Magic
League 3

de Dyson

Miroir
Magique
de Anastasia

AWARDS :
Rentrée 2018
de Eulalie


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Magic League, chapitre III ☆ Evénement #98
Une mission de Dyson Walters - Ouverture : septembre 2018
« La Chute des Héros ! »

Partagez | .
 

 Things will never be the same again ✰ EVE & DIDI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Phoebus Light


« You Are Not Alone »


avatar




╰☆╮ Avatar : Alexander Skarsgård

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Apollon, dieu de la divination, des arts, de la lumière.



☞ Surnom : Nanis
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3538
✯ Les étoiles : 8993




Actuellement dans : « You Are Not Alone »


________________________________________ Ven 8 Juin 2018 - 11:00


Things will never be the same again.
The most painful goodbyes are the ones that are never said and never explained


Il lui avait tout dit. Du début à la fin, sans omettre un seul détail. Rome, Dolos, Hera, Sasha, le sacrifice, la vision. Tout. Il avait tenté de faire le plus détaillé possible, tout en étant rapide. Il lui montrait les images, il partageait ses ressentis. Elle l'avait frappé, évidemment. Pas au point de lui faire mal, mais assez pour le faire sourire. Elle avait senti que quelque chose n'allait pas quand il avait préféré couper leur lien, il s'en voulait, finalement, tout en étant rassurée qu'elle n'ait pas eu à subir la même aventure que lui. Il n'aurait jamais supporté qu'elle soit avec eux de l'autre côté. Elle aurait été une cible facile pour Dolos, afin de l'atteindre, et inversement. Les choses avaient déjà été assez compliquées comme ça.

Il avait apprit que leur absence avait duré trois jours, assez pour que la mairie explose, assez pour que tout le monde s'inquiète, assez pour qu'on réalise que oui, François n'était plus de ce monde. Ce n'était pas le seul.

Apollon avait laissé le jeune homme dans une chambre de la cité. Il était chamboulé, perdu et paniqué. Il n'avait pas souhaité les suivre, au début. Il avait crié, il les avait insulté, il avait tenté de chercher une logique qu'il ne trouvait pas et s'en trouvait prodigieusement agacé. C'était une réaction normale, certainement, après tout ce qu'il avait tenté de lui expliquer. Faire le récit de ses aventures à Diane était moins éprouvant, bien que tout aussi fatiguant.

« Je ne sais pas. » fut la seule réponse qu'il pu lui apporter, une moue gênée sur le visage.

Artémis s'inquiétait de l'état d'Aphrodite. Lui aussi, à dire vrai. Comme il s'était inquiété pour Cassandre avant de lui laisser un peu de repos. Elle savait qu'il avait des... affaires, à régler, maintenant. Ce n'était pas encore totalement terminé.

« Je n'ai pas osé aller la voir... »

Ils avaient fait face à un Elliot qui n'était pas le leur, mais ça ne l'avait pas empêché lui aussi de se sentir le besoin de le protéger ou de le secourir. C'était raté, évidemment, il n'avait pas pu revenir. Même si il ignorait les détails du sacrifice, il se doutait que les choses ne s'étaient pas passés gaiement. Uniquement deux personnes auraient pu choisir Elliot. L'une était sa future femme, l'autre était sa belle grand-mère. On pouvait dire ça ? Il n'en savait rien. Mais il avait l'impression de déjà connaître la finalité de cette histoire sans avoir besoin de poser la question.

« Elle sait aussi pour Héphaistos. Hadès a lâché l'information parce que... Et ben, on ne pouvait pas ramener celui de l'autre côté. Puisqu'il est en vie ici. »

Il passa nerveusement une main dans sa nuque. Il avait conscience que de ne pas avoir partager cette sorte de « secret » avec Aphrodite était quelque peu égoïste. Il ignorait si il avait le droit de le dire, pour sa défense, et surtout si Hépha le désirait. Pourquoi tout devait être aussi compliqué entre divins ?

« Hadès a peut-être dit que c'était de ta faute, d'ailleurs. Tu le connais, toujours à accuser les autres. Je pense que tu devra lui parler. Peut-être pas ce soir. Mais... à un moment donné. »

Il était vidé de toute énergie. L'avoir retrouvé lui avait procuré un soulagement sans nom mais faire le récit de toute cette histoire avait comme fait redescendre toute l'adrénaline.

« J'irais la voir. La dernière fois qu'il s'est passé quelque chose avec Elliot je n'étais pas là pour elle. Je ne veux pas reproduire cette erreur. »

Il hocha simplement la tête, compréhensif. Avoir des enfants chez les divins ne semblaient jamais être de tout repos. Entre Elliot, Phobos... Il était sans doute mieux qu'il n'ait pas de progéniture à surveiller.

« Et j'irais aussi voir Hadès afin d'avoir quelques explications. Je croyais que ce genre de choses étaient derrière nous... »

Elle semblait déçue. Ils avaient partagé beaucoup pendant cette année qu'elle avait vécu dans... le Cocyte, c'est ça ? Mais leur frère restait un incorrigible farceur et surtout, il n'assumait rien tout seul. Ses vieilles habitudes étaient toujours là. Ce n'était pas méchant de sa part. Comme en écho à ses pensées, Artémis secoua la tête.

« Souhaite-tu que je reste à proximité ? »

Il leva les yeux dans sa direction, un moment indécis. De quoi parlait-elle ?

« Je ne connaissais pas réellement Wilson. Le seul réel contact que nous ayons eu ce fût lorsqu'Arès m'avait chargé d'aller faire le point avec lui et son ami concernant ce qui leur était arrivé il y a 4 ans. »

Il lâcha un soupir presque automatique. C'est vrai. Il ne pourrait pas y échapper. Il n'en avait pas envie. C'était une chose qu'il devait faire, absolument. Le soucis étant que deux nouvelles allaient devoir se suivre et qu'il ignorait quel effet cela aurait sur la jeune femme qu'il avait prévu de rencontrer sans la prévenir. La mort de l'être aimé et l'arrivée de son double. Est-ce que ce n'était pas à la fois la pire des choses à annoncer tout en étant le seul espoir qu'il pourrait lui rester ?

« Néanmoins, je peux aider s'il y a besoin. Ce n'est pas une situation facile. Et on ignore comment ils réagiront l'un avec l'autre. Mieux vaut peut-être que ce soit dans le coin afin... d'apaiser les esprits. »

Apollon se racla la gorge, écartant le col de son tee-shirt qui semblait l'étouffer. Son rôle de Gardien ne lui avait jamais autant peser sur les épaules auparavant. Mais il savait que pour annoncer de tels choses, il était le mieux placé. Et le plus doué. Malheureusement.

« Evidemment que je veux que tu sois avec moi. » prononça-t-il finalement dans un demi-sourire, allant chercher sa main pour la serrer dans la sienne.

Il resta un moment ainsi, regardant juste celle qu'il tenait. Elle n'était pas en vie de l'autre côté. Lui non plus, cela dit. Un jour... ça finirait par arriver, ici aussi.

« Je vais aller lui parler. A... Wilson. Il était totalement... Je sais pas, j'imagine que c'est pas évident de se retrouver dans un monde qui n'est pas le sien. »

Un rire nerveux lui échappa. Il ne s'imaginait même pas si cela avait été son cas de façon définitive. Il aurait sans doute tout détruit autour de lui.

« Et on ira voir... Evelyn. »

Son nom lui était revenu. Elle avait été l'un des cavaliers, elle aussi. C'était une chose qu'ils partageaient avec Wilson. Avant. Sa main libre passa sur son front.

« Mais on ira la voir demain. Je dois laisser la nuit à ce gamin, et je ne sais même pas si il a envie de la voir. On pourra aller voir ce qu'elle préfère. Si elle veut le rencontrer... ou pas. »

Il haussa les épaules. Il n'avait jamais été aussi incertain que dans cette situation. Elle était assez unique en son genre, après tout.

« Si jamais un autre moi m'avait remplacé, sans être moi, comment tu l'aurai vécu ? »

Il n'avait pas besoin de sa réponse. Il connaissait la sienne.

