MAGRATHEA :
28.10.18
de Natoune


LA MAISON :
14.11.18
de River


BIENTOT :
02.12.18
de Tigrou


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ La Maison ☆ Evénement #101
Une mission de River Frost - Depuis le 14 novembre 2018
« Oserez vous franchir les portes de notre demeure ?! »

Partagez | .
 

 [Toons Episode 3] : Witch Hunt - Fe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage

Calamity Hernandez


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Ana de Armas

Ѽ Conte(s) : Disney Classique
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Minnie

☞ Surnom : Cal
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 64
✯ Les étoiles : 1000




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Sam 31 Mar 2018 - 18:58


Witch Hunt
« On prend les mêmes et on recommence »



Du drama en voici en voilà ! Encore du drama. Toujours du drama ! Ils ne pouvaient donc pas accepter leur défaite sans en faire des tonnes ? Je les avais trahi ? Bouhouhouhou ! Silly les avait trahi ? Explosion d'incompréhension. Mais moi, je n'étais pas étonnée. Je savais qu'il voulait me protéger, là où il avait échoué avec Mickey, il pensait pouvoir réussir avec Minnie. Mais je n'étais plus cette souris naïve. Je savais ce que je voulais, je savais ce qu'il fallait que je fasse pour me protéger, protéger Silly et ramener un peu de justice et d'équilibre dans ce monde. Plus Nicolas parlait et plus je me retrouvais dans ses paroles. J'avouais avoir été surprise en découvrant son identité, je ne m'étais pas attendu à ce que ce chevalier pataud et rempli de bons sentiments mièvres devienne aussi attirant et aussi badass.

Comment était-il devenu aussi intéressant et puissant ? Je voulais connaître ses secrets, j'étais avide d'en apprendre plus. Et la réponse fut donné simplement. Le Vésuve ! J'avais senti son pouvoir et ses ténèbres en moi avant qu'ils ne me soient retirés. Je n'arrivais pas à déterminer si c'était une bonne chose ou non. J'aurai pu devenir comme Nicolas, une telle puissance l'habitait désormais. Quand on faisait la comparaison entre l'ancien lui et celui qu'il était devenu, il n'y avait pas photo. Et ce cadeau m'avait été arraché. Je n'en voulais pas à Silly. Pas vraiment. Je comprenais la peur qu'il avait dû ressentir en me croyant morte. Mais me laisser envahir par les ténèbres en quoi était-ce si mal ? Si c'était pour obtenir le pouvoir de changer les choses ?

Dans l'état actuelle des choses, je me sentais inutile. Les combats s'engagèrent dans tous les sens et je ne pouvais rien faire d'autre que me cacher derrière Nicolas, Moïra et Holly. Je n'avais pas leurs dons et je me sentais tellement impuissante. Je détestais cette sensation. J'aurais aimé pouvoir participer au moins un peu. Moi aussi, je voulais taper sur Dyson. Mais après tout, il s'agissait des retrouvailles familiales entre Holly et sa famille. Je pouvais bien lui laisser le plaisir de frapper Oswald la première. Pourquoi ne voyaient-ils pas que tous nos problèmes avaient commencé avec lui ? Pourquoi étaient-ils aussi aveuglés par lui ? Je restais dans l'incompréhension la plus totale. N'avaient-ils pas écouté les paroles de Nicolas ? Il ne souhaitait que l'unité entre nous tous. Une unité qui offrirait une réelle équité entre tous ses membres. Une grande et belle famille.

Mais pour le moment, il y avait trop d'obstacles pour que cela puisse être possible. J'observais Lucy se retourner contre nous pour rejoindre son père. Prévisible. Cette petite dinde n'était pas suffisamment intelligente et censée pour faire les choix qui s'imposaient. Elle choisissait la voix des faibles et de la facilité. Sa présence dans notre groupe était une erreur à mon sens. Elle ne serait jamais des nôtres, elle idolâtrait bien trop son père pour ça. Kara avait réussi à lui retourner le cerveau je ne savais par quel moyen tordu. Je devais bien avouer que la soudaine super force de Dyson était impressionnante mais ce qui me surpris le plus fut l'apparition de Koléana. L'expression de son visage ne laissait rien présager de bon. Et ses paroles confirmèrent mes doutes. Une immense vague s'abattit sur nous, nous emportant dans son sillage. Lorsque l'eau eut disparu, je me trouvais au sol face au lac.

Mes vêtements étaient secs et je remarquais avec plaisir que j'avais retrouvé ma petite jupe crayon que j'avais mise ce matin. Je me redressais pour observer mon environnement et j'en conclue que nous étions de retour à Storybrooke. J'avisais le reste du petit groupe qui m'accompagnait, il y avait Silly, Nicolas, Moïra, Holly et Peter. Nous étions donc catalogué dans le groupe des méchants. Très bien puisqu'il le fallait... Tout ne s'était pas exactement déroulé comme prévu mais ce n'était que partie remise... Je m'interrogeais tout de même sur la suite des événements. Et maintenant ? Qu'est-ce qu'on faisait ? Je poussais un petit soupir avant de me tourner d'un air blasé vers le reste du groupe.

"Bon... et maintenant ? On rentre chez nous chacun de notre côté ?"

Quoique ce n'était peut-être pas une si bonne idée que ça, Dyson et les autres sauraient où nous retrouver facilement avec Silly. Quitter mon appartement de cette façon m'attristait plus que je ne voulais bien l'admettre. Mais ce que je n'avais pas prévu, c'était la colère de Nicolas face à son échec.

"Ça n'était PAS prévu ! Nous n'avons pas réussi, Calamity, je te signale."

Comme si j'avais pu le manquer... J'avais bien vu que notre plan n'avait pas réussi. Même si à mon sens tout n'était pas complètement perdu. Certains pions semblaient s'être avancés sur l'échiquier. Pourtant, j'avais peut-être minimisé la colère de Nicolas. Je le vis lever la main dans ma direction et une énergie noire se dirigea droit sur moi pour m'envelopper et m'élever dans les airs. Je pouvais sentir l'emprise autour de moi qui me serrait juste suffisamment pour que je n'étouffe pas. Pas tout à fait... Pas encore. Je jetais un regard surpris vers le sorcier. Que faisait-il ? Était-ce une façon tordue de me punir pour mon insolence ? Je fronçais les sourcils, hors de question de me laisser impressionner pour si peu.

"Et alors ? On va s'avouer vaincu aussi facilement ? Vous êtes le plus grand sorcier de tous les temps... Nous avons de nouvelles informations sur nos ennemis. Toutes les cartes sont en notre possession pour gagner la prochaine fois. Nous ne les sous-estimerons pas une seconde fois !"

J'esquissais un petit sourire amusé. J'avais compris la leçon, il pouvait me relâcher désormais.

"Vous me reposez ? Je pense vous être plus utile à terre. "

"Que crois-tu, je ne m'avoue pas vaincu",dit-il sèchement comme une évidence.

L'emprise se resserra autour de moi et je laissais échapper une grimace de douleur alors que l'air se faisait plus rare. Très bien... J'avais compris la leçon, il pouvait me relâcher maintenant. Je commençais presque à avoir peur. Il avait une allure d'Empereur Palpatine qui ne me rassurait plus tant que ça. J'essayais de respirer comme je pouvais alors que je rendais les armes. Peut-être que ça aiderait à ma libération ?

"Très... bien.... je... suis... désolée... C'est... quoi... le... plan.... maintenant... ?"

Ce fut Holly qui répondit pour lui.

"Voyons, ma chère, c'est ça le plan, que crois-tu qu'il fait ?"

Je fixais Hortensia surprise. En toute honnêteté ? Je n'en avais pas la moindre idée. Là, j'avais la sombre impression qu'il tentait de me tuer mais peut-être avais-je tort. Si c'était le cas, j'aurais aimé retrouver ma liberté de mouvement.

"Me faire mourir d'asphyxie fait parti du plan ? Ils me détestent autant que vous voire plus... Je vois pas..."

Non vraiment... je ne savais pas ce que ma mort leur apporterait. Ce n'était pas comme si quelqu'un là-bas tenait à moi. Le seul qui s'inquiétait un minimum pour moi était là, juste devant moi. Je posais mon regard sur Silly un quart de seconde avant de reporter mon attention sur Holly qui s'était mise à rire visiblement très amusée par la situation.

"Mais, petite sotte, on ne te déteste pas, pourquoi on ferait ça sinon ?"

C'était une bonne question. J'ignorais totalement où ils voulaient en venir et je commençais à perdre patience. Et l'air commençait aussi sérieusement à me manquer. Je détestais sentir ce poids oppressant sur ma poitrine. Je posais un regard un peu perdu sur elle avant de le tourner à nouveau sur Silly puis sur Nicolas.

"Je ne sais pas... Explique moi... S'il te plaît. Je t'avoue que je suis un perdue là..."

Peut-être qu'avec un "s'il te plaît" ça passerait mieux. Pour toute réponse, Nicolas serra à nouveau son emprise sur moi me tirant un soupir de stupeur et de douleur mêlées. Je n'arrivais plus à respirer. Une explosion de noirceur se mit alors à tournoyer autour de moi. Je fermais les yeux de peur. C'était donc la fin ? Pourtant je sentais une énergie nouvelle envahir tout mon corps. Je ne m'étais jamais sentie aussi vivante. L'emprise me relâcha aussi soudainement qu'elle m'avait saisi et me laissa retomber au sol. Je me sentais... étrangement bien. Comme si une nouvelle force venait de s'emparer de tout mon être. Nicolas s'approcha de moi et me tendit une main pour m'aider à me relever, un sourire satisfait et amical sur le visage. Je posais ma main légèrement hésitante sur celle du jeune homme avant de me relever et de lui rendre son sourire.

"Je... je suis comme vous maintenant n'est-ce pas ?"

Devais-je y croire ? Tout en moi me hurlait que c'était la vérité, un nouveau pouvoir coulait dans mes veines. Mon regard brillait de reconnaissance. J'avais enfin la sensation d'appartenir à un groupe. A quelque chose qui me dépassait complètement mais pour la première fois, j'avais la sensation d'être acceptée entièrement et pleinement par des personnes qui me comprenaient. Je vis le sourire de Nicolas s'agrandir alors que Holly prenait la peine de me répondre visiblement très heureuse de ma nouvelle transformation.

"Ah, tu vois que tu as compris !"

Le Sorcier jugea néanmoins bon d'apporter quelques précisions pour m'aider à comprendre toute l'ampleur de ce miracle. Toutes les questions muettes qui s'accumulaient dans mon esprit. Je ne voulais pas paraître complètement candide même toute cette histoire d’Équation était tellement nébuleuse pour moi. Je crois que je n'avais pas saisi toute l'étendue de son pouvoir.

"Tu es tombée dans le Vésuve. Ce n'était qu'un souvenir, duquel on t'a soigné des effets de la lave, mais ça ne change rien au fait que tu as été plongée dans une source de noirceur. Il fallait simplement l'activer. Nous n'avons pas... pas encore Lucy de notre côté mais ça finira par arriver. En attendant, te voilà complétant l'ordre des 5 Sorciers Noirs."

Un sourire ravi se dessina sur mes lèvres. J'en étais réellement une. Une Sorcière Noire. Je fixais mes mains avec ravissement tout ce que j'allais pouvoir accomplir désormais... Tout me semblait à ma portée. Je relevais néanmoins le regard sur Nicolas. Il restait encore des questions sans réponses.

"Comment allez-vous faire pour la convaincre de nous rejoindre ? A part le lavage de cerveau... Ou la manipulation mentale."

Un petit sourire en coin s'esquissa à la commissure de mes lèvres à cette idée. J'aurais aimé le faire moi même. Cette petite gourde ne serait jamais de notre côté, il allait falloir la forcer à nous aider. Peut-être qu'en menaçant son petit frère... ? Hortensia ne serait sans doute pas contre vu l'amour qu'elle semblait posséder pour ses enfants... Cela nous serait utile. Mais Nicolas ne semblait pas inquiet.

"Ce n'est pas grave. Un imprévu n'empêche pas la victoire. Lucy n'est pas la priorité pour le moment pour le plan B."

Je hochais la tête pour montrer que j'avais compris. Et finalement, l'allégeance de Lucy n'était là qu'une des question restée en suspend.

"Et... Bendy ? "

C'était là le cœur du sujet. Que nous restait-il à faire pour le voir enfin parmi nous ? Quand aurions nous la chance d'accueillir avec nous ce génie incompris ? Le fait qu'il soit en réalité le fils de Nicolas rendait mon impatience de le voir arriver que plus grande encore. J'avais hâte que tout se mette enfin en place. Peut-être étais-je trop impatiente ? Parce qu'il ne répondit pas à ma question tournant mon attention sur autre chose.

"Concentrons nous sur le fait que je suis sur le point de mourir." dit-il en faisant apparaître un sac noir dans lequel il fouilla.

J'écarquillais les yeux de stupeur. Il y avait quelque chose que j'avais certainement mal compris dans sa phrase non ? Il ne pouvait pas être... Non. Impossible. Je refusais.

"Vous êtes mourant ? Comment... ? Je veux dire... Je pensais que vous étiez immortel..."

Je ne voulais pas me montrer trop intrusive ni paraître trop attachée à sa personne mais je ne pouvais pas le laisser mourir. Il était notre plus grand atout dans cette guerre qui se préparait. Sans lui nos chances de victoires s'amenuisaient considérablement. Mes joues se colorèrent légèrement de gêne et je me mordillais l'intérieure de la joue.

"Vous avez été blessé pendant le combat ?"

Je me tournais vers Moïra et Holly pour aviser leur réaction. Peut-être avaient-elles vu quelque chose ? Ou alors le savaient-elles déjà ?

"Nous pouvons faire quelque chose ?"

Contre toute attente, il éclata de rire me laissant légèrement perplexe. Décidément...

