Gravity
FALLS !

de Dyson

Miroir
Magique
de Anastasia

L'Héritage
Perdu !
de seb


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Miroir Magique au Mur ☆ Evénement #98
Une mission de Anastasia Romanov - Ouverture : août 2018
« Miroir miroir, qui est la plus belle ? »

Partagez | .
 

 Ils ont alors lancé le programme JAEGER } Evie/Adam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Evangeline Dust


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Lily James

Ѽ Conte(s) : Stardust
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Evangeline



☞ Surnom : EVIE!
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 222
✯ Les étoiles : 2490




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Jeu 10 Mai 2018 - 19:51

 La fin du monde est proche, alors où préférez vous mourir ? Ici ? Ou dans un Jaeger ?


Elle n’avait rien dit depuis qu’elle était sortie de la Dérive. Rien. Pas le moindre mot. Adam avait bien essayé de la forcer à parler, de la rassurer, mais il n’était pas parvenu à lui tirer quoi que ce soit. Au fond d’elle même, Evie était mortifiée. Mortifiée d’avoir échouer alors qu’elle avait enfin une chance. Mortifiée d’avoir montré sa faiblesse devant tout le Shatterdome. Mortifiée d’avoir donné raison à Stacker. Mortifiée d’avoir partager ça avec Adam… Elle ne le regrettait pas, enfin, pas exactement, mais elle s’en voulait terriblement de l’avoir embarqué dans ce souvenir. D’être partie sans parvenir à se retenir. De les avoir fait échouer, tout les deux. Figée, le pouce dans la bouche, elle attendait en face du ‘bureau’ de Stacker, tout comme Adam. Lui n’était pas figé, c’était une vraie boule de nerf et de colère, allant et venant dans le couloir, à l’écoute de tous les commentaires que faisait Chuck, Earl et le Colonnel.

-Elle est incapable de contrôler sa dérive et lui est sortie de l’alignement le premier !

-Nous avons tous vu ce qui s'est passé, temporisa Stacker, mais d'une voix lasse.

-On n'a pas le droit à l'erreur! Les Kaijus n'arrêtent pas d'évoluer, et ils arrêtent pas de nous massacrer! Lui c'est un has-been, et elle c'est une novice! Je veux pas d'eux pour protéger ma mission!

-Chuck !

Il y eue un son métallique, et la lourde porte pivota sur elle-même, laissant sortir un Chuck plus énervé qu’Evie aurait pu le croire. Il la détestait à ce point  ? Son regard se posa sur elle et Adam et la réponse fut plus que clair : oui, c’était vraiment à ce point là.

-Il va falloir changer de ton, Monsieur Hansen, menaça la voix de Stacker derrière lui, et Earl apparut sur le seuil à son tour.

-Eh, tu bouges pas de là! Laisse moi une minute. lui ordonna-t-il, refermant la porte derrière lui.

La mâchoire d’Adam se serrant brusquement quand Chuck le regarda, passant de l’un à l’autre avec une colère grandissante.

-Vous deux, vous devriez avoir honte, fit-il d’un ton écoeuré, s’approchant d’eux malgré l’attitude soudaine statique d’Adam, à côté d’elle. Vous allez nous faire tuer, sauf qu’y a un soucis, Adam. Moi, je veux revenir de cette mission. Parce que ma vie me plaît beaucoup. Alors pourquoi tu...

Il avança la main, donnant une tape du doigt des plus méprisantes sur le poitrail d’Adam, qui se crispa encore plus. Evie pouvait le sentir à côté d’elle, Adam était plus à vif que jamais.

-Tu rends pas service à tout le monde en disparaissant. Y a que pour ça que t’es doué.

-Arrête ça, tout de suite! explosa Evie, sortant de son mutisme, incapable de supporter qu’on s’attaque à lui.

Elle fit un pas vers Chuck, menaçant, mais Adam posa sa main sur son épaule, comme pour la retenir. Ce qui la surprit, mais elle n’eut pas le temps de s’y attarder vraiment…

-Ouais, t’as raison, ricana Chuck, avec un sourire mesquin. Retiens la bien, ta petite copine. Une de vous deux à besoin d’une laisse.

