était sur le point de s’en persuader et d’achever de se rincer lorsqu’un deuxième coup de sonnette retentit, insistant. Cette fois-ci, il soupira, excédé. Coupant le jet d’eau, il sortit de la cabine pour passer une serviette à sa taille et se diriger vers la porte. Porte qu’il déverrouilla assez rageusement.



(Mais c’est pas vrai....)

Et le crétin qui n’avait pas trouvé de meilleure idée que celle de meurtrir ce pauvre carillon était… Dyson. D’ailleurs, il semblait légèrement décontenancé de le voir ainsi, ce qui justifiait probablement son manque de réaction. … Depuis quand cherchait-il à lui trouver des excuses ?

- Euh… oui. Salut. Tu es… occupé ?

Rectification : il s’agissait réellement d’un cas désespéré. Sa famille toute entière était du même acabit… Qu’avait-il pu faire dans une vie antérieure pour mériter un tel châtiment ? Exaspéré, il leva les yeux au ciel.

Mon Dieu, faites que ce soit un cauchemar...

Et sur ces bonnes paroles, il refermait déjà la porte. Il était décemment trop tôt pour que son idiot de frère ne vienne l’ennuyer de la sorte, et… Ses sourcils se froncèrent lorsqu’il mesura l’étrangeté de la chose : ce même-frère se débrouillait toujours pour le voir le moins possible, alors… Il se décida à maintenir la porte entrouverte pour le dévisager.

Et que veux-tu que je fasse, au juste ? Dois-je te rappeler que Simon est ici ? Et qu’il devait probablement dormir avant que tu n’aies la merveilleuse idée de t’acharner de la sorte ? Déjà, la journée lui apparaissait comme nettement plus sombre, et il soupira.Que veux-tu ? Tu passes ton temps à me fuir, et maintenant je te retrouve sur le pas de ma porte ? …

- Ça va, merci. Sa voix s’était faite ironique, mais c’était loin de le déstabiliser. Son regard baladeur, par contre, y arrivait bien mieux... J’avais pas envie de te voir non plus. Il suivit son regard pour découvrir un autre toons qui ne lui était pas inconnu, installé sur le capot de sa voiture. Il était définitivement trop tôt pour une réunion de famille… Je viens pour l’Équation de la Fin. On a une piste, de la magie chez les toons. C’est sérieux, on risque gros. On va chercher les secrets de papa dans les souvenirs de Bendy. Tu viens ou pas ? … C’est lui qui a insisté, tu te souviens certainement de José Carioca ? C’est Javier son prénom, maintenant.

… S’il avait su, il aurait réellement refermé cette maudite porte. Est-ce que venir démarcher au domicile des autres toons en baratinant tout le monde avec sa fichue Équation de la Fin était suffisant pour le - les - rapprocher à des Témoins de Jéhovah désaxés ? … C’était fatiguant.

Quel charmant programme. Et tu me laisses encore l’illusion du choix ? … C’est adorable. Il ne pouvait s’empêcher de se montrer ironique.Depuis le début, je me retrouve toujours mêlé de gré ou de force à vos histoires, alors... Autant gagner du temps et accepter tout de suite. Comme il s’en doutait, il s’agissait bien de José, un peu plus loin. Et cette nouvelle parvint à le blaser un peu plus. Vous avez vraiment des problèmes, tous les deux. Plus on vous en fait et mieux vous revenez ? … Tu comptes réellement me faire croire que c’est lui qui a suggéré cette merveilleuse idée ?

- Je te force pas. Si tu veux pas venir, viens pas. Tu insinues quoi là ? Oui c'est lui, il t'aime pas et c'est normal, mais il m'a répété que t'es un protecteur, blablabla.

Hm. Soit. Laisse moi le temps d’enfiler quelque chose, et je vous rejoins.

- Ok. Depêche. Le rendez-vous est à 13h mais faut qu'on discute d'un truc.

Il envisagea de lui répondre… Avant de secouer négativement la tête et de refermer la porte, sans tenir compte de protestations éventuelles. Sans traîner, il gagna sa chambre pour se saisir des premiers vêtements qui lui passaient sous la main et les enfiler, avant de s’asseoir sur son lit pour boutonner sa chemise lentement, se donnant ainsi le temps de réfléchir. Et s’il les laissait tout simplement en plan, qu’est-ce que…

- Quand est-ce qu'on part alors ?!

La petite voix parvint à le faire sursauter, tandis qu’il cherchait Simon des yeux.


... Évidemment. Te voilà. Ça me surprend que tu ne te sois pas montré plus tôt, tiens... Mais je peux savoir de quoi tu parles ?

- Bah de la magie noire et les souvenirs de Bendy qu'on va explorer ! On y va quand ? Tu amènes des pistolets ? Ah non pas besoin, Dydy peut donner des armes là bas ! Attends j'amène des chips !

Un sourire lui étira les lèvres, tandis que son petit frère se frayait un chemin pour venir s’installer sur ses jambes.

Et tu n'as pas honte d'écouter les conversations des autres comme ça ? Mais qui t'a éduqué franchement ?

- Bah, on a le même papa !

Si la réponse réussit à le surprendre un instant, il finit par en rire.

De toute façon, je n'ai pas eu l'impression que tu sois invité. Si c'est dangereux, c'est peut-être mieux que tu restes ici, non ?

- Maiiiiis j’suis super fort moi !!

Sans se départir de son air amusé, il lui ébouriffa les cheveux d’un geste affectueux.

J’en ai bien conscience. Mais si jamais on attaque Storybrooke pendant qu’on fait les idiots dans des souvenirs, qui parviendra à protéger la ville ?

Simon eut un air pensif, avant d’acquiescer pour lui-même.

- Moi je peux protéger Storybrooke !

" C'est vrai ? Je te fais confiance alors. Il lui fit un clin d’œil complice. Tu arriveras à te débrouiller ? Je ferai le plus vite possible mais… On partira seulement pour 13h, et je n'ai absolument aucune idée du temps que ça prendra. Je peux compter sur toi pour avoir un rapport détaillé de ce qui se sera passé ici en mon absence ?

- Oui ! Il regarda autours d’eux, avant de se pencher vers lui pour lui murmurer d’un ton plein de malice.Je sais où Dyson cache les bonbons.

Vraiment ? … Et bien, je suis impressionné. Je n’ai jamais réussi à la trouver, sa cachette… Mais n’en abuses pas, quand même.

Ses propos furent accueillit par un éclat de rire, tandis que le petit garçon s’enfuyait à toutes jambes sous son regard incrédule… Pour revenir quelques minutes plus tard, un sac rempli de paquets de chips à la main.

- Comme ça tu es prêt !

Je ne suis pas sûr d’avoir besoin de tout ça mais… Merci ? Tu es bien sûr de ne pas vouloir en garder un peu pour toi ?

- Moi j’en ai encore plein !

Bon… Si tu es sûr de toi.

Il prit le sac, se promettant de ne pas l’oublier quand il devrait partir pour de bon, et lui fit un grand sourire pour le remercier convenablement.

T’es super, p’tite terreur.

Il déposa le sac un peu plus loin, juste à côté de la porte d’entrée, avant de se résigner à sortir pour rejoindre Javier et Dyson. Ce dernier le regarda des pieds à la tête, avant de prendre la parole.

- Ce que les autres ne savent pas, à part Javier, Koléana, Harry et Panchito, c'est que j'ai vu cette magie. Elle vient de Hortensia, elle est là pour Bendy.

… Je ne peux que constater ton talent particulier pour t’attirer des ennuis. Enfin… Elle n’a pas trouvé de meilleure solution pour régler ses histoires de couple ? Réveiller Bendy lui est vraiment apparu comme étant la meilleure option ? ...

- Bah écoute, je sais pas, et j’ai pas vraiment eu l’occasion de le lui proposer d’autres, tu vois.

Hm, je peux comprendre. Enfin. Tu comptes rester ici encore longtemps ou... ? Je ne pense pas que laisser à Hortensia tout le loisir de se préparer soit la meilleure des idées. Même si ça ne m'enchante pas de me retrouver en si douteuse compagnie…

Il dévisagea José, avant d’hausser les épaules, comme pour se dédouaner de tous ses agissements passés.

Bienvenue parmi nous… Javier.

Sans grande surprise, ce dernier leva les yeux au ciel, sans lui accorder la moindre réponse.

- On sait pas depuis combien de temps elle se prépare, ça fait peut être même des décennies qu'elle est sur son coup. Ecoute, les enfants le savent pas. Si je te le dis à toi, c'est que je sais que t'as pas de coeur, donc si faut s'occuper d'elle, ne retiens pas tes coups. Elle est dangereuse.

J'apprécie, vraiment. Ça doit être le plus beau compliment que tu m'aies jamais fait... Mais ne t'en fais pas pour ça. Tu sais que retenir mes coups, ce n'est pas le genre de la maison.

Dyson haussa les épaules.

- Jouis pas trop, tu vas prendre la grosse tête. Un soupir. Tant mieux. Encore une chose, là où on va, on pourrait apprendre encore plus de chose à propos de qui nous sommes. Déjà que tu te plains de ta vie, ça risque d'être pire.

Pire, vraiment ? Je crois que tu surestimes l'aventure... Un sourire en coin étira ses lèvres.Te ferais-tu du souci pour moi, frangin ? Je pensais que cette lubie t'étais passée.

- Va te faire voir. … Et n’oublie pas, cet après-midi, 13h au lac.

Soreth les observa regagner leur voiture pour partir, et il ne se priva pas de le faire un signe de la main pour les saluer, réprimant un sourire moqueur. Puis il regagna son intérieur : il lui restait du temps avant de partir, et il y avait un Simon en totale liberté chez lui...