« Je sais que ça m'aurait dévasté... »

C'était peut-être pour cette simple raison qu'il redoutait la suite. Son silence le lui confirma, ce qu'elle avoua en reprenant la parole également :

« Je l'aurai rejeté. Cela ne fait aucun doute pour moi. »

Aucune hésitation ne se lisait en effet dans le regard qu'elle lui envoyait. Et il en était de même pour le dieu.

« Toi et moi, nous sommes les deux moitiés de la même personne. Nous ressentons les joies comme les douleurs de l'autre. Et si l'un meurt... Celui qui reste n'est plus qu'une moitié de lui même. »

Elle se mordit la lèvre d'une manière qui lui serra le cœur.

« Selon toute vraisemblance nous aurions été deux êtres brisés. Le pire aurait probablement été que nous nous serions mutuellement rappelé cette moitié d'âme perdu à tout jamais. Notre lien ne peut pas être remplacé. Alors si un autre avait prit ta place... J'aurai été aussi dévastée que tu aurais pu l'être si cela m'était arrivé. »

Il se rapprocha davantage, lâchant sa main pour passer son bras dans son dos, le caressant doucement. Un baiser posé au-dessus de son crâne, une étreinte un peu plus prononcée. Il était celui qui évitait toujours ce sujet de conversation, parce que c'était plus simple de s'imaginer que jamais une telle chose ne pouvait se produire. Ils étaient immortels, non ? Mais pas invincibles. Et la disparition de Wilson ne faisait que le leur rappeler douloureusement.

* * *

« Je sais que c'est difficile à encaisser. Tout ça. »

« Sérieusement ? Difficile ? Vous vous foutez de moi ? »

Le rire nerveux que laissa échapper le jeune homme lui fit secouer la tête. Non, c'était pire que ça, évidemment.

« Que mon monde ait disparu, ça, c'est difficile. Même si je savais que ça arriverait. Survivre alors que d'autres y sont morts, ça aussi, c'est difficile. »

Ils n'avaient pas pu sauver tout le monde. Ils n'avaient pas vraiment choisi qui aurait le droit de revenir. Un droit... ça lui paraissait si immonde, dit comme ça.

« Mais là... Là vous m'annoncez que j'ai pris la place d'un autre, qu'il avait une... une famille, une gamine ! Bon sang mais vous pouvez pas juste dire que c'est difficile ! »

Le gamin n'avait pas détruit la chambre qu'il lui avait accordé, mais il n'était pas pour autant dans un état glorieux. Il avait les traits tirés, les cheveux en bataille, les yeux rougies. Il n'avait pas pleuré. C'était un mélange de détresse et de colère.

« Je comprends, je... »

« Vous ne comprenez rien. Vous êtes des dieux. Oh, c'est pas contre vous, je sais que vous avez tout fait... Enfin que l'autre vous a tout fait pour nous aider. Je crois. J'en sais rien. Mais ne dites pas que vous comprenez. Vous ne pouvez pas. »

Il s'était assis sur le lit, la tête tenue entre ses mains. Il respirait bruyamment, il éprouvait des difficultés à se calmer. Il n'avait pas demandé à Artémis de venir l'aider pour ça, il était le plus à même de pouvoir l'aider. Ou plutôt... à l'écouter. Il ne pouvait faire que ça. Il savait déjà quelle personne pouvait tenir l'autre rôle, celui de soutien. Ce n'était pas lui, il était mort de l'autre côté. Hera, par contre... Elle était là, il l'avait senti. Elle était rentrée avec eux. Elle savait ce que c'était, de passer d'un monde à l'autre. Elle savait ce que c'était de tout perdre. Il devrait penser à la contacter. Pas maintenant, ce n'était pas le moment. Il y avait tant de choses à faire...

« Je vais devoir lui annoncer. »

Wilson releva son regard vers lui. Le dieu restait droit, sûr de lui.

« Elle ne sait pas encore ce qui s'est passé. Elle doit s'en douter, certainement. Alors je vais aller la voir. Je vais aller lire dire pour... pour Wilson. Mais je vais devoir lui faire part de ton existence, aussi. »

« Pourquoi ? »

Le ton n'était pas seulement revêche. Il y avait une certaine crainte, bien enfouie, mais présente. Il pouvait la ressentir.

« Parce que c'est... c'est la meilleure à chose à faire. »

Il n'en était pas certain. Il supposait juste qu'il ne fallait pas faire de telles cachoteries. Que ça pourrait être un réconfort... Ou seulement provoquer un accablement encore plus profond. Il l'ignorait. Il savait juste qu'il devait faire ainsi.

« Tu veux venir ? »

« Non. Elle est morte. Elle est morte pour moi il y a... des années. »

La tête du jeune homme se secoua de gauche à droite, alors qu'il recommençait à faire les cents pas. Il était nerveux, agité. Dévasté.

« Repose-toi. Dors ici cette nuit. On verra... On verra comment gérer ton installation plus tard. Si tu as besoin de quoi que ce soit, appelle moi. »

* * *

Par miracle, Apollon avait finit par s'assoupir quelques heures. Le sommeil était à la fois un cadeau et une torture, quand il ne voulait pas venir alors qu'il n'attendait que ça. Le repos fut de courte durée, pas des plus agréables, mais nécessaire. Il se sentit revigoré lorsqu'en milieu de matinée, il retrouva Artémis. Il ne pouvait pas retarder plus longtemps la rencontre. D'un regard entendu, ils s'étaient téléportés en ville, main dans la main.

Jamais encore il ne s'était présenté ainsi chez quelqu'un. Il n'avait pas à le faire. Les morts étaient de leur côté, dans leur famille. Les Storybrookiens parvenaient à s'en sortir, souvent, indemnes. C'était... bizarre et dérangeant. Trois coups portés à la porte, une grande inspiration et sa main serrant un peu plus celle d'Artémis avant de la relâcher.

« Bonjour, Eve. »

A peine eut-elle ouvert qu'il le devina. Il le lisait dans ses yeux, il le voyait dans la tension de son corps. Et se déversant tout autour d'eux. Elle savait ce qu'ils faisaient là.

« Je suis navré de ne pas avoir pu venir avant. »

Elle le connaissait déjà. La dernière fois qu'ils s'étaient croisés, c'était à Londres.

« Je vous présente Arté... Diane. Diane. Ma sœur. » se rectifia-t-il dans un sourire qui sonnait faux. « Nous sommes là pour... vous parler. »

Mais il y avait tout un pan de l'histoire qu'elle était incapable d'imaginer.

black pumpkin

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Je sais que Cassandre est bizarre en ce moment...
Mais faites comme moi, prétendez que tout est absolument normal.
(j'espère que ça va s'arranger avant le mariage quand même)


http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t14039-apollon-c-est-pas-une http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t14980-avez-vous-deja-vu-un-mec-grand

Evelyn Nichols


« If we can't protect the Earth, be sure we'll avenge it »


avatar


╰☆╮ Avatar : Scarlett Johansson

Ѽ Conte(s) : Wall-E
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : EVEEEEE



☞ Surnom : Fanny
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 489
✯ Les étoiles : 1388




Actuellement dans : « If we can't protect the Earth, be sure we'll avenge it »


________________________________________ Dim 10 Juin 2018 - 22:25


« Things will never be the same again »


Honey avait dormi chez elle les deux jours qui avaient suivis la disparition de Wilson. Les deux jorus qui la ramenait à cet instant précis. Sa douleur ne s'était pas atténuée, ni sa crainte et son anxiété d'ailleurs, mais Honey avait ramené un certain courage dans le foyer qui était loin d'être dérisoire. Elle aidait Evelyn à patienter, à continuer à s'occuper de sa fille convenablement malgré la situation et elle avait même su la décharger lorsque la blonde avait besoin d'être seule. C'était le cas en cette journée. Son amie avait emmené sa fille au parc, jouer avec elle, le temps qu'elle puisse sombrer dans le chaos le plus profond et tenté d'en sortir ou de trouver une solution pour comprendre ce qui était arrivé à Wilson. L'enfant semblait beaucoup aimé la scientifque en fauteil roulant, son handicap rajoutait d'ailleurs une curiosité non négligeable pour Iris qui semblait s'épanouir de toutes ces nouveautés, malgré le besoin récurrent de demander où était son papa. Cette réponse, sa mère allait la recevoir de plein fouet.