"Ho mais il ne faut pas s'inquiéter, voyons ! Ma mort est prévu depuis déjà deux ans."

Ce n'était pas vraiment pour me rassurer non plus qu'il le sache depuis deux ans. En quoi ça déjouait la fatalité de se produire ? Pourtant, il semblait confiant. Il sortit de son sac un collier au bout duquel se trouvait un pendentif blanc à la forme étrange et continua son explication.

"Voici le totem de vie, ce qui a permis à notre père de vivre aussi longtemps, il a vécu pendant des millénaires avant sa mort. Les totems sont quatre au total, et confère à leurs propriétaires des caractéristiques étonnantes. J'ai volé le totem de vie au Sorcier peu après ma fuite, mais comme il ne m'est pas destiné, je devais en mourir. C'est le Sorcier qui m'en préservait, il avait la magie du totem pour ne pas mourir, comme moi, qui possédait le totem, préservé de la menace de mort par un père qui ne voulait pas tuer son fils. Mais quand le Sorcier a donné sa vie en 2016 pour vous aider le jour où vous avez été libérés de Wasteland, plus rien ne me protégeait de la destruction qui doit arriver bientôt maintenant."

Je fixais le totem sans réellement comprendre à quoi il servait s'il n'était pas capable de protéger Nicolas... Il sortit un second totem, noir celui-ci tout en reprenant ses explications.

"Et tant que j'y suis, voici le totem de magie noir, le dernier que je possède, mais je n'en ai pas besoin, étant déjà un sorcier. Pour remédier à cela...", il tendit la main en direction de Holly qui lui donna la fiole contenant le sang de Dyson et Peter mêlés. "Nous avons toujours un ingrédient qui nous permet de réécrire l'équation."

Je le regardais faire subjuguée. Il jeta la fiole de sang au sol et une lumière rouge fusa vers les deux totems, les enveloppant. Un flash lumineux s'ensuivit nous aveuglant au passage. Je fermais les yeux sous l'affluence trop vive de lumière, lorsque je les rouvris, Nicolas respirait d'un air apaisé. Comme s'il venait de rompre sa propre malédiction. Ce qui était sans doute le cas.

"Et c'est aussi simple. J'ai désormais deux places dans l'Equation. Sorcier Noir et simple porteur désormais légitime du totem de vie."

Cela semblait si simple en effet... Il m'adressa un clin d’œil avant de reprendre.

"Tu vois, qu'il ne fallait pas s'inquiéter. Je ne vais plus mourir désormais."

Un petit sourire satisfait s'étira sur mes lèvres avant qu'il ne se fasse narquois.

"Je n'étais pas inquiète... Seulement ennuyée que mon gros atout pour m'aider à libérer Bendy ne meurt."

Mon sourire se fit éclatant et taquin alors que je lui rendais son clin d’œil. Oui, j'avais été inquiète mais il y avait de quoi. Rejoindre une équipe qui part gagnante pour se rendre compte que son leader est mourant n'est jamais très rassurant. Mais Nicolas avait su calmer mes inquiétudes. Il se tourna ensuite vers Peter et lui lança le totem de magie noire.

"Il est tiens désormais, bienvenue dans l’Équation, bienvenue parmi nous. La magie de ce totem n'est utilisable qu'en Cartoons World, mais l’Équation se fera à Wasteland. Et nous pourrons tuer le dernier Protecteur qui s'y trouve le jour venu."

Il se tourna ensuite vers moi, visiblement très content de la tournure des choses.

"Un imprévu ne nous arrête jamais, tu vois ? Désormais, nous devons mettre la main sur la suite de l'équation. On doit chercher Le Sentiment de Légende. Mettre la main sur les deux derniers totems, et sur l'Armure de ce Chevalier Blanc."

Je hochais la tête avec un petit sourire en coin avant de froncer les sourcils en signe de réflexion intense.

"Une idée de qui sont leurs porteurs ou de l'endroit où ils ont pu être cachés ? Les orcs ont parlé d'un Chevalier Blanc sur la colline aux esprits... Ils ont laissé entendre que seule une âme pure pouvait prétendre la porter... Enfin... selon eux... je n'étais pas digne de la porter..."

Cela ne voulais pas forcément dire que seule une âme pure pouvait la porter après tout. Nicolas confirma mes doutes sur les différents objets.

"Non, mais nous trouverons, avec toute la puissance que nous avons désormais."

J'étais convaincue que nous les trouverions sans soucis. Mais une idée avait germé dans mon esprit et je me tournais vers Silly pour le fixer intensément.

"Toi ou Barry Walters... Je n'ai jamais vu un gamin aussi niais de toute ma vie... Vous pourriez être les porteurs de l'armure... "

Peut-être que les orcs parlaient d'eux ? Ils avaient parlé de tellement de choses cela dit. Ils avaient évoqué des dragons aussi dont Javier faisait visiblement parti. Mais si Silly était le nouveau Chevalier blanc nous aurions un avantage. J'esquissais un petit sourire amusé avant de m'avancer vers mon ami et de déposer un rapide baiser sur sa joue.

"Mais je parierais plutôt sur toi mon chéri... Alors ? Tu ne te sens attiré par rien ?"

Le sourire amusé de Silly ne me plaisait pas. Il me repoussa brusquement pour que je le relâche. Je fronçais les sourcils, blessée par son attitude envers moi depuis qu'il avait choisi son camp. Son regard croisa le mien mais il se contenta de sourire à Nicolas qui reprenait la parole pour contredire quelque peu mes hypothèses.

"Le Chevalier Blanc est une légende orcienne, qui dit que son armure entière était magique. Mais il n'existe pas un porteur de l'Armure. Toute l'armure est divisée, chaque objet a un porteur légitime, et personne n'a encore trouvé tout ça. Ça ne saurait tarder."

J'esquissais une petite moue boudeuse autant pour le rejet de Silly que de voir mes hypothèses partir en fumées.

"Dommage..."

Je poussais un léger soupir avant de hausser les épaules fatalistes et d'esquisser un petit sourire amusé.

"J'imagine que nous avons du travail qui nous attend alors... "

Silly toujours le regard fixé sur Nicolas agrandit légèrement son sourire amusé avant de prendre enfin la parole. Il n'avait encore rien dit jusqu'à maintenant, se contentant d'observer et d'écouter. J'avais la sensation qu'il se retenait, qu'il bouillait intérieurement mais il souriait en façade.

"Alors mettons nous au travail !"

Un petit sourire mutin se dessina sur mes lèvres. Nous étions d'accord sur un point alors... Mon sourire s'agrandit alors que je me tournais vers Nicolas, une lueur d'impatience au fond des yeux comme une petite fille le matin de Noël.

"J'ai hâte d'utiliser mes nouveaux pouvoirs."

Mes doigts fourmillaient sous toutes les possibilités qui s'offraient à moi. Le cercle se resserra autour de moi et Nicolas me donna le feu vert.

"Et bien, à toi l'honneur, partons d'ici !"

Un immense sourire se dessina sur mon visage alors que Silly se rapprochait de moi et posait une main sur mon épaule. Je m'étais peut-être fait des idées après tout.

"Félicitation pour ta promotion."

Je tournais le visage vers lui prêt à lui adresser un petit sourire de remerciement mais sa prise sur mon épaule se resserra. J'esquissais un grimace de douleur sous la pression de sa main. L'expression de son visage n'avait rien d'engageant, le regard noir qu'il me décocha me glaça le sang. Où était passé mon Silly ? Mon cœur se serra sous la froideur de son ton.

"Mettons nous en chemin Callie..."

J'étais profondément blessée par son attitude, par sa froideur. Je pris sur moi pour ne rien montrer alors qu'il me tournait le dos en reprenant un sourire de façade. Nous aurions tout loisir de débattre de tout ceci plus tard néanmoins, je me tournais vers lui et glissais ma main dans la sienne avant de me redresser sur la pointe des pieds pour que seul lui puisse m'entendre.

"Tu as fais ton choix seul ! Tu m'as choisi Silly ! Tu avais le droit de m'abandonner, tu ne l'as pas fait. Maintenant, ne me rejette pas et assume tes choix. N'agis pas comme si tout était de ma faute !"

Je ne supporterais pas qu'il me remette ses choix sur le dos. Il avait été suffisamment grand pour choisir de lui-même Nicolas plutôt que Dyson. Alors à partir de maintenant, je refusais cette guerre froide et ces reproches à peine dissimulés. Je laissais ma main dans la sienne et remettais mes pieds à plat. Un sourire d'anticipation s'étira sur mes lèvres. J'allais enfin pouvoir utiliser mes nouveaux pouvoirs. Je jetais un regard aux personnes autour de moi et après une profonde inspiration, je nous fis disparaître dans un nuage noir.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Precious Girl

Barry Walters


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 225
✯ Les étoiles : 1950




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Lun 2 Avr 2018 - 16:39

« Witch Hunt»
Tant qu'il y a des toons, il y a de l'espoir.


Le toon fut surpris. En peut de temps, Le groupe de Nicholas fut envoyé dehors par Koleana qui n’avait pas l’air aussi seraine que d’ordinaire. Il se tourna vers Sebastian et sa tante.

« C’était quoi ça?
- Je ne pensais plus qu'il allait se manifester un jour."

Son regard redevint plus doux, plus...elle. Il se posa sur Barry et Lucy.

"Votre père et moi avons été controlé par les esprits protecteurs des protecteurs. Ils ne sont pas très amicaux.
- Ouai tu avais un regard...vraiment flippant. Il va se tourner vers Kara pour lui parler et revenir vers Koleana.  
- Je suis désolée si je vous ai fait peur. Mon esprit protecteur représente la violence."
Elle se tourna vers Dyson "Le sien représente la cruauté. Je vous expliquerai."


Oui Barry l’avait senti. Et surtout vu. Koléana avait eu un regard qui n’était pas le sien. Un regard que Barry ne lui connaissait pas.
Barry se tourna vers Kara. Ou Lucy. Peut importe, l’une comme l’autre, elles étaient ses soeurs. Il mis ses mains sur ses joues et la regarda dans les yeux.


« Lucy, Kara, après tous aujourd’hui, vous êtes presque comme une seule personne. Vous êtes toutes les deux fortes. Ne te dévalorise pas Lucy. Kara est là. Elle rentrera, comme à chaque fois parce qu’elle reviens toujours. Tu es ma soeur aussi. Un Walters trouve toujours le chemin, et maintenant, on sait que tu es l'une des notres.»


Il embrassa son front avec douceur. Kara était à l’interieur. Là, il lui fallait juste retrouvée son chemin. Il enleva ses mains des joues de Kara. Et se tourna vers ceux qui étaient rester. Son regard passa sur Dyson et revint vers Koleana.


 « Et Kara? Comment on s'y prends? Qu'est-ce que je peux faire?
- Elle est bloquée par une potion qui prend appui sur les collines de l'esprit, aussitôt qu'on sera sorti du lac, Kara sera libérée de ses chaines spirituelles. Mais avant de partir, je crois que Harry voulait chercher les ouvrages de notre mère qui pourraient nous aider à libérer l'esprit protecteur de la tristesse, attachée à la prison, pour protéger Sebastian.
-Oui, j'ai cru en voir. Ca fait beaucoup d'informations, mais avant toutes choses, mettons en commun ce que nous avons tous trouvé dans ce monde."


Chacun des différents groupes rassembla ce qu’il avait vu. Barry laissa parler Javier, plus à même d’expliquer ce qui leurs été arrivé que lui. Il n’était pas certain d’être très clair dans ses explications. Dans son esprit, ça partait dans tous les sens. Il aurait été plus à l’aise si on lui avait demander de dessiner quelque chose.

Dans sa tête tournoyaient des images. Nicholas, La femme du sorcier et son frère. Ils étaient tomber. Et même si ce n’était qu’un souvenir, ça paraissait bien plus que cela. Il avait donnée sa confiance à Calamity qui n’en avait put que profitée pour mieux les tromper. Il ferma les yeux mais les images semblaient prendre plus d’importance ainsi. Il les ouvrit et regarda Javier pendant qu’Harry résumait tout.


 " Donc, Nicolas, le fils humain du Sorcier et de Claire, est le premier sorcier noir, avec Moira qui est Miss Tick, Holly qui est Hortensia, Kara et Lucy qui sont les filles de cette dernière. Peter, Silly et Calamity, hélas, sont avec eux. Mais un chevalier blanc dont on ignore l'identité, l'histoire ou la nature a expliqué l'importance des Héritiers des Dragons pour contrer les Sorciers Noirs, et Javier semble en être un. On a également appris l'existence de totems, dont le totem de vie qu'utilisait certainement Nicolas pour vivre tout ce temps, et le totem de magie noir, et d'autres qu'on a pas encore découvert. Vous avez aussi un oncle, Pierce, tué par Nicolas. Quant à votre mère, Claire, je ne suis pas sûr d'avoir compris quel était son sort. Enfin, on a aussi appris que le premier Bendy est mort, et que le démon est une variante de toons, dont Nicolas est le père. Autre chose ?
- La lave du vésuve transforme ceux qui y sont plongé en sorcier noir. Calamity n'aurait pas du tombée dedans. C'était Nicholas. Les orcs disent que ceux qui y reviennent ne sont plus les mêmes. Quand Calamity est tombée dedans, avant d'arracher les ténèbres en elles, ils nous ont dit que celle que nous connaissions était morte.
- Mais elle a été soignée et sauvée par les orcs. Si on avait su... dit-il avec colère.
-Je lui ai fait confiance aussi. En tout cas, ils avaient besoin de la forme humaine du Bendy des souvenirs pour le réveiller.
-Oui, l'objectif était de reproduire le corps de Bendy à l'extérieur pour faire croire à la prison que Bendy n'y est plus et d'ouvrir une brèche. Un piratage, en quelques sortes.
- Sans le protecteur de Koleana ils auraient réussi. Il s'en ai fallut de peut."


