LE COFFRE
A JOUETS

AOUT 2019
de Fanny


PRACTICALLY
IMPERFECT

JUILLET 2019
de REGINA


AMAZONBIE
JUILLET 2019
de ANYA



Forum RPG sur Disney & les contes ! Ouvert à tous - débutants comme initiés. Aucun nombre de lignes exigé. Nous avons des rpgistes de tous les niveaux. :D
Vous avez une question et vous souhaitez une réponse avant de vous inscrire ? Rendez vous dans notre section Invités. :D


« Pour réaliser une chose extraordinaire, commencez par la rêver.
Ensuite, réveillez-vous calmement et allez jusqu'au bout de votre rêve
sans jamais vous laisser décourager. » (Walt Disney)
 


٩(͡๏̯͡๏)۶ Le Coffre à Jouets ☆ Evénement #114
Une mission de Fanny - Depuis le 21 août 2019
Vers l'Infini et au-delà !

Partagez
 

 Evénement #98 : Miroir magique au mur [Fe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage

Ali Nacer


« Prince de la Savane »


Ali Nacer


╰☆╮ Avatar : ❤Deniz Akdeniz❤

Ѽ Conte(s) : Aladdin
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le héros au coeur pur

✓ Métier : Sultan -Directeur de l'Orphelinat
Evénement #98 : Miroir magique au mur [Fe] - Page 3 190520033225205483

☞ Surnom : ❤ Pocket ❤
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 7850

Evénement #98 : Miroir magique au mur [Fe] - Page 3 _


Actuellement dans : « Prince de la Savane »


________________________________________ Sam 18 Aoû 2018 - 10:31


       
Miroir magique au mur !

Ali & des boulets

       
 


 Ma famille me manquait, je ne pouvais pas communiquer avec eux, surtout que le pendentif de ma fille avait sans doute cesser de briller vu que j'étais dans mon autre monde. Ce collier symbolisait notre lien véritable amour. C'était le seul indice qui indiquait à la Princesse que j'étais portée disparu, dans un autre monde. Laureline devait commencer a s’inquiéter , qu'elle allait sans doute ouvrir une enquête sur ma disparition. Surtout que ces temps ci, j'étais trop présent pour elle, à cause que j'étais accro a sa bedaine et a mes deux embryons. Ça l'agaçait légèrement , parce qu'elle n'était pas très calineuse, mais plutot indépendante donc ne pas me voir dans les parages était inquiétant. Cette aventure commençait trop a s'éterniser..Même si mon rêve absolu était voir le monde. Mon devoir de Père et de mari était devenu ma priorité. Et voir le monde, c'était un rêve que je rêvais de faire en famille, et en ce moment présent, il n'avait que Jeff qui avait de l'importance pour moi. Mais je n'avais pas donc pas le choix de suivre le groupe, si je voulais retourner a ma vie Royale.  Même si cette aventure s'éternisait, car cela faisait déjà deux jours.. Et sans Kenza j'avais perdu mon envie de vivre. Je me sentais un grand vide dans mon coeur jusqu'au camp des Gitans. 

Je me plongeais dans mes souvenirs de ma Citée dorée. Ce camp me rappelait mon Ghetto. Au moment, ou je pouvais me libérer de l'emprise du groupe je m'en allais danser avec des Gitanes. Parce que la danse faisait partie de ma culture, c'était dans mes veines depuis toujours. Les Arabes étaient réputés pour être d'excellents danseurs,avoir un bon rythme dans la peau  et avoir un déhanché impressionnant, qui pourrait charmer la plupart de ses Gitanes. Même ma petite capucine dansait a mes côtés.  Je me sentais épanouit dans ma bulle, quand tout à coup je m'arrêtais subitement de tanguer. Regardant la voyante au loin, je me sentais hypnotiser par elle, non parce que c'était une jolie femme, mais parce que cette attirance faisait partie de ma seconde nature. Cette nature qui faisait naître chez moi, cette fascination pour les activités occultes. Essayant de résister a cette tentation, d'aller la voir. Je ne devais pas céder, après tout cet oracle allait sans doute, m'annoncer  une nouvelle prophétie apocalyptique. À ce moment là, que je quittais la piste danse,pour m’asseoir et avoir une discussion avec le Chapelier Parrain. On discutait de ce Wolf ! 

Par la suite, je retournais sur la piste de danse ou je faisais la connaissance d'une Gitane a mon gout. Je dansais une danse sensuelle et collée avec elle. Comme ambiance nous avions droit a une musique populaire jouer au banjo, car les jumeaux. Mais en faites c'était une diversion, pour la libération d'un oiseau. Zach libérateur de son espèce!  Comme d'habitude, on gâchait ce moment agréable que je passais avec cette Gitane que je ne connaissais pas le prénom, mais est-ce que ca avait de l'importance? Pas du tout vu que je ne pourrais pas faire d'elle une concubine remarquée, vue qu'elle ne suivrait pas jusqu'à Storybrooke. Dans le camp, ça s'agitait, en plus on avait crier au Voleur ! Pour une fois c'était pas moi le coupable. En plus, le chasseur de coeurs nous avaient retrouver.. Lui on devait le fuir absolument, se faire arracher le coeur une fois c'était suffisant. Ce coeur s'en avait besoin pour ressentir tous mes ressentis de ma vie sentimentale compliquée. Je n'osais pas regarder derrière moi. Je me bouchais même les oreilles pour m'empêcher d'entendre le massacre de ce peuple en détresse. Par contre, je nous trouvais vraiment lâche de fuir..Même si la fuite était mon échappatoire habituelle, mais pas dans un contexte comme celui-ci.

On se mettait donc à courir encore dans les bois. Pas le choix! Tentative de téléportation ratée.  On s'arrêtait en chemin remarquant que Jeff avait un souci de cuir chevelu. Il devait se sentir ridicule, mais moi j'appréciais ce changement. Pourquoi? Je préférais le long , au court. Et pour la couleur, ça me rappelait mon propre changement de couleurs de cheveux, quand je faisais l'amour. Durant mes ébats, mon pouvoir de métamorphose déconnait ..sans doute a cause de l'excitation.  

Ensuite, on se réfugiait dans une cabane.  Enfin moi s'appelait cela un taudis! Mais avant d'aller a ce fameux refuge. On enterrait le chien en or, meme si je trouvais que c'était une mauvaise idée, car j'étais convaincu qu'on allait se le faire voler plus tard. C'était une des raisons pourquoi , je ne m'avais pas salit les mains pour creuser, laissant les autres assumer la bêtise des jumeaux. Mais aussi parce qu'en tant que Sultan,ce n'était pas mon rôle de faire le sale boulot. 

Dans la cabane,  Regina proposait du Whisky. Non merci ! Le Whisky est une boisson qui pourrait nous rendre  amnésique et nous faire-faire des bêtises. Comment je le sais ? Mon meilleur ami: Darcy , et sa copine Viking, possédaient une puissante chimie envers cet alcool. Cet alcool, qui avait faisait halluciner un ratons voleur, volant a l'Anglais. Et la Viking elle se retrouvait sans souvenir de sa veille avec son jumeau qui s'était retrouver marié avec mon ex coup de coeur. Donc non merci pas de mariage pour moi, surtout cette idée de me retrouver marier avec la méchante Reine ou même avec l'impératrice russe me terrifiait . Et je n'avais pas envie de me retrouver avec encore un mariage a mon actif . J'étais rendu à ma cinquième tentative de mariage. Quelques instants, je m'endormais tranquille me servant de la chevelure du chapelier comme couverture durant la nuit..Enfin involontairement parce que celle-ci prenait une imposante place.

Le lendemain matin, on était enseveli par la crinière de Jefferson. Heureusement, on avait encore de la place pour circuler dans la cabane, donc je pouvais me lever et sortir de là pendant  la tentative de Pyromanie du Chapelier, laissant les femmes du groupe convaincre Jefferson que c'était une mauvaise idée. Il fallait qu'on trouve le coiffeur du coin.Et justement ce coiffeur était un bucheron qui avait une hache magique, c'est ce qu'une oiselle lui avait dit sur le chemin quand on s'était remit en route. 

Mais tout a coup, le Chasseur surgissait..Reculant. Amira se cachait dans ma tunique. Je laissais les autres lui faire face, surtout Regina après tout elle était la plus puissante d'après nous non ? Et les Chasseurs elle saivait comment les amadouer, après tout elle avait une liaison particulière avec l'un Chasseur de notre monde. Mais celui-ci, ressentait le besoin de kidnapper quelqu'un. 

Heureusement, ce n'était pas moi ! Parce que j'ai déjà un lot élevé de kidnapping.  Et enlever une figure royale était un crime, dont il pourrait être puni. Agrippant la chevelure princière de Jefferson la scène fut horrible a avoir. La tête de Jefferson commençait a se fissurer.. Impuissant et Choqué..Mon coeur ne pouvait pas supportait cette scène glauque. Jeff allait perdre la tête. Heureusement j'étais en train du groupe, j'avais pu me précipiter dans un coin pour vomir. Ensuite, le chasseur entraînait Jefferson jusqu'à.. la méchante Reine ou son repère..

Après mon malaise, on se remettait en route .Wolf s'exclamait  : Ah bah super, ça nous fait deux truc à trouver :la princesse et la hache. Ironie.Au mot de Princesse, il venait capter mon attention. Même si il parlait bien sur de Jefferson. Mais que voulez vous, mon radar de princesses s'activait au mot.  Je lui disais: Moi je veux bien trouver de la Princesse. Mais dommage pour moi, aucune Princesse n'était sur le planning de notre Journée. Wolf disait : Eh ben, hâtons nous ! Il partait en avant dans la direction par laquelle le parrain avait disparu.Wolf marchait sur le au sol pour sentir les traces de pas du chasseur, mais aussi s’aperçoit que par moment, il avait du sang..Qui sait on allait peut-être retrouver un corps sans tête en chemin. Cette idée me donnait froid dans le dos. Même si c'était évident, je demandais: - Qu'est-ce que vous faites? Il me répondait :Bah je suis notre piste la plus sérieuse, ça se voit quand même ! 


Après quelques instants, Virginia  finissait par dire : STOP ! Ecoutez, vous n'entendez rien Tout le monde cessait le pas pour être attentif au bruit. On pouvait entendre, des bruits de quelqu'un qui  donnait des coups de hache dans du bois. Même si je n'étais pas une lumière, j'avais deviner qu'il s'agissait d'un bucheron. Et c'était sans doute celui qu'on cherchait. On se précipitait donc vers la source de bruits. Là devant nous un bucheron nous tournait le dos. Il etait  tres occupé dans son travail. M’avançant vers moi, de toussait pour attirer son attention. Il fallait quand même rester sur nos gardes et ne pas le brusquer. C'était peut-être un coiffeur fou, armé d'un hache. -Excuse moi de vous déranger, on chercherait un de nos amis.. Il est grand, porte un long manteau , nu en dessus, il a une longue chevelure blonde .  Enfin si il a encore sa tête.. Est-ce que vous l'aurez vu? 

Le bucheron se retournait vers nous. Étonné, il était aveugle. Confus par la situation, que je n'arrivais pas a dire un mot ayant pitié de lui.  Il me disait: Je ne vois rien mais j'entends tout et il est possible que j'ai entendu quelque chose. Il avait sans entendu les hurlements de torture de notre compagnon d'aventure. Vous avez entendu quoi ? Notre ami est bruyant c'est peut etre lui ..Même sans souffrir, Jefferson était un voisin bruyant, parce que son manoir de fous n'était jamais silencieux.  Pour confirmer la présence de Jefferson le viel homme lui disait: J'ai entendu qu'on était pressé et qu'on avait mal. Le chasseur était pressé d'apporter sans doute la tête a sa méchante Reine. Et avait mal.. C'était logique. il se remettait au travail. C'est à ce moment que son instrument se mettait a briller. Briller comme mon pendentif de scarabée, que je savais sous ma tenue. Mais celui ne brillait pas parce qu'il n'était pas en contact avec les éléments déclencheurs des fragments. Sa hache était magique il n'avait pas de doute et c'était celle qu'on cherchait. Pour confirmer mon hypothèse, je m'éloignais du bucheron. Dans un murmure a Wolf:  Je crois que c est l'objet qu'on cherche.- Oh mais oui !  soufflait le loup.Et au bucheron il disait Dites moi cher monsieur, ne serait ce pas la fameuse et fabuleuse hache magique dont tout le royaume parle ?


Le bucheron ne disait ni oui, ni non mais Ca s'peut.Il avait un petit air qui me faisait comprendre que c était carrément ce qu'on cherchait.Oh mais je vous la prête volontiers ! ... Si vous devinez mon prénom. Surpris, il voulait qu'on lui emprunte avant même que je marchande avec lui. Parce que le commerce ça me connaissait. Agrabah était connu pour être la meilleure capitale pour les marchandises magiques. J'étais même prêt a lui accorder un souhait, mais celui ci voulait qu'on joue aux devinettes. - Très bien marché conclu ! Je disais après un long silence de la part de tout le monde. Puis il reprenait :- Par contre un de vos amis devra poser sa tête sur le billot qui est là et si vous ne trouvez pas mon nom avant que j'ai coupé tous les rodins que j'ai entassé dans cette charrette alors je lui trancherais la gorge.Il finissait sa phrase d'un ton menacant. Je me retournais vers le groupe: - Un volontaire ? Parce que ce n'était certainement pas moi qui allait se faire décapiter. Parce que j'étais Sultan.. Et maintenant c'était dans mon droit de faire couper les têtes que je voulais. Mais vous avez de la chance, j'ordonnais aucune décapitation sans votre consentement. Mais si il n'avait pas de volontaires , je devrais sortir entre Zach et les jumeaux, parce qu'il n'était pas de statut royaux. Un peu plus loin, on pouvait apercevoir la collection de têtes dans une charrette qui était bien remplie. Rien de bien rassurant ! Mais je n'étais pas choqué, parce que je fréquentais des psychopathes et un Viking qui faisait bien pire.. 

Les jumeaux semblaient  réfléchir, et disait... "Je suis presque sur que couper une tête c'est pas bien pour nous.Coupez la votre et on verra après si ça rend bien !"le bucheron leur repondait :Comme vous voulez, mais si vous jouez pas, vous risquez pas de gagner c'est sûr ! Ensemble les jumeaux disaient sur un ton de défi:"AH NON ! ON VEUT GAGNER !" Le bucheron leur indiquait ou installer leur tête..Dans ce cas posez votre tête ici. Au faites qui serait le premier a se faire couper la tête? Prenant tout leur temps..Ils  réfléchissaient  avant et dire: "Mais quand même, vous voulez pas coupez votre tête juste pour qu'on voit si ça rend bien ?Disant le premier jumeau et le deuxième disait : Jefferson il va pas aimé, pas du tout !Comme ça on est sûr si c'est bien ou pas, et on joue après !" Le bucheron coupait une buche en deux en disant par la suite:Ca rend bien non ? Entaille nette, pas de bavure rapide et efficaces.

Les rouquins  s'approchaient  avec fascination "Oooooh c'est très très bien ! s'exclamait le premier. Et le deuxième:Recollez les deux morceaux maintenant !" toujours avec leur entrain naturel. Je soupirais par cette perte de temps. Le bucheron prenait  en mains les deux buches et les tenez ensemble mais coller, juste pour montrer que ça s emboite parfaitement. Les jumeaux  attendait patiemment qu'il lache pour voir si les morceaux étaient bien collés, sans rien dire  avec un sourire dessiné a leurs bouches. Commencant a m'impatienter. Il fallait tu que je nomme d'autres volontaires.. On n'avait pas toute la nuit devant lui pour retrouver Jefferson et tout le reste pour entrer chez soi. 

Ils  attendaient encore ... ça  durait quelques minutes. "Et bien, posez là !On peut pas voir si c'est collé ! Pour que notre tête soit recollée après !" Le bucheron posait à l'horizontal les deux bouts empilés quoi. Les jumeaux s'approchaient  très près pour regarder avec attention... et dire "C'est très très bien soudé ! Bravo c'est impeccable !Ca marche ! On y va !" Il était temps ! Le  jumeau volontaire posait sa tête sur l'emplacement. Le bucheron déposait son chapeau derrière lui. Le deuxième jumeau apercevait un étiquette qui dépassait, trop loin  pour y voir le prénom. 

Vu que c'était un vieux, il devait avoir un vieux nom. J'essayais donc avec un premier prénom: Antonin. À ce moment là, la copine de ma maîtresse opinait l air de penser toute facon fallait bien commencer par quelque chose.Pendant que je faisais diversion, le premier jumeau tentaient de contourner le bucheron et moi pour dérober le chapeau, sauf que étrangement des que qu'un jumeau tentait à gauche ou a droite , le bucheron se retournait  à gauche et inversement selon nos tentatives de vol du jumeau. Le deuxième jumeau était, très vite déconcentré et frustré donc d'être autant bloqué.  Il ne fallait pas prendre pour un idiot l'aveugle, après tout il avait ses autres sens plus aguisés. Même Amira avait essayer de voler le chapeau, vu que c'était une capucine voleuse. Je lui avais appris ! 

Mais malheureusement, elle s'était piller sur la queue par le bucheron. Elle était revenue vers moi, pour se réconforter . Je caressais donc sa queue, pour la consoler et soulager son  mal qui ne durait pas longtemps, car elle me donnait un baiser sur la joue. Je lui sourirais.. Ensuite je continuais d'essayer plusieurs tentatives au moins six :Albert,  Eugène, Henri, Joseph, Julien , Remi - chaque fois le bucheron bûchait une buche. En disant: Aucun indice ! Allait-il couper la tête du jumeau bientôt?

Surprise, notre amie de tantôt la oiselle ,  volait pres de mes oreilles pour demander discrètement : Est-ce que tu aurais besoin d'un peu d'aide ? Cela me rappelait le génie quand il s'était transformé en bourdon pour m'aider a séduire Jasmine. J'acceptais donc son aide et l'oiselle volait de l'autre coté du bucheron et va rapprocher le chapeau de nous..On pouvait lire "PROPRIETE DE JULIETTE LE BUCHERON" Juliette c'était un nom de Princesse. Et ca allait pas du tout au bûcheron ! Mais peu importe, au moins il avait un prénom. ''Votre prénom ne serait pas Juliette?'' Le bûcheron disait  : Mazette ! C'est bien la première fois que quelqu'un trouve. Pas de tête  couper alors.Il prenait un air triste, me tentant la hache. Duncan qui était le jumeau volontaire se relevait..Notre amie volante était encore présente j'en profitant donc pour lui demander: Tu n'aurais pas vu un de nos amis.. Il s'appel Jefferson,  il a une apparence un peu spécial..Il a peut-etre perdu sa tête La l'oiselle me  répondait : Votre ami est dans un arbre qui n'est pas un arbre.  Encore une devinette mais les autres comprendraient peut-être..Parce que je n'avais qu'une théorie en tête. Je me retournais vers notre expert du quatrième royaume qui savait tout : Wolf. Il disait:Un arbre qui n'est pas un arbre ! Dans une forêt ! C'est comme chercher une fausse aiguille dans une botte de vraies aiguilles de foin, on en a pour la nuit . Sur cette parole, on se remettait en route. Durant la route, je discutais avec mon nouvel ami, la hache lui racontant toutes les tortures et méthodes barbares de mon royaume. Virginia s'exclamait: Barbare tout ça! 

Vrai! Mais a Agrabah c'était sévère pour punir le crime. Parce qu'il avait beaucoup de criminalité, à cause de la pauvreté du peuple.  Mais étant Sultan, en voulant retourner dans notre royaume, je changeais les choses en compagnie de ma Sultane: Jasmine.  







       
codage by Wiise

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Evénement #98 : Miroir magique au mur [Fe] - Page 3 190617043142784568
Fait de moi un Prince
   
.Je suis montée trop haut,Allé trop loin,Je ne peux plus retourner d'où je viens.Dans la poussière d'étoiles ...Naviguons dans le temps,Infiniment,Aux mille nuits ...Aux mille nuits ...Qui durera ...Pour toi et moi ...Toute la vie! Tel la Prophétie du Genie
 
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79496-terminer-une-verite-n http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80968-king_-of_-thieves

Jefferson T. Hatters


« Si on schtroumpfait ? »


Jefferson T. Hatters


╰☆╮ Avatar : Sebastian Sexy Stan

Ѽ Conte(s) : Alice au pays des merveilles
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le beau gosse à la tête coupée

✓ Métier : Pablo Escobar / Hipster / Richou / Chapelier / Gérant d'un concept store "Le Chat-peau-thé"
Mad Love forever ♥

☞ Surnom : Chess / Chesstilly
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3824

Evénement #98 : Miroir magique au mur [Fe] - Page 3 _


Actuellement dans : « Si on schtroumpfait ? »


________________________________________ Dim 19 Aoû 2018 - 1:24


Miroir magique au mur !

Jefferson & pleins de gens !



“T’es sérieuse là ? Tu veux que je mange quelque chose venant de toi ? J’ai pas envie de finir empoisonné … je vais déja mourir capillairement et vu que tu connais mon goût pour la torture, je préfère quand c’est long et que ça prend du temps.” Pour toute réponse, Regina lui tira la langue avant de détourner son regard du chapelier. Rampant sans aucune grâce pour aller dans un coin tout en tenant ses cheveux à la base de sa nuque, il en fit une sorte de coussin pour poser sa tête dessus. Décidément, les paroles qu’il avait dit à l’ancienne mairesse la vieille s’étaient relevées on ne peut plus juste. Il était maudit, dès sa naissance, et très certainement qu’au niveau de la sphère ORL. Regardant le plafond de la cabane, il poussa un soupir très profond, pour évacuer toute la rage qu’il avait. Les jumeaux l’avaient empêchés de retourner planter ses ciseaux dans le cou de la gitane pour ce qu’elle avait fait. Sérieusement … d’accord il avait critiqué sa façon de faire son tirage de tarot, mais c’est parce qu’elle était nulle ! Il n’avait dit que la stricte vérité alors pourquoi un sort pareil, sur sa personne. Après tout, ce n’était pas lui qui avait ouvert la cage aux oiseaux, c’était l’autre abruti de policier, qui s’était d’ailleurs, bizarrement tenu éloigné le plus loin possible de lui alors qu’il aurait déjà été mort si le regard noir de Jefferson pouvait tuer. Décidément, il fallait croire que tous les policiers de Storybrook n’avaient qu’un petit pois dans la cervelle. Forcément, ses pensées dérivent vers Chris. Sa main tomba lourdement sur son visage en imaginant la scène qu’il pourrait faire si Regina venait à lui montrer la photo. Il entendait de là, les moqueries cruelles, et son rire si grave. “Alors Jefferso Escobar on se recycle dans l’eau de javel maintenant ?” “Laisse le tranquille avec ça ! Il a dû tellement souffrir !” L’image de la blonde venant lui faire un câlin pour le consoler lui donna un peu du baume au coeur, parce qu’il savait que c’est ce que Candice ferait et que Brooke se moquerait de lui. Comment pouvait il en être aussi sur ? Parce qu’il pensait connaître le policier depuis toutes ses années, et là, il avait l’occasion de l’humilier ! Pourquoi ne le ferait il pas vu qu’il s'évertuait à le mettre derrière les barreaux de la prison alors que Robyn avait formellement marqué sur le tableau du commissariat que ça ne servait à rien ?! Tandis que Candice, serait sans doute la seule qui aurait compris l’impact de la malédiction de la gitane. Oui il aimait ses cheveux bruns, il en prenait soin comme de la prunelle de ses yeux. Il adorait passer sa main dedans pour sentir leur douceur, il aimait se les arracher parce que le stress et l’angoisse de la réflexion étaient trop intense, il chérissait l’image que lui renvoie le miroir, ce petit air de folie qu’il arrivait à insuffler même à ses cheveux. Puis, il avait aussi le fait que c’était une partie de son métier. Il n’était pas coiffeuse, mais dans son activité de chapelerie, il était en contact permanent avec cette structure vivante. Il composait souvent avec, pour ne pas dire toujours. Comme il l’avait expliqué à Maara, il n’existait pas de tête à chapeau vu que tout le monde pouvait en porter un, mais ils pouvaient avoir des dissonances fortes avec à cause de la chevelure et de la tête. Cependant, tout ceci n’était que du détail en vérité car ce qui inquiétait le plus Jefferson était sa cicatrice. Dès que le poids des cheveux avait commencé à se faire sentir, la tresse que Regina et Wolf lui ayant fait entraîner sa nuque vers l’arrière. En soi, ce n’était pas ça le plus dérangeant, parfois il s’amusait à le faire, à se cambrer, à tordre sa tête dans tous les sens. Non, là, la magie faisait que ses cheveux étaient aussi lourds que les blocs de bétons qu’on pouvait accrocher aux jambes des prisonniers pour les aider à mieux couler. Sa balafre était mise à rude épreuve, sentant tout comme son esprit était malmené. Il était véritablement épuisé par les vingt quatre heures qu’il avait passé, ayant perdu sans doute grâce à Regina d’un côté, l’habitude de se faire torturer physiquement. Merci la malédiction sur la Terre. Il jouait au douillet, se plaignant parfois d’une petite coupure au doigt qu’il pouvait se faire avec une enveloppe, ou que l’eau du jacuzzi était trop chaude mais tout ceci n’était qu’un masque parmi tant d’autres qu’il mettait pour cacher le véritable Jefferson. La comédie faisait partie de lui mais parfois le rôle lui collait trop à la peau, jusqu’à se fondre totalement avec.