Evie n’eut même pas le temps de voir rouge. Le poing d’Adam écrasa le nez de Chuck aussitôt, enchaînant d’un violent coup de poing en pleine mâchoire. Evie en resta complètement figée, ne comprenant pas immédiatement ce qui se passait. Chuck répliqua rapidement, parant les coups d’Adam, mais la rage du blond était d’une violence sans nom. C’était comme si on venait de lui cracher en plein visage. Sauf que c’était à elle qu’on s’en était prit. Et pour une raison qu’elle ne faisait que commencer à comprendre, ça lui était insupportable… Un coup de pieds sortit son genoux à l’extérieur, le mettant à terre et un dernier coup lui entama la joue ou la lèvre, le faisant saigner immédiatement.

-Fais lui des excuses, exigea Adam. Fais lui des excuses !

-Va te faire foutre!

Mu par une colère sourde, Chuck se précipita en avant, mais Adam le para, lui renvoyant son poing en pleine figure avant de le propulser contre l’un des murs, le manquant de peu. Chuck finit par répliquer, lui envoyant son poing au visage, le manquant aussi, mais le faisant reculer, le plaquant au mur pour le frapper en plein torse. Adam lui tordit le bras, manquant de peu de le casser avant de le jeter à toute force contre l’une des canalisations qui se fendit en un jet de vapeur. Chuck eu un cri de rage, la vapeur recouvrant tout son dos, avant de se redresser pour lui faire face.

-J’ai dis : fais lui des excuses!

Sans rien dire, Chuck se précipita en avant , tentant de frapper Adam à la gorge, mais il lui fut même impossible de l’approcher, Adam parant chacun de ses coups avec une violence rare, finissant par le frapper à l’épaule, le faisant reculer juste assez pour pouvoir lever la jambe et le propulser au sol, son bras coincé sous son genoux. Comme Evie l’avait fait, la veille dans le dojo…

-Eh ! Eh oh, ça suffit ! Qu’est-ce que vous foutez ?! Debout, tout les deux! ordonna Earl, les fusillant du regard.

Adam eue un air exaspéré, relâchant Chuck à contre-coeur, avant de reculer, face à lui. Le regard de Chuck passa de Adam à Evie, toujours en arrière, et elle se rendit enfin compte que ce n’était pas elle qui frappa Chuck, mais Adam. Pourtant, pendant tout le combat, elle avait eue l’impression d’être avec lui. Dans chacun de ses gestes…

Le colonnel Stacker sortit à son tour, étouffant un soupir las et désabusé.

-Wittelsbach, Dust, dans mon bureau. Tout de suite.

-On a pas finit! hurla Chuck, tentant d’avancer vers Adam, mais il se retrouva vite bloqué par son père.

-C'est terminé! T'es un Ranger bordel! Alors comporte toi comme un Ranger!

Ce fut les derniers mots qu’Evie entendit avant d’entendre dans le bureau de Stacker, dans lequel retomba un silence lourd de sens… Sans un mot, elle s’assit dans l’un des fauteuils, le dos affreusement droit, les mains serrées sur ses genoux. Elle savait déjà ce que Stacker allait dire. Elle le savait… Et elle sentait déjà sa gorge se serrer, malgré tout le contrôle qu’elle tentait de garder.

-Je me suis déphasé le premier, attaqua aussitôt Adam, sans même attendre que Stacker commence ses reproches. C’est moi qui ai commit l’erreur.

-Non, le coupa Stacker, d’un ton très calme. C’est moi qui ai commit l’erreur.

Il laissa une courte pause, finissant par se retourner pour leur faire face.

-Je n’aurais jamais du vous mettre dans le même appareil.

-Alors il se passe quoi? s’impatienta Adam. Vous nous consigné?!

-… Pas vous.