Les réponses amenaient des questions. Cela semblait être un cycle sans fin. C’était une balade sans fin, dont l’objectif ne semblait être qu’une étape. Une histoire sans fin. L’équation, la bataille.
"Attendez, on peut revenir sur cette histoire de protecteurs ?
- Tu t'es même pas rendu compte que tu te battais comme le diable, Lucky ? Sympa.
- C’était plus efficace que mes flèches.» plaisanta Barry.
-Les protecteurs ont avec eux un esprit protecteur en cas d'urgence, comme l'invasion du lac ou la colère du protecteur des armes." précisa Harry
- Je n'étais pas en..."


Harry l'interrompu


"Les protecteurs ne s'en rendent pas toujours compte quand les esprits leur viennent en aide, surtout, ils se manifestement que très rarement.  L'esprit de la cruauté est avec les armes, l'esprit de la violence est avec le lac, l'esprit de la rapidité est avec le pinceau, l'esprit de l'avarice est avec le coeur, l'esprit de la peur est avec l'encre, et l'esprit de la tristesse est avec la prison. Mais le Sorcier n'a jamais su comment appeler l'esprit de la tristesse pour protéger le réverbère. "


Une voix s’éleva derrière Barry. Féminine et douce.


« Vous trouverez en temps voulu. Mais vous devez d'abord trouver la suite de l'Equation avant vos ennemis."


Une main se posa sur l’épaule de Barry. Il se tourna doucement et vis Claire. Il ouvrit la bouche, prenant une grande inspiration avant de la bloquée puis d’expulser l’air de ses poumons. De façon anormale. Il n’était pas sur de ce qu’il voyait et que cela soit réel.

« Claire?" Il la pris dans ses bras. Tellement soulagé de la voir. Vivante. Il se resaisit ensuite. " Pardon, je...te croyais..." Il fit une petite pause, ne se souciant plus des autres à ce moment précis. "l'émotion...Comment..."


La voix de Dyson le ramena au groupe.


« Barry?»


Il allait très bien. Claire était là, pourquoi sa voix avait l’air soucieuse soudainement? Comme si..


« Tu ne vois rien?»

Le regard de Dyson lui confirma qu’il était le seul à voir Clair.


"Mon fils ne m'a pas tué, juste maudite. Je n'ai plus vraiment de corps, je suis piégée mais le sort m'empêche de le dire explicitement. Le Chevalier Blanc est venu me parler par la pensée, il est venu parler avec l'un de ceux dont il est lié, et m'ouvre temporairement le chemin pour le faire à mon tour. Tu rapporteras ce que je te dis aux autres, mon cher petit-fils. Trouvez les totems d'énergie et de magie blanche. Trouvez les pièces de l'armure du Chevalier Blanc. Faites attention : Peter porte le totem de magie noire, et Calamity vient de devenir une Sorcière Noire. La suite de l'Equation trouvera ses réponses dans le Sentiment de Légende. C'est une puissante magie qui fera écho à un passé que vous n'avez pas connu et que vous découvrirez dans très longtemps. Le passé n'importe pas, utilisez simplement ses effets."


Barry fut soulagé. Même si l’énumération des problèmes n’était pas une très bonne chose. Rien n’était perdu tant qu’il y avait des toons, il y avait de l’espoir. C’était bien ce qu’ils incarnaient non? 

Elle souriait à Barry. Il aurait aimer la connaitre plus, sa grand mère. Il éprouvait à son contact la même chose qu'avec Koleana. De la douceur et de la tendresse. Ce qu'il ne sentait pas avec sa mère. Elle posa ses douces mains sur ses joues.


"Je vois qu'un de mes fils a fait de bien beaux enfants. Dyson a de quoi être fier de toi. Dis-lui que je regrette de n'avoir jamais été là. Pour lui et tous les autres. Je suis fier de toi, mon petit... Flash, c'est ça ? On se retrouvera. C'est à toi de me retrouver alors je ne me fais pas de soucis. Sache que malgré mon absence je t'aime de tout mon coeur. Toi et toute la famille."


Bendy. Le vrai avait été fait comme les autres toons. Il était bon et portait l’espoir en lui. Les doutes de Barry s’étaient révélé fondé au cours de ce voyage dans les souvenirs. Il était arriver quelque chose à Bendy. Il ne pouvaient changé cela.


Barry remarqua une larme au coin de l'oeil de Claire. Elle embrassa son front "Il se peut que les plus grognons du groupe n'apprécient pas vraiment le Sentiment de Légende, mais tu verras, c'est assez drôle." dit-elle avec un sourire amusé en lui faisant un clin d’oeil.
Elle disparut. Barry se tourna vers Dyson.

«Barry ! Ca va ?
- Ca va mieux....J'ai vu Claire."

Il raconta ce que sa grand mère lui avait dit à Dyson et au groupe.

"On se reverra. " Il va se tourner vers Dyson. " Elle aurait voulu être plus présente pour vous, pour nous Elle n'est pas morte, elle a été maudite."

Il la retrouverait, il le savait maintenant. Dyson souriait, il avait l’air content de le savoir.
« Papa, merci pour tout ce que tu fais pour nous.»

Dyson devait le savoir. Il devait l’entendre parce qu’on ne lui disait jamais assez. Il se souciait trop des autres et pas assez de lui même. 



 
crackle bones

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Sometimes everything is wong. Now it's time to sing along. When your day is night alone. Hold on. Hold on. If you feel like your Alone. No no no. You are not alone

Hold on.

Dyson L. Walters


◊ Un génie, milliardaire, play-boy et philanthrope. ◊


avatar


╰☆╮ Avatar : Tom Holland

Ѽ Conte(s) : Oswald, le lapin chanceux
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Oswald

✓ Métier : Gérant et serveur du Comics Burger // Leader de la Magic League


٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 13710
✯ Les étoiles : 23454




Actuellement dans : ◊ Un génie, milliardaire, play-boy et philanthrope. ◊


________________________________________ Lun 2 Avr 2018 - 23:04



Witch Hunt



Je souriais à Barry. La présence de Claire... la présence d'une mère avait, un instant, allégé l'ambiance, embaumé les cœurs, une bonne nouvelle comme de celles qui se faisaient rare. Savoir qu'elle était en vie, et qu'on pouvait la trouver pouvait diffuser un espoir qui soulageait les esprits et qui faisait du bien.

Jusqu'à ce que Sebastian rajoute ce qu'il a apprit.

La séance de récapitulatif aurait pu se finir sur cette nouvelle, pour pouvoir commencer les nouvelles recherches et la suite des aventures sur cette note qui était parfaite. L'espoir se faisait rare, et en tant que garant de l'espoir, ça m'allait très bien de s'arrêter ici. Fin de Witch Hunt : Claire la maman est en vie, elle frappe Nicolas et Holly en se servant de Calamity, fin. Les lecteurs auraient adoré. Mais comme le merveilleux garçon que j'ai rencontré à la Réunion le mois dernier adore me faire souffrir (je pense prendre un billet pour la Réunion pour discuter de quelques petites choses) il fallait rajouter le Sebastian triste qui s'approcha du groupe avec la toute dernière nouvelle.

Soreth et lui avaient des nouvelles de Mugman.
Et Mugman est mort.

Mon visage s'était fermé, une expression que je ne me rappelais pas avoir déjà eu. Toute simple, juste dénuée de sentiments pendant un instant. Je n'avais pas réussi à m'empêcher de croiser le regard de Soreth, alors que je n'avais pas cessé de le fuir. Mais on savait tous les deux ce que ça signifiait. Je devais déjà encaisser le coup, et puis l'un d'entre nous devra le dire à Simon.

Je baissais les yeux vers mes mains, voyant quelques marques, saignantes à quelques endroits. J'avais enfoncé mes doigts dans ma paume si fort que j'avais réussi à m'en blesser. Le fait est que pas une seconde ces derniers mois j'avais envisagé qu'on découvre que notre frère est mort. Je savais au plus profond de moi qu'on allait le retrouver, jamais je n'avais rien que pensé à l'idée qu'il soit mort.
Pendant de courtes secondes, j'en avais voulu à Sebastian, ce qui était totalement idiot, sentiment qui parti aussi vite qu'il était venu. Je m'en voulais à moi.

D'accord. Plus tard, je me rendrai compte à quel point mon ton avais été froid. Je suppose que c'est au moins une bonne chose qu'on le sache enfin.

J'avais tourné la tête, je ne voulais plus vraiment voir le visage triste, mais adorablement compatissant de Sebastian. Non seulement je ne m'étais pas préparé à ce qu'il venait d'annoncer, mais en plus, je ne savais pas comment on faisait pour faire face à la mort.
J'avais envie de hurler pendant un instant. Nous sommes immortels, putain. Putain, putain, putain. Je pris une grande inspiration. La nouvelle me chamboulait, mais ça ira mieux après un moment. Je vais bien, ce n'était pas possible autrement. Je changeais de sujet. Je n'avais plus regardé Soreth.

Le Sentiment de Légende. Voilà notre prochain objectif, j'imagine. On doit aussi réfléchir à Silly, il faut trouver un moyen pour le défaire de leur emprise.

J'avais senti une vague de surprise chez plusieurs personnes autour de moi.

Lucky, vraiment ? Me demandait Javier, un air très sérieux sur le visage.
Pablo avait senti les tensions arriver, haussant les sourcils et se fermant en croisant les bras, à côtés de Harry.

Oui, on peut pas le laisser dans cette situation, ça doit être horrible pour lui.
Dyson, répondit Koléana avec un ton bienveillant qu'elle avait naturellement, je ne te contredis pas, d'accord, mais pense à prendre du recul sur certaines choses. Tu en fais déjà...
Je n'ai pas le temps de prendre du recul ! Je ne vais pas attendre le siècle prochain comme pour toi et Simon pour le retrouver et l'aider.
Je suis choqué de le voir, mais lui, c'est nos ennemis qu'il aide !
Javier, s'il te plait, nous parlons de Silly ! Elle se tourna vers moi. Mais il est parti avec nos ennemis de son plein gré, ils ne leur feront pas de mal, tu peux...
Vous allez arrêter tous les deux ! J'avais haussé la voix. Pendant un instant, j'avais laissé parlé ma colère. Tout ce qu'ils ont dit sur moi tout à l'heure, à Silly, à tout le monde, vous êtes vraiment adorable de m'avoir défendu, mais on va pas se leurrer. Je suis un mauvais frère, je suis un mauvais père, et j'ai même fait l'exploit d'être un mauvais fils. Chaque jour j'ai l'impression de constater une chose de plus que j'ai râté. Et...
Dyson Lucky Walters, je ne peux pas te laisser dire ça alors que tu as accompli beaucoup avec...
Pitié Koléana ! J'avais encore haussé la voix. Le pire c'est que vous y croyez vraiment alors que...
C'était manifestement à celui qui couperait la parole le plus de fois. Les toons ont égayé la vie de milliers d'enfants, et tu étais de ces toons là. Tu as mené la guerre à Wasteland, tu l'as mené deux fois. Tu as fait parti d'un combat au Pays des Merveilles, tu as mené un combat en Russie et te bat pour cette Terre-2 tout autant que pour cette famille. Voilà en quoi je crois, à des faits.
Et tu penses vraiment qu'on s'en porte bien ? Et j'avais fini par hurler. Si papa m'a crée, c'était pour s'assurer que les toons aient une défense pour lutter contre le malheur. AUjourd'hui ? Le quart de la famille est détruite moralement, certainement sont même rangés du côté de nos ennemis, toi et Simon êtes restés dans le noir pendant 100 ans, et Felix y est encore, Mugman est mort, et on se bat pour empêcher une équipe de garces, dans laquelle se trouve le seul vrai parent de six de mes enfants, de réveiller LE toon qui va tous nous tuer. SUPER JOB, VRAIMENT. Va falloir arrêter de se leurrer, j'ai tout foiré, en tant que leader comme en tant que frère, que père, que fils, que toons, que tout ce que vous voulez.

J'avais tourné mon regard vers chacun d'entre eux. Alors il est HORS de question que je foire encore une chose de plus, je VAIS aider Silly. Il n'est pas du côté de nos ennemis et je vous préviens que je suis prêt à tous vous imposer de faire la même chose que ça vous plaise ou non.

Je leur avais tourné le dos, pour marcher vers le point de sortie du lac.

Sebastian vient de me dire que j'ai perdu un frère. Je refuse d'en perdre un deuxième le même jour.

Et j'avais disparu, sortant du souvenir, retrouvant le château du lac.
Ouaip. Je savais vraiment pas gérer la mort de quelqu'un.



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
proper dosehighs and lows
are how I flow

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79506-good-lord-ca-en-fait-du-monde-carnet-de-contact-de-dyson#965709

Donald F. Antom


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Finn Jones :ohqueoui:

Ѽ Conte(s) : Mickey et Cie
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Donald, aka Fantomiald

☞ Surnom : Evie
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 88
✯ Les étoiles : 3211




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mer 4 Avr 2018 - 16:53

Le canard n'en revenait pas de tout ce qu'il avait vécu dans ce satané lac ! Le Chevalier Blanc l'avait rassuré sur sa capacité à faire le bien. A se concentrer sur le sentiment de légende. Au fond, il se demandait s'il n'était pas venu le voir, dans le but de lui permettre de faire face à toutes les révélations qui ont suivit. Il n'a cessé d'être sur ses gardes et d'agir au mieux face aux nouveaux ennemis qui lui faisait face. Notamment, les Sorciers Noirs. Miss Tick, Calamity, Nicholas, et Hortensia. La trahison des siens est toujours une plaie à endurer, mais Donald su rester droit. Il se sentait surtout très mal pour Dyson et ses enfants, qui devaient endurer les erreurs de leur propre famille. Ils étaient bien plus liés à eux que n'importe qui. Toutefois, Donald ne put s'empêcher de ressentir une vraie douleur à la mort des personnes qu'il avait croisé la première fois dans ce souvenir. Pierce et Claire. Tout simplement car il s'agissait pour lui de sa mère et de son oncle. Les voir, leur parler pour finalement les voir disparaitre à jamais, le canard n'était pas prêt à subir tout ça. Après tout, il n'avait pas vu quelqu'un mourir de sa vie, même en tant que Fantomiald. Et ce ne sont pas les quelques souvenirs de sa fausse vie qui allaient y remédier.