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Two weeks ago you said goodbye... I keep seeing you everywhere that I turn. I still feel your touch in my dreams . I still hear your voice...
   
crackle bones
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t73450-la-vengeance-est-un-p

Donald F. Antom


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Finn Jones :ohqueoui:

Ѽ Conte(s) : Mickey et Cie
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Donald, aka Fantomiald

☞ Surnom : Evie
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 88
✯ Les étoiles : 3211




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Lun 5 Mar - 19:19

Donald baillait. Comme à son habitude lors des jours de repos, il avait prévu de passer un peu plus de temps avec Daisy et les triplés. Un genre de rituel qu'il avait réussi à reprendre malgré les événements de Noël. D'abord génés par leurs attitudes respectives durant cette Malédiction, le couple avait réussi à retrouver leurs bonnes habitudes, remarquant à quel point ils tenaient l'un à l'autre. De cette manière, Daisy s'est montrée moins incisive envers son fiancé, et Donald plus prévenant envers elle. Du reste, Daisy et Donald ne savaient pas si les triplés avaient été affectés d'une quelconque façon. Ne voyant pas un changement dans leur comportement, ils n'en tinrent finalement pas compte. Ils ont tenu cependant à expliquer aux triplés les dernières nouvelles concernant les toons.

Habillé d'un simple caleçon et d'un T-shirt troué, Donald était installé sur la table de sa maison, et sa femme le rejoignit, habillée en chemise de nuit. Après avoir échangé un baiser, chacun préparait son café, attendant le réveil des triplés. Son année passée à travailler avait permit à la famille de vivre un peu mieux, donnant enfin l'impression à Donald de servir à quelque chose.

Echangeant un rapide baiser avec sa fiancée, Donald s'attendait à une journée tranquille, où il pourrait profiter de sa famille sans avoir à faire des efforts. Le bruit que firent Riri, Fifi, et Loulou en arrivant le tira de ce doux rêve. Malgré leur fatigue de la veille, le trio manifestait un véritable don pour être toujours en forme. "Oulà on se calme ! C'est le matin, laissez-nous le temps de nous réveiller."

"Bonjour Onc'Donald !"
dirent-ils tous en coeur.

"Vous avez bien dormis ? Je vous aient entendus sortir à deux heure... Vous êtes encore resté chez Géo c'est ça ?"
supposa Daisy qui déposa trois bols sur la table, remplit de chocolat chaud.

"Gagné..."

"Tu as..."

"Raison tante Daisy !"


Le reste du petit-déjeuner se déroula sans encombres, excepté quand Riri tenta de blaguer sur le rapprochement particulier entre leur oncle et leur tante. Bien sûr, aucune allusion aux événements de Noël, même si rien ne semblait pouvoir ébranler la bonne humeur des triplés.

D'un coup, Donald sursauta, entendant frapper à la porte de manière très insistante. Quelqu'un semblait être pressé de le voir. Avec lenteur, Donald se souleva de son siège pour ouvrir. Mais Riri fut plus rapide et devança son oncle et ouvrit en fracas. Un homme brun, de type caucasiens, un grand sourire sur le visage se présenta au jeune homme qui ne sut pas quoi dire pour le coup.

"Comment va mon vieux Donald ?!"

Sur le coup, le canard ne sut pas quoi dire. Les rares personnes qu'il connaissait étaient des toons, et ils étaient trop nombreux pour qu'il puisse deviner. Donald arqua un sourcil, ce qui fit réagir son curieux visiteur :

"C'est moi ! Panchiiiito !"

Sur ces mots, Donald se précipita vers son ancien camarade "Non... C'est toi ?" Il prit une grande inspiration et ajouta, le prenant dans ses bras : "Comment ça va mon pote ?"

"Ca va super ! Toujours aussi gaillard !"

"Chérie ! Panchito est là !"

"Siempre casado mi cabrón !"
s'exclama Panchito à l'adresse de Daisy qui fit un large sourire à cette remarque.

"Oui, et il a intérêt" répondit la jeune cane avant de lui faire la bise. Les triplés suivirent, curieux de ne pas savoir qui était l'homme en face d'eux et qui semblait connaître bien leur oncle.

"Je vous présente Panchito les enfants ! Un de mes anciens compagnons avant Wasteland !"

"Enchanté !" répondirent-ils tous ensemble.

Réussissant à entrainer les triplés dans un high five, Panchito s'écria joyeusement : "Appelez moi Pablo !"

"Qu'est-ce que tu fais ici ? Je n'ai plus eu de nouvelles depuis la sortie de Wasteland. José va bien ?"
demanda Donald, qui avait l'habitude de recevoir des nouvelles des plus étonnantes de la part de ses amis de longue date.

Faisant signe à Daisy de partir, la cane demanda aux garçons de l'aider à débarasser la table, et de ranger leurs chambres, leur arrachant un soupir d'agacement. Une fois la porte fermée, Panchito commença à s'expliquer.

"José va bien oui, il se fait appeler Javier maintenant."

Son visage devint plus sérieux. Ce qui conforta Donald dans l'idée qu'il était encore sur le point de partir à l'aventure.

"On a appris pour l'Equation de la Fin, ce que vous avez découvert le lendemain de noel, la menace de Bendy... il y a une nouvelle piste. On est en train de réunir toute la famille. Il y a de la magie chez les toons, de la sorcellerie, on vient de la découvrir. Elle peut être dangereuse, servir pour réveiller Bendy. Le plan c'est d'aller dans les souvenirs du traître pour savoir si on peut en apprendre plus sur cette magie."


"Toutes les pistes sont bonnes à prendre. Si ça peut me permettre de protéger ma famille, je vous suis !"


"Donald, il se peut qu'on soit amené à combattre des gens redoutables qui ne reculeront devant rien. Même pas tuer."

Sur ces mots, Donald repensait à sa sensation de vide qu'il avait ressentie lors de la malédiction. De ce vide dans son coeur, et du néant. Il avait battu beaucoup de ces créatures, et il était toujours là. Toujours vivant. Oui, il voulait être optimiste. "Je te mentirais si je disais que je n'ai pas peur. Mais je peux pas laisser Daisy et les triplés prendre des risques à ma place. Je suis avec vous."

"Je suis ravi de l'entendre mon frère. Mais ce qui me préoccupe c'est... jusqu'où doit-on aller si le combat se présente. Peut-être qu'il faudra tuer pour protéger les notres, Donny."


"Ecoute, ça sert à rien de se prendre la tête pour ce qui pourrait arriver. On s'en est toujours sortit mon frère. D'une manière ou d'une autre. Ok ?"


"Tu as raison mon frère. Je l'espère en tout cas."


Voyant qu'il était toujours en caleçon, le canard s'exclama d'un coup : "J'imagine qu'on doit partir tout de suite ? Je vais préparer ce qu'il faut et je te rejoins. Pas un mot à qui que ce soit là dessus. Je n'ai pas envie de voir mes neveux se faire du mouron."

"Non, tout le monde se rejoint à 13h près du lac. Comme ça tu as du temps pour te préparer. Ecoute... peut-être devrais-tu prendre le soin de cacher ta famille en lieu sur quand tu n'es pas là. Encore une fois, on ne sait pas de quoi sont capable nos ennemis."


"J'y réfléchirais"


"A tout à l'heure, Donny."
dit-il après une tape dans le dos de son ami. Lorsqu'il ferma la porte, Donald fut soulagé. Pour une courte durée. Un raclement de gorge l'interompit dans ses pensées.

"Tu m'explique ou tu t'enfuis ?"


"Chérie ! Je ne voulais pas te dégager, c'est juste que..."


"Tu vas encore partir à l'aventure avec les autres ? Tu n'as rien retenu de ce qui s'est passé l'an dernier ?" cria Daisy qui semblait d'un coup à cran.

"Je dois les protéger ! On est à deux doigts de découvrir la solution pour l'Equation de la fin ! et... !"

"Mais j'ai besoin de toi ! Pas seulement pour moi, mais aussi pour Riri, Fifi, et Loulou. Tu crois que je vais m'en sortir si tu n'es plus là ?"

A la réflexion, Donald eut une pensée pour sa femme, qui avait dû bosser pour deux pendant sa longue période de chômage. Et de la peine qu'ils ont eu à construire une relation à cause de cela. Mais son identité de Fantomiald prenait le dessus. Il voulait les aider.

"Quand tu t'es battu comme un fou contre ces ombres, j'ai eu peur pour toi. Et pourtant, tu les as battues unes par unes alors que moi je... Je t'ai jamais vu comme ça avant. Tu étais... le petit gringalet à l'école, et même avec ton nouveau corps, tu es resté timide..."

Devant Daisy, qui était au bord des larmes, Donald brûlait d'envie de lui dire quelle était son autre identité. Mais il craignait de la mettre en danger, elle et les triplés. De ne plus pouvoir la voir si elle savait. S'approchant de lui, la cane lui murmura : "Je veux pas te perdre..."

L'enlaçant dans les grands bras, Donald tenta de la bercer comme il le pouvait. "Je te jure que je serais de retour..."

Ce furent finalement quand les triplés jetèrent un oeil à la scène que le couple décidèrent d'en discuter calmement, parvenant enfin à un compromis. La famille devait partir en vacances quelques jours, et Donald pouvait partir l'esprit tranquille. Géo avait autorisé son ami à donner des gadgets à Daisy et le trio, pour leur permettre une défense en cas d'attaque ennemie. L'inventeur s'est même portée garante de la sécurité de la famille.

Le coeur lourd, Donald se retrouva seul chez lui, ses gadgets de Fantomiald étendus autour de lui. Il avait peur.

Sebastian Dust


« Nous tendons vers toi
notre nez mouché,
et pas mouché »


avatar


╰☆╮ Avatar : Eddie Redmαyne.

Ѽ Conte(s) : Les Cinq Légendes.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le Mαrchαnd de Sαble.



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 4571
✯ Les étoiles : 19182




Actuellement dans : « Nous tendons vers toi notre nez mouché, et pas mouché »


________________________________________ Lun 5 Mar - 20:22





Witch Hunt

« J'écrivais des silences, des nuits, je notais l'inexprimable. »

Depuis son retour de l’île de la Réunion, Sebastian profitait d’un peu de repos bien mérité en… Déménageant les dernières affaires de sa maison. Ils n’avaient pas encore exactement trouvés ce qu’ils cherchaient avec Louise mais ça ne l’empêchait pas de mettre en carton tout ce qui pouvait l’être : livres, bibelots et autres affaires dont ils pouvaient se passer. Ils avaient racheté un peu de vaisselle sommaire dans un marché aux puces pour combler celle brisée par Sherlock et le Niffleur et déplacé quelques meubles voir vendu d’autres. Le gardien ne possédait pas tant de choses que cela mais il n’y avait qu’en les rangeant qu’on se rendait compte à quel point on emmagasinait des affaires ; parfois avec beaucoup d’importance, d’autres bien moins. Leurs recherches tranquilles avançaient à leur rythme et ils avaient installés une espèce de routines faites de surprises au jour le jour. Bien qu’ils aient déjà vécus ensemble, cette fois c’était une dernière étape avant le grand départ et ils savaient tout deux à quel point elle pouvait compter.

