Magic
League 3

de Dyson

Miroir
Magique
de Anastasia

AWARDS :
Rentrée 2018
de Eulalie


Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Magic League, chapitre III ☆ Evénement #98
Une mission de Dyson Walters - Ouverture : septembre 2018
« La Chute des Héros ! »

Partagez | .
 

 Je n'aurais jamais cru que tu aurais fais ça ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Jasmine Ravija


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Zendaya Coleman

Ѽ Conte(s) : Aladdin
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Jasmine

✓ Métier : Princesse à temps complet et serveuse dans le restaurant familial
☞ Surnom : Jas', Princesse
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 215
✯ Les étoiles : 3304




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Ven 20 Juil 2018 - 3:03

Ali ∞ Jasmine
Tu as brisé mon rêve bleu et je ne suis pas prête à te pardonner
Aujourd'hui, j'avais supplié mon père de s'octroyer une journée de pause. Il se donnait à fond dans son restaurant mais il n'était plus de toute première jeunesse il fallait bien qu'il s'en rende compte. Il ne pouvait pas non plus s'usait à la tâche. J'avais donc réussi à le convaincre qu'on se prenne du temps rien que nous deux pour passer de bons moments père-fille comme on le faisait autrefois à Agrabah. Il avait accepté mais difficilement. On sait de qui je tiens mon côté têtu. Enfin bon j'avais réussi mon coup et j'étais très fière de moi. Au restaurant, pendant ce temps-là, c'était Rajah en cuisine et au service une jeune femme qu'on avait embauché il y a quelques mois.

Tu peux pas savoir à quel point je suis contente qu'on se retrouve mon papa ! Je dis ça en m'asseyant à côté de lui sur notre grand canapé. Il me fait un sourire et me serre contre lui un instant. Mais, je vis rapidement dans son regard que quelque chose n'allait pas. Oh oublie ton resto une journée s'il te plait fais pas cette tête! C'est pour me faire plaisir que t'as accepté je le sais et ça te coûte beaucoup je le sais aussi mais si c'est pour faire cette tronche... Je n'eus pas le temps de finir ma phrase qu'il hocha la tête de droite à gauche. Je fronçai les sourcils et posai les mains sur mes hanches. Je voulais clairement une explication à ce geste. J'ai... appelé quelqu'un pour qu'il vienne me voir aujourd'hui. Il était hésitant dans ces mots et je trouvais ça vraiment louche. Je cherche à qui il aurait bien pu faire appel mais je ne trouve pas de suite. C'est en voyant son regard limite honteux que je comprends. Dis-moi que t'as pas fait ça papa !! C'était notre journée et tu en profites pour l'appeler lui ?? Mais c'est pas possible !! Ma voix monta très vite en tonalité. Je serrai les poings très fort. Ça sera sans moi !! Je ne veux pas le voir et tu le sais très bien ! Il se leva du canapé et vint vers moi. Il me prit par les épaules pour que je le regarde mais je détournais les yeux. Ma fille ! Je ne fais pas ça contre toi et tu le sais aussi. Ali ... est mon successeur et j'ai besoin de lui parler. Je me mordis la lèvre aussi fort que possible en entendant ça. T'aurais pu choisir un autre jour que celui-là ! C'était NOTRE jour ! Je croisais les bras sur ma poitrine. Je boudais clairement. Cesse de faire l'enfant, veux-tu ! Il sera là d'une minute à l'autre et tu ne pourras le fuir éternellement. Je levais les yeux au ciel. Si tu savais ce que j'ai envie de lui faire tu n'aurais même pas eu l'idée qu'on puisse être dans la même pièce lui et moi ! Il m'a abandonnée ! Et il se pavane dans son palais avec ... elle et moi ?? J'ai quoi ?! Hein ?! Je ne veux plus le revoir !! Faites vos petites affaires mais moi je me casse !! J'entends mon père grommeler derrière moi mais je n'en ai que faire. Je fais quelques pas en direction de la porte quand notre majordome arrive avec Ali. Eh merde ! Si j'avais su je serais aller bosser !
code by Silver Lungs
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79256-jasmine-now-i-m-in-a-

Ali Nacer


« I'm not a prince, I'm a retriever »


avatar


╰☆╮ Avatar : ❤Deniz Akdeniz❤

Ѽ Conte(s) : ❤Aladdin ❤
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le héros au coeur pur

✓ Métier : Papa- Sultan -Directeur de l'Orphelinat - Gambali


☞ Surnom : ❤Ali❤
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 7749
✯ Les étoiles : 32378




Actuellement dans : « I'm not a prince, I'm a retriever »


________________________________________ Mar 24 Juil 2018 - 1:18

Ali ∞ Jasmine
Tu as brisé mon rêve bleu et je ne suis pas prête à te pardonner
Il était très tôt ce matin, je m'étais réveillé avant tout le monde pour me préparer a ma rencontre avec le Sultan, dans ce monde je pouvais aussi le surnommer beau père. Il m'avait convoqué pour une raison encore inconnue, mais il m'avait informé que cette rencontre allait changer ma vie. Donc je me doutais du sujet, nous devions discuter du couronnement. De mon couronnement, qui ferait de moi un Sultan. J'aurais donc les lourdes responsabilités qui allaient avec ce statut. Je devrais veiller sur mon peuple prisonnier de Storybrooke. Rassurer celui-ci en  promettant que je trouverais le moyen de retourner dans notre chez nous, ou faire venir nos royaumes a Storybrooke.  Mais cela , je devais prendre le dessus de ma peur et démontrer que je serais à la hauteur d'être le successeur. 

Mais en tant que Sultan,  j'avais un autre rôle, celui d'avoir une Reine à mes côtés et d'avoir une certaine responsabilité envers elle. Cette Reine était son unique fille : Jasmine. Malheureusement entre elle et moi il avait une tension..Parce qu'il a très longtemps avant qu'on soit prisonnier du temps à cause d'une malédiction. Je m'étais enfui par peur, de ne pas  être le garçon qui lui fallait. Mais à cet époque, je n'étais qu'un enfant qui découvrait le monde..comme l'amour. Mais depuis ma fugue, je culpabilisais que nos chemins soient séparés. 

Mais aussi de ne plus avoir le devoir d'être le premier pour qu'elle devienne une femme. D'être le premier a qui elle voudrait s'offrir..Parce qu'en temps de souverrain c'était mon devoir de la déflorer. De découvrir chaque détail de sa peau satinée sous mes doigts, quand je la caresserais passionnément. C'était mon devoir d'imprégner mon parfum sur son corps quand nos corps fusionneraient pour faire qu'un. C'était mon devoir de lui murmurer dans un souffle chaud, collant ma bouche  au creux de l'oreille: Qu'elle était ma possession, même si elle aurait la liberté d'avoir un autre homme après moi. Elle devait allégeance a son roi, non a l'homme sous le costume. Mais ce devoir je l'avais échoué..Parce que je n'avais pas consumer mon mariage en passant a l'acte. Non mon destin avait changé..Aujourd'hui je partageais ma vie avec une autre princesse. Mais mon coeur ne pouvait pas effacer ma romance avec ma Reine..Tout simplement parce que toutes mes histoires amours  vécues étaient enfermées dans un horcruxe qu'on appelait scarabée.

Aujourd'hui, je vivais dans un luxueux Palais comme je l'avais toujours espérer. Celui ci était  au milieu de la forêt, protéger par une puissante barrière magique aux apparences trompeuses. Parce que de l'extérieur ça ressemblait a un taudis. Ma demeure était à l'image de ce que j'étais, un prince mais avant tout , un va nu pied. De mon balcon je pouvais apercevoir de loin la demeure de la famille royale . Cette demeure ou je devais me rendre, et la revoir pour la deuxième fois depuis cinq ans maintenant. Parce que le hasard et la magie , nous avait fait rencontrer dans un autre royaume..Lors de cette aventure, j'avais voulue me faire pardonner en voulant renouveler nos vœux, mais elle avait préférée m'ignorer malgré la sérénade romantique qui flattait son ego et la danse ou nos deux corps s'étaient frotter l'un a l'un..mettant le feu à la scène et donnant une ambiance chaude aux spectateurs.  Mais aujourd'hui acceptera-t-elle je vienne chambouler son foyer de confort avec ma présence ?  

Parce que malgré nos alliances a nos doigts et ce contrat de mariage sur parchemin , nous étions plus un couple..Mais une image politique aux yeux de notre peuple. Je craignais un peu la réaction de la Princesse Arabe. C'était pour cette raison, que j'avais enlevé ma bague d'union qui prouvait qu'en tant que Dauphin  d'Agrabah , j'avais une favorite..Que Laureline était ma maîtresse . Je voulais éviter tout scandale !

 Je rangeais cet anneau dans une boite de velour, que je cachais du regard de Laureline en la rangeant dans un coffre encastré derrière un tableau de ma couche. Parce que la connaissant, elle avait une soif de curiosiété et elle se demanderait le pourquoi j'avais retirer de mon annulaire notre symbole d'union, si elle tombait par hasard sur cette boite..Et je n'avais pas envie de justificier , ni même l'inquièter pour une simple visite chez sa rivale. Parce que le stress n'était pas bon pour la grossesse. Surtout que mes embryons avaient été ébranlés par notre aventure au royaume du cartoons. Et j'étais toujours effrayé a l'idée d'une fausse couche, que je lui avais ordonné depuis ce jour d'être clouer à son lit dans la chambre poupre. Même si elle s'y opposait..préférant vouloir se rendre à son boulot . Mais il n'en était pas question, malgré le petit pincement au coeur que j'avais en lui refusant sa liberté. Mes héritiers étaient en jeux..J'avais donc précisé au personnel du Palais de l'empêcher de quitter sa prison dorée jusqu'à nouvel ordre. Enfin jusqu'à ce que je revienne de chez le Sultan. Enfin de ma journée de travail a l'Orphelinat pour Laureline, parce que j'avais du lui mentir pour le bien de tous.. Pas simplement Laureline, mais aussi à cause de ma gamine adoptée qui était une détective en herbe, qui fouinait trop dans mes secrets.