Il avait gardé son épée sur lui, gardant à jamais le souvenir de sa rencontre avec le Chevalier. Mais ces nombreux souvenirs dans le lac risquaient d'être compliqué à expliquer à Daisy et aux triplés. Lorsqu'ils purent enfin souffler, Donald se contentait de s'assoir par terre, constatant malheureusement la détresse de son ami Dyson, qui pensait avoir tout foiré. Le canard n'était pas de cet avis, mais Barry prit la peine d'exprimer cette pensée à voix haute. "Au moins, quelqu'un sera là pour lui rappeler ça." Il se sentait soulagé de ne pas avoir ce genre de problème pour le moment avec Daisy et les triplés. Si Daisy partait dans un changement aussi radical, il se sentirait impuissant.

Ce genre de problème ne l'affectant qu'à moitié, Donald se disait qu'il faudrait en profiter pour se mettre à la recherche des fameux héritiers, mais aussi des pièces de l'amure du Chevalier Blanc. Etrangement, il se sentait responsable de cette partie avec Javier. Il faudra qu'il en parle avec lui d'ailleurs. Mais surtout, il pensa à Silly, qui s'était retrouvé embarqué dans cette histoire, déchiré entre Calamity et Dyson. Toutefois, ce dernier avait raison.

"Je suppose que nous devrions le suivre."

"Je pense qu'il a raison. On ne va pas laisser Silly s'il a choisis d'être des nôtres."

Se retournant vers le groupe, elle ajouta : "Puisque l'on sait déjà que notre mère est en vie et qu'elle vient de nous dire quoi faire par la suite, je ne pense pas que nous ayons quelque chose d'autres à trouver ici."

Un instant, elle regarda autour d'elle et reprit :

"Comme je vous l'ai dit en arrivant ici, nous sommes toujours à Storybrooke, ce décor n'est qu'une représentation d'un souvenir donc quand nous serons partis, tout ce qu'on aura accompli ici disparaitra, et le souvenir reprendra son cours originel."

Alors qu'il allait partir, Donald fut surprit de voir Koléana venir vers lui, avec un regard bienveillant. Il s'arrêta pour lui permettre d'être à sa hauteur.

"Tu as été le seul à voir le Chevalier Blanc, si jamais tu le revois, n'hésite pas à revenir près du lac, je vis dans la maison à côté."

"Bien sûr ! J'ai un tas de question sur le sujet par contre..."

"Ca semble être notre histoire. Quelques réponses et toujours plus de questions..."

"Ce ne serait pas amusant sinon."

La remerciant vivement, Donald quitta Koléana, prêt à suivre Dyson.

Koléana


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Carice van Houten

Ѽ Conte(s) : Intrigue Toons
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La protectrice des souvenirs, l'une des trois toons originels



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 14
✯ Les étoiles : 600




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Jeu 5 Avr 2018 - 9:55



Witch Hunt



Regardez moi ça, Los Tres Caballeros ensemble ! Fit Javier, en rejoignant Donald, avec Pablo, le bras sur son épaule.
Dis moi au moins qu'on mange ensemble ce soir, rajouta Pablo d'un ton amusé.

Koléana regarda le groupe s'éloigner du lac, après les au revoir et s'être assurée que Kara allait bien. Cette expédition aurait du éclaircir la voix, préciser cet avenir trouble qui se présentait devant eux. Mais finalement, ils avaient réussi à éclairer des zones d'ombres et à trouver derrière encore plus d'obscurité. Elle soupira, observant les alentours. L'esprit de la violence ne s'était pas manifesté depuis si longtemps. A vrai dire, elle aurait aimé que ça n'arrive pas. Pas maintenant. Leurs apparitions étaient tellement rares, alors en avoir eu deux ! Elle craignait que lors de l'équation finale, ils ne puissent pas avoir leur soutient.

Mais, assise sur l'herbe fraiche devant sa petite maison, face au lac, sous un ciel qui commençait à roser face au coucher sur soleil, ce n'était pas vraiment à ça qu'elle pensait. Elle avait le cœur triste, les yeux rivés sur l'eau. Elle pensait à tout ce passé qu'elle ignorait. Elle pensait à sa famille, elle pensait à ses frères. A son grand frère.

Je sais à quoi tu penses, fit finalement un voix derrière elle.
Harry ! Je te croyais parti.
J'allais partir, et puis je me suis souvenu de ce que Nicolas nous a révélé. Je le vois à ton regard que ça te hante. Sur ces mots, il vint s'assoir à ses côtés, cueillant une petite fleur blanche avec laquelle il joua entre ses doigts.
Votre famille n'a jamais été habituée à la mort, mais sache que...
Je ne suis pas seule, compléta-t-elle. Je sais, merci Harry. C'est juste que... j'ai de la peine pour Bendy. Mon Bendy je veux dire. Je lui en ai voulu pendant si longtemps d'être devenu ainsi. Alors que mon vrai frère a été tué simplement. Noir et lui ne méritaient un destin aussi sombre. Parfois j'imagine la vie avec eux deux, encore là. Parfois, je me demande pourquoi suis-je la seule de nous trois à avoir survécu. Ce monde n'a pas écrit d'histoire sur moi, eux oui.
Harry posa la main sur la sienne. Tu n'as pas à te demander ça. Sache plutôt qu'ils auraient été fiers de tout ce que tu as accompli.

Koléana tourna la tête vers lui. Il lui sourit, elle le lui rendit, tandis que son visage se tourna de nouveau vers le lac.

Soreth et Dyson vont devoir parler à Simon. Avoir appris que Mugman est mort là dedans m'attriste tellement. Ce sera la première fois que Simon devra faire face à la mort.

Koléana dut prendre une grande inspiration pour ne pas perdre le contrôle. Mais ça n'importait pas, Harry la regardait depuis déjà de longues minutes, ne la quittant pas des yeux. Et puis, même s'il ne l'avait rencontré qu'au lendemain de noël dernier, il avait appris à la connaitre au bout des longues journées pendant lesquelles ils se voyaient. Ne te retiens pas de pleurer, Koléana.
Elle leva des yeux surpris vers lui, haussant les sourcils en plongeant son regard dans le sien. Mon père n'arrêtait pas de me répéter exactement ça.
Il me le disait aussi, depuis le jour où il m'a trouvé dans les ruines de mon village.
La protectrice du lac fut intriguée. Jamais il n'avait connu l'histoire de son ami. Que s'est-il passé ?
Harry baissa les yeux, et Koléana y vit pour la première fois chez lui un mélange de tristesse de honte.
Quand Nicolas nous a tous confronté tout à l'heure, je me suis rappelé de lui.
Il prit une inspiration avant de reprendre. Je crois que le village qui se trouvait un peu plus loin du château dans le souvenir, c'était le mien. Je n'ai jamais connu le château du Sorcier avant ça, il l'a caché il y a cent ans. Et un jour, un sorcier aux pouvoirs destructeurs est venu raser ce village. Il nous a dit qu'il nous tuerait si on ne lui disait pas où se cachait le grand Sorcier qui vivait là. Mais on ne savait pas de qui il parlait. Il a tué tout le monde, je n'avais plus que les décombres sous lesquels me cacher, prétendant être mort pour lui échapper. Mes frères et ma mère n'ont pas eu cette chance.

Un frisson avait parcouru la peau de la protectrice. Harry je suis...
Ne sois pas désolée pour moi. J'ai appris à faire le deuil de tout ça. Et aujourd'hui, j'ai une chance de leur rendre justice. Il tourna la tête vers elle. Je ne parle pas de vengeance meurtrière, ne t'inquiète pas pour ça. Il paiera pour ses fautes, mais la mort n'est pas une justice. Il baissa les yeux vers sa main gauche, qu'il finit par prendre.
Quand le Sorcier m'a recueilli, il ne cessait pas un instant de me dire ça. De ne pas me retenir de pleurer si les larmes me venaient. Il n'y a pas de deuil possible sans larmes.

Koléana baissa les épaules, tournant son regard vers le ciel, les mots de Harry en tête. Finalement, les larmes avaient trouvé le chemin, et commençaient à couler sur ses joues, doucement. Sommes-nous destinés à vivre comme ça ?
Je refuse de croire ça. Dyson te dirait la même chose. Oui, c'est dur de devoir se battre, mais je crois en la victoire de la lumière sur les ténèbres.
Je n'ai jamais vu Simon triste. Il a toujours eu une raison de sourire. Mais aujourd'hui...
Harry l'interrompit en posant une main sur sa joue, lui tournant le visage vers lui. Et aujourd'hui il a toujours plein de raisons de sourire. Toi aussi. Pleurer n'est pas la fin de l'odyssée, ce n'est qu'une rivière qui parfois suit le chemin.
Il faudrait dire ça à Dyson.
Oh tu sais, je suis prêt à donner milles dollars à la personne qui réussira à lui faire comprendre qu'il n'a pas à tout retenir sur lui pour se forcer à aller de l'avant. Il faudrait une tonne d'espoir pour croire qu'on peut y arriver. Manque de bol, c'est lui qui a l'espoir.
Un sourire amusé finit par se dessiner sur le visage de Koléana. Ah, je dois avouer que je préfère largement observer ton visage lorsqu'il sourit. Elle se rapprocha de lui, posant sa tête sur l'épaule de Harry, alors que les cieux commençaient doucement à troquer le rose et le orange contre un bleu foncé plein d'étoiles.
Et je dois avouer qu'il est bon d'avoir quelqu'un à mes côtés après un siècle cachée dans les sous-sols de Wasteland. Mais peut-être finalement que rester isolée était la bonne solution. La situation était contrôlée quand j'y étais encore.
Le ton de Harry s'éleva alors aussitôt. Koléana, je ne permettrai pas ça. Dyson non plus d'ailleurs, et lui le dirait avec beaucoup plus de colère. C'est en étudiant le pinceau à cause des mystères de votre isolement que Sebastian et moi avons provoqué la malédiction de décembre. Ca n'a fait que ralentir les choses, je ne veux plus jamais te savoir seule. Je ne te laisserai jamais.
La protectrice se redressa pour le regarder dans les yeux. Elle n'avait rien dit, simplement un regard ému posé sur son ami.

Et les choses s'étaient déroulées naturellement. Leurs visages s'étaient rapprochés, sous le son des criquet, la couverture du vent printanier, quelques lucioles qui commençaient à apparaître alors que le ciel devenait presque noir. Tant pour Harry que pour Koléana, ils échangeaient là le premier baiser de toute leur existence. Réchauffée par la présence d'Harry, les larmes avaient fini par sécher.


Merci, Harry, murmura-t-elle ensuite, sa tête de nouveau sur son épaule, les deux amoureux enlacés sous la douce musique de la nuit de Storybrooke.

Nous devrions les voir.
Qui donc ?
Simon, Soreth et Dyson. Nous réunir en l'honneur de Mugman, et Felix, qui dort encore dans un monde qui a disparu. De Bendy et Noir aussi, perdus à cause de Nicolas. Autour du réverbère en guise de sépulture. A défaut de pleurer, ça pourrait aider. Nous avons tous besoin de dire au revoir.
Je suis d'accord avec toi. Laissons les rentrer, et nous irons tout à l'heure. C'est une bonne idée.
Tu devrais quand même avertir Sebastian dès maintenant. Le pauvre, on ne cesse pas de le déranger ces derniers mois.

Un silence de quelques instants s'installa, alors que leurs mains étaient entremêlées, leurs corps l'un contre l'autre, recouverts de la brise du soir.

En espérant que ce soit le dernier au revoir que nous ayons à dire.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Suddenly we make war for the peace
SUDDENLY WE'RE NEAR TO THE DEATH
Near to the death to protect our lives


Calamity Hernandez


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Ana de Armas

Ѽ Conte(s) : Disney Classique
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Minnie

☞ Surnom : Cal
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 64
✯ Les étoiles : 1000




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Ven 6 Avr 2018 - 23:14


Witch Hunt
« On prend les mêmes et on recommence »



L'appartement se matérialisa tout autour de nous. Inconsciemment, j'étais heureuse d'être de retour à la maison. Je ne pensais pas pouvoir rentrer aussi vite. Un léger sourire s'étira sur mes lèvres en constatant qu'il était exactement comme je l'avais laissé en partant. Alors que je retrouvais le confort de mon salon, Nicolas me fixait avec un sourire avant de tourner le regard vers Peter. Il semblait étrangement satisfait de la situation malgré notre défaite.

"C'est déjà très bien. Ce fut une journée productive. On trouvera bien assez vite la suite pour se permettre du repos. Profitez de vos pouvoirs vous deux. Bonne soirée."

J'esquissais un léger sourire tout en hochant la tête. J'étais heureuse de ces nouveaux pouvoirs et je me réjouissais d'avance de pouvoir les utiliser sous peu.

"Bonne soirée à vous également..."

Holly m'adressa un léger clin d’œil.

"Je suis ravie de te voir parmi nous, je t'inviterai à dîner quelques fois. Tu pourras amener ton ami si tu veux."

Je me tournais vers elle alors que mon sourire s'agrandissait. Je ne savais pas si Silly appréciait l'invitation et en toute honnêteté, je n'osais pas le regarder. Pas après, le regard qu'il m'avait lancé plus tôt. Je me mordillais la lèvre inférieure néanmoins ravie de son invitation.

"Je serais ravie d'accepter tes invitations. Pour Silly, tout dépendra de s'il veut venir. Les soirées entre filles, c'est très bien aussi. "

Mon sourire se fit espiègle et je fus heureuse de constater qu'elle n'était pas froissée, au contraire.