Il sentit les jumeaux venir se coller près de lui, se positionnant en chien de fusil entre ses bras et son torse. “Ne vous en faites pas ! On va bien trouver une solution !” Jefferson se voulait rassurant, pas forcément pour lui, pour faire taire cette petite voix démoniaque qui en rigolant lui disait qu’il allait encore perdre la tête, mais pour les rouquins. Il ne voulait pas les inquiéter, se sentant déjà assez coupable de ne pas avoir pu gérer sa crise de démence seul et d’être faible à ce sujet, de ne pas pouvoir être capable de revenir à la réalité sans l’aide de quelqu’un d’aussi proches qu’eux. "Ouais ! On va gagner, obligé ! -Surtout grâce à toi !” Ils ne se rendaient pas compte de la situation et c’était mieux ainsi ! “Oh je ne pense pas que tout le mérite me reviendra ! Nous sommes une équipe, il faut se soutenir. Quand à nous .. nous sommes une famille ! Ensemble il ne peut rien nous arriver !” Les jumeaux avaient cet effet sur Jefferson, de faire diminuer son égocentrisme, chose extrêmement rare. Mais avec eux, il ne pensait pas à lui en priorité car ils étaient plus importants. Jefferson avait fait un véritable transfert sur eux car ils étaient arrivés dans sa vie, au moment où il avait réalisé que Grâce n’avait jamais réellement existé. Le chagrin qu’il avait eu quand Regina lui avait fait comprendre que tout ceci n’était qu’une illusion s’était peu à peu évaporé aux contacts des deux têtes rousses, tandis que l’amour paternel qu’il avait donné dans le vide pendant une quinzaine d’année trouvait enfin preneur. “On est une famille !" Il n’avait pas besoin de voir leur visage pour sentir la joie que cette phrase leur avait procuré. Doucement, il caressa leurs cheveux, pour les aider à se calmer, sachant très bien que les piles électriques mettaient du temps à s’endormir. On gagnera en famille ! Grâce à toi !" Il se mordit la langue pour ne pas rigoler, poussant un petit soupir. “Allez on va dire ça ! En même temps on a pas le choix, vous imaginez si on ne rentre pas à Storybrook ?” "On ne verra plus December ! Ou Dexter ! On verra plus James !" “Ni Candice ! Ni Sasha .. Ni Eulala ...Ni River .. Ni Mary … Ni Sirrus … Ni Stella ..Ni Eby …Ni Apollon …Ni Chris ..toutes les personnes que l’on aime ou que l’on aime pas disparaîtront de notre vie ! Ça donne une motivation supplémentaire !" Le chapelier n’était pas forcément connu pour son côté remonteur de moral, mais il essayait de faire comme il pouvait. “Maintenant on dors !”Non attends !" Paaaas dormiiiiiiiir -Viens on regarde les étoiles !" “J’ai dit non ! On le fera quand on rentrera à la maison ! Mais là on ferme les yeux, on compte le nombre d'huîtres en train de se faire manger par le Morse et on s’endort !” Sa voix était autoritaire, signe que ça ne servait plus à rien de discuter, et même si en vérité il n’était pas fatigué, il se préoccupait plus des garçons, devant reprendre des forces. Ils les entendaient compter, devant fermer très fortement leurs yeux, . Comme à son habitude, son sommeil n’avait pas été des plus réparateurs, et il mit un certain temps avant de comprendre là ou il se trouvait. La voix d’Anastasia se faisait entendre au loin, et quand elle prononça le mot panique, Jefferson ouvrit totalement les yeux. Quand il essaya de se lever, sa tête fut retenu en arrière, et bien entendu, il paniqua. Mais quand est ce que ça s'arrêterait ? A ce niveau là, il pourrait fournir toute la ville de Miami en perruque fraîche.

C’est déprimé, qu’il suivait le groupe dans la forêt, tandis que les jumeaux lui portaient en s’amusant ses cheveux qui bien sur, continuait toujours de pousser. On pouvait maintenant renommer le fil d’Ariane, le fil de Jefferson. En plus, il pouvait sentir la saleté se mêlait à ses cheveux, qui trainaient au sol comme une bonne vieille serpillière. Parfois il sentait même des petits animaux grimper dessus, allant dedans, qu’il essayait de chasser en hurlant qu’il n’était pas la SPA ...C’est alors, qu’un des oiseaux que Zach avait libéré, engendrant toute cette catastrophe, se posa tranquillement sur une branche pour faire la causette. Au bord de la crise de nerf, il ne supportait pas la manière dont l’oiseau parlait et comprenait même pour les gitans voulaient les bouffer. Y avait il un espoir ? Il n’était pas forcément convaincu, mais il n’avait pas le choix. Après tout, ses ciseaux ne marchaient pas, alors qu’ils étaient réputés pour trancher pas mal de chose, comme beaucoup de doigts par exemple et la magie de Regina avait échoué. Quand aux autres … Anastasia avait pris de temps en temps le relais avec les jumeaux pour porter ses tonnes, littéralement, de cheveux et il l’en remerciait grandement. Ali le regardait, assez inquiet mais ne s’approchait pas trop, restant plus vers Virginia et Wolf qu’il surveillait. Quand à l’oiseau de malheur, il lui avait bien fait comprendre la veille qu’il n’avait pas intêret à s’approcher de lui sous peine d’étranglement avec ses cheveux. Au moins, ils serviraient à quelque chose. Sauf que là, dans la situation au temps T, le groupe débattait sur l’utilité de se faire enterrer vivant. “Oh vous savez, moi j’ai une amie qui a testé la chose et ça ne lui a pas forcément très bien réussi.” Il ricanna en pensant comment il raconterait l’affaire à Mary avant de pousser un hurlement qui l’étonna lui même tant la douleur dans sa nuque et son dos était violente. Puis cette sensation qu’on lui arracher la colonne vertébrale reprit immédiatement alors que sa gorge se nouait. Il manquait d’air, il n’arrivait plus à respirer tant la souffrance était immense et il porta dans un geste désespéré les mains à sa gorge. Dans un réflexe de survie, comme si ça allait faire quelque chose, il retira son foulard, dévoilant ainsi devant tout le monde la marque de Cora. S’il était bien pudique sur une chose, c’était ça, il ne l’a montrait jamais à ceux qu’ils n'estiment pas digne de la voir, digne de comprendre son histoire mais là, il s’en fichait, son cerveau totalement noyé par les endorphines pour essayer d’atténuer un peu sa souffrance. . Il regarda ses doigts alors qu’il tombait dos contre sol, ils étaient couvertes de sang. C’était donc ça la chaleur qui irradiait la base de sa tête…elle commençait à s’ouvrir à certains endroits, trop malmené par le poids et le tirage constant qu’il subissait actuellement. Surtout qu’il ne se laissa pas faire, allant dans le sens contraire de là où il sentait la pression. “JEFF NON” Malgré le vacarme assourdissant qu’il y avait dans sa tête, il entendit la voix des jumeaux beuglait son nom, le répétait des dizaines et des dizaines de fois. Pendant l’espace d’une seconde, il sentit leurs mains sur son cou pour essayer d’empêcher les points les plus importants de sa blessure se réouvrir. “Vous inquiétez pas ça va aller !” fut la dernière phrase qu’il leur prononça alors qu’il se faisait emporter par le chasseur, essayant mine de rien de minimiser ce qui était entrain de se passer. Dès que le groupe, * d’ailleurs au passage MERCI … de vous être bousculer pour essayer de me sauver la vie, je retiens …* s’effaça de son champ de vision, il se remit à hurler aussi fort qu’il pouvait, se débattant comme un beau diable. Sauf qu’il remarqua que ses cheveux lui pompaient son énergie, et qu’en plus l’empêcher d’atteindre le chasseur, parce qu’il ne fallait pas être con pour deviner que c’était lui. Sa voix baissa en intensité au bout d’une centaine de mètres, son corps retrouvant les réflexes qu’il avait pendant ses années de sévices. S’habituant à la douleur, il croisa les bras autour de sa poitrine et se laissa tirer sur le sol.

“Salut moi c’est Jefferson et toi ?” Le chasseur se trouvait une dizaine de mètre en avant, ayant enroulé ses cheveux autour de son poignet, comme une corde, pour que le transport de sa victime soit plus simplifiée. “Il fait beau aujourd’hui non ? Une belle journée pour faire une randonnée en forêt !” Comme à l’époque, le chapelier se mit à discuter avec son futur bourreau, préférant ça, au silence pesant. “Alors comme ça, tu es chasseur ? C’est une bonne profession ça chasseur ? "Il se renseignait sur l’homme qui l’avait enlevé, c’était normal ! Il voulait savoir dans quelles mains il allait passer à la casserole ! Entendant un vague bruit de bouche, n’arrivant pas à distinguer correctement, il contracta ses épaules meurtris pour acquiescer. “Mais,tu sais, moi je ne crois pas qu'il y ait de bonne ou de mauvaise situation. Si je devais résumer ma vie aujourd'hui avec vous, je te dirais que c'est d'abord des rencontres, des gens qui m'ont tendu la main, peut-être à un moment où je ne pouvais pas, où j'étais seul chez moi. Et c'est assez curieux de se dire que les hasards, les rencontres forgent une destinée... Parce que quand on a le goût de la chose, quand on a le goût de la chose bien faite, le beau geste, parfois on ne trouve pas l'interlocuteur en face, je dirais, le miroir qui vous aide à avancer. Alors ce n'est pas mon cas, comme je le disais là, puisque moi au contraire, j'ai pu ; et je dis merci à la vie, je lui dis merci, je chante la vie, je danse la vie... Je ne suis qu'amour ! Et finalement, quand beaucoup de gens aujourd'hui me disent "Mais comment fais-tu pour avoir cette humanité ?", eh ben je leur réponds très simplement, je leur dis que c'est ce goût de l'amour, ce goût donc qui m'a poussé aujourd'hui à entreprendre une construction mécanique, mais demain, qui sait, peut-être seulement à me mettre au service de la communauté, à faire le don, le don de soi..." Est ce que Jefferson débloquait ? Très certainement. La douleur venait d’atteindre son paroxysme alors que le chasseur faisait des accoups, ne se soucions pas de ce que par quoi il pouvait passer dans la forêt et son corps ne pouvait plus lutter contre. Il regardait le ciel tout en disant ça, en faisant des gestes des mains, en s’écoutant parler pour ne plus s’écouter souffrir. “Et toi ? Est ce que tu chantes la vie ? Est ce que tu danses la vie ? Est ce que tu fais des dons de toi ? C’est important le don d’organe ! Il faut donner ses organes on ne sait pas ce qui peut se passer ! Regarde si ça se trouve tu vas me prendre mon rein pour le donner à quelqu’un parce que tu es super aimable mais … je ne te le conseille pas parce que la personne ferait une overdose directement, trop de drogues dans mon sang …” Le chapelier s’arrêta de parler pendant quelques minutes, alors qu’il couinait en passant sur un énorme tronc d’arbres “Mais … mais … je me suis pas prit mon shoot ce matin ! Sacrilège ! Par bleu ! Ce n’est point possible ! Objection ! Je fais objection ! Chasseur trouve moi de la drogue avant de me torturer ! Oh non tant pis la douleur fera comme la drogue ! ” Oh moins, Piet et Diet lui fournissait de la drogue continuellement, voulant voir jusqu’à quand il ferait une overdose, sans comprendre qu’ils ne pourraient pas, que Wonderland protégeait son enfant chéri. Par contre les bulles d’air qu’ils s’amusaient à lui envoyer dans les veines … ça il le sentait passer. En parlant de sentir passer, il percevait un ralentissement dans la vitesse du moyen de locomotion, c’est à dire lui. Puis, le ciel changea de couleur passant du bleu au marron, avec des accessoires. Le sol d’ailleurs, était plus confortable que celui de la forêt. Plissant les yeux, il mit en route son cerveau, qui, avait retrouvé la même plasticité qu’à Wonderland, comme quoi, la torture, c’est comme le vélo ça ne s’oublie pas. “Il va pleuvoir !” La tête du chasseur apparut dans son champ de vision et il poussa un cri de frayeur. Mais quelle horreur ! Heureusement les chasseurs sont plus beaux dans la forêt enchanté ! La mocheté croisant la beauté, l’attrapa par les poignets pour le tirer vers le centre de la pièce. Or si Jefferson s’était laissé kidnappé facilement parce que bon, ça ne fait pas du bien quand une cicatrice commence à faire mal, là il se débattait comme un diable qu’il était. Mais il avait toujours ce problème, qu’il avait même oublié au passage alors que c’était la source de ses ennuis, ses cheveux. Même s’il esquiva quelques coups, il se prit les pieds dans ses propres cheveux alors qu’il allait donner un crochet du droit, qui partait pourtant très bien. Il s’étala au sol dans un gémissement de douleur. Réssigné ? Non il ne l’était jamais, il voulait partir d’ici, il le ferait au bon moment. Se laissant attacher, parce qu’il n’avait pas d’autre choix, il tira la langue au chasseur quand ce dernier passa devant lui, après avoir serré au maximum ses liens. Bien après la tête, il allait perdre ses mains … de mieux en mieux.

Regardant les alentours, il remarqua qu’il était dans un arbre car la pièce était ronde, circulaire, et il en avait l’habitude au pays des merveilles. Une cabane dans un arbre, très hobbit tout ça et avec vraiment un goût de chiotte en décoration. "Franchement j'ai connu mieux comme accueil ... Même pas un cocktail de bienvenue ! Par contre, j'aimerai bien savoir, je suis où ? Parce que perso' j'avais pas signé pour ça .. Mais visiblement je me fais toujours avoir sur les programmes de vacances !" Ne se départissant pas de son second degrés, Jeff poussa un soupir. Oh oui, décidément, il aurait eu des vacances d’été très chargé , mais même s’il se plaignait, il aimait bien, le sortant de son train train quotidien. “Moi j'ai pas signé pour un hermaphrodite non plus et pourtant je fais avec. Maintenant tu vas me dire où est le chien.”Sa bouche fit la forme d’un o, tant qu’il était surpris. Puis, il regarda au sol, l’espèce de chose immonde qui trainait. Ah oui … ça … “J'suis pas un non genré quatrinaire moi d'abord ! On m'a lancé un sort parce qu'un abruti de mon groupe a voulu libérer des oiseaux dans le camp de gitan !" C’était fini, Zach avait cette étiquette et la garderait probablement pendant longtemps, à moins que le sort lui fasse faire quelque chose d’extraordinaire, ce dont Jeff ne pensait pas du tout. Regardant le chasseur, il comprit bien entendu de quoi il voulait parler, mais Jefferson ne parlait pas, il n’était pas une balance contrairement à ce qu’il voulait faire croire. Enfin … "Quel chien ? Parce que des chiens j'en connais pleins ! Y a Bayard d'abord qui est un basset mais il doit être avec Mirana ! Puis y a Richie qui est un husky et il doit sans doute être avec Théo' le viking ! Et sinon y a Brooky le labrador ! Mais lui c'est pas vraiment un chien,c’est un policier, du style Captain je-me-la-pète-parce-que-j’ai-un-insigne-et-que-je-peux-enfermer-les-gens c'est juste que je dis ça pour l'emmerder parce que sa tête est trop marrante quand il lève les yeux au ciel en mode blasé. Un jour il va se les coincer et je vais tellement rigoler. !” La cohérence de Jefferson ? Aucune, aux abonnés absents comme souvent, ce qui eut le don d’agacer le chasseur alors que le chapelier abordait en plus un jolie sourire qui ne laissait présager rien de bon pour la suite. Qui du chasseur ou du chapelier craquerait en premier ? La guerre des nerfs venait de commencer. “Je n'ai pas envie de répéter la question et crois-moi tu n'en as pas envie non plus.” Comme pour appuyer ses dires, le chasseur plaça la lame de son couteau tranchant sous la gorge de Jeff, qui gloussa, à l’emplacement même de sa cicatrice, là où le sang avait séché. Puis il glisse la pointe dedans, ouvrant un petit peu la marque pour montrer qu’il n’était pas là pour faire des gnoccis. “"Et bien j'ai répondu à la question ! Tu m’as parlé de chien j'ai dit tous les chiens de mon entourage ! Oh vas y j'ai l'habitude ! Piet et Tiep ont été mes geôliers attitrés à Wonderland et ils sont les tortureurs officiels de la Reine Genre dans le gore on fait pas mieux ! J'ai eu pleins d’honneurs !" Penchant la tête vers le chasseur, une expression de folie passa dans le regard du chapelier. Oh il voulait jouer ? Il allait le faire ! Avait il un côté sadomasochite ? Peut être, en tout cas très provocateur, peut être trop pour rester en vie. Il appuya lui même sur la lame, se l’enfonçant superficiellement dedans, son sang commença à faire du goutte à goutte. Le chasseur recula, ne voulant sans doute pas faire comme Cora et le faire parler avant de le tuer, et il fit une tête de réflexion intense. "Ah j'en ai peut être oublié un ! "Vas y, je t'écoute” Il pouvait sentir l’impatience du chasseur dans ces quelques mots et son sourire s'agrandit encore plus, dévoilant ses dents blanches et propres !"Et bien il se trouve, que c'est la faute d'un chien si je suis là ! Enfin non, d'un troll plutôt qui a bousillé tous mes plans de la journée parce que je devais aller au restaurant avec River et Stella ...et bref le troll.. il cherchait un chien .. Chien qui est apparu avec un loup et d’autres trolls! Sauf qu’après moults péripéties ... mes fils ont peut être fait une bêtise ... ils sont pas très doué avec les animaux, il préfère les choses non animés ! Ils l'ont fait tombé du bateau sur lequel on se trouvait ... et vu qu'il n'était pas déjà bien en forme parce qu’il avait trop mangé ! Le chien hein pas les garçons ! On est pas arrivé à le sortir à temps, le courant était bien trop fort et le chien était entrain de faire une hydrocution ! Ne jamais se baigner après avoir mangé ! En plus du coup, l'autre canidé du nom de Wolf, alors lui c'est vraiment un sale bâtard ! Il a pas commencé à les engueuler ? Ah mais vous avez tué Wendell et blablablabla comment on va faire maintenant pour accomplir la prophétie et blablablabla C'est comme si vous étiez invités au repas de Thanksgiving et que vous oubliez d'apporter la dinde ... Non mais pour qui il se prend celui là de leur crier dessus comme ça ! Des chiens y en a par milliers ! On lui en donne un autre et voilà basta ! On va pas en faire tout un thé de cette histoire !” Il avait dit sa tirade sans quasiment prendre une goulée d’air. La capacité de parole du chapelier était formidable, à croire que la magie se cachait là dessous. Non, juste l’adoration pour parler et emmerder le monde.

Le chasseur plissa les yeux, essayant de démêler le vrai du faux dans cette pelote qu’il lui avait lancé. “Je suis sûr que tu mens. Mais bon, j'ai tout mon temps, tu finiras par parler, de gré ou de force.” “Ah mais pour parler y a pas de soucis ! Je peux faire ça toute la journée ! J’adore parler !” Le chasseur, qui avait enlevé sa lame pendant un moment, lui replaça au niveau des cordes vocales, voulait il lui faire passer un message ? “Ecoute ! Entre nous, t’as l’air d’un chic type ! J’adore cette coiffure, le dégradé de gris vers le ...marron ? C’est très tendance et les petits poux qui courent c'est tellement mignon ! Tu as pris soin de ne pas couper les miens quand tu me kidnappais, j’apprécie l’effort, vraiment ! Alors tu sais quoi, moi aussi j’vais être un chic type, parce que je suis toujours un chic type, dans toutes les situations, il faut savoir rester chic ! Je vais être honnête avec toi.” Le chasseur recula un peu sur sa chaise, et regarda avec grande attention Jefferson qui s’apprêtait à prendre une grande goulée d’air plantant son regard océan dans celui couleur canard WC de son interlocuteur. “Je ne suis pas d'ici, je suis d'un royaume que l'on nomme le pays des merveilles, Wonderland pour les intimes en fait non, de base je suis de la forêt enchanté mais j’ai quelques attachements à Wonderland et quelques soucis aussi mais c’est une trèèèès longue histoire ! Puis bref, Wonderland, Forêt enchanté et … Storybrook … là ou votre chien a atterie ... Moi j’y suis arrivé il y a environ une trentaine d’année à cause d’une malédiction bien pourrie et je vous passe les détails. Maintenant j'ai refais ma vie, enfin pas forcément dans le meilleur des mondes mais je suis rangé ! J'emmerde pas les gens que je ne connais pas, je produis ma propre drogue, je gère mon petit cartel tranquillement ! Pepouze avec mes petits délears dans le monde et mes gardes du corps, enfin les leurs ! J'ai ma boutique de chapeau qui marche super bien parce que c’est un concept store que j’ai inventé ! T’as vu ça fait boutique de luxe vestimentaire et salon de thé haut de gamme, j’ai niqué le game de Londres avec ça. Puis j’passe sur mes commandes hors pairs de chapeaux pour les plus grands parce que Papa is the Big Boss of the hat ! Alors je m'en balance de vos histoires de chiens et de princesses. J'ai pas de raison de mentir ! Tu penses que j’en ai pas eu assez là ? J’suis arrivé à poil … dans une prison, j’ai du négocier un contrat avec un pêcheur débile qui a essayé de me flouer. J’ai du me battre alors que j’aime pas ça …J’ai du assommer un de mes amis… j’ai fait au moins deux crises de démence parce que j’suis malade, on doit pas traiter les gens malade comme ça. Syndrome de stress post traumatique tu connais ? Bah c’est pas drôle franchement mais je le vis bien ! Et puis là un voyante qui est aussi voyante que Stéphane Bern a déshonorer le tarot et après cette salope m’a jeté un sort .. Elle m’a changé ma couleur de cheveux ! En blond merde ! C’est moche le blond ça va pas à tout le monde moi j’suis tellement plus beau en brun ! Et pour couronner le tout ils poussent indéfiniment ! Ça m’étonnerait pas que dans une heure ta maison déborde … Non mais Allo quoi ! J'ai rien demandé moi ! J'men fous de votre royaume comme de ma première injection de méthadone ! Alors je t’ai donné toutes les informations que j'ai eu parce que j'suis comme ça ! Je pense qu'à ma gueule et là, étant donné que ma tête est pas loin de se décrocher de la base de mon cou, tu peux bien aller faire une rasia sur ce groupe d'enculé qui m'abandonne je m'en fous ! Juste, ramène moi les deux rouquins qu’on meurt ensemble ça sera sympa de ta part !" Il n’avait pas cillé une seule minute du regard du chasseur tout le long de son discours. Alors quand il prononça cette phrase, il leva les yeux au ciel en soupirant, bleubleutant des lèvres. “ Donc tes amis vont te chercher. Parfait, plus on est de fous, plus on rit”. “Mais t’es con ou quoi ?” "C'est bête tu viens de vendre l'autre groupe ! Ils sont armés ?” “Ah nan mais là je pense qu’on atteint des sommets c’est plus de la connerie à ce niveau, c’est autre chose … Je viens de te dire que c'est une bande d'enculé ... en général les enculé sont pas des amis … Enfin tout dépend de la situation qu’on parle parce que bien sur que dans certains cas ça peut être de bons amis !” Le sourire sadique du Chasseur rencontrait le sourire totalement malsain du Chapelier. “Pas sure qu'on vienne te chercher hein !” “Voila ! Enfin un raisonnement logique ! C’est pas trop tôt, j’ai cru qu’il ne viendrait jamais … le raisonnement logique ! Parce que les autres en vrai je les connais même pas !” Pendant une milliseconde, le silence revint dans la cabane du chasseur, qui s’était levé de sa chaise. “Enfin en tout cas tu as parlé de fils, de jumeaux” Parfois il regrettait vraiment d’être trop sensible avec ceux qu’il aimait vraiment. Pourquoi n’avait il pas pu se la fermer ? Parce qu’il fallait qu’il en parle, c’était plus fort que lui. Les jumeaux auraient d’autres personnes, il s’en serait fiché … mais il ne pouvait pas, il n’arrivait pas à mentir quand il s’agissait d’eux, tout comme avec Priscilla, quand il l’’avait par mégarde donné l’emplacement de sa cachette à la police du monde qu’il visitait. Il ne faisait pas exprès mais son coeur prenait parfois le dessus pour montrer qu’il était bien là ! Ne montrant pas son inquiétude, collant au visage son masque théâtrale, il reprit d’un air mystérieux “"Quant aux jumeaux ! Oui ils viendront, c'est très probable ! Ils sont comme moi, aucune notion du danger ! Sauf qu'ils vont en être empêchés !" Il fit lever un sourcil au chasseur, mais qui réembréa toujours sur la même question. “Ils sont armés ?" si je comprends bien ?”"Parce qu'avec eux, il y a la plus Bitch des Evils Queen ! Et entre nous, elle aime me voir me faire torturer ! C'est à cause d'elle que je me suis fait décapiter donc dès qu'elle vous a vu ! elle s'est dit que j'allais passer un sale quart d'heure ! Avant de partir, j'ai vu ses yeux luire d'excitation ! Vous savez comment c'est les méchants reine ! C'était elle la méchante reine de la forêt enchanté, celle qui a lancé la malédiction ! Elles ne peuvent pas s'empêcher de prendre leur pied en faisant du mal ! Alors elle va tout faire pour ne pas qu'ils viennent !" Le dialogue entre les deux hommes était comme un match de tennis, chacun se renvoyant la balle. Le chasseur ne pipa mot et Jeff souria sadiquement tout en faisant une musique de suspense. “TANTANTAN … Donc Evil Queen est armé avec Evill boob bien entendu ! "Ah logique implacable quand tu nous tiens ! "Donc oui, ils sont armés ! De dents pointus pour certains et d'une paire de ciseau ! Par n'importe laquelle ! La mienne ! Et elle est tout aussi particulière que son propriétaire huhuhuu ! C’est un cadeau d’un ami … un ami qui s’amusait avec les morts ! ”