Les trois coups frappés à la porte l'avait pétrifié sur place. Honey ne frappait pas de la sorte. Wilson se serait san doute contenté d'entrer. Ses clés étaient dans sa poche le jour de sa disparition. Non, ces trois coups sonnait plus comme un glas funeste que comme une nouvelle réjouissante à venir. La main tremblante, Evelyn avait porté ses doigts à ses lèvres, doutant de son envie d'aller voir ce qui l'attendait derrière. Elle avait fini pourtant par concéder que fuir ne l'aiderait pas à avancer, qu'elle le devait pourtant, tant pour sa fille que pour elle. Après avoir déglutit, elle s'avança vers la porte qu'elle finit par ouvrir, son coeur battant la chamade, avant de s'arrêter brusquement en voyant apparaître Appolon face à elle. Ses yeux le scannèrent immédiatement ainsi que sa main qui tenait fermement celle de la blonde, sa soeur. Deux dieux pour le pris d'un... elle n'en attendait pas tant et cela ne pouvait annoncer qu'une chose...

- Non...

C'était le seul "bonjour" qu'elle avait su formulé tandis que le grand blond tentait de ne pas se laisser démonter. Elle y était, elle était à ce moment de son cauchemard qui la revayait généralement en sursaut et dans un grand cri. mais cette fois-ci, pas de sursaut, pas de grand cri et pas de réveil. C'était la réalité, l'horrible, la terrible réalité.

- Je sais ce que vous allez me dire.

Son ton était glacial. Elle avait serrés ses poings, tremblant intésément en les fusillant du regard. Elle voulait les vir mort. Elle voulait les voir souffrir autant qu'ils la faisait souffrir. Ils n'avaient pas le droit de lui faire ça.

- Mon Wilson est mort. Qu'est-ce que vous avez fait, qu'est-ce qui s'est passé ? Vous pensez avoir le droit de supprimer la vie des gens comme ça ? De bouleverser la vie des gens sous prétexte qu'ils sont mortels et ne seront bientôt plus là pour souffrir, c'est CA ? ON A UNE FILLE !

Son débit de parole avait augmenté au fur et à mesure qu'elle avait parlé, et l'intensité sonore également. Elle en était arrivé au point où elle l'avait hurlé, hystérique, prête sans doute à tout casser. Cela faisait deux jorus qu'elle se contenait. Elle avait l'impression que la moindre tension supplémentaire allaot la faire exploser si elle ne s'exprimait pas avec lintensité dont elle avait besoin. Et pourtant, une espèce de vague apaisante l'envahissait déjà, une vague bien trop belle pour qu'elle ne soit réelle. Elle avait entendu parlé des dons de la soeur, c'était sans doute pour cela qu'elle était là. Pointant un doigt menaçant vers elle, les yeux plissés, elle lui lança, plus calmement cependant, ne pouvant faire autrement :

- Je vous interdis de me détraquer, vous. Laissez-moi vivre ma douleur... j'en ai besoin. Je ne veux pas qu'on me trafique... c'est comme si vous vous moquiez de moi.

Elle avait tourné les talons, les laissant sur le palier, la porte toujours ouverte cependant. Elle se laissa tomber lourdement dans le canapé, les mains prenant sa tête, tandis que ses larmes recommençaient à couler avec une intensité qu'elle ne pouvait contrôler. C'était encore bien pire qu'un cuachemar. Tellement pire. Elle espérait qu'ils se prendrait le luxe d'entrer sans qu'elle eît besoin de les inviter. C'était tout bonnement au-dessus de ses forces. Elle laissa échapper un sanglot, puis un second lorsque l'idée de devoir le dire à sa fille lui traversa l'esprit, avant de renifler bruyamment et de lancer, la voix brisées, aux deux dieux en même temps :

- Mais qu'est-ce qu'il s'est passé ?


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

- Even if I die, let it all burn -
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19782-in-a-sky-full-of-stars-eve

Diane Moon


« Hadès avec un Grand A ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Claire Holt & Kate Winslet + Mia Talerico pour Le Berceau de la vie

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Artémis la déesse de la chasse et de la lune herself (même si je viens du monde réel)



☞ Surnom : Didi ça ira plus vite :uh:
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 14729
✯ Les étoiles : 19363




Actuellement dans : « Hadès avec un Grand A ! »


________________________________________ Dim 1 Juil 2018 - 17:09



"Things will never be the same again"

When you lose something you can't replace


Le premier mot qui m’était venue à l’esprit, lorsque j’avais à nouveau ressentis les auras des disparus et particulièrement d’Apollon était sans conteste « soulagement ». C’était comme si j’avais un poids en moins sur le coeur et bien sur, la première chose que je m’étais empressée de faire, c’était d’aller acceuillir mon jumeau. Pour autant, je n’avais pas oublié que j’étais sensé être fâchée contre lui. J’avais réellement eu peur, au moment où il avait coupé notre lien. Cela n’avait strictement rien à voir, avec une journée avec Neil qu’il ne souhaitait pas m’imposer. Alors, non seulement j’avais eu peur, mais j’étais également légèrement en colère. Et, je n’avais pas hésité à le lui faire comprendre.

Pour autant, il fût difficile de lui en vouloir bien longtemps, en particulier lorsqu’il me narra les évènements survenus de son côté. Et si je n’appréciais déjà pas, « notre » Dolos. Celui-ci, ne remontait guère dans mon estime. Particulièrement, lorsqu’il m’appris le sort de Wilson. Même si je ne le connaissais pas vraiment, je ne pouvais m’empêcher de ressentir quelque chose face à cela. Comme un profond sentiment d’injustice mêlé de colère. Pour qui se prenait donc Dolos, pour attenter ainsi à la vie d’innocent ? Qu’il tue un bébé dans le ventre de sa mère ou bien là, quelqu’un qui n’avait rien demandé, qui avait lui aussi une vie cela me rendait furieuse. Que l’on puisse ainsi, s’amuser à détruire des vies par simple caprice n’était pas quelque chose que je pouvais cautionner.

Néanmoins, j’avais ravalé ma fureur. Ce n’était pas le moment pour cela. Apollon, allait avoir besoin de mon aide. Cela ne serait pas facile, ce qui allait se passer. Et, j’estimais qu’il y avait de fortes chance pour qu’Evelyn nous envoie tout simplement au diable et refuse d’en savoir plus au sujet du Wilson de l’autre côté. Je comprenais ce que c’était de perdre une personne à laquelle l’on tenait. Une personne avec qui l’on partageait un lien fort. Mon fils, était mort. Rien ne pourrait jamais me le ramener. Il n’y avait pas d’échappatoire à la mort. Et, si j’aurais clairement rejeté un autre Apollon, si mon frère était venu à décéder et que celui de l’autre monde avait prit sa place, il en aurait été de même avec Phobos. Alors, fallait-il s’attendre à un refus de sa part. Néanmoins. Nous n’avions également pas le droit de ne pas l’informer de la venue de ce Wilson là. Simplement, pour bien lui faire comprendre que nous, nous plierons à ses décisions et que notre but, n’était pas de la forcer.

J’avais simplement hoché la tête, lorsqu’il parla d’aller lui seule voir Wilson. Mieux valait que ce soit lui qui s’en charge effectivement. Je, ne serais pas plus utile que là. J’avais simplement proposé d’être présente pour accompagner afin d’appaiser les esprits. Et, quand je parlais de cela, je ne parlais pas nécaissrement d’utiliser mon empathie. Mais, d’essayer de dialoguer. Je n’avais pour intention de débarquer avec mes gros sabots, et d’utilisier mon don à qui mieux mieux. J’étais une empathe justement, je comprenais l’importance des émotions. Et dans ce genre de cas, mieux valait ne pas chercher à apaiser les gens. Quand nous subissons une perte, nous avons besoin de hurler notre douleur, au monde. C’est une étape nécessaire, au processus de deuil du moment, qu’elle ne s’étale pas sur des années où elle devenait toxique et s’apparentait plus à une dépression qu’autre chose. Mais, vouloir à tout prix apaiser les gens, contre leur volonté n’était pas la bonne attitude à adopter. Lorsqu’ils demandent de l’aide, on peu les aider mais ne pas les traiter comme s’ils allaient se briser. Cela n’entrainerait qu’une réaction négative et ce n’était pas le but recherché.