Il prit le temps d’une pause avant d’enfin tourner les yeux vers Evie. C’était pire que ce qu’elle avait imaginer. Le sentiment de déception qui la traversa… Etait pire que tout. Elle avait toujours cru n’en avoir rien à faire de ce que Stacker pensait d’elle, mais elle avait eue tord. Le voir aussi déçu d’elle lui donnait l’impression d’avoir déçu tout le monde. Lui. Le Shatterdome. Adam. Sa mère et son frère… Elle du prendre une grande inspiration pour réussir à se lever, sans fondre en larmes.

-Permission de me retirer , Monsieur.

Sa voix tremblait comme son corps, et elle du serrer le poing jusqu’à s’enfoncer les ongles dans ses paumes pour ne pas craquer.

-Permission accordée, Mademoiselle Dust.

Elle eue un hochement de tête, se précipitant vers l’extérieur. Elle l’entendit bien l’appeler, mais elle esquiva son appel, s’engouffrant dans les couloirs pour atteindre sa chambre au plus vite. Elle ne pouvait pas craquer devant tout le monde. Elle ne pouvait s’effondrer comme ça. Elle ne pouvait pas… Elle n’avait pas le droit de…

La déception avait un goût ferreux et amer, et elle eue beau pleurer toutes les larmes de son corps contre son oreiller, cela n’atténua rien. Rien du tout. Le mal était fait. La déception était là. Ancrée. Enterrée au plus profond d’elle même. Elle n’arrivait pas à la faire partir. N’arrivait pas à… Il y eue trois coups, discrets, à sa porte et Evie eue un sursaut. Rapidement, elle passa ses mains sur ses joues, se maudissant de ne pas avoir de miroir pour évaluer l’étendue des dégâts. Newton allait encore jouer les grands frères possess…

Sa joue était enflée des coups qu’il avait quand même prit. Ce fût la première chose qu’elle vit sur son visage. Ses yeux étaient éteints et pourtant vifs, presque… Tristes. Terriblement tristes. Et ça lui fendait le coeur. Vraiment.

Elle ne sut pas qui de lui ou elle s’avança vers l’autre, mais avant qu’elle ne le comprenne, elle passait sa main dans sa nuque, l’attirant à elle, ses lèvres se plaquant avec violence contre les siennes. Elle entendit la porte de sa cellule se fermer derrière lui, et elle fut brusquement soulevée du sol, sentant ses bras la soutenir et sa bouche fondre contre la sienne. Chaque geste répondait à un autre, chaque souffle répondait à un autre.

Peu importait ce que pouvait dire les autres.

C’était lui, son co-pilote.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
- W.I.S.H.-
When you wish upon a star, makes no 
difference who you are, anything your 
heart desires will come to you.

Adam Pendragon


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Charlie Hunnam.

Ѽ Conte(s) : La Belle & la Bête ϟ Légendes Arthuriennes.
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La Bête ϟ Arthur.



٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 538
✯ Les étoiles : 734




Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Mer 18 Juil 2018 - 15:49


At the edge of our Hope, at the end of our Time

« S’il vous plaît, général, ne faites pas ça ! » Déclara Adam alors qu’Evie venait de quitter le bureau au bord des larmes. « Elle surpasse de loin tous les autres candidats ! » 

Il le vit se tourner, refuser de garder le contact avec lui. Ca mit Adam hors de lui.

« Quelles autres options s’offrent à nous ?! » Avait-il clamé, sous la colère, à Stacker. Il s’était levé pour lui faire face, faisant fi des rangs et des positions de chacun. « Quels autres choix ?! Lesquels ? » 

« Comprenez que ce n’est pas parce que je garde mon calme que vous pouvez lever le ton, SOLDAT. » Le reprit-il, lui adressant un regard noir et se redressant de toute sa stature. « Sachez que je ne tolèrerai aucune insubordination ! »

Adam déglutis, le corps parcouru de frissons enragés, pourtant il ravala sa fierté et ferma son clapet. Il restait son supérieur. Il restait le dirigeant des opérations. Même s’il avait envie de lui mettre son poing dans la figure pour avoir traité Evie de cette manière.