Louise venait d’entrer dans la cuisine dans un bâillement, vêtue d’un sweat trop grand pour elle et de lunettes rondes, lorsque quelqu’un frappa à la porte de la maison. Un coup d’œil à l’heure : huit heures. C’était un peu tôt pour une visite de courtoisie, non ? Se retournant pour déposer un mug sur la table, il servit la jeune femme avec du thé qu’il venait de préparer et se dirigea dans l’entrée, mordant dans son croissant délicieux avant que celui-ci ne refroidisse trop. Quelle ne fut pas sa surprise de tomber nez-à-nez avec une femme digne aux cheveux flamboyant et un homme sans âge qu’il avait déjà croisé il y a quelques mois : Koléana et Harry. Brièvement il baissa les yeux sur sa tenue décontractée : un tee-shirt simple et un jeans, pas du tout de quoi accueillir des invités de ce genre ! Lui qui ne mettait cela que lorsqu’il restait à la maison… Il se mordit l’intérieur de la joue, essayant d’avaler plus rapidement sa bouchée pour ne pas paraître trop impoli.

« Bonjour Sebastian, on vous dérange ? » S’enquit Harry dans un petit sourire.

Le marchand de sable secoua vivement la tête après quelques instants, s’écartant du passage pour les laisser passer devant lui. Lorsqu’il eu refermé la porte, Louise apparue dans l’embrassure entre la cuisine et le couloir, sa tasse dans les mains ; un petit froncement de nez lui indiqua qu’elle n’avait aucune idée de qui ils étaient. Cela ne les empêcha pas de la saluer.

« Bonjour, mademoiselle. » Déclara Koleana poliment. « Si cela ne vous dérange pas, pourrions-nous parler à Sebastian seuls à seul ? »

Sab les invita à entrer au salon tandis que sa petite amie haussait un sourcil. Elle désigna ses lunettes à l’aide de son index et de son majeur, puis les pointa en direction du marchand de sable. Message reçu : il lui devrait des explications dès qu’ils seront partis. Esquissant un sourire doux suivi d’un clin d’œil, il pénétra dans la pièce et alla doucement fermer la seconde porte qui menait à la cuisine.

« Nous venons pour parler de l'Equation de la Fin... » Attaqua directement la toon, mettant fin au suspens. « Un nouvel élément s'ajoute à l'engrenage. On a ressenti une sorcellerie chez les nôtres, ce qui n'est pas naturel. Nous pensons que depuis que l'Equation a été révélée... certains essayent de réveiller Bendy. »

Bendy, ce nom ne lui était pas inconnu. Il lui fallut quelques instants avant de re-situer le personnage et un éclair lumineux traversa son regard quand il s’en souvint : le toon maléfique. Celui qui résidait dans la prison… Qu’il portait autour du coup. Comme pour en être sûr, le gardien attrapa le réverbère qui brillait d’une lueur douce et le leva devant lui.

« Exactement. C'est pourquoi je pense que de nous tous, vous êtes peut-être celui qui est le plus en danger. On peut forcer le protecteur à ouvrir le réverbère, mais par le biais de la torture... et je ne sais toujours pas si cette torture est mortelle ou non. »

A cette idée, Sab grimaça purement et simplement. La torture ce n’était vraiment pas quelque chose qui lui parlait ni qui lui plaisait ! Si elle était abolie depuis longtemps c’était bien pour une raison, non ? Et puis, quel genre de torture exactement ? Non pas qu’il soit plus douillet que la moyenne mais s’il pouvait éviter de se faire malmener… Il savait que le sable le protègerait quoi qu’il en coûte mais pour avoir expérimenté des blessures au cours de ses aventures il n’avait aucune envie de recommencer. Bien que Louise possède un pouvoir de guérison, il était hors de question de l’utiliser pour cela et d’y avoir impunément recours – mieux valait faire attention où on mettait les pieds.

Pris d’un doute soudain il désigna sa propre tête, la paume vers le bas, et fit un geste du plat de la main. L’image de Simon, alors protecteur du reverbère la première fois qu’il l’avait rencontré, venait de lui revenir en mémoire : est-ce qu’avoir le crâne coupé en deux faisait partit des tortures évoquées ? Est-ce que Simon avait payé le prix pour se trouver prisonnier d’une prison d’obscurité à veiller un lampadaire ?! S’eut au moins le mérite de tirer un rire à Harry.

« Ce n’était pas de la torture, c’est comme ça qu’est le crâne de CupHead en tant que toon. »

Ah bah si c’était comme ça qu’il était au naturel… C’était une autre question, qu’il faudrait poser au créateur des toons. Mais pour l’heure, concentrons-nous sur l’essentiel : la torture, disait-il ?

« Comment quelqu’un qui est dans le Réverbère peut-il forcer une personne à l’extérieur de celui-ci ? »

Le majordome reprit son sérieux, échangeant un regard avec Koleana.

« Je ne sais pas, c'est ce qui m'inquiète... »

« Nous savons que Noir a forcé Mugman, l'un des anciens protecteurs qui se trouvait à l'intérieur, d'ouvrir le réverbère ; et nous ne savons pas comment il a fait, ni... ni s'il est en vie dans la prison ou non... »

Ca n’était pas très bon signe ça… Le sourire doux de Sebastian disparu progressivement. Elle leur avait raconté l’histoire au travers des générations quant ils l’avaient retrouvées, mais de là à réaliser que Mugman – le frère de CupHead et des autres – pouvait être mort ou bien subir une torture depuis tout ce temps pour ce qu’il avait fait… C’était particulièrement horrible à imaginer. C’était ainsi que devaient finir les différents protecteurs dans cet univers ? Pourtant ils avaient réussi à changer le rôle de Simon sans que celui-ci n’en soit plis impacté, non ? Le marchand de sable l’avait revu depuis leur retour à Storybrooke et le garçon avait l’air de très bien se porter.

« C'est pourquoi nous sommes venus. Pour vous prévenir, essayer de vous protéger. Nous allons dans le Lac des Souvenirs pour chercher des réponses et trouver comment éviter le pire, et vous, vous devez être en lieu sûr. »

Sebastian désigna sa maison au-dessus de lui : il était déjà en lieu sûr techniquement. Par contre… il n’aimait pas tant l’idée qu’ils étaient en train de formuler. Harry et Koléana étaient en train de lui demander purement et simplement de se tenir à l’écart de ce qu’ils allaient tous entreprendre. Certes, il n’était pas un toon et n’avait donc pas à se mêler de toutes leurs histoires ; mais il s’y était retrouvé lié désormais. Et il n’était pas franchement question qu’ils aillent prendre des risques de leur côté et que lui reste sagement assis dans son canapé.

« Vous voulez que j’aille loin des toons, alors que ceux sont eux qui seront plus à-mêmes de savoir ce qu’il se passe ? Qu’en pense Dyson ? »

Contre toute attente… Ils eurent clairement l’air embarrassé.

« Nous n'avons pas vraiment démontré à Dyson que tu étais surement en danger. »

« Il est préoccupé par beaucoup de choses déjà… »

S’il y avait bien une chose que Sebastian respectait absolument, c’était la loyauté. Dyson lui avait fait confiance, par deux fois depuis qu’ils se connaissaient, et aujourd’hui deux personnes – certes importantes – voulaient décider pour lui ce dont ils auraient du parler tous ensemble ? Même s’il ne connaissait pas complètement leur univers, il avait écouté assidûment leur histoire et avait bien compris que Dyson était une pièce maîtresse de tout leur engrenage. Si lui n’était pas au courant, c’était d’autant plus dangereux que s’il l’avait été. Et puis, Sab n’aimait pas tant l’idée de faire profil bas comme un lâche – il ne s’appelait pas Pitch, lui.

« Allons lui demander, dans ce cas. »

R2pondit enfin le sable, tandis qu’il joignait ses paumes l’une contre l’autre devant lui avec un sourire décidé.

« Dyson voudra que vous veniez avec nous, pour garder un œil sur vous. »

Très… Aimable ? C’était à la fois plein d’attention et un tantinet dérangeant sur le principe, même s’il en comprenait les premières raisons. En tant que gardien du réverbère, il portait la responsabilité du retour de Bendy sur les épaules.

« C'est couru d'avance. Mais vous éloigner est peut être mieux. »

Sab secoua la tête de droite à gauche, sans vouloir offenser ces deux personnes, il était assez grand pour prendre ses décisions.

« Quand on cherche à éloigner un problème, on ne fait que se rapprocher de lui. »

Il y eut un silence entre eux, comme s’ils réfléchissaient à un autre moyen de le dissuader… Pourtant, la femme finit par afficher un petit sourire amusé.

« J'imagine que vous avez un point commun avec Dyson. »

« Dyson ? » Harry sembla intrigué, avant de sembler comprendre. « Ooh, ça veut dire que vous allez pas changer d'avis, n'est-ce pas ? Vous êtes vraiment sûr de vouloir venir ? »

Sebastian désigna le pendentif autour de son cou, l’air assuré.

« On m’a nommé Protecteur du Reverbère, ce n’est pas pour aller me cacher à la première occasion. »

« C’est vrai… » Fini par déclarer Koleana, se tournant vers Harry. « … Que les protecteurs ne sont pas nommés au hasard, il gagne un point. »

Il eut un petit sourire, rassuré de les voir enfin comprendre le fondement même de son caractère : le marchand de sable n’était pas un lâche et lorsque quelque chose se tramait, il était prêt à aider ceux qu’il considérait comme ses amis. Dyson lui avait prouvé qu’il lui accordait sa confiance, à lui d’honorer le rôle qu’il avait accepté de le laisser porter au milieu des siens.