La seule chose à faire, pour moi à l’heure actuelle, c’eut été de conseiller à Apollon, de prendre du repos. Je lui avait simplement signifié que je viendrais le ramener plus tard à la maison. Et que, je resterais avec lui jusqu’à ce qu’il s’endorme. Une technique qu’il connaissait fort bien, étant donné qu’il l’appliquait également avec moi lorsque j’allais mal. Mais tout comme, il prenait soin de moi quand les choses allaient mal. Je prenais soin de lui, quand il était celui des deux touché par les évènements.

Le lendemain, les choses n’allaient pas beaucoup mieux. Apo, était tendu et je le sentais. Aussi, est-ce tout naturellement, que nos mains se joignirent. Je restais à ses côtés, quoi qu’il arrive. Je ne le laisserais pas tomber. Il pouvait compter sur moi. Evidemment, la réaction d’Evelyn Nichols, fût violente. Mais peut-être l’était-elle encore plus, que je ne l’avais imaginé. Et c’est sans doute, pour cela que je choisis d’utiliser mon don d’appaisement sur elle. Pour cela, et surtout parce qu’elle semblait entièrement, dirigé contre Apollon et cela m’angoissait. Aussi, dans un mouvement de panique, ma seule idée fût de protéger mon jumeau. Et malgré l’impression, d’avoir subitement un orchestre de percussion, à l’intérieur de mon crâne, je subis la colère de la jeune femme sans ciller. Droite, et innexpressive, comme je l’étais toujours dans ces moments là. Je ne devais rien laisser filtré, pas même pour Apollon. J’étais là pour soutenir, pour aider. Et il semblait déjà, suffisamment angoissé comme cela. Je ne pouvais pas, me permettre de laisser filtrer mon état d’esprit.

- « Nous » n’avons rien fait, commençais-je très calmement sans aucune trace d’animosité dans le ton, une fois qu’elle eu demandé ce qu’il s’était passé. Contrairement à la croyance, populaire, notre but n’est pas de détruire la vie des gens de cette ville. Vous pensez réellement, que cela nous amuse de venir sonner à la porte des gens pour venir annoncer de telles nouvelles ? On préférerait mille fois venir pour dire que ça y est nous avons enfin réussit à botter le postérieur de Chronos et que tout est bien qui finit bien.

Je laissais un léger silence suite à ce que je venais de dire. Il n’était jamais facile, d’aborder les gens dans ce genre de cas de figure. Le plus souvent, il leur fallait un bouc émissaire et qui de mieux que les dieux ? Il s’agissait là de l’éternelle débat. J’avais finit par m’y habituer à la longue. Me contentant toujours de répondre calmement et sans animosité. Je ne pouvais pas leur en vouloir. Parce que je ne voulais pas devenir comme Zeus ou comme le Dolos de cet autre monde. A accuser les habitants de la ville, d’être responsable de tout ce qu’il se passait. Mettre en avant le fait que pendant des milliers d’années nous avions vécus dans ce monde, sans qu’il ne s’y passe rien et que subitement, tout semblait se détraquer. Je refusais, de me mettre à penser comme eux. Ou comme Poséidon. Ma machoire se contracta légèrement à la pensée du dieu des océans. Mais, lorsque tout semblait aller de mal en pis, l'homme avait de tout temps, préféré y voir une puissance supérieur s'amusant à le tourmenter. C'était ainsi. Pour eux, nous étions apparu un jour, avec tout un lot de problèmes qu'ils n'avaient pas demandé. Et comme certains des "miens" pensaient la même chose des habitants de cette vile. Je ne pouvais décemment, pas leur en vouloir à ces habitants en question de nous jeter la pierre.

- Je reconnais en revanche, que je n’aurais pas dût utiliser mon don sur vous, et je m’en excuse. Je suis...Un peu trop protectrice je l’admets et il se peu que j’ai légèrement paniqué. Cela ne se reproduira plus promis-je.

Je jetais un regard à Apollon, pour l’encourager à continuer. Je ne pouvais rien dire de plus, n’ayant pas été présente au moment où tout cela s’était passé. Lui, si. Doucement, ma main pressa la sienne pour lui signifier que je restais là, et que s’il avait besoin de moi je l’aiderais.

Code by Sleepy

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

THERE GOES MY HEART BEATING,
cause you are the reason
I'd climb every mountain. And swim every ocean. Just to be with you. And fix what I've broken. Oh, cause I need you to see that you are the reason.

En ligne

Phoebus Light


« You Are Not Alone »


avatar




╰☆╮ Avatar : Alexander Skarsgård

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Apollon, dieu de la divination, des arts, de la lumière.



☞ Surnom : Nanis
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3538
✯ Les étoiles : 8993




Actuellement dans : « You Are Not Alone »


________________________________________ Mar 3 Juil 2018 - 21:21


Things will never be the same again.
The most painful goodbyes are the ones that are never said and never explained


Il s'y était préparé, à la rage. Elle était prévisible et justifiée. Le dieu avait sentit son corps se crisper lorsque, au lieu de les diriger vers lui, EVE s'en prit légèrement à sa jumelle. Il se doutait que ce n'était pas volontaire de sa part, elle ne voulait qu'aider et l'épauler dans ce moment des plus délicats. Mais si lui pouvait déjà ressentir tout ce qui émanait de cette jeune femme, il ne préférait pas s'imaginer ce que pouvait éprouver Artémis. Il l'avait toujours admiré pour ce don qu'elle avait. Tout comme il était étonné qu'elle le maîtrise autant... Oh, il savait que ce n'était que des apparences et il qu'il était souvent lourd à porter. Pourtant elle ne s'en plaignait jamais.

Il inspira une grande bouffée d'air tandis que son regard restait fixé sur cette femme installée sur son canapé, désemparée. Lui s'était contenté de rester debout, serrant plus fortement la main de Diane dans la sienne en l'écoutant parler. Ils n'y étaient pour rien. Il était difficile d'accepter que c'était bien le cas, tandis que la famille divine semblait imposer les conséquences de ses expéditions à de plus en plus d'individus, dans cette ville. Combien de personnes avaient vu leurs vies chamboulées à cause d'un dieu, à cause des cavaliers, à cause de Chronos ? Il passa une main nerveuse dans sa nuque et se pinça les lèvres un instant. Les choses se compliquaient d'années en années, c'était une évidence. Et la famille de ce Wilson en avait payé les frais plus que n'importe qui d'autre. Il tourna légèrement la tête, notant l'absence de la petite fille. C'était mieux ainsi.

« J'ai perdu quelqu'un que j'aimais il y a longtemps. »

Il avait lâché la main de Diane et, prenant sans doute trop ses aises, s'était agenouillé devant EVE. Une position qu'il estimait être convenable, pour lui montrer qu'il ne se sentait pas supérieur à ce qu'elle était. La regarder de haut ne lui paraissait pas approprié dans de telles circonstances, tout comme il ne s'estimait pas légitime pour s'asseoir à ses côtés.

« Elle a été tuée. Par des... mortels. Des humains. » poursuivit-il, la gorge serrée. « Nous n'avions pas d'enfant, mais nous allions en avoir un. »

Jamais il ne l'évoquait. Il l'avait gardé longtemps secret avant que ce ne soit dévoilé contre son gré aux yeux de sa sœur. Même après ce moment, il n'avait jugé utile de s'attarder à ce sujet, de lui donner les détails. Ce n'était pas un événement qu'il se plaisait à ressasser.

« Je ne peux pas prétendre imaginer la peine que vous ressentez. Nos histoires sont différentes. Nos ressentis le sont également. Seulement... Jamais je ne ferai subir un tel malheur à qui que ce soit. Jamais. »

Peut-être juste à Dolos... et encore, il était persuadé qu'il n'irait pas jusque là. Il avait relevé ses yeux vers les siens, tentant de ne pas ciller alors qu'une certaine tristesse l'empoignait également. Néphélé avait représenté pendant un long moment tous ses espoirs, tous ses désirs et tout son avenir. Il avait agit impulsivement, en se débarrassant de ceux qui lui avait volé ce futur radieux. Et il ne pouvait que se douter qu'Evelyn voudrait en faire de même. Ce serait naturel, instinctif. Il ne pourrait le lui reprocher.