Le chasseur, clairement au bout de la limite d’égorger Jefferson pour le faire taire, s’empara de la chaise pour la mettre tout près de lui, si bien que leurs genoux pouvaient presque se toucher. Faisant une grimace légèrement dégouté, il soupira, essayant de retrouver la circulation sanguine dans ses doigts. Le chasseur, agacé par son prisonnier, dont il ne pensait pas qu’il parlerait autant et avec une décontraction digne d’un enfant dans un parc d’attraction, changea totalement de sujet, pas assez pour surprendre sa victime. ”Je suis né dans cette forêt. La première fois que j'ai vu la reine j'étais encore forestier. Elle avait arrêté sa partie de chasse afin de désaltérer et était venue dans mon village. Elle a souhaité me rencontrer pour me montrer ceci” Hochant la tête, il avait comme une impression de déja vu. Il suivit du regard le chasseur qui s’était levé pour ranger son couteau et sortir une arbalète. Jefferson ne put réprimer un frisson devant l’arme, relan de son traumatisme avec le lièvre mais la curiosité de connaître son histoire était beaucoup plus forte. “Elle m'a dit ceci : lorsque cette arbalète tire une flèche, elle ne peut arrêter sa course qu'après être entrée tout droit dans le coeur de votre ennemi. C'est alors que je lui ai demandé : comment dois-je faire pour gagner cette arbalète, votre majesté ? Elle a répondu : il vous suffit de fermer les yeux et de tirer dans la direction de votre choix et elle sera à vous….” Le chasseur fit une pause, sans doute pour reprendre son souffle, n’ayant pas les extraordinaires capacités de Jefferson pour parler sans s’arrêter, qu’il s’imaginait d’ailleurs comme une tension dramatique qu’il ne put s’empêcher de mimer. Parlant souvent avec les mains, elles faisaient des cercles dans son dos alors que ses yeux s’agrandir tant l’impatience était forte ! “Tintititintintintintint nous arrivons à la meilleure partie ! Est ce que le chasseur a accepté ? Si oui quelle a été sa cible ? S’est il tapé la méchante belle mère ? Vous saurez tout … après une courte page de publicité !” Le chasseur ne prit pas la peine de répondre, devenant emballé par la suite de son récit, la lueur de folie de Jefferson s’étant transmise dans ses yeux. “La flèche a filé tout droit comme si elle connaissait son chemin. Elle a parcouru plusieurs lieues à travers la forêt avant de tuer un enfant qui jouait dans la campagne.... Je n'ai pas oublié le visage de la reine quand je me suis aperçu que c'était mon fils que je venais de tuer.” “MAIS NAN ! Quel rebondissement !” “Elle m'a dit ensuite : je vous choisis pour devenir mon chasseur personnel.”Bah tu m’étonnes c’était la moindre des choses !” Jefferson essaya de reculer sa tête quand le visage du chasseur s’approcha du sien. Non vraiment, là il était trop près, dans son espace personnel et il ne l’avait pas invité. Puis son hygiène buccal était vraiment à revoir et il eut une sorte de haut le coeur, ou alors était ce parce que la douleur dans son dos était bien trop forte ? Non vraiment sa bouche ! Il voulait l'embrasser ou quoi ? Non ça ce n'était pas possible ! Il pouvait tout subir mais pas ça ! Surtout avec une horreur de la nature ! “Alors tu comprends, la chasse c'est toute ma vie et c'est mon seul plaisir personnel. Lorsque je dois tuer je ne ressens aucune pitié.” L’haleine putride du chasseur avait fait sorti pendant un instant Jeff de son histoire passionnante pour le remettre dans le monde réel, son monde à lui. Son fils, il avait tué son propre fils pour une arbalète et au lieu de refouler sa colère sur l’instigatrice de tout ça, il avait travaillé avec elle. Sa propre colère du à la mort de sa fille, envahit tout son corps alors qu’il bougea violemment sur la chaise, se fichant de sentir ses vertèbres craqués prêtes à céder comme un meuble ikea mal monté. “"Comprendre .. oui je peux ! J'ai connu aussi ça, être exploité à cause de dons exceptionnels ! Mais ce qui m'échappe, c'est ton fils ! Comment as tu pu accepter d'être son chasseur en sachant que tu l'avais chassé pour cette reine ! Tué son propre sang et passer un pacte avec l'ennemi ! Je n'ai pas de mots assez fort pour le décrire et pourtant je connais très bien le Larousse pour avoir lu toutes les éditions" Aucunes émotions traversa le chasseur à cet instant là, ce qui énerva d’autant plus Jefferson, qui lui cracha dessus. Le bourreau décida qu’il avait envie de prendre l’air, que le chapelier l’avait assez agacé pour le faire taire et il savait comment. A son regard, Jeff comprit son intention alors qu’il partait vers la sortie. Tirant sur ses liens fortement, il préféra cependant averti le chasseur alors que sa voix n’était plus du tout la même, beaucoup plus posé que lors de ses monologues, calme, beaucoup trop calme pour être normal et que ses yeux se brouillaient pour n’envoyer que de la haine montrant le côté sombre de la folie. “Si jamais, tu touche ne serait ce qu’à un poil des rouquins, je peux t'assurer que la peau de tes organes servira à faire un de mes plus beaux chapeaux avec tes yeux comme boutons pour faire beau! Et crois moi, j'en suis pas à mon coup d'essai."

Le chasseur su que Jefferson ne mentait pas, qu’il était près à tuer dans d’atroces souffrances et sans aucuns retenus pour eux, mais il n’avait fait qu’augmenter le challenge. La porte claqua, et le chapelier se retrouva seul, attaché, dans la pénombre mais surtout dans le silence. Grognant en penchant la tête à l’avant, il ferma les yeux quelques instants pour ne pas penser à la situation des jumeaux mais plutôt à la sienne. “Bien, bravo Jeffy, tu t’améliores de jour en jour !” Sa voix résonna dans la pièce, restant sans réponse alors qu’il entendant encore plus fortement dans son crâne sa pulsation. Maintenant qu’il était seul, que l’excitation du danger tombait, il se sentait vidé et las, comme quand Piet et Tiep partaient de sa cellule. “On retombe toujours dans nos travers ! N’est ce pas Regina !” Il rigola amèrement, en pesant le pour et le contre sur sa situation. Il aimait l’aventure, c’était indéniable, il avait ça dans le sang. Il détestait l’ennui, il ne pouvait pas rester deux minutes au même endroit et il se fourrait là ou le danger l’appeler. Il avait le coté positif de la chose. Il n’avait pas un endroit de son corps qui ne lui faisait pas mal, réveillant en plus d’anciennes blessures, ses cheveux continuaient toujours de pousser et même à l’interieur de son crâne tant il avait mal, il avait l’impression que sa tête allait exploser d’un instant à l’autre mais surtout son cou, lui faisait presque aussi mal que quand Cora lui avait remis la tête sur les épaules. “Allez maintenant tu bouges ton petit cul pour sortir de là si tu ne veux pas que ta tête roule façon boule de bowling d’un instant à l’autre.” Puisque ton ami nous a aidés, nous allons t'aider en retour.” Ah merci cool !” Clignant plusieurs fois des yeux avant de se rendre compte que ce n’était pas lui qui s’était fait la conversation, il leva la tête vers une fênetre en hauteur de l’arbre. Là, se trouvait une petite oiselle qui lui parlait normalement. “Mais il faut que ce soit la dernière fois. Tes amis et toi êtes une telle source d'ennuis !” “Arrrrg” Mettant sa tête en arrière, parce que non il ne pouvait pas être droit, tranquille, il devait se secouer comme un prunier alors que ses os craquaient. “Oh c'est bon ! J'ai rien demandé moi ..."Tout ça c'est la faute du chien et du troll !! Moi j'ai que des emmerdes depuis que je suis arrivé ici alors on se calme Titi !"” Son ton était plus dur que ce qu’il n’aurait voulu dire, mais la colère que l’autre abruti lui avait ressorti était toujours présente. Soupirant en entendant le gazouillement de mécontentement de l’oiselle, il se morda fermement la lèvre en pensant qu’elle était son seule espoir; Décidément, les animaux magiques lui étaient bien trop indispensable dans sa vie. "Pardon, mais comment vous dire que j'ai mal à toute la sphère ORL ! et que je suis assez susceptible quand j’ai mal !" Regardant l’oiseau, il soupira en se rendant compte que oui, son seul espoir était un oiseau de la taille d’un moineau. “Bon ..J'veux bien de l'aide, mais sans vouloir vous vexer ... vous parlez peut être mais vous n'avez pas de main ! Je pense qu'il sera judiciable de réfléchir à un plan !” Or il n’y avait pas trentes six milles solutions, si ce n’était pas des humains ou des animaux plus grands, il allait moisir ici et ce n’était pas forcément dans ses plans. “Vous pouvez transmettre un message ? Il faut que vous trouviez l’autre groupe pour leur dire que je suis ici et que ça serait vraiment dommage qu’il ait la mort du chapelier fou sur les bras parce que de toute façon je viendrais les hanter pour l’éternité, je connais le truc !” Se gossant à sa propre blague, qui n’en était pas forcément une s’il continue dans cette voie, il hurla juste avant que l’oiselle prenne son envol. "Oh et surtout très très important si vous voyez une brune avec des gros seins, passez lui un message mais texte elle comprendra: Regina ! Un petit service, je te le rendrais tu sais tu me connais moi et les contrats ! Protège les jumeaux avec ta magie protège les comme si t’as vie en dépendait, tu sais Henri toi … Dereck Duncan moi …. tu m’as compris .. parce que comment dire ... je crois qu'un psychopathe va vouloir les tuer ...et je te jure c’est même pas moi le psychopathe pour une fois Merci ! " Il aurait pu demander à Ali, mais il savait que son ami n'était pas très friand de trucs gores, et surtout, il avait ses pouvoirs bridés. Puis comme il disait, il ne fallait combattre le mal que par le mal, et Regina était la parfaite personne pour ça ! L’oiselle opinia de la tête, faisant signe qu’elle avait comprit, laissant cette fois ci Jefferson véritablement tout seul, attaché, blessé, fatigué, tourmenté, crevé, déprimé, et même pas camé sur sa chaise de prisonnier qui continua de se faire la causette jusqu'à ce que sa voix ne devienne de plus en plus rauque, signe que même ses cordes vocales commençaient à souffrir …




codage by Wiise



♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
.
Your Heart
IN MY HEAD
Au creux de tes rêves c'est notre avenir que j'aperçois

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79170-termine-pourquoi-un-c http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79263-amis-ennemis-tapis-qui-suis-je-pour-juger-le-chapelier-bien-sur#955250 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t83145-tous-ensemble-hey

Regina Mills


« Courir ou se faire ramollir ! »


Regina Mills


╰☆╮ Avatar : Lana Parrilla

Ѽ Conte(s) : Blanche Neige et les Sept Nains ✦ Rumplestiltskin
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La Méchante Reine ✵ La petite fille du Meunier

✓ Métier : Propriétaire/Barmaid du "Roni's"
Evénement #98 : Miroir magique au mur [Fe] - Page 3 The-Evil-Queen-in-season-6-once-upon-a-time-40085890-500-220

☞ Surnom : Smarties
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 8559

Evénement #98 : Miroir magique au mur [Fe] - Page 3 _


Actuellement dans : « Courir ou se faire ramollir ! »


________________________________________ Lun 20 Aoû 2018 - 0:17



Jefferson. Capturé. Bon au moins, Ali avait pu récupérer la hache, une chance qu’il serve à quelque chose. Ouais pardon, la perche m’ait tendue là, il faut que je réagisse mais c’est pas méchant du tout, enfin si, juste un petit peu mais bon, en même tmeps, on peut pas tous les jours être gentils non plus parce que sinon je pourrais pas porter la réputation d’Evil Queen hein. Faut savoir porter sa réputation, enfin bref, je commence à m’égarer là alors je recommence à partir dans le bon chemin. Z’où. Nous voilà reparti avec la hache, et en chemin, l’oiselle se pose sur une branche au dessus de nous alors que Wolf commence à bavarder « Juliette, franchement, QUI aurait pu deviner ? » un léger sourire né sur mon visage alors que je reprends la parole « Roméo sans doute. » moment de silence. léger fou rire venant d’Anya, de Virginia et de Wolf avant que je ne reprenne la parole « Désolée mais la perche m’était tendue là, il fallait que je réagisse. »

« Psst, et vous en bas. » Je lève le regard avant de reprendre la parole « y’a l’oiseau qui nous parle. » effectivement, l’oiseau était bel et bien en train de nous parler « Oui, en effet » « Je sais où est votre ami Jefferson. » « Où est-il ? » « Il est dans un arbre qui n’est pas un arbre. » Ouais ok, si elle veut. Je soupire. « ouais comme une cabane qui n'est pas une cabane ou un chien qui n'est pas un chien… » je prends un temps de silence avant de reprendre en m’excusant « Pardon…donc dans un arbre qui n’est pas un arbre. Où c’est ? » Et pour toute réponse, voilà qu’elle s’envole. « Suivons là ! » Je pose mon regard sur les jumeaux qui portent toujours Wendell tandis qu’on cours pour suivre l’oiselle. Après un bon quart d’heure de course, voilà que l’oiselle se pose sur la branche d’un arbre avant de reprendre la parole, je m’y ferais jamais à ses oiseaux qui parlent « Jefferson est dans cet arbre. »

« Mais comment il a fait pour aller dedans ? » Posant mes mains sur mes hanches, je me mords le coin de la lèvre basse avant de reprendre la parole « Qui veut se changer en écureuil pour monter ? » « Je suis pas très bonne en escalade mais on devrait d'abord s'assurer qu'il est là. » Et c’est qu’elle se mets à crier l’Impératrice. Vas-y, cris plus fort, je suis sûre qu’ils t’ont pas entendue dans les neuf autres royaumes « JEFFERSON, VOUS ÊTES LÀ ?? » « JEFF ! BOUGE TON GROS CUL ! T’ES LÀ ????? » « Non j'suis pas là c'est mon fantôme qui hante ces lieux … » Moment de silence. « BIEN SUR QUE JE SUIS LA BORDEL …. » Ah c’est bon, il est là le Chapelier. « ET FRANCHEMENT C'EST PAS BEAU A VOIR ... MOI COMME LE TAUDIS DE CE SOI DISANT CHASSEUR » Ouais, je suis obligé d’écrire en majuscule vu qu’ils hurlent et qu’ils se doutent même pas que l’autre gland de chasseur va se repointer rapidement dans mon post. « ELLE EST DEVANT MOI ... MAIS COMMENT VOUS DIRE QUE JE SUIS LEGEREMENT ATTACHE ....D'AILLEURS SI L'UN D'ENTRE VOUS A DES MAINS DE RECHANGE JE SUIS PRENEUR »

Bon allez, on va faire le tour de l’arbre. Si ça se trouve, le chasseur dans sa grande intelligence qui ne doit pas être grosse a laisser une échelle. Ah bah nan en fait. Faux espoir quand tu nous tiens. Très rapidement, je me rends compte qu’Anya, Wolf et Virginia m’ont suivie. Ali j’en sais rien et les Jumeaux semblaient occupés, enfin je crois. « Surtout prenez votre temps ! c'est pas comme si le chasseur allait bientôt revenir ! » « Ta gueule Jeff ! Je réfléchis ! » « Si c'est une entrée magique ça va nous prendre des semaines !! » « Ah ça t'arrive parfois ? Tu fais des progrès Gina ! » « Bon Wolf, avec votre truc de loup là, vous pouvez pas trouver l’entrée ? » « Bah non, je flaire juste que c'est magique, j'en sais pas plus. » Ouais pas utile en fait. « Et Jeff, fais gaffe, parle meilleur ou je te jure que je me casse et je te laisse te faire martyriser par l’autre taré. Ouais, je suis le portrait craché de ma mère quand je veux. » « Bah casse toi ! T'façon il en a après tes Evils Boobs ! Parce que c'est un pervers genre un VRAI pervers ! » « Quoi que… y’a que moi qui ait le droit de te martyriser. » « TELLEMENT AIMABLE ! » « Roooh…tu veux pas que je me foutes à poil non plus ! » « LA FERME TOUS LES DEUX, On est ensemble dans cette galère alors maintenant on va agir comme une équipe. »

Je pose mon regard sur Anya sans rien dire avant de reprendre la parole « si c'est magique pour y entrer, la magie peut peut être nous y aider non ? » « Oui, peut-être que vous pouvez essayer de déverrouiller l'arbre enfin si cette idée a le moindre sens. » « LANCE UNE BOULE DE FEU !!! FOUS LE FEU A CETTE MAISON D'ELFE DES BOIS » « MAIS TAIS TOI BON DIEU ! » J’allais pas lancer une boule de feu sur la maison parce que vu le monde dans lequel on se trouvait, je faisais pas confiance à 100% à mes pouvoirs je dois avouer. Mon regard se pose sur la fenêtre et une idée me vient soudain. Et si on la jouait à Princesse Raiponce ? « Jeff ! Lance tes cheveux ! » Pas de réponse. « Je te jure que j’ai perdu du poids ! » « ALLEZ TOUS VOUS FAIRE ENCULER ! » « Pardon, c’est sortit tout seul. » C’est ça ouais. « Je suis PALOURDE ! » mais quel jeu de mot magnifique Regina, je te félicite !

« JE PEUX PAS, J’AI LES MAINS ATTACHÉES ! » « BAH TU TE DÉMERDES ! TU FAIS RAIPONCE ET POINT BARRE ! » Raaaah ! « Et on va arrêter de crier parce qu’on va ramoter le chasseur. » Anya s’approche avant de prendre la parole tout bas « Vous êtes sûres que ça pas genre faire atrocement mal ? » « J'VEUX BIEN ETRE ASSEZ RESISTANT A TOUT MAIS JE SUIS PAS ELASTICGIRL …. » Ah non, ça c’est moi n’est pas Helen ? Bref. Je pose mon regard sur Anya « Un peu mais y’a pas d’autre moyen. » Voilà. Il finit par lancer sa chevelure, je vous épargne tous les détails de comment il a fait parce que j’ai envie d’aller me coucher et puis ce serait trop long quoi. Prenant appui sur l’arbre, je m’agrippe au cheveux de Jeff et commence à monter. il a les cheveux gras et pleins de pellicules, c’est vraiment dégueu. ET DES CHEVEUX BLANCS ! « NON C'EST PAS VRAI J'UTILISE LE SHAMPOING HEYDEN SHOULDER LE TRUC DE LA PUB AVEC GRIEZMAN » Arrivée en haut, je le pousse pour pouvoir passer et remettre les deux pieds sur le sol avant de voir l’ampleur des dégâts. Heureusement que par mon passé Evil, je suis habituée à la souffrance parce que là, c’est puissance 10.

« Tu vois Gina ! Pas besoin de pouvoirs magiques pour faire changer la couleur de ses vetements » Ouais, là c’est clair que ça faisait un sacré mix entre deux teintes de rouge. Chemise blanche imbibée de sang tout partout et le cou part en cacahuète. Plein de sang partout qui coule :° Et voilà qu’il nous l’a joue drama en faisant genre qu’il est mort mais il est tellement nul comme comédien que ça se voit direct. Je le détache rapidement de la chaise et le retiens pas quand il tombe au sol pour reprendre un peu ses esprits mais il fallait que je fasse quelque chose pour arrêter tout ce bordel. Me dirigeant vers la porte, je l’ouvre pour que les autres puissent entrer avant de m’occuper de la blessure de Jeff « J’espère que ça va marcher. » Passant ma main au niveau du coup du Chapelier, une lueur violette entoure mes mains avant de soigner en partie la cicatrice de Jeff, me permettant de stopper le sang mais pas de refermer entièrement la plaie « Je peux pas faire mieux dans ce monde, je suis désolée. »

M’emparant d’un linge, je nettoie le restant avant de trouver quelque chose pour au moins protéger sa plaie et le regarde « Voilà, c’est déjà mieux. Au moins, tu risques pas de mourir. » « Ecoute, tant que ça arrête de faire les chutes du Niagara, moi ça me va. » Après tout ça, résultat, ma tenue aussi était pleine de sang mais on avait pas le temps de se changer. Une fois tout le monde à l’intérieur, Jeff fait un doigt d’honneur à Wolf, lève le pouce à l’intention d’Ali et pose son regard sur Anya et Virginia « Désolée Mesdmoiselles ! En tant normal je sais mieux recevoir ! Promis, à la prochaine tea party il y aura beaucoup moins de sang ! » « Contente de vous voir en vie. Si vous êtes en état je propose de pas trainer, le chasseur pourrait revenir. » Quand on parle du loup.