« Dois-je vous suivre tout de suite ? Ou j’ai le temps de dire au revoir à ma… Petite amie ? »

« Le départ est à treize heures au lac… » Harry semblait anxieux de lui donner cette indication, pourtant il n’avait plus vraiment le choix. « Préparez-vous, et surtout, prenez le temps d'y réfléchir, vous pouvez encore changer d'avis. »

La toon lui tapota doucement le bras.

« N'as-tu donc rien appris avec Dyson ? Inutile d'insister, nous ne réussirons jamais à le convaincre du contraire. »

Voilà, elle, elle marque un point ! Sebastian leur adressa un sourire qui se voulait rassurant et encourageant et ce ne fut que lorsqu’ils rouvrirent la porte du salon qu’il réalisa une maladresse !

« Un café ? »

Ecrivit le sable, soucieux d’avoir ainsi manqué aux règles de politesses et de bienséance lorsqu’on devenait l’hôte de quelques invités ! Décidément, après le style vestimentaire un peu trop décontracté, voilà qu’il ne pensait même plus au bien être des visiteurs. Il fallait avouer qu’il n’avait pas l’habitude de recevoir du monde mais depuis cette aventure en décembre, il côtoyait un nombre impressionnant de nouvelles venues chez lui.

« C'est gentil de proposer. Ca va aller cependant. »

Oh… Pourvu qu’il ne les ait pas vexés !

« On doit en parler aux autres, et surtout, on ne veut pas s'imposer, surtout si vous avez de la compagnie. »

Elle lui adressa un sourire entendu et il poussa un soupir, passant sa main dans sa nuque sous la gêne. Il était rapidement intimidé sur ces sujets, très pudique sur les relations qu’il pouvait entretenir en privé. Louise était… Sa Louise.

« A tout à l’heure. »

Il les raccompagna à la porte et, une fois les marches du perron descendues, Koleana se retourna une dernière fois.

« A tout à l'heure Sebastian. Préparez-vous bien. »

Doucement, le marchand de sable referma la porte d’entrée. Il attendit quelques instants, jusqu’à entendre les petits pas feutrés de Louise en chaussette au bout du couloir qui le firent se retourner. La jeune femme, brosse à dent dans la bouche, le désigna avec cette dernière d’un air solennel avant de poursuivre sa routine matinale. Sab sourit un peu, amusé, avant de s’approcher d’elle. Il se pencha pour déposer un baiser sur son front, appuya sur son nez, joueur, puis hocha la tête à sa question silencieuse.

Il allait lui expliquer. Pas tous les détails, genre on allait éviter la partie sur la torture, mais au moins l’essentiel. Et le principal : il allait (encore) devoir s’absenter sans elle. A cette idée il passa un bras autour d’elle et se retint de rire devant le dentifrice qui commençait à couler à la commissure de ses lèvres. Elle se vengea en l’aspergeant d’eau depuis la salle de bain. Bonne joueuse. Très bonne joueuse. Au moins cette aventure commençait dans la bonne humeur malgré la gravité sous-jacente de la situation.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Maybe life has broken you
BUT IT CAN NEVER DESTROY YOU
IF A MAN CAN CLIMB OUT OF THE ABYSS
THAT MAN HAS A SOUL OF A KING



http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t27074-tant-qu-il-y-a En ligne

Koléana


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Carice van Houten

Ѽ Conte(s) : Intrigue Toons
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La protectrice des souvenirs, l'une des trois toons originels



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 16
✯ Les étoiles : 700




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mer 7 Mar - 8:05



Witch Hunt



Nous étions venus pour le convaincre, et c'est lui qui nous a convaincu, nota Koléana en s'éloignant de la maison de Sebastian, amusée, marchant aux côtés de Harry.
Mais Harry lui, était bien plus anxieux que la toon. Ça ne me rassure pas qu'il s'approche de Bendy, même en souvenir. Qu'il s'approche de ceux qui lui veulent du mal pour ce qu'il porte au cou.
Si l'on réfléchit bien... Soreth et Park sont en danger pour détenir deux des trois objets qui peuvent créer la vie. Simon, pour avoir été un ancien protecteur, a peut-être une légère emprise sur le réverbère, comme Bendy sur l'encre, et peut donc être en danger. Tous les protecteurs sont en danger, toi aussi, pour faire parti de l’Équation... et finalement, si (quand ?) Bendy arrive, tous les toons seront en danger. De toutes façons, nous ne pouvons plus revenir en arrière, notre vie à tous est dangereuse.

Harry soupira, sans répondre. Quand elle se rendit compte de ce que cela signifiait, Koléana baissa les épaules, presque découragée. Ah non ! Tu ne vas pas faire ton Dyson !
Le Sorcier haussa un sourcil. C'est une mauvaise chose ?
Oui. Se porter responsable de tout ce qui arrive. Dyson le fait, il garde la tête haute mais personne ne le croit quand il dit qu'il va bien.
Mais... j'ai rien dit !
Harry, j'ai 500 ans, ça fait bien longtemps que j'ai passé l'âge d'être dupe.

Il sourit, finalement amusé.

Où va-t-on ensuite ?

Koléana leva sa robe qui trainait sur le sol comme elle en avait l'habitude depuis toujours, pour regarder ses pieds, qu'elle préférait nus habituellement. Je vais passer à la maison pour mettre des chaussures. Et ensuite, je dois aller parler à Barry, il travaille au Granny's.
Je t'accompagne alors. J'irai voir Park ensuite.

Alors qu'il marchait, Harry ne put s'empêcher de faire ce qu'il faisait tout le temps en sa compagnie. Regarder le visage de Koléana, son regard qui se posait tout autour d'elle. Le ciel, le sol, les maisons et les arbres. Elle semblait apprécier toutes les sensations de la vie. C'était si agréable de voir quelqu'un qui arrivait à capter tous les détails de l'existence pour les apprécier, ne négligeant aucun petit plaisir qu'elle pouvait avoir.
Koléana avait déjà remarqué qu'elle se faisait observer par le nouveau sorcier, très peu de choses échappe à l’aînée des toons. Mais elle qui avait été déconnectée de la vie si longtemps ne le relevait pas, pas très certaines des habitudes les plus courantes, bien qu'il n'y avait qu'Harry qui le faisait. Il fallait dire que ça ne la dérangeait pas vraiment.

Ca te fait plaisir n'est-ce pas ? Dire que tu as une maison, pouvoir marcher à l'air libre.
Koléana sourit. Après 100 ans dans une grotte, je dois dire que oui. Ne plus être seule c'est certainement le plus grand plaisir que je peux avoir depuis décembre. Elle rigola un instant. C'est pour ça que je t'invite autant chez moi pour dîner. Voilà bien longtemps que je n'ai pas eu à m'occuper du dîner pour des invités. J'aimais tellement cuisiner au château de papa lorsqu'il avait des invités. Harry constata pendant une toute petite seconde, sa lèvre inférieure avait tremblé, mais son regard qui s'était voilà reprit immédiatement son éternelle lumière. On reverra tout ça là-bas. Quelques jours avant ma naissance, certes, mais la vie ne devait pas être très différente.

Elle changea tout de suite de sujet. Elle s'était efforcée de ne pas y penser depuis qu'ils s'étaient mis d'accord pour ce plan. Ca me réchauffe le coeur de voir Simon aussi heureux avec Soreth et Dyson. Depuis le lac pendant tout ce siècle, j'avais ressenti à quel point ses frères lui manquaient. Son sourire aujourd'hui vaut toutes les beautés du monde. Je suis aussi très contente d'avoir rencontré le petit Lukas. Avec tout ça... ça parait si irréel que nous risquons autant aujourd'hui...

Harry ne répondit pas, plongeant ses mains dans les poches, en souriant devant le visage de son amie qui rayonnait à ces pensées. Il regarda de nouveau devant lui, le regard vers le sol, réfléchissant à tous les problèmes de leurs vies. Koléana savait qu'il n'était pas heureux. Elle savait qu'Harry ne savait plus vraiment qui il était. Elle aimerait tant pouvoir l'aider.

Ils finirent par arriver près de la maison de bois de Koléana. Sa petite résidence longeait le lac de la ville, pour être proche des souvenirs qu'elle protégeait. Cependant, ils eurent tous les deux la surprise de voir un certain garçon près de l'étendu d'eau, qui s’apprêtait à plonger un pied, avant qu'on l'interpelle. Simon ? Tel un enfant fautif pris en flagrant délit, l'enfant se redressa d'un seul coup, comme pour paraître innocent lorsqu'il s'était retourné vers sa grande sœur.

Simon, est-ce que Soreth sait que tu es ici ?
Oui !
Simon ? Il rentra la tête dans les épaules sans la quitter des yeux. Il savait très bien qu'il était impossible de mentir à son ainée, elle le savait toujours quand on ne lui disait pas la vérité.
Pourquoi es-tu là ? Demanda Harry, intrigué.
Je voulais voir le Lac des Souvenirs encore une fois. Mais juste un peu hein !

Tout le sang et l'encre présent en Koléana s'était refroidie en un frisson, alors qu'une incroyable tristesse tomba sur elle toute entière, quand elle comprit ce qu'il voulait. Il avait du entendre le discussion entre Dyson (puisque c'était lui qui devait informer son frère) et Soreth, pour avoir eu l'idée de venir vérifier...

Tu es venu chercher les souvenirs de ton frère...
Harry haussa les sourcils en comprenant ce que Koléana venait de dire à son expression dévastée. Mugman. Simon, tu es venu...
Voir s'il est encore en vie. Le garçon tourna le dos aux deux adultes, croisant les bras. Koléana elle voulait le prendre dans ses bras. Mais elle le connaissait, elle savait qu'il ne voudrait pas dans cet état. Alors elle lui expliqua simplement, sur un ton doux et maternel, en s'approchant du garçon, accroupie près de lui.
On ne peut pas accéder aux souvenirs qui sont nés à l'intérieur de la prison, Simon. Tu n'aurais pas pu le savoir, tu sais.
C'est pas juste, il était pas méchant.

Le coeur de Koléana venait de se briser, alors qu'elle se tournait vers Harry avec un regard incroyablement triste. Le sorcier le lui rendit, impuissant.
Il avait juste peur quand Bendy est venu.