 C'était pour cette raison qu'au lieu de me vêtir d'un costume traditionnel oriental. J'avais opté pour un complet noir, avec une chemise mauve clair et des souliers noirs cirés, au lieu de mes sandales. Par contre j'avais  mes bijoux habituels , comme ma chaîne scarabée que je glissais sous ma chemise légèrement ouverte, pour laisser voir un peu de peau caramélisée. Parce que je n'aimais pas les cravates même si j'en portais pour quelques occasions. Mais pas pour celle-ci ! Je n'attachais pas les boutons de mes poignets,  les laissant ouverts à cause de mes bracelets dorées ornées de pierres précieuses qui étaient légèrement massifs. Je passais une main dans ma chevelure noir corbeau, pour les ébouriffer, tout en me regardant dans la glace du miroir de la coiffeuse de Laureline. Pour conclure , je finissais avec une petite touche personnelle: mon parfum a la saveur de miel. Enfin prêt ! Je regardais le grand pendule de la pièce, qui indiquait sept heures.  

Je me dirigeais donc vers le dressing, pénétrant dedans. Le placard était assez grand, on pouvait voir des tenues et d'accessoires d'hommes de toutes sortes. Mais aussi des objets appartenant a Laureline de ses aventures passées..Ensuite, Je prenais le rebord d'une peinture qui représentait une galaxie qui se trouvait au bout du placard. Et j'ouvrais la porte secrète qui menait a la chambre pourpre. .
Les murs de cette chambre étaient peinturés d'un violet très foncée, pour donner une ambiance feutrée. 

Dans cette pièce, il avait une porte de bois qui menait a un grand dressing, ou il avait les vêtements de Laureline de sa vie humaine, mais aussi des robes princières et des dessus osées. Il avait le paradis de chaussures pour les femmes. Il avait aussi une commande avec pleins de tiroirs ou elle pouvait choisir des bijoux et accessoires de luxe pour ses cheveux. Dans la pièce, il avait une grande armoire, ou il avait des accessoires pour des jeux coquins. Il avait aussi un coffre qui cachait des costumes. Je m'approchais du lit baldaquin, passant a coté de deux berceaux vides. C'était les futurs moises de mes jumeaux. D'un revers de la main, je tassais le rideau voilé violet qui entourait le lit. Je me glissais silencieusement dans mes draps satinées, pour venir m'installer en arrière de Laureline. Déposant une main sur sa hanche, je la faisais reculer contre moi pour  la  coller. Et je l'observais dormir sous sa couverture de fourrure tigrée. Je dégageais quelques mèches de son oreille pour lui murmurer des mots doux. Et déposait une main sur son ventre, pour sentir les petites vagues de ses embryons qui grandissaient en elle. Je déposais un dernier baiser sur sa joue. Avant de me redresser et quitter la pièce..

De retour dans ma couche, je mettais mon veston quand soudainement, la nourrice de Kenza, mon bébé sorcière arrivait dans la pièce avec mon trésor dans les bras. En voyant ma princesse, mon regard noisette scintillant comme devant une  bonne glace au chocolat. On pouvait ressentir tout mon amour pour elle en ce moment. Je m'approchais d'eux..Mon enfant me tendait les bras, elle bougeait ses petites mains en les fermant et les ouvrant pour m'insister  a la prendre, mais je devais résister a la tentation. Parce que la présence de la nourrice voulait dire que mon carrosse était arrivé. La gouvernante me confirmait: Monsieur , la voiture du majordome du Sultan est là. 
Bien merci, je compte sur vous pour prendre soin Kenza et veiller sur Laureline, elle dort encore. Dites lui que la Sage femme viendra voir si sa grossesse se passe bien.

Oui j'avais décidé de prendre une sage femme. Parce que je trouvais que la modernisation enlevait la magie d'une naissance. Je désirais que mes enfants naissent dans leur maison..Mon Palais et que Laureline soit traitée aux petits onions durant sa grossesse. Mais je l'avoue que la grossesse de ma favorite, me prend parfois maniaque et contrôlant. Que mon coté protecteur et papa poule prenait  le dessus du Prince aventurier. Je décidais de m'éloigner quelques secondes, vers le berceau de Kenza qui trouvait dans ma chambre et de prendre sa peluche rose en licorne. Puis je revenais vers mon trésor et sa gardienne, tendant la licorne a mon bébé. Une peluche qu'elle prenait sans hésiter et serrait contre elle pour se réconforter. Elle me regardait de son regard émeraude , suçant sa suce fortement. Elle se doutait que je m'en allais quelque part. Elle n'aimait pas le détachement, car la lueur rouge de son collier était plus lumineux, comme son morceau de scarabée autour de mon cou. Tout simplement parce que nos bijoux étaient relier par notre lien magique et empathique. 

J'embrassais délicatement mon bébé sur sa petite tête, avant de la rassurer en caressant sa petite joie. - Papa reviendra vite mon trésor..Puis je quittais la chambre dans un nuage de fumée dorée. 
J'embarquais dans la voiture sur la banquette arrière, nous prenions la direction de la demeure de la famille royale, mais je demandais au chauffeur de faire un arrêt ..Pour une surprise . Arrivé devant la luxueuse demeure de la famille Royale, le chauffeur m'ouvrait la portière. Je lui faisais signe de la tête en remerciant. Me dirigeant vers l'entrée, bouquet de fleurs a la main. Un bouquet de Lys blanc. Le Majordome en arrière tenait des sacs de boutiques pour femmes. Je n'allais quand même arriver les mains vides quand même surtout que j'allais devoir affronter une Princesse avec un caractère de chameau, donc pourquoi pas la distraire avec de jolis présents.  Surtout qu'elle n'allait pas apprécier ma présence.

Mais la porte s'ouvrait a mon arrivée, Jasmine était devant moi dans une tenue aguichante.  Mon regard l'analysait de haut en bas avec désir. Je passais le bout de ma langue sur ma lèvre inférieure. Mon regard savourait chaque courbe de son corps inaccessible. La robe était moulante ! Celui-ci terminait sa course, vers la fin de sa robe, pour admirer le haut de ses cuisses nues. On pouvait même se demander si elle portait une petite culotte ou non..Pour le confirmer il voudrait qu'elle se penche. La paillette de la tenue était dorée. Une couleur qui mettait son teint capucino en valeur. Mais une couleur que j'appréciais. Elle portait des talons aiguilles avec des lanières fines, qui rendait encore plus ses jambes félines. 

Même si je la préférais nu pied, parce que le fait qu'elle soit plus petite que moi, la rendait plus vulnérable et fragile. Je relevais le regard, pour m'attarder vers sa petite poitrine. Qui était plus petite que celle de mes maîtresses. Mais est ce que c'était important pour moi ? Non je n avais pas de préférence pour les seins. Et toute façon, elle ne me laisserait pas les effleurer.  C'était pour cette raison que j'observais attentivement le pendentif a son cou. Une longue chaîne simple, avec deux saphirs, dont un a l'extrémité qui venait m'agacer parce que celui-ci me forçait a fixer, entre ses seins. L'ambiance commençait a s'enflammer, que des gouttes de sueur commençait a me couler le long de son front. 
Mais pour defaire le malaise, parce que j'étais en train de la reluquer..Et c'était très malsain surtout envers Laureline..et il ne fallait pas oublier mon beau père présentement assit confortablement dans le canapé. Je tendais donc le bouquet a Jasmine. Elle le prenait du bout des doigts. Elle ne prenait pas la peine de le sentir, prenant son air indifférent et hautain. Une gouvernante arrivait nous, faisant une révérance pour moi, me saluant avant de prendre les fleurs des mains de la Princesse , pour les mettre dans un vase qu'elle déposait sur une table du chevet du salon.

 Mais j'avais cru voir une petite teinte rosé comme de la fraise, sur ce visage délicat. Ce visage dont j'aurais repris possession de cette bouche, pour me rappeler son gout.  Pouvoir de nouveau me noyer dans son regard, pour y lire de l'amour. Mais je devais résister a Jasmine..et surtout a ce corps qui m'aguichait l'entre jambe. Parce que j'étais convaincu qu'elle s'était vêtue aussi joliment pour me séduire. Pour me tourmenter..Et me guider vers le chemin de la tromperie, de la luxure. Elle voulait être ma succube. Elle voulait que je la prenne , là maintenant.  Elle voulait que ça soit elle et moi.. Elle voulait son rêve bleu ! 

Mais  ce n'était pas possible, même si une partie de moi regrettait autrefois. Parce que le destin avait choisie une nouvelle voie pour nous.Cette voie me menait vers Laureline. Mais je n'étais pas la seule raison, pourquoi je ne pouvais pas me laisser guider vers le pêché ? Parce que mon beau père était présent..Et il n'aurait pas apprécier être témoin de mes galipettes avec sa fille chérie. Parce que si j'aurais été libre. Avoir aucun engagement, Être de nouveau âgé de seize ans ..J'aurais aggriper la Princesse par la taille,la soulevant enroulant ses jambes de la mienne pour la monter a l'étage dans sa chambre en refermant la porte, pour prendre ce qui m'appartenait la consummation de notre mariage.
Pour refroidir l'ambiance de regrets, remords et de fantasmes. Je lui faisais signe de tête pour la saluer , parce qu'elle n'aurait jamais acceptée que je lui prenne la main pour lui faire la bise.- Princesse Puis je passais a coté , mais a mon passage mes doigts frôlaient sa main. Elle n'attrapait pas ma main  pour  me retenir.Elle faisait son indifférente, trop fière et démontrer que je lui faisais encore.  Mais elle avait pu sentir mon parfum de Miel venir chatouiller ses narines pour l'ensorceler. Je me dirigeais donc dans le petit salon, pour saluer le Sultan faisant une demie révérence . - Bonjour Monsieur, merci de votre invitation..Puisque m'emprunter votre salle de bain quelques instants avant notre discussion? Pendant ce temps là, le majordome demandait ou il pouvait déposer les paquets à la Princesse. Le Sultan m'indiquait le chemin vers la salle de bain.

Je montais donc l'escalier de l'étage..La haut toutes les portes étaient fermées. Je décidais de prendre la première espérant qu'il s'agissait de la salle de bain, j'avais besoin de me passer un peu d'eau dans le visage pour déstresser de toute cette pression princière. Cette visite et la présence de Jasmine m'angoissaient légèrement.  Sans regarder dans quelle pièce je me trouvais..je fermais la porte. 