Le chasseur nous fait rapidement face, armé de son arbalète qui ne rate jamais sa cible mais ça y’a que jeff qui le sait. Un léger sourire né sur mon visage alors que Jeff fait bouclier devant les jumeaux. Je prends finalement la parole en regardant fixement le chasseur « Oh...je vous avez dit qu’il reviendrait. Salut moi c’est Regina et ça, c’est à moi. » bougeant légèrement la main, l’arbalète disparait dans un nuage de fumée violet avant de réapparaître dans ma main. « Tu vois, je t'avais dit qu'Evil Boob était badass et qu'elle rirait de ton arbalète » Je lève les yeux au ciel mais me bat avec les autres tandis que le chasseur tente de prendre le dessus. Anya et Virginia valdinguent sur un fauteuil défoncé. Jeff s’occupe de faire sortir tout le monde alors que je fais disparaitre l’arbalète pour al reprendre après tandis que deux boules de feu apparaissent dans mes mains « Je peux le crâmer ? »

« Ouais fous le feu ! je t’aide pour ça s’tu veux ! » « Mais vous n’allez pas tuer cet homme ?! » « Non Virginia, je veux juste lui faire peur. » Jeff commence à sortir les autres « Bah si ! On va le faire ! Allez bute le Evil Queen ! » « Mais on vaut mieux que ça ! » Faisant disparaître les boules de feu, je m’approche du chasseur avant de plonger ma main dans sa poitrine et de ressortir son coeur battant dans ma main. « Lui n’hésiterait pas à nous tuer ! » « J’approuve le loup pour une fois ! » Son coeur toujours en main, je reprends la parole « on n'est pas des meurtriers ! mais moi à la base, je suis vilaine. » Jeff fait sortir tout le monde alors qu’un sourire à la Evil Queen naît sur mon visage « Powpowpowpo dans ta gueule le chasseur ! » Mes doigts se ressèrent sur son coeur alors qu’il suffoque tandis que Jeff s’approche avant de s’armer de son ciseau et de la laisser se promener enfoncer dans le bras du chasseur. « NON ON VA PAS LE TUER ! » Un nouveau sourire né sur mon visage « On va s’amuser un peu ! »

Jeff me regarde avec son sourire psychopathe « Attends j'ai du travail moi ! J'ai un chapeau à faire ! Je lui avais proms quand il est parti que je lui en ferais un s'il touchait à un cheveux de jumeaux ... et … » Jefferson fais une moue triste alors que ses yeux reflète la folie « Malheureusement il l'a fait ! Il leur a même donné un coup ! C'est vraiment vraiment dommage ça ! » Oh oui, vraiment dommage. Mes doigts caressent le coeur du chasseur comme un petit chat. Et voilà que Jeff commence à couper quelques doigts « D'abord ce qu'on fait pour avoir quelque chose de propre, on enlève les fils qui dépassent ! » j’approche le coeur du chasseur de mes lèvres « hurle. » et je souris en regardant Jefferson se délecter de ça. « Oh tu as vu fil et fils c'est la même chose ... Espèce de père en carton ! » C'était sans doute ça, que Jefferson avait en lui, cette rage destructrice d'un père en détresse. Une bouffée supplémentaire le prit à la gorge et il planta la pointe du ciseau dans son bras avant que je ne lui lance un regard pour lui faire comprendre que la fête était fini . « Oups j'ai fait trou dans mon matériel ... Mais naaan Gina ! Pas un ordre ! Laisse moi le encore ! » « Jeff, c’est bon arrête, on a quelque chose à faire et il va pouvoir nous aider. »

Mon regard se plante dans celui du chasseur avant que son coeur ne soit à nouveau proche de mes lèvres « Emmène nous voir la pétasse qui vous sers de reine. » Il se met en route et on le suit. Mais au bout de cent mètres, il tombe en poussière alors que je me tourne et que je regarde tout le monde « Je vous jure, j’ai rien fait ! » son coeur tombe en cendres entre mes doigts avant que je ne fronce les sourcils « oh la GARCE ! Elle a osé ! » Je pose mon regard sur les autres avant de faire apparaître deux boules de feu et que mon regard ne s’assombrisse très légèrement « On va voir qui est la plus EVIL des deux ! » « Peut-être qu'on peut voir ça quand on aura sauvé Wendell et retrouvé le miroir ? » Vas-y Anya, t’as cassé mon délire là Evénement #98 : Miroir magique au mur [Fe] - Page 3 4114364782 « Et on pourrait aussi couper les cheveux de Jefferson maintenant qu'il est libre et qu'on a la hache. » « Laissez moi faire !!! » « HAN OUI Vous avez retrouvez Franck Provot ? » « Juliette Provot ouais. » Je m’empare de la hache et m’approche de Jeff « VIENS JE TE COUPE LA TIGNASSE PRINCESSE ! »

« Promis, tu me coupes pas la tête ? » « T’inquiètes, je m’appelle Mills mais je suis pas encore ma mère. » Et voilà que je commence à couper et que ses cheveux redeviennent bruns. « LIBÉRÉ DÉLIVRÉ » « Et dit pas merci malpoli ! » « Gina ! miroir s’il te plait ! » « Tiens. » Je fais apparaître mon miroir personnel avant de le tendre à Jeff. « Maintenant qu’on a joué à la coiffeuse, on se remets en route ? » « Bon ... même coupe que pendant mon ermitage de la malédiction mais pour le moment ça passe ! Merci Regina, tu remontes vraiment dans mon estime ! » Un léger sourire né sur mon visage mais je ne dis rien. Jeff ressemblait plus à Raiponce mais je finirais par lui trouver un autre surnom, ça c’est clair ! Jeff se tourne et fait un fuck à Wolf avant que je ne reprenne la parole alors que je faisais apparaître l’arbalète du chasseur dans mes mains « J'ai une reine a buter, allons-y let's go, c'est parti les amis ! » Vas y Dora ! Dégage de là !

Et c’est ainsi que nous repartîmes, moi l’arbalète en main et la hache dans la main de celui qui veut.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Darkness my old friend
Regina Mills ☽ Au bord du gouffre, j'ai sauté la première. On m'a laissé tomber. J'ai fait des choses atroces, inommables, sombres, et je dois vivre avec ce passé lourd de conséquence car jamais je n'aurais droit au bonheur. Obscurité, vieille amie, je t'ouvre grand les bras.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t51403-regina-on-ne-nait-pas-mauvais-on-le-deviens#487677

D&D Hatters


« Vous auriez pas
une dinde au four ? »


D&D Hatters


╰☆╮ Avatar : K.J. Apa

Ѽ Conte(s) : Alice au pays des Merveilles
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Je suis Dee, je suis Dum, nous sommes les Tweedles Twins !

✓ Métier : Pompiers, mais aussi informaticiens, roboticiens et mécaniciens indépendants !
Evénement #98 : Miroir magique au mur [Fe] - Page 3 K00l

☞ Surnom : Tweedles Twins, Double D, Wonder Twins, vas-y on adore les surnoms !
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1328

Evénement #98 : Miroir magique au mur [Fe] - Page 3 _


Actuellement dans : « Vous auriez pas une dinde au four ? »


________________________________________ Lun 20 Aoû 2018 - 1:32

MIROIR MAGIQUE AU MUR
The Wonder Twins & The Wonder Hatter & The Wonder People
Les jumeaux étaient complètement perdus ! Ils aimaient bien l'aventure, mais pas tout le monde n'aimaient ! Et puis, parfois Jeff était tout triste ! Ou alors il avait mal ! Est-ce que les jumeaux n'étaient pas assez amusants pour que Jeff ne soit jamais tristes ? Pourtant ils essayaient, promis ! Peut-être qu'ils devaient lui faire un cadeau ? Oh, il aimait bien les étoiles, peut-être qu'il fallait en chercher une ! C'est avec ce nouveau projet qu'ils avançaient pour retrouver le chapelier avec le sourire. Puis ils oubliaient. Pas le projet, pas Jefferson, mais ce qu'ils voulaient faire dans ce royaume. Jefferson saurait surement ! Il se rappelait de tout, il n'y avait aucun doute qu'il pourrait leur souffler l'objectif de ce monde.

Les jumeaux tournaient donc la tête pour scruter les environs. Pour retrouver Jefferson, il fallait retrouver le manoir de Jefferson ! Mais... il n'y en avait pas ici ! Mais quelle idée de ne pas mettre de manoir de Jefferson ! Maintenant, où est-ce que Jefferson va quand il n'est pas là ? Alors, ils se dirent qu'ils devaient chercher le manoir de Jefferson à Storybrooke, puisque là bas il y en avait un ! Mais pour repartir à Storybrooke, il fallait le miroir ! Alors, il se dirent qu'ils devaient chercher le miroir. Mais on ne pouvait pas chercher le miroir sans Jefferson ! Alors, il se dirent qu'ils devaient chercher Jefferson. Les jumeaux tournaient donc la tête pour scruter les environs. Pour retrouver Jefferson, il fallait retrouver le manoir de Jefferson ! Mais... il n'y en avait pas ici ! Pffff...

Je n'aime pas votre royaume ! Dit Duncan alors qu'ils s'approchaient de Wolf, le regardant d'un air aussi boudeur que leur ton.
Il est mal fait !

La remarque pouvait surprendre le groupe, qui voyait les jumeaux s'amuser avec une insouciance certaine depuis le début, sauf exception quand Jeff souffrait. Mais, sans manoir de Jefferson, il n'était pas question de s'amuser ! Le manoir était pourtant l'unique façon de le retrouver !

Il n'y a pas de manoir de Jefferson !
Comment on le retrouve quand on le cherche si il n'y a pas de manoir de Jefferson ?

Vous avez de ces questions ! Qu'est ce que j'y peux moi ? C'est pas mon royaume ! Ici je ne suis qu'un paria. Vous aurez qu'à voir ça avec Wendell si on parvient à le ramener.

Alors, sous les conseils de Wolf, ils tournèrent la tête vers le chien en or qui était dans les bras de Derek.

Pourquoi vous n'avez pas construit de manoir de Jefferson ?
Quand vous avez besoin de Jefferson, où le trouvez-vous si vous n'avez pas de manoir de Jefferson ?

Ils attendirent un instant devant le chien en or, immobile et surement inconscient qui, pour des raisons évidentes, ne répondit rien. Et pourtant, il semblait que les jumeaux écoutaient ce silence.

Mmmh... j'entends votre doute. C'est parce que vous ne saviez pas où le mettre !
Bien sûr, il fallait trouver l'endroit parfait, c'est très très dur !

Du coup, cette réponse les contentait. De nouveau boostés, ils continuèrent en levant la tête, voulant se précipiter vers Jefferson pour lui raconter leur discussion avec Wendell. Mais il n'était pas là ! Les jumeaux tournaient donc la tête pour scruter les environs. Pour retrouver Jefferson, il fallait retrouver le manoir de Jefferson ! Mais... il n'y en avait pas ici ! Pffff...

Mais ! Heureusement que l'esprit des jumeaux était vif, tellement vif que, grâce à eux, ils en étaient sûr, ils ont retrouvé Jefferson ! Sans même avoir besoin de manoir de Jefferson, qu'ils étaient fiers d'eux ! Ça, c'était parce qu'ils aimaient beaucoup beaucoup Jefferson et qu'ils arrivaient à le retrouver n'importe où ! Et en plus, il avait tellement content de retrouver ses cheveux normaux ! Du coup, naturellement, les jumeaux étaient eux aussi de nouveau très très content.

Mais... Jefferson allait pire qu'avant ! Il n'était pas bien pas bien du tout ! Les jumeaux étaient tout triste de voir ça ! Après tout ça, tout ça qui leur fut bien difficile d'assister si bien qu'ils n'avaient pas même pas été concentrés pour voir tout ce qu'il s'était passé après, jusqu'à Regina qui force le chasseur à les guider, ils se précipitèrent vers le Chapelier pour lui faire un de leurs meilleurs câlins. Il en avait besoin, ils en étaient sûr ! En plus, il s'était tellement fâché quand quelqu'un avait frappé Duncan dans la bagarre qui avait eu lieu un peu plus tôt ! Un câlin lui fera beaucoup de bien !

Est-ce que tu es triste parce que tu as mal ?

Non, ça va aller ne vous inquiétez pas pour moi ! Et puis je suis pas triste du tout ! Juste un peu fatigué !

Tu veux dormir ? Mais tu sais, ils ont pas de manoir de Jefferson ici ! Donc ils ont même pas de lit pour toi ! Lui informa-t-il, d'un ton désolé.

Je sais bien, je sais bien ! C'est pour ça que je vais attendre ! Mais c'est plus pour me reposer de ... tout ça !

Il était courageux, d'attendre ! Les jumeaux ne l'admiraient pas pour rien ! En plus, il aurait aimé qu'on le nettoie du sang qui était partout sur lui, parce que Jeff était un homme très très propre ! Peut être qu'il était quand même triste de pas être propre mais qu'il le disait pas ? James aussi disait pas quand il était triste, mais les jumeaux savaient quand il n'allait pas bien et qu'il disait le contraire !

Tu sais, la prochaine fois que tu vas dormir, on te racontera une histoire !

Oui avec plaisir ! Vous savez les Twins, j'ai vraiment hâte de ça ! De pouvoir me reposer, avec vous en sécurité !

Ah, ils se sentaient beaucoup mieux maintenant que Jefferson était là, rassurant les jumeaux comme il semblait aller bien, en se projetant déjà au soir, en train de protéger leur deuxième mais premier vrai père pendant le repos. Alors, ils continuaient la marche, le cœur léger, en lui racontant leur discussion fascinante avec le chien muet en or qu'était Wendell, qui leur avait expliqué pourquoi il n'y avait pas de manoir de Jefferson chez eux. Et en parlant, ils en perdaient le fil des événements... si bien que d'un coup, le chasseur qui les guidait gentiment, parce que Regina lui avait demandé tout aussi gentiment, avait disparu, en poussière !

Zut ! Il s'est téléporté !

Les jumeaux s'approchèrent alors rapidement de là où il s'était transformé en cendre, afin de fermer les yeux très fort, afin de se forcer à la téléportation également.

Les gars ? Intervint Anastasia. Je suis pas sûre que ce que vous faites soit en train de marcher.

Donc, très concentré afin de vérifier si elle avait raison, ils levèrent l'index pour vérifier la force du vent.

Si, on s'est téléporté de quelques centimètres, je le sens à la force de la gravité.
Il faut continuer ! Pas le temps pour les doutes !

Alors qu'Anastasia se contenta de lever les yeux vers le ciel, le groupe continua à marcher une centaine de mètres, tandis que les jumeaux étaient davantage certains qu'ils se téléportaient de centimètres en centimètres plutôt. Puis, soudain, ils finirent enfin par apercevoir... Acorn ! Leur voleur avait établi un campement dans la forêt, et ne semblait pas encore les avoir vu.

Les jumeaux se mirent en tête pour lever les bras et arrêter tout le monde.

Attention ! On vous a téléporté vers le miroir !
Vous avez pas le temps de remercier notre super magie, vite, il faut réfléchir !
Il faut qu'on se sépare, comme ça on s'approche de lui en cercle pour qu'il ne court pas, et on vole le miroir, mais avant on lui donne un sucette et un gros calin pour qu'il ne soit pas triste d'avoir perdu !

Leur plan était super génial, à n'en pas douter. Ils allaient gagner, comme ils avaient dit à Jefferson ! Et c'était grâce à lui, comme ils lui avaient dit ! Parce que... parce que c'était Jefferson !

Sauf qu'il n'a pas l'air d'avoir le miroir. Regardez sa charrette : elle est presque vide et je ne vois rien posé près du feu ! Mais en dehors de ça, c'était une excellente idée. Et si on allait lui faire un brin de causette ?

Et si le miroir était passé à travers lui même afin d'aller à Storybrooke ?

Après tout, personne ne lui demandait son avis au miroir ! Et si lui voulait voyager ? Le pauvre ! Il méritait un gros câlin !

Je crois pas que ce soit possible. Pas vrai, Wolf ?
Absolument impossible. Cette magie n'existe pas aussi.

Oh... c'était encore plus triste pour ce miroir qui voulait voyager mais qui ne pouvait pas ! Pour la peine, il méritait deux gros câlins quand ils le retrouveraient !

J'ai une idée ! Allons le voir pour un brin de causette ! ... Ah non, c'est toi qui a eu cette idée, Anya.
Quel génie tu fais !

Ils s'avancèrent alors, tous sourires. Coucou ! Vous voulez une sucette ?

Alors, l’intéressé leva un regard vers eux, qui ne cacha aucunement sa méfiance.

Je vous reconnais, vous tous. J'vois que vous avez pu semer les trolls. Pourquoi je voudrais une sucette ?

Sans se départir de leurs sourires, ils répondirent aussitôt. Vous savez qu'il y un troll qui est en or ? Mais Jefferson a dit qu'on peut pas mourir à cause de l'or, donc pas de panique !

Et réfléchir à sa dernière question, deux doigts levés sur le menton... Je sais ! Vous voudriez une sucette parce que c'est bon !

C'est gratuit ?

Oui, parce que vous êtes trop mignon !

Le reste du groupe en était sans doute surpris, le trouvant très laid. Mais justement, Derek & Duncan le trouvaient tellement mignon, comme un petit chiot adorable !
Le petit chiot adorable en question qu'était Acorn haussa les épaules et tendit la main.

Vous êtes pas communs vous deux.
Non ! Commencèrent-ils, tous fiers.
Nous sommes pas Communs, nous sommes Derek et Duncan !
Vous savez où est le miroir dites ?
Est-ce qu'il est rentré dans lui même pour aller à Storybrooke parce qu'il veut voyager et deux grands câlins ?

J'l'ai vendu y a deux heures. Pourquoi il avait de la valeur ?
J'ai une idée ! Vous pouvez le dévendre ? Et nous le redévend ! Enfin, on le vend à nous ! Enfin on l'achète !
On peut l'acheter avec des sucettes ?
Non.
Alors avec des câlins ! On peut l'acheter avec des câlins ?
Non plus. Mais si vous avez des choses de valeur vous pouvez me racheter ce que j'ai eu en échange du miroir et essayer de le revendre à celui qui a acheté le miroir.
Mais ce sont des câlins de valeur ! se défendit-il avec les larmes aux yeux, triste qu'on dise du mal de ses câlins.

Les câlins ne valent rien dans cette forêt par contre si vous avez une montre à vendre, c'est le moment ! Intervint Wolf en s'approchant.

Et peut être que si je vais vous chercher le troll en or vous serez content ? Demanda-t-il alors, innocemment, ne réalisant même pas qu'il lui suffisait de toucher quelque chose devant eux pour avoir tout autant d'or.

En or ? En vrai, vrai or ? Soudainement intéressé.

Oui, comme le chien ! Annonça fièrement Derek en levant Wendell. Mais il est pas mort, Jeff a dit qu'on meurt pas quand on est en or !

Allez le chercher et je vous donnerais le mouton en échange.

Mais... il était loin le troll ! Oh ! Heureusement que les jumeaux étaient de vrais génies, c'était génial d'avoir deux puits d'intelligence comme eux dans le groupe ! Il fallait demander à Regina de les téléporter ! Donc, ils s'étaient tournés vers elle pour le lui demander, mais n'eurent qu'une réponse négative, les pouvoirs de la sorcière étant bien réduits ici, si bien qu'elle ne pouvait pas faire ça ici.

Quelle impasse ! Dans la réflexion, Derek voulut prendre appui afin de laisser confortablement sa tête trouver d'autres supers idées. Alors, pendant que tout le monde voyait la charrette d'Acorn se transformer toute entière en or, les Tweedles, qui ne voyaient pas ce qu'il s'était passé, étaient toujours en train de se creuser pour trouver une solution.

ATTENDEZ ! S'écria le voleur. C'est bon, je vous donne le mouton gratuitement.

Le regard illuminé, surpris mais fier, ils tournèrent immédiatement la tête vers Jefferson. Tu as vu comment on négocie trop bien ! Il a été tellement convaincu qu'il nous donne gratuitement ! S'écrie-t-il, tout content d'eux, sans se rendre compte de la quantité d'or qu'il lui avait fourni pour ce marcher en réalité.

Oui vous avez été à bonne école il faut dire ! Dit-il après avoir levé les yeux au ciel, en leur tapotant l'épaule.

Les jumeaux, lorsqu'ils se retournèrent vers le voleur, ne virent pas Jefferson mimer une décapitation avec un regard noir adressé à Acorn. Eux se contentaient de sourire. Merci beaucoup ! Vous avez vendu ce mouton contre le miroir alors ? A qui ?

A un berger du village suivant. C'est pas loin par là-bas, dit-il en leur indiquant la direction qui semblait sortir de la forêt.

C'est moyennement pas une bonne idée d'aller chez les bergers, je vous rappelle qu'ils n'aiment pas trop les loups ! Glissa tout doucement Wolf.

On dira que vous êtes vegan ! Proposa Duncan comme l'idée du millénaire.

Wolf hésita, mais Anya se décida pour lui, en le poussant vers l'avant pour que le groupe puisse se mettre en route. J'vous assure, c'est imparable comme argument de nos jours.

Les jumeaux étaient, pour changer, très fiers qu'Anya approuve leur argument ! Wolf cependant, ne fut pas du tout emballé, continuant de maugréer. Il finit par dire : S'il vous plait, c'est vraiment pas une bonne idée, je sens que mon cycle arrive et que je perds le contrôle.

Moi aussi ça m'arrive une fois par mois et j'en fais pas toute une maladie. Prenez sur vous ! Intervint Virginia.

Maman nous disait que quand son cycle arrivait, il fallait pas oublier de mettre les petites roues !
Mais je crois qu'elle confondait cycle et tricycle.

Et, comme promis par Acorn, le groupe finit par arriver dans ce village de berger. En grand amoureux des animaux, les jumeaux avaient les yeux brillants devant tous ces moutons qui étaient tous ADORABLES comme celui qu'ils avaient avec eux !

Cependant, ils ne furent pas les seuls. Même que Wolf, en plus des yeux, était à deux doigts de baver d'envie. Hmmm, regardez moi ces succulents moutons !!

Ah non ! Fronçant les sourcils, les jumeaux lui tapèrent le nez avec l'index ! On ne mange pas les moutons vilain bonhomme !
On leur fait juste des câlins !

Il ne fallut pas très longtemps pour croiser les premiers habitants du coin, ou plutôt les premières habitantes, puisqu'il s'agissait de deux bergères. Sally était la première, avec Britanny à ses côtés.

Bonjour, fit Wolf, le regard rivé sur Sally, avec un étrange sourire que les jumeaux ne comprirent pas vraiment.
Bonjour ! Mon nom est Sally Peep, et je suis une bergère !
Oooh ! Et rond et rond petit patapon ?

Oh, le voilà qu'il parlait une langue alien !

Mon dieu ! C'est si rare de croiser des gars comme vous dans la région !

Les jumeaux ne pouvaient s'empêcher de remarquer le sourire presque... malsain de Wolf devant Sally.

Si ma porte n'était pas verrouillée, j'aurais peur que vous veniez dans ma maison...

Les jumeaux avaient l'impression de voir un de ces films que Jefferson leur avait décrit comme étant "pour adulte". Et ouf ! Et pouf ! Vous me retireriez tous mes vêtements sans y être autorisé !

Porno ! C'était le nom de ces films décrits par Jeff ! Sauf que dans ces films, Jeff n'avait pas dit que le garçon aboyait comme Wolf venait de le faire.

Où vivez-vous Sally ?
On y va, ça suffit ! Intervint Virginia.

Les jumeaux s'approchèrent également pour lui taper le nez une seconde fois. On ne mange pas non plus les Sally !

Puisque c'est bien l'impression qu'il dégageait à cet instant, le désir de la manger ! Ça ne se faisait pas ! Et pas non plus de... calin très spécial. On aurait dit que c'était ce que vous vouliez faire !
On ne peut pas manger quelqu'un en lui faisant un calin très spécial ! Répondit Sally en rigolant.
Sally m'aurait déjà mangé dans ce cas là, fit Britanny.

Oh.
Wouah.
Si les jumeaux n'avaient pas été les jumeaux, ça aurait été très gênant. Ca l'était sans doute pour les autres.

Sirrus nous a pas mangé.

Et voilà, allons y gaiement. Le joueur est mort de rire. Le Dyson qui se trouve quelque part dans la tête du joueur est content d'être dans le coma.

On vient vendre ce mouton ! Et pas le manger !
Surtout pas après cette discussion.

Ah la métaphore n'était pas finie.

En plus on a pas très faim.
Je suis rassasiée aussi.

Ooook, on arrête sur la métaphore sexuelle merci bien. Promis Jeff, les jumeaux n'ont pas mangé comme ça depuis des mois.

Y a-t-il un endroit où on peut vendre notre mouton ?
Et bien vous aurez surement plus de chance dans l'enclos, c'est protégé des loups affamés. (désolé)
Merci beaucoup ! Ca serait tellement dommage de voir ces moutons mangés ! (désolé)
Ce sont comme des petits nuages ! C'est dommage de manger les nuages ! Et bizarre aussi. (désolé)
Et puis, les nuages sont comme des lits sur lesquels on peut s'allonger alors qu'on ne peut pas vraiment. Et les moutons si on essaye de s'asseoir dessus, ils résistent et nous font tomber. Ils se ressemblent vraiment ! (pas de "manger", on est safe)

Exactement ! Les jumeaux étaient trop contents, voilà quelqu'un d'autres sur la même longueur d'ondes qu'eux ! Un nouveau génie dans l'univers !

Il y a du monde dans le village, il va y avoir un concours de bergères, et la gagnante partira avec un miroir !
Oh, on doit aller voir ça !
On s’intéresse beaucoup à ce miroir ! Vous pouvez nos y emmener ?
Bien sûr ! On pourra aussi s'arrêter sur le chemin si vous voulez, vous avez faim ? (trop tentant, désolé)


code by FRIMELDA

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


There ain't no cloud in sight

Zach Zuzio


« Je n'ai rien d'un
membre lambada ! »


Zach Zuzio


╰☆╮ Avatar : Jim Parsons

Ѽ Conte(s) : Le Roi Lion
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Zazu, le majordome royal

☞ Surnom : Noa
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 66

Evénement #98 : Miroir magique au mur [Fe] - Page 3 _


Actuellement dans : « Je n'ai rien d'un membre lambada ! »


________________________________________ Lun 20 Aoû 2018 - 22:31


Miroir magique au mur

Un concours de bergères ? Pour quoi faire ?