Le frisson d'effroi qui parcouru le corps de Koléana fut plus fort que le précédent, alors qu'elle reporta rapidement son attention vers son frère, hésitante, troublée. Il voulait pas être méchant !
Simon ! S'écria la toon avec une voix cassée. Simon... Simon je ne savais pas ça ! Affolée, elle tenta de se remémorer cette journée. Quand nous sommes arrivés, tu étais déjà... enfin Bendy t'avait... Et Mugman était avec lui, son regard était sombre. Papa les a mis dans le réverbère pour mettre un terme à tout ça et...
MAIS IL L'A AIDE PARCE QU'IL AVAIT PEUR C'EST PAS JUSTE !

Koléana, horrifiée, se leva d'un seul élan. Elle lança un regard paniquée à Harry, alors qu'elle leva une main vers sa bouche. Elle était au bord des larmes. Le Sorcier posa ses mains sur ses épaules, plongeant son regard dans le sien. Il ne t'a jamais dit ça ?
Koléana hocha la tête négativement. Elle se rappelait juste de ce qu'ils avaient constaté, de la peine immense que son père et elle-même avaient eu en voyant que Mugman était devenu le complice du Traitre.
Elle se défit de l'emprise d'Harry, se retournant vers le lac en agitant une main vers celui-ci. Il prit une teinte rosée, alors qu'elle commençait à s'y engouffrer. Harry la suivit, rapidement. Attends ! Tu vas où ?!
Dans les souvenirs de Simon. Je dois savoir. Je dois regarder ce qu'il s'est passé !
Koléana, attends ! Mais rien n'y fit, aucune interpellation ne l'arrêtait. Harry continuait de la suivre, dans les couloirs du château que Koléana avait rénové, bien plus beau et imposant qu'auparavant, montant les escaliers pour arriver devant la porte de Cuphead. Elle tourna la porte sans hésiter, et se concentra sur le souvenirs dans lequel elle voulait se rendre, et aussitôt, le décor changea autour de la toon et de l'homme qui l'accompagnait.


Cachés derrière un mur, ils le virent. Le toon, dans sa forme démoniaque, arriver, dominant, effrayant, près de Mugman et Cuphead qui venaient de résister à toutes ses attaques.

Ça suffit ! Bendy leva la main qui tenait le diamant vert, le coeur des toons, qu'il avait après avoir tué Felix. Il le dirigea vers Cuphead, qui se fit aspirer sa vie, avant que son corps, inerte, ne s'écroule par terre. NON !

Mugman tremblait, pleurait, alors que Koléana se rongeait les ongles, essayant de retenir ses larmes. Harry vit bien que c'était dur pour elle de regarder. Il posa une main, douce, sur son épaule, et parla en murmurant. Tu n'as pas à regarder ça.
Elle ne répondit pas, lui indiquant par son silence qu'il fallait qu'elle voit si Simon avait raison.

Bendy tendait la main vers Mugman, le menaçant avec le cœur. Il lui avait imposé de l'aider, il insistait. Mugman... en sanglot, hochait la tête de droite à gauche. Il ne voulait pas. Bendy fit un pas vers lui, qui prit peur. Pétrifié, il finit par hurler. D'accord ! S'il te plait... C'est d'accord...

Koléana ne put retenir ses larmes davantage, éclatant en sanglot, rebroussant chemin pour revenir dans le château avant que la projection de Bendy ne l'entende. Dans le couloir, elle s'était précipitée dans les bras d'Harry, pleurant toute la peine qu'elle avait eu d'entendre ça. Papa s'était trompé ! Il n'a jamais été corrompu par Bendy ! Harry, on a enfermé un innocent !
Ce n'est pas de ta faute, tu ne peux pas...

Elle se défit de lui, reprenant son chemin, les yeux rougis par les larmes, vers la sortie. J'étais là. J'aurais du l'empêcher. J'avais ce souvenir avec moi depuis le début Harry ! J'aurais pu faire en sorte qu'il ne soit jamais allé dans cette prison !
Demande à Sebastian de le libérer alors ! S'il est encore en vie, on sait maintenant qu'il n'est pas méchant. On ne risque rien.
C'est exactement ce que Bendy attend. Qu'on ouvre la porte, il en profitera pour sortir. C'est bien trop dangereux. Si on fait ça...
On risque de déclencher toute l’Équation avant d'en avoir toutes les pièces.
Mugman a souffert. Oh non... Harry, il est peut-être mort à cause de notre stupidité ! Le regard, la voix de Simon quand il m'a dit ça, c'était horrible !

Elle s'arrêta devant la sortie du château. Elle posa une main sur la porte, posa son front sur son bois, laissant échapper les nouvelles larmes qu'elle avait encore.

C'est pas juste...

Harry ne savait pas quoi faire pour l'aider. D'abord hésitant derrière elle, peiné de la voir ainsi, il finit par s'approcher pour posa sa main dans son dos. On va empêcher Bendy de détruire de nouveau cette famille. Cet après-midi, on va trouver le secret d'Hortensia, et on va l'arrêter. Je ne peux pas permettre que le Traitre ne nous détruise de nouveau.

Koléana se redressa doucement, essuyant ses larmes du revers de la main, hochant la tête. Il avait raison. Elle devait se concentrer là dessus aujourd'hui. Allons-y Harry. Nous avons encore le reste du groupe à informer.

Tandis qu'il partagea avec elle un regard entendu, elle poussa la porte. Lorsqu'ils sortirent du lac, ils ne virent pas Simon. Il a du rentrer, s'il a compris qu'il ne peut pas savoir si son frère est en vie.
Koléana regarda la ville au loin, le regard toujours rempli d'une grande peine. Je n'ai jamais vu Simon comme ça. J'avais déjà senti sa peine, mais jamais il ne m'a parlé comme ça avant. Je ne lui connaissais pas ce regard.
Il ira mieux, on fera en sorte qu'il aille mieux. On se battra pour lui. C'est une promesse.
Elle lui répondit par un sourire reconnaissant. Je vais aller voir Park, on se voit tout à l'heure.
D'accord. Et moi Barry. A tout à l'heure Harry.

Il s'éloigna, avant qu'elle ne l'arrête en l'appelant par son prénom. Merci. Il lui sourit à son tour, avant de continuer sa route. Koléana resta ainsi quelques instants, regardant le lac en pensant à la colère de Simon, avant de prendre des chaussures et s'en aller à son tour.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Suddenly we make war for the peace
SUDDENLY WE'RE NEAR TO THE DEATH
Near to the death to protect our lives


Park Hyo-Jin


« Vous auriez pas
une dinde au four ? »


avatar


╰☆╮ Avatar : Arden Cho

Ѽ Conte(s) : Folklore Coréen, Rox et Rouky
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Gumiho, Rox

✓ Métier : Etudiante en psychologie et assistante vétérinaire


☞ Surnom : Maëlle/Hyo/Park
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1321
✯ Les étoiles : 245




Actuellement dans : « Vous auriez pas une dinde au four ? »


________________________________________ Jeu 8 Mar - 13:39

Witch Hunt
Des toons, des protecteurs et des inconscients
Huit heures... voilà ce qu'indiquait le réveil lorsque Park ouvrit les yeux en grognant. Qui osait la dérangé aussi tôt le matin ? Les gens ne savaient pas qu'il y en avait qui dormait à cette heure là ? La jeune femme se leva tant bien que mal, se dirigeant ainsi vers la porte. Comment cela se faisait-il d'ailleurs que quelqu'un avait trouvé l'entrée du manoir ? Même en connaissant sa position il était difficile de le voir avec le camouflage. Bizarrement, elle ne fut pas surprise de la réponse à sa question en voyant la personne en face d'elle. Il s'agissait d'Harry, le nouveau Sorcier. Il avait forcément dû user de ses pouvoirs pour trouver l'entrée.

« - Bonjour Park, je dérange ?
- Un peu. C'est pour quoi ?
- Je peux repasser tout à l'heure si tu veux, c'est à propos de l'Equation de la Fin.
- Tu viens de me réveiller alors tu as plutôt intérêt de m'avoir dérangé pour quelque chose. Je t'écoute donc pour l'Equation de la Fin.»

La coréenne se poussa de l'entrée, invitant l'homme en face d'elle à s'installer dans le salon. Ce n'était pas tout mais rester à discuter sur le pas de la porte n'était pas vraiment ce qu'elle préférait. Il faisait froid dehors. Et puis il serait là pour peu de temps.

« - On a retrouvé de la magie chez les toons, de la sorcellerie, et c'est pas normal. Pour essayer de trouver son origine pour faire en sorte que cette magie noire n'aide pas Bendy, on va aller voir ses souvenirs.
- Les souvenirs de Bendy ? Koléana sera donc présente.»

La jeune femme se demanda comment la soeur récemment retrouvé allait géré la situation. Dyson était assez remonté contre sa famille, même s'il avait l'air d'apprécier la jeune femme ce n'était pas le cas pour tout le monde...

« - Exact, elle nous ouvrira.
- Comment ce fait-il que la magie soit présente chez les toons pour aider Bendy ? Des toons cherchent-ils à la libérer ?
- On ne sait pas comment c'est arrivé, c'est ce qu'on va chercher. Mais oui, il semblerait que certains veulent encourager son retour.»

D'après l'avis de la Gumiho, cette histoire commençait assez mal, même très mal.

«- Je suis venu te demander si tu acceptais d'être des nôtres, tu es une protectrice. Mais avant, j'aimerais te poser une question sur la magie. Tu as déjà été touchée par de la magie noire ? A part la malédiction bien sur.
- Je suis toujours prête.»

Pourtant, la jeune femme sembla réfléchir quelques instants à la question du nouveau sorcier. Avait-elle déjà subit de la magie noire ? Sans doute. Déjà rien que sa transformation de renard à humaine relevait sans doute de la magie noire. Comme lorsque la petite sirène se retrouve avec des jambes dans le conte.

«- Oui j'ai déjà été touché par de la magie noire. Notamment a la Réunion.
- Vous résistez bien à la magie ?» Demanda-t-il a la renarde d'un air très sérieux.