« Si je pouvais faire quoi que ce soit pour changer le cours des choses... Je le ferai. Mais c'est impossible. Et j'en suis tellement désolé.... »

Il savait que s'excuser ne changerait rien, que ça ne ferait sans doute qu'accroître la haine d'Evelyn à leur égard ou sa douleur. Ce qui s'était passé ne pouvait être changé. Ça ne pouvait être rendu moins difficile à accepter.

« C'est un de nos frères qui a agit... Dolos. »

De nouveau, ses lèvres se pincèrent, tandis qu'il cherchait les mots les plus appropriés. Tout détailler comme il l'avait fait avec Artémis aurait prit du temps, demandé des explications plus poussées, puisque Evelyn n'était pas au fait de tous les problèmes semés dans leur famille étrange.

« Tout s'est passé très vite... Nous étions dans un autre monde, comme parallèle au notre. Il l'y a fait venir pour... pour atteindre Cassandre. Pour nous faire obéir. Il voulait nous montrer de quoi il était capable, de ce qu'il pouvait causer. Vous êtes une... »

Un dommage collatéral ? Le terme était affreux, bien qu'il aurait sans doute été adapté. Il se passa une main sur le visage à cette réflexion. Il n'aurait jamais pensé faire face à ce type de situations.

« Une victime de ses manigances et des stratagèmes infâmes. »
poursuivit-il finalement, se raclant la gorge.

Il ne précisa pas qu'il ignorait où se trouvait le dieu à présent. Il s'imaginait qu'il était revenu avec eux mais ce fourbe avait la capacité de cacher son aura avec talent... tout comme celui de se faire passer pour un autre. Il serra les dents en s'imaginant qu'il l'avait peut-être même déjà croisé sans s'en rendre compte. Il aurait dû le tuer. Ne pas se laisser faire. Au moins, cette enflure n'avait plus les armes divines. Il préparait certainement un plan pour les récupérer dans son coin.

« Ce n'est pas... il y a autre chose. »

Il avait prononcé ces mots dans un souffle, se tortillant légèrement, toujours à même le sol, en jetant un coup d'oeil vers Artémis.

« Si Wilson a disparu ce jour-là, ce n'est pas parce qu'on l'a tué. »

Il ne voulait pas se moquer d'elle, ce n'était pas son intention, pas non plus de lui faire imaginer qu'il était... si, il était quelque part, c'était bien là tout le problème.

« Dans cet autre monde, nous existions tous. Artémis, moi-même... vous, certainement. Wilson aussi. »

Il baissa de nouveau la tête, ses poings se crispant contre ses genoux. Il n'y avait pas de bonne manière pour amener pour le faire, il devait le faire, c'est tout. Il n'avait pas le choix.

« Sauf que deux versions ne peuvent pas co-exister dans le même monde. L'une... efface forcément l'autre. »

Prononçait-il les bons mots ? Le faisait-il d'une façon compréhensible ? Evelyn était intelligente, il le savait. Plus qu'une bonne partie de cette population, si ce n'était la totalité. Il laissa un temps de silence passer, comme pour lui permettre de tout assimiler.

« Il y a un autre... Wilson. Il est revenu avec nous. »

Et il avait pleinement conscience de la bombe qu'il venait de lâcher dans la conversation.
black pumpkin

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

Je sais que Cassandre est bizarre en ce moment...
Mais faites comme moi, prétendez que tout est absolument normal.
(j'espère que ça va s'arranger avant le mariage quand même)


http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t14039-apollon-c-est-pas-une http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t14980-avez-vous-deja-vu-un-mec-grand

Evelyn Nichols


« If we can't protect the Earth, be sure we'll avenge it »


avatar


╰☆╮ Avatar : Scarlett Johansson

Ѽ Conte(s) : Wall-E
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : EVEEEEE



☞ Surnom : Fanny
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 489
✯ Les étoiles : 1388




Actuellement dans : « If we can't protect the Earth, be sure we'll avenge it »


________________________________________ Lun 9 Juil 2018 - 23:02


« Things will never be the same again »


C’était la déesse qui avait parlé en premier, préciser qu’ « ils » n’avaient rien fait, ce qui avait eu le don de renfrogner encore plus Evelyn qui avait levé les yeux au ciel avec un rire méprisant avant de croiser les bras. Peut-être qu’eux deux n’avaient rien fait, elle était prête à y croire, mais les autres avaient forcément fait quelque chose. Elle était scientifique non d’un chien, elle savait que rien ne se perdait, que tout se transformait et que Wilson n’avait pas pu subitement se transformer en particules subatomiques par sa simple volonté. Seule elle en avait la capacité et encore, si jamais elle poursuivait le déblocage de son cerveau et elle n’avait aucune garantie de pouvoir revenir en arrière alors Wilson avec son cerveau basique d’humain, c’était hors de question qu’elle y croit. Quand elle disait « eux », elle parlait bien sûr du reste des divins, de toute leur espèce catastrophique et catastrophante et Diane devait le savoir puisqu’elle parlait à présent de cette fameuse croyance populaire à laquelle EVE ne put que répondre avec une réplique aussi tranchante qu’un scalpel :

- Aaaah donc vous pouvez m’assurer droit dans les yeux que la disparition de Wilson ne dépends d’aucun d’entre vous tous ? Et que la personne qui a fait cela n’avait aucune raison d’en vouloir à mon Wall-E, qu’il a juste pouf, oublié qu’il pouvait faire ça et l’a fait ?

Elle avait bougé ses mains pour simuler une explosion en disant « pouf », scrutant le regard des deux jumeaux. Si Artemis semblait garder une certaine impartialité, son frère en revanche confirmait par une imperceptible grimace que tout ne s’était pas exactement passé comme cela. Elle déglutit avant d’expirer et de fermer les yeux, refusant de voir son air de merlan fris une seconde de plus. Pendant ce temps, la blonde s’excusait d’avoir utilisé son don et sans la regarder, Evelyn hocha la tête à plusieurs reprises d’un air entendu et bien plus calme. Elle comprenait pourquoi elle l’avait fait, Evelyn aurait sans doute fait de même dans le cas inverse et elle appréciait ses excuses, même si elle n’avait pas encore la force de dire tout cela à voix haute. Un silence s’installa alors et Evelyn reprit finalement d’une voix brisée.

- Je comprends votre panique… On a toujours peur de perdre les gens qu’on aime… on voudrait tout faire pour les protéger. Mais parfois, ça ne suffit pas.

Il y avait une pointe d’amertume dans sa voix, mais elle n’était plus dirigée vers les jumeaux. Juste vers ce destin que la vie lui balançait à la gueule et qui lui donnait la nausée.

- J’ai perdu quelqu’un que j’aimais il y a longtemps.

La voix de l’homme avait raisonné dans sa tête avec tant de force qu’Evelyn en avait sursauté en ouvrant de nouveau les yeux. D’un air ahuri, elle le vit s’agenouillé devant elle et le laissa faire, sans oser bouger tant la situation lui semblait incroyable. Dans les films de Wilson, seuls les hommes qui demandaient les femmes en mariage ou un grand pardon avaient tendance à s’agenouiller devant l’être aimé. Pourtant, ils ne devaient pas vraiment en être là dans leur histoire et elle n’avait rien dans sa mémoire qui lui disait comment faire face à cette situation. Elle décida alors de ne pas bouger mais de l’écouter avec attention. Le souvenir lui semblait toujours aussi douloureux et il ne devait pas avoir l’habitude de le faire remonter à la surface. Le moindre des respects était donc de l’écouter.

- Je vous crois. Tous les deux.