Zach avait observé les cheveux du fameux Jefferson pousser, pousser, pousser…Et plus cela poussait, plus il évitait de s’approcher du bonhomme, il sentait bien qu’il était un poil énervé contre lui. Quel susceptible, ce n’était pas (totalement) sa faute…Enfin, il avait décidé de faire profil bas et ne plus toucher à rien, pour le moment du moins.
Il avait observé avec stupéfaction Jeff se faire enlever par le chasseur, et le groupe rester démuni face à cela, jusqu’à ce que l’oiselle les aide à le retrouver. Ah voilà ! Il avait bien fait de la libérer. Le karma les amis, le karma ! Il était persuadé que les bonnes actions étaient souvent récompensées, et s’en était ici la preuve. Zach était presque prêt à en chanter les louanges à Jefferson, mais quand il l’entendit hurler, l’échange avec Regina, et la quantité de sang sur place, il préféra rester une nouvelle fois neutre. La vue de tout ce sang le mettait mal à l’aise, il eut une soudaine perte de tension. Il préféra se tenir en écart de la zone, et laisser les experts libérer Jeff et s’occuper de ce chasseur.

Deux phénomènes de nouveau étranges s’étaient ensuite déroulés : en premier lieu, le chasseur s’était envolé en poussières. Deuxièmement, il avait eu de ses yeux vus l’un des jumeaux transformer le chariot de Acorn en or. Il n’avait pu bouger, pu s’exprimer, il était resté simplement bouche bée. Même tout ce qu’il comptait dire à Acorn et faire la morale, rien ne sortait. Il était resté tout simplement stupéfait devant cette transformation. Il était resté stupéfait jusqu’à retrouver ses esprits face aux deux bergères. Là, il n’avait pas tout suivi aux échanges, et n’avait pas saisi forcément le fond de l’échange. Il avait écouté d’une seule oreille et rêvassé, en observant les moutons, jusqu’à ce que les bergères finissent par partir.

Le groupe avança vers une place centrale, où une foule de gens semblait s’amasser. Zach fut alpagué par un vendeur quelque peu envahissant.
"Venez voir mes radis ! Mes radis sont les plus beaux ! Les meilleurs, les plus roses, les moins amers !"
"Ah non merci ça ira, c’est pas mon truc les…"
"Mais si je vous assure ce sont les meilleurs, vous ne pouvez pas ne pas aimer !"
"Mais enfin monsieur, arrêtez d’insister ! Ce n’est pas possible ça !!"
Et il s’éloigna, passablement énervé. Quel manque de savoir vivre, une nouvelle fois !
En avançant un peu plus, Zach entendit un vieux monsieur, à l’air dépité, parler de quelque chose qui l’intrigua.
"C'est encore les Beep qui vont tout rafler, ils sont meilleurs en tout, c'est déprimant ! J'sais même pas pourquoi on continue de faire un concours chaque année. "
"Ouhhh un concours" dit-il en tapant dans ses mains et en sautillant "J'aime les concours ! Excusez-moi monsieur, un concours de quoi ? je suis super fort en blind test, en quizz en tous genres,... "
"Alors passez vot' chemin, c'est un concours de bergères ! Mais on a aussi le concours du meilleur fromage dans une heure, si vous pensez pouvoir battre les Beep... "
Zach répondit alors avec un air très déçu "Ah quelle peine ! pas du tout mes catégories de prédilection."
Le vieux monsieur, que Zach trouvait la première personne sympathique de ce royaume, lui tapota l’épaule gentiment. "De toute façon vous n’auriez pas gagné, vous n'êtes pas un Beep. "
Zach haussa les épaules, et le groupe continua à avancer.

Ils arrivèrent alors près d’un puits, et ce qu’il vit le consterna. Un homme était assis sur le bord, quel inconscient. Il était assis, les bras ballants, regardant devant lui d’un air niais. Zach se rapprocha vivement de lui.
"Attention monsieur, c'est dangereux d'être assis sur ce rebord ! vous feriez mieux de descendre !"
"Je ne peux pas, je suis l'idiot du village et je suis seul responsable de ce puits à souhaits !"
Wolf s'exprima tout bas : "C'est à croire qu'on a un aimant qui attire les types à problèmes. "
"Un puits un souhait ? Ouhlalala non ça ne me dit rien qui vaille moi" dit-il en reculant, et en ajoutant "enfin vous pouvez vous tenir à côté aussi hein" L’idiot haussa les épaules.
"Vous avez un bien joli chien. Il me rappelle quelqu'un... "
"Ah oui ? un golden retriever peut être ? "
"Je pensais plutôt à un prince en fait. "

Un retentissement se fit entendre : des trompettes. Suivi de bruits de tambours. Le groupe se retourna, des fanions s’approchaient, et la musique se faisait de plus en plus forte. Une grande procession semblant ultra officielle déambula devant eux. Un groupe de trompettistes à l’avant. Des drapeaux en tout genre. Un troupeau de cochons. Des chars. Et ce qui semblait la pièce principale de la fanfare, une sorte de toison entourée de nombreux vigiles.
"Eh ben, quelle tintamarre pour un bout de....de...c'est quoi ce truc ? "
Une vieille le regarda, choqué. Comme s’il avait dit une grossièreté.
"Chut ! C'est la procession avec notre cadeau pour le couronnement du prince Wendell ! "
Zach se retourna impulsivement vers le chien "Ahah regardez c'est pour vous ce bordel !"
Avant de se reprendre "Euh...pour le prince oui, pour le prince !
Anya essaye de lui sauver la mise en disant exagérément : "Oh oui c'est sublime ! On a tous très bien vu ! "
Pendant que Wolf, facepalm (je vous met une photo, je connaissais pas l’expression).

Afin de ne pas aggraver leur cas, le groupe tenta de s’esquiver. Mais le fou du puits sauta sur Zach, paniqué.
"Attendez, attendez ! vous pouvez pas partir sans faire un voeu dans le puits magique ! Ca porte malheur ! "
Zach ne put que voir ces mains sales, accrochées à lui, et poussa un cri.
"Ahhhh mais ne me touchez pas ! Décollez-vous !" puis il s’épousseta.
"Ne comptez pas sur moi pour faire un vœu, je ne suis pas fana des conséquences de la magie". Il appuya ses propos en ayant un regard pour la tête de Jeff.
Wolf rouspéta : "C'est trop bête te perdre un voeu ! ". Il sortit une pièce et s’approcha du puits. Virginia voulu le retenir. "Ce que vous pouvez être radine, vous, des fois ! ". Charmant. Classe.
Il lança la pièce. Elle tomba pendant un moment, un loong moment. Finalement, alors qu’ils s’attendaient à entendre un plouf, il entendirent plus un cling : la pièce semblait être tombée sur du sol dur.
L'idiot s'étonna "Ca marche pas ? Autrefois c'était un véritable puits magique et les gens n'hésitaient pas à parcourir plusieurs royaumes pour avoir du bonheur à l'année. Aujourd'hui le puits est asséché. "
"Bon et ba comme ça, on peut continuer notre chemin et trouver ce foutu miroir une bonne fois pour toute !"
L'idiot n’avait pas l’air de s’en soucier et continuait "Il n'y a plus d'eau depuis des années mais je suis chargé de m'en occuper. Je dois surveiller le fond du puits au cas où l'eau referait son apparition. Qu'est-ce que vous dites de ça ? "
Zach était tout simplement consterné. "Et bien, vous avez pas raté votre surnom vous, idiot du village ! Moi je pense qu'on se moque bien de vous, et que vous auriez mieux à faire de vos journées !"
L’idiot avait l’air en colère et triste à la fois
"C'est pas vrai, je ne suis pas idiot ! Ca c'était mon père, moi je m'occupe juste de la succession."
Zach se pinça le nez avec ses doigts et souffla. Fatiguant, il n’avait pas la patience.
Anya interrompit l’échange. "Allons-nous inscrire au concours de bergères pour récupérer le miroir, ça te détendra."
"Comment ça au concours de bergères ? Et qui va faire la bergère ? J'ai déjà dit non au monsieur tout à l'heure"
"Moi j sais ce que je vais faire à la bergère. "
"Mais il y a un MIROIR à gagner et on cherche quoi d'après toi ? T'as qu'à mettre mon nom sur la feuille d'inscription. "
"Ahhhhh ! mais fallait le dire plus tôt !!! c'est le miroir qu'on cherche, qu'est-ce qu'on fait encore là et pas au concours ??!" Zach pensa alors très fort qu’il était franchement entouré par une bande d’incapables.
"Bon, c’est par où ce concours ? "

Il n’eut pas à chercher longtemps, car s’il y avait bien une chose pour laquelle ils assuraient dans ce royaume, c’était sur les panneaux d’inscription. Zach aperçut ainsi le panneau INSCRIPTIONS AU CONCOURS DE BERGERES.
Ni une ni deux il attrapa le bras d’Anya, et ils se dirigèrent au plus vite aux inscriptions.
"Donnez-moi une feuille ! où on marque les noms ?? on a une bergère de compétition ici !"
avant de se retourner vers Anya. "euh anya, tu t'y connais en bergère ??"
La bonne femme qui semblait s’occuper des inscriptions le regarda d’un œil morne : "Ah, encore une qui se trouve belle et qui veut gagner le miroir. "
"Absolument pas mais je m'y connais en impro. "
Zach attrapa le papier que la bonne femme désagréable tendait, et ils le remplirent.
Alors qu’ils finissaient, Zach sentit une fatigue l’envahir. Ils retournèrent vers le groupe, Wolf sembla faire un malaise. Il était soudainement livide.
Zach était lui très fatigué, il regarda autour pour lire les autres panneaux. Il trouva ce qu’il cherchait. Un panneau AUBERGE BEEP. Parfait, un peu de repos.

Avec un élan de bonté mais aussi parce que on lui imposa, il amena avec Virginia Wolf jusqu’à l’auberge pour qu’il se repose aussi, il avait l’air mal en point. Entrés dans l’auberge, l’homme loup s’affala sur une chaise, avant de regarder Zach avec un air de chien battu.
"J'ai envie de caresser un lapin, ça me détendrait. S'il vous plait. "
"Dis donc vous m'avez pris pour un lapin de deux semaines ? je sais bien que vous allez pas faire que le caresser ce lapin !"
"Je jure sur votre tête d'être bien sage ! Et puis regardez tous ces succulents rôtis qui n'attendent que nous... Oh, je vois même des courges ! Pourquoi je mangerais cru quand je peux avoir tout ça ? Allez, s'il vous plait. Ils doivent en avoir derrière l'étable. "
"Non c'est non, vous n'avez pas besoin de lapin. Oui mangez des courges tiens, ça vous aidera"
Zach était d’ailleurs attiré par ce succulent repas, et laissa Virginia et Wolf pour aller manger. Wolf était en train de supplier Virginia pour qu’elle aille lui chercher ce lapin.
Avant de manger, il fallait évidemment faire une chose importante, très importante surtout dans ce monde rupestre : se laver les mains. Il suivit le panneau TOILETTES POUR LES CLIENTS DE L AUBERGE.

Alors qu’il entrait dans les sanitaires, il surprit une conversation. Il resta discret pour ne pas se faire repérer, et tendit l’oreille.
Un vieil homme parlait. "Sally, sais-tu pourquoi les Beep gagnent chaque année le concours de bergères ? "
"J'ai entendu parler d'un puits magique dans le village mais je crois qu'il est à sec depuis longtemps. N'est-ce pas ? "
"Ah voyez vous ça ! "
Le vieil homme semblait en savoir beaucoup sur les Beep, il devait faire partie de cette famille à coup sur. Et il ne semblait pas net. Son oreille de flic se mit encore plus à l’affut.
"Tu as 18 ans aujourd'hui alors je vais pouvoir te révéler ce que la famille garde secret : s'il n'y a plus de puits magique dans le village c'est parce que mon frère et moi avons détourné son cours il y a 40 ans de cela ! Aujourd'hui seule la famille Beep profite de la magie !"
Zach entendit une porte s’ouvrir, il se risqua à jeter un coup d’œil. Il les aperçut en train de descendre dans ce qui semblait être une cave. Et il aperçut des reflets, comme des reflets d’eau.
Ouhhhh ! Ce doit être l’eau magique ! Les fourbes ! Pauvre idiot du village.
De là, Zach ne les entendait plus très bien, seulement des bribes de conversation. Il entendit le mot "mouton" et "remporter le concours".
Je n’en reviens pas ! Bande de tricheurs ! Il faut que je prévienne Anya, on ne peut pas remporter le concours, ni le miroir !
Zach entendit de nouveau plus distinctement Sally "Willfred tu es impressionnant"
"Surtout ne le répètes jamais sinon je te tranche la gorge. "

Gloups, Zach fila rapidement. Il retourna dans l’auberge, et chercha des yeux sa collègue. Il commençait à y avoir du monde, de plus en plus de bergères notamment. Il aperçut enfin Anya, et se dirigea vers elle. Il l’attrapa par le bras, et l’amena vers un coin plus tranquille.
"Anya, j'ai entendu quelque chose de fou ! Les Beep truquent le concours ! il n'y a pas moyen qu'on gagne, isl trichent avec l'eau magique du puits !"
"Ah... Oui c'est embêtant. Mais ça me laisse quand même toute la nuit pour trouver comment être la meilleure tout en étant fair play. "
"Mais comment tu veux faire, s'ils ont la magie ??"
" On a mieux que de la magie : on a du culot. "
Zach resta impressionné, par l’aplomb, le calme et l’assurance d’Anya. Elle semblait sûre d’elle, et de leur groupe d’aventuriers improvisé. Soit. Cela lui suffirait pour le moment, il était fatigué. Mentalement et physiquement. Il voulut retourner pour manger, mais l’auberge était trop animée pour lui. Trop de bergères, trop de chant en rapport avec des loups, trop de bruit. Et puis le stress commençait à monter en lui pour le concours, il n’y pouvait rien c’était sa nature.

Il décida donc de monter se coucher, après tout une bonne nuit dans un bon lit ne lui ferait pas de mal. En espérant trouver le sommeil.
(c) crackle bones


Anastasia Romanov


« Tête Couronnée »


Anastasia Romanov


╰☆╮ Avatar : Ashley Clements

Ѽ Conte(s) : Anastasia
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Anastasia Romanov

✓ Métier : Traductrice & profiler linguistique
☞ Surnom : Anya / Cam
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 7625

Evénement #98 : Miroir magique au mur [Fe] - Page 3 _


Actuellement dans : « Tête Couronnée »


________________________________________ Mar 21 Aoû 2018 - 20:29

- Eh bien on peut dire que vous avez un appétit de loup ! commenta l'aubergiste, une femme bien en chair et d'âge moyen, en déposant un nouveau rôti devant Wolf.
Si Anastasia avait été contente de se sustenter, elle et les autres le montraient effectivement moins que leur ami lycan. La jeune femme était restée attablée auprès de lui et Virginia avec Jefferson mais les jumeaux avaient une toute autre vision des choses : ils dansaient en mangeant, brochette à la main et déhanché là où je pense. Ils avaient retrouvé leur nouvelle copine, la dénommée Brittany, la grande s6ur de Sally qui devait avoir une vingtaine d'années et un cerveau fabriqué sur le même modèle que celui des jumeaux. Cette joyeuse bande avait été rejoint par une rousse sublime, Anais Chérie, une autre bergère du concours, qui, elle aussi avec le sens de la danse.
A mesure que la soirée défilait, l'auberge se vidait. Wolf était de plus en plus agité, si bien qu'Anya et Virginia l'emmenèrent prendre l'air quand Sally finit par aller se coucher. Ces deux-là n'avaient presque pas arrêté de flirter - quand le loup n'était pas occupé à rassasier son appétit, bien sûr !
- Vous devriez aller dormir ! s'énerva Virginia une fois à l'écart de la foule.
Anya se demanda alors, comme toi, cher lecteur, si elle ne sentait pas venir une nouvelle dispute conjugale. Et il se trouva qu'elle avait raison. Dépitée, elle s'assit, préférant rester des fois que Wolf - ou Warren Wolfson comme il était fait appelé à quelques reprises pendant la soirée pour ne pas éveiller les soupçons des bergers et ce bien que ce nom aussi éveille les soupçons - et son cycle aient besoin d'aide.
- Sinon quoi ? s'écria le loup, irrité comme jamais. Vous allez faire quoi ? Me transpercer avec une fourche ? Me conduire au bûcher ? Vous n'êtes bons qu'à ça, de toute façon ! Les gens comme moi ne trouvent jamais grâce aux yeux des gens comme vous ! Et ça se prétend gentil, ensuite ! Ils ont bien brûlé mes parents sans hésiter une seule seconde ! Le bon peuple, ils ont fait un grand feu au milieu du village et ils les ont brûlé !
Wolf grogna puis s'en alla vers la grange sans demander son reste. A cet instant du récit, j'étais à faire une remarque sur les menstruations plus poussée que celles faites jusqu'à présent. Virginia partit dans l'autre sens et Anya se demanda quoi faire. Après avoir hésité, elle décida d'aller voir si Wolf allait bien - puisqu'il était en plein cycle, peut-être était-ce plus prudent.
Tout en lui courant après, elle l'entendit donc râler et pester, cette fois contre lui-même car, de son point de vue, il avait tout gâché avec Virginia. Wolf s'arrêta au niveau des clapiers et caressa l'un des lapins de garenne qui y était enfermé. Si vous vous posez la question : oui, cette scène avait quelque chose d'inattendu.
Quand elle l'eut rattrapé, Anastasia s'accouda à une barrière et commença à parler comme si elle ne s'adressait à personne en particulier.
- On a très mal commencé, mon fiancé et moi. Il m'insupportait - genre, vraiment et apparemment, je lui faisais le même effet. Comme quoi, tout n'est peut-être pas perdu.
Wolf remercia la jeune femme puis alla se coucher - elle aussi, mais pas dans le même lit.

***

Le lendemain avait lieu le concours de bergères pour lequel Anya était inscrite même si elle ne connaissait strictement pas les règles du jeu. Quand elle remonta du petit déjeuner pour se préparer, la jeune femme croisa Jefferson qui lui dit :
- Bon Miss Impératrice ! Tu vas à un concours de beauté alors tu ne pouvais pas tomber mieux en me croisant !
- En fait c'est un concours de bergères, je ne suis pas sûre que la beauté compte. Mais je cherche une tenue adéquate donc si vous avez un truc pas trop ridicule...
- C'est pareil ! Tu crois qu'ils font quoi ? La meilleure de celle qui fait rentrer les moutons dans le rang ? Tututu que nenni ! Il n'y a que la beauté qui compte et ça tombe bien c'est ma spécialité !
Jefferson ponctua son discours d'un clin d'oeil et Anya rendit les armes : ils n'avaient probablement pas le temps de débattre. Elle se laissa entrainer par le chapelier à l'affût d'une tenue dans les rues de la vlle. Pendant la recherche, il reprit :
- Je vais sublimer ta beauté naturelle ! Fais-moi confiance j'ai l'habitude je suis Chapelier ! Le dernier défilé que j'ai fait c'est celui de Berlin pour présenter ma collection inspirée par Eulalie l amazone.
- Sacré exploit ! commenta Anya, un peu impressionnée même si la mode ce n'était pas trop son truc. Je connais Eulalie de réputation, on est collègues. Je ne savais pas qu'elle était aussi muse.
- Non c'est ma muse, nuance ! Je suis unique tout comme les collections que je réalise.
C'est alors qu'ils trouvèrent une boutique de vêtements et, de façon très pratique, la porte de l'arrière boutique de cette même boutique (trop de "boutique" dans cette phrase) ouverte sur une salle déserte pleine de robes. Ils y entrèrent et comme ils ne s'appelaient pas Ali (sorry not sorry), ils cherchèrent une couturière pour lui expliquer leur besoin urgent. Mais ce fut Jefferson qui prit les commandes en fouillant dans les présentoirs jusqu'à dénicher ce qu'il cherchait et poser la robe devant la couturière qui l'observait par dessus ses lunettes :
- C'est celle-là ! Le violet va faire ressortir sa chevelure de feu et le décolleté est juste parfait !
- D'accord mais ce sera pas gratuit, mon mignon, répondit la couturière.
- Quel est le prix ? demanda le chapelier.
- Tu t'y connais bien en French kiss, beau brun ? demanda-t-elle en battant des cils.
Anya envisagea de facepalm mais n'en fit rien, par déférence pour Zach qui n'est pas familier avec l'expression. Mais Jefferson ne cilla pas : il attrapa la femme par le bras et l'embrassa directement.
- Alors ça, ça valait bien une robe ! s'écria la couturière. J'habite juste au-dessus, si jamais tu sais pas quoi faire après le concours.
- Il considérera l'offre, assura Anya en entrainant Jefferson vers la sortie avec l'idée de retourner se changer à l'auberge Beep.
- Tu vas être magnifique ma chérie ! déclara Jeff sur le chemin du retour.
Et c'est ainsi qu'Anastasia revêtit un costume de circonstance.
Il fallait à présent récupérer le mouton dont Derek et Duncan s'étaient bien occupés, si bien qu'il semblait en parfaite santé. Mais curieusement, ce ne fut pas les jumeaux qui lui amenèrent la bête mais Zach. La jeune femme n'aurait jamais cru qu'il puisse être à l'aise avec les animaux sauvages et leurs germes mais ne fit aucun commentaire hâtif, même si tout le monde devait l'entendre pester contre la pauvre bête. Elle admira en souriant la façon malhabile dont il avait attaché l'animal pour éviter qu'il s'enfuie.
Quand Zach lui tendit la corde, Anya la saisit fermement, bien que le mouton ne donnât pas l'impression d'avoir envie de fuir. D'ailleurs, ce n'était pas ça le plus surprenant mais bien les clins d'oeil appuyés et répétés qu'il lançait à sa collègue.
- Tiens Anya, avec ce mouton on devrait avoir un peu plus de chance, dit-il avec un nouveau clin d'oeil étrange du même genre.
- Bah c'est le même, répondit la jeune femme en observant l'animal. Enfin les sabots ont vaguement l'air violet... mais tu sais quoi ? Quoi que tu aies fait, je ne veux rien savoir.
C'était sans doute mieux ainsi.
Anya attacha l'animal solidement puis retourna dans sa chambre pour trouver une tenue de bergère. En chemin, elle croisa Jefferson
De son côté, Wolf avait mal dormi et ne se rappelait pas tellement des événements de la veille. Il demanda donc à Virginia de l'attacher dans l'étable, juste au cas où, le temps que son cycle lunaire prenne fin (faim). Il était à la limite du délire et les "au loup" qu'on criait plus loin n'aidaient sans doute pas.
Ce que le groupe ne savait alors pas, c'était que ces cris n'étaient plus le jeu des candidates bergères mais bien de vraies accusations : les poules de la ferme de Monsieur Beep avaient été sauvagement dévoré pendant la nuit. Ca, ils l'apprirent tous à l'ouverture du concours :
- Suite au scandaleux massacre des poules de Monsieur Beep, je vous annonce que par sécurité nous n'avons absolument pas changé nos plans : le concours de bergères aura bel et bien lieu. La gagnante recevra ce magnifique trophée ainsi que ce vieux miroir que vous voyez-là, déclara le juge.
Et le miroir, nos amis le voyaient très bien.
Les bergères furent ensuite invitées à se diriger vers l'estrade, sous les hourras de la foule nombreuse. Anya fermait la file, mal à l'aise dans sa tenue mais déterminée, tenant en laisse le mouton troqué.
- Qu'est-ce que vous faites ici ? demanda Anais Chérie.
- Vous ne faites pas partie du village, rentrez chez vous sale peste sinon vous le regretterez, ajouta la perfide Sally.
- C'est bête, je suis inscrite, rétorqua la jeune femme en brandissant le formulaire de la veille.
Anya considéra que l'affaire était entendue. D'ailleurs, le juge ne tarda pas à reprendre :
- Comme le veut la tradition, chaque bergère présentera son plus joli mouton et chantera sa chanson de bergère préférée.
Anastasia opina, comme si elle s'y était attendue, ce qui n'était évidemment pas le cas. De toute façon, ce ne fut pas à elle de commencer mais à Anais Chérie : elle chanta Bébé petit mouton, chant qui eut son petit effet sur la foule. Sally Beep fut la seconde à se lancer et eut encore plus de succès avec Joli Bo Beep. Ainsi s'égrainèrent les candidates.
Enfin, ce fut à Anya de monter sur scène.
Une fois sur l'estrade, la jeune femme inspira un grand coup et déclara :
- La chanson qui va suivre est une composotion personnelle.
La foule sembla sceptique alors la rouquine. Le silence se fit et la jeune femme commença à taper un rythmee que les Storybrookiens devaient bien connaitre. D'ailleurs, pour la soutenir, les jumeaux s'étaient armés de tonneaux pour frapper le rythme du tube de Queen avec toute leur énergie, c'est à dire beaucoup d'énergie. Jefferson commença alors à taper dans les mains, sans doute pour soutenir les jumeaux - et un peu la rouquine, on espère.
Avec cet appui musical, Anastasia ne se démonta pas et commença à chanter en se déhanchant, même si elle demeurait incertaine de son succès :
- Buddy est un gros mouton blanc mais il bêle toute la journée
Si tu veux devenir un gros bélier
Alors vas-y Buddy
S'coue toi les puces
Chantons : on va, on va le tondre !
Si tu veux faire craquer toutes les brebis
CHANTEZ !
s'écria la jeune femme en tendant les bras vers la foule perplexe.
Il y eut un blanc, du genre gênant. Mais l'enthousiasme des batteurs improvisés finit par gagner la foule qui attrapa tout ce qu'elle trouva - et quand elle ne trouva rien, elle tapa dans ses mains et sur ses cuisses, voire des pieds - et la chanson repartit de plus belle, avec, cette fois, Anya qui avait conquis son public :
- Buddy est un agneau, comme tous les z'autres agneaux
Il ne fait que bêler à longueur de journée
Mais un beau jour je sais
Qu'il s'ra élu
Bélier de l'année, j'suis fière de Buddy
Chantez :

- ON VA ON VA LE TONDRE ! reprit la foule en choeur.
- Encore !
- ON VA ON VA LE TONDRE !
La foule applaudit la prestation et Anya fit une révérence, satisfaite. Quand elle se calma le jugea monta sur l'estrade où il invita les trois participantes.
- Eh bien, eh bien, place aux résultats ! s'écria-t-il. A Anais Chérie, je donne la note de 8, ce qui lui donne la troisième place.
L'intéressée était visiblement déçue mais le juge était trop occupé à observer les deux moutons encore en lice pour s'en soucier :
- Oh mon dieu ces deux moutons sont vraiment magnifiques mais je vais devoir prendre une décision.
Le juge instilla encore un peu de suspens avant de déclarer :
- J'ai décidé de donner à Sally Beep la note de 10/10 et j'ai l'intention de donner également la note de 10/10 à Anastasia Romanov.
Si la première annonce n'avait surpris personne, ce ne fut pas le cas de la seconde.
- C'est moi qui doit avoir le trophée, les Beep ont toujours tout gagné ! s'écria Sally, furieuse.
- Si tu veux je te laisse le trophée et je prends le miroir, offrit Anya.
- Hors de question. Les deux prix sont à moi. Tu entends ? siffla la bergère.
- Pourquoi vous avez donné 10/10 à une étrangère ? intervint celui que Zach a pu identifier comme étant Wilfred sans son post d'avant.
Il semblait prêt à en venir aux mains. D'ailleurs, la foule s'excitait alors le juge cria :
- Reculez ! Ceci est un concours de bergères nous allons donc organiser un parcours d'obstacles. Les jeunes filles ne pourront utiliser que leurs connaissances et leur chien pour ramener les moutons dans l'enclos. Cette solution vous convient Wilfred ? demanda-t-il, passablement agacé par le vieil homme.
Si ce dernier opina, satisfait, Anya blêmit, cherchant ses amis du regard. Par chance, elle aperçut Ali non loin.