«- Normalement oui.
- Il y a quelque chose que je dois te dire, on s'est mis d'accord sur ceux qui pouvaient savoir. On l'a pas encore dit à Sebastian, mais toi et lui n'avez aucun lien avec elle donc... on a jugé bon de vus prévenir. En décembre, Dyson et José Carioca ont retrouvé Hortensia, la mère de ses enfants. Avec... de la magie noire, et l'intention de libérer Bendy.»

L'ancien apprenti sembla embarrassé durant quelques instants par cette information. Hé ben, Dyson savait bien s'entourer en tout cas, pensa la coréenne.

«- Peu sont ceux qui le savent, ce serait dur pour les enfants de Dyson, surtout Barry, qui l'aimait beaucoup. On aimerait attendre de voir comment la situation évolue avec elle. D'apprendre l'origine de son pouvoir.
- Je savais que la compagne de Dyson était spéciale mais là ça dépasse mes attentes. Vous n'avez aucunes connaissances de son but ? Pourquoi veut elle ramener Bendy ?
- Etre puissante, assouvir des désirs de cruautés, qui sait. » Répondit le Sorcier en haussant simplement les épaules.

«- Vu ce qu'on a dit de Bendy je ne pense pas qu'il soit du genre à partager...
- On ne parle pas de partager, mais il faut bien s'entourer.
- Tu as raison... de tout façon je vous suis. Dyson sait très bien que j'accepte d'aider.
- C'est une bonne chose que tu sois là. Je suis un peu inquiet que Sebastian soit des notre, mais vous deux serez certainement un atout pour l'expédition. On risque beaucoup à s'aventurer dans les souvenirs de Bendy. Beaucoup peuvent en sortir avec de lourdes cicatrices. Que vous soyez détaché de la famille va nous aider. Une plus grande objectivité envers nos ennemis sera sans doute bénéfique.
- J'espère bien que nous serons un atout. Dyson nous avait déjà mêlé à ça pour cette raison entre autre. Vous pouvez compter sur moi pour protéger le pinceau. J'espère juste que ça ira pour Sebastian. Il détient la prison.
- Oui. Il risque beaucoup.»

La voix de l'homme semblait étrange, son ton laisser à supposer qu'il ne disait pas tout mais qu'il aurait aimé le dire. Park ressentit son inconfort à travers ces sens. Pour une fois, cette stupide empathie lui serait utile.

«- Avez vous omis de me dire quelque chose Harry ?
- Oui. On se retrouvera à 13h au lac pour aller explorer ces souvenirs.
- Même si cette information est importante ce n'est pas ça dont je parle. Ne me croyez pas stupide, je ne suis pas née de la dernière pluie.
- Juste... il faudra faire attention dans cette équation.
- Que se passe-t-il réellement Harry ?»

Harry regarda Park, hésitant. Cela se voyait qu'il doutait encore de s'il faisait le bon choix de lui dire. Pourtant il soupira juste en signe de soumission à sa demande.

«- Ne le dites à personne, Park. Je suis très sérieux.
- Je jure de ne rien dire.»

Le magicien n'ajouta rien de plus et fit apparaître un manuscrit dans ces mains. Il ouvrit quelques pages avant de le tendre à Hyo-Jin. Celle-ci le pris solennellement dans ces mains. Park reconnu le livre comme étant le manuscrit du Sorcier; il parlait de l'Equation.

«- Quand j'avais découvert ça à l'époque, le Sorcier m'a effacé les souvenirs. Tu comprendras pourquoi. Je me suis souvenu de tout en décembre, ce qui m'a permis de retrouver les manuels depuis. Je suis d'accord qu'effacer les souvenirs n'est pas une solution. Mais comme lui, je ne peux pas me résoudre à révéler ça aux toons sans avoir trouvé de solution avant.»

Park prit le temps de lire la page, il s'agissait de la fin de ses descriptions de l'Equation. Cette page amenée des éléments en plus de ce qu'ils savaient déjà. Seulement ce que lut la renarde ne lui plut pas réellement:
"Il me faut annuler cette équation, mais l'inquiétude du combat et du destin finira par la provoquer à force de s'y préparer. C'est pourquoi je me résoudrai à la supprimer des mémoires. Mes études sur cette Equation qui permettra la libération, puis le succès de Bendy sont encore inexactes, et je ne sais pas si je les préciserai plus tard, car qui peut savoir ce que mon premier fils a en tête... mais j'ai bien compris une chose. Quand l'Equation commencera, du sang coulera. Qu'importe l'issu, je n'ai pas réussi à trouver une fin dans laquelle personne ne meurt, que l'on gagne ou que l'on perde. Je ne peux pas laisser les toons mourir. Aucun d'entre eux. Si ce plan ne fonctionne pas, je ne saurais pas quoi faire."

«- Mais. Comment est-ce possible ? De toute façon rien n'est jamais gagné avant d'avoir essayé ! Et nous sommes tout deux au courant de ce manuel. On pourra les surveiller de près.
- Je ne sais pas. Ça doit faire partie des angles de l'Equation qu'on ne connait pas, mais il doit y avoir des choses qui vont se produire qui nécessitent une vie, peut-être. Je ne sais rien là-dessus.
- Même si c'est le cas, on avisera à ce moment. Nous ne pouvons jamais être sûr de l'avenir à 100% surtout que le sorcier estimait ça il y plus de 500 ans. Il ne savait pas que Storybrooke serait créé et que d'autres êtres se joigneraient à eux.
- Mais il savait pour l'Equation.
- Certes. Mais il ne sait pas tout. Même les dieux ne peuvent tout prévoir.
- Puisses-tu avoir raison, Park.»

Elle aussi espérait avoir raison. Elle avait l'habitude de mentir mais cette fois-ci elle l'avait fait pour se persuader elle même que tout irait bien. Que personne ne mourrait comme avant. La Gumiho n'était pas prête de revoir un autre sacrifice idiot. Mais s'il y en avait besoin... il se pourrait bien qu'elle se porte volontaire ce coup-ci. Elle savait qu'elle ne devait pas mettre les autres au courant. Surtout pas Dyson, il risquerait de vouloir encore en prendre la responsabilité sinon.

«- Ne t'inquiète pas Harry. S'il y a besoin je serais là pour intervenir. J'ai bien pris connaissance du document.
- Merci. Oui. Il ne nous reste plus qu'à explorer les souvenirs de Bendy et comprendre la magie d'Hortensia. Je vais te laisser ici. A tout à l'heure, et merci encore.
- Je serais là à l'heure. Merci Harry.»

Park raccompagna alors Harry jusque sur le pan de la porte, le laissant partir comme il était venu. Elle referma ensuite lentement la porte et c'est une femme inquiète qui se dirigea vers sa chambre préparer ses affaires. Heureusement pour elle, le manoir était encore vidé de toute autre vie humaine, personnes ne pourraient lui demander pourquoi son visage laissait-il autant transparaître ses émotions alors qu'elle avait su les refouler devant Harry.
code by bat'phanie

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
WITCH
HUNT
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t42652-le-ruse-petit-renard- http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t53820-park-un-renard-pas-comme-les-autres http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t65620-ce-n-est-pas-du-futur-que-tu-as-peur-ce-qui-te-rend-anxieux-c-est-de-repeter-le-passe#634240

Calamity Hernandez


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Ana de Armas

Ѽ Conte(s) : Disney Classique
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Minnie

☞ Surnom : Cal
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 64
✯ Les étoiles : 1000




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Jeu 8 Mar - 22:32


Witch Hunt
« On prend les mêmes et on recommence »



Une fois mes deux invités indésirables partis et Silly, rallié à ma cause, monté prendre sa douche, je me posais dans la cuisine songeuse devant ma tasse de thé. Ce n'était finalement pas plus mal d'aller visiter les souvenirs de Bendy, j'allais pouvoir me faire une idée du personnage comme ça. Je ne savais pas vraiment dans quoi je m'embarquais pour être honnête. Je voulais simplement que pour une fois Soreth et Dyson payent pour leurs actions. Ils faisaient comme si leurs actes n'avaient aucunes répercutions sur les autres mais c'était faux. Des personnes souffraient et ce n'était pas juste. Il n'y en avait que pour les mêmes dans cette bande. Et ils osaient appeler ça une famille. C'était pitoyable. Je relevai les yeux de sa tasse de thé lorsque Silly revint dans la cuisine pour me dire au revoir. Je lui adressais un petit sourire et lui souhaitait une bonne matinée de cours.

"Et n'oublie pas, je passe te prendre après tes cours de la matinée pour aller au lac."

Je lui adressais un dernier signe d'au revoir alors qu'il quittait l'appartement. J'étais seule désormais, j'attrapais le journal et commençais à lire les nouvelles du jour lorsque la sonnette se fit de nouveau entendre. Je fronçais les sourcils en me rendant à porte pour aller ouvrir. Que de visiteurs ce matin, ça commençait à devenir suspect. C'est donc dans un soupir que j'ouvrais sur une femme souriante et visiblement de très bonne humeur au vu de son salut enthousiaste.

"Bonjour !"

Je haussais un sourcil surpris avant de rendre son sourire à ma visiteuse inconnue.

"Bonjour ! Je peux vous aider ?"

Je restais polie malgré la méfiance que j'éprouvais envers cette femme. Je ne l'avais encore jamais vu avant et je préférais rester prudente.

"Nous sommes de la même famille, et tu ne me reconnais pas ? C'est triste !"

Sa bonne humeur pourtant ne l'avait pas quitté malgré sa tristesse feinte. Un léger sourire intrigué naquit sur mes lèvres. Encore un membre de ma famille donc ? Intéressant.

"J'ai revu beaucoup de membres de ma prétendue famille aujourd'hui mais.... je crois savoir qui tu es... Hortensia."

Je m'écartais de l'encadrement de la porte pour la laisser entrer avec un grand sourire ravi.

"Je t'en prie entre grande sœur ou peu importe notre lien de parenté."

Elle entra sans se départir de son sourire, examinant chaque recoin de l'entrée de l'appartement. Cherchait-elle quelque chose ? Si oui, quoi ? Mais ce n'était pas vraiment la question en soi.

"Techniquement, c'est mon père qui fait parti de ta génération de toon, comme la plupart des toons d'ailleurs. Ce qui fait de moi ta nièce mais tu sais détails détails. Aujourd'hui, elle se retourna vers moi les mains sur les hanches. On aura tout le loisir de devenir sœurs."