C’était la seule chose qu’elle avait su répondre lorsqu’il avait promis qu’il n’en était pas responsable. Elle avait plongé ses yeux dans ceux de Diane pendant une seconde. Lors de son attente, elle avait ressassé pendant des heures ce qu’elle connaissait des dieux et pas une seule seconde elle n’avait soupçonné l’un ou l’autre. Ils étaient des êtres bons, Apollon avait aidé Wilson a plusieurs reprise, elle connaissait l’empathie d’Artemis, jamais ceux deux êtres n’auraient pu faire quoi que ce soit. Elle avait soupçonné Hadès qui était irrespectueux et martyrisait Wilson, elle avait soupçonné le grand Chronos. Mais eux. Elle mesurait à présent l’impact qu’avait eu sa phrase sous la colère. Le souvenir d’une soirée heureuse avec son amoureux était remonté à la surface. Elle revoyait ce film post-apocalyptique ou elle avait éclaté de colère en voyant que tous les robots étaient considérés comme méchants et destructeurs de monde. Elle avait râlé, sous l’œil amusé de Wilson en précisant que tous les robots n’étaient pas pareils… elle venait de faire la même chose avec les dieux.

Elle sentait à présent que sa poitrine brûlait et que la boule dans sa gorge grossissait de nouveau tandis qu’il précisait qu’il ne pourrait rien faire de plus pour l’aider, que Wilson était définitivement mort. C’était comme s’il mourrait pour la seconde fois maintenant que le dieu l’annonçait officiellement. Des larmes s’étaient mises à couler sur ses joues mais elle gardait le silence, sans sanglot, les lèvres tremblantes. C’était bien un des leurs. Un certain Dolos. Elle ne connaissait pas Dolos. Mais elle allait le tuer. Même si c’était la dernière chose qu’elle devrait faire sur cette terre. C’était une promesse qu’elle se faisait, en silence, ses poings se serrant sur ses genoux à en faire blanchir ses jointures. A mesure qu’il lui expliquait les raisons de la mort de Wilson, sa mâchoire se crispait également mais elle ne pouvait s’empêcher de penser que c’était le destin de Wilson.

- Vous… vous n’avez pas fait ce qu’il voulait, n’est-ce pas ? Il ne fallait pas lâcher. Wilson est mort en héros.

Mais elle savait au fond d’elles qu’ils avaient fini par capituler, parce que sinon il ne se serait pas arrêté. Elle le savait parce qu’elle-même avait capitulé face à Chronos.

- Vous savez… je crois que c’était le rôle de mon Wall-E de finir comme ça… il s’est sacrifié pour que Otto ne gagne avec son ignoble chantage dans notre monde et lorsque nous avons rencontré le Titan Chronos il y a 3 ans, il était prêt à mourir et rester avec lui plutôt que nous cédions à son chantage… Mais Cassandre nous a fait comprendre qu’il fallait faire ce qu’il disait… Alors, finalement qu’il finisse sa vie ainsi, cela ne m’étonne pas… je pense qu’il en serait peut-être même fière… je sais pas…

Son discours avait été haché, ses larmes continuaient à se déverser sur ses joues, s’effondrant sur sa poitrine ou ses genoux, comme une cascade inratable de tristesse. Elle hoquetait, elle reniflait, mais elle pensait sincèrement ce qu’elle disait. Elle tourna alors la tête vers Diane pour lui demander :

- Je peux avoir un mouchoir ?

A mesure que les pleurs se déversaient, sa poitrine lui brûlait moins, la boule dans sa gorge se réduisait. Ce que ça faisait du bien de pleurer, même si les plaies béantes de son cœur mettraient du temps à cicatriser. Elle prit le temps de se moucher et de s’essuyer les yeux avant de plonger un regard féroce dans celui du dieu des arts.

- Promettez-moi juste quelque chose… Que vous me laisserez partir en guerre avec vous. Je veux être avec vous et je veux tuer Dolos.

C’était sans appel, sans aucune condition. Elle ne voulait pas que Wilson soit mort en vain, elle voulait le venger, poursuivre le combat jusqu’à ce qu’il n’y ai plus de bataille à mener. Elle était un robot qui se devait de trouver la vie, de la protéger, elle comptait bien mener sa mission jusqu’au bout… Mais avant cela, il allait y avoir une nouvelle épreuve apparemment…

La suite lui fit l'effet d'une bombe... Un autre Wilson. Supprimé au profit de l'autre. C'était encore pire que ce qu'elle avait imaginé. La douleur ne s'arrêterait donc jamais ? Les yeux exorbités, les larmes aux bords des yeux qui s'accumulaient sans pouvoir tombés, comme si elles aussi s'étaient figés, elle le regardait à présent avec la bouche ouverte, faisant des mouvements vagues, comme si elle était incapable de parler. Pour couronner le tout, c'était lui qui était revenu. Ils lui faisaient tous une blague, une affreuse blague. Wilson allait jaillir d'un instant à l'autre, ferait semblant de jouer un double du mieux qu'il pourrait avant de lui dire "surprise, joyeux anniversaire !" même si ce n'était pas son anniversaire. Oui. C'est ce qi allait se passer, elle ne voyait pas d'autre explication plausible. Lorsqu'elle eu repris suffisamment ses esprits pour parler, sa voix sembla revenir d'outre-tombe.

- Je veux le voir.

Et face au silence qui s'installa, elle appuya, d'une voix plus forte qui le mettait au défis de lui refuser cette demande :

- Je veux le voir, s'il vous plaît.


♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

- Even if I die, let it all burn -
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t19782-in-a-sky-full-of-stars-eve

Diane Moon


« Hadès avec un Grand A ! »


avatar




╰☆╮ Avatar : Claire Holt & Kate Winslet + Mia Talerico pour Le Berceau de la vie

Ѽ Conte(s) : Hercule
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Artémis la déesse de la chasse et de la lune herself (même si je viens du monde réel)



☞ Surnom : Didi ça ira plus vite :uh:
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 14729
✯ Les étoiles : 19363




Actuellement dans : « Hadès avec un Grand A ! »


________________________________________ Mar 24 Juil 2018 - 20:33



"Things will never be the same again"

When you lose something you can't replace


J’étais resté muette, lorsqu’Apollon avait parlé de Dolos. Ou plutôt, je m’étais forcée à garder ma bouche fermer pour ne pas faire le moindre commentaire. Même si mon langage corporel n’avait probablement pas dût échapper à mon frère. Mes lèvres ne formaient plus qu’un mince trait, tandis-que le restant de mon corps était tendu, et un léger éclat de colère était brièvement passé dans mon regard. Mais, je me forçais à ne pas émettre le moindre son. Parce qu’Evelyn n’avait pas besoin que je rajoute de l’huile sur le feu, en crachant tout mon dégoût et mon mépris pour cet homme. Il était drôle de voir à quel point mes réactions étaient différentes pour les trois plus gros tordus de cette famille. Je haïssais Zeus, pour tout ce qu’il nous avait fait subir et la manière dont il avait toujours traité mon frère. Je méprisais Dolos, pour ce qu’il avait fait à Louise, et au bébé de Lily. Quant à Poséidon...Je le considérais comme mort à mes yeux. Nous n’avions jamais été frère et sœurs. A bien y réfléchir, ce n’était pas de l’affection pour un frère que j’avais eu pour lui, mais de l’admiration. Il me semblait tellement compréhensif, tellement gentil. Et moi pauvre naïve, je l’avais bêtement laissé me manipuler. Ce n’était pas une relation qu’un frère a avec sa sœur. Ma relation avec Héphaïstos en revanche, était bien plus celle d’un grand frère et d’une petite sœur. Et si j’avais mit du temps à m’en rendre compte, c’est bien la place qu’il avait toujours occupé. J’étais simplement trop bête, et trop aveuglé par l’image de perfection que me renvoyait Poséidon. Et je ne pu m’empêcher d’éprouver une légère pointe de culpabilité pour Hépha. L’avait-il mal prit lorsque je lui parlais sans arrête du dieu des océans ? Je n’avais pas songé à lui poser la question la dernière fois.