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
From Russia, with Love
Though the scars remain and tears will never dry
I'll bless my homeland till I die

           
©️BESIDETHECROCODILE
En ligne

Ali Nacer


« Prince de la Savane »


Ali Nacer


╰☆╮ Avatar : ❤Deniz Akdeniz❤

Ѽ Conte(s) : Aladdin
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le héros au coeur pur

✓ Métier : Sultan -Directeur de l'Orphelinat
Evénement #98 : Miroir magique au mur [Fe] - Page 3 190520033225205483

☞ Surnom : ❤ Pocket ❤
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 7850

Evénement #98 : Miroir magique au mur [Fe] - Page 3 _


Actuellement dans : « Prince de la Savane »


________________________________________ Mer 22 Aoû 2018 - 13:42


       
Miroir magique au mur !

Ali & des boulets

       
 

Debout sur une table de l'Auberge ou nous étions , en train de danser,  un verre d'hydromel a la main, la boisson des Vikings. J'en buvais assez souvent avec le blondinet , et mon meilleur ami. Parce qu'il avait fini par s'apprécier tous les deux pour le bien de Brunhildr et le mien. Donc depuis leur paix, on pouvait enfin sortir tous ensemble pour chasser des gazelles, même si nous avions tous une bague a notre annulaire. Enfin Krane préférait boire que chasser, parce que lui son domaine c'était approivoiser des dragons. Leurs  présences me manquaient en ce moment, parce que c'était difficile de s'amuser sans eux. Et surtout qu'à part Jeff, les autres n'étaient pas des amis.  Donc je délaissais le groupe, pendant la soirée pour danser avec des bergères. Même si,  j'avais une préférence pour les gitanes. Mais Malgré le fait que dans cet auberge il n'avait pas de cocktails.  Je buvais ce qui avait au menu,  pour combler le vide de mon coeur en ce moment.  Un moment donné durant la soirée, j'avais même chanté une sérénade romantique ,c'était ma spécialité, a une bergère. Charmée, on  quittait la pièce centrale,  pour se trouver un coin tranquille :comme une chambre, une carpette ou même un petit coin de couloir. 

Le lendemain je me réveillais dans une chambre,  avec une bergère a mes cotés. Sur la pointe des pieds, je m'éclipsais comme a toutes les fois. Laissant aucune nouvelle, même pas un petit mot. Je m'en allais rejoindre les autres pour assister a ce fameux concours...

Concours commencé, je me foulais dans la foule pour aller a l'avant pour observer Anastasia et sa rivale . Mais soudainement, je sentais une main glisser sur mon bras. Je sursautais lègèrement. Quoii ? Merde la Bergère m'avait retrouvée. Sans doute pour me demander des explications sur cette nuit. Parce qu' alors on allait passer a l'acte, je m'étais endormi subitement. Sans doute, qu'au fond de moi je ne désirais pas vraiment ce moment..  Mais heureusement pour moi cette main n'était pas celle de cette Bergère.  Parce que la demoiselle en question avait une voix familière, elle me murmurait :  Zach sait où est l'eau du puits magique, demande lui d'y emmener Wendell, vite ! Automatiquement j'enlevais la main de la rouquine de mon bras. Pas question d'avoir des contacts physiques avec une collègue et amie de Laureline. Parce que ça portait toujours des ennuis.  Elle me demandait donc un service ! Et je me dirigeais vers Zach avec la demande. Celui-ci  me  prenait par l'épaule et me chuchotait. "oui chut c'est un secret, une découverte folle. Viens avec moi, je t'emmène, mais il faudra être super discret !"

Zach me révélait ce qui avait a savoir. l'homme fan des oiseaux et moi ont  allaient trouver le chien en or qui se trouvait avec les jumeaux. Je mettais de nouveau mon capuchon sur ma tête, pensant en mode discrétion. Dans un murmure: - Hey vous deux j'aurais besoin de chien.
"Oh déjà ?" tout triste, était le visage du premier jumeau."Donc ça sera plus un chien ?" demandait le deuxième jumeau . Ensemble ils disaient : Parce qu'on aimait bien avoir ce chien "D'accord alors..." toujours triste en tendant le chien . Je leur disais : Il sera sans doute encore un chien, mais plus mon chien en or. Pour les rassurer, même si c'était pas mon role de le faire mais celui de Jefferson.



C'était Zach qui porterait le statue du chien. Parce qu'il n'était pas question que je touche a cet objet même s' il m'attirait énormément, parce qu'il valait une bonne fortune mais aussi pour son apparence brillant, qui me rappelait la robe scintillante que j'avais gardée de ma nuit avec Jasmine. Mais je ne voulais pas le toucher simplement parce que ce chien devait etre maudit. Parce que cette statue me rappelait la raison pourquoi mon père m'avait abandonné : à cause de la main de Midas. En plus c'était un chien et a part Ve , le braque de Laureline. Je n'appréciais pas les chiens. Pour toutes ses raisons, Zach faisait le sale boulot. Surtout que je n'avais pas envie de forcer parce que ma force n'était plus la même dans ce royaume.  Avant de sortir de  l'Auberge, on pouvait s’apercevoir que Sally commençait son épreuve, donc ca lui laissait un peu de temps vu que l'impératrice passait en deuxième. Zach marchait avec une allure d'agent secret pas discret vers la sortie de l'Auberge. Moi je bousculais les gens, pour attirer un peu leur attention mais j'en profitais pour leur faire leurs poches. Il me conduisait a l'Auberge . C'était désert a cause du Concours.  

Dans l'Auberge des Beeps, on se dirigeait vers le sous sol. C'était pas beaucoup éclairé mais c'était un détail, pour moi parce que les voleurs préfèrent agir dans la nuit que le jour. Les escaliers étaient raides.. Je descendais le premier pour guider Zach avec la statue du chien. Ensuite on trouvait une trappe.. Je l'ouvrais tranquillement n'appréciant pas trop les trappes parce que ça me rappelait la cale du bateau ou j'avais enfermé avec Laureline, quand nous avions été kidnappé au Royaume du cartoons.Mais a mon plus grand bonheur, cette trappe n'avait rien de dangereuse.  Elle nous révélait le puits, et l'eau magique. Je prenais la corde qui pendait, pour attacher la statue dorée, avec un noeud solide.  Attacher a la poulie, on peut le lâcher et je le descendais dans le puits. On voyait des jets de lumières, je reculais de quelques pas. C'était plutôt joli comme phénomène magique, mais ca prouvait pas ca fonctionnait. Une voix grave se faisait entendre provenant du Puits : Que voulez-vous purifier ? Ma conscience , mon coeur pour mes tromperies, mes mensonges et mes pêchés. En vrai je ne pouvais pas faire cette requête, on était venu pour le chien. Ce Puits exauçait donc les souhaits. Impressionner , pas du tout. Parce que j'avais aussi dans mon Royaume. - Je souhaite purifier le chien pour qu'il redevienne un chien non ensorcelé de son sort d'or. 

Je remontais donc la poulie et Zach détachait le chien pour le déposer au sol. On observait la réaction, mais rien. Déception, sachant que les voeux ne fonctionnent pas toujours de la manière espérée. On avait juste a repartir avec celui-ci . Mais après quelques minutes, le voeu fonctionnait..la patte du chien redevenait de poil et elle bougeait. Lentement, le sort de purification s'étendait sur tout le corps. Malédiction rompue, le chien aboyait. Je ne comprenais pas ce que ca voulait dire, sans doute merci. À ce moment là, ma capucine sortait de sa cachette, une de mes poches pour voir ce qui se passait. - Allons y ! Aller vient le chien on doit aller aider Anastasia au concours de bergères ..Elle a besoin de toi pour l'épreuve des sauts a obstacle. 

On revenait donc a la place centrale où le mouton d'anya n'avance absolument pas.  Anastasia semblait désespéré a cause de l'animal. Pourtant c'était simple faire avancer un mouton, il suffisait juste d'imiter le mouton pour lui donner l'exemple. À ce moment là, je pensais a mon ami Krane qui avait une ferme. Et qui aurait réussit a le faire avancer lui ce mouton. Mais l'impératrice pouvait se contenter chanceuse d'avoir une brebis parce que si elle avait eu un chameau..Oubliez ça on aurait perdu ! Les chameaux c'étaient des bêtes encore plus têtues. Wendell  courait dans la direction  de la rouquine pour faire le parcours d'obstacles avec elle.

À l'arrivée du chien , le mouton était en train de courir à coté de wendell, on entendait Sally beep crier : Eh mais c'est pas juste ! C'est moi qui dois gagner ! Ensuite le mouton pénétrait  dans l'enclos le juge  disait : 83 secondes c'est Mademoiselle Romanov qui remporte le concours !

La rousse se faisait  entraînée sur l'estrade pour recevoir le prix et le miroir puis elle faisait  signe au reste de l'équipe de venir avec elle. Tout le monde montait, même moi. Souriant légèrement..comme la rouquine d'ailleurs qui souriait et saluait la foule. On descendant donc de l'estrade et passant a coté de Sally qui parlait en chouinant a un vieux monsieur :C'est une honte, tu m'avais dit qu'on ne pouvait pas perdre grâce au puits magique !Cette chipie a û découvrir notre puits magique c'est la seule explication ! 

Et c'était le cas..Les salles de bains ont  des oreilles . Mais bon on n'avait pas le choix de tricher. Il fallait qu'on gagne ce fameux miroir, peu importe le moyen pour l'avoir. Surtout que je voulais entrer a Storybrooke..Parce qu'aucune aventure n'a de valeurs a mes yeux, sans Kenza, qui est la plus belle aventure de ma vie.


       
codage by Wiise

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
Evénement #98 : Miroir magique au mur [Fe] - Page 3 190617043142784568
Fait de moi un Prince
   
.Je suis montée trop haut,Allé trop loin,Je ne peux plus retourner d'où je viens.Dans la poussière d'étoiles ...Naviguons dans le temps,Infiniment,Aux mille nuits ...Aux mille nuits ...Qui durera ...Pour toi et moi ...Toute la vie! Tel la Prophétie du Genie
 
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79496-terminer-une-verite-n http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t80968-king_-of_-thieves

Jefferson T. Hatters


« Si on schtroumpfait ? »


Jefferson T. Hatters


╰☆╮ Avatar : Sebastian Sexy Stan

Ѽ Conte(s) : Alice au pays des merveilles
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Le beau gosse à la tête coupée

✓ Métier : Pablo Escobar / Hipster / Richou / Chapelier / Gérant d'un concept store "Le Chat-peau-thé"
Mad Love forever ♥

☞ Surnom : Chess / Chesstilly
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 3824

Evénement #98 : Miroir magique au mur [Fe] - Page 3 _


Actuellement dans : « Si on schtroumpfait ? »


________________________________________ Jeu 23 Aoû 2018 - 3:19


Miroir magique au mur !

Jefferson & pleins de gens !




Comment en était il arrivé là ? A suivre les autres à travers la foule pour aller sauver Wolf ? Il ne le savait pas, il avait réagit à l’instinct, parce que même si le loup l’insupportait, il l’avait quand même aidé les autres à le retrouver, les jumeaux lui ayant expliqué qu’il avait suivi sa trace grâce à son flair alors il lui rendait l'ascenseur. Et puis, il aurait bien voulu aussi avoir un procès avant de se faire couper la tête, ça aurait été la moindre des choses. En pensant à ça, il passa son main sur sa cicatrice, qui n’était vraiment pas joli, comme des années auparavant, quand Piet et Tiep s’amusaient à lui faire sauter quelques points. Il s’était reposé après son sauvetage miracle … enfin miracle … il n’avait pas forcément imaginé ça comme ça … et il en voulait toujours à Regina. Comment avait elle osé faire ça, utilisée ses cheveux pour grimper à la tour ! Vraiment aucune gêne et après on disait que c’était lui l'inconscient, qui ne connaissaient pas les risques dangereux ? Et elle, elle avait pensé à ça ? D’abord elle avait grimpé comme ça, sans mousquetons ou harnais, mais surtout qu’aurait elle fait si à force de tirer, sa tête se serait détaché de son corps ? Même si parfois il avait la grosse tête, il n’aurait pas pu faire bouchon dans la fenêtre, il ne s'appelait pas Wine non plus, et Regina serait tombée sur le dos, se fracturant toute la colonne vertébrale, devenant un autre légume, remplissant le potager de l'hôpital de Storybrook, tenant comme ça compagnie à Dyson et lui, aurait atterri dans ses evils boobs, avec son corps coincé de l’autre côté et ça non ! Il avait déjà expérimenté cette sensation et ce n’était juste pas possible. Il s’aimait bien trop pour laisser trainer des parties de lui comme ça, et en plus il disait toujours aux jumeaux de ranger leurs jouets, il devait montrer l’exemple. Puis la suite des événements avait été aussi rocambolesque. Acorn les avait arnaqué, et son envie de couper des doigts avait été très très forte mais malheureusement il n’avait pas le temps pour faire une petite pause détente. Le chemin avait été long jusqu’au village, et les discussions avaient été vives, et il avait essayé de suivre malgré la grande fatigue qu’il avait. Ce n’était pas parce que son cou avait arreté de vouloir faire le jacuzzi, c’est à dire remplir des litres et des litres tout en faisant des bulles et des jets, qu’il n’était pas crevé. Il avait perdu beaucoup de sang, son corps lui avait fait, et continuait de le faire mal, il essayait quand même de rester lucide et de ne pas se mettre en pls dans un coin. Puis la discussion dériva, son attention fut capté par quelque chose. Lui qui pratiquait assez régulièrement l’exercice des sous entendu avait fait exprès de ne pas entendre celui des jumeaux, ne voulant gâcher l’image de pureté qu’il avait d’eux, surtout quand le mot Sirrus apparu dans la conversation. Son cerveau l’occulta directement, le chat du cheshire avait assez de vouloir lui voler son chapeau pour voler autre chose d’important. Enfin le village était là, la place centrale était bondée mais personne ne remarqua, une grosse bande d’aveugles, qu’il était rempli de sang comme s’il avait égorgé quelqu’un, lui en l'occurrence. Même à l’auberge, personne ne lui dire rien, mais il était trop fatigué pour répliquer. Une fois changé, et propre, il s’était attablé avec les autres, parlant mais un peu moins qu’avant pour regarder la soirée. Pendant que les jumeaux dansaient et chantaient, qu’Ali draguait et que le reste papotait, il s’était mis à la couture, avec remerciant sa bonne étoile de ne pas lui avoir fait perdre son kit pendant son transport en sac de patate. Il avait alors fait un foulard, simple, basique, qui ne détonnait pas avec les vêtements qu’il avait, pour cacher ses balafres. La nuit avait été courte, il s’était amusé à fouiller l’auberge pour passer son ennui, c’est comme ça qu’il avait croisé Anastasia de bonne heure et qu’il avait décrété qu’il était son coach pour le concours. De toute façon, ça ne pouvait être autrement; Il était LE chapelier, la mode était son histoire d’amour. Bien entendu, l’impératrice avait gagné, et même si Jefferson savait pour le chien, il continuait de penser que c’était par rapport à la
superbe robe qu’il avait choisit. Enfin superbe, pour le monde dans lequel ils se trouvaient ! Monde qu’il avait failli quitté !

Retour en arrière de quelques minutes avant la course à l’échalotte !

Bon les loosers, maintenant on passe aux choses sérieuses ! Ici le voyageur c'est moi ! Je connais tout ça, c’est mon essence même ! Alors s’il y a bien quelqu’un qui doit prendre le risque de tester et de finir en kit Ikéa c’est Jeffy ! Surtout que bon, c’est pas comme si c’était déja fait.” Jefferson, l’art de dire une chose méchante et gentille dans la même phrase sans forcément s’en soucier. Regardant le miroir avec intensité, il passa sa main dessus, comme s’il caressait la peau de quelqu’un. “Mais faite vous donc plaisir !” Il gloussa en entendant le ton ironique d’Anastasia tout en faisant une petite révérence. “Oh oui, c’est toujours un plaisir que de cotoyer Madame la Mort !” Après tout, il ne savait pas ce qui allait se passer. Peut être que ça n’allait pas marcher comme peut être que ça allait marcher. Il rentrerait chez lui comme si de rien n’était, ou alors, il se ferait broyé, déchiqueté, par le voïd de transport. Il essaya alors de passer sa main dedans, comme il l’avait fait avec le miroir de Wonderland, mais rien ne se passa, il resta normal. “Vous êtes sur que c’est le bon miroir ?” C’est le chien qui lui répondit, aboyant à tout rompre. Levant les yeux au ciel, Jeff s’approcha de lui. “Wouaf wouaf !” Se tournant rapidement vers Regina, et assez exaspéré il s’écria : "Bon, tu peux pas dire à Rex de parler correctement non ? " Cette eau magique n’était pas si magique que ça, sinon elle l’aurait fait parler, et ça il en était convaincu. “On comprends toujours pas quand il parle ! Franchement si c’est comme ça qu’il devait résoudre les meurtres, les gars étaient pas dans la merde. Bon après, c’était aussi des allemands, Deutsch Qualität !” Rigolant à sa propre blague, son rire redoubla quand il entendit celle de Regina, assez nulle pour le commun des mortels par ailleurs. “T-Rex hahahaha » Non vraiment, elle était d’une nullité terrible, pas de timming, pas de contexte, pas d’avant contexte rien, et même la méchante reine sembla le voir quand elle se stoppa d’un coup. « c’était pas drôle. »wouaf wouaf { Non mais c'est pas possible, vous êtes tous des boulets et c'est au prince de tout faire. Mais bougez vous ! Doit y avoir une manette ou un bouton}” Le chien continuait d’aboyer alors que la princesse russe et d’autres membres du groupe regardaient les deux comiques de service, blasé. “« Bon le prince commence à désespéré. » On aurait pu entendre des y a pas que lui, mais Regina couvra toutes formes de bruits avec sa voix nasillarde et cacha tout le monde avec ses fesses impressionnantes. « Allez y poussez vous ! Je tente un truc. »"T'as pas interet à briser le miroir s'il te répond que t'es moche !" Il avait quand même en tête leurs petites discussions, et il connaissait la susceptibilité des Mills , il préférait prévenir que guerrir ! “Je t’enfume !” “Avec joie, je suis un peu en manque en ce moment !” Il regarda ses mains, ne faisant pas attention au tirage de langue puéril de la sorcière. Elles tremblaient, de plus en plus, signe que comme tous drogués, le roi des drogués même, était en manque. Que diable en serait les conséquences ? Seul Absolem le sait ! En attendant de savoir quand Jefferson pètera son prochain boulon, Regina dans toute sa splendeur fit une démonstration de je suis la plus belle allez tous bruler en enfer en parlant au miroir. “Esclave du miroir magique, accours du plus profond des espaces. Par les vents et les ténèbres, je te l'ordonne. Parle ! Et montre-moi ta face.” Le miroir se brouilla et une salle de bain apparu. Jefferson leva les yeux au ciel tout en croisant les bras autour de sa poitrine. "Ah bah voila, le pouvoir des Evils Boobs, le miroir est un mec, j'ai pas les bons attribus !" C’était la raison pour laquelle ça n’avait pas marché avec lui ! Puis Regina avait plus l’habitude des miroirs, à force de savoir qui est la plus belle, elle devait tous les connaître. Il ne put s’empêcher de pouffer quand il vu passer le mari de Gina, à poil, en chantonnant et se dandinant. “Jeff...dommage, y’a que Robin qui peut en profiter de mes Evil boobs” "J'men fous, je touche pas aux Evils Boobs, ça corrompt l'âme ces trucs là et j'ai assez de soucis avec la mienne comme ça ! J’préfère des trucs sains ! Genre comme les fruits et les légumes, t’en manges 5 mais pas des pourris de préférence si tu veux être en forme ! "” Ça va refaire ma réputation mes seins, c’est fou.” “Je pense pas qu’elle est à refaire entre nous !” Alors que tout le monde regardait avec grand espoir le miroir en haute définition diffusant le programme de canal + du samedi soir, un énorme hurlement retentit. “SALLY BEEP A ÉTÉ ASSASSINÉE ! ”Immédiatement, Anya se pencha à la fenêtre, commentant ce qui se passa dans la rue; “Eh merde, ils ont arrêté Wolf !” Rigolant, se moquant clairement de l’homme loup, il pleura de rire quand Virginia ajouta d’un air innocent : “Mais je l'avais attaché dans la grange !”: “Bah... maintenant il est attaché ailleurs.” “Bah apparemment non Virginia. ” "On veut jouer avec des cordes et on sait même pas faire de noeud, c'est la base dans ce genre de jeu Virginia! Bien qu'à celui là, tu aurais du lui mettre autour du cou" Essuyant les larmes de ses yeux, il mima la pendaison . « On va le chercher ? Parce que la, j’ai envie de rentrer chez moi mais j’ai envie de zigouiller l’autre connasse. » “Rien n'indique qu'il a tué Sally, je vous signale et oui, on va le chercher !” Jeff sentit que les jumeaux lui tirait la manche de son manteau, comme pour acquisser . « Quand on s’est pas être une Evil Queen, on ne l’est pas. » “Toujours hors sur Regina … "Oui on sait que tu es la plus Bitch de toutes les Evils Queen, mais je pense que tester le miroir c'est pas mal non plus, ou cas ou, l'autre veuillent aussi nous zigouiller !" Regina attrapa le miroir, qu’elle serra fermement contre elle, tout en écoutant les autres parler. “Genre, il est plus important que le miroir ? Franchement faut revoir vos priorités !” “Je suis sure qu’Ali a envie de rentrer” “C'est normal, il a des enfants ! Mais ça tu peux pas savoir hein.. connaitre l'amour ...” "Certainement que j'ai envie de rentrer, mes enfants ont besoin de leur père.. et avant qu'on me kidnappe j'étais très occupé ! en plus dans ce royaume, on a encore rencontré aucune Princesse donc rien de bien captivant.“On a tous envie de rentrer.” “Ta gueule Jeff !” “Moi aussi j'ai un bébé mais je ne vais pas les laisser tuer quelqu'un sans procès équitable.” “STOP Ça suffit comme ça ! Allez on y va vous avez gagné !” “Tu es en colère ?” Jeff venait de crier de sa plus grosse voix parce qu’il en avait marre de ce brouhaha et de cette indécision collective. Ils voulaient aller voir le loup ! Ils iraient le voir, peut être que la distraction serait intéressante vu que visiblement le miroir n’était pas réglé à la bonne fréquence.