Soudainement je retournais troublé..Je me trouvais dans une chambre a l'apparence feutrée à cause des murs couleurs cinquante nuances bleutées mêmedes rideaux sombres. L'ambiance était magique, parce que la lumière du lustre était violacée et brillante..Ce qui donnait un reflet sur les draps blancs du lit soigneusement fait et sans défauts. Un lit qui semblait froid et qui manquait de chaleur..  Aucune couverture de fourrure..ni de laine. Je regardais le plancher, il n'avait même de carpette..Quel dommage d'ailleurs ! Je m'avançais dans la pièce,  plus précisément dans le lit sur lequel je me donnais une poussée par l'arrière pour atterrir dessus celui-ci.. regardant le plafond étoilé,relaxant quelques minutes..essayant de vider mon esprit,tout en fermant mes paupières. Quand soudainement, j'entendais des bruits de talons..et la poignée se tournait..
code by Silver Lungs

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Broken Dream
Comme les rêves sont cruels , qui nous laissent entrevoir des merveilles pour mieux nous en priver !Chaque jour j'aurais le mal de toi.Rêver seul ne reste qu'un rêve. Rêver à deux devient une réalité 
En ligne

Jasmine Ravija


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Zendaya Coleman

Ѽ Conte(s) : Aladdin
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Jasmine

✓ Métier : Princesse à temps complet et serveuse dans le restaurant familial
☞ Surnom : Jas', Princesse
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 215
✯ Les étoiles : 3304




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Ven 27 Juil 2018 - 1:01

Ali ∞ Jasmine
Tu as brisé mon rêve bleu et je ne suis pas prête à te le pardonner
En cet instant, je voulais être partout ailleurs sauf ici, chez moi. Sans que je le sache mon père avait appelé Ali, mon mari, pour qu'il le retrouve à la maison pour lui parler succession. Mais cela faisait quelque temps qu'on ne s'était pas vu lui et moi et je n'avais aucune envie de le revoir. La souffrance qu'il m'avait infligée était encore bien trop présente. Et même si, je le reconnais, la dernière fois qu'on s'était croisés, il avait voulu faire des efforts envers moi. Il avait voulu renouveler nos vœux de mariage mais à ce moment-là, j'étais encore bien trop en colère pour lui pardonner quoique ce soit. Et à chaque fois que je le voyais tout notre passé me revenait en mémoire et mon cœur se serrait de douleur. Mais là, j'étais bien obligé de rester face à lui. Mon père attendait derrière et j'allais me prendre une grosse réflexion si je bougeais ou si je l'envoyais chier alors je restais de marbre devant Ali. Qui l'aurait cru, il y a quelques années en arrière, que notre relation allait devenir aussi tendue. Pas moi en tout cas et pourtant.

J'essayais de ne pas le regarder mais je ne pus m'en empêcher bien longtemps. J'étais alors surprise par son regard qui se baladait sur mon corps. Je voulais lui mettre une baffe pour le faire stopper mais je me ravisais bien vite. Et, pendant qu'il était occupé, je fis la même chose que lui. Cet instant ne dura pas très longtemps mais je pus admirer sa nouvelle carrure. Il était bien chic en costume avec sa chemise légèrement ouverte sur son torse laissant apparaître sa peau couleur caramel. Il s'était encore un peu étoffé niveau musculature ça se voyait au niveau des épaules. Elle étaient un peu plus larges que la dernière fois. Je remarquais chaque détails qui avaient changé. J'étais très observatrice avec lui et je ne manquais rien. Sa chevelure d'un noir ébène était laissée en bataille. Ça lui donnait un côté rebelle et sauvage. J'avais toujours aimé ça chez lui. J'avais comme une envie de mettre mes mains dedans et de les ébouriffer encore plus. Je terminais enfin mon inspection sur ses lèvres. Elles étaient toujours aussi irrésistibles, bien charnues et gourmandes. J'avais envie d'y goûter, là tout de suite, rien qu'une fois encore, mais il était hors de question de flancher. Je me racle alors la gorge et on sort de nos rêveries tous les deux. Il me tend un bouquet de lys blancs. Mes fleurs préférées ... J'eus un pincement au cœur. Il n'avait pas oublié ça. Je fus touchée par le geste et surtout par le fait qu'il s'en souvienne. Mes joues se teintèrent de rose mais j'essayais de me ressaisir vite. Je repris mon air hautain et lui pris le bouquet du bout des doigts pour le donner à ma gouvernante afin qu'elle le mette en eau.

Je soupirai intérieurement. Je me battais contre moi-même en ce moment. Une partie avait envie de lui sauter au cou et de l'embrasser amoureusement et l'autre lui faisait clairement la guerre. C'était dur de concilier mes envies. Et la suite n'allait rien arranger. Il me salua d'un signe de tête en me disant le mot que j'aimais entendre dans sa bouche parce qu'il n'avait pas la connotation habituelle. Entre ses lèvres ce mot avait toujours eu pour moi un sens affectueux comme un surnom d'amoureux. "Princesse", ça m'avait manqué. Mais pas le temps de se laisser perturber de plus. Il passa à côté de moi et je sentis sa main frôler la mienne. J'avais envie de la retenir mais je me retins moi-même de le faire. Je soufflais doucement pensant que le plus dur était passé mais son parfum vint s'engouffrer dans mes narines. Instinctivement je fermai les yeux et inspirai grandement. Je fus aussitôt transportée dans nos souvenirs. J'étais avec lui, sur son tapis volant, ce soir là où le ciel s'était teinté de toutes les couleurs possibles et imaginables. J'étais contre lui et il avait déjà sur lui cette odeur de miel. Nous avions échangé cette nuit-là notre premier baiser. Ce parfum m'avait toujours ensorcelée à tel point que j'imaginais que sa peau avait ce goût là. J'imaginais ma bouche effleurant sa peau. Je la pensais suave et sucrée. Mon cœur s'emballa très vite, trop vite peut-être parce que je sentis une vague de chaleur envahir mon corps. Et je fus sortie de mes rêveries par notre majordome qui, derrière moi, me demandait quoi faire des paquets. Tiens je n'avais même pas remarqué qu'il avait amené des cadeaux. Je lui indiquais un endroit et je me dirigeais vers le bouquet de lys. Je me penchai et le sentis. Les fleurs sentaient trop bon et je me perdis de nouveau dans mes rêveries avec lui avant que mon père ne m'en sorte.
- Ali est parti se rafraîchir mais j'aimerais que t'ailles voir s'il n'est pas perdu.
Je levais les yeux au ciel mais je m'exécutais. Je n'avais pas envie de le retrouver dans ma chambre. Je montai rapidement l'escalier et je m'arrêtais devant ma pièce en priant pour ne pas le voir là. J'ouvre la porte et là je vois rouge. Il était carrément allongé sur mon lit ! Quel culot ! Je pensais que tu voulais te rafraîchir ?!! Qu'est-ce que tu fais sur mon lit affalé comme ça ?!! Je claque alors avec vigueur la porte quand j'entends un bruit de poignée tomber sur le sol. Je me retourne aussi vite que possible et je la saisis mais l'autre côté étant tombé elle me reste dans les mains. Oh non mais la guigne !! C'est pas possible !! Il fallait que ça m'arrive à moi de me retrouver bloquée avec lui dans ma chambre comme ça. Mais le destin m'en veut ou quoi !? J'essaye de réfléchir mais je ne trouve pas de solution dans l'immédiat. Je frappe à la porte mais personne ne répond personne n'est dans l'étage à part nous. Je regarde alors le bas de la porte et il y a un jour avec le sol. Je me penche alors ne faisant plus attention à Ali derrière moi. Ne faisant pas gaffe à ma robe qui remontait et laissait entrevoir le bas de mes fesses et la partie centrale de mon shorty en dentelle noir. J'essayais de voir s'il y avait vraiment personne ou si j'apercevais l'autre moitié de la poignée mais rien ... Je me relève et remet distraitement ma robe. Je soupire fortement et me retourne vers Ali. On est bloqué !! Et euh on peut pas passer par la fenêtre c'est trop haut y a pas d'issue. Oh mais pourquoi être venu là !!! Je pris ma tête entre mes mains et la secouai. Puis j'ouvris machinalement la porte de la salle de bain. Tu voulais te rafraîchir à la base non ? Bah vas là dedans ! lui dis-je en lui faisant signe de la main d'entrer dedans. J'espérai vraiment qu'on vienne nous ouvrir rapidement. Je ne savais pas comment ça allait se passer entre nous dans un espace aussi restreint.
code by Silver Lungs
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79256-jasmine-now-i-m-in-a-

Ali Nacer


« I'm not a prince, I'm a retriever »


avatar


╰☆╮ Avatar : ❤Deniz Akdeniz❤

Ѽ Conte(s) : ❤Aladdin ❤
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le héros au coeur pur

✓ Métier : Papa- Sultan -Directeur de l'Orphelinat - Gambali


☞ Surnom : ❤Ali❤
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 7749
✯ Les étoiles : 32378




Actuellement dans : « I'm not a prince, I'm a retriever »


________________________________________ Mer 1 Aoû 2018 - 23:22

Ali ∞ Jasmine
Tu as brisé mon rêve bleu et je ne suis pas prête à te le pardonner
Ma Princesse m'avait tendue un piège.Toute cette histoire ressemblait a complot. Avait-elle montée tout une mise en scène, pour pouvoir me conquérir ? Après tout les femmes sont des 'expertes dans l'art de la manipulation et la séduction. Ce qui m'avait mis sur la piste: la Versace qu'elle portait.   A moins que c'était une idée du Sultan pour nous réunir après tout c'était un de ses souhaits, de son unique fille et moi,  son califat vivent comme dans les contes de fées. Il avait aussi la possibilité que c'était mon mauvais Karma parce que ma lignée était maudite avec les femmes. A moins que c'était la magie du Cosmos, qui avait exaucée un désir que j'essayais de renier depuis longtemps, quand j'avais déposé ma main sur la poignée.  Ce souhait de me retrouver de nouveau avec elle. Pour essayer une nouvelle fois de me faire pardonner, mes erreurs passées. Il avait aussi comme théorie,  que c'était peut-être le destin , qui nous écrivait un nouveau commencement.. Je ne croyais pas au hasard, il avait une force magique derrière tout ça !