« Evie est trop novice pour contrôler ses souvenirs en situation de combat. »

Le blond secoua la tête, serrant avec violence la mâchoire tandis que Stacker en profitait pour se détourner et se diriger lui-même vers la porte de son bureau. C’était sa spécialité ça : mettre un terme aux conversations en disparaissant lui-même physiquement de là. Mais Adam n’en avait pas fini. Cette injustice le rendait encore plus fou qu’avant.

« Ce n’est pas pour ça que vous l’avez renvoyé. » Ne put-il retenir, d’un ton accusateur où on sentait le tremblement de sa colère. « J’étais dans ses souvenirs. J’ai tout vu. » 

Stacker se retourna, l’air piqué au vif.

« Je me moque de ce que vous croyez avoir vu. »

Et pourtant, il l’avait vu… Pire, il l’avait vécu avec elle.


* * *


La déception de son propre rôle, de ses propres actions, marquait Adam au fer rouge et retournait son cœur à n’en plus finir. Un pétrissement sans fin, douloureux, qui manquait cruellement d’un moyen de l’apaiser et de le sustenter. Il avait fait tous les efforts du monde, il était revenu dans une cause qu’il refusait de croire perdu, il avait trouvé quelqu’un qui était capable de remplacer sa mère… Et on lui l’arrachait parce qu’elle avait fait une seule erreur ? Qui avait maitrisé son jaeger dès le premier essai ? Qui avait été capable de dériver sans en subir les effets secondaires au premier test ? Le défaut du test aurait pu être gravissime, pour eux comme pour l’humanité toute entière, mais ça n’était pas arrivé. Non. Ca n’était pas arrivé… Et maintenant on voulait les mettre à pieds. Pire, lui retirer sa-copilote et lui en affecter probablement un autre pour remplir la mission à sa place. Hors de question. Littéralement hors de question.

Evie était entrée dans sa tête et lui dans la sienne. Ils avaient partagé plus que des souvenirs. Plus qu’un seul esprit. Plus que des sensations et des impressions. Ils avaient été connectés, l’espace de plusieurs minutes, et leurs identités s’étaient mêlées l’une à l’autre. Evangeline – c’était son prénom complet – était devenu Adam, et Adam était devenu Evangeline. Un seul être, une entité propre dans deux corps distincts réunis par des connexions qu’eux seuls pouvaient comprendre. Connaître. Retrouver. Ils avaient enfin l’impression d’être de nouveau complet et pourtant on tentait de lui arracher celle qui avait permis cette complétion. Cette finalité. Cette identité. Elle était son double. L’esprit jumeau. L’âme sœur.

Un tout et un rien à la fois alors qu’ils ne sont plus que deux corps nus et enlacés, au cœur d’une chambre aussi étouffante que rassurante. Evie. Son prénom résonnait dans son crâne tout autant que cette part d’elle-même qu’elle lui avait partagée. Il avait la sensation de la connaître depuis l’éternité. De l’avoir toujours connu. D’avoir toujours su. Avec sa mère, c’était différent : ils étaient liés par le sang. Par l’affection l’un à l’autre. Par l’amour d’une femme à son fils. Mais avec elle ça avait été tout autre chose. Une communication silencieuse. Une communion impérieuse et une révélation qui ne demandait qu’à être assouvie. Se connaître par cœur. Se deviner inconsciemment. Se retrouver après un long sommeil et vouloir à tout prix profiter des derniers instants qu’il leur restait.

Si le monde devait imploser et l’humanité disparaître, c’était au creux de ses bras qu’il voulait mourir désormais.