"Je suis d'accord. Je suis très contente que nous soyons amies, ma chère."

J'appréciais de plus en plus Holly. J'avais l'intuition que nous deviendrons de très grandes amies. Après Silly, ma première vraie amie depuis longtemps.

"Moi aussi sweety."

Je laissais un sourire fleurir sur mes lèvres alors que je laissais parcourir mon regard sur le groupe rassemblé devant moi. Ce serait ma famille désormais, seul eux comptaient désormais.

"D'ailleurs... vous êtes tous les bienvenues ici dès que vous le souhaitez..."

Mon regard s'attarda sur Nicolas à ses paroles et mon sourire s'agrandit légèrement. Pourtant un doute subsistait.

"Par contre, j'ai tout de même une question... Ne vont-ils pas venir nous chercher ici ? Après tout, une guerre débute, ils vont sans doute chercher à se débarrasser de nous..."

En réponse, Nicolas se contenta de ricaner en se dirigeant vers la porte d'entrée qu'il ouvrit.

"Je n'allais pas vous laisser comme ça, voyons."

Je le fixais légèrement perplexe alors qu'il levait la main. Un flash noir apparut et resta dans l'air une bonne seconde avant de disparaître. Un sourire en coin s'esquissa au coin de mes lèvres.

"Vous aviez donc pensé à tout."

Nicolas se tourna vers moi avec un léger sourire.

"Votre maison est protégée. Seul un invité peut venir."

Mon sourire s'agrandit légèrement alors que je relevais le regard sur lui.

"Merci..."

Cet homme avait une influence certaine sur moi. Je sentais mes joues s'empourprer légèrement lorsqu'il posait le regard sur moi. Ses yeux d'un bleu profond le rendait intense. D'une intensité qui me laissait toute chose. J'aurais pu faire n'importe quoi pour que ce regard m'accorde de l'importance.

"C'est pour ça que nous gagnerons à la fin. Tu as choisi la bonne équipe, Calamity."

J'esquissais un sourire ravie avant de hocher la tête.

"Je n'en doute pas."

Le sourire toujours aux lèvres, je le regardais quitter l'appartement suivi de Moïra, Peter et Holly. J'étais à présent seule avec Silly et je ne savais pas réellement comment l'aborder. J'avais... peur de sa réaction. Je savais qu'il était en colère. Je l'avais bien senti dans son regard et dans la façon qu'il avait eu de me repousser. J'osais néanmoins poser le regard sur lui, il me tournait le dos. Je ne savais pas s'il était hostile ou non. Je poussais un léger soupir avant de m'avancer légèrement vers lui.

"Je suis désolée d'avoir dû t'imposer ce choix..."

Je l'étais sincèrement. J'aurai aimé qu'il n'ait pas à choisir entre moi et Dyson. J'aurai préféré qu'il puisse rester neutre. Malheureusement, ce n'était pas possible. Je le vis relâcher les muscles de son dos avant de se tourner vers moi, un air déçu sur le visage. Je me mordillais la lèvre inférieure, je n'aimais pas ce regard. Je ne voulais pas le voir sur son visage. Je baissais légèrement les yeux alors qu'il prenait la parole.

"Je veux juste savoir pourquoi.. Pourquoi tu ne m'as rien dis et pourquoi tu.. Laisses tomber. Je comprends. Pour la famille, pour l'honneur et pour nous."

Je redressais le regard sur lui, heureuse qu'il me parle enfin. Je le suivis des yeux alors qu'il s'affalait sur le canapé. Je m'installais à ses côtés et posais la tête sur son épaule.

"Je ne pouvais rien te dire... Holly est venue me voir ce matin quand tu étais en cours.... Je ne pouvais pas t'en parler. Cela nous aurait mis en danger tous les deux. Mais... cette aide.... ces sorciers... C'est inespéré pour obtenir la vie que nous méritons. Nous allons pouvoir forger notre propre monde sans personne pour nous abandonner. "

Je redressais le regard sur lui pleins d'espoirs. Je voulais qu'il comprenne qu'il me pardonne. Je ne voulais pas qu'il m'abandonne lui aussi.

"Tu comprends non ? Tu es avec moi n'est-ce pas ?"

Il fallait qu'il comprenne. Je ne pouvais pas le laisser partir loin de moi. J'aurais eu l'impression qu'une partie de moi m'était arraché. Mais heureusement pour moi, Silly était une personne profondément aimante et loyale. Je pouvais voir qu'il réfléchissait.

"Donc c'est Holly. Je pensais que c'était plus Nicolas et ces beaux yeux bleus."

J'esquissais un petit sourire amusé avant de laisser échapper une moue de réflexion.

"C'est vrai qu'il a des yeux à tomber."

Mon sourire se fit taquin avant de s'effacer devant l'expression de Silly. Il n'était plus l'heure de rire, il fronça les sourcils avant de poser une main sur mon crâne avec un petit sourire.

"Je suis toujours avec toi même si tes décisions sont parfois très mauvaises. Mais ne compte pas sur moi pour faire du mal aux autres Toons. Je veux que ce soit clair entre nous."

Je poussais un léger soupir à sa requête. Je comprenais parfaitement ce qu'il voulait et je devais bien admettre que je ne savais pas si j'étais moi-même capable de blesser mortellement ceux qu'il y a peu partageait encore le même camp que moi. Je les méprisais du plus profond de mon être, je voulais les voir échouer et les voir ramper devant moi mais les tuer... je ne savais pas. Je finis donc par hocher la tête par l'affirmative.

"Je ne te demanderais rien que tu ne veuilles pas faire. Mais... je ne peux pas promettre pour les autres."

Je ne pouvais jurer que pour moi seule. Je n'étais pas responsable des ordres de Nicolas ni même des actes de Moïra, Holly et Peter. Je savais leur haine envers Dyson et Soreth encore plus forte que la mienne. Mais il sembla comprendre où je voulais en venir.

" Je sais que tu ne peux pas contrôler les autres et ce ne sera jamais le cas d'ailleurs. Mais je serai là du début à la fin parce que je t'aime."

En même temps qu'il parlait, il déposa sa main sur ma joue et posa tendrement ses lèvres sur les miennes. J'écarquillais les yeux de surprise. Autant à ses paroles qu'à ses actes. Mes joues s'empourprèrent malgré moi. C'était étrange, ce n'était pas la première fois qu'il m'embrassait les lèvres. C'était même coutumier à dire vrai. Mais jamais avec cette intensité et cette sincérité. Ou alors peut-être que je me faisais des idées. Silly était l'innocence même, il n'avait jamais eu ce genre de pensés ou de sentiments envers personne jusqu'à présent. Il m'en aurait parlé autrement, j'en étais certaine. Alors non, ce baiser devait sans doute être le fruit de mon imagination. A cette constatation, mon cœur se serra dans ma poitrine sans que je comprenne pourquoi. Je n'avais jamais été par Silly, je ne l'avais jamais aimé comme ça jusqu'à présent et il n'y avait pas de raison que cela change. Je laisais donc un petit sourire fleurir sur mes lèvres alors que mon regard plongeait dans celui de mon ami.

"Moi aussi, je t'aime."

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Precious Girl

Matteo P. Solano


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : тнεσ נαмεs

Ѽ Conte(s) : ғσℓкℓσяε & мүтнεs/ sυρεяηαтυяαℓ
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : ℓ'σιsεαυ ∂ε ғευ: ℓε ρнεηιx

✓ Métier : ρσмριεя & ∂εαℓευя ∂ε ∂яσgυε
☞ Surnom : мαтт'
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 95
✯ Les étoiles : 1101




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Sam 7 Avr 2018 - 23:01

▲ Witch Hunt▲


Un long silence s'installa dans le salon après la déclaration de Silly ce qui le mit plutôt mal à l'aise. Il disait souvent je t'aime à Calamity comme il dit souvent bonjour d'ailleurs. C'était une habitude pour lui, pas que ces mots ne signifiaient rien pour lui bien au contraire. Il devait celui qui comprenait le mieux le sens de ce mot, aimer. Depuis sa création il avait aimé et il continuait d'aimer malgré ses choix et le geste de ses partenaires. Il aimait l'enfant qu'il avait protégé pendant des années et il aimait Soreth malgré tout ce qu'il lui avait fait et il aimait par dessus tout Calamity et son côté sombre et destructeur. Ses sentiments d'aujourd'hui et son baiser était différent de d'habitude. Il en avait eut besoin, plus que d'habitude en tout cas. Il avait peur que ces monstres lui vole Calamity. Il avait peur que cette dernière ne lui tourne le dos et ne parte comme tous les autres. Il serait déçu si Calamity ne connaissait pas ses vrais sentiments. Il aimerait juste qu'elle le sache avant qu'elle ne change complètement. Il n'allait pas supporter de le voir changer, de voir cette magie noire dévorer la femme qu'il aimait de l'intérieur. Elle était plus que ça mais elle ne le savait même pas. Elle était brillante et étincelante et maintenant elle se contentait de disparaître dans le désespoir et la noirceur. Il baissa son regard vers ses mains un peu pensif, il était inutile après tout. Juste là pour décevoir tout le monde et regarder les personnes qu'il aimait changer. Silly remit correctement ses lunettes ronde sur son nez avant de finalement briser le silence.

▬ « J'aurai juste aimé qu'on fuit toi et moi et qu'on fonde notre propre famille comme on l'avait toujours dit tu sais. J'aime pas les guerres.. J'aime pas faire du mal à ma famille et j'aime pas te voir changer pour une personne que tu n'es pas. » Il mit rapidement son doigt sur la bouche de Calamity avant qu'elle ne prenne la parole et qu'elle ne réponde. « Je sais ce que tu vas me dire.. C'est trop tard et tu en as besoin. »

Un petit sourire triste se dessina sur les lèvres de la jeune femme. C'était marrant, il s'était pourtant juré de ne pas lui faire de mal. Il s'était pourtant juré de la faire sourire.. sourire de joie et non le contraire. C'est marrant.. Silly s'était juré beaucoup de chose à vrai dire et aucunes n'avaient été réussite. Son cœur se serra à cette constations. Il se détestait. Il ne pouvait plus se supporter lui et ses échecs. La seule chose qu'il arrivait à faire c'était.. décevoir les autres encore et encore.

▬ « Je suis désolée Silly. »
Elle prit la main de Silly et la serra fort dans la sienne pour finalement se blottir contre lui. « Sincèrement désolée. Je ne savais pas... Je ne pensais pas... Tout est allé si vite et... » Elle avait honte, Silly pouvait le voir sur son visage, elle avait du mal à le regarder dans les yeux. « J'aime me sentir importante. J'aime sentir ce pouvoir couler dans mes veines. Et... je comprends Nicolas. J'ai les mêmes motivations que lui, Silly. »

Pourquoi il se sentait comme blessé maintenant ? Pourquoi il se sentait blessé à chaque fois qu'elle parlait de Nicolas d'ailleurs ? Parce que lui arrivait à lui apporter plus en une journée que lui en plusieurs années ? Parce qu'il était beau, fort et .. intelligent. Parce qu'il avait tout pour lui alors que Silly lui n'était qu'un simple toutou bien obéissant. Il détestait ce Nicolas ou alors peut être qu'il l'enviait pour sa beauté et son pouvoir. Il repoussa Calamity parce qu'il souffrait. Parce qu'il n'avait pas le mérite d'être avec elle. Peut être que Hortensia avait raison au final. Ils étaient trop différent tous les deux. Pas compatible pour vivre sous le même toit et former leur propre équipe. Le ying et le yang n'était sans doute que des conneries en faite. Le doute laissa place à la colère et la frustration. Silly ne savait plus quoi faire et quoi penser. Il était vraiment dans l'équipe des vilains ? Lui.. Pluto le chien de Mickey ?

▬ « Je veux pas que tu sois comme lui. Il est mauvais et toi tu es parfaite. Tu gâche ta vie pour.. ça. » Il se leva finalement du canapé pour fixer Calamity avec colère. « Moi j'aime te voir sourire ! J'aime te voir heureuse ! Et j'aime quand tu me traités pas comme de la merde. Avec eux c'est tout le contraire. »

Bien sûr qu'il n'avait pas oublié les paroles de son amie. Elle avait blessé Silly. Il n'aimait pas être rancunier, vraiment pas. Mais sur le coup.. il ne s'y attendait pas et il ne pensait pas qu'elle serait capable de dire une telle chose sur lui alors qu'il était son ami depuis le début.

▬ « Je préfère être niais et stupide que de ressembler à Nicolas. Et tu sais que ce qu'il t'apportera lui ? De la noirceur, du malheur. Mais vas y je t'en prie. Accroche toi à lui. Pas sur qu'il vienne dans le lit avec toi le soir quand tu es triste. Pas sur qu'il te chante des chansons !! Ou qu'il t'apprécie à ta juste valeur.»

Il s'attendait à ce genre de réaction de la part de son amie. Le visage de Calamity se crispa et elle serra ses poings à cause de tout ce que Silly venait de dire. Mais dans l'histoire, pensait-elle à l'avis de Silly ? Elle fixa durement Silly.