Mais si c'était le destin , est-ce que des nouvelles pages me concernant allaient apparaître dans le bouquin du garçon ?  Je devrais m'en assurer parce qu'autrefois , j'avais fais un marché avec le gamin comme quoi toutes mes pages m'appartenaient. Donc chaque chapitre de ma vie m'était offerte, et je les gardais bien précieusement dans un petit coffre que la Princesse Malfalia du Royaume d'or m'avait donné en cadeau. Il a quelques années, dans cette boite, il avait eu un baiser magique , prisonnier d'une Princesse, que je m'étais servi pour soulager mon chagrin quand je m'étais séparé de Laureline la première fois..Ce précieux trésor, était présentement dans ma salle secrète..Ma salle du trône. 

Sultan, j'allais devenir mais est-ce que j'étais prêt cette fois ci ? Surtout que je devrais régner sur une terre qui ne m'appartenait pas. Storybrooke n'était pas chez moi ! Je devais donc retrouver ma terre..Mon royaume.  Je devais faire des recherches dans des grimoires de comment y parvenir..Sully, un ami pourrait être très utile a ce moment là, car il avait une plus grande connaissance en sorcellerie que moi. Mais être Sultan m’engageait aussi a régner auprès de Jasmine. Est-ce que j'allais être capable de résister ? Résister a cette  chimie aimantée entre nous. Résister a sa parade séductrice, qui venait torturer tout mon être, parce qu'elle jouait avec mes vices. Son corps me criait de m'emparer d'elle. D'avoir une emprise sur elle.  

Allongé dans ses draps, le dos adosser légèrement contre les oreillers du lit. La tête contre le rebord  des coussins. Je regardais le plafond étoilé , pensif. Jusqu'à ce que la poignée se tourne, et que la porte s'ouvre pour me laisser voir, ma femme.  Surpris, je restais de marbre quelques secondes, car je ne pensais pas qu'elle allait me rejoindre. Mais qu'elle allait me fuir..Surtout que nous étions plus proche.  Mais selon la logique de la situation c'était sans doute son père qui lui avait demandé de veiller a mon besoin de me rafraîchir. Parce que son but était nous rapprocher comme autrefois. Elle me jetait un regard noir, et moi je lui sourirais bêtement avec un rictus en coin. Parce que j'étais amusé par la situation, parce que je la connaissais trop bien. Elle faisait semblant d'être contrariée mais au fond ça lui plaisait que je sois confortablement couché dans son lit. Que quand elle me râlait dessus, j'écartais légèrement les jambes et je glissais une main dans ma chevelure ébène ramassant au passage les mèches qui me tombait dans le visage pour les ramener en arrière. Je haussais les sourcils en lui , pour ensuite faire un jeu de sourcils pour la provoquer. Elle me demandait ce que je faisais dans son lit, la réponse était évidente non ? Je m'appropriais sa couche. Après tout , j'étais son mari et bientot Sultan. Donc ce qu'il était à elle..était aussi a moi. Ce lit était donc mien. Et en me couchant dedans, je laissais mon empreinte, mais aussi mon parfum. Et si elle était insatisfaite, elle avait juste a grimpée sur le lit. S'approcher telle une féline en quête de sa proie. Froisser les draps à son contact. Me monter dessus sensuellement, en venant s’asseoir a califourchon sur moi. Et venir me sermonner , de cette manière  je pourrais dévorer sa bouche de plus près. Savourer chaque parole mensongère qui sortait d'entre ses lèvres. Parce que j'étais convaincu que tout ce qu'elle voulait c'était venir me rejoindre, mais elle était trop orgueilleuse pour  l'assumer. -  Tu connais déjà les réponses a ces questions Princesse.. En effet elle se devait se douter que sa présence me rendait fiévreux de désirs. Sa présence me donnait terriblement chaud, que mon costard était humide de sueur.  Sa présence me faisait halluciner pleins de scénarios coquins. C'était la raison pourquoi j'avais besoin de me rafraîchir, parce que j'avais l'impression de sentir le cochon, mais au lieu de cela que je m'étais retrouvé au point de rupture. Là ou notre histoire était restée en suspends. Là ou notre rêve bleu devait commencer..Dans notre lit !

Au lieu de cela ,elle claquait la porte derrière elle.Se faisant prisonnière  avec  moi. C'était une preuve qu'elle voulait son petit moment intime avec moi, sinon elle m'aurait simplement ordonner de quitter notre nid de fornication. La poignée de l'autre coté tombait dans un bruit lourd sur le plancher et l'autre moitié restait dans sa main. Amusé par la situation, un rire léger s'échappait d'entre mes lèvres pulpeuses. Pour la provoquer, je ne pouvais pas m'empêcher de la narguer. - Plutot ingénieux ton plan pour passer du temps avec moi, même s' il suffisait de le dire si t'avait envie qu'on passe du temps ensemble.  M'ignorant, elle commençait a faire une crise en frappant a la porte, pour avertir quelqu'un. Mais personne venait  bien évident. Parce que ça faisait partit de son plan de séduction. Elle avait sans doute averti son père et le personnel de la demeure, de ne rien faire. Elle jouait donc la comédie, en faisant semblant de paniquer.  C'était pour cette raison, je me mettais d'avantage à l'aise pour jouer a son jeu.Parce qu'après tout, il était vraiment très simple de sortir  de la pièce.  Il suffisait d'un petit tour de magie  de ma part  et la situation était réglée. On aurait aussi pu faire une corde de draps pour descendre le long de la fenêtre, mais je n'allais rien proposer parce que  cette fois-ci , je n'avais pas l'intention de fuir. J'enlevais donc  mon veston noir lentement, très lentement pour ensuite le lancer avec précision sur son fauteuil de coin, pour attirer son attention, mais non elle était trop concentrée sur la moitié de la poignée. Au lieu de se concentrer sur sa moitié à elle..

La Princesse se penchait pour regarder sous la porte, me faisant profiter d'une vue qui me déplaisait pas du tout, que je penchais même ma tête sur le coté pour  mieux reluquer. Le tissus dorée de la robe était remontée, ce qui me laissait entrevoir une culotte noire de dentelle qui embrassait les rondeurs de ses fesses et qui moulait son jardin d'Eden. Qui m'aurait du me guider au paradis autrefois..Mais aujourd'hui cette partie de son corps était la pomme qui me faisait pêché. Parce que Laureline partageait ma vie. Mais aussi aux yeux du peuple de Storybrooke, la Princesse de la Galaxie, était plus considérée ma femme, même si en réalité, la Princesse turquoise était ma véritable femme sur contrat. Mais un parchemin était plus secret, qu'une grossesse, pour cette raison Laureline était plus considérée comme telle.  

Mais mon regard noisette ne pouvait pas contourner cette vue. Cette vision me procurait une sensation dans le pantalon,  que je ne pouvais pas cacher, sauf avec un coussin donc je m'emparais pour mettre entre mes jambes. Je n'étais pas discrèt, mais j'avais toujours eu du mal a ne pas être expressif en bas de la ceinture. Glissant une main sous le coussin , je détachais la boucle de ma ceinture, parce que je me commençais a me sentir serré. Cette même main, se faufilait sous mon calbut pour vérifier l'état de mon excitation  et déplacer vers la droite mon organe. Donc je touchais plusieurs minutes.  C'est à ce moment là, que la Princesse se relevait et heureusement pour mon bien mental, elle replaçait correctement sa tenue,  me coupant cette vue de rêve. Soulagé, Parce que j'étais sur le rebord du gouvre de la tentation. Si elle continuait de jouer avec moi de la sorte . Elle allait me faire craquer. Et mes pulsions prendraient possession de tout mon être, et je ne pourrais plus me retenir. Et je me ferais tomber au sol, la robe de Versace. 

Elle se retournait vers moi, ne faisant aucun commentaire sur le coussin. C'était mieux ainsi parce que je me voyais rien mal pour lui avouer que j'avais une envie folle de me toucher devant elle. Elle soupirait, me révélant ce que je savais déjà. Elle se prenait la tête entre ses mains, faisant semblant d'être au désespoir. Mais au fond c'était plus de l'espoir, parce que ce n'était pas son désir secret d'être de nouveau avec moi? Je me redressais gardant le coussin bien en place, m’assoyait sur le rebord du lit. - Cesse de faire ta Raiponce , Princesse tu ne seras pas toujours prisonnière de ta tour, parce que tu as un voleur qui te libéra. Tu ne me fais plus confiance, je comprend mais je croyais que tu étais une Princesse qui aimait prendre des risques et que toucher le ciel, ne te faisait pas peur. Je lui faisais un clin d'oeil, car si elle arrivait a décoder cette phrase, elle comprendrait ou je voulais en venir. Et qu'elle cesse son petit jeu de princesse en détresse. Parce que je la connaissais ..Et elle n'avait pas besoin d'un Prince pour se sortir du pétrin. Enfin peut-être autrefois..Mais plus maintenant car elle s'était débrouiller sans moi de nombreuses années.   J'enlevais mes chaussures, puis mes chaussettes les laissant sur le bord du lit. J'aimais la sensation d'être pieds nus. Elle ouvrait ensuite la porte de la salle de bain, me disant sèchement d'aller a l'intérieur. Mais quelle était réellement son intention ? Voulait-elle me séquestrer dans cette pièce pour tenter de se sauver ? Ou tout simplement m'éviter? 

Enlevant le coussin de dessus de moi, parce que mon envie était une carpette, même si l'ambiance était encore chaude. Je me relevais, prenant un air hautain en me dirigeant vers la salle de bain. Je m'arrêtais devant ma femme, la regardant de haut en bas me léchant la lèvre inférieure. Du bout des doigts, je déboutonnais sensuellement ma chemise, laissant voir un torse musclé , bronzé et tatoué . Tatoué ? En effet, après mon aventure au royaume d'or et mon petit séjour a l’hôpital en compagnie de Kida. J'avais céder a la tentation, et pris la décision de me faire tatouer  le prénom du premier amour de ma vie en ma langue natale a l'emplacement du coeur. Je glissais ma chemise mauve  sur mes épaules, et le long de mon dos pour la lâcher pour qu'elle tombait derrière mes talons. A mon cou, elle pouvait voir le pendentif du scarabée s'illuminait , plus précisément la tête de la divinité arabe . Il réagissait à la présence de la Princesse. Elle pouvait aussi que je portais des bracelets dorées massifs aux poignets, ornées de pierres précieuses. En voyant les bracelets, elle capterait ma condition d'esclave magique..

Prenant le risque qu'elle me repousse, je m'approchais doucement de la Princesse, laissant que quelques secondes centimètres entre nous. Je capturais ses mains pour les mettre sur les extrémités de ma ceinture détachée, qui pendaient. Je lui donnais donc une emprise sur moi. Parce que lorsqu'une femme a le contrôle sur le bassin d'un homme..Elle a tout le contrôle de son corps. Elle pouvait le dominer si elle avait envie. Je penchais mon visage vers celui de Jasmine, dégageait une de ses mèches  avec le bout de mon nez, qui  cachait une partie de sa bouche. Une bouche, que j'effleurais de la mienne pour avoir un avant goût d'un futur baiser, mais aussi l'aguicher. La faire languir. Lui faire ressentir le besoin de se rafraîchir aussi. Elle pouvait sentir mon souffle chaud chatouiller son visage, avant que je lui murmure : -  Je laisse la porte déverrouillée. En disant ceci, mes doigts s'emparaient d'une mèche ébène de ma femme, que je caressais avec pression jusqu'à la pointe avant de reculer lentement. Elle pouvait sentir le cuir de la ceinture  glisser entre ses doigts. Puis je me dirigeais dans la salle de bain, jetant un dernier regard de désir a la Princesse. Avant de refermer la porte pour laisser du mystère. Quelques minutes plus tard, elle pouvait entendre l'eau couler..Et si elle regardait sous la porte, elle pouvait voir que  chaque morceau de mon  linge qui couvrait mon corps tomber sur le plancher marbré de la salle de bain. 
***
Pendant que je prenais ma douche, Jasmine faisait les cent pas dans la chambre. Elle devait sans doute être perturbée par la situation, mais aussi par les mystères de mon corps. Parce que depuis nos rencontres, j'étais passé du garçon, à l'homme. La dernière fois qu'elle avait vu mon buste, mon amour pour elle n'était pas gravé dans ma chair.  Elle était sans doute confuse aussi dans son coeur, ne sachant pas comment réagir a cette chimie entre nous.  Une chimie qui allait nous mener vers l'inconnue. J'ouvrais la porte de la salle de bain, on pouvait sentir la chaleur s'échappée de celle-ci. On pouvait voir mes vêtements traînés sur le plancher, donc mon caleçon qui était sur le dessus de la pile.  Moi je sortais dans la pièce une serviette lilas attachée a la taille, cherchant la Princesse du regard. Elle n'était plus là ! Inquiet ? Non je savais qu' elle n'était pas très loin, car  les grandes portes de la fenêtre qui menait  a un balcon étaient ouvertes. Et je pouvais l’apercevoir au loin. Chevelure de Jais dans le vent. Mains sur le rebord sur son balcon. Légèrement penchée, pour me provoquer encore une fois, avec cette culotte qui me donnait qu'une envie, la faire glisser le long de ses cuisses. Elle attendait sans doute que ce Prince vienne la rejoindre. Traversant la pièce pied nu, je m'arrêtais devant le piano. Les bouts de mes doigts se coloraient d'un doré brillant. Je bougeais les doigts, et des ficelles  de magies ensorcelaient les touches de l'instrument pour  jouer une mélodie. Cette mélodie qui serait le nouveau rêve bleu..Donc Jasmine pouvait entendre une musique venir caresser ses tympans. Connaissant la Princesse, elle allait être charmer car elle pourrait se mémoriser notre premier flirt..Ma première sérénade romantique. 

Ma voix briserait l'ambiance feutrée quand je me mettais a chanter, m'avançant presque nu et mouillée sur le balcon. Je me faufilais derrière ma femme discrètement. Je  déposais une main froide sur sa hanche gauche, chantant cette parole:Prenons notre temps ce soir, ma Princesse. Délicatement, je mettais une pression contre le bas son ventre pour la reculer vers moi. Pour qu'elle sente le coton de la serviette contre la peau satinée de ses fesses. Je continuais a chanter:Au-dessus de nous les étoiles regardent. Un manteau doré nous enveloppait, pour nous téléporter dans la chambre, plus précisément dans tes draps couleur lilas, ta couleur préférée. À cet instant, un odeur de miel venait chatouiller tes narines. Le  plafond étincelait comme les milles et une étoile. Le plafond s'harmonisait avec la robe que Jasmine portait. Ma femme était allongée sur le dos, les jambes légèrement soulevées et écartées. Je me retrouvais donc au dessus de son délicate corps. Pris en otage entre ses cuisses. Des perles d'eau glissaient sur ma peau , mais certaines gouttes tombaient et mourraient sur la peau café de la Princesse. Mon pendentif pendant, pointait ta poitrine. Ma chevelure frisée et ébouriffée se collaient a la peau de mon visage. La mélodie continuait de jouer et je continuais de chanter chaque parole pour venir fracasser la barrière qui avait entre nous deux:Il n'y a aucun autre endroit où je préférerais être. Rien n'avait d'importance pour le moment,  que ce moment présent. Je ne pensais même plus aux conséquences de mes paroles et mes actes. J'étais aveuglé par le toi et moi. Le mot futur, n'existait plus. Je savourais une seconde a la fois. Tes yeux sont l'endroit où je me perds. Mes prunelles noisettes, se noyait dans le chocolat de tes yeux. Je voulais revoir le reflet du garçon du bazar qui était fou amoureux de la Princesse. Je voulais lire les moindres pensées de la Princesse, me concernant. Sous le lustre. Nous dansons seuls. Au plafond il avait ce lustre luxueux en haut de nos têtes qui quêtait notre danse, dans les draps. Cette danse de deux corps qui fusionneront  ensemble , comme il était convenu, il a très longtemps..

Il n'y a aucune raison de cacher. Ce que nous ressentons en dedans. À cet instant. Il était temps de  lâcher prise. D'oublier les vieilles querelles du passé, car nous savions tous les deux ce que nous ressentons. Ce n'est pas un secret, car nos corps parlent pour nous. Il n'a aucune raison de se cacher, que nous avons le même manque..Le même vide dans nos coeurs. À cet instant, nous étions Tristan et Yseult parce qu'après nos chemins devront se séparés. Parce que nous serons que des amants qui auront profiter de l'instant présent. Mais cet instant devra resté secret. Devra être scellé par un baiser inoubliable.Alors Princesse, baissons les lumières. Et fermons la porte. Les pierres précieuses des bracelets brillaient un court instant. Et tout a coup, toutes les portes de la pièce se fermaient brusquement. Ce qui aurait pu alarmer quelques personnes dans la demeure, parce que le temps s'écoulait et le couple n'était pas toujours revenu auprès du père . Commençait-il a trouver le temps long ? Se posait-il des questions ? À ce moment , je me souvenais plus vraiment de la vraie raison de ma venue. Mon but n'était plus le même. L'intensité de la lumière de la pièce baissait..Tout ce qui nous éclairait était le plafond étoilé.

Oooh j'aime cette robe
Mais tu n'en auras plus besoin
Non tu n'en auras plus besoin
Embrassons-nous jusqu'à ce que nous soyons nus, Princesse


J'agrippais le bas de la robe avec mes deux mains, la remontant sensuellement. Tout en la remontant, je couvrais chaque parcelle de la peau de ma femme de baisers chauds. M'attardant a certain recoin qui la ferait frémir de plaisir. Je glissais une main derrière son dos, pour la redresser vers moi.  De mon autre main, je passais la robe au dessus de sa tête, pour lui enlever. Et d'un mouvement de main , la robe de versace se retrouvait le sol.Versace sur le sol Oooh enlève-la pour moi, pour moi, pour moi ma Princesse. Jasmine se retrouvait donc dans mes bras, en  tenue intime.

Non n'aie pas peur de te mettre en valeur
Je serai là prêt à te tenir
Ma belle, tu sais que tu es parfaite
De la tête jusqu'aux talons
Ne sois pas perturbée par mon sourire
'Parce que je n'ai jamais été aussi sérieux, sérieux


L'ambiance était brûlante, que même les draps étaient trempés à cause que détrempait dedans mais aussi a cause de notre transpiration. Parce qu'on allait pas se cacher, nos corps étaient en manque. Nos corps se désiraient. De coeur et de corps, nous étions consentent. J'étais sérieux, je me  sentais enfin prêt accomplir mon devoir de mari. Je me sentais prêt a prendre ce qu'elle voulait me donner depuis longtemps: sa virginité, sa première fois. Je me sentais enfin a la hauteur de toutes ses attentes.  À cet instant, je la trouvais parfaite, elle était sublime de la tête jusqu'aux talons. Je déposais délicatement de nouveau ma femme sur le lit. Je m’assoyais a genoux en face d'elle, j'enlevais ses chaussures en m'étirant pour les déposer sur le sol.  Je lui sourirais tendrement pour la rassurer. - Prête ? Si jamais ca tu te sens plus prête, on peut arrêter a tout moment.C'est a ce moment que le piano s'arrêtait de jouer et que le silence régnait, mais pas pour très longtemps. Le temps était venu de consumer ce fameux mariage royale. 

Suite censurée envoyer par mp 

code by Silver Lungs

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Broken Dream
Comme les rêves sont cruels , qui nous laissent entrevoir des merveilles pour mieux nous en priver !Chaque jour j'aurais le mal de toi.Rêver seul ne reste qu'un rêve. Rêver à deux devient une réalité 
En ligne

Jasmine Ravija


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Zendaya Coleman

Ѽ Conte(s) : Aladdin
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Jasmine

✓ Métier : Princesse à temps complet et serveuse dans le restaurant familial
☞ Surnom : Jas', Princesse
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 215
✯ Les étoiles : 3304




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Lun 6 Aoû 2018 - 7:01

Ali ∞ Jasmine
Tu as brisé mon rêve bleu et je ne suis pas prête à te le pardonner
La situation dans laquelle on se trouvait lui et moi aurait pu être une aubaine pour un rapprochement ou une explication mais je n'étais pas d'humeur pour ça. Je ne voulais pas le revoir, pas maintenant. Et quand j'avais une idée en tête pas facile de m'en faire changer. J'avais frappé à la porte pour quelqu'un vienne nous ouvrir, j'avais même regardé dessous mais rien. J'étais belle et bien coincée avec mon mari dans ma chambre. Pas le choix de devoir lui faire face et endurer ce sourire ravi sur ses lèvres pulpeuses. Je détournai le regard Et lui intimai d'aller dans la salle de bain après tout il avait envie de se rafraîchir et quitte à être coincés autant qu'il soit là dedans et moi à l'extérieur ça nous fera du répit à tous les deux. Même si lui semble amusé par la situation. Et ça m'agace encore plus. Je serre les dents et je le vois enlever ses chaussures puis ses chaussettes et bizarrement la boucle de sa ceinture est déjà défaite. J'ai dû louper un épisode sûrement. Mais je n'en fais pas un cas tout ce que je veux c'est qu'il rentre là dedans et que je puisse réfléchir un instant à une autre solution. Mais, au lieu de passer devant moi et de m'ignorer comme je l'aurais, il s'arrête. Comme une énième provocation. Il me regarde en passant le bout de sa langue sur sa lèvre. J'aimerais pouvoir en faire de même mais il n'en est pas question, il ne le mérite pas. Du moins, c'est ce que je veux lui faire croire tout en pensant bien qu'il n'est pas dupe et qu'il sait que ce n'est qu'une façade parce qu'il me connaît par coeur. Mais je ne peux m'empêcher de faire autrement. C'est comme un test s'il pousse un peu plus loin dans ce jeu d'adolescents c'est qu'il me veut. Qu'il a encore de l'intérêt pour moi et surtout qu'il veut que je cède. Que je lâche prise et qu'on reprenne notre relation là où elle s'est brutalement arrêtée. Il me demande alors de cesser de faire ma Raiponce et je lève les yeux au ciel. Tout le monde change et je n'ai plus personne avec qui toucher les cieux. Je lui réponds ça d'une voix aussi ferme que possible. Et, faisant fi de ce que je venais de lui dire il déboutonne sa chemise lentement et sans le vouloir mon regard suit ses doigts. Il a un pouvoir hypnotique sur moi. Bien que je le combatte de toutes mes forces. Je suis le mouvement de ce vêtement sur ses épaules. Il les découvre lentement avant de le faire tomber à ses pieds. Je reste bloquée un instant sur ses muscles parfaitement dessinés. Si je n'avais pas envie de jouer aux princesses fâchées, je les aurais agrippé avec force et j'aurais planté mes ongles vernis dans sa chair tout en l'embrassant fougueusement, me laissant aller à mes pulsions. Au lieu de ça, je tente de résister autant que possible. Mais c'est difficile. Sa peau couleur caramel aux senteurs sucrées, son torse musclé et parfaitement sculpté m'invitent à la luxure. Je laisse mon regard gourmand le détailler et, alors que je remonte mes yeux au niveau de ses pectoraux, je vois quelque chose qui me perturbe au plus haut point. Je fronce légèrement les sourcils, je penche ma tête sur le côté et je veux bouger ma main pour toucher sa peau à l'endroit où est tatoué mon nom en arabe. Mais ma conscience m'en empêche. Je n'en reviens pas qu'il ait fait ça. Il a ancré mon nom dans sa chair, près de son coeur. J'ai de plus en plus de mal à être rationnelle. C'est de plus en plus difficile de ne pas craquer. Et, comme si ça ne suffisait pas, il se rapproche un peu plus de moi et prend mes mains pour les placer sur sa ceinture en cuir. De cette manière, j'avais juste à tirer dessus pour que son corps se colle contre le mien. Cette proximité nous aurait permis de nous embrasser. De goûter nos lèvres une nouvelle fois après tant d'abstinence. Cette image me perturbe et sans m'en rendre compte mes lèvres s'entrouvent légèrement comme si j'en avais l'eau a la bouche. J'avais soif de ses baisers. Je devenais de plus en plus fiévreuse. Ma température corporelle augmentait au fil des minutes et il était certain que j'allais atteindre le point de fusion si ça continuait ainsi. C'était devenu une torture de lui résister et il en rajoute encore une couche en venant frôler ma bouche avec la sienne. Je sens son souffle chaud et sucré sur mon visage. J'avais envie de capturer sa lèvre inférieure avec mes dents et de la mordiller sensuellement. Le rose me monte encore aux joues en pensant à ça. J'ai chaud, vraiment très chaud et j'ai moi aussi soudainement envie de me rafraîchir. Je suis limite haletante et en attente de sa prochaine provocation qui ne tarde pas à venir car tout en caressant une mèche de mes cheveux il me dit qu'il va laisser la porte déverrouillée. Mon coeur loupe un battement. Il a envie que je le rejoigne dans la salle d'eau. Je rassemble mes dernières forces pour résister alors que je sens les morceaux de cuir s'échapper de mes mains. Mon regard se perd un instant dans le sien et il disparaît dans la pièce.

Je me plaque contre la porte et prends une grande inspiration comme si j'avais été en apnée pendant un long moment. Cet échange avait été intensément tendu. Une tension sexuelle bien sûr car il n'y avait plus d'animosité dans mon esprit à ce moment précis. Comment pourrait-il encore y en avoir d'ailleurs ? Il m'a littéralement hypnotisée. J'en aurais presque oublié la raison de ma rancoeur envers lui.

Je commence ensuite à faire les cents pas dans ma chambre. Toujours sous le coup de ses provocations successives. Je peine à retrouver mes esprits. Je me cale contre le mur en face de mon lit. Mon regard se perd sur mes draps. Ils étaient froissés là où il s'était placé. Machinalement, je monte dessus et je me mets au même endroit. Je respire son parfum de miel et me laisse enivrer un instant en serrant la soie dans mes mains. J'imagine un moment torride sous ses draps. Nos corps ne faisant qu'un et nos odeurs se mélangeant parfaitement dans une danse endiablée. Mon coeur accélère ses battements et j'ouvre les yeux. Je suis clairement ensorcelée et je n'ai plus envie de le fuir désormais. J'ai une envie secrète qu'il accomplisse enfin son devoir de mari. J'allais le lui permettre car c'était mon désir. J'avais attendu toutes ces années. J'avais préservé ma virginité pour lui et pour personne d'autre. Et j'aurais attendu aussi longtemps qu'il le fallait. Ça aurait pu même prendre toute ma vie ...

Je reprends ensuite une respiration un peu plus normale et je décide d'aller sur mon balcon. J'ouvre ma porte fenêtre en grand et un courant d'air frais vient légèrement rafraîchir ma peau échaudée par ces pensées et cet échange des plus brûlants. Je pose mes avants-bras sur le rebord massif en marbre qui délimite mon balcon. Mon esprit n'est plus très clair et je ne sais comment tout cela va finir. Tout ce que je sais c'est qu'il m'a donné envie de lui comme jamais je ne l'aurais cru. Je me repasse en boucle tout ce qu'il a fait. Son regard de braise, son sourire amusé, ses épaules carrées, son torse musclé, son parfum sucré et ce tatouage. Je ne sais pas quand il l'a fait mais c'est qui m'a le plus frappé. Mon prénom ne le quitte plus où qu'il aille, il l'a avec lui. Quoiqu'il fasse, il m'a dans la peau. C'est une preuve d'amour que je ne peux pas renier et qui me touche au plus profond du coeur. Je me perds dans mon rêve bleu, m'imaginant à Agrabah, au soleil couchant. Le ciel teinté d'or et de pourpre devient le témoin de nos voeux échangés sur une douce rosée. Nos corps posés l'un sur l'autre sur l'herbe fraîchement coupée du parc du palais. Et, au moment où n'allions faire plus qu'un, des notes de musique me sortent de mon fantasme.

Je ne me retourne pas parce que je me doute bien qui en est l'auteur. J'aime ce qu'il joue. La musique nous a toujours lié. Notre rêve bleu en a créé une belle et maintenant allait-on en trouver une autre ? Ça serait fort probable. Cependant je ne bouge pas d'un pouce mais quand je sens sa main fraîche se poser sur ma hanche je ne peux que frissonner. Puis, j'entends sa voix se poser sur ces notes parfaitement exécutées. J'écoute attentivement chaque mot et le rose me monte de nouveau aux joues. Sa main exerce ensuite une pression sur mon bas ventre, me faisant reculer contre lui. Ma robe, légèrement relevée sur mes fesses, me laisse sentir le coton de sa serviette. Il fait vite remonter la température entre nous. Mon répit n'aura été que de courte durée mais je ne vais pas m'en plaindre non loin de là. Je sais maintenant ce que la suite allait nous réserver et je devenais de plus en plus fébrile à cette idée.

La musique continue de jouer et mon amour de toujours enchaîne sa sérénade pour me séduire encore plus. Un flot doré et enchanté nous entoure et nous transporte jusqu'à mon lit. J'avais bien remarqué un peu plus tôt les bracelets autour de ses poignets qui témoignent de sa condition de génie. Encore une chose que j'ai loupé et dont il faudrait qu'on parle. A qui appartenait-il ? J'avais bien une idée mais je ne voulais pas me l'avouer, pas maintenant. Maintenant, c'était le temps de notre nouveau rêve bleu. Qui prenait plus une couleur lilas sur mes draps. C'est le temps qu'il m'appartienne de nouveau et que je m'offre à lui comme aucune ne pouvait le faire.

Je suis sous lui les jambes légèrement relevées et écartées. Lui, se retrouve entre mes cuisses. Des gouttelettes d'eau s'échappent de sa peau pour finir sur la mienne. Il n'avait jamais été plus sexy qu'en cet instant. Ses cheveux d'ébène lui collent sur le visage et je lui dégage quelques mèches pour plonger mon regard dans le sien. Il continue sans relâche sa sérénade qui me fait fondre de plus en plus. Je suis pendue à ses lèvres et je savoure chaque mouvement qu'il fait avec elles. Ça me donne terriblement envie de les capturer entre les miennes. Mais je me retiens encore un peu. Je sais que je ne vais pas tarder à céder mais j'écoute encore ses belles paroles. J'adore ce qu'il me chante. Il me charme comme un fou et je tombe à corps perdu dans ses filets. "Il n'y aucun autre endroit où je préfèrerais être". Ces mots résonnent dans mon esprit. Moi non plus je n'avais pas envie qu'il soit ailleurs ni maintenant ni jamais en fait. Je nourris encore l'espoir secret qu'il me revienne pour toujours même si je sais que je me berce d'illusions en voulant m'en convaincre. Il est bien trop aimé pour n'appartenir qu'à une seule femme. Puis dans notre culture il n'est pas rare qu'un homme ait plusieurs femmes. Et même si je déteste cette idée au plus haut point, je ne peux pas m'y opposer.