“Brûler le loup !” “Au bucher le loup!” “A mort le loup !” Voilà comment il se retrouvait maintenant devant la cage du prisonnier, les bras croisés, le regard moqueur. “Alors c’est qui maintenant la princesse qu’on doit sauver ?” "Je vous en prie il s'agit d'une terrible méprise !" Il fit un mouvement de cheveux vu qu’ils étaient maintenant mi long, digne de la pub l’oréal, avant de s’approcher encore plus de la cage, regardant le loup dans les yeux. Iris grises contre iris bleues. Se mordant la lèvre d'embêtement alors que plusieurs sentiments se mélangeaient en lui. Il ne l’aimait pas, c’était un fait, c’était comme ça, c’était physique. Or une petite flamme d’espoir subsistait grâce à ce qu’il avait fait, et Jefferson, malgré les apparences, était tout sauf ingrat. Le voir comme ça, en prison, lui renvoya sa propre image. Alice avait échangé sa place avec lui, et ce geste gravé dans sa mémoire avait beaucoup d’importance dans les actions importantes qu’il réalisait. 《Tu veux lui mettre six mois de prison sur le dos ? Pourquoi ? Parce qu'il est différent des autres ? Parce qu'il souffre d'une maladie psychologique et parce que personne n'essaye de le comprendre ? Il faut toujours réfléchir avant de dire des conneries.》 La phrase que Chris avait dit à un de ses collègues, la première fois qu’il l’avait arrêté, il y a près d’une quinzaine d’année termina d’enfoncer le clou dans la ligne qu’il devait choisir. “T’en as de la chance dans ton malheur.” Il avait sifflé doucement la phrase pour que personne d’autre que le prisonnier l’entend, et dans un mouvement de cape, plutôt de manteau il se retourna face à la foule en délire. Tendant la main à Dereck qui lui donna son grand chapeau, il le fit mettre sur sa tête dans une dextérité du poignet digne d’un magicien. "Mesdames Messieurs, ecoutez moi tous ! j'ai une question à vous poser !"« Ne le touchez pas! » Jeff fit un mouvement de la tête qui fit craquer ses vertèbres, pas encore remise du traumatisme de la veille, et il envoya un regard polaire à Regina.[color=#680073] "Reprenons, comme je disais j'ai une question de la plus haute importante à vous poser "Et je dirai même plus ! - De l'importance la plus haute ! - Et la hausse la plus importante ! -De l'importance la plus haute pour toute l'existence ! - Et la hausse la plus importante de la cause de ce pauvre monsieur QUE JE PLAIDE INNOCENT !" Les jumeaux s’étaient mis de part et d’autre du chapelier pour appuyer ses dires avec force, et le trio de wonderlanien commença sa défense. "Voila ! Comme les avocats de la défense viennent de dire, ce MONSIEUR ! Ce qu'il veut dire que c'est un homme ! La question était là ! Est ce que c'est un loup ? Bien sur que non ! Vous avez déja vu des loups ? Ce sont des chiens, des gros chiens sauvages qui détruisent tout sur leur passage ! Et là, qu'avons nous dans cette cage ? Un chien sauvage ou un homme ? Et bien je vais répondre ! Moi je vois un homme ! Un homme brisé par la vie !" Les jumeaux hochaient la tête d’approbation, tandis que derrière lui, Anastasia, et Regina déprimait. Ali suivait l’introduction au procès avec intérêt, sans doute comme Zach. Certains villageois avaient ramené des fourches, des torches, et il avait comme un gout de déjà vu, quand la colère grondait dans les villages du pays des merveilles et qu’il se tenait devant eux, haranguant les foules, motivant les troupes mais pour brûler les terres de Wine. Pointant Wolf du doigt, puis après la foule, Jefferson était vraiment à fond, faisant même de l’ombre au célèbre j’accuse de Zola "Depuis quand les hommes sont ils des loups ? De véritables loups ! Parce que là, vous n'êtes qu'entrain de faire vérifier une maxime célèbre ! Homo homini lupus est ! L'homme est un loup pour l'homme ! Alors vous êtes tous des loups car la fin de la citation, que peu connaissent est ce qui, vous en conviendrez, n'est pas très gentil pour le loup ! Ce qui veut dire que le loup ne mange pas ses semblables ! Et que faites vous en ce moment ? Vous le mangez, tout cru, sans aucune forme de procès !” TEUTEUTEUTEUTEU ! -QUELLE IDEE LE BUCHER ! - Le code civil de la loi des juges de la société stipule que tout condamné doit ne pas être au bucher ! -Et tout condamné doit être jugé non-loup - Et en tant que jugé non-loup, il n'est pas un monstre ! - VOILA LA PREUVE !"

Dès que Jefferson s’était arrêté de parler, pas essoufflé pour un sou, les jumeaux avaient repris. Pendant ce temps, Anastasia en avait profité pour se glisser subtilement derrière Jefferson, assez proche pour qu’il ne soit le seul à entendre. “ESt-ce qu'on ferait pas mieux de simplement exiger un procès équitable avant de partir dans de grands discours que personne n'écoute ? Si la défense arrive à prouver qu'il est innocent, ils auront le vrai coupable à condamner et s'il s'avère que c'est Wolf le coupable ils auront aussi quelqu'un à condamner. Win - win situation.” Hochant la tête aux paroles de la rousse, qui n’étaient pas dénué de sens vu qu’il allait y arriver aussi, sans doute au terme d’une plaidoirie digne d’Eric Dupont Moretti. “Avec cet argumentaire ! J’exige immédiatement un procès équitable comme tout homme à le droite ! Je le répète, je l’affirme, soutenu par mes deux acolytes ici présent ! Justice extrême est extrêmement injuste ! Vous êtes des gens raisonnables n’est ce pas ? Rendre justice ne peut se faire comme cela ! Un procès équitable, dans les normes, montrera votre intelligence ainsi que votre assise à faire respecter l’ordre et la morale de ce pays , qui n’est pas une contrée de sauvageons mais de personnes civilisées et éduquées !” “Et lui, c’est le plus intelligent de genre tout l’univers ! - Alors il a que raison !” Son discours semblait avoir fait mouche car la population semblait arrêter déja de hurler de mettre le feu à Wolf et ce qui semblait être le juge, l’écoutait avec attention. Il s’écria en levant les bras d'enthousiasme : BIEN PARLER ! Allons préparer le tribunal !” En bonne figure de leader charismatique, le juge se fit applaudir par la foule qui avait changé de ton, criant des Oui un procès ! à tout vas. L’égo du chapelier avocat avait pris au moins trois taille devant cette première réussite, et il bomba le torse, fier de lui, devant ses camarades alors qu’il tendait les bras à l’horizontal pour faire un high five avec les jumeaux qui lui sautèrent dessus. La place s’était vidée aussi rapidement qu’elle s’était remplie, et le petit groupe se retrouvait maintenant seul. “Mais est ce qu’au moins vous y connaissez quelque chose au lois de ce pays ?” Jefferson, Dereck et Duncan se rendirent immédiatement devant la cage de l’accusé. “Bon Wolfy, on vient de gagner un procès et une demi heure pour se préparer, alors t’as intérêt à nous dire tout ce que tu sais, sinon c’est moi qui foutra le feu directement au bûcher. !” Il y avait quand même des limites à la gentillesse du chapelier, et sa phrase signifiait vraiment que si le loup ne mettait pas du sien pour sauver sa peau, il arrêterait de se casser les fesses, même s’il fallait l’avouer, il aimait bien ce petit jeu. “C’est pas comme ça qu’on parle à son client !” Haussant les épaules, ne répondant pas même si l’envie ne lui manquait pas, il souria tendrement aux jumeaux. “Maman disait que n’importe où, la seule loi qui s’applique c’est celle du coeur, et du cholestérol !” [color=#808080]“Ici c’est la loi d’autre chose qui s’applique ! Je suis FOUTU !”680073]] Arrête de dire ça c’est pénible ! Les carottes sont cuites que quand elles les sont vraiment et que de la fumée sort des pores de leurs peaux. Bon alors ! tu as tuée la fille oui ou non ?” S’aggrippant aux barreaux juste en face de Wolf, il essaya de scruter la moindre réaction, le moindre mensonge. “Bien sur que non !” “Et tu peux étoffer ? T’étais ou au moment du crime vu que tu n’étais pas avec nous ? Avec qui ? Tu faisais quoi ? T’as vu des trucs ? Balance tout ! On a pas le temps de faire la mijoré là !” Le loup resta silencieux pendant un instant, instant comblé par les jumeaux. “Tututuutututut tout le monde a un coeur, il est un peu dans le ventre mais pas trop dans le ventre. - Et beaucoup de gens ont du cholestérol aussi ! Mais ça va pas nous servir. Il faut charmer les gens pour te défendre ! Les toucher droit au coeur ! - Avec des mots, pas un pistolet hein !” Ébouriffant la tignasse en folie des deux garçons, Jefferson attendit encore quelques minutes que Wolf parle, se disant pour lui même que s’il continuait de ne rien dire il allait l’attraper par le col et coller sa face sur les barreaux. “Je sais plus, j’étais en plein cycle, j’ai jamais les idées claires à ce moment là !” “Allez secoue toi les miches bordel , Fait un effort ! On a tous nos périodes, regarde moi dans la forêt des voix, tu crois que j’étais bien ? Non pas du tout même et pourtant j’essaie de me souvenir !” Parce qu’il savait ce que ça faisait, de ne pas être conscient de ses actes, de se laisser envahir par cette force monstrueuse, dévoratrice, détruisant tout sur son passage en particulier soi même. “Vous n’êtes pas de ce monde ! Si j’étais vous, j’essayerais de savoir si au moins il connaît le système pénal du coin !” Jefferson leva un sourcil à la réplique d’Anastasia, étonné en réalité. C’est vrai qu’il n’avait pas pensé à ça, partant du principe qu’il y avait un système pénal plus ou moins aboutit. “Effectivement … c’est une question à poser !” “Connaissez vous le système pénible de chez vous ?” Duncan, avec sa moue enfantine, ses grands yeux, fourcha sur un mot, provoquant l'hilarité du prisonnier et l’agacement de son avocat. “Le système pénible ? C’est vous qui êtes pénibles ! “Non nous sommes les Tweedles ! Enchanté !” Cognant avec force contre le barreau, parce qu’avoir mal, Jeff s’en foutait tant son corps entier était douloureux, il plissa les yeux tout en crachant comme un chat en colère ! “Oh Wolfy ! Tu veux vraiment que ça soit moi qui te serve de bourreau au bûcher ? C’est ça en fait ton objectif ? Parce que là t'es bien partir pour !” Le loup reprit son sérieux, comprenant que Jeff était tout à fait sérieux quand il lui disait qu’il lui mettrait le feu lui même. “Eh bien, ce sera une cour pénale, donc il y aura probablement un jury … MAIS OUI C’EST ÇA ! Il suffit de gagner le coeur du jury !” “OU LEUR CHOLESTÉROL !” - Non non on garde le coeur allez !” Wolf attrapa les barreaux de sa cage de fortune pour se taper la tête dessus, totalement désespéré. “Oh c’est soit nous, soit on te laisse à la foule en délire ! Tu veux que je te rappelle ce qu’elle disait ? …. Brûlons le loup !” Et nous on a dit quoi ? Sauvez le loup ! .. Un brin sadique, Jefferson était échauffé de n’avoir pas plus de reconnaissance, lui qui s’était fait violence pour le sortir de là, alors qu’il était plus pour le jeter sur la foule et partir en courant vers d’autres aventures. “Vu que tu nous là joue amnésique belle au bois dormant qui se réveille après 100 ans de sommeil, on va t'inventer une histoire ! Et si on est pas très bon pour les procès, on est les meilleurs pour les histoires !” “Vous verrez, c’est la meilleure solution ! Les histoires de Jeff sont les meilleurs du monde ! Ils vont adorer, et seront touchés au coeur et au cholestérol en MÊME TEMPS !” Humidifiant ses lèvres, il gloussa légèrement la bouche ouverte, c’est vrai qu’il était un bon conteur, pour toutes sortes d’histoires, dont il rajoutait souvent sa patte. Se poussant un peu de la cage, il fit quelques pas sur la place pour laisser son cerveau imaginatif s’imprégnait de l’ambiance. Il regardait le sol, le ciel, les arbres, la fontaine, tout puis soudain, l’éclair de génie, après que ses neurones aient eu un peu de calme pouvant fonctionner normalement.

“Des preuves ! Ils nous faut des preuves !” Revenant vers le groupe, il se cogna la tête avec sa main. “Vraiment, je suis en manque de drogue là ! Je suis totalement au ralenti, ça va pas, ça va pas du tout du tout !” Si Jeff était au ralenti à cet instant présent, je vous laisse imaginer dans quel état se trouvait le Jeff normal, ainsi que le Jeff shooté à mort. RIP aux personnes l’ayant connu comme ça. “Bon, on va dire que tu étais avec ta femme ! Qui, soit vient d’apprendre qu’elle est enceinte, soit vient d’accoucher ! Et ça tombe bien, j’ai encore ma jolie chemise toute rouge dans l’auberge !” “Mais je n’ai pas de femme, ça n’a aucun sens !!” “Chut, on va trouver la volontaire..” Doucement, il se tourna vers Virginia, qui eut toutes les paires d’yeux sur elle. “Hors de question !” “Et si on allait chercher le vrai coupable et de vraies preuves tangibles ?” “Bon Miss Bergère de l’année, tu es policière si j’ai bien compris, c’est ton travail ça ! Alors prouve qu’ils ne sont pas tous qu’une unité de muscles fortement bien dessinée !” Se tournant vers le reste du groupe avec un grand sourire, il tapa dans les mains alors que les jumeaux parlaient entre eux de complots illuminatis, et de trouver un très grand triangle. “Bon les groupes ! Anastasia la super flic, Jefferson le super avocat et Wolf le super libéré ! En formation soldats !” Quelques relents de ses anciens batailles s'entendaient dans son ton autoritaire et sa gestuelle militaire, qui en surpris plus d’un sans doute. “Ok .. Regina, ça vous tente une enquête en 20 min chrono ?” “Et nous et nous on peut être les marchands de hot dogs ?” Se retenant de rire à cette réflexion, Jefferson s’approcha des jumeaux avec un air on ne peut plus sérieux. “Vous, vous êtes les supers acolytes ! Vous êtes le citron et l’huile d’olive qui sert à lier le guacamole! Mais si vous avez envie d’être des hot dogs, c’est votre choix ! Soyez ce que vous voulez être mais en avant au boulot !” S’asseyant à même le sol, imité par les rouquins, ils commencèrent à parler très vite, exposant leurs points de vue sur la situation. Puis, fatigué, son dos le faisant atrocement souffrir, il s’appuya sur la cage de Wolf. “Tu sais Wolfy, j’ai même pas eu le temps d’avoir un procès avant ma décapitation ! Enfin j’ai du parler en regardant mon corps frétiller au sol comme un anchois ! Alors je pense que c’est important que tu puisses te défendre devant une cours de justice, même si tu brûleras après !Au moins on aura essayé !” Penchant la tête sur le coté, il se fit une petite moue songeuse alors que Wolf, pas rassuré pour un franc commença à le remercier sarcastiquement tout en laissant la phrase en suspend. Normal, le juge du tribunal les fixait intensément. “Bah venez vous installer ! Ça commence dans 20 minutes, y a la collation pré procès ! vous allez tous louper !” Immédiatement, les deux tornades rousses sautèrent pour se mettre en route, alors que Jeff regardait d’un air suspicieux le juge, qui ne leur laissa pas trop le choix. “Je peux rester avec mon client ? Nous avons quelques détails à régler …” “L’accusé sera amené en temps voulu !” Soupirant, voulant éviter que lui aussi finisse sur le bûcher, il fit un petit signe de la main à Wolf[color=#680073]. “Bon bon, on va à la collation ! Mais juste, j’aimerais bien pouvoir m’entretenir pendant quelques minutes ..tout avocat à le droit de parler à son client avant le procès !” “Moui, moui, il a raison … Bon A TABLE ALORS !” Rentrant dans le tribunal, Jefferson fut quelque peu surpris de l’agencement. Il y avait une grande table rempli de nourriture, ou ce qui semblait être l’avocat de la partie adverse mangeait, puis beaucoup de foin. Beaucoup trop de foin pour une salle de tribunal. Le juge dut voir son étonnement, car il annonça, fier de lui. “C’est pour nourrir notre jury ! Les brebis Beep !” Ah … il avait tout pensé sauf à ça…. Mordant sa lèvre du bas assez fortement, il souffla. “On est pas dans le foin … c’est moi qui vous le dis ! Franchement je pense très sincèrement que mon idée de faire un méchoui avec le mouton d’Anastasia pour quelle gagne est toujours d’actualité … au moins ils auront un beau bûcher et de la viande pour une dizaine de jours … parce que sinon j’en connais un autre qui va baver devant tant de succulence et même moi je pourrais rien faire !”



codage by Wiise

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥
.
Your Heart
IN MY HEAD
Au creux de tes rêves c'est notre avenir que j'aperçois

http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79170-termine-pourquoi-un-c http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t79263-amis-ennemis-tapis-qui-suis-je-pour-juger-le-chapelier-bien-sur#955250 http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t83145-tous-ensemble-hey

Regina Mills


« Courir ou se faire ramollir ! »


Regina Mills


╰☆╮ Avatar : Lana Parrilla

Ѽ Conte(s) : Blanche Neige et les Sept Nains ✦ Rumplestiltskin
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : La Méchante Reine ✵ La petite fille du Meunier

✓ Métier : Propriétaire/Barmaid du "Roni's"
Evénement #98 : Miroir magique au mur [Fe] - Page 3 The-Evil-Queen-in-season-6-once-upon-a-time-40085890-500-220

☞ Surnom : Smarties
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 8559

Evénement #98 : Miroir magique au mur [Fe] - Page 3 _


Actuellement dans : « Courir ou se faire ramollir ! »


________________________________________ Jeu 23 Aoû 2018 - 21:53

Mirror mirror on the wall
Pour tout dire, je voulais à tout prix qu’on rentre à la maison, je voulais rentrer à Storybrooke. J’avais toujours le miroir avec moi, je l’avais rapetissé grâce à l’un de mes sortilèges. Wolf. Voilà que cet abruti de clebard s’était fait attrapé. J’écoutais attentivement ce que disais les jumeaux, j’écoutais Jeff avant de finalement suivre Anya qui voulait jouer à la flic, elle l’est de toute manière alors ça n’allait pas beaucoup la changer. Nous voilà donc côte à côte dans le village, qui se trouve désormais désert vu que tout le monde se trouve au procès « Si on cherchait dans les maisons ? » Elle pose son regard sur moi, j’ai l’impression qu’elle va me marcher sur la tête, je sais pas, c’est l’impression que ça donne « Je sais que le village est petit mais en 20min remuer toutes les maisons ? Vous êtes sûre de vous ? Je commencerais plutôt par aller voir où vivait la victime. »

« C’est vous la flic, alors allons-y. » Ouais, elle était flic alors j’allais la suivre. En même temps, est-ce-que je pouvais vraiment faire autre chose ? Mon regard se pose sur les traces de sang éparses sur le sol. Un léger frisson parcourt l’échine de tout mon corps avant que je ne relève le regard vers Anya « Elles ont sans doute étaient laissées par l'assassin. Wolf n'avait pas de sang sur lui, pas vrai ? » Ouais, sans doute, je fais un signe négatif de la tête « Non, il n’avait pas de sang sur lui. » dis-je simplement. Mon regard se pose sur Wendell alors qu’on remarque rapidement que les traces se trouvent tout autour de l’auberge « Wendell ? Tu peux pas utiliser ton flair ? Je sais que t'es pas un vrai chien mais tu peux vraiment pas ? » « Vous vous rappelez que je suis un prince, n’est-ce-pas ? Décidément… » Je lève les yeux au ciel alors qu’il pose la truffe par terre et qu’il commence à sentir quelque chose.

Il se rends lui aussi derrière l’auberge, et je ne tarde pas à le suivre avant de le voir tourner autour d’un tonneau, plusieurs fois « Je crois qu’il a quelque chose. » En même temps, il s’amusait pas à renifler le sol juste pour le fun hein, les filles opinent de la tête alors que je m’approche du tonneau avant de l’ouvrir et de tomber sur de l’hydromel. Merde fausse alerte. Je soupire en regardant Wendell « Ah pas trop tôt ! C’est qu’il fait soif ! » Il est sérieux là ? Je pousse un profond soupir avant de faire apparaître une gamelle dans ma main, tandis qu’Anya inspecte les lieux et se trouve rapidement là où un joli marquage au sol blanc se trouvait, vous savez les marquages qui montrent les corps sur le sol.

« On devrait commencer par là. » Après avoir mis la gamelle dans l’hydromel, je le pose sur le sol et regarde Wendell « Tiens. » Il me regarde « Merci domestique, tu es bien utile parfois. » Oh mais je t’emmerde ! « Retenez-moi, je vais le noyez dans sa gamelle. » « Qu’est-ce-qu’il a dit ? » « Il m’a traité de domestique ! » « Ah... Est-ce que le prince Wendell aurait l'obligeance de venir flairer la scène de crime ? » Je lève les yeux au ciel mais un léger sourire né sur mon visage en voyant la courbette exagérée d’Anya vis à vis du chien « Ah, elle déjà, elle parle mieux. » « Pfff. » Je pose mon regard sur Wendell « Si sa majesté veut bien se donner la peine. » Et voilà qu’il se met en route « Vous savez quand on a le nez par terre on sent surtout les pieds et les crottes et je ne vous raconte pas l'odeur ! » « les chiens se sentent le derrière aussi ! » Ouais c’est vrai ça, ils se sentent le cul tout le temps pour se dire bonjour.

« Ne m’en parlez pas s’il vous plaît, ces animaux sont répugnants ! » « Je suis sûre que vous avez hâte de redevenir humain. » « Vous n’avez pas idée, sauf si vous avez déjà été une chienne » Euhm…j’attrape la perche là « Il paraît que je l'ai déjà été mais pas du type que vous connaissez. » Et là Wendell s’est figé, il a été surpris par ce que je lui ai dit où quoi ? Voilà qu’il s’enfuit en courant. Il se mets à courir sans nous attendre « Wendell bon dieu de bon dieu ! » Et voilà qu’on se mets à lui courir après pour tenter de le rattraper. Heureusement, il n’était pas allez bien loin, tant mieux même parce que je crois que je l’aurais frappé. Ouais, je frappe pas les chiens, sauf ceux qui le méritent.

Cent mètres environ et nous voilà dans une étable qui appartient aux Beep. « C'est de là qu'elle venait, elle est passée ici juste avant de se faire tuer. » Je m’approche et me mords la lèvre inférieure « On doit trouver quelque chose qui innocente Wolf. » Je commence à explorer les lieux avant de me prendre les pieds dans le loquet d’une trappe et finis le cul sur le sol, la tête dans le foin. « Putain, fais chier ! » Je me relève et m’époussette avant d’enlever la paille dans mes cheveux avant de froncer les sourcils et d’user de la télékinésie pour envoyer valser les bottes de foin plus loin dans la grange, sans brusquer qui que ce soit, lévitation et…poussage au loin. Virginia semblait impressionnée, je me tourne vers elle et lui souris alors que j’enlève à nouveau une branche de paille de ma chevelure brune « Je fais ça tout le temps, enfin je soulève pas du foin mais je veux dire… non vous avez compris je pense. » « Bien joué, il y a une trappe secrète » Sans déconner ?