▬ « Tu veux me voir heureuse ? Tu veux me voir sourire ? Avec eux, je suis heureuse. Avec eux, je suis quelqu'un. Nicolas m'apporte la puissance. Il m'apporte le pouvoir de devenir celle qui je suis destinée à être. Il m'apporte un avenir brillant. Il m'offre mon rêve sur un plateau d'argent. Alors pardon de te décevoir mais je suis comme ça. Je l'ai toujours été. Désolée si ne t'en rend compte que maintenant. » Un petit sourire sardonique s'esquissa sur son visage. « Et tu sais parfaitement que je ne pense pas un mot de ce que j'ai pu dire sur toi. Tu sais très bien à quel point tu comptes pour moi. Seulement, je ne veux pas qu'on se serve de toi pour m'atteindre. Et je ne veux pas qu'on te fasse de mal. C'est pour ça que je suis aussi dure avec toi. »

Il ressentit pour la première fois une douleur qu'il n'avait jamais ressentis auparavant. Cette chose qui lui traversa douloureusement le corps et qui le rendait plus faible. Cette douleur qui venait se loger dans son cœur. Étrangement il ne l'avait jamais ressentis et pourtant ce n'était pas la première fois qu'on lui faisait un coup bas. Il venait de se prendre la plus grosse gifle du siècle. Il venait de redescendre sur Terre d'une façon plutôt violente. Avec eux elle était heureuse ? Nicolas lui apportait beaucoup ? Et encore une fois.. il était ou lui dans l'histoire ? Il avait échoué comme avec Mickey ? Une soudaine envie de disparaître de la surface de la Terre lui prit et elle allait sûrement rester un bon moment. Le pire dans tout ça c'était que Calamity ne se rendait pas compte de la gourde qu'elle venait de faire. Silly décida d'ignorer tout ce qu'elle venait de dire et de faire ce qu'il savait mieux faire. Être heureux pour les autres. Il afficha un sourire mais étrangement ce dernier paraissait plus vide que la normal.

▬ « Alors si tu es heureuse je suis content pour toi et je suis heureux aussi. » Sa gorge se serra violemment et il sentait les larmes monter de plus en plus. Merde.. Il allait pleurer encore une fois. Qu'il était faible. « Ouf.. Je suis fatigué avec cette journée pas toi ? » Il lâcha un petit rire triste avant de se passer la main sur le visage. «  J'ai pas très faim. Je vais aller dormir okay ? »

Puis il se pencha au dessus de Calamity pour lui embrasser rapidement le front en guise de bonne nuit. Il devait vite disparaître, il ne voulait pas pleurer devant elle. Il ne voulait pas pleurer tout simplement. Il entendit Calamity s'installer correctement sur le canapé avant d'annoncer qu'elle aussi était fatigué.

▬ « Bonne nuit Silly. » annonça t-elle finalement.

L'ancien chien hocha la tête avant de marcher rapidement vers sa chambre alors que les larmes coulaient déjà sur ses joues. Il ferma doucement la porte à clé derrière lui avant de se laisser glissé le long de la porte en bois pour finalement enfouir son visage dans ses bras. Qu'avait-il fait encore une fois ? Il serra violemment son haut entre ses doigts alors qu'il retenait difficilement ses sanglots. Il voulait juste retrouver sa famille. Il aimerait juste être heureux comme avant. Il aimerait dire à Dyson qu'il ne sera jamais méchant. Il aimerait.. prendre Dyson dans ses bras à vrai dire. Il se sentait horriblement seul dans sa chambre éteinte. Il se sentait juste mal et il aimerait que cette douleur disparaisse. Silly redressa finalement son visage qui était bouffis à cause de toutes les larmes qui venaient de déverser. Il essuya grossièrement l'eau salé qui s'était logé sur son visage avant de froncer les sourcils. Si personne ne pensait à lui, il ferait en sorte de se prendre en main lui même. Bien sûr qu'il voulait faire bouger les choses et bien sûr qu'il ne voulait pas voir Bendy parmi eux. Ce n'était pas un toons et il ne le sera jamais.

L'ancien animal respira un bon coup avant d'ouvrir le tiroir de son bureau pour y sortir une feuille blanche et un stylo noir. Il s'assit sur la chaise avant de fixer la feuille vierge hésitant. Et si cela ne marchait pas ? Si Nicolas se rendait compte que Silly n'était pas comme Calamity. Il jouait à un jeu dangereux, il le savait mais il devait le faire. Pour lui, pour Calamity, pour Dyson et pour les toons. Il mordilla nerveusement son stylo avant de se mettre à écrire sur la feuille.

Cher Dyson,

Tu dois te demander qui je suis et pourquoi je t'envoie une lettre aussi tard et aussi mal écrite. Je ne suis pas un poète et encore moins un écrivain. J'ai souvent du mal à exprimer ce que je ressens sur papier mais je vais faire de mon mieux. Parce que toi, tu as toujours fait de ton mieux.

Mon identité n'est pas importante et au fur et à mesure de mes lettres, elle ne le sera toujours pas. Un peu de mystère dans notre vie ne peut pas faire de mal pas vrai ? Et par les temps qui court, il ne vaut mieux pas te mettre en danger inutilement. Tu n'as qu'à juste te dire que je suis ton gardien. Je suis celui qui veut empêché le maximum de souffrance et de perte. Un peu comme toi, non ? Cette lettre est assez importante et j'aimerai que tu ne la montre à personne. Ta vie est en jeu et la mienne également, alors soyons intelligent et discret tu le veux bien ?

J'ai des informations plutôt importantes à te partager. A toi de me croire ou non mais je sais que tu feras le bon choix parce que .. Quand je vais te partager ces informations, tu verras qu'elles ne sont pas totalement fausses. Je sais que c'est difficile à croire mais j'entends Nicolas dire des choses. Parler d'un plan, de ces inquiétudes et tout le reste.

Il faut que tu saches que Nicolas est mourant. Il aurait du mourir, il y a deux ans de cela maintenant. Difficile à croire hein ? Il était plutôt en forme la dernière fois que tu l'as vu.. Mais ce n'est pas le plus important. Il a tout un plan de prévu pour pouvoir rester en vie. Sache qu'une nouvelle sorcière noire a rejoint ses rangs aujourd'hui, Calamity plus exactement et elle lui voue une reconnaissance éternelle. Ne compte pas sur elle pour t'aider et j'aimerai que tu te méfies de Lucy. Il ne s'en occupe pas pour le moment mais je sais qu'il prévoit des choses pour elle plus tard. Il détient deux totems avec lui. Un totem de la vie qui le maintenait en vie mais de ce que j'ai compris il ne marche plus, voilà pourquoi Nicolas est un peu inquiet. L'horloge tourne pour lui et il n'a pas de temps à perdre. Mais il a aussi un totem de la magie noir qui ne lui sert à rien vu qu'il est déjà un sorcier noir, je ne t'apprends rien. Malheureusement il a donné ce totem à Peter pour qu'il puisse faire partie de l'équation. Dyson.. l'heure est grave. Nicolas veut réécrire l'équation et il était très sérieux à ce sujet. Il veut que l'équation se déroule à Wasteland et il veut tuer le dernier protecteur qui s'y trouve avec le conseil des cinq sorciers. Mais pour ça il lui faut encore quelques ingrédients pour y arriver. Il manque deux totems à Nicolas et aussi l'armure du chevalier blanc.

Ne croit pas tout ce que je viens de dire si tu le souhaite, je m'en fiche. Je ne mérites pas vraiment ta confiance mais je t'en supplie. Trouve les porteurs des morceaux de l'armure avant lui et son équipe. Sauve l'équation et le protecteur. Sauve nous..

Une dernière chose Dyson. Je veux que tu saches une dernière chose. Je te communiquerai des lettres à chaque nouvelles informations et je les mettrais chez Daisy. Tout le monde sait qu'elle est discrète et parfaite pour ce genre de boulot. Si tu ressens le besoin de m'en écrire une, dépose là simplement chez Donald et Daisy. Je la lirai et j'y répondrai. Tu as toujours veillé sur les autres. Maintenant c'est à mon tour de surveiller tes arrières. Ne doute jamais de tes compétences ou de ta famille. Tous ensemble vous êtes plus fort que Nicolas et son armée parce que vous possédez une chose que lui n'a pas. De la lumière, de l'amour et la famille. Je ne suis pas aussi bon que toi et d'ailleurs c'est pour cela que je me cache honteusement derrière un surnom.. Mais je veux me racheter et je veux te prouver que toi aussi tu peux être sauvé.

Signé Le Chevalier Blanc.


Silly posa son stylo sur le bureau reniflant difficilement. Il plia soigneusement le papier pour le mettre dans une enveloppe avant de passer discrètement par le fenêtre de sa chambre. Silly jeta un rapide regard autour de lui avant de se diriger discrètement vers la maison de Daisy pour y glisser la lettre adressé à Dyson. Il savait que Daisy n'allait pas l'ouvrir et il savait qu'elle donnerait la lettre à Dyson. Le travail de Silly était terminé pour lui aujourd'hui. Peut être qu'il se sentirait moins lourd demain ?

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
I will go if you ask me to
☾ ☾ ☾ The photographs know i’m a liar they just laugh as i burn her down and i will go if you ask me to. I will stay if you dare and if i go i’m goin on fire. Let my anger take me there. The shingles man they’re shaking the back door’s burning through. This house she’s quite the keeper. And if i go, i’m goin crazy
En ligne

Kara L. Walters


« Vous auriez pas
une dinde au four ? »


avatar


╰☆╮ Avatar : Melissa Benoist & Odette Annable (Lucy)

Ѽ Conte(s) : Les toons et la folie de son intrigue.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Kara, l'une des deux filles d'Hortensia + Lucy, la deuxième fille d'Hortensia, sorcière noire qui vit dans la tête de Kara...C'est très long à expliquer.

✓ Métier : Journaliste


☞ Surnom : Smarties
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1309
✯ Les étoiles : 1416




Actuellement dans : « Vous auriez pas une dinde au four ? »


________________________________________ Sam 7 Avr 2018 - 23:14

▲ Witch Hunt▲



J’ouvre les yeux et souris à mon père. Je me regarde dans le lac et retrouve ce reflet que j’ai si souvent cotoyé. Lucy était désormais bien éveillée en moi, elle était une part entière de moi tout comme je suis une part entière d’elle-même. Je suis désormais deux soeurs en une. Je dois avouer que c’est assez compliqué à encaisser mais c’est comme ça et je vais m’y faire de toute manière. Je salue tout le monde et rentre à la maison, j’avais juste besoin de dormir. Oui j’avais simplement besoin de repos.

Barry était rentrés avec moi mais à peine avais-je passé le porche du studio, je me suis dirigée vers les escaliers et j’ai grimpée jusqu’à atteindre ma chambre avant de m’enfermer à double tours. Je ne voulais parler à personne, je ne voulais voir personne. Maman avait changé quelque chose au fond de moi, je le sentais. Pourtant, Lucy n’était pas mauvaise, non, je le savais et moi non plus mais je crois que toutes ces découvertes n’avaient que fait ouvrir une nouvelle plaie au fond de moi et ça ne me plaisait pas beaucoup. Je ne voulais pas changer celle que je suis au fond de mon âme. Je suis une Walters et ça personne ne peut le changer.

Je me déshabille et enfile un tee shirt long et un leeging avant de me glisser sous ma couette. Me saisissant de mon macbook, j’enfile mes écouteurs, enclenche Netflix avant de cliquer sur Stranger Things et j’éteins la lumière. Dix bonnes minutes plus tard, mes yeux se ferment, bercée par les musiques rock de ma nouvelle série préférée.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

- Kara Lucy Walters - Evil Light -

Barry Walters


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 225
✯ Les étoiles : 1950




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Dim 8 Avr 2018 - 21:50

« Witch Hunt»
United We stand. Divided we fall.


Ils étaient de retour. Devant le lac. Barry tourna la tête vers Donald qu’il avait aperçu mais à qui il n’avait pas encore adresser la parole. Pourtant c’était Donald. Barry savait pour lui, pour Fantomiald. Il sentit soudainement que son corps s’était détendu et que l’émotion passée, la présence de Donald lui donnait un sourire niait. La nervosité s’empara de lui. Il s’avança vers le plus ancien des héros qu’il admirait. Il était là, à quelques mètres et n’osa bouger un miliètre vers lui.

Il était comme un fan impretionné devant Stan Lee.

Il fut tiré de cette petite crise de timidité soudaine par les vibrations de son téléphone. Il décrocha machinalement et reconnu la voix de Caitlyn. Il se mordit l’interieur de la lèvre.

« Barry, je ne sais pas ce qu’il se passe, mais je n’arrive pas a joindre Kara. Ni toi d’ailleurs...maintenant si evidemment.
- Sis’, je te raconterais tous quand je vais rentrer.
- A tout à l’heure. Tu ne me caches rien hein? C’est une histoire de fille?
- De famille, je t’expliquerais. Ho, dis à Oliver de ne pas continuer Black Lightning pour moi...sinon je le spoil sur hmmm Gotham. »

Elle soupira avant de raccroché. Il croisa le regard de Kara. Elle était revenue. Visiblement, elle avait l’air de l’attendre.

« Pars devant. Cait’ commençais à s’inquiéter. Elle m’a laissée une dizaine de messages. Va te reposer. J’ai un truc à faire avant.»

Il tourna le regard vers Harry avant de porter son regard sur son téléphone. Il chercha un nom dans son téléphone et se rendit compte qu’elle n’avait toujours pas répondu à ses messages. Il faisait n’importe quoi. Il ferma les yeux pour tenter de resister à la tentation. Okay, il s’emballait et il ne comprenait pas pourquoi. Son pouce resta en suspend au dessus de l’écran avant de taper sur le clavier...et d’effacer, non satisfait de sa phrase. Tant pis, il lui enverrait un message en rentrant. Il rangea l’objet dans sa poche et vis son père toujours présent. Il avait une sale mine.

Barry pris une grande information. Kara détestais leur mère mais Barry en était incapable. Il ne se comprenait plus, une part de lui était en colère, une autre ne voulait pas y croire. Il s’avança vers Dyson.

« Papa, tu veux qu’on discute en rentrant?»