Je laissais ces pensées tumultueuses de côté, pour me concentrer à nouveau sur ce qu’il se passait. Apollon ne parlait jamais de Néphélé. Tout comme je ne parlais jamais du décès de mes chasseresses, ou plus récemment de celui de Phobos. J’avais brièvement, évoqué ce dernier avec son père, mais autant lui que moi n’avions pas souhaité nous attarder sur le sujet. Et malgré tout, même si je n’avais jamais connu cette jeune femme, je ne pouvais m’empêcher d’avoir une boule dans la gorge les très rare fois où mon frère le mentionnait. Parce qu’il avait souffert, et que je n’avais pas été là pour l’épauler. Je ne pouvais pas le savoir, je ne pouvais pas m’en vouloir. Il avait été très doué pour ne rien laissé paraître. Mais tout de même, je n’avais pas été là. Et j’avais faillit à mon devoir de sœur.

Je déglutis péniblement, prenant plusieurs fois de discrètes inspirations pendant qu’Apollon se confiait, et même après lorsqu’Evelyn craqua. Nous, ne pouvions pas être trois à nous laisser aller. Et même, si la boule dans ma gorge se faisait de plus en plus oppressante, je ne pouvais pas moi aussi me permettre de laisser libre court à mes émotions. C’est pourquoi, après avoir inspiré plusieurs fois, je réussis a regagner un niveau de maîtrise correcte sur ces dernières, m’autorisant, un discret soupire de soulagement. C’était le problème de l’empathie, mais j’avais appris a vivre avec, je savais maîtriser ce don. Simplement, certaines fois étaient plus délicates que d’autres. Heureusement, Evelyn détourna mon attention, en demandant un mouchoir. Hochant simplement la tête, je fis apparaître ce qu’elle demandait avant de le lui tendre doucement.

Ce qui suivit en revanche, avait un air de déjà vu. J’avais l’impression de me revoir presque un an en arrière, après le « décès » d’Héra et Arès. Lorsqu’Athéna avait dit vouloir tuer Zeus. Néanmoins, ma réponse demeurait la même que cette fois-ci :

- Je suis contre le meurtre de sang froid, dis-je doucement. Mais comme je l’ai déjà dit à ma sœur il y a presque un an, Dolos tout comme Zeus ne mérite pas de vivre. Pas après avoir commit autant d’atrocité. Il n’est pas notre frère. Et c’est d’autant plus vrai qu’il n’est pas « notre » Dolos. Celui-ci a déjà payé pour ce qu’il avait fait. C’est un juste retour des choses, que celui-ci paye également pour ses crimes. Alors, je ne vous empêcherais pas de le tuer. Peu importe, ce que toi ou Athéna me direz dis-je en me tournant cette fois-ci vers mon frère.

Un simple hochement de tête accueilli mon intervention. De toute façon, Apollon et moi avions rarement un avis divergeant concernant ce genre de choses. D'autant plus qu'il avait été témoins de cette scène. Ce qui devait rajouter à son envie de s'occuper lui même de Dolos. Athéna, risquait peut-être en revanche d'être moins d'accord. Mais, je ne comptais pas aborder ce sujet avec elle. Elle savait déjà ce que je pensais du "notre"

Il y avait des limites à ne pas atteindre. Et, si j’avais pu pardonner ses actes à Athéna, ce n’est que parce qu’elle avait réellement fait l’effort de se racheter. Certains comme Dolos ou Zeus, ne feraient jamais cet effort. D’autres comme Poséidon, avaient causé une coupure bien trop profonde, pour qu’un jour je puisse pardonner ou bien même retrouver un semblant de confiance. Alors de là imaginer un retour d’affection… C’est pour cela, que je n’empêcherais pas Evelyn de tuer Dolos si elle en a l’occasion.

- Permettez simplement, que l’un de nous soit là. Si ce n’est pas Apollon ou moi, au moins l’un de nos frères et sœurs. Il n’est pas question, que votre fille perde aussi sa mère.

"On ne vous laisserait pas lui faire face seule si il vient à se montrer à nouveau. On ne prendra pas ce risque." Ajouta Apollon.

Evelyn, malgré tout ne pouvait faire face seule à un dieu. Alors, si nous étions d'accord pour la laisser s'occuper du cas de celui de la fourberie, il n'était pour autant pas question de risquer sa vie à elle. Parce que si la douleur de perdre un enfant était attroce, celle de perdre un parent, devait au moins y être égale, voir supérieur. Secouant légèrement la tête, je lui jetais en revanche un regard surpris, lorsqu’elle annonça vouloir voir Wilson. J’échangeais simplement un regard avec mon frère hochant la tête. C’était pour cela que nous étions venu après tout. Pour voir, si elle souhaitait ou non le rencontrer. Si elle voulait le faire, nous devions respecter sa volonté.

Apollon, semblait tout autant surpris que moi par sa requête, il jeta un coup d'oeil dans ma direction, tandis-que j'inclinais simplement la tête dans sa direction. Une simple action cherchant à lui signifier que je le laissais prendre les rennes, tout en restant à ses côtés. J'étais avant tout là, pour la médiation.

"Si vous voulez le voir, il ne faut pas que ce soit ici. Il faut... un endroit neutre."

Il tentait au mieux de paraître le plus convainquant possible, et d'éviter que sa nervosité ne reprenne le dessus.

"On peut vous emmener à Olympe. Il est là-bas."

Mon frère se frotta nerveusement la nuque, il ignorait comment tourner cela. Clairement la situation, semblait lui échapper. Ce n'était sans pas ce qu'il avait prévu. Probablement aurait-il souhaité retarder cette échéance. Mais là, impossible de faire marche arrière. Sa main se glissa dans la mienne, pour pouvoir se donner du courage :

"Mais ça ne risque pas d'être facile, vous le savez ?"


Bien sûr qu'elle le sait imbécile
se reprit mon jumeau, oubliant probablement de ne pas me laisser cet accès a ses pensées

Je secouais la tête, suite à sa réflexion mentale. Apo était trop nerveux pour faire quoi que ce soit, aussi décidais-je de prendre les choses en main sans quoi. Je craignais que nous y soyons encore là demain.

- Nous allons vous emmener sur Olympe dis-je simplement. Néanmoins, il faut vous attendre à tout en terme de réaction. Y compris du négatif. Nous ignorons comment est-ce qu'il peu réagir en vous voyant. Pour autant si vous êtes sur et certaine de votre choix, nous n'irons pas contre votre volonté

Je tendis doucement ma main libre en direction d'Evelyn. J'avais fait le nécessaire en en terme de mise en garde. Si elle souhaitait toujours le rencontrer, c'était son choix à elle et nous n'avions pas le droit d'aller contre sa volonté


Code by Sleepy

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

THERE GOES MY HEART BEATING,
cause you are the reason
I'd climb every mountain. And swim every ocean. Just to be with you. And fix what I've broken. Oh, cause I need you to see that you are the reason.

En ligne

Wilson Wallander


« Boom Baby
T'as le Groove ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : George Blagden

Ѽ Conte(s) : Wall-E
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Wall-E



☞ Surnom : Nanis
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3109
✯ Les étoiles : 3231




Actuellement dans : « Boom BabyT'as le Groove ! »


________________________________________ Jeu 26 Juil 2018 - 10:45


Is this the real life ?
Or is this just fantasy ?


« Qu'est-ce que tu fais là ? Sérieux je t'ai cherché partout ! Bon peut-être pas comme j'ai suivi ton aura mais... Qu'est-ce que tu fais là ? »

Il ne releva pas la tête, ses mains jointes devant ses genoux repliés, esquissant un rictus agacé à l'entente de la voix du dieu. Il avait cherché la tranquillité. Un endroit où respirer sans pour autant partir de la cité. Il n'avait trouvé que la plage, demandant à une dizaine de gardes différents le chemin qu'il devait emprunter. Il était perdu dans cette sorte de ville géante régnant sur les cieux. Peut-être aurait-il demander une sorte de carte, quelque chose pour se guider sans avoir à leur parler. Il y penserait. Plus tard.

« Wilson ? »

Le robot ne bougea toujours pas d'un millimètre, se contentant de soupirer bruyamment pour faire remarquer que oui, il l'avait bien entendu. Il l'ignorait volontairement. Il entendit les pas d'Apollon contre le sable, fermant les yeux pour ne pas le voir s'étaler à côté de lui. Le Gardien avait de bonnes intentions, il en était conscient. Il n'était juste pas prêt à les accepter et encore moins à coopérer.