Leurs gestes sont instinctifs, habités d’une profonde colère aussi sourde que la rage qui anime leurs ventres et leurs cœurs. Il ne sait pas ce qu’il se passe mais il à juste l’impression d’entendre un vrombissement dans son torse. Une cavalcade d’adrénaline au fur et à mesure que sa peau s’enivre de la sienne et que leurs chairs s’aiment l’une contre l’autre. L’une avec l’autre. Sa bouche à le goût du ciel et ses yeux la couleur de l’orage au cœur duquel il s’était perdu jusqu’alors. Le temps n’existe plus, battu par le rythme de leurs hanches et par leurs souffles erratiques qui ne dissimulent aucun de leurs soupirs. C’était complètement stupide de faire cela à leur époque. Complètement insensé de tomber amoureux et de vouloir partager le reste – court – de sa vie avec quelqu’un. Complètement inconscient et voué à l’échec. Pourtant Adam n’arrêterait pour rien au monde d’étreindre la jeune femme. Encore. Et encore.

Leurs jambes s’entremêlent, leurs ventres se caressent et leurs doigts s’entrelacent comme se délacent au fur et à mesure de la tempête qui les anime. Leurs bouches sont scellées dans un millier de promesses silencieuses, de questions sans réponses et de gémissements qui n’appartiennent qu’à eux. Elle est si douce. Si délicieuse. Si chaude et ses bras autour de lui donnent l’impression qu’un bouclier immense le protégeait du monde extérieur. De tout le reste. De cette épée de Damoclès au-dessus de leurs crânes et des conséquences de leurs actes. La sueur s’empare progressivement de leurs sens bafoués de plaisir, éreintés de passion. Adam se rend compte qu’il adore le moindre de ses gémissements. Qu’il adule la plus petite expression. Qu’il bouge en conséquences pour les priver de cet oxygène dont ils ont tant besoin. Elle pince la peau de ses épaules. Resserrent parfois ses cuisses ou bien les relèvent contre ses flancs. Griffe ses omoplates. Mord sa bouche. Tire ses cheveux. Crie contre sa langue. Il embrasse sa gorge gracile. Lèche le sillon de sa poitrine. Caresse le galbe à la peau d’albâtre. Se perd en elle. Se perd avec elle dans un échange qui n’a plus rien à voir avec la réalité…

Et quand ils atteignent ce paradis perdu auxquels ils ne croyaient plus, la chute n’est que plus agréable dans un bain d’étincelles que rien ne semble parvenir à tarir. Pas encore. Plus maintenant.

C’est elle, sa co-pilote.


* * *


« Je suis désolé, j’aurais du te prévenir. » 

Assis l’un à côté de l’autre sur le petit lit d’Evie, un drap en travers de leurs corps nus et une assiette de nourriture déshydraté entre eux, Adam profitait de l’étrange calme qui semblait désormais régner dans la chambre.

« Les premières connexions sont difficiles. » 

Elle a l’air rassuré lorsqu’il continue sa phrase et il se rend compte que ses paroles avaient pu porter à confusion. Il s’excuse d’un regard, sa main lui tendant un morceau de nourriture.

« Tu n’entres pas seulement dans mes souvenirs mais aussi dans ceux de ma mère. » Leurs regards se croisent et Adam eu l’air sincèrement désolé pour elle. « Quand… Quand elle s’est fait prendre, on était encore connectés. J’ai… Ressenti sa peur, sa douleur, son impuissance et ensuite… Y’avait plus rien. » 

Il a la gorge serrée de ce souvenir. De cet aveu qu’il n’avait jamais prononcé à quiconque. De la douleur qui étreint son cœur à l’en étouffer. Sa langue passe sur ses lèvres sèches. Il revoyait sans cesse l’expression de sa mère lorsqu’elle avait été happée et entendait son cri. Ressentait son choc. Et puis tout disparaissait dans un silence.

Un putain d’affreux silence : celui de la mort dans sa splendeur.
Et il l'avait fait vivre à Evie.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

The beast within
At the edge of our hope, at the end of our time...

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t30432-adam-et-son-hi
 Page 2 sur 2
Aller à la page : Précédent  1, 2

Ils ont alors lancé le programme JAEGER } Evie/Adam





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Un petit verre chez Gaston? :: Ϟ La Grande Régalade Rpgique :: ➹ What If