Je chasse ses mauvaises idées de mon esprit et je me concentre de nouveau sur son regard hypnotique. Sa chanson prend plus d'intensité. Maintenant elle parle de ma robe et du fait que je ne la porterais plus pour très longtemps. Ces mots me rendent soudainement timide. Il ne va pas quand même... mes pensées se figent alors qu'il relève ma robe. J'ouvre la bouche mais aucun son n'en sort. Je suis surprise et, au fur et à mesure qu'il la remonte, il dépose des baisers ardents sur ma peau. Je sens une intense chaleur envahir mon bas ventre. C'est ça le désir alors ? C'est assez déboussolant et bon à la fois. J'aime ce qu'il me fait ressentir. J'aime qu'il soit si doux. J'aime la sensation de ses lèvres gourmandes sur mon corps qui ne demande que ça au final. Il attend ça depuis tellement longtemps qu'il frémit à chaque contact. Puis il passe enfin une main derrière mon dos pour la retirer complètement. Nos bouches se frôlent de nouveau et je sais que je vais perdre le contrôle. Je vais le laisser me posséder entièrement. Parce que c'est ce qu'il doit faire et parce que c'est ce que je veux.

Après la robe, qui a rejoint le sol comme le veut sa chanson, se sont mes chaussures qui ont le droit au même traitement. Il les enlèvent et les dépose sur le plancher non sans m'avoir reposée délicatement sur nos draps humides tellement nos corps étaient impatients de se donner l'un à l'autre.. Puis il se remet au dessus de moi. Un sourire se dessine sur ses lèvres si tentatrices. Il me demande alors si je suis prête. Toute fébrile, un petit Oui sort d'entre mes lèvres. J'avais envie d'être plus expressive mais ça ne voulait pas sortir.

Suite censurée envoyée par mp 

code by Silver Lungs
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79256-jasmine-now-i-m-in-a-

Ali Nacer


« I'm not a prince, I'm a retriever »


avatar


╰☆╮ Avatar : ❤Deniz Akdeniz❤

Ѽ Conte(s) : ❤Aladdin ❤
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le héros au coeur pur

✓ Métier : Papa- Sultan -Directeur de l'Orphelinat - Gambali


☞ Surnom : ❤Ali❤
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 7749
✯ Les étoiles : 32378




Actuellement dans : « I'm not a prince, I'm a retriever »


________________________________________ Ven 17 Aoû 2018 - 22:56

Ali ∞ Jasmine
Tu as brisé mon rêve bleu et je ne suis pas prête à te le pardonner
Pendant toutes ses années, ou tu avais été absente dans ma vie. Tu étais quand même présence dans mon coeur et dans mes pensées. Un premier amour, c'était oubliable Même si j'avais voulu tourner la page , et essayer par tous les moyens après ton refus de me pardonner mon abandon a mon égard, de m'écrire une nouvelle histoire.. De m'écrire un nouveau commencement. L'Auteur qu'on pouvait surnommer Destiné, avait déjà composer quelques chapitres pour nous. Le premier chapitre avait été nos retrouvailles a ce Bal Princier, ou pour la première fois nous avions jouer nos rôles pour lesquels nous avions écris. Cette soirée là, nous étions un couple..Ce mythique couple dont tous les royaumes croyaient que nous étions encore ensemble, mais la malédiction a séparé nos chemins jusqu'à ce chapitre inachevé.
 J'ai envie que tu continues. Prends totalement ce qui t'appartient mon amour .. Mon amour, ce mot qui me donnait un pincement de coeur, que mes mains se crispaient, en froissant le tissus des draps. Amour, ce mot affectif qu'on n'utilisait jamais a mon égard. Parce que ma favorite  n'était pas très plus démonstrative dans les mots tendres. Elle m'en donnait presque jamais, et c'était une facette de notre relation qui manquait pour me sentir combler. Mais ce vide, je venais le combler auprès de ma femme.  Amour , ce mot donc je pourrais prendre goût si tu continues de l'employer..Elle me demandait de prendre ce qui m'appartenait.Et c'est ce que j'allais accomplir. Je prendrais possession de tout son être entier. Son corps était devenu mien dès que ma verge avait pénétré en elle dans un mouvement doux. Ses pensées seraient miennes parce que je les hanterais. Ses mots seraient mien, parce qu'entre ses lèvres, je lui ferais jouir mon prenom. 

Ses lèvres avaient attrapées les miennes. Elle avait capturée ma bouche pour un baiser, que je prolongeais de la même passion qu'elle faisait preuve. Ma bouche s'imprégnait de son gout, et ma langue jouait avec la sienne. Je sentais ses mains se glisser sur mes épaules carrés. Et elle sous ses doigts, elle pouvait sentir les frisons qui me parcourait quand elle me touchait.  Elle se tenait fermement a mes épaules, en plantant ses ongles à celles-ci. À ce moment là, je me détachais de l'emprise de sa bouche, parce qu'un gémissement s'échappait à cause de sa sauvagerie. Sentir qu'elle s'agrippait a moi, prouvait qu'elle n'avait qu'une envie qu'on ne se quitte jamais. Sentir la pression de ses mains contre moi, me prouvait qu'elle m'avait pas envie de me partager, parce qu'elle voulait que je me colle d'avantage a elle. Sentir ses ongles griffés le long de mon dos, étaient sa manière de marquer ma peau. Me dire que je lui appartenais.Des griffures qui  symbolisaient ce que mon tatouage signifiait.Que c'étais elle, la femme de ma vie. Et c'était le cas, parce que c'était son prénom, et non celui de Laureline, qui gravé a l'emplacement de mon coeur.
Dans mon dos, on voyait des marques rouges. Des marques que j'aurais du mal a justifier, sans ce sourire confus a mes lèvres. Par moment, on voyait qu'elle avait déchirée ma peau, et du sang c'était écoulé et séché. Je n'avais ressenti aucune douleur, simplement un plaisir exquis. 

CENSURÉ MP

Dans un petit coin de la chambre, nous étions allongés sur la couverture que nous avions enlever du lit qui avait traversé le mur, pour se retrouver dans la chambre de ton frère, enfin ton meilleur ami Rajah, à cause de ma puissance imprévisible et incontrôlable. Après notre devoir conjugal, ensemble nous avions installer un petit coin confortable et temporaire pour se reposer tranquillement. Couvert d'un drap léger, dans lequel, nous avions enroulés nos corps nus. On était collés comme deux moitiés inséparables  l'un a l'autre, endormis et épuisés.  Couché sur le dos, tête sur une oreiller, lègérement sur le coté. Quelques mèches  noir de jais, humide de sueur était collé contre mon visage. La tête de la Princesse était adossée sur le haut de mon corps. Une de mes mains s'était logé dans sa chevelure ébène et emmêlée. Je me sentais épanouit et heureux en cet instant.. Et ne pensant a rien d'autre qu'elle, même pas Kenza. Les heures passaient, la nuit prenait jour..Nous avions passer notre première nuit ensemble depuis des années, sans se soucier du reste du monde. Le Sultan n'était pas revenu nous voir,comme le personnel d'ailleurs, même Rajah n'avait pas donner signe de vie. Le père de Jasmine avait surement averti le tigre, de nous laisser tranquille, surtout qui ne pouvait pas pour l'instant dormir dans sa chambre qui était lègèrement détruire..Mais au moins maintenant on n'était plus enfermé ..On pouvait sortir par la porte de la chambre de Rajah. Donc faire l'amour ça servit a quelque chose..a notre liberté. Liberté de faire l'amour, non la guerre. Liberté de se libérer de nos vieux désirs .  Même la cour de la Princesse nous avait laissé notre intimité. Et la nuit se passait sans souci..Même mon telephone oublié dans mon veston qui traînait a terre, avec mes chaussures..mes bas n avait pas sonné. Le reste de ma garde de robe se trouvait sur le plancher de la salle de bain. C'était le calme avant la tempête..



Aux petites heures du matin, Je m'étais réveillé avec un mal de ventre. J'avais des crampes..Mais ce n'était pas à cause de notre ébat sexuel. C'était une conséquence de mon éloignement avec ma fille. Teint de Yaourt, yeux cernés, et brûlant de fièvre. Des sueurs froides sur régnaient sur mon corps. Le drap était trempé..Je tremblais de froid, même si mon corps aussi chaud qu'une flamme de l'enfer. Sans la réveillée, je me levais tel un voleur qui avait eu ce qu'il voulait..et fuyait. Mais avant,  je lui donnais un baiser léger, sur la tête en lui murmurant : Je t'aime Princesse. A présent debout, dans ma tenue d'Adam,  sur la pointe des pieds je me dirigeais sur vers la salle de bain puis je m'arrêtais net, regardant ce qui trainait a mes pieds: La Versace. Je me penchais pour la ramasser et la porter a mon nez, pour ressentir ce parfum hypnotisant. Je serrais le tissus contre moi en me dirigeant dans la salle de bain précipidament. Je m'installais assis devant la cuvette pour vomir mon dernier repas..Mais aussi ce sentiment de culpabilisée parce que la réalité m'avait rattrapée. Quelques minutes après m'essuyant la bouche avec un papier. Je me reculais pour m'adosser contre la baignoire. Réfléchissant , je devais encore mentir ou dire la vérité ..Confus! Je devais réfléchir a cela, en compagnie de Kenza, parce qu'elle devait etre dans le même état que moi..Donc je devais partir, me réfugier dans mon bureau. Je me levais donc, me cachant l'entre jambe avec la robe. Sortant de la salle de bain, me dirigeant vers la sortie: La chambre de Rajah. Mais soudainement j'entendais du bruit, la Princesse se réveillait..
code by Silver Lungs