« C'est joli. La vue. »

Wilson ne put s'empêcher d'émettre un rire plein de dédain face à cette constatation des plus idiotes. C'était tout ce qu'il trouvait à dire ? Que c'était beau ? Peut-être, oui. Il n'avait jamais prêté attention à l'océan. Et celui qu'il était en train de regarder depuis des heures n'était pas répertorié sur les cartes. La Mer d'Olympe, ça devait être son nom. Il n'allait pas poser la question, ça ne l'intéressait pas vraiment.

Ses bras s'abaissèrent, ses doigts allant s'enfoncer dans le sable qui lui paraissait si froid. Le soleil brillait, comme toujours à Olympe. Il n'en était jamais autrement. Pourtant, ses yeux ne voyaient que des cieux sombres et étouffant. Il pouvait presque en discerner des teintes oranges qui n'existaient pas, ici. Il se mordit l'intérieur de la joue, serrant ses poings contre le sol.

Le silence était plus pesant maintenant qu'il se trouvait accompagné. Il ne voulait pas discuter. Il avait besoin d'être seul, envie d'être seul, l'habitude d'être seul. Il se redressa lentement, toujours sans dire un mot. Il n'adressa qu'un coup d'oeil fugace en direction de la divinité dont les cheveux blonds semblaient briller d'avantage au lueur de l'astre qui le représentait si bien. Est-ce qu'il était venu juste pour se montrer ? Ça semblait faire partie de ses traits de caractères, que d'aimer être regardé. Il ne s'adressait pas à la bonne personne s'il cherchait une quelconque admiration.

Le jeune homme lui tourna le dos, enfonçant ses mains dans les poches de son jean pour entamer le chemin inverse. Si il ne pouvait pas être tranquille ici, il savait qu'on ne le dérangerait pas dans la chambre qui était... la sienne, il supposait. Pour un instant, en tout cas.

« Elle est là. » prononça alors simplement le dieu, d'une voix si calme et posée qu'elle lui donna le tournis.

Il se stoppa net dans son avancée, sentant ses jambes fébriles à cette annonce aussi soudaine que vague. Elle. Elle, qui ? Il ne jugea pas utile de faire cette interrogation à haute voix, il en avait déjà la réponse. Il secoua la tête, brièvement, son souffle se coupant sans qu'il ne puisse le contrôler.

« Et alors ? »

Le ton était rauque, brisé. Il ne parlait que très peu et lorsqu'il le faisait, il se sentait à chaque fois sur le point de basculer. Toutes ses péripéties l'avaient placé à la limite entre la raison et la folie et il ignorait combien de temps encore il parviendrait à se maintenir sur cette mince frontière.

« Elle est là pour te voir. »

Cette fois, Apollon était moins assuré, comme gêné. Il lui avait pourtant dit qu'il ne le désirait pas. C'était la dernière chose qu'il voulait faire sur cette terre. Jamais. Jamais il ne souhaitait la croiser. Ses yeux se baissèrent vers ses pieds tandis qu'il cherchait à garder le contrôle sur sa respiration. Le calme qu'il était parvenu à installer dans sa tête se fracturait à mesure que les secondes s'écouler.

« Qu'est-ce que ça peut me faire ? »

« Tu ne pourra pas la fuir éternellement. »

Cette réponse fut aussi instantanée et violente qu'une gifle. Il se tendit, sentant ses mains se crisper dans ses poches alors qu'il se retournait. Si, c'était possible. Bien sûr qu'il le pouvait. Ce serait... fatiguant, certainement difficile, mais il le pouvait.

« Où ? »

Apollon s'était relevé tout en époussetant son jean, lui lançant un regard aussi interrogateur que choqué. Il ne s'attendait peut-être pas à une telle réaction. Le regard de Wilson ne témoignait aucune hâte, aucune impatience. Il était... vide, voilé, comme ailleurs.

« Où est-elle ? »

Le ton était plus rude, autoritaire. Il avait conscience qu'il ne s'adressait pas à n'importe qui mais ça ne l'atteignait pas. Ils étaient tous égaux face à la peine et la tourmente. Il s'apprêta à réitérer sa question, plus brutalement encore, mais le dieu s'était avancé pour le dépasser. Il n'avait fait qu'un hochement de tête, son anxiété palpable dans l'air, ses pas nerveux preuves du peu d'assurance qui l'habitait.

Wilson avait baissé la tête, le visage rentré dans ses épaules, son souffle précipité et agacé ne faisant que l'irriter davantage. Il suivait le Gardien sans conviction. Si il... Si il la voyait, si il se plaçait dans la même pièce, rien que quelques secondes, on le laisserait enfin. On ne viendrait plus le déranger, pour lui dire que c'était la bonne chose à faire, qu'il fallait y passer... Ce n'était qu'une étape. Ça ne lui ferait rien. Elle le détesterait sans doute autant que lui la détestait déjà. Non, ce n'était même pas... Ce n'était même pas ça. Il n'y avait pas de haine. Juste une peine immense et... de la crainte.

Les portes de la salle du trône s'ouvrirent dans un silence religieux et insupportable. Lorsque la voix du dieu s'éleva à nouveau, il crut y déceler une tentative d'apaiser la tension qui régnait déjà bien avant que Wilson ne passe la porte.

« Désolé pour l'attente, on a... Enfin, voilà. »

Il ne put s'empêcher d'émettre un rire méprisant. Il ne parvenait pas à alléger cette atmosphère, rien ne le pouvait. Wilson s'acharnait à garder les yeux baissés, s'avançant à peine dans la pièce. Il distingua quelques fauteuils, sans doute installés là pour faire patienter cette Evelyn. Il y avait quelqu'un d'autre. Artémis, certainement. Il ne lui avait pas parlé, à elle.

Il n'émit pas le moindre son, son pied tapant rapidement et subtilement le sol à intervalles réguliers, manière comme une autre d'extérioriser tous ces sentiments qui l'envahissaient soudainement.

« Hum... Vous voulez restez seuls ? »

« Non. » répliqua-t-il immédiatement, sur un ton teinté d'une étrange panique.

Surtout pas. Il avait relevé les yeux à cette unique syllabe. Grosse erreur. La première chose qu'il capta fut son regard. Fatigué, triste. Il ne préféra pas s'y attarder, sachant ce qu'il allait y lire à son égard. Puis il y avait ce visage, dans sa globalité, lui rappelant avec une violence inattendu les traits de celle qu'il avait aimé. Elle lui ressemblait tellement... de la forme de ses lèvres, à la pointe de son nez, à la ligne de sa mâchoire... Wilson ne réalisa pas qu'il gardait la bouche ouverte, dans une expression surprise et déstabilisée, tout en continuant de la détailler.

Il lui parut qu'il ne fut capable de secouer la tête qu'après une éternité. Il resta prostré, se redressant pour se donner contenance, reprenant une inspiration tandis qu'il avait cessé de respirer tout le temps de son observation. Il n'avait pas à la regarder ainsi. Il n'avait pas à être curieux.

« Ce n'est pas EVE. » murmura-t-il pour lui-même, comme pour s'en convaincre.

Ses paroles furent certainement perçues par les autres participants à cette réunion des plus étranges. Ce n'était pourtant pas un reproche, pas une provocation. Une simple constatation. Ses cheveux blonds étaient la seule chose qui la différenciait de celle qu'il avait connu. Mais c'était une assez grande différence pour le convaincre que... ce n'était pas elle.

« C'est bon, je peux partir ? »

Le ton était redevenu bourru, distant, brut. Chaque mois s'écrasait froidement dans l'air, comme des multitudes de coups de poings lancés dans le vide. Il avait fait ce qu'il avait à faire. Il voulait juste qu'on le laisse, maintenant.
black pumpkin

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

you look like yourself, but you're somebody else⋆ You were the better part of every bit of beating heart that I had, whatever I had. I finally sat alone pitch black flesh and bone. Couldn't believe that you were gone.

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t8971-wilson-wall-e-termine http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t9124-wilson-allons-rallumer-les-etoiles#77617

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

Things will never be the same again ✰ EVE & DIDI





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations