Magic
League 3

de Dyson

MAGRATHEA :
28.10.18
de Natoune


14.11.18
Disney Rpg


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Magic League, chapitre III ☆ Evénement #98
Une mission de Dyson Walters - Ouverture : septembre 2018
« La Chute des Héros ! »

Partagez | .
 

 Who You Really Are - Balthazar Eulalie Sherlock [Fe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

John Watson


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Martin Freeman

Ѽ Conte(s) : Sherlock Holmes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : John Watson

٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1
✯ Les étoiles : 3




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Lun 11 Juin 2018 - 12:11

"Le monde est plein de choses claires que personne ne remarque jamais."








Il y a plusieurs mois. Hôpital de Storybrooke.



« Bonjour, j’aimerai voir le patient Sherlock Holmes s’il vous plaît.»


La jeune femme qui s’occupait des entrées à l’hôpital de Storybrooke le dévisagea rapidement. Tous les mardis, elle avait droit à la visite de ce monsieur. Le plus chiant dans l’histoire, c’était qu’il voulait toujours consulté son dossier médical… Mâchonnant son chewing-gum comme une pouffe, elle le regarda et posa un dossier jaune sur le comptoir.

« Ouais ouais, on est mardi, il est 8h30, comme d’habitude, le médecin traitant de Sherlock Holmes vient lui rendre visite… Il est toujours en quarantaine dans la zone des grands traumatisés… Bon courage, c’est un cas perdu Docteur Watson. »


Saisissant le dossier en le serrant un peu fort, John Watson effectua un sourire crispé en direction de l’infirmière. Se massant la jambe, il s’appuya un peu plus sur sa canne pour déambuler dans les couloirs. Depuis des mois, Sherlock Holmes était dans un état végétatif, emprisonné dans son corps, refusant de parler à personne. Lui, c’était installé à Storybrooke et donnait quelques consultations. La vie était plutôt agréable dans cette ville du Maine, mais Londres lui manquait. Et puis, il fallait dire que depuis que le grand Sherlock Holmes n’était plus que l’ombre de lui même, sa jambe lui faisait un mal fou, et son moral dépérissait de jour en jour… Soupirant à ses pensées, John tourna la poignée de la chambre de 221, la boule au ventre d’avoir encore et toujours cette même appréhension quand il rentrait dans cette chambre.
Il n’avait pas bougé. Allongé dans son lit, il fixait la pluie qui tombait sur la fenêtre et coulait à flot continue depuis plusieurs heures. En fait, il ne regardait pas la pluie. A chaque fois qu’il était venu, son regard était posé sur la fenêtre. Vide, sans vie. Comme à son habitude, il s’installa dans le fauteuil à côté du lit, posa sa canne et déposa le journal sur sa table de chevet. Autrefois, il adorait lire les nouvelles… Mais au vu de la pile de journaux couvert de poussière, on pouvait constaté que cela faisait des mois qu’il n’y avait pas touché. Le regard livide, le teint blafard, les joues creusés, comme à son habitude, Sherlock fixa la vitre, sans même accordé un seul regard à John.

« Salut Sherlock. »


Pas de réponse. Soupirant, John fit tourner sa canne, avec un petit geste nerveux dans ses mains. L’ombre du détective continuait de fixer la vitre en silence. Si il n’avait pas cligné des yeux et respiré, on aurait pu croire qu’il était mort.

« Ecoute, je suis venu te voir… Car c’est un peu délicat… »


Par où commencer ? Le ventre de John se tordit de douleur sous l’effet du stresse et sa jambe lui lança une vive douleur.

« Je vais partir pour Londres. Ma place est là-bas… J’ai tout fait pour t’aider, pour essayer de te persuader de revenir parmi nous… Cette histoire de monde des contes, du fait qu’on soit pas vraiment des personnes réelles… Tu sais, au final, j’y ai bien réfléchis, et je pense qu’on est tout aussi réel que les autres… Même si on appartient pas au même monde… Enfin bref. »


Ses mains moites firent glisser sa canne dans les mains. Il n’osa pas le regarder et se contenta de fixer le lino vulgaire et moche de l’hôpital.

« J’ai tout essayé, tu as consulté les meilleurs spécialistes, les meilleures collègues… On a essayé de t’aider Sherlock, j’ai essayé de t’aider… Mais tu as toujours refusé de parler… Tu t’es enfermé… Et tu as décidé de garder le silence. »


Ses mains se crispèrent sur sa canne. La colère, la tristesse envahit l’esprit de John. Quelques larmes coulèrent sur ses joues. Il les essuya immédiatement. Se levant, il commença à faire les cents pas.

« J’espérais vraiment qu’un jour tu te remettes sur pieds ! Tu sais, qu’on reprenne nos Aventures ! Le brillant Sherlock Holmes, et l’impitoyable John Watson ! »


S’avançant vers la vitre, John posa sa tête contre cette dernière. Elle était froide et l’eau coulait à flot de l’autre côté.

« Mais au lieu de ça, t’as complètement péter les plombs… Tu t’es enfermé dans ton propre esprit… Dans cette… Transe, macabre… Dans laquelle tu ne veux pas sortir… »


Soudain, les émotions de Watson furent trop grandes. Se jetant sur le lit, il se mit alors à secouer le cadavérique Sherlock Holmes. Manquant de débrancher les perfusions nutritives, il le secoua tout de même encore plus fort.

« Pourquoi ! Pourquoi Sherlock ! Tu ne pouvais pas me faire ça ! Tu n’avais pas le droit ! Mais comme d’habitude, ton égoïsme frappe encore et encore ! Tu sais quoi... »


Il le lâcha, levant les mains devant lui comme pour repousser un ennemi invisible, John fit une moue résignée.

« J’men vais. Je me tire. J’en peux plus, ma vie tourne en rond, et si ça continue, je finirai comme toi. Et je veux pas ça. J’aime trop la vie pour ça, et c’est grâce à toi que j’y ai repris goût. Mais là c’est au dessus de mes forces. C’est lâche, je sais, mais je peux plus… Adieux Sherlock. »


Les larmes aux yeux, et sans boiter, John Watson sortit de la pièce comme une furie. Jamais il ne revint. C’est ce jour là qu’il disparut. Enfin, aux yeux du détective. Une fois sortit, quelques minutes passèrent. Le visage cadavérique du détective se tourna vers le fauteuil où John s’était assis. Une larme coula sur le visage de Sherlock. Cet idiot avait oublié sa canne… Mais peut lui importait. Il n’était pas réel.

Quelques mois plus tard. Même chambre.


Sherlock fixait toujours la fenêtre. Allait-il se décider à sauter ? Elle n’était pourtant pas bien loin. Et ca serait une mort rapide. Mais qui avait-il après la mort ? Certainement rien. Et c’était ça qui le laissait cloué au lit et l’empêcher de bouger. La porte de la chambre s’ouvrit, certainement l’infirmer attribué à ses soins quotidiens.

« Putain la vache, t’as sacrément une sale gueule ! »


Jim Moriarty, déguisé en infirmier, fit le tour du lit de Sherlock avec un mélange de déception et de curiosité. Vérifiant quand même les perfusions nutritives, il hocha la tête de gauche à droite, très déçu. Même si il n’était pas infirmier, c’était quand même pas compliqué de prendre soin de lui en checkant toutes les perfusions.

« J’y croyais pas quand on m’a dit que tu étais dans cet état ! Bon sang Sherly, tu me déçois ! Et t’es pas drôle… Tu sais que je m’ennuie depuis que t’es parti pour le pays des fous ? Peut être que si je fais aussi une dépression, j’aurai le droit de venir à côté de toi pour te tenir compagnie ! Ohé tu m’entends ? T’es super chiant tu sais ! »


Moriarty se saisit de la tête de Sherlock et l’obligea à le fixer dans les yeux.

« Pourquoi tu regardes cette… Oh, je vois ! Tu veux mourir ! Mais tu hésites ! Oho ! Finalement t’es toujours aussi drôle ! »


Se dirigeant vers la fenêtre, il l’ouvrit pour regarder.

« Oh c’est vachement haut ! La probabilité pour que tu meurs sur le coup ça doit être une chance sur deux ! Tu veux qu’on essaie ? Mouais t’as raison, après je saurais plus qui embêter... »


Revenant vers le lit, il s’assit au bord de ce dernier et lui parla comme si c’était son amant.

« Depuis que t’es parti, c’est plus terrible. Les gens ont pas l’niveau, même dans cette ville. Oh y’a plein de détectives, mais ils sont un peu nul. Et la police laisse vraiment à désirer. J’ai tué un môme ya deux mois, ils cherchent encore le coupable. Pourtant c’était évident, qui d’autre écraserait la tête d’un enfant avec un marteau sur une enclume dans les locaux du forgeron de la ville ? »


Balançant ses pieds comme si il évoquait un vieux souvenir agréable, il se tourna encore vers lui. Sherlock fixait toujours le vide. Après tout, peut être que si Moriarty abrégeait ses souffrances, ça irait bien mieux.

« Oh ! J’ai des nouvelles de John ! Ce petit malin a monté un cabinet en plein coeur de Londres pour les anciens blessés de guerre ! Tu verrais comme ça marche ! Quand on y pense, c’est fou, sans toi, il semble papillonner ! »


Sherlock fixait toujours le vide.

« Dommage qu’il doive mourir. Je m’ennuyais. Alors je me suis dit qu’en souvenir du bon vieux temps, j’allais lui jouer un petit tour dont moi seul ait le secret ! Oh mais rassure toi ! C’est étendu dans le Temps ! C’est pas pour tout de suite ! D’abord, je vais le kidnapper, puis, je vais peut être jouer un peu avec lui. Il paraît qu’il est plutôt doué à Docteur Maboul ! Une fois que j’aurai fait ça, et que mon plan sera établi, alors je le tuerai. Ben oui, tu sais je me lasse vite… Franchement je sais pas ce qui déconne chez toi. Bon je vais te laisser, faut que j’aille voir quelques contacts pour aller faire disparaître ce cher John... »


Mais il n’eut pas le temps de terminer sa phrase. Le bras de Sherlock avait jailli brusquement pour saisir la gorge de Moriarty. Serrant de toutes ses forces, Jim se mit à ricaner, car il manquait d’air et il souffrait. Et ça c’était son kiff.

« Tu… vas m’tuer ! Trop… Trop cool ! On y est enfin ! Vas-y ! Sers plus fort ! Encore ! Et j’aurai raison depuis le début ! Le meurtrier, à la fin de l’histoire, ça sera toi ! »


Tremblant de toutes ses forces, Sherlock voulut lui broyer la trachée, pour le faire taire pour toujours. Mais son bras s’affaissa, il n’était pas en mesure d’accomplir cette tâche. Il en avait envie. Il l’aurait fait même. Mais il était bien trop faible pour y arriver.
Se massant le cou, Moriarty se dégagea.

« Bien, parfait ! Te revoilà parmi nous ! Je savais bien que si c’était moi qui venait te voir, ça irait tout de suite mieux ! C’est con que tu puisses pas bouger ! Bon, tu me connais, j’ai le même sens du détail que toi… On va y aller doucement. Hein ! Le Temps que tu sortes, il sera trop tard pour sauver John du kidnapping… Hé ouais c’est ça de faire une dépression à la con aussi… Tu me connais, je suis un fou dangereux, mais je n’ai qu’une parole. »


Marchant autour du lit, il se dirigea vers la canne de Watson. Moriarty la prit, et la fit tourner devant lui comme une majorette.

« Allez, on se dit un an ! 12 mois, 365 jours ! Pas un de plus, pas un de moins ! D’ici là, tu te rétablis, tu reformes un réseau, tu te remets à ton compte, tu te trouves un Assistant, ou une Assistante même ! Ca serait cool ça ! Reviens au meilleur de ta forme ! »


Jetant la canne sur le sol, comme si le jeu l’avait lassé, il s’appuya sur le bout du lit et fixa Sherlock Holmes dans les yeux.

« Puis quand tu seras remis, et une fois à ce moment là… Alors on refera une petite partie. Tu sais, dont moi seul ait le secret ! Ca sera grandiose ! Gigantesque même ! Je l’appellerai… Peut-on sauver John Watson. Et en un an, j’ai le temps d’en faire des trucs… Oh, et si tu essaies de le chercher, tu le trouveras pas ! Même si je sais que tu y dépenseras toute ton énergie, j’ai des nouveaux investisseurs qui m’ont donné des moyens de fous furieux ! Je crois qu’ils t’aiment pas beaucoup eux non plus. T’inquiète, je le garderai pas comme un bagnard, je suis pas un monstre! Il aura une maison, des loisirs, et il pourra même sortir faire pipi dehors si il est sage ! Oh, et si tu le cherches avec… Un peu trop d’insistance quand même, ben je le tue. C’est simple. Ca serait con, parce que je me serai pas du tout amusé, mais bon. Alors t’en penses quoi ? »


Sherlock tremblait. Le manque de nutriment dans son organisme l’empêchait de bouger. Qu’avait-il fait ? Il hocha simplement la tête en signe d’affirmation.

« Génial ! On va s’éclater ! Allez, je te laisse un an ! T’as le temps de te refaire pleins de petits copains supers ! Et ramène avec toi les meilleurs le jour J hein ! Et des gens drôles. Et des mecs mignons. Ca sera géant ! Allez. Je file, la phase une commence… »

Et sans cérémonie, il lui afficha la date du début de l’opération sur front avec un post-it. 11/06/2018.

« Bisous ! »


Puis il lui fit un petit bisou sur la joue, proche des lèvres, et s’en alla.

Aujourd’hui. 221B Baker Street.

Sherlock observait la rue, pensif. C’était le jour J. Et il ne savait pas comment il allait se dérouler. Un mélange d’excitation et de crainte envahissait son coeur. Jouant avec la canne de Watson dans les mains, il la faisait tourner, regardant la pluie battante dehors. Ca allait être une journée de merde. Ou une journée fantastique. Bizarrement, il n’avait pas peur. Car il savait qui l’accompagnerait aujourd’hui. Il lui fallait un homme aussi fou, aussi maléfique que Moriarty pour s’en sortir, et tirer John de là. Sortant son téléphone, il pianota ses quelques mots sur ce dernier.

« Rejoins moi au 221B, Baker Street. La vie d’Eulalie en dépend, et la tienne aussi. SH. »


C’était pas vrai. Mais au moins, ça le ferait venir. Peut être. Si il ne venait pas, il irait peut être avec Michel-Ange. Mais ce con serait capable de tuer John lui même de ses mains par pur accident. Appuyant sur « contact », il le chercha un moment avant de le trouver. « Balthazar Graves. »
« Envoyé ».

Que la partie, commence.


Mary Bates


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Evan Rachel Wood

Ѽ Conte(s) : Folklore
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Bloody Mary

✓ Métier : Thanatopractrice. Je vous conseille de pas chercher ça sur Youtube.
☞ Surnom : Nanis
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 707
✯ Les étoiles : 5856




Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Mar 12 Juin 2018 - 0:04


Bloody Lady in a Bloody City


« Mademoiselle ? »

Un soupir. Une grimace dissimulée. Un sourire. Ses talons claquant au sol, Mary se retourna avec toute la grâce dont elle était capable. Elle était habituée à ce qu'on l'aborde dans les rues, même si généralement, le reflet renvoyé par les vitrines des magasins suffisait à en décourager le plus grand nombre. Il restait toujours quelques braves hommes téméraires, ou ceux qui n'y prêtaient pas attention, pour oser la déranger en pleine marche. Elle préférait sortir tôt pour cette unique raison.

Le ton avait été timide, mais ne correspondait pas au physique qui se présentait devant elle. Haussant un sourcil, elle s'appliqua à dévisager les traits de cet inconnu. Sa manière de mâcher son chewing-gum lui donnait une envie folle de le faire s'étouffer avec.

« Bonjour ! Dites vous sauriez pas où je peux trouver un bon coiffeur-barbier dans le coin ? »

Sa barbe avait quelques jours. Mal entretenue. Désagréable au toucher. Elle put le constater en attrapant son menton de ses doigts, le serrant légèrement, forçant l'individu à tourner sa tête de côté. Quelle idée de poser une telle question à une passante. Il ne pouvait pas faire comme tout le monde et se renseigner en regardant les enseignes ? Ou encore regarder dans les petites annonces ? Etre dérangée était déjà une chose qu'elle appréciait moyennement, alors pour une banalité...

« Je peux m'en occuper si vous voulez. »

Son sourire en coin s'élargit alors que ses doigts caressèrent un instant sa mâchoire.

« Mais je risquerai de vous abîmer. »

Elle feignit une moue déçue, le relâchant doucement avant de sortir un simple stylo de son sac. Elle ne tarda pas à trouver un morceau de papier, attrapant la main de l'homme sans ménagement pour s'en servir de support.

« Dites que vous venez de la part de Mary. »

Ce n'était pas une personne d'un naturel serviable. Loin de là. Peut-être était-ce le sourire délirant qu'il lui offrait ou cette manière qu'il avait de passer sa langue sur ses lèvres, mais quelque chose se dégageait de lui. Quelque chose de morbide. Elle n'était pas indifférente à ce genre de détail. Alors, si elle pouvait faire sa bonne action de la décennie en aidant un homme macabre, pourquoi pas ?

Elle avait terminé de griffonner le numéro de son propre coiffeur, y ajoutant un second en-dessous.

« Si jamais il cherche à vous raser de trop près, vous pouvez aussi m'appeler. Même si tout devrait bien se passer, il est adorable. »

Ce n'était sans doute pas l'adjectif approprié pour le qualifier, pour la plupart des gens. Mais Mary n'était pas... la plupart des gens.

« Dommage que je sois déjà sur une partie... J'aime pas jouer avec deux personnes en même temps... »

Elle ne prêta pas attention à cette remarque. Le stylo rangé, elle l'observa se dégager de sa prise comme un fauve qui s'écartait de sa proie pour mieux se jeter dessus. Elle connaissait cette méthode. Elle l'utilisait. Elle n'était pas adepte des jeux, surtout lorsqu'ils étaient menés par un autre qu'elle.

« Ohhhhh ! »

C'était presque trop prévisible. Sans ressentir le moindre étonnement face à cette exclamation, elle tourna simplement la tête alors qu'il regardait derrière elle, le bras tendu.

« Un homme vient de tomber du deuxième étage ! »

Il feignait parfaitement la surprise, au moins. C'était un talent qu'elle admirait. Impassible, elle observa la silhouette d'un homme au sol. Elle eut presque envie de pouffer face à l'improbabilité de cette situation. Storybrooke était une ville étrange, ce n'était plus un secret, mais même ici, la coïncidence était douteuse.

« On va l'aider ? »

Cette fois, elle ne fit même pas semblant de retenir le soupir qui lui échappa. Son intérêt et son inquiétude étaient certainement factices, autant l'un que l'autre. Elle ne prendrait pas la peine de paraître soucieuse.

« Pourquoi pas. C'est un potentiel futur client. » lâcha-t-elle finalement dans un murmure, suivant la marche.

Les morts intéressantes se faisaient rares, ces derniers temps. S'occuper des corps de personnes décédées suite à la vieillesse était ennuyeux. Elle n'était pas contre une défenestration, ça demandait plus d'application. Plus de travail. C'était divertissant.

Son dépit fut imperceptible, arrivée au niveau de l'individu. Quelques passants s'étaient groupés près des fenêtres sans oser s'approcher. La curiosité de l'être humain était particulièrement morbide. Toujours présents pour assister au spectacle, jamais pour y participer. Son talon vient effleurer l'homme, le touchant légèrement, pour s'assurer de son état. Il respirait.

L'inconnu s'était déjà agenouillé à côté de lui, s'emparant de son bras. N'importe quel imbécile aurait pu se rendre compte qu'il était cassé, pas besoin d'avoir fait médecine pour en être conscient.

« Il est pas mort ! Mais ça c'est pas joli joli ! »

Il n'y avait pas que du soulagement dans le ton de sa voix. Une légère déception était aussi présente, elle le sentait.

« Restez avec lui ! Je vais chercher du secours ! »

Il s'était levé, s'éloignant pour repartir armé de son - ou juste d'un ? - vélo laissé plus loin. Il ne reviendrait pas. Elle le savait au moment même où il s'était redressé. La victime quant à elle se mit à remuer et elle perçut distinctement ses gémissements.

« Chut. »

Ses yeux se baissèrent sur son corps abîmé.

« Si c'est pour vous plaindre, pas besoin de vous fatiguer. »

Plusieurs options s'offraient à elle : partir sans rien dire de plus, rester et tenter de le sauver, ou bien juste laisser aller sa curiosité. La troisième fut seule qui prit le dessus. Il n'était pas là par hasard, c'était une évidence.

« Tentative de suicide ratée ? » supposa-t-elle, tout en s'abaissant. « De meurtre ? »

Là, ce serait vraiment amusant. D'un geste habile, elle avait attrapé le bras de l'homme, l'immobilisant contre son torse. Elle ne ferait pas l'effort de sortir son téléphone pour appeler une quelconque aide. Il faudrait qu'il compte sur les autres témoins pour le faire.

« Ou vous avez juste glissé ? »

Cette hypothèse l'endormait déjà. Lentement, elle s'empara du mouchoir à côté de lui. Etait-il là avant ou était-ce l'autre dérangé qui l'avait volontairement laissé ? Elle n'y avait pas prêté attention.

« Où suis-je ? »

La première question qui venait fatalement à n'importe quelle personne ayant subit un choc. Stupide, de son avis, la plus pertinente étant « Que m'est-il arrivé ? ».

« Double fracture du radius... »

Un médecin, en plus de ça. Etant donné son expression, il n'avait clairement aucune idée de ce qu'il faisait là. Pour un jeu, ce n'était pas très palpitant.

« Nous sommes à Storybrooke. »

Il l'avait déduit aux quelques pépins d'orange tombés du mouchoir qu'elle tenait ?

« Oh mon dieu ! Merde ! »

Il en avait l'air paniqué. Il était atteint de carpophobie ciblée sur cette ville ? Elle leva les yeux au ciel, dissimulant l'objet dans sa poche.

« Bravo. Grand esprit de déduction. Pas besoin d'appeler une ambulance au moins, vous pouvez vous débrouiller tout seul. »

« La ferme, la ferme... »

« Vous avez peut-être un traumatisme crânien. »

Qu'il n'espère pas qu'elle fasse silence sur simple demande. Son agacement atteignait des niveaux trop élevés et elle hésita un instant à mettre fin aux tourments de ce pauvre homme en l'assommant. Le laisser était une éventualité qu'elle envisageait de plus en plus, en tout cas.

« Votre nom ? »

Autant savoir à qui elle avait à faire.

« Je m'appelle John Watson. Il faut que vous m'emmeniez dans un endroit sûr, et très loin de Sherlock Holmes. Vous le connaissez ? Vous pouvez faire ça ? »

Elle fronça les sourcils, appréciant très peu le ton employé et la forme de la demande. Ses yeux restaient fixés dans ceux perdus de ce John, tandis qu'elle se mordait l'intérieur des joues pour se contenir un minimum.

« Holmes et Watson. Tellement cliché. »

Un rire lui échappa, qui sonnait faux, quand on la connaissait bien. Epoussetant son jean, elle se redressa sans rien dire de plus. Le détective avait une certaine réputation, en ville. Mary le connaissait principalement de sa culture et, entre autre, pour son séjour à l'asile. Elle s'en rappelait pour avoir travaillé à l'hôpital un moment. Si c'était autour de lui que tournait la partie, cela pouvait prendre un tournant intéressant.

Sans la moindre douceur, elle attrapa le bras blessé de John, le forçant à se mettre sur ses deux jambes.

« ‘Il faut que’, ‘Vous pouvez’… Et demandez poliment ou vous inquiétez de savoir si j’en ai envie, ça ne vous a pas effleuré l’esprit ? »

Il lâcha un cri qui attira l'attention de certains, sa prise se resserrant alors qu'elle offrait un sourire des plus agréables à quiconque osait les regarder. Elle savait exactement où l'emmener. Ce ne serait certainement pas dans un hôpital où des infirmières prendraient le soin de le soigner. Elle allait s'en occuper. Personnellement.

« Vous avez de la chance. Vous êtes tombé sur l'âme la plus charitable de cette ville. »

Elle le dévisagea avec un intérêt nouveau, plissant les lèvres tout en affichant le plus adorables de ses sourires. Il était sur le point de faire un malaise, elle était obligée de le retenir pour ne pas qu'il tombe.

« Et vous c'est comment ? »

Question pertinente, qu'il aurait dû poser avant de lui demander son aide. Il grimaçait, son visage exprimant toute sa douleur. Elle adorait quand les traits d'autrui prenaient cette apparence.

« Mary. »

Le ton était doucereux, trop pour être sincère.

« Mary... C'est... un très joli prénom. »

Si seulement il savait.
black pumpkin

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
won't you let me be your rhythm tonight ?
feel the beat in your chest, beat your chest like an animal. free the beast from its cage, free the rage like an animal. Your body's poetry, move your body for me. And let me be your rhythm tonight.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t78548-mary-mirror-mirror-on

Balthazar Graves


« Boom Baby
T'as le Groove ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Ben Whishaw

Ѽ Conte(s) : Sweeney Todd
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Mister T.

✓ Métier : Coiffeur & Barbier


☞ Surnom : Natoune
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3118
✯ Les étoiles : 10355




Actuellement dans : « Boom BabyT'as le Groove ! »


________________________________________ Mer 13 Juin 2018 - 15:27


Secrets and Lies
You got a cold, cold heart. Do you feel at all?
You build a house of cards. But it's gonna fall.


Rejoins moi au 221B, Baker Street. La vie d’Eulalie en dépend, et la tienne aussi. SH.

Balthazar relut plusieurs fois le texto, les yeux plissés, une expression méfiante sur son visage blafard. Il venait tout juste de sortir de la salle de bains et dispensait une agréable odeur d'après-rasage au parfum boisé.

La vie d'Eulalie en dépend, et la tienne aussi.

Absurde. L'amazone avait sans doute des ennemis, mais rien ne pouvait l'atteindre. N'était-elle pas immortelle, invincible, ou une combinaison étrange de ces deux adjectifs ? Le concernant, la menace était possible et envisageable. Si quelqu'un savait qui il avait été, l'éliminer pour le "plus grand bien" était une éventualité. Ou alors, ce message était juste la preuve que Sherlock Holmes souhaitait se rendre intéressant et que dans son grand ennui, il n'avait rien trouvé de mieux que rédiger ces mots barbants. Peut-être lui manquait-il ? Pourtant, Balthazar le rasait chaque mercredi (hors jeu : rebaptisé sherlazardi *.*). Le détective avait fixé un rendez-vous hebdomadaire chez lui. Non, c'était sans doute une façon pour Holmes de se rendre important. Attirer l'attention. Pathétique.

Le barbier décida d'ignorer le texto. Il posa le téléphone sur la table basse et prépara son matériel en vue de ses rendez-vous de la journée. Malgré tout, une certaine tension se logea dans sa nuque et la contracta peu à peu. Le début d'une angoisse difficile à enrayer.

Et si... Et si Holmes était au courant de quelque chose ? Avait-il une longueur d'avance ? Voulait-il le prévenir comme le ferait un ami ou s'agissait-il d'une menace enrobée d'un joli mensonge ? Le barbier eut un rictus désabusé. Le terme "ami" n'avait pas sa place dans leur relation, et ce malgré tout ce qu'ils avaient pu vivre ensemble. Il se sentait envahi par un agacement sans borne lorsqu'il songeait au détective.

Il n'empêche qu'il détenait peut-être une information importante. Quelle qu'elle soit, il devait la découvrir.

Une heure s'était écoulée lorsqu'il décida de rejoindre son acolyte. Il préféra se rendre au 221 b Baker Street à pieds, de sorte à pouvoir rebrousser chemin si jamais l'absurdité du message parvenait à le convaincre qu'il perdait son temps.

Alors qu'il n'était qu'à deux rues de sa destination, il remarqua un homme qui parlait à un arbre. La population de Storybrooke étant ce qu'elle était, Balthazar ne prêta pas attention.

"Allez descends ! Steuplé !" gémit l'homme vêtu d'un tee-shirt et d'une casquette, les mains sur les hanches.

Un simple coup d'oeil suffit au barbier pour comprendre qu'un chat était coincé dans l'arbre plutôt imposant qui avait été planté aux abords du trottoir.

"Bonjour monsieur, dites vous pourriez m'aider ? Mon chat est coincé depuis quinze minutes et je le connais il va pas descendre !"

Il tourna la tête juste assez pour remarquer le regard implorant de son interlocuteur. Une belle tête d'abruti. Balthazar n'avait pas le temps. De toutes façons, même s'il l'avait eu, il ne se serait pas donné la peine de l'aider. Les bonnes actions sont réservées aux gens biens.

"Il descendra quand il aura faim." lança-t-il d'un ton sec en passant à côté de lui sans s'arrêter.

L'autre attendit qu'il se soit éloigné de plusieurs mètres pour expliquer d'un air embarrassé :

"C'est le chat de ma copine... Je me suis disputé avec..."

Le chat ou la copine ? Balthazar secoua la tête, exaspéré. Les gens et leurs histoires sans aucune saveur. Il se félicitait souvent de ne pas prendre part au reste du monde. C'était épouvantablement inintéressant.

"Une sale affaire." poursuivit le type. "Je devais le donner à un ami mais j'ai pas eu le courage. Vous pourriez vraiment pas m'aider ?"

"A faire quoi ?"
grogna-t-il, agressif, de plus en plus agacé par la mine désespérée de l'imbécile.

Sa requête n'était pas des plus claires. Il avait l'impression qu'il embrouillait volontairement les données, ce qui le rendait non pas intrigant, mais suspect. L'homme le dévisagea et déclara, outré :

"Ben la courte échelle !"

Evidemment. Balthazar resta de marbre, se contentant de l'observer.

"Laissez tomber. C'est bien ma veine. J'vais prendre une échelle."

Le chat dans l'arbre miaulait d'un ton plaintif. Le barbier tiqua et décida de s'arrêter.

"Vous auriez pas une cigarette ?"

Haussement de sourcil circonspect. Il n'avait pas pour habitude de partager ses cigarettes, encore moins avec les inconnus. Irrité par le manque de débrouillardise de cet individu, il laissa échapper un soupir parfaitement audible. Ignorant sa demande, il se dirigea à grands pas vers l'arbre et en débuta l'ascension. Il l'escalada sans grand mal, récupéra le chat terrifié qui planta ses griffes dans son manteau, avant de redescendre tout aussi prestement. Il s'autorisa une caresse sur le flanc de l'animal qui sembla se détendre un peu, avant de le coller dans les bras de l'incapable.

"J'ai fait ça pour lui. Pas pour vous." grogna-t-il.

Il le fixa avec mépris. A cet instant, il remarqua un éclair de malice dans les yeux de l'homme. Ce dernier embrassa le chat sur le front et dit avec une passion dérangeante :

"Tant pis pour la clope. Merci infiniment. Bonne journée !"

Il se dirigea vers la porte d'une maison à quelques mètres. L'ouvrant, il déclara à son chat :

"Il est pas très gentil ce monsieur. C'est pas grave Turpin. L'important, c'est que tu sois là maintenant !"

La porte claqua sur cette dernière phrase.

Turpin. Turpin. TURPIN !

Ce mot sonnait comme un glas aux oreilles de Balthazar. Il resta un temps indéfini immobile face à la porte close, écoutant seulement les pulsations de son coeur affolé contre ses tempes. Le pouvoir d'un mot... L'éveil de tout un monde de chaos.

Il inspira profondément, se mordit les lèvres et se détourna de la maison, tout en se promettant de l'avoir à l'oeil. Il s'agissait peut-être d'une coïncidence. Peut-être pas. Il ne croyait pas au hasard.

Il resta emmuré dans ses pensées tout le reste du trajet, les mains dans les poches, caressant son rasoir en y cherchant un quelconque réconfort.

Une altercation entre deux personnes le fit relever la tête. Il s'agissait d'un couple à en juger par la discussion houleuse.

"J'en veux pas de tes fleurs ! Tu lui en as offert aussi à elle ? Ou alors elle a eu droit à un collier ?"
s'écria la femme depuis une fenêtre, visiblement furieuse.

"Laisse-moi monter, je te promets de tout t'expliquer !" supplia un homme dans la rue, tenant un bouquet de chrysanthèmes dans sa main.

"Je ne veux plus te voir ! Dégage ! Retourne voir ta Melinda ! Elle a les yeux bleus en plus, non ?"

Elle ferma violemment la fenêtre, alors que le pauvre type penchait la tête, les épaules basses. Qu'avait-il espéré ? On n'offrait pas des fleurs pour orner les pierres tombales à un amour perdu. Quoique... l'idée était attrayante, tout compte fait. Balthazar passa près de lui sans ralentir l'allure, songeant qu'il y avait des gens très étranges dans la rue à huit heures du matin. C'était inhabituel.

"Vous les voulez ?" proposa le type en lui tendant les chrysanthèmes.

Le barbier hésita, de nouveau méfiant, puis s'en saisit sans un mot. Il aimait les fleurs, même s'il les laissait toujours mourir. Il s'éloigna rapidement du pauvre bougre et parvint enfin jusqu'au 221 b Baker Street. Cela ne lui avait jamais paru aussi laborieux d'effectuer une si courte distance. A la réflexion, il aurait été mieux avisé de s'y rendre en voiture. Au moins, il n'aurait pas fait toutes ces rencontres horripilantes.

Il sonna. Personne ne vint lui ouvrir. Après quelques instants, il tenta d'entrer. La porte n'émit aucune résistance. Elle n'était pas fermée. Etrange. Pas de Mrs. Hudson pour l'accueillir. Un drôle de pressentiment lui noua la gorge. Il ne craignait pas pour la vie de Holmes. C'était autre chose. Forcément.

Il grimpa l'escalier quatre à quatre. Arrivé sur le palier du premier étage, il jeta un coup d'oeil vers la seconde volée de marches menant jusqu'à chez Angelika. Allait-elle bien ? Et sa fille ? Mieux valait les laisser en dehors de tout cela. S'il entrait en contact avec elles, peut-être seraient-elles impliquées.

Il poussa la porte entrouverte de chez Holmes, retenant inexplicablement son souffle. Un désordre habituel régnait dans l'appartement, ainsi qu'une forte odeur de poussière et de renfermé. Pour un peu, Balthazar se serait senti chez lui. De fines particules flottaient dans le jour naissant.

Il remarqua bientôt le détective, figé comme une statue, assis dans un fauteuil dirigé vers la fenêtre, les yeux dans le vide. Ses traits étaient tirés dans une expression d'intense réflexion mêlée de fatigue et, chose curieuse, de crainte sous-jacente. Les mains jointes devant lui, il ne bougea pas d'un millimètre quand Balthazar fit son entrée. Pas de salut grinçant. Rien du tout. Quelque chose n'allait pas. Il était encore plus étrange que d'habitude. Cela n'affectait évidemment pas le barbier. C'était une simple constatation.

Un fauteuil vide en face de Holmes. Balthazar y prit place sans un mot, gardant le bouquet de chrysanthèmes en main. Il fixa son acolyte dans un silence glaçant. Finalement, après quelques minutes, il se releva uniquement pour poser les fleurs sur les genoux du détective. Une façon comme une autre de garnir une stèle funéraire. Ce n'était pas le but recherché en imitant une statue ? Satisfait de sa plaisanterie, le barbier retrouva sa place tranquillement. Il observa la pièce dans sa globalité avant de plonger la main dans sa poche de manteau et d'en sortir un paquet de cigarettes.

"Un abruti m'a donné ça..."

Laissant sa phrase en suspens, le barbier souleva le haut de l'étui et en renversa le contenu dans sa main. Cinq pépins d'orange desséchés tombèrent sur sa paume.

Il savait que c'était le type au chat qui le lui avait remis. N'avait-il pas réclamé une cigarette ? Sans doute avait-il profité de la proximité de Balthazar quand il lui avait donné son animal pour glisser l'étui dans sa poche de manteau. Chose curieuse : il était neuf. Pourtant, il ne contenait aucune cigarette. Seulement cinq pépins d'orange. Il s'en était aperçu en chemin.

Le barbier braqua son regard sur Holmes.

"Ave Sherlock. Celui qui va mourir te salue."
articula-t-il avec un rictus complaisant.

N'était-ce pas un présage de mort dans l'Antiquité ? Ce genre d'informations criminelles l'interpelait lorsqu'il les lisait ou les entendait. De plus, il en était question dans une nouvelle écrite par Conan Doyle, dont il n'avouerait jamais la lecture même devant un tribunal.

Le regard de Balthazar se fit plus perçant alors que, la paume toujours levée devant lui, il s'installa plus confortablement dans le fauteuil.

"C'est le moment de ton discours barbant." dit-il, sarcastique. "J'écoute."

Il demeurait toujours méfiant. Après tout, le détective aurait très bien pu engager un imbécile afin de parfaire son petit jeu et lui donner davantage de consistance. Cependant, la tension qui crispait son visage et le faisait ressembler à une statue de cire sous-entendait une véritable menace.

acidbrain

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

- I am not complete -
There is love in me the likes of which you've never seen. There is rage in me the likes of which should never escape. If I am not satisfied in the one, I will indulge the other.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t73464-we-all-deserve-to-die

Sherlock Holmes


« Tic tac,
sonne le glas. »


avatar


╰☆╮ Avatar : Benedict Cumberbatch

Ѽ Conte(s) : Sherlock Holmes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Sherlock Holmes

☞ Surnom : Rémi
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2807
✯ Les étoiles : 1228




Actuellement dans : « Tic tac,sonne le glas. »


________________________________________ Ven 15 Juin 2018 - 11:17

"Le Sens du Détail."






Assis dans son fauteuil, sa tête reposant sur ses mains jointes, et ses jambes croisées, Sherlock observait d’air intense la vitre de la fenêtre du 221B. Cela faisait aujourd’hui un an. Un an qu’il avait pris la décision de sortir de lui même de l’hôpital psychiatrique. Il avait fini par accepté son Destin.  Il n’était pas réel. Il faisait parti comme l’ensemble des membres de cette ville du monde des Contes. C’était une Histoire. C’était aussi une Légende. Mais ça ne le rendait pas pour autant moins triste qu’aujourd’hui.
Une chose était certaine, le souvenir de Moriarty dans sa chambre d’asile était ancré dans sa mémoire comme si c’était hier. Il revoyait son visage satisfait, il ressentait encor l’adrénaline qui l’avait tiré du lit quelques heures plus tard. Depuis, plus de nouvelles. Ni de John, ni de Moriarty. Avaient-ils réellement existé ? Dans ce monde, l’Illusion et la Réalité se remélangeait souvent encore et encore, à vous rendre fous. Grand Sourire en était la preuve vivante.
Les axes s’entrecoupaient tous. Les chemins se rejoignaient. Aujourd’hui, il en était certains, il aurait toutes les réponses à ses hypothèses depuis un an.
Comme pour répondre à sa réflexion intérieure, une enveloppe passa sous la porte. Se levant comme une furie, il ouvrit la porte à la volée. Personne. Se saisissant de l’enveloppe, il l’éclaira à la lumière du jour. Papier de haute qualité, rare, épaisseur non standard. Aucune égratignure, aucun plie. L’homme était riche, et soigné. Moriarty.
L’ouvrant sans précaution, Sherlock observa les cinq pépins d’orange à l’intérieur. Les fixant tout en revenant dans son fauteuil, un sourire démentiel s’afficha. C’était bien aujourd’hui. Et il était à l’heure au rendez-vous. Pas comme Graves. Posant les pépins d’orange sur la table d’appoint à côté de lui, il se remit à fixer la vitre. Pourquoi l’avoir choisi lui ? Pourquoi ne pas avoir pris sa nouvelle compagne d’infortune ? C’était simple. Moriarty était imprévisible. Moriarty était froid. Moriarty était sans pitiés. Tout comme Balthazar Graves.
En parlant du loup. Ce dernier rentra, présentant un bouquet de Chrysanthème. Il faisait de l’humour maintenant ? Il était nul. L’ignorant totalement pour le punir de son retard, il continua de fixer la vitre, alors qu’il commença à jouer les gladiateurs romains. Combien de temps continuerait-il à rire ? Pas beaucoup. Sans bouger, Sherlock ne répondit même pas à sa pique sur son « discours barbant ». Il n’avait aucune conscience des événements à venir. Au moins, l’hypothèse qu’il soit sous la coupe de Moriarty se réduisait petit à petit. Au bout de deux longues minutes de silence et de tension palpable, il tourna sa tête vers Balthazar, et, sans sourire, déclara d’un ton cassant.

« Des chrysantèmes. Symbolique et charmant à la fois. Tu te surpasses.  C’est pour ça que tu es en retard ? »


Sans se débiner, il le fixa dans les yeux d’un air froid et lui répondit d’un ton glacial rempli de sarcasmes.

« Il y avait un monde fou chez le fleuriste. »


Ne quittant pas ses yeux, il lui adressa un sourire crispé, puis finalement, reporta à nouveau sa tête vers la fenêtre pour dire d’un ton neutre :

« Tu as vu quelque chose qui te semblait suspect en arrivant ? »

Avec une lenteur infinie, il sortit les pépins d’orange. Son allusion à Caesar quelques instants plus tôt l’avait déjà mis sur cette piste. Il répliqua au tac au tac.

« L’absence de la vieille chouette. Le type qui m’a donné ceci. »


Fixant toujours la vitre, Sherlock fronça les sourcils. Puis, d’un ton bien plus cassant que d’habitude, il brisa le silence comme un coup d’épée. Règle numéro une, ne jamais parler de Martha Hudson ainsi.
« J’ai écarté Martha volontairement. »

Pour appuyer ses propos, son regard enflammé se tourna vers Balthazar. Oh, il savait que cela ne l’effrayerait pas. Mais il était averti. Lui montrant ses propres pépins d’un air négligé, le détective demanda au Barbier :

« Que te voulait-il ? »


Remarquant les pépins d’orange sur la table, le barbier répondit pas à la question. Sherlock le détestait autant qu’il aimait Kida.

« Apparemment il te connaît aussi. »


Se mettant un peu plus sur le bord du fauteuil, Graves observa Holmes.

« Il faut que je te frappe pour que tu parles ? »


A ces propos, il releva ses manches. Haussant les sourcils, Sherlock ne bougea pas d’un pouce. La violence, l’arme des faibles et des imbéciles. A croire que Graves était finalement les deux. La déception passa dans les yeux du détective. Peut être qu’il n’était pas à la hauteur, finalement.
Même si son ton était calme, Sherlock savait qu’il en était capable. Qu’il vienne. L’observant et l’analysant d’un regard perçant, le détective remarqua subitement des poils de chat sur le manteau du barbier. Se levant d’un bon, sans prévenir, Sherlock se dirigea vers la table basse et l’ouvrit d’un geste sec. Sortant un vieux revolver, il déplaça son corps long et fin à un rythme endiablé vers la fenêtre. Observant à travers cette dernière la rue, il ne remarqua personne. Grognant, il tourna son fauteuil en face de la porte et l’observa d’un air concentré, comme si il attendait quelque chose :

« Le nom du chat. Est-ce que tu l’as ? »


Balthazar haussa les sourcils.

« Quelle importance ? »


Visiblement, il n’était pas anxieux. Pire, il s’en foutait. Car au lieu de s’agiter, Balthazar ramassa les fleurs tombées par terre et soupira, las.

« Tu as un vase ? »


Tournant brusquement son révolver vers Balthazar, Holmes le fixa dans les yeux et prononça d’un ton rapide et intelligible :

« Le sens du détail. Et celui-ci est capital. Le nom du chat. Si tu ne me le donnes pas, nous sommes mort tous les deux dans quelques minutes. Alors j’hésiterai pas à appuyer. Et puis j’en meurs d’envie. »


Clic.

« Turpin. »
articula-t-il en le fixant d’un œil perçant.

Le forçant à baisser l’arme, il poursuivit :

« Satisfait ? »


Il semblait agacé de lui avoir avoué ce détail. Néanmoins, il lui faisait confiance. Confiance rime avec Bromance. Un éclair de compréhension passa dans les yeux de Sherlock, et les rouages de son cerveau semblèrent s’activer en ébullition. Son teint devint blême, livide et blafard. Tournant la tête vers la porte, un bruit attira son attention. Des pas feutrés se firent entendre de l’autre côté de la porte, et la poignée commença à se tourner.

PAN !

Le coup de feu partit en plein milieu de la porte. Le révolver fumant, Sherlock entendit un grand « boum » de l’autre côté de la porte, et une marre de sang passa sous cette dernière quelques secondes plus tard. Se levant avec précaution, il tendit la main vers le barbier.

« Ne bouge surtout pas... »


Se dirigeant vers la porte, révolver en avant, il l’ouvrit doucement. Un homme, vêtu d’un étrange façon gisait de l’autre côté de la porte dans une véritable marre de sang. Sa tête était appuyé contre la porte et il semblait être tombé en avant. La balle avait frappé la carotide et il s’était vidé de son sang. Reculant de quelques pas, il fixa les alentours, aux aguets.
Soudain, tous les téléphones, les deux ordinateurs et la télé se mirent à grésiller. Une voix résonna comme un écho dans tous les appareils.

« OOOOOOOOOH ! Mon assassin ! Bien joué Sherlock ! C’était pour voir si t’avais rien perdu ! Comment t’as deviné ? »


Soudain, l’image de Moriarty apparut dans la télé, sur les ordinateurs et sur les téléphones. C’était la même transmission. C’était du direct. Il était dans une espèce de pièce sombre, avec sa casquette pourrave. Ses yeux brillaient d’excitations. Cherchant les caméras espions dans l’appartement, il finit par soupirer.

« Evidemment. Déjà, Madame Hudson ne fait jamais le ménage le Mercredi. Elle va à son groupe de soutient pour anciens toxicomanes. C’était malin, car tu as fait le ménage comme elle à la perfection ! Geste pour geste. Mais comme à d’habitude, les détails me donnent toujours une longueur d’avance... »


Moriarty fit une grimace.

« Effectivement… Et pour mon Assassin ? Il m’a coûté une blinde tu le sais ça ? »


Sherlock ricana, toujours révolver dans la main droit devant la télé.

« C’est un Nizârite. Une communauté d’Assassin ancestral et redoutable qui est sensé avoir disparue. Comment je le sais ? Leur communauté a évolué au fil des ans, mais leurs rites, eux, n’ont pas beaucoup changé. La tradition veut qu’ils doivent offrir un Chat Persan au pelage tigré à leurs employeurs. Leur poil est plus fin que celui d’un chat de gouttière, tout comme ceux que Graves a sur son buste. Ce n’était pas très malin de l’avoir fait sorti. C’est une race très instable et très caractérielle. Et pour l’Assassin, c’était facile, j’ai déjà eu affaire à eux. Leur méthode est simple, et c’est souvent la plus efficace… Tuer ou mourir, c’est leur crédo. Je lui ai fait une fleur, il n’a pas souffert. »


Moriarty écoutait Sherlock en mangeant des chips, le regard illuminé par une passion sans limite.

« Oooh ! Cette première épreuve était bien trop facile ! Mais le prénom que j’ai donné au chat, il t’a plu ? »


Sherlock fronça les sourcils.

« Turpin ? C’est peu commun... »

Moriarty se mit à ricaner et son regard se tourna vers Balthazar.

« Tu devrais lire un peu plus de littérature traditionnelle Sherlock ! Je pense que t’as raté un truc essentiel, qui est sous ton nez depuis des lustres. Tu te soucis des détails, mais quand ça te pend au nez, tu ne le vois même pas… Dire que tu as appris que la Terre tournait autour du Soleil que l’année dernière… Ca m’étonne même pas que tu connaisses la véritable identité de ton p’tit copain ! »


Sherlock fixa Balthazar. Il avait ouï dire qu’il s’appelait avant Benjamin. Mais ça ne lui avait rien dit du tout.

« Rassure toi, j’ai mis le livre qu’il te faut sur ta table de chevet… Bon, je vais voir si ton pote John et la drag-queen s’en sortent aussi bien que vous ! La phase deux de notre petit jeu se trouve sur le cadavre. Mais avec un acolyte pareil, tu devrais t’en sortir sans problème... »


Sherlock ouvrit brusquement les yeux et déclara à la fois surpris et affolé :

« John est ici ? »


Moriarty se pencha en arrière sur son fauteuil.

« Bien sûr qu’il est ici Sherlock. Je l’ai ramené spécialement pour l’occasion. Et il est… En pleine forme ! »


La télévision se coupa, ainsi que tous les appareils vidéos de la pièce, laissant les deux compères dans une atmosphère pesante et un calme froid.





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

“ Alors ça, c'était bizarre.”


Mary Bates


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Evan Rachel Wood

Ѽ Conte(s) : Folklore
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Bloody Mary

✓ Métier : Thanatopractrice. Je vous conseille de pas chercher ça sur Youtube.
☞ Surnom : Nanis
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 707
✯ Les étoiles : 5856




Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Lun 18 Juin 2018 - 23:40


Bloody Lady in a Bloody City



« On va où ? »

Sa tête se tourna en direction du presque-infirme qu'elle tenait toujours par le bras, remarquant sans mal qu'il était à deux doigts de faire un malaise. Pourtant, ça ne l'empêchait pas de se montrer râleur.

« Loin de Sherlock. C'est ce que vous vouliez, non ? »

Elle l'avait traîné jusqu'à un petit quartier résidentiel. L'adresse lui avait été transmise le matin même. Un homme était décédé chez lui et, avant que la famille ne puisse se recueillir à côté du corps sans vie de ce cher et tendre cadavre, ses services avaient été réclamés. Elle aurait pu s'assurer que l'endroit était conforme pour la réalisation des soins par téléphone, mais elle préférait toujours se déplacer en personne pour vérifier l'état des lieux. Et de la personne. C'était une habitude.

« Oui. Sa vie en dépend. »

Mary se retint de lever au ciel, trouvant cette simple réplique bien trop dramatique. Elle ne dit pas un mot de plus jusqu'à arriver au pas de la porte, saluant sans grande compassion les proches éplorés qui s'étaient réunis dans le salon. On lui indiqua la chambre sans l'y accompagner et elle présenta John comme son assistant, sans que personne n'ose poser plus de questions. A quoi bon ?

Elle fut surprise par le manque d'odeur dans la pièce, dans un premier temps, supposant que quelqu'un avait dû aérer la pièce avant qu'elle ne s'y rende. Sa taille était correcte, les sols et les murs semblaient pouvoir se désinfecter sans grande difficulté. Elle abandonna Watson dans un coin, retirant son manteau qu'elle laissa sur le meuble où se trouvait une télévision. Elle y capta son reflet sans y prêter intérêt, enfilant les gants sortis de son sac.

« Arrêt cardiaque... Banal. »

Il le déduisait d'un coup d'oeil ? Elle n'accorda pas d'attention à sa constatation. La cause lui importait pas.

« Vous faites ça depuis longtemps ? »

Le malaise certain qu'elle ressentait dans sa voix lui arracha un sourire franc. Il devait être habitué à ce genre de spectacle si il était véritablement un médecin, comme tout le laissait penser, mais ça ne signifiait pas pour autant qu'il appréciait autant qu'elle l'atmosphère de la chambre.

« Un moment. Ça vous dérange ? »

Elle fit claquer le latex contre son poignet, une moue faussement embêtée sur le visage.

« Les morts sont de bonne compagnie. »

Son premier réflexe fut de poser ses doigts contre la nuque de l'individu. Il n'était pas très vieux, pour un arrêt cardiaque. Elle attrapa ensuite son poignet d'un geste méthodique, restant plusieurs secondes à attendre.

« Vous ne voudriez pas plutôt vous occuper des vivants d'abord ? »

« Non. Je l'ai fais, à une époque, mais ils se plaignent tout le temps. »

Le ton était méprisant, accompagné d'une grimace. Du coin de l'oeil, elle remarqua tenter d'accrocher son bras d'une certaine façon, la douleur ne devant pas être supportable. Si il réclamait son aide indirectement, il pouvait toujours essayer. Ou le demander plus gentiment.

« Croyez-moi, c'est mieux pour tout le monde que je m'occupe des cadavres. »

Elle réprima un nouveau sourire, se disant qu'elle aurait pu abréger sa douleur de la plus radicale des façons. Mais son air gauche et son étourdissement la distrayaient, à dire vrai. Il sembla prêt à s'asseoir sur une chaise, avant de se rétracter.

« Vous pouvez vous asseoir là, si vous voulez. Ça ne va pas le gêner. »

Relâchant le bras de l'homme, elle indiqua d'un geste vague de la main l'espace disponible à côté. Un matelas était toujours plus confortable que de simples morceaux de bois. Il finit par s'y placer, retirant sa chemise. Ce geste la fit le dévisager alors qu'elle haussait un sourcil, penchant quelque peu la tête en l'observant. Oh. Il cherchait toujours à soulager son bras, certainement.

« Ça fait longtemps que vous faites ça ? »

Sa langue claqua contre son palet tandis qu'elle s'emparait d'une boîte dans son sac, l'ouvrant pour y dévoiler une aiguille relativement épaisse. Longue, surtout.

« Qu'est-ce que je disais... votre tête a dû bien taper le sol, vous avez déjà posé la question. »

Elle la laissa sur la table de chevet avant de tourner légèrement la tête du mort, dégageant ses cheveux de ses tempes. Aucune méthode n'était à négliger pour s'assurer de son état cadavérique.

« A mon tour maintenant. En quoi la vie de Sherlock serait en danger si vous veniez à le croiser ? »

Après tout, autant essayer d'en apprendre le plus possible sur cette histoire. Il se massa la tête, probablement embarrassé par sa propre confusion. Il n'y avait pas de quoi pourtant, il était en état de choc, c'était naturel. L'aiguille dans ses mains, elle l'examina un temps, posant sa main sur l'épaule du corps inanimé.

« Désolé je suis pertur... »

Il n'eut pas l'occasion de terminer sa phrase. Au lieu de ça, il avait bondit hors du lit, fixant l'homme qui y était toujours allongé comme s'il venait de voir... un cadavre revenir à la vie. Mary ne bougea pas d'un millimètre lorsque la main de l'homme attrapa la sienne, inspirant de grandes bouffées d'air soudainement. C'était exactement pour cette raison qu'elle préférait toujours vérifier qu'un mort était bien mort.

« M... Mo... »

Elle serra les dents, retenant un soupir.

« Mo... mo... Mort ? »

Cette fois, elle ne se gêna pas pour lever les yeux au ciel, reposant l'aiguille à côté d'elle.

« Vous ne l'êtes pas. Malheureusement. Je me suis déplacée pour rien. »

Son air exprimait toute sa déception. Elle détestait entamer un travail sans suite. Ce n'était pas la perte de temps, en soi, mais plutôt la désillusion qui la dérangeait. Sans grande délicatesse, elle dégagea sa main de la poigne de l'homme qui n'était pas si décédé qu'il le laissait croire, et ce malgré la rigidité ou l'air pâle qu'il avait affiché. Ça avait quelque chose d'intriguant, en soi, elle aurait pu être curieuse de ce qui lui était arrivé en d'autres circonstances.

« C'est un patient pour vous, docteur. »

Elle cracha presque cette face, tournant la tête vers Watson qui sursauta avant de faire le tour du lit, sans pour autant s'approcher trop près.

« Calmez vous... »

Bravo. Grande tentative de rassurer un individu en panique. L'homme tremblait, se levant de son lit. Il fixait un point devant lui, ayant l'air presque à l'agonie. Drôle d'ironie.

« Qu'est-ce qu'il y a ? »

Mary s'applique à ranger la boîte dans son sac, retirant ses gants qu'elle laissa traîner sur le meuble. Croisant les bras, elle se retourna vers son client qui n'en était plus un. Le pauvre aurait presque pu lui faire de la peine, à avoir l'air si effrayé en la fuyant du regard. Il ouvrit la fenêtre d'un geste mécanique et elle ne tenta même pas de l'en empêcher. La suite promettait d'être intéressante.

« Moriarty ! »

Sa jambe s'était relevée, le reste de son corps suivant, et l'ombre d'un sourire était passé sur les lèvres de la jeune femme, alors qu'elle se rapprochait du bord de l'ouverture.

« Imbécile. » lâcha-t-elle néanmoins. « Si jamais il s'est raté, je propose de l'achever. »

Un tel idiot ne représenterait pas une grande perte pour le monde. Sa tête se pencha pour observer le corps un peu plus bas. La chute n'avait pas été haute, il aurait pu y survivre. Il avait sauté sans y réfléchir à l'évidence. Est-ce qu'il comptait vraiment se suicider ou simplement fuir ? Vu la faible hauteur du premier étage, elle penchait pour la deuxième option. Il n'avait juste pas anticipé le choc contre sa tête.

Watson s'était rapproché, restant un peu en retrait. Une marre de sang entourait le crâne du mort qui en était à présent définitivement un. Finalement, elle aurait peut-être du travail. Les proches avaient dû entendre l'agitation, certains se mettant à crier en se précipitant au dehors. Un spectacle des plus morbides. Comme pris de panique, John alla fermer à clé la porte de la chambre. Pourquoi ? Ils étaient venus pour s'occuper d'un cadavre et repartiraient en ne laissant... qu'un cadavre. Ils n'avaient rien fait. Ils n'avaient pas à se cacher.

Deux sonneries simultanées se firent entendre. Elle n'en aurait pas été surprise, si l'une ne venait pas directement de son sac. Tout comme le son s'éleva de la télé, laissant apparaître la tête de celui qu'elle avait croisé, un peu plus tôt. Le même qui l'avait laissé avec ce médecin complètement perdu.

« Heeeey Johnnyyyy t'es plutôt bien accompagné ! »

Le clin d'oeil qu'il lui lança avait quelque chose de presque espiègle, elle l'aurait parié. Elle n'afficha qu'un rictus en réponse, s'interrogeant sur sa manière de faire pour pouvoir apparaître ainsi dans les écrans.

« Pas très malin de mettre vos empreintes sales et grossières sur le cadavre... enfin le faux cadavre ! La police devrait pas tarder et... et... ça sera trop tard pour sauver Sherlock et Balthazar... C'est dommage... »

La mention des autorités la laissa impassible. Elle n'avait pas touché le corps directement. Juste les meubles. Elle n'avait attaqué ni tué personne et avait été réclamé ici dans un but bien précis. Personne ne l'accuserait de quoi que ce soit.

« Sauf si vous répondez à ma question correctement ! »

La mention du barbier l'intrigua cependant. Dans quelle sorte d'embrouille s'était-il fait embarquer, celui-là ? Il était un aimant à problèmes. Elle le ressentait constamment quand il se trouvait dans les parages et, d'une certain façon, elle en était grisée.

« Balthazar est un grand garçon. » soupira-t-elle finalement. « Il saura se sauver tout seul. »

Qu'il soit en danger ne l'atteignait pas. Ça la dérangeait, légèrement, surtout de s'imaginer qu'il ne pourrait plus lui tenir compagnie. Sa présence avait toujours quelque chose de relaxant. Elle sentit sa nuque se contracter, décidant d'ignorer cette gêne.

« Le votre par contre... Vous devriez répondre à la question. »

Elle s'était tournée vers John, armée d'une expression compatissante si exagérée qu'il devait être aisé de deviner qu'elle n'était pas réelle. Sherlock Holmes était un fou à lier incapable de quoi que ce soit. Il n'aurait pas passer autant de temps à pourrir dans un hôpital, autrement.

« Mary Mary Mary... Pourquoi je t'ai choisi... Tu es tellement... ennuyante... »

Elle ne répondit à cela que par un sourire, allant récupérer son sac d'un geste nonchalant. Son calme contrastait avec l'agitation qui commençait à envahir Watson. Un véritable fardeau, celui-là.

« Pourquoi s'est-il suicidé les enfants ? Elle est facile... »

Le bruit des sirènes commençait à se faire entendre, encore trop éloigné pour être inquiétant. John lui tournant le dos, elle prit le parti d'en profiter encore un peu, se rapprochant de lui pour murmurer à hauteur de son oreille :

« Alors John, pourquoi ? »

Un rire amusé aux tonalités lugubres lui échappa tandis qu'elle secouait la tête, haussant les épaules.

« Il était déjà condamné. On l'est tous. »

Se retournant, prête à sortir de cette pièce où elle n'avait plus rien à faire, elle se retrouva de nouveau face à son apparence, déformée dans le miroir de l'armoire. Elle y était tellement habituée qu'elle n'y avait pas penser.

« Ou alors je lui ai fais peur. »

Sa main passa dans ses cheveux, les faisant passer sur son épaule.

« Je fais souvent cet effet là. »

« Bonne réponse ! La vilaine Mary fait peur à tout le monde ! »

Trop facile, dans ce cas. Décevant, presque. Qu'elle se montre ne suffisait généralement pas à causer la mort, elle avait besoin d'agir pour ça. C'était beaucoup plus plaisant. Etre responsable d'un suicide dont elle ne retirait aucune satisfaction... ça ne l'intéressait pas.

« He bien Johnny Boy ! On est rouillé ! »

Watson fixait lui aussi le reflet du miroir, sans sembler en être surpris ou impressionné. Si il était dérangé, il n'était peut-être pas si idiot, au moins.

« Dans quel but ? Pourquoi ? »

Il observait la télé, comme si l'homme leur parlant à travers allait lui apporter les réponses. Elle retirait ce qu'elle avait pensé : il lui manquait des neurones.

« Pour s'amuser, John. Pour s'amuser ! »

Elle rêvait où il était en train d'enfiler cette sorte de chapeau immonde que portait les policiers du coin ? La parure complétée par les lunettes noires lui donnait l'air... stupide.

« Allez, passer par la porte de derrière, une voiture vous attends ! Et Mary crois-moi, reste avec lui, tu vas t'éclater ! Et je t'offre un dîner. Aux chandelles... »

Sa main se crispa contre son sac alors que l'écran devenait noir. Qu'il sache qui elle était n'avait rien étonnant, mais qu'il fasse une telle invitation l'agaçait. Qu'est-ce qu'il comptait faire ? La forcer à venir chez lui en l'appelant comme tous les autres ? Il la prenait pour un pion ? Dire qu'elle avait presque pensé qu'il était plus intéressant que celui qui l'accompagnait. Tous les mêmes. Le son de la sirène s'était rapproché, pour se stopper brusquement. Des bruits de pas dans le gravier. Elle se pinça les lèvres, visiblement énervée. Sa main libre attrapa le bras valide de Watson, le tirant vers la porte qu'elle déverrouilla.

« C'est vous qui avez appelé pour un mort qui était pas mort mais qui au final est... »

Elle n'entendit pas la suite, guidant John dans le couloir, mais reconnaissait la voix de l'autre taré qui n'avait rien de mieux à faire de ses journées que de prévoir des jeux de rôles dérangés.

« Je déteste jouer. » siffla-t-elle entre ses dents.

Elle traîna Watson à sa suite dans les escaliers en prenant garde à ce qu'aucun membre de la famille ne leur coupe la route. Elle détestait surtout perdre. Et elle ne savait rien de cet homme qui la prenait pour un de ses pantins, ce qui n'était pas le cas de Watson. Il avait intérêt à tout lui dire, pendant le laps de temps qu'ils passeraient tous les deux.
black pumpkin

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
won't you let me be your rhythm tonight ?
feel the beat in your chest, beat your chest like an animal. free the beast from its cage, free the rage like an animal. Your body's poetry, move your body for me. And let me be your rhythm tonight.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t78548-mary-mirror-mirror-on

Balthazar Graves


« Boom Baby
T'as le Groove ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Ben Whishaw

Ѽ Conte(s) : Sweeney Todd
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Mister T.

✓ Métier : Coiffeur & Barbier


☞ Surnom : Natoune
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3118
✯ Les étoiles : 10355




Actuellement dans : « Boom BabyT'as le Groove ! »


________________________________________ Mer 20 Juin 2018 - 20:39


Secrets and Lies
You got a cold, cold heart. Do you feel at all?
You build a house of cards. But it's gonna fall.

Balthazar était resté immobile, en parfait spectateur de toute la scène. Il aurait pu congratuler Holmes pour avoir tiré à bout portant à travers une porte fermée, mais il avait préféré rester silencieux. De toutes façons, il n'aurait pas eu le temps de le raisonner. Fort heureusement pour le détective, de l'autre côté se tenait le cadavre d'un prétendu tueur à gages au style vestimentaire discutable. Le barbier se demanda comment un type avec un tel accoutrement avait pu passer inaperçu en ville.

L'instant qui suivit le meurtre fut animé par l'apparition de l'homme qu'il avait vu dans la rue, quelques minutes auparavant, mais à la télévision, cette fois-ci. Balthazar le reconnut sans surprise. Il se souvenait encore du prénom qu'il avait donné au chat et qui ne laissait aucune place au doute. L'ennemi de Holmes était un malade trop bien renseigné à son sujet. Par conséquent, il devenait également son adversaire dans ce jeu insipide dont lui seul connaissait les rouages. Malgré tout, Balthazar restait pondéré par rapport à toute l'affaire -et contrairement à Holmes qui ne faisait que s'agiter- car il était certain de parvenir à en changer le dénouement par un coup de rasoir bien placé.

L'évocation d'un certain "John" ébranla davantage le détective. Le barbier commençait à suffisamment le connaître -à son grand agacement- pour le savoir.

Constatant que Holmes se penchait déjà sur le cadavre encore chaud, sans doute dans le but de trouver le fameux indice laissé par leur ennemi, Balthazar en profita pour s'éclipser dans le couloir de l'appartement. Il cherchait la chambre afin de s'emparer du livre laissé par leur adversaire. Hors de question de laisser Holmes en détention de telles informations sur sa personne. Il ouvrit plusieurs portes et tomba finalement sur une sorte de laboratoire rarement ventilé -comme le reste de l'appartement. La pièce était très vaste. Un immense plan de travail carrelé prenait la majorité de la place, mais un rideau se souleva dans un coin de la salle, lui faisant remarquer les contours d'un lit. Très étrange chambre. Indéniablement aussi étrange que son propriétaire.

Ne s'attardant pas plus longtemps sur le choix de la décoration, Balthazar s'élança, souleva le rideau et s'empara du livre intitulé Sweeney Todd. La vision de ces deux mots écarlates sur fond noir lui arracha un frisson curieusement délicieux. Imperturbable en apparence, il s'empressa de le ranger dans une des larges poches de son manteau.

Se retournant, il remarqua Holmes dans l'embrasure de la porte. Il s'approcha de quelques pas. Inutile d'inventer quoi que ce soit. Il aurait fallu être idiot pour ne pas comprendre ce qu'il faisait dans cette pièce, et le détective ne l'était pas à ce point. D'ailleurs, il l'observait avec une expression qu'il ne parvint pas à déchiffrer, ce qui mit ses nerfs à rude épreuve. Enfin, il déclara d'un ton détaché :

"Pas très malin. Tu pensais que j'avais pas en mémoire l'intégralité des choses de cette pièce ? Y compris les titres des livres posés sur ma table de chevet ? De toute façon, ça n'a pas d'importance à mes yeux. Prends-le si tu le veux."

Cette phrase laissa le barbier dérouté. Il dévisagea son acolyte, contrarié qu'il ait lu le titre du roman et indécis que cela lui soit égal. Que devait-il en conclure ? Après quelques secondes, il retrouva l'usage de la parole, et demanda d'une voix d'outre-tombe :

"Ca... Ca t'est égal ?"

Holmes leva les sourcils un bref moment puis lança d'un ton moqueur :

"Si tu voulais partager ma vie tu aurais dû dire oui à la Basilique Saint Marc. Et pas t'enfuir."

Balthazar se renfrogna davantage. L'évocation de ce souvenir n'était absolument pas nécessaire. Il avait cherché à occulter son voyage à Venise par tous les moyens, sans véritablement y parvenir malgré tous ses efforts.

Reprenant son sérieux, le détective lui jeta les clés qu'il avait en main.

"Oui ça m'est égal."

Les doigts du barbier caressèrent pensivement les clés qu'il avait saisies en plein vol. Il jeta un coup d'oeil par-dessus son épaule, apercevant trois mallettes rangées au-dessus du lit. Elle portait chacun un nom différent. La première s'intitulait Moriarty, la seconde Aloysius Black. Quant à la dernière, elle était baptisée Balthazar Graves.

"Tu conduis. Je n'ai pas le permis." précisa Holmes tout naturellement.

"Pourquoi je suis au-dessus de ton lit ?" s'enquit-il sans détour.

La question était équivoque mais pertinente. Il lui semblait que bien des choses lui étaient cachées. Pourquoi son nom trônait à côté de celui d'un psychiatre et de quelqu'un qui ne lui disait rien ?

"Tu préfèrerais être dedans ?"
répliqua Holmes en haussant de nouveau un sourcil. "Question stupide. Parce que je t'aime bien. C'est la cachette de mes amants."

Il roula des yeux et sortit de la chambre.

"Tu te bouges ?"

Balthazar ne remua pas d'un millimètre. Il planta son regard acéré dans le sien, l'analysant, réfléchissant. Il n'appréciait pas ces familiarités, encore moins cette manière de se moquer ouvertement de lui. Holmes avait des secrets le concernant et il allait les lui extorquer de force. Pour le moment, il fallait commencer par comprendre les bases.

"Pourquoi te sens-tu obligé de faire bêtement tout ce que te dit ce maniaque ?"
demanda-t-il avec une once de sarcasme.

Un petit rictus condescendant passa sur son visage blafard alors qu'il ajoutait :

"Le génie de Sherlock Holmes... foutaise."

Le détective ne trouva rien de mieux que de l'ignorer. Il quitta la pièce et le barbier entendit bientôt des bruits de pas précipités dans l'escalier, ainsi que les mots prononcés d'une voix suffisamment forte :

"Et la connerie de Balthazar Graves..."

Suivis d'un juron lorsque la porte du bas fut ouverte. Que se passait-il, encore ? Plus exaspéré qu'anxieux, Balthazar prit tout son temps pour rejoindre Holmes au-dehors. Il le retrouva assis sur le siège passage d'une voiturette de golf garée sur le trottoir juste devant le 221 B Baker Street. Les mots "Moriarty Mobile" étaient tagués à la bombe sur le véhicule. Le détective tapotait ses genoux, impatient.

Le barbier cligna des yeux devant cette vision improbable, hésitant à faire demi tour ou à tout simplement s'en aller. La plaisanterie avait suffisamment duré. Il soupira, secoua la tête et déclara, catégorique :

"Je ne conduirai pas ça."

Singeant son acolyte, il lui lança les clés et ajouta avec ironie :

"Pas besoin de permis."

Holmes les saisit au vol (décidément, la motricité du Sherlazar est incomparable).

"Très bien. Si un idiot comme toi sait conduire alors ça ne doit pas être bien compliqué."

Il s'installa à la place du conducteur et se mit en quête de quelque chose. Balthazar l'observa, croisant les bras, comprenant enfin qu'il cherchait où enfoncer la clé. Par moments, cet homme lui inspirait des pulsions meurtrières très difficiles à réfréner. Ce ne serait que pure charité de débarrasser le monde de cet incapable. Il laissa échapper un peu d'air entre ses dents, se contrôlant de son mieux, et finalement lui prit la clé des mains pour l'insérer dans l'orifice adéquat.

"Je plains Kida."
marmonna-t-il en levant les yeux au ciel.

Il n'avait pu s'en empêcher. Après tout, si Holmes le grand génie peinait à comprendre où placer une simple clé, il s'interrogeait sur ses aptitudes dans un domaine presque similaire. Des images cauchemardesques dans son esprit furent heureusement chassées par le bruit du moteur et l'écran au milieu qui s'alluma. Un message pré-enregistré du dénommé Moriarty retentit en même temps que son visage d'allumé apparut sur l'écran :

"Bienvenue dans la Moriarty Mobile !"

Balthazar remarqua que les mains de Holmes s'étaient crispées autour du volant. En raison de sa pique ou de sa nervosité due à la conduite ? Quoi qu'il en soit, il enfonça la pédale de l'accélérateur et se mit à zigzaguer dans la rue, évitant de peu une voiture. Heureusement, il y avait peu de circulation à cette heure-là.

Balthazar resta de marbre, observant le grand échalas faire des zigzags dans sa voiturette. Il avait au moins l'aptitude de conduire -très mal- en faisant des doigts d'honneur. Le barbier soupira de plus belle. Cette fois, il en avait assez.

Il décida d'emprunter la rue dans le sens opposé de la voiturette -qui n'avait fait que cent mètres. Il ne sourcilla ni ne se retourna en entendant une vieille dame hurler après qu'un bruit de collision se soit fait entendre, suivi d'un autre, plus métallique. Sans doute que Holmes avait renversé quelqu'un. Guère étonnant.

Au bout de quelques secondes, son téléphone vibra dans sa poche. Encore une fois, ce n'était pas surprenant. Le monde était décidément bien décevant, mais Balthazar y était habitué. Il s'en saisit, remarqua sans surprise que l'émetteur était un numéro masqué, et décrocha sans prononcer la moindre parole. Il se doutait que son interlocuteur avait des tas de choses à lui dire.

"Tu devrais y aller, Benjamin."
prononça la voix de Moriarty.

Il frémit légèrement en entendant ce prénom. C'était comme exhumer un cadavre pourri depuis longtemps.

"L'homme à qui vous vous adressez est mort."
cracha-t-il avant de raccrocher.

Il continua sa route d'un pas agité, restant sourd à Holmes et à son véhicule de malheur. Il n'y retournerait pas. Ce n'était pas son problème. Il ne subirait plus les caprices d'un fou. Grand Sourire lui avait suffi. Le détective n'avait qu'à jouer si ça l'amusait. Lui passait son tour.

Bientôt, il entendit la voiturette se rapprocher à toute allure -autant que le permettait le moteur du véhicule- et ralentir une fois à sa hauteur.

"Monte."

Du coin de l'oeil, Balthazar remarqua que Holmes avait le teint blême et son téléphone en main. Avait-il reçu une mauvaise nouvelle ? Il n'eut plus aucun doute en sentant son propre portable vibrer de nouveau. Sans aucun engouement, le barbier lut le texto qui s'afficha en ces termes :

Tu devrais suivre son conseil mon pote !

Et une menace maquillée sous une marque de familiarité ! Autrement dit tout ce qu'il exécrait. Leur ennemi avait beau le connaître, il le connaissait très mal.

Imperturbable, il continua de marcher sans adresser un regard à son acolyte dont la voiturette avançait toujours à son niveau.

"Je ne serai plus un pantin."
assura-t-il fermement.

Grand Sourire ne t'a pas suffi ? Tu veux être une marionnette toute ta vie ? Libre à toi. Nos chemins se séparent ici.

Il n'avait pas envie de gaspiller sa salive à formuler des évidences. Après tout, Holmes se vantait d'être supérieurement intelligent. Il n'avait qu'à en venir à cette conclusion tout seul.

Brusquement, le détective lui coupa la route en faisant grimper son véhicule sur le trottoir pour le faire se stopper. Balthazar lui lança un regard assassin, très vite voilé par l'agacement lorsqu'il lui montra son téléphone. Il s'agissait de la photo d'une fillette d'environ six ans. Elle était pendue. Sur son front était écrit au feutre : "Merci Balthy !"

Les poings du barbier se serrèrent devant cette vision. Un enfant. Un innocent.

"Lâche."
grogna-t-il, la mâchoire contractée.

Au lieu de l'affronter comme un homme, il se cachait derrière des crimes ignobles. Le sang du barbier pulsait contre ses temps, le rendant presque sourd. Moriarty attendait une réaction. Peut-être les observait-il depuis une caméra quelconque ? Il espérait sûrement que cela suffirait à le convaincre de jouer le jeu. Mais Balthazar n'était pas un pion.

"C'est pas à moi de régler ça." articula-t-il en braquant un regard dédaigneux sur Holmes. "Je ne suis pas flic."

Il ne se sentait pas responsable de la mort de cette gamine. On ne peut être coupable d'un meurtre causé par quelqu'un d'autre. Il en avait déjà suffisamment sur la conscience, suffisamment de fantômes qui le jugeaient la nuit. Jamais il n'avait tué d'enfant et ce n'était pas ce malade qui allait lui faire croire le contraire.

"Il viendra quand il en aura assez d'être ignoré."
lança-t-il, presque désinvolte à Holmes tout en reprenant sa marche. "S'il en a le cran."

Se mesurer à un psychopathe de talent n'est pas donné à tout le monde, après tout. Moriarty faisait forcément de fausses notes. C'était Balthazar qui allait donner le tempo, à présent.

"Rentre dans son jeu. Donne-lui ce qu'il veut."
fit-il d'un ton acide toujours sans regarder le détective. "C'est le meilleur moyen de ne pas gagner."

Comment Holmes aurait-il pu le savoir ? Malgré ses aptitudes à donner la mort par porte interposée, il n'était qu'un éternel débutant, au fond.
acidbrain

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

- I am not complete -
There is love in me the likes of which you've never seen. There is rage in me the likes of which should never escape. If I am not satisfied in the one, I will indulge the other.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t73464-we-all-deserve-to-die

Sherlock Holmes


« Tic tac,
sonne le glas. »


avatar


╰☆╮ Avatar : Benedict Cumberbatch

Ѽ Conte(s) : Sherlock Holmes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Sherlock Holmes

☞ Surnom : Rémi
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2807
✯ Les étoiles : 1228




Actuellement dans : « Tic tac,sonne le glas. »


________________________________________ Jeu 21 Juin 2018 - 14:51

"Premier set."






Sherlock fixa Balthazar avec intensité. Son exaspération envers lui était à son maximum. Serrant le volant de toutes ses forces à ses dernières paroles, on put apercevoir les jointures de ses longs doigts fins. La mâchoire crispée, il resta quelques secondes à le regarder marcher, en proie à de multiples interrogations. Pourquoi Graves ? Il l’avait d’abord pensé à la hauteur. Il avait pensé que comme John, comme Angelika, il était en mesure de révéler le meilleur de lui même sans qu’il s’en aperçoive. Mais il s’était trompé. Et plutôt deux fois qu’une. Fixant son dos, avec un pincement au coeur de déception, il fit tourner le volant brusquement et parti dans la direction opposé. Tant pis. Après tout, Sherlock Holmes se suffisait à lui même. Il n’avait ni besoin d’un John Watson, ni besoin d’une Angelika Beresford ou encore pire, d’un Balthazar Graves pour s’en sortir et gagner contre le jeu perfide de Moriarty.
Tout en conduisant maladroitement, le détective se mit à foncer à toute vitesse vers le point indiqué par le GPS intégré dans la télévision. Juste au dessus, un faux documentaire à l’effigie de Moriarty passait en boucle.

« Devenu riche à l’âge de 16ans, dans une course hippique en arabie saoudite, il devint ensuite le criminel consultant le plus recherché de la planète... »


Levant les yeux vers l’écran, Sherlock roula des yeux à la vu de Jim Moriarty en train de serrer des mains à ses inconnus comme un homme politique alors qu’on entendait plusieurs voix enregistrées criait derrière lui « Moriarty ! Moriarty ! Moriarty ! ». Soudain, dans un accès de colère, suite encore à sa dispute avec Balthazar, il leva la jambe et frappa l’écran de toute ses forces avec son talon. Le liquide LCD coula sur sa chaussure, et l’écran grésilla. De toute façon, il s’en fichait, il avait le plan détaillé dans la tête et la destination.
Réfléchissant tout en roulant, il finit par arriver au bout d’un temps certains devant un grand hangar désaffecté. Ce dernier lui fit froid dans le dos quelques instants. Et c’était peu dire, même si depuis Grand Sourire, tout était différent, il n’avait jamais eu peur de ce genre d’endroit. Après tout, ce n’était que des murs…
Se dirigeant vers l’unique porte d’entrée, il appuya d’un geste sec sur le visiophone. En même temps, ce n’était pas bien compliqué, puis qu’on avait rajouté « Sonnez avant d’entrer mes amours ! » au dessus de la sonnette. Quelques instants plus tard, le visage de Moriarty s’illumina en un immense sourire satisfait. L’instant d’après il fronça les sourcils, et la déception pu se lire sur son visage.

« Oh… Tu es tout seul... »

Sans la moindre réponse, Sherlock essaya d’ouvrir la porte. Fermé.

« Tu aurais du venir accompagné… Tu le sais. C’était une grossière erreur… Vous deviez être quatre et tu es seul. Et tu sais pertinemment que tu ne peux pas y arriver sans un catalyseur Sherlock... »


Frappant de toutes ses forces la taule de la porte en guise de réponse, cette dernière plia et une vive douleur se fit sentir dans sa main.

« Tu vas te faire mal, imbécile ! Ca sert à rien, je vais t’ouvrir ! Le barbier va regretter de pas être venu… On va changer… Les règles. »


Dans un petit couinement horrible, la porte s’ouvrit. Le visiophone s’éteignit alors immédiatement après. Rentrant dans l’obscurité, Sherlock s’avança de quelques pas. Une fois à l’intérieur, la porte se referma d’un coup sec et dans un bruit métalique sourd. Il était pris au piège, mais ça il le savait, et il s’en moquait. Il voulait savoir. Il devait savoir. D’un seul coup, les lumières s’allumèrent et elles révélèrent un macabre spectacle. La pièce était petite, environ cinquante mètres carrés. Les murs étaient récents, ce qui voulait dire que ce malade avait créés plusieurs pièces dans cet immense hangar… C’était un jeu de piste à échelle réduite… Certainement par peur de s’attirer la foudre des divins, il avait jugé plus judicieux de le faire, contrairement à son habitude, dans un unique endroit.
Cette pièce là était particulière. Les murs étaient recouvert de page de journaux en guise de papier peint. Elles racontaient toutes la même histoire…

« Palmyra, un enfant disparaît mystérieusement, les appels à témoins commencent et la chasse à l’homme est lancé... »

« Mais où est passé le petit livreur de journaux de la Flith Street de Waterville ? »


« Farminton, une petite fille reste introuvable après un incendie. »


Toutes les pages se reportaient à des disparitions d’enfants… Et il comprenait pourquoi. Sur une estrade centrale, quatre enfants avaient une corde au cou, comme dans les vieux Western. Ils étaient immobile, parfaitement éveillés, baillonnés et ils sanglotaient tous, sauf un. Celui que Moriarty avait envoyé en photo était bien mort, blafard et cadavérique. Le mot était toujours présent sur son front. Une petite pancarte était visible au dessus de sa tête, fixé à la corde.
« Pour mon barbier favori, j’ai nommé, Balthazar Graves ! »
Les trois autres avaient des pancartes différentes.

« Pour John Watson, mon meilleur ami qui a été si longtemps éloigné de son faux meilleur ami. »

« Pour Mary Bates, la plus belle de toutes les femmes de Storybrooke, même dans un miroir ! »


Lisant la sienne à voix haute, il ne put s’empêcher de voir l’effroi dans les yeux du petit blondinet grassouillet qui le fixait avec intensité.

« Pour Sherlock Holmes, mon éternel rival. »


Tournant lentement sur lui même, il analysa la pièce. Hormis l’estrade, le papier peint fait en journaux et des hauts parleurs, il n’y avait rien. Le bruit des reniflement d’enfants lui était insupportable.

« Eternel rival ? Charmant. Bien, envoie la première épreuve, malade mental. »


Mais rien ne lui répondit des hauts parleurs. A la place, Moriarty sortit en personne, de l’endroit le plus improbable qu’il soit, de la trappe désormais vide, où pendait les pieds du premier enfant. S’extirpant lentement, il se releva à côté des enfants, il épousseta son costume impeccable pour se mettre face à Sherlock, les mains dans les poches de son costume. Machant son chewingum, il ne souriait pas.

« Il n’y a pas de première épreuve pour toi, Sherlychou. Tes p’tits copains ne sont pas venu. Et toi tout seul, t’es inintéressant au possible, Balthazar te l’a pourtant dit je crois... »


Fronçant les sourcils, il resta devant lui, sans rien dire. Il avait oublié son révolver. D’habitude, c’était à son assistant de penser à ce genre de chose, pas à lui…

« J’ai décidé de changer les règles. Et c’est pas plus mal, au final… Ca me permettra de faire une expérience, plutôt intéressante… Bien meilleure que celle d’avant au passage ! »


Sherlock le fixa dans les yeux. Il pouvait se ruer sur lui et le tuer à mains nues. Mais il savait que ce fou furieux n’hésiterait pas à tuer les autres enfants. C’était un malade.

« Une expérience ? »
demanda-t-il alors qu’il cherchait à gagner du temps.

« Ouais. »
répondit Moriarty en mâchant son chewingum. « Comment le monde s’en sort face à Moriarty… Sans le grand, Sherlock Holmes ! »

Et sans prévenir, il sortit de sa poche un taser et tira directement dans son front. Sherlock subit la décharge dans une douleur immense et s’effondra au sol comme une poupée de chiffon. Regardant sa montre, le génie du crime fit un signe négatif de la tête, un peu comme si il était déçu.

« Peut être que finalement, ton amant va venir te récupérer. »


Et, sans cérémonie, il sortit une télécommande et appuya sur un bouton. La trame du petit grassouillet réservé à Sherlock s’ouvrit, et ses pieds gigotèrent dans le vide de longues secondes. Finalement, ils s’arrêtèrent, et Moriarty déclara en ricanant.

« Dommage Marvin, je t’avais dit, que Sherlock Holmes tout seul, ça ne valait pas grand-chose... »







♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

“ Alors ça, c'était bizarre.”


Mary Bates


« Si t'es un boulet,
tape dans tes gants ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Evan Rachel Wood

Ѽ Conte(s) : Folklore
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Bloody Mary

✓ Métier : Thanatopractrice. Je vous conseille de pas chercher ça sur Youtube.
☞ Surnom : Nanis
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 707
✯ Les étoiles : 5856




Actuellement dans : « Si t'es un boulet,tape dans tes gants ! »


________________________________________ Ven 22 Juin 2018 - 20:31


Wanna be my Partner in Crime ?


L'imbécile avait au moins pensé à reprendre sa chemise sur le lit du mort, semblant éprouver une certaine difficulté à la remettre en place alors qu'elle le forçait à avancer à l'arrière de la maison. Si jamais la famille avait la moindre plainte à lui faire quant à son travail, elle savait comment la contacter. En plus d'être dérangée sans aucune raison apparente, elle devait maintenant s'attendre à une convocation au poste de police. Cette journée était désastreuse.

Disponible pour une assistance imprévue ? C'est un cas particulier. Je crois que tu connais un de ses amis. Il s'appelle Watson. Il n'est pas mort mais je ne vais pas tenir longtemps.

Ce n'était pas son objectif que de faire la moindre menace en envoyant ce message, elle ne fonctionnait pas de cette manière et le barbier le savait. En revanche, elle signifiait son agacement grandissant. Sa patience avait des limites que ce John atteignait lentement mais sûrement. Et comme Balthazar était déjà mêlé à toute cette affaire, elle ne lui faisait pas prendre de risques supplémentaires en l'incitant à la rejoindre. Bien que si cela avait été le cas, elle n'en aurait pas été gênée.

« Qu'est-ce qu'on fait ? »

Rangeant son portable, elle remarqua qu'il inspectait la voiture garée dans la rue, sur laquelle les mots tagués ''Moriarty Mobile'' laissaient penser que c'était celle qui leur était destinée.

« Vous connaissez mieux cet homme que moi. Tout ce que je sais, c'est que je ne l'aime pas. »

D'un geste de la tête, elle lui désigna la portière passagère, avant d'aller elle-même s'installer derrière la place conducteur. Les clés étaient déjà sur le contact. Son sac fut posé aux pieds de l'homme sans ménagement.

« Je prends le volant et vous, vous me racontez ce qui vous est arrivé avant que vous vous retrouviez assommé en pleine rue. »

A peine démarrée, la voix agaçante sortie de l'écran intégré, déblatérant des propos qu'elle accueillit d'un soupir prononcé. Bienvenue dans la Moriarty Mobile ! Vous êtes perdus ? Vous êtes malheureux ? Jim vous conduira vers de nouveaux horizons... Elle en coupa immédiatement le volume, ignorant le trajet dicté par le GPS. Ce n'était pour l'instant pas la direction qu'elle souhaitait suivre.

« A vrai dire, je ne me rappelle pas de grand chose... Je me souviens de m'être fait enlever, à Londres... Puis d'avoir été emmené dans une immense maison où j'étais surveillé... »

Il se massait la tête, visiblement fatigué. Sa chemise pendait du côté de son bras blessé, autant dire que son allure était à revoir.

« Surveillé par qui ? Combien de temps ? Pourquoi ? »

Elle enchaînait les questions sans lui laisser le temps de respirer. Loin de s'intéresser à son existence, elle voulait récupérer le maximum d'informations au sujet de cette histoire. On ne peut pas agir quand on ne sait rien. Ce serait stupide de se lancer aveuglément.

« Je me rappelle juste que mes gardes avaient une boutonnière en forme de hibou... Environ un an je dirai... Pourquoi, je n'ai jamais su. Mais j'étais bien traité et je n'ai pas réussir à m'évader malgré une tentative... Je me souviens aussi d'un laboratoire... »

Il se tenait le bras, le regard vague. Elle ne lui accorda qu'un coup d’œil, esquissant un sourire en coin.

« Un hibou... c'est d'un classique. »

L'organisation derrière tout cela -puisqu'il devait s'agir d'un réseau pour avoir mené une telle expédition- aurait pu choisir plus original. Comme... un hérisson. Personne ne choisissait jamais les petites bêtes. Au lieu de ça, prendre un oiseau si noble... Elle secoua la tête.

« Et cet homme, Moriarty, c'est ça ? Il a l'air de ne pas vous aimer. »

Elle prit son silence pour une approbation, tournant à un croisement alors qu'elle retournait vers la ville. S'il décidait de jouer l'homme muet, elle allait le faire parler. Peu importait la douleur qu'il ressentait à cet instant.

Mary freina brusquement sur le parking la maison funéraire, récupérant ses affaires alors même qu'elle était toujours en train de manœuvrer. Elle garda les clés, sortit et ouvrit la porte de John en le pressant de sortir. Elle le guida à l'intérieur, vide. Aucun défunt n'attendait de visites dans les pièces réservées à cet usage.

« Asseyez-vous. »

L'ordre fut lâché à peine la porte de la chambre funéraire ouverte. Un endroit froid, glacé même, au carrelage blanc et aux murs grisâtres. Une table en métal, de nombreux placards, des produits de conservation et les cellules de froid comme unique décor. L'atmosphère de l'endroit la détendait automatiquement à chaque fois qu'elle venait y travailler.

« J'ai l'habitude de traîner avec des cas mais vous, vous les surpassez tous. »

Elle alla fouiller dans un des tiroirs, en ressortant une boîte qu'elle posa à côté de son sac sur la table. De la morphine, ça ne pouvait pas lui faire de mal.

« J'ai deux options. Je peux vous tuer, ce serait plus radical que simplement vous abandonner, mais cette journée n'aura pas servi à rien. Ou vous pouvez reprendre vos esprits et enfin vous montrer utile pour me débarrasser de l'autre imbécile qui a, à priori, un énorme complexe divin pour se divertir en tentant d'influencer les choix et la vie des autres. »

Prononcer autant de mots à suivre l'exaspérait autant que le manque de réactivité que le blessé. Il ne daigna pas s'installer comme elle le lui avait demandé, ce même s'il semblait fatiguer à vue d'oeil.

« C'est un jeu, pour Moriarty... et croyez-moi, si il a décidé que vous participez alors vous devez participer... J'ai une perte de mémoire. Je ne me rappelle que de flashs de l'année passée... Nous devrions aller au point de rendez-vous... »

« Non. »

Le ton était à la fois sec et détaché. Elle ne voyait pas en quoi elle le « devait », cette histoire ne la concernait pas directement. Peu lui importait le sort de Sherlock Holmes, tout ce qui l'intéressait, c'était de savoir ce qu'on lui voulait à elle.

« Arrêtez de faire votre victime et prenez les médicaments. »

Elle croisa les bras, le dévisageant comme l'imbécile qu'il était.

« Je n'ai aucune raison de faire ce qu'il souhaite. Et ce n'est pas en suivant les règles que l'on gagne, de toute manière, c'est bien connu... »

Elle leva les yeux au ciel, se demandant comment un homme aussi soumis pouvait avoir réussi à survivre jusque là. Elle aurait dû le laisser sur le trottoir plutôt que de vouloir se divertir. L'amusement retiré n'était pas à la hauteur de l'effort apporté.

La silhouette apparaissant à la porte lui arracha néanmoins un sourire. Il ne la décevait jamais, celui-là.

« Il est pas mort. » lâcha-t-il en cachant merveilleusement bien sa déception.

« Ça peut toujours s'arranger. »

Elle commençait sérieusement à se demander ce qui lui apportait en étant vivant. Rien, en réalité. Chaque seconde de plus qu'il passait à respirer confirmait le fait qu'il était inutile. Même là, il se contentait d'observer Balthazar, passant son regard sur elle, avant de se masser de nouveau la tempe. Il aurait dû prendre la morphine.

La suite n'était pas l'effet d'une migraine, cela dit. Il se mit à trembler comme si il venait de se prendre un coup de taser, convulsant presque debout, poussant un cri qui lui tira une grimace. Si c'était supposé l'impressionner, ça ne suffisait pas. Il se tenait la nuque comme si la douleur en venait et elle ne remarqua qu'à cet instant la cicatrice qui s'y trouvait. Il avait parlé d'un laboratoire, non ?

Une sonnerie lui fit tourner la tête, alors qu'elle allait nonchalamment récupérer son téléphone.

Vous devriez venir... Pauvre John... Vous vous en moquez peut-être mais si Sherlychou apprend que vous êtes responsables, vous êtes foutus mes agneaux. Oh et il vous passe le bonjour !

Elle haussa un sourcil, se retournant vers Balthazar pour lui présenter l'écran. Pourquoi ce Moriarty pensait-il que ça lui ferait quoi que ce soit, que le détective lui en veuille ? Elle n'avait rien à se reprocher, elle n'était pas responsable de ce qui se passait.

« Sherlychou ? C'est un ami à toi ? »

Le froncement de sourcils du barbier la laissa impassible, le fait qu'il ne dise rien ne l'inquiétant pas davantage. Il posa simplement un regard mauvais sur Watson. Il ne méritait que ça, de toute façon.

Une photo accompagna la tout, montrant l'homme dont elle connaissait le visage de part sa réputation, attaché à une chaise. Il avait l'air pitoyable.

« L'abruti... »

Mary ne se trompait donc pas en supposant qu'ils se connaissaient, non pas que la déduction eut été difficile à faire.

« C'est plutôt un aimant à problèmes. »

Et bien dans ce cas, ils se ressemblaient. Elle considérait que Graves en était un également. Elle était donc entourée de trois personnes susceptibles de l'embarquer dans leurs ennuis, même si elle y était finalement déjà plongée contre son gré.

Il fut plus réactif qu'elle pour attraper Watson, le forçant à pencher la tête. Il avait tout comme elle remarquer la marque à sa nuque qui, en plus d'être intrigante, devait forcément dissimuler quelque chose.

« J'aimerai bien voir ce qu'il y a là-dedans. »

Watson n'était pas en état de se débattre. Ou ça pouvait se régler à coup de chloroforme. Elle ne pouvait pas résister au regard complice de Balthazar, hésitant un instant à l'inciter à faire usage de son rasoir. Ce n'était pas le moment. A la place, elle n'eut qu'à s'écarter pour ouvrir le tiroir contenant son matériel.

« Tu préfères le tenir ou tu veux pratiquer ? »

Son sourire était sans doute un peu trop prononcé alors que, scalpel en main, elle se rapprochait de l'homme au bras abîmé. Le portable sur la table vibra à nouveau.

Si tu aimes la cervelle explosée, je serai toi je ferai pas ça !

Elle l'ignora, gardant ses yeux fixés sur son assistant.

« Les dames d'abord. »

Il était beaucoup trop généreux.

« Une chance sur deux que ça explose. » lança-t-il dans un haussement d'épaules.

« Je parie que ça explose. »

Elle en avait presque envie, en réalité, ça apporterait de l'animation à toute cette mascarade.

« Faut bien tenter quelque chose. »

Il maintenait John contre le mur, claquant sa tête tout contre pour arrêter ses gigotements agaçants.

« Il est calme, maintenant. »

Elle approuva silencieusement sa méthode, même si le pauvre n'était déjà pas en état de faire grand chose en étant conscient. L'assommer lui facilitait néanmoins grandement la tâche. Le scalpel n'eut le temps que de s'enfoncer légèrement, dévoilant une goutte de sang, avant que la sonnerie ne retentisse à nouveau. Ses dents grincèrent d'irritation.

« On veut voir le spectacle ! Tu vois je te l'avais dis Sherly. Pas besoin de payer des gens chers pour qu'ils m'aident ! Alors à ton avis ça va exploser vers la gauche ou vers la droite ? »

Ses yeux se tournèrent vers l'écran où un appel en vision-conférence s'était lancé. Il détraquait même son matériel électronique. Elle reconnut sans mal Moriarty, ainsi que Sherlock, bâillonné et visiblement paniqué. Ce n'était pas ce qui allait l'arrêter.

« Tiens toi tranquille c'est le moment important ! Finalement ils croyaient faire les malins en pensant qu'on suit jamais la trame de Moriarty... Mais ils sont en plein dedans ! Allez Mary ! COUPE ! »

Tais-toi, bon sang. Elle hésita à écraser le téléphone à même le sol, mais Balthazar en observait l'écran avec une certaine... intensité. Elle sentit sa main se poser sur la sienne, stoppant son mouvement. Son expression ne fut que déception et frustration à cet instant. Alors elle devait arrêter ?

« C'est quoi la suite ? »

Il se rapprocha de l'écran lentement, tel le psychopathe qu'il faisait semblant de ne pas être. Elle avait déjà choisi son méchant préféré dans l'histoire, en dehors d'elle-même : c'était définitivement Monsieur Todd.

« Et si tu venais nous la raconter en face ? »

« Je vous ai invité et vous n'êtes pas venu ! Tant pis ! Regarde Sherly tu les vois les responsables hein ? C'est pas joli joli tout ça... »

Il boudait ? Ou du moins, il faisait semblant. Il n'avait pas tord. Mais ils n'allaient pas se jeter dans la gueule du Loup sans avoir de raisons valables. Comme s'il l'avait entendu, il choisit ce moment pour sortir une télécommande de sa poche.

« Maintenant que j'ai Holmes, l'acolyte ne me sert pas trop.. Bon je m'ennuie ! »

Il appuya sur le bouton. Un bruit désagréable, une suite de bips horripilante, lui fit tourner la tête en direction de Watson. Ça venait de sa nuque. Elle n'eut pas le temps de s'écarter, fermant juste la bouche et les yeux avant que le crâne de l'individu n'explose littéralement.

« Waouuuuuwwww c'était géant ça pas vrai Sherlychou ! Vous avez l'adresse, à vous de voir maintenant si vous voulez qu'on se fasse une petite bouffe ! Ciao ! »

Mary ne remarqua pas la larme lâché par Holmes. Elle resta interdite de longues secondes face au mur, le corps ayant été lâché par terre sous la légère détonation, ressentant le liquide poisseux sur son visage et le remarquant sur celui de Balthazar qui l'essuyait de sa main. Elle serra plus fort le scalpel avant de le lâcher violemment contre le sol. Pourquoi ne pas lui avoir laisser le plaisir de l'achever, au moins ? Il y avait eu le suicidé, mort soit-disant par sa faute sans qu'elle n'ait rien fait, et maintenant John.

Ses marmonnements furent inintelligibles tandis qu'elle observait l'état du mur. Elle allait devoir tout désinfecter de fond en comble maintenant. Ce Moriarty était de plus en plus énervant.

« Et maintenant ? » articula le barbier, la sortant de sa réflexion.

Il était tendu. Elle était davantage agitée. Prenant une grande inspiration, elle désigna le corps d'un geste de la tête, agrippant ses épaules et le laissant attraper le bas du corps pour le lever sur la table dont elle dégagea d'un coup de bras ses affaires.