Cette aventure avait soulevée beaucoup trop de questions. Ses émotions avaient jouer aux montagnes russes. Il avait eu de l’espoir et puis il avait été trahie. Il avait cru perdre un membre de la famille, qui fut sauvée mais finalement, perdue. Il avait eu envie de connaitre Silly mais finalement, il était parti dans le camps opposé. A peine le temps de connaitre une famille qu’il y fut enlevé. Tristesse, joie, colère, peur, Espoir. C’était le tonerre de Zeus en plus puissant. Il avait besoin de faire le point. Il avait besoin d’en discuter avec son frère et ses soeurs. Merde, Lucy était l’une d’eux tout de même ! Et Holly, Hortencia, a Storybrook, vivante a l’exterieur mais elle était morte puis revenue. Le choc avait été grand. Le dernier fils et la mère autrefois partageaient un lien fort. Peut être pas autant que Barry l’avait cru.
Barry était perdu, et il allait avoir besoin de Violette.

D’une discussion père-fils...et d’un capuccino.
 
crackle bones

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Sometimes everything is wong. Now it's time to sing along. When your day is night alone. Hold on. Hold on. If you feel like your Alone. No no no. You are not alone

Hold on.

Sebastian Dust


« Nous tendons vers toi
notre nez mouché,
et pas mouché »


avatar


╰☆╮ Avatar : Eddie Redmαyne.

Ѽ Conte(s) : Les Cinq Légendes.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le Mαrchαnd de Sαble.



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 4571
✯ Les étoiles : 19182




Actuellement dans : « Nous tendons vers toi notre nez mouché, et pas mouché »


________________________________________ Lun 9 Avr 2018 - 21:49





Witch Hunt

« J'écrivais des silences, des nuits, je notais l'inexprimable. »

Et voilà, l’équation se complétait peu à peu et le plus dur était à venir… Pourtant Sebastian s’en était sorti vivant comme, fort heureusement, tous les autres présents jusqu’alors. Des choses avaient changées, imperceptibles ou au contraire bien visibles. Difficiles. La trahison d’un proche. La mort d’un frère. Les souvenirs bafoués et une vérité encore plus douloureuse que tous les cauchemars. Ne faisant pas parti directement de cette famille, le Marchand de Sable ne pouvait qu’imaginer tout ce qu’ils pouvaient ressentir. Tout ce que Dyson pouvait ressentir. Un air peiné sur la figure, il laissa le sable frôler quelques visages afin de leur apporter un minimum de réconfort et d’espoir quant à la suite des évènements. Tout allait bien finir, il l’espérait. Le pensait. Et le croyait.

Dyson lui donna rendez-vous un peu plus tard dans la soirée ; annoncer à Simon le décès de Mugman n’allait pas être une partie de plaisir mais Sab se sentait responsable du jeune garçon. Il ne pouvait pas le laisser seul à ce moment-là, il n’en avait pas le droit. Il ferait son devoir auprès du protecteur qui l’avait précédé durant tant d’années et lui avait accordé aveuglément sa confiance.

Alors qu’il allait saluer Koleana, il sentit quelque chose vibrer dans sa poche et extirpa son téléphone portable : appel manqué de Louise. Tiens ? En déverrouillant le clavier, son expression devint livide. Il n’y avait pas un mais douze appels en absence ainsi que six messages texte où elle lui demandait de la rappeler. Puis finalement, de venir. Rapidement. Prestement. Immédiatement. Cloué sur place de surprise, il sentit une immense vague d’inquiétude l’envahir et son sang se mit à battre contre ses tempes. Sa petite amie ne l’appelait jamais de cette manière et encore moins avec des onomatopées impérieuses. Il pianota sur le clavier et essaya de la rappeler, attendit les sonneries mais se fut le répondeur qui l’accueilli. Mince, dans le lac il n’avait pas du tout pensé au fait que son portable ne passerait pas… Il réessaya une seconde fois, faisant simplement un signe du menton à Dyson avant de partir en direction de la ville.

Le sable se matérialisa sans qu’il ne cesse d’avancer et le souleva du sol dans un nuage doré, s’éloignant du lac à toute allure afin de rejoindre le plus rapidement possible sa maison. La princesse Arlequin ne répondait toujours pas et cela commençait à l’inquiéter. Peut-être qu’elle avait eu un souci avec Sherlock ? Ou bien Clyde ? Est-ce que le Nifleur avait fait s’effondrer la maison ? Avait-elle changée d’avis pour leur déménagement ? Son ex-mari l’avait-il retrouvée ? Tout un tas de scénario défila dans sa tête sans qu’il ne puisse s’arrêter sur un seul, son cœur battant la chamade à mesure que les secondes paraissaient des heures. Pourquoi ne pouvait-il pas aller plus vite ? Pourquoi ne pouvait-il pas… Pourquoi est-ce son canapé gisait dans le jardin devant chez lui, entouré du bris de verre de feu la porte fenêtre ? O_o

Posant le pied sur le perron il se précipita à l’intérieur, haletant, s’immobilisant brutalement à l’entrée du salon en voyant l’espèce de carnage qui régnait à l’intérieur : tous les meubles de la salle à manger étaient sans-dessus-dessous, propulsés vers les murs au point de les briser et le peu de livres qui restaient dans la bibliothèque avaient perdus la quasi totalité de leurs pages, étalés un peu partout dans un schéma chaotique. Au centre de la pièce, une partie des feuilles étaient comme brûlées par une onde de choc qui avait même entamé le tapis et le parquet dessous. Les ampoules avaient explosé. Les vitres étaient brisées. Même le tableau qui se trouvait jadis au mur, peint par Louise, avait été éventré en plein cœur de sa toile par un pied de chaise. Qu’est-ce qu’il s’était passé ici ?

« Louise ?! » Coassa sa voix éraillée et grave, paniquée.

Il y eu un flottement, puis une petite voix s’éleva finalement :

« Sab ! Je… Suis là… »

Elle semblait lointaine. Etouffée.Sebastian tourna les talons, tenta la cuisine mais elle ne s’y trouvait pas. Pareillement pour le bureau du rez-de-chaussée et la salle de bain. Saisissant la rambarde il grimpa les marches de l’escalier quatre à quatre et fut attiré par une lueur anormale en provenance de leur chambre. Poussant la porte, le gardien se figea sur l’entrée lorsqu’il la vit enfin : Louise était recroquevillée sur le lit, serrant les draps entre ses doigts et sanglotant tandis que c’était de son corps que semblait émaner la lumière vive. Elle portait une trace sur le front, ainsi qu’une estafilade sur la joue mais elle ne saignait pas. Elle respirait vite. Si vite. Ses yeux croisèrent les siens et il voulu s’approcher. La prendre dans ses bras.

« Ne me touche pas ! » Hurla-t-elle, se recroquevillant encore davantage à l’autre bout du lit. « Ne t’approche pas ! Ne… Je ne sais pas ce qu’il se passe mais, je t’en pries, reste éloigné ! »

Lorsqu’elle parlait, la lumière se faisait plus vive, presque agressive. Les trémolos dans sa voix lui brisaient peu à peu le cœur et il laissa sa main en suspens, incapable de reculer. Incapable d’avancer. Incapable de la quitter des yeux. Qu’est-ce qu’il se passait ? Qu’est-ce qu’il s’était passé ? Pourquoi est-ce que son téléphone n’avait pas de foutu réseau ?! Il aurait put être là plus tôt ! Il aurait put l’aider, peut-être ? Il aurait… Tout se chamboulait dans la tête de Sab et, devant son visage au-delà de l’incompréhension, Louise reprit la parole dans un sanglot.

« Je ne les contrôle plus… » Sa voix couinante, douloureuse, faisait chavirer le peu de raison qui restait au gardien. Elle souffrait. « Je n’arrive pas à les retenir… »

Il secoua la tête et tendit la main à nouveau, faisant un pas en avant. Elle hurla, d’une terreur sourde, mais il parvint jusqu’au bord du lit. Elle avait bondit en arrière, si mignonne dans ce sweat gris trop grand pour elle et son jeans délavé, l’air pourtant si fatiguée. Sa poitrine se soulevait aussi vite que la sienne et elle prit appui sur la table de chevet en se sentant chanceler. Il aurait aimé lui dire qu’elle ne craignait rien, qu’il pouvait l’aider, la protéger, s’il comprenait ce qu’il se passait ! Elle parlait de ses pouvoirs, à n’en point douter : dernièrement, Louise répétait que le sceau se fragilisait et qu’elle avait de plus en plus de mal à les contrôler. Elle avait failli se faire dévorer par une maison quand elle avait requis l’aide de Merlin à ce sujet, c’était pour dire… Mais loin d’être une situation cocace, cette fois-ci semblait bien plus dramatique.

« Les sceaux, ils… Ils se sont brisés, le salon, j’ai… » Elle passa une main dans ses cheveux, les agrippant, serrant les dents. Paniquée. Débordée. Bouleversée. « Je les sens qui affluent et… Je ne… Je ne peux rien y faire ! Je ne… Mon Cœur, je… »

Il tenta de tempérer avec ses paumes devant lui, de lui intimer de se calmer et de se poser pour reprendre son souffle. Mais la jeune femme semblait prise par le temps, pressée et secoua vivement la tête. Il aurait voulu bondir par-dessus ce lit et la prendre dans ses bras. Faire quelque chose. N’importe quoi.

« Je crois que je vais… »

Elle porta la main à sa bouche en même temps qu’il franchit le couvre-lit, trébuchant de ses jambes trop longues avant de la saisir à bras le corps. Elle était brûlante. Aveuglante. Louise eu un hoquet douloureux et son corps tout entier se mit à trembler, parcouru de sanglots sans qu’il n’accepte de la lâcher le moins du monde. Il était là. Il était avec elle. Il chuchota quelque chose en passant une main dans ses cheveux, avant de la serrer de nouveau de toutes ses forces contre lui. Sab sentit les doigts de Louise attraper sa chemise pour les serrer.

« Sab, promet-moi de… »

« Non ! »

Il secoua la tête de toutes ses forces. Pourquoi est-ce qu’elle employait un ton aussi défaitiste ? Elle n’allait pas mourir bon sang ! N’est-ce pas… N’est-ce pas ?!

« Écoute-moi ! » Plus les secondes avançaient, plus sa voix était faible. Et plus la lueur qui s’échappait de tous les ports de sa peau brûlait la rétine comme le corps. Elle saisit son visage en coupe, l’obligeant à la regarder. « Je ne vais pas pouvoir les retenir. Je n’y… Arrive pas. Je ne sais pas ce qu’il va se passer mais… Promet-moi que ça va aller. Promet-moi que tout va bien aller. S’il te plait, mon cœur ! »

Ses yeux clairs dans les siens. Son souffle mêlé. Son âme entrelacée.
Front contre front. Cœur contre cœur.

« Ca va aller… » Souffla de nouveau Louise, dans un murmure aussi bas que possible. La lumière de son corps était presque aveuglante. Sa peau brûlait celle du Marchand de Sable. « Ca va aller. Tout va… Aller… Je t’aime, mon cœur. »

La chapelière semblait le répéter comme un psaume et, un instant, le Marchand de Sable voulu y croire. Voulu l’accompagner. Sa gorge était si serrée qu’il avait du mal à dire quoi que ce soit, à retenir les larmes dans ses yeux tandis qu’elle, elle pleurait. Sa peau semblait absorber l’eau salée et faisait disparaître ces larmes avant qu’elles n’atteignent sa joue. Elle se mit à trembler et il la serra plus fort encore. Embrassant ses cheveux. Embrassant son front. Embrassant sa bouche et ses lèvres encore si douce malgré l’incandescence dont elles semblaient faites.

Il y avait une solution. Il y avait forcément une solution ! Aller voir un dieu, demander à Hyperion – un titan ! – ou à Merlin, la mettre sous une douche froide, l’endormir, n’importe quoi qui… Comme si elle lisait dans ses pensées, Louise secoua doucement la tête de droite à gauche. Elle avait un faible sourire, tremblotant, peiné. Lui ne parvenait pas à sourire.

Il était en train de la perdre.

« Je t’aime… » Coassa-t-il, tandis que le sable répétait ces paroles dans des lettres flottantes.

Son visage brillant d’un brasier incandescent fut la dernière chose qu’il vit avant qu’un énorme choc ne lui fracasse le crâne et qu’il perde connaissance.

* * *

Ses yeux se rouvrirent sur un cocon de sable doré qui tournoyait lentement autour de lui. Il papillonna des paupières, la gorge sèche, et se redressa vivement en se souvenant des derniers évènements : Louise ! Le cocon se dissipa et Sebastian sentit tout l’espoir qui faisaient de lui ce qu’il était quitter son corps à une allure folle. Il se trouvait toujours dans sa chambre, près du mur opposé au lit. Ce dernier était renversé, ses draps éparpillés au bords brûlés et un courant d’air s’engouffrait par les fenêtres aux carreaux brisés. Il régnait un silence morbide. Lourd. De sens. De signification. Où était Louise ?! Sab se redressa maladroitement, s’aidant du mur, et parcouru la pièce du regard. Le miroir posé sur la commode ne reflétait plus rien, son verre était comme opaque, parcouru de relief semblables à une onde sur de l’eau. Il frôla le miroir de ses doigts : il était chaud. Brûlant même.

Contournant le lit, il vit les mêmes marques au sol que dans le salon. Le plancher avait été entamé et du bois brûlé fumait encore. Levant les yeux au plafond, le marchand de sable découvrit qu’une véritable forêt de lierre avait poussé au milieu des poutres et s’engouffraient vers le toit par un trou qui devait être l’ancien vasistas… De lourdes racines soutenaient les feuilles, implantées dans les murs comme si elles avaient toujours été là.

Mais Louise, elle, n’était plus là.

Sebastian déglutit, incapable encore de digérer cette information. Son esprit semblait tourner à mille allure et à la fois être complètement vide de tout. Un sifflement résonnait à ses oreilles. Peut-être était-ce le bruit de son propre cœur en train de s’arrêter ? Prit d’un haut-le-cœur violent, il se pencha en avant et bascula contre le miroir. Son estomac ne rendit rien mais la sensation fut tout comme. Il tira le col de sa chemise, remarquant que ses doigts tremblaient affreusement. Le sifflement. Les tremblements. Le sifflement. Les…

Il lui fallut plus d’une minute pour se rendre compte que les vibrations provenaient de son téléphone. Dans des gestes automatiques, mécaniques, il décrocha et porta le combiné à son oreille. Il s’était attendue à entendre la voix de la princesse arlequin qui lui disait qu’elle avait atterri à Hawaï, où n’importe où dans le monde, et le rassurait d’aller bien… Mais ce n’était que Dyson.

« Sebastian ? On t’attend depuis… Une heure déjà. Si tu ne veux plus venir on comprendra mais, on t’attend. »

Il semblait aussi attendre une réponse mais le marchand de sable était incapable de parler. Incapable de formuler quoi que ce soit de cohérent.

« Sebastian ? Tu m’entends ? »

Il éloigna le combiné de son oreille et pianota sur le clavier, lui envoyant un message pour l’informer qu’il arrivait. Dyson au bout du fil paru surpris devant la petite sonnerie puis se repris.

« C’est vrai que tu ne… Désolé. D’accord, à tout de suite. Simon est là. »

Simon. Simon. Ah oui, Simon… Il avait dit qu’il viendrait, lui annoncer la mort de… Mugman. C’était pour Mugman qu’il devait y aller. C’était… Important. Oui, il y avait des choses importantes à faire encore. Des choses à s’occuper. Il devait… Lutter contre l’oppression qui lui étourdissait le crâne et tenter de retrouver une respiration normale. Caduque. Son bras appuyé contre le meuble fut parcouru de violents soubresauts. Ses doigts écartés tremblaient. Il les fixa comme si eux-seuls lui permettaient de focaliser son attention quelque part. Une chose à la fois. Une chose après l’autre. Louise avait disparue. Mugman était mort. Simon devait le savoir. Louise avait disparue. Sa maison était dans tous ses états. Louise avait disparue. Elle avait… Disparue.

Disparue.

* * *


Quant Dyson ouvrit la porte, il fronça les sourcils et l’étudia de la tête aux pieds avec l’air de ne pas être dupe. Le teint livide, les yeux cernés de rouge trahissant les quelques larmes qu’il avait rapidement essuyé juste avant de frapper à la porte, Sebastian n’avait plus rien de la tranquillité insouciante qui l’habitait d’ordinaire. Il tenta de faire bonne figure et, quand le toon lui demanda s’il se sentait bien, il hocha la tête et s’espérant convainquant.

« Non ça ne va pas ! Viens, entre ! »

Refermant la porte derrière le protecteur, il l’invita à le suivre dans la maison.

« Walter, sors vite de la cuisine, code F. »

Le concerné apparu à l’entrée de la cuisine d’un pas quasi militaire, lui envoyant un paquet de mouchoir et lançant un regard compatissant à Sab en passant à côté de lui. Il s’écarta poliment pour ne pas le déranger et s’arrêta au bord de la pièce, observant Dyson évoluer à l’intérieur.

« Tu veux un thé ou un chocolat chaud ? » Demanda-t-il, sortant un mug d’un placard. « Sebastian, tu peux tout me dire, je te dois bien ça. »

Le toon planta son regard dans celui de Sab mais celui-ci dévia le sien rapidement, prenant une inspiration avant de doucement secouer la tête. Il ne pouvait pas en parler. Il ne pouvait même pas le concevoir. Il accepta un mouchoir, reniflant, mais serra les dents de toutes ses forces pour retenir le sanglot qui mourrait d’envie de s’extraire de sa gorge.

« Nous devons d’abord parler à Simon.
C’est le plus important.
 »

Chaque chose en son temps et un temps pour chaque chose. Un schéma simple. Une ligne de conduite. Simon. Mugman. Et ensuite il repenserait à… Dyson paru hésiter, baissant les yeux mais les relevant bien vite vers lui.

« D'accord... mais je ne t'oublie pas. »

C’était une promesse, en quelque sortes. Sab esquissa un sourire du coin des lèvres mais le ravala bien vite, incapable de sourire face à la gravité de la situation. C’était comme si tout un monde s’écroulait autour de lui et qu’il n’en avait pas encore pleinement conscience. Complètement consience. Rester debout. Marcher, un pas après l’autre, et montre à l’étage en suivant le toon qui s’était étrangement tu. Le silence lui faisait du bien et du mal à la fois, tourmentant son esprit et apaisant la sensation de porter tout le poids du monde sur ses épaules. Il devait être fort, encore un peu. Juste assez.

Ils débouchèrent dans un couloir parcouru par tout un tas de gensn mais plongé dans un calme respectueux. Certains se dépêchèrent de rejoindre l’une des portes, d’autres se rassemblaient par endroit sans rien dire, les derniers enfin ouvraient au contraire leurs chambres pour porter attention à ce qu’il se passait en dehors. Le marchand de sable sentit le stress grimper en lui pourtant l’espèce d’adrénaline qui parcourait ses veines et lui permettait de rester debout le chassa plus facilement que tout le reste… La foule luis emblait si futile en cet instant. Ils débouchèrent devant une chambre, que Dyson ouvrit, et rencontrèrent Simon installé devant une télé. Soreth se trouvait déjà là, ainsi qu’un autre jeune homme.

« Yanis, tu peux nous laisser, s’il te plait. »

Ledit Yanis s’exécuta, se levant de son lit pour passer à côté d’eux, leur adressant un sourire de soutien.

« Code F. Je vais voir Lukas. »

Et il quitta la pièce, les laissant seuls tous les quatre. Soreth coupa le son de la télévision tandis que Soreth s’installa à côté de Simon. Sebastian fut invité à s’asseoir de l’autre côté du garçon, se posant sur le bord du lit. L’ambiance était lourde. Trop lourde. Une véritable chape de plomb coulant lentement sur eux pour les étouffer peu à peu.

« Simon, je dois te dire quelque chose qui n’est pas simple à entendre… Ou à annoncer. » Commença le toon.

Simon se mit à l’écouter attentivement avec de grands yeux craintifs. Dyson prit une inspiration et ouvrit la bouche, s’apprêtant à dire quelque chose… Avant de se figer. Un hoquet mourru dans sa gorge tandis qu’il plongeait son regard dans ceux de son frère, bafouillant en silence. Bredouillant en silence. Incapable de prononcer le moindre mot. Incapable de lui dévoiler la terrible vérité qui l’attendait… Sab sentit sa détresse, reniflant avant de doucement prendre la main de Simon dans la sienne pour attirer son attention. Il observa cette petite paume qu’il caressa du pouce.

« Simon, nous sommes allés dans les souvenirs du Réverbère aujourd’hui. »

Dévoila le sable doré entre eux, prenant soigneusement le temps de durer aussi longtemps que nécessaire. Une autre inspiration. Sa mâchoire tremblait d’une tension insupportable, mais pas aussi douloureuse que les pics en train de lacérer son cœur.

« La cellule de Mugman était vide. »

Sans s’en rendre compte, il laissa un suspens.

« Simon, je suis désolé. Mugman est mort. »

Sa voix éraillée sonna comme le glas fatal de cette sordide histoire et il étouffa un sanglot avant que celui-ci ne le trahisse. Pourquoi devait-il y avoir des morts aujourd’hui ? Pourquoi les êtres que l’on chérissait plus que tout devaient disparaître ? Pourquoi est-ce que Louise avait… Simon. Simon était devant lui. il devait se concentrer sur Simon. Encore un peu. Juste un peu.

Ce dernier fronça les sourcils, visiblement mécontent de ce qu’il avait entendu. Il pris une expression boudeuse, se renfermant et se tassant sur lui-même.

« C’est pas vrai. » Fit-il d’une petite voix.

« Je suis désolé, Cup. » Reprit Dyson, passant une main dans les cheveux de Simon. « Je voulais le sauver… »

Simon secoua rapidement la tête de droite à gauche, refusant d’y croire. Refusant de l’accepter. Comme lui. Sebastian ne s’était jamais sentit aussi proche du jeune garçon qu’en cet instant… Il ouvrit la bouche pour retenir un autre sanglot et caressa doucement la joue de Simon. Le sable se mêla à ses doigts et vint toucher, de son aura dorée, les tempes du précédent protecteur. Il méritait de savoir ce qu’ils avaient vus. D’appréhender lui aussi. De voir lui aussi. De comprendre, lui aussi.

Et de pleurer, lui aussi. Il enfouit son visage contre la chemise de Sab et serra si fort le tissu que le gardien n’eut pas le cœur à ne pas l’étreindre à son tour. Posant une main sur ses cheveux, l’autre dans son dos, il le berça lentement en retenant difficilement les larmes au bord de ses yeux. Pour Dyson, il aurait voulu se retenir. Rester digne. Etre ce soutien dont ils avaient besoin. Mais il en était incapable. Il ne pouvait pas. Il n’était pas un pilier, il n’était plus rien d’autre qu’un maelstrom informe où aucun sentiment ne parvenait à surplomber l’immense tristesse qui comblait chaque parcelle de son être.

Et au travers de tous les sanglots et la peine de Simon, ce fut sa propre douleur qu’il épancha.

* * *

Sebastian n’était parti de chez Dyson qu’une fois Simon endormi dans les bras de son frère. Profitant de l’immobilisation forcé de ce dernier, il l’avait salué sobrement mais n’était pas resté pour s’expliquer. Il ne le pouvait pas. C’était encore… Incompréhensible. Inavouable. Il fallait qu’il remette ses idées et place et il y avait assez eu de mauvaises nouvelles pour la journée. Ses jambes semblaient peser des tonnes quand il erra dans les rues plongées d’obscurité mais il n’avait pas le cœur à voler. Il fallait profiter de ‘l’insouciance des rêves pour cela mais le marchand de rêve n’avait pas l’âme aux douceurs innocentes. Aux aventures inconscientes. Il se contentait d’avancer machinalement dans la fraîcheur de la nuit, ressassant les derniers mots. Les dernières images. Les derniers souvenirs.

Derniers… Ce matin encore ils plaisantaient ensemble et maintenant, ce soir, ils…

Il essuya d’un revers de poignet les nouvelles larmes qui glissèrent sur ses joues, ouvrant la bouche à la recherche d’un air qui semblait lui manquer, et la referma avec un son gargouillant de désespoir. Sab n’avait même pas la moindre envie de rentrer chez lui. Pas encore. Pas tout de suite. Comme un enfant fuirait une réalité dont il ne voulait pas entendre parler. Il prit son téléphone, parcouru l’écran principal où une photographie de Louise se trouvait encore. Cette fois il ne parvint pas à retenir son sanglot et se dépêcha de l’éteindre. Il ne voulait parler à personne. Il ne voulait voir personne. Puisque le seul être qu’il aurait aimé avoir près de lui ce soir… Avait disparu quelque part entre le monde et le néant.

Le marchand de sable s’échoua sur un banc, au cœur d’un parc juste ne face du jardin d’enfants. Il aimait bien cet endroit, il y venait régulièrement pour tout un tas de sentiments et de raisons. Ce soir il était vide, pas de rires d’enfants ou de papotages parentales. Pas de cris de joie, de peur, d’amusement, de colère. Pas un son. Pas un bruit. Juste lui seul et ses pensées désordonnées…

Sa vue sembla se brouiller légèrement et il poussa un soupir. Voilà que même la nuit ne voulait pas lui apporter un peu de ce répit salvateur qu’il espérait. Le vent fouetta les branches d’arbre autour et un frisson le parcouru, remontant lentement dans son échine pour se loger à même sa nuque. Il eut étrangement froid tandis que la l’obscurité régnait davantage dans le jardin d’enfants. Un sursaut. Un froncement de sourcil. Il se rendit compte que quelque chose clochait lorsqu’il fut trop tard.

« Pauvre Sebastian... Pauvre cœur… » Murmura une voix douce et compatissante derrière lui.

Le gardien n’avait pas entendu la personne arriver. Il était tellement perdu dans le vague à l’âme de ses sentiments qu’il ne s’était pas méfié. Pas attentif. Incapable de se battre. Incapable de lutter. Il voulait simplement qu’on le laisse en paix, était-ce trop demandé ? Sab tourna légèrement la tête en direction de la voix, fronçant les sourcils en devinant la silhouette d’une femme à quelques pas de lui.

« Tu souffres. Tu souffres beaucoup. » Continua-t-elle.

Fallait-il être devin pour le deviner ? Le marchand de Sable eut un soupir. Pourquoi devait-il être la cible de quelqu’un ce soir ? Pourquoi ? …. La grande et unique question. Celle dont il ne connaissait pas la réponse. D’ailleurs, comme si son absence de paroles avait laissé entrevoir une autorisation, la femme s’approcha du banc et vient élégamment s’asseoir à côté de lui. Brune, un air hautain mais cruellement doucereux, elle posa une main sur son bras. D’ordinaire il l’aurait chassé mais ce soir il était las. Désespéré. Attristé… Tout un tas d’adjectifs dans le genre et plus encore. Son visage lui était familier, il l’étudia légèrement pendant qu’elle reprenait la parole.

« Et si ce soir… On souffrait tous les deux, ensemble, ici ? »

Elle avait l’air triste elle aussi. Avait-elle appris une mauvaise nouvelle ? Perdu quelqu’un ? Elle était vêtu d’une robe sombre et portait un maquillage impeccable, pourtant elle détonnait dans cet endroit. Sab ne chercha pas à lutter. Peut-être qu’il avait juste besoin d’un peu de compassion, au final ? Juste besoin d’une présence. Silencieuse, de préférence.

« Je m’appelle Moïra. Ravie de te rencontrer réellement, Sebastian. »



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Maybe life has broken you
BUT IT CAN NEVER DESTROY YOU
IF A MAN CAN CLIMB OUT OF THE ABYSS
THAT MAN HAS A SOUL OF A KING



http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t27074-tant-qu-il-y-a

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 5 sur 6
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

[Toons Episode 3] : Witch Hunt - Fe





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les alentours :: ➹ La forêt