On ouvre la trappe avant de descendre sous le sol et de se retrouver dans un tunnel. Un tunnel souterrain qui finit par remonter avant que l’on se retrouve dans la cave de l’auberge des Beep, reconnaissable par leur nom sur les futs de bière. Wendell se dirige droit sur un monticule de choses détruites, il s’y jette carrément dessus même « Ils ont détruit leur détournement de puit magique ! » « Merde ! » Personne m’avait parlé de ce puit magique, c’est maintenant qu’on me mets au courant alors que je suis juste LA sorcière du groupe. « Pourquoi détruire ce avec quoi ils trichent depuis 40 ans ? » elle se tourne vers Virginia et moi « C'est Zach qui a appris ça hier soir. » Je fais juste un signe de la tête en guise de réponse. La dernière au courant quoi. « Bah...peut être pour échapper au jugement que le village pourrait donner s'ils savaient qu'ils trichaient ? » « Ou alors... quelqu'un s'est senti trahie par cette source. Quelqu'un qui n'aurait pas gagné un certain concours. »

Oh mais c’était pas débile ça. Peut-être que machine se sentait trahie par le fait qu’elle n’avait pas gagné « Oh…et c’est pour ça qu’elle serait morte ? » « Peut-être mais il faudrait trouver une preuve. Il me faut quelque chose qui appartenait à Machine » « Pour faire quoi ? » Je t’ai parlé à toi Virginia ? J’ai envie de lui tirer la langue « A votre avis ? Utiliser mes pouvoirs pour essayer de trouver une solution. Une preuve. » Voilà que Virginia me tend un bout de bois un peu trop sceptique à mon goût « Merci. » Levant la main dessus, j’espère que ça fonctionne. Il fallait que le sortilège de localisation fonctionne. Mais rien. Ça ne marchait pas. « Je sens une odeur ! C'est métallique, pas très agréable. » Et v’là qu’il recommence ! Il s’approche d’un autre tonneau, je me mords la lèvre inférieure avant de m’approcher et d’ouvrir le tonneau.

« Y’a rien. Juste une chemise. » Une chemise pleine de sang avec une étiquette simplement noté avec un prénom. Je me saisis de la chemise et la montre à Anya et Virginia « Je crois qu’on le tient ! » Je pose mon regard sur les deux femmes « Beep beep a tué le Coyote. »

Bah quoi ? Je pouvais pas passer à côté de ça.
(c) ANAPHORE

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


Darkness my old friend
Regina Mills ☽ Au bord du gouffre, j'ai sauté la première. On m'a laissé tomber. J'ai fait des choses atroces, inommables, sombres, et je dois vivre avec ce passé lourd de conséquence car jamais je n'aurais droit au bonheur. Obscurité, vieille amie, je t'ouvre grand les bras.
http://www.ouat-storybrooke-rpg.com/t51403-regina-on-ne-nait-pas-mauvais-on-le-deviens#487677

D&D Hatters


« Vous auriez pas
une dinde au four ? »


D&D Hatters


╰☆╮ Avatar : K.J. Apa

Ѽ Conte(s) : Alice au pays des Merveilles
Ѽ Dans le monde des contes, je suis : Je suis Dee, je suis Dum, nous sommes les Tweedles Twins !

✓ Métier : Pompiers, mais aussi informaticiens, roboticiens et mécaniciens indépendants !
Evénement #98 : Miroir magique au mur [Fe] - Page 3 K00l

☞ Surnom : Tweedles Twins, Double D, Wonder Twins, vas-y on adore les surnoms !
٩(͡๏̯͡๏)۶ Cadavres : 1328

Evénement #98 : Miroir magique au mur [Fe] - Page 3 _


Actuellement dans : « Vous auriez pas une dinde au four ? »


________________________________________ Jeu 23 Aoû 2018 - 23:01

MIROIR MAGIQUE AU MUR
The Wonder Twins & The Wonder Hatter & The Wonder People
On va on va le tondre ! tin tin bam tin tin bam ! On va on va le tondre ! tin tin bam tin tin bam !

Les jumeaux chantonnaient la bouche pleine, parce qu'ils ne pouvaient être qu'heureux ! Vous vous rendez compte ? Ils mangeaient ! Ils étaient tellement gentils de mettre à manger ici ! Alors ils chantaient, en mangeant, tout en bougeant leurs têtes de droite à gauche sur le rythme de la chanson qu'ils avaient en tête et qu'ils ADORAIENT aussi, comme le milliard de choses qu'ils adoraient. Sans oublier, bien sûr, de lever leur t-shirt pour se tapoter les abdos, comme pour vérifier qu'ils n'avaient pas grossi (ce qui n'arrivait jamais tant ils bougeaient). L'apparence n'était pas importante, mais ils avaient remarqué que James aimait bien leurs ventres alors ils voulaient pas les abimer !

Et parmi les choses qu'ils adoraient, il y avait ces brebis du jury ! ELLES SONT TROP MIGNONNES LES BREBIS DU JURY ! Les jumeaux s'étaient approchés des brebis, les yeux scintillants, comme s'ils observaient la dixième merveille du monde (les 9 autres étant Wonderland, le thé, la poudre de bonbons que Jeff adorait, Absolem, les champignons, les chiens et le meilleur pour la fin, December, Jefferson, et James).

Bonjour première brebis, nous sommes les Tweedles. Voilà du foin.
Bonjour deuxième brebis, nous sommes les Tweedles. Voilà du foin.
Bonjour troisième brebis, nous sommes les Tweedles. Voilà du foin.
Bonjour quatrième brebis, nous sommes les Tweedles. Voilà du foin.
Bonjour cinquième brebis, nous sommes les Tweedles. Voilà du foin.

Mais hélas, le nombre des brebis était limité ! Derek & Duncan auraient vraiment adoré dire bonjour et se présenter à une quantité phénoménale de brebis, mais ils durent bien s'arrêter lorsqu'il n'y en avait plus tout au bout de leurs bancs.

Ainsi, ils se mirent à gauche et à droite de Jefferson sur le bureau du tribunal qui leur était assigné, le dos bien droit, le regard sérieux et professionnel, pour être aussi efficace que le chapelier. Il sera fier de ses avocats-ssistants ! Tiens, voilà un nouveau métier que les jumeaux s'appropriaient sur le CV.

Tu veux une chips ?

Ils ont gardé le sérieux pendant 7 secondes et 14 millisecondes, c'est un record mondial ! L'hyperactivité avait atteint ses limites aujourd'hui, c'était épatant ! En effet hyperactifs, ils ne purent se résoudre à attendre la fin de la recherche de preuves, et les voilà qu'ils s'agitaient de nouveau dans le tribunal, entre ce qu'il restait de la collation (très peu, et rapidement plus rien) et tout ce qu'ils pouvaient observer. Les tiroirs du bureau en faisaient parti et c'est ainsi que les Tweedles trouvèrent le nouveau trésor qui faisait briller leurs yeux. Des perruques de juge !

Alors, tout excités (pour changer), ils enfilèrent rapidement les leurs, avant de mettre la troisième sur Jefferson, très contents de leur merveilleuse trouvaille. Le chapelier sera encore une fois très fiers d'eux, c'était certain !

Regarde Jeff !
C'est que comme ça qu'on va gagner !
C'est sur !


Il n'y avait aucun doute : à présent ils allaient gagner le procès avec une chance de 100%. Bah oui, ils avaient des PERRUQUES TROP GÉNIALES !
Jefferson en rigola.

Je garde mon chapeau, dit-il avec un clin d’œil.
Avec leur sourire satisfait, ils remirent donc le chapeau avec toute la précaution du monde par dessus la perruque du chapelier. Ce chapeau était une relique, un trésor, une partie de leur Jefferson adoré ! Quand ils ont du le garder quelques heures plus tôt, ils ont gardé un trésor à protéger au prix de leurs vies s'il le fallait !

Comment tu es tout beau ! Dit Derek avec encore plus d'étoiles dans les yeux.
Mais oui vous aussi ! Répondit-il, ce qui leur fit tout particulièrement plaisir. Soyons uniques ! Vous gardez les perruques je garde le chapeau ! Et comme ça l'équipe de choc est vraiment la meilleure des équipes !
Bonne idée !

Les jumeaux reprirent donc la perruque de Jefferson de dessous le chapeau, le libérant de celle-ci, et les jumeaux purent de nouveau se redresser et prendre leur regard très sérieux, très très très content de la perfection des trois avocats tous ensemble.
Et cette fois-ci, ils n'eurent pas à se déconcentrer très vite, sur le coup de l'hyperactivité, puisque très vite, le juge vint finalement prendre place, alors que la salle se calmait aussitôt à sa présence.

Sachez que je n'éprouve aucun plaisir à condamner cet homme à mort pour le terrible crime qu'il a commis.
Alors on a gagné ?
Parce que vous n'aimez pas le faire ?
Le plaisir c'est important !
Super on a gagné grâce aux perruques ! J'en étais sûr !

Oh, ils étaient eeeeencore plus heureux qu'ils n'avaient pu l'être jusque là ! C'était le premier procès qu'ils gagnaient ! James allait être très impressionné ! Et c'était aussi grâce à Jefferson ! Les jumeaux le savaient : quand quelque chose de bien arrivait, si Jefferson était là, c'était grâce à lui, obligé !

Non vous n'avez pas gagné et si vous ne commencez pas votre plaidoirie dès à présent je prononce la sentence tout de suite.
D'accord, on va plaidoirigoler ! S'écria Duncan sur un ton sérieux et très très déterminé.
Le coupable est une victime innocente !
Entendez notre plaidoirire ! Personne n'a vu l'accusé faire du mal à Sally !
Et oui, parce que lui il était avec Virginia en train de faire comme dans 50 Shades of Grey ! Si c'est vrai, c'est Benjy qui nous a tout expliqué !

Le juge ne prit pas la peine de répondre, ce que les jumeaux virent comme un bon signe ! Il était tellement convaincu qu'il réfléchissait déjà à plein régime à l'erreur commise en accusant Wolf ! Qu'ils étaient doués !

J'appelle à la barre le premier témoin, qu'on en finisse. Wilfried Beep.

Monsieur Ouilfrid Bipe s'avança donc dans le tribunal pour aller s'installer derrière ladite barre.

Monsieur Beep, qu'avez-vous vu ?
J'ai vu Wolf s'enfuir en courant du lieu du crime. Ca ne fait aucun doute !
Non ce n'est pas moi !

Les jumeaux levèrent le doigt, voyant la une preuve indéniable.

Mon client a utilisé un présent infinitivement indicatif de vérité absolue irréfutable !
Alors, comme ils disent dans les livres de conjugaison, il a totalement raison ! Dirent-ils, réellement convaincus par l'argument de Wolf.
Pourquoi pensez vous que c'est Monsieur Wolf que vous avez vu, Monsieur Ouilfrid ?

Parce que j'ai une excellente vue !

Pas de panique, les jumeaux avaient la meilleure réponse de l'univers pour convaincre du contraire !

J'APPELLE DONC AU TRIBUNAL UN ZYEUX PTICIEN !
Moi je peux être un zyeux pticien ! C'est vrai, on a réussi à prouver à papa qu'il avait un léger problème de vue, après 10 ans dans le déni ! Et c'était simple, comme il ne voyait absolument rien, il était aveugle ! Il a pas voulu me croire, mais finalement si !

Alors, déterminé, il s'approcha d'un prospectus qui traînait dans un coin, avant de se mettre à l'autre bout du tribunal.

Alors, pour prouver votre vue, dites moi ce qui est écrit ici ?

Sur un ton tranquille, il répondit : C'est écrit que d'après l'article 8 du concours annuel des bergères les hommes ne sont pas autorisés à concourir en vertu du fait qu'ils ne sont pas des bergères mais des bergers...

Oooh, quelle loi fascinante ! Qui aurait pu le croire ?

Est-ce que je vous lis aussi le recto ou ça ira ? Rajouta-t-il, nonchalamment.

Ce qui donnèrent une idée aux Tweedles pour prouver qu'il mentait. Je veux bien ! Répondit Duncan, sa petite idée en tête, sans pour autant tourner le papier.
Vous n'avez pas tourné le papier, jeune homme, intervint Wolf.

Duncan leva son regard au loin, dans le vide, en plissant les yeux et prenant un air sage. L'oeil absolu n'a nul besoin de tourner le papier des bergères, répondit-il sur le ton d'un moine shaolin.

La foule s'excita, ce qui demandait l'intervention du juge et de son marteau (qui était, en l'instant, le nouveau sujet de fascination des jumeaux : MARTEAU !) pour regagner le calme.

Assez perdu de temps ! J'appelle le 2e témoin, Brittany Beep, la grande sœur de Sally Beep !

Oh ouaiiiis ! Elle aime manger elle aussi ! (pour ici je dirais pas pardon. parce que cette blague vous a manqué, je le sais)

Mademoiselle, quelles sont vos relations avec l'accusé ?

Britanny haussa les épaules. Je crois qu'elles sont bonnes, hier soir il nous a montré sa queue à Sally et à moi.

Repose en paix, le verre de coca dans lequel le joueur s'est étouffé en recevant cette partie des instructions.

Non c'est faux ! Mais qu'est-ce qu'elle raconte ? Elles m'ont provoqué !
Provoqué à faire quoi ? Demanda le juge, suspicieux.
Pr..pr... provoqué à ne rien faire du tout. Mais ces filles sont des tentatrices ! Se reprit-il immédiatement, en se rendant compte qu'il n'aurait pas du parler de provocation.

Puis-je voir votre queue ? Demanda Derek sur un ton (oui) était totalement innocent, avec fascination.

Oui et bien mon verre de coca est déjà craché alors on est plus à ça prêt.

Wolf eut l'air gêné (on ne voyait vraiment pas pourquoi). C'est que... je ne la montre pas à n'importe qui !

Mais il accepta cependant de montrer sa queue de loup, noire et soyeuse, sans toutefois l'exhiber, préoccupé par l'inquiétude qu'elle réveillait chez les gens. Derek voulu alors la caresser, aussi douce que les deux chiens qu'ils avaient à la maison. Tout content, il glissa à Jeff : J'ai caressé la queue poilue de Wolf !

Le joueur s'excuse à moitié.

Il ne fit ainsi même pas attention aux cris de paniques que ladite queue réveillait dans la salle : Au loup ! Au loup !

Du calme ! C'est pas un loup voyons ! C'est un graaand chien berger noir qui adore les caliiiiins !

C'est pas très crédible ce que vous dites là et ça ne les calme pas.

Mais si regardez ! Reprit-il dans ces cas là pour la foule. CÂLIN ! Acheva-t-il de s'écrier tandis que les Tweedles venaient de le prendre dans leurs bras.

Le juge, de plus en plus impatient, s'énerva. Vous abusez de ma patience et si vous continuez vous serez brûlés vifs avec lui !

Han ! Boudeur, les jumeaux se tournèrent vers Jeff. Jamais le chapelier laisserait faire ça ! Tu as vu comment il est méchant ? chuchota-t-il à Jefferson.

Mais le juge tenta de se calmer, pour se tourner vers Wolf. Comment décririez-vous Sally Beep ?
Sally était une jeune fille délicieuse, craquante... Oh succulente ! Un petit oiseau sans défense !
Un petit oiseau sans défense qu'on aurait envie de croquer.
OUI, exactement !... Métaphoriquement.

AH ! ENTENDEZ CETTE PREUVE D'INNOCENCE !
Métaphoriquement est l'inverse de réalistiquement ! Il ne l'a donc pas du tout tué !

Un loup est un loup. Et justement... La nuit précédant le meurtre un loup est venu attaquer le poulailler des Beep, tuant ainsi plusieurs poules et des jeunes coqs. Est-ce que ça a quelque chose à voir avec vous ?
Oh, votre Honneur ! Absolument pas !
Alors comment expliquez-vous ceci ?
Dit-il en brandissant un pan de chemise. Le tissu, de couleur pourpre identique à ce que Wolf portait actuellement, ne jouait pas en sa faveur. C'était dans l'enclos lorsque les Beep ont découvert la catastrophe !
Oh les poulets ! Oui, évidemment ! Ca me revient.
Donc vous avouez être coupable ?
Oh n'exagérons rien ! J'ai dévoré deux trois ou dix poulets au dîner mais je n'ai tué aucune jeune fille !


Votre honneur, je peux prouver que Sally n'était pas une poule !
Elle riait comme une poule et dansait un peu comme un coq, mais c'était totalement une jeune fille ! Et Wolf sait faire la différence !
Il n'a donc pas tué Sally !

Mais il a avoué avoir eu envie de la manger !

Mais non ! Il voulait juste lui faire l'amour ! Vous avez rien suivi ! (qui a dit qu'on en avait fini de cette métaphore ?)

La foule, elle, ne semblait pas convaincue, alors que les jumeaux étaient eux, de plus en plus convaincus par eux même. Les villageois étaient de plus en plus excités et en colère, scandant leurs désirs de sentence mortelle pour le pauvre loup et le juge fut bien incapable de les taire avec son super marteau cette fois-ci.

Vous insinuez donc que Sally Beep était prête à faire des choses avant de passer devant monsieur le maire ?

Les jumeaux levèrent les mains devant eux. Je n'ai aucun jugement, et je n'ai pas à en avoir, sur ce que Sally faisait devant le maire. Maître de son corps !

Le juge prit sa tête en ses mains, certainement en train de se dire que les Tweedles étaient des garçons très gentils. Derek et Duncan eurent un regard très fier en pensant à ça.

ET SI ON DISAIT PLUTÔT QUE C EST LE TYPE DÉGUISÉ EN FAUX LOUP HIER SOIR PENDANT LA FÊTE QUI A TUE SALLY ?

Les jumeaux hochèrent la tête. Je suis totalement convaincu. C'est lui le coupable, telle est la parole de ma perruque.

L'honneur de jouer le loup à notre célébration annuelle revient toujours à quelqu'un d'irréprochable... Et lorsque ce grand honneur m'a été accordé je dois avouer que j'ai immédiatement accepté, se justifia le juge en regardant les jumeaux d'un air mauvais. Ceux-ci auraient pu répondre, mais n'en eurent pas le temps.
Il est temps pour le jury de se prononcer.

Les brebis fut alors emmenées vers deux enclos installées devant elles : le premier, à droite, était rempli de foin, avec la pancarte COUPABLE, alors que celui de gauche, totalement vide, avait la pancarte INNOCENT.

Que les jurés qui pensent que Wolf est coupable aillent dans l'enclos de droite et que ceux qui le pensent innocents aillent dans celui de gauche.

Les jumeaux plissèrent les yeux (après s'être concentrés, d'abord fascinés de voir les brebis une seconde fois), pour réfléchir face à la situation. Mmmmmh... mmmh... j'ai comme qui dirait l'impression qu'il y a un peu de corruption....

Ce que Jefferson ne manquait pas de remarquer. Il se leva, parlant avec d'un ton fort et colérique, en faisant de grands gestes pour étayer son discours.

Vendu ! Traites ! Je le dis haut et fort car je n'ai pas PEUR ! Ceci est est une massacarde ! Corruption !!! C'est un scandale !!! Comment osez vous prétendre faire un procès équitable alors qu'il n'y a que du foin dans un enclos !!! C'est purement un scandale ces élites politico administratives qui se permettent d'être au dessus des lois ! Vous bafouez la Justice ! La justice doit pleurer sous son bandeau en lançant sa balance au sol et en vous attaquant avec son glaive ! Ou est l'impartialité dans ce jugement ? Ou est le jugement impartiale ? Nulle part ! Nous assistons ici a une comedia del Arte ou vous êtes les acteurs masqués ayant déjà leur scénario morbide en action !

Les Tweedles le regardaient avec des yeux brillants, et toute l'admiration qu'ils avaient pour lui. Il parlait tellement bien ! Mais hélas, les Tweedles furent les yeux assez lucides et conscients pour remarquer à quel point il était génial, puisque personne ne voulut prendre en compte le scandale du chapelier.

Les brebis se dirigèrent alors vers l'enclos COUPABLE, afin de manger, tandis que les jumeaux n'étaient même pas tentés d'aller leur faire des calins pendant qu'elles mangeaient avec leurs toutes petites têtes adorables, puisqu'ils étaient tristes de savoir ce que ça signifiait.

La gitane avait raison : une fille tuée c'est un loup brûlé, fit Wolf, désespéré.
Les jumeaux froncèrent les sourcils. Mais une fille tuée n'était pas un loup pourtant ?

SILEEEEEEEEEEEEEEENCE ! S'écria le juge tel Dumbledore et ses cordes vocales aussi immortelles que Deadpool, pour calmer toute la foule qui s'excitaient à présent encore plus.

Jeune homme, je vous déclare coupable d'avoir commis le meurtre le plus horrible qui soit. Vous êtes condamné à être brûlé vif et la sentence va être exécutée - comme vous, d'ailleurs - dès à présent. Il s'adressa ensuite aux bourreaux. Et que ceci soit réglé au plus vite, nous n'avons pas une minute à perdre, le concours doit continuer !

Quelle efficacité ! Remarqua Derek, fasciné par la vitesse nécessaire (à peine 30 secondes) pour monter le bûcher qui allait bruler Wolf.
Enfin il veut dire "oh non... quelle efficacité..." reprit Duncan en voyant le regard de Wolf.

Je crois que c'est à vous que revient l'honneur d'allumer, indiqua le juge à Wilfried, tandis que Wolf se débattait autant qu'il put lorsqu'on l'emmenait vers sa sentence, en hurlant son innocence. Avec la foule enragée, les jumeaux et Jefferson furent bien incapable d'agir !

STOP ARRETEZ TOUT ! S'écria Regina, qui venait d'arriver aux côtés d'Anastasia, comme dans une scène de film si badass que les Tweedles ne purent s'empêcher d’applaudir. WILFRIED BEEP A TUÉ LA BERGÈRE ! J'en ai la preuve ici ! Et en parlant, elle leva ce qu'elle tenait dans sa main : une chemis pleine de sang.

Mais ce n'est pas possible enfin ! pourquoi aurait-il fait ça ?
Vous n'avez qu'à lui demander, je suis sûre qu'il sera ravi de vous l'apprendre, et s'il ne veut pas parler, je peux vous avoir un moyen de pression.

AHA ! J'avais raison ! Wolf est innocent !
TOUJOURS écouter les gens avec des perruques de juges ! La vérité sort toujours de la perruque des Tweedles !


Ils s'approchèrent alors de Regina pour lui faire un highfive, pour la féliciter de son timing et de sa super preuve. Nul ne peut vaincre le NCIS.
Je n'aurais pas mieux dit moi-même les rouquins !

Mais, il semblait que le scepticisme du juge avait besoin de plus convainquant. Ce que Regina semblait avoir : Et le nom qu'a hurlé la bergère c'est Wilf et pas Wolf !

Ça n'a aucun sens ce que vous dites ! Pourquoi aurais-je tué ma petite fille ?
h je sais pas... sans doute parce qu'elle a détruit la source du puits magique que vous avez détourné ? fit-elle avec son sourire badas de méchante reine que les jumeaux auraient pu adorer si ce qu'elle avait dit n'était pas aussi bouleversant.

Si, devant l'information, toute la foule, choquée, s'écria d'un OOOOH, général, ce sont les deux voix de Derek et Duncan, qui étaient dans le même élan, qu'on entendait le plus dans tout ça.

Une femme de la foule prit la parole : C'est vrai que vous avez toujours beaucoup de chance.
Une seconde renchérit : Beaucoup trop de chance.

Quand on triche, on en paye le prix Wilfried, et croyez moi, je parle en connaissance de cause, déclara Regina.

Cette fois-ci, c'est un homme qui s'écriait : TRICHEURS ! LIBEREZ LE LOUP !

Ce qui fut le cas, au vue des preuves cette fois-ci réellement indéniables de l'innocence de Wolf. Pendant qu'on enlevait les liens de Wolf, et qu'on venait prendre Wilfried, les Tweedles prirent un air de vainqueurs.
Regina a la réponse du Cluedo !
JE CONDAMNE OUILFRID A 50 ANS DE CHATOUILLES SOUS LES PIEDS ! Et oui, ils étaient sans pitié quand il le fallait.
code by FRIMELDA

♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥


There ain't no cloud in sight

Contenu sponsorisé







Evénement #98 : Miroir magique au mur [Fe] - Page 3 _


Actuellement dans :

________________________________________

 Page 3 sur 8
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Evénement #98 : Miroir magique au mur [Fe]





♥°•.¸ Once ☆ Upon ★ a ☆ Time ¸.•*´♥´*•.¸°•.¸ Disney ☆ R ♥ P ☆ G ♥ :: ➸ Monde des Contes et Monde Réel :: ✐ Le monde enchanté :: ➹ Les autres mondes