Sans un mot, elle se dirigea ensuite vers le lavabo, sortant des serviettes et des tee-shirt du placard qu'elle posa à côté. L'idéal dans ce genre de lieu c'est qu'il y avait toujours tout à portée pour se nettoyer. Les accidents avec les cadavres pouvaient arriver. Elle commença par laver son visage, tentant de retirer le sang et les morceaux dans ses cheveux, puis ses mains, l'eau prenant une teinte rouge en moins de temps qu'il en fallait pour le dire. Elle n'eut pas besoin de le préciser à Balthazar pour qu'il prenne sa suite, alors qu'elle s'écartait.

Se changer à côté de lui n'avait rien de gênant ou de perturbant, il ne lui accordait pas le moindre intérêt et elle en faisait de même. Son haut termina dans la poubelle alors qu'elle en enfilait un propre. Sa veste était certainement fichue aussi, Moriarty lui en devrait une nouvelle. Le barbier lui prit soin de laver sommairement son manteau. Elle lui aurait bien donné des cours pour enlever les tâches de manière efficace si les circonstances avaient été autres, puis il devait déjà s'y connaître dans le domaine.

« Si il veut que je vienne, il pourra m'y forcer, alors autant ne pas perdre de temps. »

Elle brisa le silence qui s'était installé pendant ses nombreuses minutes, contrôlant son irritation. Le fait que cet homme puisse l'appeler comme tous les autres, si jamais il le souhaitait, ne faisait qu'accroître sa colère à son égard.

« Tu peux m'accompagner pour m'aider à découper ce malade en morceaux. Ou juste pour secourir ton amant à problèmes. »

Elle osa un sourire en coin, tandis que lui tiquait, la mâchoire crispée depuis que la tête de Watson avait finit en fragments éparpillés. Elle ignorait ce qui se tramait entre les deux hommes mais n'avait pas été indifférente au fait que Balthazar recule à l'idée de découper ce pauvre John, avant l'appel.

« De toutes façons, impossible de rendre celui-là présentable. »

Il désigna Watson, tirant à Mary une moue blasée. Même sa fin avait été décevante. Elle secoua la tête, allant ouvrir un des compartiments vides pour y faire glisser le haut de la table où il était allongé. Il allait rester au frais tant que cette histoire ne serait pas réglée, avec une grand-mère comme voisine. Elle ne le laissait pas tout seul, c'était déjà ça.

« On va y aller. J'ai une idée. »

Sa tête se tourna en direction du barbier. Il avait cette lueur illuminant son regard qu'il ne présentait que rarement – elle doutait même de l'avoir déjà vu, simplement imaginé. Son sourire se fit plus grand alors qu'elle récupérait son sac. Le nettoyage attendrait. Elle savait déjà qu'il était un partenaire de qualité pour travailler avec les morts, elle ne doutait pas une seconde qu'il soit tout aussi parfait pour s'occuper des vivants.

« Je conduis. »
black pumpkin

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
won't you let me be your rhythm tonight ?
feel the beat in your chest, beat your chest like an animal. free the beast from its cage, free the rage like an animal. Your body's poetry, move your body for me. And let me be your rhythm tonight.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t78548-mary-mirror-mirror-on

Balthazar Graves


« Boom Baby
T'as le Groove ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Ben Whishaw

Ѽ Conte(s) : Sweeney Todd
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Mister T.

✓ Métier : Coiffeur & Barbier


☞ Surnom : Natoune
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3118
✯ Les étoiles : 10355




Actuellement dans : « Boom BabyT'as le Groove ! »


________________________________________ Lun 25 Juin 2018 - 20:21


Secrets and Lies
You got a cold, cold heart. Do you feel at all?
You build a house of cards. But it's gonna fall.

"BOOOM !"

Un grand bruit résonna sur le toit. Balthazar se contracta instinctivement et leva les yeux, réflexe inutile puisque le plafond de la chambre funéraire ne dévoilait évidemment rien. Quelques secondes plus tard, une ombre passa de fenêtre en fenêtre, s'y attardant de temps à autre. Il s'agissait d'une silhouette humaine étant donné la forme qui se dessinait à travers les fenêtres opaques. L'ombre finit par partir et bientôt, on sonna à la porte.

D'un geste sec, le barbier signifia à Mary de rester dans la salle principale. Il ramassa le scalpel au sol et lui tendit, de sorte à ce qu'elle soit armée si jamais il venait à y avoir une attaque. Il lui intima ensuite de garder le silence et se dirigea à pas de velours vers la porte, avec son rasoir caché dans sa manche, juste au cas où, bien qu'il doutait que ce nouveau venu leur soit hostile. Après tout, quel ennemi s'annonce au préalable ? Il pouvait s'agir de ce timbré de Moriarty. Cela aurait été tout à fait son style, mais il n'aurait pu se déplacer si vite. L'appel visio leur avait révélé que Holmes et lui se trouvaient dans une sorte d'usine désaffectée.

Aux aguets, il ouvrit la porte sur un homme dont le visage était en partie cachée par une casquette ridicule. Son menton imberbe lui laissait deviner que l'individu était jeune, et sa voix le lui confirma :

"C'est vous Balthazar Graves ?"

Il se tenait à environ trois mètres de distance. Pourquoi tant de précaution ? Savait-il à qui il avait à faire ? Les sens du barbier étaient aiguisés par tout ce qu'il avait vécu en seulement quelques heures, aussi cette hypothèse le grisa davantage et ses doigts caressèrent langoureusement le rasoir dans sa manche. Il resta de marbre, se contentant de fixer le jeune homme d'un oeil perçant.

"On m'a bien décrit votre visage..." poursuivit ce dernier d'un ton virulent.

La haine qu'il percevait dans sa voix l'intrigua. Il le détailla davantage. Pourtant, il n'avait pas l'impression de le connaître.

Soudain, l'individu fit glisser une mallette vers lui. Elle était identique à celles que Balthazar avait vues au-dessus du lit du détective. A la différence des autres, celle-ci portait le nom de Sherlock Holmes. Elle était verrouillée par une sorte de serrure à lettres digitalisée.

"Je serais vous je forcerais pas la serrure. C'est un clespydre."
précisa le jeune homme avec suffisance.

Le barbier observa l'objet pendant quelques secondes avant de soupirer. Se détournant du type, il sortit son téléphone de sa poche et chercha le numéro de Lily Olyphant dans le répertoire de ses clients. La plaisanterie avait suffisamment duré. Holmes était en danger et ce n'était pas en déverrouillant une mallette qu'ils allaient faire avancer les choses. Il leur fallait du renfort. Moriarty était un fou imprévisible : il n'attaquait pas de front. Il fallait donc quelqu'un capable de le mettre devant le fait accompli et de lui faire très mal... physiquement. Il avait de suite songé à Eulalie, mais il préférait la savoir loin de toute cette affaire. Bien qu'elle soit invincible, il ne souhaitait pas l'exposer au danger ni à la folie perverse de Moriarty. En revanche, Elliot Sandman, le mari d'Olyphant, ne représentait rien pour lui. Il semblait moins fort que l'amazone -il se souvenait encore avec quelle façon elle l'avait ridiculisé au corps à corps- mais il pourrait faire l'affaire. Leur ennemi n'était qu'un homme, après tout.

Au bout de deux tonalités, on décrocha, et la voix horripilante de Moriarty résonna dans son oreille :

"Allôôôô ?"

Balthazar raccrocha aussi sec. Il avait oublié que ce malade l'avait piraté. Il pivota vers Mary qui les avait rejoints. Son téléphone non plus ne servirait à rien. Il se planta donc devant le type à la casquette et demanda d'un ton incisif :

"Ton téléphone."

"Je serais vous, j'ouvrirais plutôt la mallette enfin, c'est juste un conseil."

Et il ajouta d'une voix acerbe :

"Tu fais déjà souffrir ma meilleure amie, tu veux pas non plus faire souffrir mon smartphone ? J'l'ai pas. Consigne de m'sieur Holmes. Et recule de trois pas ou je te pète les deux rotules avant que t'aies sorti ce que t'as dans la poche !"

Balthazar appréciait de moins en moins l'intervention de Casquette. Il garda fermement serrée la main autour de son rasoir dans sa poche et avança encore. Personne ne lui donnait d'ordre. Absolument personne.

"Holmes est en grave danger. On n'a pas le temps pour ta mallette à la con." dit-il en contenant très mal son agacement.

Le type lui avait au moins appris une chose : il travaillait pour le détective puisqu'il leur avait remis l'objet sur ses "consignes". Il mit les mains dans ses poches et soutint le regard du barbier.

"Il m'avait prévenu que vous étiez con et chiant, comme d'habitude il s'est pas trompé. Si vous voulez ouvrir la mallette le mot de passe est en énigme : sur terre il y en a quatre et je ne suis pas le premier. Faites-en ce que vous voulez, j'ai des pizzas à livrer, moi !"

Sur cette phrase absurde, il tourna les talons et se dirigea vers un vélo abandonné plus loin. Balthazar le rattrapa rapidement et plaqua une main sur son épaule pour le forcer à se retourner. Pendant ce temps, Mary se pencha sur la mallette, cherchant une façon de l'ouvrir.

"Je t'apprends que Holmes est en danger de mort et tout ce qui t'intéresse, c'est tes pizzas ?"

Sa main quitta brusquement son épaule pour entourer sa gorge, menaçant. Casquette devenait de plus en plus suspect. Il fut surpris par sa dextérité : en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, le jeune homme passa son bras gauche par-dessus le bras du barbier et le frappa sans force au niveau du torse pour le faire reculer. Il secoua ensuite la tête de gauche à droite.

"Violence, arme des faibles..."

Et toi, tu copies les paroles des autres. Cette réplique, Holmes me l'a déjà servie. songea férocement Balthazar en lui jetant un regard incendiaire.

"Je lui fais confiance."
reprit l'autre. "Vous feriez bien d'en faire autant. Je me demande ce qu'elle vous trouve..."

Casquette connaissait Eulalie. Il ne voyait pas d'autre explication. Il mentionnait sans cesse une personne de sexe féminin et il ne voyait pas qui d'autre pouvait inspirer autant de pensées obsédantes chez quelqu'un. Le barbier planta un regard condescendant entre les omoplates du jeune homme.

"Ah j'oubliais."

Casquette se retourna pour faire un doigt d'honneur à Mary tout en lançant :

"Connasse !"

Cette dernière se contenta de lui faire un clin d'oeil amusé. Ainsi, ils se connaissaient ? Tout d'abord déçu par ses fréquentations, il réalisa ensuite que lui aussi connaissait des abrutis. D'ailleurs, il avait la mallette de l'un d'eux sous les yeux. Il la prit des mains de la jeune femme, l'observant en détails. Il avait décidé d'accorder sa confiance à Holmes, même s'il ne comprenait toujours pas ses motivations à se laisser piétiner par un malade mental. Il allait donc regarder dans la mallette, dès qu'il parviendrait à l'ouvrir.

"Sur terre il y en a quatre et je ne suis pas le premier."
énonça-t-il abruptement.

Il croisa le regard de Mary qui ne semblait guère plus inspirée que lui. Quatre... saisons. Quatre points cardinaux. Eléments. Il réfléchit à tout ce qui allait par quatre sans parvenir à trouver la solution. Il finit par secouer la mallette dont le contenu provoqua plusieurs petits chocs à l'intérieur. C'était frustrant de ne pas savoir ! Il analysa le cadenas à onze lettres digitalisées. Impossible à forcer. La présence d'Eulalie lui parut subitement indispensable -comme bien souvent d'ailleurs. Sa force naturelle pouvait venir à bout de n'importe quel métal. Il s'efforça de garder la tête froide, fermant brièvement les yeux pour tenter de rester concentré. Les courbes de l'amazone devaient passer secondaires, pour une fois dans son esprit.

Soulevant les paupières, il remarqua un homme qui approchait, d'une démarche presque réservée.

"Je vous prie de m'excuser, mais j'ai cru entendre que vous deviez résoudre une énigme et je dois dire que j'en suis friand."

Le regard qu'il posa brièvement sur la mallette exprimait un mélange d'envie et de fascination. Instinctivement, Balthazar rapprocha l'objet de lui-même, tout en l'observant d'un oeil circonspect. S'agissait-il d'une conspiration ? Encore un homme qui gravitait autour d'Eulalie. Celui-là, il l'appréciait encore moins que Casquette. La prochaine fois qu'il aurait sa gorge à disposition, il se promettait de lui faire le rasage le plus net de toute son existence.

Inconscient de la haine qu'il générait, Jules Verne remarqua Mary et lui adressa l'ombre d'un sourire crispé. Il portait un béret et avait une baguette de pain sous le bras. Aberrant. Décidément, Storybrooke n'épargnerait rien au barbier.

"Mademoiselle."
dit-il en inclinant brièvement la tête vers elle.

"Monsieur le Thanatonaute. Joli béret."
dit-elle avec une bonne humeur excessive.

Balthazar ne l'avait jamais vue sourire aussi franchement. Il roula des yeux et garda fermement l'objet contre lui. Il songea sombrement que ce n'était vraiment pas le moment de roucouler.

"Montre lui la mallette Balthazar."

Mary avait continué de regarder le Français tout en parlant, ce qui donnait la désagréable impression au barbier d'être devenu invisible. Constatant qu'il ne se montrait pas coopératif, la jeune femme tourna enfin la tête vers lui pour le dévisager.

"Fais un petit effort. Il est gentil, il veut nous aider." dit-elle avec une pointe de lassitude.

Bien entendu. Il était également très gentil avec Eulalie. Balthazar serra si fort les mains autour de la mallette que cette dernière trembla légèrement. Il se ressaisit et inspira profondément pour la diriger vers le Français, mais sans la lâcher pour autant. Ce dernier se pencha dessus et répéta l'énigme, ce qui prouva qu'il les espionnait depuis un sacré moment -et qui renforça l'antipathie de Balthazar. Verne murmura quantité de choses inaudibles, réfléchissant en se grattant le front de temps à autre. Puis, il coinça sa baguette sous son bras pour sortir une paire de lunettes rondes dont il se chaussa afin de mieux détailler le cadenas. Le barbier émit un soupir parfaitement audible. Au bout d'un moment -à l'instant où il hésitait à lui aplatir la mallette sur le crâne- le Français déclara :

"Elémentaire."

Il leva les yeux vers Mary tout en restant penché, et insista :

"Elémentaire."

Ensuite, il désigna le cadenas.

"En onze lettres. Sur terre, il y en a quatre et je ne suis pas le premier. Il s'agit de quelque chose en rapport avec Sherlock Holmes puisque ce nom est écrit sur la mallette, et en lien avec la terre ainsi qu'avec le chiffre quatre. Eléments : terre, air, feu et eau. Jeu de mots avec le héros de Sir Arthur Conan Doyle : élément-air. C'est élémentaire !"

Il nous nargua tout en affichant un sourire ravi et légèrement supérieur.

"Moi aussi j'aurais pu trouver." grommela Balthazar, agacé.

Ce fut au tour de Mary de rouler des yeux.

"Merci beaucoup. Vous venez... peut-être de sauver quelqu'un."
dit-elle, incertaine malgré tout. "Mais vous m'avez surtout éviter une horrible migraine, je vous revaudrai ça."

Le Français parut flatté. Le barbier, en revanche, perçut très nettement l'intonation exagérée de la jeune femme. Verne se lança alors dans un monologue assommant sans aucune utilité :

"Je vous en prie, c'est naturel. J'ai toujours eu le goût des énigmes. Etant petit, j'en inventais pour mon frère Paul. Il était contraint de les résoudre afin de retrouver ses jouets que je cachais dans des endroits improbables. Le pauvre y parvenait rarement..."

"Passionnant." coupa le barbier entre ses dents.

"Tu l'ouvres maintenant ?"
demanda Mary, impatiente.

Il lança un coup d'oeil oblique au Français. Hors de question qu'il partage cette affaire. C'était son détective, son problème, son amant à... son aimant à problèmes. Il se mordit l'intérieur des joues, en proie à une rage sourde. Tout commençait à se mélanger dans son esprit. Il devait retrouver son calme. Et pour cela, il ne voyait qu'une seule alternative : enlever son agaçant sourire à cet arrogant.

"BOM !"

Balthazar nota que le crâne du Français sonnait creux lorsqu'il fut heurté par la mallette en métal. Son regard devint fixe et prit une expression étonnée avant qu'il ne bascule en avant et ne s'écroule au sol, inerte.

Le barbier prit une profonde inspiration. Un imbécile de moins à prendre en compte. Comme c'était libérateur !

Mary ne bougea pas d'un millimètre. Elle le regarda, puis fit de même avec l'homme à terre.

"Efficace." nota-t-elle, presque admirative.

Tandis qu'elle se penchait afin de remettre correctement le béret sur la tête du Français -et peut-être vérifier qu'il n'était pas trop commotionné, Balthazar entra les lettres "ELEMENTAIRE" sur le cadenas digital. Dans l'éventualité où le mot n'était pas le bon, il trouverait un autre moyen de l'ouvrir. Il n'abandonnait jamais quand il avait une idée en tête.