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Broken Dream
Comme les rêves sont cruels , qui nous laissent entrevoir des merveilles pour mieux nous en priver !Chaque jour j'aurais le mal de toi.Rêver seul ne reste qu'un rêve. Rêver à deux devient une réalité 
En ligne

Jasmine Ravija


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


avatar


╰☆╮ Avatar : Zendaya Coleman

Ѽ Conte(s) : Aladdin
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Jasmine

✓ Métier : Princesse à temps complet et serveuse dans le restaurant familial
☞ Surnom : Jas', Princesse
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 215
✯ Les étoiles : 3304




Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Mer 5 Sep 2018 - 21:03

Ali ∞ Jasmine
Tu as brisé mon rêve bleu et je ne suis pas prête à te le pardonner
Ali m'a emmené dans une autre dimension c'est certain. Je suis sur un petit nuage, je plane complètement tellement je suis bien. Un sourire s'étire sur mes lèvres et j'ai le regard pétillant d'amour et de bonheur. Je ne pensais pas que faire l'amour pouvait donner autant d'émotions et de sensations divines comme ça. Je ne pense pas à recommencer dans la foulée car on est bien trop fatigués mais j'y songe pour les jours à venir c'est sûr. Je veux goûter de nouveau à ce corps si excitant et exaltant. Je le regarde amoureusement dans les yeux et l'embrasse langoureusement avant qu'il ne se laisse tomber à côté de moi. Je me serre contre lui et avec l'un de ses doigts, il dessine des cercles sur mon ventre. Je ne vois pas ce qu'il fait mais je le sens. Et après avoir repris notre souffle et un rythme cardiaque plus lent on se rend compte que le lit est trempé de sueur alors on prend une couette de mon amoire avec un drap et on s'emmitoufle dedans pour se reposer de notre nuit de folie amoureuse. On s'endort l'un contre l'autre complètement épanouis d'avoir fait l'amour pour la première fois ensemble. Cette nuit-là, je fais un drôle de rêve. Je revois la main d'Ali sur mon ventre et plus il fait des cercles dessus et plus il grossit. C'est troublant et perturbant quand j'y repense au réveil au petit matin. Était-ce un rêve prémonitoire ? L'avenir nous le dira... Mais à peine ai-je les yeux ouverts que je ne ressens plus sa présence. Je me redresse en sursaut. Et si tout ça n'était qu'un rêve ? Mais non je suis bien dans la chambre de Rajah, Il y a un trou dans le mur qui sépare nos deux pièces. Je suis dans un drap encore mouillé par de la sueur. Je me lève alors et vois Ali dans ma chambre. Il a pas l'air bien. Que se passe t-il ? Je lui demande ça en me rapprochant de lui. Son teint est très pâle. Est ce qu'on y avait été trop fort ? J'attends une réponse de sa part avec impatience il me fait légèrement flipper.


code by Silver Lungs
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79256-jasmine-now-i-m-in-a-

Ali Nacer


« I'm not a prince, I'm a retriever »


avatar


╰☆╮ Avatar : ❤Deniz Akdeniz❤

Ѽ Conte(s) : ❤Aladdin ❤
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le héros au coeur pur

✓ Métier : Papa- Sultan -Directeur de l'Orphelinat - Gambali


☞ Surnom : ❤Ali❤
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 7749
✯ Les étoiles : 32378




Actuellement dans : « I'm not a prince, I'm a retriever »


________________________________________ Lun 17 Sep 2018 - 20:25

Ali ∞ Jasmine
Tu as brisé mon rêve bleu et je ne suis pas prête à te le pardonner
Milles mensonges et une vérité.  J'avais menti pour passer , ce moment  pour nous rapprocher. Ce moment qui était prévu. Ce n'était pas le hasard. Mais prévu par qui ou par quoi . Je préfèrais garder le secret pour te laisser mener l'enquête. Tout ce que je peux te dire c'est que la magie était impliquée. Sous le contact de ma main sur la poignée de la porte en l'ouvrant..Un souhait s'était exaucé. Un désir endormi qui ne demandait d'une petite lueur en dentelle pour se réveiller. Cette culotte qui avait eu toute mon attention, avait fait remonter de vieux sentiments. Et ce souvenir, assis les jambes croisées, sur le parasol d'un commerce de fruits. En train de partager un melon d'eau avec mon meilleur ami. Alors que je prenais une bouffée dans le fruit de l'amour. Un fruit que j'affectionne toujours d'ailleurs! Mon regard se posait sur toi. Et ce moment là, j'étais hypnotisée par ta beauté, que même la petite patte d'Abu qui passait devant mes yeux, ne changeait rien a mon envoûtement.

Aujourd'hui, encore ta beauté m'hypnotisait, parce que le temps ne t'avait pas changée. Sublime comme autrefois, j'étais sous ton charme. Ta peau bronzé et satinée. Tes yeux en amandes. Tes prunelles chocolatées. Ta longue chevelure qui tombait le long de tes épaules. Tes petites courbes de gamine.  Tout ça me faisait exprimer un puissant désir pour toi..

Mp Censuré

Tout en disant: J'espère que j'ai été a la hauteur de tes attentes Princesse.  Ayant une faible estime de moi surtout avec les femmes. Je cherchais son approbation et un signe que ca ne sera pas notre derniere fois..

Ensuite , Je m'allongeais quelques instants sur les couvertures pour du répit. Reprendre mon souffle et revenir a cette réalité. Parce que je devais te rélever une vérité. Mais comment l'arborder avec toi surtout après ce moment magique? Je glissais donc discrètement, ma chevalière sous un coussin. Une chevalière qui te fera venir de nouveau vers moi. Une bague qui te donnait accès  a mon Palais..Brisant la barrière  magique du domaine. Un anneau qui te donnait accès a mes passages secrèts .Parce qu'après tout des âmes soeurs se retrouveront toujours, peu importe les embûches sur leur chemin.  Je me redressais pour m'assesoir en silence, jetant un regard vers le cadran sur ta table de chevet. Il était tôt..Mais trop tard , Laureline allait se réveiller et remarquer mon absence, celle de Kenza. Même si elle n avait aucun droit sur cet enfant. Parce que ce n'était pas la sienne, mais celle de Sadira. Je devais retourner au Palais pour faire acte de présence. Partir travailler a l'Orphelinat, comme un homme moderne. Veiller sur la grossesse de mes jumeaux. Même si j'avais envie de rester a tes côtés. Comme échappatoire pour fuir ce moment douloureux , notre séparation. Je décidais de briser le silence en me redressant. - Je devrais peut-être aller discuter avec ton père Jasmine. On devait discuter succession. Et je crois que je lui dois quelques explications sur cette nuit. 

Oui je devais des explications a ton père, surtout pour tout le vacarme et surtout lui offrir un chèque pour les dégâts causés a sa maison. Je devais aussi m'excuser auprès de lui et de Rajah, qui n'apprécierait peut-être pas de ne plus avoir d'intimité, à cause du mur. Je me dirigeais vers la salle de bain, attrapant mon pantalon que j'enfilais. De même que ma chemise lilas , que je ne prenais pas la peine de boutonner pour te laisser la vue de mon corps musclé qui te faisait baver. Je mettais la cravate derrière mon cou la laissant pendre. Je te laissais mon sous-vêtement en cadeau dans ta salle de bain pour te remémorer ce moment intense. Je me promenais dans la chambre, a la recherche de mes derniers accessoires. Discrètement je ramassais la robe dorée que je glissais dans ma poche. Pourquoi? La garder en souvenir ! Chaussant mes chaussettes, puis mes souliers. Je me dirigeais vers le berceau de ma fille, ramassant au passage l'élément déclencheur de toute cette histoire: La culotte. Je la lancais a la Princesse - Tient tu devrais la remettre, avant que je retombe sous le charme de ta sublime nudité.  En effet, il ne fallait pas qu'elle me donne de nouveau envie d'elle. Je ne devais pas céder a la tentation. Surtout parce que je devais refaire le plein de petits champions. La Princesse avait vidée toute la réserve. Déposant une main sur le rebord du berceau, celui-ci disparaissait dans une fumée dorée. Je grimaçais quelques secondes, ressentant un pincement au coeur.Mais l'enfant était disparue pour rejoindre Corail sa nourrice. Je me retournais vers toi: - Tu devrais te reposer aujourd'hui..Princesse ,leve les jambes vers le haut. Relaxe dans un bain après mais pas trop chaud.  




J'insistais mais pourquoi ? Parce que je devais fuir et parce que rester allonger aidant à la fécondation parce que je me doutais qu'elle allait me faire une scène de jalousie quand je franchisais la porte. Elle allait être furax..Mais n'ayant pas le choix car ça serait lui manquer de respect, de disparaître dans un nuage de fumée, la laissant dans l'ignorance comme autrefois. Non au lieu de cela je préférais lui balancer une malédiction a la figure. Sur le bord de la porte pour t'abandonner a cette journée qui avait commencée par une mélodie harmonieuse mais qui se terminait sur une mauvaise note. Te laissant avec une parole amer qui brisera ton coeur. - Quand ton premier amour donnera son dernier souffle, le second amour naitra. Ma mère connaissait mon destin..Elle savait qu'après sa mort , mon second amour serait toi Princesse. Je t'aimerais jusqu'a mon dernier souffle, mais comme ma mère je dois veiller sur mes enfants. Donc je dois retourner auprès de Laureline, elle est enceinte de cinq mois..et elle a tendance a jouée les héroïnes en mettant en péril la vie de mes jumeaux. Donc je ne peux pas rester ici..Même si je le voudrais..

Sur ces paroles qui allaient me guider vers ma damnation dans les enfers. Parce qu'elle allait sans doute me foudroyer d'un regard qui me donnera la mort. Me renier et m'exiler de sa vie. Je restais de marbre  devant  elle, baissant la tête attendant ma sentence. Parce qu'elle allait être furax..



code by Silver Lungs

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Broken Dream
Comme les rêves sont cruels , qui nous laissent entrevoir des merveilles pour mieux nous en priver !Chaque jour j'aurais le mal de toi.Rêver seul ne reste qu'un rêve. Rêver à deux devient une réalité 
En ligne

Contenu sponsorisé









Actuellement dans :

________________________________________

 Page 1 sur 1

Je n'aurais jamais cru que tu aurais fais ça ...





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Le petit monde de Storybrooke :: ✐ Les Habitations