Je haussais les épaules sans me départir de mon sourire tout en l'invitant à entrer dans le salon. Tous ces liens entre toons me passaient bien au dessus de la tête. Je trouvais ça d'un ridicule de nous inventer un lien familial qui n'existait même pas. Juste parce que nous avions le même créateur.

"Ce n'est qu'un détail..."

D'un mouvement de main, je lui désignais le canapé et l'invitais à prendre place.

"Et donc que me vaut la visite de ma nièce ? Excuse moi... J'ai un peu de mal avec notre arbre généalogique. Il faut dire que je ne cherche pas particulièrement à m'intégrer à cette... famille "

Je grimaçais légèrement pour bien faire comprendre que je n'avais d'ailleurs aucune envie que ce dernier fait change.

"Puis-je t'offrir un café ou un thé ?"

"Un thé ne serait pas de refus !"

Hortensia finit par s'installer sur le canapé alors que je lui adressais un sourire aimable.

"Oui je sais bien, on sent ta haine pour Dyson vibrer jusque dans la forêt. Je me suis dis que quelqu'un avec tant de colère envers lui ne peut pas se battre avec lui contre Bendy. Je me trompe ? Si je me trompe pour ce qui est de Bendy, je serais assez déçue, je dois avouer."

Un petit rire amusé m'échappa alors que je m'éloignais vers la cuisine pour aller chercher la théière que je venais tout juste de préparer, accompagnée de deux tasses.

"Tu as de la chance, je venais tout juste de faire une théière."

Je servis le thé dans deux tasses avant de m’asseoir à ses côtés sur le canapé avec un petit sourire.

"Tu ne te trompes pas. J'avais dans l'idée d'aller à ce lac pour trouver un moyen d'aider Bendy à se libérer de sa prison... Et quelque chose me dit que tu es ici pour m'aider dans cette quête. Je me trompe ?"

Je lui adressais un petit sourire au dessus de ma tasse de thé brûlante.

"Parfait, je compte bien sur ta présence là bas."

Elle sortit une potion de sa poche.

"Il va falloir que tu mène ton enquête, il n'y a qu'une infiltré comme toi qui pourras le faire. Tu chercheras où se trouvent les collines de l'esprit. Tu devras y aller avec Kara, seules, c'est important. Puis elle devra ingurgiter le contenu de cette fiole. Dans un verre d'eau, quelque chose à manger, je suis certaine que tu sauras t'y prendre. Quand sa magie fera effet, je serai prête de mon côté."

Elle m'adressa un clin d'oeil auquel je répondis par un léger sourire confiant pour montrer que j'avais parfaitement compris de quoi elle me parlait.

"Et Bendy devrait être des nôtres d'ici la fin de la semaine. Vous passerez plusieurs jours dans ce souvenir, les réponses ne leur viendront pas aussi vite. Tu as donc du temps. Qu'en penses-tu ? Prête ?"

Prête ? Prête pour quoi ? Pour trouver une colline magique dans un rêve ? Pour voir Bendy apparaître aussi vite ? Pour laisser notre avenir entre les mains d'une gamine comme Kara ? Pourquoi cette petite gourde ? Je savais que Kara était la fille d'Hortensia mais cela n'en faisait pas une des nôtres pourtant je saisis la fiole tendue dans ma direction avec un petit sourire.

"Je suis prête... Mais pourquoi Kara ? Qu'a-t-elle de si spéciale ? Elle n'en a que pour son père tu sais..."

Je posais un regard désolée sur ma prétendue nièce. Après tout, c'était elle la mère rejetée par ses propres enfants. Mais à mon grand étonnement, elle se mit à rire.

"Il n'y a pas que Kara, tu sais, si tu vois ce que je veux dire."

Elle tapota un doigt sur sa tête avec un regard complice. Un éclair de compréhension passa dans mon regard et un sourire complice se dessina sur mes lèvres. Ingénieux vraiment...

"Je vois parfaitement..."

"Pourquoi elle ? Et bien, c'est justement pour elle qu'elle est importante pour le sort qu'on prépare. Tu es formidable Calamity."

Elle bu une gorgée de thé avant de reprendre.

"Le monde manque de femme comme toi. Je suis certaine que nous serons de parfaites amies."

Elle se leva et je l'imitais.

"Hélas, je ne peux pas rester plus longtemps, mais merci pour le temps, c'était délicieux."

Je lui adressais un petit sourire à ses remerciements.

"Merci à toi pour cette visite et merci..."

Merci de m'impliquer dans quelque chose... De me donner de l'importance. De m'offrir un rôle réel dans la libération de Bendy. Je n'étais plus seule. Je ne serais plus jamais seule contre Dyson et Soreth. Je lui adressais un petit sourire complice avant de la raccompagner vers la porte.

"Je suis convaincue que nous sommes faites pour nous entendre Hortensia."

Et j'étais presque sincère. J'avais la sensation d'avoir enfin rencontrée la personne qui comprenait parfaitement ce que je vivais au quotidien.

"Oh ! J'allais oublier, un détail dérangeant, mais trois fois rien. C'est moi qui ai parlé de toi à mes...à mes collègues. Et je dois t'avouer que certains d'entre eux étaient assez sceptiques. Pour une raison absurde, ils pensent que tu es bien trop proche de... Pluto, qu'importe le nom qu'il utilise aujourd'hui. Amoureuse, vont-ils dire. Et, nous ne doutons pas de ta motivation aujourd'hui pour notre cause, ni du fait qu'il te suivra, mais Silly -oh ! voilà son nom- est... bien trop doux pour une telle cause. Il n'a pas la confiance de notre cercle. Mais moi, je suis certaine que tu vas pouvoir me rassurer à ce sujet n'est-ce pas ?"

Je fronçais les sourcils un moment à ses paroles avant d'esquisser un petit sourire.

"Qu'ils ne s'inquiètent pas... Je gère Silly. Il fait ce que je lui demande et dans le cas contraire et bien... j'imagine que je pourrais me passer de lui..."

J'étais désolée pour Silly mais c'était mon avenir qui se jouait ici même. Et je ne pouvais pas me permettre de tout gâcher pour lui et ses doutes. Je savais que j'étais capable de le convaincre de me suivre. La question ne se posait presque pas d'ailleurs. Hortensia me servit un sourire rayonnant.

"Je le savais. Il ne faut pas leur en vouloir, ce sont d'éternels sceptiques. Mais tu finiras bien vite pas les rencontrer et savoir de qui je parle, j'en suis certaine. Après ce qu'il va se passer dans les souvenirs... ils auront hâte de te rencontrer, j'en suis certaine."

Un sourire confiant et serein s'étira sur mes lèvres. J'étais impatiente de découvrir ces fameux "ils" mais chaque chose en son temps.

"J'ai hâte de les rencontrer. Après tout... nous suivons tous le même but final... Délivrer Bendy de ce sort qu'il ne mérite pas."

Une lueur d'impatience brilla dans mon regard alors que je fixais Hortensia sans me départir de mon sourire. Nous avions l'air de deux conspiratrices sur le pas de ma porte. Ce que nous étions, il n'y avait aucun doute là-dessus.

"Exactement !"

Elle leva les yeux sur moi.

"Aaah, c'est une journée parfaite. Ravie de t'avoir rencontrée Calamity. On se reverra très vite."

"Tu es la première vraie bonne nouvelle de ma journée Hortensia. J'espère te revoir très souvent ici quand tout sera fini."

Avec un joli sourire, je me penchais délicatement pour déposer une bise sur sa joue.

"Je serais la tante dont tu as besoin chérie."

"Ça me fait plaisir,je n'oublierai pas."

Sur un dernier clin d’œil et un baiser mimé, un nuage noir l'enveloppa et la téléporta vers un endroit inconnu. Je refermais la porte derrière elle avec un petit sourire aux lèvres. Tout ceci bien sûr donnait à réfléchir mais je savais désormais ce qu'il me restait à faire et j'avais une réelle raison de me rendre à ce lac. C'est donc avec une pointe d'impatience que j'allais chercher Silly à l'heure de midi. J'avais pris soin d'emporter avec moi la fiole de potion vidée dans une bouteille d'eau et quelques gâteaux pour Silly. Le strict minimum pour un tel voyage et l'accomplissement de ma mission.

Arrivés au lac, je constatais que nous étions les derniers. Je hochais la tête en direction des personnes présentes pour les saluer. Il y avait le grand timide à l'air d'ahuri de la dernière fois, le protecteur du réverbère. La protectrice du pinceau avec son air farouche. Harry avec son air d'empaffé aux côtés de Koléana. Dyson, Soreth et toute la clique habituel. Javier et un homme que je ne connaissais pas encore en plus. Dyson comme toujours pris la parole en premier comme pour montrer son importance. Je me retins de lever les yeux au ciel devant autant d'arrogance.

"Merci d'être venu. Il est possible qu'aujourd'hui, nous avancions dans l'Equation de la Fin, ce qui ne sera peut être pas... surement pas de tout repos. Mais c'est ensemble que notre père nous a dit de combattre, et nous réussirons ainsi."

Je pinçais les lèvres légèrement. Son simulacre d'unité me faisait doucement rire. il n'y avait pas d'unité possible et il n'y en aurait jamais tant que certains se croiraient supérieurs aux autres. Koléana leva la main vers le lac qui prit une teinte rosée-rougeâtre avant de donner des précisions.

"Nous ne voyageons pas dans le temps, c'est impossible. Nous entrons dans la projection d'un souvenir, mais ce sera exactement comme si nous étions. Nos paroles, nos actes, tout se mêlera à cet espace-temps, nous ferons part de ce monde. Quand nous sortirons, rien de tout ça se sera produit dans le passé, bien évidemment. C'est pourquoi il faut être prudent, essayer de ne pas trop modifier le cours des choses, afin d'avoir les réponses le plus fidèlement possible. Vous devez savoir que vous pouvez être blessé là-bas, vous ne sentirez pas de différences avec le vrai monde. Quand vous verrez notre père, ne lui dites pas que nous sommes ses enfants du futurs bien sûrs, ça pourrait attirer les méfiances pour des raisons évidentes. Enfin, le Bendy que nous croiserons viendra de naître. Il a l’apparence de Felix, et est encore bienveillant, pendant les 2 siècles qui suivent sa naissance. C'est tout ce que vous avez besoin de savoir il me semble. Des questions ?"