La mallette s'ouvrit dans un déclic. Le coeur du barbier manqua un battement. Aussitôt, il en souleva le couvercle.

Il s'attendait à trouver absolument tout, voire même une vieille brosse à dents -Holmes étant un excentrique doublé d'un arrogant, il avait très bien pu tout orchestrer pour se moquer d'eux- mais au contraire, le contenu était on-ne-peut-plus-sérieux. Des dossiers, un livret de famille, ainsi que trois téléphones Nokia très anciens sur lesquels il était écrit "ultime recours". En se rendant dans le répertoire, il n'y vit que le numéro d'Elliot Sandman. Tiens donc... ils avaient eu la même idée. Sans même réfléchir, Balthazar plaça l'un des téléphones dans sa poche de manteau. Ceux-là étaient trop vieux pour être piratés. Il accordait encore quelques minutes à Holmes pour suivre ses directives, ensuite il aviserait et il appellerait du renfort.

Il s'intéressa ensuite aux trois dossiers. L'un concernait sa famille et ses relations, l'autre ses points faibles. Quant au troisième, il était codé ou représentait plutôt le crétinisme du détective au sommet de son art, car les pages étaient emplies de petits bonshommes occupés à danser. Il feuilleta rapidement le livret de famille, remarquant un prénom féminin accompagné d'une photographie abîmée volontairement. Une soeur ? Il lut ensuite les mots Mycroft Holmes et referma brusquement le livret en voyant la photo des parents Holmes. Il les avait rencontrés et cela lui avait suffi. A ces gens étaient greffés des souvenirs extrêmement désagréables.

Il prit le dossier concernant ses points faibles. Là étaient listées ses phobies et des informations détaillées concernant le moindre aspect de sa vie. Un frisson délicieux parcourut l'échine du barbier. Tout y était, jusqu'aux moyens de l'éliminer si jamais il basculait du mauvais côté. C'était... inespéré. Le regard de Balthazar brilla d'une lueur singulière. Il lui faudrait un certain temps pour tout lire, temps qu'il n'avait pas pour l'instant. Ce qu'il avait appris était suffisant : parmi ses plus grandes peurs capables de le faire chuter figurait celle de perdre John Watson et Angelika Beresford. A partir de là, qu'en conclure si l'un des deux venait de disparaître ? Qu'allait-il advenir du preux détective, à présent ? Il avait vu la détresse dans les yeux de Holmes après que la cervelle de l'idiot ait repeint les murs. Il s'agissait forcément de Watson.

Le barbier lança un regard complice à Mary. Se pouvait-il que le grand détective se découvre un brusque attrait pour le Mal ? Tous les trois, ils allaient faire des merveilles. Ou plutôt, un carnage. Tout dépendait du point de vue.

"Allons le chercher."

Sa voix possédait une intonation particulière, à la limite de l'enthousiasme. Cette découverte le rendait presque... euphorique. Une fois débarrassés de Moriarty, ils allaient beaucoup s'amuser. Une perspective plutôt engageante pour quelqu'un d'aussi sinistre que lui.
acidbrain

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

- I am not complete -
There is love in me the likes of which you've never seen. There is rage in me the likes of which should never escape. If I am not satisfied in the one, I will indulge the other.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t73464-we-all-deserve-to-die

Sherlock Holmes


« Tic tac,
sonne le glas. »


avatar


╰☆╮ Avatar : Benedict Cumberbatch

Ѽ Conte(s) : Sherlock Holmes
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Sherlock Holmes

☞ Surnom : Rémi
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 2807
✯ Les étoiles : 1228




Actuellement dans : « Tic tac,sonne le glas. »


________________________________________ Mar 26 Juin 2018 - 15:48

" Esclave de Corps, d'Esprit libre." Sophocle.






Les mains tremblantes, le regard vide et perturbé par les larmes, Sherlock observa l’écran s’éteindre. Combien de minutes passèrent ? Combien de seconde, il n’en savait rien. Tout se passa alors très vite dans sa tête. John était mort. Mort de chez mort. Et il l’avait vu dans ses yeux. Moriarty ne plaisantait jamais là dessus. La gorge serrée, il essaya de se détacher. Après la tristesse, le chagrin, venait toujours la vengeance. Et il allait leur faire payer. A tous. Après tout, Balthazar et la jeune femme étaient également responsables. Et il allait les tuer pour ça. Essayant de forcer les liens, il grinça les dents et foudroya Moriarty du regard.

« Détache moi. »


Ce dernier ne lui répondit pas, et se contenta de poser le téléphone sur la petite table d’appoint en aluminium. Fronçant les sourcils, il pencha la tête sur le côté, comme s’il essayait de lire dans les pensées du détective. Se contentant de baisser la tête pour ne pas le regarder dans les yeux, plusieurs zones de son cerveau s’activèrent. Il fallait qu’il sorte de là. Plusieurs possibilités s’offraient déjà à lui. Finalement, ce fut Moriarty qui brisa le silence.

« C’était donc si simple... »


Haussant les sourcils, Moriarty lui saisit le menton et le força à relever la tête. Sherlock lui cracha alors au visage. Moriarty récupéra la bave et la lécha en ricanant.

« Détruire, l’illustre, et célèbre, Sherlock Holmes... »


Essayant de bouger, Sherlock n’arriva pas à se déplacer d’un seul centimètre. Il était bien attaché. Finalement, Moriarty installa une chaise devant lui et se mit à l’envers sur cette dernière.

« C’était finalement facile. Après tout ce qu’on a vécu, j’ai jamais pensé à m’attaquer à ton acolyte. J’aurai du commencer par là… Bien maintenant, on va s’amuser un peu... On va voir, si le célèbre Sherlock Holmes, est finalement devenu comme celui qu’il déteste et qu’il hait temps... »


Enlevant la chaise, Moriarty, détacha Sherlock avec un couteau, et jeta ce dernier pour ne pas avoir d’armes sur lui. Se massant les poignets, il n’afficha pas la moindre mine surprise. C’était ce qu’il voulait. Le faire sombrer, assister à sa décadence, et s’en attribuer les mérites. Si il tuait Moriarty maintenant, il accomplissait ce dont il luttait depuis tant d’années… Et aujourd’hui, Mycroft ne pourrait rien faire. Mais l’homme est un animal étrange. Même s’il est un des plus intelligent de son espèce, lorsqu’il est blessé, surtout au coeur, il riposte, plus fort. C’est Naturel. Même si vous en avez conscience, vous frappez… Toujours.
Avec la vitesse d’un serpent, le bras de Sherlock partit vers l’avant et saisit le cou de Moriarty, avec la ferme intention de lui broyer. Ce dernier ce mit à sourire, et se laissa faire, tombant à genoux sous la force du détective.

« Vas-y ! Vas-y ! J’aurai un héritier ! La boucle sera bouclé, et personne ne pourra t’arrêter ! Dom...mage… Que j’puisse… pas… Voir ça… ! »


Tout passa à la vitesse de la lumière dans les yeux de Sherlock. Sa famille, Mycroft, Kida, Angelika, Katelyn, Watson, Graves. Leurs visages passèrent devant ses yeux, et celui de Kida resta un long moment. Finalement, il desserra son emprise, et frappa Moriarty à l’épaule pour qu’il puisse tomber sur le côté. Suffoquant, il se mit à hurler comme un dément.

« J’en étais sûr ! On avait parié ! T’y arriverais pas ! Il n’y a pas la moindre once de noirceur en toi Holmes ! Finalement, tu as été mal… Programmé ! »


Programmé. Programmé.
Avec une férocité sans nom, il arriva à soulever Moriarty du sol pour le planquer contre le mur, ses mains fermement serré sur son col.

« Tu as oublié… Sherlock ! Ah ah ah ! L’esprit est un outil parfaitement étrange, quand tu le reprogrammes, il a tendance à se protéger de lui même ! De nous tous, tu étais le meilleur pour ça ! Ca m’ennuie de le dire, mais tu étais le plus prometteur, et le plus… Récalcitrant. »

Le serrant plus fort, ses pieds ne touchaient plus le sol. Le regard de Sherlock était meurtrier. Il perdrait totalement son sang froid. Frappant son corps plusieurs fois contre la paroi en métal du bâtiment. Il hurla :

« De quoi tu parles ?! Parles ! »

Plus il frappait Moriarty, plus ce dernier riait aux éclats. En vérité, il aimait ça.

« Golspie. »


Le mot déclencha en lui une succession d’images. Tout passa à la vitesse d’un éclair dans son esprit. C’était la ville où il était allé en école privé. Un matin, des hommes étaient venu voir ses parents. Pour le mettre dans une école… De « surdoués ». Maintenant il se souvenait…

*** Golspie, école Privée Sainte Elizabeth. Dans le Nord de l’écosse.***

L’école était comme tous ses bâtiments anglais. Froid, anciens. Autrefois, ça avait un château, où un seigneur avait refusé de se soumettre à la couronne d’Angleterre. Aujourd’hui, seul l’air glacial pouvait encore témoigné des cris d’horreur d’autrefois.
Sa chambre se situait sous les combles. Elle était simple, elle était sobre. Sinistre même. Deux lits en acier était posé contre les deux murs de la petite pièce, ainsi qu’une unique armoire. En face de la porte, une toute petite fenêtre à barreaux éclairer très faiblement l’endroit.  Sur le lit, un petit garçon était assis, ses jambes balançaient. Son regard fixait le mur sans aucune expression, on aurait pu croire qu’il était en mort cérébral. Le petit Sherlock posa sa valise sur le lit, et s’assit en face.

« Salut ! »
dit-il avec entrain malgré le sinistre endroit. 

« Salut. »


Le garçon le regardait à peine. Quelque chose clochait. Le brillant cerveau du petit Sherlock, même pas entièrement développait tourné déjà à mille à l’heure.

« Ca va ? Tu as l’air… Triste. »


Le garçon, à l’évocation de ce mot, répondit simplement.

« Non. Je vais bien. Très bien. »


« Comment tu t’appelles ? Moi c’est Sherlock ! Sherlock Holmes ! Et je deviendrais le détective le plus brillant de tout Scotland Yard ! »


Le garçon souria un peu, malgré la pâleur de son visage.

« Je m’appelle Jim. Jim Moriarty. »


*** Aujourd’hui. ***


Lâchant l’homme qu’il avait autrefois connu, et dont il avait tout oublié, il recula de plusieurs pas. Sa vue le dégoûtait. Posant une main sur sa tempe, il se plia en deux. La douleur dans son esprit était fulgurante. Moriarty pencha alors la tête pour le regarder.

« Oh !! Ca y est ! Ca remooooonte ! Alors ! Tu te rappelles Cap’taine Sherly ?! »


Cap’taine Sherly ? Un autre souvenir remonta.

*** Plusieurs mois plus tard. ***


Moins joyeux, le petit Sherlock était désormais avec son nouvel ami, Jim. Tout deux étaient à la lisière de la forêt du grand Nord de l’écosse. On pouvait entendre la mer frappait la falaise, un kilomètre plus loin. A leurs pieds, une biche, blessée à la patte les observaient d’un air apeuré.

« On devrait aller prévenir l’école Jim… Elle va mourir... »


Prévenir l’école. Au fond de lui, son esprit lui soufflait que ce n’était pas la bonne chose à faire. Tournant la tête vers le sinistre bâtiment, son regard se perdit dans le vide. Les séances de projections du soir, et leur professeur de « moral » étaient étranges, et leurs méthodes bizarres. Des films étaient projetés en boucles, des enregistrements envoyés dans des casques sur leurs oreilles, et surtout, beaucoup de questions. Beaucoup d’échanges étranges, avec leur précepteur du soir… En blouse blanche…
Revenant à la scène qui se déroulait sous ses yeux, Moriarty fixait la biche avec un regard étrange.

« On devrait la tuer. »


Sherlock fronça les sourcils. Oui… Oui, il fallait qu’elle meurt ! Après tout, les grands esprits servaient à ça. Rétablir l’équilibre, éliminer les faibles, servir les plus Grands. Servir la Cour. Secouant la tête, un petit choc électrique de son cerveau le ramena à la raison.

« Non. Non, ce n’est pas bien, Jim. »


Moriarty l’observa avec un air étrangement confiant.

« Bien sûr que si, Sherlock. C’est ce qu’on apprend non ? A tuer. Nous sommes fait pour ça, nous, les grands esprits. Rétablir l’équilibre, comme… Des dieux... »


S’avançant avec un petit couteau, il voulut trancher la gorge de l’animal. Ses yeux n’avaient plus peur désormais. C’était l’effroi qui avait envahi le regard de la bête. Attrapant le poignet de Jim, Sherlock déclara d’un ton autoritaire.

« Non ! Arrête ! Ne fait pas ça ! »


Mais le petit Jim lui mit un coup de poing si violent qu’il bascula à la renverse et perdit connaissance.
Quand il réouvrit les yeux, la biche était morte. Moriarty était à côté d’elle, tenant fierement le couteau. Un homme en blouse blanche observait la scène, et prenait des notes sur un vieux carnet.

« C’est toi qui a fait ça Jim ? Ou Sherlock ? »


Se tenant la joue, visiblement, le Précepteur ne semblait pas se soucier de son état, mais il était uniquement concentré sur le travail de Jim.

« Non, c’est uniquement moi ! Sherlock ne voulait pas ! Mais c’est ce qu’on apprend ! A tuer non ? »


L’homme mit longtemps à répondre car il nota beaucoup de chose sur son carnet.

« Oui, Jim. Nous faisons ça pour la Cour. Car vous êtes la Succession. Les esprits les plus brillants, pour servir le crime. Sherlock, relève toi… Nous allons te soigner. Jim, laisse la bête ici, et rentre te laver, nous en parlerons ce soir. »


L’homme prit Sherlock par les épaules avec tendresse et le redressa, puis il le raccompagna vers le château et lui dit d’un ton compatissant.

« Ce n’est pas grave Sherlock… Même si tu es le meilleur, tu n’es pas encore prêt... »


*** Aujourd’hui. ***


Lâchant sa tempe, il fixa Moriarty avec effroi. Il se souvenait. Pas encore de la totalité, mais il se rappelait de son enfance, dans cette école étrange. Ces parents l’y avaient amené, car elle était soit-disant une école de surdoué. Mycroft n’avait pas pu y aller, car il était trop… Vieux. Il s’en rappelait maintenant. Et lui… Moriarty… En fait, il avait toujours été là… Mais qui avait réussi à effacer ses souvenirs ? Et comment ? Il y avait plus urgent à gérer. Il verrait ça plus tard.

« Toi... »


Moriarty bomba le torse fièrement, malgré la douleur et déclara en ricanant comme l’enfant d’autrefois.

« Oui ! Moi ! Tu te rappelles maintenant ! Génial ! »


Fronçant les sourcils, Sherlock regarda autour de lui. Il venait de comprendre. Ce n’était qu’un prétexte. Tout ça n’était qu’un prétexte. Une mise en scène. L’objectif c’était juste… De le finaliser. De le recontacter. Il avait été manipulé par quelque chose d’encore plus grand que Moriarty. On voulait qu’il se rappelle. On voulait que les souvenirs remonte. On voulait que les mécanismes de protection de son cerveau cède, pour que ce qui y avait été intégré ressurgisse. Mais ça avait échoué, à la place de cela, son esprit avait encore gagné. Il en était sorti plus fort. Il se rappelait, maintenant. Et ça, ça n’allait pas aidé ceux qui avaient cherché à le transformer en tueur en série. Mais ils devaient être désespérés. Car ils savaient que c’était… A double tranchant.

« Donc ce n’est… Qu’une mise en scène ? »


Jim hocha la tête du haut vers le bas, satisfait du travail accompli. Même s’il avait failli à sa mission, il semblait plutôt satisfait.

« Les enfants sont des élèves de l’école ! Depuis le cas Sherlock Holmes, ils ne prennent plus de risques avec les esprits… Récalcitrants… Par contre John, lui, est bien mort. C’était nécessaire. Pour déclencher, le traumatisme... »


Fronçant les sourcils, et portant encore une fois une main à sa tempe, Sherlock fixa un moment Moriarty, puis finit par dire :

« Tu me le paieras, Jim. Et très cher. Mais pas maintenant. Je dois rejoindre les autres. Je dois encore faire quelque chose. »


Moriarty fit la moue. Comme si il était déçu.

« Alors tu vas pas me tuer et tu vas me laisser comme ça ? »


Ricanant, il enfila son manteau, qui était posé dans la pièce.

« Je te laisse rangé et déguerpir avant que les dieux ne s’en mêlent. Crois moi, ça ne serait pas bon. Pas besoin, tu auras ta punition. La Cour des Hiboux ne pardonnent pas l’échec. Tu te souviens ? »


Puis, laissant Moriarty là, il sortit du hangar par la porte de secours et observa le soleil. Il devait rejoindre les autres.





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥

“ Alors ça, c'était bizarre.”


Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Who You Really Are - Balthazar Eulalie Sherlock [Fe]





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations :: ➹ Baker Street