Je secouais la tête. Je n'avais aucune question, juste l'envie d'avancer et de commencer enfin cette aventure qui promettait d'être pleine de rebondissements.

"Je pense que nous pouvons y aller vu que personne n'a de questions."

J'avançais vers le lac avant de me tourner vers Koléana pour avoir son feu vert qu'elle donna en avançant elle même dans le lac pour nous retrouver dans un immense hall d'entrée. J'entendis plusieurs sifflements impressionnés donc celui de Dyson et je levais légèrement les yeux au ciel. Ils n'avaient donc jamais vu de château de leur vie ?

"Ça ne ressemblait pas à ça la dernière fois."

Je soupirais, comprenant encore moins son air d'ahuri s'il était déjà venu. Koléana haussa les épaules en réponse.

"J'ai eu le temps de refaire la décoration en deux mois."

Bien bien bien... C'était passionnant tout ça... Mais je n'étais pas venue ici pour avoir des cours d'art déco. Heureusement, nous bougeâmes assez rapidement pour emprunter les escalier de gauche. Nous arpentâmes quelques couloirs avant d'arriver devant une porte noire et rouge très vieille et usée comparée au reste du palais. Koléana poussa la porte difficilement nous invitant à rentrer. La pièce était noire avec des sphères de couleurs flottantes tout autour de nous. Je me retins fortement de ne pas en effleurer une, cela aurait certainement était malvenu. Une fois que tout le groupe fut entré, Koléana tendit la main et une sphère se déplaça vers elle pour se poser dans sa main. D'un coup, le décor changea...Nous n'étions plus dans l'espèce de pièce au sphère mais dans un magnifique jardin. Et Dyson une fois de plus crut bon de la ramener avec une espèce de trémolo au fond de la voix.

"Je n'aurais jamais cru revoir cet endroit un jour..."

"Bienvenue dans les jardins que le château avait quand il se posait sur terre. Nous sommes en 1518, dans un monde de contes."

Je laissais mon regard parcourir les jardins avant qu'un détail ne me choque. Je m'attardais un instant sur les vêtements de Silly et constatait qu'il portait une espèce de tunique immonde et un pantalon de cuir. Je baissais le regard sur ma propre tenue avec un regard horrifié. Adieu mes Louboutins et ma jupe crayon saillante. Et ne parlons pas de mon sac Chanel qui s'était transformé en un vulgaire sac en lin. Heureusement son contenu n'avait pas disparu. Je poussais un soupir.

"So médiéval !"

Je reniflais dignement avant de redresser la tête vers Silly et de sourire amusée par sa tenue.

"Il paraît que le cuir revient à la mode..."

Une façon comme une autre de dédramatiser la situation. Je me tournais ensuite vers Koléana.

"Bon et maintenant ? Parce que c'est bien joli de refaire un remake du passé en tenues d'époque mais on cherche quoi et par où ? On ferait pas mieux de faire plusieurs groupes ? Diviser pour mieux régner ?"

Koléana semblait troubler par quelque chose quand elle prit la parole pour l'expliquer. Même si pour être honnête, je me fichais éperdument de ses troubles internes.

"C'est la première fois que je visite un souvenir dans lequel je ne suis pas née. C'est assez troublant."

Elle se tourna enfin vers nous comme prenant conscience de mes paroles.

"Tu as raison. Nous pourrions faire..."

Du bruit se fit entendre, des voix approchant dans notre direction, des gens marchant dans le jardin et venant du château. Koléana dans un élan de panique nous ordonna de nous cacher.

"Marchez vite, on va se cacher plus loin !"

J'attrapais la main de Silly et me dirigeais vers les premiers buissons à ma portée sans vraiment me presser. Une fois cachée, je tentais de percevoir les arrivant entre deux branches. Les voix se firent plus distinctes. Il s'agissait visiblement de deux hommes.

"Les ogres sont trop nombreux, à moins que vous ne trouviez le moyen d'augmenter votre magie considérablement, ils arriveront sur le royaume et nous piétinerons !"

J'arrivais enfin à les apercevoir. Un vieil homme en tunique bleu, sans aucun doute le Sorcier, notre créateur et un chevalier en armure qui portait son casque sous le bras. Plutôt mignon dans son genre d'ailleurs. Le créateur prit la parole pour répondre à ce qui semblait être un sujet sensible.

"L'alliance avec les orcs n'a donc pas donné suite ?"

"Non, mon père. Nous n'avons aucune communication de leur part. Le roi commence à comprendre que nous devront nous passer d'eux."

Le Sorcier s'arrêta de marcher pour lui faire face.

"Nicolas, mon fils, cesse de craindre. Ces ogres sont peut-être la plus grande menace que le roi, comme toi et tout le royaume ayez connu, mais j'ai déjà fait face à bien pire."

"Père..."

"Nicolas, le roi Phillipe III te connait depuis que tu es enfant. Il t'a fait chevalier, à ma plus grande fierté, parce qu'il a confiance en toi. Je suis son second, il a aussi confiance en moi. Tout cela pour une bonne raison : nous sommes capable de vaincre !"

Le chevalier ne répondit pas. Le Sorcier continua sur sa lancée.

"Bendy nous attend. Si ce premier toon se porte bien, la famille qui le suivra aidera le monde entier."

"Demain, certainement. Pourrions-nous nous occuper de la menace d'aujourd'hui ? Je peux me dépêcher sur la terre des orcs s'il le faut."

Le Sorcier se contenta de rire alors qu'ils reprennaient leur marche.

"Ta hâte aura raison de toi un jour."

"Ton calme aura raison de toi !"

Ils disparurent de notre champ audio et visuel. Je me tournais vers Koléana en fronçant les sourcils suspicieuse.

"Tu ne nous avais pas dit que père avait un vrai fils. Tu as encore d'autres secrets dans le même genre ?"

"Je n'en savais rien... Je suis censée naître dans quelques jours avec Noir, comment se fait-il que je n'ai jamais rencontré ce Nicolas ?"

Koléana semblait troublée par cette révélation alors que Dyson comme d'habitude refaisait son drama pathétique.

"J'ai vu le fantôme de père le mois dernier, je lui ai hurlé dessus pour tous les secrets qu'il nous a caché, mais il en a gardé encore une centaine ! C'est pas vrai ça !"

Ça devenait lassant à force de l'entendre se plaindre, je levais les yeux au ciel alors que Harry y allait de sa petite théorie.

"Si ce Nicolas est nouveau pour tout le monde, ça fait un élément de l'histoire que nous ne connaissons pas. Il détient peut-être une part de la vérité que nous cherchons."

Ils avaient réellement la réflexion d'une moule c'était pas possible... Et encore... J'étais méchante avec la moule. Je poussais un soupir exaspéré.

"Ou alors, il est mort... Tué par un de ces ogres... ça vous a pas traversé l'esprit une seconde ? C'est peut-être pour ça qu'il a accéléré votre création à Noir et toi. Parce que de ce que je viens de comprendre... Bendy était encore à la phase de surveillance et on crée pas d'autre expérience quand on est pas vraiment sûr du premier. Il avait peut-être un vide à combler tout simplement..."

Franchement... Même le plus profond des crétins aurait pu déduire ça. Et Dyson me tapait vraiment sur le système...

"Et t'es pas le centre du monde Oswald. Il avait pas besoin de te confier tous ses secrets."

"Quand ce sont des secrets, qui nous permettent d'éclaircir la vérité pour préserver la survie de toute la famille en empêchant le meurtrier originel de revenir, si."

Et voilà... C'était reparti... J'allais vraiment finir par lui en coller une...

"Elle doit avoir raison. Pour Nicolas. S'il n'est pas mort entre temps, je ne vois pas comme c'est possible pour moi d'avoir ignoré son existence. Mais Harry doit aussi avoir raison. Une part de nos origines aussi forte et pourtant aussi secrète doit forcément cacher quelque chose."

Je commençais à bien l'apprécier finalement Koléana...

"Pour ce que j'en sais, il a dû confier ses secrets à Bendy. Tous ses secrets. Parce que c'est lui le premier né. Pas toi Oswald."

Je lui lançais un regard dédaigneux avant d'inspirer profondément pour me calmer un peu. Je commençais à en avoir assez qu'il joue au petit chef en permanence.

"Il faut trouver Bendy, suivre le Sorcier et suivre ce... Nicolas. Chacun d'entre eux mène à une piste... et à des éléments nouveaux pour la compréhension de l'Equation."

C'est là que Harry décida d'intervenir à son tour...

"Et les orcs. Je me souviens que dans sa première bibliothèque, il y en avait tout un rayon, mais les manuscrits ont été brûlés, il ne restait que quelques couvertures avec leur nom. Je n'y avais jamais fait plus attention que ça."

Ce qui laissa légèrement perplexe. Mais qu'est-ce qu'on en avait foutre sérieux ? Il aurait très bien pu lire la bible en vieil hébreu que ça n'aurait rien changé à notre problème actuel. Je lui lançais donc un regard blasé.

"C'est bien... mais là, je vois pas trop à quoi ça nous sert de savoir ça... Sauf si vous voulez aller faire un tour dans sa bibliothèque pour faire de la lecture."

Franchement parfois... je me demandais à quoi certaines personnes servaient. Je pris un air blasé alors que Koléana prononçait les premières paroles censées de cette expédition.

"Très bien. Séparons-nous."

Un petit sourire s'étira sur mes lèvres. Alléluia !

"Très bien... je pars avec Silly et Kara. On ne se connaît pas encore et c'est dommage."

Je me tournais vers la jeune femme avec un sourire chaleureux. Les premiers rouages de mon plan se mettaient en place. Plus qu'à trouver cette colline machin truc des esprits et le tour serait joué. Un petit sourire satisfait s'étira sur mes lèvres alors que je glissais mon bras sous celui de Silly et l'entraînait à ma suite vers Kara.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Precious Girl

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 6
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

[Toons Episode 3] : Witch Hunt - Fe





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les alentours :: ➹ La forêt